Page 1

mai 2010



| n°207

Auteurs en « Vues »

Mission détagage

|6

| 11 |9

L’interview du mois :

| 12

Deux conférences au banc d’essai

| 21

Mairie d’Arcueil :

qui est où ?

Tous les rendez-vous de mai

| 29

|13| Dossier|

et Nouvelles tars

Artisans d’art

S

Arts d’artisans, 30 créateurs en Val-de-Bièvre : telle est l’exposition, incitant à la fascination, présentée par l’écomusée de Fresnes à partir du 12 mai. Six de ces trente créateurs, tous photographiés par Gabriel Stauffer, sont arcueillais (en photo de une : Angélique Demeersseman, restauratrice de tableaux).

Gabriel Stauffer

le directeur du centre commercial La Vache Noire


mai 2010 Carnet de route du maire Orbival vs « Grand huit »

|5

Vues - In situ Auteurs du Val-de-Bièvre |6 Jardins d’Arcueil, dessins d’Oudry |6 Commémoration de l’assassinat de Dulcie September | 7

Lutte anti-tags

| 11 | Actualités |

Actualités | | | | | | |

8 8 9 9 9 10 11

SD

1455 enfants au cross scolaire Pigeons aux amendes Marches de la Bièvre Rencontre du Souvenir Sport express Les travaux de la coulée verte Lutte anti-tags

Le combat contre les graffitis risque de prendre plusieurs années. Mais la Mairie est plus que jamais décidée et outillée : pas de quartier pour ces trop nombreux polluants visuels !

L’interview du mois Laurent Moreau, directeur du centre commercial La Vache Noire | 12

La vie en rose ?

Dossier Arts d’artisans

| 12 | L’interview du mois |

| 13

Centrale DR

Façon Susse : la célèbre fonderie, en huit photos | 16

Le point sur le centre commercial La Vache Noire avec son directeur Laurent Moreau : le parking (payant ou gratuit ?), Médiastore (expulsé !), les chiffres de fréquentation (en hausse)…

Découvertes Atelier chant/guitare au club Guy Môquet Lycée professionnel du Val-de-Bièvre Aïkido : martial et beau Conférences au banc d’essai Jeux

| | | | |

18 19 20 21 22

Artisans d’art et nouvelles stars

Expression des groupes Textes des groupes politiques municipaux

| 24

C’est vous qui le dites

© G. Stauffer

Chronique de l’Université populaire | 27 Hommage à Françoise Lille | 27 Quel joueur êtes-vous ? | 28

Pratique Services municipaux : qui est où ?

| 29

| 13 | Dossier |

Ont collaboré à ce numéro : Colline Gori, Sandra Deruère, Tristan Gaguèche et Kevin Gouttegata Graphisme : Gilles Vérant Photos : la rédaction, German Guzman N et Eric Demare (responsable photo : Philippe Lorette) Une : photographie Gabriel Stauffer Secrétariat : Christine Penchemel Régie publicitaire : Echom – regie@lecho.com Impression : Alliages C.I., Gentilly (13 000 exemplaires) Distribution : Proximes communication

4 | Arcueil notre cité n° 207 mai 2010

Conf’ contre conf’

| 21 | Découvertes |

Deux conférences au banc d’essai. ANC a testé le cycle de philosophie organisé par le Centre culturel Erik Satie, puis l’Université populaire d’Arcueil. Tout y passe : accueil, style, intérêt, méthode…

Services municipaux : où sont-ils ? | 29 | Pratique |

Ça déménage beaucoup à la Mairie. Quel est l’état actuel des lieux et des services ?

GGN

mensuel d’informations locales et municipales Rédaction : 10, avenue Paul Doumer 94114 Arcueil cedex Tél. : 01 46 15 09 56 Télécopie : 01 46 15 09 51 Courriel : communication@mairiearcueil.fr Directeur de la publication : Daniel Breuiller, maire d’Arcueil  Adjointe au maire, chargée de la communication : Marie-Pierre Reynaud Rédacteur en chef : Laurent de Villepin Rédaction et secrétariat de rédaction : Philippe Lorette (journaliste territorial)

PhL

Arcueil notre cité

L’écomusée du Val-de-Bièvre expose - en photos et en objets - trente artisans d’art des alentours. Parmi eux, six sont établis sur le territoire d’Arcueil (photos ci-dessus : les ateliers de moulage d’art Lorenzi). Loués soient le savoir-faire et la création artistique !


carnet de route

DR

« Combien de personnes qui n’ont pas encore 60 ans   sont-elles déjà exclues du monde du travail ?   Dans le débat sur la retraite, n’oublions pas   cette vérité humaine et comptable. » Daniel Breuiller, maire d’Arcueil, conseiller général

26 mars | La médiathèque accueille un débat avec de nom-

breux auteurs du Val-de-Bièvre : romanciers, essayistes, poètes… tous unis par leur passion pour l’écriture. Une belle initiative, vraiment, qui renoue avec le passé littéraire d’Arcueil et de la Bièvre, où séjournaient Ronsard et les auteurs de la Pléiade.

27 mars | Comme chaque année, la remise des médailles du

travail donne lieu à une petite cérémonie émouvante et chaleureuse à l’hôtel de ville. Parmi les médaillés, plusieurs n’ont pas encore 60 ans mais ne sont déjà plus salariés pour cause de licenciement. Voici une donnée qu’il ne faut surtout pas oublier dans le débat qui s’ouvre sur l’équilibre de notre système de retraite : le cas, hélas fréquent, des plus de 55 ans qui sont mis sur la touche (et donc ne cotisent plus par la force des choses), alors qu’ils voudraient encore travailler… au moins jusqu’à 60 ans. Il y a là une vérité humaine qui est aussi une vérité comptable. J’assiste à l’assemblée générale d’Arcueil Animation, dont les activités ont mobilisé cette année plus d’une centaine de bénévoles autour d’une petite équipe de salariés : c’est dire l’importance de cette association pour les loisirs et la convivialité dans notre commune.

29 mars | Nous commémorons l’assassinat de Dulcie September avec les représentants de l’ambassade d’Afrique du Sud et des élèves du collège qui ont entrepris un travail sur les valeurs de l’antiracisme et l’antisexisme. Coup de chapeau à l’école de musique EDIM et aux élèves de « Dulcie » qui nous offrent pour l’occasion un très beau spectacle.

2 avril | Je participe au conseil de surveillance de l’hôpital

du Kremlin-Bicêtre. La fermeture d’un service de gériatrie transféré à Paul Brousse est une mauvaise nouvelle. Je partage l’opposition des représentants du personnel au plan de restructuration de l’AP-HP dont la logique comptable est hélas dans la lignée de la loi Bachelot, qui déshabille le service public hospitalier au profit des cliniques privées.

7 avril |

Je fais partie des quelque 120 élus qui ont répondu à l’invitation de Jean-Paul Huchon pour débattre au Conseil régional sur l’avenir de la « région capitale  » et le refus du modèle du Grand Paris voulu par le gouvernement. Pour moi, la priorité doit être de corriger les inégalités entre les territoires. Pour cela, les élus locaux ne doivent pas être mis sur la touche, mais en première ligne pour construire des propositions : c’est le sens de mon engagement au sein de Paris Métropole.

8 avril | J’assiste au conseil d’administra-

tion du collège Dulcie September : au sein de l’établissement, les choses se passent plutôt bien, mais le ras-le-bol des enseignants est perceptible face à la baisse des recrutements

et à la réforme de la formation qui aboutit à envoyer directement les jeunes enseignants stagiaires devant leurs classes. Nous votons à l’unanimité un vœu contre cette mesure qui, si j’ai bien entendu, ne trouve guère de défenseurs parmi les porte-parole des partis de droite… mais qui pourtant est imposée par le gouvernement.

9 avril | Entre une réunion sur la Vallée scientifique de la Bièvre

et une autre au Conseil général, je fais un tour à notre traditionnel cross scolaire. Le samedi matin étant désormais sans école, cette manifestation se déroule désormais le vendredi après-midi, mais je suis heureux de constater que les grands-parents et parents qui ont pu se libérer sont encore nombreux à y participer avec leurs enfants. Merci aux enseignants, à la section sport du collège et aux services municipaux, qui se sont mobilisés pour assurer encore une fois le plein succès de ce rendez-vous.

10 avril |

Je retrouve des familles arcueillaises à la journée portes ouvertes du lycée Darius Milhaud. Encore une fois, je suis frappé du dynamisme de l’équipe pédagogique dirigée par Mme Hudson, qui vient de signer une convention avec Sciences Po et développe avec succès des filières de formation dans les langues et le domaine sanitaire et social. Dans l’après-midi, je fais un tour au vide-grenier de l’avenue Laplace où l’ambiance est à la décontraction et la bonne humeur, avec tout de même un sujet de mécontentement dont plusieurs personnes me font part : le tarif demandé aux exposants par les organisateurs (18 € par mètre linéaire, soit presque deux fois plus que pour la brocante de la rue Émile Raspail). Je ne connais pas le détail du budget de cette manifestation, mais il est anormal et regrettable que la contribution demandée aux exposants en arrive à être dissuasive pour les particuliers arcueillais qui sont ainsi amenés à céder leur place à des professionnels. Aussi, je vais demander à mes services d’être attentifs à cette question pour l’année prochaine.

Dites-nous monsieur le maire*…

Orbival est-il sur de bons rails ? DB – Le tracé d’Orbival est très proche du tronçon val-de-marnais du projet surnommé le «  Grand huit  » mis en avant par le gouvernement. La différence est qu’Orbival prévoit des stations tous les 1,5 km environ, tandis que le «  Grand huit  » est avant tout conçu pour desservir les grands pôles d’activité avec des stations distantes de 4 à 5 km. C’est une différence fondamentale, car il s’agit de savoir si ce nouveau réseau ferré banlieue-ban-

lieue doit desservir nos territoires ou seulement les traverser ! Par ailleurs, le « Grand huit  » est un projet qui est encore très loin d’avoir trouvé son financement, alors qu’Orbival est plus réaliste, y compris budgétairement. Donc, même si ce n’est pas le projet préféré du gouvernement, on doit souhaiter qu’Orbival s’impose. Les parlementaires de la majorité refusent la tenue d’un débat public préalable : ceci est inacceptable.

(*) Question de la rédaction

Arcueil notre cité n° 207 mai 2010 | 5


Vues

In situ

Auteurs et vallée (1ères Rencontres des auteurs du Val-de-Bièvre) Les 26 et 27 mars, la médiathèque municipale Louis Pergaud a accueilli les Premières rencontres des auteurs du Val-de-Bièvre. Ces auteurs de romans, nouvelles, BD, théâtre, contes ou poésies ont pour point commun d’habiter une des sept villes de la communauté d’agglomération. Écrivains de profession ou de passion, une quinzaine d’entre eux ont volontiers participé à ce rendez-vous littéraire, qui a débuté le vendredi soir par un débat sur les sources d’inspiration de l’auteur. La journée du samedi était consacrée à la rencontre auteurs public. Après avoir lu un extrait d’une de leurs œuvres, les écrivains ont expliqué leur parcours professionnel et ce qui les avait amenés à écrire, sans toutefois en dire trop sur leurs projets. Ils ont également répondu aux questions du public, mais surtout à celles des autres auteurs curieux de connaître leurs méthodes de travail. ■ SD

SD

26/03 Inspirés Exposition Poussées et équilibres par Anne Barrès

25/03 Ambiguë  (et dérisoire)

16/04 Antiques « Les Jardins d’Arcueil » dessinés par Oudry

Le Musée de l’Île-de-France expose au château de Sceaux, depuis le 26 mars et jusqu’au 15 mai, les « Vues des jardins d’Arcueil » réalisées par Jean-Baptiste Oudry (1686-1755), soit dix dessins « arcueillais » parmi une collection riche d’une cinquantaine subsistante que possède le musée. Ces paysages, faits à la pierre noire et à la craie sur du papier bleu, représentent le domaine d’Arcueil et son château au XVIIIe siècle. Ils sont complétés par d’autres dessins ou gravures d’artistes représentant la commune d’Arcueil à cette époque. Les somptueux jardins de la propriété d’Anne-Marie-Joseph de Lorraine, prince de Guise, s’étendaient alors autour de l’aqueduc et de la Bièvre qui coulait au milieu. Difficile de se représenter Arcueil entourée d’arbres, de bosquets et de bassins ! De tout cela, il ne reste plus que quelques bâtiments : la Maison des Gardes, la Faisanderie (propriété privée aujourd’hui) et une partie des communs. Tout le reste a été laissé à l’abandon puis détruit à partir de 1740. ■ KG

6 | Arcueil notre cité n° 207 mai 2010

DR

CG

« Je joue sur le trouble que provoque l’ambiguïté du dur et du mou, du cuit et du cru…  Le sculpteur, comme l’architecte, travaille  sur l’érection et la stabilité. Avec dérision, j’étudie la déstructuration et manifeste l’affaissement », commente la sculpteure Anne Barrès, hôte de la galerie Julio Gonzalez depuis le 25 mars et jusqu’au 19 mai. Née en 1938 à Rodez, cette plasticienne qui associe terre et fer a enseigné à l’école des Beaux-arts de Lille avant de s’installer en région parisienne. Conversation à trois…, improvisation performance de danse et de violoncelle autour de ses œuvres, aura lieu samedi 15 mai à 16 heures. à noter aussi que l’historienne de l’art Sylviane Huchet proposera une seconde visite conférence de l’exposition, mercredi 5 mai, à 16 heures. ■ CG


à l’initiative du collège d’Arcueil, un hommage était rendu à la Sud-africaine et citoyenne arcueillaise Dulcie September, le 29 mars, triste jour anniversaire de l’assassinat – en 1988 à Paris – de la représentante officielle de l’African national congress en France. Cette commémoration fut marquée de la présence de délégués de l’ambassade d’Afrique du Sud, de Shoayb Casoo, ministre plénipotentiaire, Colleen Chidley, secrétaire bilatéral, et de nombreux élus arcueillais. La manifestation était organisée par le collège et le service des Relations internationales de la Ville d’Arcueil, en partenariat avec l’EDIM (enseignement diffusion information musiques) de Cachan. Au collège, les élèves de la chorale ont interprété des poèmes sud-africains mis en musique par Patrick Fradet qui dirigeait un orchestre de quinze musiciens, avant de chanter l’hymne sud-africain a cappella devant la plaque commémorative de l’avenue de la Convention. ■ CG

