Page 1

ÉGLISE MESSIANIQUE MONDIALE DEL’AFRIQUE

Enseignement Spécial Ikebana Sanguetsu Style de vie

Johrei News EGLISE MESSIANIQUE MONDIALE – SIEGE CENTRAL D’AFRIQUE

3EME. ANNEE – JUILLET 2010 – Nº 8

Des jeunes africains héritent le rêve de construire un continent prospère, habité par des gens joyeux et heureux Pages. 7 et 8

Page. 3

Des personnes qui trouvent dans l’art de l’Ikebana un instrument pour mettre en évidence le Beau et atteindre l’élévation spirituelle Pages. 6 et 7

e l l e n r e t é e d u t i t a Gr Photo: Tony Tajima

La nouvelle Présidence de l’Église Est élue

Le Révérend Francisco de Jésus Fernandes, Président de l’Église Messianique Mondiale de l’Afrique, qui est parti vers le Monde Spirituel le 14 avril dernier a laissé un héritage précieux aux Africains : un exemple de vie et le rêve d’aider à construire un continent riche, aussi bien spirituellement que matériellement. Pages. 3, 4 et 5


Programme de formation du Paradis au moyen des fleurs Le but de l’Église Messianique est la construction du Paradis Terrestre. Qu’est-ce que ça veut dire ? Évidemment, le Paradis Terrestre c’est le monde de parfaite Vérité, du Bien et du Beau. La méthode d’obtention d’une bonne santé – le Johrei – c’est la vie de notre Église et l’Agriculture Naturelle se sont tous deux des moyens que nous utilisons pour le matérialiser, mais le Johrei, en plus de promouvoir le renouvellement du cops physique, vise aussi le renouvellement de l’esprit. Indépendamment de ces méthodes-là, il est urgent d’élever l’esprit des gens au moyen du Beau. C’est un nouveau projet de l’Église Messianique Mondiale, que nous mettons en œuvre maintenant. Pour parler à ce sujet, je vais tout d’abord exposer la situation actuelle du Japon.

Éditorial

Enseignement

Dans une classification sommaire, le beau se situe dans le domaine de l’audition, de la vision, et du goût. Par rapport à l’audition, peut être il n’a jamais eu d’époque aussi prospère en musique que l’époque actuelle, en vertu surtout de la radio, il y a aussi le progrès dans les tournes disques, les CD, etc. Quant à la vue, néanmoins, la situation est très précaire, il n’y a que le théâtre, le cinéma, des choses de ce genrelà. À vrai dire, nous voulons quelque chose qui touche notre sentiment de beauté, qui soit simple, tout en nous étant proches et, qui ne soit pas limitée par le temps. Or, le théâtre, le cinéma, sont des moyens excellents pour la jouissance des yeux, mais comme ils impliquent une limitation dans le temps, des questions de leur coût et de moyens de transport, ils ne peuvent pas être intégralement acceptés. Ce qui nous proposons ici c’est de cultiver et de distribuer des fleurs, une forme excellente de propagation du Beau. Ceci consiste à orner avec des fleurs, non seulement les foyers, mais aussi d’autres locaux. De nos jours, les fleurs ornent les résidences des personnes des couches moyennes mais ceci est insuffisant. Notre objectif est d’orner avec des fleurs tous les endroits et chez toutes les classes sociales, les plaçant sous la vue de tout en chacun. Au coin du bureau, sur la table de travail, où que ce soit, il va sans dire à quel point une fleur nous ranime et nous fait sentir une touche de pureté. Dans des termes idéaux, nous souhaitons fleurir même les prisons et les locaux d’exécution. Quelle bonne influence elles exerceraient sur les détenus ! Si nous arrivons au point où il y aura des fleurs là où il y a des gens, la force pour rendre doux ce monde infernal sera bien grande. Actuellement, ceci n’est pourtant pas possible, étant donné le prix élevé des fleurs, il nous faut donc faire en sorte qu’elles puissent être acquises à petits prix. Ainsi, nous devons intensifier leur culture sans pour autant porter préjudice à la production des aliments.

Meishu-Sama - le 30 de Mars 1949

Le Johrei News est produit par l’Eglise Messianique Mondiale en Afrique – Rua da Escola 28 de agosto Futungo 2 Kawelele – Luanda – Angola – CX.: 1310 Répertoire: MCS - 390/B/2004

Johrei News

2

’est le sentiment de la perte d’un père” C’est ainsi que le Président actuel de l’Église Messianique Mondiale de l’Afrique, le Ministre Claudio Pinheiro (dont la nomination est à la page 3), a parlé du passage vers le Monde Spirituel du Révérend Francisco Jésus Fernandes, qui a eu lieu en Avril dernier lors de la Cérémonie d’Adieu réalisée en son hommage. « Père, grand-père, guide spirituel : c’est ainsi que les africains définissent celui qui a été le précurseur de la diffusion messianique en Afrique. Celui qui pendant presque vingt ans a octroyé des mots de soutien, de courage, des orientations précieuses et des “réflexions profondes ». Il parlait avec son âme, pénétrant avec douceur dans le cœur des gens, de façon que chacun puisse avancer, en dépassant les difficultés et en relevant les défis. Ainsi se reflétait son désir majeur de rendre son prochain heureux, indépendamment qu’il soit loin ou proche. Il a fait de l’esprit pionnier sa marque personnelle. Sa posture se résumait dans la parfaite traduction de sa croyance. Ses mots, ses gestes marquants, son regard ainsi que son amour véritable sont un légat qui va rester vivant dans la mémoire et dans le sentiment des messianiques qui, sans doute, ont hérité de son Sonen. C’est ainsi que du Monde Spirituel il sait que le rêve de formation de 100 mille membres convaincus, l’expansion de la foi à tous les pays du continent, la construction de l’École Agricole et du premier Sol Sacré en Afrique deviendront réalité dans un proche avenir. Car, avant tout, il continue de croire à chacun des messianiques africains. En plus de l’hommage spécial au grand leader, cette édition présente aussi un reportage sur les activités de l’Ikebana Sanguetsu au Mozambique et un autre sur la performance des jeunes de l’Église Messianique de l’Angola, avec un interview du Ministre António Manuel Muhongo, Coordinateur des Jeunes.

Le Japon est considéré comme le premier pays du monde par rapport à la variété de fleurs. Quant aux méthodes de culture, il semble aussi occuper le plus haut rang, et tout le monde sait que les tulipes qui n’étaient cultivées qu’en Hollande, ont commencé avant la dernière guerre d’être cultivées non seulement à l’Etat de Niigata, à l’exception de l’Île de Sado, mais aussi à l’État de Kanagawa. Elles sont exportées en Angleterre et aux États-Unis et leur production augmente d’année en année.

