Page 1

Ann_Marque Employeur APRIL A4_Chemise V-HD.pdf

1

10/02/12

11:21

je deviendrai

… un collaborateur APRIL autonome et organisé, développant des projets et ayant le sens des responsabilités. Je serai épanoui et travaillerai dans la bonne humeur, je me sentirai bien dans mon job, utile et écouté car c’est…

C

ce que je suis vraiment

M

J

CM

MJ

CJ

CMJ

N

Photo Getty Images. Conception et création :

APRIL RECRUTE Chaque année APRIL recrute plus de 700 personnes : Chef de produits, Commercial terrain, Gestionnaire sinistres, Chargé(e) de relation clients, Actuaire, Chargé(e) de marketing, Webmaster, Contrôleur interne, Hôte(sse) d'accueil, Assistant(e) de direction, Auditeur interne,Superviseur...

Rendez-vous sur www.april.fr/carriere APRIL s’est engagé à promouvoir l'égalité des chances en signant la charte de la diversité.

L’assurance n’est plus ce qu’elle était

REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 1

06/11/13 12:26


EDITION SPECIALE FORUM ISFA - NOVEMBRE 2013 - WWW.ASSO-ISFA.COM

La revue des Anciens de l’ISFA

REVUE ISFA LA VIE DE L’ECOLE

Du nouveau du côté des associations étudiantes

L’ISFA A L’INTERNATIONAL

Focus sur la formation délocalisée au Vietnam

PLACE AUX JEUNES !

De jeunes administrateurs pour l’Association ISFA

REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 2

06/11/13 12:26


SANTÉ – PRÉVOYANCE – ÉPARGN E – RETRAITE Tout le monde se pose des questions sur l’avenir. Inventer de nouvelles solutions pour prendre soin de la santé, du bien-être et du bien vieillir de chacun, c’est notre métier. Retrouvez nos solutions et services sur malakoffmederic.com

REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 3

06/11/13 12:26


SOMMAIRE 03-04 NOUVEAUX ENSEIGNANTS CHERCHEURS A L’ISFA

06. LE LABORATOIRE SAF 08. PRIX DE L’INSTITUT DES ACTUAIRES - MMEF

12. LA VIE A L’ISFA 16. L’ISFA A L’INTERNATIONAL

26 L’ACTUALITE DE L’ASSOCIATION

08 LE COACHING DANS L’ACTUARIAT

22. PLACE AUX JEUNES 28. LES DIPLOMES 2012-2013

REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 4

06/11/13 12:26


Nicolas Leboisne Directeur de l’ISFA

EDITORIAL Depuis l’arrivée de l’ISFA sur le site de Gerland, le forum annuel est devenu une institution. Les étudiants de toutes les formations s’y retrouvent dans les ateliers, suivent les conférences et font le tour des stands des entreprises. Les anciens diplômés viennent partager leur expérience et contribuer à l’orientation professionnelle des futurs diplômés. Cette année, les stands d’entreprises seront particulièrement nombreux ; c’est à la fois le résultat du très bel investissement de l’équipe chargée de l’organisation du forum et la preuve de l’intérêt que portent les entreprises à nos formations. Vous trouverez en particulier dans cette revue des articles sur la vie étudiante et l’international, sur la recherche et sur les nouveaux arrivants dans l’équipe auxquels nous souhaitons la bienvenue. Et bien sûr, pas de forum sans soirée de gala. Ne doutons pas que le spectacle vous permettra de découvrir les talents de nos étudiants. Merci à toute l’équipe organisatrice, ainsi qu’aux contributeurs de la revue : Chadia Attoumane Aurélien Couloumy Baptiste David Julien Gousset Salma Jamal Daphné Le Conte des Floris Manon Mougey

Bon forum 2013 à tous !

REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 5

06/11/13 12:27


PROFESSEURE DES UNIVERSITES A L’ISFA

Interview de Ying Jiao

Ying Jiao Professeur des Universités à l’ISFA Vous avez été recrutée en tant que Professeur des Universités à l’ISFA le 1er septembre 2013. Pouvezvous nous parler de votre expérience académique ? J’ai réalisé ma thèse doctorale à l’école Polytechnique sous la direction de Nicole El Karoui et après cela, j’ai enseigné à l’ENSIMAG ainsi que dans une école de finance à la Défense. A partir de 2008, j’ai occupé le poste de Maître de Conférences à l’Université Paris 7, puis depuis 2013 je suis Professeure des Universités à l’ISFA. Comment avez-vous rencontré le domaine de l’actuariat ? Mon domaine de recherche est plutôt celui des mathématiques financières. Je travaille en particulier sur les risques de crédit, domaine lié à la modélisation de défaut. Dans ce sens-là, il s’agit d’un domaine financier qui est très proche de certaines modélisations en assurance. Pourquoi avoir choisi de venir enseigner à l’ISFA et quelles sont les matières dont vous vous chargez ? L’ISFA est une école qui m’attirait fortement, car c’est une école à la fois d’assurance et de finance. D’un point de vue thématique, cela me correspond parfaitement. A Paris 7, j’enseignais par exemple des cours de mathématiques financières, de risques de crédit, ou encore de théorie des options. Je retrouve à l’ISFA tous ces sujets-là dans les enseignements qui sont proposés. En ce moment, je me charge d’un cours en

M2 GRAF sur l’ingénierie financière et la finance des entreprises. J’ai aussi un autre cours en M2 IR sur les montages financiers. De plus, à partir de décembre, je me chargerai de deux cours en M2 SAF, l’un sur le risque de crédit et l’autre sur les produits hybrides et le risque d’inflation. Enfin, à partir de mars, je me chargerai d’une partie du cours de théorie des options en M1 SAF et je ferai une introduction en M1 IR sur les mathématiques financières. Vous avez commencé à enseigner à l’université de Pékin à partir de 2011. En tant qu’enseignante de l’ISFA, allez-vous continuer à donner des cours à Pékin temporairement ? J’ai été effectivement invitée en 2011 à aller donner un cours à l’université de Pékin. C’est une université très prestigieuse en Chine, particulièrement dans le domaine des sciences fondamentales. Ce qui est très intéressant, c’est que l’on peut y rencontrer de très bons étudiants. De plus, il s’agit de mon université d’origine, ça a donc été l’occasion pour moi d’y retourner. En ce moment, à l’ISFA, on travaille sur un projet de collaboration avec l’université de Pékin. On essaye de monter un accord d’échange pour les étudiants. De plus, on souhaite monter des projets de recherche entre le laboratoire SAF et l’université de Pékin. Si on arrive à mettre en place un master en commun entre l’ISFA et Pékin, il sera alors possible que j’assure certains cours là-bas. Il me semble important de garder un lien avec Pékin, à la fois pour moi d’un point de vue personnel mais aussi pour l’ISFA. En effet, cela permet à l’école de développer ses relations internationales. De plus, grâce aux échanges, les étudiants peuvent découvrir des cultures et des systèmes d’éducation très différents. A Pékin par exemple, ils suivent plutôt le système américain. Ils doivent passer des tests d’actuariat organisés par certains organismes. Ils ne connaissent pas vraiment le système français et ce sera l’occasion pour eux de le découvrir.

03 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 6

06/11/13 12:27


UN NOUVEAU MAITRE DE CONFERENCES A L’ISFA

Interview de Nabil Kazi-Tani

Vous avez été recruté en tant que Maître de Conférences à l’ISFA le 1er septembre 2013. Pourquoi l’actuariat ? Je me suis familiarisé avec le métier d’actuaire dès le début de ma thèse CIFRE, chez AXA. Il y avait en effet entre 80 et 90 personnes au GRM (Group Risk Management), dont une majorité d’actuaires. Une partie d’entre eux faisaient de l’assurance vie, et la majorité était en non-vie. J’étais quant à moi dans la partie réassurance liée à la modélisation Cat Nat. C’est donc ainsi que j’ai découvert l’actuariat et plus particulièrement le domaine de la réassurance. A l’issue de cette thèse, vous avez continué votre parcours professionnelle à la Caisse Centrale de Réassurance (CCR). Pouvez-vous nous parler de vos missions au sein de cette entreprise ? J’ai effectivement eu une expérience professionnelle à la CCR d’environ 1 an. Mon titre exact était celui de Responsable du pôle outil de modélisation. La CCR s’organise autour de deux équipes techniques : une chargée de s’occuper de la réassurance avec garantie de l’Etat et l’autre de la réassurance plus classique, celle de marché. Je faisais partie de l’équipe chargée de la réassurance de marché. En fait, je m’intéressais essentiellement

Nabil Kazi-Tani Maître de conférences à l’ISFA Nabil Kazi a étudié à l’ENS Cachan dans le département d’économie et de gestion. Parallèlement à son DEA d’économie monétaire et financière, il obtient un DEA en mathématiques spécialisé dans les processus stochastiques à l’université de Paris 6. A l’issue de ce parcours, il travaille en finance chez Exane Derivatives. Puis, il décide de faire une thèse encadrée par Nicole El Karoui et Jocelyne Bion-Nadal au Centre de Mathématiques Appliquées de l’école Polytechnique (CMAP).