Photos Darryl Evans

22e anniversaire de l’assassinat de Dulcie September

29/03 Émouvant

07/04 Chère Liberté

CG

Dans le cadre du 65e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, la municipalité et les anciens combattants ont organisé une série de manifestations : commémorations de la Journée nationale de la déportation le 25 avril et de la capitulation sans condition de l’Allemagne nazie le 8 mai, ainsi que la projection de trois films suivis de débats à l’Espace Jean Vilar. Baptisée Les chemins de la mémoire 2010, cette initiative a débuté mercredi 7 avril, en partenariat avec l’association Le Courrier des Balkans, avec la projection de Liberté de Tony Gatlif. Ce film expose le destin tragique d’une famille de Tsiganes dans la France occupée de 1943. « C’est un film important qui comble une lacune de nos livres d’histoire », soulignait le comédien Iljir Selimoski (photo ci-contre), dont c’est la première apparition à l’écran et qui n’a pas hésité à apprendre le rom pour y participer. Le réalisateur, qui a souvent fait référence à la déportation, « voulait faire ce film depuis trente ans », a affirmé l’acteur, avant de révéler que des nomades étaient encore internés en 1946. ■ CG

10/04 Méritoire Forum de l’emploi

CG

Du 10 au 17 avril, le centre commercial La Vache Noire organisait dans ses allées son premier Forum de l’emploi. Une initiative proposant gratuitement non seulement des informations sur des formations, des entreprises, des métiers, des ateliers de coaching pour CV, lettres de motivation et entretiens d’embauche, mais encore des conférences sur les métiers de la sécurité et des offres d’emploi de diverses enseignes du centre, d’agences d’intérim ou du Pôle emploi. Le Point information jeunesse de la Ville d’Arcueil et la Mission Locale Innovam participaient à cette rencontre rassemblant des professionnels de différents secteurs d’activité, de la Police nationale à l’ostéopathie. Malgré un public restreint, cette opération, qui vise à faire du centre commercial également un lieu de vie et de partage, devrait être reconduite l’année prochaine à la même période, en partenariat avec la Ville et la Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre. ■ CG

Arcueil notre cité n° 207 mai 2010 | 7


en court

Un chiffre

1455

Vendredi 9 avril, le parc du Coteau a accueilli 1455 enfants du primaire – classes élémentaires et moyennes, ainsi que les grandes sections de maternelle – lors du traditionnel cross scolaire organisé par le service des Sports, en partenariat avec divers services municipaux : l’Espace Jean Vilar pour enfants de 65 classes  la sonorisation, le Centre municipal de santé pour de la ville au cross  la couverture sanitaire, le secteur Manutention pour scolaire l’installation des stands, le service Enfance et le Service communal d’hygiène et de santé pour le stand nutrition. D’autres chiffres ? Outre les 26 élèves de la classe culturelle et sportive de 5e du collège Dulcie September (ci-dessous, en teeshirts rouges), pilotés par Laurent Schilis et qui ont servi de relais entre la coordination des courses et les cinq groupes scolaires, l’événement a mobilisé une cinquantaine de personnes. Placé au beau milieu du stade François-Vincent Raspail, le stand nutrition a distribué 45 kilos de pommes, 50 baguettes et 920 portions de fromage. La devise du jour, salutaire pour les petits comme pour les grands : « Manger mieux, bouger plus. » ■ CG

Un animal (indésirable)

Pigeon aux amendes Les pigeons des villes sont susceptibles de transmettre à l’homme des maladies infectieuses et allergiques, en plus des dégradations et salissures qu’ils provoquent dans l’environnement urbain. Chaque pigeon est à l’origine de 12 kilos de fientes par an ! Or, l’une des principales causes de leur prolifération est la nourriture abondante laissée à l’abandon par l’homme, et en particulier celle distribuée par les nourriciers (très difficiles à raisonner). L’équipe municipale étudie en ce moment DR

Actualités

les mesures appropriées afin de limiter ce phénomène. En attendant, elle appelle la population au civisme et rappelle les termes du règlement sanitaire départemental du Val-de-Marne, qui stipule: « Il est interdit de jeter ou de déposer en tout lieu et établissement public, jardin, parc, bois, promenade, cimetière, etc., des graines ou toute nourriture susceptible d’attirer les animaux errants, notamment les chats et les pigeons », sous peine d’une amende pouvant aller jusqu’à 450 euros. ■ LdV

Une phrase

Photos CG

« Dans une collectivité, les gens sont les uns à côté des autres ; dans une communauté, ils sont les uns auprès des autres, et là vient poindre enfin la notion de responsabilité. » Delphine Bouit (lire p. 21)

Emissions de mai sur Destination Soleil / Jeudi 6 à 19h (rediffusion) - Spéciale Haïti n Culture locale /  Lundi 17 à 19h - Rencontre avec

l’équipe du journal Déclic au collège Dulcie September. n Come-back / Un mardi sur deux à 19h - Les artistes des années 80. Ils sont de retour n Culture & Découverte • Retour sur la rencontre des auteurs du Val-de-Bièvre • Invité : la compagnie de Théâtre  Les Dramaticules (en

www.otoradio.com

résidence à Arcueil) • Jérôme Douablin (chanteur arcueillais) en archive n Journal de la banlieue sud de Paris / chaque semaine à partir de mi-mai - Avec Pauline, Joris et Nicolas. Passez à l’antenne sur OTORADIO :

rubrique contact sur www.otoradio.com  

Ouvre Tes Oreilles

8 | Arcueil notre cité n° 207 mai 2010

Prêts à changer vos repères ? Ecoutez la radio sur Internet OTORADIO 24 heures /24     

l a 1 ère R a d i o w e b d e P a r i s - B a n l i e u e S u d


sport express > Boxe

La section boxe française et kickboxing du Cosma continue de former des champions. Honoré Lazo, qui combattait le 21 mars, échoue en finale île-de-France de kick-boxing. Après deux combats victorieux (quart et demi-finale), il devient tout de même officieusement - vice-champion régional, catégorie honneur moins de 60 kg. En boxe française (assaut), Gary Boulin gagne sa finale le même jour dans la catégorie minimes moins de 84 kg et s’adjuge, lui, l’officiel titre de champion d’île-de-France.

Une rencontre (historique)

Hommage aux victimes de la déportation

> Handball

L’équipe féminine des moins de 18 ans du Handball Club d’Arcueil se classe 4e du championnat départemental. Leurs homologues masculins sont quant à eux 2e en honneur départemental. Les seniors féminines, évoluant en prérégion, se classent 6e, alors que les hommes sont à la 10e place. En honneur départemental, les seniors masculins sont 5e. Les moins de 14 ans, garçons et filles, jouent en championnat départemental et sont classés respectivement 5e et 9e.

SD

La mère de Rosa Hasenpouth (à g.) et celle de Sarah Rosenfeld furent déportées après la rafle du Vélodrome d’Hiver le 16 juillet 1942.

mère depuis Drancy, juste avant qu’elle ne soit envoyée à Auschwitz, où elle espérait pouvoir revenir bientôt. Après la lecture de textes de Primo Levi et de Samuel Beckett, le cortège s’est rendu à l’ancien commissariat de la rue Cauchy -

SD

A l’occasion de la Journée nationale de la Déportation, dimanche 25 avril, une cérémonie était organisée place de la République à Arcueil. Le maire, Daniel Breuiller, et Carine Delahaie, adjointe chargée du Travail de mémoire, ont dévoilé une stèle portant le nom des trente-huit Arcueillais déportés. Parmi l’assistance, deux témoins de la rafle du 16 juillet 1942 : Rosa Hasenpouth, 83 ans, arcueillaise depuis toujours, et Sarah Rosenfeld, 74 ans, une Arcueillaise partie vivre aux EtatsUnis en 1959. Toutes deux ont vu leur mère être arrêtée ce jour-là, la police épargnant les enfants juifs à Arcueil (1). Sarah Rosenfeld a lu avec beaucoup d’émotion une lettre écrite par sa

La place de la République accueille désormais une stèle portant le nom des Juifs arcueillais raflés puis déportés en 1942.

où ces Arcueillais avaient été détenus avant d’être transférés au Vél d’Hiv –, pour déposer des gerbes de fleurs autour de la plaque

commémorative. ■ Sandra Deruère

> Basket

(1) Le numéro de juin d’ANCArcueil notre cité inclura un long témoignage de Mmes Hasenpouth et Rosenfeld.

Un défi

La 28e Marche de la Bièvre se déroulera dimanche 9 mai (1). Et ce, dès la première heure, puisque la fameuse « marche à la lune » (50 km, via Arcueil) partira comme de coutume du parvis de NotreDame de Paris à 0 heure. Pour les autres (impurs !), la « marche à l’aurore » (30 km) s’en ira à 3h30 depuis la gare RER de Massy-Palaiseau et la « marche au soleil » (22 km) quittera l’église d’Igny à 8

DR

50 kilomètres à pied…

heures. Les trois marches s’achèveront à Jouy-en-Josas, école Emile Mousseau, en face de la gare. ■ PhL

(1) Inscriptions : http://marche.bievre.org.

Les minimes filles du collège Dulcie September terminent leur saison avec l’officieux titre de vice-championnes d’académie. Dans une finale à trois, elles ont dominé une nouvelle fois les filles du collège François Rabelais de Vitry-sur-Seine (27 à 7). Ces dernières ne sont pas parvenues à inscrire un seul point face à l’équipe du collège Camille Claudel de Villepinte (63-0). Mais les jeunes Arcueillaises ont aussi été obligées de s’incliner devant cette très bonne équipe, sur le score de 8 à 16. Une défaite honorable face à des filles d’un niveau supérieur – beaucoup évoluent déjà en division régionale dans leur club -, à l’issue d’une rencontre ternie par quelques erreurs d’arbitrage. Les filles de « Dulcie » finissent cependant secondes de ce championnat qui réunit les collèges des départements du Valde-Marne, de Seine-Saint-Denis et de Seine-et-Marne. ■ KG

Arcueil notre cité n° 207 mai 2010 | 9


Cadre de vie

Vache-Noire au parc des Lilas La « coulée verte » poursuit son avancée vers Villejuif, sur le haut de la route départementale 61.

Renseignements Conseil général du Val-de-Marne, direction des espaces verts et du paysage, tél. 01 43 99 82 48 ; Info services 39 94 ; www.cg94.fr

Parc Raspail Jardin Botanique

VITRY-SUR-SEINE Villejuif

Parc des Hauts de Bruyères

Domaine de Cherioux Parc des Blondeaux

Parc de la Roseraie

Parc des Lilas Parc Petit Leroy

Jardins familiaux la Saussaie

Le projet global de coulée verte d’Arcueil à Vitry-sur-Seine, mis en œuvre par le Département du Val-de-Marne.

DR

L

e conseil général du Val-deMarne, maître d’œuvre, lui a donné le nom de « Coulée verte Bièvre-Lilas ». Ce trait d’union, qui doit relier la place de la Vache-Noire (à Arcueil) aux quarante hectares du parc des Lilas (à Vitry-sur-Seine) sera long de quatorze kilomètres (voir schéma ci-contre) et réservé à la « circulation douce », c’est-à-dire celle des piétons et des cyclistes. Mais en la matière, le choix global fait par le Département a été celui de la mixité. La coulée n’est donc pas un axe « véloroutier  » rapide, mais un espace public de loisirs, forcément partagé.

Parc du Coteau

© Département du Val-de-Marne

Un fil vert de la

ARCUEIL

PhL

Actualités

Avenue Paul Vaillant-Couturier, devant la Maison du grand cèdre, avant et après les travaux de la première tranche.

à Arcueil, cette coulée verte suit la route départementale 61 (avenues Laplace, Paul Doumer et Paul Vaillant-Couturier) de différentes manières. La première tranche, achevée en 2009, consiste en un trottoir paysager où se côtoient un parcours cycliste et un parcours piétonnier. Après le carrefour des Quatre-Cités, l’aménagement prendra l’allure d’un sentier, contournant la station-service Esso, longeant le stade Louis Frébault et rejoignant le sentier des Vaudenaires, pour ensuite repartir vers le carrefour des QuatreChemins et Villejuif via les bas-côtés de la RD 61. Cette deuxième tranche arcueillaise prévoit divers aménagements qui ont pour but louable d’installer un bout de campagne dans la ville : escaliers, soutènement pour la circulation douce « mixte », plantations et même parcelle cultivable pour des jardins familiaux. La coulée verte Bièvre-Lilas devrait ainsi atteindre Villejuif avant l’hiver prochain. ■ Philippe Lorette 10 | Arcueil notre cité n° 207 mai 2010

PhL

Parcelle cultivable

Du carrefour des Quatre-Cités à celui des Quatre-Chemins : une deuxième tranche moins urbaine.


Cadre de vie

Actualités

Tags et graffitis : c’est la lutte (finale ?) Avec de nouveaux moyens pour le « dégraffitage »,   les services municipaux s’engagent désormais à intervenir   sur le domaine privé à la demande des propriétaires. Numéro d’appel pour une demande d’intervention : tél . 01 82 01 20 15.

Photos SD

La lutte en chiffres

Le technicien dégraffiteur, Gilles Pinagot, dispose de plusieurs armes : une gommeuse et un Kärcher pour les surfaces dures et peu fragiles comme les murs ou les bancs en pierre ; des dissolvants biologiques et des grattoirs pour le mobilier urbain ; de la peinture pour les transformateurs électriques.

