Page 1

Porteurs d’espérance pour la création

A Rocha

N° 3 • 2010 • 2

Le journal francophone

Environnement et pauvreté des solutions communes

La communauté de Buena Esperanza au sud du Pérou où A Rocha travaille à la reforestation

2 guides pour le Bois de Chênes de Genolier Suisse • page 5

A Rocha Ghana : Protéger l’environnement zone tampon pour combattre pour un parc national la pauvreté Convictions • page 6

Actions • page 7

Une joyeuse équipe pour le Rollier d’Europe France • page 9


bec de plume l’édito

Une aide cohérente...

Le thème « Environnement et pauvreté » se devait d’être abordé dans notre journal pour deux raisons. D’abord, ces deux problématiques sont si intrinsèquement liées qu’il est vain de vouloir les résoudre séparément. Chercher à éradiquer la pauvreté sans prendre soin en même temps de l’environnement des populations concernées ressemble à construire un château de sable : l’action n’a aucun effet sur la durée, puisque les populations pauvres dépendent principalement des ressources naturelles pour vivre. A l’inverse, se préoccuper des autres espèces mais laisser les êtres humains sur la touche n’est pas seulement humainement inacceptable, mais également contre-productif pour la nature. Comme le disait le philosophe Francis Schaeffer, lorsque l’on réduit l’homme à un zéro, tôt ou tard l’on fait de même avec toute la création.

ensuite, dans une perspective chrétienne, considérer ensemble le destin des pauvres et de l’environnement, c’est avancer en direction d’une action complète et cohérente dans son ensemble, qui ne dénigre pas le « monde ici bas », mais qui fait pleinement écho au notre Père. il n’y est pas dit : « Que nous puissions vite monter au ciel te rejoindre ! », mais bien « Que ton Règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre... », c’est à dire parmi nous, sur cette planète, dans la création toute entière ! C’est une vision large, généreuse, systémique, que le Christ invite chacun à embrasser. elle vise le salut et la rédemption de toute la création, et commence par nous, les humains. Steve Tanner Directeur d’A Rocha Suisse

Photos >ceux qui s’engagent à nos côtés< de famille Fabrice Hubert A Rocha France

Gérald Berney A Rocha Suisse

Chris Vreugdenhil A Rocha France

Valérie Waecker A Rocha Suisse

Pépiniériste conseil de formation, Fabrice s’oriente vers l’animation nature. Des expériences sur un site majeur du Conservatoire du littoral puis dans les parcs naturels des Alpes-Maritimes le rendent amoureux des espaces méditerranéens. Après six mois de volontariat il intègre pour plus longtemps l’équipe aux Courmettes : accueil du public, pédagogie, et étude d’une niche d’exploitation agricole.

Marié à tterry et père de 3 enfants, Gérald enseigne la biologie, les maths et l’informatique dans un collège de Genève. Gérald s’implique ponctuellement dans de nombreuses activités d’A Rocha Suisse où ses compétences professionnelles et sa passion pour l’ornithologie sont particulièrement bienvenues. Depuis avril, Gérald s’occupe également de la comptabilité de l’association.

Ce membre d’A Rocha Pays Bas, étudiant en Gestion Forestière et Conservation, spécialisé en écologie aquatique, revient à A Rocha France en tant que Volontaire européen pour une année complète. il apporte aussi son expérience au sein de l’organisation timet imeto imet tot oturn, un réseau de jeunesse chrétienne militant pour la justice sociale et la conservation de la nature, notamment au travers d’actions humoristiques.

Mariée et maman de trois filles, Valérie habite une ancienne ferme vaudoise typique où elle entretient un magnifique jardin naturel. elle exerce bénévolement ses compétences comme secrétaire d’A Rocha Suisse. une fonction qu’elle abandonnera à la fin de l’année pour se consacrer à d’autres tâches. ttout le comité la remercie sincèrement pour le formidable travail qu’elle a effectué à ce poste ces deux dernières années.

A Rocha Qui nous sommes... A Rocha est une organisation (onG) chrétienne internationale pour la conservation de la nature, membre de l’union Mondiale pour la nature (uiCn). Son nom, d’origine portugaise, signifie « le rocher », en relation avec son premier centre d’étude de l’environnement créé au Portugal. A Rocha représente aujourd’hui une famille de projets implantés en europe, au Proche-orient, en Afrique, en Amérique du nord et du Sud, en Asie et en océanie. les projets d’A Rocha ont fréquemment un caractère pluriculturel et mettent l’accent sur la dimension communautaire, avec un objectif centré sur les thèmes de la recherche scientifique, les travaux de conservation et l’éducation à l’environnement.

2

A Rocha est implantée en : Afrique du Sud - Brésil - Bulgarie - Canada - Etats-Unis - Finlande - France - Ghana - Inde Kenya - Liban - Nouvelle Zélande - Pays-Bas - Ouganda - Pérou - Portugal - Royaume Uni - Suisse - Tchéquie.


