Page 1

RAPPORT D’ACTIVITES 2012

© Jean-Michel RILLON – Expo « On s’est déjà vu quelque part » pour le Festival Itinérances Tsiganes 2012


L’ARTAG Association Régionale des Tsiganes et de leurs Amis Gadjé Centre social A l’Unisson

SIEGE SOCIAL 185, Rue Jean Voillot 69 100 VILLEURBANNE

ADRESSE POSTALE CS 70027 69 613 VILLEURBANNE CEDEX

Nombre d’adhérents :

615

Moyens humains : -

17 administrateurs bénévoles (voir organigramme en annexe) 19 salariés (voir organigramme en annexe) 4 salariés vacataires 3 stagiaires (Conseiller en Economie Sociale et Familiale, Assistant Social, DEUST Animation…) Les horaires d'ouverture des bureaux : ⇒ Les lundis après midi de 14H00 à 17H00 ⇒ Du mardi au jeudi de 9H00 à 12H00 / de 14H00 à 17H00 les vendredis matin de 9H00 à 12H00.

La ligne téléphonique Voyageurs 04.72.04.16.80 : ⇒ du lundi au jeudi de 14H00 à 16H30

La ligne téléphonique Partenaires 04.78.79.60.80 :

1


Sommaire RAPPORT MORAL………………………………………………………………………

3

INTRODUCTION..........................................................................

5

PARTIE I :: PÔLE INSERTION La domiciliation………………………………………………………………………………………………..

9

L’accompagnement des bénéficiaires du RSA……………………………………………………

15

L’insertion professionnelle………………………………………………………………………………..

18

L’accompagnement social lié au logement……………………………………………………….

24

PARTIE II :: PÔLE DEVELOPPEMENT SOCIAL La médiation-coordination sociale sur les Aires d’Accueil…………………………………

30

La médiation scolarisation………………………………………………………………………………..

34

L’accompagnement à la scolarité (CLAS)…..………………………………………………………..

43

Les animations enfance-jeunesse………………………………………………………………………

50

Les actions culturelles (Festival Itinérances Tsiganes…)…………………………………………

56

Les animations de proximité (sorties familiales ; actions santé ; actions autour du livre…)

64

PARTIE III :: PÔLE EXPERTISE L’Accompagnement de projets d’habitat………………………………………………………….. Les formations…………………………………………………………………………………………………. Le Cabinet d’études Caths…………………………………………………………………………………

78 82

CONCLUSION……………………………………………………………………………..

84 87

ANNEXES……………………………………………………………………………………

88

Glossaire Nos Partenaires Cartes des Aires d’accueil, des Habitats adaptés et Terrains familiaux du Rhône Organigrammes CA + Salariés La Presse en parle…

2


RAPPORT MORAL L’année 2012 a été une année riche en événements internes. Comme nous le développerons tout au long de ce rapport d’activités, ce fut tout d’abord la mise en place d’un travail de fond sur les objectifs de l’association et de ses méthodes d’actions que nous évaluons jusqu’à fin 2013, et cela afin de nous permettre de présenter notre dossier de renouvellement d’agrément de nos deux centres sociaux. Ce travail repose souvent la question de la participation des usagers, des attentes qu’ils peuvent avoir d’une association, attentes qui peuvent parfois se différencier des objectifs que définissent les professionnels. Sur le front des discriminations, une grande avancée avec la décision du Conseil Constitutionnel annulant une partie de la loi de 69 concernant un des livrets de circulation. Si la décision reste minime, c’est un pas important qui est franchi pour les Voyageurs administrateurs qui voient leur travail enfin quelque peu récompensé. De fait, ceux-ci peuvent constater que les demandes qu’ils ont pu formuler, si elles sont légitimes, sont entendues par les pouvoirs publics et les instances judiciaires. Toutefois, le chemin est encore long pour obtenir une vraie égalité de traitement administratif. Le lien avec les parlementaires du Rhône, très actifs sur ce sujet, est constant et il est nécessaire pour l’ARTAG de maintenir ce lien pour aboutir à la suppression des discriminations liées à la loi de 69. L’habitat est également une thématique sur laquelle les attentes sont fortes. Depuis de nombreuses années, l’ARTAG effectue un travail de proximité auprès des collectivités pour faire émerger les projets d’habitats. En s’appuyant aussi et surtout sur son expérience acquise par le bureau d’étude CATHS dont elle est membre, l’ARTAG a développé une méthodologie d’accompagnement de ces projets. Ce travail qui a considérablement augmenté ces dernières années, nous permet en 2012 de créer un poste de coordination habitat pour animer cette thématique. En termes d’évolution nous constatons un intérêt de plus en plus grand des Gens du Voyage pour les activités d’animation créées et/ou développées par nos centres sociaux. Ces activités diverses sont attendues et sollicités par un nombre croissant de terrains et de sites d’habitat. Cette expansion devra être prise en compte pour parvenir à un niveau de fonctionnement interne qui soit en mesure d’apporter des réponses. Cette thématique permet aussi d’aborder la thématique scolarisation qui devient une préoccupation pour les Gens du Voyage. L’ARTAG perçoit une certaine maturité de la communauté par rapport à cette question qui devra être approfondie dans les années à venir. Néanmoins, nous constatons une certaine paupérisation des familles qui se perçoit, entre autres, sur les aires d’accueil où la rotation est de moins en moins importante et la demande de sédentarisation de plus en plus évoquée. Les activités économiques traditionnelles en déclin ne peuvent pas répondre économiquement à l’augmentation du coût de la vie qui découle de l’amélioration des conditions vie et donc des dépenses. Les Gens du Voyage expriment leurs craintes de voir à l’avenir le RSA devenir une source de revenu plus importante que leur activité professionnelle. Leur peur est forte de voir le soutien qu’ils reçoivent aujourd’hui notamment par l’ARTAG se transformer en assistance. La dynamique régionale a étayé aussi un axe de travail important pour l’ARTAG qui a piloté avec la FNASAT un travail pour aboutir à une coordination régionale des acteurs agissant auprès des Gens du Voyage. Ce

3


travail de longue haleine pourrait s’accélérer en 2013 sous l’effet des difficultés que rencontrent certaines de nos associations partenaires sur certains départements. Les problématiques de domiciliations et de suivis des Gens du Voyage inciteront peut-être l’ARTAG à devoir se positionner par rapport à ces évolutions. 2013 sera encore une année importante. Entre le renouvellement des agréments des centres sociaux, les difficultés rencontrées par certains acteurs sur la région, la sollicitation de plus en plus importante des partenaires et des Voyageurs, l’ARTAG devra tracer un chemin qui puisse prendre en compte ces nouvelles réalités tout en gardant sa ligne directrice : travailler avec et pour les Voyageurs.

4


INTRODUCTION L’Association Régionale des Tsiganes et de leurs Amis Gadjé (ARTAG) accompagne depuis 1985 les Gens du Voyage pour la reconnaissance de leurs droits et de leur culture. L’Association est gérée par des bénévoles Voyageurs et Gadjé, avec l’aide d’une équipe de professionnels (cf. annexe). Elle intervient alors auprès des familles sur diverses thématiques (habitat, scolarisation, insertion, accès aux droits, à la citoyenneté…), ce qui permet un accompagnement global des personnes. Celui-ci varie en fonction des situations des bénéficiaires, il peut être social, professionnel ou socio professionnel et peut évoluer de l’un à l’autre aux différents stades de l’insertion de la personne. L’ARTAG agit pour maintenir et développer le lien social, renforcer la cohésion et maintenir l’inclusion des Gens du Voyage dans le tissu social local. En mai 2010, l’Association a fait le choix de s’orienter vers la création d’un centre social itinérant et cela afin de travailler au plus près des voyageurs et des partenaires locaux. L’Association a progressivement mis en place son projet social qui s’inscrit dans le cadre de la procédure d’agrément des Caisses d’Allocations Familiales. Celles-ci définissent le cadre d’intervention autour de quatre missions principales, présentant le centre social comme : Un équipement à vocation sociale globale Un équipement à vocation familiale et pluri-générationnelle Un lieu d’animation de la vie sociale Un support d’interventions sociales concertées et novatrices L’ARTAG gère deux agréments CAF du Rhône (territoire nord et territoire sud) et porte un seul et même projet associatif. Ce choix de fonctionnement permet d’offrir une réponse globale et de même qualité aux familles quel que soit son lieu de résidence. L’agrément centre social itinérant permet aujourd’hui à l’ARTAG de développer un travail social de proximité qui s’appuie sur deux modes d’intervention complémentaires : ⇒ L’individuel pour l’accompagnement social des personnes ⇒ Le collectif qui permet aux voyageurs de s’investir dans des projets collectifs, de participer à des actions collectives. La dimension centre social a permis une organisation de l’action en trois pôles imbriqués les uns aux autres : ⇒ Insertion (la domiciliation, l’accompagnement des bénéficiaires du RSA, l’insertion professionnelle, l’accompagnement lié à l’habitat) ⇒ Expertise (accompagnement de projets d’habitat, cabinet d’études CATHS, centre de formation) ⇒ Développement social (la médiation-coordination sur les aires d’accueil, actions culturelles, les animations socioéducatives, les animations de proximité…)

5


L’Association gère des actions à l’échelle du Département sur deux territoires géographiques, l’un au nord du Département et l’autre autour de Lyon.(cf annexe carte du schéma départemental 2011-2017) Elles ont pris en compte l’expression de la demande des usagers, le repérage de leurs besoins, et ont suscité leur participation avec une attention particulière au développement des partenariats.

Le fonctionnement de l’ARTAG se divise en deux modes d’action :

Une action territoriale dans laquelle les agents de développement ont la responsabilité d’un territoire sur lequel par l’intermédiaire d’une mission de médiation-coordination sociale sur les aires d’accueil. Ils travaillent en proximité avec les Voyageurs qu’ils rencontrent de manière régulière sur leur lieu de vie. Cette approche permet aux professionnels d’être à l’écoute des demandes et des besoins des voyageurs. Ces besoins nécessitent parfois une approche plus spécialisée. C’est pourquoi nous avons développé un deuxième type d’intervention.

Une action thématique portée par des chargés de mission qui ont une responsabilité globale sur l’ensemble du Département de promouvoir des stratégies de réponses individuelles et collectives sur un thème. Ces thèmes sont les suivants : • L’habitat sous toutes ses formes • L’insertion professionnelle (création et gestion de micro entreprise, travail salarié) • L’accès à la scolarisation et à l’animation • La promotion de la culture tsigane et le développement de l’action culturelle

Le renouvellement des deux agréments centre social itinérant est prévu pour 2013. Nous avons enclenché la démarche projet en juin dernier en réunion d’équipe et en conseil d’administration afin de présenter ce que revêt la démarche projet en rappelant le contexte des agréments CAF, de rappeler les dates importantes. Nous avons présenté le projet comme le texte qui définit les objectifs et le cadre donné aux actions qui seront menées par l’ARTAG pour les années à venir et aussi le document indispensable pour le renouvellement de l’agrément « centre social » par la CAF. La première étape a été celle de l’évaluation de notre projet que nous avons mené en plusieurs temps. L’élaboration d’une revue de projets Ce travail a démarré début octobre avec une séance de travail en présence de tous les professionnels et la direction. L’objectif principal était de faire le point sur les actions. Nous avons utilisé pour cela un outil simple et favorisant la participation : la revue de projets. L’idée était que chaque professionnel puisse revisiter l’ensemble des actions et faire le point de manière collective. Ce travail a donné lieu à un document synthétique validé et remis à chaque professionnel.

6


L’évaluation des actions à partir d’outils simples, elle a laissé une place à chacun des acteurs : professionnels, bénévoles, usagers et partenaires. Nous avons retenu les questions évaluatives suivantes : En quoi l’ARTAG développe-t-elle la fonction passerelle entre les Gens du Voyage et les partenaires locaux ? Est-ce que l’ARTAG est clairement positionnée sur l’ensemble de son territoire d’intervention ? En quoi l’ARTAG répond-elle aux besoins, aux demandes, intérêts des voyageurs ? En quoi les actions développées sont-elles un vecteur de participation des Voyageurs ou en quoi l’ARTAG favorise-t-elle l’implication citoyenne et participative des Voyageurs ?

Prochaines étapes : - 2 Journées de travail avec l’ensemble des salariés afin de : • Tirer les enseignements de l’évaluation produite des premières années de fonctionnement du Centre Social • Réaliser une analyse interne et externe de la situation du Centre Social itinérant • Identifier les défis à relever lors des quatre prochaines années • Retenir les actions prioritaires permettant de relever les défis • Définir les attendus de chacune des actions prioritaires : Restituer le travail aux voyageurs pour enrichissement Restituer le travail à un panel de partenaires opérationnels pour enrichissement Présentation du projet du centre social Le travail partagé est tout aussi vrai pour la définition des objectifs, la construction des outils de mises en œuvre du projet pour une véritable appropriation et une utilisation à la fois spontanée et régulière. L’élaboration du projet s’appuiera sur des outils à la fois pratiques, facilement appropriables et complets pour définir des objectifs et ce qui en découle (résultats, activités, moyens, indicateurs d’évaluation…). Nous vous proposons de découvrir les différentes actions développées en 2012 au travers des trois pôles : Insertion Développement social Expertise Les annexes apportent des éléments et éclairages complémentaires.

7


PRESENTATION DES ACTIONS Accompagnement à l'activité économique Accueil & Domiciliation

Pôle Insertion

Accompagnement social lié au logement

Accompagnement de projets d'Habitat

Animations de proximité

Médiation scolarisation

Accompagnement des bénéficiaires du RSA

Pôle Développement social

Médiation et coordination sociale sur les Aires d'Accueil

Pôle expertise

Actions de sensibilisation et de formation

Actions culturelles

Accompagnement à la scolarité Animations Enfance-jeunesse

Activités du GIE CATHS

8


PÔLE INSERTION LA DOMICILIATION Descriptif de l’action La procédure de domiciliation permet aux personnes sans domicile stable, en habitat mobile ou précaire, d’avoir une adresse administrative pour faire valoir leurs droits civils, civiques et sociaux. La notion de personne sans domicile stable, désigne toute personne qui ne dispose pas d’une adresse lui permettant d’y recevoir et d’y consulter son courrier de façon constante (circulaire N° DGAS/MAS/2008/70 du 25/02/2008 relative à la domiciliation des personnes sans domicile fixe. Source du ministère du logement et de la ville). Comme tout droit et démarche sont soumis à la production d’un justificatif de domicile le service domiciliation est le premier lien indispensable entre les Gens du Voyage et le droit qu’il soit administratif ou social. Au-delà, de permettre aux voyageurs d’avoir une adresse où recevoir leur courrier, le service domiciliation remplit plusieurs fonctions : Une fonction technique et administrative principalement axée sur la réception, le tri et le classement du courrier, par familles, qui permet la remise ou la réexpédition aux intéressés. Une fonction d’accueil, de renseignement et d’orientation qui vise à faire le lien quotidien entre les Gens du Voyage et expéditeurs, à expliquer l’importance des courriers pour les personnes et orienter les familles vers les bons interlocuteurs. Une fonction de médiation, dont le but principal est de créer et maintenir une relation pérenne entre les Gens du Voyage et les institutions, afin que les droits des uns ne soient pas perdus ou retardés par un ralentissement de la machine institutionnelle. Ceci étant souvent lié à la non compréhension des courriers par les familles. Une fonction parfois d’écrivain public qui demeure une nécessité pour bon nombre de familles même si cette fonction ne doit pas se substituer à la responsabilité des intéressés.

Les Objectifs L’accès ou le maintien des droits sociaux (prestations CAF, RSA, AAH, prestations sociales d’assurances vieillesse, l’affiliation au régime d’assurance maladie, la CMU complémentaire, ou à la RAM, l’accès aux prestations d’aide sociale légale de l’Etat ou Département (PCH-Prestation Compensation Handicap/ ADPA-Allocation Départementale Personnes Agées) ; qu’ils soient administratifs (accès à Pole Emploi…) ou bien qu’ils facilitent l’accès aux services (banques, assurances.) Un lien avec les institutions sociales et administratives qui progressivement conduisent les Gens du Voyage vers le droit.

9


Un contact régulier même à distance avec les Voyageurs adhérents. Ces objectifs sont d’autant mieux remplis que nous constatons que la peur de perdre le contact, exprimée par les Voyageurs, reste forte et que l’accès à une adresse fixe n’entraine pas la fin du lien avec la domiciliation qui reste prioritairement la première porte d’accès à l’ARTAG.

Réalisations 2012

Cette année 2012 l’ARTAG comptabilise 608 familles domiciliées. 11 nouvelles familles ont été enregistrées sur l’année 33 sorties ou radiations d’élection de domicilie ont été effectuées, celles-ci s’expliquant par :

• • • • •

l’entrée dans un logement type habitat adapté (10 familles), l’entrée dans un logement classique (4 familles), l’acquisition d’un terrain privé (1 famille), la prise d’une adresse vers d’autres associations (8 familles), la radiation des personnes qui ne se manifestent plus au bout d’un an.

L’ARTAG a mis en place un mode de fonctionnement qui vise à réguler le nombre de personnes domiciliées. La situation d’urgence est acceptée afin de ne pas déstabiliser encore ces familles dans la difficulté. Par contre, il est important d’évaluer le besoins des familles. La domiciliation n’a pas pour les Gens du Voyage la même utilité et la même signification quant à l’inscription territoriale. Pour les Voyageurs il s’agit, par le système de domiciliation, de s’inscrire dans une relation avec les institutions en général et non forcement à un territoire précis. Le choix du lieu de domiciliation se fait dès lors à partir de critères d’efficience et de régularité de lien avec le territoire élu. C’est pourquoi l’ARTAG ne répond pas systématiquement à la demande mais étudie avec la famille la pertinence de la demande au regard de son fonctionnement.

10


Nombre de domiciliation

608

(Hausse de 1,80 % en un an)

L’activité 2012 On constate en 2012 une augmentation du nombre de courriers reçus même si ce chiffre montre un ralentissement de sa progression. Cette augmentation semble paradoxale comparé au nombre de domiciliation à l’ARTAG lequel a diminué sensiblement ces quatre dernières années pour stagner depuis deux ans autour de 600 familles. Ce fait traduit : Une augmentation de l’importance que revêt le courrier pour les Gens du Voyage et l’intérêt de l’appui du service auprès de ces personnes qui facilite la dédramatisation de l’écrit. Une utilisation plus importante de l’écrit par les institutions qui ont pendant longtemps évité ce mode relationnel entre leurs services et les Gens du Voyage. Un lien plus fort par courrier avec l’ensemble de la famille (ayant droits) et non pas uniquement avec le chef de famille.

Nombre de courrier reçus

78290

(Hausse de 2,68 % en un an)

11


L’augmentation du nombre de réexpéditions, très importante ces deux dernières années, malgré une diminution sensible du nombre de familles domiciliées, vient confirmer l’intérêt de plus en plus important que les Voyageurs ont pour les relations administratives et de leur souhait de suivre tout au long de l’année les liens avec les institutions. La réexpédition est le fait qui identifie le plus la spécificité des services de domiciliation pour les Gens du Voyage lesquels, outre une inscription territoriale, revendiquent un lien pérenne en fonction de leur itinérance.

Nombre de courrier réexpédiés

6592

(Hausse de 7,40 % en un an)

Le nombre de personnes reçues dans le cadre de la domiciliation est en constante augmentation depuis plus de quatre ans. Il s’est beaucoup développé suite à notre déménagement qui a offert de meilleures conditions pour les usagers. Parallèlement à ce phénomène les Gens du voyage ont assimilé la nécessité de la rencontre régulière avec le service car cela permet une première identification de leur besoin, une sollicitation auprès des acteurs sociaux de l’ARTAG et une meilleure orientation vers des services partenariaux. Cela se traduit inévitablement par une augmentation de la masse de travail, dans le domaine de l’accueil, et la nécessité pour l’ARTAG d’affiner et de professionnaliser ce temps de travail car il engendre de nombreuses relations autres que le lien courrier.

12


Nombre de personnes reçues

5389

(Hausse de 2,31 % en un an)

Le partenariat avec les CCAS se développe peu à peu. A ce jour le lien avec le CCAS de Décines est le plus régulier. Le lien avec celui de Villeurbanne, qui avait fait l’objet de rencontres pendant l’année 2011, a atteint son rythme de croisière. Toutefois ce partenariat reste assez limité et cela n’empêche les interpellations ponctuelles d’autres CCAS en lien avec des Voyageurs. Cette fin d’année 2012 a été marquée par de nombreuses demandes des personnes domiciliées dans des associations régionales en difficultés. Ces associations en perte de financements sont face à un avenir incertain. Cela a généré une forte demande chez les Voyageurs qui ont sollicité l’ARTAG pour obtenir une adresse.

L’action en images

13


Perspectives 2013 Si la domiciliation atteint un mode de fonctionnement satisfaisant il n’en demeure pas moins que nous devons nous fixer un certain nombre d’objectifs pour l’année 2013 afin d’anticiper les besoins. -

L’amélioration des conditions d’accueil du public dans nos locaux afin d’offrir plus qu’un accueil administratif.

-

Prolonger le travail avec les CCAS pour aboutir à un mode de fonctionnement de la domiciliation qui soit satisfaisant pour les Gens du Voyage en tenant compte des capacités techniques des CCAS.

