Page 1

Pour en savoir plus autour du Communiqué de presse :

« Exploitation des usines de traitement de l’eau pour le projet de gaz de charbon de QGC » (Australie)

www.veolia-newsroom.com

Avril 2013 ) Direction de la Communication - Veolia Environnement, Veolia Eau

1


Contexte Le gaz naturel existe sous différentes formes dans la croûte terrestre. Il constitue l’une des sources d’énergie les plus propres, sûres et utiles. Les principaux types de gaz naturel sont le gaz de schiste, le gaz de réservoir compact et le gaz de charbon (ou gaz de houille). On trouve généralement les deux premiers à d’importantes profondeurs, la plupart du temps à plus de 2 000 mètres sous terre, le gaz de schiste étant en général contenu dans de la roche sédimentaire argileuse. Le gaz de charbon se trouve généralement à des profondeurs moindres, comprises entre - 300 et - 1 000 mètres, à l’intérieur de la couche de charbon de la croûte terrestre. Différentes techniques d’extraction sont utilisées selon la localisation géologique des gaz. Le gaz de charbon est considéré comme le gaz naturel qui émet le moins de carbone. Composé à plus 95 % de méthane pur, il est apparu il y a plus de 200 millions d’années, au moment de la formation du charbon. Après extraction et en employant des technologies adéquates, on peut le transformer en gaz naturel liquéfié (ou GNL), que l’on peut transporter par cargo en toute sécurité et à bas coût sur de longues distances, pour le vendre dans le monde entier. La croissance rapide de la demande mondiale de sources énergétiques plus propres annonce l’essor imminent du marché du GNL. L’Australie abrite l’une des plus grandes réserves mondiales de gaz de charbon, avec une concentration particulièrement importante dans l’État du Queensland. Ses réserves gazières sont exploitées depuis de nombreuses années pour les besoins nationaux. Aujourd’hui, on prévoit que la maîtrise du processus de transformation du gaz de charbon en GNL et la hausse de la demande mondiale de GNL feront de l’Australie –  avec le Queensland comme fer de lance  – le premier exportateur mondial de GNL d’ici 2020.

www.veolia-newsroom.com

Avril 2013 ) Direction de la Communication - Veolia Environnement, Veolia Eau

2


QGC QGC est une filiale à 100 % de BG Group, compagnie pétrolière et gazière de premier plan. Basée au Royaume-Uni, elle est implantée dans plus de 25 pays. QGC est l’un des leaders de l’exploration de gaz naturel en Australie. Elle fait partie du petit nombre d’entreprises autorisées à exploiter les réserves de gaz de charbon du Queensland, dont elle satisfait 20 % des besoins en gaz naturel. QGC  se prépare à présent à répondre à la demande internationale croissante de gaz naturel en lançant l’un des premiers projets au monde visant à transformer du gaz de charbon en GNL. Cela lui permettra d’exporter son gaz naturel à l’étranger. Ce projet de grande envergure prévoit d’exploiter des champs de gaz de charbon situés dans la région reculée du bassin du Surat, dans le sud du Queensland (env. 350 km à l’ouest de Brisbane) et de les relier à un site de liquéfaction gazière en construction sur l’Île Curtis (proche du port de Gladstone, sur la côte du Queensland). Le gaz y sera transformé en GNL, avant d’être expédié par bateau à l’étranger. Le projet couvre un territoire de plus de 20 000 km² et implique, sur toute sa durée, la construction de plus de 6 000 puits ainsi que d’un réseau de gazoducs souterrains de 540 km.

www.veolia-newsroom.com

Avril 2013 ) Direction de la Communication - Veolia Environnement, Veolia Eau

3


Questions & réponses 1.

Comment le gaz de charbon est-il extrait ?

2.

 omment mener une gestion responsable de l’eau C lors de l’extraction de gaz de charbon ?

3.

 uelle est la nature de la collaboration entre Veolia Eau Q et QGC ?

4.

 ue recouvre exactement le contrat d’exploitation Q et de maintenance ?

5.

 uel est le chiffre d’affaires que Veolia Eau peut attendre Q de ce contrat ?

