Page 1

FORUM MARS MULTIMEDIA 2009 SYNTHESES


:. FORUM MARS MULTIMEDIA 2009 – Synthèses .:

SOMMAIRE

EDITO

p 3

BILAN DU FORUM MM09 

p 4

LES SYNTHESES DU FORUM 

p 5

Atelier 1 Atelier 2 Atelier 3 Atelier 4 Atelier 5 Atelier 6 Rencontre

p 5 p 7 p 9 p 11 p 13 p 15 p 18

LES ACTEURS

p 19

PARTENAIRES

p 20

2


:. FORUM MARS MULTIMEDIA 2009 – Synthèses .:

EDITO En ce mois de juin où Laurence Allard     1

entame une tournée de conférences sur la « remix  culture »     (à   l'heure   des   publics   remixeurs  produisant   des  contenus  créatifs   sur   le   web),   ne  devrait­on   pas   interroger   aussi   les   pratiques   des  professionnels   de   la   culture   multimédia   sur   ce  terrain ?   Mars Multimédia pourrait bien être un bel exemple  en la matière. Jusqu'à présent, aucune édition n'a  été une copie conforme : agenda partagé mensuel  sur une ville puis sur l'estuaire, semaine  off  pour  les   professionnels   et   semaines   dédiées   aux  publics   et   enfin   cette   année,   deux   jours   de  rencontres croisant professionnels et grand public  dans un même un lieu.  La recette du Forum Mars Multimédia 2009 ? Un  re­mix du Farem, d'une friche numérique, le tout à  la   sauce   brestoise,   version   Forum   des   usages  coopératifs.  Qu'est   ce   qui   fait   que   cela   fonctionne   ou   pas   ?  Quel   impact   réel   sur   le   développement   de   nos  activités ? Que construisons­nous ensemble ? Et  comment   évaluer   la   force   de   ce   bouillonnant  réseau   ?   A   sa   dynamique   de   territoire   et   sa  pluralité   d'acteurs   :   fédérations   d'éducation  populaire,   collectifs   d'artistes,   médiathèques,  associations,   cybercentres,   centres   information  jeunesse... qui répondent présent,et s'investissent  généreusement   pour   trouver   un   sens   commun,  partager   des   réflexions   autour   de   la   culture  multimédia et aller à la rencontre du grand public...  encore à conquérir. Alors, Mars Multimédia 2010 ?  Probablement   une   autre   histoire,   une   nouvelle  aventure et un format remixé.

1. Laurence Allard est maître de conférences en  Sciences de la Communication à Lille 3. Le 13/06/09 elle  proposait une intervention au Centre Pompidou intitulée  « Britney Remix » basée sur un corpus de vidéos de  fans de Britney Spears.

3


:. FORUM MARS MULTIMEDIA 2009 – Synthèses .:

BILAN DU FORUM MM09 Le premier Forum Mars Multimédia s'est déroulé les 20 et 21 mars 2009 à la Mano (Nantes Nord). A travers  cet événement, des acteurs développant des usages non­marchands du multimédia sur la région Pays de  Loire ont souhaité proposer un espace ouvert d'échanges autour de la culture multimédia. LE PROGRAMME

­­ 1   plenière  et  6   ateliers­discussions  autour  des enjeux et problématiques de la  transmission de la culture multimédia

­­ 10 projections : diffusions de vidéos et  rencontre avec des artistes, des porteurs  de projets et des associations

­­ 1 conférence  : « Cultures numériques :  nouveaux usages et comportements dans   le   contexte   du   développement   des   technologies  relationnelles  et   mobiles »   avec   Pascal   Desfarges   (agence   Retiss,   Paris)

­­ 2 installations numériques  « in­progress » : Zone Fertile par Lolab  et 1+1=1 [Netochka Nezvanova] de Carole Thibaud

­­ 1   rencontre   ouverte  avec   Nathalie   Caclard   (chargée   de   mission   au   CIDJ,   Paris)  autour  du projet « T'es où ? »

­­ 1 espace studio TV : le réseau social  de Mars Multimédia animé par les  associations Dipp, In Visu et K_sic4[life] ­­  6   ateliers   de   découverte   et   de   pratique  :  cinéma   d'animation,   cpatation,   montage   vidéo,  mix...

LE PUBLIC 100 participants sur l'ensemble des 2 journées de rencontres ­­ dont 60 professionnels (animateurs multimédia, élus et chargés de  mission des collectivités, formateurs, artistes, responsables d'espaces publics  numériques...) inscrits sur la journée du vendredi 20 mars.

LE RESEAU MARS MULTIMEDIA Pour mener à bien l'organisation de ce premier Forum, des outils d'animation du réseau des acteurs  de Mars Multimédia ont été mis en place tout au long de l'année :  ­­  1   liste   de   diffusion  permettant   la   transmission et la circulation d'informations  entre les acteurs du réseau. ­­  1   cartographie  et  1   annuaire  des   acteurs de la culture multimédia en Pays de  Loire. www.portes­numeriques.org

­­ 1 blog dédié à la manifestation, reprenant  la  programmation du mois de mars et les  contenus  du Forum. www.marsmultimedia.info ­­ 9 rencontres mensuelles de septembre à mars,  auxquelles   ont   participé   15   structures   pour   la  préparation du Forum Mars Multimédia.

