Page 1

ProMagazine Magazine trimestriel 7.28 - 1 / octobre - novembre - décembre 2018 Numéro d’agrément: P913793

,

votre maillon de la solidarité !

Une nouvelle école ouvre ses portes au Togo À la mi-2017, Proma a engagé 15 000 € pour financer la construction d'une école. En février 2018, le P. Patient Akakpo et le P. Jules Awu nous envoient une lettre de remerciement et des photos. Ecole primaire à Goubi A Goubi, un village de l’évêché de Sokodé (Togo), les enfants peuvent bénéficier d’un enseignement primaire, bien qu’il n’y ait pas vraiment de bâtiment scolaire disponible. L'année dernière, un nouveau projet de construction a été réalisé grâce à une subvention de 15 000 euros donnée par Proma. Un bâtiment scolaire complet avec trois salles de classe pour trois niveaux a remplacé l’ancienne construction. Le nouveau bâtiment est prêt. La population locale a aidé à l’aménager le plus rapidement possible. La nouvelle école a été inaugurée au début 2018.

Merci beaucoup Le 6 février 2018, P. Patient Akakpo, le prêtre responsable de la réalisation du projet, nous a envoyé une lettre de remerciement. Il nous a également envoyé un certain nombre de photos. Ci-dessous, vous voyez environ soixante-dix élèves debout devant le bâtiment de l'école. Plusieurs d'entre eux tiennent une pancarte au-dessus de leur tête - il est malheureusement difficile de les lire sur cette photo - indiquant Merci pour votre contribution.

Investir dans les générations futures D'autres écoles togolaises ont également besoin de bâtiments scolaires décents, qui survivront à plusieurs générations d'élèves. Votre soutien est le bienvenu.

Référence : Togo - 299/001


Soutenez les «étudiants de Khulna» au Bangladesh

Nouvea

u proje

t

Le Fr. Dominic est prêtre à la paroisse de Shimulia, dans le diocèse de Khulna. Il dirige également deux écoles et un orphelinat. Il a été plusieurs fois prêtre invité à Kruishoutem et à Audenarde, où il peut compter sur le soutien des «amis du Carmel». Un appel chaleureux à soutenir ce projet avec eux. L'Eglise au Bangladesh Au Bangladesh, la grande majorité de la population est musulmane, les catholiques constituent une petite minorité. L'Église au Bangladesh est pauvre et cela s'applique aussi à Khulna, l'un des diocèses les plus pauvres du pays. Les prêtres de paroisse comme le P. Dominic K. Halder n’ont pas beaucoup de soutien financier du diocèse. Le Fr. Dominic est donc ravi de l’aide qu’il a reçue de plusieurs amis belges au cours des dernières années. Sa paroisse Shimulia est située près de la frontière avec l'Inde.

Soutien d’un projet éducatif à Shimulia

«intouchables» même aux yeux de la population musulmane. En principe, les enfants dalits ne peuvent en général pas aller à l'école, car les parents ne sont pas en mesure de payer les frais de scolarité. En l'absence de diplôme, les perspectives d'emploi "bien" rémunéré sont donc très médiocres. Le Fr. Dominic veut briser ce cercle vicieux. Avec le soutien des donateurs de Belgique, il souhaite permettre aux orphelins et aux enfants dalits d’aller à l’école primaire. Pour couvrir les frais de scolarité d'un groupe de 25 élèves, il faudrait récolter 25 x 10 € / mois = 3 000 € / ans.

Comment votre don arrivera-t-il à destination ?

Le Fr. Dominic s’occupe d’une école primaire et d’une école secondaire. Environ 700 élèves suivent des cours dans les deux écoles. Un peu plus de la moitié des étudiants sont catholiques, les autres majoritairement musulmans. 85 des élèves sont des enfants de l'orphelinat dont le P. Dominic est également responsable.

Il y a peu de temps encore, le gouvernement du Bangladesh refusait l'aide étrangère à l'Eglise catholique dans son pays. Après la visite du pape François au Myanmar et au Bangladesh, fin de 2017, le gouvernement a décidé d'autoriser les transferts d'espèces de l'étranger sur un compte bancaire d'un évêque ou d'une organisation catholique, par exemple.

