Page 1

SG Le magazine du son Pop Rock

HORS - SéRIE

N ° 2 JUIN 2010

Monsieur GAINSBOURG 19 ans déjà...

4 € 90

www.larsen.com Larsen juin 2010 / Gainsbourg

1


Serge Gainsbourg Tous Les albums remasterisé

Comme vous ne l’avez jamais entendu!

qui ... le tour

hanger tout, Ne rien perdre ! 2

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

CD ALBUM 18 VOLUMES NOUVELLE éDITION COFFRET INTéGRAL


édito

Tout un programme

SG

Pour son deuxième numéro, Larsen, dédie un hors-série à la mémoire de Serge Gainsbourg et tentera d’aborder les grandes lignes de la vie tumultueuse de ce personnage hors du commun. Artiste de talent aux multiples facettes, Serge Gainsbourg a marqué son époque et influera les générations futures. Ce génie allait la poésie, l’humour, la provocation, le désespoir, l’amour, le sexe...Il chante l’alcool, les filles, l’adultère, les voitures qui vont vite, la pauvreté, les métiers tristes. Ses chansons inspirées par l’expérience d’une jeunesse que la vie n’a pas favorisée, ont un accent de mélancolie, d’amertume, et souvent la dureté d’un constat. Elles se chantent sur une musique un peu avare où, selon la mode de notre temps, le souci du rythme efface la mélodie. […]

Assma ALLOT Directrice Artistique du Magazine

Personnalité singulière de la culture française, Serge Gainsbourg fut bien plus qu’un chanteur. Musicien, compositeur, poète, écrivain, acteur, réalisateur, peintre, «l’homme à la tête de chou» fut avant tout un immense mélodiste et un auteur de génie qui savait manier la langue française avec un talent très personnel.

Larsen

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

3


SG

ans déjà ...

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

4


SG

HORS - SéRIE

sommaire Jeunesse déracinée Les premiers pas Rencontre et succès hors des sentiers battus Brigitte Bardot Jane Birkin

6 8 12 15 16 20

GAINSBOURG Malgré l'adversité Descente aux enfers Gainsbourg & Gainsbarre La flamme brûle encore Crépuscule d'une étoile

24 32 38 42 46

N I A G

E R R SBA

Custion sequaepudi blam ad que pero debis volorro vidus, sequibeaque nonsectus modis milliti dolo qui omnihitem aut aut omnis re aut id quis eicatur alitis il intio. Nam el is dolest venda simintia ist, que pratat etur reribus ex exped qui blacia quias rem ulloratias sit qui deliquam, optas et exero tempedis et explabor sitia est, sumqui volupti oressum restem quam num esto molorior sit vellora explaccum fugiam, officim olupit ist dolupti reped quibus, aligend anihili gnatist offic tem est antis exces sectoriam reped magnihil molupis ne cus adis est, quias si dest autecto venestiaspit quod undelen iendundi dolest pe estion nobit que ditatibus aut et hilliciis rehent. Larsen juin 2010 / Gainsbourg

5


SG

1928-1949

Jeunesse Déracinée

Né le 2 avril 1928, à Paris, de Joseph Ginsburg et d’Olia Bessman. D’origine russe, le couple a fui la révolution bolchevique de 1917 pour venir s’installer à Paris avec les difficultés que connaissent tous les immigrés.

D

es parents unis et tendres, une sœur jumelle Liliane, deux aînés : Marcel (qui décèdera à l’âge de seize mois),et Jacqueline née un an avant lui, auraient pu faire de Lucien un enfant épanoui et heureux. C’est oublier les complexes dus à son physique et à sa timidité, mais aussi à un certain sentiment de supériorité, qui très tôt le mettront à part, à l’écart des autres... Dès leur arrivée, Joseph gagne sa vie en jouant du piano dans les cabarets. Il connaît Gershwin, Chopin, Bach, Vivaldi, sur le bout des doigts, mais pour faire vivre sa famille il joue du jazz. Fou de musique classique, fou de peinture. Il ne rate aucun concert, aucune exposition. Il intéresse ses enfants à ses passions, et Paris regorge de sorties plus intéressantes les unes que les autres. Mais depuis sa fuite de Russie, il ne peint plus. A ses heures perdues il rejoue ses classiques. Olia est une mère, tendre et gaie, qui fait régner une douce harmonie et qui console souvent le petit Lucien lorsqu’il a reçu une correction paternelle. C’est que Joseph a parfois la cravache facile avec lui plus fréquemment qu’avec les filles.

L’éveil aux arts En 1941, Lucien est en 5ème, il a 13 ans, Joseph, qui avait juré de ne plus jamais toucher un pinceau, l’emmène dans une académie de peinture à Montmartre, pour suivre les cours de deux vieux postimpressionnistes, Camoin, et Jean Puy. Mais quelques mois plus tard Lucien tombe gravement malade, il est atteint d’une péritonite tuberculeuse, mortelle à 99% à l’époque, et ne peut pas s’inscrire à la rentrée en 4ème, il faut l’envoyer à la campagne Larsen juin 2010 / Gainsbourg

6

respirer le bon air, pour le soigner. Toute la famille part dans la Sarthe à Courgenard, lui y restera plusieurs mois seul et s’occupera en faisant quelques dessins.

[

Mes premiers souvenirs furent esthétiques et musicaux […] Voilà déjà un prélude à ma formation musicale : le piano de mon père, je l’ai entendu chaque jour de ma vie, de zéro à vingt ans. C’est très important...

]

A son retour, Joseph est allé chercher les 5 étoiles jaunes qu’ils accrocheront sans les coudre sur leurs manteaux. Se soustraire au port de l’étoile est très risqué, mais pas question pour les Ginsburg de se priver d’une sortie culturelle, Olia a donc inventé un astucieux stratagème pour les accrocher avec des épingles dissimulées, de manière à pouvoir les ôter le soir, et continuer à vivre normalement. Mais on est en 42, les grandes rafles sémites sont dans l’air, à Paris Joseph est bientôt interdit de cabaret parce que juif, il doit alors partir en province chercher du travail, Olia reste seule avec les enfants. Cette séparation va durer 18 mois à l’issue desquels toute la famille finira par se retrouver réunie à Limoges, Lucien dans un internat au collège de Saint-Léonard de


SG

«J’étais quand même assez doué, on m’avait prédit une carrière fulgurante en peinture et je n’y croyais pas.»

Noblat, et ses sœurs cachées dans un pensionnat religieux. En septembre 42 il se retrouve inscrit en 3ème, sa passion pour le Dessin et la Peinture commence à grandir, fâché avec les maths, il s’intéresse au latin et découvre avec délectation le récit de la conquête des Gaules par Jules César et les Poésies de Catulle. Il apprend l’art du sonnet, l’une des formes poétiques les plus parfaites, il s’y essayera d’ailleurs sur l’album Histoire de Melody Nelson en 1971. C’est alors que son désintérêt pour le lycée croit à mesure que grandit sa passion pour le dessin et la peinture. Ainsi, malgré la peine et la déception causée à ses parents, il ne passera jamais son bac, à 17 ans il interrompt ses études, et probablement sous la douce et ferme pression de maman Olia, il s’inscrit en Archi aux Beaux Arts... Mais au bout de deux ans, il abandonne l’archi et se consacre à la peinture. Il peint dans sa chambre mansardée, toujours à la recherche de la perfection, jamais satisfait de lui-même. Ses modèles sont Bonnard, Cézanne, André Lhote, Delacroix, Le Titien, Géricault, et surtout Courbet. Il apprécie les couleurs claires, très estompées. Sa peinture est fine et vaporeuse. Pour se faire quelques sous

il gratte la guitare le samedi soir, dans les bals, les dancings, les noces, il est très influencé par Django Reinhardt.

L’amère réalité Au printemps 47, à l’académie Léger, il rencontre celle qu’il épousera en 1951, Elisabeth Levitsky. Elle est belle sophistiquée, mannequin de mode, fille d’aristocrates russes immigrés. Le fantassin de deuxième classe Ginsburg a du mal à supporter la discipline militaire. Pour avoir fait le mur et désobéi il se retrouve en prison pendant trois mois. Cet appel sous les drapeaux en novembre 1948 lui donne l’occasion de prendre goût aux vertus décomplexantes et désinhibitrices de l’alcool mais il connaîtra là de grands moments de désespoir, ne supportant pas la promiscuité il songe à déserter et souffre de cet univers clos et rustique. Enfin le 14 novembre 1949 le calvaire s’achève, fin du service militaire, retour à la vie civile et à la peinture, la dèche est permanente. Il en bave, mais il est amoureux et il peint. Il reprend les concerts avec sa guitare : «Mon père voulait que je continue la peinture. Seulement un jour, il me dit: «C’est bien joli tout ça, mais il faut maintenant que tu gagnes ta vie». Alors je me suis mis un peu à bosser la guitare sèche. […] Mon père me trouvait ce qu’on appelait des cachets». Il abandonne peu à peu ses pinceaux . Larsen juin 2010 / Gainsbourg

7


SG

1950 -1958

Les

premiers pas

«Je pense que Serge et Boris sont frères quelque part, une même violence, une même retenue, un même mystère. Frères dans la dérision, la cruauté et la tendresse.» Juliette Greco. «C’est en l’entendant que je me suis dit : je peux faire quelque chose de cet art mineur » Boris Vian.

Boris Vian

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

8


SG

Ses premières chansons, Serge les composera vers l’age de 22 ans quand il occupe la fonction d’éducateurpour les enfants juifs et les jeunes rescapés des camps nazis, au centre de Champsfleur. Venu là dans un but purement alimentaire, il se prend au jeu, fait dessiner les enfants, leur fait des tours de magie, s’occupe de la chorale, il se montre doué pour captiver les jeunes pensionnaires. Il organise des veillées où il s’accompagne à la guitare et chante des chansons qu’il a lui-même composées. «Ce coup là, je change de nom. Lucien commençait à me gonfler, je voyais partout Chez Lucien coiffeur pour hommes, Lucien, coiffeur pour dames. Sur le moment, Serge m’a paru bien, ça sonnait russe; quant au ‘a’ et au ‘o’ rajoutés à Ginsburg, c’est en souvenir de ces profs de lycée qui écorchaient mon nom…»

E

n 1952, il recommence le circuit des boites et des bals, il s’éloigne de la peinture, se fait du «blé» en coloriant des photos noir et blanc pour les entrées de cinéma (1 Franc la photo) et peint des fleurs sur les meubles anciens pour en faire de faux Louis XIII… Joseph voit tous ses espoirs s’effondrer.