-

Anticiper l’évolution du devenir de certaines associations de la région qui sont susceptibles d’avoir un impact sur notre fonctionnement par une demande massive des familles en recherche d’une nouvelle domiciliation.

14


PÔLE INSERTION L’ACCOMPAGNEMENT AU TITRE DU RSA

Descriptif de l’action C’est au niveau du pôle Insertion que se situe l’accompagnement des bénéficiaires du RSA. Cet accompagnement est mené par 7 agents de développement, tous travailleurs sociaux. Parallèlement à cette mission de référent RSA, ces deniers effectuent une mission de médiation coordination sociale sur les aires d’accueil du Département. L’intervention peut être complétée par celle du ou des chargés de mission en charge d’une thématique en fonction du diagnostic posé (insertion professionnelle, habitat, scolarisation-animation, culturecommunication) Les étapes de l’accompagnement développé au sein de l’Association : Etape 1 : diagnostic global de la situation de la personne et de sa famille sur cinq items systématiquement interrogés (cf document joint) : • • • • •

L’insertion économique L’habitat La santé L’accès aux droits et la vie sociale La scolarisation des enfants

Etape 2 : Ecriture du contrat d’insertion axé sur les items mis en avant par la personne et qui apparaissent le plus prioritaire au regard de sa situation Si l’item Insertion par l’économique est prioritaire, alors l’agent de développement orientation vers le chargé de mission Economique pour un diagnostic sur les compétences professionnelles. Définition de l’orientation du contrat d’insertion vers le travail salarié ou bien le statut d’auto entrepreneur. Mise en place d’un suivi par le chargé de mission Economique en lien avec l’agent de développement. Si l’item Habitat est prioritaire orientation vers le chargé de mission Habitat pour un travail spécifique d’accès au logement sous la forme compatible avec les attentes des personnes

15


Si l’item Scolarisation est mis en exergue, l’agent de développement s’appuiera sur le chargé de mission Scolarisation / accès aux savoirs. L’item Vie sociale permet à l’agent de développement de s’appuyer sur le chargé de mission Culture dans le cadre de ces activités (festival Itinérance Tsiganes, actions de formation, actions d’information sur outils de communication.) D’une manière générale la spécificité du suivi des Gens du Voyage passe par la nécessité de prendre en compte la globalité de la situation familiale pour faire le lien avec les acteurs, les institutions et pouvoir définir des priorités d’action pour ce qui concerne la personne au regard de sa situation. La mission de médiation coordination des aires d’accueil facilite le contact et l’orientation vers les services locaux. Elle permet aussi un lien régulier avec les bénéficiaires et joue un rôle de passerelle avec les autres intervenants. Des actions propres à notre structure s’intègrent à l’accompagnement : • • •

Atelier technique et recherche d’emploi Atelier de construction d’outil de marketing pour les autos entrepreneurs Atelier d’aide à la gestion des micros entreprises

Les lieux d’accueil des usagers : •

Dans les locaux de l’ARTAG situés au 185 rue Jean Voillot à Villeurbanne

Dans des structures proches des lieux de vie des bénéficiaires avec la mise en place de permanences dans différentes lieux (MDR, MDE, plateforme emploi-cohésion sociale…)

Les Objectifs De manière globale, l’ARTAG mène son action pour maintenir et développer le lien social, renforcer la cohésion et maintenir l’inclusion des familles « Gens du Voyage » dans la société et plus particulièrement sur le territoire du département du Rhône. Assurer un accompagnement adapté et de proximité par des entretiens et des contacts réguliers. Développer la participation des bénéficiaires en les rendant acteurs.

16


Réalisations 2012 Quelques données chiffrées

Age < 25 ans 26 / 35 ans 36 / 45 ans 46 / 55 ans > 55 ans Femme Nombre % 109 33%

Nombre 19 131 97 66 20

% 6% 39% 29% 20% 6% Homme

Nombre 224

% 67%

Cet accompagnement a concerné cette année 333 bénéficiaires, soit 224 hommes et 109 femmes. La tranche d’âge la plus représentée est celle des 26/35 ans même si toutes les tranches d’âge sont présentes. Notre intervention concerne le Département du Rhône mais nos suivis concernent plus spécifiquement 8 CLI (4, 6, 7, 8,9, 11,12 et 13), et plus massivement la CLI 9 puisque plus de 70% des bénéficiaires dépendent de cette CLI, ce qui représente 237dossiers. Concernant le niveau de formation, une grande majorité relève d’un niveau inférieur ou égal au niveau 6. L’accompagnement social des familles nous conduit à intervenir autour de cinq principales thématiques : l’accès aux droits, l’habitat et l’insertion professionnelle, l’école et la vie sociale. Il y a une forte demande de la part des familles pour être aidées, accompagnées dans la compréhension et la réalisation des démarches administratives de la vie quotidienne. Cet accompagnement est d’autant plus prégnant lorsque les personnes n’ont pas la maîtrise de la lecture et de l’écriture. L’accompagnement varie alors en fonction du niveau de chacun : cela peut aller de la simple explication d'un document, au remplissage de dossiers administratifs, ou encore à l’accompagnement à l’écriture (copie avec modèle), jusqu’à la rédaction de courriers.

Perspectives 2013 Nous souhaitons poursuivre notre travail de diagnostic de chaque situation, de mettre en place un plan d’actions adapté et validé pour et avec chaque personne. L’ARTAG a créé un centre social itinérant qui permet la mise en place d’actions collectives. Ces actions ont pour but dans le cadre du RSA de construire des accompagnements collectifs sur des besoins, demandes répétitifs, et qui peuvent être accompagnés autrement que dans un accompagnement individuel trop chronophage. La problématique de l’illettrisme reste entière et nous souhaitons aborder cette thématique en rapport avec les besoins spécifiques des personnes (insertion professionnelle, démarches administratives du quotidien) afin de permettre l’accès aux apprentissages linguistiques élémentaires. De manière globale, nous souhaitons développer et renforcer la dimension collective. Les actions collectives devraient être un outil pour faciliter la mobilisation des personnes.

17


PÔLE INSERTION L’INSERTION PROFESSIONNELLE LA REUNION D’INFORMATION COLLECTIVE Descriptif de l’action Il s’agit de soutenir les personnes souhaitant trouver ou créer leur emploi par le biais de la création d’entreprise. Les agents de développement de l’ARTAG, qui se rendent sur les aires d’accueil ou effectuent des visites à domiciles, font remonter les questions ou les besoins d’information concernant une activité indépendante ou salariée des personnes auprès du chargé de mission économique. L’intéressé(e) est convoqué(e) à une réunion collective d’information générale sur la création d’entreprise animée par le chargé de mission économique. Cette réunion d’une durée de deux heures a lieu sur la commune de DECINES (Maison de l’Emploi) les troisièmes vendredi du mois. La présence et la participation des Voyageurs à cette réunion montrent leur première motivation à créer leur entreprise. C’est une condition indispensable à l’entrée dans le processus d’accompagnement. Au cours de cette réunion, sont abordés différents sujets : statut, droits et obligations de l’entrepreneur, aides à la création, régime fiscal, les charges sociales etc. Le référent qui a positionné un bénéficiaire du RSA, est informé par le chargé de mission de la présence ou non de l’intéressé(e) à la réunion programmée.

Objectifs Posséder les informations nécessaires à la prise de décision quant à leur création d’activité Suite à la réunion, les personnes prennent contact, à leur initiative, avec le chargé de mission économique de l’ARTAG pour un premier entretien d’accueil durant lequel seront planifiées les démarches en vue de la création d’entreprise. Rappelons que les entreprises créées et les activités professionnelles exercées nécessitent en général peu de moyens humains et financiers, pas d’équipements et matériels lourds. L’immatriculation dans les Chambres consulaires n’est plus obligatoire pour les auto-entrepreneurs sauf pour les activités soumises à réglementation. Des justificatifs, un CAP ou des attestations d’employeurs, peuvent être demandés pour l’exercice de certaines activités (travaux gros œuvre, second œuvre, travaux

18


d’électricité…) qui dépendent de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat. La demande d’immatriculation de leur entreprise se fait auprès du Centre de Formalités des Entreprises (CFE) dont dépendent leurs activités (Commerce ou Métiers).

Réalisations 2012 L’une des missions de l’ARTAG est de permettre aux Gens du Voyages de créer ou de légaliser une activité indépendante exercée dans un cadre familial. Au fil du temps, afin de respecter le cadre législatif, les Gens du Voyages se sont inscrits auprès des centres de formalités des entreprises. Ils peuvent ainsi travailler en respectant le cadre légal.

50 40

Personnes ayant participé à une Information Collective

30

Créations d'entreprise 20 Radiations d'entreprise

10 0 2010

2011

2012

Ainsi, en 2012, 21 personnes souhaitant des renseignements sur la création d’entreprise ont participé à une information collective. Suite à cette réunion, 18 personnes ont pris contact avec le chargé de mission afin d’être accompagnées dans leur démarches de créations. 3 personnes n’ont pas donné suite pour des raisons personnelles ou familiales. Ces créateurs d’entreprises sont essentiellement des hommes, âgés entre trente et quarante ans, vivant en couple avec enfants et, pour moitié d’entre eux, sédentaire. Les domaines d’activités principales qui ont été choisi par ces personnes, car exercé dans un cadre familial, sont essentiellement la récupération de métaux (53%), le petit entretien d’espaces verts (26%) et la vente sur les marchés (21%). Ces créateurs d’entreprises ont choisi le statut d’auto entrepreneur ou l’entreprise individuelle avec option pour le régime du micro social simplifié (cette option du régime fiscal « Micro BIC » leur permet de payer leurs cotisations sociales auprès du RSI (Régime Social des Indépendants) en fonction de leur chiffre d’affaires). Tous ont choisi de créer leur emploi dans un domaine d’activité qu’ils maîtrisent par expérience familiale. Sur ces 18 créateurs d’entreprise bénéficiaires du RSA, 12 ont à référent à l’ARTAG et 6 sont suivis par d’autres organismes (CCAS, MDR, Pôle emploi, MSD)

19


Enfin, en 2012, 4 personnes ont pris rendez-vous afin d’être accompagnées dans leur démarches de radiation d’activité. Ces personnes exerçaient leurs activités indépendantes, en moyenne, depuis 2 ans. Les motifs de radiations sont le manque d’activité ou des raisons de santé. En trois ans, nous pouvons observer une baisse du nombre de personnes souhaitant créer leur entreprise. Le suivi administratif de l’entreprise est également une action prépondérante de l’ARTAG. En effet, beaucoup d’entrepreneur rencontrent des difficultés dans la gestion de leur activité indépendante liées le plus souvent à l’illettrisme : le fait de ne pas savoir lire un courrier, de ne pas conserver des documents importants, de ne pas connaître la législation en vigueur… font que beaucoup de ces travailleurs indépendants se retrouvent en difficulté vis-à-vis du RSI, de l’administration fiscale ou de la CAF du Rhône. Suivi Post création 80 70 60 50 40 30 20 10 0

24 22

27 Suivi post création hors référence ARTAG

42

49

2010

2011

Suivi post création référence ARTAG

38

2012

Ainsi, en 2012, l’ARTAG a accompagné en suivi administratif post création 65 personnes. Ces entrepreneurs en difficultés ont en moyenne 2 ans d’existence, tous secteurs d’activités confondus. Cet accompagnement peut être régulier (entretien tous les mois) ou ponctuel (entretien tous les trimestres). L’objet de ces entretiens concerne en grande majorité des démarches administratives auprès de la CAF du Rhône et du RSI. Le nombre total de ces suivis reste à peu près constant sur ces trois dernières années. Cependant, nous observons une hausse de l’accompagnement post création de personnes suivi par un référent autre que l’ARTAG.

Perspectives 2013 Le nombre de Voyageurs souhaitant créer leur entreprise baisse depuis ces trois dernières années. Depuis le début de l’action permettant aux voyageurs de créer leur activité, 190 entreprises ont été créées. Nous observons un début de changement d’orientation professionnelle de certains Voyageurs qui souhaitent trouver un emploi salarié. L’aide à la gestion administrative de l’entreprise est une action qui prend de plus en plus d’importance dans l’action d’insertion par l’économique que mène l’ARTAG. Selon les capacités d’apprentissage des personnes, nous les orientons vers les ateliers collectifs d’aide à la gestion administrative. Enfin, la réunion d’information collective se tiens désormais à la Maison De l’Emploi de Décines tous les troisième vendredi du mois à 10H.

20


PÔLE INSERTION L’INSERTION PROFESSIONNELLE LES ATELIERS DE GESTION D’UNE MICRO ENTREPRISE Descriptif de l’action Les simplifications administratives d’immatriculation et le statut d’auto-entrepreneur ont permis à nombre de personnes de créer ou de légaliser leur activité. Ces simplifications administratives ont quelque peu occulté les devoirs, les responsabilités du chef d’entreprise. Ainsi, dans le cadre du suivi post création, nous rencontrons souvent des entrepreneurs ayant, notamment, des difficultés administratives vis-à-vis de la Caf du Rhône, des dettes de cotisations sociales importantes auprès du RSI… Des difficultés liées à la méconnaissance du système ou à l’incapacité de pouvoir lire un document officiel…. C’est pourquoi, afin de palier à ces difficultés et de rendre autonome le travailleur indépendant, nous avons mis en place des ateliers d’aide à la gestion et à l’organisation administrative de l’entreprise. Ces ateliers ont lieu principalement dans les locaux de l’ARTAG à Villeurbanne. Ils peuvent aussi être décentralisés dans des Maisons De l’Emploi avec lesquels nous avons un partenariat (par exemple, la MDE de Feyzin). Tous les voyageurs exerçant une activité professionnelle indépendante, bénéficiaire du RSA, peut s’inscrire afin de participer à un atelier. La fréquence de ces ateliers collectifs est souvent liée à la saisonnalité des obligations administratives de l’entreprise (déclaration trimestrielle de chiffre d’affaires, déclaration d’impôt…). Plusieurs thématiques sont abordées : •

L’atelier « tri des papiers » qui permet d’identifier, de classer et de conserver les documents importants,

L’atelier « livre de recettes » qui apprend au travailleur indépendant à tenir un livre de compte afin de calculer son chiffre d’affaires et son bénéfice,

L’atelier « Déclaration d’impôts » qui aide le travailleur indépendant à déclarer ses revenus à l’administration fiscale,

21


L’atelier « déclaration RSI » qui apprend à l’auto entrepreneur ou au travailleur indépendant (ayant opté pour le régime du micro social simplifié) à déclarer son chiffre d’affaires et à calculer les cotisations sociales qu’il doit régler chaque trimestre.

Objectifs Rendre autonomes les travailleurs indépendants Grâce à ces ateliers, les travailleurs indépendants sont en capacité d’identifier, de classer et de conserver les documents importants non seulement pour la gestion administrative de leur entreprise mais aussi pour les documents de la « vie de tous les jours ». Ils peuvent, par exemple, fournir rapidement la copie d’un document demandée par un organisme afin d’éviter une procédure administrative. Pour des raisons comptables, un travailleur indépendant se doit de tenir un livre de recettes. Ce livre de compte a été trop souvent négligé par le passé. Il permet au travailleur indépendant de respecter la législation comptable mais il est également un outil qui permet de travailler le budget chez des personnes qui avaient pour habitude de vivre « au jour le jour ». L’une des obligations du travailleur indépendant est de déclarer, en général tous les trimestres, son chiffre d’affaires au RSI afin de régler ses cotisations sociales. Si cette obligation n’est pas respectée, le travailleur indépendant peut être radié et, de ce fait, ne plus pouvoir exercer son activité. Ainsi, suite à ces ateliers et en fonction des capacités d’apprentissage de chacun, un voyageur travailleur indépendant se responsabilise et devient autonome dans ces démarches principales quant à son activité professionnelle. Il évite ainsi des procédures administratives souvent longues et coûteuses que peut, par exemple, entraîner un document non remis dans les temps auprès de l’administration fiscale, du RSI ou auprès de la CAF.

Réalisations 2012 En 2012, les thématiques abordées dans le cadre de nos ateliers collectifs concernent essentiellement la déclaration de revenus (trois ateliers dans nos locaux), le tri et l’organisation de documents administratifs (deux ateliers dans nos locaux et un atelier à la Maison De l’Emploi de Feyzin) et l’aide à la mise en place d’un livre de compte (un atelier dans nos locaux). Ainsi, ces ateliers ont réuni un total de 29 travailleurs indépendants, tous secteurs d’activités confondus.

22


24%

Atelier "Déclaration d'Impôt" Atelier "Tri des Papiers" 14%

Atelier "Livre de Recettes"

62%

Une grande majorité des travailleurs indépendants sollicite le module « Déclaration d’impôts ». Cet atelier, reconnu par les voyageurs, se déroule chaque année à raison de plusieurs séances pendant les mois de Mai et Juin. Ce module est spécifique car la fréquence et la complexité de la déclaration d’impôts pour les travailleurs indépendants (déclaration complémentaire pour les revenus de l’entreprise cerfa 2042 C ) font que le voyageur préfère nous solliciter car il a « oublié » ce qu’il a appris l’année d’avant et qu’il a peur des conséquences que peut entraîner une erreur dans sa déclaration fiscale .

L’action en images

Perspectives 2013 Ces ateliers d’aide au suivi administratif de l’entreprise sont prépondérants dans l’action que mène l’ARTAG en faveur de l’autonomie des Voyageurs : autonomie dans leurs démarches professionnelles mais aussi dans leurs démarches personnelles, liées à leur vie de tous les jours. Ces ateliers amènent le Voyageur à être responsable dans ses démarches, à réfléchir autrement sur ses capacités organisationnelles et à s’ouvrir vers des projets (personnels ou professionnels). Pour 2013, nous souhaitons développer ces modules, les faire connaître et faire participer un voyageur témoin qui s’est saisi d’une thématique. Enfin, une décentralisation de ces ateliers auprès des MDE de certaines communes peut s’avérer judicieuse.

23


PÔLE INSERTION ACCOMPAGNEMENT SOCIAL LIE AU LOGEMENT Descriptif de l’action L’accompagnement social lié au logement est l’un des trois volet essentiels du fond de solidarité pour le logement, tel qu’il a été défini par la loi « Besson » du 31 mai 1990, reprise par la loi du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions. Aux termes de la loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales, la gestion du FSL a été transférée au département. L’ARTAG est agréée depuis 2000 pour être l’opérateur de l’Accompagnement Social Lié au Logement et des Actions d’ASLL. L’Accompagnement Social Lié au Logement (ASLL) est un accompagnement individuel spécialisé, reposant sur une démarche volontaire et contractuelle, qui s’adresse aux ménages et/ou aux familles en difficultés face à l’élaboration et/ou la réalisation de leur projet logement. Le contenu de l’ASLL se divise classiquement en trois phases : recherche, accès et maintien. Toutefois en ce qui concerne les Gens du Voyage, il apparait des spécificités relatives aux représentations de l’habitat qui demande de prendre un temps important pour une phase diagnostic, les représentations sont également prises en compte sur les autres phases. La deuxième spécificité dans l’accompagnement est le lien, le soutien et l’appui aux bailleurs lors de la proposition, l’accès ou encore le maintien dans le logement. Ce partenariat permet l’appréhension et une meilleure connaissance des Gens du Voyage.

