Page 77

son discours sur une connaissance de son corps de métier particulièrement efficace. À l’inverse, le maçon va être en capacité de partager sa connaissance, d’exprimer toutes les possibilités à développer et ainsi de prendre part à la conception d’un projet l’appuyant de sa vision technique. L’architecte est alors celui qui va permettre de sortir du système standardisé en favorisant les interactions et en provoquant l’éloignement du modèle : « Il faut écarter le plus possible les modèles dévastateurs en architecture, … et mettre toute son énergie dans l’expérimentation de la situation et non dans l’application d’un modèle ». 41 Le philosophe français Michel Onfray peint une caricature réaliste quant à l’avenir de l’architecte qu’il nomme « principe de contre-renardie ». Il évoque la figure de l’architecte de droit divin, si tant est qu’il eu jamais existé, qui s’appuie sur une hiérarchie royale et revendiquant une injonction divine comme raison de son activité. Cette image, évidemment tournée en dérision, lui permet d’énoncer l’idée de l’architecte « communautaire » en opposition avec la première : cet architecte dépeint comme un artisan qui se veut au service de l’homme, fait écho à la définition de l’acteur de la pratique de P. Bouchain. Il dénonce de la même manière ce qu’il présente comme un « plaisir iconophile », cette pensée de l’architecture qui se réalise plus dans son idée que dans son fait. Ce que l’on retient du propos de Michel Onfray, c’est que l’architecture n’est pas une fin en soi, mais elle est prétexte à la transmission, à l’échange et en définitive au dialogue. On trouve donc une 41

Patrick BOUCHAIN, Construire Autrement, Arles Éd. Actes Sud, Septembre 2006, p.41

77

Profile for Arthur Vallerault

Architecture du dialogue  

Mémoire de master, soutenu en janvier 2017. Architecture thesis.

Architecture du dialogue  

Mémoire de master, soutenu en janvier 2017. Architecture thesis.

Advertisement