La confiance est véritablement un trésor. L’obtenir relève d’un grand mérite, mais la préserver c’est quelque chose de bien plus grand encore. Bonne mission à tous et au revoir lors du prochain numéro.

IMMA

D’après une recherche que nous avons menée, nous constatons, par exemple, que les américains admirent beaucoup les fleurs qui existent au Japon, qu’ils s’intéressent aux espèces rares qu’ils ne trouvent pas chez eux. Ainsi, nous devons faire désormais des fleurs un moyen de plus pour l’obtention de devises, en les cultivant à large échelle. Jusqu’à présent cette pratique a quelque peu été négligée, mais dorénavant, elle devra être stimulée au maximum. De plus, étant donné que les fleurs sont un produit dont l’exportation ne souffre pas de limitations quant à la quantité, elles sont objet d’une énorme expectative.

“C

ANGOLA –Tel.: 244 222 00 9385 244 222 00 9416 MOZAMBIQUE – Tel.: 00258 21 300-275 REP. DEM. DU CONGO – Tel.: 243 315 102 187 Saint TOMe et PRinCE – Tel.: 00239 227805 AFRIque Du SUd – Tel.: 27 12 320 5484

Cabinet de la Présidence : Min. João José da Cruz Assessorat de Communication: Min. Gilmar Dall’Stella Gestion Opérationnelle: João José Tavares Journaliste Responsable: José Armando Estrela Édition et Mise en forme Électronique: Ana Cristina Stabelito Président: Min. Claudio Cristiano Leal Pinheiro Photographie: José Armando Estrela, Manuel Armando Vice-Présidents: Min. Ernestina O. P. Coimbra Júnior (Angola), Guerra Lopes, João Mavinga Collaborateurs: Avelino da Costa, Raquel de O. Fernandes Min. Glauro M. S. Leite Filho (Mozambique), Min. Afonso Quifuta Pereira (R. D. Congo), Min. Jaime Fortuna (Saint Thomé et Révision d’Orthographe : José Armando Estrela, João José Tavares Prínce), Min. Roberto L. C. Cândido (Afrique du Sud)

Traduction: Samuel Elyachar Solange Strobel (français) Distribution: IMMA Imprimerie: Eal

(anglais),

Tirage: 30 mil exemplares Périodicité: trimestral Courriel: ascom@johreiafrica.com


Spécial Le Révérend Francisco Jésus Fernandes, Président de l’Église Messianique Mondiale d’Afrique est parti vers le Monde Spirituel le 14 avril 2010, vers cinq heures. La veillée du corps a eu lieu au Siège Central de l’Église Messianique Mondiale du Brésil, à São Paulo. La Cérémonie d’Adieu réalisée le 15, à 9 heures sur place et les obsèques ont eu lieu à 11h30, au Cimetière de Congonhas, à cette même ville. Pour cette occasion, le Vice-président de l’Église, Cláudio Pinheiro, (actuel Président) a représenté les messianiques africains, et a pris la parole lors de la cérémonie. Lors de la Prière d’Adieu, les Johrei Centers d’Afrique ont réuni leurs membres et visiteurs pour faire la prière, exactement au même moment, démontrant ainsi, avec les brésiliens, leur amour et leur gratitude envers celui qui, en vie, n’a jamais mesuré d’effort ou d’économie de gestes, mots, tendresse pour les voir heureux.

Message de

Gratitude

*Proféré par le Min. Cláudio Pinheiro, actuel Président de l’Église Messianique Mondiale d’Afrique

“Le sentiment de perte de notre Président en Afrique est celui de la perte du père. Pour cette raison,

nous remercions Dieu et le Messie Meishu-Sama, du fond du cœur, au nom des Ministres, missionnaires et membres de notre Église en Afrique, de tout son amour, tendresse, orientations, et directives qui nous ont été données par le Révérend Francisco. Ainsi, j’adresse à Kyoshu-Sama et au Révérend Tetsuo Watanabe, qui nous ont toujours orientés par l’intermédiaire du Révérend Francisco, notre plus profonde et éternelle gratitude. À la famille, qui pendant sa vie missionnaire a été un exemple d’altruisme, qui a partagé un être incomparable, non seulement avec l’Afrique, mais avec le monde entier, son amour et attention, nous vous adressons ici nous sincères condoléances. Nous aimerions aussi remercier la Direction de l’Église Messianique Mondiale du Brésil, les Ministres, missionnaires et membres de tout leur soutien au moment si difficile de son départ, mais en même temps de profonde gratitude ! Gratitude envers la permission que chacun d’entre nous a eu de vivre auprès du Révérend Francisco, directement ou indirectement, d’avoir pu être en contact avec sa posture d’amour au prochain, indépendamment des différences de croyance, d’objectifs et d’idéaux. Toujours avec un sentiment profond de vouloir acheminer les personnes vers le véritable bonheur. Foto: Tony Tajima Quoique ne l’ayant plus physiquement avec nous, nous sommes certains que son Sonen de construire le premier sol sacré d’Afrique, tout comme de diffuser l’œuvre Divine partout dans le continent et de reprendre la vocation naturelle de l’Afrique par le développement de l’Agriculture Naturelle, va demeurer vivant à l’intérieur de chacun de nous. Nous sommes sûrs que bientôt il verra concrétisé ce rêve-là. Voilà notre engagement! Nous sentons que la grandiose mission du Révérend Francisco n’est pas finie avec son départ le 14 avril dernier.

Au contraire, elle a commencé à partir de cette date.... »

Atami le 15 avril 2010

La nouvelle présidence de

l’Église Messianique Mondiale d’Afrique est élue

. Cláudio Cristiano Leal Pinheiro, Président . Ernestina Olinda P. Coimbra Júnior, VicePrésident de l’Angola

. Glauro M. S. Leite Filho, Vice-Président du

À Madame Deniza Catarina Werpel Fernandes et aux personnes de sa famille. Je vous adresse mes très sincères sentiments par rapport à la douleur que vous et toute la famille éprouvez en ce moment. C’est avec une profonde peine que j’ai reçu la nouvelle inattendue sur le décès du Révérend Francisco. Je vous présente mes plus sincères condoléances face à la douleur que vous, Madame, ainsi que tous ceux de la famille, vous passez en ce moment. Comme tous les autres, je ne vais jamais oublier l’éclat que je voyais dans les yeux du Révérend Francisco lorsqu’il nous parlait avec ferveur au sujet de Meishu-Sama, ni le pur et sincère sourire qui ornait sa face. Le Révérend Francisco était un homme qui, vraiment, en union de corps et âme avec le Révérendissime Watanabe, a offert sa vie, aussi bien dans le travail de diffusion pionnière, au Brésil, que dans celui de la diffusion mondiale et à la formation des successeurs de la foi. Le Révérend Francisco était réellement auprès de Meishu-Sama et était utilisé en tant que “torche” qui éclairait le chemin des personnes “du monde”. En ce moment, je souligne tous ses actes méritoires et je prie, du fond du cœur, pour que cette “torche ” continue de briller davantage, dans le Monde Célestiel, pour servir dans une nouvelle Œuvre Divine. Yoichi Okada (Kyoshu-Sama) Leader Spirituel de l’Église Messianique Mondiale

