Issuu on Google+


Si

Par Steeve Lechasseur

Et si on recommençait? Non, ce n’est pas possible, les choses sont comme elles sont, on ne peut rien y faire. Mais on ne peut pas continuer comme ça. Très juste, il faut qu’il se passe quelque chose, il faut que ça change… 1 Commençons par le début, quel est le problème? La guerre, le terrorisme, la pollution, la violence, la solitude, le désespoir…stop, c’est assez, les problèmes sont de taille. Y’a t’il un médecin dans la salle? Il y a un problème, c’est certain. C’est difficile à comprendre. Nous avions une belle planète avec tout ce qu’il faut pour vivre; la nature généreuse, les plantes magnifiques, les cours d’eau, les animaux… Et les êtres humains ont été doté d’une faculté étonnante: l’intelligence. Que s’est-il passé? Pour trouver une solution à un problème, il est d’abord nécessaire de le regarder. Il y a un objet qui peut nous y aider, ça s’appelle un miroir… 2 L’image que me renvoi le miroir ne me déplaît pas. Il ne semble pas y avoir de problèmes de conception. Nous possédons un corps harmonieux, des membres pour bouger, des sens pour sentir la vie et un esprit pour penser, réfléchir, créer. Le problème ne semble pas être là. Pourtant, c’est bien nous qui sommes la cause des nombreux problèmes sur notre belle planète. Et c’est à nous d’agir pour redresser la barre de nos vies car, croyez-le ou non, chacun de nous possède un énorme pouvoir. 3 Le pouvoir, c’est la capacité de choisir et d’agir. Chacun d’entre nous possède cette capacité. Chaque jour, nous avons le choix de nos attitudes et de nos actes. Rien ne nous oblige à rien si ce n’est le bon sens. Pourtant nous continuons chaque jour à faire le choix de détruire la planète et d’exploiter nos semblables. Et nous avons même inventé un terme pour justifier notre cupidité. Ça s’appelle la rationalité économique. Sommes-nous tous devenus fous?

Si – par Steeve Lechasseur

1


4 La folie est une aliénation de l’esprit. C’est une maladie qui porte atteinte à la liberté de l’individu. Ceux qui en souffrent peuvent être dangereux pour autrui ou pour eux même. C’est à peu près ce qui se passe dans le monde d’aujourd’hui n’est-ce pas? Y a t’il un psychiatre dans la salle? O.K. stop, du calme, nous ne sommes pas tous fous. Et si nous le sommes, nous pouvons encore faire quelque chose pour y remédier car, comme je l’ai dit plus haut, nous sommes des créatures libres. Il est justement là le problème… 5 La première liberté que nous avons, c’est de consentir ou de refuser. Chaque jour nous pouvons accepter ou refuser d’agir dans le sens des nombreuses influences que nous subissons. Nous ne sommes pas obligé d’adhérer à tel politicien, à telle religion, à telle philosophe ni à ce que je suis en train d’écrire d’ailleurs. Notre monde est le théâtre d’un incroyable réseau d’influences qui cherche à nous séduire à cause de notre grand pouvoir. Mais, j’y pense, si nous avons un si grand pouvoir, pourquoi ne pas l’utiliser avec sagesse et nous réapproprier notre pouvoir de choisir en faisant des choix bénéfique pour nous-même et pour autrui? Et si nous choisissions librement de changer? 6 Un instant, je sais, on ne peux pas passer du noir au blanc instantanément. On doit y aller graduellement car s’il est vrai que c’est grâce à une multitude de petites décision que nous en sommes arrivé là, c’est aussi par une multitude de petites décisions que nous pouvons y remédier. Je crois que la solution se trouve dans l’alternative. On remplace ce qui est néfaste par quelque chose d’équivalent qui soit bénéfique. Ainsi, on participe à l’amélioration de nous-même et du monde. Et si la vocation des êtres humains intelligents que nous sommes était justement d’utiliser nos capacités pour nous améliorer nous-même et améliorer le monde? Et si nous étions des magiciens, des alchimistes capables de transformer le plomb en or? Et si tout commençait par notre propre conscience?

