Issuu on Google+

 

Exposition   Andrée  Pollier.  Peintre  surréaliste.     Galerie  Les  Atamanes,  2012   www.lesatamanes.com  

Andrée Pollier 1915-2009 est une figure leader du mouvement surréaliste de la seconde moitié du XXème siècle. Une influence quasi hypnotique se dégage de ses œuvres. Leur monde imaginaire se situe dans la lignée de Max Ernst, Yves Tanguy et de Chirico.

La poésie nous semblant le meilleur moyen de traduire la dimension onirique du surréalisme, nous vous proposons une sélection de poèmes du XXème siècle pour illustrer les tableaux d’Andrée Pollier.

 

1  


La main bleue http://www.lesatamanes.com/oeuvres/la-main-bleue-d-andree-pollier

1971 Huile/acrylique Toile sur chassis. 80 P : 146cm x 97cm Prix : 2600.00 euros

 

2  


Ramper avec le serpent se glisser parmi les lignes rugir avec la panthère interpréter moindre signe se prélasser dans les sables se conjuguer dans les herbes fleurir de toute sa peau Plonger avec le dauphin naviguer de phrase en phrase goûter le sel dans les voiles aspirer dans le grand vent la guérison des malaises interroger l’horizon sur la piste d’Atlandides Se sentir pousser des ailes adapter masques et rôles planer avec le condor se faufiler dans les ruines caresser des chevelures brûler dans tous les héros s’éveiller s’émerveiller

Michel Butor, Lectures Transatlantiques  

 

3  


Les losanges rouges http://www.lesatamanes.com/oeuvres/les-losanges-rouges-d-andree-pollier

1982 Huile/acrylique Toile sur chassis. 100cm x 81cm Prix : 2200.00 euros

 

4  


Je suis dur Je suis tendre Et j'ai perdu mon temps A rêver sans dormir A dormir en marchant Partout où j'ai passé J'ai trouvé mon absence Je ne suis nulle part Excepté le néant Mais je porte caché au plus haut des entrailles A la place ou la foudre a frappé trop souvent Un coeur ou chaque mot a laissé son entaille Et d'où ma vie s'égoutte au moindre mouvement

Pierre Reverdy, Tard dans la vie (La liberté des mers)  

 

5  


L’autre race

http://www.lesatamanes.com/oeuvres/l-autre-race-d-andree-pollier

1987 Huile/acrylique Toile sur chassis. 50P : 116cm x 61cm Prix : 2400.00 euros    

 

6  


A Antonin Artaud. Et si un jour un homme se levait parmi les hommes Et si un jour un homme s’avançait parmi les hommes pour être mon ami Un homme assez pur pour m’éprouver tout entier Un homme assez fou et assez vide de sens pour me comprendre Un homme de ma race Mais ayant brisé les échecs et les peurs Et qui lirait à travers les années sans nombre Un homme qui ne craindrait pas mes sarcasmes Et qui ne craindrait pas ma haine Peut-être sans épouvante Peut-être le reconnaîtrais-je avant de basculer dans la nuit. 3 février 1945. Jacques Prevel ~ Poèmes © Flammarion

 

7  


L’orateur http://www.lesatamanes.com/oeuvres/l-orateur-d-andree-pollier

1984 Huile/acrylique Toile sur chassis. 40F :100cm x 80cm Prix : 2200.00 euros

 

8  


Des mots quels mots noir ou Cévennes Bambou respire ou renoncule Parler c’est se servir de ses pieds pour marcher De ses mains pour racler les draps comme un mourant Le yeux ouverts sont sans serrure Sans effort on a la bouche et les oreilles Une tache de sang n’est pas un soleil accablant Ni la pâleur une nuit sans sommeil qui s’en va. Paul Eluard, la fin du monde (extrait)

 

9  


Toutankhamon et son ombre http://www.lesatamanes.com/oeuvres/toutankhamon-et-son-ombre-d-andree-pollier

1965 Huile/acrylique Toile sur chassis. 30P : 92cm x 65cm Prix : 2000.00 euros  

 

10  


Se glisser dans ton ombre à la faveur de la nuit. Suivre tes pas, ton ombre à la fenêtre. Cette ombre à la fenêtre c'est toi, ce n'est pas une autre, c'est toi. N'ouvre pas cette fenêtre derrière les rideaux de laquelle tu bouges. Ferme les yeux. Je voudrais les fermer avec mes lèvres. Mais la fenêtre s'ouvre et le vent, le vent qui balance bizarrement la flamme et le drapeau entoure ma fuite de son manteau. La fenêtre s'ouvre: ce n'est pas toi. Je le savais bien. Robert Desnos, A la faveur de la nuit (A la Mystérieuse, 1926)

 

11  


Bannières espagnoles. La palmeraie http://www.lesatamanes.com/oeuvres/bannieres-espagnoles-la-palmeraie-d-andree-pollier

1979 Huile/acrylique Toile sur chassis. 60F :130cm x 97cm Prix : 2600.00 euros  

 

12  


Va, je ne te hais point. P. Corneille Le palais de Gormaz, comte et gobernador est en deuil; pour jamais dort couché sous la pierre l'hidalgo dont le sang a rougi la rapière de Rodrigue appelé le Cid Campeador Le soir tombe. Invoquant les deux saints Paul et Pierre Chimène, en voile noirs, s'accoude au mirador et ses yeux dont les pleurs ont brûlé la paupière regardent, sans rien voir, mourir le soleil d'or ... Mais un éclair, soudain, fulgure en sa prunelle : sur la plaza Rodrigue est debout devant elle ! Impassible et hautain, drapé dans sa capa,   le héros meurtrier à pas lents se promène : "Dieu !" soupire à part soi la plaintive Chimène, "qu'il est joli garçon l'assassin de Papa !"    