On pourrait s’étonner de voir que tant d’enfants catholiques suivent des cours. Après tout, la plupart des catholiques appartiennent aux Dalits, les moins fortunés mais aussi

C’est pourquoi Proma pourra désormais transférer vos dons au P. Dominic. Votre soutien aidera les étudiants de Khulna à progresser, vous pouvez en être sûr.

Soutenez les « Étudiants de Khulna » au Bangladesh 2018/57


Nouvelle maison de formation pour "l'éducation à la santé" Le projet "éducation à la santé" dans le diocèse de Kikwit - RD Congo est très actif sur le terrain grâce à votre soutien. Le projet a récemment été doté d’un nouveau bâtiment qui renforcera l’action sur le terrain. Mais il y a aussi une nouvelle demande : de l'aide pour financer les études d'une étudiante prometteuse. Éducation à la santé sur le terrain Mme Marie Christine Harpigny participe activement à l'organisation de sessions de formation sur les soins de santé dans le diocèse de Kikwit en RDC. Elle est également étroitement impliquée dans le développement d’une mutualité qui profite également à la partie la plus pauvre de la population. Les formateurs doivent souvent se déplacer. En effet, le projet souhaite également atteindre les adultes des villages isolés et le plus grand nombre d'enfants possible dans les écoles réparties dans le diocèse.

Inauguration d’une maison de formation Le diocèse - Mgr. Timothée Bodika Mansyai, le nouvel évêque, en particulier - reconnaît l’importance d’une bonne éducation pour la santé et a fourni au cours des quatre dernières années les fonds nécessaires à la construction d’un nouveau bâtiment. Le bâtiment a été baptisé 'St. Benoit’ et a été inauguré le 15 août 2018. Le bâtiment comporte une salle polyvalente, dans laquelle davantage de sessions de formation seront organisées pour les futurs formateurs en éducation à la santé. Le bâtiment est là. Les subventions à venir de Proma seront utilisées pour l’aménagement du bâtiment et l’achat du matériel de cours. Cependant, ce n'est pas la seule préoccupation financière du projet ...

Aidez Cécile, une jeune femme talentueuse, à poursuivre ses études Entre-temps, Cécile a croisé le chemin des responsables du projet «éducation à la santé». C’est une étudiante remarquable. Jeune encore, elle est passionnée pour l’électricité et la technologie. Au cours des dernières vacances scolaires, elle s'est activement impliquée dans les travaux nécessaires sur et dans le nouveau bâtiment. De plus, cette jeune femme semble avoir également de très nombreux talents pédagogiques. Après les heures de classe, elle a souvent donné des cours privés à de jeunes enfants. Non seulement sur la santé, mais elle a également intéressé de nombreux enfants à la technologie, la mécanique et l'électricité. Elle-même n'a pas encore pu terminer ses études car, malheureusement, ses parents ne peuvent pas payer ses études. D’où cet appel à (continuer à) soutenir le projet "éducation à la santé" afin qu'il puisse réussir sur trois fronts :

·

Travail sur le terrain : éducation à la santé • Installation de la salle polyvalente et achat de matériel didactique • Financement des études de Cécile

Soutenez «Éducation à la Santé» 2015/44


Colofon Rédaction : Robert Vastmans E.R. : p. Michel Coppin sds Avec nos remerciements (pour le contenu et les photos) : P. Patient Akakpo, P. Jules Awu, Fr. Dominic K. Halder, Marie Christine Harpigny

VOTRE TESTAMENT

Modifications importantes de la réglementation Une nouvelle loi est entrée en vigueur le 1er septembre

vous devrez, si vous le désirez, changer votre testament !

La nouvelle loi sur les successions donne plus de liberté au testateur et veut offrir plus de sécurité et de tranquillité d'esprit aux parties concernées.

Réduction des droits de succession en Flandre, pas de changements en Wallonie et à Bruxelles

Mise en page et impression : De Windroos sa

Cependant, il existe des points importants pour ceux qui ont inclus une organisation caritative, telle que Proma, dans leur testament ou qui ont l'intention de le faire.

