Page 1

ASSO’CALYPSE

NÔw

quand la presse jeune démonte les clichés...

Avec ou sans moyens, avec ou sans appui, mais toujours avec la rage et le plaisir de s’exprimer, les jeunes prennent la parole et créent des journaux dans leur collège, leur lycée, leur fac, leur quartier ou leur ville. Association nationale indépendante dirigée par des jeunes réunis pour défendre leur liberté d’expression, Jets d’encre apporte conseils et soutien aux rédactions, favorise leurs échanges via les événements et rencontres locales qu’elle met en place, et mène une réflexion déontologique avec son réseau autour de la Charte des journalistes jeunes et de la Carte de presse jeune qu’elle édite. Jets d'encre anime en Ile-de-France et en Rhône-Alpes des Rézos de journaux jeunes et leur propose des formations, des rencontres avec des journalistes professionnels, des ateliers pour échanger et mutualiser leurs pratiques.

e.asso.fr

encr >> www.jetsd

16

1


sÔmmaire CONCLUSION

éditÔ Par Johanna Lubin et Marie Picoche

Parole de jeune ! Aujourd'hui, la parole est donnée aux jeunes. Ou plutôt, ils la prennent d'eux même. « On est jeune mais respectueux ! » , « Les jeunes ont aussi l'esprit d'initiative ! », « Les jeunes ne s'amusent pas qu'avec de l'alcool ! », « La casse, c'est démodé, l'art pour s' exprimer ! »... C'est dans le cadre du trombinocliché organisé par l'ANACEJ, l'association nationale des conseils d'enfants et de jeunes et de son collectif "Stop aux Clichés" que ces affirmations sont sorties de la bouche des jeunes. Le constat est clair et net : le travail, l'investissement, la niaque, et l'envie de s'en sortir des 12-25 ans ne sont pas assez valorisés dans notre société. C'est pourquoi une rédaction formée de jeunes journalistes lycéens venus de la région parisienne s'est réunie. Nous nous sommes retrouvés autour d'une lutte contre les clichés inscrite dans les valeurs de l'association Jets d'Encre. Notre mission ? Écrire un journal en sept heures non-stop pour tordre le cou aux clichés. Des préjugés qui reviennent trop souvent dans la bouche des personnes qui jugent sans connaître la réalité des jeunes. Comme s'ils avaient oubliés qu'ils ont eu notre âge (ou bien qu'ils l'ont encore). En écrivant sur différents sujets allant de la politique jusqu'à la culture en passant par les pommes : les clichés de notre belle France sont décortiqués pour vous avec l'œil des journalistes jeunes. Ainsi, nous explorerons un monde où les jeunes sont soi-disant largués dans la politique et sans perspectives d'avenir. Un monde où culture rime avec jeux vidéos et où la malbouffe règne. Nous n'avons qu'une chose à déclarer :

Ô

c'est F

2

!

Par Johanna Lubin Voilà. Nous avons consacré quatorze pages à vous montrer que les jeunes ne sont pas QUE des gros clichés sur pattes comme peuvent nous le faire croire les médias. Les jeunes peuvent s’intéresser à la politique, et ils prennent parti ! Contrairement à ce que l'on pouvait penser en 1968, c'est-à-dire les jeunes à gauche et les vieux à droite, aujourd’hui les avis sont beaucoup plus contrastés et réfléchis. Les jeux vidéo n’abrutissent pas les jeunes, mais c’est un pan de leur culture. Avec la violence croissante, l'opinion publique a fortement accusé les jeux-vidéos d'être responsables d’entraîner la violence chez les jeunes. Or, ce sont certains conflits et l'achat d'armes grandement facilité aux Etats Unis qui causent ces tragédies, et non les jeux de guerre qui ont plus une place récréation pour certains. Les jeunes se préoccupent de leur avenir. Pour les Terminales, le post-bac est une des premières causes de stress. Ils doivent réfléchir à leur avenir, savoir ce qu’ils veulent faire et prendre au plus vite une décision définitive pour la poursuite de leurs études et de leur vie. Les journaux lycéens sont importants, un espace d'expression pour une jeunesse qui a tant à dire et à montrer, et sans censure, c'est encore mieux ! Les jeunes ne sont pas que des puits sans fond qui passent leur semaine au Macdonald. Ils ne font pas que malbouffer, et ils savent comme les vieux pourquoi se nourrir de façon équilibrée. Les jeunes s’intéressent à la culture, mieux, ils se construisent leur propre culture ! Ils lisent (pas que des BD) et sont les premiers à se rendre au cinéma à chaque sortie de film (pas que des films d’ados). La culture 2.0 qui perce de plus en plus a trop souvent tendance à être oubliée, en partie parce qu’elle est transportée en majorité par les jeunes. Alors la prochaine fois que vous entendrez quelqu’un pester contre ces petits branleurs de jeunes qui ne font rien de leurs journée, vous pourrez lui répondre :

Ô

c'est F

15

!


ALIMENTATION

sÔmmaire

cliché 6 : LES JEUNES MALBOUFFENT HEY TOUT ÇA VA CE

LE MONDE MATIN

?

!

Par Alice Beccegato et Luca Ungaro

WAAAA

2 - EditÔ : LES JEUNES SONT DES CLICHÉS !

ASSO’CALYPSE

Ô

4 - cliché 1 : LES JEUNES N’AIMENT PAS LA POLITIQUE...

OUI !! SUPER...

6 - cliché 2 : LES JEUNES SE FOUTENT DE LEUR AVENIR...

Le Lendemain...

.

MAIS… QU’EST-CE QU’IL NOUS ARRIVE !?

LA CAGETTE DES ÉTUDIANTS...

MAIS ALORS… JE VAIS ÊTRE MANGÉE PAR UN JEUNE !? ON M’A TOUJOURS DIT QUE C’ÉTAIT IMPOSSIBLE ! QUE LES JEUNES NE MANGEAIENT QUE DES FRITES

N

!!

est une publication unique de l’association Jets d’encre, réalisée en direct lors de la rencontre du Rézo Ile-de-France du 3 février 2013 à Paris par les journalistes jeunes du Rézo. Ont participé à ce numéro les journalistes jeunes de KaBoom, Le p’tit Luther,

8 - cliché 3 : LA PRESSE JEUNE NE SERT A RIEN... 10 - cliché 4 : LES JEUNES NE S’INTERESSENT PAS A LA CULTURE

L’inébranlable et Actu Guimard. Directeur de la publication : Edouard Daniel,

Président.

12 - cliché 5 : LES JEUX VIDÉO ENTRAINENT LA VIOLENCE CHEZ LES JEUNES

Rédacteur en chef : Johanna Lubin. Rédaction : Marion Abecassis, Sé-

kouba Bagayoko, Alice Beccegato, Nathan Di Maria, Jonathan Hautel, Cadau Loveson, Johanna Lubin, Perrine Marquesuzaa, Thibault Paté, Marie Picoche, Marion Quenot, Baptiste Sanchez, Luca Ulgaro.

14-cliché 6 : LES JEUNES MALBOUFENT 15- CONCLUSION

Maquette et illustrations : Manon Quenot et Baptiste Sanchez. Tirage : 1000 exemplaires. Imprimerie spéciale.

14

w

3


Par Marion Par Thibault Quenot

PAS LA POLITIQUE… LA VIOLENCE CHEZ LES JEUNES Paté et Nathan DiMaria

Politiquement correct ?

« Jeune ? Vous avez dit jeune ? Mais non les jeunes ne votent pas, c’est évident ! » Seulement voilà, il semblerait que cela soit légèrement erroné ! En effet, ce cliché ne concerne que 27% d’abstentionnistes. C’est ce que démontre tous les medias lycéens et étudiants en ayant traité la dernière campagne présidentielle.

Hormis les nombreux articles dans chacune des rédactions, le blog « 2012 est à vous » à réuni près de 150 blogueurs en l’espace de 9 mois. Ce blog avait pour vocation d’être le porte-voix des coups de gueule et des espérances des jeunes pour le prochain quinquennat présidentielle. Ce blog reste ouvert encore aujourd’hui, et vaut le détour !

