Page 1

Communiqué de presse du 14/02/2012 :

« Veolia Eau signe trois contrats d’exploitation et de maintenance d’usines d’eau potable et d’assainissement au Japon »

www.veolia-newsroom.com

Février 2012 ) Direction de la Communication - Veolia Environnement, Veolia Eau

1


Contexte Le marché japonais de l’eau Selon la dernière étude de la mission économique française au Japon, le marché japonais de l’eau connaît deux grandes faiblesses : > Le morcellement horizontal : la loi japonaise a conduit les municipalités et les collectivités locales à gérer elles-mêmes leur approvisionnement et le retraitement des eaux usées. Il existe ainsi une multitude de compagnies locales des eaux, souvent sous forme de régies. > Le morcellement vertical : les entreprises des différents sous-secteurs (pompes, filtres, conduites, exploitation…) n’ont pas pour habitude de mettre en commun leurs savoir-faire et ne savent pas proposer un service intégré. On dénombre ainsi plus de 17 000 « compagnies des eaux » qui sont le plus souvent de petites sociétés publiques chargées de l’acheminement et du retraitement. Il n’existe pas, à la différence de la France, de grands groupes chargés de l’ensemble de la chaîne de production, de l’installation à la gestion du service. Il existe toutefois quelques grandes entreprises dont la spécialité est en général la conception et la construction des usines de traitement ou des systèmes d’acheminement. Malgré ce morcellement à la fois horizontal et vertical, l’industrie japonaise de l’eau dispose d’une très grande expertise technique, aussi bien dans la production, l’acheminement et le retraitement. D’autre part, le savoir-faire japonais est reconnu dans le monde entier, en termes de traitement (60 % du marché mondial des membranes à ultrafiltration et à microfiltration) et de dessalement (70 % du marché mondial des membranes à osmose inverse). Ainsi, le grand spécialiste mondial de la fibre de carbone, Toray, est par ailleurs leader sur le marché des filtres à membrane. Néanmoins, comme dans de nombreux autres secteurs tels le nucléaire ou le transport, le Japon souffre d’une saturation du marché national accompagnée d’une baisse des besoins en infrastructures due en partie à la dénatalité. Le Japon comptait 127 millions d’habitants en 2006 et devrait voir sa population tomber à 101 millions d’habitants en 2050. Cette saturation du marché intérieur pousse les pouvoirs publics et les entreprises japonaises à prospecter d’autres marchés à l’extérieur du Japon. Ainsi, le gouvernement japonais vise une part de 6 % du marché mondial de l’eau en 2025. Cependant, le Japon pâtit de sa structure interne et se développe avec difficulté à l’international face à une concurrence déjà bien établie malgré une répartition inégale. Le marché japonais étant relativement protégé et fortement rémunérateur, les entreprises japonaises, n’ayant pas été soumises localement à une concurrence sur les prix, ont des structures de coût très élevées nuisant à leur compétitivité sur la scène internationale. Par ailleurs, elles peinent à élaborer des projets crédibles en coopération avec les entreprises ou les collectivités locales à l’étranger. Enfin, si les équipements et les installations occupent une part importante des marchés, domaines dans lesquels les entreprises japonaises excellent, les services, secteur beaucoup plus éloigné de l’offre japonaise, ne sont pas leur point fort.

www.veolia-newsroom.com

Février 2012 ) Direction de la Communication - Veolia Environnement, Veolia Eau

2


Questions & réponses 1. En quoi consistent les contrats que vient de remporter Veolia Water Japan ? 2. Pourquoi les collectivités japonaises font-elles appel à vous ? 3. Combien de salariés employez-vous au Japon ? 4. Quel est le chiffre d’affaires de Veolia Water Japan ? 5. Dans quelles villes êtes-vous implantés ? 6. Qu’en est-il des délégations de service pour l’eau potable ? 7. Avez-vous d’autres contrats au Japon, outre les délégations de service ? 8. Qui sont vos principaux concurrents ?

www.veolia-newsroom.com

Février 2012 ) Direction de la Communication - Veolia Environnement, Veolia Eau

3


Questions & réponses 1. En quoi consistent les contrats que vient de remporter Veolia Water Japan ? Veolia Eau a remporté les appels d’offres portant sur l’exploitation et la maintenance de deux stations d’épuration à Hiroshima et à Kyoto. Veolia Water Japan, qui était déjà l’opérateur de ces installations, respectivement depuis 2006 et 2009, a été reconduite pour une durée de 4 ans à Hiroshima et de 3 ans à Kyoto, pour traiter les eaux usées de respectivement 649 000 habitants et 51 000 habitants. Par ailleurs, à Matsuyama, sur l’île de Shikoku, au sud de l’archipel, Veolia Water Japan a été choisie pour l’exploitation et la maintenance, pendant 5 ans, de l’ensemble des usines d’eau potable desservant 515 000 habitants. C’est le premier contrat d’eau potable remporté par Veolia Eau pour une ville japonaise de cette importance. Les trois contrats totalisent un chiffre d’affaires cumulé, sur la durée, de 49 millions d’euros et doivent débuter au deuxième trimestre 2012. Le chiffre d’affaires sur la période est de 26 millions d’euros pour Hiroshima, de 12 millions d’euros pour Kyoto et de 11 millions d’euros pour Matsuyama.