V

éritables polluants visuels, tags et graffitis ont envahi nos villes depuis le début des années 80. Murs, mobilier urbain, panneaux de signalisation en sont régulièrement couverts. Luttant depuis de nombreuses années contre ce fléau, la municipalité d’Arcueil est passée à une nouvelle phase d’attaque. En janvier dernier, celle-ci a engagé un technicien, Gilles Pinagot, dont la seule mission, et non la moindre, consiste à « dégraffiter » les murs de la commune et enlever affiches et autocollants dégradant le mobilier urbain. Affecté dans un premier temps au traitement des édifices municipaux (hôtel de ville, écoles, gymnases…), il va aussi intervenir à compter du début du mois de mai sur le domaine privé. Ce véritable agent spécial explique : «  Tous les lundis matin, je fais le tour des bâti-

ments communaux pour enlever les tags et les affiches qui ont été apposés pendant le week-end. Ensuite, je fais le tour d’Arcueil, pour répertorier les endroits où je dois intervenir. »

Fantassin territorial Pour débarrasser murs et mobilier urbain de ces inscriptions et autocollants, il dispose de plusieurs armes. « Tout dépend de la surface que j’ai à traiter, précise-t-il. Pour les surfaces dures et peu fragiles, comme les murs ou les bancs en pierre, j’utilise principalement la gommeuse, qui envoie du sable sous pression, ou le Kärcher d’une pression de deux cents bars. Pour le mobilier urbain, j’utilise des dissolvants biologiques et des grattoirs. Enfin, pour les transformateurs électriques, je repeins tout simplement par-dessus. » Lors de ses interventions, Gilles Pinagot réalise un rectangle autour du graffiti pour que le spectre de l’inscription

ne soit plus visible. « Mais sur les panneaux de signalisation de couleur bleue, il reste toujours une trace, note-t-il cependant. Il y a aussi des couleurs plus difficiles à enlever que d’autres, le noir surtout. Sans parler des tags réalisés sur un papier qui est ensuite collé ! » On l’aura compris, l’éradication des graffitis dans la ville s’annonce un combat ardu et quotidien. Une lutte qui risque de prendre plusieurs années. ■ Sandra Deruère

> 700 tags déjà enlevés par le technicien en 3 mois. > 20 m², telle est la surface maximale de tags sur laquelle intervient le technicien. Au-delà, la municipalité fait appel à une entreprise extérieure spécialisée dans le dégraffitage. > 15 jours, c’est le temps d’incrustation de la peinture d’un tag dans son support ; après ces deux semaines, il devient très difficile à enlever. > 7 interventions sont nécessaires à un même endroit, afin que le tagueur se lasse et ne pollue plus cet endroit. > 3 années : voilà ce qu’il faudra, selon les services techniques de la Ville, pour éradiquer tags et graffitis de la commune, les interventions devant devenir ensuite plus ponctuelles. ■ SD

Dégraffitage du domaine privé : mode d’emploi à compter de ce mois de mai, les propriétaires peuvent faire dégraffiter gratuitement leurs murs, après signature d’une convention avec la municipalité. Le technicien chargé du dégraffitage se rendra sur place pour évaluer la faisabilité et l’urgence du travail. Son délai d’intervention est encore difficile à évaluer, puisque cela dépend du nombre de sollicitations. Mais les tags provocants et insultants seront traités en priorité. ■ SD

Arcueil notre cité n° 207 mai 2010 | 11


L’interview

du mois

Le centre commercial en chiffres

La mission de Laurent Moreau : faire décoller le centre commercial La Vache Noire. Son profil : vieux routier de la distribution.

« Nous avons eu quatre millions et demi de visiteurs en 2009   et nous en visons sept en 2012 »

Né en 1960 à Blois, Laurent Moreau habite aujourd’hui Tours et fait chaque jour le trajet de son domicile à la Vache-Noire en combinant moto et TGV. En 1982, il entre à la SSC, la société de gestion de centres commerciaux créée par le fondateur de Parly 2, Jean-Louis Solal. Après avoir dirigé le centre Bercy 2 (« celui qui a une forme de baleine quand on le voit du périphérique »), il participe au développement des hypermarchés Leclerc en Pologne, puis de centres commerciaux au Maroc, en Egypte et au Liban. En 2003, il fonde sa propre petite structure de gestion de centres, à qui le propriétaire ING – Real Estate a confié depuis 2009, via la SSC, la direction opérationnelle du site de la Vache-Noire. « J’ai de l’expérience : je sais ce qu’il faut faire et surtout ce qu’il ne faut pas faire », confie ce professionnel, qui n’est certes pas né de la dernière pluie de sa profession. ■ LdV

1 | Commençons par le sujet qui fâche de nombreux Arcueillais : le parking… payant.

• 950 emplois directs (commerces) + 150 emplois indirects (entreprises de nettoyage et de gardiennage). • 140 caméras de vidéo-surveillance et 8 agents de sécurité. • 4,5 millions de visiteurs en 2009 • Profil de la clientèle : 70 % femmes, âge moyen : 39 ans, salariés travaillant à proximité : 56 %, origine géographique de la clientèle résidant à proximité : habitants de Montrouge : 26 %, d’Arcueil : 22 %, de Bagneux : 11 %, de Cachan : 7  %, et de Paris : 6  %.

Ce parking a été concédé à Q-Park qui paye une redevance au propriétaire (ING - Real Estate), et pour l’instant les recettes ne couvrent pas le loyer. Il y a 1 850 places dans ce parking et 4 à 5 000 personnes qui travaillent à proximité immédiate. Si le stationnement était gratuit, la moitié des places serait occupée par ces salariés et les clients ne pourraient donc plus se garer. Mais, pour les clients justement, le propriétaire a décidé de prendre en charge deux heures de gratuité conditionnée à quinze euros d’achat.

2 | à Okabé, qui vient d’ouvrir au Kremlin-Bicêtre, ces deux heures sont gratuites sans condition.

Oui, mais je pourrais vous dire qu’à partir de la troisième heure, leur tarif est beaucoup plus élevé que chez nous. En fait, Okabé n’a rien à voir avec La Vache Noire : chez eux, c’est le modèle industriel de l’hypermarché avec des batteries de caddies et de translators.

3 | Oui, mais avec parking gratuit !

Ecoutez, puisque vous m’interviewez pour le journal d’Arcueil, vous pouvez écrire que tous nos visiteurs, même ceux qui n’ont pas fait d’achat, peuvent se faire valider leur ticket de parking auprès des commerçants ou de l’hôtesse d’accueil, je m’y engage.

4 | Le centre a ouvert en septembre 2007. Quelle est l’évolution de sa fréquentation ?

En 2009, nous avons eu 4,5 millions de visiteurs, soit une progression de 16 % par rapport à 2008, et aussi une augmentation de  8% du chiffre d’affaires dont je ne peux pas vous dire le montant car il est confidentiel. Nous espérons bien continuer à progresser sur le même rythme et atteindre les 6 à 7 millions de visiteurs en 2012. Pour plusieurs raisons (positionnement et communication, ouverture tardive des enseignes de restauration…), La Vache Noire a connu un démarrage difficile, mais l’expérience prouve qu’il faut cinq à sept ans pour qu’un centre trouve son équilibre d’exploitation.

5 | En attendant, plusieurs magasins ont fermé leurs portes ces derniers mois…

La vie d’un centre n’est jamais un long fleuve tranquille. Mais en l’occurrence, la plupart

12 | Arcueil notre cité n° 207 mai 2010

LdV

BIOEXPRESS

Laurent Moreau, directeur du centre commercial La Vache Noire

de ces fermetures ne sont pas spécifiques à La Vache Noire, puisqu’elles concernent des enseignes nationales (Au bout du quai, Le Moule à gâteau, Piment bleu…), qui ont déposé leur bilan suite à la crise.

6 | Et Médiastore ? Allez-vous retrouver une enseigne culturelle ?

Médiastore a été expulsé pour la bonne raison que l’exploitant ne payait pas son loyer depuis un an. Aujourd’hui, on ne peut pas se tourner vers la Fnac ou Virgin, car ils n’ouvrent plus aucun magasin. Mais nous sommes en contact avec une nouvelle enseigne, Univers du livre, filiale de Gibert, encore peu connue, mais qui me paraît très bien positionnée pour satisfaire notre clientèle.

7 | Allez-vous développer de nouveaux services et activités ?

La priorité est que le client évolue dans un cadre agréable et serein, et c’est ce qui ressort des enquêtes. Nous allons étendre les services gratuits existants (Wi-fi, petit train, mise à disposition de poussettes…), en créant un relais bébé, ainsi que des aires de jeux pour les enfants et de repos pour les adultes. Nous voulons surtout renforcer les animations comme le petit train, le guignol, les spectacles et les expositions, en particulier dans le jardin qui est un très beau site que nous voulons contribuer à faire vivre. Nous sommes ouverts aux partenariats avec la commune et les associations pour monter ces animations et développer des initiatives, comme le premier Forum emploi que nous venons d’organiser. ■ Laurent de Villepin


Dossier

etNouvelles tars

Artisans d’art

S

© G. Stauffer

L’écomusée du Val-deBièvre réussit la gageure d’exposer trente artisans d’art des alentours, des métiers de la main hautement qualifiés qui associent savoir-faire   et création artistique.

Augusto Tozzola, 82 ans, céramiste maître tourneur, dans son ancien atelier arcueillais, rue Guy de Gouyon du Verger.

Styliste, créatrice d’étoffes d’art, tailleur de pierre, ébéniste, perlière, restauratrice de tableaux, maréchal-ferrant orthopédiste équin… L’écomusée du Val-de-Bièvre à Fresnes s’est arrêté à trente : trente créateurs et artisans d’art des sept communes (1) du Val-de-Bièvre, trente gestes et savoir-faire, trente métiers, trente passions exposées. Il s’agit en fait d’une double exposition : il y a les objets, produits de ces créateurs, et il y a les photographies de ces femmes et de ces hommes en action, plus précisément des triptyques photographiques, réalisés par l’artiste cachanais Gabriel Stauffer. ANC-Arcueil notre cité ne montre pas tout. Il se borne, faute d’espace, à quelques artisans arcueillais qui font partie de la sélection de l’écomusée (2) ; ANC vous invite naturellement à découvrir, à l’écomusée, la matière, les objets, toute la valeur tangible ajoutée par ces maîtres techniciens qui ne produisent que des pièces uniques ou des petites séries. Que tout cela est beau ! Et didactique ! « L’objectif que nous avions assigné au projet Artisans d’arts était de montrer aux collégiens en particulier que ces métiers pouvaient être un objectif professionnel pour eux », rappelle Alexandre Delarge, conservateur de l’écomusée du Val-de-Bièvre. Il est à noter également qu’un carnet de découverte de l’exposition pour les enfants de 7 à 10 ans sera offert aux jeunes visiteurs. ■ PhL

Arts d’artisans 30 créateurs en Val-de-Bièvre Du 12 mai 2010 au 13 février 2011 Écomusée du Val-de-Bièvre Ferme de Cottinville 41 rue Maurice Ténine, Fresnes (à 300 m de la mairie de Fresnes) Entrée gratuite Ouverture : mercredis et samedis de 10h à 12h et de 14h à 18h ; mardis, jeudis, vendredis, dimanches et jours fériés de 14h à 18h ■ Dossier réalisé par Philippe Lorette et Colline Gori Photographies : Gabriel Stauffer

(1) Arcueil, Cachan, Fresnes, Gentilly, L’Haÿ-les-Roses, Le Kremlin-Bicêtre et Villejuif. (2) Parmi les trente artisans exposés, six travaillent ou ont travaillé à Arcueil : Angélique Demeersseman (p. 1 et p. 14) ; Susse Fondeur (p. 16) ; Lorenzi (p. 4) ; Augusto Tozzola  (ci-dessus) ; Marianne Bruvier (p. 14) ; Sabina Fay Braxton (p. 15). Arcueil notre cité n° 207 mai 2010 | 13


© G. Stauffer

Dossier

Le chas beauté

■ ■ ■ Marianne Bruvier, tapissière d’ameublement Née en 1957 en bord de baie de Somme d’un père artisan plombier couvreur, Marianne Bruvier a fait des études d’économie, avant de passer son brevet de technicienne tapissière d’ameublement. Ce qui signifie qu’elle fait des rideaux, « contrairement aux tapissiers qui font des sièges ». Salariée pendant trente ans, la sympathique Cachanaise crée l’Atelier Marianne (1) en 2006 à la suite d’un licenciement économique. Depuis, elle sous-traite et travaille pour des boutiques de décoration, des architectes, des particuliers et des consœurs. «  On s’échange du boulot  », formule celle qui façonne à la mesure les décors de fenêtre, les coussins de fauteuil et autres dessus de lit. Elle pique à la machine, mais «  l’ourleuse, ce sont (ses) mains » ! Marianne Bruvier a eu une employée pendant deux ans, mais aujourd’hui, crise oblige, elle travaille seule, même

si elle prend des stagiaires. « J’aime transmettre mon savoir, confie-t-elle. Je voudrais trouver une boutique pas trop chère à Arcueil ou dans le Val-de-Bièvre pour y exposer mes tissus, mes travaux, être plus visible. Si j’en avais une, je pourrais prendre une apprentie dès septembre. » Avant d’être enceinte de ses jumeaux, la tapissière a enseigné à l’école de la chambre de commerce Ferrandi, dans laquelle sa fille s’apprête à entrer. « Elle est tombée dedans toute petite. » Le store bateau qu’elle expose à Fresnes, tout en fibre végétale et soie, se termine par une bordure nid d’abeille qui ressemble à une frise de fleurs. Un trésor de délicatesse. ■ CG (1) L’Atelier Marianne,  90 avenue de la Convention, Arcueil.

Ange de la renaissance

© G. Stauffer

■ ■ ■ Angélique Demeersseman, restauratrice de tableaux

Née en 1984, Angélique Demeersseman est arcueillaise depuis toujours. Sa passion a surgi à l’âge de 12 ans, à la vue d’un reportage sur la restauration de tableaux. « Cela m’a donné envie et j’ai tout mis en œuvre pour y arriver. Ça me rend triste de voir des tableaux dépérir. » Après des études d’Arts appliqués à l’école Estienne, une licence d’histoire de l’art et une autre d’arts plastiques, elle suit durant trois ans une formation de restauration à l’Atelier du temps passé à Paris. En 2008, diplôme en poche, elle fréquente la couveuse d’entreprise du Val-de-Bièvre qui aide les jeunes à créer leur propre structure et ouvre l’Atelier des Anges (1). Elle y offre une seconde jeunesse aux peintures et aux sculptures sur bois peint, comme aux blasons, et réalise des copies de tableaux de toute époque et de toute technique.

14 | Arcueil notre cité n° 207 mai 2010

Ses clients sont des particuliers, des châtelains, des antiquaires et… la Mairie d’Arcueil. Le service du Patrimoine lui a confié la restauration d’un tableau illustrant l’aqueduc, endommagé lors des travaux de rénovation du centre Marius Sidobre. Après nettoyage avec des solvants, les tests de résistance à l’eau et à la chaleur, le masticage des déchirures à la colle de peau de lapin ou le rentoilage, les retouches sont faites à l’aquarelle additionnée de vernis. Et c’est reparti pour cent ans ! La jeune et passionnée Angélique rêve de restaurer la façade de la Maison pour tous de la cité-jardin et projette de donner à Arcueil des cours de copie de tableaux… ■ CG (1) L’Atelier des Anges, 29 avenue Laplace, Arcueil  http://latelierdesanges.free.fr/


Artisans d’art et Nouvelles Stars

Fée du velours

■ ■ ■ Sabina Fay Braxton, créatrice d’étoffes d’art

L’effet est celui d’un ancien brocart ou velours de Gênes qui a mûri avec le temps. Sabina Fay Braxton s’est retirée de la décoration pour perfectionner sa technique et créer son entreprise artisanale en 1988. Aujourd’hui, son atelier, qui emploie quatre personnes, travaille pour de grosses sociétés, des décorateurs d’intérieur, de grands couturiers comme Valentino, Armani ou Christian Lacroix, des palais et des palaces, des particuliers et des personnalités du monde du spectacle. Ses velours habillent aussi bien Catherine Deneuve que les héros de Star Wars ou de Harry Potter. Ses créations sont exposées à la fois dans des galeries d’art et des show-rooms de Paris, New York, Monaco, Singapour et Moscou. L’œuvre exposée à Fresnes est un panneau mural au nom évocateur : Terre Céleste. ■ CG (1) Sabinay Fay Braxton, 38/40 avenue Jean Jaurès, Arcueil  www.sabinafaybraxton.com

© G. Stauffer

Née en Suède en 1963 d’une mère artiste peintre et d’un père écrivain, Sabina Fay Braxton a installé son atelier à Arcueil il y a six ans. Dès l’âge de 5 ans, elle sillonne le monde avec ses parents, découvrant les miniatures indiennes, la danse balinaise, la culture mésopotamienne et le théâtre nô japonais. Après des études de scénographie à l’école des Arts décoratifs de Nice, la jeune globe-trotter travaille comme costumière à la Société française de production. En 1986, on lui confie la restauration de l’intérieur du château de Pigranel, un pavillon de chasse bourguignon de 1470 déplacé sur la Côte d’Azur. Son challenge : lui redonner son caractère originel. « C’est sur ce projet que j’ai inventé la technique de gaufrage métallique, Gilded gaufrage, sur velours », relate-t-elle. Une technique unique au monde qui consiste à teindre à la main des velours écrus avec des superpositions de teintes, afin de créer une profondeur de couleur inégale, comme des marbrures. Les motifs sculptés en relief sont ensuite gaufrés dans le poil du velours avec des encres et des poussières d’or ou d’argent.