Phase I : DIAGNOSTIC ET CONSEIL • • • • • • •

Travail sur la représentation de l’habitat Point sur la situation locative actuelle de la famille Point sur les souhaits, les besoins, les attentes et les problèmes rencontrés Approfondissement de la demande par des exemples Information sur le logement classique (propriétaire privé et/ou public) et sur l’habitat adapté Information sur la réalité du marché du logement Information sur la demande de logement social

Phase II : RECHERCHE •

Travail sur les représentations du logement

24


• • • • • • • •

Instruction du dossier de demande de logement social Suivi de l’envoi, de la réception du numéro unique d’enregistrement et de la demande Instruction dossier DALO si nécessaire Mise en lien avec les bailleurs pour positionnement du ménage si vacance Aide à la recherche de logement auprès de particuliers (site internet, petites annonces) Accompagnement dans la mise en relation avec le propriétaire du logement (public/privé) Constitution du dossier si besoin Point sur les besoins en équipement ménager et électroménager et demande d’aides

Phase III : ACCES • • • • • • • • •

Travail sur la relation bailleur-locataire Rappel des devoirs du locataire (paiement du loyer, demande avant aménagement, respect du voisinage) Si proposition, mise en lien avec le bailleur Accompagnement à la visite du logement si besoin Constitution d’un dossier ACAL ou Loca pass Accompagnement à l’état des lieux si besoin Aide à l’ouverture des contrats eau, électricité, gaz avec explication sur le paiement de ces charges (frais d’ouverture de compteurs + mensualisation/factures) Aide à la constitution du dossier APL Point sur l’équipement et demandes d’aide si besoin

Phase IV : MAINTIEN • • • • • •

Travail sur la représentation de la gestion du logement Point sur l’appropriation des lieux, les difficultés et les améliorations rencontrées Point sur le budget loyer en fonction de l’APL réel Point sur la consommation en fonction des relevés d’index et/ou des premières factures Gestion des dettes et demande d’aide si besoin Mise en lien avec les acteurs sociaux locaux si besoin et si le ménage n’est pas connu

Les Actions d'Accompagnement Social Lié au Logement proposées par l'ARTAG se déroulent en complémentarité de la mise en œuvre du schéma départemental des aires d’accueil. Il s’agit de faire émerger des projets d’habitat à partir de la demande des Gens du Voyage ou des Collectivités Territoriales. ACTION 1 : Accueil, Information, Orientation (AIO) Un outil : la permanence Habitat L’ARTAG met en place une permanence autour de la thématique générale de l’habitat afin d’offrir un lieu d’information, de conseil et d’orientation aux ménages issus de la communauté des Gens du Voyage sur les problèmes relatifs au logement qu’ils rencontrent. Le contact direct et régulier avec les familles demeurant

25


la base de notre travail. La permanence Habitat est un outil qui nous permet d’être souvent le premier interlocuteur des ménages en ce qui concerne les problématiques liées à l’habitat. Indispensable à la prise en compte et la formulation d’un problème et/ou d’un besoin, notre action vise à rendre explicite une demande et à clarifier les étapes nécessaires pour apporter une réponse si besoin. L’accueil : il s’agit de comprendre et de clarifier le motif de la demande déposée par les familles L’information : il s’agit de reformuler la demande et d’apporter des éléments informatifs et complémentaires L’orientation : il s’agit de : • Réorienter la personne vers le partenaire compétent • Mettre en place une mesure, un accompagnement adapté • Instruire un dossier le cas échéant ACTION 2 : Travail d’émergence des besoins d’habitat L’objectif général de cette action vise à impulser la prise en compte effective de ces projets d’habitat, notamment par la mise en place de MOUS*. Cette action s’inscrit en complète cohérence avec le nouveau schéma départemental qui vise à traiter les situations d’habitat dans leur globalité, en partenariat avec l’ensemble des acteurs locaux compétents. Pour ce faire, elle identifie les demandes des groupes familiaux. Afin d’approfondir cette question et rendre possible l’émergence des projets d’habitats sédentaires, un travail de fond important est effectué et consiste à : • Recenser le nombre et la typologie des demandes et besoins • Transmettre aux pouvoirs publics des données socio-économiques et techniques, collectées auprès des populations et sur les sites • Interpeller les pouvoirs publics vis-à-vis des situations de mal logements que peuvent connaître certains groupes familiaux. • Contacter et, ou répondre aux sollicitations des collectivités concernées par la présence de gens du voyage en demande de sédentarisation sur leur territoire. ACTION 3 : information- orientation - médiation sur le droit de l’urbanisme Cette action s’adresse tant aux familles qu’aux collectivités. Elle concerne des groupes familiaux ou individus qui tentent de solutionner leur problématique de l’habitat en se projetant dans l’acquisition d’un terrain en dehors des règles d’urbanisme. Les familles contactent directement l’Artag pour connaitre leurs droits et devoirs en tant que propriétaires. Les collectivités contactent aussi l’Artag au titre d’une demande de médiation Notre travail vise dans ce contexte à : • Identifier le projet d’achat de la famille et l’informer ou lui rappeler les règles en termes d’urbanisme • Informer et orienter les familles auprès des acteurs compétents (service technique et service de l’urbanisme de la collectivité ; avocats spécialisés en droit de l’urbanisme) sur les règles à respecter en termes d’urbanisme • Informer et orienter auprès d’avocats spécialisés les familles propriétaires en procédures judiciaires • Proposer une médiation avec le service urbanisme de la ville concernée afin de limiter les procédures juridiques couteuses pour la collectivité et perdues d’avance pour le propriétaire.

26


Objectifs Favoriser l’insertion par le logement et l’accès à un habitat digne et respectueux des règles de l’urbanisme dans le cadre de l’itinérance ou de la sédentarisation Viser l’autonomie et la responsabilisation des personnes et des ménages Permettre l’accès aux moyens financiers (l’accès aux droits sociaux liés au logement, l’accès au crédit…) *MOUS : Maitrise d’œuvre Urbaine et Sociale

Les outils Le prêt parcours confiance s’inscrit dans l’accompagnement social lié au logement comme un outil pour l’acquisition d’équipement et d’électroménager indispensable à l’appropriation d’un logement. Le prêt caravane de la CAF constitue un outil efficace permettant de renforcer les liens entre les ménages dans une approche globale de la question de l’habitat des Gens du Voyage. Le prêt caravane de la CAF du Rhône

Notre intervention sur l’accès au logement prend appui depuis 2003 sur un outil permettant d’apporter à court terme une amélioration des conditions de vie et de logement de certains ménages. La Caf du Rhône propose en effet un prêt de 6000 € pour les ménages allocataires, ayant au moins 2 enfants de moins de 15 ans. Ce prêt est remboursable sans intérêt sur 60 mois. Dans le département du Rhône, ce prêt constitue l’aide la plus intéressante pour mener à bien un projet d’acquisition. De ce fait, l’Artag est de plus en plus sollicitée pour l’obtention de ce prêt, y compris des partenaires.

Le prêt Parcours Confiance

En 2012 nous avons développé un partenariat avec l’association Parcours Confiance issue de la Caisse d’Epargne. Ce prêt de 3 000 euros permet aux personnes et aux familles en difficultés et ne pouvant prétendre au prêt CAF d’accéder à un prêt destiné à l’achat de caravane et à la modernisation de l’habitat.

Réalisations 2012 L’Accompagnement Social Lié au Logement Nombre d’accompagnements FSL réalisés

36

Nombre de mesures « recherche » Nombre de mesures « accès » Nombre de mesures « maintien »

21 8 7

Nombre de ménages qui ont bénéficié d’un accompagnement

33

Nombre de ménages suivis en recherche qui ont accédé à un logement

8

Nombre de définition de projet

13

Le prêt caravane : 42 prêts caravane de validés, ce qui a concerné 214 personnes

27


Le prêt microcrédit « Parcours Confiance » : 6 microcrédits validés, ce qui a concerné 11 personnes

Les Actions d’Accompagnement Social Lié au Logement ACTION 1 : Accueil, Information, Orientation (AIO) Nous avons rencontré 91 ménages par le biais de la permanence habitat, ce qui correspond à 105 rendezvous honorés. La durée moyenne de chaque entretien est d’une heure auquel il faut ajouter un temps de préparation des rencontres et de traitement de la demande, variable selon la thématique concernée.

Nombre de ménages

Prêt caravane 34

Microcrédit 7

Information et recherche de logement 24

TOTAL 100

ACTION 2 : information- orientation - médiation sur le droit de l’urbanisme En 2012, nous avons traité 8 dossiers qui concernaient 17 ménages sur les communes de : • Jonage • Chaponost • Brignais • Genas Les familles sont reçues lors d’un entretien individuel d’une durée d’1heure. Nous pouvons aussi nous rendre sur site lors d’une médiation. Ce travail d’information, orientation, médiation a permis l’émergence d’un travail partenarial avec les communes de Chaponost, Brignais et Genas. ACTION 3 : Travail d’émergence des besoins d’habitat Pré-projet de : SARCEY ARBRESLE SAINT-LAURENT-D’AGNY VILLEFRANCHE-SUR-SAONE FEYZIN-Camping des Vanniers CHAPONOST BELLEVILLE GENAS TASSIN-LA-DEMI-LUNE GIVORS BRIGNAIS MEYZIEU Total ménages

Nombre de ménages concernés : 1 Diagnostic en cours 4 1 30 8 6 5 10 13 22 5 105

28


Perspectives 2013 L’Accompagnement Social Lié au Logement L’objectif pour cette nouvelle année est d’augmenter le nombre de mesures pour ainsi permettre à un maximum de Voyageurs de définir leur projet logement et de les accompagner pour sa réalisation. Le prêt caravane CAF et le micro crédit permettront d’améliorer les conditions de vie des Gens du Voyage, ils seront utilisés comme un outil au service du processus d’insertion du public. L’Action d’Accompagnement Social Lié au Logement Certains questionnements comme certaines problématiques concernant l’habitat, parfois récurrents peuvent être communs à plusieurs ménages notamment ceux accompagnés dans le cadre d’une mesure ASLL. Afin de diffuser la même information à tous et de permettre l’échange entre les personnes présentes, le développement d’information collective est prévu courant 2013. Ces temps d’échanges pourront être animés par la chargée de mission ou la coordinatrice habitat ainsi que par des intervenants extérieurs. Les premiers thèmes abordés concerneront le fonctionnement dans un logement classique face aux représentations de l’habitat.

29


PÔLE DEVELOPEMENT SOCIAL MEDIATION ET COORDINATION SOCIALE SUR LES AIRES D’ACCUEIL Descriptif de l’action La médiation et coordination sociale est réalisée par les agents de développement de l’ARTAG. Mission confiée par les communautés de commune dont le Grand Lyon. Afin de réaliser la mission de médiation et coordination sociale, il est nécessaire de créer un lien de confiance avec les familles. Pour cela, l’agent de développement se rend sur l’aire d’accueil une fois par semaine. Il va au contact des familles, soit à leur demande, soit de manière systématique afin de se présenter, décrire la mission, répondre aux demandes. Lorsque les familles ont identifié la fonction de l’agent de développement, il est amené à intervenir autour de différents thèmes qui régissent le quotidien : l’accès aux droits, l’accès à la scolarité des enfants, les problématiques d’habitat, l’insertion par l’activité économique ou les activités de loisirs… Concernant la médiation à proprement parlé, nous intervenons en cas de non respect du règlement intérieur ou de la convention d’occupation que les familles signent à leur entrée sur l’aire d’accueil. Nous sommes alors interpellés par le gestionnaire, la communauté ou l’usager. Notre intervention peut alors avoir lieu en lien avec plusieurs cas de figures : les impayés, les dépassements de délai, les occupations sans droit ni titre ou la gestion de conflits. Cette action favorise l'établissement d'une relation de proximité avec les voyageurs et facilite la remontée des demandes permettant d'alimenter la réflexion autour des besoins et des actions à mettre en place. L’action de l’agent de développement peut se poursuivre dans les locaux de l’ARTAG situés à Villeurbanne. Cette poursuite se fait par l’agent de développement ou les chargés de mission lorsqu’ils sont concernés et interpellés. Ces derniers peuvent recevoir les ménages stationnant sur l’aire lors de leur permanence à l’ARTAG.

Objectifs La mission a pour finalité de favoriser l’inscription des familles dans le tissu social local en permettant l’accès des usagers aux différents services et équipements de proximité. Elle est rendue possible parce que liée à un accompagnement social des familles qui résident sur les aires d’accueil.

30


L’action poursuit alors quatre objectifs opérationnels : Accompagner les familles résidant sur l’aire d’accueil vers l’accès aux droits Soutenir le gestionnaire dans le respect du règlement intérieur (RI) Informer la collectivité responsable de tout problème ou dysfonctionnement Développer la mise en réseau avec les acteurs locaux.

Réalisations 2012 Actuellement, l’ARTAG intervient sur 23 aires d’accueil sur le département du Rhône dont 18 sont gérées par le Grand Lyon. L’agent de développement effectue un passage hebdomadaire sur l’aire d’accueil au cours duquel, il rencontre le gestionnaire et les voyageurs. Les principaux acteurs intervenant et œuvrant en étroite collaboration sur les questions relatives au fonctionnement des aires d’accueil sont : • Le responsable de la gestion des aires d’accueil (Grand Lyon ou communautés de communes) avec lequel nous travaillons par le biais des remontées d’informations, des fiches retour de médiation et des réunions de travail. • Le gestionnaire locatif (ADOMA et SG2A), avec lesquels nous échangeons sur le fonctionnement de l’aire d’accueil, les problèmes techniques et la gestion de l’endettement. Il nous arrive d’intervenir en binôme, lorsqu’il y a des difficultés, des travaux à organiser, un nouveau fonctionnement à expliquer… • L’agent de développement en charge de la mission de médiation et de coordination sociale (ARTAG). En 2012, nous avons revisité et adapté les procédures d’impayés en lien avec le Grand Lyon et les gestionnaires. Un premier bilan aura lieu au premier trimestre 2013. La mise en réseau avec les acteurs locaux En fonction des demandes ou besoins, les familles sont alors orientées vers les acteurs locaux. Le but est de permettre aux familles de connaître les services de la commune où elles résident et de les utiliser comme tout habitant de cette commune. Pendant la durée du séjour, l’agent de développement vise à faciliter l’accès aux différents services et équipements pour que les familles accèdent aux droits auxquels elles peuvent prétendre. Pour atteindre cet objectif, l’agent de développement met en place des rencontres avec les acteurs locaux afin d’avoir une connaissance exhaustive du territoire. Le but étant de pouvoir transmettre l’information auprès des familles et de faire la passerelle entre les acteurs sociaux, de santé, les écoles et les voyageurs. Il s’agit de favoriser l’implication de ces derniers sur le territoire, considérant l’aire d’accueil comme un quartier à part entière de la commune. Cette dimension a été bien développée en 2012.

31


Partenaires de l’action sociale : • CCAS • MDR • Associations locales (Entraide Majolane et Resto du Cœur de Meyzieu, Resto du Cœur de Corbas, association des familles de Francheville, Resto du cœur de Lyon 9, la Case africaine de Vaulx-enVelin) • Ateliers Santé Ville (Vénissieux, Bron, Vaulx-en-Velin) • Partenaires de l’action socioculturelle : • Centres sociaux (Meyzieu, St Genis Laval, Brignais, St Priest, Caluire, Tarare, Bron, Rillieux-la-Pape, Tarare, Chatillon d’Azergues, Vénissieux, Gerland, Ecully, Francheville) • Médiathèques (St Genis Laval, Centre culturel Polaris de Corbas, Francheville, Chassieu, Brignais, Craponne) • Centres de Loisirs municipaux • Ludothèques (Caluire, Quai des Ludes à lyon, Rillieux la Pape, Chassieu) • Association Qimel de St Genis Laval (la photo comme support de valorisation de la diversité culturel). • Services Politique de la Ville (Grigny, Brignais, Saint-Genis-Laval, Vaulx-en-Velin, Lyon 7, Saint Priest) • MJC et particulièrement celle de Brindas Le comité d’usagers : un outil au service de la médiation : En 2012 nous avons mis en place et animé 5 comités d’usagers. Ils ont permis l’échange entre les différents acteurs, d’aborder ce qui pose problème sur l’aire d’accueil. Il s’agit de proposer un temps d’échanges formel sur l’aire d’accueil, réunissant les familles, le gestionnaire, la commune et animé par l’ARTAG dans le cadre de sa mission de médiation. Ils permettent l’échange entre les différents acteurs, sur les éventuels problèmes rencontrés sur l’aire d’accueil. En fonction des lieux et des demandes, nous avons convié d’autres acteurs comme des responsables d’animation, assistante sociale de CCAS. Un professionnel de la mairie peut être également présent pour présenter de manière générale la ville et remettre aux participants un livret de la commune. Le Grand Lyon explique également sa mission. L’ordre du jour est construit par l’ensemble des participants et affiché à l’extérieur du bureau du gestionnaire. Le comité d’usagers se met en place, dans la mesure du possible, en amont du comité de suivi de l’aire d’accueil afin d’alimenter ce dernier. Un compte rendu est rédigé par l’agent de développement et validé par l’ensemble des participants. Les remarques sont retranscrites et transmises aux interlocuteurs concernés et compétents. Cependant, nous ne sommes pas satisfaits du peu de résultats : chaque acteur a tendance à camper sur ses positions et les échanges ne sont pas toujours constructifs. Cependant, nous sommes convaincus de l’intérêt de mettre en place une concertation sur les aires d’accueil avec les principaux acteurs. Nous constatons que les impayés et les dépassements de délais ont augmenté en 2012. Un travail est en cours afin d’analyser ces deux points et de proposer des actions pour y remédier.

32


L’action en images

Perspectives 2013 Les concertations entre l’ARTAG, les sociétés gestionnaires et les communautés de communes doivent se poursuivre pour améliorer les services et les procédures. Il est nécessaire de développer les actions collectives afin d’aborder des problématiques récurrentes (ex : déchets, impayés, dépassements de délais, problèmes de voisinage). Il est envisagé de construire un travail approfondi sur une évaluation des dépenses des usagers. En effet, il est parfois difficile d’estimer la consommation des fluides et les frais engagés par un stationnement sur une aire d’accueil. Cette évaluation permettra de rendre compte des charges supportées par les voyageurs. L’objectif étant notamment de faciliter l’obtention des aides financières, mais également d’avoir un support pour travailler avec les usagers sur le budget. Nous souhaitons mettre en place ce travail en associant les Voyageurs. Nous souhaitons également réfléchir et proposer un outil adapté et efficient favorisant la prise de parole des Voyageurs sur le fonctionnement des aires d’accueil à partir du bilan des comités d’usagers. Enfin, nous réfléchissons à la mise en place d’actions de sensibilisation sur le tri sélectif en partenariat avec le Grand Lyon propreté et les gestionnaires.

33


PÔLE DEVELOPEMENT SOCIAL LA MEDIATION SCOLARISATION Descriptif de l’action La thématique scolarisation est traitée au sein de l’association par le chargé de mission scolarisation, il travaille en lien avec les agents de développement qui ont une mission de médiation coordination sociale sur les aires d’accueil à l’échelle du département du Rhône. L’objectif de l’ARTAG est de favoriser une scolarisation pleine et entière des enfants du voyage. Pour y parvenir, l’ARTAG tient un rôle de passerelle entre les gens du voyage et les institutions. La spécificité de notre travail s’appuie sur un travail de proximité auprès des gens du voyage et sur une relation étroite avec l’Éducation Nationale. En ce sens, elle œuvre pour que les éléments d’incompréhension des uns et des autres s’effacent pour laisser place à une scolarisation acceptée et efficace.

L’agent de développement et le chargé de mission scolarisation, travaillent en binôme autour de situations locales diagnostiquées soit par les équipes éducatives ou sociales, soit par l’agent de développement lui-même Notre méthodologie Dans le cadre de notre mission de médiation sur les aires d’accueil l’agent de développement de l’ARTAG se rend au minimum chaque semaine sur l’aire d’accueil et sur quelques terrains sédentaires pour lesquels l’association conserve un suivi social des familles. Il interpelle le chargé de mission scolarisation chaque fois que cela est nécessaire pour rencontrer les familles, élaborer un diagnostic de leurs besoins, les accompagner dans leurs démarches d’inscription et faciliter la présence à l’école en lien avec les services de l’Education Nationale et des collectivités concernées. Certaines familles et les institutions scolaires sollicitent directement le chargé de mission scolarisation. Nos Outils : La proximité En matière de scolarisation, la communauté des gens du voyage est en pleine mutation. Pour l'accompagner, l'outil le plus prégnant est sans nul doute « la proximité » que nous pouvons entretenir avec les familles. La présence hebdomadaire de l’agent de développement sur les aires d’accueil et le suivi

34


individuel et/ou collectif du chargé de mission scolarisation favorise ce lien avec la communauté des gens du voyage. La médiation Sur la base de ce lien cité précédemment, la médiation reste la pierre angulaire de notre action pour parvenir à une scolarité adaptée et acceptée autant par les familles que par l’établissement scolaire. Cette médiation se fait le plus souvent à la demande des familles et parfois à la demande de l’Institution.

La connaissance des différents dispositifs de scolarisation Pour traiter les difficultés scolaires spécifiques propres à chaque situation, le chargé de mission scolarisation s'appuie sur une connaissance approfondie des différents dispositifs mis en place par l'Éducation Nationale : La Scolarisation au Cned : Centre National d’Enseignement à Distance En termes de scolarisation, la médiation se fait le plus souvent dans le cadre de l’instruction des dossiers Cned lors de rendez-vous pour la constitution du dossier de demande. Le Cned assure des cours par correspondance à tous les niveaux de l'enseignement scolaire. Avant l’établissement de ce dossier, nous réalisons un diagnostic qui nous amène à une préconisation d’orientation, parfois différente de celle initialement choisie par la famille. Par la suite, l’Inspection Académique valide ou invalide la demande. Lors de cette réponse, nous accompagnons aussi les familles soit : vers un soutien méthodologique pour suivre les cours du CNED si l’avis est positif vers une réintégration dans le système scolaire ordinaire si l’avis est négatif L’accompagnement individuel des familles. Pour répondre aux besoins des familles et des partenaires, une permanence scolarité gérer par le chargé de mission a été mise en place tous les jeudis au siège de l'association, à Villeurbanne. Cette action permet d’effectuer un suivi individuel des familles pour les démarches liées à la scolarisation de leurs enfants. Dans certaines conditions des visites à domicile sont également possible par le chargé de mission.

Objectifs L’objectif général en matière de scolarisation est de favoriser une scolarisation pleine et entière des enfants du voyage dans le respect de leur culture et du cadre scolaire. Objectifs opérationnels Faire évoluer la vision qu’ont les gens du voyage de l’Ecole et la vision qu’ont les professionnels des gens du voyage Soutenir les familles en les aidant à lever les obstacles empêchant une scolarité continue et de bonne qualité Soutenir les enseignants en les aidant à lutter contre le décrochage scolaire de ces élèves

35


Plus particulièrement les objectifs prioritaires de cette mission se déclinent en fonction des modes de vie particuliers des différents groupes : Améliorer qualitativement la scolarisation en primaire et infléchir le phénomène de déscolarisation précoce des enfants au collège pour les familles semi-sédentaires résidant sur les aires d'accueil. Cet objectif se traduit par d’une part, des actions de médiations scolaires individuelles et collectives entre les familles et les enseignants, et d’autre part par la mise en place d’actions extérieures à l’école qui favorisent la scolarisation des enfants : (accompagnement à la scolarité, accès aux loisirs, activités favorisant une ouverture culturelle) Permettre aux enfants grands-itinérants d’accéder à une scolarisation primaire continue et à un accès au collège et/ou une scolarisation au Cned justifiée et efficace. Dans ce cadre, notre action consiste dans l’accompagnement et la sensibilisation des familles concernant les démarches pour accéder à une scolarisation compatible avec leur mode de vie. Cette action doit se dérouler dans le cadre d’un travail partenarial avec l'Education Nationale. Nous utilisons la connaissance que nous avons des familles grâce au travail quotidien et de proximité sur les lieux de vie des gens du voyage. Nous intervenons sur toutes les aires d’accueil du Rhône ce qui favorise la continuité des suivis individuels des familles qui y séjournent.