2. Pourquoi les collectivités japonaises font-elles appel à vous ? Depuis 2002, année de l’amendement de la Water Supply Law autorisant les collectivités locales japonaises à déléguer la gestion de leur service public d’eau, Veolia Eau s’est implantée au Japon. Ce qui conduit les autorités locales japonaises à faire appel à Veolia Eau est l’engagement d’excellence opérationnelle et environnementale que nous apportons et notre capacité à générer de la performance dans des services aux infrastructures vieillissantes. De plus, la baisse de la natalité et l’accroissement du niveau de vie demandent des services publics ayant un meilleur niveau de qualité et une plus grande performance environnementale, deux exigences auxquelles Veolia Eau sait parfaitement répondre. L’investissement nécessaire au renouvellement des infrastructures d’eau au Japon est de 13 milliards de dollars par an jusqu’en 2025, selon les chiffres du ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie japonais. Les régies japonaises doivent faire face au vieillissement de leur main-d’œuvre. 40 % des salariés du secteur ont plus de 50 ans. Les entreprises japonaises sont très bien classées dans le domaine des technologies de l’eau, mais aucune d’entre elles n’a développé, au fil du temps, une expertise de services.

3. Combien de salariés employez-vous au Japon ? Nous employons 3 122 personnes.

4. Quel est le chiffre d’affaires de Veolia Water Japan ? 400 millions d’euros, soit 3 % du chiffre d’affaires de Veolia Eau dans le monde.

www.veolia-newsroom.com

Février 2012 ) Direction de la Communication - Veolia Environnement, Veolia Eau

4


Questions & réponses 5. Dans quelles villes êtes-vous implantés ? Veolia Eau gère principalement des services publics d’assainissement. Ainsi, nous traitons les eaux usées de 3 millions de personnes dans les villes de : > Hiroshima (capitale de la préfecture d’Hiroshima, Honshu, la plus grande île de l’archipel) > Chiba (capitale de la préfecture de Chiba, dans la banlieue du Grand Tokyo) > Saitama (capitale de la préfecture de Saitama, dans la banlieue du Grand Tokyo) > Yamato (préfecture de Kanagawa, au centre-est du Japon) > Kanoya (préfecture de Kagoshima, Kyushu, l’île au sud de l’archipel) > Oita (capitale de la préfecture d’Oita, Kyushu) > Kyoto (capitale de la préfecture de Kyoto) > Port Island (préfecture de Kobe, Honshu) > Suzurandai (préfecture de Kobe, Honshu) > Shimada (préfecture de Shizuoka, Honshu) > Ozu (préfecture d’Ehime, Shikoku) > Nisshin (préfecture d’Aichi, Honshu) > Ino (préfecture de Kochi, Shikoku) > Ichigo (préfecture d’Aichi, Honshu) > Taniyama (préfecture de Kagoshima, Kyushu) > Ibusuki (préfecture de Kagoshima, Kyushu) Au total, nous traitons 485 600 m3 d’eaux usées par jour au Japon.

6. Qu’en est-il des délégations de service pour l’eau potable ? Nous desservons 40 000 habitants en eau potable à Omuta (préfecture de Fukuoka, Kyushu). Cela représente 27 260 m3 par jour. Jusqu’ici, ce contrat était le seul que nous gérions dans le domaine de l’eau potable et la distribution. Ce n’est plus le cas, puisque nous venons de gagner le contrat majeur pour la ville de Matsuyama.

7. Avez-vous d’autres contrats au Japon, outre les délégations de service ? Nous gérons par ailleurs de très nombreux autres contrats de prestation de services, d’une durée moyenne de 1 à 3 ans, comprenant le relevé des compteurs pour 20 millions d’habitants à Tokyo, Chiba, Osaka et Otsu, via notre filiale détenue à 100 %, Jenets. Nous gérons 350 contrats de recherche de fuites partout au Japon. Notre contrat le plus important dans ce domaine est celui d’Osaka. Nous avons également de nombreux contrats avec des industriels.

8. Qui sont vos principaux concurrents ? Nos plus grands concurrents sont des compagnies nationales et un certain nombre d’acteurs purement locaux basés dans certaines villes mais qui n’ont pas d’envergure à l’échelle du pays.

www.veolia-newsroom.com

Février 2012 ) Direction de la Communication - Veolia Environnement, Veolia Eau

5


CARTOGRAPHIE Localisation CHINE RUSSIE

JAPON

Hokkaido

Mer du Japon

CORテ右 DU NORD

Kyoto CORテ右 DU SUD

Hiroshima

Tokyo

Kyushu Mer de Chine

www.veolia-newsroom.com

Honshu

Shikoku

Matsuyama

Ocテゥan Pacifique 200 km

Fテゥvrier 2012 ) Direction de la Communication - Veolia Environnement, Veolia Eau

6

Pour en savoir plus: Veolia Eau remporte trois contrats d'exploitation et de maintenance d'usines  
Pour en savoir plus: Veolia Eau remporte trois contrats d'exploitation et de maintenance d'usines  

Veolia Eau remporte trois contrats d'exploitation et de maintenance d'usines d'eau potable et d'assainissement au Japon

Advertisement