Mozambique

. Afonso Quifuta Pereira, Vice-Président de la R. D. du Congo

. Jaime Fortuna, Vice-Président de Saint Tome et Prince

. Roberto Lúcio Clemente Cândido, VicePrésident de l’Afrique du Sud

Atami, le 15 avril 2010 À la famille Fernandes C’est avec une profonde peine que je manifeste mes sentiments de solidarité en ce moment de douleur face à la perte d’un être cher tellement spécial, comme le Révérend Francisco. Je cherche en vain des mots qui puissent exprimer ma réelle gratitude envers sa vie à lui, par son constant dévouement au service de l’Œuvre Divine. Je m’associe à la douleur des personnes de sa famille, je prie Dieu et Meishu-Sama pour que tous reçoivent la protection qui est due et que son âme soit enveloppée de plus en plus intensément par la Lumière Divine. Révérendissime Tetsuo Watanabe Président de l’Église Messianique Mondiale

3


TRAJECTOIRE DE VIE . Francisco Jésus Fernandes est né à la ville de Juiz de Fora, Minas Gerais (MG), Brésil, le 21 Août 1946. . Dans les années 60, il est allé à Rio de Janeiro (RJ) à la recherche de sa réalisation en tant que sportif professionnel du football brésilien.

. Il a joué dans les équipes de Botafogo (RJ), de Grêmio (Rio Grande do Sul – RS) et Flamengo (RJ), et il s’est fait remarquer en tant que “milieu de terrain” et il a joué deux fois dans la sélection du Brésil en 1973.

. Il a clos sa fonction précocement au bénéfice de sa mission dans l’Œuvre Divine. . Le 21 mai 1972 il a reçu l’octroi de l’Ohikari. . Le 1er. Mars 1976 il a reçu le degré de Ministre Assistant, il passe à travailler en tant que responsable de diverses unités religieuses, telles que Duque de Caxias, Petrópolis, Barra Mansa, Parati, Melo Matos, Urca, Copacabana, dans l’État de Rio de Janeiro. Pendant cette période, il passe à exercer comme Ministre Intégrant et, le 1er. Mars 1984, il a reçu le titre de Ministre Adjoint.

. En janvier 1986 il assume la responsabilité de l’Église de Salvador, à Bahia (BA). . Le 1er. Décembre 1994, il devient Ministre Dirigent et en janvier 1995 il devient Responsable de la Région du Nord-est. . Aussitôt après, il assume la mission de Conseiller Conservateur de la Fondation Mokiti Okada et, le mois de mars 1998, il cumule la fonction de Responsable de la Région Nord.

. Le 15 avril 1999 il passe à intégrer le Conseil Délibératif et assume, à la même époque la Présidence de l’Église Messianique Mondiale de l’Afrique.

. Dans cette même période, il assume la Présidence de la Commission Nationale de Jeunes. . En décembre 2000 il devient Associé-Fondateur du Centre de Diffusion de l’Église Messianique pour l’Amérique Latine (CEDIM).

Photo: Helcio Renato

. En janvier 2007 il assume comme Responsable de la Région de Rio de Janeiro et en janvier 2009, la Direction Régionale de la Région Centre-Ouest.

. Enfin, en novembre 2009, il assume la Vice-présidence de l’Église Messianique Mondiale du Brésil, Directeur de la Division d’Expansion, Membre de la Commission des Affaires de Ressources Humaines et Vice-président de la Commission de Qualification Sacerdotale.

EN AFRIQUE

. Le 11 novembre 1991, le Révérend Francisco Jésus Fernandes a débarqué en Angola, . En août 2009, comptant plus de soixante-dix mille membres et 150 mille adeptes, l’Église en pleine période de guerre, qui n’a pris fin qu’en 2002. À cette époque, sept membres sont formés. À partir de ces missionnaires, d’autres sont formés et, en 1998, il y avait 700 membres.

a reçu en Angola le Président Mondial. Cette fois-ci, il est venu avec une caravane, dont l’arrière-petit-fils de Mokiti Okada (fondateur de l’Église), ayant pour mission d’initier la préparation et les études pour la construction du premier Sol Sacré dans des terres africaines.

mille membres. Cette année-là, le gouvernement a fait don d’un terrain à l’Église de 132 mille m², où on a construit le Pôle d’Agriculture Naturelle de Bom Jesus. La même année, le Président Mondial a visité l’Angola pour la réalisation du Culte de Lancement de la Pierre Inaugurale du Siège Central de l’IMMA.

Prince, République Démocratique du Congo et Afrique du Sud – et dispose de membres qui développent l’action au Zimbabwe, au Nigéria, en Zambie, en Swaziland, au Congo Brazzaville, en Ethiopie, en Namibie.

. En 2000, sont octroyés des nouveaux membres et le nombre de fidèles atteint deux . Actuellement, elle est officialisée en cinq pays – Angola, Mozambique, Saint Tome et

. En 2006, l’IMMA reçoit encore une fois le Président Mondial pour la réalisation du

culte inaugural du Siège Central, qui a compté sur la participation de plus de vingt mille membres.

4

. Avant de partir vers le Monde Spirituel, le Révérend Francisco a laissé comme héritage

à ses successeurs, le Sonen et le rêve de la formation de 100 mille membres convaincus, l’expansion de l’Œuvre Divine vers tous les pays du continent, la construction de l’École Agricole et celle du premier Sol Sacré en Afrique.


Peu de temps avant son départ pour le monde spirituel, le Rév. Francisco a accordé une interview à l’attaché de presse de la SUDERJ – Direction de Sports de Rio de Janeiro, Brésil, Iata Anderson. Ci-dessous quelques extraits:

Les amis Paulo César Caju et “Chiquinho Pasteur” à l’époque où ils jouaient au Flamengo

La première expérience de foi (1972) “J’ai toujours été un jeune homme religieux et depuis mes premiers pas je cherchais à m’orienter par les prières et dans la fréquentation de cultes religieux. Mes parents étaient dans le spiritisme et sous leur influence j’ai suivi, moi aussi, cette religion. Ensuite, je suis allé faire des études dans un lycée catholique, je suis venu au catholicisme. J’allais même de foyer en foyer en apportant l’image de Notre Dame d’Aparecida, je priais presque tous les jours.