Le lycée semble être un lieu propice au débat politique, tout particulièrement chez les ES, et également pour ceux qui veulent se faire entendre en écrivant dans leur journal.

partout, c’est un fait. Le problème est qu’aux Etats-Unis, ces personnes ont accès à l’armement légalement et pour relativement peu d’argent.

>> Mais la réelle question n’est pas là, et le jeu vidéo n’en est pas la source : aucune étude n’a montré de lien direct et concret entre la pratique de ces derniers et les comportements violents dans la réalité. Des troubles mentaux ainsi qu’une famille dans l’incapacité de les traiter à temps sont les véritables causes du problème. Le jeu vidéo n’est pas l’instigateur de ces troubles, il en est seulement le catalyseur. Et lorsque de tels soucis sont présents, vivre dans un pays où l’on a la possibilité d’acheter une arme à feu en moins d’une semaine permet le passage à l’acte. Il y a des individus déséquilibrés

Trop de « geek » tue les geeks. Si je vous dis qu’un geek n’est pas un no-life qui n’est lui-même pas un gamer qu’il ne faut surtout pas confondre avec un nerd, vous me prendrez sûrement pour un illuminé parlant un langage disparu depuis la nuit des temps – au meilleur des cas. C’est pourtant la pure vérité (si, si, je vous le jure). Quelques explications s’imposent pour clarifier tout cela. J’imagine que vous n’êtes pas sans savoir que la plupart des personnes jouant un tant soit peu aux jeux vidéo sont immédiatement qualifiées de « geek ». Eh bien l’emploi de ce mot est, la plupart du temps erroné. En effet, la définition première de Au premier tour des élections présidentielles Le Pen tête « geekde » 2012, est « Marine passionné ». arrivait Or, uneenpersonne des estimations de votes des 18-25 ans avec 26peut %. Suivaient Hollande, Sarkozy et Mélenchon parfaitement être passionnée de sciencedans ce classement inattendu (les jeunes ont considérés comme Gauche). fiction. Dès lors, letendance mot « geek » est adapté. 4

SOCIETE

POLITIQUE

1 :JEUX LES JEUNES N’AIMENT cliché cliché 5 : LES VIDEO ENTRAÎNENT

Il existe également des « souscatégories ». Une personne passionnée de jeux vidéo sera appelée « gamer », alors qu’un « nolife » est un gamer poussant la pratique des jeux vidéo à son paroxysme et étant dépourvu de vie sociale. Pour autant, l’emploi de ces mots ne convient pas à la dernière catégorie : les « nerds ». Ceux-ci sont solitaires, généralement considérés comme « intellos » et passionnés par des sujets liés aux sciences tels que les mathématiques ou la physique. J’espère que vous comprenez désormais mon indignation lorsque j’entends des personnes dire que l’on est un geek lorsque l’on passe un peu de temps sur son téléphone ou que l’on surfe sur Facebook. 13

Enfin, sachez que de nombreux jeux vidéo ne font pas l’apologie de la violence, bien au contraire. ICO ou Heavy Rain – pour ne citer qu’eux – content le parcours émotionnel du protagoniste et mettent la violence, quasi-inexistante, au service de la narration. Assassin’s Creed permet quand à lui d’aborder l’histoire d’une manière différente. Les personnes se limitant à l’aspect violent ne sauraient saisir le plein potentiel de cet art qu’est le jeu vidéo – au même titre que le cinéma. Et lorsque cet art est parfaitement exécuté, c’est un chef-d’œuvre qui nous est offert, à l’image de Journey, véritable conte des temps modernes.


Par Marion Par Thibault Quenot

Pikachu et Mario sont des tueurs Politiquement moment de faire leur promotion… Tout ce discours vise en réalité à se détourner des accusations pesant sur leur organisation.

Vous avez sûrement déjà entendu cette phrase - trop - récurrente : « La violence est la conséquence des jeux vidéo ». Et bien figurez-vous que, dernièrement, du simple stade d’accusation infondée, cette phrase est passée au statut de mensonge collectif savamment orchestré. Suite aux différentes tueries ayant eu lieu aux Etats-Unis, la RNA (National Rifle Association) défendant le port d’armes à feu, a tenté de détourner les diverses accusations à son encontre vers le jeu vidéo, cible facile. Qualifiant son industrie de corrompue, corruptrice et impitoyable, l’accusant de produire des jeux vicieux et violents, la RNA avance l’argument de la conspiration discrète distillant de manière insinue son venin dans la tête des consommateurs. Or, vous le remarquerez, les blockbusters ne font pas vraiment dans la discrétion au

Car oui, aux Etats-Unis, où un foyer sur trois possède une arme à feu, il est aisé de penser que les jeux vidéo sont la cause des massacres qui secouent le pays depuis plusieurs années. Par ailleurs, la plus grande tuerie qui a fait 38 victimes a eu lieu en 1927 alors que les jeux vidéo étaient loin d’exister, preuve – s’il en fallait – que ceux-ci ne sont pas à l’origine de ces meurtres. >>

PAS LA POLITIQUE… LA VIOLENCE CHEZ LES JEUNES Paté et Nathan DiMaria

correct ?

parents n’ont pas compris puisque les jeunes sont catalogués de pro-PS, alors qu’en réalité, ils votent majoritairement bleu marine (dédiabolisation oblige) ! D’après un sondage, 18% des jeunes ont donné leur premier bulletin au FN.

De plus, les jeunes montrent également leurs engagements sur le terrain, notamment aux côtés de partis politiques, qui comptent des associations militantes comme le mouvement des Jeunes Socialistes (pour le PS) et les Jeunes Populaires (pour l’UMP), ou d’ONG. C’est le cas de Narjes 17 ans et jeune ambassadrice de l’Unicef : « Je souhaitais être bénévole, mais je n’avais pas 18 ans. Je suis allé sur leur site et je les ai contacté. Je voulais mettre mon temps libre à profit en défendant une cause qui me tient à cœur »

Les causes sont diverses, mais il est certain que la principale est la terrible, l’effroyable, l’exécrable… CRISE !! Cela concerne en premier l’extrême droite et en moindre mesure le PCF, chez qui on remarque une forte progression en terme de suffrages. En témoignent les blogueurs de « 2012 est à vous » qui se souviennent de la réaction des frontistes, qui, au nom de la liberté d’expression, polluaient leurs articles, ne soutenant aucun parti en particulier, par des commentaires prosélytes (envers cette chère Marine), sans nul doute par leur incapacité de pondre un article eux-mêmes !

« Les jeunes sont tous socialistes »… EH BEN NON ! Le temps de Trop de « geek » tue les geeks. Si je vous dis qu’un geek n’est pas un no-life qui n’est lui-même pas un gamer qu’il ne faut surtout pas confondre avec un nerd, vous me prendrez sûrement pour un illuminé parlant un langage disparu depuis la nuit des temps – au meilleur des cas. C’est pourtant la pure vérité (si, si, je vous le jure). Quelques explications s’imposent pour clarifier tout cela. J’imagine que vous n’êtes pas sans savoir que la plupart des personnes jouant un tant soit peu aux jeux vidéo sont immédiatement qualifiées de « geek ». Eh bien l’emploi de ce mot est, la plupart du temps erroné. En effet, la définition première de « geek » est « passionné ». Or, une personne peut parfaitement être passionnée de sciencefiction. Dès lors, le mot « geek » est adapté. 12

POLITIQUE

SOCIETE

1 :JEUX LES JEUNES N’AIMENT cliché cliché 5 : LES VIDEO ENTRAÎNENT

Mitterrand est révolu… Ce que nos Il existe également des « souscatégories ». Une personne passionnée de jeux vidéo sera appelée « gamer », alors qu’un « nolife » est un gamer poussant la pratique des jeux vidéo à son paroxysme et étant dépourvu de vie sociale. Pour autant, l’emploi de ces mots ne convient pas à la dernière catégorie : les « nerds ». Ceux-ci sont solitaires, généralement considérés comme « intellos » et passionnés par des sujets liés aux sciences tels que les mathématiques ou la physique.