6.

Où se situent les sites de traitement de l’eau ?

7.

Que devient l’eau après traitement ?

8.

 ourquoi QGC a-t-elle confié l’exploitation de ses usines P de traitement de l’eau à Veolia ?

9.

 ombien de personnes faudra-t-il pour exploiter ces usines ? C Y aura-t-il des difficultés d’affectation du personnel en raison de l’éloignement des sites ?

10. Qu’est ce qui a réellement fait la différence avec les concurrents? 11. Q  uels sont nos contrats qui ont servi de référence pour aider QGC à se déterminer? 12. Q  uelles sont les particularités des eaux que nous serons amenés à traiter ? 13. Quels sont les autres contrats Oil & Gas de Veolia en Australie ? 14. Q  uel est le potentiel du marché des combustibles non conventionnels pour nous, en Australie et dans l’ensemble de la zone ? 15. Q  uels sont les technologies que nous exploiterons sur le site de QGC? 16. C  inquante cinq personnes de Veolia sur site est-ce beaucoup ou non pour un contrat industriel ?

www.veolia-newsroom.com

Avril 2013 ) Direction de la Communication - Veolia Environnement, Veolia Eau

4


Questions & réponses 1. Comment le gaz de charbon est-il extrait ? Le gaz de charbon est retenu dans la couche de charbon de la croûte terrestre par la pression de l’eau. On peut donc l’extraire en éliminant l’eau qui le maintient en place. Cette technique consiste à creuser des puits dans la couche de charbon, ce qui permet la libération de l’eau et le dégagement du gaz renfermé dans la houille. Il arrive que ce mélange d’eau et de gaz remonte directement à la surface sans autre intervention, mais on utilise souvent des pompes à haute pression pour augmenter le débit. Ce processus, appelé fracturation hydraulique, implique l’injection d’un mélange d’eau et de sable dans le puits.

Le gaz et l’eau sortant des puits sont séparés à la surface, au niveau de la tête de puits. Le gaz est ensuite acheminé par pipeline jusqu’aux stations de compression pour être injecté dans d’autres gazoducs, afin d’être distribué aux foyers et aux entreprises (y compris aux centrales électriques), ainsi qu’au site de production de GNL de la ville de Gladstone.

www.veolia-newsroom.com

Avril 2013 ) Direction de la Communication - Veolia Environnement, Veolia Eau

5


Questions & réponses 2. Comment mener une gestion responsable de l’eau lors de l’extraction de gaz de charbon ? La gestion responsable de l’eau est un aspect essentiel de l’extraction du gaz de charbon. L’objectif est d’assurer la continuité des activités d’extraction tout en protégeant l’environnement par l’application de normes environnementales strictes. L’eau résiduelle après la séparation du gaz au niveau de la tête de puits est appelée « eau de gaz de charbon ». Sous-produit de l’extraction du gaz de charbon, elle présente une forte concentration en sel qui interdit son rejet dans la nature ou tout usage secondaire sans un traitement adéquat au préalable. Il est donc impératif de retirer l’eau des têtes de puits en suivant des procédures efficaces et sûres, puis de la traiter méticuleusement pour éliminer le sel. Pour ce faire, on puise l’eau au niveau des multiples têtes de puits avant de l’acheminer, via un réseau de conduites, vers des bassins de stockage. Elle y est conservée en toute sécurité, jusqu’à ce qu’on la pompe vers des sites de traitement de l’eau spécialisés dans le dessalement. Après un traitement complet, l’eau peut être rejetée dans l’environnement immédiat de l’usine pour réalimenter la nappe phréatique ou pour servir à d’autres usages : irrigation, utilisations industrielles ou réalimentation des réserves d’eau brute en vue de produire de l’eau potable. Ainsi, la gestion des eaux liées à l’extraction du gaz de charbon peut s’effectuer dans un respect total de l’environnement, et même réalimenter les ressources hydriques locales. 3. Quelle est la nature de la collaboration entre Veolia Eau et QGC ? À la suite d’un appel d’offres, Veolia Eau a été choisie par QGC pour exploiter ses usines de gestion de l’eau pour le projet de gaz de charbon dans le cadre d’un contrat d’exploitation et de maintenance d’une durée de 20 ans, avec possibilité de renouvellement pour 5 ans. Les installations de traitement de l’eau, déjà construites (ou en cours de construction) par comprennent trois usines de traitement de l’eau. L’une d’entre elles est déjà opérationnelle, les  autres le seront à différentes échéances d’ici 2014. À terme, elles pourront traiter 200 000 m3 d’eau par jour. 4. Que recouvre exactement le contrat d’exploitation et de maintenance ? Le contrat conclu prévoit trois phases : Phase 1 – Transition La phase de transition débutera à une date déterminée et recommandée par QGC. Cette phase de transition devrait durer environ quatre mois. Voici les principales activités liées à la phase de transition : — Mobilisation des ressources, — Mise en place de systèmes, — Formation du personnel technique. Phase 2 – Lancement La phase de lancement commencera au moment de la passation des opérations à Veolia Eau. Au cours de cette deuxième phase, Veolia Eau sera chargée d’assurer l’exploitation et la maintenance des usines de traitement de l’eau. La phase de lancement devrait durer entre 2 et 4 ans. Phase 3 – Exploitation La phase d’exploitation sur le long terme débutera dès la fin de la phase de lancement et s’achèvera au terme de la durée des services. La durée de la phase d’exploitation sera comprise entre 16 et 18 ans (selon la durée de la phase de lancement), avec une reconduction possible de 5 ans.

