Page 1

#

27

été 2015


Sommaire Florence Gendre p.6

L’incroyable Art du Lego p.14

Baptiste LĂŠonne p.22

4


Osru p.30

Emanuele Kabu p.38

Skatemandu p.46

5


Florence Gendre www.florence-gendre-illustration.com

6


7


8


Florence Gendre Illustratrice aux multiples facettes, Florence Gendre est aussi à l’aise pour illustrer la mode, l’art de vivre ou le design. Nous vous avions déjà présenté une sélection de son travail dans la rubrique Design du deuxième numéro d’AS de PIXEL ; Vingt-cinq numéros plus tard, le talent de Florence Gendre refait surface dans nos pages avec des travaux plus personnels. Imprégnée par le dessin classique, la mine de plomb sur calque est sa technique favorite. L’artiste fera par ailleurs partie d’une exposition AS de PIXEL à la galerie L’Œil ouvert, à Paris, en octobre 2015.

9


Regarder, admirer,

s’Êmer veiller et

dessiner ... toujours !

10


11


12


13


L’incroyable Art du Lego www.theartofthebrick.fr

14


« Yellow » / © Miam Miam Creative Lab

15


« Stairway » / © Marina Bay Sands

16


L’incroyable Ar t du Lego L’exposition The Art of the Brick - L’incroyable Art du Lego en français - a déjà beaucoup voyagé. Créée à New York en 2007 où elle rencontre un franc succès, elle fut également présentée à Bruxelles, Amsterdam, Londres,... Elle est mai tenant arrivée à Paris ! L’artiste Nathan Sawaya présente en effet une centaine de ses objets en Lego® depuis le 14 mai jusqu’au 30 août 2015 à Paris, Porte de Versailles. Pas moins d’un million des célèbres briques ont été utilisées pour réaliser ces œuvres d’art surprenantes, toutes issues de l’imagination débordante de l’artiste américain. Réels ou fictifs, les objets créés attirent à la fois petits et grands, néophytes et amateurs d’art contemporain. Des dinosaures au Penseur de Rodin, en passant par la rosace nord de la cathédrale de Chartres, Nathan Sawaya a détourné le Lego®, objet populaire, pour concevoir des œuvres à la fois esthétiques et ludiques. Bien plus qu’un parti pris artistique, il s’agit d’un véritable clin d’œil à sa philosophie de vie : “Les rêves se construisent... brique après brique !”. En troquant sa chaise de bureau pour le sol d’un atelier au début des années 2000, il a ainsi donné naissance à un processus créatif et ludique, considéré par beaucoup comme une révolution dans le domaine des arts. Par Pauline Detavernier

17


« Circle, triangle and square torsos » / © Mitch Haddad

Les chiffres d’une exposition d’envergure

Informations pratiques

• 1 300 m² d’exposition • 105 œuvres présentées • Plus d’1 million de briques utilisées • Déjà plus de 2 millions de visiteurs • L’exposition a été présentée pour la

Du 14 mai 2015 au 30 août 2015 De 13,50 € à 16,50 €, audioguide inclus

première fois en 2007, aux États-Unis • 80 020 briques composent la plus grande œuvre de l’exposition, «Dinosaur skeleton». 18

Paris Expo, Porte de Versailles, Pavillon 8/A 1 Place de la Porte de Versailles – 75015 PARIS Métro : Ligne 12, station Porte de Versailles / Tramway : Ligne T2 et T3 / Bus : Lignes 39 – 80 www.theartofthebrick.fr


« My boy » / © Mitch Haddad

19


20


« Swimmer » / © Nathan Sawaya

21


Baptiste LĂŠonne www.baptisteleonnediva.com

22


23


24


Baptiste Léonne Photographe autodidacte, Baptiste Léonne débute sa carrière en tant que musicien, c’est à l’occasion de ses tournées qu’il effectue ses premiers clichés. à partir de ce moment-là, son appareil photo l’accompagne à chaque instant de sa vie. Dans ses clichés, le photographe capture l’intensité et la poésie qui émanent naturellement de la femme. Dans sa série « Diva », il l’aborde comme un peintre. On découvre des femmes différentes, chacune unique par leur jeu de couleurs, de reflets et de pigments, mais qui ont en commun la grâce et la beauté.

