Page 92

des besoins de chacun et de l’état de chacune des maison. Les problématiques récurrentes concernaient notamment l’isolation, le chauffage et la plomberie du fait de la construction à la hâte de ces logements. Résidant pour la plupart depuis de nombreuses années dans la rue Auguste-Delacroix, l’idée de changements aussi radicaux pouvant affecter leurs modes de vie semblait inquiéter certains habitants. La réponse imaginée par Sophie Ricard a pris plusieurs aspects : tout d’abord, il s’agissait de mettre les usagers en capacité d’exprimer leurs besoins en les confrontant aux outils de plan et croquis. L’intérêt n’était pas ici de parvenir à un dessin ultra-réaliste, tel que nous avons aujourd’hui l’habitude de voir au travers de nos perspectives, mais d’initier une population novice aux codes de la planification architecturale. Cela permis notamment à ceux ne sachant pas écrire de s’exprimer, et à d’autres dont l’expérience professionnelle les avait confronté au monde du bâtiment, de dialoguer plus techniquement avec la jeune architecte. Ce laborieux travail d’expertise dura près de six mois. Le véritable intérêt de cette démarche réside pour moi dans l’occasion offerte aux usagers d’une réelle appropriation des lieux qui n’aurait sûrement pas été possible avec le travail de l’ANRU. Cela se justifie d’autant plus quand on pense à la montée de l’individualisme dans les modes de vie qui est contradictoire avec la volonté des bailleurs de conserver des logements « blanc comme neige », vierge de toutes traces d’un quelconque passage, pourtant porteur de l’histoire de son précédent usager. Une autre condition particulière du projet était que le chantier devait avoir lieu sans nécessiter la délocalisation des habitants : une lourde

92

Profile for Arthur Vallerault

Architecture du dialogue  

Mémoire de master, soutenu en janvier 2017. Architecture thesis.

Architecture du dialogue  

Mémoire de master, soutenu en janvier 2017. Architecture thesis.

Advertisement