La course aux cachets Pendant les vacances de Pâques 1954, il est engagé comme pianiste d’ambiance au Touquet, il verra son contrat renouvelé l’année suivante. C’est là qu’il rencontrera son futur arrangeur, Alain Goraguer. En septembre il est embauché au cabaret Madame Arthur (cabaret fameux pour ses travestis) comme pianiste et chef d’orchestre puis son père lui décroche un autre engagement au Milord l’Arsouille. Un soir, il y rencontre Boris Vian : «C’est en l’entendant que je me suis dit : je peux faire quelque chose de cet art mineur ?». «Ce coup là, je change de nom. Lucien commençait à me gonfler, je voyais partout «Chez Lucien coiffeur pour hommes», «Lucien, coiffeur pour dames». Sur le moment, Serge m’a paru bien, ça sonnait russe; quant au ‘a’ et au ‘o’ rajoutés à Ginsburg, c’est en souvenir de ces profs de lycée qui écorchaient mon nom…». Il ne supportait plus son prénom, mais ne voulait pas pour autant renier ses origines, finalement il opte pour «Serge» (comme Serge Diaghilev, Serge Lifar), mais il conserve une grande similitude pour son nom, dans le but plus ou moins inconscient de ne trahir ses parents qu’à demi. Son mariage avec Elisabeth bat de l’aile, le couple se délite, et le divorce à l’amiable sera prononcé le 9 octobre 1957.

«J’ai l’âme d’un déraciné slave enraciné ailleurs.»

Malgré sa timidité persistante et son physique peu avantageux Serge ne pense qu’aux femmes et sait les séduire.

Naissance d’un compositeur En juin 1956, la lente métamorphose en Serge Gainsbourg se concrétise par la déclaration à la SACEM de 4 titres, sous le nom de Julien Gris, qui révèlent - enfin - un talent vraiment original : Mes petites odalisques, La jambe de bois, Le poinçonneur des Lilas, La cigale et la fourmi. Il compose pour Michèle Arnaud dont il est très amoureux : «Elle a été une des chances de ma vie, elle a eu l’intelligence de percevoir en moi un style nouveau.» Mais elle ne retient qu’une chanson : Ronsard 59. Enfin, en décembre 57, mort de trac, poussé par Francis Claude, il monte sur la scène du Milord et chante Le poinçonneur. Le 10 juin 1958, Serge enregistre en studio avec Alain Goraguer et son ensemble : La jambe de bois, Douze belles dans la peau et Le charleston des déménageurs de piano. En juillet, il fait sa deuxième télé, invité par Jacqueline Joubert. En septembre sort son premier 25 cm sur le verso duquel figure un texte élogieux de Marcel Aymé : […] il chante l’alcool, les filles, l’adultère, les voitures qui vont vite, la pauvreté, les métiers tristes. Ses chansons inspirées par l’expérience d’une jeunesse que la vie n’a pas favorisée, ont un accent de mélancolie, d’amertume, et souvent la dureté d’un constat. Elles se chantent sur une musique un peu avare où, selon la mode de notre temps, le souci du rythme efface la mélodie. […] Un autre supporter influent s’exprime pour la 2ème fois dans le Canard enchaîné, dans un article dithyrambique : Boris Vian. «A la parution de cet article, ma première réaction a été de prendre une gomme et de voir si mon nom pouvait s’effacer… Je l’ai fait parce que je n’en croyais pas mes yeux, j’étais un peu con !» avouera Serge. Larsen juin 2010 / Gainsbourg

9


SG

Claqueur doigt e

Je

claqu’ des doigts devant les

Juke Box Quand ils n’s’baladent pas sur

Alors j’les

toi

10 doigts

claque claque claque

J’ai D’la

Je n’sais qu’faire de mes

encore pour la

machine

mitraille dans mes blue jeans

Faut que j’la

Oh Qui est

claque claque claque

Sylvie

regarde-moi

c’type qui t’fait du

J’en

ai ma

de ce

plat

claque claque claque

gars.

JUKE BOX JUKE BOX

JUKE BOX

Sur la pochette de son 2 ème album, Claqueur de doigt, où on le voit prêt à tout, avec à portée de main, un bouquet de roses et un pistolet, il précise : «Celles à qui plairont mes chansons je leur envoie des fleurs, dans le cas inverse je fais marcher le pétard»

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

10

claque


SG

des

Le Poinçonneur Lilas 1958

Chante les états-d’âme d’un poinçonneur du métro parisien

Serge chante l’alcool, les filles, l’adultère, les voitures qui vont vite, la pauvreté, les métiers tristes. Ses chansons inspirées par l’expérience d’une jeunesse que la vie n’a pas favorisée, ont un accent de mélancolie, d’amertume, et souvent la dureté d’un constat. Elles se chantent sur une musique un peu avare où, selon la mode de notre temps, le souci du rythme efface la mélodie. […]

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

11


SG

1950 -1958

Rencontres & Succés

L

’année 1959 est marquée par sa rencontre avec Boris Les premiers succès Vian et Juliette Gréco. A propos de sa laideur, elle dira de lui : Son premier succès «L’eau à la bouche» sort en janvier 1960 avec «Moi, à l’époque je disais qu’il était beau. Je le 100.000 exemplaires vendus. Il n’abandonne pas pour autant le trouvais beau. Ce qui m’a plu dans ses chansons, circuit des cabarets. c’est lui. C’est un homme passionnant, séduisant, d’une grande L’Etonnant Gainsbourg, son troisième album sort au printemps tendresse. […] Il a eu une revanche exemplaire qu’il méritait 1961. (En relisant ta lettre, Viva Villa...). Il n’a pas encore trouvé son grandement. Mais il en est quand même mort, de ce non-amour style, n’a pas fidélisé un public contrairement à Brel ou Brassens, il de départ». est de plus en plus malheureux de chanter dans un cabaret où les Elle s'intéresse à ses compositions et gens l’écoutent tout en buvant se trouve désignée pour lui remettre et mangeant. D’autant qu’en le grand prix du disque de l'Académie plus de chanter il lit des textes de Il était dans le film Charles Cros, le 14 mars. Malgré cette Bossuet sur scène. exactement comme dans la Son quatrième album, N°4, sort distinction, et l'enregistrement d'un deuxième album chez Philips, le succès vie. Même attitude, même au printemps 1962 et se vend si se fait attendre. mal, qu’il songe sérieusement à manière de parler, son A partir de mars, il entame une tournée abandonner. Pourtant, il vient en province et en Italie, toujours avec de signer une des plus belles personnage un peu flou et "Opus 109", qui sera un bide complet. chansons de son répertoire : La dégingandé convenait tout javanaise inspirée par Juliette Ses compagnons, Brel, Béart, Simone à fait à ce qu’on cherchait. Langlois découvriront Rome, Florence, Greco et composée pour elle et l'histoire de la peinture, grâce à lui, après avoir passé une soirée guidés par son érudition, et sa passion chez elle à écouter de la musique pour cet art "majeur". classique, jusqu’aux aurores, et à boire de grands vins. Au printemps, il enregistre son 2ème album, Claqueur de doigt, avec Le lendemain elle avait reçu un magnifique bouquet d’orchidées Alain Goraguer et son orchestre. Sur la pochette, on le voit prêt à accompagné d’un petit mot lui annonçant qu’il venait de lui écrire tout, avec à portée de main, un bouquet de roses et un pistolet. une chanson inspirée par cette soirée. «Celles à qui plairont mes chansons je leur envoie des fleurs, dans En novembre 62, Brigitte Bardot se lance dans la chanson et lui le cas inverse je fais marcher le pétard», précisent les notes de demande d’écrire un titre pour son premier E.P., puis un autre pour pochette, et le succès se fait attendre...D'autant que Boris Vian, son 1er album, il lui offrira : Appareil à sous, Je me donne à qui me mort brutalement en 59 à l'âge de 39 ans, n'est plus là pour le plait, un titre écrit sur mesure ! Plus tard il tentera de la rappeler, sans succès, mais elle avait défendre. Le journal La France se plaint : "Il a une voix agressive. Serge Gainsbourg est né sous le signe changé de ligne, et du coup elle lui inspira ces quelque vers, chanté du bélier, toutes ses chansons attaquent, scandalisent, font par Isabelle Aubret au grand prix de l’Eurovision : «Il n’y a plus d’abonnés au numéro que vous avez demandé. Vous mal. […] (il) chante non pour le public mais contre le public". En septembre Gainsbourg croise Brigitte Bardot en participant au qui m’avez laissé tomber. A quoi vous sert de me relever. Dans tournage du film : Voulez-vous danser avec moi ? Il avait été choisi l’annuaire adieu adieu ne vous déplaise, les réclamations c’est le treize.» pour son physique grâce à la pochette de son disque. Larsen juin 2010 / Gainsbourg

[

12

]


SG

Moi, à l’époque je disais qu’il était beau. Je le trouvais beau. Ce qui m’a plu dans ses chansons, c’est lui. C’est un homme passionnant, séduisant, d’une grande tendresse. […] Il a eu une revanche exemplaire qu’il méritait grandement. Mais il en est quand même mort, de ce non-amour de départ» dit Juliette Gré

La Javanaise «Il est arrivé chez moi, me l’a joué au piano et je suis tombée… C’était magnifique, qui ne serait pas bouleversé par ça ? C’était tellement proche de moi, c’était nous aussi. Et je sais très bien pourquoi il l’a écrite. Mais c’est mon affaire, c’est secret !»

