Page 1

 mars 2012

| n°225

Au bal…

| 7| 14

Charte handicaps : le défi de l’accessibilité

| 13

Neolane, nouveau leader

| 19

Mort accidentelle d’un anarchiste :

une création épique

|21

| 8 | Actualités

48 711 000 euros. Telle est la somme des dépenses de la Ville d’Arcueil prévues pour 2012. Tel est aussi le montant total des recettes, puisque la loi impose à chaque collectivité territoriale de présenter son budget en équilibre.

Le cinéma Mégarama

Tous les rendez-vous de mars

|28

Photographie Damir Huskic - Shutterstock images

au banc d’essai


LES JOURS

ESSEN

TIELS

MONOPRIX

DES OFFRES IMMANQUABLES DU 3 AU 18 MARS* LE LE

2 2

AVEC LACARTE ème ** GRATUIT

-15

%

ème À MOITIÉ PRIX

TOUS LES JOURS SUR UN RAYON*** ET AUSSI AVEC LES CARTES S’MILES

MONOPRIX ARCUEIL – CENTRE COMMERCIAL LA VACHE NOIRE – OUVERT DU LUNDI AU SAMEDI DE 9H À 21H PARKING GRATUIT 2H À PARTIR DE 15€ D’ACHATS****

*Pour les magasins ouverts le dimanche. **Remise immédiate en caisse sur présentation de LACARTE de Fidélité Monoprix ou cartes portant le logo S’Miles, ou en réglant avec votre carte Monoprix Cofinoga dans votre Monoprix Arcueil. ***Ou sur une sélection de produits. Voir le détail de l’offre à l’accueil de votre magasin. ****Voir conditions en magasin. Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. La carte de paiement et de crédit Monoprix Cofinoga est accessoire à un crédit renouvelable annuellement sous réserve d’acceptation de votre dossier par Laser Cofinoga et après expiration du délai légal de rétractation. Les utilisations de la carte de paiement et de crédit Monoprix Cofinoga sont effectuées sous réserve d’un fonctionnement normal de votre compte. La carte de paiement et de crédit Monoprix Cofinoga vous permet de régler au comptant vos achats du mois : débit immédiat (si proposé lors du paiement) ou, à défaut, à réception de votre relevé de compte mensuel. Pour régler à crédit, demandezle au moment du paiement (si cette option est prévue par l’enseigne), ou au prêteur à réception de votre relevé de compte par les moyens de contacts indiqués sur celui-ci. Monoprix est intermédiaire de crédit en opérations de banque mandaté de façon non exclusive par Laser Cofinoga chargé de fournir à la clientèle les informations et explications sur les crédits proposés et de collecter les éléments pour la formalisation des demandes de crédit. Laser Cofinoga SA au capital de 100 000 000 € – Siren 682 016 332 RCS Paris – 18, rue de Londres 75449 Paris Cedex 09 – Tél. : 01 44 54 47 00. Monoprix SA - SA au capital de 61 751 696€ - 14-16, rue Marc Bloch - 92110 Clichy - 552 018 020 R.C.S. Nanterre – – Pré-presse : Altavia.


mars 2012 Carnet de route du maire

Fête du Têt Club Guy Môquet Sarah Bernhardt Exposition de Garance Cappatti Au bal d’Arcueil Animation Accueil des nouveaux Arcueillais

Actualités

Le budget 2012 à la loupe Loto solidaire à Laplace Locataires en colère à Zola Circulation et explications à Joliot-Curie Soirée jobs d’été le 27 mars Les super radars de l’A6 Sport express

Dossier

Objectif accessibilité

Centrale

Chauds vibratos pour Sons d’hiver

| | | | | |

6 6 6 7 7 7

| 7 | Vues – In situ |

|8 | 10 | 10 | | | |

| 13

18 19 20 21 22

48 711 000 euros pour 2012

10 700

| 8 | Actualités |

38 011

Le budget de la Ville d’Arcueil a été voté le 26 janvier par le conseil municipal. Tous les détails et toutes les explications pour comprendre les finances arcueillaises, l’augmentation nulle des taux de la fiscalité communale et l’amélioration de la capacité de désendettement.

Objectif accessibilité

| 16

| | | | |

Samedi 4 février, le centre Marius Sidobre s’égayait grâce aux mille couleurs et à l’enthousiasme des participants au bal costumé organisé par Arcueil Animation.

Fonctionnement Investissement

11 12 12 12

Découvertes

Commerces : «Carrefour Express», «Une idée derrière la tête», «À la royale» Entreprise : Neolane Droit de réponse de l’Opaly Mort accidentelle d’un anarchiste Jeux

Au bal

| 13 | Dossier |

Un an et demi après la signature de la Charte handicaps 2010 - 2015, après le diagnostic complet des équipements et après le vote d’une enveloppe budgétaire de près d’un million et demi d’euros, les travaux d’accessibilité débutent dans les bâtiments communaux.

Expression des groupes

ANC seniors

Sorties, rendez-vous, services

| 27 | 27 | 27 | 28 | 29

Fo en rire

| 21 | Découvertes |

ANC/Arcueil notre cité mensuel d’informations locales et municipales Rédaction : 10 avenue Paul Doumer 94114 Arcueil cedex Tél. : 01 46 15 09 56 Télécopie : 01 46 15 09 51 Courriel : communication@mairiearcueil.fr Directeur de la publication : Daniel Breuiller, maire d’Arcueil  Adjointe au maire, chargée de la communication : Marie-Pierre Reynaud Directeur de la rédaction : Laurent de Villepin Rédaction : Philippe Lorette (journaliste territorial) SR/Editing : Philippe Lorette

Ont collaboré à ce numéro : Sandra Deruère, Tristan Gaguèche, Colline Gori, et Kevin Gouttegata Graphisme : Gilles Vérant Photos : la rédaction et Éric Demare (responsable photo : Philippe Lorette) Une : photographie Damir Huskic / Shutterstock images Secrétariat : Christine Penchemel Régie publicitaire : Echom – regie@lecho.com Impression : Alliages C.I., Gentilly (13 000 exemplaires) Distribution : Proximes communication

4 | ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012

| 18 | Découvertes |

« Carrefour Express », « Une idée derrière la tête » et « À la royale » : trois petits commerces, nouveaux ou rénovés, qui participent à l’actualité et au dynamisme de la vie locale.

Le Théâtre de l’Épopée, compagnie arcueillaise chère à Mahmoud Shahali, propose le vendredi 23 mars à l’Espace Jean Vilar sa nouvelle création, Mort accidentelle d’un anarchiste, de Dario Fo. À la fois véritable manifeste et blague chaplinesque.

Le cinéma Mégarama au banc d’essai | 28 | C’est vous qui le dites | Le complexe cinématographique de la Vache-Noire (6 salles, 900 places) a ouvert début février. Réactions des premiers spectateurs, venus d’Arcueil et surtout des communes alentour.

Et aussi :

| 29 | Le deuxième numéro d’

PhL, TG

RER : Z comme zen Aux arbres, citoyens ! Soirée pour les femmes sud-africaines Premières toiles à Mégarama

Trois fois neuf

SD, CG

C’est vous qui le dites

| 24

CG

Textes des groupes politiques municipaux

PhL

Vues – In situ

|5

SD

Mobilisation contre les fermetures de classes

SENIORS


carnet de route

DR

« Nous nous mobiliserons jusqu’au bout contre les fermetures de classes prévues pour la rentrée prochaine » Daniel Breuiller, maire d’Arcueil, conseiller général

26 janvier |

Retour d’Hébron et de Bethléem où se tenaient les Assises de la coopération décentralisée franco-palestinienne. J’ai été fier d’entendre citer le nom d’Arcueil à la tribune, à propos de notre contribution au projet de valorisation de la vieille ville d’Hébron qui passe par son inscription au patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco. Sur le reste, les collectivités françaises sont en phase avec les autorités palestiniennes pour développer des actions, mais il faut bien dire que la colonisation des territoires occupés se pose comme un terrible facteur de blocage pour nombre d’initiatives de soutien aux populations de ces territoires.

27 janvier | Avec mon adjoint Max Staat et des responsables du bailleur Valophis, nous visitons le pavillon témoin des réhabilitations qui se mènent à la Cité-jardin. La mise en place d’un dispositif de suivi avec les entreprises doit garantir une bonne écoute des locataires durant les travaux en milieu occupé pour veiller à sauvegarder au maximum le confort et la tranquillité des résidents. Dans la soirée, une réunion m’empêche d’assister à la conférence et au spectacle qui se déroulent à l’espace Jean Vilar pour la fête du Têt. Mais j’en profite pour souhaiter ici à tous nos concitoyens d’origine asiatique une bonne année du Dragon !

28 janvier |

Portes ouvertes au club ados Guy Môquet. L’occasion de voir le résultat des ateliers montés par les animateurs où nos jeunes viennent cultiver leurs talents en musique, vidéo, danse, cuisine, etc.

31 janvier | Rencontre avec Mme Hudson, la proviseure du lycée Darius-Milhaud. Sous son impulsion, cet établissement a beaucoup progressé ces dernières années avec une forte hausse du taux de réussite au bac et la mise en place de nouvelles filières (dont une avec Sciences Po / Paris, et d’autres tournées vers les métiers socio-sanitaires qui vont encore se développer).

2 février | Le conseil des crèches départementales du territoire se tient à la crèche du Chaperon-Vert. C’est l’occasion d’un dialogue toujours intéressant entre les professionnels, les parents et les élus. Sujet principal du jour : la future réhabilitation de la crèche du Chaperon-Vert.

3 février | Le soir, à Jean Vilar, projection du film Mourir à Charonne, pourquoi ?, à l’initiative de l’union locale CFDT et en présence de plusieurs acteurs et témoins de la tragique manifestation du 8 février 1962 contre l’OAS et pour la paix en Algérie. Le souvenir de ce jour funeste étant très présent dans ma propre histoire familiale, je suis ému de rencontrer Yves Bernard, fils de l’une des neuf victimes. Tout comme le sinistre massacre de dizaines d’immigrés algériens le 17 octobre 1961, il est temps que ce crime commis sous l’autorité du préfet Papon soit pleinement reconnu par l’État Français.

4 février |

Malgré une température glaciale, moment chaleureux de la pose de la première pierre d’une résidence avec de très grandes terrasses promue par Nexity dans la ZAC du Coteau. En plus d’une centaine de logements en accession privée, quarante logements sociaux vont être construits sur ce site. Parmi les accédants, je rencontre de futurs nouveaux Arcueillais, mais aussi pas mal d’anciens qui ont choisi d’acquérir un appartement ici, ce qui est une marque de confiance dans leur ville que j’apprécie.

6 février | Au Conseil général, nous votons un plan de développement numérique pour les 104 collèges publics de notre département. Outre la couverture haut-débit et le renforcement de l’équipement informatique de tous les établissements, ce plan prévoit de mettre à disposition de chaque élève de sixième un ordinateur portable ou une tablette qu’il gardera tout au long de sa scolarité. C’est évidemment une très bonne idée (et pas seulement parce que je fais partie de ceux qui l’avait suggérée depuis déjà quelques années) qui permettra le développement de nouvelles méthodes pédagogiques. Elle suppose aussi que le rectorat se donne les moyens de former et d’accompagner les enseignants.

7 février |

Réunion du Comité technique paritaire de l’Éducation nationale qui entérine les projections d’ouverture et de fermeture de classes pour la rentrée prochaine. Pour Arcueil, il y a de bonnes et de mauvaises nouvelles. Les bonnes : confirmation de l’ouverture d’une classe à la maternelle Kergomard (ce qui fait regretter la fermeture imposée pour la dernière rentrée qui a eu pour conséquence des effectifs de 29 enfants par classe…), et annulation des fermetures initialement prévues à Jean Macé et Aimé Césaire. Les mauvaises : fermeture d’une classe maternelle et de la classe d’adaptation à Jules Ferry. Je conteste vigoureusement auprès de l’Inspecteur d’académie ces fermetures qui signifient en particulier un abandon du soutien aux élèves en difficulté. Notre équipe municipale décide d’en appeler à la mobilisation de tous contre ces fermetures de classe qui, hélas, sont dans la logique en vigueur depuis quelques années d’une restriction des moyens alloués à l’éducation, présentée comme un poste de dépenses à réduire alors qu’il s’agit d’un investissement.

9 février | Dans la matinée, nous signons avec le ministre de la ville, le préfet de région et les élus du territoire un protocole d’accord pour un développement équilibré entre habitat et activités de la Vallée scientifique de la Bièvre. C’est un bon document dont il faudra suivre les orientations et les transformer en actions…

10 février | Les six nouvelles salles de cinéma à la VacheNoire ouvrent enfin ! Bien sûr, je leur souhaite plein succès, tout en réaffirmant que la municipalité continuera de soutenir l’espace Jean Vilar qui est un lieu utile et accessible pour la diffusion d’un large éventail de films populaires et de qualité.

ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012 | 5


Vues

In situ

Année du dragon

27/01 Fantastique

SD

L’Espace Jean Vilar avait revêtu les couleurs du Viêtnam les 26 et 27 janvier, à l’occasion de la Fête du Têt, célébrant l’année du dragon. Les festivités, organisées durant deux soirées, avaient débuté le jeudi par la projection du film Ne brûle pas de Dang Nhat Minh, prix du Lotus d’or du cinéma vietnamien, suivie d’une conférence et d’un débat animés par l’économiste Philippe Delalande. Elles se sont achevées le vendredi soir par un magnifique spectacle intitulé « Parfum de nouvel an au Viêtnam ». Les troupes artistiques de Hô-Chi-Minh-Ville et de chants populaires de Quan-Ho de Bac Giang ont transporté les très nombreux spectateurs dans un univers poétique, lui faisant découvrir chants, instruments et danses traditionnelles dans un spectacle haut en couleur et aux douces saveurs de l’Extrême-Orient. ■ SD

28/01 Joyeuse Journée d’accueil au Club Guy Môquet

SD

CG

La journée portes ouvertes du Club Guy Môquet(1), piloté par Smayne Mohammedi, a eu lieu le samedi 28 janvier dans une ambiance familiale et festive. Venue des quatre coins de la ville, la cinquantaine de participants, toutes générations confondues, a pu apprécier quelques facettes des différents activités du club. Au programme de ce joyeux après-midi : jeux de société, vérines et brochettes de fruits concoctées par l’atelier cuisine de Valérie Lesourd, projection de courts métrages réalisés sous la houlette de Mario Sagradini, époustouflante démonstration de danse hip hop par Christophe Dru, mini concert par les musiciens et chanteurs de l’atelier dirigé par Tayeb Hadjadj et galette des rois pour finir. La très dynamique équipe d’animateurs propose également des ateliers de sport et des mini séjours pendant les vacances. ■ CG

CG

(1) Club Guy Môquet (pour les 11-17 ans), 16 rue du Colonel Fabien (en face du stade municipal Louis Frébault) ; tél. : 01 46 65 21 39 ; clubguymoquet94@yahoo.fr.