4


:. FORUM MARS MULTIMEDIA 2009 – Synthèses .:

ATELIER 1 les différentes formes de l'accompagnement de projet

Pour les   porteurs   et   les   accompagnateurs   de   projets,   les   outils   multimédias   permettent   de   mieux  communiquer   dans  l’ensemble   de   leurs   démarches.   En   terme   d’enjeux,   ils   permettent   surtout   d’aborder  aujourd’hui avec un nouveau regard la conduite de projet. De nouveaux outils pour de nouvelles méthodes  d’organisation. PARTICIPANTS   :  Vincent   Bardet,   CRIJ   Nantes   |   Alexandre   Lorieau   et   Julien   Bellanger,   PiNG   |   Farid  Boukeffous, Ville de Carquefou, service Jeunesse | José Cerclet, Lolab | Marie­Aude Gaillard, Chargée de  mission dispositif ERN, Région Pays de La Loire | David Girard, ACLEEA, Indre | Delphine Jaunet, Espace  multimédia   Léo   Lagrange,   Saint­Nazaire   |   Sylvie   Le   Cam,   CIJ   Saint­Nazaire   |   Nicolas   Parrod,   espace  multimédia Rurart | Nicolas Rodriguez, Centre social Horizon | Catherine Tuchais, DRDJS 44 | Annabelle  Verrougstraete, Atelier des Initiatives Modérateur : Benjamin Mauduit (L’Eclectic/Leo Lagrange) MOTS   CLES   :  DEMOCRATISATION   –   ACCES   –   PRATIQUES   –   ENJEUX   DE   MOBILITE   –  TRANSFORMATION SOCIALE ET TERRITORIALE – FORMATION – RESEAUX – PRATIQUES – DIGITAL  NATIVES – EMANCIPATION CONTENUS : Le constat le plus  partagé est que nous vivons, au sein des structures publiques multimédias, une époque  charnière, entre l’ère de la démocratisation de l’Internet (avec une entrée de réflexion autour de l’accès) et  celle du projet (réflexion autour des pratiques).  Tous se sont accordés sur une réorganisation des espaces “cyber”, au­delà de la question des dispositifs  institutionnels (question que nous avons décidé ne pas aborder directement), se pose la question de la place  du multimédia dans notre Société. Les enjeux de mobilité priment désormais, il s’agit bien de repenser ces  espaces   de   manière   ouverte   et   non   fermée.   Cette   ouverture   est   à   la   fois   géographique,   culturelle,   et  partenariale. Nous nous sommes accordés sur le point que les projets liés au techniques de l’information et  de la communication doivent participer de la transformation sociale et territoriale.  Dans   cette   logique   d’ouverture,   certains   ont   fait   le   constat   du   manque   de   formation   des   animateurs  multimédias, recrutés trop souvent sur un profil de technicien. Ces animateurs ont pour certains témoigné  d’un   sentiment   d’abandon,   d’isolement.   D’autres   revendiquent   l’aspect   exclusivement   technique   de   leur  métier. Il existe un réel clivage entre deux conceptions des TIC : l’une exclusivement techniciste (les TIC ne  sont que des outils pratiques ou de diffusion d’information sur le projet), et l’autre culturelle (des outils certes  mais au service de nouvelles manières de penser la conduite de projet). C’est   cette   seconde   conception   qui  a  le   plus  été   valorisée   de   par  l’accroche   qu’elle   suscite  notamment  auprès de publics jeunes, plus désireux de rejoindre des réseaux que de fonctionner en totale autonomie.  Les TIC ne doivent pas uniquement servir à communiquer sur le projet (et servir uniquement à constituer la  5


:. FORUM MARS MULTIMEDIA 2009 – Synthèses .: vitrine) mais bien à ajouter une plus­value générale : pérennité, éclatement des territoires, visibilité du projet,  etc. Cet atelier de deux heures, a surtout permis de défricher les interrogations les plus conséquentes dans le  travail   de   l’éducateur   multimédia   de   manière   collective   :   formation   de   l’animateur   ?   TIC   et   éducation  populaire ? Fin de l’accès libre dans les structures socioculturelles ? Comment mobiliser et accompagner les  digital natives, cette nouvelle génération, qui si elle sait souvent plutôt bien manier ces outils n’en détient pas  pour   autant   toutes   les   clés,   et   mettre   en   oeuvre   les   ressorts   éducatifs   sur   des   projets   multimédias  novateurs ?  Il   existe   bien   des   propositions,   des   expérimentations   voire   des   paris   sur   le   territoire,   de   forts   constats  empiriques ; il nous reste juste à trouver de bons moyens d’évaluation et de mutualisation de ces projets  pour mieux  échanger entre éducateurs et faire des TIC de réels facteurs d’émancipation personnelle et de  décloisonnement des territoires.

6


:. FORUM MARS MULTIMEDIA 2009 – Synthèses .:

ATELIER 2 auto­formation et échange de savoirs

La transmission de savoirs et savoirs­faire liés aux pratiques de création numérique fait­elle émerger des  espaces   propices   à   l’auto­formation   ?   Crée­t­elle   de   nouveaux   rapports   entre   intervenants  (animateurs,accompagnateurs, artistes) et publics ? Quel lien avec le champ de l’éducation formelle ? PARTICIPANTS  :  Laurent Bessonet, CEMEA Pays de la Loire  | Antonio Carola, InfoCom, Université de  Nantes | Thomas Chatard et Blandine Ballade, Mire, Nantes | Thomas Bernardi, Lolab / Crealab, Nantes |  Jean   Charles   Bazile,   ACLEAA,   Indre   |   Bernard   Lévêque,   Joseph   Bore,   Marcel   Bruneau,   Marie­Hélène  Manoura, CSC du Planty, Cholet | Agnès Le Foulgoc, Centre de Ressources Art Sensitif à Mains d'Oeuvres,  Paris | Pascal Munier : e­relation, Ville de Nantes | Laurent Catala, revue MCD, Paris | Sarah Trichet­Allaire  et Jean­François Rolez, La Fabrique du Libre / Crealab, Nantes | Pascal Desfarges, agence RETISS, Paris |  Marielle  Stines, DRDJS, Poitiers  | | François Leclerc, Ville de Nantes  | Olivier  Batard, bénévole,  PiNG  |  Florent Caillibotte, Pol'n/Pol'r, Nantes Modératrice : Catherine Lenoble (PiNG / Crealab, Nantes) PROBLEMATIQUE :  Aujourd'hui les contextes et les techniques d'apprentissage évoluent : On se forme tout au long de la vie, de nombreux dispositifs existent pour toutes les « échelles de vie »  ce qui  favorise et bouleverse à la fois la transmission des savoirs. – Les rôles ne sont plus clairement figés, au contraire, ils s'interchangent plus naturellement entre des  personnes identifiées comme « intervenants » et des personnes en position d'« apprenants ». – De   nombreuses   ressources   sont   à   dispositions   en   ligne,   gratuites,   les   personnes   s'auto­forment,  s'entraident par le biais de communautés basées sur des outils, affinités ou valeurs. Les temps de formations qui émergent en dehors des structures d'éducation formelle peuvent offrir un cadre  propice à l'expérimentation, l'innovation et au renouvellement des pratiques de transmission mais ne sont  pas toujours aussi lisibles que celles proposées par des « institutions ». –

