Page 1

HEUREUX! Sortie : 2 mars 2018

REVue DE PRESSE


n° 70 | Avril/Mai 2018


5 avril 2018


1er mars 2018


3 avril 2018 Ouest-France Mardi 3 avril 2018

ncée

Ange n’est pas près d’atterrir

n festival ce

a vérité sur l’affaire Harry Québert. ccession.

ernationales… Il proposera en avantremière la nouvelle série de HBO, uccession. Et se clôturera avec la rojection de deux épisodes de la érie allemande Babylon Berlin. « Le lus gros budget jamais consaré à une série non-anglophone », araît-il.

ui va gagner le Trône de fer ? ur le papier, c’est Lille et son proramme à la fois pointu et populaire. e trône de fer original, pour lequel e battent les personnages de cébre la série y sera exposé pendant oute la durée du festival. Faut-il y voir n signe ?

Pascale VERGEREAU.

ecins

Croyez-le ou non, si vous vous rendez chez votre disquaire, il n’est pas impossible de trouver Ange dans le rayon « nouveautés ». Erreur ? Aucunement. Le groupe français – qui fêtera l’an prochain ses 50 ans de carrière – vient de sortir un album s’intitulant, tel un cri du cœur : Heureux ! Pour ceux qui ne connaissent pas bien la portée de sa musique, un retour en arrière s’impose. Avec des groupes comme Magma ou Art Zoyd, Ange fait partie des pionniers d’une mouvance artistique en vogue dans l’Hexagone dans les années 1970 : le rock progressif. Puisant dans la sève de nombreuses et brillantes expérimentations pop d’OutreAtlantique, Ange se trouve à la croisée de différents genres, du folk à la variété en passant par la poésie et la chanson de geste médiévale.

Un esprit libertaire Ange baigne dans un climat postsoixante-huitard animé par un esprit libertaire et ouvert aux univers fantasmagoriques. « Des gens prenaient des risques pour s’offrir des rêves », souligne Christian Décamps, chanteur et membre fondateur. Commençant en 1970 à produire un opéra-rock hallucinant de trois heures, le groupe a tapé dans l’œil d’un certain… Johnny Hallyday. En 1972, le voilà en première partie de l’idole des jeunes lors d’une mémorable tournée sous chapiteau. Bien que la formation, originaire de Belfort, ait changé à plusieurs reprises (le fils de Christian Décamps a notamment succédé au frère), Ange

Ouest-France

Canneseries/Séries Mania/HBO

Musique. Fondé en 1969, Ange sort un nouvel album et reprend la route avec son Heureux Tour, suivi par un public fidèle.

Christian Décamps à la tête de Ange depuis 49 ans !

n’a jamais cessé d’exister, et aurait vendu plus de trois millions d’albums au cours de sa fructueuse carrière. Surtout, Ange s’est beaucoup baladé. « On a trimbalé la langue de Molière au Mexique, au Japon, au Portugal… » confirme le leader. Aujourd’hui, pas question de faire dans la nostalgie, façon Âge tendre. Lors de son récent concert à Caen, le groupe a fait la part belle à ses nouveaux morceaux devant plus de 500 personnes. Décidément, Ange is not dead. Heureux !, Artdisto/L’autre distribution, 10 titres.

Repéré Décès du critique grastronomique Marc de Champérard

Le critique gastronomique Marc de Champérard est décédé, hier, d’un arrêt cardiaque, à 70 ans, à son domicile parisien. De son vrai nom

René Pérard, il avait lancé en 1982 le premier Guide Champérard et œuvrait pour démocratiser la gastronomie.

Réformer le bac : oui, mais comment ? Enseignement. Le baccalauréat actuel ne permet pas une juste


21 Février 2018


21 Février 2018


mars 2018


mars 2018


MAI 2018


15 fĂŠvrier 2018


19 mars 2018


15 fĂŠvrier 2018


19 fĂŠvrier 2018


15 fĂŠvrier 2018


22 fĂŠvrier 2018


fĂŠvrier 2018


23 février 2018

Vendredi 23 février 2018

NANCY > Concert

L’Autre Canal des Ange

VENDR LOTOS

BÉNAMÉNIL

Loto Organisé pa r é s e Tél. 03 83 7 des portes à À 20 h 30. Rue du Taco Date limit 2 mars 2018

LARONXE

Loto Organisé pa À 19 h 30. Rue de la R tion au 06 7 2 mars 2018

THÉÂTRE

HARAUCOUR Le groupe Ange a donné des ailes au public de L’Autre Canal, hier. Photo Pierre MATHIS « Sans le public, l’artiste n’est qu’un leurre ». Ce sont les premiers mots de Christian Décamps, chanteur du groupe Ange, à la salle, remplie et survoltée, de L’Autre Canal, hier soir. C’est cette salle de concert que le groupe franc-comtois a choisie pour une résidence avant de lancer une tournée anniversaire de 2 ans. Le public est toujours fidèle au poste, même après 50 ans ! Les fans de

la 1re heure ont pris un coup de vieux, mais, hier soir, ils retrouvaient toute leur jeunesse. Ange, une cure de jouvence ? C’est peut-être le secret de Christian Décamps, qui met toujours le feu à la scène, même à 71 ans passés. Dès la 1re chanson, « L’Autre est plus précieux que le temps », issue du nouvel album, il danse, saute… Bref, il assure le show. Il débarque même sur scène avec

une chouette empaillée à la main. Les fans sont venus de tout le Nord-Est de la France pour applaudir l’idole de leurs 20 ans. À L’Autre Canal, ça chante de vieux morceaux du groupe, mais aussi des nouveaux. Et, finalement, le titre du dernier album, « Heureux ! », résume très bien l’état d’esprit général.