Dinosaure de l’argentique

■ ■ ■ Gabriel Stauffer, photographe

PhL

Le trentième artisan d’art, c’est lui, l’observateur enfin observé, le signataire de tous les triptyques présentés à l’écomusée du Val-de-Bièvre, Gabriel Stauffer (1), photographe de 57 ans, qui n’arrête pas de traverser la nationale 20 entre son domicile de Cachan et son labo de Bagneux. Ce numéro trente n’est qu’un clin d’œil. Gabriel Stauffer permet ainsi d’atteindre le nombre requis de créateurs, mais

sa démarche est bien celle d’un artiste et non celle d’un documentariste. Avec son 6 X 6 Mamiya, ses films Ilford et ses papiers Bergger, il passe pour un des derniers dinosaures de la photographie argentique, une photo qui, il faut le dire comme une évidence, donne de la vie intense dans les noirs les plus denses, une photo qui se délecte du clair-obscur, là où échouent le numérique et ses pixels rectangulaires même innombrables. Pour l’écomusée et Arts d’artisans, Gabriel Stauffer, qui n’est pas un chasseur d’images, a pris son temps. « Je ne vole rien, explique l’artiste. Il me faut un peu de temps et un peu d’espace. J’effectue les prises de vue avec un moyen format et un trépied. Les images sont souvent posées. Une ambiance et un échange se créent. Il y a beaucoup de respect mutuel. » Le meilleur souvenir de ses six cents heures de reportage : le céramiste et maître tourneur Augusto Tozzola (qui travaillait à Arcueil depuis 1968 mais, le bail ayant été rompu par le propriétaire, a dû déménagé à Saint-Maur-des-Faussés), son extraordinaire dextérité et sa grande bonté d’âme. ■ PhL (1) En mai, Gabriel Stauffer expose aussi dans l’Yonne, d’une part (Venise la ténébreuse) à l’Abbaye Saint-Germain d’Auxerre et d’autre part (Paris, ville lumière) au Musée de l’Avallonnais à Avallon. Voir : http://gabriel-stauffer.zendesign.info.

Arcueil notre cité n° 207 mai 2010 | 15


Directeur technique.

Mouleur au sable.

Maître du feu.

Coulée.

Susse

Façon

16 | Arcueil notre cité n° 207 n° 201 mai octobre 2010 2009

Mouleurs, mouleurs sable, tireur de cire, fondeurs, ciseleur, patineure (puisqu’il s’agit d’une femme), directeur technique, chef d’entreprise : au total, ils sont douze, tous apôtres du bronze façon Susse, douze travailleurs chevronnés composant l’équipe


Tireur de cire.

Mouleurs au plâtre.

Ciseleur.

Patineure.

de la Fonderie Susse. L’entreprise du 7 avenue Jeanne d’Arc à Arcueil est la plus ancienne fonderie d’art de France et fait partie du carré d’as des fonderies françaises. ■ PhL Photographies Gabriel Stauffer

Exposition Arts d’artisans 30 créateurs en Val-de-Bièvre (Ecomusée du Val-de-Bièvre, Ferme de Cottinville à Fresnes)

Arcueil notre cité Arcueil notre cité n° 201 n° 207 octobre mai 2010 2009 | 17


Découvertes XxxJeunesse

En voix de

développement

en très court

Club Guy Môquet avenue du Colonel Fabien (face au stade Louis Frébault) Tél. 01 46 65 21 39

Depuis le mois d’octobre, le club Guy Môquet propose un atelier chant et guitare à des jeunes qui se révèlent talentueux.

Urbanisme : concertation sur l’avenir du « périmètre hôtel de ville »

Une nouvelle réunion se tiendra mercredi 19 mai, à 20 heures, à la mairie, salle du conseil, avec à l’ordre du jour la restitution du travail mené avec les habitants, portant sur le diagnostic et la détermination des enjeux à intégrer dans la construction du projet.

SD

Débat sur les cantines

Elisabeth, 16 ans : « On apprend aussi à suivre l’accompagnement de la guitare acoustique, ce qui est loin d’être évident au début. »

F

ais attention à bien reprendre ta respiration à chaque début de phrase, si tu ne veux pas être à bout de souffle. » Laurie Festin, 25 ans, animatrice au club Guy Môquet depuis le début de l’année scolaire, anime un atelier chant tous les jeudis et vendredis de 17h à 19h. Elle-même chanteuse, sous le nom de scène Lorylo, elle a proposé cet atelier avec un autre animateur, Tayeb Hadjadj, guitariste. « Au début, nous n’avions que deux ou trois jeunes, mais petit à petit le bouche à oreille a fait son effet », retrace Laurie. Il faut dire qu’ici on peut chanter ce qu’on veut : du R’n’B à la pop, en passant par la soul, de la chanson française à la chanson anglophone. « Je préfère le R’n’B et les chansons romantiques », confie Célia Bernard, 14 ans, qui a rejoint l’atelier il y a deux mois. Elisabeth Vital, 16 ans, inscrite depuis quatre mois, ajoute : « On apprend pas mal de choses  : à

«

chanter plus juste et plus fort, à s’adapter à une rythmique, à suivre l’accompagnement de la guitare acoustique, ce qui n’est pas forcément évident au début. »

Justes et chaleureuses En plus d’accompagner les apprentis chanteurs, Tayeb donne des cours de guitare à quelques jeunes. « J’ai commencé à prendre des cours avec Tayeb depuis le mois d’octobre. Je travaille chez moi les accords qu’il m’a montrés et j’essaie aussi de trouver des mélodies,

18 | Arcueil notre cité n° 207 mai 2010

toute seule, à l’oreille », raconte Arlette Opay, 16 ans. Les filles sont majoritaires à l’atelier, même si quelques garçons y participent de temps en temps. Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que ces jeunes ont du talent. Les voix sont justes et chaleureuses, avec une sonorité tantôt exotique, tantôt romantique. Pour l’instant, aucune participante ne projette de faire carrière dans la musique, mais qui sait, la vocation viendra peutêtre après quelques scènes… ■ Sandra Deruère

L’atelier en scène les 19 et 21 juin Les jeunes de l’atelier chant/guitare participeront à deux représentations à la fin de l’année : samedi 19 juin pour les rencontres musicales et lundi 21 juin à l’occasion de la Fête de la musique, devant l’Espace jeunes. Les répétitions vont bon train. Les chanteurs apprennent à évoluer avec un micro, les chœurs à vocaliser ensemble sur une tonalité différente, et les guitaristes à travailler leurs accords. « On insiste beaucoup sur la justesse, les postures et surtout on veille à ne pas en faire trop », souligne l’animatrice Laurie. Au programme Corneille, Céline Dion, Lauryn Hill ou encore Zao. ■ SD

Le Siresco, qui est un organisme public de coopération intercommunale assurant la production des repas pour une quinzaine de villes dont Arcueil, organise ses premières ”Rencontres“ le samedi 5 juin à l’Espace Robespierre d’Ivry-sur-Seine. La thématique « De la terre à l’assiette » interroge les pratiques de l’agriculture et de la restauration collective, avec en ligne de mire les questions éthiques et l’agriculture biologique. Renseignements sur le site siresco.fr et inscriptions gratuites par mail : rencontres@ siresco.fr.

Distribution des bons énergie pour les retraités Ces bons municipaux sont délivrés à l’accueil de la mairie. Se munir de l’avis d’imposition (revenus 2008) et d’une récente facture d’énergie. Chaque foyer qui entre dans les critères a le droit à un bon d’aide par an, sous réserve que cette aide ne doublonne pas avec une allocation sociale. Renseignements auprès du service Retraités au 01 46 15 08 70.


Scolarité Scolarité

Découvertes Lycée professionnel du Val-de-Bièvre 17 rue d’Arcueil, Gentilly Tél. 01 49 86 99 29

Une classe post-bac entretient et rénove des costumes de théâtre, dont ceux de l’Opéra de Paris.

200 élèves pour…

L’atelier pressing, entièrement équipé de matériel professionnel, est doté d’un comptoir d’accueil ouvert au public à des prix défiant toute concurrence.

Du côté des pros

Activité traditionnelle en Val-de-Bièvre, la blanchisserie est une des formations phares du lycée professionnel de Gentilly. L’établissement comprend en tout treize classes pour trois filières.

Q

u’ils soient futurs blanchisseurs, aides à domicile ou comptables, les élèves du lycée professionnel du Val-de-Bièvre, 60 % de filles - venus de tous les environs, sont sélectionnés sur dossier. En provenance du lycée Darius Milhaud du KremlinBicêtre, Catherine Frigara, nouvelle directrice en poste depuis la rentrée, espère « accueillir des élèves motivés plutôt que par défaut, élever le niveau pour les métiers du tertiaire et revaloriser l’image des métiers  du pressing ». Les élèves de ce secteur bénéficient d’un authentique pressing, entièrement équipé de matériel professionnel et doté d’un comptoir d’accueil ouvert au public à des prix défiant toute concurrence. Ouvert il y a trois ans, le CAP Service à la personne dispose d’un appartement pédagogique. Les dix-huit élèves (dont un garçon) s’initient à l’entretien des locaux, des textiles et à la

cuisine. Rangement, ménage, petits travaux de couture, repassage, cirage de chaussures, préparation de petits plats : rien n’échappe à ces futurs experts du logis.

Des costumes de théâtre refaits à neuf Les matières générales sont complétées par de l’informatique et des jeux de rôle en comptabilité, d’ateliers et de stages pour toutes les sections. « Le plus difficile, c’est de faire passer les élèves de l’esprit collège à l’esprit lycée, qui demande plus d’autonomie, de travail et d’initiative. On les sensibilise au monde professionnel. On les incite à chercher eux-mêmes un stage. C’est comme une recherche d’emploi », développe Chantal Cousinié, professeure en communication et bureautique depuis six ans. L’établissement est l’un des trois en France à proposer une formation complémentaire post baccalauréat. Cette classe de douze élèves entretient et rénove des costumes de théâtre, dont ceux de l’Opéra de Paris.

Le lycée est aussi le premier du département à avoir mis en place une unité pédagogique d’intégration il y a cinq ans, dispositif dont bénéficient douze élèves répartis dans diverses classes et qui nécessitent un accompagnement spécifique en raison de troubles cognitifs. D’ici quatre ans, le lycée professionnel du Val-de-Bièvre, construit dans les années soixante, sera restructuré et agrandi. Il pourra accueillir le double de ses effectifs actuels, soit quatre cents élèves. ■ Sandra Deruère

> 25 enseignants > 13 classes > 3 filières : • service à la personne : CAP assistant technique en milieu familial et collectif (2 ans) ; • secteur tertiaire : bac professionnel mention comptabilité (3 ans) ; classe de 3e découverte professionnelle ; • entretien des textiles : CAP métiers du pressing (2 ans) ; bac professionnel métiers du pressing et de la blanchisserie (3 ans) ; formation complémentaire post-bac entretien et rénovation de costumes de théâtre (1 an). > Inscriptions en juin > Pressing ouvert au public. Délai 1 semaine. Tél. 01 45 47 35 96 http://lesclassesdepressing enactivite.hautetfort.com/

Ils projettent déjà… • Fatou, 22 ans, étudiante en bac pro blanchisserie : « On a acheté des teeshirts et choisi un modèle sur Internet que l’on reproduit en le brodant ou en ajoutant des paillettes, ou encore les deux à la fois. Plus tard, je veux créer ma boutique de vêtements. » • Claire, 23 ans, en formation complémentaire post-baccalauréat : « Dans le cadre de notre projet costumes du monde, j’ai choisi de créer une robe Charleston avec un éventail à plumes assorti.  J’espère travailler dans l’atelier de costumes près   de chez moi. » • Alembert, 17 ans, étudiant en blanchisserie : « Ce que je veux, c’est retourner à Pondichéry et y ouvrir mon pressing. » Arcueil notre cité n° 207 mai 2010 | 19


Découvertes

Sport

Pas de perdant en aïkido !

Depuis le mois de septembre, le Cosma propose une nouvelle discipline, l’aïkido, un art martial japonais basé sur la défense, convenant aussi bien aux femmes qu’aux hommes. Cosma Aïkido (à partir de 14 ans) : renseignements  au 01 45 47 11 58

é

liminer le stress de la journée sans agressivité. C’est ainsi que Luciano Pomponio, professeur d’aïkido résume les vertus de cet art martial japonais créé par maître Ueshiba et né de la synthèse d’arts martiaux ancestraux. « En aïkido, il n’y a pas de compétition, il n’y a pas de vainqueur, ni de perdant, mais un échange entre des partenaires », formule-til. Ceinture noire deuxième dan, ce professeur diplômé d’Etat est arcueillais depuis trois ans. Après maintes demandes, il a obtenu deux créneaux horaires au dojo de la Caisse des dépôts et consignations, le lundi et le mercredi, de 19h30 à 21h.

