Issuu on Google+

 

RYTHMES SCOLAIRES  COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE SCOLAIRE BARBUSSE  Date : 25 Mai 2013, Groupe scolaire Barbusse  Participants :  • 14 parents d’élèves  • 2 enseignants  • 3 Elus : C. Métairie, Premier Adjoint au maire en charge du développement durable, de la démocratie  et des affaires générales ; A. Rajchman, Conseillère déléguée à l’enfance ; S. Labrousse, Conseillère  déléguée aux transports – déplacements – Energie.  • Services municipaux : les directrices des accueils périscolaires ; la responsable restauration ; le gardien  de l’école ; V. Micheau, responsable du service Entretien‐Restauration ;  H. Goux, directeur général  adjoint, A.V Cormont cabinet du Maire.      Déroulement de la réunion    1. 2. 3. 4.

5.

Présentation de la réforme, rappel des principes et de la démarche de concertation.  Présentation des résultats du questionnaire.  Diffusion du film réalisé par la maison des solidarités suite à la conférence du 13 avril 2013de Claire  Leconte, professeur de psychologie de l’éducation et chercheur en chronobiologie   Echanges avec les parents d’élèves sur les avantages et inconvénients des scénarios concernant le  positionnement des 45 minutes supplémentaires et le choix de la demi‐journée supplémentaire  (mercredi ou samedi).  Suite de la concertation. 

    Présentation de la réforme, Rappel des principes et de la démarche de concertation  C.  Métairie,  premier  adjoint  au  maire,  accompagné  de  deux  membres  du  groupe  de  travail  partenarial,  introduit  la  réunion  en  présentant  la  réforme  des  rythmes  scolaires,  précisant  qu’elle  s’inscrit  dans  le  cadre  d’une  loi  plus  large  sur  la  refondation  de  l’école.  Il  rappelle  que  la  ville  d’Arcueil  appliquera  la  réforme  à  la  rentrée  2014  afin  de  prendre  le  temps  de  la  concertation,  de  construire  dans  les  meilleures  conditions  l’organisation de la semaine et le futur Projet Educatif Territorial.  Il  souligne  la  réelle  démarche  de  concertation  engagée  par  la  ville  avec  l’ensemble  des  partenaires  (parents,  enseignants, associations, services municipaux, élus), démarche instaurée depuis plusieurs mois avec la mise en  œuvre de différents outils (questionnaire, réunions avec les différents acteurs, groupe de travail partenarial…). 


Il présente le  cadre de travail national, défini par le décret relatif à l’organisation du temps scolaire dans les  écoles maternelles et élémentaires :  ‐  ‐  ‐ 

24H00 d’enseignement par semaine réparties sur 9 demi‐journées, incluant le mercredi matin ou  le samedi matin (par dérogation).  Une pause méridienne d’une durée minimale de 1h30.  Une journée d’enseignement allégée de 45 min en moyenne, ce qui implique une augmentation  des temps périscolaires, à la charge des villes. 

Il expose enfin les orientations et principes énoncés par la municipalité d’Arcueil :  ‐ ‐ ‐ ‐ ‐

L’école doit rester publique, gratuite, laïque et nationale.  Placer l’intérêt de l’enfant au cœur de toutes les réflexions.  Favoriser la réussite éducative pour tous.  Lutter contre les inégalités sociales et territoriales en garantissant l’égal accès aux activités.  Favoriser et impulser un meilleur dialogue des différents partenaires dans le respect des missions  ou attributions de chacun. 

  Présentation des résultats du questionnaire  Hervé  Goux,  DGA,  présente  une  synthèse  des  résultats  du  questionnaire  sur  les  pratiques  et  les  attentes  concernant  l’organisation  des  rythmes  scolaires.  Diffusé  principalement  par  l’intermédiaire  des  cahiers  de  correspondance mais aussi par internet, ce questionnaire a été rempli par une part très importante des familles  dont un enfant au moins est scolarisé à Arcueil en primaire. Le questionnaire a permis de mieux connaitre les  structures  familiales  des  enfants  scolarisés,  les  pratiques  actuelles  en  termes  de  participation  aux  temps  périscolaires  existants  et  enfin  de  recueillir  les  avis  des  parents  d’élèves  quant  aux  différents  scénarios  possibles.  Cette présentation ne constitue qu’une brève synthèse. L’analyse détaillée des réponses au questionnaire est  accessible sur le site internet de la ville.   Parmi les principaux enseignements, on note :  Concernant la structure familiale   ‐ 

Les familles composées de 2 ou 3 enfants sont majoritaires. 