5 jours sur la terre

Brèves d’A Rocha dans le monde

A Rocha Ouganda : Le nouveau projet international Accueillie comme projet A Rocha à part entière en juin, l’équipe ougandaise a déjà fait un travail remarquable depuis que l’initiative a commencé en Août 2006. les projets sur l’eau, les sanitaires et l’hygiène ont permis d’apporter au village de namungoona des toilettes publiques, de l’eau potable, et des mesures simples pour améliorer la santé et l’hygiène de la communauté. ils ont également développé un programme d’éducation à l’environnement et travaillent avec un nombre grandissant d’écoles. ils ont enfin lancé un projet de recherche et de suivi à lubigi, la plus grande zone humide de papyrus restant dans le district de Kampala, mais qui est menacée par divers projets pour l’agriculture et l’habitat.

A Rocha USA : Crécerelles, repeuplez nos champs ! En 1890, Eugene Scheifflin lâcha au Central Park à New-York tous les oiseaux mentionnés dans les écrits de Shakespeare, dont l’étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris). Ce dernier est à présent très répandu en Amérique du Nord et se trouve en compétition avec les espèces indigènes pour la nidification et la nourriture, avec de sévères conséquences pour les agriculteurs dont les cultures peuvent être décimées. dans un effort visant à réduire ces dégâts, A Rocha uSA encourage la croissance d’une population de crécerelles d’Amérique, (Falco sparverius), en déclin suite à l’urbanisation, à l’agriculture intensive et à l’utilisation de pesticides. Ces oiseaux territoriaux peuvent capturer et tuer les étourneaux en plein vol, à une vitesse de 100 km/h. en plaçant des nichoirs autour des fermes céréalières, A Rocha uSA espère que les crécerelles reprendront bientôt possession de leur précédent habitat.

A Rocha Kenya : Étudiants éduqués et sites naturels protégés Chaque année, l’équipe d’A Rocha Kenya a la délicate mais non moins gratifiante tâche de sélectionner les enfants auxquels seront attribués les bourses pour le collège et le lycée. les écoles d’Arabuko-Sokoke et le programme ASSetS d’écotourisme répartissent les fonds générés par l’écotourisme aux adolescents locaux qui sans cela n’auraient pas les moyens de payer les frais de scolarité. en avril, 27 nouveaux étudiants ont été sélectionnés pour recevoir une bourse. Cela leur permet non seulement d’être scolarisés à l’école secondaire, mais en plus, de participer aux activités de protection et de valorisation de la forêt d’Arabuko-Sokoke et Mida Creek. Ces deux sites sont d’une importance internationale pour la faune et la flore et tirent profit du changement d’attitudes de la population locale à l’égard de l’environnement.

A Rocha Inde : Éléphants contre agriculteurs ? Bien que les politiques de conservation internationales concentrent tous leurs efforts sur les éléphants d’Asie (Elephas maximus), leur avenir demeure incertain. Au sud de l’inde, dans la région du parc national de Bannerghatta, l’une des principales menaces à laquelle sont confrontés les éléphants est leur forte proximité avec les aménagements humains. les agriculteurs locaux subissent d’énormes pertes quand leurs cultures sont saccagées par les éléphants en quête de nourriture, d’eau et d’ombre. De fait, de nombreux éléphants sont tués. Pour tenter de minimiser ces conflits hommes-éléphants, A Rocha inde met en place un procédé de dissuasion des éléphants, nommé la barrière chili-tabac. Cette barrière est devenue un moyen efficace et peu onéreux de rendre possible la cohabitation des éléphants avec les agriculteurs.

A Rocha Tchéquie : Une grande étape pour le centre d’étude Après des années de collectes de fonds, A Rocha Tchéquie a enfin pu acheter la seconde moitié du moulin, près de Dobruška, dans le nord-est de la région Bohême. une moitié du bâtiment leur appartenait déjà et avait été rénovée. ils ont maintenant acquis le reste de la maison. il reste à installer des toilettes, des douches, une cuisine et deux dortoirs, mais le centre et son terrain sont bien utilisés dans leur travail avec des jeunes d’A Rocha venant de clubs natures de la région.

3


A Rocha Suisse

les nouvelles

Octobre 2010 – un mois de mobilisation contre la pauvreté ... et après? Plusieurs événements de portée internationale pour la lutte contre la pauvreté avaient lieu durant ce mois d’octobre. le 10, la campagne internationale du « Défi Michée/ StopPauvreté.2015 » invitait les chrétiens et les églises de tous bords à participer à une action mondiale de lutte contre la pauvreté, afin de motiver 100 millions de personnes à prier pour l’éradication de la pauvreté, en inciter 10 millions à se solidariser avec les pauvres et convaincre 1000 acteurs politiques à agir pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le Développement de l’onu. le samedi 16 octobre, l’Alliance suisse contre la faim organisait un rassemblement sur la place fédérale afin de rappeler le drame silencieux qui se joue: chaque seconde qui passe, une personne meurt de faim dans le monde. le 17 octobre, à l’occasion de la Journée

internationale du refus de la misère, 500 chrétiens étaient attendus sur la Place des nations à Genève pour former une spirale humaine de 1 km de long et 100 m de diamètre, en signe de solidarité avec les plus pauvres et pour témoigner de la volonté d’agir des églises. Ces mobilisations sont importantes pour réveiller l’opinion, mais elles trouvent tout leur sens lorsqu’elles conduisent à un engagement concret et sur le long terme dans des projets durables de lutte contre la pauvreté. Cette durabilité doit passer nécessairement par un soutien accru aux actions de protection de l’environnement de la part des onG et des entités gouvernementales. Pour plus d’informations, www.stoppauvrete.ch. Steve Tanner Directeur d’A Rocha Suisse