25


Pas de compromis et

toujours

rĂŞver

comme un enfant

26


27


28


29


Osru www.hndmd.com/osru.html

30


31


32


Osru Osru évolue à travers l’art graffiti depuis une quinzaine d’années et se consacre parallèlement à des techniques plus classiques. L’artiste fait le choix d’une production totalement artisanale où le principe de reproduction est aléatoire et subtilement différent pour chaque projet. L’artiste prend ainsi le contre-pied de notre monde numérique aseptisé pour rendre chacune de ses images uniques. Dès septembre 2013, il se lance dans un nouveau projet à la fois street et propice à la production « faite main » : les planches de skateboards. Il adapte ainsi la technique de gravure sur bois aux planches tout en gardant l’âme de cet objet et en révélant les marques d’usure liées à leur véritable utilisation.

33


Tu fais le

malin, mais c’est fait Ă

la main! 34


35


36


37


Emanuele Kabu www.emanuelekabu.org

38


Extrait du clip de The Hello Sequence « Upward Mobility »

39


40

Extraits de la vidéo « It’s called Moon »


Emanuele Kabu Basé à Londres, l’artiste Emanuele Kabu est à la fois plasticien, musicien et motion designer ; un savant mélange de compétences qui l’a amené à réaliser des clips vidéos pour des groupes de musique intégrant des techniques telles que le dessin ou la peinture. Son univers est riche, multiple, étrange... les adjectifs décrivant son travail s’entremêlent à la manière des éléments présents dans ses vidéos. Emanuele Kabu a le don de rendre la musique géométrique, voire même kaléidoscopique.

41


Shut up and dance !

42


Extrait de la vidéo « Loops Vol.1 »

Publicité «Curtin University Degree»

43


Extraits de la vidéo « Loops Vol.1 »

44


45


Skatemandu www.facebook.com/skatemanduofficial

46


Photos : Vinh Francis Guyait

47


48


Plus qu’un

skatepark, nous avons tout

un pays

Ă reconstruire...

49


Skatemandu AS de PIXEL : Bonjour Vinh, vous êtes à la tête de « Skatemandu », raconteznous votre projet en quelques mots. Vinh Francis Guyait : L’association est née il y a 2 ans dans les rues de Katmandou, de l’insolite rencontre entre une joyeuse bande de jeunes dévalant les trottoirs de la ville-monument sur 4 roues et du touriste bagpacker que j’étais. Si vous flânez un jour dans la ville, vous les croiserez forcément arborant leurs casquettes et jeans slim, zigzaguant entre temples et voitures sous les yeux ébahis de la population locale. J’ai découvert que le skate était un phénomène récent et méconnu au Népal et que ces jeunes se heurtaient malheureusement à la violence des forces de l’ordre et à l’impossibilité de vivre leur passion par manque d’infrastructures et de moyens. Ils sont aujourd’hui plus d’une soixantaine répartis sur l’ensemble de la vallée de Katmandou et se réunissent en journée afin de cultiver leur passion commune pour le skateboard comme ils le peuvent. Notre projet « Skatemandu » vise à faire connaître ces jeunes et à les aider à assouvir leur soif de glisse, leur rêve inavoué étant de faire construire un skatepark dans Katmandou. Ce projet prenant la forme d’une exposition photo, étant moi-même photographe amateur. AS de PIXEL : Pourquoi le Népal plus qu’un autre pays ? V.F.G. : Au delà d’un simple loisir, le mouvement culturel lié au skateboard et tout ce qui gravite autour souligne ici la nécessité qu’a la jeunesse népalaise de fuir un quotidien difficile et morne, le Népal étant l’un des pays les plus pauvres au monde et n’ayant aucune ressource économique viable autre que le tourisme. Beaucoup de ces jeunes, ne pouvant poursuivre des études, n’ont de vision de leur avenir qu’à travers les parcours de treks prisés par les touristes, pour qui ils feront les guides sur des milliers de mètres de dénivelé, souvent au risque de leur vie. À cela s’ajoute un contexte social tumultueux et instable qui règne depuis des décennies dans un pays déchiré politiquement.

