Issuu on Google+

CATALOGUE D’EXPOSITION DE

LA GRANDE EXPOSITION INTERNATIONALE D’ART ZOOM

08

1ère édition - Québec

L’espace contemporain galerie d’art 313, rue Saint-Jean Québec (Québec) G1R 1N9


Organisation Commissaire d’exposition: HeleneCaroline FOURNIER, agent d’artistes et critique d’art Organisateur de l’événement: Art Total Multimédia, agence d’artistes C.P. 61 Succ. Ancienne-Lorette Québec (Québec) G2E 3M2 Canada agence@artzoom.org - www.artzoom.org tél.: 1 (418) 653-7030

Artistes présentés: Chantal BRUNELLE Jean-Luc CURABET Bernard HILD LO Claudine LOQUEN PIERRE PHILLIPPE Naïma SAADANE Sylvain TAPIN

Muriel CAYET Josée GAUTHIER Édith LIÉTAR Fabienne LÖPEZ Bernadette MORA Yves ROBERT Dominic TAPIN

Partenaires officiels: Galerie Art Zoom Jean-Luc CURABET, expert en art BP 5 SIVA 54810 Longlaville France L’espace contemporain galerie d’art Michel THERRIEN, galeriste 313, rue Saint-Jean Québec (Québec) G1R 1N9 Canada En couverture et troisième de couverture: © Jean-Luc CURABET

© Art Total Multimédia, 2008 - Tous droits réservés Art Total Multimédia est une agence de communication et multimédia, un éditeur, un producteur d’oeuvres audiovisuelles et une agence d’artistes. Il est le gestionnaire du Collectif International d’Artistes Art Zoom (CIAAZ) Toute reproduction totale ou en partie des oeuvres contenues dans ce catalogue, par quelque procédé que ce soit, est interdite sans l’autorisation écrite d’Art Total Multimédia.

Réalisation et rédaction: HeleneCaroline FOURNIER

Dépôt légal - 1er trimestre 2008 Bibliothèque et Archives Nationales du Québec, 2008 Bibliothèque et Archives Canada, 2008 ISBN: 978-2-9808250-9-5

Édition: Art Total Multimédia

Catalogues numérotés

no:


LA GRANDE EXPOSITION INTERNATIONALE D’ART ZOOM Art Total Multimédia vous présente la première édition de « La Grande Exposition Internationale d’Art Zoom », un événement annuel qui se déroule en 2008 et se déroulera en 2009 à « L’espace contemporain galerie d’art », avec la précieuse collaboration de son propriétaire Monsieur Michel THERRIEN. Les quinze artistes francophones présentés dans cette première édition sont d’horizons différents (du Canada, de la France, de la Belgique et de l’Algérie). La quasi-totalité de ces artistes sont reconnus à l’international, quelques-uns d’entre eux sont actuellement représentés par un agent d’artistes au Canada et d’autres ont été ou sont toujours représentés par Galerie Art Zoom en Europe. Seuls trois d’entre eux ont été nommés « Académiciens » au cours des dernières années, notamment en Italie (Accademia Internazionale « Greci Marino ») et au Canada (Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec) et deux d’entre eux ont acquis le titre d’« expert en art ». Deux artistes seulement sont en début de carrière et représentent la relève québécoise potentiellement apte à devenir des artistes de niveau international dans la prochaine décennie. Ils appartiennent tous au Collectif International d’Artistes Art Zoom (CIAAZ), originellement fondé en 1997 en France et plus amplement développé au Canada depuis 2003. La Grande Exposition Internationale d’Art Zoom 2008 se déroule sous la présidence d’honneur de Monsieur Jean-Luc CURABET, l’un des trois fondateurs du Collectif International d’Artistes Art Zoom (CIAAZ), président de Galerie Art Zoom (en France), artiste peintre et expert en art. Il a fondé, en France, en 2003, « Le Salon International d’Art Contemporain d’Art Zoom » (également appelé « Les Artzoomades ») et a fondé Galerie Art Zoom, une galerie d’art qui, jusqu’en juin 2007, avant l’établissement de deux galeries fixes, n’était qu’une galerie de grands salons (Arténîm, ST’ART, LIBR’ART, LINÉART, SM’ART, Art Metz, Art Miami, Art Brussels, Europ’Art, etc.). C’est grâce à son dévouement et à son expertise qu’Art Zoom s’est fait connaître à travers l’Europe et qu’une émission de télévision « Art Zoom » a vu le jour en octobre 2007, en France.

08

La Grande Exposition Internationale d’Art Zoom 2008 ne se veut pas une imitation nord-américaine du Salon International d’Art Contemporain d’Art Zoom. C’est un événement au concept simple et fédérateur, axé sur des pratiques artistiques novatrices qui permettent la découverte d’oeuvres de qualité ayant une certaine rareté. L’art européen est différent de l’art nord-américain (notamment québécois) et c’est pour ouvrir des horizons culturels que nous avons créé cet événement, à Québec, dans une galerie d’art où les collectionneurs, les amateurs d’art, les néophytes, les curieux, trouveront réunis en ce lieu les expressions les plus diverses des dernières productions de l’art qui se pratique de nos jours, par des artistes établis, pour la plupart de niveau international, qui nous offrent un échantillon d’une vision du marché international de l’art contemporain. Nous vous convions à ce rendez-vous du 17 au 23 mars 2008 à L’espace contemporain galerie d’art - et l’an prochain du 17 au 22 mars 2009. À vous de découvrir de nouveaux noms et de vous laisser séduire par des oeuvres uniques !

HeleneCaroline FOURNIER

Commissaire d’exposition - agent d’artistes - critique d’art Présidente directrice générale d’Art Total Multimédia Cofondatrice du Collectif International d’Artistes Art Zoom (CIAAZ)


Chantal BRUNELLE BAC en arts visuels Université Laval (Québec-Canada)

Prix - distinctions - reconnaissance 2007 - Prix du Mérite Artistique 2006 - Certificat de reconnaissance en tant qu’artiste de niveau international, membre d’un jury international pour un salon international d’art contemporain

