Newsletter ASEPA

from Asepalg

Scroll for more

Page 1

COVID 19,

Le fléau du 21éme siècle

En pause :

Diagnostic du

coronavirus, par Impacts socio-économiques quels moyens ? Ce que la pandémie a engendré au niveau mondial. Page 5

Des techniques multiples pour identifier ce virus, des anciennes et des modernes. Page 8

Dans la recherche d’un arsenal thérapeutique. Les progrès pharmaceutiques vont-ils suffire ? Page 12


Explorer cette édition sépciale

Un martyr wuhanais Le Voyage Du Covid-19 À Travers Le Monde En décembre 2019, une épidémie de pneumonie d’étiologie inconnue émerge dans la ville de Wuhan, Chine.

L

e 30 décembre 2019, ville de Wuhan en Chine, berceau de la pandémie actuelle, un ophtalmologue trentenaire du nom de Li Wenliang, fait circuler un message sur wechat (l’application de messagerie la plus utilisée en Chine) destiné à ses confrères médecins, les mettant en garde contre une potentielle épidémie à venir. Ce médecin exerçant à l’hôpital de Wuhan affirme dans son message que sept personnes sont atteintes d’un virus qui ressemblerait au SRAS-Cov ‘’Coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère responsable de l’épidémie du SRAS‘’ et qu’ils sont mis en quarantaine. Quelques heures après, les captures se déchainaient et l’alarme fut bel et bien lancée. Le régime en chine étant très autoritaire, Li Wenliang sera alors interpellé début janvier pour propagation de rumeurs et perturbation de l’ordre social. “Quand je les ai vu circuler en ligne, j’ai compris que ça devenait hors de contrôle et que j’allais être puni“ raconte ce dernier à la CNN. Pas plus tard que le 3 janvier, la police convoque l’ophtalmologue pour signer une lettre de réprimande dans laquelle il promet de ne plus commettre d’actes illégaux, et c’est ainsi que la police de Wuhan a réduit Li Wenliang au silence. Quelques jours après, le premier cas en Thaïlande a été enregistré et ce n’est que le 30 janvier que l’OMS a déclaré l’urgence sanitaire. Le lanceur de l’alerte du COVID-19 en mourra le 7 Février, laissant derrière lui sa petite famille. Aujourd’hui, la Chine pleure Li Wenliang , le martyr du devoir qui a perdu la vie en essayant de sauver celle des autres. Il sera à jamais un héro national. DJEBBAB Marwa Akila

2 ASEPA NEWSLETTER

Le 9 janvier 2020, la découverte d’un nouveau coronavirus appelé SARSCov 2 fut annoncée officiellement par les autorités sanitaires chinoises et l’Organisation Mondiale de Santé (OMS), ce nouveau virus est l’agent responsable de cette nouvelle maladie infectieuse respiratoire appelée COVID-19. Face à l’ampleur de la situation, la Chine construit un hôpital temporaire en 10 jours pour faire face à cette épidémie, et instantanément, le gouvernement instaure le confinement total de la population de Wuhan, ce qui leur permettra par la suite de maîtriser la situation. Néanmoins, plusieurs autres cas auront déjà été répertoriés dans les pays limitrophes. Les États-Unis et l’Australie sont également touchés, tout comme l’Espagne, la France et quelques pays africains. Le 7 mars, la barre des 100,000 cas dans le monde a été franchie. L’Italie devient le second foyer du virus après la Chine, malgré les aides matérielles et humaines fournies par cette dernière ainsi que Cuba et la Russie. La capacité importante du virus à se multiplier et son mode de contamination expliqueraient la propagation rapide de la maladie dans la population, on parle alors de RO ( pouvoir de propagation ) qui est évalué à 2.2-3.7. Quant aux mutations, les chercheurs ont montré dans leurs travaux une stabilité relative. « Si nous avions étudié d’autres virus, nous aurions pu nous attendre à des dizaines de nouvelles mutations après tant de cycle infectieux chez les patients» Commente l’un des auteurs de ces travaux dans le communiqué. MEDJAHED Lina Meryama


Covid 19 : le fléau du 21eme siecle

Un virus a multiplication rapide

C

oronavirus, virus à couronne, SARS-COV-2? Beaucoup de noms mais un seul sentiment de peur, des milliers de morts et des centaines de milliers de cas recensés en seulement 2 mois. Alors comment et à quel rythme se multiplie ce virus ? et pourquoi ces mesures drastiques de confinement? après tout ce n’est qu’un virus ? Commençons par définir un virus: qu’est ce qu’un virus? Alors un virus est une entité microbiologique, pathogène ou pas pour l’homme, mesurant quelques nanomètres, non vivante, qui ne peut se répliquer qu’en pénétrant une cellule et en utilisant sa machinerie cellulaire, sa multiplication nécessite donc l’intermédiaire d’un hôte (un organisme qui héberge un parasite). L’envahissement se fait par : contamination directe : manuportée, gouttelettes projetées lors d’un éternuement, toux …etc, ou indirecte, via la souillure des poignées de portes, boutons d’ascenseur ...etc. Les portes d’entrées du SARS-COV-2 selon l’OMS sont les muqueuses : bouche, nez et yeux, le virus poursuit son chemin jusqu’à la gorge, les poumons et peut même conquérir le système immunitaire, passer dans la voie sanguine et se dissimuler dans différents