Juliette Gréco

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

13


SG

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

14


SG

1963 -1966

Hors

des

sentiers battus

S

erge souffre de n’appartenir ni au mouvement yéyé, symbolisé par Johnny Hallyday, Sylvie Vartan, Claude François, Françoise Hardy, ... ni au rock américain dont s’inspirent Les Chaussettes Noires ou Les Chats Sauvages. Il ne trouve pas sa place et sa maison de disque ne se prive pas de le lui dire!. Philips lui reproche de ne pas être «dans le vent» s’ensuivent 6 mois de dépression pendant lesquels il ne pourra plus écrire une seule ligne. Et pourtant dans un Discorama de juin 63, Serge va ignorer cette déferlante yé-yé et reprendre confiance en lui : «La nouvelle vague, je dirai d’abord Je veux être que c’est moi. Nouvelle vague veut dire qui est à l’avant- garde de la célèbre en 65 ! chanson. Je ne tiens pas à mettre des «y» dans mon pseudonyme. Mais ça ne me dérange pas. Je pratique un autre métier, ça (les yé-yé) c’est de la chanson américaine. De la chanson américaine soustitrée. Moi c’est la chanson française. La chanson française n’est pas morte, elle doit aller de l’avant et ne pas être à la remorque de l’Amérique. Et prendre des thèmes modernes. Il faut chanter le béton, les tracteurs, le téléphone, l’ascenseur… Pas seulement raconter, surtout quand on a dix huit ans qu’on se laisse, qu’on s’est quittés… J’ai pris la femme du copain, la petite amie du voisin… ça marchera pas. Il n’y a pas que ça dans la vie quand même. Dans la vie moderne, il y a tout un langage à inventer. Un langage autant musical que de mots. Tout un monde à créer, tout est à faire. La chanson française est à faire. Il faut plaire aux femmes d’abord puisque c’est la femme qui applaudit et le mari suit». Amoureux, Serge doit l’être puisqu’il convole en justes noces, le 5 janvier 1964 avec une femme d’une grande beauté, Françoise Antoinette Pancrazzi, dite Béatrice. Au retour de son voyage de noces Serge entame la promo de son album charnière, au style épuré et dépouillé. Mais les ventes ne vont pas dépasser les 1.500 exemplaires.

Début de la célébrité Lassé de ne pouvoir s’adresser qu’à une élite, qu’à un public restreint, il veut à 36 ans, gagner de l’argent. A un magazine télé, Serge balance «je veux être célèbre en 65 !» et la consécration intervient avec la chanson du gala de l’Eurovision

«Poupée de cire poupée de son» interprétée par France Gall . Cette année 65 va marquer un tournant dans sa carrière, les commandes affluent de toutes parts, Michèle Arnaud, Mireille Darc, Serge Reggiani, Anna Karina, Jean-Claude Brialy…

[

«Elles me veulent toutes, ce sont elles qui demandent, moi je n’oserais pas, je suis trop timide.»

]

Les femmes en particulier le sollicitent. Il poursuit ses activités cinématographiques (Le jardinier d’Argenteuil, avec Jean Gabin, Estouffade à la Caraïbe avec Jean Seberg). Et c’est en mai 1966 que France Gall chante Les sucettes un succès qui fera couler beaucoup d’encre, et que la jeune chanteuse, chantera en toute innocence. Larsen juin 2010 / Gainsbourg

15


SG

JUIN 2010

Charlie winston 1 - LILLE - Le Zénith

Sean PAUL

2 - PARIS - Bercy

Emmanuelle Seignet

4 - MARSEILLE - Espace Julien

Jacques DUTRONC

1 - 5 - PARIS - Palais des Sports

Calogero

5 - GRENOBLE - Le Summum 7 - PARIS - Le Zénith 11 - LILLE - Le Zénith Grand Palais 12 - 13 - BRUXELLE - Foret National

Bon JOVI

16 - PARIS - Bercy

Indouchine

26 - PARIS - Stade de France

Matthieu Chedid

29 - VERSAILE - Château de Versaille

E N I CH S

JUIllet 2010

N O A D 0 N 3 I E SES RANCE

Pascal OBISPO

3 - NÎMES - Arenes de Nîmes

FêTTADE DE F2010

TELEPHONE

4 - PARIS - Stade de France

AU S E 26 JUIN L

ZZ TOP

6 - TOULOUSE - Le Zénith

MUSE

12 - PARIS - Stade de France

Stevie WONDER

14 - PARIS - Tour Eiffel

Gérald DE PALMAS

22 - CASTRES - Place du 1er mai

Florent PAgny

0 892 700 900 FNAC - CARREFOUR - GEANT - MAGASINS U - WWW.fnac.com E - LECLERC - AUCHAN - VIRGIN - WWW . ticketnet.fr ET POINTS DE VENTES HABITUEL

23 - CASTRES - Place du 1er mai

Jacques DUTRONC

26 - BORDEAUX - Velodrome d’Arcachon

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

16


SG

Cest toujours intense la première fois...

L’abus d’alcool est dangeureux pour la santé. A consommer avec modération. Larsen juin 2010 / Gainsbourg

17


SG

5

bis rue de Verneuil

C’est en 1969 que Serge s’installe dans cette maison dénichée par son père. Il en fera son «hôtel particulier» qu’il va teinter entièrement de noir. Après y avoir vécu durant plus de 20 ans, cet endroit est aujourd’hui un lieu mythique, les fans ont couvert le mur d’enceinte de graffitis, de messages en tout genre et de tags adulateurs. Bon nombre de visiteurs s’y rendent régulièrement, encore de nos jours, pour y inscrire un petit mot, prendre quelques photos ou simplement se souvenir... Le voisinage a abandonné les nettoyages réguliers, inutiles de toute façon car les messages renaissaient très vite... Serge aimait cet endroit, et on y retrouve beaucoup de photos de lui en ces lieux... Actuellement, un projet de musée est à l’étude afin d’y réunir tous ses admirateurs.

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

18


SG

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

19


SG

Brigitte Bardot 1966-1967 «C’est parce que cet amour fut brisé qu’il fut si intense. Nous avions échappé au quotidien, à l’habitude, aux scènes, qui détériorent au fil du temps les passions les plus folles. Je n’ai avec Serge que des souvenirs sublimes de beauté, d’amour, d’humour de folie.» Larsen juin 2010 / Gainsbourg

20


SG

Extrait du film: Gainsbourg vie héroïque.

«C’est comme une corde de guitare qui se brise, c’est très dangereux. Moi ça m’a balafré, c’était hyper speedé et assez court […] Brisure nette. Cette fille-là m’a marqué au fer rouge. » dit Serge

«Ses yeux rejoignirent les miens et ne les quittèrent plus : nous étions seuls au monde! […] De cette minute qui dura des siècles et qui dure encore, je ne quittai plus Serge, qui ne me quitta jamais.» écrit Brigitte dans sa biographie Initiales B.B. «On a fait ça en deux heures, pas plus. Il régnait dans le studio une ambiance d’amour extraordinaire, ils s’aimaient pour de vrai, c’était pas un flirt à la con, c’était très fort» : dira Claude Dejacques Larsen juin 2010 / Gainsbourg

21


SG

E

n 1966 Serge divorce de Béatrice, et se remet avec elle alors même que le divorce vient d’être prononcé. Il passe l’été 1967 à Belle-Île-en-Mer avec Béatrice . Son nouveau super-45 tours est publié en janvier 1966, dès le mois de mars il va se retrouver en tête des hit parades, Serge obtient enfin le succès et bénéficie du coup d’une certaine idolâtrie : «J’étais un séducteur frénétique à ce moment-là : les filles faisaient la queue, si j’ose dire. C’est tout juste si elles ne se couchaient pas sur le pas de la porte en attendant leur tour. Certains jours j’en avais ras le cul et je décidais «Je n’ai pas dormi de ne recevoir personne : pendant huit jours. j’allais m’acheter des boîtes de conserve que je me La nuit je composais. réchauffais, je m’installais Le matin j’étais aux devant ma petite table et je me disais sessions en studio portable :»Enfin ! Plus de gonzesses et l’après-midi je !». Deux jours plus tard, je recommençais». tournais» Le 12 avril de cette même année que le photographe Jean-Marie Perrier met en scène la fameuse «photo du siècle» pour le magazine Salut les copains en réunissant 47 vedettes de la génération yé-yé, dont Gainsbourg. Dans un collector sorti à cette occasion, on apprendra que la boisson préférée de Gainsbourg est le Bourbon au ginger ale, son hobby, les filles, son peintre favori Paul Klee, ses musiciens, James Brown et Igor Stravinsky. En mai Serge participe au nouveau Sacha Show, il compose pour Michèle Arnaud et pour son fils Dominique Walter, pour Mireille Darc et pour Serge Reggiani (un album exclusivement consacré à Boris Vian) et une comédie musicale Anna.

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

22

L’amour impossible : BB Une grande rencontre l’attend, une rencontre qui marquera sa vie à jamais… Elle est belle, sublime, sensuelle, admirée et... mariée au milliardaire Gunther Sachs. Début octobre, Brigitte Bardot enregistre deux titres qu’il a composés pour elle Harley Davidson et Contact. «Je n’osais pas chanter devant lui, il y avait quelque chose dans sa façon de me regarder qui me bloquait. Une sorte de timide insolence, une sorte d’attente, avec un zeste de supériorité humble, des contrastes étranges, un œil moqueur dans un visage extrêmement triste, un humour froid, les larmes aux yeux». Ils enregistrent les deux titres le 19 et vont souper ensemble dans un petit restaurant de Montmartre…Elle fait le premier pas… il en tombe fou amoureux... «Ses yeux rejoignirent les miens et ne les quittèrent plus : nous étions seuls au monde ! De cette minute qui dura des siècles et qui dure encore, je ne quittai plus Serge, qui ne me quitta jamais» écrit Brigitte dans sa biographie Initiales B.B. En fin d’année le couple enregistre Je t’aime moi non plus. «On a fait ça en deux heures, pas plus. Il régnait dans le studio une ambiance d’amour extraordinaire, ils s’aimaient pour de vrai, c’était pas un flirt à la con, c’était très fort» dira Claude Dejacques Mais Brigitte se fait rappeler à l’ordre par son mari et par Madame Olga, elle prend peur, et demande à Serge d’arrêter la sortie d’une chanson qui déchaîne déjà la presse à scandale. Leur passion sera aussi intense que brève, Serge en sort accablé, détruit, suicidaire. «C’est comme une corde de guitare qui se brise, c’est très dangereux. Moi ça m’a balafré, c’était hyper speedé et assez court […] Brisure nette. Cette fille-là m’a marqué au fer rouge. Rien à ajouter».