28/01 Divine

© Nadar CG

Frédéric Gay est-il amoureux d’une icône appelée Sarah Bernhardt (1844 – 1923) et immortalisée à la perfection de l’art argentique par Nadar et Napoléon Sarony ? À l’issue de sa passionnante conférence intitulée Quand même ! (comme la devise de la comédienne parisienne, qui méprisait les conventions) et donnée au centre Marius Sidobre samedi 28 janvier, M. Gay devait répondre à cette irrésistible question posée par une Arcueillaise indélicate – ou presque. Il a préféré s’en tenir à un long silence, clôturant ainsi non sans harmonie une partition de trois heures appréciée par une trentaine d’auditeurs qui ne se contenteront plus désormais d’une brève lecture sur wikipédia. « La Divine » (avant Greta Garbo) mérite les hommages vibrants tel celui-ci programmé par le Centre culturel communal Erik Satie et présenté « à l’ancienne » dans cette belle salle au style Troisième République, seulement éclairée par un chandelier à trois branches et par l’image projetée des diapositives. Le premier des « Monstres sacrés » mérite plus qu’un obscur petit square perdu dans le vingtième arrondissement parisien. ■ PhL PhL

6 | ANC / Arcueil notre cité Arcueil notre cité n° 225 n° 225 mars mars 2012 2012

Sarah Bernhardt contée par Frédéric Gay


03/02 Subtile Exposition des œuvres de Garance Cappatti

CG

Du 3 au 18 février, le Centre culturel communal Erik Satie a présenté l’exposition La nature de l’étrange / Nocturnes polaires de Garance Cappatti. Un subtil mélange de photos, gravures et peintures, soit quarante-deux œuvres étonnantes, empreintes d’une grande délicatesse, de poésie et de mystère. Docteur ès histoire de l’art, chargée d’action pédagogique à la galerie municipale Julio Gonzalez depuis plus de deux ans, l’artiste a mis en relief, jusqu’à la création d’effets en trois dimensions, « des choses simples auxquelles on ne prête pas attention », tels des fleurs de pissenlit ou des arbres effeuillés. Chaque réalisation constitue une invitation au voyage intérieur et le vibrant hommage d’une âme sensible à une nature magnifiée. ■ CG

04/02 Masqué

SD

Bal costumé d’Arcueil Animation Pour la deuxième année consécutive, l’association Arcueil Animation organisait un bal masqué, dans la tradition du carnaval de Venise qui se déroule tous les ans au mois de février. Samedi 4 février, Pierrot et autres personnages masqués ont investi le centre Marius Sidobre pour une soirée dansante pleine de mystères, où chacun essayait de découvrir qui se cachait derrière chaque masque. Les costumes faits mains par des bénévoles de l’association et les masques magnifiquement décorés n’avaient rien à envier à leurs cousins vénitiens. Après une première partie où le secret était de rigueur, les masques sont tombés pour partager ensemble un buffet sucré préparé par les participants, ainsi que des danses endiablées. ■ SD

Une quarantaine de nouveaux habitants d’Arcueil avaient répondu à l’invitation de la municipalité, samedi 11 février, pour une matinée de présentation de la ville. Parmi eux, beaucoup de jeunes couples, comme Cécile Breda et Thomas Pinçon (en bas à gauche), auparavant parisiens, qui ont acquis un appartement rue Émile Raspail en octobre dernier. « Arcueil répondait à nos critères, tant au niveau du prix que de la proximité de Paris, expliquent-ils. Nous sommes dans un quartier avec de nombreux commerces qui lui donnent un côté villageois. C’est assez atypique aux portes de Paris. » Élise Chamboissier et Alexis Ruetsch (en bas à droite), originaires de Cherbourg (Manche), partagent quant à eux une colocation rue de Strasbourg, le jeune homme préparant un master de génie civil au Centre des hautes études de la construction, rue Paul Bert. S’ils regrettent l’absence d’un seul vrai centre ville, ils apprécient néanmoins de parcourir la ville en… Vélib’. ■ SD

Photos SD

Accueil des nouveaux Arcueillais

11/02 Urbain (et villageois)

ANC ANC // Arcueil notre cité Arcueil notre cité n° 225 mars 2012 | 7


Actualités

Au conseil municipal

Le budget 2012 de la Ville Le budget arcueillais s’élève à 48,7 millions d’euros. Malgré un contexte peu favorable, il a été établi dans la continuité des précédents, avec cette année encore une « augmentation zéro » des taux de la fiscalité communale.

J

eudi 26 janvier, le conseil municipal a examiné et voté le budget 2012 de la Ville. Celui-ci est en baisse de 4 millions d’euros au chapitre des investissements. Cette diminution s’explique par l’achèvement de plusieurs projets coûteux, en particulier les nouvelles écoles Olympe de Gouges et Aimé Césaire. Les dépenses de fonctionnement enregistrent de leur côté une petite hausse (+ 1,58 %), inférieure à celle de l’inflation attendue.

« Bonne maîtrise de la dette » Dans sa présentation, Denis Weisser, adjoint au maire chargé des finances, s’est logiquement attardé sur le sujet sensible de l’endettement. Il a souligné sa « bonne

Principaux investissements en 2012

maîtrise », au vu de l’indicateur de solvabilité de la commune (voir tableau cicontre), de la baisse du poids des intérêts de la dette (qui représenteront 2,17 % du total des dépenses en 2012), de la hausse du montant de l’épargne nette dégagée pour financer les investissements (3,1 M€ en 2012 contre 2,3 M€ en 2011) et d’un volume de nouvel emprunt limité à 1,7 M € cette année.

Baisse des dotations de l’État Mais M. Weisser a également insisté sur le « contexte défavorable » créé par les mesures gouvernementales, en faisant référence « au gel des dotations de l’État aux collectivités locales pour la deuxième année consécutive, à la création d’un nou-

Contribution à l’opération de renouvellement urbain du Chaperon-Vert : 3,33 M€ (21 M€) Travaux d’accessibilité des équipements aux handicapés: 500 K€ (1,45 M€) Géothermie (rachat du terrain, conduite du projet et études) : 482 K€ (657 K€) Rénovation des équipements sportifs : 450 K€ (récurent) Construction de la nouvelle crèche à la Vache-Noire: 400 K€ (687 K€) Rénovation du chevet de l’église Saint-Denys et aménagement de ses abords : 316 K€ (1,28 M€) Travaux de maîtrise énergétique des bâtiments communaux : 250 K€ (NC) Maison de la Bièvre (salles familiales et associatives): 240 K€ (2,2 M€)

Ils ont dit… Dominique Jacquin (MoDem) : « Comme à l’accoutumée, nous nous abstiendrons de voter ce budget, en considérant que nous ne disposons pas de toutes les informations en tant qu’élu de l’opposition. Nous ne sommes pas d’accord avec toutes les subventions aux associations, qui semblent un peu reconduites automatiquement chaque année,

et en particulier avec celles allouées aux syndicats. Mais nous soutenons les investissements en faveur de l’ORU, de la géothermie, de l’accessibilité pour les handicapés. Nous soutenons également les efforts pour limiter la dette et augmenter l’épargne. Cela dit, il faut bien admettre que nous rentrons dans une période de vaches maigres qui nécessite donc de prendre des mesures au sujet de nos dépenses et nous sommes prêts à nous engager

8 | ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012

(1) En 2012, la commune devra cotiser à ce fonds à hauteur de 100 000 € sur son budget propre, à quoi s’ajouteront 600 000 € prélevés sur le budget de l’agglomération du Val-de-Bièvre.

Principales subventions aux associations et organismes  M€ : million d’euros ; K€ : millier d’euros

M€ : million d’euros ; K€ : millier d’euros

(Entre parenthèses : total du financement pluriannuel alloué au projet, hors subvention)

veau fonds de péréquation entre communes auquel devra abonder Arcueil (1) et au poids récurrent, estimé à 6 millions d’euros pour 2012, des transferts de charges imposés par l’État à la commune, tels la non-compensation de la TVA, le contingent incendie, l’augmentation des cotisations retraite, la surveillance des sorties d’école, la baisse des dotations à la lecture et au soutien scolaire. » « Malgré tout, s’est-il félicité, nous n’augmentons pas les taux d’imposition de la commune, et cela pour la neuvième année consécutive. » ■ Laurent de Villepin

Opaly (participation à la gestion et à la rénovation du parc de logements sociaux) : 1,64 M€ Centre communal d’action sociale (prestations à domicile, aides diverses…) : 500 K€ Optima (médiateurs de nuit) : 370 K€ Espace Jean Vilar (cinémas, formation à l’image, salles de spectacle) : 330 K€ Maison des solidarités (épicerie sociale, point écoute et rencontre des parents, réseau d’échange de savoirs…) : 220 K€ Cosma (clubs sportifs) : 167 K€ Arcueil animation (activités de loisirs) : 116 K€ Crèche parentale Arc-en-ciel : 70 K€ Mission locale Innovam (aide à la recherche d’emploi pour les jeunes): 65 K€ Comité d’action sociale du personnel communal : 65 K€ Syndicat Autolib’ (participation à l’implantation de trois stations) : 50 K€ Lycée Darius Milhaud (participation aux frais de fonctionnement) : 45 K€

sur un pacte en ce sens avec la majorité municipale, si celle-ci le souhaite. » Christian Métairie (Gauche citoyenne / Europe Écologie - Les Verts) : « Malgré la crise et les mesures gouvernementales, la bonne gestion passée nous laisse des marges de manœuvre. L’ouverture de la Maison de la Bièvre avec les nouvelles salles familiales, le lancement de la géothermie,

la rénovation et l’isolation des bâtiments et des logements sociaux sont des points forts qui indiquent bien la dimension sociale et environnementale de ce budget. » Emmanuel Blum (Parti socialiste) : « C’est un budget d’avenir qui préserve l’investissement sans augmenter la fiscalité sur les habitants, malgré les dotations en baisse de l’État. Dans la période actuelle de


d’Arcueil à la loupe CAPACITÉ DE DÉSENDETTEMENT OU INDICATEUR DE SOLVABILITÉ Le graphique ci-dessous montre l’amélioration de la capacité de désendettement. En effet, en 2002, il aurait fallu théoriquement 10 ans pour rembourser le stock de la dette avec l’épargne brute dégagée sur le budget courant de la Ville, contre 3 ans en 2011. À titre de comparaison, ce délai théorique est de 7 ans en moyenne pour les villes de la région parisienne comptant entre 20 et 50 000 habitants.

BUDGET 2012 (recettes/dépenses)

= 48,711 M€ Investissement

12 ans

10,700 M€

10 ans

10

9 7

8 ans

Fonctionnement

6 ans

38,011 M€

4 ans

En 2012, l’annuité de la dette (2,624 M€) augmente de 5,5 % par rapport à 2011. Au 1er janvier 2012, le portefeuille d’emprunts comprend 25 lignes (21 contrats à taux fixe et 4 à taux variable) pour un en-cours total de 21,665 M€, soit 1 098 € par habitants.

5

7

6 4

3

4

3

3

2010

2011

2 ans 0

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

Strate IDF 20-50 000 habitants

Répartition des dépenses de fonctionnement par grands secteurs d’activités 40 % - Éducation (entretien des écoles, restauration, activités périscolaires, aide aux devoirs), enfance (accueils de loisirs…), jeunesse (clubs ados, PIJ, animations, aides au permis de conduire…), séjours vacances.

10 % - Culture, sport, citoyenneté, convivialité : médiathèque, Espace Jean Vilar, galerie Gonzalez, aides aux associations, animation et budget propre des assemblées de quartier, coopération internationale…

28 % - Administration : état civil, accueil et orientation du public, archives, secrétariat des élus, entretien des bâtiments commmunaux et du cimetière, suivi des marchés publics et contrôle de légalité, communication, gestion du parc informatique et automobile…

8 % - Solidarité : petite enfance (crèches et réseau d’assistantes maternelles), centre municipal de santé et service communal d’hygiène et de santé, actions sur le handicap, actions sociales, aides aux personnes âgées et fragiles…

12 % - Développement durable urbain : pilotage

2 % - Sécurité et tranquillité : surveillance des

des projets d’aménagement, service logement, cadre de vie (enlèvement des encombrants et déchets sauvages, entretien des parcs et jardins, surveillance du stationnement, des sorties d’école)…

crise, l’investissement public est un moyen efficace de défendre l’emploi et de soutenir des filières économiques. » Jean-Michel Arberet (Front de gauche, communistes et citoyens) : « L’État fait peser des contraintes de plus en plus fortes sur les collectivités locales. On nous parle beaucoup de l’endettement, pourtant il y a un moyen simple de réduire les déficits publics, c’est d’augmenter les ressources fiscales

parcs et du cimetière, information et orientation des victimes, travail avec les partenaires (justice, police…), actions de prévention , médiateurs de nuit.

en taxant les plus riches, mais les gouvernements s’y refusent et préfèrent s’endetter. » Daniel Breuiller (maire) : « Sur le principe, je suis favorable à un système de solidarité entre les communes, et nous avons fait des propositions précises dans ce sens avec mes collègues de Paris-Métropole. Mais en pratique, le fonds de péréquation mis en place par le gouvernement ne tient pas compte du niveau de

40 %

Éducation, jeunesse

Administration

12 %

Développement durable urbain

2 %

Sécurité et tranquillité

revenu des populations. Résultat : la Ville de Saint-Maur-des-Fossés cotisera moins à ce fonds que Vitry-sur-Seine, et Arcueil payera plus que Sceaux. C’est évidemment injuste. Alors que l’État est devenu impécunieux, je suis fier que nous continuions avec ce budget nos efforts en faveur de la solidarité, grâce aux tarifications sociales de nos activités, pour n’exclure aucune famille, aucun retraité. Et puis, le maintien d’un niveau élevé d’investissement est une

28 %

8 %

Solidarité

10 %

Culture, sport, citoyenneté, convivialité

réponse à la crise, car il soutient le secteur du bâtiment et des travaux publics, où les emplois ne sont pas délocalisables. Certains présentent le service public uniquement comme une source de dépenses qu’il faudrait réduire à tout prix. Mais, en fait, comme le disent de nombreux économistes, le service public est le meilleur amortisseur de la crise que nous traversons. » ■ Recueillis pas LdV

ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012 | 9


Actualités

quartiers

© Photos PhL

La solidarité par le loto

L’idée de Ludovic Maussion n’est pas tombée dans les oubliettes des débats tardifs des assemblées de quartier. Le loto solidaire promis lors de la réunion du 17 novembre a bien eu lieu. Et le dimanche 29 janvier, dans l’école Aimé Césaire, ils étaient environ cinquante habitants du quartier Laplace

Laplace

à participer à ce rendez-vous à la fois ludique et altruiste. Le principe : chaque joueur recevait un carton de loto en échange d’un produit alimentaire destiné à l’épicerie solidaire d’Arcueil L’Éclaircie, ou deux cartons en échange de deux produits, etc. La récolte fut excellente, puisqu’elle a correspondu à deux jours de collecte dans un super-

marché et à une valeur totale supérieure à 1 200 euros. Les nombreux lots étaient eux offerts par l’assemblée de quartier grâce à son budget propre qui a aussi financé la prestation de Jean Pelaprat, l’illustre animateur des lotos de la banlieue parisienne. ■ PhL

Les locataires du bâtiment E de la résidence Émile Zola poursuivent leur bailleur en justice

10 | ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012

vert derrière… C’était n’importe quoi !, s’exaspère Mireille Garcia-Morante. Sans parler des problèmes récurrents de chauffage, d’infiltration d’eau ou d’ascenseur. »

Jugement d’appel ou issue amiable ? Ne parvenant pas à se faire entendre par la Sadif, vingt-sept locataires ont décidé de porter l’affaire devant la justice. En septembre dernier, le tribunal d’instance de Villejuif a condamné la Sadif à verser 300 000 euros aux locataires. Mais au mois de juillet, la Sadif a cédé le bâtiment à l’Immobilière 3F, qui a décidé de faire appel. « Nous nous conformerons aux décisions de la justice, mais la situation est délicate pour nous, car nous ne sommes pas à l’origine du contentieux », explique-t-on à la 3F. En attendant le jugement, dont la date n’a pas encore été fixée, la cour d’appel de Paris a exigé que la 3F consigne 400 000 euros à la Caisse des dépôts et

SD

Cela fait maintenant six ans que les locataires du bâtiment E de la résidence Emile Zola sont en conflit avec leur bailleur. À l’origine, ce bâtiment de soixante-douze logements était la propriété de Renault, pour y loger ses employés dans le cadre du 1 % patronal. Mais en 2003, il a été racheté par la Sadif, un bailleur social. « Et c’est là que les ennuis ont commencé, raconte André Lancteau, un des tout premiers occupants de l’immeuble. Nos provisions de charges augmentaient constamment et n’ont jamais été régularisées. Pire : on payait des charges pour les voisins. » La résidence Émile Zola est un ensemble composite de plusieurs bâtiments. Une partie est privée, une autre est en HLM, et le bâtiment E est un immeuble à loyer moyen (ILM). « On s’est rendu compte qu’on payait l’eau des commerces qui sont du domaine privé, ou les encombrants d’un autre bâtiment, ou l’espace

Laplace

« On s’est rendu compte qu’on payait l’eau des commerces, les encombrants d’un autre bâtiment, l’espace vert derrière… C’était vraiment n’importe quoi ! »

consignations. Pour le moment, les locataires n’ont toujours pas été contactés par l’Immobilière 3F pour essayer de trouver une solution au problème. Le bailleur a assuré qu’elle les rencontrerait en mars. ■ Sandra Deruère


en très court Brocante

« Laplace en fête », le traditionnel videgrenier organisé par l’Acalcva, se déroulera samedi 7 avril, avenue Laplace. Contacts pour les réservations d’emplacements : « Sylvie Style », tél. 01 45 46 20 66 ; « Au lapin doré », tél. 01 45 47 01 30. Tarif de base : 18 € les deux mètres linéaires.

Joliot-Curie

Questions de circulation (suite) e

ven u

e

D

Voiries réaménagées

Sens actuels de circulation modifiés

ue 5 eA

rc

Av. Jea

3

Rue du al G de Gau lle

Carrefour et traversées piétonnières sécurisés

air e L’associationD arcueillaise Via Lactea présente rès pour la fois à Jaupremière Av. Jean Arcueil un échantillon 7 de B collection la magnifique de médailles fabriquées et créées par la Maison Canale. Dominique Canale proposera une brève conférence sur le parcours passionnant de la Maison. L’exposition 5 se déroulera Av. L les 8, 9 et 10 mars au aplace centre Marius Sidobre, 26 rue Émile Raspail. Un interlude musical circulation décidés aura lieuSens le 8demars à après la concertation 19h à l’occasion du vernissage public. Renseignements au 01 45 47 55 34. nne d’A

A

ven

eV olt

Av. Lénine

ine Mari

rc

nne d’A

Av. Jea

Rue

Rue du al G de Gau lle

RD 920

(1) Lire et voir « Circulation : à l’ouest, du nouveau ! », ANC / Arcueil notre cité n° 224 février 2012, p. 12.

Ru

Première étape à la mi-mars avec l’inversion du sens unique rue Marin et la mise en double sens du tronçon de la rue Lagrange débouchant sur l’avenue Lénine.

Arcueil Animation fête ses vingt ans

ED

Sachant que plus les voitures roulent vite, plus le danger et la pollution augmentent, un riverain propose la pose d’un troisième dos d’âne dans l’avenue. Un autre habitant propose aussi de les élargir sur toute la longueur de la chaussée, afin d’empêcher les zigzags des automobilistes qui veulent y échapper et les chevauchées des motards qui n’ont pas de mal à les éviter. « Impossible », répond M. Gomot. En effet, ce type de coussin berlinois est précisément conçu pour être plus étroit que l’empattement des bus (pour ne pas secouer les passagers) et des camions (parce que le sursaut d’une benne provoque beaucoup de bruit). Enfin, un riverain suggère « d’aménager, puisque l’avenue Jeanne d’Arc est assez large, un double sens cyclable, qui a aussi pour effet de ralentir les voitures ». Une idée qui plaît visiblement à Mme Labrousse mais qu’il faudra étudier avec précision avant d’envisager sa prochaine concrétisation.  ■ Laurent de Villepin

6

n

ela

and

on M

Nels

RD 920

RD 920

Rue Anto

Rue Anto

Nels

Rue

RD 920

eudi 9 février, Sophie Labrousse, conseillère Rue Marguerite Lagrange municipale déléguée aux transports et aux Jaurès Av. Jean déplacements, et Pascal Gomot, référent tech4 7 nique, responsable du service Cadre de vie B 2 à la Mairie, ont de nouveau exposé, devant de Pdt Allen la quinzaine de personnes présentes, Av. du l’ensemble A des modifications de la circulation prévues dans le quartier Joliot-Curie. Rappelons les objectifs de ces . Lapla changements : sécuriser la traversée piétonnièreAvdes ce 1 carrefours, apaiser les voiries et dissuader le trafic 4 3 de transit. 2 Il n’en demeure pas moins que la suppression e 5 dt Allend du tourne-à-gauche au carrefour Laplace / Lénine Av. La Av. du P place entraînera mécaniquement une augmentation du trafic avenue Jeanne d’Arc. « Vous nous renvoyez Av. La la pollution », soupire une riveraine. Mais Mme place 1 Labrousse fait remarquer que l’avenue Jeanne Carrefour et traversées Voiries Sens actuels de Sens de circulation décidés d’Arc, grâce à sa configuration plus large et aérée, circulation modifiés après la concertation piétonnières sécurisés réaménagées retient beaucoup moins les gaz d’échappement que l’avenue Lénine, qui a quant à elle la forme Suivant le planning de l’aménagement des voiries, les sens de circulation seront changés progressivement. d’un couloir étroit enserré par un front bâti élevé.

Un double sens cyclable avenue Jeanne d’Arc ?

Exposition des médailles Canale

5 eA

air

Av. Lénine

ine Mari

on M and

J

eV olt

n

ela

Les changements programmés des sens de circulation dans le secteur des avenues Laplace, Lénine, Jaurès et Allende (1) ayant suscité Rue Marguerite Lagrange questions et inquiétudes parmi les riverains de l’avenue Jeanne d’Arc, 6 la municipalité les a conviés à une réunion le 9 février. Ru

Un coussin berlinois (visible ici au premier plan) est toujours réglementairement conçu pour être plus étroit que l’empattement des bus et des camions.

À l’occasion de son assemblée générale, l’association Arcueil Animation fêtera ses vingt ans le samedi 10 mars, sur le thème du French cancan, à l’école Olympe de Gouges. Apéritif offert à 18h. Dîner-spectacle à partir de 20 heures (tarif : 20 €).

ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012 | 11


Actualités

Sport express

en court

Futsal

Vision Nova, le retour ?

Une date

Mardi

27 MARS

Un événement, un voyage

Soirée jobs d’été

Rétrospective Feininger à Montréal Plus d’un demi-siècle après sa mort, Lyonel Feininger (1871 – 1956) est toujours une star mondiale. « C’est l’un des plus grands artistes du XXe siècle », confirme Barbara Haskell, conservatrice au Whitney Museum of American Art de New York qui collabore étroitement à l’importante rétrospective consacrée à Feininger et présentée actuellement au Musée des beaux-arts de Montréal. Allez-y, allez-y donc (vous nous raconterez) ! Vous avez jusqu’au 13 mai pour participer à l’événement. Dans le musée québécois, vous pourrez apprécier pas moins de trois cent cinquante œuvres (peintures, mais aussi illustrations, dessins, bandes dessinées, gravures, photographies et… compositions musicales) du maître américano-allemand du Bauhaus. Trois cents cinquante… En commençant par la première, Carnaval à Arcueil. ■ PhL

La chasse aux jobs d’été commence pour les 18-25 ans. Pour contribuer à la rendre plus efficace, le Point information jeunesse de la Ville d’Arcueil organise une « Soirée jobs d’été », mardi 27 mars, de 18h à 21h, dans le hall de la mairie. Les jeunes pourront ainsi rencontrer des employeurs potentiels (Informatique – Caisse des dépôts et des consignations, La Poste, Le Grand Cèdre, Le Furet du Nord...) et des responsables des services municipaux (enfance, parcs et jardins...). Ils disposeront également d’un pôle d’offres d’emplois saisonniers en France et en Europe. Une volontaire européenne les aidera afin de rédiger des CV en anglais et quatre ordinateurs reliés à une imprimante équiperont des ateliers d’aide aux CV, aux lettres de motivation et aux entretiens. ■ PhL

18h

Carnaval à Arcueil, 1911, huile sur toile. Une copie de cette splendide peinture « architecturomusicale » de Lyonel Feininger est visible dans la salle du conseil à la mairie d’Arcueil. Elle est également reproduite au dos de quelques panneaux d’affichage dans la ville.

Taekwondo

Laura Chiu (Cosma), troisième de l’Euro universitaire

Le 15 décembre, à Braga (Portugal), les championnats d’Europe universitaires ont offert au club de taekwondo du Cosma sa première médaille internationale. Laura Chiu, 24 ans, hérite du bronze chez les seniors en moins de 53 kg. Le 4 décembre, Clara Millero (cadette, moins de 44 kg), 14 ans, gagnait l’Open labellisé de Marseille, son deuxième de la saison après celui de Toulouse. Le 15 janvier, à Montpellier (Hérault), elle a ajouté à son palmarès le titre de championne de France. Romain Pesty, 13 ans, monte quant à lui sur la troisième marche des championnats de France cadets, en moins de 49 kg. Les seniors ont eu moins de réussite. Lors des championnats de France, à Calais (Pas-de-Calais), le 4 février, ils n’ont logiquement pas pu rivaliser avec les meilleurs athlètes français, dont ceux de l’équipe de France. ■ KG

DR

DR

Gabriel Stauffer

Deux autres rendez-vous :, jeudi 15 et vendredi 16 mars, à Paris 19e, Cité des sciences et de l’industrie, Espace Condorcet : Journées jobs d’été du CIDJ ; mercredi 11 avril, à Créteil, 12 rue Georges Enesco : Opération jobs d’été de la DDJS et du CADRIJ 94.

© L. Feininger

Le Point information jeunesse, (8 avenue Paul Doumer, tél. 01 46 15 0859 / 0869, pijarcueil2002@yahoo.fr) vous accueille du lundi au vendredi pour préparer vos CV et lettres de motivation et pour vous aider à organiser vos recherches.

Après treize matches, l’équipe première du club de futsal arcueillais Vision Nova est leader du championnat régional de Division d’Honneur (2e division nationale). Elle compte 49 points, soit huit de plus que son dauphin Épinay Futsal. Après douze victoires d’affilée, l’espoir d’une remontée en championnat de France, quitté l’année dernière après une saison difficile, est permis. La seconde formation arcueillaise évolue en Promotion d’Honneur (3e division nationale) et occupe actuellement la deuxième place. Capitalisant 38 points, elle n’accuse qu’un retard de trois points sur Chevilly Élan. ■ KG

116

PhL

Un chiffre

flashs par jour En 2011, le radar de l’A6a à Arcueil (sens province – Paris) a beaucoup moins crépité qu’en 2010.

Le champion de France est loin, trop loin devant. Le radar fixe de SaintJulien-en-Genevois (Haute-Savoie) situé sur l’A 41 affiche 462 flashs par jour, soit quatre fois plus que la boîte arcueillaise de l’A6a (dans le sens province - Paris), qui a totalisé 42 269 éclairs en 2011 – contre 55 360

en 2010. Le super-radar d’Arcueil se place tout de même au deuxième rang départemental, à plus de 4 500 flashs de la cabine de Vitry-sur-Seine située sur l’A 86 (dans le sens Thiais – Créteil). Fixé de l’autre côté de l’autoroute du soleil (dans le sens Paris - province), le deuxième radar arcueillais figure

12 | ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012

au septième rang du palmarès valde-marnais avec 17 542 infractions accumulées en 2011. Le nombre d’infractions relevées dans tout le département, où sont installés 18 radars, s’était élevé à 356 419 en 2010. Il est tombé à 334 606 en 2011. ■ PhL


Dossier

: le défi de l’ accessibilité Des travaux pour un coût supérieur à un million et demi d’euros vont permettre de tripler le taux d’accessibilité des équipements municipaux. APRès

Ville d’Arcueil / service Bâtiments

AVANT

Devant et dans l’école maternelle Louise Michel, les travaux réalisés par la régie municipale ont permis de gagner quarante points dans le taux d’accessibilité de l’établissement. Assez souvent, l’accessibilité n’engage pas de chantiers très importants (par exemple, ici, des rampes prenant appui au pied des marches pour les mal et non voyants).