Réalisations 2012 Les acteurs et les partenaires : Dans le département du Rhône, sur les aires d'accueil, les différents acteurs agissant sur la thématique «scolarité des enfants du voyage» sont les suivants : •

L’Inspection académique et ses représentants institutionnels. Ils sont les maîtres d’ouvrages et les pilotes de la scolarisation.

Le CNED pour la scolarisation des enfants du voyage itinérants.

Les Communes qui ont à charge le respect de l'obligation scolaire sur leur territoire

Le Conseil Général, dans le cadre de ses missions de protection de l’enfance.

L’ARTAG, qui a une mission d’accompagnement des Gens du Voyage pour faciliter leur scolarisation et l’accès aux savoirs.

L’action autour de la scolarisation Au cours de l’année 2012, l’ARTAG a accompagné plus particulièrement 173 enfants en difficultés pour l’accès ou le maintien à la scolarisation, avec 98 d’entre eux qui résident sur les aires d’accueil du Rhône. Ces situations problématiques ont nécessité plusieurs interventions du chargé de mission scolarisation de l’ARTAG. La présentation du résultat de ces travaux ne sera donc qu’une vision parcellaire de la scolarisation chez les gens du voyage car seules les familles touchées par la déscolarisation, l’absentéisme, les difficultés d’accès…seront représentées. A défaut des familles qui scolarisent régulièrement leurs enfants sans complications particulières.

36


Ainsi, les diagrammes suivants ne représenteront en aucun cas une photographie de la scolarisation chez les gens du voyage mais bien une représentation de la difficulté des voyageurs pour s’intégrer dans les écoles traditionnelles. D’où vient la demande d’un accompagnement sur la thématique scolarisation ? L’année dernière nous avions traité 130 dossiers scolarisation et cette année 173 dossiers. Cette augmentation s’explique surtout par l’augmentation des sollicitations des familles (150 au lieu de 98 l’année passée) et par l’augmentation des sollicitations provenant des institutions (59 au lieu de 46 l’année dernière). Pour pallier à la difficulté d’intégration scolaire des enfants du voyage, l ’ARTAG est sollicitée par les familles et/ou les institutions pour mettre en place des aménagements scolaires, des soutiens, pour prévenir et lutter contre le décrochage scolaire. (cf. diagramme 1)

Diagramme 1 : Représentation du nombre et de l’origine de la sollicitation du chargé de mission scolarisation de l’ARTAG.

Répartition des 173 dossiers scolarisation traités en 2012 à l’ARTAG, en fonction du mode de vie des familles

Diagramme 2

Les difficultés de stationnement ont souvent été un argument de poids pour justifier une scolarisation en pointillé ou même une absence totale de scolarisation. Aujourd’hui alors que ce problème est de plus en plus solutionné, il s’agit de travailler en proximité avec les Gens du Voyage pour permettre celle-ci. De nombreux projets sédentaires ainsi que de nombreuses ouvertures d’aires d’accueil ont vu le jour. Le

37


Rhône comptabilise 24 aires d’accueil. En 2012 comme en 2011, l’ARTAG est intervenu sur l’ensemble de ces aires ainsi qu’auprès des voyageurs sédentaires qu’ils soient en habitat diffus ou en habitat adapté. Le diagramme 2 montre, que cette amélioration au niveau de l’habitat n’a pas solutionné la problématique de la scolarisation. Les sédentaires représentent toujours 1/3 des demandes exprimées auprès de l’ARTAG Répartition des 173 dossiers traités en 2012 sur la thématique scolarisation, en fonction de l’âge scolaire.

Diagramme 3

Ce diagramme nous permet d’observer que la majorité des interventions concerne les jeunes en âge d’être au collège (51% des suivis), puis dans une moindre mesure les enfants en âge d’être scolarisés au primaire 32% des suivis). Par rapport aux années passées, nous pouvons observer une augmentation des accompagnements en ce qui concerne la maternelle (14%). Ceci s’explique par la continuité de l’acte de médiation et d’animation sur les aires, qui favorise la scolarisation précoce. L’insertion professionnelle est ici représentée par les jeunes d’âge "d’enseignement supérieur » pour montrer les jeunes de plus de 16 ans qui se sont tournés vers l’ARTAG pour une poursuite de leur apprentissage dans le champ l’enseignement ordinaire (Lycée professionnel…) : (3%). Ce pourcentage est très faible car nous sortons du cadre de l’obligation scolaire, mais il non négligeable. Deux jeunes de l’aire d’accueil de Saint-Genis-Laval ont été orientés vers un lycée professionnel pour apprendre un métier Bilan de l’action de l’ARTAG sur les 55 dossiers suivis en 2012, pour une scolarisation en primaire.

Diagramme 4 :

38


Bien que seules les situations problématiques soient représentées, force est de constater que la scolarisation au primaire s’effectue en grande majorité au sein de l’école traditionnelle pour 32 d’entre eux (classe ordinaire+ classe spécialisée) alors qu’au collège la scolarisation au Cned est privilégiée. (cf. diagramme ci-après). Cet attrait pour l’école primaire s’explique par l’amélioration de l’habitat des gens du voyage et leur prise de conscience de la nécessité d’acquérir les savoirs de bases : lire, écrire et compter. Cependant, il importe de noter que la scolarisation au Cned en primaire se maintient et représente l’équivalent de 9 dossiers sur les 55 traités. La majeure partie des demandes sont des demandes hors Académie du Rhône. Ceci s’explique par le fait que sur les aires d’accueils nous rencontrons des voyageurs domiciliés dans d’autres départements que celui du Rhône, mais aussi parce que certains voyageurs domiciliés dans le Rhône préfèrent solliciter une autre académie que celle dont ils dépendent car celle-ci est plus restrictive. Bilan de l’action du chargé de mission sur les 89 dossiers suivis, pour une scolarisation dans le second degré.

Diagramme 5 : Répartition des dossiers scolarisation second degré, en fonction de l’orientation choisie.

En ce qui concerne les demandes liées à une scolarisation au collège, la majorité des réponses souhaitées se soldent par une scolarité au Cned pour plus de 65% des suivis. Ce mode de scolarisation est surreprésenté parmi les familles itinérantes mais constitue dans la réalité une scolarité par défaut. Lorsque l’Inspection Académique refuse l’inscription au Cned car l’itinérance n’est pas prouvée, certaines familles peuvent choisir une instruction à domicile ou la déscolarisation. Toutefois, l’accompagnement de l’ARTAG a facilité la scolarisation au collège pour plus de 32 % des suivis réalisés, avec 12 dossiers en collège ordinaire et 17 dossiers en classe spécialisée (SEGPA, ULIS..). Les élèves ont en général un faible niveau scolaire avec peu de perspectives d’accès à une formation professionnelle. Ils accèdent au collège, au bénéfice de l’âge, sans avoir réussi à apprendre à lire et écrire. Les enseignants qui les accueillent dans ces classes où la lecture est normalement acquise se sentent démunis. Contrairement aux jeunes sédentaires qui sont encore préférentiellement orientés en section SEGPA, les quelques jeunes itinérants locaux qui se retrouvent dans l’enseignement secondaire le sont dans la section générale (13%). La section SEGPA, même si elle ne permet pas de répondre directement à la problématique des voyageurs, présente l’avantage d’être plus « porteuse de sens » à leurs yeux car elle dispose d’une

39


approche plus professionnelle avec la découverte de métiers. Cette orientation ne peut être envisagée que pour les sédentaires ou des « quasi-sédentaires » car les démarches administratives sont longues et fastidieuses et ne correspondent pas au mode de vie itinérant. Ainsi, les enfants qui font le pas d’aller vers le collège, sont issus le plus souvent de familles qui se retrouvent plus proches de la sédentarisation que de l’itinérance. Pour expliquer le fait que le cursus scolaire des voyageurs s'arrête fréquemment à la fin du primaire, nous pouvons avancer au moins trois raisons : les acquis scolaires insuffisants, le manque d’intérêt de poursuivre des études au-delà de l’apprentissage du « lire, écrire, compter » dans la communauté et la représentation du collège comme lieu peu sécurisant. Le cadre de l’obligation scolaire s’est fait ressentir fortement à l’annonce de la Loi du 28 Septembre 2010 qui vise à lutter contre l'absentéisme scolaire et qui donne la possibilité de suspendre les allocations familiales en cas d'absentéisme scolaire d'un enfant mineur. Par rapport à cette loi, notre rôle a été d'expliquer le contenu, la procédure de celle-ci et de répondre aux nombreuses inquiétudes des voyageurs. Dans un premier temps, les familles, dont les enfants montraient une scolarité en pointillé, avaient de grandes craintes, mais petit à petit ces craintes se sont estompées car l’application de la Loi n’est pas effective. Pour faire ressentir le cadre de l’obligation scolaire, l’ARTAG s’est donc appuyée sur le fait que chaque commune doit veiller à ce que tous les enfants soient scolarisés. C’est en ce sens que nous avons poursuivi notre participation au sein de groupe de travail et de réflexion avec l’arrondissement de Lyon7. Les protocoles d’action qui ont découlé de ces rencontres ont permis d’inscrire un mode de fonctionnement entre l’ARTAG, la ville de Lyon et l’Ecole Primaire pour favoriser la scolarisation dans les écoles de secteur. Tous les enfants du voyage, au même titre que les enfants sédentaires, ont le droit à une scolarisation pleine et entière. Bilan de l’action scolarisation auprès des 173 élèves accompagnés par le chargé de mission scolarisation

Diagramme 4 :

40


La majorité des interventions du chargé de mission scolarisation se caractérise par l’orientation et le maintien des élèves dans le milieu scolaire ordinaire. Cet accompagnement se traduit par la mise en place d’une médiation scolaire entre les familles et les institutions pour lutter contre l’absentéisme et mettre en place une scolarisation adaptée, efficace et acceptée par l’élève et sa famille. Pour faciliter cette médiation scolaire et maintenir un lien fort avec les parents et les enfants, nous avons mis en place des accompagnements à la scolarité sur certains secteurs (cf. fiche accompagnement à la scolarité).

Au-delà du maintien, c’est aussi l’accès à la scolarisation qui est visé par notre action. Celui-ci est travaillé par l’intermédiaire des actions d’animations pendant les vacances scolaires. (cf . fiche actions animation enfance-jeunesse). Dans ce cadre, il est plus aisé de créer un espace de parole sur « l’école », d’être en lien et en confiance avec les parents afin d’engager une relation éducative sur laquelle nous pouvons nous baser pour dénouer les nœuds de crispation liés à scolarisation. Cette approche associée à un accompagnement individuel lors des permanences scolarisation placé le Jeudi, a favorisé le retour à la scolarisation de 22 jeunes en rupture scolaire et surtout permis une préscolarisation de 12 enfants en maternelle et d’une jeune de 8 ans en primaire, jamais scolarisée. Ce travail auprès des plus jeunes est l’un des plus important car c’est lui qui conditionnera les savoirs et l’insertion professionnelle des futures générations. Ces actions transversales de types « ludiques » qui permettent l’établissement d’un lien fort avec les familles et favorisent le maintien et l’accès à la scolarisation se déclinent sous deux angles : l’accompagnement à la scolarité et l’animation enfance jeunesse.

L’action en images

41


Perspectives 2013 Pour 2013, nous souhaitons nous appuyer sur les nouvelles circulaires du 12 septembre 2012 concernant la scolarisation des enfants du voyage et sur le rapport de la cour des comptes d’octobre 2012 relatif à l’accueil et l’accompagnement des gens du voyage. En ce sens, nous poursuivront des actions globales et partenariales comme sur le territoire de Lyon 7, afin de favoriser réellement une scolarisation pleine et entière des voyageurs. Pour ce faire, nos objectifs 2013 sont les suivants :

• Etablir un diagnostic quantitatif et qualitatif sur la scolarisation des enfants du voyage • Renforcer la coordination départementale et locale dans le cadre des circulaires nationale et académique, en lien avec le schéma départemental d'accueil des gens du voyage.

• Permettre à tous les enfants des familles non sédentaires d'être scolarisés. • Rendre effective l'instruction obligatoire en école élémentaire et en collège quelles que soient la durée et les modalités de stationnement.

• Personnaliser le parcours scolaire de chaque enfant du voyage afin de réduire les écarts pour acquérir le socle commun.

• Proposer la mise en place d’un accompagnement pédagogique dans les collèges de secteurs pour les élèves itinérants inscrits au CNED réglementé.

• Renforcer la lutte contre l'absentéisme et la déscolarisation. • Accompagner les équipes enseignantes dans l’accueil des enfants du voyage.

42


PÔLE DEVELOPEMENT SOCIAL L’ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE Descriptif de l’action Séances d’activités proposées aux enfants scolarisés du primaire et du secondaire, visant à leur offrir un appui pour réussir à l’école. Les interventions ont lieu hors du temps scolaire et se distinguent des actions que l’école met en œuvre pour les élèves en difficulté. Ces séances se déroulent le mercredi dans le cadre d’un financement CAF (Contrat local d’Accompagnement à la Scolarité-CLAS). Cette action se déroule en deux parties distinctes : La 1ère partie est consacrée au « travail scolaire », la seconde aux « activités ludiques, découverte». Cette action est développée sur 3 territoires : aires d’accueil de Saint-Jean d’Ardières, Lyon 7, et terrain sédentaires Saint-Laurent-de-Mure. La réussite scolaire des jeunes est un facteur essentiel d’insertion sociale et professionnelle. L’accompagnement à la scolarité sur le territoire de St-Laurent-de-Mure et l’Aire d’accueil de Belleville/St-Jean d’Ardières. Ces accompagnements sont collectifs, ils s’adressent à tous les enfants scolarisés présents sur la place au moment de l’intervention. Ils se déroulent en grande majorité sur le terrain des voyageurs avec quelques séances à l’extérieur pour découvrir les structures locales et l’environnement proche. Nous sommes présents sur chaque terrain environ 3h, le matin ou l’après midi. Sur cette période, une première partie est consacrée au travail scolaire et une seconde à des ateliers de découverte. La participation des enfants et des parents se fait selon une démarche volontaire. Pour bénéficier de l’accompagnement scolaire la seule contrainte demandée aux parents est d’inscrire leurs enfants au préalable et de définir leurs attentes pour le suivi de leurs enfants. Lorsque le nombre d’enfants accueillis est trop important sur la partie « travail scolaire », nous divisons le groupe en deux. Le premier rassemble les enfants entrant dans les apprentissages (CP/CE) et le second rassemble les cours moyens et les collégiens. Ensuite, pour la seconde partie, nous ouvrons l’activité à l’ensemble des enfants et leurs parents. Dans celle-ci, nous développons des ateliers avec diverses thématique : culturelle, ludique, artistique… L’accompagnement à la scolarité sur l’aire d’accueil de Lyon-Feyzin. Sur l’année scolaire 2011-2012 nous avons mis en place des séances d’accompagnement à la scolarité collectives, que nous souhaitions menées au Centre Social de Gerland. Celles-ci n’ont pas fonctionné malgré l’investissement des professionnels des deux structures. Nous n’avons recensé aucune inscription au

43


dispositif lorsqu’il s’agissait de se rendre dans les locaux du centre social. Par contre, sur le terrain, les familles étaient toujours dans une demande d’aide au niveau de la scolarité. C’est pourquoi, pour l’année scolaire 2012-2013, nous avons choisi un mode d’intervention à domicile et en individuel.

Ainsi, depuis Octobre 2012 une vacataire (professeur de collège) et une bénévole (étudiante) se rendent tous les mercredis après midi sur l’aire d’accueil pour accompagner les enfants ayant besoin d’une aide extérieure pour réussir leur scolarité. Les enfants sont inscrits par les parents, mais ils peuvent aussi être orientés par le directeur de l’école. La séance dure environ 1h par enfant. Trois quart d’heures sont consacrées à l’enfant pour renforcer les apprentissages scolaires et un quart d’heure est dévoué aux parents pour les impliquer dans le suivi de la scolarité de leur enfant.

Objectifs Objectifs éducatifs de l’action : Participer au développement social et éducatif des enfants Favoriser l’autonomie des enfants dans leur travail scolaire Favoriser l’implication des parents dans le suivi scolaire de leur enfant. Objectifs pédagogiques : Favoriser l’acquisition des méthodes de travail Susciter et développer la curiosité des enfants Proposer un espace de travail adapté Développer des liens avec les parents des enfants Valoriser les savoirs et savoir-faire des enfants Développer et qualifier le travail de partenariat avec les établissements scolaires, les structures de loisirs locales.

Réalisations 2012 Nos réalisations sur la partie scolaire Notre objectif est de travailler avec les enfants la méthodologie pour acquérir « le métier d’élève », mettre en avant (expliciter) les compétences importantes pour l’école. Pour cela nous avons : travaillé avec les enfants par groupe de niveau. Chaque intervenant suivait 1 à 3 enfants. Ce temps est basé sur le volontariat des enfants travaillé principalement sur la méthodologie : écriture de la date, Lecture de la consigne, faire raconter à l’enfant ce qu’il a appris, comment va-t-il s’y prendre pour faire son exercice …

44


cherché avec certains enfants des méthodes pour la gestion de leur matériel scolaire. proposé systématiquement aux enfants qui n’avaient pas de travail soit : de revenir sur un exercice ou une leçon qu'ils n'avaient pas bien compris de faire des fiches de mathématique, de français ou d'histoire pour compléter leur classeur personnel. de travailler sur un ordinateur avec des logiciels de compréhension de lecture, de mathématiques, d’orthographe et de conjugaison de choisir des livres qu’ils pouvaient lire seuls où que nous lui racontions, d’écrire une lettre… choisi de consacrer certaines séances - avec quelques enfants – à des discussions informelles afin d’aborder leurs difficultés ou leurs satisfactions avec l’institution scolaire. pour certains enfants très en difficulté, délaisser les devoirs très en décalage avec leur niveau scolaire réel, pour leur proposer des activités (petits jeux mobilisant du vocabulaire, jeux sur les sons, les rimes, jeux de construction nécessitant de respecter les consignes d’une notice, jeux de société exigeant le respect de règles simples…) leur permettant de se retrouver dans des situations de réussite et mobilisant leur capacité de concentration valorisé les enfants dans ce qu’ils sont (leur culture, leurs points forts …). et mettre en avant leur réussite.

Nos réalisation sur la partie « ateliers de découverte » Par le biais d’activités diversifiées, notre objectif est de permettre de susciter des questionnements, des intérêts qui puissent être réinvestis par l’école. Cette année nous avons plus particulièrement mis l’accent sur des activités manuelles avec la thématique de l’écriture : peinture rupestre, hiéroglyphes, Tags…et sur l’apprentissage des règles avec le support de jeux de société. Les enfants ont tout particulièrement appréciés les activités manuelles où l’on se trempe les mains dans l’argile ou de la peinture naturelle pour pouvoir effectuer par la suite une magnifique fresque préhistorique ou moderne. Les fresques ont été présentées et exposés sur la place devant leurs parents enchantés, et lors des manifestations de l’ARTAG, devant des adhérents enthousiastes ! D’autres activités ont été proposées : -

Séances d’activités sur le thème des grands peintres : Découverte et réalisation de différents style : Cubisme, impressionisme, …

-

Séances d’activités sur le thème « jeux coopératifs »

-

Séances d’activités sur le thème de l’écriture/ histoire: Ecriture d’une carte à une personne que l’on aime

45


-

Séances d’activités sur le thème de la diversité Culturelle : « Les Contes » du monde, les temps moderne de Charlie Chaplin.

- Jeux de société : Nous disposons d’un stock de jeux de société offerts par une ludothèque. Nous avons privilégié certains jeux traditionnels et nous les avons utilisés lors de plusieurs séances successives afin que les enfants investissent les règles et les stratégies. Ces jeux ont été choisis car ils permettent de développer l’expression orale, le classement, le respect des règles, la concentration, la stratégie. - Activités manuelles : Activité : peinture, gravure sur Alu, fabrication de boîte à bijoux, Origami, fabrication d'objets non identifiés...avec des thématiques imposées ou libres. - Séances d’activités plastiques : Mandala : Land Art, peinture… Réalisation de luminions, de Père Noël… - Séances d’activités jeux d’extérieurs : Les clés de St Georges, Le béret… Kermesse…. - Des sorties pédagogiques: Une sortie au théâtre de Belleville pour la fête de Noël du Centre Social de Belleville. Une sortie au cinéma Louis Lumière pour voir « les temps modernes » de Charlie Chaplin. Une sortie « TOUROPARC », avec visite musée des anciens métiers, animaux divers et variés, accrobranches, jeux aquatiques… Nos outils d’évaluation : des entretiens individuels avec les parents à chaque trimestre. Lors de ces entretiens nous demandons aux parents d’évaluer les difficultés de l’enfant, d’exprimer leur position parentale face à la scolarité et faire des propositions sur le contenu de l’action. des entretiens avec le Directeur de l’école, le Principal du Collège et/ou l’équipe enseignante, en cours d’année. Ces entretiens permettent de connaître plus précisément les difficultés de chaque enfant et de définir les points à travailler en priorité. Une fiche de liaison entre l’ARTAG et les enseignants a été envoyée au second trimestre. Celle-ci entretien l’échange et rajoute un éclairage sur les difficultés de chaque élèves. Une fiche de liaison formelle existe, mais cette année se sont les entretiens directs avec le Directeur de l’école Primaire Vincent Indy qui ont permis d’affiner nos orientations de travail. Un classeur individuel pour chaque enfant. rassemble des fiches travaillées durant le soutien scolaire qui ne correspondent pas aux devoirs, proprement dit.