Unir esprit et corps « L’aïkido est basé sur l’esquive, l’aspiration et le contrôle du partenaire, l’objectif n’étant pas de le détruire, mais de lui faire comprendre que son attaque est vaine », ajoute M. Pomponio. à ce titre, les techniques d’aïkido s’achèvent soit par des chutes, soit par des clés d’articulation, principalement poignet, coude ou épaule. Le prof précise : « Les chutes impressionnent souvent les personnes qui débutent, mais c’est vraiment à la portée de tout le monde ! C’est une technique à part entière et son apprentissage est progressif : on commence d’abord à genoux, pour ensuite pouvoir chuter depuis la position debout. » Mais de mettre en garde : « Même si l’on chute sans se blesser, il est toutefois déconseillé aux personnes souffrant de problèmes de dos chroniques de pratiquer l’aïkido. » 20 | Arcueil notre cité n° 207 mai 2010

L’aïkido se pratique en kimono blanc, les plus avancés portant par-dessus une jupe culotte noire ou bleu foncé, appelée hakama, une tenue traditionnelle qui se portait au Japon jusqu’au début du XXe siècle. Contrairement aux autres arts martiaux, il n’y a pas de ceinture de couleur pour symboliser le grade du pratiquant, seulement la ceinture blanche et la ceinture noire. Éric Barnerias, 32 ans, a commencé l’aïkido en septembre. Enthousiaste, il raconte : « J’ai toujours été attiré par les arts martiaux, j’ai trouvé que l’aïkido correspondait exactement à mes attentes, car il n’y a pas d’agressivité. On ne porte pas de coups. Ce n’est pas un combat, mais plutôt un bon moyen d’unifier esprit et corps, tout en conservant une certaine martialité. » ■ Sandra Deruère

SD SD

SD

Luciano Pomponio : « L’aïkido est basé sur l’esquive, l’aspiration et le contrôle du partenaire. »

Art martial mixte Contrairement aux autres arts martiaux, l’aïkido est totalement mixte. Les hommes et les femmes pratiquent ensemble, les techniques étant basées sur la recherche du déséquilibre du partenaire plutôt que sur un rapport de force. Sylviane Agache, 38 ans, nouvelle Arcueillaise, pratique l’aïkido depuis un peu plus de trois ans. « La force est plus un ennemi qu’un ami dans cet art martial, il faut au contraire travailler dans la souplesse et le relâchement, prévient-elle. Cela fait en plus appel à tous les muscles du corps, ce qui le tonifie. Et surtout, cela permet de se libérer des tensions morales et physiques accumulées tout au long de la journée. C’est vraiment un moment de plaisir et de partage, et un art martial assez fascinant et très esthétique à regarder. » ■ SD


Culture

Découvertes

Conf’ contre conf’

La plus didactique

Et la plus « sourcée » ! Tout au long de son propos sur l’individualisme, Delphine Bouit jongle avec les références, mais les identifient nettement. De La Fable des abeilles, ou les vices privés font le bien public (1714) de Bernard de Mandeville, le concept de « la main invisible » d’Adam Smith (1723 – 1790), jusqu’au Capitalisme utopique (1999) de Pierre Rosanvallon, en passant par la Critique de la raison dialectique (1960) de Jean-Paul Sartre et d’autres renvois, l’ancienne avocate avance en terrain connu et reconnu. Mme Bouit fut aussi enseignante et « aime bien conduire les gens quelque part ». Alors elle veut proposer une conférence construite, n’hésite pas à illustrer en insistant, voire en interpellant, et enfin ouvre sur des pistes connexes. En prime, elle répond à toutes les questions sans phagocyter ce dernier temps par des réponses prolixes.

La plus agréable

Joli cadre, sièges élégants, éclairage sans agression, juste résonance, c’est ce qu’offre la salle des réceptions de l’ancien hôtel de ville d’Arcueil (de 1886 à 1969) et actuel centre associatif Marius Sidobre. On n’arrête pas d’aimer cette salle IIIe République aux lustres sympathiques qui a le don de plaire à la fois à la conférencière et à son public.

La plus accueillante

Les conférences de philosophies ont été initiées en 2008 par le Centre culturel communal Erik Satie. Ce CCC est incarné par le couple Touchet. Et Christiane plus Robert savent recevoir (sans flagorner). Ce n’est pas une nouveauté, mais cette convivialité appliquée à la philo donne un peu plus de cerveau disponible et surtout, à l’issue de la conférence, un pot (gratuit), quelques gâteaux, quelques sourires, une discute qui se poursuit sympathiquement avec Delphine Bouit ou avec d’autres.

Conférence d’Edwy Plenel le 12 avril.

GGN

Conférence de Delphine Bouit le 9 avril.

PhL

à Arcueil, les conférences se suivent, mais ne se ressemblent pas. Ici (au centre Marius Sidobre), celles de la philosophe et psychologue Delphine Bouit. Là (à Anis-Gras), celles de l’Université populaire d’Arcueil.   En trois jours (1), ANC a pu boucler un test comparatif !

La plus captivante

Presse : comment s’affranchir du pouvoir politique ? Par Edwy Plenel, un des plus grands journalistes français de ces trente dernières années. L’affiche du 12 avril alléchait forcément tous ceux qui suivent au quotidien le cours des choses. Et tous ceuxlà sont effectivement vite captivés par le directeur de Mediapart, qui transpire le journalisme, l’information et la culture, et relie dans un tourbillon Sarkozy, Mélenchon et Bolloré à Hugo, Arendt et Montaigne. Tourbillon ou brouillon ? C’est vrai que l’on jette parfois un œil sur la question posée. Mais le message d’Edwy Plenel passe : « Liberté de vote et liberté de la presse sont deux légitimités équivalentes, pour voter il faut être informé – des bonnes et des mauvaises nouvelles. »

(1) Vendredi 9 avril : conférence L’individualisme : une morale de l’intérêt ? par Delphine Bouit (organisation Centre culturel communal Erik Satie – fin du cycle 2010) ; lundi 12 avril : conférence Presse : comment s’affranchir du pouvoir politique ? par Edwy Plenel (organisation Université populaire d’Arcueil).

La plus courue

Gauchet, Winock, Baubérot, et Plenel ce 12 avril : les conférences de l’Université populaire d’Arcueil sont souvent données par des intellectuels de premier plan. De quoi faire courir le tout Arcueil (et un peu du reste du monde). Bon, ça se passe comme ça… à Anis-Gras, qui fait fréquemment le plein (mais dans une salle de petite jauge et peu confortable).

La plus connue

La logistique et la communication municipales ne lésinent pas pour installer l’Université populaire d’Arcueil, bébé de JeanFrançois Marguerin, conseiller municipal délégué à l’Éducation populaire et à Anis-Gras. Affiches, dépliants, infos répétées dans ANC-Arcueil notre cité, logo, chargée de mission, blog dédié (en panne actuellement), fichiers audio bientôt disponibles sur arcueil.fr : tout ou presque est mis en œuvre pour diffuser le plus largement le sigle et le sens de l’UPA. ■ Philippe Lorette

Arcueil notre cité n° 207 mai 2010 | 21


Jeux Mots croisés Horizontalement : 1. Courue pour ses cuisses 2. Donne un coup qui peut être fatal – Conjonction 3. Lémurien – Propre 4. Agités du bocal – Tête de caméléon 5. Refus – Alsacienne 6. Science des rêves 7. Gardent au chaud 8. Note – Soupçon 9. Bonnes à croiser – A bras parfois 10. Passées au tamis – Pronom. Verticalement A. Poules des bois B. Nord perdu – Conjonction – Protactinium C. Rouges une fois cuites D. Coudraies E. Richesses – Nuance – Pronom F. Début de série – Merlus G. Victoire – Lentes H. Allai voir ailleurs I. Chacun le sien – Garnis de flotteurs J. Participe – Ajustera. ■ CG A

B

C

D

E

F

G

H

I

1 2

DR

3 4

Arcueil d’hier et d’aujourd’hui

5

L’impasse Arago commence 6 rue Ferdinand Forest

46 jours (du 9 mai au 24 juin 1848, date de la dissolution du Comité exécutif du gouvernement provisoire)

Source : Arcueil, rues d’hier et d’aujourd’hui, par Robert Touchet (éd. Centre culturel communal Erik Satie)

co nc o ur s ph o to

6 7 8 9 CG

et finit au pied de l’aqueduc. Cette voie privée a été ouverte en 1922. Elle porte le nom de l’astronome, physicien et homme politique François Arago (1786-1853). Membre de la Société chimique d’Arcueil fondée par Berthollet, compagnon de Laplace et Chaptal, il a dirigé l’Observatoire de Paris, de 1843 à sa mort. Grand orateur, élu député des Pyrénées orientales d’où il était originaire en 1831, il occupe le poste de ministre de la Guerre et de la Marine dans le gouvernement provisoire de 1848 et promulgue le décret abolissant l’esclavage dans les colonies françaises. Il est considéré comme le père de la vulgarisation scientifique moderne. Question : Combien de temps a-t-il été chef de l’Etat ? Réponse :

10

Solutions des mots croisés du numéro précédent Horizontalement : 1. Joaillerie 2. Ors – Oisive 3. Up – Niepce 4. Iago – Neatn (néant) 5. Sieur – Tu 6. Slam – Pesée 7. Aliénants 8. Ne – Aorte 9. Cul – Ed – Ami 10. Erablières. Verticalement : A. Jouissance B. Orpailleur C. As – Geai – La D. Nouméa E. Loi – Noël F. Lien – Pardi G. Espèrent H. Rica – Stear (aster) I. Ivettes – Me J. Ee – Nue – Dis.

Que représente cette photo ? Où a-t-elle été prise ?

Retourner votre réponse en mentionnant vos nom et adresse, y compris pour les internautes, avant le 10 mai à ANC-Arcueil notre cité, hôtel de ville, Concours photo « Qu’est-ce que c’est ? », 10 avenue Paul Doumer, 94110 Arcueil, ou à communication@mairie-arcueil. fr ou encore à l’accueil de la mairie. Seules les dix premières bonnes réponses seront retenues. Les gagnants recevront des places de cinéma valables à l’Espace Jean Vilar.

22 | Arcueil notre cité n° 207 mai 2010

CG

CG

SOLUTION DU CONCOURS DU N°206

La photo a été prise à l’entrée de la passerelle enjambant l’autoroute entre la cité du Chaperon-Vert et son extension. Le pictogramme signale un passage pour véhicules à deux roues sans moteur. Bravo aux trente-quatre lecteurs justement réactifs. Les plus rapides sont mesdames Christiane Maréchal, Claude Denis, Isabelle Le Foll, Lyliane Larminay, Nathalie Pegeot et Kahina Hessas, et messieurs Thierry Pape, Ludovic Boulet, M. Manus et Patrick Machard. Celles-là et ceux-ci gagnent deux places de cinéma valables à l’Espace Jean Vilar.

j


Vos élus État civil

Pour rencontrer vos élus,  prenez rendez-vous en appelant au numéro indiqué pour chacun.

Ils sont arrivés

BAPTêME CIVIL

Amel Quéré - - Touazi • Hilan Ferrinha - - Ghoubaye • Gaspard Alloul • Anehasafe N’Gom • Sacha Mignot • Ilane ZianeKhodja • Diané Sambaké • Mohamed-Ali Gherib • Maïssa Mahfoudh - - Zanettini • Maud Briolotti • Mawgan Racouet • Nahan Kiwa Kitumba • Charles Kiwa Kitumba • Gwen-Rufin Ganongo • Mélina Truwant • Sofia Bouayed • Serina Berkani • Noah Atchama • Mattias Andrianoelison • Enoha Buchet • Thomas Hooge • Audrey Leguen - - Laurençon • Enzo Berkenou • Daren Courtois • Gaspard Patourel • Avotra Ratovo Randrianandrianina • Sara Penchemel Thebaud • Illiassou Bah • Hayliah Verepla - - Placktor Kokou • Albin Guihard

Azilis Bouriah, le 27 février

Ils se sont dit oui Michaël Hong et Stéfania Scheindt

Ils sont partis David Mathieu, 40 ans • Hamid Ait Ouakli, 45 ans • Pierre Rouillon, 89 ans • Jean-Pierre Blonde, 61 ans • Olga Soleau veuve Cacheux, 99 ans • Françoise Chatelier, 74 ans • Lucien Pillet, 78 ans • Madeleine Bouyssou, 95 ans • Nossradine Benhalima, 51 ans • Adonis Tellier, 96 ans • Thérèse Zanella épouse Fabre, 74 ans • Rémy Charpentier, 39 ans • Robert Alloncle, 102 ans • Maurice Vallée, 81 ans

Infos pratiques Pharmacies de garde 1er

mai – Berche 171 av. Aristide Briand Cachan 01 47 40 88 41 2 mai – Pong 46 avenue Laplace Arcueil 01 42 53 17 68 8 mai – Tran Van Thoan 75 av. Aristide Briand Arcueil 01 45 46 04 50 9 mai – Kéou 11 av. Aristide Briand Cachan 01 46 65 17 79 13 mai – Duong Garnung 57 avenue Jean Jaurès Arcueil 01 42 53 17 86 16 mai – Minier 30 avenue Carnot Cachan 01 46 64 05 90 23 mai – Blond 39 rue Emile Raspail Arcueil 01 45 47 20 99 24 mai – Huynh Hoa 4 avenue Div. Leclerc Cachan 01 45 46 16 16 30 mai – Lévy 91 av. Aristide Briand Cachan 01 46 65 54 62

centre de santé

OFfice HLM

Centre Municipal de Santé Maï Politzer

01 46 15 32 00

arcueil-gentilly

3 rue du 8 mai 1945 01 46 15 08 09

51, rue de Stalingrad

CADRE DE VIE

En cas d’urgence médicale grave :

SVP Cadre de Vie

01 82 01 20 15

Collecte sélective des déchets 01 41 24 22 80

Enlèvement des encombrants 01 82 01 20 10

MAIRIE

01 46 15 08 80 10, av. Paul Doumer. Ouverte le lundi et le mercredi de 9h à 12h, de 13h30 à 17h30, le mardi de 9h à 17h, le jeudi de 13h30 à 19h et le vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30. Fermeture le jeudi matin.