U

ne enveloppe budgétaire pluriannuelle (pour la période 2011-2014) de 1 671 000 euros a été allouée par la Ville d’Arcueil (avec quelques subventions) à la mise en accessibilité des établissements communaux recevant du public (ERP) et des installations communales ouvertes au public (IOP). Elle est le résultat d’une décision municipale intervenant après les propositions des services techniques, elles-mêmes ajustées et classées par ordre de priorité après l’audit du bureau d’études Accèsmétrie.

■ Dossier

réalisé par Philippe Lorette

À l’issue de l’audit, le taux d’accessibilité était de 27 % (la médiocrité de ce chiffre découlant pour partie de la topographie accidentée d’Arcueil qui se retrouve aux abords immédiats des équipements, et donc en complique

l’accès). Quarante et un sites ont été étudiés. Quinze peuvent devenir accessibles assez rapidement par des travaux de faible ampleur. Par contre, les vingt-six restants nécessitent des travaux coûteux et il a été noté que certains d’entre eux resteront inaccessibles aux usagers en fauteuil roulant. Trois raisons expliquent cette impossibilité : la déclivité trop importante de certaines rues arcueillaises, les contraintes liées à la conservation du patrimoine architectural et la disproportion manifeste entre le coût élevé des travaux et les améliorations partielles apportées. L’indice d’accessibilité après les travaux – donc en 2015 – pourra atteindre 83 %. Actuellement, trois établissements, de construction récente, sont totalement accessibles : l’école maternelle et primaire

Olympe de Gouges, l’école primaire Aimé Césaire et le centre social la Maison des solidarités. En 2012, les travaux prioritaires (voir le tableau p.14) concernent : la crèche Marie-Claude VaillantCouturier, le relais des assistantes maternelles, l’école maternelle et centre de loisirs Louise Michel, le local loué place des Musiciens, le Club Guy Môquet, la crèche parentale, la médiathèque Louis Pergaud, l’école maternelle et centre de loisirs Pauline Kergomard, l’école maternelle Danielle Casanova, l’école primaire et centre de loisirs Jean Macé « aqueduc », les courts de tennis du stade Louis Frébault et enfin l’hôtel de ville. À Arcueil, hors du patrimoine communal, trois établissements recevant du public sont accessibles : le centre commercial La Vache Noire, l’hôtel Courtyard by Marriott et le cinéma Mégarama.

ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012 | 13


Dossier Témoignage

Le plan de mise en accessibilité de la voirie et des aménagements des espaces publics (PAVE d’Arcueil) est lui de la compétence de la Communauté d’agglomération du Valde-Bièvre. Une phase diagnostic a été menée début 2011 et un document provisoire a été remis à la Mairie d’Arcueil. La plupart des trottoirs ont été rabotés au niveau des passages piétons pour faciliter la traversée des personnes à mobilité réduite (PMR), et des bandes podotactiles ont été posées sur certains. Pour l’heure, deux carrefours (Renan/ Laplace et Barbusse/Doumer) sont dotés de feux sonores pour les malvoyants. À noter que des travaux sont programmés sur l’axe Vache-Noire/ Le Plateau (avenues Laplace, Paul Doumer et Paul Vaillant-Couturier) pour la mise aux normes de tous les carrefours et passages piétons. Côté transports (2), de nombreux arrêts de bus RATP et du réseau Valouette ont déjà été rendus accessibles ces dernières années, et tous le seront d’ici fin 2012. Les stations de RER Laplace et Arcueil-Cachan ont déjà fait l’objet de gros travaux d’accessibi-

lité pour les PMR (ascenseurs,…), et les aménagements en cours faciliteront leur accès. Comme le conclut la Commission communale pour l’accessibilité aux personnes handicapées (CCAPH) dans son rapport d’activité 2011, « il reste beaucoup à accomplir afin que l’égalité soit réelle et que chacun considère les personnes en situation de handicap comme des acteurs citoyens d’un projet de vie ». ■ PhL, LdV (avec la CCAPH)

« Dans un environnement adapté, je me débrouille seul »

(1) Les signataires de la charte sont la Ville d’Arcueil, le Conseil général du Val-de-Marne, la Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre, l’Office public de l’habitat Arcueil-Gentilly (Opaly), Valophis, DOMNIS, la RATP, l’Association des paralysés de France, l’Union nationale des amis et familles de malades psychiques, l’association Handicap et libertés, l’association Valentin Häuy et l’Association d’entraide Vivre. (2) Le Centre communal d’action sociale de la Ville d’Arcueil (tél. 01 46 15 08 64) apporte des aides complémentaires aux prestations de la Maison départementale des personnes handicapées : aides financières et techniques (financement complémentaire pour un fauteuil, travaux d’adaptation du logement par les particuliers, acquisition d’un scooter adapté…) ; transport et accompagnement à la demande ; aides financières pour les vacances des enfants et des adultes ; référent et conseillère spécialisée (Michèle Périer).

PhL

Les dix-huit autres auraient dû réaliser leur diagnostic au 1er janvier 2011. Ce recensement sera effectué par les services de la Ville en 2012.

Le quotidien de Daouda Traoré est « un défi ». Privé de l’usage de ses jambes, il « assume » son handicap « qui est là, bien là, mais qui n’est pas synonyme d’exclusion ».

Extrait de la synthèse du suivi de l’accessibilité : les sites prioritaires en 2012.

Accéder au centre de loisirs Signac, à l’école primaire Jules Ferry et à l’Espace Jean Vilar est une mission… impossible pour un handicapé moteur.

14 | ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012

PhL

Question d’actualité obligatoire : avez-vous vu le film Intouchables ? Daouda Traoré – Oui, je l’ai vu il y a quelques jours à Arcueil, au cinéma Mégarama qui vient d’ouvrir. D’ailleurs, les salles y sont très modernes, l’accessibilité est excellente. C’est un très bon film. Mais j’ai repéré quelques scènes qui manquent de vraisemblance compte tenu de la tétraplégie, c’est-à-dire la paralysie des quatre membres, le lourd handicap de Philippe, joué par François Cluzet. Impossible de le voir à l’Espace Jean Vilar ? DT – Il aurait fallu alors que l’on me transporte jusque dans la salle de cinéma et jusqu’à mon siège. Mais je refuse l’assistanat. Dans la vie, je me débrouille tout seul. Il faut seulement que les conditions soient réunies, que l’environnement soit adapté.


le défi de l’accessibilité

Justement, la commune d’Arcueil est peu adaptée. DT – La vallée de la Bièvre rend la ville escarpée et donc peu accessible. Mais la volonté d’aménagement de la Mairie semble réelle. La Charte handicaps signée à l’automne 2010 en est la preuve. Cela dit, il reste moins de trois ans pour remplir les engagements et en quatorze mois je dois dire que je n’ai pas vu grand-chose du côté des réalisations.

Et quelles sont vos conditions de travail ? DT – C’est difficile. Je travaille à temps partiel au rayon cycle du Décathlon de Thiais Village. C’est assez physique. Je me déplace sur 3 200 m². La mise en rayon n’est pas aisée et même impossible à partir d’une certaine hauteur. Le poste informatique pour la gestion des stocks est lui aussi trop haut. Je ne fais plus de montage à l’atelier. Je souffre de tendinites aux deux épaules qui sont forcément hyper sollicitées. Je fais tout, tout le temps, avec le haut du corps. Il reste l’accueil et le conseil des clients. DT – Oui, et c’est quelque chose que j’apprécie particulièrement. J’aime le contact avec la clientèle. Mais… Mais quoi ? DT – Mais parfois le client préfère le conseil d’un valide. Cela arrive rarement,

BIOEXPRESS

PhL

Vous habitez la cité paysagère à la VacheNoire. Dans quelles conditions ? DT – Elles sont bonnes. Mon logement est au rez-de-chaussée. La porte d’entrée est automatique et des travaux ont permis d’adapter la salle de bain, le balcon et la cuisine. Surtout la cuisine, parce que je suis un super cuistot ! Je suis le spécialiste du maffé et de l’attiéké [il montre un large sourire]. Le parking par contre est mal conçu. En sortant de ma voiture, je tombe sur des escaliers et je dois faire un grand détour pour rejoindre mon appartement.

PhL

PhL

Le poste informatique pour la gestion des stocks : INadapté.

L’ouverture des portes : INadaptée.

L’affichage des plannings des employés : adapté.

heureusement ! Ce genre de réaction fait mal, même si j’ai pour habitude de ne pas trop faire cas du regard des autres. Votre emploi va-t-il évoluer ? DT – En tout cas, l’entreprise fait des efforts dans l’adaptation. Et mes collègues font preuve de compréhension et de bon sens. Mais les contraintes physiques sont trop importantes. Les tendinites scapulohumérales m’empêchent depuis quelque temps de pratiquer mon sport, le handbike (1). Et sans cette pratique, le moral va moins bien. Il faut que je change de travail. Je songe sérieusement à suivre une formation d’agent administratif. Dans la tête il n’y a aucun problème, seules mes jambes sont impuissantes. Mais je ne

veux pas que les membres supérieurs le deviennent. D’autant plus que vous avez besoin de vos bras pour vous déplacer en fauteuil. DT – Je vais faire des demandes de matériels auprès de la Maison départementale des personnes handicapées. Mon fauteuil manuel commence à dater. Il pèse cinq kilos, alors que les nouveaux, en fibre de carbone, ne pèsent que deux kilos. Et pour me déplacer dans Arcueil, j’ai aussi besoin d’un fauteuil roulant électrique à quatre roues motrices (4X4) plus léger et plus performant que celui dont je dispose. Avec ça, je pourrai peut-être monter les escaliers de la rue Paul Signac pour aller au cinéma Jean Vilar [il rit]. ■ PhL

Désavantages multiples

Arcueillais depuis 2005, Daouda Traoré aura 38 ans le 16 mars. Les muscles de ses membres inférieurs sont atrophiés. Il a été victime de la poliomyélite à l’âge de 6 ans en Côte d’Ivoire, son pays qu’il a dû quitter en 2002 après l’assassinat de son père et d’un de ses frères lors des violents affrontements entre les partisans du Front populaire ivoirien de Laurent Gbagbo et ceux du Rassemblement des républicains de Côte d’Ivoire conduits par Alassane Ouattara, l’actuel président de la République que soutenait la famille Traoré.

Daouda Traoré est parti seul et a été accueilli en France par des amis ivoiriens. Sans papiers durant cinq années, il a tout d’abord habité au KremlinBicêtre puis rue Henri Barbusse à Arcueil, avant d’emménager dans un deux-pièces au rez-dechaussée de la cité paysagère de la Vache-Noire. Il dispose d’une carte de résident français depuis juillet dernier et compte demander bientôt sa naturalisation. M. Traoré travaille au rayon cycle du magasin Décathlon du centre commercial Thiais Village

depuis janvier 2009. Il pratique le handbike (1) au niveau national et international. Enfin, il fait partie de la commission communale d’accessibilité aux personnes handicapées, chargée notamment de vérifier la concrétisation des nombreux engagements contenus dans la Charte handicaps signée à Arcueil le 16 octobre 2010. ■ PhL (1) Cycle à trois roues muni d’un dossier et de deux manivelles situées à la hauteur des bras, qui sont actionnées par les mains soit par un mouvement alternatif, soit par un mouvement parallèle.

ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012 | 15


16 | ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012

Sonny Simmons, adepte du free-jazz, a revisité Charlie Parker.


Le Sonny Simmons Quintet : Sonny Simmons (saxophone alto), Rashaan Carter (contrebasse), Kiane Zawadi (euphonium), Michael Marcus (clarinette) et Taru Alexander (batterie).

Chauds vibratos pour Sons d’hiver Mardi 31 janvier, la scène de l’Espace Jean Vilar a vibré au rythme du jazz grâce au saxophoniste Sonny Simmons. Il se produisait dans le cadre du festival de musique val-demarnais « Sons d’hiver » (du 27 janvier au 18 février). En première partie, une création de Stéphan Oliva et Philippe Truffault, intitulée Film noir, ouvrait le dialogue entre notes de piano et extraits de film. La salle était comble pour accueillir ensuite le quintet de Sonny Simmons, maître

américain de 78 ans. Parfois accompagné d’un pianiste, le « band » reprenait des morceaux de Charlie Parker. À la fin du concert, vers minuit, Denis, fervent spectateur de 68 ans, éprouvait un brin de nostalgie : « Je fais partie de ceux qui ont aimé ce jazz des années soixante. Ce soir, j’ai retrouvé l’ambiance postparkérienne. Et même si, selon moi, tous les musiciens n’étaient pas irréprochables, ce concert avait une âme. » ■ KG

Dans le hall d’entrée de l’Espace Jean Vilar se tenait un stand vendant CDs et livres sur l’histoire du jazz, des mouvements noirs dans les arts, de la société américaine...

Photographies Kevin Gouttegata

ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012 | 17


Découvertes

Commerces

Carrefour Express

De sept à neuf travailler dans la continuité de ce qu’ils avaient créé, en proposant les mêmes services. Ils viennent d’ailleurs tous les jours. » M. Zennoun a eu un véritable coup de cœur pour le quartier. Franchisé indépendant, il a choisi l’enseigne Carrefour pour la qualité et la diversité des produits proposés. ■ SD > Carrefour Express. 22 rue Émile Raspail. Ouverture du lundi au samedi de 7h à 21h et le dimanche de 8h à 20h.