organes : cœur, foie et rein, entraînant une défaillance multiviscérale, voire la mort. Mais comment un si petit groupe d’entités nanométriques arrive t-il à nuire à un si grand et sophistiqué système tel que le corps humain ? D’abord, il faut savoir que le virus se multiplie à une vitesse incroyable, il pénètre d’abord dans la cellule (qui est l’unité de base de la matière vivante) et la détourne à son profit en modifiant son matériel génétique, la transformant en une gigantesque usine à virus, avant de mourir et libérer des centaines de milliers de virions qui vont rembobiner le processus. Pensez-vous encore que le confinement total est une mesure drastique ? Il faut savoir que le virus se propage à une vitesse extrêmement dangereuse et multiplie le nombre de cas de façon exponentielle. Il est à noter aussi que le temps d’incubation durant lequel le patient est contagieux et asymptomatique est de 7 à 14 jours en moyenne, ce qui signifie que le malade ne présente pas de signes évoquant sa maladie, bien que le virus soit présent dans l’organisme et s’y multiplie à grande vitesse, contaminant toute personne ayant un contact avec ce dernier. BELGAID Oussama

ASEPA NEWSLETTER 3


Explorer cette édition sépciale

Alerte, des chiffres qui augmentent : une courbe ascendante les donnés et les chiffres utilisés datent du 26/03/2020 22:00

4 ASEPA NEWSLETTER

50000 40000 30000 20000 10000 0 15-févr.

22-févr.

29-févr.

7-mars

14-mars

21-mars

Graphe 1 : évolution du nombre de cas en fonction du temps aux Etats Unis. On constate que le nombre de cas évolue de façon exponentielle et risque de continuer si le gouvernement n’intervient pas avec des mesures plus strictes.

1000 900 800 700 600 500 400 300 200 100

26-mars

24-mars

22-mars

20-mars

18-mars

16-mars

14-mars

12-mars

8-mars

10-mars

6-mars

4-mars

2-mars

29-févr.

27-févr.

25-févr.

0

23-févr.

L’Algérie occupe actuellement la 60éme position, avec 367 cas confirmés et 6.81% de mortalité, un pourcentage relativement élevé qui pourrait s’expliquer par la politique de dépistage, l’Algérie ayant une capacité de réalisation d’une cinquantaine de dépistages par jour, le nombre réel de cas infectés étant probablement plus important ce qui réduirait le taux de mortalité. Ces chiffres risquent d’augmenter considérablement si le gouvernement ne prend pas des mesures plus strictes vis-à-vis de cette épidémie.

60000

21-févr.

L’Italie vient ensuite en troisième position avec 80 589 cas et 10.19% de mortalité, soit 8215 morts. Ce qui fait de l’Italie le pays le plus sévèrement touché, et l’une des raisons pour lesquelles ils en sont là aujourd’hui est que les mesures de prévention n’ont pas été prises au bon moment.

70000

19-févr.

La Chine étant le foyer initial du virus vient en deuxième position, avec 81 285 cas et 4.04% de mortalité. Cependant, la Chine a mieux affronter l’épidémie que n’importe quel autre pays grâce à des mesures strictes telles que la distanciation sociale et le confinement total.

80000

17-févr.

Les Etats-Unis se sont retrouvés aujourd’hui à la tête des pays les plus contaminés avec un total de 82 179 cas dont 13 968 aujourd’hui, avec 1.43% de mortalité.

90000

15-févr.

L

e nombre de cas contaminés dans le monde ne cesse d’augmenter chaque jour. Aujourd’hui, ce nombre est estimé à plus d’un million de personnes infectées.

Graphe 2 : évolution du nombre de cas en fonction du temps en Algérie. On voit ici que le nombre de cas contaminés en Algérie ne cesse d’augmenter et de plus en plus vite, ce qui signifie que le plus tôt on agira le plus de personnes on sauvera.