Exposition « Eco-Paraboles » Quand la nature nous parle... Après un intense travail réalisé en grande partie par Cécile Moser, l’exposition d’A Rocha Suisse est enfin terminée ! Au travers d’une douzaine de panneaux illustrés, le visiteur découvrira les caractéristiques uniques de plusieurs espèces animales et végétales, qui nous enseignent ou nous rappellent des valeurs bibliques en lien avec l’environnement. Ces « paraboles de la création » permettront aux visiteurs de s’émerveiller de l’étonnante richesse et diversité de la nature, et d’aborder la problématique environnementale de manière élargie, en la reliant aux récits de la Bible. une part importante de l’exposition (jeux interactifs, questions) est conçue pour les jeunes et les enfants.

4

Infos pratiques « Eco-Paraboles » est destinée à accompagner la visite de l’équipe A Rocha dans les paroisses et églises désirant animer un culte ou un événement sur l’environnement dans une perspective chrétienne. Il faut compter 40 à 60 minutes pour parcourir l’expo en entier. Pour davantage d’informations, ou pour réserver, contactez-nous à : switzerland@arocha.org.

Exposition Eco-Paraboles utilisée lors du camp d’été de Crêt-Bérard


A Rocha Suisse

les nouvelles

Deux « guides » pour le Bois de Chênes réalisés par A Rocha

« Le Bois de Chênes de Genolier ? Ah oui, j’aurais bien envie d’y aller, cela a l’air beau, cette réserve naturelle. Mais c’est grand, vallonné ; et je n’y connaît pas grand chose, à la nature... » C’est en entendant des réactions telles que celleci, et en rencontrant des membres du comité de l’Association du Bois de Chênes de Genolier (ABCG) que l’idée de créer un guide de découverte du Bois de Chênes a fait son chemin. enseignante nseignante en sciences naturelles dans une école secondaire, et membre du comité d’A Rocha Suisse, j’ai pu bénéficier d’un semestre sabbatique pendant lequel ce projet fut réalisé. une autre idée a ensuite germé : pourquoi ne pas créer un second parcours pour se plonger à la fois dans la nature et dans la découverte des passages « verts » de la

Bible ? Cela s’est concrétisée en un second guide, destiné plus particulièrement à un public désirant joindre découverte de la nature et réflexion de foi (églises, paroisses, groupes de croyants). nous vous souhaitons d’avance beaucoup de plaisir à découvrir cette très belle réserve naturelle. Joëlle Meylan Education environnementale A Rocha Suisse

L’autoguide pour tous

Le guide « Bible et nature »

Public-cible : petits et grands curieux, de 7 à 77 ans, mais les plus jeunes devraient être accompagnés. objectifs : découvrir quelques éléments de la nature, de manière ludique, en se promenant, observant, réfléchissant, écoutant... Durée : une heure et demie à trois heures, suivant le rythme qu’on se donne. Disponible dès le printemps 2011 à la Ferme du Bois de Chênes, à emprunter le temps de la balade.

Public-cible : individus ou groupes désirant découvrir ou approfondir ce que la Bible dit au sujet de la nature. Aspects théologiques, mais aussi réflexions pratiques au travers d’un magnifique parcours. Durée : environ deux heures. Disponible dès le printemps 2011 auprès d’A Rocha Suisse, nous vous aidons volontiers à organiser une sortie sur le terrain ! Contact : switzerland@arocha.ch.

Retour sur... les camps Eco-aventures 2010 A Rocha Suisse a eu le plaisir de collaborer à l’organisation de deux camps cet été sur des thématiques écologiques et bibliques. Le premier s’est déroulé en collaboration avec Crêt-Bérard, centre de rencontres de l’Eglise Réformée Vaudoise, qui possède une excellente infrastructure dans un cadre naturel grandiose. les 20 participants ont pu observer la nature, réaliser des bricolages sur les énergies renouvelables, faire un jeu de nuit et participartici

per à la vie spirituelle du lieu. le deuxième camp était organisé à Rougemont en collaboration avec La Ligue pour la lecture de la Bible. là également, 45 enfants ont pu découvrir la grande biodiversité de cette région, observer des insectes et des plantes, et construire des mangeoires pour les oiseaux. les participants sont rentrés en emportant avec eux les beaux souvenirs des moments riches passés ensemble, avec Dieu, et dans sa création.