MOTS CLES :  DISPOSITIF – ECHANGE ­ TEMPS INFORMEL – OPEN SPACE – OPEN SOURCE –  EDUCATION – SELF  MEDIA – AUTODIDACTE ­ AUTONOMIE ­ INTERVENANTS – APPRENANTS – COMPETENCES – DON ­  LOGICIELS LIBRES – RECYCLAGE – REPERAGE ­ SAVOIR FAIRE – FORMATION – EUROPE CONTENUS : Des acteurs de Mars Multimédia mais aussi des structures en région s'inscrivent dans une démarche d'auto­ formation. Tour d'horizon de leurs pratiques.

7


:. FORUM MARS MULTIMEDIA 2009 – Synthèses .: Crealab, mode d'emploi (par Thomas Bernardi, Sarah Trichet­Allaire, Jean­François Rolez) Au   départ,   plusieurs   associations   nantaises   ont   souhaité   mutualiser   des   compétences   afin   de   répondre  collectivement à des besoins et demandes en lien avec la création numérique (où se former en province sur  des logiciels pointus ? où expérimenter de nouvelles pratiques ? où trouver des conseils, échanger ? etc). Crealab s'est organisé dès 2008 sous la forme d'un rendez­vous hebdomadaire et itinérant à Nantes : l'Open  Atelier. Il s'agit d'un espace­temps de travail et de transmission, un point d'entrée pour quiconque souhaite  échanger sur un sujet, un outil, un projet. De cette activité et suivant le flux des participants et de leurs  demandes,  découlent  des actions  plus spécifiques (workshop, formations,  interventions pédagogiques  et  artistiques,   apéros­rencontres)   qui   permettent   de   proposer   un   contenu   vers   différents   types   de   publics  (membres de Crealab, structures partenaires, grand public etc). =>   Le   dispositif   est   encore   jeune,   les   membres   de   Crealab   sont   autant   dans   l'élaboration   de   contenus  pédagogiques et artistiques innovants que dans l'expérimentation d'une économie spécifique à ces activités. Du nouveau à Pol'n : Pol'r, un centre de ressources (par Florent Caillibotte) : POL’n est né en décembre 2000 de la réflexion sur la précarité des structures des arts mis en scène, en voie  de professionnalisation. La dynamique d’échange et de partage de compétences ainsi que la démarche de  mutualisation sont au cœur du projet POL’n depuis son origine. Grâce à   la multiplicité des compétences  représentées, POL’n favorise à la fois le développement de la technicité et l’initiation à d’autres domaines  professionnels (administration, diffusion, communication,   techniques et arts de la scène et de l’image) à  travers des collaborations sur des projets, du partenariat technique et de la mutualisation de matériel. => La mise en route de « Pol'r », pôle ressource dans les domaines artistique, administratif et technique a  pour   objectif   de   mettre   l'accent   sur   les   pratiques   de   mutualisation   et   d'échanges   de   savoirs­faire   entre  acteurs culturels de Loire­Atlantique.  RESSOURCES :  • • • • • • • •

Crealab : http://www.crealab.info  Pol'n/Pol'r : http://www.pol­n.org  Cemea : http://cemea­pdll.org/ Mire : http://mire.exp.free.fr/   Centre de Ressources Art Sensitif à Paris : http://www.craslab.org/ réseau Reper, réseau d'associations ressources dans l'agglo nantaise Alis44 ou l'approche du don et recylage d'ordinateur : http://www.alis44.info/ Programme   « Grundtvig »   pour   la   formation   des   http://www.europe­education­formation.fr/grundtvig.php

adultes

:

ELEMENTS DE SYNTHESE : Une réflexion sur les conditions nécessaires à l'auto­formation Peut­on identifier un cadre propice ? (ex : des espace « repérés » et des ressources humaines, techniques,  documentaires pouvant être utilisées par l'apprenant seul ou en accompagnement, de la place pour des  temps d'échange informels­convivialité etc) Une réflexion sur le processus d'autoformation A partir de quand le participant devient­il « ressource »? Une réflexion sur les modes de partage et de mutualisation  Le choix du libre pour la transmission (circulation de contenus pédagogiques, transfert de démarche), des  plateformes web pour fédérer des ressources, des échanges à différentes échelles de territoire (programme  européen Grundtvig pour la formation des adultes tout au long de la vie, etc.). 8


:. FORUM MARS MULTIMEDIA 2009 – Synthèses .:

ATELIER 3 le numérique dans la création artistique

La question de la médiation autour de la création numérique, de la critique et des spécificités de l’art  numérique.