BENTOUNES Nadji et HAMMOUD Lyna


Covid 19 : le fléau du 21eme siècle

EN PAUSE

Q

u’on le veuille ou non, le coronavirus aura bouleversé le monde à bien des niveaux: beaucoup de choses auront changé pour s’adapter à la situation, à commencer par les structures sanitaires, aujourd’hui submergées par l’affluence de nouveaux malades par centaines tous les jours. Les lits classiques d’hôpitaux ont été réformés en lits de réanimation pour répondre à la demande, toujours croissante. Les médecins et personnels soignants ont été mobilisés, au péril de leur vie et au détriment de leur vie personnelle, pour prendre en charge les malades. Les ambulanciers ne chôment pas et les pompes funèbres, malheureusement, sont de plus en plus sollicitées. Le tableau est frappant : l’heure est à la médecine de guerre. Mais à côté de l’aspect sanitaire, bien d’autres aspects de ce qui aura été jusque-là le normal de la condition humaine contemporaine ont changé. Pour commencer, les relations internationales furent les premières à tâter de l’influence de cette crise sanitaire, à commencer

par les frontières, tantôt ouvertes tantôt fermées, passant par les vols, programmés puis aussitôt annulés, allant jusqu’aux échanges commerciaux, de plus en plus réduits et dont la chine fut la première à en être exclue. D’ailleurs, profitons-en pour rappeler brièvement les différents changements qui ont traversé le monde suite à cette crise : Le 1er Janvier 2020, quand la crise s’est déclarée, on ne parlait encore que de la Chine, en l’occurrence Wuhan, où tout a commencé. C’était encore une affaire nationale, avant que les autres pays, à savoir les Etats-Unis et quelques pays d’Europe, ne décident de suspendre les vols depuis ou vers le pays. Mesure totalement compréhensible vu le risque que représentaient toutes formes de contact avec le pays et certains poussent le bouchon plus loin en allant jusqu’à couper tout échange commercial avec la Chine. Autant le dire, sa position commerciale, qui autrefois effrayait le monde, fut de plus en plus menacée, surtout quand on voit le contexte de rivalité dans lequel elle s’était trouvée face aux Etats-

ASEPA NEWSLETTER 5


Explorer cette édition sépciale délicat, à commencer par cette histoire de confinement. Bien sûr, cela varie d’un pays à un autre, certains l’ayant appliqué radicalement, comme en Italie, d’autres modérément, comme on peut le voir en Algérie, et d’autres, dont la Suède, pas du tout. Pour ce qui est de l’impact du confinement, on pourrait observer ceci :

Unis, rivalité qui, autant le dire, n’a aujourd’hui plus lieu d’être. Malgré toutes ces mesures et ces coupures, ces distanciations internationales et ces divorces commerciaux, le pire n’a pas pu être évité : le virus a progressé comme une traînée de poudre à travers le monde, et c’est le 13 mars que l’OMS a déclaré le constat, sans appel, de la situation : le monde est passé au stade de pandémie. Une pandémie, c’est un bien grand mot, et pour comprendre ce que cela signifie, il faut décortiquer son impact. Le principal impact induit par une pandémie est l’impact économique, car une économie figée est synonyme d’un monde figé, selon la vision capitaliste. L’autre impact, tout aussi important, est l’impact social. En peu de mots, voici ce que le Covid 19 à fait à ces deux niveaux : Economiquement parlant, c’est la panique : la production mondiale baisse considérablement, surtout depuis que la Chine, principal fournisseur de pièces de fabrications en tous genres, a fermé ses usines. Les autres pays ont fini par rejoindre le mouvement et pratiquement toutes les usines sont à l’arrêt. Les investisseurs, de plus en plus hésitants, ont peur de se lancer dans des projets incertains et les marchés sont annulés, les échanges commerciaux sont suspendus suite à la fermeture des frontières et les déplacements restreints et l’Opep foire ses négociations avec la Russie, ce qui fait chuter le prix du baril jusqu’aux 26 dollars, du jamais vu. Les premiers à en essuyer les lourdes conséquences sont les pays dont l’économie dépend essentiellement de l’exportation pétrolière, ce qui inclut l’Algérie. En somme, nous sommes en plein Krach boursier de 2020. Socialement parlant, c’est légèrement plus 6 ASEPA NEWSLETTER

D’abord, les établissements publics, dont scolaires et universitaires, les cafés et restos, furent les premiers à fermer. S’en suivirent les lieux de culte, les boutiques et tous lieux de nécessité secondaire. Seuls les marchés de première nécessité, dont les supérettes et les pharmacies, furent épargnés. Les rues furent peu à peu désertées, laissant les villes figées. Le télétravail a été instauré un peu partout, mais certains poursuivent leur travail, qui ne peut se faire à distance. Dans les maisons, le ménage s’est intensifié, allant franchement jusqu’à l’obsession. Dehors, les ventes d’eau javel explosent, les bavettes chirurgicales et gels hydro alcooliques semblent être devenus la nouvelle tendance du moment. Dans certains pays, l’enseignement à distance a été entamé, dans d’autres, on reste dans l’attente. Les célébrations en tout genre sont reportées, les bienheureux devront prendre leur mal en patience. Les accouchements se déroulent à huis clos et les félicitations sont transmises par téléphone, le moyen de communication le plus humanisé jusque-là. Toujours

dans

la

communication,

les


Covid 19 : le fléau du 21eme siècle applis viber et whatsapp sont de plus en plus sollicitées. Les appels vidéo sont de plus en fréquents et, pour les plus aisés, les appels téléphoniques battent leur plein.

singes et les daims- ont déambulé dans les villes à la recherche de nourriture, ça n’a pas duré et ils se sont vite délivrés de cette dépendance à l’homme.