“Chiquinho Pasteur”: le football et la mission grandiose Il était connu sous le petit nom de `Petit Francisco Pasteur” parmi ses compagnons du club et ses adversaires, car il prêchait. D’un grand humour, il riait souvent et était chéri de toute la presse. Il a joué au Botafogo de 1968 à 1971, l’équipe qui a remporté la Coupe du Brésil et la Coupe de Guanabara (1968). Au Flamengo, il a joué 126 fois, de 1972 à 1974, ayant remporté le championnat en 1972 et en 1974. Il a joué deux fois dans la sélection du Brésil en 1973 – le 13 mai (Brésil 5X0 Bolivie, au Brésil) et le 3 juin (Brésil 2X0 Algérie, en Alger). Son dernier match a eu lieu le 17 septembre 1975: Botafogo 4X0 National. Des problèmes aux genoux ont porté une fin prématurée à sa vie de footballeur. Iata Anderson – Comment a été votre passage au football? Rév. Francisco – Une expérience extraordinaire. Le football ouvre la mentalité des gens, pour nous permettre d’être en rapport avec toutes sortes de personnes, indépendamment de leur race, croyance ou position sociale. Ça, c’est extraordinaire. J’ai une profonde gratitude envers le football. C’est pour cette raison que je suis allé en Afrique. Je me sens un homme universel, sans frontières. Je crois à un monde meilleur, à un monde intégré, mondialisé, non pas pour bénéficier des groupes, mais pour que nous tous, nous puissions avoir la santé, la prospérité, la paix, à tous les niveaux, dans l’effort individuel de chacun. J’ai appris que nous ne pouvons pas nous borner à notre propre bonheur. À vrai dire, comment pourrais-je être heureux si bien de joueurs qui ont connu la gloire et n’ont fait que croître, ils mènent des nos jours une vie de difficultés, sans perspectives, ceci m’attriste vraiment. Ainsi, je prie tous les jours pour eux. Mais, je sais que cela dépend d’eux, qu’à leur tour ils se tournent vers les autres, qu’ils deviennent altruistes. La pratique de l’amour altruiste est le chemin pour que les gens puissent ouvrir un espace, non seulement au football, mais dans tous les sports.

J’étais passionné de football et j’avais en tête de devenir une star du football. Mes copains d’enfance n’étaient pas d’accord sur ça, me croyant sans aptitude pour la pratique de ce sport. Ceci m’a poussé et avant mes seize ans je jouais déjà dans les équipes professionnelles du club où je jouais, j’ai commencé à jouer au Botafogo, au grand étonnement général. Au début, tout n’était que des fleurs dans cette équipe, mais lorsque j’ai assumé la position de titulaire, des lésions sont apparues, la chance s’est écartée de moi comme par enchantement. Religieux comme je l’étais, au début je ne faisais pas de souci, j’attendais que le beau temps revienne. Néanmoins, je n’allais pas mieux et j’ai fini, selon le conseil de ma sœur mariée, de revenir au spiritisme (qui m’a donné un perfectionnement remarquable qui m’est toujours utile jusqu’à présent), pour chercher des solutions à mon cas. Des essais du haut et du bas spiritisme ont été faits, sans pour autant que je trouve ce que je cherchais. Parfois j’allais mieux, parfois j’allais mal, sans que je comprenne ce qui se passait. Jusqu’à ce que pour des raisons autres que le football, je me suis écarté du football, et je me suis tourné un peu plus vers des études. Lorsque je suis revenu au football, je suis allé au Grêmio, à Porto Alegre, où j’ai essuyé de nouvelles déceptions. J’ai donc rompu mon contrat avec le Grêmio et je suis revenu à Rio de Janeiro sans une équipe définie, puisque ma passe était mienne. J’assistais tranquillement au match de football au Maracanã, lorsque j’ai été invité d’aller à l’Église Messianique par notre cher membre Deusdedit. J’ai aussitôt accepté l’invitation et je suis allé au Culte Mensuel en janvier 1972. Je ne sais pas pourquoi (il me semble que maintenant je le sais), je suis retourné à l’Église la même semaine et depuis je ne suis jamais écarté, je suis devenu membre le 21 mai de la même année. En principe je cherchais seulement des biens matériels. Pourtant, avant de devenir membre, j’ai lu au sujet de l’Église et j’ai mieux compris mon but. J’ai atteint dès le début, en tant que visiteur, la grâce d’être embauché par l’équipe du Flamengo, malgré que moi-même je ne crois pas à mon football. Avant même de devenir membre, j’étais nommé titulaire de l’équipe du Flamengo, avec un certain succès. Aujourd’hui je suis le capitaine de l’équipe, je participe à tous les matchs sans endurer de contusion qui puisse m’empêcher de jouer un seul des matchs.

Je suis très reconnaissant de toutes ces grâces, quoique je ne les mérite pas. Parfois je me demande si c’est moi-même qui joue avec autant d’éclat au Flamengo. Je regrette de ne m’être pas éveillé avant vis-à-vis de ce chemin merveilleux que la Messianique nous montre par les Enseignements de Meishu-Sama. Aujourd’hui je remercie de tout mon cœur d’avoir reçu la majeure des grâces qu’un homme peut recevoir : celle d’être membre de l’Église Messianique Mondiale. Les portes du Paradis Terrestre s’ouvrent pour moi et je n’ai pas de mots pour remercier. Ce qui me rend triste c’est surtout de ne pas pouvoir me dévouer davantage au salut de l’Humanité et de ne pas écouter avec l’attention requise tous ceux qui viennent me parler avec euphorie. Et aussi de ne pas pouvoir porter le cœur dans mes mains lorsque je pratique le Johrei. Et de ne pas remercier DIEU et MEISHU-SAMA avec le cœur plein d’amour des grâces infinies que je reçois. Rien que d’être ici avec vous c’est déjà une grâce merveilleuse. Mon sentiment de gratitude, mes attitudes dans les prières, mon servir, sont démesurées vis-à-vis des grâces que je reçois. Je m’efforce d’aimer davantage mes semblables et j’ai la Foi qu’un jour je pourrais dire que j’ai l’amour véritable dans mon cœur. Je cherche d’être humble et dévoué, mais j’y échoue lorsque je juge mon prochain. Je cherche de servir sans penser aux rétributions, néanmoins les rétributions, je les ai toujours en tête. Donc, je peux remercier DIEU et MEISHU-SAMA de ne plus être un ignorant par rapport à toutes ces choses-là et de pouvoir m’efforcer de retirer tout ça de mes pensées, en plaçant le véritable cœur dans les mains de DIEU. C’est déjà une manière de me perfectionner, c’est une bénédiction Divine. C’est ainsi que je m’efforce de Servir, même lorsque je n’ai pas envie d’aider mon semblable. J’essaye d’être obéissant et sincère, même si je suis bien loin d’être tout ça. Ainsi, je sais que par la pratique, mon cœur un jour va sourire et remercier véritablement tout ce qui, malgré mes failles, je reçois.”