PARTICIPANTS : Ollivier Moreels, ECM de Saint­Nazaire et Plasticien | Isabelle Yamba, étudiante en Arts  Plastiques | Nathalie Caclard, chargée de mission Points Cyb au CIDJ | Anne–Claire Thiel, Lolab | Valérie  Pinard,  photographe | Marc Coucourde, CEPJ, DDJS 85 | Florent Grignon, Cybercentre de Pornic | Claire  Péré, agent de développement, équipe de quartier Nantes Nord (Ville de Nantes) | Sophie Biteau, Anim’age,  Nantes Modérateurs : Pascal Raguideau, ECM St Nazaire) | Wilfried Nail, Lolab TOUR DE TABLE :  Les participants  venus d’horizons différents mais en majorité impliqués dans la médiation en direction des  publics attendent au travers des échanges de la table ronde des précisions et des définitions .  De nombreuses questions sont soulevées : en quoi l’art numérique invente­t­il de nouveaux espaces ? L’art  numérique a­t­il modifié le statut de l’artiste ? Comment se définit l’art numérique et comment s’inscrit­il dans  l’Histoire   de   l’Art   ?   Quelle   perception/réception   auprès   du   public ?   Quelle   médiation   et   critique ?  L’interactivité, quelle part dans l’œuvre ? Le numérique invente­t­il de nouveaux modes dans le processus de  création ? Quel rapport  l’art  numérique  entretient­il avec l’industrie ? Avec le  numérique, qu’est­ce  qu’on  perd, qu’est­ce qu’on gagne ? Comment pouvons­nous conserver, archiver l’art numérique ?  CONTENUS :  Après   avoir   resitué   le   contenu   de   la   table   ronde   en   lien   avec   le   sous­titre   de   l’édition   2009   de   Mars  Multimédia à savoir : « transmettre la culture multimédia »  et afin de questionner le  rôle des acteurs, des  praticiens, des enseignants et des animateurs dans  l’accompagnement, la création  et la diffusion  de cette  création numérique, une question se pose quand à la définition d’Art Numérique. Qu'est­ce que l'Art Numérique ?  L’ensemble des participants s’accorde sur la définition d’un art utilisant les spécificités du langage numérique  et qui s’inscrit dans l’histoire de  l’art contemporain. Cependant   deux   types   de   positionnement   apparaissent   dans   la   discussion,   certains   pensent   que   l’art  numérique fonctionne comme d’autres formes d’art (tel l'art contemporain), que les questions soulevées par  l’art numérique ne sont pas nouvelles comme   par exemple le positionnement du spectateur au sein de  l’œuvre,   la   reproductibilité   de   l’œuvre,   l’interactivité,   que   les   fonctionnements   de   l’art   numérique   ne  bousculent pas plus que cela les formes artistiques précédentes .  Au contraire d’autres pensent que des spécificités fortes apparaissent avec l’art numérique dans les modes  de production par exemple où la notion de travail collaboratif est fortement présente, ou dans les principes  9


:. FORUM MARS MULTIMEDIA 2009 – Synthèses .: de diffusion de cet art numérique devenu alors art de réseaux, donc un art qui ne s’adresse pas de la même  manière à son public, ou encore qui redéfinit la relation artiste­œuvre­spectateur en autorisant par exemple  la reproduction voir la modification de l’œuvre. La définition de l’art numérique reste un peu floue  : art de réseaux ,art génératif, art de la communication ? La   discussion   oscille   entre   différents   points   de   vue.   Les   concepts   d’interactivité,   d’immersion   sont  questionnés, leurre ou réalité ? Beaucoup de questionnements apparaissent...   L’art numérique est­il dans le fantasme de l’art total ? N’assistons ­nous pas souvent à beaucoup de formalisme dans les propositions des artistes numériques ? L’art numérique n’est ­il pas parfois un art de la communication un peu vide de sens ? Ces interrogations révèlent qu’avec le numérique, tous les codes ont explosé. Les repères sont à redéfinir.  Des professionnels ont des logiques d’accès gratuit à leurs œuvres au même titre que les amateurs. La  création   est   devenue   un   service.   De   plus,   Internet   a   permis   l'émergence   de   formes   extraordinairement  variées de coopérations en réseau. L’internaute peut se créer son propre musée, sa propre galerie et les  diffuser   au   niveau   planétaire,   en   temps   réel.   La   notion   d’auteur   se   redessine   et   la   problématique  temps/espace est centrale. La place de la critique :  Une question importante est soulevée, c’est celle de la place de la critique dans l’accompagnement des  productions numériques et de leur diffusion. Un constat est fait : on assiste à un déficit important de critique  au niveau de l’art numérique. Cette critique qui existe en art contemporain  et qui est bien vivante est très  discrète pour l’art numérique. Ce déficit de critique n’est pas sans poser de problème à l’ensemble des acteurs de la création numérique,  c’est   à   dire   aux   enseignants,   aux   animateurs,   aux   médiateurs,   aux   organisateurs   d’expositions   et  certainement   aux   artistes   eux­mêmes.   L’absence   d’outils   conceptuels   semble   aussi   être   un   frein   au  développement  de la création numérique mais aussi à une bonne réception de celle –ci par le public qui se  trouve par ailleurs  fortement sollicité par les productions qui lui sont proposées. Peux –t­on construire une véritable médiation  en direction des publics en l’absence d’une critique vivante ? . RESSOURCES : • • • • •

http://www.ludicart.com/historique/Histoire_des_arts_interactifs.html  : petite histoire de l’art interactif  et des inventions interactives  http://www.ecrans.fr/  : pour une veille efficace sur la culture numérique  http://www.multimedialab.be/  :  site des cours d'Arts numériques donnés par Marc Wathieu à l'Erg  (École de Recherche Graphique, Bruxelles)  http://www.electronicshadow.com/  : nouvelles formes d’espaces de création, d’expositions  http://dorkbot.org/  : nouveaux ateliers d’artistes. Le concept du dorbot : laboratoire d’idées, composé  d’artistes, de bidouilleurs et de geeks pour échanger librement autour des arts électroniques et des  détournements technologiques.  http://www.docam.ca/fr/?p=1114  : Art Press 2 : « Les enjeux de la conservation des arts  technologiques »  (N° 12, février­mars­avril 2009)