www.veolia-newsroom.com

Avril 2013 ) Direction de la Communication - Veolia Environnement, Veolia Eau

6


Questions & réponses 5. Quel est le chiffre d’affaires que Veolia Eau peut attendre de ce contrat ? Le chiffre d’affaires estimé dans le cadre du contrat d’exploitation et de maintenance de Veolia Eau est estimé à au moins 650 millions d’euros. Ce projet pourrait par ailleurs déboucher sur de nouvelles affaires, avec le même client et d’autres compagnies gazières du sud du Queensland, relatives à la construction et à l’exploitation d’un site de traitement de l’eau salée générée par les usines de traitement de l’eau (Veolia est l’un des seuls acteurs qui, au travers de la technologie HPD, propose une solution adaptée). 6. Où se situent les sites de traitement de l’eau ? Les usines de traitement de l’eau sont situées dans la région reculée du bassin du Surat. L’usine de traitement du Nord se trouve à environ 150 km au nord-ouest de Wandoan (400 habitants). L’usine centrale de traitement de l’eau de Kenya se situe entre les petites villes de Chinchilla (3 700  habitants) et de Condamine (400  habitants). L’usine de Windibri est proche de l’usine de Kenya. 7. Que devient l’eau après traitement ? L’eau traitée à l’usine centrale de traitement de l’eau de Kenya est envoyée à Sunwater, l’autorité locale qui reçoit et ré-exploite de gros volumes d’eau au bénéfice de la population et des industries locales. L’eau traitée en provenance de l’usine de Windibri subira un traitement spécial avant d’être acheminée à la centrale électrique de Condamine. La destination de l’eau traitée à l’usine de traitement de l’eau du Nord, qui sera opérationnelle en juin 2014, reste à déterminer. 8. Pourquoi QGC a-t-elle confié l’exploitation de ses usines de traitement de l’eau à Veolia ? Veolia  Eau est un leader mondial de la gestion de l’eau. Elle jouit d’une solide expertise, d’un savoir-faire éprouvé et de technologies de pointe qui lui permettent de traiter l’eau et d’exploiter efficacement les usines de traitement quelles qu’en soient les spécificités : conditions locales, secteurs de destination ou situation géographique. Le choix de Veolia Eau pour exploiter et assurer la maintenance des usines d’eau dans le cadre du projet d’extraction de gaz de charbon assurera à QGC : — un traitement de l’eau de haute qualité, continu et sûr, dans des conditions difficiles — la protection de l’environnement local — la disponibilité d’un personnel technique parfaitement qualifié pour assurer l’acheminement immédiat de l’eau et l’exploitation de sites de traitement d’eau complexes (en raison de différentes contraintes, notamment l’éloignement du site) — l’accès au réseau international de spécialistes du traitement de l’eau de Veolia, en particulier des spécialistes du traitement de l’eau salée La gestion de ses sites de traitement de l’eau étant confiée à des professionnels du secteur, QGC pourra se consacrer à son cœur de métier : l’extraction du gaz de charbon et de la production de GNL.