Camille CHRÉTIEN

« L’auberge Théâtre pro À 20 h 30. S rottin. Rue 5 €. Ré 03 83 46 9 2018

SAMED LOTOS

HAROUÉ

Loto Organisé pa d’Haroué-B


26 fĂŠvrier 2018


27 février 2018

► ARTS ET SPECTACLES GROUPE CULTE. Ange sort son 44e album, et le fête le 4 mars au Mediator.

OPER

Un Ange repasse

« C’ ave

A

p c P Prod p mars à lais de pignan rette d C’est m tuellem tionale Sur d Franci cle est cation Malgré opéret jouée 1955. Petit ra après d’un no mouli teur A fait ap cubai très r pays, chans Chaba l’artist mière

ujourd’hui on interviewe le Père Noël. 72 ans au compteur, Christian Décamps, né un jour d’été à Héricourt, le 11 août 1946, est le gardien des clés. Ange. Ce nom sonne pour les post soixante-huitards comme un rêve jamais éteint. Du Moyen- Âgeux, des poèmes pour des Roland de Roncevaux du Larzac, du fanatisme de cirque et des shows qui pendant bientôt cinquante ans (Ange s’est formé en 1969), ont laissé une trace de fusibles cramée, dans ce qui reste de neurones à ces peuplades élevées au lait de brebis communautaire. Ne soyons pas nostalgiques, comme nous l’explique si bien Christian Descamps, du fond de son St Bresson dans les Vosges, son havre de paix, où il ressource sa prose et s’apprête à faire paraître son 44e album le 2 mars. Deux jours avant son concert au Mediator à Perpignan. Belle avant première. Entrevue : Si Ange débutait au XXIe siècle, qu’elle serait sa position artistique ?

De la même façon qu’en 1970. Je serais toujours attiré par la poésie. Je serais dans la mouvance de groupes comme Radiohead. Pour les thèmes, l’actualité, elle, n’a pas changé. Mais la technologie si. Je pense que l’être humain est en régression, c’est ce que j’écris dans le dernier album. Mais face à l’impossible, on peut tout espérer. C’est ça ma devise. L’album s’appelle « Heureux » et c’est une citation de Jean-Louis Trintignant au Festival de Cannes, qui m’a donné envie de l’intituler

CINÉMA

A

◗ Ange passe à table au Mediator le 4 mars.

ainsi, et qui dit : « Et si on essayait d’être heureux, ne serait-ce que pour donner l’exemple ». C’est le point de départ de cet album. Pourquoi Ange perdure ?

Car on apporte de l’imaginaire aux gens dans cette époque à déprimer un clou. On écrit pour l’inconscient, dans la soif de l’inconnu. La vie humaine n’est qu’une utopie. Pendant deux heures, durant les concerts c’est un acte de générosité, il faut faire sortir les gens de leur quotidien. Il ne faut pas que les chansons ressemblent à des reportages. Les poètes sont là pour ça, pour éveiller les esprits. Ange est un artisan du rêve. En 1972, à vos débuts, vous aviez fait la première partie de Johnny lors de sa tournée « Johnny Circus », quels souvenirs vous

« Manifesto » ce soir à Jean-Vigo e soir à 19 h 30, l’ins-

restent-ils de cette période faste ?

J’en garde des souvenirs extraordinaires. On jouait en levé de rideau et ça a été bénéfique pour nous. Pour lui à cette époque il était au creux de la vague. Cette tournée fut un fiasco. Un après-midi, j’étais en train de boire une bière sous un parasol derrière la scène, et Johnny est venu me rejoindre, seul, il n’avait pas la clé de sa loge et ne trouvait pas son secrétaire. Donc il s’est assis avec moi, je suis allé lui chercher une bière dans ma glacière et c’est là qu’il m’a avoué, qu’il aimerait comme moi, faire aussi partie d’un groupe. Il aurait aimé que le sien s’appelle Smet, parce qu’il disait que Johnny Hallyday ça faisait ringard. Il était dans une phase où il se cherchait. On le croyait foutu, mais il s’est toujours relevé de tout. C’était

THÉÂTRE AMATEUR

Photo : Quentin Pruvost

une vraie bête de scène. J’ai beaucoup appris en le regardant. C’était une force de la nature. Mais j’aime pas parler des gens à l’imparfait. J’ai aucun album de lui mais je connais son répertoire par cœur. C’est quoi une vie d’artiste à 72 ans ?

La nostalgie c’est un fléau. Quand je monte sur scène j’ai encore le trac. J’ai toujours comparé Ange à un arbre. À un chêne, avec ses racines, sa sève et ses fruits. La vieillesse m’apprend le recul, j’ai toujours envie de créer ce que j’ai dans ma tête. La sagesse, c’est la sérénité, c’est aussi ça une vie d’artiste. Thierry Grillet

➤ Concert dimanche 4 mars à 18 h 30 au Médiator, à Perpignan. Tarif : 23 et 20 euros. Rens. et rés. 04 68 62 62 00 - elmediator.org

« Un supplément d’âme théâtrale » amedi 3 mars, ne ra-

COMÉ

Prol


23 fĂŠvrier 2018


pole. « La décision de baptiser une rame au nom de l’entreprise a été prise en concertation avec le maire à l’issue du conseil municipal le 28 septembre dernier », précise Jean-François Soulard. C’est la rame « Cénomane » qui a été débaptisée pour prendre de nom de « Carel Fouché ». « Ça a un sens de

vail », explique Daniel Denis. « On disposait d’un plan de masse au 1/500e et on a utilisé une maquette plus petite d’un autre adhérent pour mesurer les hauteurs des bâtiments ». C’est un modèle réduit de voiture de train à l’échelle L qui a conditionné la taille de la maquette de l’usine de construction de matériel roulant.

4 mars 2018

Daniel Denis et Daniel Brulé, deux anciens salariés de Carel et Fouché. Réalisée entièrement en carton, la maquette trouvera sa place dans le

Muséotrain de Semur-en-Vallon.