ELEMENTS DE SYNTHESE :  Les   discussions   ont   fait   apparaître   beaucoup   de   questions.   La   question   de   la   critique   semble   être   très  importante   pour   y   voir   un   peu   plus   clair   dans   le   domaine   de   la   création   numérique   .   Les   acteurs   du  numérique qui sont en relation avec les publics semblent être un peu seuls avec les nombreuses questions  que la création numérique nous pose.  Comment proposer à nos publics respectifs une relation à la création numérique de qualité c’est à dire qui  offre  à chacun les moyens de la réflexion et de l’interrogation sur son rapport à cette création ? 10


:. FORUM MARS MULTIMEDIA 2009 – Synthèses .:

ATELIER 4 veille et circulation de l'information sur Internet

Face aux flux d’informations, quelle stratégie de veille, voire de formation continue ? Quelle stratégies  collectives sont­elles pertinentes ? A l’échelle de quels territoires ? Quels lieux et quels temps pour les  transferts ? Quels outils pour la circulation de l’information ? 

PARTICIPANTS :  Franck   Cormerais,   responsable   Dpt   InfoCom,   Université   de   Nantes   |   Renaud   Certin,  Webzine Fragil | Marie­Aude Gaillard, Chargée de mission dispositif ERN, Région Pays de La Loire | Sylvie  Le Cam, CIJ St Nazaire | Vincent Bardet, CRIJ Nantes | Agnès Le Foulgoc, Coordinatrice projet CRAS,  Centre de Ressources Art Sensitif à MAINS D’ŒUVRES | Pascal Munier, Chargé e­relation, ville de Nantes |  Annabelle   Verrougstraete,   Atelier   des   Initiatives  |  Laurent   Catala,   revue   Musiques  et   Cultures   digitales  |  Marie Le Roy, InfoCom, Université de Nantes Modérateurs : Julien Bellanger, association PiNG | Laurent Neyssensas, Ecole de Design de Nantes TOUR DE TABLE :  Beaucoup d'attentes : comment s'organiser en interne , faire face à la mutlitude des ressources, trouver les  moyens de réaliser une veille, avec quelle méthodes ? Voici les mots clé issus du tour de table : ECHANGES­LES MOYENS ­ THEME ­ SUJET ­ LES OUTILS ­ LA  METHODE ­ REVUE DE PRESSE ­ PAPIER ­ JOURNAUX ­ TEMPS ­ VITESSE ­ INFORMEL ­ ECOLOGIE  de   l'INFO   ­   METIER   ­   VEILLE   CONCURENTIELLE   ­   WALLONIE   ­   SERVICE   PUBLIC   ­   ECOUTE   ­  OBSERVATION

CONTENUS :  Présentation par Laurent Neyssensas du métier de veille : –

qu’est­ce que la veille (juridique, concurrentielle, sociétale, usages, techniques…)

la notion de canal de diffusion 

pour quels publics faire de la veille, quel rendu ? 

la pratique de l’oral, du dialogue, de mini­présentation 

la notion de lecture, d’attention 

la complémentarité d’une équipe de veille

Lecture commentée de la présentation de Loïc Hays (Artesi) et de son document " la veille en 5  étapes " : http://www.marsmultimedia.info/?page_id=718 Métaphore du pêcheur... 11


:. FORUM MARS MULTIMEDIA 2009 – Synthèses .: Présentation d'un exemple d'interconnexion et de mutualisation de ressources :  A partir du site http://www.artlabo.org _ espace wiki en ligne ouvert et alimenté par 25 personnes de tous  horizons depuis 4 ans : comment cet espace de "veille,docs" s'est transformé en fonction des usages, des  communautés d'intérêt, des structures, en différents nouveaux modes de circulation de l'information,  (découverte de nouveaux outils) :  ­> Etape 1 : Ping (Nantes)  a extrait de toutes les pages du wiki les URL externes et les a taggués sur un  site dédié aux bookmarks en ligne : http://delicious.com/julbel  ­> Etape 2 : Labomédia (Orléans) a découpé cette approche "wiki" touffue par usages et communautés :  ­> un site de collecte de bookmarks utilisés par leur réseau et plus largement :  http://labomedia.lobotomie.org/scuttle/ ­> un site pour rédiger des contenus pédagogiques : fiches, exemples, tutoriaux... alimenté en  interne par l'équipe de Labomédia : http://ressources.levillagenumerique.org/index.php/Accueil ­> un portail permettant de voir tous leurs espaces "ressources", flux, ... : approche bureau virtuel RESSOURCES & DEMOS :  •

Portaneo : http://labomedia.lobotomie.org/dashboard/portal/index.php 

Scuttle : http://labomedia.lobotomie.org/scuttle 

Bureau virtuel : Netvibes, iGoogle 

Outils d’annoting : Evernote, webnotes, Shift SPACE 

Outil de capture : clipclip, snipd, Tumblr 

Agglom (http://www.agglom.com/ revue de presse en ligne) , www.slideshare.com (partage de  présentation)