SD

Avoir la possibilité de faire ses courses près de chez soi est un privilège que les habitants du centre historique d’Arcueil avaient bien cru perdre lorsque les gérants du Huit à Huit ont pris leur retraite. Les riverains ont été très vite rassurés en constatant qu’un «Carrefour Express» ouvrait à la place. « Monsieur et madame Pujol sont des gens très sympathiques et très appréciés, confie le nouveau commerçant de la rue Émile Raspail, Rachid Zennoun. Je m’efforce de

Une idée derrière la tête

Cadeaux et déco

Peau neuve

Le bar-tabac-brasserie «À la Royale» fait peau neuve. Fin février 2011, une rosace se décrochait de la façade pour s’écraser aux pieds d’un client. La Ville d’Arcueil, propriétaire du bâtiment, décidait aussitôt de programmer son ravalement. Les travaux qui viennent à peine de s’achever auront duré six mois. Patrick Siravo, qui gère l’établissement depuis neuf ans en compagnie de sa femme Marie-Christine – à la cuisine – et de leur fils Jimmy – au service –, a profité de cet élan novateur pour revoir entièrement la carte qui propose de la cuisine traditionnelle. Il y a désormais plus de choix : sept nouvelles salades à 7,50 €, des formules « plat + dessert » à 11 € ou « entrée + plat » à 12 €, un menu à 15 €, des plats à la carte de 6 à 12 €, des plats à emporter et surtout une grande nouveauté, une carte de fidélité nominative qui donne droit à une formule gratuite au bout de dix achetées. L’intérieur de cet établissement connu sous le nom de « café de Doisneau » à cause d’une photo célèbre du maître de Gentilly – que l’on peut admirer sur la nouvelle carte – sera quant à lui entièrement refait en août prochain. On espère aussi le retour de la terrasse extérieure, comme sur le cliché de Robert Doisneau. ■ CG

SD

PhL

Décorer son logement, c’est lui donner une identité. Mais tous les goûts et les couleurs étant dans la nature, il n’est pas toujours facile de faire les bons choix. Pas de panique, Véronique Artigala saura certainement vous conseiller. Décoratrice et architecte d’intérieur, elle a ouvert début décembre un magasin d’objets décoratifs, « Une idée derrière la tête », situé rue Marius Sidobre.

À la Royale

Bougies, luminaires, horloges italiennes, voilages, trompel’œil, mais aussi bijoux, sacs… Il y a vraiment tout ce qu’il faut pour trouver une bonne idée déco ou cadeau ! Si vous hésitez entre plusieurs styles, sachez que Véronique Artigala peut se déplacer à domicile pour vous aider à trouver le vôtre, voire repenser tout votre intérieur. Actuellement, elle travaille pour la décoration du café « à la Royale » à Arcueil, ainsi que pour celle des Salons de la Maison des Arts et Métiers, avenue d’Iéna à Paris. ■ SD > Une idée derrière la tête. 123 rue Marius Sidobre. Tél. : 09 53 14 92 58. Ouvert le mardi, le jeudi, le vendredi, le samedi de 11h à 19h15 et le mercredi de 9h à 12h et de 15h à 19h15. Fermé le dimanche et le lundi.

18 | ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012

> À la Royale. 122 rue Marius Sidobre (à l’angle de l’avenue Paul Doumer). Tél. 01 45 47 49 55. Service restauration de 11h45 à 14h.


Entreprise

Découvertes

Neolane

multiplie les succès L’éditeur de logiciels dédiés au marketing et à la communication client a implanté, il y a près d’un an, son siège social à Arcueil, près de la RD 920. Cette nouvelle vie est une réussite. Rue Barboux, Neolane dispose de locaux spacieux pour ses deux cent quarante salariés.

Investissements internationaux en 2012 Fondée dans un garage il y a dix ans, cette PME s’est tout d’abord installée à Cachan. Après des agrandissements successifs dans les mêmes bureaux, il fallait des locaux plus grands pour absorber une forte croissance et accueillir de nouveaux salariés. Sans ralentissement, elle continue d’embaucher, notamment des développeurs et du personnel spécialisé en marketing. « On se porte bien car le marché est… porteur », note sommairement M. Laxalt, alors que la société arcueillaise a dominé le marché des technologies marketing en 2011. Neolane ne dépend pas des matières premières et le

marketing est un secteur en pleine croissance où les budgets ne cessent d’augmenter. La start-up a réussi son implantation outre-Atlantique. Leader en Europe, elle se situe sur le podium aux États-Unis. « Mais ce qui est important, c’est être parmi les meilleurs et réussir à s’y maintenir », insiste le cadre de Neolane. En ce début d’année est lancé le troisième tour de financement de la société depuis sa création. De nombreuses entreprises, en majorité américaines, ont choisi d’investir dans l’éditeur. Neolane a pu ainsi engranger 21 millions d’euros afin d’accroitre son expansion. « Cette manne va nous permettre d’innover et d’investir dans de nouveaux pays », se réjouissent les dirigeants. Elle garantit également une saine gestion financière, les pays en forte croissance compensant ceux qui connaissent actuellement quelques difficultés.  ■ Kevin Gouttegata

DR

N

eolane, développeur français de logiciels, a installé l’année dernière son siège à Arcueil. Il occupe la place laissée vacante par le créateur de lingerie Barbara (lire ci-dessous), 18 rue Roger-Simon Barboux. Sa plateforme logiciel (un programme informatique avec ou sans options) est largement utilisée dans le milieu du marketing dit « direct » ou « conversationnel ». Les marques l’utilisent comme une base de données clients. Elle permet de communiquer avec le consommateur, via plusieurs canaux (e-mail, téléphone, sms, courrier...) et donc de lui proposer les produits susceptibles de l’intéresser. Le programme est mis à jour en permanence. « Cela change tout le temps. On a, par exemple, dû s’adapter aux réseaux sociaux. Il ne fallait surtout pas louper le virage », souligne François Laxalt, responsable marchés et innovations.

KG

DR

Les fondateurs de Neolane : Benoît Gourdon, Stéphane Dietrich, Stéphane Dehoche, Thomas Boudalier (de g. à dr.).

Neolane en chiffres > La société Neolane a été fondée en 2001 par 4 ingénieurs. > Elle emménage à Arcueil début 2011. > Elle compte 240 salariés à Arcueil (380 dans le monde). > Neolane a totalisé 32 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2011, soit une augmentation de 47 % par rapport à l’exercice précédent. > Début 2012, le troisième tour de financement a permis de collecter 21 millions d’euros. > 340 entreprises dans 25 pays utilisent les logiciels édités par Neolane.

Qu’est devenue Barbara ? Ex-fleuron de la lingerie française, dont le siège cossu se situait jusqu’en juin 2010 au 18 rue Roger-Simon Barboux, Barbara, créée en 1926 par la famille Béna, connaît des temps difficiles. Les ventes ont chuté ces dernières années, mettant la société dans une posture délicate. Elle a connu deux redressements judicaires et plusieurs rachats, par Natexis en 2006, puis Huit Diffusion en 2009. En juin 2010, son partenaire coréen Namyeung Vivien Corporation l’acquiert pour s’ouvrir au marché européen, la marque devenant Groupe Barbara SAS. Barbara quitte ses anciens locaux (ceux désormais occupés par Neolane) pour venir s’installer au 44 de la rue Cauchy, avec l’aide de la Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre (CAVB). Elle loue à la CAVB 500 m² de bureaux et 100 m² d’activité. La griffe de lingerie haut de gamme emploie aujourd’hui une trentaine de salariés. Elle en comptait environ cent vingt il y a deux ans. ■ PhL (avec KG)

ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012 | 19


Découvertes

devise olympique

© P. Mendy

« Posons-nous des questions ! » Jean-Michel Arberet, conseiller municipal délégué au sport, livre son décryptage de la devise olympique « Citius, Altius, Fortius » (« Plus haut, Plus vite, Plus fort »), inventée par le père dominicain Henri Didon à Arcueil en 1891 (1). Il avance également les idées qui guident son action et qu’il veut mettre en débat. Quel regard portez-vous sur l’histoire de la devise olympique du père Didon et quelle analyse en faites-vous ? Jean-Michel Arberet – En 1891, quatorze ans avant la séparation de l’Église et de l’État, l’école Albert-le-Grand est un collège religieux réputé et Didon s’adresse à une élite. Il fait partie de ceux qui introduisent les jeux athlétiques en France, dans un contexte qui est celui de la revitalisation morale et physique de la France défaite par l’Allemagne vingt ans auparavant. Sa formule, « Plus vite, plus haut, plus fort », vise à la fois le perfectionnement du corps, l’éducation de l’esprit et l’élévation de l’âme vers Dieu. Cette devise incite bel et bien à une forme d’émulation par la compétition, être meilleur que

les autres, mais sans pour autant impliquer l’idée de record pourtant très présente aujourd’hui. En définitive, on peut remarquer que le Comité international olympique (CIO) met vraiment fort peu en avant aujourd’hui cette devise, préférant promouvoir les valeurs du « sport pour tous », du « développement » et de « l’éducation par le sport », du « sport pour la paix », etc. Et vous, quelles valeurs voulez-vous mettre en avant… et en pratique à Arcueil ? JMA – Qu’est-ce qui est important ? La pratique du sport par toutes et tous et à tous les niveaux ou bien le spectacle sportif ? J’ai des convictions qui se retrouvent

dans la politique municipale en matière de sport, mais je ne crois pas à la vérité unique et révélée. J’estime que l’important, dans le sport comme ailleurs, c’est de ne pas s’en remettre à ce qui est donné et répété comme des évidences incontournables, mais bien de considérer au contraire que « tout ne va pas de soi ». Alors, ce que je dis aux acteurs du mouvement sportif, c’est qu’il faut se poser des questions, s’interroger sur ce que l’on fait et le sens de nos actions. C’est ma devise ! ■ Propos recueillis par Laurent de Villepin (1) Lire « Arcueil, berceau de la devise olympique », ANC / Arcueil notre cité n° 224 février 2012 p. 23.

Droit de réponse d’Opaly Les propos tenus par le groupe Arcueil autrement et pour tous dans ANC/Arcueil notre cité du mois de février 2012 [mettant en cause l’Office public de l’habitat Arcueil - Gentilly – NDLR] nous amènent à exercer notre droit de réponse. Il nous semble difficilement admissible de voir la vocation sociale d’Opaly remise en cause de cette manière outrageuse qui dénature la réalité de nos actions, les décisions prises par le conseil d’administration et le travail effectué au quotidien par les collaborateurs d’Opaly.

du ministère du Logement et de l’Économie : « L’office assure correctement sa mission de bailleur social et est attentif à répondre aux demandes de logements des plus défavorisés. Il pratique une politique de loyers modérés, une bonne maîtrise des charges et une concertation locative active. »

C’est, entre autres, cet aspect social qui a été souligné par la Mission Interministérielle d’inspection du logement social dans le rapport rendu à l’issue de sa mission de contrôle menée sous la double égide

Par ailleurs, les attributions de logements se font dans le respect des lois qui encadrent le fonctionnement des commissions d’attribution des logements et des plafonds de ressources réactualisés chaque

20 | ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012

année. Il faut savoir que dans un contexte de crise et d’application du droit opposable au logement, les attributaires de logements appartenant à Opaly disposent le plus souvent de revenus modestes, voire très modestes et, en tout état de cause, conformément à la loi, aucun ne dépasse les plafonds de ressources encadrant l’accès au logement social. En dernier lieu, Opaly est fortement engagé dans une démarche de développement et diversité de son patrimoine à travers notamment des opé-

rations de renouvellement urbain. Avec une production de 500 logements sur les quatre prochaines années, Opaly fera croître l’offre de logements sociaux sur le territoire d’Arcueil afin de tenter d’apporter des réponses aux attentes des 1500 demandeurs de logements. La cause des difficultés à se loger en île-de-France est à chercher ailleurs !

Alain Cattoni,

directeur général d’Opaly


Théâtre

Découvertes

Fo en rire

CG

Vendredi 23 mars, à l’Espace Jean Vilar, le Théâtre de l’Epopée, en association avec l’Atelier Théâtre des Quat’ Sous, crée Mort accidentelle d’un anarchiste, de Dario Fo. Une farce politique désopilante et un formidable numéro d’acteur.

D

Mahmoud Shahali : « Je cherchais une pièce contemporaine qui parle de la crise et des inégalités sociales. On dirait que Mort accidentelle d’un anarchiste a été écrite aujourd’hui ! »

Vingt d’ans d’Épopée Le Théâtre de L’Épopée a été créé en 1991 par Mahmoud Shahali, metteur en scène et comédien au Théâtre du Soleil, et Claire-Lise Charbonnier, co-fondatrice du Théâtre 71 de Malakoff. Regroupant des comédiens de cultures et d’horizons artistiques divers, il œuvre pour un théâtre universel et de proximité, accessible au plus grand nombre. Installée au Bahut (18 avenue

Salvador Allende) depuis 1994, l’association, soutenue par le conseil général du Val-de-Marne et la Ville d’Arcueil, propose des ateliers et des stages de techniques théâtrales (voix, improvisation, masque...) destinés aux professionnels et aux amateurs. Quand Mahmoud Shahali était itinérant, personne ne lui a donné de salle. C’est pourquoi… il prête la sienne à de jeunes compagnies et à

une association d’handicapés. Le Théâtre de l’Épopée a créé, entre autres pièces, Othello de William Shakespeare, La passion d’Alexis de Jean Gillibert et L’Extraordinaire métamorphose du petit commissionnaire Galy Gay de Berthold Brecht. À venir la saison prochaine, Shâhnâmeh, l’adaptation très attendue de l’épopée iranienne qui a valu le prix Beaumarchais 1994 à Mahmoud Shahali. ■ CG

Théâtre de l’Epopée, 18 avenue du Président Salvador Allende, tél. 01 45 85 02 20, theatre.epopee@wanadoo.fr.

CG

DR

ans un commissariat de police, un anarchiste meurt défenestré au cours d’un interrogatoire. Suicide ou bavure ? L’affaire est étouffée, mais un fou s’empare du dossier et finit par faire éclater la vérité. Lauréate de trois Molière en 2000 (1), la pièce de Dario Fo, écrite il y a quarante ans, est basée sur deux faits divers survenus à New York en 1921 et à Milan en 1969. « Toute analogie avec des événements et des personnages qui Omar Yami, Thierry Truyens (au fond), Odette Hallot et Michèle Moy. ont défrayé la chronique de notre pectif homme de théâtre. Je cherchais une pièce temps serait à imputer à la subtile magie dont contemporaine qui parle de la crise, des inégale théâtre est coutumier et par l’effet de laquelle, lités sociales, des scandales, des réformes. On si souvent, même des histoires un peu folles, dirait que ça a été écrit aujourd’hui ! » Si l’œuvre complètement inventées, se sont trouvées impude Dario Fo est très engagée au point de resnément copiées par la réalité ! » C’est par ce sembler à un véritable manifeste, le patron de prologue que s’ouvre Mort accidentelle d’un l’Épopée n’oublie pas la forme : « Quand on est anarchiste, l’éloquente et amusante pièce du sur scène, on fait du spectacle. » dramaturge, acteur et metteur en scène italien, Prenant à bras-le-corps cette comédie louprix Nobel de littérature en 1997. foque, M. Shahali choisit d’en faire une sorte Véritable manifeste de BD vivante, avec des décors et des acceset blague chaplinesque soires dessinés, où fausses moustaches et jeu outrancier évoquent l’univers burlesque du « Cela fait deux ans qu’on travaille dessus », cinéma muet. Une belle blague abracadabrante appuie le metteur en scène arcueillais Mahmoud et chaplinesque ponctuée par un gigantesque Shahali, directeur du Théâtre de l’Epopée, qui éclat de rire. ■ Colline Gori s’est allié comédiens professionnels, Odette Hallot, Michèle Moy et Thierry Truyens, et (1) Molière de l’auteur francophone vivant : Dario Fo ; amateurs éclairés de l’Atelier Théâtre des Quat’ Molière de l’adaptateur : Valeria Tasca ; Molière du spectacle / Sous, Sylvie Doiselet et Omar Yami. pièce comique : Mort accidentelle d’un anarchiste, mise en « Notre travail artistique est le reflet des scène par Jacques Échantillon au Théâtre La Bruyère. choses qui nous questionnent, observe l’intros-

Thierry Truyens et Sylvie Doiselet.