50


51


52


L’ouverture du pays à d’autres voies de développement passe par une jeunesse -aujourd’hui 60% de la population est âgée de mois de 30 ans - ayant l’ambition de se distinguer dans des domaines culturels qui naissent au-delà des frontières du Népal. On ne s’intéresse souvent qu’au patrimoine ancien de ce pays, reléguant au second plan l’accès aux opportunités économiques et culturelles à venir. AS de PIXEL : « Skatemandu » va-t-il faire prochainement l’objet d’expositions photographiques ? V.F.G. : Je suis en contact avec plusieurs associations, instituts et espaces culturels divers pour exposer mes photos à travers l’Europe. Cette exposition prendra la forme d’un photo-reportage tentant de dépeindre le quotidien des jeunes skateurs de Katmandou à travers images et vidéos, dont un excellent reportage réalisé par un ami brésilien, Mario de Mari Neto que je vous invite à regarder sur notre page Facebook : www.facebook.com/ skatemanduofficial. AS de PIXEL : Suite au tremblement de terre qui a récemment touché le Népal, vous avez décidé de supporter une organisation locale. « Skatemandu » semble aller au-delà du skateboard et de la photo. En vous lançant dans ce projet, vous attendiez-vous à ce qu’il prenne une telle dimension humaine ? V.F.G. : Vivre le quotidien des jeunes skateurs de Katmandou a été en effet une aventure humaine inattendue et surprenante. La volonté, la débrouillardise, la soif de liberté et la solidarité qui animent ces adolescents est des plus saisissante et touchante.

53


C’est d’ailleurs cette même solidarité qui les a poussés à apporter leur aide juste après le tremblement de terre du 25 avril dernier, afin de dégager les débris et porter secours aux victimes dans les rues détruites. Fait amusant : ils ont utilisé leurs casques de skateboard en guise de casques de chantier ! Nous avons ainsi décidé d’apporter notre aide à une association locale « Rise For Nepal » (www.risefornepal.org) qui part aider les villages proches de l’épicentre et délaissés par les grosses ONG, celles-ci étant déployées principalement autour de la capitale et des endroits « visibles ». Ainsi, tous les dons financiers récoltés par Skatemandu iront à cette ONG locale. AS de PIXEL : Avez-vous eu des nouvelles des personnes que vous avez rencontrées et photographiées ? V.F.G. : Un des jeunes présents sur les photos, Bikky, a malheureusement disparu lors du premier tremblement de terre. Ca a été une épreuve terrible pour tous, d’autant que nous sommes restés dans le flou durant plusieurs jours avant que sa perte ne soit confirmée. Cela a vraiment porté un coup au moral de tous les jeunes du groupe. Depuis, celui-ci s’est un peu dispersé mais le « Go Skateboarding Day » qui a lieu le 21 juin 2015 devrait leur permettre de se retrouver et rester unis dans cette période difficile qu’ils traversent tous. AS de PIXEL : Que peut-on souhaiter à « Skatemandu » dans les mois à venir ? V.F.G. : Ce qui importe par dessus tout aux membres de Skatemandu, c’est de se faire connaître et montrer une image de la jeunesse népalaise que peu de gens imaginent. Mais aussi sensibiliser les jeunes du monde entier en leur montrant qu’à l’autre bout de la planète, des adolescents qui leur ressemblent ne demandent qu’à partager les mêmes passions. Et bien-sûr, espérer qu’un jour, tous les skateurs de Katmandou puissent disposer d’un endroit où se réunir et user de la gomme !