Vous trouverez un compte rendu en vidéo de ces deux camps sur : http://vimeo.com/15075885. Présentation vidéo des camps en 1 minute : http://vimeo.com/14511652. Camps en 2011 – le camp Eco-Aventures 2011 aura lieu à Rougemont du 16 au 23 juillet, toujours en collaboration avec la Ligue pour la Lecture de la Bible. Philippe Kiener A Rocha Suisse

5


la tête dans le ciel

CONVICTIONS

Protéger l’environnement... ... pour combattre la pauvreté Bien avant notre époque, la Bible plaçait la destruction de l’environnement au centre du processus d’appauvrissement. Aujourd’hui plus que jamais, lutter contre la pauvreté passe par la protection de la nature. Choquante, révoltante, insoutenable : la pauvreté nous interpelle. Pourquoi sévit-elle si durement dans un monde qui pourrait offrir une vie digne à chacun ? il y a les guerres, qui sapent le développement de peuples entiers, l’ignorance, qui expose les humains à des calamités parfois évitables, les inégalités de toutes sortes, la corruption... et que dit la Bible sur les origines de la pauvreté ? loin de traiter ici toute la question, relevons deux éléments centraux présents dans les livres des Prophètes. la pauvreté y est décrite comme la conséquence de l’injustice humaine, où les puissants abusent de leurs avantages pour exploiter les faibles. Mais également : la ruine d’un pays est accompagnée par la destruction de l’environnement. Dans esaïe 24.5-6, la terre « se consume » parce que ses habitants ont rompu leur engagement qui les liait à Dieu. Dans osée 4.3, suite à la désobéissance humaine, « les habitants dépérissent avec les bêtes dans les champs et les oiseaux dans le ciel, même les poissons dans la mer sont condamnés à disparaître ». la désobéissance mène à la destruction de la terre, qui conduit à la destruction de l’homme. Alors, comment casser la spirale de la pauvreté ? Combattre les mécanismes d’exploitations et de répartitions inégales des richesses auxquels nous, occidentaux, contribuons souvent, est un impératif. Mais ensuite, la protection de

6

l’environnement doit faire partie de tout programme de développement pour aider les pauvres, qui dépendent directement des ressources naturelles. ll’ignorer, c’est vouer toute aide à un échec annoncé. Capter une source d’eau sans protéger la zone de captation contre le déboisement, améliorer les rendements agricoles sans se soucier de l’appauvrissement du sol, n’ont aucun sens. Certaines conceptions empêchent pourtant d’aller dans cette direction. une idée répandue est qu’ « il faut d’abord être riche pour se soucier d’environnement ». C’est faux ! la plupart des mesures de protection ou de restauration sont simples et naturelles. et c’est dangereux, parce que l’on sous-entend que les pauvres n’en sont pas capables. ensuite, voir la nature comme inépuisable est une pensée encore présente chez de nombreuses ethnies, qui durant des siècles ont prélevé dans la nature de quoi vivre sans la déséquilibrer. Mais l’augmentation des besoins dépasse la régénération naturelle, et ce qui semblait inépuisable finit bien par disparaître. enfin, une erreur est de se focaliser sur les terrains cultivables, et négliger la conservation des écosystèmes sauvages, qui contiennent presque toute la biodiversité. leur préservation est primordiale car l’être humain vit en interdépendance avec les autres espèces. Des défis énormes attendent l’humanité dans sa lutte contre la pauvreté. notre planète a des dimensions finies et des ressources limitées, donc une croissance sans limite de sa population est une illusion qui ne peut que produire davantage de pauvreté. le sujet sensible de la

démographie ne peut pourtant pas être abordé sans revoir le gaspillage indécent des pays développés. les changements climatiques induisent des cataclysmes sans précédent qui touchent déjà des millions de personnes. Ajoutés à la montée des océans, ils généreront une nuée de réfugiés dont personne ne voudra. Finalement, la fin annoncée des énergies fossiles, qui ont dopé l’agriculture mondiale, conduira à une carence globale en aliments. leur remplacement par les biocarburants est une menace pour les pauvres comme pour l’environnement. Alarmistes, oui. Fatalistes, non. Si Dieu a donné à l’homme le mandat de prendre soin de la terre, c’est qu’il l’en a rendu capable. Conserver et restaurer l’environnement est une mission tant matérielle que spirituelle, afin de permettre non seulement une vie meilleure pour les pauvres, mais donner à tous les êtres vivants la possibilité d’exister, comme leur Créateur l’a voulu. Steve Tanner Directeur A Rocha Suisse

