Page 93

contrainte lorsque l’on fait appelle à d’énormes entreprises de construction. Pour se faire, le projet allait se développer en deux phases : la création d’une double peau isolante dans un premier temps et en un démantèlement de l’ancienne structure dans un second temps. De plus, il fut décider par l’agence de ne faire appelle qu’à de petites entreprises locales, connaissant les lieux, qui ne seraient ainsi pas considérées comme de réels inconnus. Tout était pensé de manière à ne pas bousculer la vie de la rue Auguste-Delacroix et de ces habitants. Les ferrailleurs continuaient de travailler sur la chaussée, au coté des ouvriers tout juste installés dans une maison mitoyenne réhabilitée pour l’occasion et offrant une nouvelle opportunité de rencontre pour tous. L’imprévu avait aussi sa place au sein du chantier : le chômage étant particulièrement présent dans le quartier, ce fut aussi l’occasion pour certains habitants s’étant lié d’amitié avec des ouvriers, de venir travailler à leurs cotés et de se former à l’art de la menuiserie ou de la maçonnerie. Le dernier temps du chantier, après avoir réaliser un travail spécifique pour chacun des intérieurs, fut de redonner une identité visuelle commune au quartier : Sophie Ricard fit appelle à l’artiste coloriste Anne-Sophie Lecarpentier afin de repeindre chacune des façades, tout en laissant le choix de la couleur aux locataires. La réappropriation des lieux par ce geste fort, était alors pleinement accomplie. Ce projet de réhabilitation des soixantes maisons sociales de la rue Auguste-Delacroix, originalement vouées à la destruction,

93

Profile for Arthur Vallerault

Architecture du dialogue  

Mémoire de master, soutenu en janvier 2017. Architecture thesis.

Architecture du dialogue  

Mémoire de master, soutenu en janvier 2017. Architecture thesis.

Advertisement