« Un concert, c’est un acte de générosité » ENTRETIEN A l’occasion de la sortie de son album « Heureux », le groupe de rock progressif « Ange » s’arrêtera à l’Oasis, le 15 mars. Rencontre avec Christian Décamps, le fondateur du groupe. « Le Maine Libre » : Présentez-nous le groupe « Ange » ? Christian Décamps : « C’est une aventure extraordinaire, hors du temps et hors du commun qui a commencé en 1970. J’ai fondé le groupe avec mon frère Francis et des potes. Onrépétaitdansuneécuriedésaffectée. Puis on est parti sur les routes. On a réussi à obtenir un contrat avec la société qui aujourd’hui s’appelle Universal. Et ce sont plus de six millions d’albums vendus et six disques d’or après 50 ans de carrière. J’ai joué avec mon frère pendant 25 ans et mon fils Tristan a pris le flambeau

au clavier et à la voix depuis 95. C’est une belle histoire de tribu ».

Qu’est-ce qui a fait votre succès ? « C’est la vie, l’amour, la mort et l’imaginaire, tout ce qui donne du grain à moudre au poète. C’est surtout aussi le bonheur de créer pour les autres et de le partager ensuite sur scène. Un concert, c’est un acte de générosité. C’est pour un artiste assimilé a de la souffrance et de la jouissance. C’est donner tout ce que l’on a dans les tripes. » Que retrouve-t-on dans ce concert, L’Heureux Tour ? « C’est avant tout, le nouvel album « Heureux » qui est sorti le 2 mars. Puis on va picorer dans toutes les décennies et nos albums pour satisfaire le public qui représente aujourd’hui trois générations. On a bien sûr des reprises, c’est incontournable, comme « Ces gens-là », chanson que l’on a adaptée en 73 avec l’accord de

Le groupe de rock progressif Ange. Jacques Brel ». Vos meilleurs souvenirs ? « Le souvenir impérissable reste le Reading Festival en août 73 en Angleterre. Nous avons joué à 14 heures devant 30 000 personnes et le public a fini debout. En 77 également, le pa-

Photo Alexandre MARCHI

lais des sports, porte de Versailles à Paris, puis les festivals de rock progressif au Mexique, Japon, Russie et États-Unis que nous avons visités ». Ange à l’Oasis, jeudi 15 mars à 20 heures. Tarif 32,50 €.


5 mars 2018

er - Voir

h pose  s  onel  on vol  où le  frions  ne  mbran)

L U N D I 5   M A R

ROCK

Passage d’Ange heureux Enregistré lors d’une résidence à l’ED & N de Sausheim, le nouvel album « studio » du groupe Ange a été conçu face à un public  privilégié. Défi élevé, « Heureux » devient le fils légitime d’un moment de bonheur partagé pour l’éternité. depuis bientôt 50 années, et ce malgré tous les changements d’équipage Le bonheur se savoure en apesanteur. autour d’un Christian Décamps soliCelles et ceux qui ont épousé la cause  dement agrippé au gouvernail. angélique ont conscience que la nuit  de  noces  relève  d’une  fantastique  Solide et indocile épopée que le groupe belfortain luimême n’avait osé imaginer du temps  Heureux ! Citant Jacques Prévert (« Et du Général Machin en 1970. Pour les  si on essayait d’être heureux, ne se« uns fidèles » de cette première heu- rait-ce que pour donner l’exemple »),  re, Ange pourrait avoir perdu l’éclat  le message de l’an 2018 est clair. Ange des couleurs d’origine du Cimetière  contourne le mur des lamentations  des Arlequins à Émile Jacotey en pas- pour  donner  à  son  public  les  clés  sant  par  les  Fils  de  Mandrin.  Mais  d’une extase amoureuse ininterrompour nombre d’autres, le navire rock  pue. Christian, le Père, enchaîne les  persiste à progresser au-delà du délire lettres, déchaîne les rimes, joue avec  les mots et déjoue les maux du Charabia, s’abreuvant à la source d’une ins- Jeune groupe de 50 ans, Ange fera son retour sur Cène le 11 mars dans son fief de piration  inépuisable.  Mais  où  va-t-il  Belfort. Photo Quentin Pruvost chercher tout cela ?  musical à la gloire d’un rock solide et  6 octobre 2017 avec l’enregistrement Homérique, Nancy-Jupiter à la nage  indocile. Les interventions du guita- de cet album entier face à 600 persons’affirme en nouvel itinéraire de bra- riste  Hassan  Hadj  tutoient  les  ga- nes aux anges. Six mois plus tard, il  voure où le Fils, Tristan, partage le mi- laxies, propulsées par une rythmique  est temps de les rejoindre au paradis. cro et ouvre les grandes orgues. Très  toujours prête à franchir le seuil de  en verve et fort en voix, le poète dit  l’audace. • Heureux  (Art Disto) toute sa fierté de vivre (À Tort ou à  • Ange sera en concert sur ses terres raison) et salue son « jour de chance » Le message d’Ange heureux est lancé. dimanche 11 mars, 18 h à la Maison du tandis que les gamins érigent l’édifice L’ED & N de Sausheim l’a capté 5/5 le  peuple de Belfort (Tél.03.84.21.39.19). Auguste Adrien

AVANT-POP

JAZZ

tUnE-yArDs

Keith Jarrett Trio

Su No au plu ave a p (Te zai d’u aig bra cro tés che ba ne gré (Th se 

Osez la  différence :  ce  duo  américain  du  Connecticut Un  merveilleux  concert  de  1998,  alors  que  le  pianiste délivre une édifiante pop aventureuse et remuante. américain sortait de deux années de silence forcé. À l’instar d’Eurythmics, tUnE-yArDs  met en commun une chanteuse (Merril Garbus) et un musicien touche-àtout (Nate Brenner) au service d’une  pop pointue, finement produite et  souvent très dansante. La comparaison s’arrête là. Merril Garbus dispose  d’un surprenant registre vocal mais  l’on aurait plutôt ici affaire à une Annie Lennox totalement barrée. Le bassiste Nate Brenner prépare quant à lui un  cocktail sonore simplement inclassable. La pop de tUnE-yArDs sort des sentiers battus, sauvegardant tout juste  la pulsation rythmique histoire d’inciter l’auditeur à se tortiller l’imagination dans des chorégraphies mentales dignes de Christine & The Queens.  tUnE-yArDs joue la carte de l’imprévisible à tout instant, posant un flow  ragga entre deux mélodies, un saxo  jazz, des séquences d’electro pure, 