&


&

ACTIONS

les pieds sur terre

A Rocha Ghana : Zone tampon pour un Parc National Le Parc National de Mole, au Ghana, se trouve dans le district de Gonja (nord-ouest). Ce parc fut créé en 1971, déplaçant toute une population locale qui fut consignée dans des villages aux alentours. Le parc de Mole est le plus grand et le plus connu des parcs nationaux au Ghana. il s’étend sur 4840 km², protégeant l’une des biodiversités les plus riches de la région. Dans les espèces animales on compte 304 oiseaux, dont beaucoup d’espèces migratrices, 33 reptiles, 9 amphibiens et 93 mammifères dont la plus grande population d’eléphants Africains au Ghana, ainsi que lions, buffles et antilopes. Côté végétal on recense 742 espèces dont 4 sont endémiques et 24 rares. Si le parc est apprécié des touristes, et connu notamment pour la possibilité d’y effectuer des safaris à pied, les populations locales des 27 villages autour du parc vivent difficilement d’une agriculture de subsistance, de chasse et de cueillette. D’où le constat fréquent de dégâts causés dans le parc par le braconnage (la chasse y étant totalement interdite) et les feux de brousse. la chasse et le commerce de gibier jouent en effet un rôle important dans l’économie et la culture locale. Malheureusement, l’impact sur la faune du parc est conséquent. les populations animales déclinent, et pendant la saison sèche, les feux de brousses également liés à la chasse sont fréquents, avec des effets désastreux sur l’habitat. Dans cette situation tous sont perdants. la vie des autochtones reste précaire, les autorités investissent dans des efforts coûteux mais peu efficaces de répression, pendant que les richesses du parc s’amenuisent.

en partenariat avec les autorités du parc, A Rocha Ghana aide à établir autour des villages des « Zones de Gestion de Ressources Communautaires » (l’acronyme en anglais est CReMA). leur rôle est d’aider les villageois à gérer ensemble des zones tampons (une bande de savane préservée et non cultivée de 2 km de large) entre leur village et le parc, de manière à accroître la présence de faune sauvage dans ces zones, faisant d’une pierre deux coups : les CReMA permettent de protéger la faune et la flore dans le parc tout en augmentant les ressources alimentaires et financières des villages. A Rocha a pu mettre en place une première CReMA « pilote » et en assurer le suivi. les résultats sont encourageants. Faune et flore reviennent rapidement dans ces zones. une chasse raisonnable peut y être pratiquée légalement. Cela a du coup permis de capter un public payant de chasseurs et donc des retombées financières directes pour le village. les infrastructures hôtelières du parc jouent un rôle positif dans ce sens.

Plusieurs villages ont manifesté leur souhait de créer des CReMA à la suite du projet pilote. ll’association met à présent l’emphase sur des campagnes de sensibilisation dans les villages autour du parc afin de développer leurs liens avec A Rocha et encourager les villageois à adopter des pratiques de gestion environnementale plus durables.

un livret d’éducation à l’environnement, présentant le projet et adapté à la population locale, a également été produit et distribué dans les villages aux alentours.

7


A Rocha France

les nouvelles

Les Courmettes prêtes à accueillir Ces locaux avec leurs 2 200 m² de planchers sont un formidable outil au service de la mission d’A Rocha qui est prête à y déployer des activités pédagogiques, d’éco-tourisme, et un début de programme scientifique. ll’accueil des visiteurs à la journée se fait en rez-de-chaussée autour du patio. on y trouve le bureau d’accueil, la boutique, les salles pédagogiques et d’expositions permanentes ou temporaires. A droite du patio, le restaurant et la cuisine principale ont vocation à accueillir les groupes servis par un traiteur. le vieux four à pain et la cuisine servent également pour les préparations culinaires d’artisans locaux. Aux étages deux salles de réunions de 60 et 80 places accueillent les

Des écoles...

Après 20 mois, l’aide de précieux donateurs et quelques emprunts inévitables, les Courmettes disposent désormais d’une structure opérationnelle capable d’abriter des expositions, héberger une équipe, recevoir bénévoles et clients, et générer des recettes propres. groupes et séminaires. Deux appartements coquets et une dizaine de chambres au confort plus modeste permettent de loger clients et bénévoles. le chapiteau érigé sur la prairie à l’est de cet ensemble offre 200 m² pour des célébrations, des réceptions et autres manifestations. Avec plus d’une centaine de participants pendant une semaine, le Forum international d’A Rocha tenu aux Courmettes en juin a été l’occasion de tester à grande échelle la fonctionnalité de nos locaux. une première étape a été franchie. les projets ne manquent pas pour la suite : reprendre toute l’isolation, implanter des panneaux solaires photovoltaïques, un chauffe-eau solaire, refaire les menuiseries et

reprendre toutes les toitures. ll’objectif d’un confort moderne exigera de repenser tous les sanitaires, et une bonne partie de l’électricité. nous aimerions d’ici trois ans être aux normes pour recevoir des classes nature et des petits groupes en dehors des périodes scolaires. D’ici là, chacun est bienvenu aux Courmettes pour participer, aider ou tout simplement passer un très bon moment.