Chantal BRUNELLE est née à Trois-Rivières, en décembre 1963. Après avoir expérimenté plusieurs médiums, c’est la peinture qui a finalement retenu toute son attention car, pour elle, c’est une question de survie ! L’expression par le biais de ce médium est un besoin vital; un refuge dans lequel elle aime se blottir et auquel elle consacre tout son temps. C’est à partir de 1988 que la création commence à se manifester. Au départ, il ne s’agissait que d’une gestuelle spontanée et énergique, ce qui donnait des abstractions au couteau où l’on reconnaissait malgré tout quelques formes animales. Depuis l’an 2000, sa peinture a pris une nouvelle direction. On y retrouve toujours quelques vestiges d’abstraction à l’intérieur d’une forme plus surréaliste, laissant apparaître sur la toile des animaux déformés, réinventés, sortant de « on ne sait quel drame »; peut-être une clé du subconscient qui cherche à faire écho à son propre vécu. Ses sujets ont toujours été les animaux qui la fascinent par leur forme, leur pureté, leur beauté naturelle, laissant transparaître des émotions de joie, de tristesse, de peur, de colère... Placés dans un environnement neutre et sombre, avec leurs corps lumineux, ils prennent tout l’espace pictural, leur redonnant ainsi toute leur grandeur. Cette gestuelle, libre et dénuée d’artifice, laisse parfois l’amateur d’art songeur. En effet, dérouté, il peut chercher un sens à ce qu’il regarde, mais l’univers de Chantal Brunelle est un univers onirique dont il ne faut pas décortiquer de façon purement mécanique. Il n’y a qu’un code à utiliser: celui de l’émotion primaire devant ses oeuvres, celle qui supplante toutes les explications qui pourraient être plus intellectuelles. Il ne faut donc pas chercher à comprendre, il faut se laisser envahir ! Son univers est doux et paisible, comme celui de ses animaux qu’on caresse du regard, qu’on voit « vivre » d’une certaine façon sous le regard maternel qu’elle porte sur ces petits êtres qui peuplent son environnement. Chantal BRUNELLE vit et dort avec sa peinture. Elle dit s’accommoder d’espace restreint en autant qu’elle puisse mettre de la musique pour peindre et se sentir libre, loin des responsabilités trop sociales. La peinture est le cadre et la toile de fond est sa vie, son quotidien... c’est par la peinture qu’elle se dévoile le plus ! Elle expose au niveau international depuis juin 2006, avec plus d’une quinzaine d’expositions à l’étranger en moins de deux ans, ce qui est exceptionnel en soi pour une artiste de la Ville de Québec. Critique d’art: Chantal BRUNELLE est une artiste qui aura une valeur nettement supérieure dans les prochaines années et qui a une carrière déjà toute tracée au niveau international, selon l’appréciation du public, de la presse étrangère et des professionnels du milieu artistique qui l’entourent et qui la soutiennent dans sa carrière.

Représentée au Canada par Art Total Multimédia, agence d’artistes C.P. 61 Succ. Ancienne-Lorette, Québec (Québec) G2E 3M2 Représentée en France par Jean-Luc Curabet, expert en art Galerie Art Zoom, BP 5 SIVA - 54810 Longlaville (France)

4


Muriel CAYET Ecole du Louvre (Paris-France) Formation d’art thérapeute PROFAC

Prix - distinctions - reconnaissance 2007 - Académicienne à l’Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec (Canada), Prix du Lion’s Club de Bourges au Salon de Saint-Florent-sur-Cher (France), Prix de peinture 7ème Salon Invierno, Galerie Esart à Barcelone (Espagne), diplôme d’Art et Culture, StMarcel, pour l’engagement dans le développement des arts (France), Prix du Public au 11ème Salon des Beaux-Arts de Magnac-Laval (France), Médaille de Vermeil, Solidarité Culturelle Française (France) 2006 - Médaille d’argent, Arts Sciences Lettres (France), Concours International Puget-Fréjus (France), Excellent Work Prize, International Art Exchange Exhibition à Kobe (Japon), Médaille d’argent, Mérite et Dévouement Français (France), Chevalier Académique du Verbano, Accademia Internazionale Greci-Marino (Italie), Médaille d’argent, Académie Internationale de Lutèce (France), Médaille d’argent, les Picturales de Longchaumois (France), Prix Athéna Bronze, Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec (Canada), Lauréate du Salon de la Rochelle, Médaille de l’Hôtel de Ville de la Rochelle (France), Prix du Conseil Général des Alpes-Maritimes au 3ème Aigle de Nice de Cristal (France), Diplôme d’honneur de la Fondation Pous et Médaille de la ville d’Auterive (France), Toile d’or par la communauté européenne par la Fédération Nationale de la Culture Française (France)

Muriel CAYET est née en 1961 près de Paris. Elle a été médiatrice pendant près de quinze ans, mais aussi conseillère littéraire et animatrice de formation; cette art thérapeute s’est spécialisée dans le récit de vie. Récit de vie comme outil de changement de sa relation à l’autre, de sa vision de soi, mais aussi comme outil de développement personnel. Artiste peintre coloriste, elle vit aujourd’hui dans le Berry au plus proche du Romantisme et de George Sand. On pourrait qualifier Muriel CAYET de « compagne de voyage » car l’art thérapie est un geste d’accompagnement à la création. « Peindre, c’est se créer soi-même », dit-elle dans l’entrevue qu’elle a accordée à Art Zoom en parlant de l’acte de peindre; de créer. L’absence de préméditation dans son acte créatif laisse penser qu’il y a un besoin vital derrière cela. Pas seulement en ce qui concerne la peinture mais aussi pour l’écriture. C’est un besoin immédiat à satisfaire. C’est en effet de cette manière que l’artiste perçoit son acte de foi à travers l’art. Lorsqu’elle parle de l’art, elle nous dit ceci « de la toile blanche à l’oeuvre réalisée, les pensées les plus profondes, les noeuds, les blocages, les désirs, prennent forme, remontent à une forme de mémoire vive qui s’exprime par le pinceau, les notes, l’écriture ou encore par les mouvements du corps, mais transformés, sublimés ou encore éloignés ». Elle nous renvoie à la connaissance de soi, de nos limites, de nos défauts, de la structure même de notre intérieur plus ou moins marqué par la vie que nous véhiculons à travers l’expérience des âges et à travers l’art, qu’il soit peint ou écrit ! « La création quelle qu’elle soit permet de donner un sens à la vie et (…) un sens à la mort... qui n’a de sens que si elle ne représente pas une fin absolue, mais une cessation d’existence; le souvenir, la mémoire, les oeuvres demeurant ». Muriel CAYET passionnée par la création et par la vie est aussi une grande philosophe. Elle avoue d’ailleurs s’émerveiller d’un rien. Elle transforme tout en action, en émotion, en influx, en énergie de vie. Elle a été nommée, en 2007, « Académicienne » à l’Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec. Elle a été reconnue experte en art par ses pairs (École du Louvre). Critique d’art: Muriel CAYET est une artiste méconnue du public québécois, qui a un énorme bagage pertinent derrière elle. Le nombre de distinctions et de prix est le premier signe d’une notoriété exceptionnelle. C’est déjà une valeur sûre sur le marché de l’art international. On la retrouve de façon régulière dans au moins treize pays, dont la France, les États-Unis, la Chine, la Principauté de Monaco, le Danemark, la Grèce, la Turquie, l’Allemagne, l’Espagne, la Suisse, l’Angleterre, le Japon et le Canada... et rien ne laisse présager qu’elle en restera là. C’est une artiste extrêmement prolifique ayant une vaste production annuelle. Le nombre de ses expositions annuelles est de cinquante en moyenne. Sa cote est à la hausse. C’est un excellent choix d’investissement.