ELEMENTS DE SYNTHESE :  Une réflexion sur les ressources humaines : A été soulevée la question des sites et des informations pertinentes sur le sujet qui nous réunit "culture  multimédia" (generationcyb.net, EPN wallonie, Medias­cité...), mais aussi de la veille croisée avec d'autres  secteurs (design, innovation technique..) : ce que JL Raymond arrive à faire. Il faut donc des personnes  mobilisées et dédiées à cette pratique ... ou une organisation de travail en équipe. Une réflexion sur les ressources techniques : ­ La question des outils en ligne (web 2.0) et ceux installés sur ses propres serveurs : quelle compétence à  avoir ? Pourquoi utiliser Scuttle sur son propre serveur plutôt que le "mondial" Delicious ? On voit que, outre  la question de la pérennité des ressources (plantage gmail, etc.), il s'agit, par une installation presonnalisée,  de créer un réseau d'utilisateurs et d'affiner les spécificités des outils ... ­ Attention éviter la croyance de l'outil techno qui résout tous les soucis : une bonne discussion au café est  aussi un moyen de faire circuler l'info... Une réflexion sur le partage et la mutualisation : ­ On peut maintenant analyser « l'erreur », le décalage de certains espaces ressources trop fermés, qui  pourtant constituent une économie (en questionnement) actuelle : CRIJ, CIDJ, Cyberbase... La rareté de l'information étouffe­t­elle la vitalité, l'innovation et les ressources d'un réseau ? ­ Le partage, la mutualisation et la répartition des "tâches" de veille doivent s'effectuer en interne et au sein  de communautés d'usagers thématiques. ­ Peut être qu'une meilleure identification des acteurs présents et des champs de veille et de ressources sur  lesquels ils sont impliqués (outils, publication...) serait un bon départ.

12


:. FORUM MARS MULTIMEDIA 2009 – Synthèses .:

ATELIER 5 loisirs numériques : créer et apprendre

Au­delà des pratiques compulsives et usages consuméristes, petit tour de ces jeux en­ligne / hors­ligne qui  mettent en avant leurs aspects créatifs et pédagogiques. PARTICIPANTS : Soazig Jaffré, ECM St Nazaire | Blandine Ballade, Mire | Brigitte Robineau, bibilothèque  municipale de Sucé sur Erdre | Nicolas Rodriguez, Centre social Horizon |  Sarah Trichet­Allaire et Jean­ François Rolez, La Fabrique du Libre / Crealab, Nantes | Florent Grignon, Cybercentre de Pornic | David  Girard, ACLEEA, Indre | Pierre PETIT, L'EclectiC Léo Lagrange | Sophie Biteau et Patrice Michel, Anim'age |  Virginie Léger et Marie Le Roy, InfoCom, Université de Nantes Modérateur : Alexandre Lorieau, PiNG TOUR DE TABLE : Il a été discuté d'évacuer les polémiques médiatiques sur le jeu (addiction, violence, désocialisation) et de  faire un tour des différentes façons de jouer. CONTENUS : Utilisation des jeux Le jeu loisir, lien social : permet de découvrir d'autres univers, d'autres gens, et de se mettre « à la place  de » Jeu de shoot (FPS) pratiqué par des personnes présentes http://www.counterstrikefrance.com/ (de nombreuses compétitions internationales)  http://www.armedassault.com (simulation tactique) Jeux en ligne http://www.dofus.com http://www.human­epic.com/ Utilisation de la Wii en maison de retraite http://www.google.fr/search? q=wii+maison+de+retraite&ie=utf­8&oe=utf­8&aq=t&rls=com.ubuntu:fr:unofficial&client=firefox­a Le jeu d'histoire, « pédagogique » Série des Total War : simulation tactique et stratégique de la Rome antique à l'ère industrielle http://www.totalwar.com/?lang=fr Simulation politico­économico­stratégique de la première guerre mondiale à la guerre froide http://www.paradoxplaza.com//index.php?option=com_content&task=view&id=58&Itemid=144 13


:. FORUM MARS MULTIMEDIA 2009 – Synthèses .: http://www.civilization.com/ moins historique mais plus jouable Du loisir à la création Mods : « re »programation d'un jeu, ses règles, ses graphismes http://fr.wikipedia.org/wiki/Mod_(jeu_vid%C3%A9o) Machinima : http://fr.wikipedia.org/wiki/Machinima Exemples présentés par le Cybercentre d'Indre : http://www.acleea.fr/spip.php?article123 Du virtuel dans l'espace réel http://les5emesdim.du­libre.org/

14


:. FORUM MARS MULTIMEDIA 2009 – Synthèses .:

ATELIER 6 éducation populaire et multimédia : quels outils ?

PARTICIPANTS :  Antonio   Carola,   InfoCom,   Université   de  Nantes |  François  Leclerc,   équipe  de  quartier  Nantes­Nord | Jean Charles Bazile, ACLEAA, Indre | Bernard Lévêque, Joseph Boré, Marcel Bruneau, Jean­ Marie Blandoeil, CSC du Planty, Cholet | Thomas Monge, animateur ­ CEMEA Pays de la Loire | Florent  Grignon, cybercentre Pornic | Nathalie Caclard, CIDJ, Paris | Nicolas Parrod, espace multimédia Rurart |  José   Cerclet,   Lolab   |   Marielle   Stines,   DRDJS,   Poitiers   |   Benjamin   Mauduit,   L'EclectiC   Léo   Lagrange   |  Delphine Jaunet, St Nazaire ­ Léo Lagrange | Olivier Batard, bénévole, PiNG | Thomas Renaud, CEMEA  Pays de la Loire | Fred Humbert, CEMEA Pays de la Loire | Pascal Raguideau, ECM St Nazaire | Farid  Boukeffous,  animateur,   espace  multimédia  Carquefou  |  Claire  Péré,  Ville  de  Nantes  |  Anne­Claire  Thiel,  Lolab | Marc Coucourde, DDJS 85 | Vaida Budrevicuite, artiste libre Modérateur : Laurent Bessonnet, CEMEA Pays de la Loire