“Nous partons maintenant de zéro, de l’origine de nos sentiments les plus profonds, pour les transformer. Nous allons sculpter nos cœurs comme le chef-d’œuvre majeur de la création, l’organe de l’amour et de la gratitude.”

rnandes

e isco Jésus F c n a r F . v e R

Lors du 1er. Mai dernier, pendant la conférence du Culte Mensuel de Gratitude au Sol Sacré de Guarapiranga, au Brésil, le Révérendissime Tetsuo Watanabe a parlé du passage du révérend Francisco Jésus Fernandes vers le Monde Spirituel

Un ensemble de mérites “...il faut que je touche à un sujet qui m’est très difficile d’aborder. Le 14 du mois dernier, j’étais au Japon et j’ai reçu la triste nouvelle du décès du Révérend Francisco Jésus Fernandes. C’était comme de perdre un de mes enfants, que j’ai accompagné depuis près de quarante ans, dans son brillant trajet missionnaire. Je l’ai aussitôt communiqué à Kyoshu-Sama et, le lendemain, je suis allé le rencontrer à son cabinet. Lorsqu’il m’a vu, il m’a serré dans ses bras et nous avons beaucoup pleuré ensemble. Ensuite, Kyoshu-Sama m’a dit: je n’ai pas doute que le Révérend Francisco, selon les désignes de Dieu, a été appelé par Meishu-Sama pour servir dans la dimension du Monde Spirituel. Ce que nous pouvons et nous devons faire c’est de remercier Dieu et Meishu-Sama d’avoir permis que le Révérend Francisco serve ici avec nous sur Terre, pour la construction du Paradis Terrestre. Et remercier aussi qu’il continue de servir, désormais avec plus de liberté, dans le Monde Spirituel.” J’avoue que ces mots de Kyoshu-Sama m’ont beaucoup consolé, quoiqu’ils n’aient pas évité que j’éprouve une profonde douleur face à cette perte inattendue. Lorsque je suis arrivé au Brésil, j’étais encore triste et je ne savais pas comment étaient les membres brésiliens, je suis allé au cimetière prier sur sa tombe. Lorsque j’ai fini ma prière, je me suis senti très léger et l’ambiance était très douce. Je me suis aperçu que le corps du Révérend

Francisco était là, mais que son esprit n’y était plus présent. Après, je suis allé chez sa famille pour prier devant l’Autel du Foyer et, une fois la prière terminée, j’ai eu cette même impression de douceur. J’ai alors pensé: “Bon, Francisco a dû certainement renaître déjà dans le Monde Spirituel.” Je suis devenu encore plus tranquille quand j’ai entendu les rapports des révérends et des ministres qui, lors des cérémonies de corps présent ont senti une atmosphère sublime, entourée du grand sentiment de gratitude de tous les missionnaires et des membres alors présents. Meishu-Sama nous a appris que la gratitude des personnes se transforme en Lumière et que cette Lumière élève notre esprit. Ce jour-là, dans l’après-midi, j’ai rencontré les ministres venus d’Afrique, j’ai senti qu’ils étaient très tristes par la nouvelle. Je leur ai alors dit: `Si le Révérend Francisco était ici, à mes côtés, qu’est-ce qu’il vous dirait ? Vous connaissez tous sa rigueur envers lui-même, il créait de buts à atteindre et il cherchait de les accomplir au maximum. Et vous, qu’est-ce que vous allez faire maintenant ? Il faut que vous réalisiez tout ce qu’il désirait : construire le Sol Sacré d’Afrique, l’école agricole, la grande expansion de l’amour altruiste, et tant d’autres projets qu’il avait en tête. Ça c’est la façon correcte de remercier le Révérend Francisco de tout ce qu’il vous a appris. Si à partir d’aujourd’hui,

vous vous unissez de plus en plus, soyez-en sûrs que, du Monde Spirituel, il vous aidera. Et aussi que, désormais, tout va survenir de façon plus rapide et harmonieuse. Vous connaissez bien le Révérend Francisco, n’est-ce pas ? Il ne veut voir personne en train de pleurer et de se plaindre. Il dit: “Si vous avez le temps de pleurer et de vous plaindre, rendez donc alors d’autres personnes heureuses ! Je sens que c’est ça qu’il veut que je vous transmette.” Lorsqu’ils ont écouté ceci, les ministres d’Afrique se sont sentis soulagés et confiants dans leur mission dorénavant. Émus, ils se sont serrés dans les bras et sont partis en Afrique. Ce qui est important ce n’est pas combien de temps on a vécu, mais plutôt avec quel Sonen, à quoi on croit tout au long de l’existence. Quel est l’héritage, quel exemple on a laissé à nos semblables. Aujourd’hui quand je pense au Révérend Francisco, je me souviens d’un psaume de Meishu-Sama qui dit:

“Ne veuillez pas d’être considéré un homme important. Désirez plutôt devenir un homme qui génère de la gratitude par rapport à son existence.” Pour moi, il a été un exemple vivant de ce psaume.”

5


Ikebana Sanguetsu

L’un des principaux buts de l’Église Messianique Mondiale d’Afrique – IMMA – c’est l’élévation de la spiritualité par le Beau. Meishu-Sama affirme dans l’Enseignement de la Promotion de Formation du Paradis au moyen des Fleurs:

L’

Ci-dessous le professeur d’Ikebana Sanguetsu, Selma Florêncio Cândido, répond à quelques questions sur le travail développé par l’IMMA au continent africain.

Johrei News – Comment L’Église Messianique développe l’activité de diffusion du Beau au moyen des fleurs? Professeur Selma Florêncio Cândido: Les membres et les visiteurs de l’Église font cette distribution tous les jours. En 2010, le but est d’offrir près de 530 mille bouquets, qui nous appelons Fleur de Lumière. Cette pratique s’appelle Marche de la Fleur dirigée. Johrei News – Que veut-on par cette marche? Professeur Selma Florêncio Cândido: Nous identifions la personne qui a reçu la Fleur de Lumière et nous faisons le suivi des éventuels changements qui ont eu lieu dans sa vie. Les fleurs ne sont pas distribuées au hasard, elles sont dirigées vers les personnes qui sont déjà accompagnées par les missionnaires. Les Fleurs de Lumière sont distribuées aussi à la porte des unités dans le but d’inviter les personnes à entrer et à recevoir le Johrei. En plus, les missionnaires les distribuent dans les hôpitaux, les prisons, les écoles, etc. La Fleur de Lumière a le but de préparer la maison du

“En vérité, ce que nous voulons c’est quelque chose qui touche notre sentiment envers la beauté, qui soit plus simple, plus proche de nous et qui ne soit pas limité par le temps.” “Ce qui nous proposons ici c’est la culture et la distribution de fleurs, une forme excellente de la diffusion du Beau.”