Cette année encore, A Rocha France s’est investie dans la création d’activités pour des classes d’écoles d’Arles. Sous la conduite d’une stagiaire, Natacha, et avec l’aide de volontaires, ces activités se sont déroulées dans le jardin des Tourades, le but étant la découverte de la nature et de la conservation au travers d’un jeu de piste.

les enfants arrivent tout excités à l’idée d’un jeu dans le jardin. Après une brève présentation des volontaires et de l’association, les règles de bonne conduite dans un milieu naturel sont posées : ne pas grimper dans les arbres (dangereux pour les enfants comme pour certains arbres), ne pas arracher les fleurs (dont les papillons ont besoin pour se nourrir), utiliser les poubelles pour les déchets. les classes sont réparties en groupes et reçoivent une enveloppe avec la première énigme. Munis d’un plan du jardin ils doivent repérer l’endroit de la prochaine étape. les enfants découvrent le jardin : le compost, l’anatomie

du papillon, les oiseaux que l’on peut trouver dans la région, la mare, les libellules et les fleurs du jardin. ils vont de lieu en lieu, décodant les énigmes une à une, jusqu’à la dernière qui les conduit au « trésor ». le premier groupe arrivé gagne. une fois le jeu terminé les enfants se mettent en cercle pour parler de ce qu’ils ont appris et pour recevoir leur cadeau : une graine de t tournesol. on leur explique comment il faut faire pour la planter. Ce sera un souvenir de leur venue au jardin. C’est l’heure du pique-nique pour ces ventres affamés. Rien de tel pour terminer une belle matinée. les enfants repartent ravis de ce qu’ils ont découvert et remerciant chaleureusement l’équipe et les volontaires.

... au jardin

une fois de plus le jardin des ttourades a fait ses preuves en tant qu’outil efficace d’éducation à l’environnement. il permet une bonne mise en contexte pour expliquer aux visiteurs l’importance des petits gestes quotidiens en faveur de la nature. et quoi de mieux que d’apprendre ces choses quand on est jeune, quand les mauvais réflexes ne sont pas encore des habitudes tenaces ? Ce volet de notre travail progresse. Ce printemps nous avons animé des activités pour cinq classes, un groupe de jeunes et deux groupes de familles, en plus des visites habituelles pour adultes. Vivement l’année prochaine pour faire découvrir le jardin à d’autres enfants toujours émerveillés de ce qu’ils peuvent apprendre de la nature.

Diane

8

des élèves dans le jardin des Tourades


A Rocha France

les nouvelles

Une joyeuse équipe pour le Rollier d’Europe Le Rollier d’Europe, oiseau migrateur venant d’Afrique, arrive habituellement dans la vallée des Baux à partir du 25 avril. Cette année les premiers individus ont été observés avec une dizaine de jours de retard.

un printemps particulier dans la région pourrait expliquer ce changement exceptionnel : le temps inhabituellement pluvieux, les vents plus fréquents et intenses ainsi que les températures plus fraîches, notamment sur le trajet de la migration. on peut aussi penser que la population de rolliers est moins abondante, et le projet de suivi scientifique en cours cherche justement à estimer chaque année le nombre de couples reproducteurs. l l’équipe d’A Rocha France était à nouveau prête à accueillir ces grands voyageurs. Sous la supervision de notre responsable scientifique, timothée Schwartz, Zuzana Zajkova de Slovaquie (responsable du projet), thiago Machado du Brésil (chargé du suivi du succès de chasse du rollier) et ellie Ramm des etats-unis (assistante) sont intervenus sur le terrain et au laboratoire pour vider et réparer les nichoirs, analyser les prélèvements de l’année précédente et suivre les couples et oisillons sur les 5 mois de présence des rolliers. elle put aussi mettre à jour la base de données des années précédentes. une petite vidéo ludique fut réalisée par ellie et postée sur Youtube (tapez « arochafrance » pour la découvrir). Cette année, la recherche menée par l’équipe se concentra sur la cartographie des sites où nichent les couples, l’analyse des habitats de chasse, le succès de la reproduction de l’oiseau, et le comptage des oisillons quand ils naissent en juillet. ll’équipe travailla en établissant des transects parcourant toute la zone d’étude dans le but d’obtenir des résultats très précis, et en suivant 46 nichoirs et quelques nids naturels (pas tous habités). les données pour 2010 ne sont malheureusement pas encore disponibles, mais l’équipe a connu des moments forts et exaltants tout au long de la saison. Certains liés à des « surprises » comme de trouver des nichoirs habités par des rats, des guêpes ou des fourmis, d’autres à des moments de pur bonheur comme lors de l’observation des premiers oisillons de la saison, ou en contemplant les roulades acrobatiques des rolliers joueurs. l l’importance des données recueillies ne doit pas être sous-estimée. ttel qu’il est placé dans la chaine alimentaire, le rollier est un excellent indicateur de la biodiversité locale, car il se nourrit de proies qui elles-mêmes dépendent de bonnes conditions locales pour exister. une population dense de rolliers est donc signe que l’environnement de la Vallée des Baux se porte bien et les données nous permettent d’aider les propriétaires favorables à la présence de ce bel oiseau à améliorer au maximum son habitat.