SG

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

23


SG

Jane Birkin

1967- 1979

Serge est très déprimé, très affecté, voire suicidaire. Il se retranche dans son pavillon de la rue de Verneuil, mais il s’affiche rapidement avec de jolies femmes et pousse le cynisme jusqu’à tenir un carnet dans lequel il leur attribue une note.

La prise de contact se passe très mal, serge reproche à jane de ne pas savoir parler un mot de français, elle se met à pleurer, il attendait Marisa Berenson pour lui donner la réplique du film, pour la séduire aussi, et il se retrouve face à une gamine inconnue ! Larsen juin 2010 / Gainsbourg

24

Il veut frapper fort, bluffer Jane, il ne pouvait plus rester un auteur de chansonnettes, c’est d’ailleurs pourquoi il compose Histoire de Melody Nelson qu’il définit comme une vraie comédie musicale symphonique, album entièrement conçu autour de Jane.


SG

I

l tourne aussi beaucoup pour le cinéma. C’est en tournant les essais pour le film de Pierre Grimblat, Slogan que Serge rencontre celle qui va désormais marquer sa vie professionnelle et personnelle, Jane Birkin. Elle a alors 20 ans, un bébé sur les bras, et vient de divorcer de John Barry, compositeur oscarisé. En peu de temps ils vont s’apprivoiser pour ne plus se quitter pendant près de douze ans. En août, Jane part à Saint-Tropez pour le deuxième rôle féminin du film La Piscine, avec Maurice Ronet, Alain Delon, et Romy Schneider. Jane Birkin : «Serge était jaloux de Delon, il le trouvait trop beau A Nice il a réussi à louer une voiture quatre fois plus grande que celle d’Alain.[…] Dans cette énorme limousine, très flash, on était obligés de pendre les couches de ma fille Kate, et puis il y avait le landau et la nurse, et Serge gémissait : «Ma belle voiture ! On dirait une caravane arabe ! …» Françoise Hardy attend Serge à Paris pour travailler avec lui, après lui avoir écrit le texte magnifique de L’anamour Serge accepte de mettre ses mots sur une musique composée par un autre, ça sera l’énorme tube du tout début 1969 : Comment te dire adieu. Ils partent au Népal tourner un film pour Cayatte: Les chemins de Katmandou. A leur retour ils s’installent au 5 bis rue de Verneuil, avec Kate Bary, la première fille de Jane, dans cette maison noire du haut en bas, véritable musée imaginaire, fouillis d’objets hétéroclites et précieux. Fin 1968, ils enregistrent ensemble, à Londres au studio Chappell, une nouvelle version du sulfureux Je t’aime moi non plus.

Cette fois, le disque est commercialisé et la version de GainsbourgBirkin devient célébrissime, elle fait le tour des discothèques d’Europe et d’outre Atlantique.. Cependant, de nombreux pays interdisent le titre et Gainsbourg lui-même décide de le retirer du premier album qu’il sort avec sa nouvelle compagne. Serge et Jane deviennent un couple hautement médiatique, une période riche et heureuse commence enfin pour lui qui reprend goût à la vie et à la création. Il se consacre à sa vie personnelle stabilisée, et suit sa compagne sur la plupart de ses tournages. L’année 69 est surtout marquée par le scandale provoqué par la sortie du disque Je t’aime moi non plus. Son succès est renforcé par son interdiction. Au 8 septembre 1969, grâce aux Night-club, il s’est vendu 780.000 exemplaires de 45 tours, un mois plus tard, grâce à la censure, le chiffre d’un million et demi de 45 tours est dépassé… On estime que la chanson rapporte dans les mois qui suivent plus de 3millions de francs à Serge et 2 millions. à Jane. Dès l’arrivée de Jane, son travail pour d’autres interprètes (féminines), et pour lui-même, se ralentit. Gainsbourg préfère se consacrer à sa vie personnelle stabilisée, et suit sa compagne sur la plupart de ses tournages. Serge consacre beaucoup à Kate, qu’il élève comme sa fille, et à ses parents… A l’instar de Léo Férré et de Gérard Manset Serge crée un «concept-album», principe novateur d’un fil conducteur reliant tous les morceaux, jugé par la critique comme un album majeur, et qui influencera durablement de nombreux musiciens.

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

25


SG

21 juillet 1973 naissance de Charlotte

trio ils interprètent Les filles n’ont aucun dégoût. Pour France Gall, Le 22 avril 1971, Joseph Ginsburg meurt brutalement : «C’était un garçon timide et moi aussi. Pourtant il a été présent il compose Frankenstein et Les petits ballons. dont France dira : à tous les carrefours importants dans ma vie : les Beaux-Arts, «Les textes étaient parfaits mais ce n’était pas ce que j’attendais. le Touquet, le Milord l’Arsouille, la rue de Verneuil... Un jour il Je n’étais pas heureuse de les enregistrer. C’est là que je me suis s’était plaint : «A quoi nous sert ta célébrité si on ne te voit plus rendue compte qu’il avait dit tout ce qu’il avait à dire avec moi. En ? «Je ne l’oublierai jamais ! […] Après sa mort, j’ai découvert qu’il fait il ne m’a jamais connue. A la rentrée il se sépare de Vannier et gardait toutes les coupures de presse où l’on compose le premier album consacré à parlait de moi». 3 mois plus tard, le 21 juillet, Jane Di Doo Dah il joue avec sa voix : «Le Charlotte fait son entrée dans le monde, «Cette nuit-là, j’ai merveilleux avec Jane […] consistait en sa dans une clinique londonienne. Serge est fou touché le bonheur du faiblesse : sa voix n’était pas dirigeable. de joie. Elle ne pouvait pas prétendre à la diriger. doigt. Les hommes Ce qu’elle pouvait faire de mieux, c’était Un art dédié aux femmes font l’amour, les de travailler sans forcer sa nature. Elle n’a mères, le miracle.» jamais su faire qu’une chose : s’exprimer Les interprètes continuent de se succéder : à fleur de gorge. C’est pour cela qu’elle Régine, Juliette Gréco, Françoise Hardy. En flanque la chair de poule aux mômes des fin d’année il tente de lancer La décadanse dans les discothèques parisiennes et cannoises, l’idée ne séduit lycées. Chaque fois qu’elle ouvre la bouche, nous éprouvons pas et la presse le taxe de mauvais goût. Il est déçu des résultats la sensation qu’elle doit défendre sa peau contre un maniaque de ses deux derniers disques, en avril 1972, il accepte un petit ou un criminel». Il collabore pour la première fois avec Jacques boulot de commande, une chanson publicitaire pour le parfumeur Dutronc. Il ne vend pas de disques mais demeure une référence Caron dont les spots passent sur Europe n°1 et Radio Monte-Carlo. de la chanson française. La jeunesse est séduite par son ton et Il ne tourne plus au cinéma. En mai, il se remet à composer des son allure provocatrice, sous l’influence de Jane, son look change, chansons -sketches pour un Top à… consacré à Sylvie Vartan. il adopte définitivement cette «barbe de trois jours», cette allure Serge et Jane sont les invités de Gilbert et Maritie Carpentier. En désinvolte, de buveur et de fêtard.

[

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

26

]


SG

69 Année ue

tiq

éro «Elle n’a jamais su faire qu’une chose : s’exprimer à fleur de gorge. C’est pour cela qu’elle flanque la chair de poule aux mômes des lycées. Chaque fois qu’elle ouvre la bouche, nous éprouvons la sensation qu’elle doit défendre sa peau contre un maniaque ou un criminel.»

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

27


SG

1973 - 1979

Malgré l'adversité Le 15 mai 1973, il a 45 ans, Serge bénéficie de son premier sursis, première crise cardiaque «Si elle est irréversible, (la maladie) je ne supporte pas. Je n’aime pas l’univers carcéral des hôpitaux et cliniques de luxe. Je me démerderai pour abréger l’affaire. L’homme est le seul animal sur cette terre qui sait qu’il va mourir et j’ai eu pas mal de sursis dans ma vie...»

I

l parvient à s’abstenir d’alcool et de tabac pendant les six à huit semaines qui suivent son hospitalisation... pas plus. Sent-il que l’étau ne va pas tarder à se resserrer? Dans un entretien accordé à Michel Lancelot au mois de septembre, il fait le point : «Quand tout va mal il faut chanter l’amour, le bel amour et quand tout va bien chantons les ruptures et les atrocités. Elle est la fille que j’attendais. Ça ne s’est pas su comme ça au départ, il y a eu une mutation en moi. Je pense qu’elle est la dernière, si elle me quitte… J’aime cette fille, je peux le dire, j’ai jamais dit ça de personne. J’avais quelques amis, j’en aurai un peu moins. Je deviens un peu plus difficile. J’étais déjà misogyne, je deviens misanthrope. Vous voyez, il ne me reste pas grand chose, mais il me reste des choses essentielles comme mes enfants, ma femme et la création. Ça continue. Avec l’esprit plus lucide et les mains qui ne tremblent plus, enfin presque plus. L’apport de l’alcool et du tabac sur l’intellect, pour moi, c’était très nocif. J’étais tellement saturé que je restais des nuits entières sans rien trouver. J’allais assez vite… donc j’ai vu beaucoup de paysages défiler mais j’ai accroché un platane, alors maintenant je sais que je suis légèrement blessé au cœur, j’espère que c’est pas très grave, que je pourrai survivre».