2005 - Prix du Salon 2005 à Maurecourt (France), Toile d’or, diplôme de Créateur d’Aujourd’hui et d’artiste de la communauté européenne par la Fédération Nationale de la Culture Française (France), Médaille de bronze au Concours International d’Arts Plastiques Virtuels (France), Kokusai Bijutsu Shingika (Japon), Médaille d’argent, Solidarité Culturelle Française (France), Aigle de Nice d’or au 17ème Aigle de Nice International (France) 5

Représentée au Canada par Joe Maltais Galerie Arc-en-Ciel, 2500 rue Bourgogne, Chambly, Québec (Québec), J3L 2A8


Jean-Luc CURABET École des Beaux-Arts

Prix - distinctions - reconnaissance 2007 - Leadership Award (Canada), Certificat de reconnaissance en tant qu’artiste de niveau international pour l’ensemble de sa carrière depuis 1989 dans les pays d’Europe et d’Amérique du Nord, animateur-télé pour l’émission artistique «Art Zoom» (diffusée en France) 2003 - Reconnaissance en tant qu’expert en art par ses pairs pour le territoire européen, fondateur de Galerie Art Zoom, organisateur de l’événement artistique « Le Salon International d’Art Contemporain d’Art Zoom » (France) Depuis 2000 - Juré dans divers salons internationaux d’art contemporain en Europe et en Amérique du Nord, président d’honneur de plusieurs salons prestigieux en Europe, expert-conseil pour la mise en place d’expositions d’envergure internationale en Europe Années 1990 - Dessins signés pour les prestigieux Émaux de Longwy (France), cofondateur du Collectif International d’Artistes Art Zoom (CIAAZ), co-organisateur de l’événement artistique « Les Estivales de l’art de Longlaville » (France), instigateur de nombreux événements artistiques en France (notamment dans la région lorraine)

Jean-Luc CURABET, né en 1963, s’est intéressé au dessin à l’âge de 7 ans, en dessinant la chèvre de Monsieur Séguin, ce qui épatait ses petits camarades de classe. Plus tard, le dessin a été sa technique favorite pour séduire les filles ! L’artiste en herbe de l’époque se voyait plutôt prof de gym, avec son troisième temps français sur 400 mètres, mais sa première expo dans une banque à Longwy en 1993, aux côtés de Fabien CLAUDE, Anna Maria CUTOLO, Antoine CORREIA, Markus NINE, lui montre la voie à suivre, loin de la performance sportive. Fils de Robert CURABET, connu dans la région longovicienne pour ses inventions sur roues, Jean-Luc CURABET a donc toujours « roulé » sur les traces d’un père au génie créatif ! L’esprit inventif de cette famille peu ordinaire sera un précieux atout pour les années qui suivront… En 1995 et 1996, Jean-Luc CURABET traverse la frontière : C’est le début des expositions en Belgique et au Luxembourg. C’est en 1997 qu’il commence à organiser des événements artistiques dans la région de Longwy. Il s’allie avec le regretté Jean-Paul Seclet (décédé en 2006) pour « Les Estivales de l’art » de Longlaville. Il multiplie les initiatives au niveau de la promotion de l’art et de la culture, ce qui contribue à amener, dès 1997, une multitude d’articles de journaux en France, en Belgique et au Luxembourg. La cofondation du Collectif International d’Artistes Art Zoom (CIAAZ) en 1997 et la fondation de « Galerie Art Zoom » en 2003 seront l’une des nombreuses causes de l’attachement des médias pour ce « combattant des arts »! L’artiste ne s’est donc pas fait connaître uniquement pour son talent en tant que peintre, mais également pour avoir défendu l’art et la culture, pour avoir fait la promotion des artistes en Lorraine et pour avoir organisé, contre vents et marées, dans un monde hermétiquement fermé à la subvention et au financement privé, des événements artistiques de qualité qui sont, par la suite, devenus des références dans la région des trois frontières (France, Belgique, Luxembourg). Avec la volonté, que seul un passionné possède en lui, il a multiplié les contacts, tant en Europe qu’en Amérique du Nord vivant une double vie : celle d’un artiste et celle d’un défenseur des arts. En 2000, sa popularité est de notoriété publique et dépasse de loin la région lorraine ; on l’appelle pour faire partie de divers jurys (Biennale des Conseils Généraux de Lorraine, Univers des Arts, Salon international d’art contemporain de Libramont (Libr’Art) en Belgique, etc.). En 2003, France3 (Paris) et RTBF (Bruxelles) s’intéressent à lui, ainsi que diverses radios (Radio Aria de Longwy, Radio Ara de Luxembourg…). Il est alors reconnu par ses pairs « expert en art » et devient, par le fait même, une figure emblématique dans le milieu de l’art contemporain européen. Critique d’art: Jean-Luc CURABET est actuellement une référence en matière de néo expressionnisme aux côtés de Philippe Aïni. Il a été exposé aux côtés de Picasso, Man Ray, Félicien Rops, Goya, Rembrandt, Magritte, etc. (Galerie La Louve en Belgique). C’est un excellent choix d’investissement. Quantité très limitée d’oeuvres au Canada. Un nom incontournable pour tous collectionneurs d’art contemporain qui se respectent.

Représenté au Canada par Art Total Multimédia, agence d’artistes C.P. 61 Succ. Ancienne-Lorette, Québec (Québec) G2E 3M2 Représenté en Belgique par Guy Denis Galerie La Louve, Rue Saint-Orban, 6860 Louftémont (Belgique)

6


Josée GAUTHIER Autodidacte

Prix - distinctions - reconnaissance 2007 - Certificat de reconnaissance en tant qu’artiste de niveau international, représentée en Europe par Jean-Luc Curabet, expert en art (Galerie Art Zoom) 2006 - Finaliste au Concours National de Baie SaintPaul (Canada) 2005 - Gagnante du Concours d’oeuvres, carte de Noël, Ville de Rosemère (Canada), Finaliste au Concours National de Baie Saint-Paul (Canada), 2ème prix au Concours Jade, Galerie Bérick à Bromont (Canada) 2004 - Gagnante du Concours de signet de Blainville (Canada), 2ème Prix du Jury au Symposium Art et Passion de Ste-Julie (Canada), 2ème Prix du Public au Symposium de peinture de Rose Art, Mention à l’Exposition annuelle de Blainville Art (Canada)

Josée GAUTHIER, née en 1967, dessine depuis son enfance. Toute petite, elle ignore les poupées et les jeux pour s’emparer de ses crayons et papiers à la moindre occasion afin de s’inventer mille et un personnages. Elle oriente ensuite ses études en arts et communication, en photographie, en graphisme ainsi qu’en multimédia. Ses débuts professionnels en arts visuels ont été l’illustration et la bande dessinée. Par curiosité, elle s’aventure à la découverte des différents médiums variant selon le thème et le support choisis. Finalement, elle démontre un intérêt plus particulier pour l’acrylique, qu’elle préfère davantage pour ses possibilités dont sa rapidité de séchage et sa texture. Josée GAUTHIER s’exprime à travers des personnages colorés. Elle s’inspire des gens qui croisent son chemin et de leur quotidien, de scènes touchantes, comiques ou qui attirent simplement son attention. Elle illustre les petits moments du quotidien qui nous font du bien, nous font sourire ou encore nous font nous replonger dans nos souvenirs. Ses œuvres sont suggestives et évoquent des scènes remplies d’humour et de tendresse. Ses émotions sont traduites par des scènes épurées. Elle nous présente qu’une partie de ses sujets ou les laisse simplement sans visage. Elle accorde une importance capitale à l’imagination du spectateur qui a toute la liberté d’imaginer l’expression, la mimique ou les traits des personnages. « Dans mes tableaux ce n’est pas vraiment l’identité du personnage qui importe, mais bien la scène dont il fait partie… Ma démarche vise à vous laisser toute la liberté d’offrir à mes personnages, une identité, une émotion et un visage qui vous sont familiers, dans des scènes qui vous toucheront et vous feront sourire à votre tour ! En réalité, mes personnages ne sont pas SANS visage, mais possèdent plutôt plus de CENT visages ! » Josée GAUTHIER a participé à plus de cinquante expositions collectives au cours des quatre dernières années dont une au Nouveau-Brunswick et quatre en Europe sans compter la présentation de quatre expositions personnelles au Québec. Ses oeuvres font partie de collections privées et publiques au Canada, aux ÉtatsUnis ainsi qu’en France, dont : la Ville de Rosemère, L’Université du Québec à Hull et le Musée de Berre-les-Alpes en France. En 2006, elle a exposé pour la première fois en France, à Berre-lesAlpes, à la Galerie du Vieux Presbytère. En 2007, elle a exposé en France et en Belgique, notamment aux Estivales de l’Art de Longlaville (France), au Salon International d’Art Contemporain d’Art Zoom (France) puis au Salon International d’Art Contemporain de Libramont (Belgique). Critique d’art: Josée GAUTHIER est une artiste qui a fait ses débuts en 2007 en France et en Belgique avec trois grandes expositions. L’avenir reste néanmoins à écrire en ce qui concerne le marché international européen. Quoi qu’il en soit, sur le marché de l’art québécois, elle est cotée et reconnue.