A noter une étonnante disparité dans le milieu étudiant puisque Sarkozy l’emportait dans les grandes écoles, les classes prépa, et les facs de médecine, tandis que son rival socialiste l’emportait lui dans les autres filaires...

J’espère que vous comprenez désormais mon indignation lorsque j’entends des personnes dire que l’on est un geek lorsque l’on passe un peu de temps sur son téléphone ou que l’on surfe sur Facebook. 5


Par Jonathan et Par Luca Hautel Ulgaro et

« Conjuguez-moi « perdu » au futur, s’il-vous-plaît » Il paraît que les jeunes ne s’intéressent pas à leur avenir ? Il paraît qu’ils sont blasés ? Et bien c’est pas si simple que ça... Effectivement, il n’y a jamais eu autant d’organisations et de salons pour l’orientation, toujours plus actifs depuis quelques années. Les jeunes cherchent de plus en plus à trouver des formations pour s’intégrer dans le marché du travail, malgré la précarité actuelle de l’emAPB, par exemple – le meilleur ami des ploi. La preuve, les salons APB terminales ! – est un site où les futurs ét udiants sont pleins, l’Etudiant cartonne, doivent s’inscrire pour choisir leurs études les conseillères d’orientations se supérieures… Mêm e s’ils y rencontrent quelques multiplient, les forums pullulent ! difficultés comme po ur l’inscription, à ca use des nombreux bugs. Vu le nombre d’h eures que les élè ves passent à rentrer leu rs bulletins, à ordonn er les 36 vœux, à remplir les dossiers papiers et à faire des lettres de motivat ions, on peut vo ir qu’ils ne prennent pas cela à la légère. Stratégie et prise de tête sont de mise. Ils font aussi des sa lons ! Dingue, il y a du monde ! En effet les salons APB sont pleins à cra quer de jeunes motiv és pour trouver une formation, de conseillères d’orientation soucieu ses d’informer de n’importe quelle manière leur lectorat, de présentateurs d’é coles, facs et prépas , de professionnels désireux d’assurer la continu ité de leurs corps de métie r. rs plus de s, il attire toujou le rô s le tip ul m s se motiver tout cela ? Sous des projets pour se ni ga or t an Et l’Etudiant dans di tu rviews fet l’E r de jeunes. En ef ches avec des inte lie pê cu dé rti s pa de , en ux et na ur monde blie des jo est à vous’’…), pu nos jeunes (‘’2012 es formations. nt re s l’opportunité de sur les diffé ts en m ne eig é, offre aux jeune ns ifi re rs ve di et des s trè et organisé Son site, très bien uver leur vocation. ues, et de discusrmations pour tro fo in s se eu br m , et très sympathiq no ifs de at rm fo in trouver s trè , es toujours plus eux salons rtunités à ces jeun po De plus, ces nombr op s tre au d’ . ettent de donner iffés d’informations sions Twitter perm nombreux et asso 6

CULTURE

ORIENTATION

cliché 2 : LES JEUNES SE FOUTENT cliché 4 : LES JEUNES NE S’INTERESSENT

DE AVENIR... PASLEUR A LA CULTURE Baptiste Sanchez Marion Abecassis Les 12-24 ans s’intéressent moins ànsla ncie ’’ ées des Za lest autres générations. rn u jo ‘’ x u a s à la

culture que

an long QuAprès s pages plu32 la(plecture our lesdes se s e é c ly s du lycée s le sgénéradanl’enquête n de « Approche ie c n a o ti rma n de s t leur fo n détente, des pratiques e tionnelle culturelles u q li p Ça x t e Ouh là là … t ouvent e » publiée … ) retr s et médiatiques dans n e é c és e s jeunes ly thousiasm n e pour noperspective Culture s n e é st pas de lyc oie ! Il n’e v r grouille u (*bâillement*), je peux vous le r e Cette e trouv ts dire « n ia d désireux d: c’est un l’affirmer peu VRAI, tu é s e richisntendre d d’eFAUX. llement en te t s rarepeu un ’e C « », i…). À st géniale quelques t vrai auss s e e fac-là eAnalysons rs e v in que on ok, l’in ur procha le r e résultats sant ! » (B marquants. Pour la sortie id a t préfèren u’ilsmercredi, ire »qdu «cro ciné urs …les 15-24 ans sont r leurs coles sans numéros 1 avec 54 % de réviseconteste réponses positives. Ce résultat va de manière décroissante en fonction de l’âge. Pour les sorties au théâtre, figurez-vous que les résultats sont étonnants. 16 % des 15-24 ans se laissent tenter par une bonne pièce. Les 55-64 ans sont les plus grands adeptes de théâtre, mais avec seulement 18%. La différence n’est pas si énorme, n’est-ce pas ? Concernant la musique classique et l’écoute de la radio, les jeunes répondent moins présents, tout comme pour les heures passées devant la télévision. En effet, 32 % des 12-24 ans regardent la télé quand 62 % des 65-74 ans le font... Qui a dit que les jeunes ne décrochaient jamais de leur écran ?

L’Etat ne fait pas grand-chose pour améliorer la situation. La jeunesse est un des axes de la politique de François Hollande, et il a annoncé en juillet dernier la préparation d'une loi pour promouvoir le développement culturel et démocratiser ainsi la culture. Toutefois, les questions des moyens restent à déterminer. Avec une baisse de 4,3 % du budget du Ministère de la Culture, c’est un sacré numéro de funambule que va devoir opérer Aurélie Filippetti et le gouvernement...

La culture coûte plus cher en province qu’à Paris. Faisons une petite expérience. Monsieur A et Monsieur B veulent aller voir un concert de C2C. Monsieur A habite en province à Bayonne (64) et Monsieur B habite Paris. Combien paieront-ils pour voir ce concert ? Le 21 février, C2C joue au Zénith de Toulouse. Avec le prix du transport en voiture aller-retour (53,00 €) et celui du billet (29,80 €), A dépensera 82,80 €. Le 1 er mars, C2C joue au Zénith de Paris. Avec deux tickets de métro à 1,70 € et une entrée à 34 €, B paiera 37,40 €. Il est donc plus difficile d’accéder à la culture en province qu’à Paris car les infrastructures sont moins nombreuses et le déplacement plus cher. Mais ce n’est qu’une expérience à tester vous-même... 11


Par Jonathan et Par Luca Hautel Ulgaro et Alors oui, nous sommes la génération Internet, oui on passe un certain temps en ligne, oui on voit moins de groupes de jeunes que de couples de retraités, oui la tendance est plus Avengers que Dansons sous la pluie, plus Harry Potter que Germinal, plus Eminem que Frank Sinatra… Mais ce n’est pas parce que les jeunes ne s’intéressent pas à la même culture que leurs ainés que ça ne les intéresse pas du tout, si ?

Tous les jeunes ont les mêmes pratiques culturelles.

La culture des jeunes se focalise sur Internet.

L’homogénéité des jeunes face à la culture reste un mythe. Ces différences de comportement s’expliquent par trois raisons que Sylvie Octobre nomme les «lignes de fracture intra-générationnelles ». La première division provient des différentes tranches d’âge qu’inclut la « jeunesse ». Dans son sondage, on peut observer que les 10 -14 ans se caractérisent par un fort attrait pour la lecture de livres, la pratique artistique amateur et la fréquentation des bibliothèques. À l’inverse, la fréquentation des lieux de patrimoine et/ou des lieux de spectacle reste faible.

Un peu. « Un jeune passe 80 heures par an à discuter avec sa famille, 800 heures à l'école et 1 500 heures devant un écran » selon un rapport du Sénat. Mais vous l’avez vu, ils ne font pas que ça.

La culture, c’est un truc de riches.

Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Au-delà des nombreuses soirées gratuites, un Concernant les 15-19 ans, ils tas d’offres à l’attensont nombreux à lire la presse, pour tion des jeunes percompenser la baisse globale de mettent de profiter lecture de romans. Le sport et le d’événements culturels cinéma font également partie à prix réduits. Pour 10 €, il est de leurs activités culturelles possible d’entrer à l’Opéra favorites. de Paris. C’est aussi cher rs plus de e toujouMc s, il attirqu’un Les 20-24 ans, eux, le rô Do s le tip ul m s se pour motiver ojets plus tout cela ? Sous des prmais se manifestent unt dans regain ni rassaga or t an Et l’Etudian di tu s interviews unes. En effet l’E avec de r de je ches siant lie pê d’intérêt pour la lecture de cu dé rti intellectuels pa de , en ux et na ur monde ), publie des jo à vous livres, l’écoute de es la tradio et’’… pour lement. Les cartes rmations. nos jeunes (‘’2012 tunité de s l’oppor r les différentes fo jeune su x ts lesde visites des lieux de patrimoine au en m UGC Illimitées fre ne of eig é, ns ifi re rs ve di et s s trè et organisé s bienpratique aux détriments d’une € par mois leur vocation. pour 20,08 et Son site, trè de discusations pour trouver ues, une rm thiqaussi fo in pa s m se sy artistiques amateurs. Seule la s eu sont belle br trè m et , no ifs de at rm fo in trouver s trè , ujours plus es tos’adonner jeun eux salons s br m ce à no télévision reste constante, s s aubaine pour té ce , ni us rtu pl De d’autres oppo ions. form d’indu quelque soit l’âge. ettent de donner aux 7eat Art. iffésjoies sions Twitter perm nombreux et asso 10

ORIENTATION

CULTURE

cliché 2 : LES JEUNES SE FOUTENT cliché 4 : LES JEUNES NE S’INTERESSENT

DE AVENIR... PASLEUR A LA CULTURE Baptiste Sanchez Marion Abecassis nciens’’ ées des Za rn u jo ‘’ x u gs à la Quant a s plus lon le r u o (p cées cée se s du ly dans les ly n ie c n a rmation de s t leur fo n détente, e u q li p Ça x t et e Ouh là là … t … ) retrouven s n e é c és e jeunes ly thousiasm n e pour nos s n e é st pas de lyc oie ! Il n’e v r grouille u le r e Cette e trouv ts dire « n ia d désireux d tu é s ndre de nt enrichis rare d’ente le », « C’est telleme À ). génia rai aussi… fac-là est erse est v v in que l’ , in k a o h c on ur pro le r e sant ! » (B id a t ls préfèren croire qu’i rs cours … réviser leu

Vous l’aure z compris, c’ un peu le d est ésespoir au niveau des perspective s d’avenir ch ez les jeunes… A lors on pro p o se une mesure con crète, et pas si con : remplaçons les conseillè res d’orientatio n par des concerts d’o rientation, comme ça, quitte à être dans le noir et en avoir plein les oreilles, autant que ce soit en musique, n on ?...

Et si il n’y avait que ça… Même avec la meilleure aide du monde, des centaines de services et une certitude d’être pris dans telle école, on ne joue pas simplement une trois ou quatre années de notre vie… mais toute notre vie. Durant l’année de Ce sont donc autant Terminale nous est posé ce problème d’initiatives que nous pouvons crucial : qu’est ce que tu veux faire du prendre, pour ne pas nous reste de ton existence ? Attention à ta retrouver au chômage ! Peut-être réponse, elle est définitive… faudrait-il arrêter de dire qu’on Choisir, choisir, facile à dire. Chacun ne se préoccupe pas de notre est d’accord pour dire que le lycée n’est avenir, d’autant que certains pas une période facile au niveau moral, sont extrêmement stressés par alors est-ce vraiment la peine d’en rajouter leur orientation, leurs une couche avec ça ? Si je prends cette examens… même si on décision, je devrais faire une croix sur préfèrerait réviser notre bac celle-ci… Et si je n’étais pas pris ? Et si ça plutôt que passer nos ne me menait à rien ? Et si ce n’était tout soirées à remplir APB ! simplement pas ce que je veux faire… Nous qui avons la Voilà en partie pourquoi on dit que réputation d’être si « le jeune » s’en fout de son futur… peutblasés et démotivés… être est-il juste blasé, blasé par cet Et bien non ! Pas quand il avenir incertain et obscur... s’agit de notre avenir. Et si proche... 7


JOURNAUX JEUNES

JOURNAUX JEUNES

cliché 3 : LA PRESSE JEUNE

NE SERT A RIEN...

Par Cadau Loveson et Sékouba Bagayoko Le journal lycéen est un moyen et un espace pour les lycéens de pouvoir s’exprimer, développer et soutenir le urs idées et leurs projets. Un must pour se réunir, pour débattre, discuter entre nous des problèmes de notre bahut afin d’apporter des solutions. Mais ce n’est pas que ça !

Comme on nous le répète depuis un moment déjà, la Démocratie est un pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple, et de ce fait, nous, les jeunes, l'avenir du pays et du monde en général, devons commencer dès maintenant à nous donner les moyens de partager avec nos ainés, leur faire connaître nos ambitions, nos intrigues et nos souhaits.

Le journal lycéen est aussi un moyen de communication et de dénonciation. Pour s'exprimer librement sans que l'on parle en notre nom. Car en général, la presse parle des jeunes de façon générale et a tendance à leur prêter des paroles inexactes. Parce qu’il n'y a pas de meilleur moyen d'apprendre et de participer à la vie sociale qu'en travaillant directement sur ses idées et sur les moyens de les exprimer.

Un journal lycéen, c’est aussi un outil pour les jeunes qui ne sont pas assez écoutés dans leur entourage de parler de leur regard différent sur la société. Un atout pour nous de prouver que la génération SMS sait encore écrire correctement en français, rappeler que les jeunes se sentent concernés par l’actualité, qu'ils sont au courant et actifs, avec un avis aussi structuré que certains adultes - voir plus parfois...

Parce qu'écrire un journal est une force importante, un bon moyen de défendre nos droits. Parce que c’ est une expérience humaine, de réflexion et de partage, qui permet de faire évoluer ses opinions et de les consolider. Un journal prépare aussi les jeunes lycéens à s'insérer et s'intégrer dans la société afin d’élargir leur vision du monde.

Être jeune n'est pas synonyme d'inconscience et d'incompétence. Être jeune, c’est pouvoir développer son esprit critique sur la société, qu’on le croit prêt ou non...

8

Mais si on veut connaitre le vrai pourquoi du comment, la véritable raison du désir de communiquer et d’informer qu’on peut ressentir, le meilleur moyen est encore de demander leur avis aux principaux intéressés, non ?

Baptiste : Au lecteur ça apporte une approche différente de l'information, une vision jeune. Pour le journaliste, c'est une ouverture d'esprit et un regard différent sur la société.

Alice : En fait, ça apprend à s'intéresser à d'autres choses, ça divertit les lycéens pendant les cours et ça peut leur apporter de l'info et de l'humour.

Marion : C'est une super expérience ! L'occasion de parler de ce qui nous intéresse. Et puis ça prouve qu'on est un peu fou et suicidaire, mais c'est drôle !

Nathan : C'est un moyen de se différencier, de s'ouvrir et d'avoir une vie sociale riche !

Marie : Si on s'ennuie au lycée, c'est un bon moyen de s'occuper car on touche à tout, on se forme humainement et ça change notre perception des choses. Johanna : C'est une véritable tribune pour s'exprimer, une des seuls qui soit vraiment ouverte aux jeunes.

Marion : On peut s'exprimer, se former intellectuellement, humainement.. Faire des rencontres. Et puis c'est cool !

Luca : C'est un bon moyen pour s'exprimer de la bonne manière, sans manifestation et voitures brûlées. Jonathan : C'est une manière de s'impliquer, de prendre par à la vie du lycée, de l'animer... C'est aussi un moyen d'utiliser son droit d'expression et de participer au débat, dans un univers moins touché par les tabous et plus libre que la presse nationale. 9


JOURNAUX JEUNES

JOURNAUX JEUNES

cliché 3 : LA PRESSE JEUNE

NE SERT A RIEN...