‐ 

1 famille sur 5 est monoparentale. 

‐ 

Une minorité de famille a des enfants en garde alternée. 

‐  La composition familiale est à prendre en compte dans la réflexion en raison du lien entre les rythmes  scolaires et l’organisation familiale  Concernant les pratiques   ‐ ‐ ‐

En  maternelle,  60%  des  enfants  participent  à  l’accueil  du  matin  et  2/3  des  enfants  participent  à  l’accueil du soir.   1/3 seulement des enfants de l’école élémentaire, reste après la classe pour participer soit à Cap + soit  à l’étude du soir encadrée par les enseignants des écoles de la ville.  La restauration scolaire est fréquentée par plus de 80% des enfants scolarisés tous les jours   


Concernant les souhaits des parents pour l’organisation future des rythmes scolaires   ‐ ‐

73%  des  parents  préféreraient  que  l’école  soit  le  mercredi  matin  plutôt  que  le  samedi  matin,  cependant on note que 14% des parents ne se sont pas exprimés sur cette question.  2/3 des parents préféreraient que les activités périscolaires soient placées après la classe, plutôt qu’à  la pause méridienne. 

Hervé Goux conclut en indiquant les limites et la nécessité d’une certaine prudence quant à l’interprétation du  questionnaire.  D’une  part,  les  taux  de  non  réponse  à  certaines  questions  sont  parfois  importants,  cela  peut  s’expliquer par l’indécision d’une partie des répondants qui n’ont pas une position arrêtée sur certains points.  D’autre part, il faut garder en tête que les réponses à ce questionnaire datent de la fin du mois de Mars et que  les opinions des parents d’élèves ont pu évoluer sensiblement avec les échanges ou débats survenus depuis.  C’est  pour  cette  raison  que  la  concertation  se  poursuit  avec  des  réunions  ouverte  à  toute  la  communauté  éducative, au sein des écoles.    Retour sur la conférence de Claire Leconte, chronobiologiste  Un montage de 15 minutes de la conférence de Claire Leconte le Samedi 13 Avril à la Maison des solidarités a  été projeté. Elle y affirme qu’au‐delà des rythmes scolaires c’est l’aménagement de l’ensemble des temps de  l’enfant qui est central. Les différents temps éducatifs doivent alterner, temps demandant de la concentration‐  attention, activités physiques et motrices et temps de créativité (concept de la triple alternance). Tenir compte  de  cette  triple  alternance  pédagogique  favorise  les  apprentissages.  Le  matin  serait  plus  propice  à  la  concentration et donc à l’apprentissage en classe. Elle insiste par ailleurs sur l’importance de ne pas considérer  uniquement les temps scolaires, les temps non scolaires sont aussi des temps éducatifs. Il est donc nécessaire  de réfléchir à un parcours éducatif global. Enfin, il est également indispensable de tenir compte du temps de  relaxation, de repos, de sieste… Le creux méridien est un moment qui ne doit pas être trop long, il ne devrait  pas se terminer par un temps d’excitation qui rend la reprise de la classe plus difficile.  Les échanges qui suivent le film concernant les avantages et les inconvénients des divers scénarios reprennent  une partie des thèses et de l’argumentaire de Claire Leconte.    Echanges avec les parents d’élèves, sur avantages et inconvénients des divers scénarios concernant le  positionnement des 45 min supplémentaires et le choix de la demi‐journée (mercredi ou samedi).  Un large consensus se dégage quant à la nécessité de ne pas ajouter les 45 minutes à la pause méridienne de  2h00, mais plutôt de les positionner en fin de journée après la classe.  La discussion a davantage été axée sur les horaires de l’accueil du matin et le mercredi / samedi.  Un parent d’élève estime que l’accueil périscolaire du matin ouvre trop tard. Commençant le travail à 8h, elle  ne peut attendre l’ouverture de l’accueil pour déposer son enfant. Elle aimerait donc une ouverture de l’accueil  dès 7h30. La directrice de l’accueil de loisirs maternelle explique que le nombre d’enfants à l’accueil du soir est  trois fois plus important que le matin. De plus, un accueil à 7h30 serait beaucoup trop tôt pour des enfants qui  restent à l’école au moins jusqu’à 16h30.  Sophie Labrousse, Conseillère municipale déléguée et réfèrente à l’école Barbusse, appelle à veiller  à ce que  l’école ne soit pas considérée comme une « garderie ». Si l’école a une fonction de garde, elle a aussi et avant  tout une fonction éducative. Il s’agit d’une réorganisation des rythmes scolaires et éducatifs de l’enfant et de la  réorganisation de la communauté éducative. 