04 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 7

06/11/13 12:27


ni féA

à la tarification des contrats de réassurance, à la modélisation de ces contrats et de leur sinistralité. Il y avait quelques aspects à améliorer et on a dû alors perfectionner les modèles. Cela nécessitait d’utiliser beaucoup d’outils statistiques et il fallait choisir certains paramètres tout en restant cohérent avec les différents aspects contractuels liés à la réassurance. En effet, il ne faut pas, parce qu’on veut faire des mathématiques ou de la modélisation, être complétement décalé des pratiques du marché. Pourquoi avoir choisi d’exercer une expérience professionnelle juste après votre thèse et ne pas avoir cherché à être enseigneur-chercheur ? A l’issue de ma thèse, je pouvais soit partir sur un parcours post-doctorat classique soit plutôt avoir une expérience professionnelle. J’ai choisi l’expérience professionnelle car celle-ci était très liée à mon domaine d’étude et j’avais en plus la possibilité de continuer une activité de recherche à la CCR. On a eu par exemple l’occasion d’organiser un groupe de travail avec Dylan Possamaï, un chercheur qui travaille à l’université Paris-Dauphine, et Nicole El Karoui. Nos travaux portaient sur la théorie générale des processus, domaine assez particulier et développé par l’école française dans les années 70. C’est un sujet qui a été oublié depuis, car il est très théorique et lié à des théorèmes anciens (le théorème de capacitabilité de Choquet par exemple). Aujourd’hui, ce sujet ressort sous différentes formes, à la fois chez les personnes qui travaillent sur le contrôle stochastique, les mesures de risque dynamiques ou encore l’incertitude de modèle. Le groupe de travail était l’occasion de réunir toutes ces personnes et autour d’un exposé, de se mettre d’accord sur une terminologie commune. Ce groupe de travail a donc commencé en février dernier, pendant que j’étais encore à la CCR. Quelles sont les raisons qui vous ont ensuite poussé à venir enseigner à l’ISFA ? Je voulais de toute façon revenir vers l’enseignement et faire une carrière académique à l’université. J’ai tenté par curiosité l’expérience professionnelle classique, mais je me sens plus à l’aise dans un laboratoire de recherche, même si garder un lien avec le monde professionnel a toujours été important pour moi. Plutôt que de travailler à plein temps dans une entreprise et faire un peu de recherche à côté,

j’ai choisi de faire exactement l’inverse. Aujourd’hui, j’enseigne et je fais de la recherche à plein temps, et en même temps, l’ISFA me permet d’être en relation avec les entreprises, en particulier grâce à l’encadrement des alternants en M2 SAF. De plus, tous les actuaires connaissent et ont entendu parler de l’ISFA. Le choix d’y enseigner et de rejoindre le laboratoire SAF semblait tout à fait cohérent aux yeux des actuaires avec lesquels je travaillais. Le laboratoire est formé à la fois de mathématiciens, d’économistes et de gestionnaires, tous tournés vers l’actuariat, l’assurance, la finance et la gestion des risques de manière générale. Pour moi qui ai suivi un parcours pluridisciplinaire, il était naturel de choisir l’ISFA. Je trouve qu’il est toujours très intéressant d’aborder une même problématique sous différents angles. Enfin, j’ai été séduit par l’équipe que j’ai eu l’occasion de rencontrer lors de mes auditions. Le groupe d’enseignants et de chercheurs est jeune et dynamique, et c’est ce qui m’a donné envie de venir le rejoindre. Enfin, quels sont vos principaux axes de recherche actuellement ? Je m’occupe de plusieurs sujets en même temps. Tout d’abord, je continue de travailler sur un thème qui est dans la lignée de ce que je faisais dans ma thèse. Il y avait dans ma thèse une partie appliquée qui concernait la réassurance et le transfert optimal de risque et une autre plutôt théorique. La partie plus théorique concernait l’étude des équations différentielles stochastiques rétrogrades. Ces équations aléatoires sont liées à des équations qui sont elles déterministes. Ce lien entre les modèles aléatoires et déterministes est donné dans le cas linéaire par la formule de Feynman-Kac. Elle permet de lier les équations aléatoires à des équations aux dérivées partielles (EDP) paraboliques. Pour déterminer les solutions de ces EDP déterministes, on peut passer par les probabilités et les simuler grâce à la méthode de Monte-Carlo. Je travaille donc actuellement sur les liens entre équations différentielles stochastiques rétrogrades avec sauts et EDP non linéaires et cela représente en fait un aboutissement d’une partie des travaux que j’avais menés pendant ma thèse. Je m’intéresse aussi aux mesures de risque multidimensionnelles et l’incertitude de modèle.

05 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 8

06/11/13 12:27


LE LABORATOIRE SAF Interview de deux doctorants INTERVIEW D’ IBRAHIMA NIANG Pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs? Je suis Ibrahima Niang, doctorant au laboratoire SAF depuis octobre 2012. Je suis titulaire d’un master 2 recherche en mathématiques appliquées à la finance et à l’assurance obtenu à l’université du Maine (Le Mans) avec la mention bien. Quel a été votre parcours avant d’intégrer le laboratoire SAF? Aprés deux ans passé en classe préparatoire (MPSIMP), j’ai effectué une licence de mathématique appliqué à ORSAY (Paris 11) puis j’ai intégré sur dossier le master de finance et actuariat de l’université du Maine où j’ai obtenu mon master 2 recherche. Avec quelles motivations avez-vous été amené à postuler pour un doctorat auprès de l’ISFA? Depuis la prépa, j’etais toujours attiré par le monde de la recherche c’est ce qui m’a poussé à continuer mes études à la faculté de mathématique d’Orsay. Lorsque j’ai commencé les cours de finance mathématique et d’actuariat en master j’ai été séduit par les modéles sophistiqués utilisés en finance et assurance. De ce fait, j’ai fait mon mémoire de master 2 recherche sous la direction de Véronique Maume- Deschamps et j’ai travaillé avec elle sur la théorie de la ruine. A la fin de mon stage à l’ISFA , j’ai postulé à un contrat doctoral académique que j’ai finalement obtenu. Pourriez-vous nous parler du sujet de votre thèse?

qui peuvent être des données de taux, spread etc. Je suis encadré par Véronique Maume Deschamps et Areski Cousin. Aujourd’hui, quels sont vos centres d’intérêt, professionnellement parlant? Aujourdhui je passe la plupart de mon temps au laboratoire SAF pour faire mes recherches. J’assure aussi les TD de probabilité pour les premières années SAF et ceux de processus stochastiques pour les deuxième année SAF. En dehors de la thèse, je fais partie du projet “formation de formateurs en actuariat pour l’afrique” j’en profite pour remercier Stéphane Loisel qui a voulu m’intégrer dans ce projet qui a pour objectif de former des enseignants africains de la zone CIMA à l’enseignement des sciences actuarielles telles que définies par le core syllabus de l’Association Actuarielle Internationale. Qu’en est-il de vos professionnels futurs?

projets

de

recherche

Dans le futur j’aimerais intervenir à l’université de Dakar (Senegal) comme enseignant chercheur.

INTERVIEW DE JULIEN VEDANI Pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs?

Mon sujet de thèse traite différrents thémes de finance quantitative notamment le risque de modéle lié à la méthode de reconstruction des courbes de taux utilisés dans les salles de marché, modélisation de courbes, de taux et intensité de défaut via des processus de Lévy, estimation de paramétre de processus de diffusion à partir de données historiques

Je m’appelle Julien Védani et je suis doctorant au laboratoire de l’ISFA, encadré par Stéphane Loisel (laboratoire SAF) et Jean-Luc Prigent de l’univercité de Cergy-Pontoise (laboratoire THEMA), depuis début 2012. Je suis en thèse CIFRE subventionnée par Milliman (Paris).

06 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 9

06/11/13 12:27


Quel a été votre parcours avant d’intégrer le laboratoire SAF? Avant ma thèse je suis passé par le parcours scientifique standard (Bac S et prépa) avant d’intégrer l’ENSAE Malakoff. Après une césure en R&D chez Milliman (Paris) j’ai fini ma dernière année en voie actuariat à l’ENSAE en faisant un double diplôme en parallèle à Sciences Po Paris (Master Finance et Stratégie). Avec quelles motivations avez-vous été amené à postuler pour un doctorat auprès de l’ISFA? Tout d’abord je ne me suis pas senti satisfait après mon mémoire d’actuariat. J’avais envie d’aller plus loin dans la recherche actuarielle, de développer mes connaissances et mon expertise. Ce sentiment ainsi que mon envie de recherche, concrétisé partiellement pendant ma césure m’ont finalement décidé. Enfin, mon double cursus ENSAE – Sciences Po a choisi pour moi entre thèse académique et thèse CIFRE, ce qui me convient tout à fait, la thèse CIFRE étant, d’après mon expérience, un moyen efficace permettant de parvenir à un équilibre entre développement scientifique et apprentissage de la vie / des problématiques opérationnelles.