URGENCES SAMU : 15 Pompiers : 18

Numéro vert pour les urgences :

0 825 00 15 25 SOS Médecins :

01 47 07 77 77 Pharmacies ouvertes 24h/24h :

01 45 62 02 41

Centre communal D’ACTION SOCIALE Dominique Raynaud (vice-président) : 01 46 15 09 23

Maire

Vice-président du conseil général du Val-de-Marne Daniel Breuiller 01 46 15 09 00

Adjoints Christian Métairie Premier adjoint 01 46 15 09 24 Développement durable – Démocratie – Affaires générales Vice-président de la Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre, délégué à la mise en valeur et à la protection de l’environnement Denis Weisser 01 46 15 08 96 Développement urbain – Finances Conseiller régional d’île-de-France Max Staat 01 46 15 09 21 Personnel – Services publics locaux Anne-Marie Gilger-Trigon 01 46 15 09 23 Action sociale – Prévention / sécurité Sylvie Sapoval 01 46 15 09 23 Solidarité (petite enfance, intégration, handicap) Carine Delahaie 01 46 15 09 24 Santé – Travail de mémoire Lutte contre la discrimination – Anciens combattants Marie-Pierre Reynaud 01 46 15 09 24 Logement – Communication Patrick Mirville 01 46 15 08 96 Culture – Vie associative Commerce

Conseillers délégués Patrice Deveaux 01 46 15 09 24 Education et enseignement Amigo Yonkeu 01 46 15 09 23 Jeunesse Francine Ketfi 01 46 15 09 24 Temps du repas – Restauration scolaire Antoine Pelhuche 01 46 15 09 21 Retraités – Personnes âgées Anne Rajchman 01 46 15 09 23 Enfance Sophie Labrousse 01 46 15 09 24 Transports – Déplacement Stationnement /énergie (Plan-action climat) Jean-Michel Arberet 01 46 15 08 96 Sport – Nouvelles technologies de l’information et de la communication Emmanuel Blum 01 46 15 08 96 Accès à l’emploi, à la formation et à la citoyenneté des jeunes Jean-François Marguerin 01 46 15 08 96 Education populaire / Anis Gras Guy Bacheley 01 46 15 09 24 Assemblées de quartier – Politique de la ville

Député Jean-Yves Le Bouillonnec 01 49 69 69 57 2e lundi de chaque mois de 16h30 à 18h30 à l’hôtel de ville d’Arcueil

Christiane Ransay 01 46 15 09 21 Cadre de vie / travaux Espaces verts – Artisanat Arcueil notre cité n° 207 mai 2010 | 23


Expression

des groupes

groupe Parti socialiste

La responsabilité des textes des groupes politiques municipaux incombe à leurs auteurs.

http://psarcueil.net

Ce n’est pas une rumeur, l’école est en danger Des parents, des enseignants, des citoyens et des élus se battent depuis plusieurs mois maintenant pour empêcher une fermeture de classe à l’école maternelle Casanova et demander une ouverture à l’école élémentaire Laplace. Ces revendications, concernaient d’autres écoles de notre ville l’année dernière et, sans changement de majorité, risquent d’en concerner des nouvelles l’année prochaine. Les objectifs du Gouvernement de Nicolas Sarkozy  étaient très clairs dès le début du mandat: 80 000 suppressions de postes d’enseignants, suppression des Réseau d’Aide Spécialisé pour les Enfants en Difficultés, réforme de la formation des Maîtres, suppression des maternelles… et aujourd’hui, cette politique de casse du service public de l’enseignement et bel et bien en ordre de marche. Ces réformes ont des conséquences directes sur la vie de nos écoles, sur le moral des enseignants et sur l’égalité des chances données à tous les enfants. Nous ne voulons pas d’une école à deux vitesses qui fragilisent toujours plus. Nous tenons à une école qui garan-

tisse l’accompagnement des enfants en grandes difficultés d’apprentissage ou d’adaptation au système scolaire, une école dont les enseignants continuent à être formés à la pédagogie et à la conduite d’un groupe d’élèves, où les enfants de moins de trois ans puissent être encore accueillis et pris en compte dans les effectifs, où le rythme scolaire est adapté et les effectifs des classes ne sont pas surchargés. Notre ville a fait de l’éducation une priorité en investissant dans l’accompagnement aux devoirs (CAP +) ou la présence renforcée des ATSEM (agent territorial spécialisé dans les écoles maternelle). Mais aussi, par la construction de nouvelles écoles, à l’exemple d’Aimé Césaire,  pour le quartier Laplace,  qui accueillera dès la rentrée prochaine les enfants de l’école élémentaire du quartier, et l’agrandissement et la rénovation de l’école maternelle Casanova afin de pouvoir ouvrir une 6e classe. Nous ne tirons nulle gloire de nos choix, il s’agit de répondre aux besoins des habitants. Mais à ces besoins, qui existent dans d’autres villes ne dis-

posant pas de la même mobilisation locale, il convient de rappeler que le Gouvernement répond par une logique comptable, afin de sauver, autant que possible, les exonérations d’impôts consenties à une petite minorité. Cette logique, nous les socialistes et la municipalité, nous la refusons. Cette école là, n’est pas l’école républicaine, socle de transmission des valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité à laquelle le Parti Socialiste est attaché. A chacun ses priorités, pour nous, ce sera toujours l’intérêt de l’enfant. C’est pourquoi nous continuerons de dénoncer au niveau National ces réformes non-concertées et sources d’inégalités, c’est pourquoi nous continuerons à contester les mesures prises sur notre circonscription et nous serons toujours plus présents au côté des parents d’élèves, des citoyens, des enseignants dans toutes les rencontres, les débats et les rassemblements organisés sur notre ville. Sophie Lericq, vice-présidente du groupe socialiste, conseillère municipale en charge du pôle de vie du quartier Laplace

groupe des Élu(e)s communistes, partenaires et citoyen(ne)s

L’accès aux modes d’accueil et de scolarisation précoce de la petite enfance est une préoccupation majeure des jeunes parents arcueillais et particulièrement des femmes malgré les efforts développés par la municipalité et le Conseil Général dans leurs équipements*. Les dernières réformes présentées par Nadine Morano, secrétaire d’Etat chargée de la Famille et de la Solidarité ont provoqué un mouvement sans précédent des professionnel-les de l’accueil de la petite enfance.

Le développement d’une politique ambitieuse et garantis-

sant l’égalité d’accès aux structures d’accueil des tout-petits passe nécessairement par le développement d’un service public de la petite enfance, alors que les réformes appliquées par les gouvernements ces dernières années vont dans le sens d’une déréglementation des services publics. Les économistes, même les plus libéraux, reconnaissent pourtant que la qualité de ces services dans notre pays a permis de limiter les effets de la crise mondiale. Les crèches coûteraient trop cher, leurs normes d’encadrement et les qualifications des personnels seraient insupportables pour les dépenses publiques. Depuis 2000, plusieurs décrets ont permis de revoir à la baisse la qualification exigée pour les personnels d’accueil et de baisser les exigences légales en terme d’en-

24 | Arcueil notre cité n° 207 mai 2010

cadrement. Fin 2009, le décret Morano déclenche la colère des personnels. Il prévoit d’expérimenter des jardins d’éveil privés et payants pour les familles avec des normes d’encadrement en-dessous des normes existantes dans les structures d’accueil, à savoir un adulte pour douze enfants. Au même moment, le gouvernement supprime des milliers de postes d’enseignants et ferme des centaines de classes, réduisant de fait la scolarisation des 2-3 ans. Il souhaite également ramener les taux de professionnels les plus qualifiés – auxiliaires de puériculture et éducateurs-trices de jeunes enfants – auprès des enfants à 40% au lieu de 50%. Il passera la capacité d’accueil des établissements de 110 % à 120 %. En clair, pour une structure d’une capacité de 60 berceaux, les responsables pourront et donc devront inscrire 72 enfants… Enfin, une proposition de loi sur la création de maisons d’assistantes maternelles sera examinée à l’Assemblée nationale le 29 avril 2010 qui permettra à

quatre assistantes maternelles de se regrouper dans un local pour accueillir jusqu’à seize enfants sans formation à la gestion et à l’éducation collective et sans réelle adaptation des locaux. Cette proposition de loi permettra également de ramener la formation obligatoire de l’assistante maternelle avant l’accueil d’un premier enfant à 30 heures au lieu de 60 aujourd’hui. Le 1er mai dans le cadre du défilé et le 6 mai les professionnel-les seront dans la rue, nous soutenons leur bataille légitime et indispensable à la construction d’une société juste et égalitaire et pour le bien être des tout petits. * La ville compte une crèche communale multi accueil, un relais assistantes maternelles et trois crèches collectives départementales. Il y a également une crèche parentale sur notre ville.

Carine Delahaie,

adjointe au maire, chargée de la santé, de la lutte contre les discriminations, du travail de mémoire et des anciens combattants


groupe Gauche citoyenne

Une participation qui fourmille Priorité incontournable de notre mandat, la participation des Arcueillais est particulièrement visible lors de quelques moments forts d’intervention de la population comme les référendums d’initiative locale, les votes sur les projets de rénovation urbaine… Mais cette participation se concrétise aussi de façon moins visible au sein de multiples structures ou instances qui jouent un rôle essentiel dans la mise en œuvre des orientations politiques. Cet axe essentiel de notre programme municipal nécessite l’engagement de chacun autour de Daniel Breuiller qui anime le travail de l’équipe municipale. Les membres de la majorité qui travaillent au sein de notre groupe Gauche Citoyenne s’y inscrivent avec conviction. Quelques exemples, sans exhaustivité : • Les assemblées de quartier, bien sûr, continuent à porter des projets et recueillir des avis. Isabelle Dumez et Eliane Ogiez qui participent activement à l’animation de l’assemblée du quartier Joliot Curie peuvent témoigner du lien social qui se construit dans ces instances. • Le comité de suivi du Chaperon Vert

Annonce presse ANC abolition vec1 1

se réunit maintenant depuis plusieurs années avec une quarantaine d’habitants, sous l’impulsion de Marie-Pierre Reynaud, pour accompagner et s’approprier le projet ORU dans ces différentes dimensions : présentation des sites de relogement, accompagnement des locataires pendant les travaux, charte de relogement… • D’autres comités de suivi réunissant des habitants se sont constitués autour d’Anne- Marie Gilger pour travailler sur les questions de sécurité et du mieux vivre ensemble et de Dominique Raynaud autour de l’élaboration de la charte handicap. • L’Observatoire de la propreté sous l’impulsion de Christiane Ransay, qui associe habitants et services municipaux autour d’un objectif de compréhension des enjeux et de la recherche de solutions permettant d’améliorer collectivement notre cadre de vie. • Christian Métairie, élu référent de l’assemblée du quartier Barbusse, copilote le nouvel atelier de travail urbain dans le but de réfléchir au devenir du secteur de l’hôtel de ville et du bas de l’avenue de la Convention.

Entente Citoyenne, Arcueil Alternative, des Citoyens

• Patrice Deveaux accompagne la mise en place d’un pédibus sur le groupe scolaire Olympe de Gouges, démarche incitée par la ville qui a besoin d’un investissement citoyen des parents pour réussir. • Antoine Pelhuche anime les réunions thématiques du réseau « maintien à domicile ». • Le centre de loisirs Joliot Curie a porté un projet de coopération internationale avec le Cameroun dans le cadre d’une démarche qui s’est appuyée sur une énergie citoyenne qu’Anne Rajchman a accompagnée pour qu’elle se concrétise. Ce ne sont que quelques exemples, mais tous ces espaces de rencontre manifestent, aux côtés d’une vie associative importante, un dynamisme et une volonté ancrée des élus et des citoyens d’intervenir positivement et de manière constructive dans la vie de la cité. L’engagement indéfectible des citoyens qui s’inscrivent dans ces démarches régulières et suivies mérite d’être salué.

Anne Rajchman,

conseillère municipale déléguée à l’enfance

Arcueil notre cité n° 207 mai27/04/10 2010 |10:37:55 25


Expression

des groupes

La responsabilité des textes des groupes politiques municipaux incombe à leurs auteurs.

Charles Di Gennaro,

Nathalie Auchapt,

Karim Makouf,

conseiller municipal et communautaire

conseillère municipale

conseiller municipal

Périmètre de « veille foncière » (1) Nous apprenons lors du conseil de la Communauté d’agglomération du Valde-Bièvre du 12 avril que la Ville d’Arcueil a obtenu l’approbation d’une veille foncière dans trois nouveaux quartiers (Raspail, Quatre-Chemins et secteur de la RD 920).

Cette veille ne correspond à aucun projet réel et s’ajoute à d’autres secteurs de la ville déjà en veille foncière. à part quelques rues étonnamment épargnées, c’est presque l’ensemble de la commune qui tombe sous le coup de cette veille qui empêche les Arcueillais de vendre libre-

ment et à un prix réaliste leurs biens immobiliers. Ces veilles, qui ne sont accompagnées d’aucun projet d’unité globale de la ville, servent à quoi, servent à qui ? (1) Terrains où peut s’appliquer le droit de préemption de la Mairie d’Arcueil.

Budget de la Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre La Communauté d’agglomération du Valde-Bièvre est née de la volonté de faire des économies, or le vote du budget nous laisse pensifs. Nous arrivons actuellement à une dette de presque 400 euros par habitant, avec des augmentations d’enveloppes aussi impression-

nantes qu’inexpliquées. Par exemple : 260 % d’augmentation pour le poste « Foires et expositions » ; ou encore le poste « Etudes et recherches », qui bénéficie de 93 % d’augmentation  ; et enfin l’incroyable augmentation du poste « Catalogues et imprimés », qui atteint le

record absolu avec 360 % d’augmentation. Est-ce réellement justifiable et justifié ? Nous nous interrogeons aussi sur l’augmentation du poste « Autres indemnités », qui atteint 44 %. Qui en bénéficie ?

Nous contacter : Email : charlesdigennaro@yahoo.fr - Téléphone : 06.09.14.24.81 - Blog : arcueil-autrement.blogspot.com Adresse postal : Charles di Gennaro – Mairie d’Arcueil - 10, Avenue Paul Doumer – 94114 Arcueil cedex

Les Verts

Sarah Ganne-Levy

helene.peccolo@cegetel.net

Au suivant sur la liste !

Dominique Jacquin

Plus d’Infos avec le MoDem arcueillais http://modem-arcueil.blogspot.com et http://modem.arcueil.free.fr/

Nous avons poursuivi début avril nos rencontres de quartier. L’immeuble HLM B de la Vache Noire Les habitants ont insisté sur l’absence de respect des entreprises en charge des travaux de rénovation. Inondations fréquentes, dépôts permanents de gravats, poussières incommodantes, et surtout impossibilité de connaitre les donneurs d’ordre en raison sans doute de sous traitances qui transformaient le chantier en tour de Babel où personne ne se comprenait. Si la façade et les appartements coté RN20 semblent bien réaménagés, les logements coté Anis Gras ont été traités sans professionnalisme notamment pour les peintures posées par dessus la rouille ou la saleté. Il est nécessaire d’obtenir la garantie d’un retraitement car la détérioration sera rapide. Les sols des balcons n’ont pas été repeints contrairement aux prévisions. Nous reviendrons en juin dans le quartier et nous visiterons aussi la Cité paysagère. Quartier Raspail Cité Erik Satie De nouveau les odeurs d’égouts remontent dans certains appartements. Ce problème récurrent n’a pas été solutionné par les travaux rue de la Convention. Les locataires du parking Cauchy redemandent la pose d’un miroir de sécurité, un enfant ayant été légèrement choqué par manque de visibilité en sortie de rampe. Ecole Laplace Nous soulignons de nouveau la dangerosité pour les piétons et donc pour les enfants scolarisés de l’avenue Laplace et de la rue Allende. Il est nécessaire de poster deux agents municipaux, chacun assurant de son coté la traversée sécurisée pour accéder à l’école.

le tour des quartiers

Notre prochain tour des quartiers est prévu en juin. Vous pouvez déjà nous proposer des rendez-vous en laissant un message par mail. modem.arcueil@free.fr Consultez notre blog pour plus d’infos.