Sur les réseaux sociaux comme sur les médias, le contenu est inondé de l’actualité liée au Covid 19 sous toutes ses formes. Des groupes de sensibilisation mais aussi d’information sont créés, les pages facebook se mettent au thème de l’actualité et les youtubeurs offrent leur analyse aux internautes. A côté, loin de ces vagues d’informations, les gens se parlent plus souvent. Ils ont plus de temps. Ca donne de ses nouvelles, ça envoie des photos, ça fait des conversations de groupe et ça joue même en ligne, pour simuler les soirées entre amis où l’on se livre à des jeux de société.

Somme toute, le monde prend une pause et l’homme aussi. Les priorités sont redéfinies peu à peu et un tout nouveau mode de vie est adopté, dans l’attente d’une découverte thérapeutique fiable qui sortira l’humanité de cette crise.

Autre point intéressant : la consommation. Bien qu’au début les gens se ruent sur les supérettes pour faire leur provision, cela n’était que temporaire, on peut d’ailleurs mettre cela sur le compte de la panique et de l’incertitude vis-à-vis de demain. Aujourd’hui, on peut observer une modération de la consommation, car les courses sont limitées, les salaires diminués et la situation encore précaire et à l’évolution imprédictible. Les gens sont devenus plus «raisonnables» et ne se focalisent que sur l’essentiel. Au sein des foyers, ça oscille entre la bonne ambiance et les éclats de dispute. Le stress est bien présent mais plus ou moins gérable quand il est partagé. Les familles sont réunies et réapprennent à vivre ensemble. Certains supportent bien la situation, d’autres moins, mais la plupart s’adapte d’une manière ou d’une autre. Au sein de la société, on observe divers phénomènes d’entraide : les couturiers(es) fabriquent des bavettes à domicile, les professionnels de la santé et étudiants dans le domaine fabriquent des gels hydroalcooliques pour les hôpitaux et certains habitants participent bénévolement à la désinfection des rues. Depuis les balcons, des applaudissements à l’adresse du personnel soignants retentissent tous les soirs en guise de soutien moral. Côté environnemental, il semblerait que la nature se réjouit de ce calme retrouvé. Les eaux se clarifient, les forêts retrouvent leur souffle, les plantes renaissent et l’air se purifie. Quant à la faune, bien que certains faits divers rapportent que des animaux -dont les

CHERFAOUI Kenza

Insouciant ou inconscient ! Quelques jours après l’enregistrement du premier cas de Covid-19 en Algérie,le gouvernement algérien décide de fermer les écoles et les universités une semaine avant les vacances scolaires.Ce qui a semé la terreur chez les citoyens et a motivé la jeunesse à organiser des campagnes de sensibilisation sur ce virus. Le 19 mars, le gouvernement algérien décide de fermer les mosquées ,les endroits de rassemblement, suspension des vols et moyens de transports tout en mettant les algériens provenant des autres pays en quarantaine. Le vendredi 20 mars, le peuple algérien suspend les manifestations pour la première fois depuis le 22 février 2019 et prouve encore une fois son civisme. Malgré toutes ces mesures une grande partie du peuple n’est toujours pas consciente, et suite à l’augmentation du nombre de cas et de décès, le ministre de la santé déclare que nous sommes passés à la phase 3. Le haut conseil de sécurité décide donc d’instaurer le couvre-feu de 19h à 7h à Alger, ainsi qu’une mise en quarantaine de la ville de Blida étant donné la propagation majeure du virus. MEDJAHED Lina Meryama

ASEPA NEWSLETTER 7


Explorer cette édition sépciale

Diagnostic du coronavirus, par quels moyens ? BioMérieux rejoint La course contre-lamontre pour satisfaire les besoins des cliniciens.