C.  Métairie  précise  également  qu’il  faudra  faire  des  choix  pour  répondre  à  des  besoins  collectifs  et  que  ces  choix ne conviendront forcément pas à toutes les attentes et tous les besoins individuels. Une ouverture plus  précoce de l’accueil du matin peut être envisagée si un besoin important se fait sentir.  La question du contenu des activités périscolaires a également été abordée, il a été précisé que les 45 minutes  supplémentaires par jour pouvaient être regroupées sur des demi‐journées. Les contenus et les plages horaires  devront être réfléchis collectivement.   Il  n’existe  pas  de  consensus  concernant  le  choix  d’une  demi‐journée  d’enseignement  supplémentaire  le  mercredi  ou  le  samedi  matin.  Les  résultats  du  questionnaire  relatent  une  préférence  de  la  part  des  parents  d’élèves pour le mercredi matin. Le groupe de travail partenarial, composé notamment de parents d’élèves est  lui très majoritairement favorable au samedi matin.  Les parents d’élèves qui préfèrent le mercredi matin ont mis en avant les inconvénients du samedi matin face  aux  avantages  du  mercredi.  L’enfant  risquerait  en  effet  de  devoir  se  lever  tôt  6  jours  sur  7.  Ils  évoquent  également  les  problématiques  du  samedi  matin  pour  les  familles  monoparentales  et  pour  celles  qui  ont  un  mode  de  garde  alterné.  Des  risques  d’absentéisme  sont  également  pointés.  Une  enseignante  rappelle  que  l’école est obligatoire à partir de 6 ans et que l’absentéisme n’était pas si important en élémentaire, il ne l’était  qu’en maternelle. Elle souligne  également que la classe n’avait lieu que 3 samedis sur 4.  Toutefois pour la majorité des parents d’élèves présents à cette réunion, au fil des semaines et des mois de  discussions, le samedi apparait comme la meilleure solution  pour les enfants. La coupure d’un week‐end entier  est  trop  importante  et  perturbante  pour  les  enfants  (risque  de  couchers  plus  tardifs  deux  soirs  de  suite  le  vendredi et samedi soir…). Un enseignant fait part du constat d’une reprise difficile les lundis matins en raison  de la coupure qui perturbe le rythme de l’enfant. De plus un long week‐end accentue les inégalités scolaires.  Certains enfants peuvent pendant le week‐end faire des activités culturelles et pédagogiques alors que d’autres  se  retrouvent  oisifs  ou  occupés  par  des  loisirs  à  moindre  intérêt  pédagogique.  La  divergence  entre  les  avis  donnés  par  une  majorité  des  parents  pour  le  mercredi  matin  lors  de  la  consultation  par  questionnaire  et  la  position du groupe de travail partenarial et des participants aux réunions de concertations est pointée. Du fait  des  informations  et des  échanges  avec  les professionnels  de  l’éducation  les  avis  deviennent  majoritairement  favorables au samedi matin.   Ainsi, quel que soit le jour retenu, la municipalité fera un bilan de cette concertation et expliquera les raisons  de ses choix et la manière dont ceux‐ci ont été effectués.  Suite de la concertation  C.  Métairie  conclut  en  rappelant  les  suites  de  la  concertation.  Celle‐ci  se  poursuit  dans  chacun  des  groupes  scolaires durant la fin du mois de Mai.  Le groupe de travail partenarial se réunira le 30 Mai afin de faire le bilan de cette concertation et définir les  premières orientations pour l’organisation des rythmes scolaires. Ces orientations seront soumises à l’avis de  chacun  des  11  conseils  d’écoles  courant  Juin.  Le  1er  Juillet,  le  groupe  partenarial  validera  les  choix  et  le  positionnement de la ville concernant cette réforme.  Le projet sera soumis à la validation du Conseil municipal d’Octobre pour une mise en œuvre durant l’année  scolaire 2013‐2014. La réforme sera instaurée à la rentrée scolaire 2014.   Il rappelle également que les choix formulés seront argumentés dans le cadre d’un projet éducatif et transmis à  l’Inspecteur d’académie.   L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 12h10. 


Compte rendu groupe Barbusse 25 05 13