Ce magazine est édité par

Changement concernant la part réservataire

Proma asbl Boulevard du Souverain 199, 1160 Bruxelles Tél. 02 679 06 30 info@asblproma.be www.asblproma.be BCE : 0410.537.157

La part réservataire destinée à vos enfants ne dépend plus du nombre d'enfants. C'est toujours la moitié de la valeur de ce que vous possédez lorsque vous serez décédé. Vous êtes libre de décider à qui vous donnez l'autre moitié.

Vous recevez ProMagazine parce que vous avez dans le passé soutenu Proma ou indiqué le souhait de recevoir ce magazine.

Quant à la part réservée à vos parents, si vous n'avez pas d'enfants, elle a été supprimée. Vous pouvez donc désormais ‘déshériter’ vos parents.

Proma respecte la confidentialité de vos données : sympathisant et/ ou donateur.

La part dite disponible que vous pouvez désormais laisser par testament à des personnes ou à des organisations sera dans de nombreux cas plus importante qu'avant.

Vous déménagez ? Vous voulez recevoir ce magazine en forme digitale ? Vous avez des remarques ou des suggestions ? Faites-le nous savoir. Proma soutient des microprojets d’enseignement et de formation pour les jeunes et les adultes en Afrique, en Asie et en Amérique Latine.

Actuali té

Attention! Si vous avez déjà rédigé un testament dans lequel vous laissez la partie disponible en tant que telle à un ou plusieurs organismes caritatifs, vérifiez auprès de votre notaire si votre intention initiale est toujours respectée. Si vous avez deux enfants ou plus, la modification de la loi peut avoir pour conséquence indésirable que vos enfants reçoivent moins et que les organisations de bienfaisances reçoivent plus. Dans ce cas

La Flandre a récemment réduit ses taux, en particulier dans le cas où vous laisseriez quelque chose à la famille éloignée : cousins, neveux, etc. ou à des personnes extérieures à votre famille. C’est le tarif pour "étrangers" qui s'applique à ces catégories. Astuce. Si vous avez prévu un legs en duo dans votre testament actuel, veuillez vérifier auprès de votre notaire si vous n'améliorerez pas la répartition de votre héritage entre l'organisme de bienfaisance et les "étrangers". Peut-être pouvez-vous vous assurer que ces derniers en obtiennent davantage et que l'organisation caritative en reçoive autant. Du côté wallon et bruxellois, les taux n'ont pas encore été modifiés et les droits de succession sur ce que vous laissez à des membres de votre famille éloignés ou n'appartenant pas à votre famille restent très élevés. Bien sûr, dans ces cas, un legs en duo reste à considérer. Attention! Alors que vos ‘propres’ petitsenfants – en lien direct par la filiation - sont considérés comme des «parents proches» par les autorités fiscales, il n'en va pas de même pour les enfants des membres rapportés de votre famille (c’est-à-dire : ‘petits-enfants’ sans lien direct par le sang ou par adoption par votre propre enfant). Pour ce que vous laisseriez aux enfants de vos beaux-enfants, un taux d’imposition plus élevé sera appliqué, comparé à celui qui s’applique pour ce que vous laissez à vos petits-enfants en lien direct par le sang.

Vous voulez faciliter l’accès à un enseignement et une formation de qualité dans le monde entier? Faites un don svp. Proma est membre de l’Association pour une Ethique dans les Récoltes de Fonds.

BE71 0000 1733 1169 BPOTBEB1 Attestation fiscale pour tout don d’au moins 40 € au cours de l’année.

Ou faites un legs via votre testament. Pour votre information : de chaque 100 € donné à Proma, 90 € sont investis dans nos projets de formation dans le Sud.

Profile for Proma vzw/asbl

ProMagazine 7.28-1 fr  

soutien des projets d'enseignemetns en Asie, en Afrique et en Amérique Latine

ProMagazine 7.28-1 fr  

soutien des projets d'enseignemetns en Asie, en Afrique et en Amérique Latine

Advertisement