C’est un peu comme si on suivait son  actualité avec vingt ans de retard. Fin  2016, A Multitude of Angels exhumait  quatre concerts donnés par Keith Jarrett en solo, en 1996. Début 2018, After The Fall documente son retour sur  scène en trio, en novembre 1998 à  Newark, New Jersey. Entre les deux, le génial pianiste américain, atteint du  syndrome de fatigue chronique, avait  été forcé de faire un break. D’où le titre de cet enregistrement public, capté  non loin de chez lui, entouré de Gary  Peacock à la contrebasse et Jack DeJome album terriblement foutraque et  hnette à la batterie, ses fidèles parteaddictif, le tandem américain rend ac- naires depuis 1983. Le maître prouve  cessible une certaine création expéri- qu’il a remonté la pente, toute l’équimentale, déjouant toute construction pe apparaît en pleine possession de  « classique » tout en posant les bases  ses moyens (sinon, ce live n’aurait cerd’une déferlante néodisco millésimée tainement pas vu le jour), porté par un XXIe siècle. Un coup de maître. public heureux de célébrer ces retrouvailles. Le programme revisite des 

ple de Charlie Parker, Doxy de Sonny  Rollins, Moment’s Notice de Coltrane…). Si l’on peut juger le résultat  moins sidérant que celui des concerts  solo « d’avant la chute », l’inventivité  et la fluidité des arrangements, la  complicité et la précision des musiciens font de ce double album un nou-

Un ve no Lou so l’h ge rén réf Ch Na qu au tor pa me do ver et


8 mars 2018


14 mars 2018


7 au 13 mars 2018

7 au 13 mars 2018

7 au 13 mars 2018

ange, la légende du rock progressif ange, la légende du rock progressif

•••Où sO •••Où

et aussi et a © DR

Vendredi 16 mars, le Cargö est le cadre d’un concert du groupe Ange. Méconnue aujourd’hui, la bande à Christian Décamps est pourtant LA légende du rock progressif à la française. Vendredi 16 mars, le Cargö est le cadre d’un concert du groupe Ange. Méconnue aujourd’hui, bande à Christian Décamps est pourtant LA légende du rock progressif à latrès française. ngelaest un monud’années, j’avais envie