F

ièvre, toux, courbatures, perte de goût et d’odorat, troubles digestifs, allant parfois jusqu’à la défaillance des fonctions respiratoires… des signes d’installation progressive relatifs à une infection à Coronavirus. Cependant, certaines personnes n’en manifestent aucun, elles sont asymptomatiques. Pour confirmer l’infection, les scientifiques ont recours à des méthodes de laboratoire : «La PCR» et «Les tests sérologiques». Ces derniers se basent sur deux approches différentes. La technique de réaction de polymérisation en chaîne (PCR) est exploitée en microbiologie pour le diagnostic des maladies infectieuses comme le coronavirus. Ce test, assuré par des laboratoires habilités, se fait sur un prélèvement naso-pharyngé (partie supérieure du nez) à l’aide d’un écouvillon (long coton-tige) réalisée impérativement par un médecin ou un(e) infirmier(e). La mise en place du test permet de savoir si l’échantillon prélevé est chargé en virus (test positif). Le résultat est obtenu au bout de 3 à 5 heures. Quant aux tests sérologiques, ils ont pour principe la détection de la présence dans le sang d’anticorps spécifiques au virus. Les tests sérologiques constituent une arme efficace pour mesurer l’étendue de l’infection, Ils permettront de prendre des mesures objectives pour la durée du confinement, ou la remise au travail partiel des personnes immunisées. Par ailleurs, il y a encore des doutes sur la possibilité de réinfection d’un patient déjà immunisé.

8 ASEPA NEWSLETTER

En parallèle, la recherche et le développement de nouvelles technique de dépistage sont continuellement menés pour entraver et contrôler la propagation du virus en isolant un maximum de personnes infectées en un minimum de temps, mais aussi, pour parer à la pénurie de tests. En ce même contexte, BioMérieux, le labo’ lyonnais, acteur mondial dans le domaine du diagnostic in vitro, lance 3 kits de dépistage, qui se distinguent par leur rapidité. « Nous pouvons dépister de 1 à 12 patients en même temps » - explique François Lacoste, directeur de la Recherche et du Développement de BioMérieux. Le test SARS-COV-2 R-GENE® sera le premier mis à disposition dès la fin du mois de Mars. Un test liégeois voit le jour : une précision relativement moins élevée, pour un gain de temps majeur ! Un autre test reçoit l’autorisation pour la mise au point par l’agence fédérale des médicaments et des produits de santé à l’égard de ses performances. ce dernier, Développé par la société belge Coris BioConcept, le Laboratoire hospitalier universitaire de Bruxelles et plusieurs autres partenaires permet de déceler le virus en réagissant aux protéines virales dites antigènes en seulement quelques minutes à partir d’un prélèvement respiratoire naso-pharyngé du patient. 250 personnes en ont été bénéficiaires jusqu’à aujourd’hui à titre d’essai. Ce nouvel outil de diagnostic présente une précision de 7 sur 10. Certes, il est moins rigoureux par rapport aux tests de biologie moléculaire déjà connus, mais contribue toutefois à un dépistage rapide permettant un lancement de traitement plus précoce, en diminuant ainsi la charge de tests sur les laboratoires.

MEKMOUCHE Yasmine


Un nouveau virus a fait

apparition Et le monde entier a peur de la contagion

Le mal est invisible , mutant et

mutagène Il fait ravage et détruit des milliers de corps sans gêne

Il s’invite sans être convié Il abime les âmes et les laisse

Hommage à la santé Covid 19 : le fléau du 21eme siècle

brisées

Il s’infiltre sans signe

d’infraction Ne laissant douter son hôte de son intrusion

A la première semaine il se la

joue courtois Peu à peu il atteint le poumon gauche puis droit

La respiration se fait lente , le

corps frémit Cette abomination ne prend donc pas de répit

2oo mille humains mais en

vain On se confine mais le processus n’a pas de freins

Il est partout mais

nul part J’ai cru tout de même l’apercevoir

Au coin des yeux de ceux qui

se battent Au rang de l’espoir chaque jour pour l’abattre

Hommage aux héros en

blouses blanches jetés sur le front Qui travaillent au péril de leurs vies sans armes d‘affront ASEPA NEWSLETTER 9

Djebbab A.Marwa


Explorer cette édition sépciale

Préparation d’un gel hydroalcoolique selo

Les solutions hydro-alcooliques sont des solutions employées afin d’assurer l’hygiène bactéricides, virucides et fongicides, sans effet nettoyant. les solutions hydroalcooliques se présentent dans le commerce sous forme de gel. En a être préparé à la maison, dans un environnement stérile, pour cela vous devrez suivre

ingrédient :

Ethanol 96% 833,3 ml

Etape de préparation : 1.

Peroxyde d'hydrogène (Eau Oxygénée) 3% 41,7 ml

Verser la quantité d’alcool nécessaire à la préparation du produit dans une bouteille,un réservoir ou un récipient servant au mélange. y ajouter la quantité d’eau oxygénée.

3.

Glycérol 98% 14,5 ml

2.

4.

Ajouter le Glyc de ce dernier av et l’ajouter au m

5.

Ajouter de l’eau distillée jusqu'à ce que le récipient d’1L se remplisse.