46


Partenariat : Nos partenaires opérationnels en milieu scolaire : • Ecole primaire et maternelle de St-Laurent-de-Mure • Collège Louis Lachenal de St-Laurent-de-Mure • Collège Martin Luther King de Mions • Ecole élémentaire de St-Jean d’Ardières • Collège Emile Zola de Belleville • Ecole maternelle et primaire Aristide Briand de Lyon 7 • Centre National d’Enseignement à Distance (CNED) Nous sommes en lien avec tous ces acteurs dans le but d’optimiser notre accompagnement scolaire et de favoriser le lien entre les familles et l’école. Les partenaires socio-éducatifs : • • • •

La Maison pour tous de St-Laurent-de-Mure Le Centre Social de Belleville Le centre Social de Gerland Le cinéma Louis Lumière, Lyon 8

Sur le territoire de St-Laurent-de-Mure, le partenariat le plus important et le plus productif reste celui du milieu scolaire. Une réelle collaboration s’est instaurée entre le chargé de mission de l’ARTAG, les directeurs d’école, les principaux de collège et les enseignants. Outre ce partenariat privilégié avec l’école, nous avons cette année pris contact avec la « maison pour tous ». Nous souhaitions inscrire un jeune collégien pour renforcer son accompagnent à la scolarité et orienter les enfants vers des activités de loisirs sur la commune. Sur le territoire de Belleville/St-Jean d’Ardières, au-delà du partenariat avec le milieu scolaire, un partenariat a été engagé avec le Centre Social de Belleville sur le dernier trimestre 2012. A ce titre, l’équipe de l’ARTAG accueille environ tous les 15 jours une professionnelle du Centre Social de Belleville dans l’objectif de créer du lien et faire découvrir progressivement les activités du Centre Social. Cette action nous a permis d’accompagner toutes les familles de l’aire au théâtre de Belleville, au centre social pour la fête de Noël. Les familles ont été ravies ! SG2A-Hacienda qui assure la mission de médiation sur cette aire d’accueil est également associé à cette démarche. Ces actions partenariales ont engendré l’inscription d’un jeune scolarisé au CNED au Centre Social de Belleville. Il est suivi ponctuellement dans le cadre de l’accompagnement scolaire dispensé aux collégiens. Sur le territoire de Lyon 7, nous avons créé un partenariat avec le Centre Social de Gerland fin 2011, qui n’a pu se concrétiser faute d’inscription des familles. Nous participons à des réunions partenariales dans le cadre du PEL (programme de réussite éducative, coordonné par la Mission Gerland) Cette implication dans le PEL, nous permet de rencontrer régulièrement tous les acteurs éducatifs du territoire pour échanger, mutualiser nos idées, nos expériences et construire ensemble un projet commun.

47


Eléments quantitatifs. Participations 2012 aux activités « accompagnement à la scolarité » Enfants Adultes

Lieu 0-5 ans 5

Terrain de St Laurent de Mûre Aire d’accueil 5 de St Jean d’Ardière/ Belleville

6-12 ans 10

13-16 ans 4

12

26-49 ans 16

50-64 ans 3

65+ ans 1

43

5

8

3

1

34

8

Aire d’accueil de Lyon 7-Feyzin

1

5

2

Sous Total

11

27

11

Total enfants différents Total personnes différentes

16-18 ans 2

2

18-25 ans 2

Total

2

32

16

6

2

51 93

Qualitatif : Sur Lyon 7, des parents ont aménagé une caravane pour l’accompagnement scolaire et les enfants se projettent dans la réservation de livres pour les séances prochaines. Suite à nos interventions, les familles sont dans la demande pour aller vers l’extérieur : la médiathèque, les musées… Sur Belleville, un jeune, seul, suit une scolarisation régulière dans un collège public alors que certains de sa famille son inscrits au Cned. Des inscriptions dans le centre Social de Belleville se profilent. Sur St-Laurent-de-Mure, nous poursuivons l’accompagnement de deux jeunes collégiens en cursus général alors qu’habituellement les enfants étaient systématiquement orientés en SEGPA (Section d'enseignement général et professionnel adapté ) Qu’est-ce que l’accompagnement à la scolarité vous a apporté ?

« Je sais que mes enfants étaient très timides et ils avaient un peu une crainte de l’école. Et comme des étrangers sont venus les aider, ils ont pu les faires sortir de leur « isolation » et ils pouvaient développer un intérêt pour l’école ». Propos recueillis par Damien CHARTIER auprès d’une voyageuse de St-Laurent-de-Mure.

48


L’action en images

Perspectives 2013 Nous souhaitons reconduire et développer l’action CLAS sur d’autres territoires avec les pistes suivantes : développer l’utilisation des supports numériques dans le cadre de l’accompagnement scolaire. développer notre action d’accompagnement à la scolarité au sein des bibliothèques locales. réaliser un projet créatif en lien avec le personnel enseignant des écoles primaires. mettre en place une réflexion sur l’accueil des enfants du voyage scolarisés au Cned, avec les collèges de secteur. renouveler les rencontres avec le corps enseignant du secondaire, du primaire et de la maternelle afin de maintenir ces échanges si fructueux pour nous guider dans notre accompagnement scolaire. maintenir et développer le système de prêt de livres. réfléchir à une action destinée aux adultes en situation d’illettrisme, afin qu’ils puissent renforcer leur implication dans le suivi scolaire de leurs enfants. Il s’agira ensuite de leur faire savoir de manière positive qu'il est possible de réapprendre à tout âge.

49


PÔLE DEVELOPEMENT SOCIAL LES ANIMATIONS ENFANCEJEUNESSE Descriptif de l’action L’action a pour finalité de favoriser l’ouverture sur l’extérieur, de lutter contre l’isolement des familles et de valoriser l’accès aux savoirs et à la scolarisation. Elle a permis de mettre en œuvre des activités ludiques accessibles aux enfants et leur famille résidant sur le département du Rhône. Ces animations plaisent beaucoup aux enfants et aux familles. Elle permet d’inscrire l’intervention de l’animation dans un cadre de coéducation en associant les parents dans l’animation des séances. En effet, les parents sont très présents et certains d’entre eux participent aux animations, l’idée pour nous est de les associer davantage. Elle favorise aussi la connaissance mutuelle des familles et des acteurs locaux dans le but de faciliter leur inscription dans des structures locales. Notre Méthodologie : La mise en place des animations socioéducative s’appuie sur la proximité que nous entretenons avec les familles. Pour réaliser celles-ci, nous procédons selon différentes phases entre la première rencontre des familles jusqu’à leur insertion dans le tissu local des activités de loisir. •

Phase 1 : Médiation : Dans le cadre de la mission de médiation, l’agent de développement et/ou le chargé de mission « scolarisation-animation », évalue la pertinence d’une intervention socioéducative auprès des familles.

Phase 2 : Animations sur le terrain : En général, lors d’un premier contact avec de nouvelles familles, ou lorsque les familles sont résistantes à se tourner vers l’extérieur, la première étape est l’organisation de séances d’animation sur leur lieu de vie. Celles-ci permettent de proposer une offre de loisir et surtout d’établir un lien de confiance avec les familles en intégrant les parents et les enfants.

Phase 3 : Prise de contact avec les acteurs locaux : Au sortir de ces premières séances la demande des familles est clairement identifiée. L’ARTAG prend contact avec les acteurs locaux afin de connaître leurs offres de loisirs, leurs programmations et la disponibilité au niveau des effectifs.

50


Chacune des phases suivantes peut être suffisante pour atteindre directement l’objectif fixé, c'est-àdire que les familles puissent bénéficier d’une offre de loisir sur le secteur. Toutefois, les meilleurs résultats s’obtiennent lorsque l’ensemble des phases suivantes sont respectées.

Phase 4 : Orientation : L’ARTAG propose les animations locales qui répondent aux attentes des familles et les oriente vers la structure.

Phase 5 : Accompagnement des familles vers les acteurs locaux : L’ARTAG accompagne physiquement les familles vers les structures locales.

Phase 6 : Accompagnement des acteurs locaux vers des familles : Pour faciliter l’inscription des voyageurs dans les structures locales, nous demandons à ce que les acteurs locaux viennent à la rencontre des familles sur leur lieu de vie.

Phase 7 : Co-animation sur le terrain : L’ARTAG et l’acteur local co-construisent des actions d’animation avec les familles sur leur lieu de vie.

Phase 8 : Co-animation dans la structure locale : L’acteur local et l’ARTAG co-construisent des actions d’animation avec les familles dans la structure locale.

Phase 9 : Participation : Les familles participent aux animations proposées sur le secteur.

Ces actions sont rendues possibles grâce à des subventions octroyées dans le cadre de la politique de la ville sur les communes de Rillieux-la-Pape, Saint-Priest, Saint-Genis Laval, Brignais.

Objectifs Favoriser l’accès aux loisirs pour les enfants et leur famille Prendre en compte la dimension famille en développant des animations où parents et enfants sont présents avec une attention forte à la place des parents Construire, développer les partenariats avec les structures en mettant en place des actions communes sur et en dehors des lieux de vie des Gens du Voyage. Accompagner l'inscription des familles dans des structures implantées sur les communes concernées.

51


Réalisations 2012 PRESENCES AUX ANIMATIONS EN 2012 ENFANTS ADULTES TOTAL par sexe LIEUX D’ACTION 0-5 6-12 13-16 16-18 19-25 26-49 50-64 65 + H. F. ans ans ans ans ans ans ans ans AA Brindas 6 8 1 0 1 4 1 0 9 12 Bois d'oingt 9 28 13 7 3 18 1 1 38 42 AA Brignais+ Terrain Sed. 2 2 1 0 0 4 2 0 3 8 AA Caluire 7 7 1 0 0 7 0 0 9 13 AA Craponne 0 5 0 0 0 2 0 0 3 4 AA Ecully 2 1 0 0 0 2 1 0 1 5 AA Francheville 11 18 2 0 2 6 2 0 22 19 AA Grigny 1 4 0 0 0 2 1 0 1 7 AA Genas 2 5 0 0 0 2 0 0 7 2 AA Lyon 7 7 22 5 1 0 5 2 1 16 27 AA Lyon 9 1 3 1 0 0 4 0 0 4 5 AA Meyzieu 5 7 1 0 5 0 0 8 10 AA Neuville 3 1 0 0 0 2 0 0 2 4 AA Rillieux 7 10 3 0 3 22 4 0 22 27 AA St Jean d’Ardière. 3 6 2 0 0 7 2 0 9 11 AA St Bonnet 0 8 4 7 0 3 0 0 10 12 AA St Priest / Chassieu +Terrain Sed. 13 11 9 2 10 12 3 3 29 34 AA St Genis Laval 7 15 4 4 0 7 1 0 18 20 AA Tarare 2 6 3 0 0 2 0 0 5 8 AA Vénissieux 5 8 1 0 2 6 10 Total pers différentes

93

175

51

:

21

19

118

20

TOTAL Enfants différents : TOTAL Adultes différents TOTAL Personnes différentes

5

221

280 340 162 502

52


Sur nos séances d’animation, la tranche d’âge la plus représentée est celle des 6-12 ans, mais les plus petits (0-6ans), accompagnés de leurs parents, sont de plus en plus présents. (cf. Diag. 1) Les tranches d’âge que nous avons plus de mal à sensibiliser sont les adolescents et les jeunes adultes. Toutefois, en ciblant des sorties de loisirs de proximité, nous avons réussi à construire avec eux des sorties auxquelles ils ont pleinement adhéré : sortie activité remise en forme pour les jeunes filles, sortie sportives. Les 13-18 ans qui représentaient 14% des effectifs en 2011 sont en forte augmentation avec un pourcentage de 21% en 2012.

53


En général, le premier contact avec les familles en termes d’animation se réalise sur leurs lieux de vie. Cette première étape est importante car elle permet de mettre en confiance les familles et propose la découverte d’une offre de loisirs avec laquelle elles ne sont pas habituées et qu’elles peuvent retrouver sur les communes où elles sont amenées à séjourner. Cette première étape est l’un de nos outils les plus prégnants pour réaliser la passerelle vers les structures locales et les écoles. Pour ce faire, nous observons très clairement, que si les acteurs locaux viennent à la rencontre des familles et que nous co-construisons l’action d’animation sur site puis dans la structure, il s’en suivra une réelle intégration des voyageurs dans la structure locale. Avec le même état esprit, nous co-organisons avec les parents des sorties de proximité avec une visée plus familiale : sortie parc aventure, sortie parc animalier, sortie baignade… Les accompagnements vers les structures locales, ainsi que les sorties de proximité sont privilégiés pour favoriser l’inclusion des voyageurs dans le tissu local. Pour réussir ce projet du mieux « vivre ensemble », nous devons construire des actions d’animation avec les familles et les partenaires locaux.

Pour illustrer ces actions, nous pourrions exposer les actions menées à Rillieux-la-Pape ou Brignais où un réel partenariat a été construit depuis quelques années. Nous avons l’habitude de travailler en étroite collaboration avec les centres sociaux de ces communes. Cela se traduit par une co-construction des actions d’animation qui se déroulent soit sur le terrain des voyageurs, soit dans la structure locale. Ce mode d’intervention a permis à plusieurs familles de profiter d’une sortie à la neige dans le cadre des sorties familiales organisée par le centre social de Rillieux, alors que d’autres familles de Brignais ont inscrit leurs enfants au centre social pendant plusieurs semaines de l’été. Sans ce travail de collaboration entre l’ARTAG, les familles et les structures locales aucun voyageur n’aurait pu découvrir ces activités de loisirs proposées sur son territoire. La dimension du centre social permet d’étendre ces actions d’animations sur l’ensemble du département. Elles font ressurgir une forte demande de loisirs de la part des familles. Ainsi, ces actions vont être le tremplin pour aller vers d’autres actions de type « sortie familiales » ou « d’animation de proximité » (cf. fiches correspondantes).

L’action en images

54


Perspectives 2013 La demande est de plus en plus forte de la part des familles. En ce début d’année 2013, nous avons réfléchi à un nouvel outil d’animation autour du jeu que nous expérimentons sur les vacances de février et de Printemps. Nous souhaitons également :

• Développer le partenariat vers les structures locales. • Développer les sorties de proximité. • Développer la dimension famille à associant à chaque fois que cela est possible les parents à la mise en place des actions. Cette dimension sera également travailler dans le cadre de la mise en place de sorties familiales, dans l’objectif de faire découvrir aux familles ce dispositif pour qu’elle puisse le réinvestir localement.

55


PÔLE DEVELOPPEMENT SOCIAL L’ACTION CULTURELLE INTRODUCTION L’action culturelle a toujours été considérée comme un axe de travail essentiel pour l’ARTAG. Elle vient en appui de façon complémentaire et transversale dans la politique globale de lutte contre les discriminations des Gens du Voyage, lutte que mène l’ARTAG depuis de nombreuses années. L’action culturelle au quotidien : Organisation et coordination du festival Itinérances Tsiganes Accompagnement de projets culturels auprès de Voyageurs (projet Mémoire, accompagnement en communication et management d’artistes Voyageurs …) Gestion du centre de documentation spécialisé Organisation d’évènements culturels pour une collectivité, un partenaire… Participation et /ou organisation d’actions de sensibilisation Organisation de sorties culturelles […] En 2004, l’ARTAG a mis en place un centre de documentation spécialisé autour de la thématique des Gens du Voyage et plus généralement autour de la culture Tsigane au sein même de ses locaux. Au quotidien, il s’agit de gérer, développer et enrichir un fond documentaire spécialisé accessible aux étudiants, partenaires, Voyageurs et toutes autres personnes désireuses de connaître la culture Tsigane. Les demandes concernent dans un premier temps une recherche d'informations générales sur les Gens du Voyage, puis se resserrent autour d'un thème plus précis. Le travail de veille documentaire permet, outre de constituer le fonds documentaire, de se tenir informé des récentes publications dans tous domaines concernant les Gens du Voyage. Cette année nous comptons 10 acquisitions (dons, achats, service presse) : romans, revues spécialisées, ouvrages thématiques, DVD, CD... L’accueil se fait toujours sur rendez-vous. En 2012, 15 personnes ont été reçues. (accueil du public en baisse du fait de l’arrêt durant plusieurs mois de la salariée chargée du centre de documentation). Entretiens & (In)formations : Lorsque l’on reçoit des personnes, au-delà du conseil et de l’orientation, il n’est pas rare d’accorder des entretiens individuels ou collectifs aux étudiants et partenaires. Ces entretiens portent non seulement sur des demandes d’informations sur l’histoire, la culture, la scolarisation, la législation… mais également sur nos méthodes de travail et d’organisation interne.

56


PÔLE DEVELOPPEMENT SOCIAL L’ACTION CULTURELLE LE FESTIVAL ITINERANCES TSIGANES Création Théâtre de marionnettes, Documentaires, Exposition, Forum, Concerts, Théâtre et Musique, rencontres-échange

Descriptif de l’action L’idée du festival est née en 2006 d’une rencontre : celle de la Maison des Passages, lieu interculturel lyonnais et de l’ARTAG. Ensemble, elles sont parties d'un constat : au sein de l’Union Européenne les Tsiganes –Voyageurs, Manouches, Gitans, Sinti, Yéniches, Roms... – représentent la minorité ethnique la plus importante avec presque 12 millions de personnes, mais ils restent, encore aujourd’hui, méconnus, non reconnus et trop souvent victimes de préjugés et de discriminations. Parce que de l'ignorance naissent la peur et le rejet, le Festival a été créé pour proposer pendant plusieurs semaines des rendez-vous festifs, militants, poétiques… Depuis 6 ans, grâce à une programmation qui croise de nombreux domaines artistiques, il présente la richesse et la diversité des cultures tsiganes. Autant de passerelles vers les découvertes et les inattendus. Ce Festival est devenu un des plus importants consacré à la culture des Gens du Voyage et des Tsiganes en France. L’existence même du Festival repose sur la rencontre, la connaissance et le dialogue entre le monde du voyage et les sédentaires, entre des populations multiples, avec comme objectifs la reconnaissance et le respect de l'Autre.

Objectifs du festival Combattre les préjugés et discriminations faits aux Gens du Voyage et aux Roms Présenter la richesse et la diversité de la culture Tsigane grâce à un festival pluridisciplinaire Impliquer les Gens du Voyage dans la création artistique et s’appuyer sur leurs savoir-faire Maintenir un réseau de partenaires diversifié Diversifier les publics et toucher à fortiori les Gens du Voyage Donner au festival une valeur artistique et une place dans l’offre culturelle Lyonnaise

57


Réalisations 2012 La thématique 2012 : Chaque année, l’équipe détermine un thème de programmation, une problématique qui deviendra la ligne directrice du Festival. Pour exemple, la question du « voyage » était au cœur de l'édition précédente, avec le sous-titre «Les voyages, un autre usage du monde», ou encore la question de la mémoire et de l’Internement subi par les Voyageurs durant la Seconde Guerre mondiale, mémoire que l’on commémorait en 2010 pour les 70 ans. L’objectif de cette sixième édition était de mettre en avant le regard que nous portons les uns sur les autres. Par le sous-titre, « Croisons nos regards », le festival a invité le public à une réflexion en partage autour du mot regard : regard croisé, critique, ... regard des autres, sur soi, sur l'autre,... pour parler de ceux - et avec ceux - à qui l'on dénie le droit de vivre autrement. Au cœur de cette édition, une création de Théâtre de marionnettes a été réalisée par les Cies Carton Pâte et Théâtre Guarana, permettant la rencontre de deux compagnies de théâtre, mais aussi d'artistes et de voyageurs sur les aires d'accueil.

Les Partenaires : L’équipe du Festival privilégie les partenariats sur la durée afin de créer une dynamique dans différents quartiers de Lyon et de son agglomération, et pour la première fois cette année, avec le département de l'Isère. Ces lieux partenaires sont un soutien précieux pour le maintien du festival.