www.veolia-newsroom.com

Avril 2013 ) Direction de la Communication - Veolia Environnement, Veolia Eau

7


Questions & réponses 9. C  ombien de personnes faudra-t-il pour exploiter ces usines ? Y aura-t-il des difficultés d’affectation du personnel en raison de l’éloignement des sites ? Lorsque toutes les usines de traitement de l’eau seront opérationnelles, un effectif de 50 à 60  personnes sera nécessaire pour en assurer l’exploitation. La majorité de ces collaborateurs seront issus des activités existantes de Veolia  Eau en Australie, y compris dans le Queensland. Ils sont prêts à prendre leurs fonctions et ont déjà travaillé pour des projets de gestion de l’eau aux paramètres complexes. 10. Qu’est ce qui a réellement fait la différence avec les concurrents? — Présence locale forte dans le Queensland, — crédibilité forte acquise sur contrats locaux, — savoir faire technique global du groupe et perspectives ultérieures relatives à traitement ultime par process différenciants (savoir faire de la filiale de Veolia Eau, HPD). 11. Quels sont nos contrats qui ont servi de référence pour aider QGC à se déterminer? — En premier lieu les contrats de Western Corridor et de Gold Coast. — Également Sydney Desalination et Rosehill. 12. Quelles sont les particularités des eaux que nous serons amenés à traiter ? Deux caractéristiques principales (en comparaison aux usines membranaires relatives aux projets « municipaux ») : — eaux chargée en sels mais de qualité variable selon les puits de production de gaz, — volumes élevés au début de l’exploitation contact mais qui se réduisent dans le temps (cycle normal de production d’eau des puits de gaz de charbon). 13. Quels sont les autres contrats Oil & Gas de Veolia en Australie ? À ce jour aucun si ce n’est quelques fournitures d’équipements (VWS) pour d’autres acteurs du gaz de charbon. 14. Quel est le potentiel du marché des combustibles non conventionnels pour nous, en Australie et dans l’ensemble de la zone ? L’Australie va devenir l’un des premiers pays producteurs mondiaux de gaz non conventionnels (gaz  de charbon et gaz de schiste). La Chine sera également à terme l’un des premiers pays producteur de gaz de schiste au monde. 15. Quels sont les technologies que nous exploiterons sur le site de QGC? Ultrafiltration, échange ionique, osmose inverse, évaporation-cristallisation.

www.veolia-newsroom.com

Avril 2013 ) Direction de la Communication - Veolia Environnement, Veolia Eau

8


Questions & réponses 16. Cinquante cinq personnes de Veolia sur site est-ce beaucoup ou non pour un contrat industriel ? Le contrat QGC fait partie des importants contrats industriels, c’est-à-dire des contrats dont le  chiffre d’affaire annuel se situe au même niveau qu’un contrat eau municipal d’une ville française de dimension significative. 55 personnes est un chiffre normal pour ce type de contrat (par exemple LG PetroChemical Daesan en Corée : 43 personnes, Tianjin Soda en Chine : 76 personnes).

www.veolia-newsroom.com

Avril 2013 ) Direction de la Communication - Veolia Environnement, Veolia Eau

9


Infographie Illustration

www.veolia-newsroom.com

Avril 2013 ) Direction de la Communication - Veolia Environnement, Veolia Eau

10


Cartographie Localisation

www.veolia-newsroom.com

Avril 2013 ) Direction de la Communication - Veolia Environnement, Veolia Eau

11


Pour en savoir plus - Australie  

Veolia Eau remporte un contrat de 650 millions d’euros dans le domaine du gaz de charbon

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you