Représentée en France par Jean-Luc Curabet, expert en art Galerie Art Zoom, BP 5 SIVA - 54810 Longlaville (France)

7


Bernard HILD Autodidacte

Prix - distinctions - reconnaissance 2007 - Certificat de reconnaissance en tant qu’artiste de niveau international 2005 - Prix Public, exposition Hussigny (France), 1er Prix du Jury « autres techniques » au Salon International de Audun le Tiche (France)

Bernard HILD, né en 1942, s’intéresse à la photographie depuis très longtemps. Sa première exposition de photos remonte à 1970. En 1974, il participe à la Coupe de France photo en compagnie de Marc Paygnard et Bernard Flamion (également de Mont Saint-Martin). Il fait ses débuts en couleur dans les années 90, au même moment où son intérêt pour la peinture débute. Depuis qu’il peint, il a participé à plus de cent vingt manifestations artistiques tant en France, en Belgique, au Luxembourg qu’au Canada. Outre la peinture et la photographie, il s’intéresse également au collage et aux techniques mixtes. Connu en Lorraine pour ses nombreuses expositions, l’artiste de Mont Saint-Martin n’hésite pas à peindre sur des thèmes précis pour toucher les gens... Bernard HILD, amoureux des images, exprime, autant en photo qu’en peinture, le long passé historique de la Lorraine sidérurgique; nostalgie des nuits orangées du Bassin de Longwy où la coulée de fer était continue. L’artiste ne cache pas ses attraits pour l’ombre et la lumière, le jeu des couleurs chatoyantes et pour ses racines lorraines. Il n’y a pas seulement la Lorraine dans son coeur, il y a également eu le Pérou en 2002 et la Thaïlande en 2003. De grandes expositions photographiques sur ces expéditions ont d’ailleurs été un franc succès en Lorraine. Plusieurs articles ont été écrits sur lui et sur ses souvenirs de voyage. Bernard HILD, toujours à la recherche de l’image parfaite, l’oeil vif, sait assurément reconnaître le détail qui fera vibrer la corde sensible des amateurs d’art. C’est avant tout un homme de partage: partage de plaisir, partage d’émotion, partage de passion. Son besoin de s’exprimer le pousse à travailler sur ce qui lui plaît vraiment. « Créer » est un véritable plaisir pour lui et il aime le partager avec les gens qui y sont sensibles. « C’est un spécialiste de l’être humain », comme l’écrira un magazine qui soulignera au passage la sensibilité toute particulière de cet homme pour les gens qui l’entourent et pour le ton de ses sujets. Bernard HILD a reçu le Prix du Public à son exposition de Hussigny et le 1er Prix du Jury « autres techniques » au Salon international de Audun le Tiche (France) en 2005. Aujourd’hui, l’artiste expose au Canada grâce au Collectif International d’Artistes Art Zoom (CIAAZ) dont il est membre. Critique d’art: Bernard HILD est un artiste d’une grande humilité, ce qui tend à rehausser tout naturellement sa cote de popularité auprès du public admiratif. De nombreux articles de journaux ont été écrits sur lui, ce qui tend à penser que les journalistes sont derrière lui et qu’ils s’intéressent vraiment à son travail. C’est une valeur établie dans la région des trois frontières (France, Belgique, Luxembourg). L’avenir reste néanmoins à écrire au niveau du marché nord-américain pour cet artiste qui a d’excellentes références et un bagage professionnel très pertinent qui lui permettra, sans nul doute, de séduire le marché nord-américain dans les prochaines années. Le prix de ses oeuvres est appelé à grimper d’ici les cinq prochaines années. Nombre très limité d’oeuvres au Canada.

8


Édith LIÉTAR

DET Coiffure et Visagisme (Péruwelz, Belgique) Certificat Stylisme de mode Académie Internationale de la mode et du design à Montréal Certificat d’analyste en couleurs et en style (Beauty for All Seasons)

Prix - distinctions - reconnaissance 2007 - Médaille d’argent - catégorie Abstraction avec le Cercle des Artistes Peintres et Sculpteurs du Québec (Canada), Pinceau d’Or 2007 Addendum (Canada) 2005 - Prix Grande Distinction - catégorie Abstraction avec le Cercle des Artistes Peintres et Sculpteurs du Québec (Canada)

Édith LIÉTAR est née en Belgique en 1945, mais vit actuellement au Québec depuis plusieurs années. Elle est diplômée en visagisme. Bien qu’elle soit autodidacte au niveau de la peinture, elle a néanmoins suivi des ateliers de perfectionnement avec Anne Van Mierlo ce qui a permis, en 2005, d’exposer de façon permanente à la galerie boutique Addendum à Verchères (Québec-Canada). Elle a suivi une formation en stylisme de mode à l’Académie Internationale de la Mode et du Design de Montréal ainsi qu’une formation comme analyste de couleurs. Dès le départ, l’aquarelle et la mode ont fait partie de ses activités artistiques dans lesquelles elle créait des robes qu’elle peignait ensuite à la main. Pendant plusieurs années, elle a été propriétaire d’une boutique de mode avant de mettre ses connaissances à profit en effectuant la recherche, la coordination et la rédaction de nombreux articles de mode et de beauté. Ses voyages et son cheminement professionnel l’ont conduite au Musée municipal d’Orense, en Espagne, en 2006, puis au Salon d’honneur de la Mairie de Nantes en France et à l’Exposition Internationale à Argenton-sur-Creuse en France, en 2007. On retrouve aujourd’hui ses oeuvres au Québec, en Ontario ainsi qu’en Europe dans des collections privées et publiques. En 2005, elle a reçu la grande distinction, dans la catégorie « abstraction », au Concours du Cercle des Artistes Peintres et Sculpteurs du Québec, mais c’est en 2007 qu’elle choisit d’orienter un peu plus sa carrière, déjà prometteuse, avec le Collectif International d’Artistes Art Zoom (CIAAZ). Critique d’art: Édith LIÉTAR est une artiste ayant un fort potentiel pour se faire connaître et reconnaître à l’international. Son style, ses sujets, sa technique sont déjà axés vers un marché international européen, un marché plus large que celui dans lequel elle est actuellement. Nos prévisions en ce qui concerne l’avenir de cette artiste sont excellentes.