Un génie caméléon L’année 1975 est l’année des changements. En septembre 75, près d’Uzès, dans le Gard, commence le tournage de Je t’aime moi non plus. Ce film suscite le scandale dès sa sortie, tout comme l’avait fait l’album Rock Around The Bunker quelques mois plus tôt, rares sont les journalistes à apprécier ce travail à sa mesure, tels Robert Chazal (France-Soir) Henri Chapier, Pierre Tchernia et François Truffaut. Du coup Je t’aime moi non plus plafonne à 150.000 entrées sur Paris à sa sortie, et ne connaîtra de véritable audience que dans le circuit vidéo, alors que le magazine américain Variety, en mars 1976 le considère comme un «classique des années 70 !» Larsen juin 2010 / Gainsbourg

28


SG

Ce film suscite le scandale dès sa sortie, tout comme l’avait fait l’album Rock Around The Bunker quelques mois plus tôt, rares sont les journalistes à apprécier ce travail à sa mesure, tels Robert Chazal (France-Soir) Henri Chapier, Pierre Tchernia et François Truffaut. Du coup Je t’aime moi non plus plafonne à 150.000 entrées sur Paris à sa sortie, et ne connaîtra de véritable audience que dans le circuit vidéo, alors que le magazine américain Variety, en mars 1976 le considère comme un «classique des années 70 !».

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

29


SG

M

algré les louanges de Truffaut pour son film, et le sentiment de fierté artistique qu‘il en tire, Serge se sent mal, il est cruellement déçu par les critiques que rencontre son film, ses derniers disques n’ont pas marché autant qu’il l’espérait… c’est pourquoi il accepte de tourner des films publicitaires A la mi-août 76, il met en boite, à Londres, la musique de L’homme à tête de chou, inspiré d’une sculpture de Claude Lalanne qu’il avait acheté quelques années plus tôt : «J’ai croisé «l’homme à tête de chou» à la vitrine d’une galerie d’art contemporain. Quinze fois je suis revenu sur mes pas, puis sous hypnose, j’ai poussé la porte, payé cash et l’ai fait livrer à mon domicile. Au début il m’a fait la gueule, ensuite il s’est dégelé et m’a raconté son histoire…» Larsen juin 2010 / Gainsbourg

30

A la fin de l’année, il offre à Jane Ballade de Johnny Jane. En 1977, il est contacté par Alain Chamfort qui veut casser son image de chanteur à minettes, et après quelques hésitations, poussé par Jane, il lui écrit l’histoire de Baby Lou, reprise plus tard par Lio, puis par Jane. Il a alors deux gros chantiers : huit chansons pour le nouveau spectacle de Zizi Jeanmaire, et l’album Ex-fan des sixties, pour Jane, une réussite complète. Serge accepte de signer des bandes originales de film, tel Sea Sex And Sun repris par Patrice Leconte pour le film Les bronzés il atteint le 4ème rang du Hit Parade et pulvérise les records de vente. C’est à cette période qu’il est contacté par le groupe de rock français Bijou, avec lequel il chantera 2 deux titres à Epernay et découvrira, à cette occasion, et avec émotion, combien la jeune génération continue à l’aimer.


SG

L’album l’homme à tête de chou est un chef d’œuvre majeur. Perfection poétique, exercices de style étonnants, travail d’orfèvre, introduction de rythmes reggae, du talk-over, (du Rap avant la lettre). C’est un bijou ciselé et peaufiné autant au niveau des textes que de la mélodie.

«J’ai croisé «l’homme à tête de chou» à la vitrine d’une galerie d’art contemporain. Quinze fois je suis revenu sur mes pas, puis sous hypnose, j’ai poussé la porte, payé cash et l’ai fait livrer à mon domicile. Au début il m’a fait la gueule, ensuite il s’est dégelé et m’a raconté son histoire…» Larsen juin 2010 / Gainsbourg

31


SG

Je suis un insoumi Ă la Marseillaise s Larsen juin 2010 / Gainsbourg

32


SG

s ! Qui a redonnĂŠ on sens initial... Larsen juin 2010 / Gainsbourg

33


SG

aux armes et caetera Le meilleur album reggae fait par un non-Jamaïcain

«Ne touchez jamais à la marseillaise malheureux, comme disent les juifs, c’est pécher ! Regarder les enfants de Bosnie mourir en direct au 20 h entre un verre de rouge et un rumsteak est acceptable, mais déformer nos chères paroles ça non ! Des hommes sont morts pour cette chanson dit on, pour avoir connu certains soldats croyez moi, ce n’était pas pour Rouget Delisle qu’ils allaient au casse pipe mais simplement parcequ’ils ne pouvaient pas faire autrement. Comme Gainsbarre, je déteste le patriotisme stupide, nos parents ne se sont pas battus pour l’honneur d’un pays mais pour protéger les leurs. « Etre fusillé en chantant son hymne national n’est pas un acte de courage mais à mon sens une belle connerie !» dit Gainsbourg. Larsen juin 2010 / Gainsbourg

34


SG

Pour sa marseillaise en reggae, Gainsbar se fait huer par les légionnaires, vous savez ces soldats à la recherche de n’importe qu’elle bataille pour se croire des hommes.Il sera menacé de mort s’il continue à la chanter, un journaliste le harcèlera dans ses colonnes ne cachant en rien son anti sémitisme. Un juif après tout a t’il le droit de toucher à ce chefd’œuvre ? et un beurre si ce n’est quand il représente la France au mondial ? Gainsbarre la chantera une dernière fois bras levé devant une foule en délire car pour pousser l’anecdote jusqu’au bout l’album resta premier des records des ventes pendant des mois !

Affaire la Marseillaise

P

our la première fois, au mois de mai 1979, Serge se retrouve N°1 du hi-parade de R.T.L. avec Aux armes et cætera qu’il a enregistré en Jamaïque. Il a contacté les I Threes, choristes des Wailers, par l’intermédiaire de la maison de disques de Bob Marley, ainsi que Sly Dunbar et Robbie Shakespeare (batteur et bassiste).

«Le meilleur album reggae fait par un non-Jamaïcain», avait dit Sly Dunbar. La promotion du nouvel album a démarré le 1er avril dans l’émission Top Club dimanche, puis de nombreuses invitations dans diverses émissions de télévision se sont enchaînées. C’est un tube gigantesque au printemps 1979, au point qu’il parvient aux oreilles de l’éditorialiste Michel Droit, qui rédige alors un texte méprisant et fielleux dans Le Figaro Magazine, sur ce qu’il nomme : «L’odieuse chienlit […] une profanation pure et simple de [...] ce que nous avons de plus sacré». «Quand je vois apparaître Serge Gainsbourg je me sens devenir écologiste. Comprenez par là que je me trouve aussitôt en état de défense contre une sorte de pollution ambiante qui me semble émaner spontanément de sa personne et de son oeuvre, comme de certains tuyaux d’échappement...». La polémique est lancée. Deux semaines plus tard, Gainsbourg lui répond dans Le Matin Dimanche : «Peut-être Droit, journaliste, homme de lettres, de cinq dirons-nous, […] croisé de guerre 39-45 et croix de la Légion d’honneur dite étoile des braves, apprécierait-il que je mette à nouveau celle de David que l’on me somma d’arborer en juin 1942 noir sur jaune et ainsi, après avoir été relégué dans mon ghetto par la milice, devrais-je y retourner, poussé cette fois par un ancien néo-combattant ? …». Jane, peinée, a elle aussi réagit au texte nauséabond, et a pris la

peine d’écrire à Michel Droit, au sujet duquel Serge propage son aphorisme assassin : «On n’a pas le con d’être aussi droit». En gros, l’éditorialiste, révolté par le traitement infligé à l’hymne de la nation, dérape dangereusement et insinue, que Gainsbourg joue un mauvais tour à ses «coreligionnaires» et risque de faire renaître un antisémitisme toujours rampant en bavant sur les vers de Rouget de Lisle. En septembre de la même année «L’affaire de la Marseillaise» prend de l’ampleur, lorsqu’une séance de dédicace de son disque à la foire internationale de Marseille est annulée sous la pression conjointe des associations d’anciens combattants et de l’Union Nationale des parachutistes (UNP). La section marseillaise de l’UNP annonce même son intention d’interdire la vente du disque dans la ville. Début janvier 1980 Serge doit chanter à Strasbourg, les paras, épaulés par la Fédération nationale des anciens combattants en Algérie Maroc et Tunisie, menacent d’intervenir physiquement. Le 4 janvier, la mise en place du matériel se passe sans problèmes, dès 19 heures, le public est entré ainsi qu’une soixantaine de paras. Ils ont pour intention d’intervenir dès que Gainsbourg attaquera la Marseillaise. En ville, le Holiday Inn où étaient installés les musiciens est évacué pour cause d’alerte à la bombe, les rastas commencent à paniquer sérieusement, ils se réfugient dans leur bus, Serge se retrouve seul et il décide alors de monter sur scène… et de chanter la vraie Marseillaise. Incroyable spectacle, les paras se lèvent et se mettent au garde-à-vous, même la salle se met à chanter… Le lendemain, à Bruxelles, Serge est assailli par les reporters, les images de la veille sont diffusées à la télé, on le voit enragé, bouleversé, le poing levé, gueulant : «Je suis un insoumis ! Qui a redonné à la Marseillaise son sens initial !». Larsen juin 2010 / Gainsbourg

35


SG

1980 - 1982

Descente aux Enfers

«Quand elle m’engueulait, ça me plaisait pas : deux secondes de trop et paf. Elle en a subi avec moi mais ensuite c’est devenu une affection éternelle. J’ai eu une fille en or mais elle s’est tirée. […] Elle m’a jeté et c’était bien fait pour ma gueule, puisque je lui cassais la sienne. Jane est partie par ma faute, je faisais trop d’abus, je rentrais complètement pété, je lui tapais dessus.» Larsen juin 2010 / Gainsbourg

36


SG

E

n janvier 1980, il donne 2 concerts à Bruxelles, véritables triomphes. Même succès à Cannes, au Midem où Europe 1 et Philips lui décernent disque d’or et disque de platine. Il publie un comte parabolique, Evguenie Sokolov. «Evguénie, c’est un type qui se détruit sciemment parce qu’il veut la gloire et la gloire le détruit, donc c’est quelque part autobiographique.» En tout cas, Serge paye cher le prix de ses excès. Jane, le quitte Au bout de 12 années de vie commune, ne supportant plus de le voir se détruire et se perdre, elle déserte la rue de Verneuil et le laisse plus désemparé que jamais. Son chagrin est immense, il touche le fond.