Afrique fleurit

visiteur à devenir un Foyer de Lumière. Il nous faut prendre conscience que nous n’apportons pas des fleurs pour la simple décoration, mais plutôt pour l’harmonisation des foyers. Ainsi, la Fleur de Lumière est en train de changer la vie de bien des familles.

Sama. Au Mozambique nous avons reçu pour la première fois l’autorisation officielle du Gouvernement pour la réalisation des cours réguliers ouverts à la société. Johrei News – Ce cours est-il réalisé en Afrique ? Professeur Selma Florêncio Cândido: Oui. Nous avons un groupe d’élèves composé par les responsables du Sanguetsu de chaque unité religieuse et de volontaires de Sanguetsu. Le but est que les unités disposent d’Ikebanas périodiquement, tout comme de leurs soins. Mais aussi des personnes qui peuvent faire des Ikebanas dans d’autres locaux. Au Mozambique, nous avons reçu pour la première fois l’autorisation officielle du Gouvernement pour la réalisation des cours réguliers ouverts à la société.

Johrei News – Pourquoi ces fleurs sont-elles confectionnées par beaucoup de membres et de missionnaires? Professeur Selma Florêncio Cândido: Parce que le sentiment qui est placé lors de la confection du mini bouquet est celui du salut des personnes, d’apporter la Lumière du Messie à l’intérieur des foyers. Bien d’expériences montrent que par cette pratique la purification familiale s’accélère et bien de grâces ont lieu. Johrei News – Qu’est-ce que l’Ikebana Sanguetsu ? Professeur Selma Florêncio Cândido: Le mot Ikebana est l’union de deux idéogrammes japonais : Ike – accorder de la vie et Bana, la fleur. Sanguetsu, dans la langue japonaise signifie Montagne et Lune. Ce style a pour principe de respecter la nature de la fleur. Actuellement, il est enseigné dans des cours divers réalisés par l’Académie de Ikebana Sanguetsu, dans de divers pays. Cette académie a été fondée au Japon en juin 1972 par Itsuki Okada, la fille de notre Maître, Meishu-

Johrei News – Est-ce qu’il y a un processus de formation de professeurs ? Professeur Selma Florêncio Cândido : Oui. On réalise des cours destinés aux candidats à professeurs d’Ikebana. Nous avons pour but de former ces personnes, pour qu’elles puissent diffuser cet enseignement de la pratique du Beau et faire en sorte que la fleur passe à faire partie de la vie quotidienne de tout en chacun.

“Quelques jours avant de commencer le cours d’Ikebana, ma sœur, avec qui j’avais des conflits, a décidé d’aller à la banque avec mon frère, pour savoir le montant du compte de notre mère, car elle pensait que j’y prenais de l’argent. Elle a reçu le relevé bancaire exactement au jour de mon premier cours, où j’ai vivifié la fleur avec beaucoup d’amour. Après le cours, un sentiment de profonde gratitude envers Dieu et Meishu-Sama est né en moi, face à tous les miracles qui ont eu lieu dans ma vie. Une fois rentrée chez moi, ma sœur s’est approchée, m’a tendu le relevé du compte en banque, elle se repentait de l’avoir demandé. Elle m’a demandé aussi pardon de tout le mal qu’elle avait causé et m’a dit qu’elle m’aimait beaucoup et qu’elle ne savait pas pourquoi nous ne nous entendions pas bien. En ce moment, j’ai senti comme si une sorte de caillou qui bloquait la respiration avait sorti : la haine et la rancœur qui j’éprouvais envers elle ont cessé complètement. Aujourd’hui, nous nous entendons parfaitement, nous sommes très amies et dans notre foyer règne l’harmonie.” Helena Aquina de Oliveira, élève d’Ikebana Sanguetsu, au Mozambique

“À l’Église Messianique, j’ai trouvé un contact plus intense et significatif avec la nature, avec la fleur et avec le beau. Plus que la technique, la pratique de la vivification m’a fait intérioriser l’amour profond dans tout ce qui la nature nous accorde, dans la magnitude du Dieu Suprême et de Meishu-Sama. La fleur m’a appris à intensifier la discipline, l’espace et l’ordre. Seul celui qui pratique et s’approfondit découvre les diverses énigmes de la nature et de la fleur. J’ai appris à être plus patient, ponctuel, un bon appréciateur de la nature – de ses phases, la beauté des feuilles et des branches sèches et de diverses tonalités d’une même couleur. J’ai appris qu’il faut y mettre de l’amour dans tout ce nous faisons et que les personnes vont sentir l’énergie positive des résultats. J’ai aussi appris que nous ne devons pas nous borner à critiquer de façon négative, sans savoir apprécier les actions des autres.” Virgílio Elias Tamele, élève d’Ikebana Sanguetsu, au Mozambique

6

Élèves d’Ikebana Sanguetsu du Mozambique. Au premier plan, le professeur Selma Florêncio Cândido

Les fleurs sont des expressions divines de l’art de

la nature. Et l’Afrique, tout en étant un continent aride est un grand producteur de fleurs. Les roses du Kenya à Est du continent sont réputées. Les Arums Blancs – Callas - sont, eux aussi originaires de cette région. L’Éthiopie et le Zimbabwe font aussi des récoltes abondantes. L’Afrique du Sud abrite une des majeures richesses botaniques de la planète, y compris des hotspots exclusifs du Finbos, qui est la Région des Fleurs du Cap, la plus petite des régions florales de la planète. Un tour parmi cette diversité est accessible aux visiteurs du fabuleux Kirstenboch National Botanical Garden, un des plus réjouissants lieux de la Ville du Cap.