Si – par Steeve Lechasseur

2


7 Nous sommes tous conscients de notre propre existence. Chacun d’entre nous possède la connaissance de sa propre individualité. Nous possédons tous une apparence, un nom, des qualités et des défauts. Mais sommes nous si différents les uns des autres? Une chose est certaine, nous sommes tous nourrit par la même planète et le même soleil. Et chacun d’entre nous possède la même essence fondamentale, la même capacité de penser, de faire des choix et…de changer. O.k., on tourne en rond, revenons à la conscience… 8 Donc, c’est notre conscience qui fait de nous des êtres humains à part entière et qui nous apporte du même coup la liberté de choisir. Mais peut-on agir sur notre conscience et la transformer? Et si c’était cela la fonction ultime de l’existence? Si nous venions au monde précisément pour prendre conscience de la vie et vivre en harmonie avec elle? Allons un peu plus loin, si nous pouvons agir sur notre conscience, est-ce notre devoir de le faire? On ne doit pas s’opposer à la nature des choses sous peine de souffrir. Et je ne sais pas pour vous, mais moi, j’en ai marre de souffrir. 9 La vie terrestre implique des contraintes. Nous vivons dans un corps particulier et la vie pose obligatoirement des limites. Apparemment, notre liberté est relative et cela restreint considérablement notre capacité de choisir. Cependant, nous pouvons quand même évoluer en faisant les meilleurs choix possibles. Mais quels sont les choix que nous pouvons faire? Le principal choix que nous avons à faire est d’abord un choix d’attitude. Tous nos choix ultérieurs en découlent. Chacun d’entre nous possède ses propres outils pour faire ses choix dans la vie. Chacun d’entre nous doit maintenant se réapproprier son pouvoir de choisir. Nous sommes les artisans de notre destinés. Et si celui que nous appelons l’autres et qui possède la même vie que nous, s’il était en réalité un autre nous-même?

Si – par Steeve Lechasseur

3


10 En général, les parents aiment leurs enfants et ils cherchent à leur donner le meilleur dans la vie. Il en est de même pour les frères et sœurs; généralement, ils cherchent à vivre en harmonie les uns avec les autres. Mais ne devrait-il pas en être de même pour tous les habitants de la planète terre? Ne partageons nous pas la même filiation naturelle ayant pour parents la terre et le soleil? Et si nous n’étions pas des consciences individuelles séparées, comment pourrions-nous danser ensemble… Peut-être que toute cette histoire cache un merveilleux dessein et que c’est précisément notre nature volontaire, libre et consciente qui le permet. Mais revenons à l’attitude… 11 L’attitude, c’est la façon d’aborder la vie, c’est le regard que l’on porte sur elle. Elle est teintée de toutes nos expériences passées qu’elles soient bonnes ou mauvaises et elle détermine les choix que nous faisons chaque jour. Un changement d’attitude peut être miraculeux pour un être éprouvé par le sort. On connaît tous des gens positifs qui, selon notre perception, devraient plutôt être écrasé de désespoir face à leur condition misérable. Pourtant ils semblent nager dans le bonheur. Et si le bonheur était simplement une question d’attitude? Si l’attitude était une garantie de bonheur? 12 Le bonheur semble n’obéir à aucune loi. Beaucoup le cherche et rare sont ceux qui le possèdent vraiment. Et ceux qui le possèdent vraiment désirent le partager. Comme si le bonheur véritable était dénué de tout égoïsme. Est-ce à dire que notre nature essentielle, c’est de trouver le bonheur et de le partager? Intéressant, mais qu’est-ce qui rend heureux? 13 En tant que conscience individuelle, la réponse ne peut être que personnelle. C’est pourquoi on ne doit pas croire tout ce que notre réseau d’influences colporte. C’est pourquoi aussi il importe de reprendre dans nos mains le pouvoir de choisir par nous-même. Cela demande du travail et du courage mais cela est bien plus intéressant comme ça ne trouvez vous pas? Et si la vie avait prévu pour nous un conseiller parfait pour nous guider? Et si elle l’avait placé à l’intérieur de nous? Si – par Steeve Lechasseur

4


14 La base d’une bonne santé mentale est une saine confiance en soi. Mais qu’est-ce que la confiance en soi? Avoir confiance en soi, c’est essentiellement croire en son potentiel et en sa capacité personnelle d’être heureux. C’est une attitude saine, adulte et responsable. Chacun d’entre nous est capable de choix. Et choisir par soi-même implique une plus grande part de responsabilité et de mérite. Mais comment faire pour bien choisir? 15 Notre nature essentielle est d’être à la fois une conscience individuelle et collective. Et nous sommes constamment en relation avec l’autre et avec la vie en général. Chacun d’entre nous baigne dans la même réalité naturelle et notre nature relationnelle entraîne une responsabilité. Chacun de nos choix doivent tenir compte de notre nature. Chacun de nous sait qu’il ne peut pas faire n’importe quoi aux autres. C’est moralement inacceptable. Il y a des principes moraux à respecter. Et si toute la création était issue de la même présence unique, si c’était cela le Soi? 16 Il apparaît donc que la faculté de bien choisir soit une question de conscience et plus précisément, de la connaissance de notre nature essentielle. Et c’est notre responsabilité individuelle de cultiver notre conscience et d’agir en harmonie avec notre nature essentielle. Mais pourquoi doit-on vivre en harmonie avec notre nature?