PROBLEMATIQUE : L'Éducation   Populaire   dans   une   logique   d'éducation   au(x)   média(s)   a   toujours   cherché   à   connaître   son  environnement,   à   avoir   une   prise   dessus. Dans   ce   sens   à   intégrer   dans   ses   démarches,   projets,   les  différents supports et outils permettant non seulement un accès aux savoirs, mais plus généralement la  sensibilisation des publics à l’influence de l’image (publicitaire, journalistique...) et des nouveaux outils de  communication dans notre vie quotidienne, dans notre manière de penser et de percevoir le monde aux  travers d'écrans. A nous d'interroger les pratiques alternatives, de nous les approprier et d'en développer  l'usage, d'être acteurs dans l'utilisation et la création de médias. A l’heure où l’informatique, l’internet tendent à prendre une place incontournable dans nos vies, il est plus  que jamais nécessaire d’éduquer à leur utilisation. La fracture numérique n’est pas seulement celle de l’accès matériel, elle est aussi celle des usages, des  outils.   Les   logiciels   libres   et   la   «culture   du   libre»   sont   une   réponse   éthique   et   politique   possible.  L'utilisation de tels ou tels outils ne répond pas uniquement à des logiques pratiques ou économiques  mais aussi et surtout à un engagement politique, éthique en lien avec nos objectifs. Qu'en est­il aujourd'hui avec le développement des réseaux numériques, des TIC et du libre ? MOTS CLES :  EDUCATION POPULAIRE | PHILOSOPHIE DU LIBRE | EDUCATION FORMELLE ET NON­FORMELLE |  TRANSVERSALITE   |   GRATUITE   |   CULTURE   LIBRE   |   NOUVEAUX   MODELES   ECONOMIQUES   |  RESTRICTIONS | FORMATS | COPIE PRIVEE | COUT DE DEVELOPPEMENT

15


:. FORUM MARS MULTIMEDIA 2009 – Synthèses .: CONTENUS : L'idée   était,   au   vu   de   la   problématique   posée,   après  avoir   pris   le   soin   de   faire   un   état   des  lieux  de   la  connaissance,   compréhension,   représentation   des   personnes   présentes   sur   ces   notions   d'éducation  populaire et de libre, de proposer quelques éléments de définition/compréhension et de réflexion sous la  forme d'un diaporama appuyé par la présence et l'intervention de Pascal Gascoin (responsable du secteur  politiques et pratiques éducatives des Ceméa Pays de la Loire) autour des valeurs de l'éducation populaire  et de celles du libre.  Par la suite, invitation à la réaction, aux échanges et questions. Au vu  du  nombre  de  personnes  présentes,  des questions soulevées,  de l'appropriation du sujet  par les  personnes et des centres d'intérêt de chacun, il a été proposé de se retrouver en petits groupes afin d'être  dans un réel échange, de croiser les expériences, et de mettre en réflexion une des questions ressorties lors  de   la   présentation   du   diaporama   dans   chacun   des   groupes.   Il   a   ainsi   été   constitué   4   groupes   de   6  personnes. La proposition étant que les échanges au sein des petits groupes puissent être restitués par une  personne  à l'ensemble des participants afin d'élaborer quelques éléments de synthèse. Voici les questionnements abordés en petits groupes : ­ Quelles pratiques et actions sur les territoires en lien avec la thématique ? ­ Quels choix éthiques et politiques ? (associations d'éducation populaire/politique)  Quels positionnements ? (associations d'éducation populaire/politique) ­ Comment avoir accès à l'information/la formation ? Quelles formations possibles ? Quelles connaissances en ont les structures ? Quelle veille ? ­ Question du réseau/d'un réseau/de réseau(x) et interaction entre eux. Question autour d'une construction collective, d'une élaboration commune des choses. Question autour d'un réseau structuré et repéré et répondant aux besoins des acteur­ices. ­ Quel programme d'envergure ? Quelle volonté des pouvoirs publics ? Quelle volonté des structures ?  Question de l'opportunité au vu du public accueilli. ELEMENTS DE SYNTHESE : Quelles pratiques/connaissances ? Pas d'utilisation massive d'OS libre, mais utilisation régulière de certains outils libres (Firefox, OOo...) Choix de l'utilisateur. Quelles   associations   repérées   dans   la   transmission   des   outils   multimédias/libre   en   lien   avec  l'éducation populaire ?  Quelles ressources ? Quels lieux ressources ? Quelles transmissions ? Quels échanges ? Quelles pratiques ? Quels espaces pour l'échange de pratiques ? L'éthique et la pratique ? Questionnement autour d'entreprises «type Google» Questionnement sur nos données utilisées par des grands groupes marchands. Question autour de la publicité.

16


:. FORUM MARS MULTIMEDIA 2009 – Synthèses .: Comment être dans une démarche d'éducation populaire face à la marchandisation ? Réflexion autour d'autres modèles économiques/autres logiques Constat : Le système marchand produit l'offre Évaluation des besoins des structures d'éducation populaire et les mettre en lien avec des développeurs. Ne pas mettre à la poubelle un projet simplement parce que l'on manque d'outils : mise en lien/réseau des  acteurs de l'éducation populaire et du libre. RESSOURCES : •

Développement et   recherche   appliquée   en   logiciels   libres   pour   l'éducation   populaire  :   http://scideralle.org/   

Association Francophone des Utilisateurs de logiciels Libres : http://aful.org       

Association pour la Promotion et la Recherche en Informatique Libre : http://    april.org    

Libre pour les Administrations et Collectivités Territoriales : http://    adullact.org      

Free Software Foundation : http://www.fsf.org      

Framasoft Site internet collaboratif orienté logiciel libre : http://www.framasoft.net/      

Pour le développement d'une diffusion équitable et libre des TIC : http://www.lrl­cemea­pdll.org/      

Site de   ressources  des   Points  Cyb,   espaces   publics   numériques  et   animateurs   multimédia   :    http://www.generationcyb.net/   

Association Libre Informatique et Solidaire : http://www.alis44.info/

Les travaux de Nathalie Boucher Petrovic : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00087203/fr/

17


:. FORUM MARS MULTIMEDIA 2009 – Synthèses .:

RENCONTRE «t'es où ? » : rencontre ouverte avec Nathalie Caclard,  chargée de mission au CIDJ (Paris)