9


LO (Laurent TORREGROSSA) École des Beaux-Arts

Prix - distinctions - reconnaissance 2007 - Académien à l’Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec, plusieurs demandes pour être président d’honneur lors d’événements au Québec (Canada) Années 2000 - Nombreux Prix du Public lors d’expositions en Europe et au Canada, juré dans divers salons internationaux d’art contemporain en Europe et d’événements artistiques en Amérique du Nord 1999 - Certificat de reconnaissance en tant qu’artiste de niveau international pour l’ensemble de sa carrière depuis 1989 pour avoir exposé dans plusieurs pays d’Europe et d’Amérique du Nord 1997 - Cofondateur du Collectif International d’Artistes Art Zoom (CIAAZ)

Laurent TORREGROSSA né le 20 février 1964 à Mont SaintMartin, passe son enfance à Gorcy, petit village lorrain. Enfant, il rêve de devenir dessinateur de bandes dessinées. A 18 ans il part sur la Côte d’Azur pour y être animateur de camps de vacances et saisonnier. Son rêve d’enfance toujours présent dans son esprit, quoiqu’un peu délaissé au profit des vagues, du vent et de la mer, le conduit finalement aux Beaux-Arts de Toulon. Il tombe amoureux de la Méditerranée et découvre les joies de l’acrobatie en planche à voile. Laurent TORREGROSSA, qu’on surnomme également « LO » partage ses étés et ses hivers entre la planche à voile sur la Côte et le ski dans les Alpes. C’est seulement en 1989, lorsqu’il termine sa première fresque sur la Côte qu’il songe véritablement à une carrière professionnelle en tant qu’artiste peintre. Dans les années 90, de retour en Lorraine natale, il expose dans divers endroits publics. Ses premières expositions sont des réussites. LO est reconnu comme un grand artiste presque instantanément par la presse. Dès la première exposition, la majorité de ses toiles sont vendues; les journalistes parlent déjà du talent certain du jeune homme et de ce style hyperréaliste qui commence déjà à faire couler de l’encre à son sujet. Ce Lorrain, au talent prometteur et que l’on compare parfois à Norman Rockwell, se fait connaître d’abord en France, en Belgique, au Luxembourg par son style et par ses marines, véritable signature du style de l’artiste. Entre 1990 et 1997, ses expositions se poursuivent à une cadence régulière. Il est interviewé à la radio et les journaux parlent de lui. Sa façon de vivre, tout à fait marginale, lui permet d’exprimer sur toile ses souvenirs d’une longue période de sa vie passée à la mer - mais l’oiseau de nuit se défend bien de rentrer dans le moule de la société ! Il préfère la liberté à la sécurité financière. Il se voue à sa seule passion: vivre pour peindre et peindre pour vivre ! C’est seulement en 1997 qu’il devient cofondateur du « Collectif International d’Artistes Art Zoom (CIAAZ) ». En décembre 1999, l’artiste réalise une immense scène de déjeuner sur l’herbe à la Tissot de 3,40m x 1,50m pour un château du XIXe, situé en Belgique, près de Liège. Après une année, ponctuée de plusieurs expositions et de salons internationaux, il prend des vacances au Canada où il se sent chez lui. L’an 2000 est le moment des grandes espérances: il s’installe définitivement à Québec en décembre 2000. Il devient Canadien en juin 2005. A ce jour, une douzaine de galeries d’art du Québec ont eu LO en leurs murs. Critique d’art: LO est actuellement une référence en matière d’hyperréalisme. Il est l’un des rares artistes de la Ville de Québec à vivre entièrement de ses peintures. Ses références sont excellentes dans les cinq pays où il expose de façon permanente. C’est un excellent choix d’investissement. Une valeur sûre car sa cote a augmenté considérablement entre 2007 et 2008 au Canada.

Représenté en France par Jean-Luc Curabet, expert en art Galerie Art Zoom, BP 5 SIVA - 54810 Longlaville (France) Représenté au Canada par Art Total Multimédia, agence d’artistes C.P. 61 Succ. Ancienne-Lorette Québec (Québec) G2E 3M2 Représenté en Espagne par ARTamTam Plaça del Pont s/n, 07014 Palma de Mallorca, Islas Baleares, Espagne

10


Fabienne LÖPEZ École des Beaux-Arts

Prix - distinctions - reconnaissance 2007 - Certificat de reconnaissance en tant qu’artiste de niveau international 1995 - Eclat d’Or, Ville de Cannes (France) 1990 - Coupe Mienne Picasso Tourrettes sur Loup, Alpes-Maritimes (France) 1986 - Grande Finale Prix de la Côte d’Azur (France) 1985 - Médaille d’argent, Avignon (France) 1984 - Médaille d’or, Salon d’Automne, Aix-en-Provence (France), Diplôme de sociétaire Art Expo, New York Coliseum, New York (USA) 1983 - Médaille d’or, Maine Montparnasse, Paris (France), Médaille d’argent, Arles (France) 1982 - Médaille de bronze, Arles (France), Médaille de bronze, Avignon (France)

Fabienne LÖPEZ d’origine bolivienne est née à Paris. Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, elle vit tantôt en France, tantôt en Amérique Centrale. Sa première exposition remonte à 1977. Sa peinture est partie du paysage d’après nature, pour s’orienter peu à peu vers le personnage « acteur et spectateur » de sa destinée. La figuration était utilisée comme référence et moyen de correspondance avec l’observateur. Toutefois ses recherches prennent le chemin de l’essai de simplification, en supprimant l’anecdote afin de laisser l’espace libre à un monde universel. Cet espace, elle l’a découvert dans le Sud du Maroc aux portes du désert; là où le langage est silence, couleurs, formes et ondes...Son parcours est une aventure exaltante qui la conduit jusqu’à Rabat, capitale marocaine, dans une exposition solo trois années de suite et aux Etats-Unis pour une exposition de groupe à New-York. Médaillée d’or, d’argent et de bronze, elle a accumulé au cours de sa carrière nombre de distinctions. Comme le dit si bien l’artiste: « L’oeuvre est un repère de la peinture intellectuelle. La pensée inhibe le côté naturel de l’être humain. Car trop référencé culturellement, il faut donner la possibilité à l’esprit de garder son libre-arbitre. L’amateur d’art ne doit pas subir, mais s’épanouir devant la toile ou la sculpture ». Assurément, Fabienne LÖPEZ a su se repérer à travers l’art car elle nous offre aujourd’hui près de 100 oeuvres qui ne laissent pas insensible. Ses oeuvres du Maroc, de Cuba et d’Andalousie, art plus traditionnel, nous ouvrent des horizons qui racontent leur propre histoire empreinte de chaleur autant au niveau humain qu’artistique. Ses oeuvres les plus récentes sont plus abstraites, mais illustrent malgré tout quelques silhouettes figuratives que l’on devine dans l’étude de ses oeuvres toujours très riches en luminosité. Aujourd’hui, Fabienne LÖPEZ est représentée au Canada par un agent d’artistes et est cotée autant en Europe qu’en Amérique du Nord. Critique d’art: Fabienne LÖPEZ est une artiste méconnue du public québécois, qui a néanmoins un bagage international très pertinent. Ses distinctions prouvent que son talent a été reconnu et que ses oeuvres sont très appréciées. Elle a débuté au Canada en 2007, près de 30 ans après sa toute première exposition. C’est une artiste établie, ayant une maturité artistique qui la rend extrêmement intéressante pour les collectionneurs et les amateurs d’art avertis. C’est une valeur sûre sur le marché de l’art international.