Pourriez-vous nous parler du sujet de votre thèse? J’ai eu la chance de pouvoir choisir mon sujet de thèse puisque je connaissais bien les membres de l’équipe R&D de Milliman : formalisation théorique et mise en œuvre empirique du processus ORSA. La mise en œuvre de l’ORSA induit un très grand nombre de problématiques théoriques et stratégiques. Les trois sous-sujets mis en avant lors de la définition du cadre étudié étaient la problématique du calcul du Besoin Global de Solvabilité, celle de la Conformité Permanente, et celle des budgets de risque, trois grands points d’interrogation pour les opérationnels à l’époque où j’ai débuté ma thèse. Aujourd’hui j’ai déjà écrit deux articles traitant des deux premières problématiques et la troisième a donné lieu à de nombreuses réflexions passionnantes, impliquant des consultants de Milliman mais aussi des acteurs du marché français de l’assurance. Voici pour la recherche opérationnelle. Pour ce qui est de la recherche académique, les avancées opérationnelles ont permis de soulever de nombreuses problématiques techniques sur lesquelles je travaille actuellement. En tant que thésard je n’ai pas beaucoup l’occasion de m’ennuyer mais c’est vraiment très enrichissant !

Acteur majeur des métiers de l’assurance en France BPCE Assurances est la filiale d’assurance non-vie du Groupe BPCE pour le compte du réseau des Caisses d’Epargne et des banques associées. Rejoignez nous :

BPCE Assurances propose de nombreuses missions de stage, des contrats en alternance, des CDD et des CDI que vous pouvez consulter sur notre site internet de recrutement. Dans le cadre de sa politique d’alternance, BPCE Assurances intègre au sein de ses effectifs des jeunes par le biais de contrats en alternance et notamment en partenariat avec l’ISFA.

3ème Bancassureur Français Sur notre stand nous vous proposons de rencontrer des recruteurs de BPCE Assurances et des collaborateurs issus de la formation Actuariat proposée par l’ISFA. Ils répondront à vos questions et partagerons avec vous leur parcours au sein de l’entreprise.

BPCE Assurances s’engage à recruter les meilleurs talents d’où qu’ils viennent. Vous avez l’assurance d’être recruté pour vos compétences et vos qualités. REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 10

06/11/13 12:27


PRIX DE L’INSTITUT DES ACTUAIRES - MMEF Interview de Reda Jarir

C’est l’histoire d’un challenge à échelle mondiale.

Reda Jarir Actuaire diplômé ISFA

Mais toute histoire a un début : structure indépendante, le Centre des Professions Financières se veut créer un lien et inviter à la réflexion sur les multiples sphères de l’univers financier. En 1984, cet organisme crée le Concours International des Mémoires de l’Economie et de la Finance qui a pour vocation d’offrir annuellement des distinctions à des étudiants ayant défendu des mémoires aussi pertinents et éclairés que révolutionnaires et engagés. 2013 a été témoin de la 29ème édition de ce concours, édition qui a accueilli, entre autres institutions qui accordent des distinctions, l’Institut des Actuaires. Ainsi, le 27 juin dernier et pour la première fois, l’Insitut des Actuaires a décerné le Prix de la Gestion des Risques à un mémoire de Master en Actuariat. Le lauréat de ce prix, Réda JARIR, a accepté de nous accorder une interview.

08 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 11

06/11/13 12:27


Merci à vous, Réda JARIR, d’avoir accepté de vous plier à ce jeu des questions-réponses. Pourriezvous commencer par vous présenter? Merci à vous pour votre intérêt. Avant la rédaction de ce mémoire et l’intégration de l’ISFA, j’ai obtenu mon baccalauréat au Maroc puis ai opté pour un cursus en classes préparatoires Maths Sup/Maths Spé au lycée La Martinière Monplaisir à Lyon. Les concours m’ont alors amené à rejoindre l’ENSIMAG pour embrasser la profession d’ingénieur. Vous ne vous destiniez pas d’emblée à l’actuariat?

stage. En apprenant que je rejoignais les bancs de l’ISFA, pour une année en actuariat cette fois-ci, en septembre 2012, j’ai avancé mon intérêt pour une alternance auprès de l’équipe R&D. Le fait de me pencher sur cette problématique a fait d’elle une candidate parfaite pour mon sujet de mémoire. Parralèlement au secours apporté par les différents membres de différents organes d’Axa Global Life, j’ai eu l’honneur de bénéficier de l’expérience et des conseils avisés de M. Frédéric PLANCHET. Ses consignes et sa permanente disponibilité (bien qu’extrêmement sollicité) ont été décisives dans ce mémoire.

Ce choix s’est avéré naturel les années passant. Mon penchant pour les mathématiques a rencontré le besoin impératif d’en constater l’intérêt concret. L’univers financier répondait, entre autres domaines, à cette quête. A l’ENSIMAG, pour les férus de finance, l’objectif était de former aux métiers de la finance de marchés. Je souhaitais davantage travailler dans un domaine où l’on ressentait au quotidien et de façon assez directe, l’impact de décisions entrepreunariales. Le double diplôme ENSIMAG/ISFA a été une belle opportunité qui m’aura permis de découvrir ce qui sera par la suite une vocation pour moi: l’actuariat. Mais avant d’entamer la dernière année du cursus d’actuaire, j’ai effectué ma dernière année de l’ENSIMAG au master 2 recherche en gestion des risques d’assurance et de finance (cohabilité avec l’école Centrale de Lyon). En abordant cette voie, aviez-vous idée de ce que pouvait être alors votre sujet de mémoire? Si tel n’était pas le cas, racontez-nous, s’il vous plaît, le cheminement entre l’embryon d’idée et l’aboutissement de ce projet. Après mon master recherche à l’ISFA, j’ai effectué un stage de 6 mois au sein d’AXA Globa Life - à Paris 8ème - dans l’équipe Réassurance de la région Amérique Latine et Méditéranée. J’avais pour mission l’optimisation des couvertures de réassurance de certaines entitées du groupe AXA. L’estimation de la mortalité des assurés pour les pays émérgeants était un des problèmes les plus fréquemment rencontrés par les actuaires de l’équipe R&D qui m’ont aidé dans mon sujet de

Photo de la remise du prix de mémoire

Quant au sujet de ce travail, pourriez-vous nous en présenter les grandes lignes? Il s’agissait d’étudier l’Estimation de la mortalité des assurés à partir de la mortalité nationale et des indicateurs socio-économiques. Pour un assureur, la probabilité de décès des assurés de son portefeuille est cruciale. Cette quantité peut être estimée en se basant, par exemple, sur l’historique de la mortalité des assurés. Cependant, lorsque l’on souhaite mettre en place un produit d’assurance-vie dans un pays émergent, il est plus délicat de disposer de données parfaitement exploitables. Dans les pays émergents, la population assurée n’est qu’une très petite minorité privilégiée. Ainsi, en considérant le niveau de mortalité de la population générale, un assureur surestime largement le risque de mortalité. Par le biais de ce mémoire, j’essaie de proposer un moyen relativement simple pour estimer les écarts entre la mortalité des assurés et celle de la population générale sans avoir recours aux données historiques des assurés.

09 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 12

06/11/13 12:27


Notre époque est paradoxale. On y voit une planète bien mal gérée. Des richesses dilapidées. Des jeunes qui se demandent s’ils ont un avenir. Des personnes âgées inquiètes de ne pas avoir des moyens suffisants pour une espérance de vie désormais plus longue. On y voit aussi des énergies formidables, des solidarités inventives, des générosités discrètes, des intelligences circulant à la vitesse d’Internet, des créateurs d’emplois qui construisent à la force de leurs idées. Toute une génération d’hommes et de femmes, jeunes et moins jeunes, qui veulent être acteurs d’un présent et d’un futur meilleurs. Quel rôle peut jouer une compagnie d’assurance face à de tels contrastes ? D’abord et avant tout, bien faire son métier en construisant des solutions pour couvrir les dommages et les accidents de la vie, des solutions pour mieux épargner, sécuriser la prise de risques et donner ainsi le courage d’avancer aux entrepreneurs comme aux particuliers. Mais elle peut aller plus loin en engageant des actions de prévention, en récompensant les comportements responsables, en aidant ces initiatives vertueuses qui permettront de transmettre notre héritage commun : les ressources naturelles, les patrimoines, les entreprises, les savoirs. Generali a choisi ce combat. Nous ne sommes pas les seuls et c’est tant mieux. Pour être solidaire de cette génération qui veut agir, nous avons décidé de créer un site où pourront se rencontrer les bonnes volontés et les projets, associatifs ou non, pour en faire autant d’opportunités de se rendre utile. Un espace d’échange et de partage, pour vous, pour les autres et tous ceux qui viendront demain.