26 | Arcueil notre cité n° 207 mai 2010

Depuis plusieurs semaines, ma décision est prise il est temps de passer la main au suivant sur la liste : Antoine DE PALAMINY est donc notre nouveau Conseiller Municipal. Ces deux années au Conseil Municipal ont été riches, elles m’ont beaucoup appris, parfois découragé et d’autres fois rempli d’enthousiasme. Les échanges avec certains collègues conseillers montrent qu’il ne faut pas perdre espoir ; des oreilles attentives sont à notre écoute... nos remarques permettent d’envisager les choses différemment à gauche sur notre ville. Vous me direz qu’aucune des propositions, pistes d’évolutions dont nous avons été porteurs n’ont fait écho auprès de la majorité. Nous sommes toujours sans introduction de BIO ou de produits à circuit courts dans nos cantines scolaire, (le pain BIO peut être mis en place demain sur simple volonté municipale), la préservation de notre patrimoine bâti n’est pas garanti, auto lib’ arrive, nous attendons le point annuel sur l’avancée du chantier de l’institut du Radium, le bilan du PLD , pas de projet d’éco quartier à Arcueil alors que les projets immobiliers se multiplient... Je reste persuadée que notre action n’est pas vaine, que nous devons continuer à porter nos idées et faire connaître nos valeurs. Je vous remercie tous de votre soutien et bien entendu je reste présente sur la ville, toujours à votre écoute !!

Hélène Peccolo, conseillère municipale Les Verts


carte UPA

10/02/09

15:56

Page 1

cHroniQue Chronique de L’université l’université PoPuLAire populaire

C’est vous

qui le dites

Lettre à mon voisin Le monde nous intéresse Bonjour voisin, Toi qui boudes l’Université populaire d’Arcueil, est-ce le mot « université » qui te chagrine ? Pourtant, le dictionnaire dit : « Université populaire, association donnant l’instruction aux adultes des milieux populaires. » Je crois que celle d’Arcueil répond à cette définition. Voir programme au verso

Jean Baubérot, Arcueillais, historien et sociologue de la laïcité, nous a entretenus de laïcité et fait religieux. En France, depuis la loi de séparation de l’Église et de l’État (1905), l’État est laïque, indépendant de tous les clergés. Plus complexe qu’on ne le croit, la laïcité est parfois mal comprise – voir l’affaire du foulard, de la burka. « Certaines manifestations officielles ont lieu dans des cathédrales », fait remarquer un auditeur. Il n’y a pas de rite laïque et nous sommes dans un pays de culture catholique : il faut parfois composer. Par exemple, pour observer la neutralité de son statut, le chef d’État De Gaulle, bien que croyant, ne se signait jamais dans ces cérémonies. Karima Delli, jeune députée écologiste européenne, a assuré la conférence Écologie : que fait et que pourrait faire l’Europe ? Après un résumé parfait des rouages de l’Union européenne (UE) – le parlement (736 députés pour 7 groupes politiques) vote les décisions ; la commission (l’exécutif) les met en place ; les lobbyistes influent plus ou moins sur tout ça –, elle a exposé les axes de travail des écologistes. Énergie, transports, déchets, OGM et « patate chaude » (pomme de terre transgénique récemment autorisée par l’UE), qualité de l’air, de l’eau, sauvegarde des sols, biodiversité… Chaque point interpelle notre quotidien. Sais-tu que nous en sommes à la sixième extinction des espèces – dont les précieuses abeilles ? La cinquième date des dinosaures ! Joli bilan… Croyant ou incroyant, on vit dans un pays laïc. On est arcueillais et européen. Le monde nous intéresse… L’UPA est un lieu où on acquiert des connaissances. Et c’est tellement plus riche que ces quelques mots. Charlotte

Prochains rendez-vous > Lundi 3 mai, 20h, à Anis-Gras. Conférence : Économie sociale et solidaire : quelles perspectives ? avec Patrick Viveret, philosophe, essayiste, directeur de la mission gouvernementale « Reconsidérer la richesse » (2000-2002). > Lundi 10 mai, 20h, à Anis-Gras. Conférence : La Culture à l’ère numérique, avec Olivier Donnat, sociologue, et Marc Le Glatin, metteur en scène. > Lundi 17 mai, 20h, à Anis-Gras. Conférence : Politique, argent et lobbies, avec Roger Lenglet, philosophe, journaliste.

Hommage à Françoise Lille Le comité de lecture et le personnel de la médiathèque rendent hommage à Françoise Lille, fidèle lectrice, décédée le 19 mars après une lutte âpre et longue avec le cancer. Son esprit clair et lucide, ses connaissances médicales l’ont aidée à affronter le mal avec un courage rare. La sagesse des sages, de ceux qui savent. Elle était médecin, maître de conférences et praticien hospitalier, chercheur en neuropsychologie et Tes amis de la électrophysiologie, entre autres. médiathèque Ce même esprit clair nous valait en comité de Louis Pergaud lecture des comptes rendus ciselés. En plus des livres traitant de la santé et autres sciences humaines, elle excellait à nous parler des romans japonais qu’elle lisait avec gourmandise. Toujours de sa voix douce, presque feutrée. Elle a contribué à l’évaluation et au renouvellement du fonds Santé de la bibliothèque d’Arcueil grâce à ses conseils précieux en médecine. Certains ont partagé avec elle son amour des voyages d’où elle revenait enthousiaste, avec une préférence pour l’Afrique où elle ne se rendait pas seulement en touriste. Françoise demeurait à Arcueil, Villa Moderne, depuis 1981. Merci Françoise de ta présence parmi nous.

Bienvenue chez les Ch’tis (version foot) Après Auxerre, Troyes, Lens, Le Havre, Lyon, le football club communal d’Arcueil(1) est allé à la découverte de la terre lilloise. Rues pavées, centre historique de toute beauté, belle ambiance sous le soleil et pas un avion dans le ciel pour troubler l’atmosphère. La grande place, les vieux palais, les ruelles et les vieilles boutiques, la forteresse, le zoo, les belles Lilloises, un tour en Belgique, et le grand match pour clore le week-end (Lille tranquille et Monaco un peu décevant : 4-0). Nous étions bienvenus chez les Ch’tis. (1) http://fcca94110.blogspot.com

Kader, Dominique, Hocine, Akli, Julien, Massi, Guy, Magib, Cyril, Riad, Sylvain, Locif, Khaled, Jean Philippe, Nassim, et les autres

« c’est vous qui le dites », c’est votre page ! Pour y prendre place, deux adresses : ANC-Arcueil notre cité, hôtel de ville, 10 avenue Paul Doumer, 94110 Arcueil et communication@mairie-arcueil.fr.

Arcueil notre cité n° 207 mai 2010 | 27


qui le dites TG

C’est vous

TG

Ghislaine Shué

TG

Virginia Baudouard

TG TG

PhL

Bouzine El Massaoudi Aurore Blanpain

Rémy Solsona

XX

Jean-Christophe Gaudy

Quel joueur êtes-vous ?

Pas du tout, un peu, beaucoup, beaucoup trop ? Quelle est la dose de jeu (tickets à gratter, Loto, poker, courses hippiques…) que vous vous administrez ? L’Assemblée nationale ayant voté le 6 avril l’ouverture à la concurrence du marché du jeu en ligne, les mises vont pouvoir poursuivre allègrement leur progression. En 2009, les dépenses quotidiennes des Français aux jeux d’argent se montaient déjà à 60 millions d’euros.

Aurore Blanpain, 37 ans, caissière, en congé parental, habitante du quartier Jules Ferry :

« Je joue très épisodiquement. J’achète parfois un ticket à gratter et je fais un loto à l’occasion des super cagnottes. Mon mari, lui, se borne à remplir quelques grilles de loto sportif avec des collègues. Ça s’arrête là. Le jeu peut vite devenir un cercle vicieux, d’autant plus avec la multiplication des possibilités de parier en ligne. L’ouverture à la concurrence est,

paraît-il, bonne pour l’économie. Je crois surtout qu’elle va amplifier les phénomènes d’addiction. Je n’ai gagné que de petites sommes. C’est peutêtre pour ça que je n’y retourne pas plus. Cela dit, j’essaie d’y croire de temps en temps. »

Bouzine El Massaoudi, 39 ans, cuisinier à Arcueil, habitant de Deuil-la-Barre (Val-d’Oise) :

« Je fais une partie de Rapido de temps en temps, par exemple quand je prends un café. Je ne crois pas être un joueur dans l’âme, car je ne mise que des petites sommes, de l’ordre de deux euros. Je n’ai d’ailleurs jamais gagné grand-chose, juste de quoi me rembourser et encore pas

tout le temps. Ces résultats moyens m’incitent donc à rester raisonnable, je ne suis pas du genre à jouer ma paye ! Je ne compte pas sur le jeu pour vivre et pour régler mes dépenses courantes. C’est vraiment juste pour m’amuser. »

Jean-Christophe Gaudy, 37 ans, électricien, habitant du quartier Joliot-Curie :

« Je joue relativement régulièrement, un peu à tout, du PMU au Rapido, en passant par les tickets à gratter. Mais je suis loin d’être un expert. Par exemple aux courses, je joue souvent des dates de naissance. Je mise en fonction de mes finances, au maximum six euros, sans jamais me mettre dans la zone rouge. J’ai déjà gagné des petites sommes et même une fois,

il y a déjà pas mal de temps, 5 000 francs, ce qui m’a permis de partir en vacances. Par contre, n’étant pas très branché ordinateur, je n’ai jamais misé le moindre centime sur Internet. Concurrence ou pas, je vais rester fidèle à la Française des jeux et au PMU. »

Ghislaine Shué, 49 ans, responsable d’association, habitante du quartier Jules Ferry :

« Je n’ai pas trop l’esprit du joueur, je n’en ressens pas vraiment le besoin. Je joue parfois au Loto, à la demande de mon mari, et uniquement quand il y a une grosse cagnotte à gagner. Ce sont des moments où l’on achète du rêve. Je crois que c’est surtout pour pouvoir se dire : « Si je gagne, je

fais cela… » Le fait que le marché s’ouvre va attirer de nouveaux acteurs en France. Je pense que ça va marcher et que le plus important est que les joueurs restent maîtres d’eux-mêmes. »

Rémy Solsona, 19 ans, gendarme à Arcueil, habitant de Thimory (Loiret) :

« Je joue principalement au Loto et aux jeux de grattage, que j’achète en même temps que mes cigarettes. Je ne dépasse jamais les dix euros par mois, je pense donc être très raisonnable. Je n’en attends pas grand-chose, c’est juste pour m’amuser en me disant que peut-être un jour je vais gagner une jolie somme. Je ne joue jamais sur le Net, car je n’ai pas

confiance dans les moyens de paiement. L’ouverture du marché sera sans doute avantageuse : on aura davantage de choix et de nouveaux jeux vont faire leur apparition. Je me laisserai peut-être tenter, notamment pour les jeux de grattage, à condition bien sûr que ces jeux soient contrôlés et dignes de confiance. »

Virginia Baudouard, 40 ans, agent RATP, habitante du quartier Jules Ferry :

« J’achète des tickets à gratter deux fois par semaine, pour faire plaisir à mes enfants. J’aime bien cela car on sait tout de suite si on a gagné… ou perdu ! Et je fais un Loto pour les grosses cagnottes. Mais je sais bien que c’est de l’argent perdu, plus dur à gagner qu’à dépenser. Je ne joue pas sur Internet, parce que je n’aime pas trop donner mon numéro de carte

bancaire et que je ne veux pas donner un mauvais exemple à mes enfants. Par contre, je trouve positive l’ouverture à la concurrence qui va donner plus de variété aux jeux. Et je ne m’inquiète pas des conséquences pour la Française des jeux : depuis le temps que l’on joue et que l’on perd, je pense qu’elle a quelques réserves ! »

Propos recueillis par Tristan Gaguèche et Philippe Lorette - Interviews réalisées le 13 avril, rues Marius Sidobre, Emile Raspail et Berthollet

28 | Arcueil notre cité n° 207 mai 2010


Ville d’Arcueil

Pratique

Services municipaux : qui est où ?

PhL

PhL

Les déménagements de plusieurs services communaux sont sur le point de s’achever. Objectifs de ces mouvements : attribuer un poste de travail pour chaque agent et regrouper géographiquement – autant que possible - les services d’un même pôle. La situation actuelle n’est pas encore totalement figée, certains déménagements devant encore se dérouler en juin. D’autre part, l’agrandissement durable de l’hôtel de ville est prévu à moyen terme (d’ici cinq ans). Une étude urbaine concertée sur le secteur « Bièvre – hôtel de ville » est en cours. Ses conclusions, attendues fin 2010, seront utilisées pour déterminer le contenu du projet. En attendant, voici l’état des lieux au 30 avril 2010. ■ PhL

Plusieurs services et secteurs du pôle Patrimoine et interventions techniques de la Ville d’Arcueil se sont installés au 38 rue de Stalingrad, qui devient pour quelques années le centre technique municipal.

Prolongeant le premier sous-sol de l’hôtel de ville, ces modules préfabriqués (qui vont être rendus plus attrayants par une couverture imitant le bois) abriteront dès la fin mai une partie du pôle Éducation et loisirs.