Années 1990 - Montpellier: médaille d’argent, Nancy : médaille d’or

Représentée au Canada par Art Total Multimédia, agence d’artistes C.P. 61 Succ. Ancienne-Lorette, Québec (Québec) G2E 3M2

11


Claudine LOQUEN École des Beaux-Arts

Prix - distinctions - reconnaissance 2008 - Prix France/Europe 2007 - Certificat de reconnaissance en tant qu’artiste de niveau international

Née le 22 février 1965, à Sainte-Adresse, Claudine LOQUEN baigne, dès son enfance, dans un milieu sensible à l’art et propice au développement artistique. D’ailleurs, la jeune Claudine échange ses poupées pour des pinceaux, encouragée par sa mère que l’artiste qualifie de « cultivée et très aimante » qui la regardait peindre jusqu’à trois heures du matin, alors que la jeune Claudine n’avait que neuf ans. Des prédispositions la mènent tout naturellement à des études en arts plastiques au Lycée Claude Monet du Havre, puis au Lycée Jeanne-d’Arc de Rouen (en France) où elle suit, par la suite, des cours à l’École des Beaux-Arts. Ses années d’études la conduisent à découvrir ses maîtres: Dufy, Chagall, Modigliani, Frida Khalo, Marie Laurencin... Mais c’est le visage de Berthe Morisot, à son balcon, peint par Monet, qui laisse une trace indélébile dans sa mémoire. Claudine LOQUEN poursuit ses propres recherches et peint sur toile ou sur bois, à l’acrylique et à l’huile, tout en accordant une importance croissante aux effets et aux textures. Ses débuts se font à Paris, en 2002, au Château de Bricquebec en 2003 et à Neuilly-sur-Seine en 2003. Ensuite, les expositions se succèdent à un rythme régulier, à Paris principalement, mais également en province. Aujourd’hui, Claudine LOQUEN, se positionne résolument dans l’art singulier, avec des tonalités de peinture vives qui laissent derrière elles une joie de vivre. Son évolution professionnelle a été naturelle et spontanée, à l’image de l’inspiration qui la guide dans son cheminement depuis ses débuts. Elle expose maintenant en France et au Canada. Elle a été reconnue comme artiste de niveau international en 2007 par une agence d’artistes au Canada qui la représente au niveau international depuis octobre 2007. Critique d’art: Claudine LOQUEN est une artiste qui débute à l’international. Elle a fait ses premières armes en 2007 à Québec et s’est déjà mérité une reconnaissance par les nombreux commentaires du public québécois lors de ses expositions. L’art naïf (et même parfois singulier) n’est pas très présent au Québec, néanmoins l’artiste a su séduire et interpeller les amateurs d’art par la finesse de son travail qui dégage une joie de vivre à laquelle nous ne sommes pas insensibles. Il y a tout lieu de penser qu’elle percera dans le marché nord-américain à sa façon et qu’elle prendra la place qui lui est due, à juste titre, dans les cinq prochaines années.

Représentée au Canada par Art Total Multimédia, agence d’artistes C.P. 61 Succ. Ancienne-Lorette, Québec (Québec) G2E 3M2

12


Bernadette MORA Autodidacte

Prix - distinctions - reconnaissance 2007 - Certificat de reconnaissance en tant qu’artiste de niveau international

Bernadette MORA est née à Auch en 1938. Tout au long de sa vie, elle a vécu dans diverses villes et régions de France. Le Gers, son pays natal, a façonné son caractère. Ses paysages aux vastes cieux et aux vallons doux et infinis ont influencé ses oeuvres. C’est naturellement là qu’elle a décidé de prendre sa retraite après une carrière au CNRS, consacrée surtout à l’étude de l’épigraphie médiévale - ce qui ne lui a pas apporté un épanouissement en partie à cause de son besoin de mouvement. Bernadette MORA a toujours aimé dessiner et peindre. Toutefois, elle s’y est consacrée tardivement. Elle peint depuis une quinzaine d’années, après avoir découvert que son style et ses compositions abstraites pouvaient plaire. Cette perspective l’a incitée à persévérer dans l’art. Indépendante, imaginative, fantaisiste, sont quelques qualificatifs pour décrire son activité picturale. L’artiste ne cherche pas l’imitation ou les influences, mais suit plutôt un chemin axé vers les sentiments et le ressentir. Travaillant avec de la musique ou chantant tout en travaillant, elle trace sur papier, lignes et courbes, forçant l’abstraction colorée à écrire une trame de son émotion du moment. L’instinct naturel aidant, ses couleurs forment une harmonie tonique qui reflètent sa personnalité dynamique et enthousiaste. Amoureuse de la nature, de longues promenades campagnardes, Bernadette MORA aime marcher et monter à cheval. Ses loisirs sont variés mais toujours inspirés par l’art et la recherche de l’harmonie dans l’équilibre. Ses compositions semi-abstraites, tout comme ses oeuvres figuratives, semblent être un langage symbolique où l’arbre et la nature revêtent une importance capitale. Symboles de force et de longévité, les arbres avec leur silhouette allongée, sont un peu à l’image de la carrière de l’artiste qui se ramifie et s’intensifie au fur et à mesure du temps qui passe. Bernadette MORA expose régulièrement dans sa région. Elle a été également en exposition à Paris et certaines de ses oeuvres se sont retrouvées, aux Etats-Unis, notamment à New-York, en Angleterre, en Belgique, aux Pays-Bas et même au Japon. Quelques collectionneurs privés ont le privilège d’avoir des oeuvres signées Bernadette MORA : un nom qui porte déjà la griffe du succès international. Critique d’art: Bernadette MORA est une artiste qui débute à l’international. Elle a fait ses débuts en 2007 au Canada. Il n’y a aucun doute que son bagage professionnel se développera dans les prochaines années et que ses oeuvres prendront de la valeur. Son instinct naturel affermira ses traits et l’aidera à développer plus amplement sa maturité stylistique. C’est un bon moment pour acheter car la carrière de l’artiste se ramifie et s’intensifie au fur et à mesure des années. Des collectionneurs (France, Etats-Unis, Angleterre, Belgique, Pays-Bas, Japon...) ont déjà fait le pas d’acheter.