La fuite et L’autodestruction Il se jette dans le travail : un album pour Jacques Dutronc, Guerre et pets, la musique du film de Claude Berri Je vous aime et un rôle aux côtés de Catherine Deneuve qui rappelle inévitablement son propre rôle. «Claude Berri s’est inspiré de ma vie, d’une certaine façon. Dans le scénario, je fais souffrir Catherine. J’ai été méchant, moi aussi, très méchant». Pour Catherine il écrit Dieu est un fumeur de havanes qu’il interprètera avec elle. En 81, il lui écrit un album entier, Souviens-toi de m’oublier que Libération chroniquera quelques mois plus tard, assorti d’un calembour à la Gainsbarre : «Deneuve ? Non, d’occase !». La réaction de Catherine à cette grossièreté sera télégraphique et sans appel : «Vous ne serez jamais assez ivre à mes yeux pour justifier vos jeux de mots à Libération STOP Il faut savoir résister à certaines tentations STOP Vous ne pourrez jamais noyer vos regrets et malgré vos triomphes je sais que vous êtes inconsolable pour des raisons qui ont cessé de m’intéresser STOP J’avais de l’affection pour vous mais plus d’indulgence serait complaisant». Après l’immense succès rencontré par Manureva, Alain Chamfort, le sollicite à nouveau, et pour lui permettre de composer plus tranquillement l’emmène avec lui à Los Angeles dans une luxueuse villa hollywoodienne louée par la maison de disque… Lio, invitée par Alain, et Bambou, la nouvelle compagne de Serge ne s’entendent pas. En fait Serge s’ennuie à Beverly Hills, il se dispute avec Bambou, L’atmosphère est pesante. Il finit par planter Chamfort qui finira l’album avec lui par téléphone. «Gainsbourg ne se foulait pas, ça a été vraiment dur pour Alain. S’il a finalement écrit des textes comme Malaise en Malaisie ou Bambou c’est parce que Alain était tout le temps derrière lui et le poussait au cul.» atteste Lio. A cette époque Serge est souvent photographié en compagnie de Caroline Von Paulus, dite Bambou, jeune eurasienne de 21 ans, chinoise par sa mère et allemande par son père. «Gainsbourg était fasciné par le fait que Bambou était junkie. Une sorte de curiosité malsaine, parce qu’elle osait aller jusqu’au bout de cette logique autodestructrice qui était aussi la sienne…

«Evguénie, c’est un type qui se détruit sciemment parce qu’il veut la gloire et la gloire le détruit, donc c’est quelque part autobiographique.»

Il disait avec une sorte de détachement : «Ouais, la petite, elle exagère, j’ai encore retrouvé des seringues dans la salle de bains!» explique Chamfort. Mauvaises nouvelles des étoiles, son deuxième album reggae enregistré aux Bahamas sort au mois de novembre. Libération le résume comme suit : «L’album le plus fumiste - et partant, le plus fameux, peut-être - de sa carrière :100% reggae. 100% pathétique. 100% émouvant. 100% provocant. 100% magistral. Du Gainsbourg, plus cynique et élégant que jamais, plus urgent et plus «par-dessous-la-jambe» aussi.» Alain Bashung, fervent admirateur, hérite d’un album Play Blessures. En fin d’année lors d’une vente aux enchères, et deux ans après le scandale de La Marseillaise il acquiert un des deux manuscrits de l’hymne national, signé Rouget de L’Isle et daté de 1833, pour 130.000 francs. Larsen juin 2010 / Gainsbourg

37


SG

Catherine Deneuve

Souviens-toi de m'oublier...

Manureva sera le plus grand tube d’Alain. Cette chanson demeure à ce jour la plus célèbre du répertoire d’Alain Chamfort (souvent la seule qu’évoque son nom). À l’origine, elle doit s’appeler Adieu California, mais Chamfort n’est pas convaincu par la première version écrite par Gainsbourg. C’est à l’occasion d’un dîner que ce dernier entend parler du navigateur disparu Alain Colas et de son bateau Manureva. Le sujet lui inspire directement les paroles de la chanson qui, en plus de devenir un considérable succès, s’avère être un morceau de disco mélancolique révélant un travail de production inventif.

Dieu est un fumeur de havanes Larsen juin 2010 / Gainsbourg

38

Serge écrit à Catherine Deneuve un album entier, Souviens-toi de m’oublier, critiqué par libéation, assorti d’un calembour à la Gainsbarre «Deneuve ? Non, d’occase !». La réaction de Catherine à cette grossièreté sera télégraphique et sans appel : «Vous ne serez jamais assez ivre à mes yeux pour justifier vos jeux de mots à Libération STOP Il faut savoir résister à certaines tentations STOP Vous ne pourrez jamais noyer vos regrets et malgré vos triomphes je sais que vous êtes inconsolable pour des raisons qui ont cessé de m’intéresser STOP J’avais de l’affection pour vous mais plus d’indulgence serait complaisant»


SG

«Gainsbourg était fasciné par le fait que Bambou était junkie. Une sorte de curiosité malsaine, parce qu’elle osait aller jusqu’au bout de cette logique autodestructrice qui était aussi la sienne… Il disait avec une sorte de détachement : «Ouais, la petite, elle exagère, j’ai encore retrouvé des seringues dans la salle de bains!» Larsen juin 2010 / Gainsbourg

39


SG

Mauvaises nouvelles des étoiles. «L’album le plus fumiste et partant, le plus fameux, peut-être, de sa carrière : 100% reggae. 100% pathétique. 100% 100% provocant. 100% magistral. Du Gainsbourg, plus cynique et élégant que jamais, plus urgent et plus «par-dessous-la-jambe» aussi.»

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

40


SG

SéLECTION

R T E DE

OFFR

IT DéL é

THIS IS IT

CA

FI

MICHAEL J ACKSON’S

E

VIRGIN MEGASTORE

X2

COMME VOUS NE L’AV I E Z J A M A I S V U

Disponible en DVD, DVD collector et blu-ray LA CULTURE DU PLAISIR MEGASTORE

WWW.VIRGINMEGASTORE.FR Larsen juin 2010 / Gainsbourg

41


SG

1980 - 1982

Gainsbourg& Gainsbarre

U

ne fois de plus, il part à la rencontre d’un nouveau monde musical, le funk new yorkais. Serge choisit pour la pochette du disque une photo qui le représente en mère maquerelle ou travesti sophistiqué, fine cigarette, faux ongles laqués, bijoux, il voulait être «très belle». En effet, Love On The Beat aborde le thème de l’homosexualité (Kiss Me Hardy, I’m The Boy That Can Enjoy Invisibility, et aussi celui de l’amour fou, platonique mais sensuel, pour sa fille Charlotte Lemon Incest. «Images choc pour disque brut. Plan provoc, Gainsbarre en rut...» résume fort justement Gilles Verlant.

D

urant la période de l’enregistrement des deux albums de Jeane Birkin et d’Isabelle Adjani, il buvait beaucoup et il était déjà fortement imbibé en arrivant le matin. Il fonctionnait aux cocktails. Il emmenait un shaker dans sa mallette, il en préparait à base de bourbon, des trucs à dégommer un bœuf, il en buvait trois dans la journée, un dé à coudre aurait suffi à retourner le cerveau d’un être humain normalement constitué, lui les buvait dans un grand verre à bière. Ensuite il est passé au 102, il avait un verre dans chaque main pour faire la stéréo, mais ça ne l’empêchait pas de travailler.» Bominique Blanc - Francard.

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

42


SG

N

ouveau scandale, en janvier 82 lors de l’émission Droit de réponse animée par Michel Polac et consacrée à la mort de Charlie Hebdo, où Serge s’exhibe affublé d’un long ballon de baudruche qui sort de son pantalon tel un sexe démesuré, les chaises volent ainsi que les injures, Gainsbarre prend le pas sur Gainsbourg, le lendemain l’animateur fait des excuses au journal de 13 heures. En mai 1982 Pierre Lescure, directeur des programmes de variétés à Antenne 2, lui remet un disque d’or pour Mauvaises nouvelles des étoiles. Puis Serge part dans la jungle tropicale gabonaise tourner Equateur dans des conditions climatiques pénibles. Francis Huster remplace Patrick Dewaere avec lequel Serge rêvait de tourner. Le film sera un échec commercial à sa sortie. Au festival de Cannes (1983) il se fait huer et chahuter.

Succès et revers «Il buvait beaucoup et il était déjà fortement imbibé en arrivant le matin»

Cette même année il devient parrain (ou papa 2 comme il se nomme) de Lou, la fille de Jane et de Jacques Doillon. Il s’enfonce dans la déprime, se «cuite» de plus en plus souvent, mais son inspiration est intacte, il est toujours très sollicité par les annonceurs : Gini (avec Bambou), Orelia (sorte d’Orangina américain), Palmolive (shampooing), Friskies (nourriture pour chiens) ou encore Roumillat (fromage) et Anny Blatt (laines). Il compose deux albums, l’un pour Isabelle Adjani, l’autre pour Jane Birkin. En effet Baby Alone In Babylone est considéré comme le plus bel album qu’il ait écrit pour Jane. Les deux albums obtiennent des disques d’or, Jane reçoit en 1984 le grand prix de l’Académie Charles Cros, comme Serge 25 ans plus tôt pour son premier album 25 cm.