Par Cadau Loveson et Sékouba Bagayoko Le journal lycéen est un moyen et un espace pour les lycéens de pouvoir s’exprimer, développer et soutenir le urs idées et leurs projets. Un must pour se réunir, pour débattre, discuter entre nous des problèmes de notre bahut afin d’apporter des solutions. Mais ce n’est pas que ça !

Comme on nous le répète depuis un moment déjà, la Démocratie est un pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple, et de ce fait, nous, les jeunes, l'avenir du pays et du monde en général, devons commencer dès maintenant à nous donner les moyens de partager avec nos ainés, leur faire connaître nos ambitions, nos intrigues et nos souhaits.

Le journal lycéen est aussi un moyen de communication et de dénonciation. Pour s'exprimer librement sans que l'on parle en notre nom. Car en général, la presse parle des jeunes de façon générale et a tendance à leur prêter des paroles inexactes. Parce qu’il n'y a pas de meilleur moyen d'apprendre et de participer à la vie sociale qu'en travaillant directement sur ses idées et sur les moyens de les exprimer.

Un journal lycéen, c’est aussi un outil pour les jeunes qui ne sont pas assez écoutés dans leur entourage de parler de leur regard différent sur la société. Un atout pour nous de prouver que la génération SMS sait encore écrire correctement en français, rappeler que les jeunes se sentent concernés par l’actualité, qu'ils sont au courant et actifs, avec un avis aussi structuré que certains adultes - voir plus parfois...

Parce qu'écrire un journal est une force importante, un bon moyen de défendre nos droits. Parce que c’ est une expérience humaine, de réflexion et de partage, qui permet de faire évoluer ses opinions et de les consolider. Un journal prépare aussi les jeunes lycéens à s'insérer et s'intégrer dans la société afin d’élargir leur vision du monde.

Être jeune n'est pas synonyme d'inconscience et d'incompétence. Être jeune, c’est pouvoir développer son esprit critique sur la société, qu’on le croit prêt ou non...

8

Mais si on veut connaitre le vrai pourquoi du comment, la véritable raison du désir de communiquer et d’informer qu’on peut ressentir, le meilleur moyen est encore de demander leur avis aux principaux intéressés, non ?

Baptiste : Au lecteur ça apporte une approche différente de l'information, une vision jeune. Pour le journaliste, c'est une ouverture d'esprit et un regard différent sur la société.

Alice : En fait, ça apprend à s'intéresser à d'autres choses, ça divertit les lycéens pendant les cours et ça peut leur apporter de l'info et de l'humour.

Marion : C'est une super expérience ! L'occasion de parler de ce qui nous intéresse. Et puis ça prouve qu'on est un peu fou et suicidaire, mais c'est drôle !

Nathan : C'est un moyen de se différencier, de s'ouvrir et d'avoir une vie sociale riche !

Marie : Si on s'ennuie au lycée, c'est un bon moyen de s'occuper car on touche à tout, on se forme humainement et ça change notre perception des choses. Johanna : C'est une véritable tribune pour s'exprimer, une des seuls qui soit vraiment ouverte aux jeunes.

Marion : On peut s'exprimer, se former intellectuellement, humainement.. Faire des rencontres. Et puis c'est cool !

Luca : C'est un bon moyen pour s'exprimer de la bonne manière, sans manifestation et voitures brûlées. Jonathan : C'est une manière de s'impliquer, de prendre par à la vie du lycée, de l'animer... C'est aussi un moyen d'utiliser son droit d'expression et de participer au débat, dans un univers moins touché par les tabous et plus libre que la presse nationale. 9


Par Jonathan et Par Luca Hautel Ulgaro et Alors oui, nous sommes la génération Internet, oui on passe un certain temps en ligne, oui on voit moins de groupes de jeunes que de couples de retraités, oui la tendance est plus Avengers que Dansons sous la pluie, plus Harry Potter que Germinal, plus Eminem que Frank Sinatra… Mais ce n’est pas parce que les jeunes ne s’intéressent pas à la même culture que leurs ainés que ça ne les intéresse pas du tout, si ?

Tous les jeunes ont les mêmes pratiques culturelles.

La culture des jeunes se focalise sur Internet.

L’homogénéité des jeunes face à la culture reste un mythe. Ces différences de comportement s’expliquent par trois raisons que Sylvie Octobre nomme les «lignes de fracture intra-générationnelles ». La première division provient des différentes tranches d’âge qu’inclut la « jeunesse ». Dans son sondage, on peut observer que les 10 -14 ans se caractérisent par un fort attrait pour la lecture de livres, la pratique artistique amateur et la fréquentation des bibliothèques. À l’inverse, la fréquentation des lieux de patrimoine et/ou des lieux de spectacle reste faible.

Un peu. « Un jeune passe 80 heures par an à discuter avec sa famille, 800 heures à l'école et 1 500 heures devant un écran » selon un rapport du Sénat. Mais vous l’avez vu, ils ne font pas que ça.

La culture, c’est un truc de riches.

Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Au-delà des nombreuses soirées gratuites, un Concernant les 15-19 ans, ils tas d’offres à l’attensont nombreux à lire la presse, pour tion des jeunes percompenser la baisse globale de mettent de profiter lecture de romans. Le sport et le d’événements culturels cinéma font également partie à prix réduits. Pour 10 €, il est de leurs activités culturelles possible d’entrer à l’Opéra favorites. de Paris. C’est aussi cher rs plus de e toujouMc s, il attirqu’un Les 20-24 ans, eux, le rô Do s le tip ul m s se pour motiver ojets plus tout cela ? Sous des prmais se manifestent unt dans regain ni rassaga or t an Et l’Etudian di tu s interviews unes. En effet l’E avec de r de je ches siant lie pê d’intérêt pour la lecture de cu dé rti intellectuels pa de , en ux et na ur monde ), publie des jo à vous livres, l’écoute de es la tradio et’’… pour lement. Les cartes rmations. nos jeunes (‘’2012 tunité de s l’oppor r les différentes fo jeune su x ts lesde visites des lieux de patrimoine au en m UGC Illimitées fre ne of eig é, ns ifi re rs ve di et s s trè et organisé s bienpratique aux détriments d’une € par mois leur vocation. pour 20,08 et Son site, trè de discusations pour trouver ues, une rm thiqaussi fo in pa s m se sy artistiques amateurs. Seule la s eu sont belle br trè m et , no ifs de at rm fo in trouver s trè , ujours plus es tos’adonner jeun eux salons s br m ce à no télévision reste constante, s s aubaine pour té ce , ni us rtu pl De d’autres oppo ions. form d’indu quelque soit l’âge. ettent de donner aux 7eat Art. iffésjoies sions Twitter perm nombreux et asso 10

ORIENTATION

CULTURE

cliché 2 : LES JEUNES SE FOUTENT cliché 4 : LES JEUNES NE S’INTERESSENT

DE AVENIR... PASLEUR A LA CULTURE Baptiste Sanchez Marion Abecassis nciens’’ ées des Za rn u jo ‘’ x u gs à la Quant a s plus lon le r u o (p cées cée se s du ly dans les ly n ie c n a rmation de s t leur fo n détente, e u q li p Ça x t et e Ouh là là … t … ) retrouven s n e é c és e jeunes ly thousiasm n e pour nos s n e é st pas de lyc oie ! Il n’e v r grouille u le r e Cette e trouv ts dire « n ia d désireux d tu é s ndre de nt enrichis rare d’ente le », « C’est telleme À ). génia rai aussi… fac-là est erse est v v in que l’ , in k a o h c on ur pro le r e sant ! » (B id a t ls préfèren croire qu’i rs cours … réviser leu

Vous l’aure z compris, c’ un peu le d est ésespoir au niveau des perspective s d’avenir ch ez les jeunes… A lors on pro p o se une mesure con crète, et pas si con : remplaçons les conseillè res d’orientatio n par des concerts d’o rientation, comme ça, quitte à être dans le noir et en avoir plein les oreilles, autant que ce soit en musique, n on ?...