Mort accidentelle d’un anarchiste, avec Sylvie Doiselet, Odette Hallot, Michèle Moy, Thierry Truyens et Omar Yami ; conception et mise en scène de Mahmoud Shahali. Espace Jean Vilar, 1 rue Paul Signac Vendredi 23 mars à 20h30 – durée 1h50. Renseignements et réservations : 01 46 15 0975 / 0977 Avant-première au « Midi des mots », vendredi 16 mars Chaque « Midi des mots » est un moment privilégié de rencontre et de partage avec les artistes et s’achève par un buffet convivial. Vendredi 16 mars, de 12h à 13h, à la galerie Julio Gonzalez (21 avenue Paul Doumer), Mahmoud Shahali et ses comédiens invitent les participants à découvrir des extraits de Mort accidentelle d’un anarchiste, en avant-première. Le metteur en scène donnera quelques explications sur la pièce et sur son étonnante façon de travailler. ■ CG

ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012 | 21


Jeux Mots croisés

DR / collection Patrick Latour

Horizontalement : 1. Faiseuse d’histoires 2. Petit méditerranéen – Se contre 3. Jeunes filles en fleur 4. Quel gouffre ! – Venue par derrière 5. Impartiaux – Langue chaude 6. Drôle de cochonne – Hebdomadaire féminin 7. Chiffre d’affaire – Havre marocain – Petit article de Séville 8. Fleur d’oreille 9. Greffe – Marquée par le temps 10. Interrompues. Verticalement : A. SDF B. Bénédictin C. Pas sérieux – Bat n’importe comment D. Explorateur E. Béquille à l’envers – Tête de turcs F. Pronom – Vieille mesure G. Elle a fait voir rouge – Charme H. Personnel – En Sardaigne I. Court cours – Il fait de l’air – Fin de journée J. À faire impérativement pour briller. ■ CG A

B

C

D

E

F

G

H

I

1 2 3

Arcueil d’hier et d’aujourd’hui L’AVENUE LéNINE commence 52 avenue Laplace et se prolonge à Gentilly jusqu’à la RD 50. Dénommée « chemin des Prêtres » jusqu’en 1878, « avenue de Paris » jusqu’en 1908, « avenue du Docteur Durand » (partiellement) jusqu’en 1961 puis « avenue Staline » (sic), cette voie porte aujourd’hui le nom du dirigeant de la Révolution russe de 1917, Vladimir Ilitch Oulianov dit Lénine (1870-1924). La résidence étudiante Irène et Frédéric Joliot-Curie et le nouveau groupe scolaire Olympe de Gouges sont respectivement situés aux numéros 52 et 54 de cette avenue très fréquentée. Question : Que représente la photo ? Réponse : Source : Arcueil, rues d’hier et d’aujourd’hui, par Robert Touchet (éd. Centre culturel communal Erik Satie) ; www.arcueilhistoire.fr.

5 6 7 8

CG

9

22 | ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012

que

 ? SOLUTION DU CONCOURS DU N°224

La photo a été prise place du marché de l’hôtel de ville. Elle représente une des fresques sur le thème des héros, réalisées par l’artiste islandais Erró pour l’édition 2011 de la fête de la ville. Celle-ci fait référence à Dali, tandis que les deux autres faisaient référence à Picasso et Magritte. Bravo aux lauréats, Gladys Montout, Danielle Viaud, Patricia Wolff, Mubeena Kamaloudine, Nicole Breton, Dominique Leleu, Marion Vincent, Sylviane Gateau, Humez Jacqueline, Jammes Boudet, M. Manus, Hervé Houchoua, Patrick Machard, Maxime Paller et Théo Le Nedellec. Ces lecteurs, à la fois perspicaces et diligents, gagnent deux places de cinéma valables à l’Espace Jean Vilar. CG

c o nc o u r s photo Q u ’e s t- ce Q u ’e s t- ce q u e c ’e s t

CG

Retourner votre réponse en mentionnant vos nom et adresse, y compris pour les internautes, avant le 9 mars à ANC/Arcueil notre cité, hôtel de ville, concours photo, 10 avenue Paul Doumer, 94110 Arcueil, ou à communication@mairiearcueil.fr ou encore à l’accueil de la mairie. Les quinze premières bonnes réponses seront retenues. Les gagnants recevront chacun deux places de cinéma valables à l’Espace Jean Vilar.

10

Solutions des mots croisés du numéro précédent Horizontalement : 1. Prophéties 2. Aériens – Li 3. Rats – Œufs 4. Alitent – Et 5. Niée – Csa (cas) 6. Os – Égéenne 7. Rab – Ré – Nul 8. Mi – Pô - Poil 9. Assignat 10. Insérées. Verticalement : A. Paranormal B. Réalisais C. Ortie – Si D. Pister – Pin E. Hé – Grogs F. Énoncée – Né G. Tsétsé – Par H. Annote I. Elfe – Nui J. Sistrelles.

Les anciens ateliers des Galeries Lafayette.

Que représente cette photo ? Où a-t-elle été prise ?

4

J


Vos élus disparition

Zoumana Koné

État civil

GGN

Ils sont arrivés

La cité des Irlandais et ses habitants, le collectif des gardiens d’immeubles, le personnel de l’Opaly, Act’ solidarité internationale pour les droits de l’homme et ses adhérents ont perdu leur gardien d’immeuble, leur collègue, leur ami Zoumana Koné, 46 ans, décédé brutalement à la suite d’un infarctus dans la nuit du 24 au 25 décembre 2011, dans son appartement. Homme d’une grande serviabilité, toujours souriant, il répondait à chaque fois, même durant les dimanches et ses jours de repos, aux besoins des habitants. ANC/Arcueil notre cité invite ses lecteurs à relire le portrait de Zoumana Koné qui faisait partie du dossier, « Quinze gardiens, quinze vrais liens », du numéro 213 daté décembre 2009 – janvier 2010.

Permanence d’esther Benbassa, sénatrice du val-de-marne Le jeudi, de 14h à 17h30 à l’hôtel de ville d’Arcueil. Prendre rendez-vous au 06 24 40 42 24 ou à l’adresse : s.prat@ assistants.senateurs.fr

Izael Léma • Céline Tran • Ayla Pujol • Adèle Dreano • Aya Khorsi • Inès Khorsi • Ebu Ahmeti • Jena Serria • Milan Doubtsof • Mathias Molina Arboleda • Emin Akriche • Manel Benzeghda • Malo Labrousse • Malik Gounani • Maryline Sersour • Redwan Ahmed • David-Ryan Ashraf • Ilian Goter • Corto Thouroude • Niouma Cissé • Mayssa Ben Hafsia • Julia Bonnefin • Kaylisson Matondo Lubi • Axel Binard Ryu • Adam Modeste

Ils se sont dit oui

Nathanaël Besse et Clémentine Plattner • Hervé Schertzer et Happy Noubissie • Mustapha El Hardoum et Virginie Marchand • Luciano Massarut et Françoise Jamard

Pour rencontrer vos élus,  prenez rendez-vous en appelant au numéro indiqué pour chacun.

Ils sont partis

Maire

Joseph Deblond, 82 ans • René Bourgeois, 92 ans • Paulette Kuffer épouse Boury, 89 ans • Michel Gaudefroy, 65 ans • Alain Lavoisey, 67 ans • Suzy Tolassy, 55 ans • Jean-Claude MermetGrandfille, 74 ans • Nael Goter, • Raymonde Bayet, 82 ans • Simone Gravier veuve Dauzou, 91 ans • Jean-Pierre Faure, 80 ans • Christiane Barbier veuve Goupil, 79 ans • Hocine Boukhanef, 50 ans • Gérard Renault, 62 ans

Conseiller général Daniel Breuiller 01 46 15 09 00

Adjoints Christian Métairie Premier adjoint 01 46 15 09 24 Développement durable – Démocratie – Affaires générales Vice-président de la Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre, délégué à la protection et mise en valeur de l’environnement Denis Weisser 01 46 15 08 96 Développement urbain – Finances Conseiller régional d’île-de-France

Infos pratiques Pharmacies de garde 4 mars – Huynh Hoa 4 avenue Div. Leclerc Cachan – 01 45 46 16 16 11 mars – Talbot 4 rue Galliéni Cachan – 01 46 64 09 36 18 mars – Pong 46 avenue Laplace Arcueil – 01 42 56 17 68 25 mars – Minier 30 avenue Carnot Cachan – 01 46 64 05 90 1er avril – Huynh 18 rue Pasteur Arcueil – 01 45 47 05 99 8 avril- Kéou 11 avenue Aristide Briand Cachan – 01 46 65 17 79 9 avril – Chaperon vert 1ère avenue Arcueil – 01 47 35 11 45

MAIRIE

Max Staat 01 46 15 09 21 Personnel – Services publics locaux

01 46 15 08 80 mairie@mairie-arcueil.fr 10 av. Paul Doumer. Ouverte le lundi et le mercredi de 9h à 12h, de 13h30 à 17h30, le mardi de 9h à 17h, le jeudi de 13h30 à 19h et le vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30. Fermeture le jeudi matin.

Anne-Marie Gilger-Trigon 01 46 15 09 23 Action sociale – Prévention / sécurité Vice-présidente de la Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre, déléguée à l’habitat

OFfice public de l’habitat arcueil-gentilly (opaly) 01 46 15 32 00

Sylvie Sapoval 01 46 15 09 23 Solidarité (petite enfance, intégration, handicap)

51 rue de Stalingrad

URGENCES

En cas d’urgence médicale grave : SAMU : 15

01 45 62 02 41

Carine Delahaie 01 46 15 09 24 Santé – Travail de mémoire Lutte contre la discrimination – Anciens combattants

SVP Cadre de Vie

Centre communal D’ACTION SOCIALE

Collecte sélective des déchets

Dominique Raynaud (vice-président) : 01 46 15 09 23

Marie-Pierre Reynaud 01 46 15 09 24 Logement – Communication

centre de santé Centre Municipal de Santé Maï Politzer 3 rue du 8 mai 1945 01 46 15 08 09

CADRE DE VIE 01 82 01 20 10

Pompiers : 18

Numéro vert pour les urgences :

0 825 00 15 25 SOS Médecins :

01 47 07 77 77 Pharmacies ouvertes 24h/24h :

Patrick Mirville 01 46 15 08 96 Culture – Vie associative Commerce

01 41 24 22 80

Enlèvement des encombrants 01 82 01 20 15

Christiane Ransay 01 46 15 09 21 Cadre de vie / travaux Espaces verts – Artisanat

Conseillers délégués Patrice Deveaux 01 46 15 09 24 Education et enseignement Amigo Yonkeu 01 46 15 09 23 Jeunesse Francine Ketfi 01 46 15 09 24 Temps du repas – Restauration scolaire Antoine Pelhuche 01 46 15 09 21 Retraités – Personnes âgées Anne Rajchman 01 46 15 09 23 Enfance Sophie Labrousse 01 46 15 09 24 Transports – Déplacement Stationnement /énergie (Plan-action climat) Jean-Michel Arberet 01 46 15 08 96 Sport – Nouvelles technologies de l’information et de la communication Emmanuel Blum 01 46 15 08 96 Accès à l’emploi, à la formation et à la citoyenneté des jeunes Jean-François Marguerin 01 46 15 08 96 Education populaire / Anis Gras Guy Bacheley 01 46 15 09 24 Assemblées de quartier – Politique de la ville

Député Jean-Yves Le Bouillonnec 01 49 69 69 66 / 62 2e lundi de chaque mois de 16h30 à 18h30 à l’hôtel de ville d’Arcueil

ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012 | 23


Expression

des groupes

La responsabilité des textes des groupes politiques municipaux incombe à leurs auteurs.

groupe Europe écologie - Les Verts / Arcueil 

Une démarche citoyenne pour les commerces du centre historique Arcueil Village, l’association des commerçants de la rue Raspail a décidé de s’engager dans l’opération Éco-défis avec une vingtaine de commerces de l’ancien centre ville. Cette démarche citoyenne est à saluer car elle est nouvelle dans notre ville et pionnière dans le Val-de-Marne. Voici les explications de Kamel Rouabhi, président de l’association d’Arcueil village et citoyen très engagé dans notre commune qui est en charge de ce dossier. Amigo Yonkeu : quel est le sens et le contenu de la démarche que vous entreprenez en vous engageant dans les Écodéfis ? Kamel Rouabhi: cette opération est une initiative de la Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre avec la Chambre de commerce et de l’industrie de Paris Val-deMarne et de la Chambre des métiers et d’artisanat du Val-de-Marne. Très rapidement, notre association s’est inscrite dans cette démarche citoyenne et responsable. En quelques mots, ce dispositif repose sur une charte et un label pour la valorisa-

tion d’actions concrètes en faveur de l’environnement et la prévention des déchets de la part des commerçants et artisans de proximité soucieux d’une ville durable pour aujourd’hui et pour demain. Il se décline en six défis à relever pour l’obtention de ce label sous forme d’un macaron posé sur les vitrines de nos commerces. • économiser l’énergie • économiser l’eau • réduire le volume d’emballages • privilégier les éco produits • Réduire et trier nos déchets • Utiliser des moyens de transports alternatifs ou doux Les objectifs de ces actions sont : • pour les éco-produits: diminuer l’impact sur l’environnement • répondre aux attentes des clients en matière d’éco-produits (en suivant les labels français et européens) • pour le tri des déchets: rendre le recyclage possible • Maitriser et réduire les consommations d’énergies

• Éviter au maximum de produire des déchets et réduire leur dangerosité et leur nocivité. Depuis plus d’an, nous nous projetons vers l’avenir. Au sein de notre association, nous nous investissons afin de mettre en place des solutions pour le développement durable. Ce label est une chance pour nous de faire évoluer nos pratiques Sur certains défis, nous travaillons en amont avec nos fournisseurs dans une démarche commune. Le commerce de proximité ne doit pas être le dernier de la classe. Face à la crise que nous vivons depuis trop longtemps, le commerce de proximité devient un atout incontournable et essentiel dans la vie du quartier. Baisser nos dépenses à tout prix reste pour nous un objectif principal pour rester concurrentiel face aux lobbies des grandes surfaces.