Serge Gainsbourg entre dans le grand dictionnaire encyclopédique Larousse en ces termes : «Doué d’un humour grinçant et subtil, il a su imposer au public un personnage désenchanté et sardonique qui cache une très vive sensibilité». Même Charlotte participe à la vie artistique en tournant son premier film, Paroles et musique d’Elie Chouraqui. Plus vraie que vraie dans son rôle de pré ado, son talent est unanimement reconnu.

Provocateur au grand cœur Le 11 mars 1984, Serge est l’invité de 7 sur 7, à fond dans le registre «dérision / provocation», il commence par dire qu’il fête son anniversaire «par une cuite, comme tous les jours»... puis, à la question «Les problèmes économiques et sociaux, comment estce qu’on vit ça quand on est un des artistes les mieux payés de France ?» de Jean-Louis Burgat et Erik Gilbert, les animateurs de TF1, il choisit d’illustrer sa réponse de la manière la plus imagée qu’il soit : il sort son briquet de sa poche, et brûle en direct un billet de 500 francs, sous l’œil médusé des journalistes. Malheureusement ce geste est très mal ressenti par le grand public qui l’interprète comme une insulte. La rédaction de TF1, et sa propre boite vont rapidement être submergées de lettres, parmi elles, celle d’un petit garçon de 10 ans qui a pleuré devant son écran en voyant le prix de son vélo s’envoler en fumée. Emu par sa lettre, Serge lui fait envoyer aussitôt une magnifique bicyclette. Charlotte elle-même est chahutée à l’école. Le mois suivant, Serge s’envole pour New York accompagné de Philippe Lerichomme son fidèle directeur artistique. Sur les conseils de Jean-Pierre Weiller, il enregistre l’album Love On The Beat avec Billy Rush du groupe de Southside Johnny, avec le saxophoniste et les choristes de Bowie. Depuis quelques temps Gainsbourg est l’invité rêvé des plateaux télé, doué pour provoquer des scandales qui font grimper l’audimat, il est de plus en plus souvent sollicité pour des émissions. Alors qu’il participe en direct à l’émission télévisée de Patrick Sabatier, au cours de laquelle il doit répondre aux questions souvent hostiles des téléspectateurs, il établit un chèque de 100.000 francs pour Médecins sans frontières et retourne l’opinion en sa faveur.

«Sur cet album, je chante ses blessures, je suis devenue l’homme à tête de chou, je me suis travestie en Serge. […] chanter en face de lui, une telle émotion, c’était le plus beau cadeau qu’il pouvait me faire. Il est parvenu à sortir une beauté de tout cet abîme, c’était presque spirituel» confie Jane.

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

43


SG

«On va tellement dans le foutoir que bientôt c’est plus du café qu’on va boire, c’est de l’eau chaude, dit-il. Et maintenant je vais vous dire ce qu’est le racket des impôts. Là, ce n’est pas une parabole, c’est physique. Je prends un billet de 500 balles. Je suis taxé à 74%. Je vais vous montrer ce qui me reste. C’est illégal ce que je vais faire, mais je vais le faire, si on me fout en taule, j’en ai rien à cirer. Il ne faut quand même pas déconner, ça, c’est pas pour les pauvres, c’est pour le nucléaire. Voilà ce qui me reste sur les 500 balles. J’aimerais que les pauvres aient tous des Rolls. Et moi, j’ai vendu la mienne. Voilà le socialisme».

Extrait de l’émission télévisée : « 7 /7 - 11 mars 1984 »

«Serge avait un rapport particulier à l’argent à la fois volonté d’être respecté mais en même temps, par orgueil, montrer qu’il n’était pas attaché aux choses matérielles» : dit Bertrand de Labbey.

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

44


SG

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

45


SG

1985 -1988

La flamme brûle encore Le 19 septembre Jack Lang lui offre la croix d’Officier dans l’ordre des Arts et des Lettres. Serge est particulièrement fier d’être directement décoré officier, et non chevalier comme Coluche ou Clint Eastwood. «Gainsbourg a touché, au cours des dernières années, la France profonde, celle de Coluche, parce qu’il avait ce côté clownesque qui plait aux blaireaux. Mais il n’a jamais cessé de séduire les gens plus exigeants, l’élite intellectuelle.» Michel Drucker. Dans l’album «you’re under arrest», on découvre un Gainsbourg moralisateur qui suggère de faire la peau aux dealers de drogue.

Gainsbarre est de retour ! Gainsbourg sera menacé de procés. ..

" I'd like to fuck you ! ¨ dit-il à Whitney Houston.

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

46


SG

Bonheur familial

Les ultimes tournées

’anée 1986 débute par la naissance de Lulu, fils de Serge et de Bambou, le 5 janvier. «Lulu peut-il m’apporter la sérénité ? Grave question. Non, non. Personne ne m’apportera jamais la sérénité. Car la sérénité pour un artiste, c’est la mort de la création. Mon fils peut, en revanche, m’envoyer des ondes de bonheur mirifiques. Intenses et répétées». Jacques Dutronc se proposera pour être le parrain. Le mois suivant, le 22 février, sous l’œil ému et attendri de son papa, Charlotte, alors âgée de 14 ans et demi, reçoit le César du jeune espoir féminin pour son rôle dans L’Effrontée de Claude Miller. Puis il retourne à New York pour l’enregistrement de son dernier album studio, You’re Under Arrest.

Du 19 septembre au 27 octobre, il remonte sur scène, au Casino de Paris accompagné de musiciens et de choristes américains qui ne le quitteront plus, il arrête complètement de boire, et se produit en province dans des concerts intitulés C’est ma tournée (23 dates en 26 jours!). Malgré ses problèmes de santé, Serge monte sur la scène du Zénith, en mars 88, pour sept soirées. Au cours de l’une d’elles il présente Lulu à son public. Il part ensuite en tournée dans toute la France. Il participe aux Francofolies de La Rochelle, au festival de Montreux en Suisse et il donne même des concerts au Japon à Tokyo et Osaka. Mais sa santé se détériore et son moral aussi. Plongé dans sa détresse, il grossit, sa vue baisse, il marche avec une canne, et continue à boire et à fumer .

L

Naissance de Lulu

Charlotte et son père pour le césar du jeune espoir féminin pour son rôle dans l’éffrontée

Serge et son fils Lulu

For Ever

Dernières provocations

Le compositeur laisse place à l’auteur-acteur-réalisateur. Serge se lance dans le montage de son dernier film: Charlotte For Ever. Il met en scène, sa fille, Roland Dubillard, Roland Bertin, Anne Zamberlan. Gainsbourg : Pendant le tournage, Charlotte m’a sidéré. Elle était d’un stoïcisme… Et elle faisait confiance à son père. Seulement quand je l’ai dénudée, elle est rentrée en pleurant et elle a dit : «Papa m’a trahie !» Serge regrettera toujours de n’avoir pas pris la pleine mesure de cette pudeur d’adolescente . En février 1987 sort l’album Charlotte Forever de Charlotte Gainsbourg, ainsi que Lost Song écrit et composé pour Jane.

Serge participe au Printemps de Bourges avec ses musiciens américains, spécialement revenus en France pour l’occasion. Invité par Michel Drucker à Champs Elysées. Quand Drucker lui présente Whitney Houston, en guise d’hommage Whitney s’entend dire en direct : «I’d like to fuck you!»… A l’automne il sort son album You’re Under Arrest, avec sa reprise masculinisée de Mon Légionnaire, et Aux Enfants De La Chance où La presse est plutôt positive, il vend plus de 100.000 albums mais continue à s’enfoncer dans la déprime. Son entourage s’inquiète pour lui et l’encourage à se faire soigner, quitte à partir à l’étranger mais il préfère s’étourdir de travail et faire la tournée des boites. Larsen juin 2010 / Gainsbourg

47


SG

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

48


SG

«Ce film m’a bouleversé. Après le tournage, je ne pouvais pas supporter de regarder les rushes. Pas à cause de moi, à cause de Charlotte ! Comment ai-je pu écrire un rôle aussi terrible ? Je ne comprends pas».

«ce film m’ a boulversé. Aprés le tournage, je ne pouvais pas supporter de regarder les rushes. Pas à cause de moi, à cause de charlotte ! Comment ai-je pu écrireun rôle aussi terrible? Je ne comprends pas». Larsen juin 2010 / Gainsbourg

49


SG

1988-1991

Crépuscule d'une étoile

Connaissez-vous le Cocktail Désespoir de Cocteau ? Je ne l’ai jamais essayé, faut pas déconner, mais voici ce que ça donne, je cite : «Remplir à moitié le shaker de glace et d’eau de Cologne, mettre deux gouttes d’alcool de menthe de Ricqlès, un doigt de shampoing, secouer, servir mousseux avec des pailles dans un verre à dents». C’est superbe, non ?» . Il paraît que dans le bloc j’étais le mec le plus courageux. C’est pas drôle les enfants, j’ai souffert dans ma chair, mais je suis stoïque. Quand je me suis réveillé j’avais des tubes partout, dans le nez, dans le fion, dans les reins, dans la queue, mais en voyant tous ces fils, émergeant de l’anesthésie, j’ai eu un réflexe insensé : j’ai demandé On est sur scène ? Soundcheck ! C’est bon ? Où sont mes musicos ?» Je me croyais au Zénith !. Mon deal avec la mort ne regarde personne, que je reboive et que je refume, c’est mon problème. Gainsbourg n’attend pas d’être mort pour être immortel»...

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

50


SG

«Gainsbourg n’attend pas d’être mort pour être immortel».

Serge s’ennuie… Thomas Dutronc, 15 ans, lui tient compagnie de temps à autres… ainsi que ses amis fidèles : Jacques Wolfsohn, Jacques Dutronc. Enfermé dans son alcoolisme, en panne textuelle, en état permanent d’ébriété, il souffre de plus en plus d’angoisses liées aux affres de la création. Au début de l’année 89 il est hospitalisé à cinq reprises, les médecins se montrent très alarmistes, et l’avertissent du risque de cécité qu’il encourt.