13


PIERRE PHILLIPPE (1950-2006) Autodidacte

Prix - distinctions - reconnaissance 2008 - Prix Canada / Amérique du Nord (à titre posthume) 2007 - Certificat de reconnaissance en tant qu’artiste de niveau international (à titre posthume), membre d’honneur du CIAAZ (à titre posthume) 2006 et 2007 - représenté en Europe par Jean-Luc Curabet, expert en art (Galerie Art Zoom)

PIERRE PHILLIPPE (1950-2006) est né à Chicoutimi en 1950. De souche amérindienne (malécite de Viger) de la réserve de Cacouna, il a commencé très tôt à parcourir le Québec car son père, agent de la Sûreté du Québec, était souvent assigné à de nouvelles régions. C’est au Cap St-Ignace, à l’âge de 12 ans, qu’il a commencé à écrire et à chanter. Il a rejoint les rangs de l’Équipe Grimaldi et a accompagné les artistes de l’heure comme bassiste. Parallèlement, il était très sportif; il est devenu plus tard: instructeur de natation, instructeur de plongée sous-marine, instructeur de ski et pilote. Malgré toutes ces aptitudes, c’était la création et la chanson qui ont retenu toute son attention. Il ne vivait que pour les arts. C’est d’ailleurs à l’âge de 19 ans, qu’il a débuté une carrière d’auteur compositeur interprète. Il a vécu l’époque des boîtes à chansons, a chanté en première partie de Felix Leclerc, Clairette et Jacques Blanchet. PIERRE PHILLIPPE a été considéré comme l’un des piliers des boîtes à chansons. A cette époque heureuse, dans les années 60-70, il a fréquenté les grands de la chanson québécoise (Jean-Pierre Ferland, Felix Leclerc...) et française. Entre deux spectacles, il dessinait. C’est seulement en 1978 qu’il est devenu artiste peintre. PIERRE PHILLIPPE vivait en s’imprégnant du beau. Il a peint selon son inspiration dans un style réaliste richement coloré. Il se donnait entièrement à son art. D’ailleurs, c’est dans ses tournées de spectacles au Québec et en Europe qu’il s’est intéressé aux grands noms de la peinture. Littéralement envoûté par Gauguin et Cézanne, tout particulièrement, il a essayé de s’imprégner de ces impressionnistes en cherchant en eux son propre style. Ses couleurs pures et primaires, ses sujets d’ambiance exprimaient à l’arrivée une oeuvre vivante, vibrante d’émotion, animée d’une aura particulière qui ne laissait pas insensible. Après 28 ans de peinture, l’artiste peignait davantage des perceptions que des représentations. Il a mentionné d’ailleurs dans le magazine «Parcours» que: «(...) le paysage devient le prétexte à des états d’âme, souvent heureux, tout en relaxation, dans une palette avoisinant toujours le fauvisme et les relents de l’impressionnisme qui m’ont toujours animé». (Parcours, printemps 2006, vol. 12 no.1). De son vivant, on pouvait dire que PIERRE PHILLIPPE était un coureur des bois, près de la nature, près de la terre, près des valeurs humaines... comme le sont la plupart des Amérindiens. On sentait d’ailleurs dans ses oeuvres une certaine énergie tranquille; comme un regard porté au loin, sur une plaine sans fin, qui nous transportait au temps où il n’y avait que la nature qui régnait en maître. Cette sensation d’espace, malgré une composition limitée par la surface d’une toile ne venaitelle pas de cette paisible tranquillité qu’on ressentait en présence de l’artiste ? Critique d’art: PIERRE PHILLIPPE est un artiste qui aura eu une double carrière artistique: une carrière d’auteur compositeur interprète et une carrière d’artiste peintre. Il aura débuté sa carrière à l’international à titre posthume et récolté prix et distinctions, également à titre posthume. C’est un artiste dont la production est arrêtée et qui est établi. C’est un excellent investissement pour les collectionneurs car l’effet de rareté combiné à l’effet de la qualité fait de PIERRE PHILLIPPE un artiste recherché, de grande valeur.

14


Yves ROBERT École des Beaux-Arts

Prix - distinctions - reconnaissance 2008 - Grande Distinction Honorifique du CIAAZ 2007 - Certificat de reconnaissance en tant qu’artiste de niveau international 2006 - Académicien à L’Accademia Internazionale Greci-Marino (Italie), Grand Prix International Sandro Botticelli (Italie)

Yves ROBERT, né en 1963 à Bar-sur-Seine, occupe la profession de designer décorateur d’intérieur. De 1991 à 1993, il fait l’École des Beaux-Art de Rouen (en France). C’est en 2001 qu’il débute véritablement sa carrière en tant qu’artiste peintre et dessinateur. Il expose des aquarelles lors de « La Route du Champagne en Fête », à la Maison pour Tous de Landreville en France. Ce qui le conduit en 2002, à exposer avec un autre artiste à l’espace d’exposition de La Clinique de Monplaisir à Lyon (France) puis en 2003, en solo, au même endroit. En 2004, la Galerie Ek’Art à Metz, en Moselle (en France) l’accueille pour une exposition d’aquarelles. Des publications ont vu le jour en 2004, notamment sur le site d’édition en ligne (www.buvard.org). « Kali : récit photographique d’une transformation » relate sa première expérience de collaboration avec le photographe parisien Patrick Wecksteen. Puis « Kali » (le portrait) fait son apparition dans le premier numéro de la revue « Photo Fan ! » où un article est consacré à Patrick Wecksteen. En 2005, le Dictionnaire Drouot Cotation Artiste 2005 (aux Éditions Larousse) publie deux de ses œuvres. A l’Espace Champerret à Paris (France), lors du Salon de l’Art du Nu, on retrouve Yves ROBERT lors d’une exposition et d’une démonstration en public de peinture sur corps. Il participe également pendant cette même année au 9ème festival des aquarellistes à Bagnols en Beaujolais (France) et au 1er festival « Les Arts en Fête » à La Clayette en Bourgogne du Sud (France). Il accorde au passage une entrevue en juin 2005 pour le compte d’Art Zoom, collectif international d’artistes dont il est membre. Yves ROBERT est également affilié à l’Association professionnelle d’artistes « Regards », à la « Maison des Artistes » en France, à la Société artistique de Charlesbourg (Canada), etc. Critique d’art: Yves ROBERT est un artiste qui a déjà un certain bagage international derrière lui, notamment en Italie, en France et au Canada. Sa programmation d’expositions pour 2008 au Canada annonce la couleur d’un futur succès. C’est un artiste extrêmement bien coté: Drouot Cotation (Éditions Larousse en France), Cambridge Expertise (Angleterre), Dizionario enciclopedico internazionale d’arte moderna e contemporranea (Italie), de Roussan (Canada), ArtZoom (Canada), etc. Plusieurs professionnels du milieu artistique sont derrière lui et croient en son avenir. Très bon choix pour les investisseurs.

Représenté au Canada par Art Total Multimédia, agence d’artistes C.P. 61 Succ. Ancienne-Lorette Québec (Québec) G2E 3M2 Représenté en France par DS&I Corporation 191, rue Saint-Honoré, 75001 Paris (France)

15


Naïma SAADANE Autodidacte

Prix - distinctions - reconnaissance 2008 - Grande Distinction Honorifique du CIAAZ 2007 - Certificat de reconnaissance en tant qu’artiste de niveau international 2006 - 2ème prix au Festival International des arts numériques dans le Val d’Argent (France) 2003 et 2004 - Demi-finale pour le concours Quasart (France) 1993 - 1er Prix d’affiche placard du Mouvement Culturel Berbère (Algérie) 1987 - Prix du concours d’affiches par Radio France Internationale (France)

Représentée au Canada par Art Total Multimédia, agence d’artistes C.P. 61 Succ. Ancienne-Lorette Québec (Québec) G2E 3M2