© Corbis - Getty - Hervé Thouroude

Retrouvons-nous sur www.generation-responsable.com

10

REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 13

06/11/13 12:27


Tout reposera dès lors sur un constat: la qualité de vie et les soins dans un pays peuvent être quantifiés par des indicateurs socio-économiques, lesquels peuvent permettre d’expliquer les écarts de mortalité entre les assurés et la population générale. Cela a dû nécessiter des outils statistiques poussés et le concours de beaucoup de personnes? Il est vrai que pour le bon déroulement des recherches pour ce mémoire, bien des modules de l’école se sont avérés indispensables: des méthodes de classification, de provisionnement (bootstrap), de modèles linéaires généralisés,... Et effectivement, entre les responsables de l’ISFA: Mme Esterina MASIELLO, M. Frédéric PLANCHET,..., les collaborateurs d’AXA Global Life: M. Paul UNFRIED, M. Hai Trung PHAM... et des chercheurs de la SOA,

“J’ai pu compter sur l’appui de plusieurs personnes extrêmement compétentes.” Je profite d’ailleurs de cet article pour les remercier à nouveau pour leur aide précieuse.

Une distinction pour l’ISFA également! Parallèlement aux récompenses accordées aux meilleurs mémoires, le Centre des Professions Financières a souhaité remettre des titres honorifiques aux Universités et Ecoles participant régulièrement au Concours International des Mémoires de l’Economie et des Finances. C’est ainsi que le le 27 juin 2013 un Trophée d’Or et 4 Trophées d’Argent ont été décernés: l’ISFA s’est vu accorder un Trophée en Argent! Rappelons que (*) les 5 derniers concours ont été pris en compte, de 2009 (25ème Concours) à 2013 (29ème Concours). Pour chaque concours, les mémoires lauréats, ayant reçus une mention ou un accessit, nominés ou finalistes ont été retenus, soit 126 mémoires au total. Pour tenir compte de l’importance des récompenses décernées, un barème d’équivalence a été appliqué : un grand prix correspond à 4 places de finaliste et à deux mentions, 3 prix à deux grands prix etc. Sur cette base, les 58 centres d’enseignement et de recherche ayant eu au moins un finaliste au cours de la période ont été évalués et ceux dont les étudiants ont obtenu plus de l’équivalent de 3 prix ou de 7 places de finalistes ont été distingués. (*) Source: Les Cahiers du Centre, Numéro 21 Mémoires de l’Economie et de la Finance

Enfin, dans votre profession actuelle, vous arrivet-il de vous reposer sur les résultats obtenus par le biais de ce mémoire? Actuellement, j’occupe un poste de souscripteur à AXA France. Je tarifie des régimes prévoyance et santé pour grands comptes sur le périmètre France. Je n’ai donc pas vraiment l’occasion d’utiliser les résultats obtenus dans le cadre de mon mémoire. Cependant, ces derniers sont utilisés par la direction où j’ai effectué mon apprentissage, car elle évolue dans un contexte plus international.

Photo du trophée d’argent de l’ISFA

11 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 14

06/11/13 12:27


LA VIE A L’ISFA

Du nouveau du côté des associations étudiantes SARAH DAMI, PRESIDENTE DE L’ISFA VOILE PARLE DE SON ASSOCIATION L’ISFA Voile avait cessé toute activité ces trois dernières années. Quelles ont été vos motivations pour reprendre l’association ? Sarah : L’association est composée principalement de membres de la liste BDE Isfanonymous, qui n’a malheureusement pas réussi à remporter les élections l’an dernier. Malgré cette défaite, nous avions toujours une réelle envie de nous investir dans le monde associatif de l’ISFA pour faire bouger notre école et participer à son dynamisme. Il nous semblait alors important de reprendre cette association qui permet à l’ISFA de participer à la course croisière de l’EDHEC, premier évènement sportif étudiant d’Europe.

Justement comment financez-vous les coûts liés à votre association ? Nous avons effectivement besoin de fonds pour participer à la course croisière EDHEC. Nous sommes alors à la recherche de partenaires qui accepteraient de nous sponsoriser en échange de publicité. Si jamais nous n’avons pas assez de fonds pour financer les 3 courses auxquelles notre association souhaite participer, nous annulerons entièrement notre participation à l’évènement. En effet, nous ne voulons pas pénaliser ceux qui se sont investis dans l’association et qui souhaitaient faire un trophée en particulier. Nous avons un réel esprit de solidarité !

Concrètement, quels sont vos objectifs ? Notre objectif cette année est de participer à 3 des 4 trophées de la course croisière EDHEC : le trophée mer, le trophée terre et le trophée sable. Combien de membres compte votre association aujourd’hui ? ISFA Voile compte aujourd’hui une quinzaine d’actifs et l’association est divisée en trois pôles. Les membres des pôles sont tous des M1 SAF et à eux s’ajoutent quelques L3 SAF. Le pôle administratif est composé du vice-président (Joffrey Burri), d’une trésorière (Eulalie Forestier), d’un vice-trésorier (Mathieu Limouzin) ainsi que d’une présidente (moi-même). Le pôle communication, chargé de réaliser une plaquette de présentation de notre association, est dirigé par Clémentine Urquizar et le pôle partenaires par Manuela Torres. Nous tenons réellement à ce que l’association soit reprise par des étudiants en première année l’an prochain. Tout le matériel que nous achetons leur sera alors transmis et ils n’auront pas l’impression de repartir de zéro.

Photo des membres de l’ISFA Voile

Pour finir, quels ont été les derniers classements de l’ISFA aux courses croisière EDHEC ? L’ISFA a eu de très bons résultats lors de ses dernières participations. Ils ont fini 12ème /54 en 2008 et 4/45ème à la dernière course en 2009. Ils ont placé la barre très haute

12 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 15

06/11/13 12:27


LES RENCONTRES D’INTRODUCTION AU MONDE PROFESSIONNEL (RIMP) Les premières RIMP (Rencontres d’Introduction au Monde Professionnel) ont eu lieu le jeudi 10 octobre dernier à l’ISFA. Lors de cet évènement, les élèves de l’ISFA ont pu assister à deux conférences. La première, donnée par Marie Gonon (actuaire certifiée et coach personnel), était plutôt générale. Elle concernait le recrutement et expliquait aux étudiants comment aborder le forum. Ensuite, les étudiants des deux principales filières de l’ISFA ont eu droit à une conférence spécifique à leur futur domaine d’activité. Pour les élèves en actuariat, cette conférence a été donnée par Anne Marion (présidente d’Actuarielles) et pour les élèves en ingénierie des risques par Damien Bonhomme (consultant en optimisation de processus et créateur de 3conseils). Cette après-midi s’est conclue par des échanges autour d’un goûter entre les élèves de Licence 3 et de Master 1 et ceux de Master 2. Ils ont ainsi pu échanger sur leurs différentes expériences en entreprise.

COSTIN OUARDA PRESENTE L’ACTIVITE DE L’ISFA JUNIOR CONSEIL Bonjour Costin, tu as pris les commandes de l’ISFA Junior Conseil depuis quelques mois. Qu’est ce qui a suscité la genèse de ce projet ? L’ISFA Junior Conseil est une association étudiante fondée au printemps 2012. En mars 2013, l’équipe l’ayant fondé s’est retirée. J’ai décidé de prendre le relais, en m’entourant de 5 personnes dignes de confiance. Conscient qu’un tel engagement ne peut se faire à moitié, j’ai alors choisi de renoncer à l’alternance pour cette année 2013/2014, afin de pouvoir me consacrer pleinement au développement de l’ISFA Junior Conseil. La Junior est née d’un constat : les étudiants de l’ISFA n’avaient aucun moyen de mettre en pratique les enseignements suivis à l’école avant le stage de M1 (ou de fin de première année pour les plus chanceux qui décrochaient un stage en actuariat). La Junior a pour rôle principal de participer à la formation des étudiants en leur proposant des missions concrètes en lien avec leurs cours, à la demande des entreprises. Cela leur permet d’acquérir une première expérience professionnelle et de toucher une rémunération. L’idée me plaisait et permettait de contribuer au rayonnement de l’école. J’ai souhaité enrichir ce projet en posant explicitement les valeurs fondamentales qui animent les membres administrateurs de la Junior : intégrité, humilité, et franchise. Quelle est la visibilité de la Junior à l’heure actuelle ? La Junior possède un local à l’ISFA, un site internet, et elle est présente sur les grands réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Linkedin…). L’ISFA Junior Conseil

suscite un grand enthousiasme aussi bien auprès des étudiants (50 nous ont contactés pour devenir membres intervenants) que des entreprises qui connaissent la qualité de la formation reçue à l’ISFA et qui voudraient nous confier des missions ! De même, nous souhaitons, chers lecteurs de la revue forum, attiser l’intérêt que vous portez pour notre Junior !