A

u mois de Mars, il sort un album pour Bambou Made In China mais c’est un échec commercial. Bambou n’a aucune formation musicale et Serge est en panne d’inspiration. Au mois d’avril, il subit une ablation d’une tumeur au foie, l’opération dure plus de six heures. Les médecins lui ont strictement interdit l’absorption d’alcool, il s’y tient, pendant quelques mois seulement. Invité par Patrick Sabatier pour son émission Et si on se disait tout fin septembre, il avoue Une semaine plus tard il entre en urgence à l’hôpital américain suite à un malaise cardiaque.

baisser le rideau A l’automne sort un coffret de 9 CD De Gainsbourg à Gainsbarre assorti d’une pub qui veut déjouer le destin : «Gainsbourg n’attend pas d’être mort pour être immortel». En 1990 sort le film Stan the flasher dont il a écrit le scénario, Claude Berri, Richard Bohringer et Elodie Bouchez en sont les principaux acteurs. Les critiques sont bonnes. La nouvelle égérie s’appelle Vanessa Paradis, elle a 17 ans, Serge lui écrit tout un album de 11 titres : Variations Sur le Même T’Aime Et pour la deuxième fois de sa carrière, à la demande de Bertrand de Labbey, il écrit un titre pour le grand prix de l’Eurovision White And Black Blues qu’interprète la Guadeloupéenne Joëlle Ursull. Puis il signe son dernier album pour Jane Amour des Feintes dont il dessine lui-même la pochette.

Fin du voyage Serge est épuisé physiquement, il ne soigne toujours pas sa déprime, mais prend ses vacances d’été dans l’Yonne, à la campagne, ce qui ne lui ressemble guère. En janvier 1990, souhaitant se retrouver avec ses enfants, il organise un voyage à la Barbade avec Charlotte et Lulu, mais seule Charlotte pourra l’accompagner. Derniers instants de complicité entre le père et la fille… Là bas un médecin décèle un kyste sur la nuque de Serge signifiant que la maladie gagne du terrain. De retour à Paris son état devient sérieux et préoccupant.

A la fin Serge s’est mis bien avec tout le monde, comme quelqu’un qui voulait s’en aller en paix avec tout le monde» confie Bambou. Le 1er mars 1991, Bambou l’invite avec Charlotte au Bistrot de Paris pour fêter son anniversaire. Il lui demande de ne pas emmener Lulu. En la quittant il convient de l’appeler le lendemain pour qu’elle vienne lui rendre visite avec Lulu. Bambou attend son coup de fil toute la journée, à 22 heures n’y tenant plus, elle se rend rue de Verneuil, et doit faire défoncer la porte par les pompiers. Serge est retrouvé sur son lit, terrassé par une crise cardiaque, mort sans douleur semble t’il. Le 2 mars 1991 à 1 heure du matin, l’annonce de sa Comme Boris Vian, mort est officielle. durant des jours, les hommages se il avait oublié de multiplient et le public ne prendre sa pilule cesse de défiler devant son pour le cœur. domicile. Finalement très aimé, il fait l’unanimité. La plupart des journaux et magasines font leur Une avec des portraits du chanteur. Ses obsèques au cimetière Montparnasse attirent une foule immense. Catherine Deneuve y lit les paroles de la chanson «Fuir le bonheur de peur qu’il ne se sauve». En septembre 1994, Jane Birkin donne un concert hommage au Savoy Theatre de Londres. Quelques semaines plus tard, Jane Birkin monte sur la scène du Casino de Paris, pour une série de concerts prévus bien avant le décès. Longtemps décrié, mais toujours admiré. Et en mars 1997, un coffret rétrospective de trois disques compact sort aux Etats-Unis. L’accueil de la presse est unanimement élogieux. Jane Birkin qui ne peut décidément pas se soustraire à l’influence de Serge Gainsbourg, sort en octobre 2002 «Arabesque», un album reprenant certains succès de l’artiste avec des arrangements arabisants. Elle donne aussi à cette occasion une série de concerts. Le 8 mars 2003, la ville de Clermont-Ferrand rend hommage à Serge Gainsbourg en inaugurant une rue à son nom, la première du genre en France.

]

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

51


SG

JANE

Amours des Feintes

Album

A Larsen juin 2010 / Gainsbourg

Amour des Feintes est un disque fatal et fataliste de quelqu’un qui admet sereinement que les histoires d’amour ne finissent jamais bien. Dans chaque chanson, on reconnaît un personnage crédule qui revient à la réalité : ça ne peut pas marcher mais il n’en veut à personne, ça me semble parfaitement clair. En terminant cet album je me suis demandée si ce n’était pas la fin de quelque chose» avoue Jane. mour des feintes, des faux-semblants, infante défunte se pavanant, cartes en quintes s’édifiant le palais d’un prince catalan. Amour des feintes, seul un can- Délabre scint- Ille au vent où l’on emprunte des sentiments le labyrinthe obsédant et comme si de rien n’était on joue à l’émotion entre un automne et un été mensonge par omission. Étrange crainte en écoutant les douces plaintes du vent Amour des feintes au présent et l’on s’étreinte hors du temps et pourtant maintes fois l’on tend. A se mainte - Nir longtemps le temps ne peut-il s’arrêter au feu de nos passions, il les consume sans pitié et c’est sans rémission. Couleur absinthe. Odeur du temps. Jamais ne serai comme avant. Amour des feintes, au loin j’entends là-bas que tinte le temps de ces empreintes, de nos vingt ans, ne restent que les teintes d’antan qui peut être et avoir été. Je pose la question, peut-être étais-je destinée à rêver d’évasion. 52


SG

Salut les p’tits gars...

... et les pisseuses

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

53


SG

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

54


SG

Film

VieHéroique 21 Janvier 2010

Joann Sfar, vedette de la « nouvelle BD française » , s’est attaqué à une biographie filmée de Gainsbourg. Un film au casting de rêve, à mi-chemin entre biographie pure et imaginaire. Le film retrace la vie du chanteur, depuis le jeune Lucien Ginsburg dans le Paris occupé des années 1940, jusqu’au poète, compositeur et chanteur célébré dans le monde entier. Le film explore d’une part l’itinéraire artistique du jeune homme épris de peinture jusqu’à la consécration de sa musique et d’autre part la complexité de sa vie adulte à travers ses amours tumultueuses. dialogue du film. La musique tient une place prépondérante dans le film, ce sont les acteurs du film qui interprètent les titres de Gainsbourg, tous les titres ont été ré arrangés (sauf 3 titres originaux). La bande originale allie chansons originales et instrumentaux sur lesquels on pourra entendre des extraits de ialogue du film.

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

55


SG

TELEPHONE R U O T E R E D T ES

STADE DE FRANCE DU 2 AU 4 JUILLET 2010

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

56


SG

fe t e

saxo JAZZ

e s n

l clari a iv

e nett

t s Fé ssaigue BaS Swing

a xo t

ett e p m Danse k c a l B l o VAL So r T Mi si

31

i

Fést

èn

sc

sur son

piano

Sol

o

MU O D

c

azz

FaFa

si

DU 8 AU 18 OCTOBRE 2010

Mi

are

concerts

e

Gui

Mi

JAZZ

da

usIC

HAUTE - GARONNE LE PLUS GRAND CONCERT DE JAZZ DU MONDE Larsen juin 2010 / Gainsbourg

57


SG

G

AINSBARRE

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

58

La mort

« ne m’intéresse pas en tant que mystère puisque j’aurai passé l’essentiel de ma vie à venir à bout des plus grands. Elle m’intéresse en tant qu’arrêt terminal. Voilà pourquoi, puisqu’il s’agit d’un bilan de fin de voyage, mieux vaut , selon moi , avoir effectué ce trajet avec un maximum de richesses physiques et culturelles, en leur bonbonne et haute compagnie».


SG

ABONNEZ-VOUS

MAINTENANT ! €

SEULEMENT 49 98 1 AN SOIT 12 NUMéROS AU LIEU DE 58 80 € SEULEMENT 89 95 2 ANS SOIT 24 NUMéROS AU LIEU DE 117 60 €

JE M’ABONNE ! Bulletin à renvoyer avec votre règlement à : Larsen - Service Abonnements 14, rue Ferrère 33000 BORDEAUX . Tél : 05 56 48 14 70 (numéro non surtaxé) Je m’abonne à Larsen pour un an / 12 numéros pour 49€98 seulement au lieu de 58€80 soit 15 % de réduction. Je m’abonne à Larsen pour un an / 24 numéros pour 89€95 seulement au lieu de 117€60 soit + de 20 % de réduction. Règement à l’ordre de Larsen :

Chèque ban-

pas d’inscrire votre nom CCP Bordeaux 115915 A 020 N’oubliez de la revue et votre téléphone sur votre formulaire.

CB : N° expire le

20

Pour plus de sécurité, notez les 3 derniers chiffres du N° inscrit au dos de votre carte, sous la bande magnétique :

Signature et date (obigatoire) : 222 P 102 A Courriel : ........................................ @ .......................................

LA VIE EN POP ROCK

Nom : Prénom : Adresse : CP :

Ville : Télèphone : Oui, je souhaite recevoir les offres commerciales du magazine Larsen à mon adresse courriel. Tarif France 2010. Offre valable jusqu’au 30 juin 2010 dans la limite des stocks disponibles. L’abonnement prendra effet dans un délais dev quatre semaine à compter de la date de validation de votre commande par nos services. * Vous pouvez acquérir séparément chacun des numéros de Larsen pour 4,90 €. Conformément à la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit et de rectification aux données vous concernant. ces données sont suscpetibles d’être communiquées à des organismes tiers sauf si vous cochez la case ci-après.

ABONNEZ-VOUS EN LIGNE ! www.larsen.com

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

59


60

Larsen juin 2010 / Gainsbourg

larsen  

magazinz de musique hors-serie

larsen  

magazinz de musique hors-serie

Advertisement