13 Lieux Partenaires Rhône Cinéma Les Alizés, Médiathèque du Bachut, Lyon 8ème Centre social de Brignais Médiathèque de Chassieu Centres Sociaux des Minguettes Médiathèque IRIS, Francheville CCO Villeurbanne MJC de Brindas Isère Centre Social des Barbières, Chasse sur Rhône Le Sémaphore, Roussillon Centre Social de Champfleuri, Bourgoin-Jallieu Cinéma Le Méga-Royal, Bourgoin-Jallieu Centre Social du Roussillonnais, Roussillon

Partenariats régionaux & nationaux ADSEA 38, Centre Social Mobile APMV FNASAT-GDV, (Fédération nationale des associations solidaires d'action avec les Tsiganes et les Gens du voyage), Paris

Les partenaires du festival sont de plus en plus nombreux et variés d’années en années : associations, structures d’accueil et d’animation, lieux culturels ou encore communes et institutions…

58


Il est important de souligner qu’en 2012, un important travail partenarial a été développé avec l’Isère via le Centre social mobile APMV, ainsi une programmation conséquente à pu être proposée sur différents territoire de l’Isère, évènements sur lesquels Voyageurs et sédentaires ont répondu présents. En s’associant au festival Itinérances Tsiganes les partenaires contribuent à la valorisation de la culture tsigane et à la reconnaissance même des Gens du Voyage. Cela donne une plus grande visibilité aux problématiques abordées et grâce à la diversité des lieux partenaires, tant géographique que thématique, ces partenariats favorisent la rencontre entre les publics.

Les financeurs : Le Festival Itinérances Tsiganes est à ce jour soutenu par le Ministère de la Culture (depuis 2012), la DRAC, la Ville de Lyon, le Conseil Régional (culture et discriminations), le Conseil Général et des Communes partenaires (Brignais et Francheville, Vénissieux et Chassieu en 2012).

Manifestations et fréquentation :

24 Manifestations 1 exposition photographique 1 vernissage d’exposition 2 tables rondes grand public 1 rencontre professionnelle 1 Création théâtre de marionnettes en résidence : Dont 7 représentations Rhône et Isère 4 concerts en intérieur 1 représentation de théâtre 2 Documentaires : Dont 3 diffusions « Histoire(s) du carnet anthropométrique » de R. Pillosio Dont 4 diffusions « Les fils du Vent » de B. Lejean

Fréquentation lors de la résidence pour la création de théâtre de marionnettes Rencontres sur les lieux de vie entre Mars et Mai 5 rencontres sur les aires d’accueil de Francheville et de Vénissieux et le terrain sédentaire de Chassieu 15 participants (adultes) 3 accompagnants Ateliers artistiques sur les lieux de vie en Juillet : 6 ateliers sur les aires d'accueil de Francheville et Vénissieux et sur le terrain sédentaire de Brignais 40 participants (enfants, adolescents et adultes) 6 accompagnants

Fréquentation totale du public sur le Festival = 31 508 personnes Enfants, adolescents, adultes, tous publics dont Gens du Voyage

Fréquentation lors des représentations de théâtre de marionnettes 7 représentations dans le Rhône et l’Isère : Médiathèque de Chassieu Médiathèque de Francheville Centre social Eugénie Cotton - Centres sociaux des Minguettes (Vénissieux) Centre social de Brignais Centre social de Champfleuri (Bourgoin Jallieu) Centre social du Roussillonnais (Roussillon) Centre social des Barbières (Chasse-sur-Rhône) 373 personnes (adultes et enfants)

59


L’action en images

Exposition photographique « On s'est déjà vu quelque part » Jean-Michel Rillon, photographe - Association Vent d’Ici et d’Ailleurs & Concert orchestré par Sonsonete Flamenco

Théâtre « La Rose Tsigane » Cie UGomina

Rencontres - Forum

Création Théâtre de Marionnettes Petites histoires venues des terrains... 5 Rencontres recueil de parole - 6 Ateliers de création - 7 Représentations

Concerts Baro Syntax - Rap manouche :: Djanito et le Chinois –Jazz manouche Fuego de Rumba - Rumba gitane

Pour plus d’info - Bilan IT 2012 téléchargeable sur le site : www.artag-asso.org

60


Perspectives 2013 Depuis 2010, le Festival est devenu "itinérant" sur le département et en Région afin de travailler au plus près des Voyageurs et des partenaires locaux (équipements culturels, sociaux...). Il est important de noter la remarquable collaboration entre l'équipe du Festival et les structures d'accueil partenaires. Nous avons réussi à entretenir un réseau de partenaires stable et durable, ce qui nous donne confiance en la programmation d'événements futurs avec les mêmes partenaires, au sein du Festival Itinérances Tsiganes. En 2013, nous poursuivrons notre travail avec le Centre social mobile APMV en Isère et nous développerons de nouveaux partenariats dans d’autres départements. Les lieux partenaires ont aussi été délocalisés vers des lieux plus proches des aires d'accueils : ces changements ont aussi porté leurs fruits, puisque nous avons noté une augmentation de la fréquentation du public Voyageur, mais nous savons que des efforts sont encore à faire dans ce domaine. De manière générale, le public a été très réactif à l'issue des manifestations proposées par le festival entamant à chaque fois un réel dialogue avec les artistes et intervenants présents. Ce bilan est positif et encourageant pour la reconnaissance du festival, de sa programmation, et des moyens mis en place pour sa réussite. Ce constat renforce l’utilité incontestable du festival et des questions qu'il expose, et l’envie des organisateurs de le développer. Enfin, à mesure que le festival grandit en âge et en ampleur, les problématiques qui se présentent à nous s'affinent. Il est incontestable que le festival tient un pari d'ouverture, de découverte et d'accès à la connaissance du grand public dont les retours nous ont confirmé que ce dernier sort toujours enrichi du contenu proposé lors des manifestations. Un important travail est fait chaque année pour favoriser la mobilité des Voyageurs sur les lieux des manifestations, cependant nous devons prendre en compte les malaises ressentis et exprimés, ainsi que des difficultés d'ouverture que connaissent les Gens du Voyage. Les préjugés des Gadjé (non Voyageurs) à l'égard des Gens du Voyage persistent, mais les préjugés et les méfiances des Gens du Voyage à l'égard des Gadjé ou autres communautés existent aussi. Ce n'est pas spécifique aux Voyageurs, ces tentations traversent toutes les sociétés. Pour contribuer davantage à l’ouverture nous proposons donc pour la prochaine édition de travailler sur la thématique de l’Altérité autour de l'idée que « Nous sommes tous des Hommes ! » et plus particulièrement sur le regard que portent les Voyageurs sur l’Autre. Nous souhaitons mettre en place des ateliers artistiques auprès des Gens du Voyage, afin qu’ils deviennent réellement acteurs aussi bien dans leur réflexion, leur expression et leur production. Ces ateliers auront pour but d’inciter une réflexion autour des questions des représentations, du regard porté sur l’Autre, mais également sur leur positionnement dans la société et la place qui est accordée aux autres. Se connaître soi-même (son histoire, sa culture) est indispensable pour s’accepter et trouver sa place dans une société ; mais connaître l’Autre, condition du vivre ensemble, permet aussi de s’enrichir des différences de chacun. Lors de ces temps d’ateliers, nous travaillerons sur ce que nous avons "en commun", sur le fond de notre humanité commune, en tant qu’individu, en tant qu’Homme.

61


PÔLE DEVELOPPEMENT SOCIAL L’ACTION CULTURELLE LE PROJET MOSAIQUE D’EN FRANCE Descriptif de l’action L’ARTAG a été sollicitée en décembre 2011 afin de participer au projet Mosaïque d’en France. Ce projet a été porté et réalisé par l’association Chants Alizés avec la collaboration de nombreux partenaires associatifs, dont l’ARTAG, et soutenu par la Région Rhône-Alpes. Le projet inieal était de réaliser avec des acteurs de terrain 10 magazines vidéo desenés à la fois aux opérateurs TV régionaux, voire nationaux et en même temps que ces mini-documentaires soient des supports possibles d’éducation ou de débat dans des lieux associatifs (centres sociaux, MJC, associations) voire dans l’Education Nationale. Ces mini-documentaires retracent différents parcours et situations de vie dans des domaines aussi divers que le culturel, l’artistique, le social, l’économique, le sport… et de focus sur des situaeons sociales concernant tout un chacun mais prenant racine dans des problémaeques liées à l’immigraeon ou à la polieque de la Ville, à l’habitat, à la solidarité́ et à la diversité culturelle.

Au sein de ces portraits portant sur la diversité et le vivre ensemble, il semblait naturel que les Gens du Voyage soient aussi représentés dans cette Mosaïque de portraits d’habitants de la Région lyonnaise. Chaque documentaire s’attache également à présenter une association accompagnant les habitants dans leurs démarches, leur lutte ou travaillant autour de ces questions. L’ARTAG a souhaité participé au projet afin de donner une nouvelle fois la parole aux Voyageurs qui souhaitaient s’exprimer par ce média.

Objectifs • • • • •

Donner la parole aux Voyageurs dans un média à visé éducative et pédagogique Editer un nouveau support d’éducation et de débat autour des Gens du Voyage Mettre en lumière notre action de lutte contre les discriminations à l’égard des Voyageurs Montrer la diversité culturelle au sein même des communautés de Voyageurs Inscrire les actions portées par l’ARTAG dans un projet global sur la diversité et le vivre ensemble

62


Réalisations 2012 L’ARTAG a souhaité prendre part au projet de plusieurs manières : • Repérage puis présentation du projet aux familles et personnes qui pouvaient être intéressées • Mise en contact des acteurs : public et réalisateurs • Accompagnement des réalisateurs sur les lieux de vie pendant les tournages • Accompagnement des familles pour le visionnage après montage et retours réalisateurs

Au final, un documentaire de 20min, Les gens du Voyage, a été réalisé sur l’année 2012 et présenté dans un coffret Mosaïque d’en France. Ce coffret riche de 11 documentaires et 1 clip est sensées mettre en lumière des sujets qui font débat dans la société ainsi que l’action positive de tous les acteurs associatifs qui agissent au quotidien sur ces sujets.

Perspectives 2013 En 2013 nous souhaitons :

• Mobiliser les Voyageurs pour la diffusion du produit fini avec échanges et débats sur les •

thémaeques du film ou de la diversité.́ Présenter le site internet mis en place par Chants Alizés permeiant à chacun de se relier aux diverses expériences de « Mosaïque d’en France ».

63


PÔLE DEVELOPEMENT SOCIAL LES ANIMATIONS DE PROXIMITE LES SORTIES FAMILIALES Descriptif de l’action Nous mettons en place des sorties familiales avec et pour les familles qui vivent sur les aires d’accueil et ou sur les terrains sédentaires. L’idée est de faire découvrir l’outil « sortie familiale » aux Gens du Voyage afin qu’ils s’inscrivent à terme auprès des structures qui en proposent. C’est l’occasion aussi pour nous de construire des projets collectifs avec les familles. Les sorties familiales sont des temps qui permettent de favoriser le lien social entre les membres d’une même famille et entre les usagers. Elles se déroulent dans des lieux de découvertes à proximité de Lyon et dans la région. Il peut s’agir d’activités culturelles, sportives, ludiques. Elles sont destinées aux familles - soit parents et enfants – et prioritairement à celle aux ressources modestes qui n’ont pas ou peu accès aux loisirs. Les sorties sont élaborées avec les familles, dans la mesure du possible en allant sur leur lieu de vie.

Les lieux et territoires concernés peuvent être divers et adaptés aux demandes, aux besoins : - sortie familiale destinée aux familles résidant sur une aire d’accueil - sortie familiale regroupant plusieurs aires d’accueil sur un même territoire (ex : Chassieu, St Priest ou Brignais, St Genis Laval,…) - sortie familiale à l’échelle du département, à l’initiative des professionnels et ou des familles - sortie familiale avec les partenaires locaux (usagers du centre social + usagers de l’aire d’accueil) De plus, les modalités d’organisation sont également variables : - ARTAG seule - en partenariat avec un autre acteur - orientation vers un acteur qui organise des sorties familiales Une sortie familiale peut être proposée pendant les vacances scolaires en semaine ou bien les week-ends. Les sorties familiales sont des temps qui permettent de favoriser le lien social entre les usagers et entre les membres d’une même famille. Elles se déroulent dans des lieux de découverte ou chacun peut y trouver un intérêt. Le dispositif VFS (Vacances Familles Solidarité) permet d’organiser des sorties familiales avec l’appui financier de la CAF et du Conseil Général.

64


Les Objectifs •

Favoriser les liens à l’intérieur de la cellule familiale en proposant une activité où tous les membres peuvent être présents

Permettre aux familles de découvrir des lieux de détente et de loisirs de proximité susceptibles d’être réinvestis de manière individuelle et autonome

Donner la possibilité à des familles en difficultés sociales et financières d’accéder à des activités auxquelles elles ne pourraient prétendre autrement Favoriser les échanges entre les familles (améliorer les relations) et entre les familles et les professionnels de l’ARTAG

Réalisations 2012 Durant l’année 2012 quatre sorties familiales ont eu lieu avec quatre aires d’accueil différentes. Les sorties se déroulent dans des lieux de proximité pour que les familles puissent y retourner seules. Les sorties se sont déroulées sur la période de Février 2012 à Juillet 2012. Les familles de l’aire d’accueil de Rillieux-la-Pape ont participé à deux sorties, l’une en Février, la seconde en Avril. Les voyageurs (5 adultes, 2 enfants et 2 adolescents) sont partis avec d’autres habitants de Rillieux la Pape à la montagne. Cette sortie a été en partenariat avec les centres sociaux. La seconde sortie a mobilisé cinq familles, elles ont découvert le Cirque. En juin, une sortie à Touroparc a été organisée, huit familles résidant sur la commune de Saint Laurent de Mûre, soit 27 personnes (7 adultes dont un père, 5 adolescents et 15 enfants) ont profité de cette journée. La dernière sortie a été co-construite avec les Voyageurs des aires d’accueil de Chassieu et St Priest. Ensemble nous avons choisi la date, la durée de la sortie, les thèmes. Il a été décidé de scinder la journée en deux temps, le matin les familles ont visité la ferme pédagogique de Chaponost, après un pique nique tous ensemble les familles ont découvert la pratique de l’équitation à Brindas. Cette sortie a concerné 19 personnes dont, 6 mères avec leurs enfants (11 enfants) et deux femmes isolées pour qui cette journée a été très bénéfique.

L’action en images

65


Perspectives 2013 Chaque projet de sortie familiale doit être construit avec la participation des voyageurs. Il s’agit d’un principe fondateur, visant le développement des capacités des personnes et leur autonomie. Il est nécessaire de partir de l’expression des voyageurs pour les associer et susciter les initiatives. La sortie doit être construite avec les familles en lien avec l’agent de développement et/ou le référent qui sont un soutien méthodologique. La participation des Voyageurs doit être recherchée chaque fois que possible. Les niveaux d’engagement peuvent être différents. Il peut s’agir de la simple expression d’une demande dont on se saisit ; ou encore du choix du lieu, du jour, du nombre de participants. Le but à viser étant la co-construction de la sortie avec des familles (jusqu’aux réservations téléphoniques). Les possibilités sont multiples et à adapter. Nous envisageons d’organiser de nouvelles sorties dont une sortie familiale ouverte à l’ensemble des Voyageurs du département.

66


PÔLE DEVELOPEMENT SOCIAL LES ANIMATIONS DE PROXIMITE ECHANGES SUR LA SANTE Descriptif de l’action Il s’agit de proposer des animations aux familles, avec comme support le bus info santé, sur les aires d’accueil. Nous déterminons 3 à 4 interventions par aire d’accueil, soit une par mois. Le choix de ne pas fixer de sujets au préalable a pour but de ne pas limiter les premiers échanges et de laisser arriver le sujet. Les jours et heures d’intervention du Bus ont été pensé en fonction des horaires scolaires mais aussi en fonction de l’organisation familiale des personnes. L’animation est menée conjointement par l’agent de développement de l’ARTAG qui intervient sur l’aire d’accueil (dans le cadre de la mission de médiation et de coordination sociale) et de fait, possède une connaissance du public et de l’environnement social et une infirmière du Bus info santé en tant que généraliste des questions de santé. Concernant la communication, les professionnelles du B.I.S ont créé un support que les agents de développement ont diffusé aux familles et affiché à l’accueil de chaque aire. Les gestionnaires concernés ont été sollicités pour le branchement du bus à l’électricité (café, thé et climatisation…).

Les Objectifs Objectif général - Mieux cerner les demandes et les besoins en matière de santé des familles utilisant les aires d’accueil pour une prise en compte efficiente des problèmes spécifiques liés au mode de vie. Objectifs opérationnels - Etablir une relation de confiance, un climat rassurant avec les familles - Favoriser les échanges sur les questions de santé en proposant un espace de parole et d’écoute - Valoriser les personnes dans leurs savoirs et leurs savoir faire - Sensibiliser et donner accès à l’information liée à la santé

67


Réalisations 2012 Deux lieux de vie ont été ciblés cette année : Corbas et Saint Bonnet de Mûre Saint-Bonnet-de-Mure : 7 séances ont été réalisées au total, nous avons accueilli : • 6 adultes des femmes uniquement, •

16 adolescents soit 7 filles et 9 garçons,

14 enfants.

Cette action a permis d’intervenir auprès de 36 personnes différentes L’action BIS a montré une demande prégnante des adolescents quant à des questionnements concernant la santé et plus particulièrement le corps. Sans doute, une scolarisation irrégulière, tronquée n’a pas permis l’acquisition d’un minimum de connaissances anatomiques. Ceci entraine des représentations parfois étranges du corps et son fonctionnement. En conséquence, il nait chez les adolescents un amalgame d’idées fausses. Cela dit, que ce soit les filles ou les garçons, ils ont montré beaucoup d’intérêts à ces temps d’échanges et ont été très présents. Aussi, nous avons souhaité poursuivre cette action en leur proposant de construire un projet en lien avec la thématique santé. Nous avons fait le choix de co construire le projet avec les adolescents afin de permettre une réelle implication. Nous avons donc accompagné un groupe de jeunes filles qui souhaitaient se rendre dans une salle de sport : elles ont co construit ce projet : recherche de lieux, prise de contact, recherche du transport. Les parents ont bien évidemment été informés de cette démarche et une mère de famille nous a accompagnés lors de la séance. Ce travail n’a été possible que parce qu’une relation de confiance s’est progressivement installée entre les familles et l’agent de développement de l’ARTAG. Corbas : 3 séances ont été réalisées au total, nous avons accueilli : • 8 adultes (4 hommes et 4 femmes), •

3 enfants.

L’action en images

68


Perspectives 2013 A ce jour, il reste très certainement encore de nombreux questionnements concernant cette action. Celle-ci n’avait pas vocation à traiter l’ensemble des sujets liés à la santé mais d’amener les familles à échanger et discuter. Nous pouvons dire que les personnes ayant participé à ces temps d’échange sont satisfaites des informations reçues. Notre constat de départ a été vérifié : le public utilise peu les structures de santé, surtout en prévention. Cela peut s’expliquer par l’isolement géographique et social des familles présentes sur les aires d’accueil qui sont situées dans des zones industrielles et éloignées du centre ville. Néanmoins une forte attache au médecin traitant est à souligner. Cette action auprès des familles stationnant sur les aires d’accueil (mais aussi sur les terrains sédentaires) a permis de mettre en avant des questions qui jusqu’à présent n’avaient pas été travaillées de manière approfondie au sein de l’ARTAG (place de l’adolescent dans les familles de voyageurs). C’est pourquoi, nous envisageons de poursuivre l’action Bus Info Santé en 2013, sur les aires d’accueil de Vaulx-en-Velin et Brignais et sur le terrain sédentaire de Saint-Laurent-de- Mure.

69


PÔLE DEVELOPEMENT SOCIAL LES ANIMATIONS DE PROXIMITE LES ACTIONS AUTOUR DES LIVRES Descriptif de l’action Il s’agit de proposer aux enfants des temps de lecture sur les lieux de vie. Les bibliothécaires se déplacent avec une sélection de livres sur l’aire d’accueil, ce qui permet un contact avec les livres, les histoires et contes. Ces temps sont mis en place sur les communes de Francheville (« les mercredis lecture d’histoires ») et de Chassieu (« la médiathèque vient chez vous ») et sont co animés par l’agent de développement de l’ARTAG et les bibliothécaires. Elles ont lieu dans le camion aménagé de l’ARTAG, ou à l’extérieur, parfois même dans la caravane des familles. Des actions plus ponctuelles ont été également mises en place avec les bibliothèques de Saint-Genis-Laval, Brignais, Craponne. Ces actions ont été organisées suite à la demande des familles.

Les Objectifs Favoriser l’accès aux savoirs en proposant des temps de lecture d’histoires par des bibliothécaires Développer l’accès des familles aux services proposées par les médiathèques Favoriser la convivialité, les échanges entre les familles, et entre les familles et les professionnels

Réalisations 2012 Francheville 38 enfants différents ont participé à cette action, ce qui a représenté 9 séances. Des enfants de l’aire d’accueil ont assisté à un spectacle de théâtre de marionnettes, joué à la bibliothèque. L’absence d’espace dédié à l’animation sur l’aire d’accueil et l’indisponibilité de notre camion d’animation les mercredis sont un frein à la poursuite de cette action de manière pérenne et régulière. L’acquisition du bibliobus de la Médiathèque Départementale du Rhône (démarches en cours grâce à la bibliothèque) serait pour nous un véritable atout qui permettrait non seulement de pérenniser cette action mais aussi de la développer sur d’autres territoires.

70


Chassieu 7 enfants présents à chaque séance. L’agent de développement a également accompagné des mères de familles afin qu’elles puissent découvrir la médiathèque et les modalités d’emprunt. On note des inscriptions à la médiathèque.