Au revoir et merci du fond du cœur ! Une étape peu visible mais importante vient d’être franchie en cette fin d’année pour A Rocha France. En effet, Peter et Miranda Harris quittent le sol français pour se réinstaller en Angleterre après avoir séjourné 12 ans à Fontvieille. Peter et Miranda, ayant fondé A Rocha au Portugal, avaient décidé sagement de laisser ce premier centre sous la gestion des Portugais eux-mêmes. la décision de s’installer en France a été stratégique aussi bien sur le plan international que français. D’une part, les Harris pouvaient s’investir dans le développement et le rayonnement international d’A Rocha tout en consolidant ses réseaux de soutien. D’autre part, l’environnement difficile de la France nécessitait une initiative qui correspondait parfaitement aux qualités et à l’esprit pionnier de Peter et Miranda. Visionnaires, mais aussi

portes paroles appréciés auprès des bienfaiteurs, Peter et Miranda ont permis l’achat des t tourades. laissant comme toujours la responsabilité de la direction à d’autres Peter et Miranda vont participer pendant des années à l’animation de l’association française lorsque leurs responsabilités envers la famille grandissante d’A Rocha le permet. leur contribution au rayonnement de la vision chrétienne de la sauvegarde de la création et de son implantation dans de nombreuses régions du monde est inestimable. D’abord comme directeur international, puis, comme « présidents fonda-

teurs » à même de renouveler la vitalité des organisations nationales existantes et d’explorer de nouveaux espaces de développement. A Rocha France a non seulement reçu de la part de Peter et Miranda toute l’énergie des pionniers sans laquelle il est peu probable que notre association nationale ait été fondée, mais aussi un héritage scientifique, humain et spirituel inestimable destiné lui aussi à porter du fruit et susciter des vocations pendant de nombreuses années encore.

9


s d i k a h c o AR

la page réservée aux jeunes lecteurs

L’histoire d’oscar

Oscar Mwaro et sa famille vivent dans un petit village de la côte Est du Kenya, en Afrique. Oscar y mène une vie heureuse, même s’il est vrai que sa famille a très peu de ressources. A peine de quoi se nourrir et se loger modestement. Certaines années, quand les récoltes font défaut, la situation est très difficile, mais la famille se serre les coudes.

Oscar est un bon élève à l’école primaire près de son village, le premier de sa classe. Ses bonnes notes lui permettraient d’aller au collège dans la capitale, Nairobi. Malheureusement c’est une école payante et sa famille n’a vraiment pas les moyens de l’y envoyer.

Le village d’Oscar est à côté d’une grande et très ancienne forêt. Pendant longtemps, les gens de tous les villages aux alentours pouvaient gagner un peu d’argent en coupant du bois, en chassant, en cueillant des fruits et en revendant toutes ces choses sur le grand marché du coin. Cet argent supplémentaire pouvait servir à payer l’école des enfants. Malheureusement, depuis quelques années déjà, la forêt diminue et se porte mal, les animaux et les fruits se font rares. Trop de gens prélèvent trop de ressources de la forêt et bientôt il ne restera plus rien pour personne.

A Rocha, au Kenya, ne souhaite pas voir disparaitre cette forêt. Elle abrite notamment des animaux rares et importants. S’ils disparaissent ce sera une grande perte pour tout le monde. Ainsi, avec plusieurs partenaires au Kenya, A Rocha a créé un projet nommé Assets. Au lieu de prélever des éléments de la forêt pour les revendre, les villageois sont encouragés à protéger la nature et à la valoriser. Une belle forêt fait venir des touristes qui paient pour la visiter, pour voir les oiseaux et les animaux, pour loger sur place. Avec l’argent qu’apportent les touristes, il est maintenant possible d’aider les villageois à financer les études de leurs enfants, et ils ont tout intérêt à protéger et entretenir leur forêt pour que les touristes continuent à venir.

10

Le père d’Oscar a contacté le projet Assets afin de demander une bourse d’étude pour son fils. Sa demande a été acceptée et maintenant Oscar sait qu’il pourra continuer ses études et que le projet Assets couvrira la majorité des frais pour la famille. Il est très motivé pour apprendre. Avec une bonne éducation, il espère revenir un jour dans son village pour aider sa famille et ses amis. Et peut-être aider à protéger cette belle forêt pour qu’elle puisse profiter à son village pendant de très longues années encore.


er Imprimqueclimati eutre ment n

Vos flyers, cartes postales et affiches imprimés vite, bien et aux meilleurs prix! www.printcesse.ch

Le Défi Michée est une campagne mondiale pour sensibiliser et mobiliser les chrétiens contre l'extrême pauvreté et en faveur des Objectifs du Millénaire pour le Développement 11


terre à terre

contacter, s’informer, soutenir, participer

A Rocha France Les Tourades 233 Route de Coste Basse F-13200 Arles

A Rocha Suisse T. +33 (0)4 90 96 01 58 @. france@arocha.org web. www.arocha.fr

Case Postale 245 CH-1373 Chavornay Suisse

Les Courmettes T. +33 (0)4 92 11 02 32 Route des Courmettes @. courmettes@arocha.org F-06140 Tourrettes-sur-Loup web. www.courmettes.com

• Nos activités

• Nos activités

les groupes locaux A Rocha dont nous rêvions depuis longtemps commencent à voir le jour ! le premier d’entre eux est en formation sur Genève, sous la responsabilité de nuno et Paula Barreto.

Un wEEkEnd Ag En 2011 !

Réservez dès à présent les dates du samedi 21 et dimanche 22 mai 2011. A l’occasion de la fête de la nature, A Rocha France vous propose deux journées de rencontres, d’activités, de jeux, de célébration et un temps d’Assemblée Générale. le tout se tiendra aux Courmettes, avec la participation samedi de l’association Courmetta pour les animations. un planning détaillé sera disponible en janvier. Membres et amis, tous sont bienvenus. Possibilités de logement sur place (nous contacter).