Amigo Yonkeu

groupe Gauche citoyenne

Entente Citoyenne, Arcueil Alternative, des Citoyens

Élève, tu as besoin d’aide ? Débrouille-toi ! D e s é l è ve s d e s c o l l è g e s a u t o u r d’Arcueil passent 15 jours à l’ « atelier relais » par groupe de trois à six. Ils viennent de 6e et de 5e et sont remis en selle pour entamer le secondaire au mieux. Cette structure d’aide efficace est coûteuse pour l’Éducation nationale car, en moyenne, elle mobilise un adulte par élève. Mais sans elle, ce serait la catastrophe pour ces élèves. Cette aide devrait être fournie depuis la maternelle, dès que l’on repère les difficultés chez le jeune élève : alors, les dégâts seraient moindres dans les collèges et les moyens nécessaires moins coûteux. Aujourd’hui, une classe d’adaptation (Clad) en élémentaire met un enseignant avec 10 élèves pendant le deux tiers de l’année. Si l’on avait une à deux Clad par école élémentaire, on pourrait espérer supprimer les ateliers relais, car une année de Clad pour un élève est réussie à 90% ! Ces dernières années, les Clad ont permis d’éviter des dizaines de redoublements. Une élève passée en Clad a 17 de moyenne en maths au collège, deux autres y ont une moyenne générale de 13, etc. Au lieu de cela, comme l’Éducation nationale ne peut plus supprimer encore des classes (promesse politique oblige), elle s’attaque maintenant aux enseignants dont

24 | ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012

la classe n’est pas comptée dans le total des classes de l’école (enseignants, spécialisés ou non, de Rased, de Clad, assistants de langue ou de direction…).

pour eux ni pour l’enseignant. De plus, on sait que quand des élèves en difficulté vont mieux, leur classe aussi va mieux. C’est l’inverse que l’EN met en place !

C’est mesquin et idiot

L’Éducation nationale abandonne sa mission

La classe d’adaptation, c’est le dernier bastion de l’aide pour l’élève qui a besoin de plus de temps pour apprendre en lecture, en écriture et en compréhension : la base, tout simplement. Il ne restera alors plus d’aide suffisante : en effet, le Réseau d’aide spécialisée des élèves en difficulté (Rased) a perdu presque tous ses enseignants spécialisés. Quand à l’aide personnalisée, mise en place fin 2008 par l’EN, et qui est dispensée sur le temps récréatif, elle ne remplace en rien ce qu’apportent la Clad ou le Rased. C’est mesquin de supprimer un poste de Clad, parce que supprimer un tel poste d’enseignant, cela permet à l’Éducation nationale de cacher qu’elle enlève un soutien essentiel. Et ce n’est pas aussi voyant que de supprimer une classe. Même raisonnement cynique pour les postes de Rased. L’inspection va supprimer une cinquantaine de postes « hors-laclasse » dans le 94. C’est idiot, parce que les élèves qui devaient venir en Clad en 2012, on les retrouvera en classe « banale », sans aucune aide

À l’école Jean Macé, sa Clad a été menacée de fermeture (12 élèves cette année). À l’école Jules Ferry élémentaire (8 élèves cette année), l’EN va détruire un dernier espoir d’adaptation pour une dizaine d’élèves qui n’ont plus aucune aide ailleurs. Et l’on sait que, aux problèmes d’apprentissage, viendront s’ajouter des problèmes de comportement. Dans le même temps*, une classe de maternelle va fermer à Jules Ferry. Encore un plan pour la réussite de tous les élèves ? Qui veut que l’école ressemble à un hôpital où les malades ne sont pas admis ? (*) L’Education nationale voulait supprimer une classe à Aimé Césaire : notre mobilisation en est venue à bout, bravo !

Patrice Deveaux, conseiller municipal, délégué à l’enseignement


groupe Parti socialiste 

http://www.ps-arcueil.org

Liberté, égalité, fraternité, laïcité Le 20 février 2012, nous avons eu l’honneur et le plaisir d’accueillirRobert Badinter, au centre Marius Sidobre pour une exposition quiretraçait 100 ans de conquête sociale et humaniste. En présence de nombreux arcueillais, Robert Badinter a su partager desmoments d’émotion et de conviction. Tout au long de sa vie, il aconjugué sa foi en l’humanisme, la proximité avec les gens et ladéfense de leurs droits avec son combat pour la République dans unevision ouverte et internationale. Cette grandeur des actions auquotidien se marie avec la défense des plus belles causes collectiveset individuelles. Passionné de libertés publiques, Rober Badinder saitavec d’autres, poser les fondements de l’équilibre de notre société. L’Equilibre de notre société, n’est-ce-pas là la bonne voie pour unélu local dans une ville en évolution, dans une France en crise, quisouffre, se fragilise et se fragmente au cœur d’un monde globalisé ? N’est-ce-pas là le lien à tisser entre les hommes et les femmes auservice de nos territoires, d’une République, de notre République ? Cette voie qui a été tracée par nos Pairs, il nous faut l’empruntertous les jours, et sans

cesse. Nous devons l’emprunter au contact deshabitants en acceptant la confrontation et les réalités de vie. C’est une voie qui impulse le changement, qui nous fait construire denouveaux logements pour répondre à la demande de nos habitants et enaccueillir bien d’autres. C’est une voie qui cultive les différences,ici, sur notre territoire communal où vivent 47 nationalités de notremonde : la Terre. C’est implanter une maison des solidarités au centre d’un quartierrésidentiel, c’est combattre les stigmatisations de toute sorte parune offre éducative et culturelle adaptée. C’est s’ouvrir vers nos jeunes, notre jeunesse, notre avenir, pourrépondre à leurs inquiétudes, leurs doutes et leurs angoisses et qued’autres accentuent par des caricatures trop simplistes. C’estrépondre et les accompagner dans leurs apprentissages de la vie, etleurs recherches de métiers, ou d’emplois en multipliant lespartenariats institutionnels avec les entreprises. Alors oui, il nous faut ouvrir nos quartiers, nos villes, ouvrirtoutes les portes et toutes les fenêtres sur nos territoires, oùqu’ils soient. Nous aurons à marier les différences, réapprendre àvivre ensemble, à s’écouter, à par-

tager, à additionner l’économique,le social et l’environnemental dans notre quotidien, ici, partout etailleurs. Cette voie, ce chemin que nous aurons à emprunter ensemble, ils’appuie sur notre histoire et cette histoire, elle s’est dérouléeaussi au cours de nos 100 ans de conquête sociale et humaniste. Robert Badinder a su nous rappeler la trilogie républicaine du FrontPopulaire : le Pain, la Paix et la Liberté. Alors, même si les chosesont bougé, le temps passe et repasse dans un éternel recommencement.Ce grand Homme nous encourage à conjuguer et défendre au quotidien lesfondements de notre République : la liberté, l’égalité, la fraternitéet notre laïcité si chère au peuple de France.

Denis Weisser, adjoint au maire en charge des finances et du développement urbain, conseiller régional

groupe Front de gauche, communistes et citoyens

TEXTE Non parvenu

ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012 | 25


Expression

des groupes

La responsabilité des textes des groupes politiques municipaux incombe à leurs auteurs.

Sarah Ganne-Levy

Les Démocrates

d’Arcueil

Dominique Jacquin

RELANCER LES ASSEMBLéES DE QUARTIER Créées il y a une quinzaine d’années, les assemblées de quartiers semblent marquer le pas. Elles n’échappent pas à la prise de distance des citoyens avec la politique. S’ajoutent les difficultés à obtenir des résultats rapides dans le domaine des petits aménagements demandés et la complexité à organiser des rendez-vous festifs et conviviaux d’envergure. Nous sommes au Mouvement Démocrate très attachés à cette démarche. Nous faisons quelques propositions pour en faciliter le fonctionnement et relancer l’intérêt des habitants. TRAVAUX : mieux gérer le temps administratif et le temps des habitants La commune, la CAVB travaillent sur des plans annuels ou pluriannuels qui concernent principalement des aménagements d’ensemble. À l’inverse les demandes des assemblées touchent à la proximité et sont vécues comme “urgentes” par les habitants. Il faut marier ces deux temps et respecter une méthode de réponses : 1- la commune a-t-elle programmé ces travaux 2- dans quels délais et qui en est le maitre d’oeuvre (ville, CAVB, département, Office HLM) 3- si les travaux ne

Plus d’Infos avec le MoDem arcueillais http://democrates-arcueil.weebly.com Tél. : 06 20 76 96 72

sont pas programmés il faut en évaluer la pertinence, chiffrer le cout, et l’assemblée peut alors décider d’en assumer la dépense. Un élément mineur du patrimoine remis en état, un aménagement empêchant le stationnement gênant, la rénovation d’un espace vert, ... voilà des exemples de propositions qui peuvent facilement aboutir et donner du crédit aux assemblées. ANIMATIONS : mieux gérer un planning annuel Le lien convivial créé par les animations de quartier est déterminant pour leur survie. En plus du bénévolat nécessaire des habitants il faut faciliter l’organisation technique des festivités. Et pour mieux ordonner les interventions des différents services (citoyenneté, manutention, régie municipale, parcs et jardins, etc.) il est nécessaire d’établir un planning des rendez-vous qui tiendra compte des habitudes et des dates incontournables du calendrier. Les commerçants, les écoles, les associations et les assemblées de quartier ont intérêt à mieux répartir leurs initiatives. Les services municipaux ont majoritairement acté l’utilité des assemblées de quartier, il faut éviter la lassitude des habitants et l’usure des collectifs de quartier. Nous détaillons plus de propositions sur notre site Internet.

Charles Di Gennaro,

Karim Makouf,

Maurice Serber,

conseiller municipal et communautaire

conseiller municipal

conseiller municipal

Géothermie et riverains du quartier Barbusse Une partie des terrains appartenant à la DDE et rachetés par la Ville serviront à un projet de géothermie destiné à chauffer une grande partie du parc HLM de l’Opaly à Arcueil et à Gentilly. Nous nous félicitons de cette initiative respectueuse de notre environnement. Cependant, les travaux d’aménagement conduiront une

fois de plus à de nombreux désagréments pour les Arcueillais déjà très souvent incommodés par les tranchées diverses D’autre part, tous connaissent le foyer social de la rue Henri Barbusse qui jouxte ces terrains. Ce foyer est un lieu de réinsertion essentiel permettant à plusieurs personnes

d’intégrer la vie sociale et citoyenne d’une commune de moyenne importance. Devant l’inquiétude de ses occupants, nous faisons le vœu du maintien de ce foyer sur ce site. Un nouveau déplacement leur serait très préjudiciable alors qu’ils commencent à s’insérer à Arcueil. Nous sommes persuadés que la municipalité entendra notre appel.

Un ou deux présidents pour l’Opaly ? De nombreux locataires des HLM de l’Opaly s’interrogent. • Les courriers signalant les augmentations de loyer ou de charges ou encore les désagréments liés aux travaux ou au retard pris

dans les aménagements ne sont signés que par une main, celle de M. Daudet, président de l’Opaly. • Les courriers annonçant des améliorations ou des contestations politiques sont

signés des deux co-présidents M. Daudet et M. Breuiller. Doit-on en tirer les conclusions électoralistes qui s’imposent ? Y a-t-il une autre explication ?

Pour nous contacter : courriel : charlesdigennaro@orange.fr ; téléphone : 06 09 14 24 81 ; adresse postale : Charles di Gennaro, mairie d’Arcueil, 10 avenue Paul Doumer, 94110 Arcueil cedex.

26 | ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012


C’est vous

qui le dites

Vendredi 30 mars : une soirée pour les femmes sud-africaines de violence et leur permet de se reconstruire grâce à un foyer d’hébergement. C’est pour aider ce centre à améliorer l’accueil de ces femmes que, dans la cadre de la coopération liant Arcueil à Athlone, Femmes Solidaires et Renapas organisent une soirée de solidarité le vendredi 30 mars à partir de 18h à l’Espace Jean Vilar. Au programme : projection de Thato (court métrage de 28’) et débat sur les femmes et le sida ; restauration sur place ; chorale de l’Edim ; projection du film Come back Africa.