Née à Annaba en 1957, ville fortement teintée d’histoire, en Algérie, Naïma SAADANE, artiste numérique, artiste-peintre et sculpteur, a poursuivi des études universitaires à La Sorbonne à Paris (en France) en analyse et politique économiques. A la fin de ses études universitaires, de retour dans son pays natal, elle a enseigné les mathématiques dans des centres de formation professionnelle et elle a travaillé en tant qu’adjointe d’éducation dans un lycée. En 1987, on lui a décerné un prix lors d’un concours d’affiches, organisé par Radio France Internationale. En 1993, elle a obtenu le premier prix d’affiche placard (l’affiche fut tirée à 5000 exemplaires); le concours était organisé pour le mouvement culturel berbère en Algérie. Plusieurs pays ont contacté l’artiste algérienne pour des expositions internationales. Naïma SAADANE a été sélectionnée deux fois en demi-finale pour le concours Quasart en 2003 et en 2004. Le concours en question comptait 163 candidats provenant de 18 pays différents, dont 30 artistes seulement sont parvenus en demie finale. Elle a participé à de nombreux projets de mail’art (art postal), notamment avec Art Zoom afin d’amasser des fonds pour Greenpeace, La Croix-Rouge, Kiwanis International et pour la lutte contre la Sclérose en Plaques. En 2006, Naïma SAADANE s’est vu décerner le 2ème prix lors du Festival International des arts numériques dans le Val d’Argent (France) pour l’oeuvre complète «Gestation souterraine» (formée de 4 oeuvres: Harmonie 1, Harmonie 2, Source de vie, Envol) qui se déroulait du 2 au 4 juin 2006 sur la thématique «Les Mondes souterrains». En 2007, Naïma SAADANE expose pour la première fois au Canada, dans des expositions à thème: «L’Éveil du printemps», «Bleu, couleur dominante», «Abstractions» et «Légendes, contes et mythes» à la Galerie La Gwal’Art à Cap-Rouge (Québec) et obtient un certificat de reconnaissance internationale en tant qu’artiste de niveau international. Aujourd’hui, elle est cotée tant en Amérique du Nord qu’en Europe. Critique d’art: Naïma SAADANE est une artiste méconnue au niveau du marché nord-américain. C’est une artiste discrète qui a fait très peu parler d’elle en 2007, malgré ses expositions au Canada. Plusieurs professionnels du milieu artistique soutiennent néanmoins l’artiste de façon continue et croient fermement en son avenir au niveau international. C’est une artiste qui est de plus en plus sollicitée pour des expositions d’envergure internationale dont la carrière va prendre un véritable envol très bientôt. Excellent choix pour les collectionneurs d’avant-garde.

16


Dominic TAPIN DEC en arts plastiques Cégep de Ste-Foy (Québec-Canada)

Dominic TAPIN est né en 1975 à Loretteville. Le dessin a toujours fait partie de sa vie. C’était sa façon de s’isoler du reste du monde lorsqu’il était plus jeune et de vivre dans un univers particulier qui s’est développé, par la suite, avec des cours d’art au Cégep. Pendant deux ans, il touche à plusieurs médiums : peinture, sculpture, installation, etc., mais c’est la peinture qui retient toute son attention. Il se cherche à travers différents peintres, sans toutefois se laisser influencer par eux. C’est par admiration, non par influence, pour Picasso et HR Giger qu’il passe du dessin à la peinture. L’acrylique s’impose à lui de par sa simplicité et sa rapidité de séchage. Quatre étapes composent ses créations : le fond musical sur lequel il crée, le dessin à l’échelle sur la toile, la création et composition des couleurs et le trait noir qui sépare toutes ses formes. C’est l’équilibre des couleurs dominantes avec un jeu d’ombres et lumières qui est l’étape la plus intéressante dans son processus de création.

Prix - distinctions - reconnaissance Présentement en nomination pour des prix et des distinctions

La peinture est perçue, pour Dominic TAPIN, comme un besoin vital d’expression. C’est également le besoin de s’évader du monde réel pour quelques heures et de créer quelque chose qui soit esthétiquement équilibré libre d’influence artistique particulière. On peut donc dire avec certitude que ses œuvres sont la transcription d’une liberté créatrice née d’un besoin d’expression et d’évasion. La peinture fait partie intégrante de sa personnalité, au même titre que la musique et le sport - le hockey plus particulièrement. Il débute sa carrière artistique en 2006 avec la complicité et le soutien de son frère, Sylvain TAPIN (également artiste peintre), avec qui il expose en 2006 et en 2007. Ce duo, bien loin de l’esprit de compétitivité, a contribué à développer, depuis leur première exposition ensemble, une activité artistique plus productive pour l’artiste. Aujourd’hui, Dominic TAPIN est membre du Collectif International d’Artistes Art Zoom (CIAAZ) et il est coté autant au Canada qu’en Europe. Son potentiel à devenir un artiste de niveau international est indéniable pour l’agent d’artistes qui va le suivre de très près pendant les prochaines années. « Ce n’est qu’une question de temps, à présent, puisque des gens ont misé sur lui pour le pousser dans les sphères les plus enviables du marché de l’art contemporain ». Critique d’art: Dominic TAPIN est un artiste qui a tout pour réussir. Il possède déjà une signature artistique et une démarche très pointue. C’est un artiste en voie de développement avec un excellent potentiel.

artiste de la relève 17


Sylvain TAPIN DEC en arts plastiques Cégep de Ste-Foy (Québec-Canada)

Prix - distinctions - reconnaissance Présentement en nomination pour des prix et des distinctions

Sylvain TAPIN est né en 1977 à Québec. Dès son plus jeune âge, il démontre un intérêt marqué pour les arts. Il débute avec le dessin qui devient une véritable passion. À l’école, tous les projets d’arts plastiques sont des moments hors du temps et de l’espace où seul l’univers de la création existe. A l’adolescence, c’est l’option « arts plastiques » qui s’impose à lui comme une évidence. Il passe cinq ans à développer son talent à travers les cours qui sont dispensés à son école. Il poursuit son apprentissage au Cégep de Ste-Foy où il expérimente différents médiums et différentes techniques. Une nouvelle passion prend le dessus sur le dessin; la peinture devient alors son moyen d’expression principale qu’il poursuit depuis ce jour. Il décide de s’y investir totalement, avec le désir et la volonté d’aller plus loin et, éventuellement, d’en vivre. Sa carrière artistique débute en 2006 dont deux expositions ont été faites avec son frère, Dominic TAPIN (également artiste peintre), avec qui il expose à Québec depuis 2006. Ce duo, bien loin de l’esprit de compétitivité, a contribué à développer, depuis leur première exposition ensemble, une activité artistique plus productive chez l’artiste. Ses premières expositions le mettent donc sur la voie qu’il s’est tracé, mais c’est son adhésion au Collectif International d’Artistes Art Zoom (le CIAAZ), en 2007, qui contribuera à l’ancrer plus solidement au coeur d’une dynamique plus productive et plus axée sur les expositions d’envergure. Critique d’art: Sylvain TAPIN est un artiste qui a un excellent potentiel d’avenir. Sa démarche est pertinente. L’avenir reste à écrire pour lui, mais il va assurément dans la bonne direction. C’est un diamant à l’état brut.

artiste de la relève 18


Pour acheter un exemplaire de ce catalogue d’exposition, contactez

Art Total Multimédia C.P. 61 Succ. Ancienne-Lorette Québec (Québec) G2E 3M2 Canada Service aux artistes: agence@artzoom.org Site du Collectif International d’Artistes Art Zoom (CIAAZ) géré par Art Total Multimédia: www.artzoom.org


www.artzoom.org


Le Catalogue d'exposition