AA

© DR

ment du rock frand’enregistrer devant un nge un monuj’avais çais. Créé en est 1969, public. Jed’années, voulais que lestrès envie ment du rock frand’enregistrer devant un le groupe a connu la gloire spectateurs soient les Je travail. voulais que les dans les annéesçais. 70, enCréé rem- en 1969, témoins public. de notre a connu la gloire spectateurs soient les plissant le lesgroupe plus grandes Nous avons fait ça dans une dans les années 70, en remtémoins de notre salles de France et en se salle de musiques actuelles travail. plissant les plus Nous devant avons fait6 çaà dans une produisant au Reading Fes- grandes à Mulhouse, salles salle de installées musiques actuelles Seun Kuti au tival devant 30 de 000France spec- et en se 700 personnes produisant au Reading Fesà Mulhouse, devant 6 à tateurs. Si sa notoriété est comme dans une cabine Seun KutiSeun est le pK tival devant 30 000 specpersonnes plus confidentielle aujourd’écoute,700 et la scène était leinstallées fils de la légende tateurs. Si sa notoriété est comme une cabine d’hui, la bande à Christian studio. C’était un dans moment Seun Ku Fela Anikulapo Ku d’écoute, et la scène était le Décampsplus (72 confidentielle ans !) reste aujourmerveilleux, car la pression fils de la dès ses neuf ans, d’hui, la bande à Christian studio. C’était un moment très active. du regard des autres donne Fela Ani les premières par Décamps (72 ans !) reste merveilleux, car la pression du piment à la musique. dès sess père. Chic, cool, active.l’aven- Christian Décamps (au centre) et Ange vous donnent rendu regard des autres donne Commenttrès a débuté les prem du piment à laresmusique. extraverti, il poss dez-vous au Cargö, ce vendredi 16 mars. (© Alexandre Marchi) ture Ange ? Et Ange sur scène, ça Ch l’énergie père. et la fur Christian Décamps (au centre) et Ange vous donnent renComment a débuté l’avenÀ la base, il s’agissait d’un semble à quoi ? extraver À la mort de son dez-vous au Cargö, ce vendredi 16 mars. (© Alexandre Marchi) Angequi ? s’ap- camion. Et Ange scène, groupe deture reprises partie d’Hallyday pendant Aujourd’hui, notresur live est ça resl’énergie terrassé par le Si la base,Ililas’agissait d’un à quoiplus ? pelait LesÀ Anges. évotout un été. Cela nous avait beaucoupsemble plus vintage, À lad’Egy mor le chanteur groupe de reprises qui s’apcamion. partie d’Hallyday pendant Aujourd’hui, notre live est lué à la fin des années 60, Comment décririez-vous vraiment aidés. Johnny simple. Cela se résume à terrassé de suivre ses trac pelaitSergent Les Anges. a évo-style ? tout unun été. Celain-nousdes avait vintage, plus quand l’album Pep- Il votre était vraiment type bellesbeaucoup lumières,plus un bon le music chant sur le plan à la fina bouledes années décririez-vous aidés. Johnny Celaquiseserésume à per’s deslué Beattles On 60, nous aComment collé l’étiquette croyable, vraiment gentil et généreux son et dessimple. musiciens suivr le plan dede ses cro quand l’album Pep-progressif, votre style ? je en amitié.était vraiment un type in- des lumières, un bon versé le rock anglais, ce Sergent qui rock mais donnent sansbelles concession. sur le pl creusant au plus per’s des Beattles a bouleOn nous a collé l’étiquette croyable, gentil et généreux son et des musiciens qui se m’a donné envie d’inventer préfère dire que c’est de On souhaitait revenir aux le plan différentes traditd versé le rock anglais, qui rock progressif, je avoir en connu amitié.tout ça, sources, donnent sansaura concession. des choses similaires en lacemusique angélique ou du mais Après donc il n’y creusan caines, Seun Kuti m’a donné envie préfère dire que c’est On souhaitait aux français. À l’époque, j’étaisd’inventer rock paysan. Plus concrètevousden’avez pas le senti- pas de grands effets revenir de différen propre touche àl des choses similaires en c’est la musique angélique ou du d’avoir Aprèsété avoir connu tout ça, sources, donc il n’y aura aussi un grand fan de Brel, ment, un mélange de ment oubliés manche, car on n’en a pas reflétant caines, les difficS français. À l’époque, j’étais rock paysan. Plus concrètevous n’avez pas le sentipas de grands effets de Brassens et Ferré, j’ai pris rock, de jazz, de folk et de depuis ? les moyens, mais c’est un propre cultures du contit aussi un grand fan declassique. Brel, ment, c’est un mélange ment été d’avoir été oubliés manche,Oncar on n’en a pas toutes ses influences, tout On adetoujours les oubeau spectacle. jouera reflétan Ne manquez pas Ferré, et dedu show-biz, depuis ? donc ça cinq morceaux, les moyens, mais mélangé Brassens dans ma et tête, et j’ai pris rock, de jazz, de folkbliés sur neuf, de c’est un cultures première partie, a ses influences, toujours été les ou-nouvel beau spectacle. j’ai écrit latoutes Fantastique épo- Letout succèsclassique. a été immédiat ? ne changeOn pasa grand chose notre album, puis onOn jouera man Jupiter & Ne Okwess mélangé dans ma tête, et bliés du show-biz, donc ça cinq morceaux, sur neuf, de pée du Général Machin en On a quand même mis deux ! Que l’on joue devant 600 picorera dans toutes les détranses etpremièr authen j’ai écrit la Fantastique a été immédiat ? neou change grandcennies, chose avant notre nouvel album, puis on août 1969. ouépotrois Le anssuccès à nous faire personnes 6 000,pas la joie de terminer Jupiter & miste tradi-mode pée du Général Machin en OnOn a quand même misreste deuxla même. ! Que l’on joue devant connaître. a démarré La musique sur600 le toutpicorera premierdans titretoutes de les détranses explore l’immens août des 1969.débuts devant une ou soixantaine trois ans à de nousest faire ou 6on 000,notre la joiecarrière. cennies, avant de terminer On imagine notrepersonnes passion. Puis miste tr des rythmes trad connaître. a démarré reste la même. homériques… spectateurs dans lesOn MJC, ne peut pas rester numéroLa1 musique sur le tout premier titre de explore congolais, qu’il ag des débuts devant uneavec soixantaine desa vie. estNous notreavons passion. notrerecueillis carrière.par En effet…On On imagine a commencé et on a fini en 77 7 toute été Puis onPropos des ryth d’une touche roc spectateurs ne peutsix pas rester numéro 1 à répéterhomériques… dans une étable 000 personnes dansdans les lesauMJC, top pendant années, Mathieu Girard congola rock. effet… On aOn commencé et on asalles fini ende77 avec vie. Nous avons été Propos recueillis par à cochonsEndésaffectée. plus grandes c’est 7déjàtoute très sa bien. Vendredi 9d’une mars, àto2 répéter dans une spectacle. étable 000 personnes Mathieu Girard ■■ Vendredi 16 mars, à 20h30, a ensuite àdonné un premier Je me souviensdans les au top pendant six années, rock. à Caen. Tél : 02 31 86 à cochons Onde la plus grandes de c’est déjà très bien. au Cargö, 9 cours Caffarelli, concert en janvier 70désaffectée. à Bel- aussi tournée Johnnysalles Comment avez-vous consTarifS : 19 à Vendredi 25 euroS. ■ ■ Vendredi 16 mars, à 20h30, a ensuite donné un premier spectacle. Je me souviens à Caen. Tél : 08 91 67 00 17. fort, puis on est parti sur Circus, durant laquelle on truit l’album Heureux ? à Caen. Té Cargö, 9 cours Caffarelli, concert à Bel-assuré aussila depremière la tournée Johnny Comment avez-vous consTarif : 32,50au euroS. les routes avec en unjanvier vieux 70avait Depuis une bonne dizaines TarifS : 19 à Caen. Tél : 08 91 67 00 17. fort, puis on est parti sur Circus, durant laquelle on truit l’album Heureux ? Tarif : 32,50 euroS. les routes avec un vieux avait assuré la première Depuis une bonne dizaines

