Issuu on Google+

avril 2010



| n°206

De la maison Greux à celle des solidarités | 13

DÉMOLe casse-tête des cratie transports GRIPPE |6, 29| élections régionales|

LA

| 9, 18, 28 |

Pianos, loto, expos… || 914

affectée par la Individuels ou collectifs, les transports constituent un pan important de la vie quotidienne et souvent un réel souci pour des millions de Franciliens et donc pour des milliers d’Arcueillais (en photo, la rue Ernest Renan).

Échecs : quel succès !

| 16

a

d e l’

L’interview du mois :

le philosophe Guy Coq | 21 Régionales :

tous les résultats Tous les rendez-vous d’avril

| 29

bstention 58 % au premier tour, 55,8 % au second : la majorité des Arcueillais (comme  celle des Français) a boudé les élections régionales, les 14 et 21 mars.

STOP

aux virus de l'Abstension 1 | Arcueil notre cité n° 206 avril 2010


Forum de l’emploi

la-vache-noire.net

du 10 au 17 avril

Ma petite robe ? Souvenir d’un Recrutement bon moment entre filles. Orientation

Formation Coaching

LO

RCS Nanterre B429 775 315 - © Getty

*Voir conditions dans le centre commercial.

Retrouvez le programme à l’accueil du centre et sur www.la-vache-noire.com Ouverture e exceptionnell lundi 5 avureil s) (Lundi de Pâq

de 10h à 19h

La Vache Noire

Que des bons moments Que des bons moments

GRATUITGRATUIT - 120 2H * boutiques - la-vache-noire.com

120 boutiques -

*

RCS Nanterre B429 775 315 - Crédit Photo : Henk Callens *Voir conditions dans le centre commercial.

E

N

T

O

RICA C U R S E I

ooting Relooking, sh mode, défilé, … customisation

En partenariat avec :

PR TI OTEC

rs Du 24 au 27 ma Animationsde : et ateliers mo


avril 2010 Carnet de route du maire Lieu de culte pour les musulmans : toujours d’actualité

|5

Actualités 6 6 7 8 10 11 12 13

| 9 | Actualités | 18 | Découvertes | 28 | C’est vous qui le dites |

14 14 15 15

Les transports : voilà le fil – et non le poisson – rouge du numéro d’avril d’ANC. D’abord quelques chiffres issus du diagnostic Insee au sujet des navettes domicile-travail. Les sédentaires sont minoritaires (p. 9). Puis une enquête sur Vélib’, le plus célèbre des réseaux français de libre service de vélos. Les Vélib’ font de plus en plus partie du paysage urbain (p. 18). Enfin, des habitants et des travailleurs arcueillais font part de leurs expériences en matière de transports en commun. « Expériences » : un euphémisme pour « galères » (p. 28) ?

Vues - In situ | | | |

Centrale Arcueil Chessland : rois, reines, petits pions…

| 16

Découvertes Vélib’, un an après On répare à Cachan Les vandales se lassent Les fous du volant Sport express Jeux

| | | | | |

18 18 19 20 20 22

L’interview du mois Guy Coq, philosophe de l’éducation | 21

Expression des groupes Textes des groupes politiques municipaux

Le casse-tête des transports

De la maison Greux à celle des

solidarités | 13 | Actualités |

L’hôtel particulier du 102 de la rue Marius Sidobre fut l’objet en 1995 d’une donation à la Ville d’Arcueil. Celle-ci avait une double mission : le restaurer et lui donner une dimension sociale.

| 24

C’est vous qui le dites Chronique de l’Université populaire | 27 Les infortunes de la maison du marquis | 27 Transports en commun : vos galères et vos doléances | 28

Petit pion deviendra grand | 16 | Centrale | Quelles diagonales pour Arcueil Chessland ! Le 13 mars, à l’occasion de l’étape arcueillaise du Grand prix rapide d’échecs du Val-de-Marne, 115 participants âgés de quatre à quatre-vingts ans ont envahi le réfectoire de l’école Jean Macé et une partie du préau.