L’action en images

Perspectives 2013 Au vu de l’intérêt porté par les familles, notamment les enfants et la qualité des partenariats avec les médiathèques, nous poursuivrons ces animations de proximité.

71


PÔLE DEVELOPEMENT SOCIAL LES ANIMATIONS DE PROXIMITE LA FRESQUE DE BRINDAS Descriptif de l’action Le local du gestionnaire a été dégradé par des enfants ayant séjourné sur l’aire d’accueil, ils utilisent des petits cailloux et écrivent des inscriptions. Durant l’hiver, une accumulation inquiétante de déchets (encombrants, déchets verts) avaient été déposés aux abords de l’aire d’accueil. Ils ont été retirés, les grillages réinstallés. L’aire a petit à petit retrouvé une image positive. Afin de poursuivre la dynamique engagée, nous avons émis l’idée d’un projet fresque dans lequel les familles résidant sur l’aire d’accueil seraient associées

Les Objectifs Favoriser l’implication des voyageurs dans une réalisation collective Contribuer à améliorer l’image de l’aire d’accueil et des Voyageurs Favoriser le lien social entre parents et enfants, entre les familles

Réalisations 2012 Pour réaliser cette fresque, 4 demi-journées ont été nécessaires. Dans un premier temps l’artiste de l’Association La Coulure est venu sur l’aire d’accueil pour rencontrer les Voyageurs, expliquer le projet avec l’agent de développement de l’ARTAG et recueillir leurs idées pour le thème de la fresque. Ensuite, nous nous sommes tous (artistes, Voyageurs, MJC, ARTAG) retrouvés sur l’aire d’accueil pour commencer la réalisation de la fresque. En parallèle, la MJC de Brindas a accompagné quelques adolescents pour créer un « livret reportage » sur la réalisation de la fresque. Pour clore ce projet, une inauguration a eu lieu en juin en présence de nombreux partenaires.

72


L’action en images

Perspectives 2013 En 2013, nous envisageons de mettre en place ce projet sur l’aire d’accueil de Lyon 7.

73


PÔLE DEVELOPEMENT SOCIAL LES ANIMATIONS DE PROXIMITE « DESSINE-MOI TA FAMILLE » Projet artistique construit avec les familles résidant au Bois d’Oingt et à Saint Marcel l’Eclairé

Descriptif de l’action Pour la deuxième année consécutive, la CAF du Rhône, territoire Nord a organisé dans le cadre de la semaine famille une journée temps fort qui a eu lieu le samedi 20 octobre 2012 à Villefranche-sur-Saône. Le thème était « améliorer le bien-être et le quotidien des familles ». Chaque centre social a travaillé auprès des familles de son territoire autour de cette thématique et a mis en place des animations. L’ARTAG en tant que centre social itinérant a intégré ce projet en le proposant à deux groupes familiaux de Voyageurs sédentaires du Bois d’Oingt et de Saint Marcel l’Eclairé, le fil conducteur choisi était « Dessine moi ta famille ». Nous avons fait appel à Hélène Bertin, artiste plasticienne, pour nous aider à réaliser ce projet avec les familles.

Objectifs Favoriser les échanges dans le groupe familial. Valoriser les savoir-faire de chacun. Favoriser la découverte de structures socioculturelles de proximité.

Réalisations Sur les deux terrains familiaux, 6 enfants et 8 adultes ont réalisé des créations au cours de 4 séances. Un temps convivial a été organisé au centre social de Châtillon d’Azergues pour que les familles se rencontrent, dévoilent leurs réalisations et échangent autour de cette expérience commune. Les familles ont été accueillies par une animatrice qui leur a présenté le centre social et les activités proposées. L’ensemble des créations ont été exposées à Villefranche et à l’accueil de l’ARTAG. Pour l’un des groupes, l’exposition a été également valorisée au centre social de Chatillon d’Azergues. Les familles ont montré un grand enthousiasme à participer à cette action. Elles se sont dévoilées et ont abordé des sujets qui leur tenaient à cœur. Les thématiques mises en exergue : les différences de générations, le changement de mode de vie du voyage à la sédentarité, les enfants, l’importance de la famille, la solidarité, les traditions familiales, le feu, les défunts, la fierté communautaire, la religion…

74


L’action en images

Perspectives 2013 Nous souhaitons poursuivre ce travail dans le cadre d’un projet global initié par la CAF avec l’ensemble des centres sociaux du Nord. C’est pour nous l’occasion de rencontrer d’autres centres sociaux, de participer à une action partenariale et surtout d’associer les familles à la construction d’un projet valorisant leur savoirs et savoirs faire et d’échanger avec d’autres.

75


PÔLE DEVELOPEMENT SOCIAL LES ANIMATIONS DE PROXIMITE UN TEMPS FESTIF FAMILIAL : LA FETE DE NOEL Descriptif de l’action Il s’agissait de proposer un temps festif aux familles fréquentant l’ARTAG, pour les fêtes de fin d’année. L’après-midi s’est déroulé en deux temps : Un premier autour d’ateliers : de décorations en lien avec la thématique de Noël, de cuisine afin de préparer ensemble le goûter, autour de la découverte de jeux surdimensionnés, autour du livre et des histoires. Un second temps consacré au goûter et à la venue du Père Noël. La médiathèque et la ludothèque, partenaires privilégiés sur cette commune, ont été parties prenante avec l’ARTAG pour proposer des ateliers.

Objectifs Favoriser les échanges intergénérationnels en mettant en place des ateliers pour toute la famille Valoriser le savoir-faire de chacun Favoriser le lien social

Réalisations Le mercredi 19 décembre, les familles se sont retrouvées à la salle des fêtes de Chassieu autour de différents ateliers créatifs proposés par les professionnels et bénévoles de l’Association. 70 personnes soit une quarantaine d’enfants et une trentaine de parents ont ainsi participé à la création de décorations de Noël, à des réalisations gourmandes à base de chocolat, à la découverte de jeux, à un atelier maquillage… A la fin de l’après-midi, les enfants et leurs parents sont allés à la rencontre du Père Noël. Ce temps festif s’est terminé autour d’un buffet convivial, constitué des préparations réalisées dans l’après-midi par les familles et de délicieuses barbes à papa confectionnées par notre Président.

76


L’action en images

Perspectives 2013 Nous souhaitons poursuivre ce type d’action où tous les membres de la famille peuvent participer. Pour 2013, les familles seront associées à la construction et l’animation de ce temps festif familial.

77


PÔLE EXPERTISE ACCOMPAGNEMENT DE PROJET D’HABITAT Descriptif de l’action Face aux besoins liés à une sédentarisation multiforme et évolutive, l’équipe de l’ARTAG apporte son soutien et son appui, à la fois aux familles bénéficiaires de l’action publique mais également auprès des communes commanditaires des projets. Le contact direct et régulier avec l’ensemble des acteurs concernés par la problématique d’un relogement et/ou d’un projet d’habitat demeure le fondement de nos accompagnements de projets, tant au niveau social que technique. Les délais de mise en œuvre des projets étant souvent particulièrement longs, il est d’autant plus important d’entretenir et de consolider le lien avec les familles. Les contacts et échanges sont de plus en plus rapprochés au fur et à mesure de l’avancement du projet. Le suivi et l’accompagnement de chaque famille dans les démarches vers l’accès à l’habitat est indispensable au bon déroulement du projet. Ces projets d’habitat peuvent prendre deux formes : • Terrain familial • Habitat adapté Le « terrain familial » est un outil créé par décret en décembre 2003 (Circulaire UHC/IUH1/26 n° 200376 du 17 décembre 2003) qui vise à la réalisation d’espaces de vie permettant l’installation des caravanes constituant l’habitat permanent de leurs utilisateurs, qui prennent la forme de parcelles locatives ou de pleine propriété, individuelles, délimitées et aménagées chacune d’un bloc sanitaire comprenant douche et WC auxquelles les familles adjoignent leurs caravanes en guise d’habitation principale. L’« habitat adapté » est le processus de réalisation de pavillons sociaux locatifs comprenant au minimum une pièce de vie et auquel est prévu un emplacement pour la caravane, soit en tant qu’annexe d’habitation, soit en tant qu’outil de mobilité. Il convient de souligner que c’est moins l’habitat qui est adapté (logement social de type PLA-I*) que l’accompagnement du projet qui nécessite la prise en compte des normes d’habitabilité et des pratiques culturelles des ménages tout en veillant à les rendre co-acteurs de leur relogement dans une perspective de trajectoire résidentielle. Le travail d’accompagnement de projet s’échelonne en trois phases :

• La définition du projet • La réalisation des travaux • La préparation à l’entrée dans les lieux PLA-I : Prêt Locatif Aidé d’Intégration

78


Objectifs Le projet d’habitat a pour objectif d’améliorer les conditions de vie des personnes concernées. L’accompagnement de projet doit permettre d’apporter une réponse adaptée au besoin d’un groupe familial pour aujourd’hui et pour demain. Les objectifs de l’accompagnement de projet d’habitat sont : Associer les familles dans la co-construction du projet Prendre en compte le contexte familial, les données socio-économiques et la culture des familles dans la définition du projet Maintenir et/ ou développer du lien entre les familles et les organismes décisionnels et commanditaires à chaque étape du projet. Impliquer et faire participer les ménages à chaque étape du projet Connaitre les familles concernées et prendre en compte toute nouvelle donnée.

Réalisations 2012 Le TF ( terrain familial) 32 rue du Dauphiné à Saint-Priest 6 ménages installés depuis plus de 20 ans sur un terrain public rue de Provence ont intégré fin mai leur emplacement sur le terrain familial. La signature du bail a eu lieu le 29 mai 2012 et l’entrée dans les lieux a été réalisée dès le lendemain. Les familles sont aujourd’hui locataires d’un emplacement sur lequel on trouve une construction de type T1 composée d’une pièce à vivre qui intègre un coin cuisine et d’une pièce dédiée aux sanitaires qui intègre un espace pour la buanderie. Les ménages ont été impliqués dans la définition du projet de relogement en termes de typologie d’habitat (TF ou habitat adapté) selon qu’ils souhaitaient ou pas garder la caravane. Les familles ont aussi été sollicitées sur la localisation du TF. L’accompagnement du projet auprès des familles a nécessité de travailler sur différents points : • Formalisation du rapport locataire-bailleur : Finalisation et présentation aux familles du règlement intérieur et de la convention d’occupation • Evaluation des besoins en équipement des ménages : mobilier et électroménager • Anticipation avec les familles du déménagement (déplacement caravane et transport du mobilier) • Travail d’appropriation des nouvelles charges de logement : emplacement, fluides… L’habitat adapté, route d’Heyrieux à St Priest (voir photos) 13 ménages vont être relogés via un programme PLA-I porté par Grand Lyon Habitat et composé de 13 logements allant du T2 au T5. Ces ménages font partie du groupe familial installé depuis plus de 20 ans sur le terrain public situé rue de Provence à St Priest. Les ménages positionnés sur ce programme PLA-I ont accepté de ne plus être équipés de caravane.

79


En 2012, l’accompagnement, pour ce projet d’habitat adapté, a surtout consisté à apporter une information aux familles, des réponses à leurs questionnements et inquiétudes quant à l’avancée du projet. Notre intervention s’articule avec les différents acteurs que sont la Mairie, les familles et Grand Lyon Habitat. A ce titre, une rencontre collective a eu lieu en décembre afin de présenter aux familles le calendrier prévisionnel des travaux. L’habitat Adapté, 5 chemin de la Glunière à Vénissieux 22 ménages vont être relogés via un programme PLA-I porté par Portes des Alpes Habitat qui intègre un espace pour la caravane utilisée ici comme objet de mobilité et/ou accueillir ponctuellement des visiteurs. Ce chiffre intègre les probables décohabitants identifiés lors de la réactualisation du diagnostic réalisé par l’ARTAG en 2007. Ce projet d’habitat adapté de 22 logements allant du T2 au T5 sera réalisé sur le terrain public actuel occupé depuis plus de 30 ans par les familles. L’ARTAG intervient à la fois sur les problématiques existantes sur le site actuel et sur le projet de relogement définitif. Le site actuel : nous intervenons en termes de médiation entre les familles et les services de la ville pour faciliter la gestion du site actuel : paiement de la redevance, formalisation du rapport ente la ville et les familles via la réactualisation des conventions d’occupation, sécurisation du courrier via l’installation de nouvelles boites aux lettres. Le projet d’habitat PLA-I : suite au diagnostic réalisé, nous intervenons dans le cadre de la définition du projet jusqu’à la préparation de l’entrée dans les lieux : réactualisation des données socio-économiques de chaque ménage, appui de la ville dans la gestion d’une liste d’attente, de la formalisation des désistements et des nouvelles demandes. Nous tentons de permettre une implication des familles à toutes les étapes du projet : préparations de réunions d’informations collectives, travail sur les compatibilités de voisinage, identification des besoins de relogement transitoire. Le diagnostic du site impasse Saillant à Vaulx-en-Velin L’ARTAG réalise un diagnostic social des familles installées sur l’espace public sur la commune de Vaulx-enVelin en vue d’appuyer la collectivité dans la définition d’un projet de relogement pérenne pour ces ménages. L’étude est en cours.

L’action en images

80


Perspectives 2013 L’habitat adapté, route d’Heyrieux à Saint-Priest La Livraison de ce programme est prévu pour 2014, le permis de construire est déposé et validé. Les travaux devraient démarrer courant le 1er trimestre 2013. (CF. Photos) Le projet aura à la fois une dimension individuelle et collective : Certains points devront être traités plus individuellement comme l’identification des besoins en termes d’équipement des ménages et la mobilisation des financements adéquats, un travail sur le budget logement de chaque ménage : simulation APL, estimation des charges D’autres aspects pourront être abordés lors de rencontre collectives avec les familles comme l’information sur l’avancée des travaux et l’ajustement du calendrier, la concertation sur certains choix d’aménagement, le travail sur les droits et devoirs du locataire, l’élaboration d’un règlement intérieur Une articulation d’intervention sera co construite avec la ville et Grand Lyon habitat ainsi qu’avec les autres acteurs de l’action sociale du territoire. L’ARTAG en lien avec la ville proposera une rencontre des acteurs de l’accompagnement social du territoire afin de coordonner les interventions existantes et d’envisager, en fonction des besoins, de nouvelles actions spécifiques.

L’habitat Adapté, 5 chemin de la Glunière à Vénissieux La livraison de ce programme est prévue pour 2015. Le travail d’élaboration d’esquisse par Porte des Alpes est en cours. L’implication et la mobilisation des familles sur Vénissieux est une force de l’accompagnement de projet En effet, le règlement intérieur du site actuel mentionne l’organisation d’une assemblée générale (AG) annuelle qui permet un échange direct entre les ménages et les élus. Cet espace a été largement mobilisé ces dernières années que ce soit à l’initiative de la ville ou à la demande des familles. Aussi, l’implication et la mobilisation des familles via cette AG est à poursuivre et d’autres espaces sont à créer afin de travailler sur la présentation d’esquisse aux familles, l’échange sur les modalités d’aménagement en fonction des contraintes techniques de Porte des Alpes et des souhaits des familles en termes de mode de chauffage notamment. L’ARTAG est en relation avec Porte des Alpes Habitat afin de transmettre notamment des données réactualisées sur la composition des ménages, les compatibilités de voisinage et aussi de voir comment associer les familles à la co-construction du projet d’habitat, de sa définition jusqu’à l’entrée dans les lieux. L’ARTAG, en lien avec la ville, proposera une rencontre des acteurs de l’accompagnement social du territoire afin de coordonner les interventions existantes et d’envisager, en fonction des besoins, de nouvelles actions spécifiques.

81


PÔLE EXPERTISE LES FORMATIONS

Descriptif de l’action En 2012, l’ARTAG a poursuivi son cursus d’interventions en formation auprès des étudiants travailleurs sociaux avec une ouverture vers les écoles d’éducateurs. Outre les formations auprès des conseillers en économie sociale et familiale(CESF) ou bien les techniciens de l’intervention sociale et familiale (TISF), nous participons aujourd’hui au cursus de formation des assistants de service social (AS) et des éducateurs, ceci est d’autant plus important que ces professions sont amenées à rencontrer et accompagner les Gens du Voyage. Les interventions de l’ARTAG sont construites de façon à permettre la participation effective des Gens du Voyage pour faciliter un échange avec des futurs acteurs sociaux. Notre intervention est basée sur une présentation globale de l’Association, une présentation de qui sont les Gens du Voyage. Un zoom est également proposé sur les missions spécifiques des travailleurs sociaux au sein de l’Association. Pour la partie échanges avec les Voyageurs, nous partons souvent d’un support vidéo facilitant ainsi les échanges entre les étudiants et les voyageurs présents. L’ ARTAG a également participé au cursus de formation que le Grand Lyon a organisé pour le personnel chargé d’accompagner la politique de la communauté urbaine vis-à-vis des Gens du Voyage (aménagement, gestion, maintenance). Cela a permis, entre autre, un échange avec des voyageurs. Une autre activité de formation se développe à travers les actions du GIE CATHS qui ont pour objet la mise en place des aires d’accueil, de leur gestion et de leur animation. S’appuyant sur son expérience, l’ARTAG met à disposition son savoir faire pour faciliter le fonctionnement des habitats des gens du Voyage en insistant en particulier sur l’action et l’accompagnement social.

Objectifs Favoriser une meilleure connaissance des Gens du Voyage Favoriser la rencontre et l’échange entre les futurs travailleurs sociaux, les professionnels en activité et en lien avec ce public et les Voyageurs

82


Réalisations 2012 Au cours de cette année, nous sommes intervenus 6 fois dans des écoles de formation du travail social et dans un lycée. A chaque fois l’intervention concernait des groupes de niveaux différents, ce qui représente environ 200 étudiants. Aujourd’hui, nous pouvons dire que ces formations ont fait rentrer les Gens du voyage dans le cercle des préoccupations des acteurs sociaux. Phénomène qui se constate par le nombre très important de sollicitations que l’ARTAG reçoit tout au long de l’année pour accompagner ou faciliter l’écriture de mémoire ayant trait à la pratique sociale auprès des Gens du voyage. Ces derniers ont une capacité sous exploitée de participation aux actions publiques qui peut s’avérer un vecteur pertinent de l’insertion sociale.

Perspectives 2013 Nous souhaitons poursuivre et développer ces interventions en associant les voyageurs tant au niveau du contenu qu’au niveau de l’animation. A la demande des voyageurs, une formation pour ces derniers va se mettre en place afin que ces deniers soient plus outillés pour intervenir notamment en travaillant la prise de parole en public. Nous avions également prévu la mise en place d’une formation pour les bénévoles et administrateurs Voyageurs afin que ceux-ci puissent maîtriser l’organisation administrative mais aussi mieux appréhender les strates décisionnelles et leurs pouvoirs par rapport aux politiques conduites en directions des voyageurs. Cette formation a du être repoussée en 2013. L’objectif de cette formation est de donner aux Gens du Voyage représentant l’association et, ou leur communauté, les outils pour être entendus et compris, mais aussi pour mieux être associés aux décisions qui les concernent. Nous avons été sollicités par deux départements pour construire une formation sur le modèle de celle que nous avions co construite avec le réseau REVIH de Chambéry en 2011. Ces projets sont en cours d’élaboration et devrait voir le jour courant 2013. Outre la réponse à ces demandes devenues aujourd’hui régulières, l’ARTAG souhaite mettre l’accent sur la formation en direction des Gens du Voyage soit par leur inscription dans des cursus construits par des partenaires, soit dans des projets conduits par l’ARTAG qui prendrait en compte les spécificités qui encore aujourd’hui sont un frein majeur à l’utilisation des cursus de formations classique.

83


PÔLE EXPERTISE LE CABINET D’ETUDES CATHS Descriptif de l’action CATHS est un bureau d’études spécialisé dans l’habitat des Gens du Voyage crée sous la forme juridique d’un GIE (Groupement d’Intérêt Economique) qui est composé de quatre associations et d’un cabinet d’architecture : L’ADEPT (Association Départementale pour la Promotion des Tsiganes et voyageurs) dont le siège est à Drancy (93) L’ARTAG dont le siège est à Villeurbanne (69) Le CCPS (Comité de Coordination pour la Promotion et en Solidarité des communautés en difficulté) dont le siège est à Toulouse (31) STUDIO K : Cabinet d’architecture dont le siège est à Toulouse (31) Depuis 2004, l’ARTAG est membre du bureau d’étude CATHS. En 1994, ce bureau d’études a été un précurseur dans les approches spécifiques concernant l’habitat des gens du voyage. Originellement, les acteurs coopératifs de cet outil visaient à les doter de compétences pour répondre à des besoins locaux. L’expérience acquise et la confrontation aux différentes réalités du terrain alliées à une collaboration avec les gens du voyage ont permis au bureau d’études de construire une expertise à travers une mutualisation des moyens et des compétences. La diversité des membres de CATHS permet d’offrir des compétences riches variées et de constituer des équipes de travail pluridisciplinaires afin de répondre au mieux aux problématiques relatives à l’habitat des Gens du Voyage.

Objectifs L’ARTAG au sein de ce bureau d’études participe à la réalisation de trois types de missions : La conception et la création d’aires d’accueil Le bureau d’étude a développé un accompagnement des collectivités pour l’a mise en place de la gestion de ce type d’équipement qui peut aller jusqu’à la mise en place de méthode d’accompagnement social.