à venir à venir Le Liberté Chérie Tour de Calogero au Zénith De retourLe aux affaires avec Chérie vain Bergère,Tour un véritable et festive. Car sur Liberté de Calogero auscène, Zénith

l’album Liberté Chérie sous hymne à la liberté, qui a Calogero ne s’éconoet festive. Car et sur scène, De retourcontinue aux affaires avec vain Bergère, un véritable le coude, Calogero déjà fait le tour des ondes. mise jamais. Humain ne ils’éconol’album Liberté Chérie sousde hymne à laaprès liberté,accessible, qui a Calogero de faire rêver ses nombreux Près trois ans mais timide, jamais. et le coude, Calogero fait des le tour des ondes. fans. Connu pour offrir des continue l’énormedéjà succès Feux échange mise avec ses fans, Humain se accessible, mais timide, il de faire rêver ses nombreux Près de trois ans après morceaux entêtants sur des d’artifice, vendu à plus de raconte brièvement, tout Connu pourleoffrir des000l’énorme succès avec ses fans, se mélodiesfans. envoûtantes, 800 exemplaires, et desenFeux posantéchange son regard bienentêtants d’artifice, de sur raconte brièvement, tout chanteurmorceaux est de ceux à ne sur unedes tournée jouée vendu devantà plus veillant notre société. en posant son regard bienmélodies envoûtantes, le 800 000 exemplaires, et laisser personne de marbre. plus de 400 000 spectaveillant sur chanteur est de ceux à ne une tournée jouée devant Fin février, l’interprète de teurs, il a entamé son Li- ■■ Samedi 17 mars, à 20h, notre société. laisserapersonne de marbre. plusTour de 400 000 spectaau Zénith de Caen. En apesanteur dévoilé le berté Chérie en mars. teurs,qui il apromet entamé sonTélLi■ Samedi : 02 31■50 32 30. 17 mars, à 20h, clip inéditFin defévrier, Voler del’interprète nuit, Unedetournée au de Caen. En apesanteur a dévoilé le berté Chérie Tour en mars. œuvre du réalisateur Syl- d’être vibrante, pop rock TarifS : 38 à 69Zénith euroS.


28 mars 2018


29 mars 2018

4

BAGNOLS

midilibre.fr jeudi 29 mars 2018

Christian Décamps : « C’est la soif de l’inconnu qui m’anime » Rock. Le chanteur du groupe Ange qui sera à La Moba vendredi parle de la passion qui l’habite depuis presque 50 ans.

A

Vous continuez à produire un album tous les deux ans ? Oui. En 2016, c’était “Moyen Âge”. En 2014, c’était “Émile Jacotey Résurrection”. On avait sorti le premier “Émile Jacotey” en 1975. À l’époque, on tournait beaucoup et par contrat on devait fournir un album par an. Il a donc fallu faire vite et la face B n’est pas aboutie. Je voulais revisiter cet ouvrage et il y a quatre nouveaux morceaux dessus. Ça a bien marché d’ailleurs.

près Danakil vendredi dernier, La Moba réussit un autre joli coup avec la venue d’Ange, groupe légendaire de la scène rock française. Christian Décamps, chanteur et figure charismatique puisque fondateur et seul membre restant de la formation originale, évoque son état d’esprit au moment de venir à Bagnolssur-Cèze.

On n’a jamais été adopté par le show biz parisianiste Qu’est-ce qui fait qu’un groupe légendaire comme Ange se produise encore dans de petites salles comme La Moba ? Au niveau national, on n’a jamais été médiatisé à outrance. En moyenne, on joue devant 600 personnes. Mais, quelle que soit la taille, on joue devant des salles pleines. On remplit l’Olympia ou La Cigale. Et puis, on ne peut pas être numéro un toute sa vie. Dans les années 70, on remplissait des Palais des sports. Après, d’autres groupes comme Téléphone et Trust sont arrivés. Nous n’avons jamais été adoptés par le show-biz parisianiste. C’est vrai qu’on ne peut pas nous mettre d’étiquette. Ange est hors du temps, c’est un vaisseau spatial. On nous colle l’étiquette “rock progressif”. On est surtout l’enfant “malade” du rock en France,

BONS PLANS DU JOUR ● CONFÉRENCE

À Bagnols-sur-Cèze, à 18 h 15, à la médiathèque Léon-Alègre, conférence ayant pour thème Ignace de Loyola, par Yves Guiton, historien. Entrée libre. Tél. 04 66 33 20 00.

emmerdes. Je parle de la vie, la mort, l’amour, l’imaginaire. La vie est une utopie et je veux profiter de ce terrain virtuel pour rêver et raconter mes rêves. Tout est poésie. On peut écrire sur tout.

Quel est votre secret pour garder votre enthousiasme après tout ce temps ? L’inconscience. Il faut rester inconscient. C’est la soif de l’inconnu qui m’anime et m’excite pour écrire, inventer, revenir sur les mêmes choses aussi mais les raconter différemment. Je n’ai jamais écrit de manière mercantile mais je vis de ma passion. J’ai toujours envie de créer. Écrire, ça se situe entre souffrance et jouissance. La scène, c’est pareil. J’ai toujours le trac, avec la peur de mal faire devant le patron, Heureux, c’est l’état c’est-à-dire le public. Le bond’esprit de Christian heur, c’est de raconter aux Décamps ? En fait, en regardant la céré- gens mais il faut parfois se batmonie du festival de Cannes tre pour que les gens adhèrent. où Amour a été Palme d’Or. Jean-Louis Trintignant a don- Le fait d’être le plus vieux né cette citation de Prévert : groupe français de rock “Et si on essayait d’être heu- encore en exercice est-il un reux, ne serait-ce que pour motif de fierté ? donner l’exemple ?”. Ça m’a Absolument. Mais c’est aussi inspiré. Le fait de parler de le cas de Magma, qu’il ne faut plein de choses qui rendent les pas oublier. C’est la preuve gens heureux. J’essaie d’utili- qu’on vit. J’aurai eu une vie de ser des mots simples avec de passion, extraordinaire et je la profondeur à trouver entre laisserai des choses que j’ai les lignes. Il y a un hymne au aimé écrire. PROPOS RECUEILLIS je-m’en-foutisme aussi. Mais PAR THIERRY DEVIENNE c’est en espérant inciter les gens à s’intéresser à plein de ◗ Ange à La Moba, Zac de Berret choses. Dans ma vie, je suis à 60 % heu- à Bagnols-sur-Cèze. Vendredi reux, le reste ce sont les 30 mars. Entrée : 25 et 23 €.