“Quisque ut urna porttitor nunc dapibus Des perspectives d’avenir ? lacinia nec eget velit. Oui ! Nous envisageons sérieusement d’intégrer la Donec eu enim in orci CNJE (Confédération Nationale des Junior-Entreprises) dans l’intention de garantir à nos clients, un processus ullamcorper pretium. de qualité. Cette intégration permet d’obtenir à terme sagittis, le label dePraesent « Junior Entreprise ». Nous voulons aussi décrocher de nouveaux contrats pour nous faire eule aliquet davantage purus connaître sur marché, développer des modules d’apprentissage pour aider les étudiants à vulputate, libero erat passer des cours à la pratique, en vue de développer un savoir-faire de qualité lorsqu’ils interviennent dans une consectetur nulla, quis mission… Les projets ne manquent pas ! mattis tortor eros”

13 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 16

06/11/13 12:27


REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 17

06/11/13 12:27


ISFA INVEST Créée en 2009, cette association étudiante se rassemble toutes les semaines afin d’initier ses membres aux techniques d’investissement. Pour cela, le président Benjamin Le Roux et le bureau proposent deux sortes d’activités. Certaines semaines, les principes fondamentaux de la finance sont expliqués par un membre de deuxième année à la vingtaine de nouveaux arrivants dans l’association. Les autres semaines, les membres se réunissent pour échanger sur les évolutions de leurs portefeuilles fictifs ; et cela avec la présence « d’anciens » comme Adrien Costemale, actuellement M2 SAF et président l’année passée. L’Isfa Invest est également membre de la FSF qui regroupe les associations d’une dizaine d’écoles (Centrale, Mines, INSEC...) et organise une rencontre annuelle. Un évènement annuel est organisé à la fin d’un concours de trading qui s’étale sur un mois. Les récompenses sont alors remises aux meilleurs concourants et un salon professionnel est organisé les deux jours suivant. Ravi de ces échanges, le bureau de l’Isfa Invest a pour projet de mettre en place un concours interne à l’ISFA sur une journée. Ils sont d’ailleurs actuellement à la recherche de partenaires pour pouvoir organiser cette activité.

L’ISFA FOOT REMPORTE L’ACTUARIAL MULTISPORTS : INTERVIEW D’ANGE BOUYOU-MANANGA Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est l’Actuarial Multisports ? L’Actuarial MultiSports est l’événement sportif, organisé en marge de la Nuit des Actuaires, mettant en compétition étudiants et actuaires. Cette année, des tournois de tennis et de badminton ont été organisés en plus de l’historique tournoi de futsal (l’Actuariat Urban Session). C’est près de 200 personnes qui se sont affrontées dont une quarantaine d’élèves de l’ISFA. Concernant le tournoi de foot, l’ISFA s’est répartie en trois équipes (sur 24 au total), et celle dont je suis le capitaine a remporté le tournoi. Notre équipe était composée d’anciens M1 et M2 SAF.

Deux autres équipes étaient inscrites au tournoi, dont une composée uniquement d’anciens L3 SAF. Comment vous êtes-vous préparés pour cette compétition ? Pour nous préparer au mieux pour ce championnat nous avons fait quelques “soccers” du fait du format particulier du tournoi (5 contre 5 sur un terrain en synthétique). D’ailleurs cette préparation a été bénéfique puisque l’équipe des L3 SAF est arrivée jusqu’en 1/4 de finale où nous les avons malheureusement éliminés! Sur quelles forces avez-vous pu compter tout au long de la compétition ? Notre principal atout a été d’avoir un véritable collectif. En effet, cela fait 2 ans que nous jouons ensemble et donc nous savons comment jouer au mieux pour nos coéquipiers. De plus, notre équipe était complète : nous avions des attaquants mais aussi des défenseurs et un gardien ! Quel match a été le plus difficile pour vous ? Le match contre l’équipe des L3 SAF ! Nous étions menés (après un but casquette d’ailleurs) et nous avons mis du temps avant de faire le trou dans ce match. Je dois avouer que j’ai cru un moment qu’on allait sortir pour de bon. Mais on a su trouver les ressources nécessaires pour revenir au score et enfin faire la différence! N’appréhendez-vous pas trop la remise en jeu de votre titre ? La remise en jeu de son titre est toujours un moment particulier ! Mais si on le fait, ce sera clairement dans le but d’aller loin, même si, maintenant que nous avons inscrit notre nom au panthéon du tournoi de Kaktu’Z, la soif sera peut-être moins là ! Mais pourquoi ne pas tenter de réaliser ce qui n’a jamais été réussi auparavant : gagner deux années consécutives le tournoi avec la même équipe ? Cela serait un challenge intéressant à relever.

Photo de l’équipe victorieuse

15 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 18

06/11/13 12:27


L’ISFA A L’INTERNATIONAL Formation délocalisée au Vietnam

Depuis 2002, l’ISFA forme, en partenariat avec l’université nationale d’économie d’Hanoï et l’Université Internationale d’Hô-Chi-MinhVille des étudiants au Vietnam. Ces étudiants viennent ensuite terminer leur formation en master 2 SAF à l’ISFA. Cette année, l’ISFA a donc le plaisir d’accueillir douze étudiants de l’université d’Hanoï. Certains d’entre eux ont accepté de nous livrer leurs premières impressions !

« Je suis né à Hanoi, la belle capitale du Vietnam, et y ai habité pendant 22 ans jusqu’à mon départ en avion pour la France ! J’ai connu l’ISFA juste après mon entrée à l’université, et je considère ce cursus comme un tournant dans ma vie. C’est non seulement une chance de devenir actuaire, mais aussi ma meilleure occasion pour pratiquer le français !

“J’ai connu l’ISFA juste après mon entrée à l’université, et je considère ce cursus comme un tournant dans ma vie” Je voudrais travailler dans la finance. Mon projet à long-terme est de devenir gestionnaire de portefeuille. Etant un étudiant asiatique, je rencontre de nombreux problèmes pour m’habituer à la vie en France : la langue, la mentalité, le mode de vie et le climat. Mais quand je décide quelque chose, je m’y investis à 100% ! Je crois qu’il y a toujours une solution à n’importe quel problème lorsque l’on y met tout son cœur. Les quelques soirs où je me suis promené dans Lyon, j’ai trouvé cette ville belle et paisible, et je pense que je vais apprécier ma vie d’étudiant ici ! » Ngo Duc Hoang Lan

16 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 19

06/11/13 12:27


L

« Pour plusieurs d’entre nous, c’est la première fois que nous partons à l’étranger. On a donc du faire face a plusieurs difficultés comme la barrière de la langue, mais aussi le froid ! Je pensais que s’intégrer serait difficile, mais j’ai été très touché par la gentillesse des gens. Je voudrais ainsi remercier Samy Brias, chargé des relations internationales à l’ISFA.

“En un an et demi en France, j’espère d’acquérir de nouvelles connaissances précieuses pour mon pays.”

J’ai découvert un peu par hasard l’ISFA, après un cursus économique au Vietnam. Cela m’a tout de suite plu, et après un concours j’ai pu intégrer la formation d’actuaire. Pour la suite, j’aimerais travailler dans l’assurance vie pendant quelques années en France, puis contribuer au développement du marché assurantiel vietnamien.

« Ici, je peux acquérir de nouvelles connaissances et d’autres supports et méthodes de travails (lectures, papiers de recherche, journaux spécialisés). Surtout, je sais que les enseignements de l’ISFA et un futur stage dans une entreprise française sont des choses qui me seront bénéfiques, d’une part parce que mes connaissances seront plus pointues, mais aussi parce que je deviendrai plus efficace.

Je sais qu’il me reste des obstacles à surmonter, mais je compte sur l’aide des étudiants français, des professeurs et des entreprises qui sont présentes au forum pour m’aider à concrétiser mes ambitions ! »

J’espère que nous pourrons surmonter nos faiblesses grâce à notre détermination, car les étudiants vietnamiens sont très motivés et veulent réussir. »

Tuanh Anh

Nguyen Dang Diep

« Depuis quelques années, la crise économique mondiale a des conséquences graves, particulièrement pour les pays en développement comme Vietnam. Dans ce contexte, prévoir et estimer les risques devient indispensable pour minimiser les pertes des entreprises. Cependant c’est un nouveau domaine au Vietnam qui manque de professionnels hautement qualifiés. En un an et demi en France, j’espère d’acquérir de nouvelles connaissances précieuses pour mon pays. »

Photo du delta du Mékong au Vietnam

Quang Trung Nguyen

« J’ai passé deux ans dans l’assurance-vie en tant qu’actuaire produits junior chez BaoViet Life, la plus ancienne entreprise dans ce domaine au Vietnam. Dans le but d’obtenir un titre universitaire français et afin de devenir actuaire qualifié, j’ai choisi l’ISFA, avec l’avis de collègues qui en sont d’anciens élèves. Grace à cette formation, j’envisage l’évolution de ma carrière de façon sereine et confiante. »

« Pour achever mon diplôme, je souhaiterais faire un stage, puis travailler comme actuaire dans une compagnie d’assurance en France. J’aimerais ensuite faire un doctorat en France, pour, après quelques années, retourner au Vietnam et devenir professeur dans mon université d’origine.» Hoang Anh Giang

Tam Nguyen

17 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 20

06/11/13 12:27


LE COACHING DANS L’ACTUARIAT Interview de Marie Gonon

Marie Gonon Ancienne élève de l’ISFA et enseignante en communication à l’école Quel a été votre parcours professionnel avant d’exercer votre activité de coaching ? J’ai été diplômée de l’ISFA en 1995 et je suis rentrée chez PricewaterhouseCoopers (Price Waterhouse à l’époque) en tant qu’auditrice en actuariat.