84


La conception et la réalisation d’habitat pour les familles sédentaires ou en voie de sédentarisation. Dans ce domaine, le GIE CATHS peut agir en tant que maitrise d’œuvre ou bien encore en tant que maitrise d’œuvre urbaine et sociale. Cela nous a permis de construire des projets partenariaux originaux qui s’appuient ente autres sur les valeurs fondamentales de l’ARTAG que sont la participation des Voyageurs et la mise en valeur de leur expertise. L’évaluation de politiques publiques en faveur des Gens du Voyage et plus particulièrement l’évaluation des schémas départementaux. La participation de L’ARTAG au sein de ce cabinet d ‘études lui permet de capitaliser des connaissances sur les différents projets d’habitat qui peuvent se conduire aujourd’hui dans la France entière. Par ailleurs, en termes d’accompagnement social, les différentes pratiques nous ont permis de construire des méthodologies particulières qui sont autant de moyens pour fédérer des acteurs parfois éloignés les uns des autres par leur champ de compétence. En outre, ces projets de par leurs spécificités nous obligent à construire des collaborations avec des secteurs de la finance ou bien encore de la gestion de l’habitat social. Aujourd’hui le bureau d’étude nous a permis de construire une véritable expertise dans ce domaine et dont le territoire rhodanien peut profiter. Ce bureau d’étude nous parait encore plus nécessaire aujourd’hui dans la mesure où le problème de l’habitat des Gens du Voyage aiguise des appétits d’acteurs qui se découvrent assez opportunément un intérêt et une expertise pour les Gens du Voyage.

Réalisations 2012 La révision des schémas départementaux d’accueil des Gens du Voyage .Le Cantal (15) .L’Eure (27) .Le Jura (39) .Le Lot (46) Diagnostic et définition d’un projet de relogement La Communauté de commune du Pays de L’Arbresles (69) en cours Le Grand Lyon et ville de Vaulx-en-Velin (69) – 5 ménages La ville de Toulouse (31) : 400 ménages Accompagnement de projet de relogement via les Mous et assimilées Chatillon sur seine (21) – 27 ménages – Habitat Adapté - Appui à la mise en place d’un protocole multi partenarial - Accompagnement d’un projet de relogement dans un habitat adapté - Appui technique à la mise en place d’un comité de suivi de Lotissement - Appui à l’identification et à la définition d’actions d’insertion socio professionnelle Ville de Rillieux-la-Pape (69) - 5 ménages – Habitat Adapté - Diagnostic et définition d’un projet de relogement - Assistance à la maitrise d’ouvrage

85


- Accompagnement du projet de relogement Ville de Vallauris Golf Juan (06) - 8 ménages – Habitat Adapté Accompagnement du projet de relogement

L’action en images

Perspectives 2013 L’ARTAG souhaite poursuivre sa collaboration au sein du cabinet d’études Caths, lequel défend un savoir faire en en termes de participation des usagers, socle de notre intervention. Le GIE CATHS est un outil essentiel qui participe à l’amélioration des conditions de vie des gens du voyage. La concertation entre collectivités et usagers, approche sur laquelle s’appuie CATHS, permet de coconstruire des projets viables et pérennes avec comme toile de fond la rencontre construite entre gadjé et voyageurs qui tend à diminuer les appréhensions et craintes existantes de part et d’autre. Les différentes missions auxquelles participe l’ARTAG, nous permet d’étoffer notre expérience dans le domaine de l’Habitat et de développer un savoir faire mobilisable pour tout projet émergent sur le Rhône ou à l’extérieur du département.

86


CONCLUSION L’année 2012 a été riche en actions. Le travail enclenché sur le projet pluriannuel est une vraie opportunité, un véritable support pour la conduite des actions. Ce sera une feuille de route pour les années de mise en œuvre du projet, un cap fixé avec bien sûr une adaptabilité qui fait que certains résultats prévus ne pourront être atteints, que certaines actions non prévues se mettront en place, mais que les objectifs seront la direction à garder. A partir de ce consensus, il est fondamental que dans sa forme le projet soit clair, très pratique et facilement utilisable par tous. En effet, le projet donne aux professionnels une base claire des orientations de l’association et des objectifs qu’ils doivent atteindre. Il offre également un rappel constant des valeurs et missions de l’association, du cadre dans lequel elle doit intervenir. Néanmoins, globalement nous serons amenés à questionner la pertinence des territoires retenus en 2010. En effet, à ce jour l’évolution de notre projet et l’évaluation que nous pouvons faire de nos actions, montrent que la dichotomie est plus prononcée entre rural et urbain qu’entre nord et sud.

87


ANNEXES GLOSSAIRE AAH : Allocation Adulte Handicapé ADPA : Allocation Départementale Personnalisée d'Autonomie

ALAP : Association Logement Accueil et Promotion Section Gens du Voyage ALIS : Association Lyonnaise d'Ingénierie Sociale APL : Allocation Pour le Logement ARIV : Association Régionale pour l'Information et la promotion des Tsiganes et Gens du Voyage ASLL : Accompagnement Social Lié au Logement CAF : Caisse d’Allocations Familiales CCAS : Centre communal d’Action Sociale CIAS : Centre Intercommunal d’Action Sociale CLAS : Contrat local d'accompagnement à la scolarité CMU : Couverture maladie universelle CNED : Centre National d’Enseignement à Distance DALO : droit au logement opposable FNASAT : Fédération Nationale des Association Solidaires d’Action avec les Tsiganes et Gens du Voyage GIE : Groupement d’Intérêt Economique HA : Habitat Adapté HMF : Habitations Modernes et Familiales IEN : Inspecteur de l’Education Nationale MDR : Maison du Département du Rhône MOUS : Maîtrise d'Œuvre Urbaine et Sociale PLAI-I : Prêt Locatif Aidé d’Intégration PCH : Prestation de compensation du handicap

RSA : Revenu de Solidarité Active RSI : Régime social des indépendants SEGPA : Sections d'Enseignement Général et Professionnel Adapté SCHS : Service Communal d’Hygiène et de Santé SIAE : Structure d’insertion par l’Activité Economique SIAL : service inter-administratif du logement TF : Terrain Familial ULIS : Unités Localisées pour l'Inclusion Scolaire

88


ANNEXES NOS PARTENAIRES Partenaires institutionnels : Département du Rhône – Grand Lyon – CAF du Rhône – Conseil Général du Rhône – Communauté de Communes de l’Est Lyonnais – Communauté de Communes des Vallons du Lyonnais - Communauté de Communes de la Vallée du Garon - Communauté de Communes du Pays de Tarare - Communauté de Communes Beaujolais Val de Saône – Communes du Rhône – Etat (DDCS – ACSE -DRAC – DDT – Ministère de la Culture) – Région Rhône-Alpes – Mairies d’arrondissement de Lyon

Partenaires opérationnels : NOS FEDERATIONS/ FNASAT-GDV – Fédération des Centres Sociaux du Rhône PARTENAIRES SOCIO-CULTURELS/ Centres Sociaux du Rhône : Brignais – Rillieux-la-Pape – Tarare – Francheville –Saint-Genis-Laval - Feyzin – CS Louis Braille de Saint-Priest - Gerland – Vénissieux – Belleville- Châtillon d’Azergues… Médiathèques du Rhône : Francheville – Lyon 7 – Lyon 8 – Chassieu – Feyzin – Saint-Genis-Laval Ludothèques du Rhône : Chassieu - Rillieux-la-Pape – Caluire Les Associations culture et diversité : La Maison des Passages – Culture Pour Tous – La Coulure –Qimel - MJC de Brindas – CCO – Association Chants Alizés – Europe et Cie

ASSOCIATIONS DE GENS DU VOYAGE ET DE DEFENSE DES DROITS DE L’HOMME / ADVOG – UFAT – Associations Régionales – APMV – ALAP – Etudes Tsiganes – Romi (Espagne) – Ligue des Droits de l’Homme – Cimade – Collectif Rom – CLASSES PARTENAIRES SANTE / CPAM- Bus Info Santé – Migrations Santé Rhône-Alpes – REVIH-Santé – Atelier Santé Ville de Vénissieux – Atelier Santé Ville de Bron – Réseau Vaudais Santé – SCHS de Villeurbanne ASSOCIATIONS CARITATIVES/ Resto du cœur – Entraide Majolane – Secours Catholique- Secours Populaire – Notre Dame des Sans Abris – le Grenier GESTIONNAIRES D’AIRES D’ACCUEIL/ ADOMA - HACIENDA SG2A PARTENAIRES IAE/ PLIE UNI-EST – Chambre du commerce et de l’Industrie - Maisons de l’Emploi du Rhône (Feyzin- Décines…) – Pôle Emploi – Organic - Chambre de Métiers et de l’Artisanat – SIAE –Missions Locales – ADIE … PARTENAIRES ACCES AUX SAVOIRS ET FORMATIONS / AFI – IFRA – CEPPRA – ASET- CNED – Inspection Académique – Ecoles et collèges du Rhône – Ecoles de Travailleurs Sociaux – CNFPT – ITEP- IME PARTENAIRES HABITAT / Fondation Abbé Pierre – Parcours Confiance – ALPIL – AVDL - Crédit Coopératif - OPAC Rhône – Grand Lyon Habitat – Porte des Alpes Habitat – Batigère Rhône-Alpes - Alliade Habitat – Habitat et Humanisme – HMF – Erilia PARTENAIRES REGULIERS… Equipes Contrat de Ville - MDR – CCAS… 89


ANNEXES AIRES D’ACCUEIL DU RHONE AU 31-12-2012 Durée de stationnement maximum

Aires d’accueil

Nombre places / emplacements

6 mois

1

Rillieux-la-Pape

20 / 10

9 mois

2

Saint-Priest

16 / 8

9 mois

3

Vénissieux

20 / 10

9 mois

4

Lyon-Feyzin

52 / 26

6 mois

5

Craponne

10 / 5

6 mois

6

Francheville - Sainte Foy-lès-Lyon

20 / 10

9 mois

7

Genas

16 / 8

9 mois

8

Caluire-et-Cuire

16 / 8

9 mois

9

Dardilly

16 / 8

6 mois

10

Vaulx-en-Velin - Villeurbanne

46 / 23

6 mois

11

6 mois

12

Saint-Jean d'Ardières - Belleville-surSaône Brignais/Chaponost

6 mois

13

Brindas

20 / 10

9 mois

14

Meyzieu

16 / 8

6 mois

15

St Bonnet de Mure

36 / 18

6 mois

16

Chassieu

26 / 13

6 mois

17

Tarare -St Marcel Eclaire

20 / 10

6 mois

18

St Genis-Laval

16 / 8

9 mois

19

Bron

10 / 5

9 mois

20

Grigny

20 / 10

6 mois

21

Neuville-sur-Saône

16 / 8

6 mois

22

Lyon 9

10 / 5

6 mois

23

Ecully

16/8

9 mois

24

Corbas

10/5

26 / 13 40 / 20

90


91


GENS DU VOYAGE Habitats adaptés au 01/12/2012

Département Communes CU de Lyon Communes d'implantation Habitats adaptés et le nombre de logements en cours livrés

Sources : DDT 69 (SHRU) - BdTopo®, © IGN - Paris - 2011 - Protocole IGN/MEDDTL-MAAPRAT, octobre 2011 - Autorisation de diffusion : Libre - Reproduction : Libre

Direction Départementale des Territoiresdu du Rhône Rhône -- 165 - CS 33862 - 69401 LyonLyon cedexcedex 03 03 Direction Départementale des Territoires 165rue rueGaribaldi Garibaldi - CS 33862 - 69401 Service/Unité :

SCTP/SIGVD

Date: 03/2013


GENS DU VOYAGE Terrains familiaux

Département Communes CU de Lyon Communes d'implantation des terrains familiaux Terrains familiaux en service et nombre de places de caravanes Sources : DDT 69 (SHRU) - BdTopo®, © IGN - Paris - 2011 - Protocole IGN/MEDDTL-MAAPRAT, octobre 2011 - Autorisation de diffusion : Libre - Reproduction : Libre

Direction Départementale des Territoiresdu du Rhône Rhône -- 165 - CS 33862 - 69401 LyonLyon cedexcedex 03 03 Direction Départementale des Territoires 165rue rueGaribaldi Garibaldi - CS 33862 - 69401 Service/Unité :

SCTP/SIGVD

Date: 03/2013


ORGANIGRAMMES 2012 Conseil d’administration

MEMBRES ADHERENTS PRESIDENT Franck SICLER

LE BUREAU VICE PRESIDENT(E)S

SECRETAIRE

Martine DUCULTY Frédérick BONE Noël FABULET

Arlette PREVOST SECRETAIRE ADJOINTE Marguerite SCHIED TRESORIER Robert BRONDEL

TRESORIEN ADJOINT René FABRE

MEMBRES du C. A. Yvon CAUSSE Jean CREUZE Violette DUCULTY Philippe ETIENNE Adeline FABULET Eddie GANNIER Yves LECLERC (Représentant CAF de Lyon) Jean-Pierre MARTEL Geneviève MAUCHAMP Hélène SCHIED


MEMBRES ADHERENTS Conseil d'administration Bureau Gens du Voyage / Gadjé

EQUIPE ARTAG

DIRECTEUR POUSSET Xavier

DIRECTRICE ADJOINTE FOURTIER Nathalie

AGENTS DE DEVELOPPEMENT

DOMICILIATION

CHARGES DE MISSIONS

SERVICE ADMINISTRATIF

BORTOLOTTI Violette CAGNIAC Moïse ABBADIE Josette BERNAD Gaëlle Lyon 7, Vénissieux BENEZIT Angélique St Genis Laval, Grigny, Corbas, Brignais DASYLVA Sabrina Saint-Bonnet-de-Mure, Meyzieu, Genas KIEFFER Charlotte Vaulx-en-Velin, Neuville, Caluire GRENNIER Anne Chassieu, St Priest, Bron MARTIN-SISTERON Catherine Francheville, Craponne, Lyon 9, Brindas MAZAUDIER Audrey Tarare, Dardilly, Ecully

HABITAT BOSCHET Nathalie SCOLARISATION ET ANIMATION CHARTIER Damien ECONOMIE DOMINGUES Michel CULTURE ET COMMUNICATION AMIROUCHE Aurélie

ASSISTANTE DE DIRECTION AVRIL Pascale COMPTABLE BAUMANN Catherine TECHNICIENNE DE SURFACE NASRI Zerfa


ANNEXES LA PRESSE EN PARLE…

92


93


TARARE

Et son pays

Rédaction : 1 avenue Edouard­Herriot, 69170 Tarare ­ 04 74 63 14 80 ­ lprtarare@leprogres.fr ; Publicité : 04 72 22 24 37 ­ lprpublicite@leprogres.fr

Un centre social itinérant destiné aux gens du voyage Vie quotidienne.

Depuis plus d’un an, l’association régionale des Tsiganes et amis Gadjé propose un nouveau service sur les aires d’accueil. A Saint­ Marcel­l’Éclairé, sur l’aire intercommunale, le camion­centre social vient régulièrement proposer des activités. Itinérant, il est comme ailleurs un lien entre les habitants et les institutions et un lieu d’animation pour les enfants.

A

ujourd’hui, c’est création sur le thème de l’arc­en­ ciel. En ce milieu d’après­midi, Ricardo, 11 ans, Mexicana, 3 ans et Kenjy, 11 ans, sont en pleine activité artistique. Comme dans n’importe quel autre centre social, en période de vacances scolaires, on s’amuse tout en apprenant avec les anima­ teurs. Petite particularité, ce centre social­là est mobile, iti­ nérant, tout comme ses usa­ gers. Ce n’est pas un bâtiment, mais un camion dont les pla­ cards recèlent des merveilles d’activités manuelles en tous genres. Depuis un peu plus d’un an maintenant, l’association Artag (voir par ailleurs) pro­ pose aux gens du voyage, sur leurs lieux de vie, principale­ ment les aires d’accueil, la pré­ sence régulière de ce centre social itinérant. « Nous développons des activi­ tés, en fonction des demandes et des besoins. Nous avons un chargé de mission animation et scolarisation qui est accom­ pagné de deux animatrices vacataires comme aujourd’hui

1

3 1

A l’intérieur du camion, le nécessaire aux activités. Photo Emilie Charrel

2

3

Cérémonie commémorative Le comité cantonal des anciens combattants, prisonniers et victimes de la guerre, le comité de tarare de l association nationale des anciens combattants de la Résistance, invitent adhérents et amis à participer à la cérémonie en mémoire des victimes du crash de l’avion américain. Samedi 21 avril à 10 h 30 au monument élevé à Saint-Cyr-de-Valorges, route de Violay

18

Nathalie Fourtier, directrice adjointe de l’Artag.

Photo Emilie Charrel

en période de vacances. Il y a aussi un agent de développe­ ment qui est une travailleuse sociale et qui vient une fois par semaine sur l’aire de Saint­ Marcel » explique Nathalie Fourtier, directrice adjointe de

L’association existe depuis 1985, elle compte aujourd’hui 20 salariés et rayonne essentiellement sur le département du Rhône. Son conseil d’administration est composé de gens du voyage et de Gadjé (non-gitan). Elle une mission coordination entre gens du voyage, gestionnaires locatifs des aires, communautés de communes et voisins. Une mission aussi de médiation pour aider à la mise en lien avec les acteurs locaux type mairies, écoles, suivi des bénéficiaires du RSA, insertion par l’activité économique. www.artag-asso.org

PAYS DE TARARE

Kenjy, Mexicana et Ricardo, le sourire aux lèvres.

Photo Emilie Charrel

Association régionale des Tsiganes et amis Gadjé

Et aussi

2

l’association. Les besoins sont divers « essentiellement ce qui a trait à la vie quotidienne, l’accom­ pagnement social, les démar­ ches administratives, anima­ tions pour les enfants. Nous essayons de montrer ce qui existe dans les communes. Il y a pour certains un problème d’illettrisme donc cela peut être une aide pour remplir les papiers » ajoute­t­elle. Aujourd’hui, c’est Damien Chartier, chargé de mission, qui est venu avec le camion, accompagné de deux anima­ trices, « on s’adapte aux enfants, la particularité c’est qu’on a des enfants d’âges très différents. Le principe pour

nous est de s’adresser à toute la famille, aux enfants, et aux parents. De permettre aux gens, qui sont installés sur une même aire et qui ne se con­ naissent pas forcément de se rencontrer. Une action a été menée sur l’apprentissage de la lecture aussi ». Cette struc­ ture mobile a vocation, aussi, à être un premier contact, pour les gens du voyage, qui peut faciliter l’intégration à l’école par exemple, « nous avons eu une maman dont la petite fille de cinq ans n’était pas encore allée à l’école maternelle, elle avait des craintes. Depuis, elle l’a inscrite et ça lui plaît beau­ coup » se souvient Damien Chartier.

Pour le papa de Kenjy, « c’est bien pour les enfants. Mon fils va à l’école. La plupart de l’année scolaire au même endroit mais aux beaux jours, on voyage, en fonction du tra­ vail. Ici on est là pour la semai­ ne, ça lui fait une occupation ». Le papa de Ricardo apprécie la présence de l’Artag, d’autant qu’il a le sentiment que sa com­ munauté n’est que peu repré­ sentée, « les gens du voyage votent très peu, il faut dire qu’aucun candidat ne parle de nous. Grâce au centre social, Ricardo est allé à la patinoire. Nous qui sommes très proches des enfants, ça nous permet de leur faire faire des sorties » 

Emilie Charrel

[ ZOOM ] Manège à Tarare : 1 place offerte pour 1 achetée avec ce bon

[ ELECTIONS ] PAYS DE TARARE vote par procuration : précision

Jusqu’au 12 mai, le manège enfantin « Les ailes foréziennes », est ins­ tallé place du Marché, à Tarare. Dans le cadre d’une opération conjointe avec notre journal, le manège vous offre une place gra­ tuite pour une place ache­ tée, sur présentation à la caisse de ce coupon à découper. 

Une erreur s’est glissée dans notre édition du mardi 17 avril concernant les votes par procu­ ration. L’électeur peut donner procuration à une personne qui vote sur la même commune, mais pas forcément dans le même bureau. Bureaux de vote : Espace Bel­ fort, 24 rue Pelletier, école maternelle Serroux rue Duper­ ray­Chol, école maternelle Vol­ taire 9 boulevard Voltaire,

LE PROGRES - JEUDI 19 AVRIL 2012

Photo Sophie Raguin

mairie, espace Malraux 8 rue du Château, CML 11 rue de la Marne, école maternelle Plaine chemin de la Plaine, école maternelle Plata boulevard de la Plata. En raison de la ferme­ ture du caveau en raison de tra­ vaux, le bureau de vote est transféré à l’Espace Belfort 24 rue Pelletier. Le bureau centra­ l i s a te u r e st d é s o r m a i s e n mairie. Horaires des bureaux de vote : de 8 à 18 h.  69B


L’ARTAG Association Régionale des Tsiganes et de leurs Amis Gadjé

Centre social A l’Unisson

SIEGE SOCIAL 185, Rue Jean Voillot 69 100 VILLEURBANNE

ADRESSE POSTALE CS 70027 69 613 VILLEURBANNE CEDEX

Tél : 04.78.79.60.80 Fax : 04.78.82.06.88 contact@artag-asso.com www.artag-asso.org

Ra 2012  

rapport 2012

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you