SoRTIE AUx BAUx dE PRoVEncE « Paysages de lumière »

Samedi 6 novembre à 14h30 en novembre, les lumières sont exceptionnelles et les couleurs s’embrasent. lecture de paysage pour comprendre la relation homme-nature dans les Alpilles. Inscriptions au 04 90 96 01 58

• Nous recherchons Urgent :

une aide bénévole administrative pour notre centre des Tourades.

lAncEmEnT dU gRoUPE locAl A RochA gEnèVE 15 janvier 2011

T. +41 (0)24 441 06 09 @. switzerland@arocha.org web. www.arocha.org/ch-fr Journée d’entretien au Bois de chênes de genolier 2 avril 2011

Rendez-vous à 9h15 directement à la ferme, avec des habits adaptés, des gants de jardinage et un pic-nic. Fin vers les 15h30.

STAgIAIRES :

Avez-vous un profil ou l’une des compétences suivantes ? Accueil du public dans un espace naturel, Architecture paysagère, Gestion et Protection de la nature, Commercial (événementiel et mécénat), Histoire, théologie.

VolonTAIRES :

les catégories suivantes vous concernent-elles ? (une aide depuis chez vous est envisageable pour certains thèmes). travaux d’électricien, conception de capteurs solaires pour eau chaude, entretien d’un réseau de scouts, mise à jour d’un site web, gestion d’une photothèque en ligne.

PoSTE long TERmE : ETé 2011

Pour gérer l’accueil de notre centre des Courmettes et y animer de la vie communautaire (jeunes retraités par exemple).

ASSEmBléE généRAlE d’A RochA SUISSE 3 mars 2011, 19h30, la côte une rencontre d’information et d’échange aura lieu le samedi 15 janvier 2011, de 14h à 17h, dans les locaux de l’eglise evangélique libre de Genève, Rive Droite, Rue Ami-lévrier 3, à Genève. Plus d’information sur : nuno.barreto@arocha.org

Cette rencontre est un moment important pour l’association: des détails sur son fonctionnement et son avenir sont présentés. Chaque membre est cordialement invité à y participer et à prendre part aux décisions. Réservez déjà la date. Des informations pratiques seront envoyées début 2011.

Recherchons bénévoles... Un/une administrateur/trice, pour la gestion du fichier d’adresses, les envois postaux et la correspondance générale. Adapté pour travail à domicile. environ 3 à 4 heures par semaine. une connaissance des outils informatiques standards est une nécessité. Un/une webmaster pour la gestion du site web d’A Rocha Suisse, connaissance des CMS nécessaires (WordPress ou Joomla). environ 2 heures par semaine.

Un/une responsable de rédaction pour notre journal, pour la coordination de la rédaction du contenu du journal. environ 2 heures par semaine.

Soutenir nos activités en France

Soutenir nos activités en Suisse

Vous pouvez vous engager à nos côtés en tant qu’adhérent ou par un don qui contribuera financièrement à la réalisation de nos nombreux projets (possibilité de bénéficier de l’abattement fiscal sur l’iSF). nos actions dépendent de ces soutiens. Contactez-nous !

Votre soutien reste indispensable et crucial pour que nous puissions continuer à nous développer. Vous pouvez vous engager soit comme volontaire dans l’un de nos projets, soit en priant pour notre travail, soit encore en nous soutenant financièrement (CCP: 10-770971-4). D’avance, merci !

IMPRESSUM A Rocha le journal francophone 12

EditEurs : DiReCteuRS De PuBliCAtion : CoMitÉ De RÉDACtion : DeSiGn & GRAPHiSMe : ont ContRiBuÉS à Ce n° : PHotoS & illuStRAtionS : iMPReSSion :

A Rocha France, 233 route de Coste Basse, 13200 Arles, France • A Rocha Suisse, CP 245, CH-1373 Chavornay Pierre Berthoud (France), Cédric Chanson (Suisse) Steven Dixon, Steve Tanner, Priscille Faure, Bertrand Bender Bertrand Bender Joëlle Meylan, Philippe Kiener, Steve Tanner, Laetitia Joseph, Steven Dixon, Paul Jeanson, Pierre Berthoud A Rocha International, A Rocha France, Steve Tanner, Paul Jeanson, Philippe Kiener. Jordi SA, CH-3123 Belp, Suisse

tirage: 3000 exemplaires Dépôt légal : novembre 2010 iSSn : 2105-3286

imprimé sur papier recyclé

Profile for Steve Tanner

A Rocha journal Francophone No 3 2010-2  

le journal A Rocha Francophone est publie par A Rocha Suisse et A Rocha France, deux entites nationales du mouvement A Rocha pour la conserv...

A Rocha journal Francophone No 3 2010-2  

le journal A Rocha Francophone est publie par A Rocha Suisse et A Rocha France, deux entites nationales du mouvement A Rocha pour la conserv...

Advertisement