J’y ai passé 5 années très riches au cours desquelles j’ai appris à formaliser mon travail pour faciliter la tâche à l’équipe qui pourrait reprendre le dossier. Avoir parmi ses objectifs la transmission de son travail est très moteur dans une carrière professionnelle. J’ai adoré avoir plusieurs missions en même temps et faire le “tour du marché” pour apprendre le métier dans différents types de structures et auprès d’interlocuteurs variés. J’ai quitté PwC en 2000 pour rejoindre le groupe AG2R La Mondiale, d’abord en tant que responsable de l’actuariat technique, puis en tant que directrice de la modélisation ALM et de la création produits. Autant la modélisation reste un service rendu en interne à l’entreprise pour développer sa rentabilité et optimiser sa solvabilité, autant l’aspect produit concerne directement les clients et le business proprement dit, en intégrant les dimensions “concurrence” et “actualité marché”.

18 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 21

06/11/13 12:27


Je suis arrivée chez ACTUARIS en tant qu’associée, responsable du bureau parisien et du pôle assurance vie. C’était pour moi un challenge que de contribuer au développement de ce cabinet, tant d’un point de vue technique que humain. Je les ai rejoints avant tout pour leurs valeurs et leur positionnement de cabinet à envergure internationale. Chez Actuaris, j’ai enrichi mes compétences commerciales en terme de relation clients et négociations et j’ai eu plaisir à prendre les rênes de la stratégie du pôle. Avoir une vision prospective pour l’équipe qui s’inscrive dans les projets du cabinet, développer les talents selon leurs potentiels, enrichir l’offre au fur et à mesure que l’expérience grandit. Qu’est-ce qui vous a poussé finalement à quitter le monde de l’actuariat pour vous diriger vers ce métier ? Je pensais quitter le monde de l’actuariat et je me suis trompée. En même temps ce n’était pas un but en soi, mon principal objectif était de me concentrer sur ce qui m’apportait le plus de plaisir dans mon travail.

« J’ai pris conscience que ce qui me passionnait le plus dans l’exercice de mes fonctions était d’accompagner les hommes et les femmes dans la réussite de leur projet et de leur carrière. » Avec les responsabilités d’associée, j’ai de plus en plus délégué et je me suis peu à peu entourée de consultants bien plus à l’aise sur les sujets actuariels et financiers. Parmi les consultants et les associés du cabinet, peu ont été surpris par ma volonté de me développer sur les sujets d’accompagnement. La surprise était plutôt sur ma capacité à “abandonner” une place aussi “prestigieuse” pour me consacrer à un job en libéral où j’allais diviser mon salaire par 4 et où la gestion du risque ne serait plus de la modélisation mais un scénario réel !

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste votre activité de coaching et nous dire à quelles personnes cela s’adresse-t-il ? J’accompagne mes clients à tous les stades de développement de leurs projets et à toutes les étapes de leurs trajectoires personnelles (prise de fonction, évolution). Le coaching est un accompagnement professionnel personnalisé permettant d’obtenir des résultats concrets et mesurables, parfois très rapidement.

« Pour entamer une démarche de coaching il faut avoir confiance dans la capacité d’autrui, un coach, à nous faire avancer. » C’est peut-être ce préalable qui définit à quelles personnes s’adresse le coaching. A la différence d’une formation, le coaching n’est pas centré sur les outils avec lesquels repartira le client. Il est centré sur le sujet du client et les solutions que ce dernier décide de mettre en œuvre. On rôde ce que le client décide pour qu’il soit prêt quand il finit ses séances. J’interviens aussi en équipe, soit en participant aux réunions pour développer la dynamique et l’autonomie du groupe, soit en animant des séminaires autour des thèmes : Dynamique collective, Technique de négociation gagnantgagnant, ou encore autour de la construction d’une vision et d’objectifs pour une équipe. Comment vous y prenez-vous pour répondre aux besoins des personnes faisant appel à vous et à quelle fréquence les rencontrez-vous ? A l’issue d’un premier rendez-vous, un contrat de coaching est établi entre le coach et le client. Le client y consigne son ou ses objectifs, les indicateurs de réussite associés et la date de fin du coaching. La plupart des clients n’ont pas une vision précise de leur objectif lorsqu’ils commencent. C’est déjà une première étape importante. L’originalité du coaching, comparé à la formation ou au conseil est que je ne propose pas de solutions.

19 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 22

06/11/13 12:27


La Banque de France et l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution recrutent leurs cadres de direction Comme jeune diplômé, rejoignez une institution au cœur de l’actualité monétaire, économique et financière et du fonctionnement de l’Europe, qui vous assure une expertise unique, des perspectives d’évolution et un développement permanent de vos compétences.

Située dans le centre de Paris, la Banque de France vous offre une large gamme de postes couvrant tous ses domaines d’activité : économistes, experts en techniques financières ou en méthodes quantitatives, spécialistes des marchés financiers, statisticiens, analystes d’entreprises…

L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution, adossée à la Banque de France, vous propose de devenir un acteur de la supervision financière. Vous participerez à la supervision des établissements de crédit, des entreprises d’assurance et des mutuelles et vous contribuerez aux études et aux discussions internationales en ce domaine.

À l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution et à la Banque de France, nous vous proposons d’intégrer des équipes professionnelles et motivées qui partagent leur savoir-faire et leurs valeurs. Vous pourrez participer à des réunions de haut niveau avec la Place et à l’international. Nous encourageons les mobilités, en particulier à l’étranger : Banque centrale européenne et institutions communautaires, Fonds monétaire international, Banque des règlements internationaux, ambassades... Nous faisons du développement des compétences une priorité. Nous portons une attention particulière à l’équilibre vie professionnelle / vie privée.

Pour nous rejoindre, découvrez toutes les offres de recrutement sur le site

Suivez-nous sur Twitter insertionRH201310.indd 1 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 23

www.recrutement-banquedefrance.fr

29/10/13 15:03 06/11/13 12:27


de on on

D’ailleurs la plupart du temps les clients connaissent beaucoup mieux leur sujet que moi avec tous les tenants et les aboutissants. Et c’est justement cela qu’ils viennent chercher, un regard nouveau! Je vais plutôt questionner sur la forme que sur le fond. Peu de questions qui commencent par« Pourquoi », ce qui amènerait le client à se justifier et à évoquer des choses qu’il a déjà ressassé de nombreuses fois. Les questions qui commencent par « Comment » sont préférables en coaching. Elles projettent le client dans l’action, elles lui permettent de commencer à construire un plan d’action. Par exemple, lorsque vous lisez cet article, je pourrai vous dire : pourquoi est-ce que vous vous intéressez à ces lignes? pourquoi est-ce que vous participez à ce forum? Et vous me répondrez certainement des choses que vous savez déjà...je ne suis pas certaine d’aller susciter beaucoup de réflexions chez vous par ce biais. En revanche, en réponse à “comment allezvous exploiter ce que vous lisez en ce moment même?” ou “comment pourriez-vous sortir très satisfait de ce forum?”, il y a des chances que vous vous mettiez en mouvement pour construire un plan d’action. Y a-t-il des problématiques rencontrées plus fréquemment par les professionnels de l’actuariat et de la gestion des risques ? Je n’aime pas penser qu’un homme se définit par son métier et son expertise. J’ai très envie de répondre non à cette question et je ne sais pas bien si c’est ce que je constate vraiment ou si c’est ce que j’ai envie de constater. En deux ans d’exercice je peux dire que les 3 principaux axes sur lesquels j’accompagne mes clients sont : - Evoluer au sein d’un poste vers une plus grande aisance managériale et relationnelle - Identifier ses talents pour développer sa confiance et son engagement au sein de son entreprise - Trouver et oser prendre sa place dans les comités de direction et les équipes projet. Je ne pense pas que ces sujets soient propres aux professionnels de l’actuariat et de la gestion des risques. On peut cependant utiliser les qualités professionnelles pour les appliquer à un domaine plus personnel. Une personne qui gère les risques au sein de l’entreprise pour laquelle elle travaille, peut développer ses compétences pour gérer ses

29/10/13 15:03 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 24

propres risques dans sa stratégie de développement, de carrière ou personnel. Il est courant d’entendre que les actuaires ne sont pas les meilleurs communicants au sein des entreprises. Je ne pense pas que cela ait un rapport direct avec leur métier. Nombreuses sont les personnes, qui une fois dans le monde professionnel prennent conscience de la difficulté de s’exprimer en public. C’est une demande fréquente en coaching, qui n’est pas propre à une profession particulière. Les clients avancent vite et bien sur ce sujet lorsqu’il y a un enjeu important pour eux à la clé. Quels conseils donneriez-vous aux jeunes diplômés de l’ISFA à la recherche d’emploi afin qu’ils débutent au mieux leur carrière professionnelle ? Je ne suis pas certaine qu’ils aient besoin de conseils. Je vois en coaching qu’ils ont beaucoup de questions, ce qui prouve qu’ils sont conscients de l’importance de réussir cette étape. Chacun y va à sa manière et c’est tant mieux. `

« Il y a autant de styles de recruteurs que de styles de candidats. » Je crois qu’il faut qu’ils fassent vraiment confiance à leur intuition pour le choix de l’entreprise dans laquelle ils rentreront. Qu’ils sachent que le diplôme de l’ISFA leur donnera une clé d’or pour l’entrée dans le monde professionnel. Qu’ils l’utilisent à bon escient pour se faire plaisir, apprendre, apprendre et apprendre encore ! J’entends souvent la problématique d’un équilibre vie pro-vie perso avec la hantise des horaires lourds au travail. Je crois vraiment que les horaires commencent à être lourds lorsque vous n’avez plus la passion de ce que vous faîtes. Je leur souhaite de tout cœur de s’épanouir autant que moi dans ces métiers et d’avoir envie de transmettre leur passion dans 20 ans aux futurs jeunes diplômés.