Interactions déconseillées: Vinaigre blanc + eau oxygénée = Acide peracétique Qui est Toxique, Agresse la peau et les muqueuse. Vinaigre blanc + eau de javel : produit du gaz chloré suffocant et très toxique. Ammoniaque + eau de javel : produit un gaz appelé chloramine, qui provoque des difficultés respiratoires et des douleurs thoraciques [la plupart des nettoyants pour vitres contiennent de l’ammoniaque]. Eau de javel + alcool : produit du chloroforme, très toxique et irritant. Quoi qu’il en soit et quoi que vous ayez besoin de nettoyer à la maison, ne mélangez jamais l’eau de javel avec autre chose qu’avec de l’eau.

10 ASEPA NEWSLETTER

Mode d’emploi : Remplir la paume d’une main avec la solution et frictionner toutes les surfaces des mains jusqu’à ce que la peau soit sèche. Composition : éthanol,glycérol et peroxyde d’hydrogène. Liquide inflammable : tenir éloigné de la chaleur et de toute flamme.

fer tou dél


Covid 19 : le fléau du 21eme siècle

on l’OMS des mains grâce à leurs propriétés

ayant les bons produits, ce gel peut e quelques consignes:

Eau distillée (ou eau bouillie refroidie)

cérol et rincer le contenant vec de l’eau distillée mélange.

rmer avec un bouchon a vis pour éviter ute évaporation, et mélanger en agitant licatement le récipient.

Pour éviter toute confusion il est préférable d’étiqueter votre préparation, en mentionnant certaines informations:

Solution hydro-alcoolique recommandée par l’OMS pour l’antisepsie des mains. Pour usage externe uniquement. Eviter tout contact avec les yeux. Maintenir hors de portée des enfants. Date de fabrication.

Les règles d’hygiènes : une routine Devant toutes infections bactériennes ou virales la prévention constitue le meilleur moyen de lutte, le SARS-COV-2 : est un nouveau virus pathogène et hautement contagieux, le vaccin n’étant pas encore mis au point, l’hygiène constitue le moyen de lutte de choix, alors qu’elles sont les règles de routine qui évitent une éventuelle contamination, et comment un simple lavage des mains peut contribuer à éradiquer une pandémie ?

La règle numéro “un” est le lavage des mains, oui des mains mais pas de n’importe quelle façon, L’OMS recommande un lavage fréquent et soigneux des mains en frottant bien la totalité des mains avec une solution hydro-alcoolique ou tout simplement du savon pour une durée d’à peu près 20 secondes, cela va permettre d’éliminer d’éventuels virus sur la surface des mains, la deuxième règle se résume en l’éviction absolue de se toucher le visage avant le lavage des mains avec du savon ou du gel hydroalcoolique, les données actuelles rapportent que la voie de contamination principale est le visage, et en moyenne un individu se touche le visage jusqu’à 250 fois par jour, sachant que la durée de survie du virus sur les surfaces inertes étant estimé de 12 h ce qui augmente encore plus les chances de transmission manuportées du virus.

Enfin, la désinfection des surfaces publiques par les détergents habituels a prouvé ses effets, ou même avec de l’eau savonneuse ou une solution d’hypochlorite de sodium (eau de javel) diluée.

Les règles d’hygiènes de routine semblent être simples mais ont un impact très significatif sur le Covid 19, c’est vrai que ces règles ne peuvent pas stopper la pandémie d’un seul coup mais elles permettent de ralentir la propagation du virus et donc faire gagner du temps aux chercheurs et scientifiques pour la conception d’un vaccin ou remède . BELGAID Oussama

ASEPA NEWSLETTER 11


Explorer cette édition sépciale

Vers la recherche d’un arsenal thérapeutique et prophylactique

D

écembre 2019 fut le début d’une crise sanitaire mondiale due à l’émergence d’un nouveau virus SARS-CoV-2. La communauté scientifique et médicale cherche non seulement à développer de nouveaux vaccins mais aussi à puiser dans les molécules thérapeutiques existantes, un remède sûr, efficace et spécifique. Suite à des études cliniques menées dans plusieurs pays dont la Chine, la France, l’Allemagne…, des résultats assez prometteurs si non totalement concluants ont permis la mise en place de nouveaux protocoles de prise en charge thérapeutique basés sur le traitement symptomatique et étiologique de la maladie. C’est dans ce cadre que l’Algérie a permis l’utilisation de plusieurs médicaments pour le traitement des patients atteints du Covid-19 dans les cas modérés à sévères à partir du mardi 23/03/2020. Le traitement spécifique en première intention étant la chloroquine ou l’hydroxychloroquine et en 2ème intention les antirétroviraux en association lopinavir/ ritonavir ou l’atazanavir seul. La chloroquine en fait est un agent antipaludéen de prophylaxie et de traitement ainsi qu’un immunomodulateur utilisé dans le traitement de maladies inflammatoires comme le lupus érythémateux, la sarcoïdose et la polyarthrite rhumatoïde. Des études in vitro ont démontré une activité antivirale contre de nombreux virus à ARN,