Et si il n’y avait que ça… Même avec la meilleure aide du monde, des centaines de services et une certitude d’être pris dans telle école, on ne joue pas simplement une trois ou quatre années de notre vie… mais toute notre vie. Durant l’année de Ce sont donc autant Terminale nous est posé ce problème d’initiatives que nous pouvons crucial : qu’est ce que tu veux faire du prendre, pour ne pas nous reste de ton existence ? Attention à ta retrouver au chômage ! Peut-être réponse, elle est définitive… faudrait-il arrêter de dire qu’on Choisir, choisir, facile à dire. Chacun ne se préoccupe pas de notre est d’accord pour dire que le lycée n’est avenir, d’autant que certains pas une période facile au niveau moral, sont extrêmement stressés par alors est-ce vraiment la peine d’en rajouter leur orientation, leurs une couche avec ça ? Si je prends cette examens… même si on décision, je devrais faire une croix sur préfèrerait réviser notre bac celle-ci… Et si je n’étais pas pris ? Et si ça plutôt que passer nos ne me menait à rien ? Et si ce n’était tout soirées à remplir APB ! simplement pas ce que je veux faire… Nous qui avons la Voilà en partie pourquoi on dit que réputation d’être si « le jeune » s’en fout de son futur… peutblasés et démotivés… être est-il juste blasé, blasé par cet Et bien non ! Pas quand il avenir incertain et obscur... s’agit de notre avenir. Et si proche... 7


Par Jonathan et Par Luca Hautel Ulgaro et

« Conjuguez-moi « perdu » au futur, s’il-vous-plaît » Il paraît que les jeunes ne s’intéressent pas à leur avenir ? Il paraît qu’ils sont blasés ? Et bien c’est pas si simple que ça... Effectivement, il n’y a jamais eu autant d’organisations et de salons pour l’orientation, toujours plus actifs depuis quelques années. Les jeunes cherchent de plus en plus à trouver des formations pour s’intégrer dans le marché du travail, malgré la précarité actuelle de l’emAPB, par exemple – le meilleur ami des ploi. La preuve, les salons APB terminales ! – est un site où les futurs ét udiants sont pleins, l’Etudiant cartonne, doivent s’inscrire pour choisir leurs études les conseillères d’orientations se supérieures… Mêm e s’ils y rencontrent quelques multiplient, les forums pullulent ! difficultés comme po ur l’inscription, à ca use des nombreux bugs. Vu le nombre d’h eures que les élè ves passent à rentrer leu rs bulletins, à ordonn er les 36 vœux, à remplir les dossiers papiers et à faire des lettres de motivat ions, on peut vo ir qu’ils ne prennent pas cela à la légère. Stratégie et prise de tête sont de mise. Ils font aussi des sa lons ! Dingue, il y a du monde ! En effet les salons APB sont pleins à cra quer de jeunes motiv és pour trouver une formation, de conseillères d’orientation soucieu ses d’informer de n’importe quelle manière leur lectorat, de présentateurs d’é coles, facs et prépas , de professionnels désireux d’assurer la continu ité de leurs corps de métie r. rs plus de s, il attire toujou le rô s le tip ul m s se motiver tout cela ? Sous des projets pour se ni ga or t an Et l’Etudiant dans di tu rviews fet l’E r de jeunes. En ef ches avec des inte lie pê cu dé rti s pa de , en ux et na ur monde blie des jo est à vous’’…), pu nos jeunes (‘’2012 es formations. nt re s l’opportunité de sur les diffé ts en m ne eig é, offre aux jeune ns ifi re rs ve di et des s trè et organisé Son site, très bien uver leur vocation. ues, et de discusrmations pour tro fo in s se eu br m , et très sympathiq no ifs de at rm fo in trouver s trè , es toujours plus eux salons rtunités à ces jeun po De plus, ces nombr op s tre au d’ . ettent de donner iffés d’informations sions Twitter perm nombreux et asso 6

CULTURE

ORIENTATION

cliché 2 : LES JEUNES SE FOUTENT cliché 4 : LES JEUNES NE S’INTERESSENT

DE AVENIR... PASLEUR A LA CULTURE Baptiste Sanchez Marion Abecassis Les 12-24 ans s’intéressent moins ànsla ncie ’’ ées des Za lest autres générations. rn u jo ‘’ x u a s à la

culture que

an long QuAprès s pages plu32 la(plecture our lesdes se s e é c ly s du lycée s le sgénéradanl’enquête n de « Approche ie c n a o ti rma n de s t leur fo n détente, des pratiques e tionnelle culturelles u q li p Ça x t e Ouh là là … t ouvent e » publiée … ) retr s et médiatiques dans n e é c és e s jeunes ly thousiasm n e pour noperspective Culture s n e é st pas de lyc oie ! Il n’e v r grouille u (*bâillement*), je peux vous le r e Cette e trouv ts dire « n ia d désireux d: c’est un l’affirmer peu VRAI, tu é s e richisntendre d d’eFAUX. llement en te t s rarepeu un ’e C « », i…). À st géniale quelques t vrai auss s e e fac-là eAnalysons rs e v in que on ok, l’in ur procha le r e résultats sant ! » (B marquants. Pour la sortie id a t préfèren u’ilsmercredi, ire »qdu «cro ciné urs …les 15-24 ans sont r leurs coles sans numéros 1 avec 54 % de réviseconteste réponses positives. Ce résultat va de manière décroissante en fonction de l’âge. Pour les sorties au théâtre, figurez-vous que les résultats sont étonnants. 16 % des 15-24 ans se laissent tenter par une bonne pièce. Les 55-64 ans sont les plus grands adeptes de théâtre, mais avec seulement 18%. La différence n’est pas si énorme, n’est-ce pas ? Concernant la musique classique et l’écoute de la radio, les jeunes répondent moins présents, tout comme pour les heures passées devant la télévision. En effet, 32 % des 12-24 ans regardent la télé quand 62 % des 65-74 ans le font... Qui a dit que les jeunes ne décrochaient jamais de leur écran ?

L’Etat ne fait pas grand-chose pour améliorer la situation. La jeunesse est un des axes de la politique de François Hollande, et il a annoncé en juillet dernier la préparation d'une loi pour promouvoir le développement culturel et démocratiser ainsi la culture. Toutefois, les questions des moyens restent à déterminer. Avec une baisse de 4,3 % du budget du Ministère de la Culture, c’est un sacré numéro de funambule que va devoir opérer Aurélie Filippetti et le gouvernement...

La culture coûte plus cher en province qu’à Paris. Faisons une petite expérience. Monsieur A et Monsieur B veulent aller voir un concert de C2C. Monsieur A habite en province à Bayonne (64) et Monsieur B habite Paris. Combien paieront-ils pour voir ce concert ? Le 21 février, C2C joue au Zénith de Toulouse. Avec le prix du transport en voiture aller-retour (53,00 €) et celui du billet (29,80 €), A dépensera 82,80 €. Le 1 er mars, C2C joue au Zénith de Paris. Avec deux tickets de métro à 1,70 € et une entrée à 34 €, B paiera 37,40 €. Il est donc plus difficile d’accéder à la culture en province qu’à Paris car les infrastructures sont moins nombreuses et le déplacement plus cher. Mais ce n’est qu’une expérience à tester vous-même... 11


Par Marion Par Thibault Quenot

Pikachu et Mario sont des tueurs Politiquement moment de faire leur promotion… Tout ce discours vise en réalité à se détourner des accusations pesant sur leur organisation.