21 06/11/13 12:27


PLACE AUX JEUNES !

De jeunes administrateurs pour l’Association ISFA

Jean-Michel Eyraud Ancien président de l’Association ISFA “Il y a deux ans déjà que le site association ISFA a démarré, le succès d’estime a été a la hauteur des espérances que nous lui avions fixées. Le dynamisme du mouvement ISFA a pu être démontré, avec plus de mille inscrits sur le site et un renouveau des activités je crois avoir rempli la mission confiée. Mes convictions vous les connaissiez : nous avons besoin en notre qualité d’anciens élèves de l’ISFA de faire rayonner son drapeau pour l’aider dans son

22 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 25

développement comme dans celui de son centre de recherche, pour aider les jeunes générations ISFA à trouver un travail en faisant reconnaître la qualité de leur cursus, mais aussi pour nous épauler mutuellement dans les mutations professionnelles que nécessitent les évolutions rapides de nos métiers. Aidé de cinq anciens élèves attachés à la pérennisation de notre association : Pierre Mancini (ISFA 62), Alain Wicker (ISFA 67), François Delavenne (ISFA 71), Pierre de Villeneuve (ISFA 72),Yves Vlieghe (ISFA 73), j’ai en mai 2011 avec une équipe nouvelle pris la succession de Louis Armagnat (ISFA 69) à la tête de notre association.

06/11/13 12:27


Nous avions fixé des objectifs à notre démarche : - répondre à l’appel de notre école en nous rassemblant, - porter la renommée ISFA beaucoup plus haut et beaucoup plus loin, - valoriser l’esprit humaniste qui lui est propre depuis sa fondation, - faire de l’Ecole ISFA une « Actuarial School » de plus de 1 000 élèves, leader européen en gestion des risques, - et enfin témoigner de notre engagement au côté de l’Ecole.

Photo de la dernière Assemblée Générale

Je remercie sincèrement Louis Armagnat d’avoir permis l’ouverture de notre association aux nouvelles générations ISFA dès leur entrée dans l’école permettant ainsi de faire naître l’esprit réseau dans les nouvelles promotions. La démarche ne sera complète que si notre Mouvement intègre totalement cette dimension dans son organisation. Il est temps de laisser la place aux jeunes générations ISFA. J’ai donc proposé qu’un nouveau bureau se constitue au sein de notre conseil d’administration pour préparer un projet d’équipe en vue des élections de 2014.

Le nouveau directeur de l’ISFA, Nicolas Leboisne, est pour la première fois de son histoire un de ses anciens élèves et le dynamisme de l’école est remarqué par l’ensemble de la profession. Le laboratoire de recherche ISFA a un rayonnement international reconnu et ses travaux comptent dans un environnement économique encore hésitant où l’évaluation des Risques est le centre de toutes les préoccupations. Notre Mouvement doit continuer à peser auprès des Associations Professionnelles pour que les objectifs que nous avions fixés soient atteints ; j’ai été honoré de recevoir à Lyon avec l’ISFA et au nom de notre Association le Colloque de l’Association Actuarielle Internationale et je sais que notre rôle au sein des instances professionnelles est reconnu.

“Notre Mouvement doit continuer à peser auprès des Associations Professionnelles” C’est avec la même ferveur et la même conviction que celles qui m’animaient il y trois ans que je souhaite transmettre aux jeunes administrateurs de notre association le flambeau d’une tâche jamais achevée Bien entendu, je resterai impliqué à leur coté pour que leurs nouvelles ambitions pour le Mouvement ISFA puissent se concrétiser. Pour que vive l’ISFA.”

“Aider les jeunes générations ISFA à trouver un travail en faisant reconnaître la qualité de leur cursus”

Photo du Gala ISFA

23 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 26

06/11/13 12:27


Gildas Robert Nouveau président de l’Association ISFA Professionnels depuis une dizaine d’années comme jeunes diplômés, c’est avec les mêmes convictions que le nouveau bureau va poursuivre les actions engagées pour entretenir et fortifier le mouvement ISFA. En s’appuyant sur les bases en place – en particulier le site internet, les petits-déjeuners conférences et le gala annuel – nous chercherons avant tout à consolider les liens entre anciens de l’ISFA.

“L’implication des jeunes diplômés dès le début de leur carrière professionnelle est pour nous essentielle. “ Nous nous en assurerons par notre présence systématique au forum et l’organisation chaque année d’une soirée d’accueil de la nouvelle promotion. Notre seconde priorité sera de renouer avec les professionnels en milieu de carrière qui ont parfois pu prendre au fil des ans un peu de distance vis-àvis du mouvement. Avec l’aide des correspondants de promo, nous comptons organiser des rendezvous destinés à toutes les générations pour créer des occasions conviviales de rencontres : sorties culturelles et autres rendez-vous informels. C’est bien à travers la multiplication des liens entre les anciens de l’ISFA de toutes générations que nous pourrons renforcer notre réseau, transmettre les valeurs de notre formation et faire jouer la solidarité entre les membres.

Photo de Luc Pagès, membre affilié de l’Association ISFA et dirigeant ADVITAE, et Jean-Michel Eyraud, durant le Gala ISFA

J’en profite pour le remercier très chaleureusement pour la confiance qu’il nous accorde. Son implication ces deux dernières années a été hors du commun, à nous de faire en sorte que la transition se passe bien. J’aurai le plaisir je l’espère de vous rencontrer très prochainement à l’occasion de nos multiples évènements et à échanger avec vous sur les ambitions de l’association.

”Le mouvement ISFA vit à travers votre présence et participation active à nos manifestations. ” Gildas ROBERT (ISFA 2004) et la nouvelle équipe

Etant impliqué depuis plusieurs années au sein de l’association des anciens de l’ISFA, c’est avec l’aide d’une équipe multi-générationnelle et de toutes les bonnes volontés qui se présenteront que je vais tâcher de prendre le relais transmis par Jean-Michel.

24 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 27

l 06/11/13 12:27


en son etoile ‘ 1989

les yeux ferm es ‘ 2002

en soi

2008

CNP ASSURANCES - Société Anonyme au capital de 643 500 175 euros entièrement libéré Siège social : 4 place Raoul Dautry - 75716 Paris Cedex 15 - 341 737 062 RCS Paris Entreprise régie par le Code des assurances

au P’ere No”el 1975

Chez CNP Assurances, plutôt que cro ire, nous préférons être sûrs. CNP Assurances est le premier assureu r de per son nes en Fran ce. Elle se dév elop pe à l'international avec 23 millions d'assuré s en épargne/prévoyance dans le monde. Le grou pe CNP Assurances est présent à travers des imp lant atio ns au Bré sil, en Arg ent ine, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Grè ce, à Chypre, en Irlande et en Chine. Plus de 4 800 collaborateurs dans le mon de ont rejoint CNP Assurances. Faites comme eux . Si vous désirez partager notre développem ent, merci d’adresser votre candidature à : CNP Assurances Service développement professionnel 4 place Raoul Dautry 75716 Paris Cedex 15 http://recrute.cnp.fr

au bonheur 2031

l REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 28

06/11/13 12:27


L’ACTUALITE DE L’ASSOCIATION Les évènements passés et à venir

RETOUR SUR LE GALA ISFA C’est à Lyon qu’a eu lieu cette année le Gala ISFA. Plus de 300 actuaires et sympathisants se sont réunis dans ce lieu magique et chargé d’histoire qu’est le Palais de la Bourse de Lyon. Parmi eux des figures emblématiques de l’actuariat français et international. Une vraie réussite pour l’Association ISFA qui a sur mettre en avant le dynamisme qui l’anime ainsi que les nombreux atouts que présente la formation ISFA. Un grand merci à tous les participants et organisateurs de ce bel événement.

Photo des organisateurs du Gala

ACCUEIL DE LA NOUVELLE PROMOTION L’Association des anciens de l’ISFA a eu le plaisir d’acceuillir la nouvelle promotion ISFA le mardi 22 Octobre à l’auditorium d’Optimind Winter. Cet évènement a été une nouvelle occasion de rencontre dans un cadre convivial entre les membres du réseau ISFA tout en favorisant les échanges avec la nouvelle promotion. Le parrain de la nouvelle promotion, Pierre de Villeneuve, récemment devenu Président Directeur général de BNP Paribas Cardif Assurances (ISFA 72), a rappelé l’importante du mouvement ISFA et la necessité pour chacun de s’’y investir.

