Issuu on Google+

L’Ensemble MADRIGALIS L’ensemble Madrigalis, créé en octobre 2006 sur Villeneuve-de-la-Raho, est au départ un octuor vocal constitué d’amateurs éclairés, réunis autour du plaisir et de la passion de chanter en polyphonie. Un travail régulier, demandant autonomie individuelle et harmonie du chœur, se met en place dès le début pour permettre de constituer un répertoire sensible et raffiné. En fonction des programmes, Madrigalis fait appel à des instrumentistes qui désirent travailler dans cet esprit de partage. L’Ensemble répète tous les mardis soirs salle Rouzeau à Villeneuve-de-la-Raho et s’agrandit progressivement à 12 voix. Pour tout contact : tél. 04 68 89 25 65 / 04 68 22 86 52 Site internet : www.madrigalis.com - e-mail : madrigalis66@gmail.com

Maryse TATANGELO Capes d’éducation musicale et de chant choral. 1er prix de chant au Conservatoire National de Région Têt-Méditerranée, suivi d’une année de perfectionnement dans la classe de Mme Danièle Perriers. Soliste du Consort Phoebus de 1998 à 2001. Dans le cadre de l’association « Musiques sacrées, Musiques et chant du monde », elle s’occupe de la direction artistique à l’église de St-Génis-desFontaines : Dialogues des Carmélites de Francis Poulenc en version concert en 1999, Oratorio La Création de Haydn en 2001. Dirige l’Ensemble Madrigalis depuis octobre 2006.

L’Ensemble MADRIGALIS Voix Sopranos.....................Marie-Hélène Rovira, Nicole Salvador, Maryse Tatangelo Mezzo-sopranos ........Françoise Erre, Claire Sulpice, Geneviève Cette Ténor...........................Christopher Erdal, Thierry Prédignac Baryton .......................Olivier Babulet Basses..........................Yannick Ruggieri , Genclo Chebille Ensemble instrumental Violons........................Marina Lopez, Bertille Maffre Alto..............................Viorica Plantier Violoncelles ................François Picard, Ludovic Moline Cornet .........................Olivier Lust Clavecin......................Elisabeth Picard, Claire Donnat


Tomas Luis de VICTORIA Prêtre catholique, compositeur et maître de chapelle, il est le plus célèbre polyphoniste de la Renaissance espagnole. Son œuvre est entièrement tournée vers la musique sacrée. Chantre de la cathédrale d'Avila, il commence ses études musicales : plain-chant, contrepoint , composition et pratique du clavier jusqu'à l'âge de dixhuit ans. Il se rend à Rome au Collège germanique, fondé en 1573 et dirigé par les jésuites où il étudie la théologie et reçoit probablement les leçons de Palestrina, maître de chapelle et de chant au Séminaire romain. Il lui succède et est ordonné prêtre 1575. De retour à Madrid en 1586, il est nommé chapelain et maître de choeur du couvent royal des clarisses ou vit, veuve et retirée, l'impératrice Marie d'Autriche. Il décline toutes les offres des plus importantes cathédrales espagnoles.

P

R

A

M

M

E

Magnificat ; motet pour double chœur à cappella de Tomas Luis de VICTORIA (1548-1611)

Miserere de Gregorio ALLEGRI (1582-1652)

Scherzi Musicali à trois voix avec cornet, violon, violoncelle et clavecin de Claudio MONTEVERDI ( 1567-1643) I bei legami Amarillis, onde m’assale Dolci miei sospiri Damigella, tutta bella

Scherzi musicali de MONTEVERDI

Gloria de VIVALDI

R

1ère partie

Figure incontournable du passage de l’écriture polyphonique du 16e au début du 17e, Monteverdi contribue à l’introduction et au développement la musique instrumentale notamment à St-Marc à Venise où il est maître de chapelle. De l’homme tourné vers le sacré émerge également l’homme en tant qu’individu avec ses joies, ses peines. Les Scherzi musicali ou jeux en musique sont des chansons à 3 voix sur les jeux de l’Amour partagé ou non partagé à partir des poèmes de Gabrielle Chiabrera. Œuvre divertissante , charmante, elle est destinée à être aussi bien jouée que chantée.

C’est vers 1713 qu’Antonio Vivaldi crée son très célèbre Gloria sur un texte découpé en 12 versets dans la tonalité de Ré majeur. Le Gloria concentre les principaux procédés d’écriture du compositeur tout en donnant une vision globale de la musique religieuse à Venise au 18e ; désaffection du style contrapuntique avec antiphonie mais utilisation d’une écriture influencée directement par l’Opéra avec ritournelle instrumentale systématique. Le jeu des contrastes est à la base de ce Gloria mais l’enthousiasme du sentiment religieux chez Vivaldi éclaire de part en part son interprétation.

G

du CONCERT

Miserere d’ALLEGRI Œuvre musicale à cappella composée en 1638 à Rome, elle est chantée uniquement à la chapelle Sixtine lors du mercredi et vendredi de la semaine Sainte. Dès les premières années, le Vatican interdit sous peine d’excommunication, de reproduire le Miserere, afin d’en préserver le caractère unique. Les chanteurs de la chapelle improvisaient de somptueux ornements mais, au fil de l’époque baroque, la technique vocale perd en éclat et en capacité d’improviser. Fin 18e, les ornements disparaissent pour ne garder que les ornements les plus aigus réservés à l’origine aux castrats. Un siècle et demi après sa création, Mozart âgé de 14 ans et en visite à Rome avec son père réussit à le transcrire de mémoire après seulement deux écoutes. Le Miserere fut publié à Londres en 1771 et l’interdiction papale levée.

O

2e partie •

Gloria d’Antonio VIVALDI (1678-1741) accompagné d’un cornet, violon 1, violon 2, alto, violoncelle et clavecin.


Musicales d'Argelès-sur-Mer : Madrigalis