12 ASEPA NEWSLETTER

notamment le SARS-CoV-1. Le mécanisme d’action probable est une élévation du pH qui inhibe plusieurs étapes dans le cycle de vie du coronavirus : la pénétration par endocytose et la fusion de la membrane de l’endosome et l’enveloppe virale. Le spectre large est aussi attribué à la modification de sucres liés aux récepteurs membranaires de nature glycoprotéiques impliqués dans la fixation, ainsi que la modification posttraductionnelle de certaines protéines virales. D’autre part, le remdésivir est un médicament potentiel pour le traitement du COVID-19. L’analogue nucléosidique à large spectre antiviral déjà testé sur des humains infectés par le virus de l’Ebola et a montré de bons résultats sur les souris infectées par le SARS-CoV-1 et MERS-CoV. Les chercheurs ont noté une diminution de la charge virale dans le tissu pulmonaire, une amélioration de la fonction respiratoire. A l’heure actuelle, des essais cliniques, randomisés contrôlés en double aveugle, de phase 3 sont menés aux Etats Unis et en Chine incluant des patients COVID-19 hospitalisés. Les résultats des études sont prévus en fin Avril 2020. Aussi aux Etats-Unis, un vaccin potentiel nommé mRNA-1273, après avoir obtenu de bons résultats sur modèle animal, entre en essais cliniques de phase 1, avec 45 volontaires en bonne santé âgés entre 18-55


Covid 19 : le fléau du 21eme siècle

COVID-19 : connaître le vrai du bluff “ Le coronavirus ne touche pas les jeunes “ , “ le Covid 19 se répand moins dans les zones chaudes “ , “ toutes les personnes atteintes présentent les mêmes symptômes“ ​, la pandémie actuelle véhicule de nombreuses fausses idées et stéréotypes dépassés , à l’origine de ces idées reçues est la dramatisation médiatique ainsi que le mécanisme encore très mal connu du virus. Voici une liste de préjugés décryptés par l’OMS ( organisation mondiale de la santé ) : Le virus se transmet peu ( ou pas ) dans les zones chaudes ?

ans. Ce vaccin inciterait les cellules de l’organisme à exprimer les protéines virales S (spicules) à leur surface ce qui déclencherait une réponse immunitaire. Chaque participant va recevoir deux injections de même dose en IM au niveau du bras, espacées de 28 jours. 3 cohortes de 15 personnes recevront le vaccin à 25 mcg, 100 mcg, 250 mcg et seront suivis le long de l’année afin d’établir la sécurité du vaccin et la réponse immunitaire engendrée. Mais en attendant le développement d’un vaccin efficace ou d’un traitement agréé, la FDA a autorisé l’utilisation de plasma obtenu des convalescents pour le traitement des patients COVID-19 en état sévère ou mourants. Le médecin traitant doit soumettre une demande emergency Investigational New Drug Applications (eINDs) qui sera ensuite autorisée ou non selon des critères d’inclusion rigoureux. Tous ces efforts ne sont que quelques exemples illustrants l’effort herculéen entrepris par des chercheurs et des ingénieurs dans l’espoir de sauver et de redonner un un air de sérénité à une planète prise au dépourvu. ASKA Ahlem

la transmission du virus est totalement indépendante de la zone de propagation il se répand donc dans TOUTES LES RÉGIONS , étant dans une zone à risque la meilleure manière de se protéger est de le confinement et le respect des règles d’hygiène . Puis-je réutiliser une bavette ? puis-je la laver ? puis-j la stériliser à nouveau ? NON. les masques ne peuvent pas être réutilisés , le devant du masque est immédiatement contaminé après avoir été en contact avec une personne atteinte . Manger de l’ail peut il prévenir de l’infection ? Bien que l’ail ait de nombreuses vertus, rien ne prouve à l’heure actuelle son efficacité contre le nouveau virus . Le Covid 19 touche-t-il les jeunes et les enfants ? Tout le monde peut être touché par le nouveau coronavirus, on peut donc être contaminé à n’importe quel âge . Toutes les personnes atteintes présentent des symptômes ? Dans plus de 80% des cas , les personnes contaminées au coronavirus ne présentent pas de symptômes, c’est la forme bénigne de la maladie , ils sont donc asymptomatiques , d’où l’importance du confinement pour diminuer la transmission du virus . Les idées reçues étant souvent associés à “erreurs“, il est nécessaire de se référer aux professionnels de la santé pour éviter toute mauvaise interprétation . DJEBBAB Marwa Akila ASEPA NEWSLETTER 13