Style de Vie

Une fleur pour rendre heureux mon semblable Je dédie dans la région du Sanguetsu depuis longtemps déjà. Néanmoins, j’avais encore une gêne et de la honte de distribuer des fleurs. Malgré la volonté de le faire, je désistais toujours et je me conformais par l’idée que “puisque je confectionne déjà des fleurs au Sanguetsu, d’une façon ou d’une autre je contribue déjà au salut des personnes par le Beau”. Ainsi, je ne voyais pas l’importance d’offrir la Fleur-deLumière aux gens. Mais, lorsque je participais au culte, le Ministre nous a orientés à faire une petite action altruiste en apportant une Fleurde-Lumière comme instrument de Meishu-Sama pour l’offrir à quelqu’un avec le sentiment de le rendre plus heureux. J’ai donc apporté la fleur et je me dirigeais à un endroit. Mais les personnes passaient par moi sans que je ne prenne aucune initiative. J’ai continué à marcher et lorsque je suis arrivée j’avais toujours les fleurs. J’ai pris le transport en commun et j’ai demandé à Dieu et à MeishuSama que j’arrive à offrir cette fleur à quelqu’un. Quand je suis descendue de l’autobus, j’ai voulu offrir la fleur à une dame qui vendait dans un kiosque, mais, à nouveau j’étais mal à l’aise, car j’ai pensé “comment vais-je donc offrir la fleur rien qu’a une seule personne, et les autres alors qui sont dans d’autres kiosques ?” Je suis passée donc et j’ai continué à marcher, tout en demandant à Dieu et à Meishu-Sama que j’arrive à accomplir l’orientation. J’ai marché un peu plus et j’ai vu une dame qui était assise. Elle m’a demandé de l’aider à mettre sa trousse sur sa tête. Comme j’avais les fleurs en main, il m’était difficile de l’aider. Alors, je me suis aperçue que c’était cette personne-là qui m’avait été envoyée par Dieu et Meishu-Sama pour que lui offre la fleur. J’ai remercié et lui ai donné la fleur. Elle est restée tout émue de la recevoir et j’ai cherché à savoir ce qui lui était arrivé. Elle m’a dit que le mari l’avait agressée et l’avait expulsée du foyer avec l’enfant et ses vêtements. Elle m’a dit aussi qu’elle ne savait pas où aller, mais, au moment où elle a reçu les fleurs, elle a senti une énorme envie de rentrer chez elle. Je l’ai stimulée, lui disant que tout irait bien. Ainsi, elle l’a fait. Je ne la connaissais pas, mais elle habitait pourtant dans la même région que moi. Je lui ai indiqué ma maison, en cas d’urgence. Le lendemain, elle est venue et a mentionné que quand elle est rentrée chez elle, elle a trouvé son mari qui se faisait du souci et qui se repentait de son attitude. Il a lui-même pris sa trousse et l’a emportée à l’intérieur, lui a demandé de le pardonner et ils se sont réconciliés, grâce à Dieu et au Messie. Chaque fois que j’ai le temps, je laisse une fleur chez elle et lui applique le Johrei. Cette expérience a complètement changé mon sentiment. Actuellement, je distribue des fleurs sans gêne et je sens beaucoup de gratitude, car j’ai gagné la conviction que la Fleurde-Lumière peut changer complètement la destinée d’une personne. J’ai appris que nous ne devons pas placer de sentiments humains au moment du dévouement ; il nous faut demander à Dieu et à MeishuSama de nous utiliser en tant qu’instrument pour rendre d’autres personnes heureuses. Maria Zulmira fait le dévouement d’Ikebana Sanguetsu de Maputo, au Mozambique

INTERVIEW avec le Ministre António Manuel

Muhongo, Responsable des Jeunes d’Angola

Les Jeunes veulent concrétiser le rêve du Révérend Francisco Johrei News – Comment se caractérise l’activité des jeunes à l’Église Messianique d’Angola ?

Ministre Muhongo – La formation des jeunes peut être considérée comme l’un des plus grands défis dans les temps actuels. Ceci est dû au fait que bien de jeunes, lorsqu’ils parcourent le chemin de la vie, deviennent tristes, désistent ou s’inhibent dans leur croissance, face aux difficultés et les limitations que la vie leur impose. Nous cherchons à augmenter leur auto-image et les éveiller par rapport à la véritable raison de leur existence et de leur engagement envers le Dieu Suprême dans la face de la Terre. Nous travaillons pour qu’ils comprennent leur Mission Divine. Johrei News – En tant que Ministre Coordinateur des Jeunes, pouvez-vous nous éclaircir en peu sur les stratégies pour la formation de jeunes dans l’Église Messianique Mondiale d’Angola ?

Ministre Muhongo – Nous avons le but d’orienter le jeune dans les aspects personnels et professionnels. Nous stimulons l’action volontaire, en renforçant son esprit de servir. Petit à petit, le jeune acquiert la conscience que le bonheur véritable n’a rien à avoir avec son autosatisfaction, mais qu’il est plutôt dans l’accomplissement de sa mission. Nous insistons aussi dans la formation de leaders spiritualistes et altruistes, par l’approfondissement et la pratique des Enseignements de Mokiti Okada, qui associent la croissance personnelle et la pratique missionnaire, devenant ainsi des personnes qui peuvent conduire d’autres vers le chemin de la foi. De plus, nous veillons à ce que les jeunes puissent vivre et passer l’exercice de la spiritualité, par la reprise de valeurs humaines, telles que la gratitude, l’amour altruiste, l’amitié, et d’autres valeurs positives, car, dans une ambiance plus harmonieuse, les personnes avec qui nous sommes en rapport peuvent se sentir plus heureuses. Johrei News – Puisque l’Association des Jeunes de l’Église Messianique Mondiale d’Angola est désignée par le Groupe Terre, quelle est la raison de ce nom?

Ministre Muhongo – Meishu-Sama nous apprend que tout ce qui existe est composé de trois éléments de base et que la naissance et le développement de toutes les choses dépendent de l’énergie de ces éléments : le Soleil, la Lune, la Terre. Parmi ces trois éléments, la Terre signifie la force, la concrétisation. Le jeune est la force motrice de toute organisation et son garant durable, nous avons donc créé cette dénomination de Groupe Terre. Johrei News – Combien de jeunes sont-ils liés au Groupe Terre?

Ministre Muhongo – De nos jours, nous avons douze mille jeunes dans la structure du Groupe Terre, entre chargés, assistants, auxiliaires, membres convaincus et visiteurs, en plus de ceux qui se sont déjà éveillés pour poursuivre la vie sacerdotale (candidats du pré séminaire, pré séminaristes et séminaristes). Nous avons un projet en cours pour la formation des jeunes. Nous les divisons en tranches d’âge : Planète Bleue (de 5 à 12 ans), Jeunes

1 (de 13 à 17 ans) et Jeunes 2 (de 18 à 35 ans). Ce projet a le but d’aider les jeunes dans le chemin de la vie, leur accordant un repère élevé de style de vie, basé sur l’origine de l’homme, dans sa mission et dans le respect des lois de la nature (respect de l’environnement). En synthèse, c’est éveiller chez les jeunes leur capacité de rêver, dans le sens positif. Le programme se compose de thèmes liés à la famille, les études, les petits amis, la sexualité, le combat des vices, etc., en vue de concrétiser leur pouvoir de faire des choix, par leurs relations, avec le sentiment d’amour au prochain, la gratitude, l’esprit altruiste. Johrei News – Lors de l’échange du dimanche, le 9 mai 2010, qui a fait suite au Culte des Jeunes, des jeunes de Luanda et de Benguela ont participé à l’activité, ces derniers ont représenté une des facettes de notre culture, au théâtre. Quel sera le pas suivant, après l’échange ?