Pôles, services ET DIRECTIONS de la Ville d’Arcueil PÔLE DÉVELOPPEMENT CULTUREL ET VIE ASSOCIATIVE

PÔLE PATRIMOINE ET INTERVENTIONS TECHNIQUES

Service Arts plastiques Espace Gonzalez, 21 avenue Paul Doumer - 01 46 15 09 75 / 93 Service relations publiques Espace Gonzalez - 01 46 15 08 80 Mission relations internationales Espace Gonzalez - 01 46 15 08 80 Médiathèque Louis Pergaud 1 rue Louis Frébault - 01 49 08 51 70 Espace Jean Vilar 1 rue Paul Signac - 01 49 69 94 06

Service bâtiments Centre technique municipal 38 rue de Stalingrad - 01 82 01 20 00 Service ateliers Ateliers municipaux avenue de la Convention 01 46 15 08 80 Service cadre de vie Centre technique municipal 01 82 01 20 00 / 10 Secteur parcs et jardins Parc Paul Vaillant-Couturier rue du 8 mai 1945 01 46 15 08 14 Secteur nettoiement Centre technique municipal 01 82 01 20 00 Secteur manutention Centre technique municipal 01 82 01 20 00 Secteur des ASEP (agents de surveillance de l’espace public) Centre technique municipal 01 82 01 20 00 Secteur garage Ateliers municipaux avenue de la Convention

PÔLE VIE SCOLAIRE

Hôtel de ville (dont extension) 10 avenue Paul Doumer 01 46 15 08 80 Service affaires scolaires Service entretien des écoles et offices Service restauration scolaire Mission Projet éducatif local

PÔLE ÉDUCATION - LOISIRS Hôtel de ville (dont extension) 10 avenue Paul Doumer 01 46 15 08 80 Service jeunesse Service enfance Service petite enfance Service des sports

(en bleu les services ayant déménagé)

PÔLE JURIDIQUE ET MOYENS GÉNÉRAUX

Hôtel de ville 10 avenue Paul Doumer 01 46 15 08 80 Service accueil – Affaires générales Service secrétariat général Secteur archives / documentation Service informatique Service gestion des moyens généraux

PÔLE DÉVELOPPEMENT URBAIN Hôtel de ville 10 avenue Paul Doumer 01 46 15 08 80 Service urbanisme Service habitat Mission développement durable Chargés de mission

DIRECTION DES FINANCES Hôtel de ville - 01 46 15 08 80

PÔLE DÉVELOPPEMENT SOCIAL ET CITOYENNETÉ Centre municipal de santé Centre Maï Politzer Parc Paul Vaillant-Couturier rue du 8 mai 1945 01 46 15 08 09 Service prévention - sécurité (juin 2010) Hôtel de ville 10 avenue Paul Doumer 01 46 15 08 80 Service communal d’hygiène et de santé (juin 2010) Hôtel de ville 01 46 15 08 80 Service action sociale et retraités Secteur action sociale Secteur retraités Hôtel de ville - 01 46 15 08 80 Mission citoyenneté Hôtel de ville - 01 46 15 08 80

DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Mission conseil RH et formation Espace Gonzalez 21 avenue Paul Doumer 01 46 15 08 80

DIRECTION DE LA COMMUNICATION

Hôtel de ville - 01 46 15 08 80

Arcueil notre cité n° 207 mai 2010 | 29


Illustration non contractuelle - Architecte : Atelier Brenac & Gonzalez - Illustrateur : Scénésis

Illustration non contractuelle - Architectes : Trévelo & Viger-Kohler, B. Gauthier Illustrateur : Infime

Illustration non contractuelle - Architectes : Atelier Brenac & Gonzalez, 2XS Architectes, MCDAB SARL - Illustrateur : Emmanuel DEBON

À ARCUEIL, UN NOUVEAU QUARTIER SE DESSINE à quelques pas du centre commercial la Vache Noire et du RER B. LARGE CHOIX D’APPARTEMENTS NEUFS DU STUDIO AU 5 PIÈCES PROFITEZ DE CONDITIONS EXCEPTIONNELLES ! IEZ DE LA )

BÉNÉFIC

% TVA 5,5

(1

AVANT-PREMIÈRE

Le mardi 4 mai 2010 à partir de 19h Centre de loisirs Jean-Jaurès à Arcueil

0 810 508 508

0 810 152 179

0 811 650 392

(1) TVA à 5,5% sous réserve que les conditions de l’article 278 sexies I.6 du Code Général des Impôts soient remplies. TVA à 5,5% à la double condition que le bien acquis soit destiné à la résidence principale de l’acquéreur et que les revenus imposables de l’année n-2 de l’acquéreur (n étant l’année de signature de la vente) soient au plus égaux aux plafonds de ressources à respecter pour l’octroi des PLS (prêts locatifs sociaux), c’est-à-dire ne dépassant pas de plus de 30% les plafonds de ressources prévus à l’article. L.441-1 du Code de la construction et de l’habitation. Livraison prévisionnelle 04/2012 - Vente en Etat Futur d’Achèvement - Faculté de rétractation de 7 jours qui court à compter du lendemain de la présentation de la lettre notifiant le contrat de réservation aux réservataires (L. 271-1 du Code de la Construction et de l’Habitation).Cette offre est exclusive de toute autre offre. Sous réserve des stocks disponibles. La Résidence Madison est un programme réalisé par BNP Paribas Immobilier Résidentiel Promotion Ile-de-France - SAS au capital de 1.000.000 € - RCS Paris B 421 291 899. La Résidence Symphonies Plurielles est un programme réalisé par Bouygues Immobilier - Société anonyme au capital de 138.577.320 € - RCS Nanterre 562 091 546. La Résidence Les Jardins de Perrault est un programme réalisé par Crédit Agricole Immobilier - Société anonyme au capital de 117 732 540,00 € - RCS PARIS 380 867 978. Document et illustrations non contractuelles – 04/2010.

Des aides ménagères pour l’entretien courant de votre domicile, • le ménage, le repassage, le lavage des carreaux... • la préparation des repas, les courses...

Assistance & relais à domicile Assistance & relais à domicile

Les solutions

qui rendront le  maintien à domicile des personnes âgées plus facile

Des hommes toutes mains pour le petit bricolage d’entretien de la maison, • réparations simples sans qualifications particulières • le jardinage d’entretien (tonte, desherbage...)

162, rue Gabriel Péri, 94250 Gentilly tél. : 01 49 08 50 30 fax : 01 45 46 13 52 Mode de paiement : chèque emploi service universel (CESU)

En partenariat avec le conseil général (APA), les caisses de retaite (CNAV) et les mutuelles.

Des auxiliaires de vie 

pour l’aide au lever et au coucher, • à la toilette, à l’habillage ou l’appareillage quotidien. • l’accompagnement à pied ou en voiture...

Des aides à la mobilité et au transport 

pour le transport des personnes à mobilité réduite, • par la mise à disposition de fauteuils roulants, • pour les accompagner en courses ou à toute autre activité... N° de SIRET: 500 419 148 R.C.S Agrément N° N/27-02-08-/F/094/Q/004


180X130 IVRY ASSURANCES-ok:Mise en page 1 180X130 IVRY ASSURANCES-ok:Mise en page 1

25/03/10 25/03/10

16:01 16:01

Page 1 Page 1

PROTECTION PROTECTION DES DES BIENS BIENS ET ET DES DES PERSONNES PERSONNES

Et Et si si vous vous faisiez faisiez le le point point sur sur vos vos assurances assurances ?? Pour bénéficier d’un Pour bénéficier d’un

bilan bilan assurances assurances gratuit gratuit,, rendez-vous dans votre rendez-vous dans votre

Agence d’Arcueil Agence d’Arcueil Tél 01 49 85 62 80 Tél 01 49 85 62 80

On est là pour vous aider On est là pour vous aider

societegenerale.fr societegenerale.fr

Société Générale, DCMA/MOP - Tour Granite - 75886 Paris Cedex 18, S.A. au capital de 924 757 831,25 € - 552 120 222 RCS Paris, siège social 29, Bd Haussmann, 75009 Paris. - 03/10 Société Générale, DCMA/MOP - Tour Granite - 75886 Paris Cedex 18, S.A. au capital de 924 757 831,25 € - 552 120 222 RCS Paris, siège social 29, Bd Haussmann, 75009 Paris. - 03/10

Le 18 novembre, Gwenola (un Drouglazet foulard bleu noué et blanc cou) et autour du Arnaud Gueydon bonnet (avec un péruvien) leur raconteront solidaire. novembre, Le 18projet Gwenola (un Drouglazet foulard bleu noué et blanc cou) et autour du Arnaud Gueydon bonnet (avec un péruvien) leur raconteront projet solidaire.

mars 2010

novembre GRAND PARIS

février 2010 PLAN DE

nouvelle formule| 7 mars 2010

CHAPERON-VERT,

PLAN DE Les DÉPLACEM chiff ENT: clés lesbudg priores du rités des et 2010

nouvelle formule| 7

| n°202

2009

S VERTS

| 16 CHAPERON blanche | 8 : et Nuit t exorbitan?

habitants

GRAND PARIS

S VERTS

che et NuitEblan A:

| 16

CHAPERON

GRIPP

EN ENCART

Auteurs du Val-de-Bièvre

| 29

vaccin

l’heure du

À vous de

| 29

MiLibris quiz et: moded’emploi la nouvelleméthode de lecture

T

RE LETT

ceme:nt Plan de déplatés ? | 22 quelles priori dre répon ! À vous de 35 g M 20 Validité 5/12/09 jusqu’au

Décidons

Respirer,

Décidons

circuler

PDLQUESTIONNAIRE30077 02 AUTORISATION PARIS CEDEX

intelligence en bonne

le sens

75085 RE LETT 35 g M 20 Validité 5/12/09 jusqu’au

des priorités

PDLQUESTIONNAIRE30077 02 AUTORISATION CEDEX 75085 PARIS

-vous Tous les rendez

Respirer,

circuler

intelligence en bonne

T

notre cité 1 | Arcueil

bre

CSA

Tousles rendez-vous de mars

n° 202 novembre

-vous Tous les rendez

belle Ah, elle est vertes |! Décou se |14| nes la jeu belle Ah, elle est se ! la jeunes

Tousles rendez-vous de mars

de septem

www.arcueil.fr

notre cité 1 | Arcueil

2009

bre

de septem

n° 202 novembre

| 21

Régionales :

| quiz et mode d’emploi vertes |14| Décou

CSA

www.arcueil.fr

L’INTERVIEW Vue

| 28

s et vœu DU MOIS : |18 | Découvertes| Alain Dubos x | 16, 29 sans frontiè , médecin res et écriva | 12 in

L’école

OlympedeGouges

L’école

Anis-Gras OlympedeGouges se renforce

| 28

Vues et vœu x

|18 | Découvertes| se dévoile Le 8 mars, les élèves de Joliot-Curie feront leur rentrée dans la toute nouvelle école Olympe de Gouges, 54/56 avenue Lénine. Un bâtiment particulièrementà la pointe en matière d’économiesd’énergie.

Tous les rende se dévoile z-vous Le 8 mars, les élèves de Joliot-Curie feront leur rentrée dans la toute nouvelle école Olympe de Gouges, 54/56 avenue Lénine. Un bâtiment particulièrementà la pointe en matière d’économiesd’énergie.

Anis-Gras

| 10

GRIPPE A(ensemble)

| 10

:

cinéma,| 8 bureaux, …: NOUVEAU hôtel » | 18 « Vues- In situ Faire face

| 10 |8

Faire face

» | 18 | 22 FOND, In situ À FOND,-FOND, « Vues es les marionnett

janvier 2010

| n° 203

| n° 203

Chloé Cabarrecq, vice-championne L’urbanisme du monde anime les quartiers|| 186 Chloé Cabarrecq, vice-championne | 18 du monde

avant-première mondiale

| 23

|9| Dossier|

AVATAR A JEAN VILAR :

es | 22 | 23 les marionnett Ethni’cité | 23 au festival

Trois bonnes raisons de se vacciner

|13| Dossier|

| 23 ’cité re al Ethni | 23 vous de septemb au festiv les rendez-

Tous

n° 201 octobre

notrecité 1 | Arcueil

| 20

février

Enquête Louis Harris Enquête Louis Harris Taux de couverture : 96 % Taux de couverture : 96 % Taux de lecture : 95 % Taux de lecture : 95 % Taux de satisfaction : 88 % Taux de satisfaction : 88 %

2009

re

vous de septemb

Tous les rendezDu du Chaperon- nord au sud, Vert jusqu’au Plateau Kergomard, les grands chantiers de l’année 2010.

notrecité 1 | Arcueil

n° 201 octobre

|| 23 32

Vous et Internet

commerces à visages humains |9| Dossier|

GRIPPE

ES STARS AFRICAIN

| 16, 29

de février

avant-première mondiale Vous et Internet

FOND, À FOND, FOND, ES STARS AFRICAIN

|13| Dossier|

| 20

z-vous de

décembre 2009 janvier 2010

L’urbanisme anime les2009 quartiers| 6 décembre

AVATAR A JEAN VILAR :

: NOUVEAU

| 10

2009

(*) (*)  (**)  (**)  (***)  (***) 

E A IRE ble) GRIPP LA VACHE-NO (ensem

À VOIR À

se renforce

Tous les rende

IRE:

LA VACHE-NO a, bureaux, ciném | 8 | n°201 hôtel…

À VOIR À

octobre 2009

| n°204 |8

L’INTERVIEW DU

Alain Dubos MOIS : sans frontiè , médecin res et écriva | 12 in

| 21 |9

Régionales :

! | 22 répondre

EN ENCART des priorités le sens

|9

MiLibris :

la nouvelleméthode Auteurs de lecture du Val-de-Bièvre

:nt déplaceme

Plan de: ? GRIPPE Asvaccin priorités du quelle l’heure

Les chiffres du budget clés 2010

r| |11| Dossie

fois Il était une t… on-Ver le Chaper|11| Dossier| fois Il était une t… on-Ver per Cha le

| n°201

octobre 2009

| n°204

DÉPLACEM

les prioritésENT: févrie r 2010 des hab itants

| n ° 205

|8

t exorbitan?

novembre

| n ° 205

CHAPERON-VERT,

| n°202

2009

:

| 33 | 32

commerces à visages humains

Tous les rendez-vous de décembre et de janvier

GRIPPE

Trois bonnes raisons de se vacciner

Dans le dossier de ce numéro: sept portraits de petits commerçants qui respirent l’humanité.

| 33

Tous les rendez-vous de décembre et de janvier

Dans le dossier de ce numéro: sept portraits de petits commerçants qui respirent l’humanité.

2009

Du du Chaperon- nord au sud, Vert jusqu’au Plateau Kergomard, les grands chantiers de l’année 2010.

Contact publicité Contact  06 62 publicité 50 28 29  06 62 50 28 29 regie@lecho.com Echom est la régieregie@lecho.com publicitaire du journal d’Arcueil Echom est la régie publicitaire du journal d’Arcueil


Les Activités Loisirs du 8 au 15 mai

a ni mat io n s

offer tes :

In it iat io n esc al ade

OUVERT

le samedi 8 et le jeudi 13 mai de 10h à 19h

La Vache Noire

Que des bons moments GRATUIT 2H - 120 boutiques *

RCS Nanterre B429 775 315 - Crédit Photo : Henk Callens *Voir conditions dans le centre commercial.

Jeux vi d éo s

ANC - Arcueil Notre Cité - Mai 2010  

ANC - Mensuel municipal d'informations de la Ville D'Arcueil

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you