Si – par Steeve Lechasseur

5


17 Généralement, les gens désirent être heureux. Il est rare que l’on choisisse délibérément le malheur. Et la vie pose obligatoirement des limites. Il existe des lois dans la nature et nul ne peut s’y soustraire. Il y a la loi de la gravité par exemple. Ne pas respecter cette loi peut entraîner des conséquences fâcheuses voire même très graves. Connaître les lois naturelles et vivre en harmonie avec elles est un gage de bonheur ou, du moins, une chance de ne pas souffrir inutilement. Refuser de vivre en harmonie avec les lois naturelles risque d’entraîner des souffrances. On doit respecter le pouvoir du feu car il peut nous blesser. Et la souffrance n’est pas une condition de bonheur. C’est pourquoi notre devoir est de vivre en harmonie avec notre nature et avec la création. Et si chacun de nous commençait par accepter la réalité telle qu’elle est? Si on cherchait à agir en harmonie avec soi-même, avec l’autre et avec le monde? 18 La recherche d’harmonie est une recherche de beauté. Quand on entend une musique harmonieuse, on se dit : Que c’est beau. Et cette beauté est la conséquence d’un ordre, d’une organisation logique. La nature elle-même est une création harmonieuse, belle et ordonnée. Et l’être humain est une création particulièrement belle et harmonieuse. Il semble que la beauté et l’harmonie soit une condition naturelle. Et généralement la nature nous procure un sentiment de paix et de bien-être. Il est donc judicieux de chercher à vivre en harmonie avec la nature pour profiter nous aussi de son équilibre bienfaisant. Et si nous retrouvions le respect de nous-même, de l’autre et de la nature? Si nous disions oui à ce que nous sommes ? 19 Il semble que les problèmes modernes soient la conséquence du refus de reconnaître ce que nous sommes et du refus de reconnaître notre véritable place au sein de la création. Le problème est donc notre attitude. Et notre attitude témoigne de notre conscience ou de notre inconscience. Mais, fort heureusement, nous avons toujours le choix de notre attitude et des actions ou inactions que nous consentons à poser dans la vie. Nous avons tous le pouvoir et le devoir de cultiver notre conscience et d’adopter une attitude saine entraînant des choix adulte et responsable dans notre vie quotidienne. Et si on cessait de déléguer la responsabilité de notre vie à d’autres? Si on retrouvait notre dignité naturelle d’être humain? Si – par Steeve Lechasseur

6


20 Agir entraîne des conséquences. Mais pourquoi continuons nous à faire des erreurs malgré notre bonne volonté? Les conséquences de nos actes découlent directement des lois naturelles. Si nous faisons des erreurs malgré notre bonne volonté, c’est précisément à cause de notre méconnaissance des lois de la vie. Si je laisse tomber une pierre, elle tombera sur le sol même si j’ai l’intention de la laisser flotter dans les airs. C’est à cause de la loi de la gravité. Nous devons tenir compte des lois naturelles si nous voulons que nos actes entraînent des conséquences heureuses. La bonne volonté est essentielle mais elle ne suffit pas. C’est pourquoi il est essentiel de chercher à vivre en harmonie avec les lois de la vie. Et si la nature était le modèle parfait créé pour nous éveiller au bonheur ? 21 Nous avons donc besoin de toute notre intelligence si nous voulons parvenir à vivre une existence heureuse. Chacun d’entre nous doit s’exercer à réfléchir par lui-même pour faire des choix éclairés dans sa vie. Mais qu’est-ce que l’intelligence? 22 L’intelligence est une faculté, un outil et sa fonction est de servir. Chacun d’entre nous se sert d’elle fréquemment pour diverses raisons. Elle nous permet de pouvoir travailler, parler, réfléchir, créer, tromper, séduire, contrôler… L’intelligence est neutre. Elle peut servir à la construction ou à la destruction, à la liberté ou à la servitude, à la paix ou à la guerre; elle est colorée de nos intentions. Et malgré ce qu’on en dit, l’intelligence n’est pas une qualité ou un défaut. C’est une aptitude plus ou moins développée qui permet de bien réussir dans les affaires du monde mais elle n’est pas un gage de bonheur ni de vertu. C’est un outil bénéfique quand on s’en sert correctement. Et si chacun de nous se servait de son intelligence pour agir en harmonie avec lui-même, l’autre et le monde? 23 Chacun possède le pouvoir de transformer le monde. Le problème, c’est que nous avons oublié notre nature, notre dignité naturelle et nous avons délégué à d’autre la responsabilité de notre bonheur. Et si on recommençait? Oui, c’est possible, nous avons encore le choix… Si – par Steeve Lechasseur

7



SI...