Je veux profiter de l’utopie qu’est la vie pour raconter mes rêves

■ Christian Décamps (assis à droite), est le seul membre de la formation originale.QUENTIN PRUVOST

avec Magma. On est mieux ser- “Heureux”, le 44e album vi par les médias régionaux du groupe vient de sortir. Quelle est l’importance comme vous. de la tournée qui suit ? Elle amorce la tournée anniC’est peut-être aussi versaire des cinquante ans (ce le projet coopératif de sera le 31 janvier 2020). Elle a La Moba qui vous séduit. En tout cas, c’est toujours un démarré à Nancy le 22 février. plaisir de partir sur la route. Et Nous avons déjà joué onze fois, aussi de savoir que les gens de dans le Nord, en Normandie, la jeune génération viennent à dans la Sarthe. Nous sommes nous. C’est parce qu’ils utili- passés en Belgique. On ira en sent les vieux vinyles de leurs Allemagne en juillet, puis en Suisse. parents. Nous sommes fiers de venir à Ces dernières années, nous Bagnols, chez des gens qui se avons eu l’occasion de nous bougent pour sortir des sen- produire aux États-Unis, au tiers battus. Il faut être passion- Mexique, en Russie, au Portuné pour organiser des con- gal, au Japon. Nous sommes certs. souvent invités dans des festi-

vals de rock progressif. Après, on verra. Un ange est éternel, pas moi. J’ai 72 ans. Mais ma mère va fêter ses cent ans au moins de mai. Si je suis de la même graine, j’aurai peut-être l’occasion de célébrer mes 100 ans sur scène (rires) ! Quel est le répertoire que vous présentez ? On joue cinq titres du nouvel album et on picore dans les décennies précédentes. Ça peut changer selon les concerts. On reprend des titres qu’on n’a plus joués depuis longtemps. Il faut qu’il y ait de la surprise pour ne pas tuer la magie.

Alpha Blondy et Julian Marley débarquent Concerts. Bazar Musiques annonce de nouveaux noms pour la première du Bagnols reggae festival. Une femme à l’honneur chaque soir, des légendes vivantes et la jeune génération, des artistes d’Angleterre, des Caraïbes, d’Afrique, de Jamaïque, de France... Bazar Musi-


www.journaldujura.ch

31 mars 2018

A toujours sur le rêve, indélébile sceau de l’Ange

Avec on n’

NOUVEAU CD Le groupe vient de débuter une tournée qui le mènera en 2020, date de son 50e anniversaire. Et publie «Heureux!», album explicite. PAR PIERRE-ALAIN BRENZIKOFER

C

ombien sont-ils à avoir survécu? Et surtout à n’avoir jamais cessé d’arpenter cette France aride qu’ils ont littéralement défrichée et marquée de leur sceau? Une infime poignée! Comme Little Bob, qui a impressionné les plus grandes voix du rock anglais et que le film «Le Havre», du grand Aki Kaurismäki, a enfin permis de faire connaître aux masses ignares. Comme Kent, l’exStarshooter bondissant, qui poursuit contre vents et mêmes marées une carrière axée sur l’évolution permanente. Et comme Ange, évidemment. Sans conteste le plus grand groupe français de l’histoire. 44 albums au compteur, 50 ans de carrière en 2020, six disques d’or. Et une épopée spatiale qui a vu défiler plus de 20 musiciens. Avec, comme éternel grand timonier, ce capitaine cœur de miel nommé Christian Décamps.

La pression du public On l’a dérangé en pleine tournée, au moment de la sortie d’«Heureux!» (distribution Disques Office), nouvel album une fois de plus touché par la grâce. Particularité? Il a été enregistré devant le public, mais pas en public. Nuance, maestro? «Eh bien, nous avons transformé une salle de spectacles en studio d’enregistrement. 700 personnes étaient ainsi confinées devant des baffles. Il ne s’agissait pas d’un spectacle. Nous bénéficiions d’un éclairage studio et je disposais d’un pupitre pour lire mes textes. J’avais aussi un casque. Et quand nous n’étions pas satisfaits d’une prise, nous la recommencions.» Bon, le groupe avait peaufiné le tout en résidence avant de se lancer dans cet exercice inédit. Qui, foi de Christian Décamps, ne mettait pas l’adrénaline de côté: «Le public nous mettait effectivement la pression. C’est ce que je voulais. Dans de telles conditions, on joue différemment, avec plus d’énergie. Et la communion avec nos fans était extraordinaire. Quand la lumière rouge s’allumait, le silence était total. Quand elle s’éteignait, nous avions droit à une ovation.» Pour ce nouvel album, le vieux druide s’est concentré sur ses textes, laissant au groupe le soin de peaufiner les musiques: «Nous avons une incroyable cohésion. Il m’arrive aussi de travailler certains titres au piano, avant que le collectif n’intervienne.» Précision d’importance pour les passéistes blêmes qui se réfèrent à l’Ange des origines avec le frère Francis aux claviers, ce groupe-là n’a duré que

Nick Noss et De

THE NIC MOSS BA Go, Chicag go, go, go

Ange: du rock progressif en perpétuel progrès. LDD

quatre ans! Alors que la formation actuelle, avec notamment le fils prodige Tristan et le guitariste hendrixien Hassan Hajdi, accuse déjà 23 ans au compteur. «C’est qu’en fait, Ange est un vaisseau, s’amuse son capitaine. Un esquif qui a connu des changements de personnel pour pouvoir continuer à naviguer. Des mutineries, aussi. Oui, un vaisseau spatial très spécial. Tous ceux qui sont montés à son bord ont apporté leur talent.» Christian Décamps, en tant que membre fondateur, n’a jamais voulu reproduire indéfiniment le même album, alors que d’autres auraient préféré se reposer sur des acquis: «Moi, j’ai perpétuellement envie de voir autre chose, tout en conservant un certain fil rouge. La plupart des musiciens ont joué le jeu et respecté ce climat qui fait notre spécificité.» Pour l’anecdote, 25 personnes sont montées à bord. Sans nostalgie, notre interlocuteur regarde vers l’avant. Et cette date magique: 1er janvier 2020, quand le groupe fêtera ses noces d’or.