Explorer cette édition sépciale

Reportage : ASEPA Le 12 Mars 2020, les membres du volet Santé Public de l’association scientifiques des étudiants en pharmacie d’Alger -ASEPA-, ont organisé une campagne de sensibilisation au grand public, au niveau de la grande poste d’Alger centre, sur la gravité et la dangerosité du nouveau coronavirus ainsi que les moyens de se protéger contre ce dernier. Au compteur, deux semaines de préparation intensive, entre réalisation du matériel promotionnel, campagne médiatique et formation de l’équipe de sensibilisation; le comité d’organisation a su relevé le défi, en mettant la barre très haut. Le jour J, à 9h, l’ensemble du comité d’organisation ainsi que les bénévoles dûment formés étaient présents, tout prêt à mettre en place le stand de sensibilisation pour accueillir les personnes voulant s’informer sur le sujet. Tout au long de la journée, les membres de l’association interpellaient les passants en abordant le sujet du redouté COVID-19. Ils expliquaient la symptomatologie provoquée par le virus une fois dans les tissus pulmonaires ainsi que des moyens de contamination passant par les règles d’hygiène primordiales tout en corrigeant les fausses idées retenues par les gens. Selon la coordinatrice de l’évènement BENALI Thiziri : « Nous avons pu remarquer deux types de catégories aux seins des personnes sensibilisées, d’une part ceux qui étaient persuadés que ce n’est qu’une histoire dramatique de la part des médias et d’autre part ceux qui étaient conscients de la gravité du danger que ce virus expose et qui cherchaient tant bien que mal à essayer de comprendre son fonctionnement et comment se prévenir ». À la fin de cette journée, près de 650 personnes sensibilisées, des idées reçues corrigées et un évènement réussi. Par ailleurs, l’ASEPA s’est engagée activement sur le plan médiatique à savoir une présence active sur les chaînes de télévision, la presse écrite et les chaînes radios. En une semaine, les membres du Volet Relations Publiques, ont pu 14 ASEPA NEWSLETTER


Covid 19 : le fléau du 21eme siècle

contre le coronavirus couvrir près de 18 passages dont 2 émissions télés sur la chaîne national Canal Algérie, 2 articles sur les journaux ESSAHA et EL WATAN et pour finir 14 passages sur différentes radios citant BAHDJA FM, JIL FM et la chaîne 1. Confirmant l’engagement des étudiants en pharmacie dans la lutte contre la pandémie, «la situation actuelle a vraiment besoin d’organismes qui sensibilisent au maximum la population» affirma l’animatrice de CANAL ALGÉRIE. Ces mêmes étudiants ont suscité l’intérêt des médias par leur prise de conscience précoce en organisant cette sensibilisation avant l’instauration du confinement par le gouvernement, selon la coordinatrice des relations externes KHOUDIR Wiam : « De façon générale, les médias apprécient quand des connaisseurs du domaine s’implique dans la sensibilisation car l’information est bien transmise à la population » Le combat continue sur les réseaux sociaux, Facebook et Instagram, où ASEPA a lancé diverses campagnes en ligne pour lutter contre ce fléau, une multitude d’articles publiés citant « Nutrition, augmenter son immunité pour lutter contre le COVID-19 », « l’influence du stresse sur l’immunité », « conseils d’hygiène : procédure à suivre » …et ce pour laisser les lecteurs informés des dernières nouveautés. Mais pas que, faisant honneur aussi à leur profession, dans la rubrique, Une semaine, un médicament, ASEPA a expliqué le fonctionnement, les indications et les dangers de deux médicaments d’actualités à savoir l’hydroxychloroquine et l’azithromycine présents dans le nouveau traitement contre le SARS-cov 2. Et Bien d’autres événements y compris une conférence en ligne ainsi qu’un live Facebook assuré par nos plus grands professeurs afin de démontrer les dernières actualités mondiales sur ce virus. Vous l’auriez compris, les étudiants en pharmacie ne s’avouent guère perdus et continuent à militer par tous les moyens existants pour mettre fin à cette pandémie ; et ce selon le proverbe : « tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir». GANA Mohamed Walid ASEPA NEWSLETTER 15


Bibliographie : International Journal of antimicrobial agents (2020) Who.int BioMeriaux.fr Corisbio.com Worldometers.info/coronavirus Le parisien

ASEPA Newsletter : Rédacteur en chef : Gana Mohamed Walid (news.asepa@gmail.com) Secrétaire de rédaction : Djebbab Marwa Akila Rédacteurs : Medjahed Meryama, Aska Ahlem, Belgaid Oussama, Hammoud Lyna, Bentounes Nadji, Cherfaoui Kenza, Mekmouche Yasmine, Abdennebi Sarah. Relecture : Dr. Ifticen Juba Designers : Cherif Meriem, Berbiche Nazim, Feloussi Yassmine, Gana Med Walid Sous la tutelle de : Ghanem Darine & Khelifi Romeissa

ASEPA © copyright 2020

Association scientifique des etudiants en pharmacie d’Alger