KG

Les femmes sud-africaines ont largement contribué à la lutte de libération de leur pays. Bien représentées sur la scène politique, elles sont toujours minoritaires dans les centres de décision économiques. Elles sont les principales victimes du chômage, de la pauvreté, de la violence. Des associations prennent ces problèmes à bras-le-corps pour aider les femmes à affirmer leur dignité et leur juste place dans la société. Le Centre Sartjie Baartman d’Athlone dans la banlieue du Cap accueille les femmes victimes

RER : Z comme zen

Jacqueline Dérens

Aux arbres, citoyens ! Les arbres méritent notre plus grand respect. Ils nous donnent leur beauté et leur fraîcheur pour égayer notre quotidien. Ils nous rendent l’air plus respirable, moins pollué, en absorbant le CO2 qui est produit par les voitures. Il est insupportable de voir, comment, dans les endroits les plus pollués d’Arcueil, les arbres sont abattus massivement. Il y a quelques mois, une centaine de magnifiques tilleuls ont été coupés sur l’avenue Marx Dormoy (qui va du rond-point de la Vache-Noire vers Montrouge et où le Val-de-Marne et les Hauts-de-Seine se touchent). Ces majestueux tilleuls, d’un vert tendre, nous parfumaient avec tant de générosité. Pour faire une piste cyclable au milieu ? Quel contresens écologique ! Et pourquoi abattre les tilleuls sur les côtés aussi ? Qu’est-ce qui va nous protéger du soleil maintenant ? De tout petits arbres sont plantés dans les mêmes emplacements aujourd’hui. Ils vont mettre trente à quarante ans pour arriver à la même taille que leurs aïeux. De même pour les platanes sur l’avenue du Président Allende et le beau séquoia près de la maison de Soulas, qui ont été sacrifiés lors de la construction du centre commercial et des alentours. Il reste deux beaux arbres dans la cour des établissements Lorenzi. Et trois sapins devant l’école Laplace. Je crains pour leur vie également. On me dira : il y a eu des impératifs, c’est le département, on ne peut mieux, le contexte oblige… […]

Je ne suis pas arcueillaise mais j’ai pu lire votre magazine et notamment votre dernier dossier, « RER : B comme… ». J’aurais pu poser pour l’une des photos… Au choix : en sandwich le matin ; hagarde, sans aucune information durant une heure sur le quai du RER B à la Croix-de-Berny à 22 heures ; désemparée lors des grèves… Dure dure la vie de passagère ! Je vois s’installer ici et là les bornes Autolib’. Je ne suis pas sûre que l’ajout de voitures sur les routes rendra les usagers des transports et de la route plus aimables. Le RER m’oblige à être plus patiente et plus zen avec mon prochain. Alors restons philosophes ! Il ne nous reste que cela en temps de crise des transports. Marie-Mathilde Degardin

Irma Benarosch NDLR – Le point de vue exprimé par notre lectrice est subjectif : il peut être contredit par d’autres exemples et surtout par des données techniques et objectives. Ainsi, depuis dix ans, le nombre d’arbres plantés par la Ville et le Département sur le territoire de la commune est bien supérieur à celui de ceux arrachés. Par ailleurs, ces derniers peuvent l’être pour

cause de maladie (ou de blessures infligées par les véhicules, comme cela a été le cas l’an dernier avenue Jean Jaurès où de nouveaux arbres sont aujourd’hui replantés) les rendant dangereux. Ce sujet des arbres dans la ville mérite sûrement d’être traité dans le détail. Nous le ferons donc dans un prochain numéro d’ANC / Arcueil notre cité. ■ LdV

« c’est vous qui le dites », c’est votre page ! Pour y prendre place, deux adresses : ANC-Arcueil notre cité, hôtel de ville, 10 avenue Paul Doumer, 94110 Arcueil et communication@mairie-arcueil.fr.

ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012 | 27


qui le dites

TG

C’est vous

TG

Gabrielle Piquet

Rose-Marie Fontaine Jean-Marc Garcin

PhL

PhL

PhL

TG

Guillaume Bourlat

Bénédicte Lacoste

Sabrina Kuper

Premières toiles au cinéma Mégarama : les réactions des spectateurs

Le complexe de la Vache-Noire a accueilli ses premiers spectateurs vendredi 3 février, avec sept mois de retard en raison de nombreux problèmes techniques. Dans les six salles, place désormais aux films pour le plaisir des spectateurs, venus d’Arcueil bien sûr, mais aussi des nombreuses communes voisines. Au fait, l’agrément est-il vraiment au rendez-vous ? Gabrielle Piquet, 32 ans, auteure de bandes dessinées, habitante du quartier Laplace :

« C’est la première fois que je vais dans ce cinéma. Mon impression ? C’est chouette ! C’est propre, calme, beaucoup plus calme que les UGC parisiens. Les fauteuils sont très confortables, mais l’écran de la salle [où était projeté Félins – NDLR] n’est pas très grand. J’habite juste à côté, je

peux venir à pied et c’est très bien ainsi. Ce qui l’est beaucoup moins, c’est que Mégarama n’accepte pas les cartes UGC Paris et mes moyens ne me permettent pas de prendre deux abonnements. »

Jean-Marc Garcin, 59 ans, cadre commercial en préretraite, habitant de Montrouge (Hauts-de-Seine) :

«  J’attendais impatiemment l’ouverture de ce cinéma. J’habite à Montrouge et je peux venir à pied. Avant, j’allais à Alesia [73 avenue du Général Leclerc, Paris 14e - NDLR]. Mégarama Arcueil est moins cher que Gaumont Alésia [9,50 € contre 10,90 € pour le tarif plein – NDLR] et le

complexe de la Vache-Noire projette lui aussi les nouveautés. Et puis c’est un lieu agréable, doté de salles modernes où la déclivité est idéale. Je vais sans doute prendre une carte à 33,50 euros pour cinq places. »

Bénédicte Lacoste, 63 ans, retraitée (ancienne commerçante), habitante de Sceaux (Hauts-de-Seine) :

« C’est confortable et techniquement au point. Et ce petit multiplexe est très bien situé, juste à côté du centre commercial La Vache Noire et de l’arrêt du bus 188 qui nous y amène depuis Sceaux. Par contre, le hall d’accueil manque de convivialité. Et le tarif plein pratiqué par Mégarama

est un peu élevé. C’est beaucoup plus cher qu’une entrée au Trianon, le cinéma municipal de Sceaux [9,50 € contre 6 €, toujours pour le tarif plein – NDLR]. »

Rose-Marie Fontaine, 55 ans, comptable, habitante de Bagneux (Hauts-de-Seine) :

« J’ai trouvé cette nouvelle salle vraiment très bien. Les sièges sont profonds et plutôt confortables. L’image est très belle et le son n’est ni trop ni pas assez fort. Franchement, le niveau de qualité correspond à mes attentes. Je pense que je vais venir ici régulièrement, d’autant plus

que l’accès est très pratique pour moi : je suis venue à pied, en voisine. Ceci dit, pour payer moins, j’opterai sans doute pour la carte de cinq entrées, plus abordable que le ticket à l’unité. »

Guillaume Bourlat, 44 ans, documentaliste à la télévision, habitant de Cachan :

« Franchement, c’est du bon niveau ! J’étais dans la grande salle pour voir le premier épisode de Star Wars en 3D et la qualité technique de l’image et du son m’a convaincu. Pour l’anecdote, j’avais déjà vu ce film une vingtaine de fois dans sa version 2D. Les sièges sont larges et confortables et comme la salle n’est pas trop profonde, on profite mieux

de la largeur de l’écran. En plus, l’accès pour moi est ultra simple : le bus 187 m’a déposé au pied du cinéma. Je note toutefois un petit bémol : en bas des escaliers du hall, il n’est pas très facile de trouver la bonne salle. À mon avis, il faudrait faire un petit effort en matière de signalétique. »

Sabrina Kuper, 33 ans, commerçante, habitante de Montrouge (Hauts-de-Seine) :

« Mon impression générale est très positive. Déjà, ce cinéma est tout près de chez moi et facilement accessible. Je suis venue en voiture et j’ai pu me garer facilement et gratuitement (2) dans le parking du centre commercial La Vache Noire. En plus, c’est une salle très moderne, avec des sièges confortables et une bonne qualité d’image. L’accueil a été

excellent et j’ai apprécié d’avoir à disposition des rehausseurs pour mes enfants. Je vais souvent au cinéma à Paris, mais je crois que je vais changer mes habitudes en la matière et que je reviendrai au Mégarama d’Arcueil. »

(1) Mégarama Arcueil (6 salles, 900 places au total), 6 avenue du président Salvador Allende, www.megarama.fr/arcueil /. (2) Au parking du centre commercial La Vache Noire, les deux premières heures sont gratuites. Propos recueillis par Philippe Lorette et Tristan Gaguèche - Interviews réalisées les 9 et 14 février, dans le hall du complexe cinématographique « Mégarama Arcueil »

28 | ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012


2e

trimestre

2012

SENIORS A c t i v i t é s

e t

l o i s i r s

d e s

r e t r a i t é s

Visites Basilique de Saint-Denis Tarif : 6€ Inscriptions du 21 mars au 4 avril

Mardi 10 avril à 14h30 Rendez-vous sur le parvis de la mairie, départ à 13h15. L’ancienne abbaye royale de Saint-Denis a illuminé des siècles durant l’histoire artistique, politique et spirituelle du monde franc. Elle est un lieu privilégié de sépultures parmi les dynasties royales : quarante-deux rois, trente-deux reines, soixante-trois princes et princesses y reposent. La nécropole royale de la basilique s’impose aujourd’hui comme le plus important ensemble de sculptures funéraires du XIIe au XVIe siècles.

DR

Visite guidée

Mardi 15 mai

Visite guidée

Abbaye et jardins de Chaalis

DR

Tarif : 5€ Inscriptions du 25 avril au 9 mai

Maison et jardins de Claude Monet à Giverny Tarif : 7€ Inscriptions du 30 mai au 13 juin

Jeudi 21 juin Rendez-vous sur le parvis de la mairie, départ à 8h30. Pique-nique dans les jardins. Le Musée des impressionnismes à Giverny (Eure) a pour vocation de mettre en lumière tout ce qui touche à l’un des mouvements picturaux les plus populaires.

© Metzner

Visite guidée

L’atmosphère particulière du musée rend hommage à la nature, chère aux peintres impressionnistes. Le jardin du musée, composé de bouquets d’arbres, vergers, terrasses, parterres de fleurs, haies et prairies, a obtenu le label « jardin remarquable ».

Mercredi 4 juillet

Escapade champêtre

Rendez-vous sur le parvis de la mairie, départ à 10h. Pique-nique dans le parc. Au programme : balade dans un parc classé « espace naturel sensible », où se côtoient prairies, vergers, champs et jardins familiaux. Un morceau de campagne dans la ville. Après le déjeuner, vous pourrez visiter l’installation maraîchère de l’association Planète Lilas, découvrir le fonctionnement de cette activité de commerce équitable et acheter des produits de saison non traités.

Parc départemental des Lilas à Vitry-sur-Seine

DR

www.cg94.fr

Inscriptions du 13 au 27 juin

Rendez-vous sur le parvis de la mairie, départ à 9h. Pique-nique dans les jardins. Cachée au creux de la forêt d’Ermenonville, les vestiges de l’abbaye de Chaalis (Oise) se dressent encore fièrement entre la chapelle royale, la roseraie et le musée Jacquemart-André, que vous pourrez également découvrir.

ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012 | 29


SENIORS Pour obtenir des renseignements ou un rendez-vous, contactez le service Retraités au 01 46 15 08 70

Agenda Mardi 6 mars et mardi 22 mai à 10h Mardi 10 avril à 10h

Réunions du collectif de retraités Programme dernier trimestre 2012 Salle d’activités 2 rue Erik Satie

Réunion de préparation de la semaine bleue 2012 (Semaine nationale des retraités et des personnes âgées, du 15 au 21 octobre) Salle d’activités, 2 rue Erik Satie

Durant les mois de juillet et août

O’ Quai d’Arcueil prend la relève

Dernière minute

La rencontre-débat avec le maire initialement prévue le 8 mars prochain est annulée et reportée à une date ultérieure.

et propose de nombreuses sorties et activités ouvertes à tous, n’hésitez pas à vous renseigner.

Aides et services Pour obtenir des renseignements ou un rendez-vous, contactez le service Retraités au 01 46 15 08 70

Bons énergie 2012

Les bons énergie du service Retraités sont attribués aux personnes retraitées une fois par année civile. Le montant du bon est variable selon les revenus du ménage. Pour l’obtenir, il suffit de se présenter au service Retraités avec l’avis d’imposition ou de non-imposition et d’une facture EDF ou GDF (seuls fournisseurs conventionnés).

Le montant attribué est ensuite déduit directement des sommes dues. (Attention : un délai de plusieurs semaines est à prévoir entre l’attribution du bon et la déduction faite par le fournisseur). N’hésitez pas à contacter le service Retraités au 01 46 15 08 70 pour savoir si vous pouvez en bénéficier.

Bricoleur social

C’est une aide pour le petit bricolage (comme le changement d’une ampoule, la fixation d’une étagère ou d’une barre de douche…). Ce service s’adresse aux personnes retraitées de plus de 60 ans et aux personnes

handicapées. Le tarif horaire est établi en fonction des ressources (joindre la déclaration de revenus lors de la constitution du dossier).

Accompagnateur social

Il accompagne, avec son véhicule, les personnes retraitées ou reconnues handicapées (mais non appareillées) pour des courses

ou des rendez-vous dans Arcueil et les villes limitrophes.

Aide aux vacances

En fonction des ressources et en partant avec une association locale, les personnes

retraitées peuvent bénéficier d’une aide aux vacances.

■ Textes : Mission animation vie sociale, service Retraités et service Communication de la Ville d’Arcueil 30 | ANC / Arcueil notre cité n° 225 mars 2012


La boutique de Véronique Artigala  123, rue Marius Sidobre (derrière la mairie d’Arcueil)

☎ 09 53 14 92 58

An. Ivry 180x130:Layout 1

25/08/11

14:50

Page 1

Du service et des conseils

Architecture d’intérieur, décoration, projets sur mesure. Je me déplace sur rendez-vous pour du coaching déco.

PROTECTION DES BIENS ET DES PERSONNES

ENSEMBLE, FAISONS LE POINT SUR VOS ASSURANCES

Pour bénéficier d’un bilan assurances gratuit,

rendez-vous dans votre Agence d’Arcueil - 92 avenue Salvador Allende - Tél. : 01 49 85 62 80

Société Générale, DCMA/CCM – Tour Granite – 75886 Paris Cedex 18, SA au capital de 970 099 988,75 € – 552 120 222 RCS Paris, siège social 29, BD Haussmann, 75009 Paris. – 08/11.

BEAUTE DES ONGLES 105x65_Mise en page 1 07/02/12 14:32 Page1

PROTHESISTE ONGULAIRE A DOMICILE SYLVIE : 06 72 76 41 47 DU LUNDI AU DIMANCHE SUR RENDEZ-VOUS Déplacement gratuit

Pompes funèbres & marbrerie Permanence 24h /24 -7j /7

01 45 46 81 77

63, rue de la Division Général Leclerc 94110 Arcueil

N PROMOTIO S CIL E D N IO S N EXTE L CI À L CI METHODE

BEAUTE DES MAINS....................15 € BEAUTE DES PIEDS ......................20 € POSE DE VERNIS...........................10 € VERNIS PERMANENT .................25 € POSE EN RESINE ..........................25 € POSE EN GEL .................................40 € GEL DE COULEUR........................45 € EXTENSION DE CILS.................. 80 €

Pour annoncer dans Arcueil notre cité, contacter Echom. [email : regie@lecho.com ; fax : 09 81 70 68 72 ; tél. : 06 62 50 28 29]


MES PRIVILEGES Du 17 au 31 mars

Crédit photo : Henk Callens

CHÉQUIER PRIVILÈGES -10%* -20%* -30%*…

- RCS Nanterre B429 775 315

La Vache Noire Que des bons moments www.la-vache-noire.com *Exemple d’offres valables dans les boutiques participantes et sur produits signalés en magasin.

120 boutiques

ANC Arcueil notre cité  

Magazine mensuel d'informations de la ville d'Arcueil, val-de-marne, Ile-de-France, France

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you