26 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 29

06/11/13 12:27


CONGRÈS INTERNATIONAL DES ACTUAIRES À WASHINGTON

PETIT-DEJEUNER CONFERENCE

Les quatre amicales d’actuaires (A2B, AAP, Association ISFA, USA) ont souhaité permettre à des jeunes actuaires de participer au Congrès International des Actuaires à Washington du 30 mars au 4 avril 2014 (http://www.ica2014.org).

Le jeudi 14 novembre 2013 a eu lieu le petit-déjeuner conférence : Modélisation du rachat et parallèle avec la physique.

Afin de sélectionner au moins un jeune actuaire par amicale, elles ont décidé d’organiser un concours. Ce concours était ouvert à tous les membres de l’Institut des Actuaires des promotions 2010 à 2013 ainsi qu’aux étudiants en fin d’études qui sont appelés à devenir membre de l’Institut des Actuaires avant avril 2014. Les actuaires (ou futurs actuaires) ont du déposer un «papier» actuariel d’une vingtaine de pages maximum avant le 15 novembre 2013. Les éventuels papiers déjà soumis au Congrès International 2014 ont également été retenus. Les papiers sélectionnés feront l’objet d’une présentation durant le Congrès International des Actuaires.

La modélisation des rachats dynamiques est aujourd’hui un enjeu de place, avec le renforcement des besoins en modélisation prospective, notamment dans le cadre de la réglementation prudentielle Solvabilité II. Le petit déjeuner a été consacré à présenter différentes approches pouvant être retenues. Une première partie était ainsi consacrée à montrer comment le taux de rachat maximal peut être calculé par le modèle de Vasicek. Les seuils de déclenchement et d’arrêt des rachats dynamiques sont calculés à partir d’une analogie avec les rachats de crédit et la résistance des matériaux. Une seconde partie était consacrée à s’affranchir de la modélisation classique des rachats et proposera de nouveaux modèles, issus chacun d’analogies avec des secteurs différents.

Plus d’informations sur www.asso-isfa.com

Les faits marquants Association ISFA à venir :

Des activités de loisir: activités sportives, dîner de promotion, œnologie ...

De nouveaux petits-déjeuners conférences à Paris et à Lyon

La création d’un book CV permettant aux étudiants de trouver un stage, une alternances ou un premier emploi

La soirée de Gala ISFA et la participation à la Nuit des Actuaires

27 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 30

06/11/13 12:27


LES DIPLOMES 2012-2013 DIPLOMES DE MASTER 2 SAFIR SAF AUBERT Corinne BALDE Racidou BAUDRON Pierre BENCTEUX Julien BENFADDOUL Hatim BENSENANE Anis BERGERON Maxime BHIRI Chérihène BIZOUARD Yacine BOHORQUEZ RODRIGUEZ German Andres BOUR Caroline BOUYOU-MANANGA Ange CAMOL Ludovic CARDINALE Valentin CAROLO Perrine CASSE Jean-Baptiste CHALENDARD Romaric CHALNOT Jean-Baptiste CHARAFI Omar CHARLET Amélie CHATELLE Florence CHERMETTE Charles CHEVREUX Marie CHEVRIAU Guillaume CHIGNAC Jonathan CHIRAT Maximilien CONSEIL François-Xavier COUDERT Manon DALONGEVILLE Marie DAUDIGEOS Oreste DEBERNARDI Anthony DEFRETIN Jérémie DELCAMBRE Maxime DELVIGNE Yann DELYS Olivier DESCHAMPS Bertrand DEVES Gaetan DIALLO Mamadou DIEYE Abdoulaye Ndiaye DIOUF Ousseynou DO Thi Thu Huong DOAN Michel DU Yang

DULLIN Arnaud DUMORA Marine DUTREVIS Adrien ELIAS Claire ELMALEH Jérémie FAUVERNIER Mathieu FAWAZ Fatima GABRIELLE Joséphine GOMIS Patrick GUIBERT Zacharie HACINI Mehdi-Vincent HAGE Delphine HIAS Flavien HOANG Clément HUTHER Charlotte HUYGHUES-BEAUFOND Marie JACQUET Taïna JALLOUL Maya JEANNET Christophe JOORATI Hessam JUNKERE Cindy KHANAFER Ahmad KHUC Hoang Tuyet Huong KRATZ Marie LE GUEN Chloé LENGRAND Mathieu LESNISSE Nicolas LY Abou MACK Eliott MAKHLOUF Soumaya MANN Laurent MANSOUR Georgina MAO Gwladys MAROLLEAU Claire MEYRAN Adeline MICHEL Mathieu MILLET Florence MOUCHEL Julie MOUTACHAKKIR Mohamed Amine MZOUGHI Karim NDIAYE Mouhamadou NGUYEN Anh Hong NGUYEN Quang Thang

NGUYEN Quoc Binh NGUYEN Tien Thanh NGUYEN Trung Dung NGUYEN DOAN Tung NORAZ Jean-Patrick OMERANI Zakaria OTAKANA NDIBI Sonel OUDET Anicet PARAISO Jean-Philippe PASQUET Pierre-Alexis PHAM Hong Cat PLAITIN Alice POMARE Tevaiti POMMARET Adrien POSTEAU Robin QUILFEN Matthieu RAGOT Nathan RATNASOTHY Sugiban RAUCH Mickaël REN Jiaen REVOL Pierre RIPOLL-DURRIEU Clémentine RODRIGUEZ RIANO Hugo ROUSSAT Vincent ROUSTAN Céline SAIGE Sylvain SAMUEL Philippe SANQUER Olivier SCHOUFT Aurélie SOUAID Yves SOUFFLET Camille SOUVANTHONG Jérôme STOCKSIEKER Samuel TEGUIA TCHEMTCHOUA Cyriaque THAI Arnold TOURE Yacoub TRAN Thi Ly TREUSSIER Rozenn TRUONG Samantha VEYRON Aymeric VU Binh Gia YALLOUZ Léa

28 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 31

06/11/13 12:27


DIPLOMES DE MASTER 2 SAFIR IR AGBONOUGA Stéphanie ANTHOINE Loriane ASSINE Serge BOUANIKA Farès CARPENTIER Bertrand CHEVRIER Marion CHICHE Guillaume DRAGOI Vlad FERMEUS Olivier GALY Camille GRANGER Emilie JACOUD Flore

JEANSELME Julien KOUAME Yao Jean Hilaire KPOCHAN Nalewe Lauridana LOKMAN Sarah MARGUIN Gilles MBA ANOUZOGO Ronan MAIGRE DE LA MOTTE-BOULOUMIE Hugues MEYER-AMIEZ Charles MONTAGNE Térence NDJATHE NANA Julio Giovanni OUTIOUIDJI Sami

PALIS Maeva PERROT Anthony PEYRILLER Audrey PEYRON Loris ROCQ Matthieu SARR Coumba SECK Idrissa SEGALA Florent TANG Wei VARICCA Violaine WAN Huai Yuan ZHANG Binhu

DIPLOMES DE MASTER 2 GRAF BAGUI Hasna BALSAGETE Romain BELLIER Guillaume BEN BRAHIM Mohamed Amine COHEN Guillaume DAMESTOY Clément DIOMANDE Ahmed Tidiane

DOUDECHE Amine DOUMBIA Mohamed Idrissa FARAROOY Tara FARD Anas LAFRITTE Jules MOUSTAIDE Adam PLUNET Edouard

SABOURIN Kevin SAID Khalil TIAMBO TEUSSOP Franck TINA Michael TURKI Sondes WANG Jian

DIPLOMES D’ACTUAIRE AGUIR Naila ALDUY Laure BANNWARTH Claire BAVARD Ivan BELLANDE Yann BOUDOT Julien CABOCEL Florian CHAUVEAU Gérald COLLET Iscia COLLIER Samy DELAI Marielle DENISE-BAILLON Christophe DIAZ Thomas DIB Layal DUCROS Jean-Christophe FENET Laetitia

FERRY Arnaud GIROUX Marjorie GREMILLET Marion GU Roncheng JARIR Reda JEMINET Janick JOUITTEAU Adrian KRATZ Marie LABIT-HARDY Héloïse LADIAS Nicolas LE CLOIREC Laurent LIM Richard MALINGE David MANAS Adrien MARBACH Bastien MATHELIN Romain

MICHAUD Clémence MICHELIN Olivier MIETTON Marjorie MIRRA Mathieu NOUTONG WAMBO Gwladys PHAM THI HONG Tham PICHARD Aurélien PONS Arthur RICHARD Anne-Cécile ROSSPOPOFF Bastien SAUNIER Maxence SUSLU Rojwan TOURE Ndeye Fatou TRAN Thu Huong

29 REVUE-ISFA-2013_avecFPerdus.indd 32

06/11/13 12:27

Revue isfa #8  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you