Nathalie Caclard anime et coordonne le réseau des Points Cyb franciliens et s’applique tout particulièrement  à développer les pratiques culturelles et artistiques chez les jeunes.   « T’es où ? » est un recueil de paroles sur la place des technologies de l’information et de la communication  dans notre quotidien. L’objectif est de partir à la rencontre des usages de l’Internet, de la téléphonie et des  jeux   vidéo   d’une   autre   manière   et   de   remettre   la   parole   dans   l’espace   public.   Paroles   d’adolescents,  d’étudiants, d’animateurs,  de parents qui nous invitent à nous interroger sur nos propres pratiques. Autant  de regards, de mots à feuilleter, qui font échos à nos désirs, à nos peurs, à nos représentations du monde… "L'informatique ? On n'a pas appris, on a essayé" (un collégien), "La difficulté avec Internet, c’est qu’il faut   savoir ce que l’on cherche pour savoir ce que l’on veut. » (Alex, 17 ans) Ces paroles, mises en valeur par  les photographies de Maxence Rifflet et la mise en page de Julien Boitias,  proviennent   de  contributions  déposées sur  le   site  du  Fil  santé   jeunes (forums,   courriels,   réponses à  un  questionnaire en ligne) et d’entretiens collectifs ou individuels menés pour la plupart au CIDJ, dans des lieux  d’accès public à Internet, des établissements scolaires et dans la rue.  « T’es  où ? »  est   le   fruit   d’une   collaboration   entre   le   ministère   de   la   Jeunesse,   des  sports  et  de   la   Vie  associative,   le   Centre   Régional   d’Éducation   Populaire   et   des   Sports   d’Île­de­France   (Creps),   l’Institut  National de la Jeunesse et de l’Education Populaire (INJEP), le Centre d’Information et de Documentation  Jeunesse (CIDJ) et le Fil Santé Jeunes.  Puis, à partir d’une sélection de vingt planches, « T’es où ? » a fait l’objet d’une exposition grâce à Médias­ Cité qui lui a donné une nouvelle vie. Utilisés par les acteurs de l’éducation au multimédia comme support  pédagogique,   ces   tableaux­affiches   s’exposent   dans   l’espace   public,   invitent   au   dialogue,   suscitent   les  échanges et le débat, et accueillent de nouvelles paroles.  Depuis, l’aventure continue avec la publication d’une double page du « T’es où ? » dans l’ouvrage d’Alain  Rey « Le français ­ Une langue qui défie les siècles » aux éditions Gallimard Découvertes, et la préparation  d’un « T’es où ? »  bis sur la thématique des jeux vidéos.  RESSOURCES : Télécharger « T’es où ? » : http://www.generationcyb.net/IMG/pdf/T_ES_OU.pdf Se procurer l’expo « T’es où ? » : http://www.medias­cite.org Actualité professionnelle : le Plan d’Education au Multimédia http://www.jeunesse­ sports.gouv.fr/jeunesse_2/les­loisirs­educatifs­les­pratiques­culturelles­sociales_146/soutien­pratiques­ culturelles_180/plan­education­multimedia­pem_608/pem_2166.html 18


:. FORUM MARS MULTIMEDIA 2009 – Synthèses .:

LES ACTEURS L’Eclectic / Léo Lagrange Ouest

L'université de Nantes

3 rue Eugène Thomas 44300 Nantes tél : 02 40 40 91 18 www.eclectic­leolagrange.org

Département Information – Communication Chemin de la Censive du Tertre  44300 Nantes tél : 02 40 14 10 10

PiNG

ACLEAA ­ Espace Pluriel

38 rue du Breil 44100 Nantes tél : 02 40 16 86 78 www.pingbase.net

2 rue du Stade 44610 Indre tél : 02 40 85 46 15 www.acleea.fr

Le réseau Crealab

Ecole Municipale d’Arts Plastiques /  Espace Culture Multimédia 

http://crealab.info

Lolab 38 rue du Breil 44100 Nantes tél : 02 40 67 95 36 www.lolab.org

CEMEA Pays de la Loire 

24 avenue Léon Blum 44600 Saint­Nazaire tél : 02 40 00 42 60 www.mairie­saintnazaire.fr/emap

Espace LeoLagrange Ouest St Nazaire/ La Chesnaie

15 bis allée Charcot 44200 Nantes tél : 02 51 86 02 60 www.cemea­pdll.org

Espace civique Jacques Dubé 1 bis rue des ajoncs 44600 Saint­Nazaire tél : 02 40 00 88 32 http://espacemulitmedia.over­blog.org

DIPP

le Centre Information Jeunesse

Pôle Etudiant Chemin de la Censive du Tertre 44300 Nantes tél : 02 40 14 11 85 www.dippsite.fr

Mire

17 rue Paul Bellamy 44000 Nantes tél : 02 40 86 78 07 http://mire.exp.free.fr

24 bd Victor Hugo 44600 Saint­Nazaire tél : 02 44 73 55 10 www.cijstn.info

Cybercentre de Pornic 35 rue tartifume 44210 Pornic tél : 02 40 82 65 90 www.mediatheque­pornic.fr

19


:. FORUM MARS MULTIMEDIA 2009 – Synthèses .:

PARTENAIRES Partenaires institutionnels : Mars Multimédia reçoit le soutien de la Direction régionale et départementale de la Jeunesse et desSports,  de la Ville de Nantes et du Conseil Général de Loire­Atlantique.

Partenaires Médias :

Partenaires du projet :

20


21


CONTACT : PiNG  38 rue du Breil – 44 100 Nantes tél : 02 40 16 86 78 info@pingbase.net 

22

Syntheses Forum Mars Multimedia 2009  

Rencontres des acteurs des usages non-marchands du multimedia en Pays de la Loire (mars 2009 - Nantes)

Syntheses Forum Mars Multimedia 2009  

Rencontres des acteurs des usages non-marchands du multimedia en Pays de la Loire (mars 2009 - Nantes)

Advertisement