Vous avez sûrement déjà entendu cette phrase - trop - récurrente : « La violence est la conséquence des jeux vidéo ». Et bien figurez-vous que, dernièrement, du simple stade d’accusation infondée, cette phrase est passée au statut de mensonge collectif savamment orchestré. Suite aux différentes tueries ayant eu lieu aux Etats-Unis, la RNA (National Rifle Association) défendant le port d’armes à feu, a tenté de détourner les diverses accusations à son encontre vers le jeu vidéo, cible facile. Qualifiant son industrie de corrompue, corruptrice et impitoyable, l’accusant de produire des jeux vicieux et violents, la RNA avance l’argument de la conspiration discrète distillant de manière insinue son venin dans la tête des consommateurs. Or, vous le remarquerez, les blockbusters ne font pas vraiment dans la discrétion au

Car oui, aux Etats-Unis, où un foyer sur trois possède une arme à feu, il est aisé de penser que les jeux vidéo sont la cause des massacres qui secouent le pays depuis plusieurs années. Par ailleurs, la plus grande tuerie qui a fait 38 victimes a eu lieu en 1927 alors que les jeux vidéo étaient loin d’exister, preuve – s’il en fallait – que ceux-ci ne sont pas à l’origine de ces meurtres. >>

PAS LA POLITIQUE… LA VIOLENCE CHEZ LES JEUNES Paté et Nathan DiMaria

correct ?

parents n’ont pas compris puisque les jeunes sont catalogués de pro-PS, alors qu’en réalité, ils votent majoritairement bleu marine (dédiabolisation oblige) ! D’après un sondage, 18% des jeunes ont donné leur premier bulletin au FN.

De plus, les jeunes montrent également leurs engagements sur le terrain, notamment aux côtés de partis politiques, qui comptent des associations militantes comme le mouvement des Jeunes Socialistes (pour le PS) et les Jeunes Populaires (pour l’UMP), ou d’ONG. C’est le cas de Narjes 17 ans et jeune ambassadrice de l’Unicef : « Je souhaitais être bénévole, mais je n’avais pas 18 ans. Je suis allé sur leur site et je les ai contacté. Je voulais mettre mon temps libre à profit en défendant une cause qui me tient à cœur »

Les causes sont diverses, mais il est certain que la principale est la terrible, l’effroyable, l’exécrable… CRISE !! Cela concerne en premier l’extrême droite et en moindre mesure le PCF, chez qui on remarque une forte progression en terme de suffrages. En témoignent les blogueurs de « 2012 est à vous » qui se souviennent de la réaction des frontistes, qui, au nom de la liberté d’expression, polluaient leurs articles, ne soutenant aucun parti en particulier, par des commentaires prosélytes (envers cette chère Marine), sans nul doute par leur incapacité de pondre un article eux-mêmes !

« Les jeunes sont tous socialistes »… EH BEN NON ! Le temps de Trop de « geek » tue les geeks. Si je vous dis qu’un geek n’est pas un no-life qui n’est lui-même pas un gamer qu’il ne faut surtout pas confondre avec un nerd, vous me prendrez sûrement pour un illuminé parlant un langage disparu depuis la nuit des temps – au meilleur des cas. C’est pourtant la pure vérité (si, si, je vous le jure). Quelques explications s’imposent pour clarifier tout cela. J’imagine que vous n’êtes pas sans savoir que la plupart des personnes jouant un tant soit peu aux jeux vidéo sont immédiatement qualifiées de « geek ». Eh bien l’emploi de ce mot est, la plupart du temps erroné. En effet, la définition première de « geek » est « passionné ». Or, une personne peut parfaitement être passionnée de sciencefiction. Dès lors, le mot « geek » est adapté. 12

POLITIQUE

SOCIETE

1 :JEUX LES JEUNES N’AIMENT cliché cliché 5 : LES VIDEO ENTRAÎNENT

Mitterrand est révolu… Ce que nos Il existe également des « souscatégories ». Une personne passionnée de jeux vidéo sera appelée « gamer », alors qu’un « nolife » est un gamer poussant la pratique des jeux vidéo à son paroxysme et étant dépourvu de vie sociale. Pour autant, l’emploi de ces mots ne convient pas à la dernière catégorie : les « nerds ». Ceux-ci sont solitaires, généralement considérés comme « intellos » et passionnés par des sujets liés aux sciences tels que les mathématiques ou la physique.

A noter une étonnante disparité dans le milieu étudiant puisque Sarkozy l’emportait dans les grandes écoles, les classes prépa, et les facs de médecine, tandis que son rival socialiste l’emportait lui dans les autres filaires...

J’espère que vous comprenez désormais mon indignation lorsque j’entends des personnes dire que l’on est un geek lorsque l’on passe un peu de temps sur son téléphone ou que l’on surfe sur Facebook. 5


Par Marion Par Thibault Quenot

PAS LA POLITIQUE… LA VIOLENCE CHEZ LES JEUNES Paté et Nathan DiMaria

Politiquement correct ?

« Jeune ? Vous avez dit jeune ? Mais non les jeunes ne votent pas, c’est évident ! » Seulement voilà, il semblerait que cela soit légèrement erroné ! En effet, ce cliché ne concerne que 27% d’abstentionnistes. C’est ce que démontre tous les medias lycéens et étudiants en ayant traité la dernière campagne présidentielle.

Hormis les nombreux articles dans chacune des rédactions, le blog « 2012 est à vous » à réuni près de 150 blogueurs en l’espace de 9 mois. Ce blog avait pour vocation d’être le porte-voix des coups de gueule et des espérances des jeunes pour le prochain quinquennat présidentielle. Ce blog reste ouvert encore aujourd’hui, et vaut le détour !

Le lycée semble être un lieu propice au débat politique, tout particulièrement chez les ES, et également pour ceux qui veulent se faire entendre en écrivant dans leur journal.

partout, c’est un fait. Le problème est qu’aux Etats-Unis, ces personnes ont accès à l’armement légalement et pour relativement peu d’argent.

>> Mais la réelle question n’est pas là, et le jeu vidéo n’en est pas la source : aucune étude n’a montré de lien direct et concret entre la pratique de ces derniers et les comportements violents dans la réalité. Des troubles mentaux ainsi qu’une famille dans l’incapacité de les traiter à temps sont les véritables causes du problème. Le jeu vidéo n’est pas l’instigateur de ces troubles, il en est seulement le catalyseur. Et lorsque de tels soucis sont présents, vivre dans un pays où l’on a la possibilité d’acheter une arme à feu en moins d’une semaine permet le passage à l’acte. Il y a des individus déséquilibrés

Trop de « geek » tue les geeks. Si je vous dis qu’un geek n’est pas un no-life qui n’est lui-même pas un gamer qu’il ne faut surtout pas confondre avec un nerd, vous me prendrez sûrement pour un illuminé parlant un langage disparu depuis la nuit des temps – au meilleur des cas. C’est pourtant la pure vérité (si, si, je vous le jure). Quelques explications s’imposent pour clarifier tout cela. J’imagine que vous n’êtes pas sans savoir que la plupart des personnes jouant un tant soit peu aux jeux vidéo sont immédiatement qualifiées de « geek ». Eh bien l’emploi de ce mot est, la plupart du temps erroné. En effet, la définition première de Au premier tour des élections présidentielles Le Pen tête « geekde » 2012, est « Marine passionné ». arrivait Or, uneenpersonne des estimations de votes des 18-25 ans avec 26peut %. Suivaient Hollande, Sarkozy et Mélenchon parfaitement être passionnée de sciencedans ce classement inattendu (les jeunes ont considérés comme Gauche). fiction. Dès lors, letendance mot « geek » est adapté. 4

SOCIETE

POLITIQUE

1 :JEUX LES JEUNES N’AIMENT cliché cliché 5 : LES VIDEO ENTRAÎNENT

Il existe également des « souscatégories ». Une personne passionnée de jeux vidéo sera appelée « gamer », alors qu’un « nolife » est un gamer poussant la pratique des jeux vidéo à son paroxysme et étant dépourvu de vie sociale. Pour autant, l’emploi de ces mots ne convient pas à la dernière catégorie : les « nerds ». Ceux-ci sont solitaires, généralement considérés comme « intellos » et passionnés par des sujets liés aux sciences tels que les mathématiques ou la physique. J’espère que vous comprenez désormais mon indignation lorsque j’entends des personnes dire que l’on est un geek lorsque l’on passe un peu de temps sur son téléphone ou que l’on surfe sur Facebook. 13

Enfin, sachez que de nombreux jeux vidéo ne font pas l’apologie de la violence, bien au contraire. ICO ou Heavy Rain – pour ne citer qu’eux – content le parcours émotionnel du protagoniste et mettent la violence, quasi-inexistante, au service de la narration. Assassin’s Creed permet quant à lui d’aborder l’histoire d’une manière différente. Les personnes se limitant à l’aspect violent ne sauraient saisir le plein potentiel de cet art qu’est le jeu vidéo – au même titre que le cinéma. Et lorsque cet art est parfaitement exécuté, c’est un chef-d’œuvre qui nous est offert, à l’image de Journey, véritable conte des temps modernes.