Georges Fourest, (La Négresse Blonde,  ©  Corti)    

13  


Tendance. Mai 68 http://www.lesatamanes.com/oeuvres/tendance-mai-68-d-andree-pollier

1968 Huile/acrylique Toile sur chassis. 50F : 116cm x 89cm Prix : 2400.00 euros

 

14  


Saisir, saisir le soir, la pomme et la statue, Saisir l’ombre et le mur et le bout de la rue. Saisir le pied, le cou de la femme couchée Et puis ouvrir les mains. Combien d’oiseaux lachés Combien d’oiseaux perdus qui deviennent la rue L’ombre, le mur, le soir, la pomme et la statue ! Mains, vous vous userez A ce grave jeu-là. Il faudra vous couper Un jour, vous couper ras. Jules Supervielle, Saisir

 

15  


Frise n°3 http://www.lesatamanes.com/oeuvres/frise-n-3-d-andree-pollier

1990 Huile/acrylique Toile sur chassis. 5P : 35cm x 24cm, cadre : 44,5cm x 33cm Prix : 800.00 euros

 

16  


« Le geai gélatineux geignait dans le jasmin » Voici, mes zinfints Sans en avoir l'air Le plus beau vers De la langue française. Ai, eu, ai, in Le geai gélatineux geignait dans le jasmin... Le poite aurait pu dire Tout à son aise : « Le geai volumineux picorait des pois fins » Et bien ! non, mes zinfints. Le poite qui a du génie Jusque dans son délire D'une main moite A écrit : « C'était l'heure divine où, sous le ciel gamin Le geai gélatineux geignait dans le jasmin » Gé, gé, gé, les gé expirent dans le ji Là, le geai est agi Par le génie du poite Du poite qui s'identifie A l'oiseau sorti de son nid sorti de sa ouate. [...] Quand vous serez grinds Mes zinfints et que vous aurez une petite amie anglaise Vous pourrez murmurer à son oreille dénaturée Ce vers, le plus beau de la langue française Et qui vient tout droit du gallo-romain : « Le geai gélatineux geignait dans le jasmin » René de Obaldia, extrait de Innocentin  

17  


Ville sombre http://www.lesatamanes.com/oeuvres/ville-sombre-d-andree-pollier

1960

Huile/acrylique Toile sur chassis. 30F : 92cm x 73cm Prix : 1900.00 euros

 

18  


Dans une ville noire entrainée par le temps (toute maison d’avance au fil des jours s’écroule) Je rentrais, je sortais avec totes les ombres. Milles soleils Montaient comme du fond d’un fleuve Milles autres descendaient, Colorant les hauts murs ; Je poursuivais des mains sur le bord des balcons Des formes palissaient (la lumière est sur elles) Ou tombaient dans l’oubli (les rayons ont tourné). Les jours, les jours…Qui donc soupire et qui m’appelle Pour quelle fête ou quel supplice, ou quel pardon ? Jean Tardieu, Les jours, (Le témoin invisible)

 

19  


La maison libérée http://www.lesatamanes.com/oeuvres/la-maison-liberee-d-andree-pollier

1999 Huile/acrylique Toile sur chassis. 40P : 100cm x 73cm Prix : 2000.00 euros  

20  


Je suis claire dit-elle. Je suis claire comme les rumeurs de l'aube. Je suis le miroir, je m'efface — et dans la vallée un matin laiteux pousse des berges de la rivière jusqu'au seuil, jusqu'aux toits des maisons molles de sommeil — à sa naissance le jour est partagé entre le bonheur de la prairie et la lumière tardive de l'étang Je suis dit-elle, je suis dans la lumière du jour

Marcelin Pleynet, Dans la lumière du jour

           

21  


Bassin d’Arcachon. Dune au Pyla http://www.lesatamanes.com/oeuvres/bassin-d-arcachon-dune-au-pyla-d-andree-pollier

1945 Huile/acrylique Toile sur chassis. 41cm x 33cm cadre : 55cm x 47cm Prix : 800.00 euros  

22  


Puisque tes jours ne t'ont laissé Qu'un peu de cendre dans la bouche, Avant qu'on ne tende la couche Où ton coeur dorme, enfin glacé, Retourne, comme au temps passé, Cueillir, près de la dune instable, Le lys qu'y courbe un souffle amer, Et grave ces mots sur le sable : Le rêve de l'homme est semblable Aux illusions de la mer. Paul-Jean Toulet, Puisque tes jours

 

23  


pdfCatalogue Andrée Pollier. Peintre surréaliste _1