Ministre Muhongo – En principe, nous allons donner suite aux activités déjà démarrées, pour couvrir toutes les provinces du pays, et développant des activités sociales, culturelles, et de loisir, en vue de la réalisation, cette année, de notre 1re. Conférence nationale de Jeunes. Johrei News – Quelle était la réaction des jeunes par rapport au passage physique de votre Président, le Révérend Francisco Jésus Fernandes?

Ministre Muhongo – Nous avons la nature humaine. En tant que jeunes, nous nous sommes résignées face au fait, nous avons reçu la nouvelle avec douleur et tristesse. Guidés par les Enseignements du Messie et par les sages orientations qu’Il nous a laissées, les jeunes se sont rappelés que les sentiments qui surgissaient dans leur intérieur étaient des manifestations de leus ancêtres qui devraient donc être acheminées à Meishu-Sama pour être purifiées, avant qu’ils ne les gênent dans le grand Œuvre de Salut d’Afrique, initié par le Révérend Francisco. C’est ainsi que les jeunes ont pu remercier, en acceptant qu’il s’agissait de la Volonté Divine. Johrei News – Francisco Jésus Fernandes habite dans nos cœurs. Qu’est-ce que le jeune messianique va faire pour concrétiser son rêve de voir l’Afrique libre de la pauvreté, du conflit et de la maladie, selon les Enseignements de Meishu-Sama?

Ministre Muhongo – Notre Président a laissé bien clair buts et objectifs à atteindre.

. La formation de l’élément humain, . La formation de 100 mille membres convaincus, . La construction du Sol Sacré d’Afrique, . La construction de l’École Agricole, . La formation de Foyers de Lumière, . La diffusion de notre Église dans les 53 pays africains.

Celles-ci, ainsi que d’autres, sont les lignes maitresses laissées par notre Président. Dans ce contexte, les jeunes s’engagent à tout faire pour la concrétisation de son rêve.

7


Les jeunes sont les continuateurs de Estilo de Vida

l’Œuvre de Salut de l’Humanité. Les jeunes d’aujourd’hui sont les dirigeants de demain ! L’Église Mondiale d’Angola compte près de douze mille jeunes, entre : chargés, assistants, auxiliaires, membres convaincus, membres et visiteurs, y compris ceux qui se sont déjà éveillés envers la mission sacerdotale (des candidats au pré séminaire, des pré séminaristes et des séminaristes) dans le Groupe Terre et à la Planète Bleue. Ils sont éduqués socialement et spirituellement dans de hautes valeurs humanitaires, telles que l’amour du semblable, le respect des parents, des gens de la famille, des supérieurs hiérarchiques, et dans l’esprit d’entre-aide fondés sur la pratique de petites actions d’amour altruiste, ce qui les motive à participer volontairement du travail missionnaire et du travail communautaire.

Le Culte des Jeunes du mois de mai a compté sur la présence de Bengalais Un groupe de jeunes messianiques affectés au Johrei Center de Lobito, de la province de Benguela, sous la direction de son responsable adjoint, Graciano Moco, a visité soigneusement les divisions du Siège Central d’Afrique, où ils ont reçu des explications du Ministre António Bento Carlos, sur la signification et le fonctionnement de chacun des domaines. Des jeunes, acteurs du Groupe de Théâtre Okupongoloka, de Benguela ont participé du Culte des Jeunes, le mois de mai, ils ont représenté la pièce “Le Kimbanda” très émouvante. Les participants l’ont considérée une leçon, d’où l’on peut extraire un grand apprentissage: “celui qui poursuit des chemins en dehors de la foi et ne se libère pas des racines du passé, finit par se tromper et

vit éternellement dans le chemin tortueux du conflit”. Au secteur de la communication, les jeunes ont reçu des explications sur les ressources techniques du site www.johreiafrica.com .com et sur la façon de faire les éditions du Johrei News, les livres des Enseignements de Meishu-Sama et les publications où figurent les directives de l’Église Messianique Mondiale. Enchantés de tout ce qu’ils ont vu et vécu, ces missionnaires ont promis d’être activistes dans le processus d’échanges entre les jeunes messianiques et de revenir bientôt au Siège Central d’Afrique, à Luanda, avec beaucoup d’autres jeunes de Benguela et des autres provinces lors de la 1re. Conférence de Jeunes, qui aura lieu encore cette année.

Planète Bleue instruit les enfants sur la pratique du Beau La classe de la Planète Bleue instruit les dimanches, au Siège Central d’Afrique divers enfants et adolescents sur la pratique du Beau. En plus des cours au sujet de la fleur, qui sont réalisés par la Missionnaire Alexandra de Jesus Coimbra Pimenta, avec le soutien de la Coordination de Jeunes du Johrei Center et de la Science de l’Ikebana Sanguetsu, il y a des cours sur les principes de base de la santé, de l’amour au semblable, du respect envers les parents et les adultes, d’hygiène et de nettoyage ainsi que d’autres valeurs nécessaires à la formation intellectuelle, culturelle et spirituelle de l’homme nouveau.

Des Jeunes Messianiques participent de l’activité de nettoyage à Lobito Des membres, visiteurs et sympathisants de la Municipalité de Lobito, de la province de Benguela, en Angola, réunissant près de 31 éléments, pour la plupart de jeunes, ont participé du programme de nettoyage, au quartier de Cabaia. L’activité s’est constitué du ramassage et la destruction d’une énorme quantité d’ordures déposée dans une zone proche de la zone résidentielle, ce qui constituait une véritable menace à la santé publique, surtout aux enfants qui, innocemment, insistaient de jouer dans ces locaux. À ce programme ont participé ceux qui dédient au Johrei Center Lobito et des noyaux de Johrei Center de Cabaia, Canata et Bela Vista. Faisant suite au programme de diffusion du Beau dans cette zone, une marche pour la distribution de Fleur-deLumière a eu lieu, avec application de Johrei. Il faut souligner que, dans cette même zone, sera édifié le futur Johrei Center de la Cabaia.

Visite aux malades à l’Hôpital Central de Lobito Parallèlement au programme de nettoyage, quatorze membres et visiteurs ont visité des malades à l’Hôpital Central de Lobito. À cette occasion, des Fleurs-de-Lumière ont été distribuées et le Jorei a été appliqué aux malades et à quelques personnes de leurs familles en visite à l’Hôpital.

Conférence de Jeunes – Johvem 2010 São Paulo . Brésil Des jeunes d’Angola ont participé à la Conférence Johvem 2010, réalisée à São Paulo, Brésil, le 6 mars dernier. (Pour en savoir plus sur cet événement, entrez au site: www.johvem.com.br)

8

Johrei News 8  

Johrei News 8 Frances