Page 1

Repenser la fibre recyclée : utiliser les faits et la science pour briser les mythes courants Dr. Laura M. Thompson | Sappi | directrice du marketing technique et du développement durable Le papier ne se limite simplement pas à une chose; les produits de papier sont employés dans diverses applications courantes comme les papiers sanitaires, d’emballage et de communication. Lorsque j’ai assumé mon poste actuel chez Sappi, notre direction a clairement établi dès le début que nous ne reculerions pas devant les questions difficiles. Nous avons pris l’engagement d’étayer nos communications sur la durabilité par des données factuelles et scientifiques. L’accroche de notre premier Journal eQ, « Des preuves et non de vaines promesses », est devenue mon mantra. Bien que, dans son ensemble, la société continue à réaliser de grandes avancées dans l’adoption d’une approche plus holistique (en prenant en compte les répercussions environnementales et sociales des produits de l’acquisition des matières à leur élimination), il reste d’énormes lacunes dans l’interprétation de certaines questions essentielles. Lorsqu’il s’agit de papier, les mythes et les réalités sur l’utilisation du contenu recyclé sont toujours débattus. Mythe courant : il est toujours plus écologique d’utiliser de la fibre recyclée. Réalité : cela dépend du produit et de l’usine de fabrication. Le papier ne se limite simplement pas à une chose; les produits de papier sont employés dans diverses applications courantes comme les papiers sanitaires, d’emballage et de communication. De plus, il existe une foule d’applications de spécialité allant de matériaux de construction (isolation, comptoirs et sols) à des applications automobiles (joints, coussinets de frein). Différents types de produits de papier nécessitent différents types de fibres de papier pour les produire, et dans certains cas, l’utilisation de fibres recyclées ne se justifie tout simplement pas, ni sur le plan écologique ni sur le plan économique. Je demande parfois aux gens de prendre le temps de réfléchir aux différences entre un carton alvéolaire et une qualité d’impression supérieure comme le papier en rouleaux Somerset. Les cartons alvéolaires sont souvent fabriqués à partir de papier journal recyclé, d’un aspect gris marbré parce que le papier ne nécessite pas de désencrage. Pour notre usage, les déchets de consommation doivent être désencrés, blanchis et nettoyés pour éliminer tout type de contaminant. Intuitivement, beaucoup se rendent compte qu’à choisir, il est plus logique d’utiliser le papier récupéré dans les applications qui nécessitent moins de traitement et engendrent moins de gaspillage. Pour mieux quantifier les répercussions globales, nous nous sommes lancés dans une analyse des émissions de gaz à effet de serre pour nos usines entre la fabrication et le départ de l’usine. Ce type d’analyse est complexe et nous a véritablement pris des années de travail pour sélectionner un outil de modélisation, apprendre l’outil, puis construire un modèle pour nos opérations. Les résultats sont clairs : l’ajout de fibre recyclée aux produits fabriqués dans notre usine Somerset à Skowhegan (Maine) ne fait qu’augmenter l’empreinte carbone de ces produits. Pour être exact, l’ajout de 10 % de contenu recyclé augmente l’empreinte carbone de 16 % par rapport au même produit fabriqué à base de fibre vierge.


Laura M. Thompson, Ph. D., directrice du marketing technique et du développement durable, préside le conseil de développement durable de Sappi constitué de représentants de tous les secteurs d’activité, installations de fabrication et fonctions corporatives de Sappi North America. Dre Thompson représente également la région de l’Amérique du Nord au conseil du développement durable de Sappi qui se réunit régulièrement pour mettre en commun les meilleures pratiques et maintenir la charte mondiale.

http://ariva.ca/fr/blog/2149.pdf  

http://ariva.ca/fr/blog/2149.pdf

http://ariva.ca/fr/blog/2149.pdf  

http://ariva.ca/fr/blog/2149.pdf