ALIMENTATION

sÔmmaire

cliché 6 : LES JEUNES MALBOUFFENT HEY TOUT ÇA VA CE

LE MONDE MATIN

?

!

Par Alice Beccegato et Luca Ungaro

WAAAA

2 - EditÔ : LES JEUNES SONT DES CLICHÉS !

ASSO’CALYPSE

Ô

N

4 - cliché 1 : LES JEUNES N’AIMENT PAS LA POLITIQUE...

OUI !! SUPER...

Le Lendemain...

.

MAIS… QU’EST-CE QU’IL NOUS ARRIVE !?

6 - cliché 2 : LES JEUNES SE FOUTENT DE LEUR AVENIR...

LA CAGETTE DES ÉTUDIANTS...

MAIS ALORS… JE VAIS ÊTRE MANGÉE PAR UN JEUNE !? ON M’A TOUJOURS DIT QUE C’ÉTAIT IMPOSSIBLE ! QUE

est une publication unique de l’association Jets d’encre, réalisée en direct lors de la rencontre du Rézo Ile-de-France du 3 février 2013 à Paris par les journalistes jeunes du Rézo. Ont participé à ce numéro les journalistes jeunes de KaBoom, Le p’tit Luther,

8 - cliché 3 : LA PRESSE JEUNE NE SERT A RIEN... 10 - cliché 4 : LES JEUNES NE S’INTERESSENT PAS A LA CULTURE

L’inébranlable et Actu Guimard. Directeur de la publication : Edouard Daniel,

Président. Rédacteur en chef : Johanna Lubin.

LES JEUNES NE MANGEAIENT QUE DES FRITES

!!

Rédaction : Marion Abecassis,

12 - cliché 5 : LES JEUX VIDÉO ENTRAINENT LA VIOLENCE CHEZ LES JEUNES

Sékouba Bagayoko, Alice Beccegato, Nathan Di Maria, Jonathan Hautel, Cadau Loveson, Johanna Lubin, Perrine Marquesuzaa, Thibault Paté, Marie Picoche, Marion Quenot, Baptiste Sanchez, Luca Ulgaro.

14-cliché 6 : LES JEUNES MALBOUFENT

Maquette et illustrations : Manon Quenot et Baptiste Sanchez.

15- CONCLUSION

14

w

3


sÔmmaire CONCLUSION

éditÔ Par Johanna Lubin et Marie Picoche

Parole de jeune ! Aujourd'hui, la parole est donnée aux jeunes. Ou plutôt, ils la prennent d'eux même. « On est jeune mais respectueux ! » , « Les jeunes ont aussi l'esprit d'initiative ! », « Les jeunes ne s'amusent pas qu'avec de l'alcool ! », « La casse, c'est démodé, l'art pour s' exprimer ! »... C'est dans le cadre du trombinocliché organisé par l'ANACEJ, l'association nationale des conseils d'enfants et de jeunes et de son collectif "Stop aux Clichés" que ces affirmations sont sorties de la bouche des jeunes. Le constat est clair et net : le travail, l'investissement, la niaque, et l'envie de s'en sortir des 12-25 ans ne sont pas assez valorisés dans notre société. C'est pourquoi une rédaction formée de jeunes journalistes lycéens venus de la région parisienne s'est réunie. Nous nous sommes retrouvés autour d'une lutte contre les clichés inscrite dans les valeurs de l'association Jets d'Encre. Notre mission ? Écrire un journal en sept heures non-stop pour tordre le cou aux clichés. Des préjugés qui reviennent trop souvent dans la bouche des personnes qui jugent sans connaître la réalité des jeunes. Comme s'ils avaient oubliés qu'ils ont eu notre âge (ou bien qu'ils l'ont encore). En écrivant sur différents sujets allant de la politique jusqu'à la culture en passant par les pommes : les clichés de notre belle France sont décortiqués pour vous avec l'œil des journalistes jeunes. Ainsi, nous explorerons un monde où les jeunes sont soi-disant largués dans la politique et sans perspectives d'avenir. Un monde où culture rime avec jeux vidéos et où la malbouffe règne. Nous n'avons qu'une chose à déclarer :

Ô

c'est F

2

!

Par Johanna Lubin Voilà. Nous avons consacré quatorze pages à vous montrer que les jeunes ne sont pas QUE des gros clichés sur pattes comme peuvent nous le faire croire les médias. Les jeunes peuvent s’intéresser à la politique, et ils prennent parti ! Contrairement à ce que l'on pouvait penser en 1968, c'est-à-dire les jeunes à gauche et les vieux à droite, aujourd’hui les avis sont beaucoup plus contrastés et réfléchis. Les jeux vidéo n’abrutissent pas les jeunes, mais c’est un pan de leur culture. Avec la violence croissante, l'opinion publique a fortement accusé les jeux-vidéos d'être responsables d’entraîner la violence chez les jeunes. Or, ce sont certains conflits et l'achat d'armes grandement facilité aux Etats Unis qui causent ces tragédies, et non les jeux de guerre qui ont plus une place récréation pour certains. Les jeunes se préoccupent de leur avenir. Pour les Terminales, le post-bac est une des premières causes de stress. Ils doivent réfléchir à leur avenir, savoir ce qu’ils veulent faire et prendre au plus vite une décision définitive pour la poursuite de leurs études et de leur vie. Les journaux lycéens sont importants, un espace d'expression pour une jeunesse qui a tant à dire et à montrer, et sans censure, c'est encore mieux ! Les jeunes ne sont pas que des puits sans fond qui passent leur semaine au Macdonald. Ils ne font pas que malbouffer, et ils savent comme les vieux pourquoi se nourrir de façon équilibrée. Les jeunes s’intéressent à la culture, mieux, ils se construisent leur propre culture ! Ils lisent (pas que des BD) et sont les premiers à se rendre au cinéma à chaque sortie de film (pas que des films d’ados). La culture 2.0 qui perce de plus en plus a trop souvent tendance à être oubliée, en partie parce qu’elle est transportée en majorité par les jeunes. Alors la prochaine fois que vous entendrez quelqu’un pester contre ces petits branleurs de jeunes qui ne font rien de leurs journée, vous pourrez lui répondre :

Ô

c'est F

15

!


ASSO’CALYPSE

NÔw

quand la presse jeune démonte les clichés...

Avec ou sans moyens, avec ou sans appui, mais toujours avec la rage et le plaisir de s’exprimer, les jeunes prennent la parole et créent des journaux dans leur collège, leur lycée, leur fac, leur quartier ou leur ville. Association nationale indépendante dirigée par des jeunes réunis pour défendre leur liberté d’expression, Jets d’encre apporte conseils et soutien aux rédactions, favorise leurs échanges via les événements et rencontres locales qu’elle met en place, et mène une réflexion déontologique avec son réseau autour de la Charte des journalistes jeunes et de la Carte de presse jeune qu’elle édite. Jets d'encre anime en Ile-de-France et en Rhône-Alpes des Rézos de journaux jeunes et leur propose des formations, des rencontres avec des journalistes professionnels, des ateliers pour échanger et mutualiser leurs pratiques.

e.asso.fr

encr >> www.jetsd

16

1

Asso'calypse Now !  
Asso'calypse Now !  

Journal inter-rédactions réalisés par les journalistes jeunes du Rézo Ile-de-France le 3 février 2013 sur le thème des clichés sur les jeune...

Advertisement