La méthode paysanne Fait réjouissant, «Heureux!» se vend comme des petits pains. Dans les concerts comme dans les grandes surfaces: «Nous avons la chance de pouvoir miser sur un distributeur à l’ancienne, disposant de VRP qui se déplacent.» Cela s’appelle «L’autre distribution», justement. Et comme le père Décamps le clamait dans l’album «La voiture à eau»: «Le progrès, c’est la mort des inventions.» Entendez par là que la distribution chez les disquaires s’étiole. «Alors, nous devons un peu procéder comme ces paysans qui vendent du bio sur les marchés du terroir. Comme méthode, c’est pas trop mal.» Heureusement, Ange peut miser un fan’s club de déments, «Un pied dans la marge», qui l’aide à réinvestir dans chaque nouvel album. Quant à la tournée, elle s’étendra sur trois ans, comme la précédente, consa-

crée à l’album «Emile Jacotey» réenregistré et embelli avec de nouvelles compos: «Les demandes de dates affluent jusqu’en 2019. Heureusement, les médias régionaux nous soutiennent. Les médias nationaux? Ils nous ont toujours mis dans la marge et beaucoup, dans ce milieu, souhaitent que nous y restions. Corollaire, nous n’arrivons pas à nous faire programmer par les grands festivals, style les Francofolies ou les Vieilles Charrues. Nous le mériterions, car notre carrière force le respect.» On confirme!

“On fait des enfants en espérant concrétiser l’éternité...” CHRISTIAN DÉCAMPS CHANTEUR D’ANGE

Ils se produiront quand même à l’Olympia en 2020 pour commémorer les 50 ans du premier concert. En tout cas, le show actuel promet beaucoup. Preuve de la qualité d’«Heureux!», le gang interprète cinq titres (sur neuf) du nouvel album. Pour le reste, il picore dans son son énorme carrière, si riche en standards. On le sait, Christian Décamps a toujours parlé d’Ange comme d’un groupe destiné à traverser les galaxies et le temps. Il rêve de passer le témoin à son fils Tristan quand le moment sera voulu, d’ici 20 à 30 ans! «Tristan héritera du nom du groupe. Il en fera ce qu’il voudra. Mais pour maintenir Ange en vie, il faut de la force, du courage et de la passion. La passion, il la possède. Et puis, basta, les cimetières sont remplis d’irremplaçables! Ange, par contre, est irremplaçable et immortel, contrairement à ceux qui le composent. D’ailleurs, on fait des enfants en espérant

concrétiser l’éternité, non? Pour moi, la vie est une utopie. Prenez le cas du père Peugeot. Je suis sûr qu’après avoir fabriqué sa première bagnole, il était persuadé que l’aventure continuerait. Alors, pourquoi pas un groupe? Christian Vander me disait la même chose avec Magma.»

En Suisse avec Galaad Au chapitre des excellentes nouvelles, Ange se produira en Suisse le 22 septembre prochain, à Saint-Saphorin, dans un nouveau festival baptisé... Vent d’Anges, ça ne s’invente pas. «Et Galaad sera là aussi.» Galaad, le groupe de PierreYves Theurillat, qui avait déjà fait la première partie d’Ange à Moutier. Si vous n’y étiez pas, c’est que vous n’étiez pas né! Et comme Ange reprend «Ces gens-là», de Brel, depuis l’aube des premiers jours, on a glissé à Christian que Saint-Saphorin était le village de Gilles, auteur de «La Venoge», chanson qui avait justement donné le courage au grand Jacques de composer «Le plat pays». «C’est de Brel dont je suis le plus proche. Il a une dimension tragicomique qui lui permet de chanter ‹Les bonbons› comme ‹Les vieux›. En fait, c’est un bluesman européen. Et il se donnait toujours à fond. C’est lui qui m’a donné l’envie de m’exprimer sur scène, de poser des mots sur la musique.» Ange, dans une autre vie, a aussi eu l’occasion de faire la première partie de la mythique tournée Johnny Hallyday Circus: «Que d’apartés savoureux avec lui! Quelle gentillesse, quelle reconnaissance! Il venait nous voir jouer chaque soir. Un jour, il m’a confié qu’il aurait beaucoup aimé être le chanteur d’un groupe qui s’appellerait Smet. A l’époque, il avait beaucoup de doutes et nous lui avons redonné de l’énergie. Quand mon fils Tristan est né, il nous avait payé le champagne.» Sûr, on n’est jamais déçu avec ceux qui viennent de loin...

On vous le con lontiers: à l’im le blues peut ê pétitif, cari moyant et m mant. Par ch gardiens du Gr de lui confére sion plus jo agressive. Com Gallagher et c fique de Stan W prêts à faire p que des trois K viaule d’hospi Et puis, il y a Les défricheu Ceux qui arpe pourris et en gueur d’année de la flamme. Comme the Ni

FOSTER THE

Mes chouchous kicks» (2010) qu les Californiens album. Ils livren ment dans l’air d

ANGUS & JU

Non, ce n’est pa la réforme de l’o Julia Stone ne pr sœur dans la vie lade pop-folk ro

EDDY DE PR

Il partage son co Puigdemont, ma nous! On accède enivrants sur de sexuelle, homop yeux, il balance fil entre hip-hop

ORELSAN «T

Comment expliq môme, tout en p ples, le message c’est «qu’il aime fort, c’est qu’ell corps, c’est qu’e une musique tra


5 avril 2018


8 avril 2018


13 avril 2018


avril 2018


avril 2018


mai 2018


5 juin 2018


Février 2018


Mars 2018


Ange revue de presse  

Revue de Presse ANGE - album "HEUREUX!" (sortie 2 mars 2018)

Ange revue de presse  

Revue de Presse ANGE - album "HEUREUX!" (sortie 2 mars 2018)

Advertisement