54


55


56


57


News

Textes : Pauline Detavernier

Une deuxième galerie à Paris pour l’Œil ouver t ! Depuis 2005, L’Œil ouvert présente une sélection d’œuvres en arts graphiques, street art, photographie, sérigraphie, gravure, en édition limitée, numérotées et signées. De nombreux événements y sont organisés toute l’année. Aujourd’hui, L’Œil ouvert se lance un nouveau challenge en ouvrant une seconde galerie dans le quartier de la République, à Paris. Ce nouveau lieu est l’occasion de développer ce qui leur est cher : partager et défendre le travail des artistes et le rendre accessible à tous.

58


Les fresques de Millo L’artiste italien Francesco Camillo Giorgino, aka Millo, est connu pour ses gigantesques fresques figurant des habitants qui explorent leur environnement urbain. L’architecture joue un rôle primordial dans ses peintures. C’est par exemple le cas dans ses deux dernières œuvres, fonctionnant en duo, Heart Slingshot et Love Seeker, qu’il vient d’achever en Italie, à Milan.

Les « Volcans » de Céline Dominiak Nous vous présentions le travail de Céline Dominiak, artiste et créatrice de foulards, dans AS de PIXEL #11. L’artiste a récemment travaillé en collaboration avec Stéphanie Cazaentre, vidéaste, qui a suivi la genèse et l’élaboration de sa dernière collection de foulards « Volcans » et en propose aujourd’hui une magnifique version filmée : www.vimeo.com/124161560

« Good Girls Bad Girls », les Pin-up de Maly Siri Imaginé par Maly Siri et préfacé par Chantal Thomass, ce beau livre dont le graphisme et le concept font écho aux magazines d’époque résonne comme une invitation sexy à pénétrer le monde envoûtant des Pin-Up. Un livre à regarder mais aussi à lire : nouvelles, recettes, astuces, potins,... Un bel objet qu’on n’a pas fini de feuilleter ! Prix : 24,95€ 59


Remerciements Jean-Noël Gauthier, Pauline Detavernier, Cécile Cette, Mathias Frey, Dsigners, Kévin Mollard, Josserand Gallot, Maxime Hacquard, Florence Gendre, Vincent Robin, Galerie L’Œil Ouvert, Magali Bru, Daphné Charbonneau, Céline Dominiak, Solidarité Sida, Clélia Hessel, Alice Herrouet, Agence Heymann Renoult Associées, Lucile Gouge, éditions Soleil, Groupe Delcourt, Léo Hacquard. Couverture : © Florence Gendre

Artistes AS de PIXEL #27: Florence Gendre / Expo L’incroyable Art du Lego / Baptiste Léonne / Osru / Emanuele / Skatemandu

Créé en janvier 2011, AS de PIXEL est le fruit de la collaboration de deux graphistes et directeurs artistiques, Romain Hacquard et Jean-Noël Gauthier, désireux de promouvoir le monde des Arts et de la Créativité. Tous les droits d’auteur appartiennent exclusivement aux artistes. Les visuels présentés dans ce magazine ne seraient pas utilisés sans permission. AS de PIXEL n’est pas responsable des droits d’auteur des œuvres présentées. Aucun visuel ou texte, ou tout autre contenu, ne peut être altéré ou modifié. www.asdepixel.com

60


ASdePIXEL est une création du

AGENCE DE CRéAtION GRAPHIQUE

www.studiodecrea.com


Danse comme si personne ne te regardait

Antoine Chuquet

Profile for AS de PIXEL

AS de PIXEL #27  

Magazine artistique

AS de PIXEL #27  

Magazine artistique

Profile for asdepixel
Advertisement