Élections régionales | 29 PhL

Tous les résultats

Arcueil notre cité mensuel d’informations locales et municipales Rédaction : 10, avenue Paul Doumer 94114 Arcueil cedex Tél. : 01 46 15 09 56 Télécopie : 01 46 15 09 51 Courriel : communication@mairiearcueil.fr Directeur de la publication : Daniel Breuiller, maire d’Arcueil  Adjointe au maire, chargée de la communication : Marie-Pierre Reynaud Rédacteur en chef : Laurent de Villepin Rédaction et secrétariat de rédaction : Philippe Lorette (journaliste territorial)

Ont collaboré à ce numéro : Colline Gori, Sandra Deruère, Tristan Gaguèche et Kevin Gouttegata Graphisme : Gilles Vérant Photos : la rédaction, German Guzman N et Eric Demare (responsable photo : Philippe Lorette) Une : photographie Philippe Lorette Secrétariat : Christine Penchemel Régie publicitaire : Echom – regie@lecho.com Impression : Alliages C.I., Gentilly (13 000 exemplaires) Distribution : Proximes communication

4 | Arcueil notre cité n° 206 avril 2010

Aubade au badminton | 20 | Découvertes |

Compétitions et surtout loisirs : les fous du volant ne se lassent pas de le renvoyer. La section badminton du Cosma compte une centaine de membres et ne cesse de miser sur une bonne humeur communicative.

CG

Duo de pianos Midi des mots Petit déjeuner conté Défilé vénitien

PhL, TG, SD

| | | | | | | |

PhL

Les chiffres de l’abstention 3D relief : plein les yeux Aimé Césaire aura son école Évolutions démographiques Hôtel et cinéma à la Vache-Noire Travaux dans l’aqueduc André Crapez, l’altruiste La Maison des solidarités


carnet de route

« La droite est désavouée, mais l’abstention montre que la gauche et les écologistes doivent travailler à construire une alternative crédible » crédible. » Daniel Breuiller, maire d’Arcueil, conseiller général

26 février |

J’assiste à la projection suivie d’un débat autour du film Invictus au cinéma Jean Vilar. J’y retrouve le souvenir de l’époque où je militais aux côtés du Comité olympique non-raciste d’Afrique du Sud. L’histoire d’Arcueil est marquée par des liens forts avec le mouvement anti-apartheid, et la Coupe du monde de football sera l’occasion de nous rapprocher encore de ce pays en pleine mutation.

28 février |

Une nouvelle tempête frappe durement le littoral vendéen. L’urgence est évidemment de porter assistance aux familles sinistrées, et le conseil général du Val-de-Marne décide de mobiliser ses agents professionnels de l’assainissement pour aider les collectivités à la remise en état des réseaux. Mais il faudra aussi sans tarder éclaircir les conditions dans lesquelles on a pu construire des lotissements dans des zones aussi manifestement risquées, ceci pour faire en sorte de protéger la population des pratiques douteuses de certains affairistes de l’immobilier, décidément sans scrupule.

1er mars | Je suis invité à témoigner sur les pratiques de la

démocratie participative (référendum local, assemblée de quartier, etc.) à une rencontre organisée par l’Adels et la Fonda (une association et une fondation travaillant sur ces questions). Outre la reconnaissance des actions menées dans ce domaine à Arcueil et au conseil général, c’est l’occasion de partager idées et expériences.

3 mars |

Je vais saluer les agents municipaux qui prennent en charge l’envoi à tous les électeurs de la commune des professions de foi des listes candidates aux élections régionales. Pour les villes utilisant les machines à voter, les textes ne prévoient pas l’envoi des bulletins de vote ; si cela ne pose pas de problème pour les scrutins uninominaux, c’est en revanche dommageable dans les cas où le vote porte sur des listes avec 220 candidats. J’ai donc décidé de saisir le ministre et le préfet pour leur demander un changement de ce règlement qui prive les électeurs d’une information nécessaire.

8 mars |

À Anis-Gras, notre université populaire accueille un Arcueillais de renom, Jean Baubérot, titulaire de la seule chaire universitaire existant en France sur la laïcité. Sa conférence éclaire les fondements et évolutions historiques de la laïcité, aidant ainsi à réfléchir de manière plus sereine aux débats d’actualité.

9 mars | À l’invitation de l’amicale juive

d’Arcueil, je vernis une exposition aussi intéressante qu’émouvante sur l’immigration juive en France au centre Marius Sidobre. « Heureux comme un juif en France » : ce proverbe yiddish dit mieux qu’un long discours comment l’histoire de notre pays est celle d’une terre d’accueil.

11 mars |

Avec trois jours de retard sur le calendrier officiel, nous célébrons à Arcueil la 100e journée de la femme autour d’une exposition montée à l’hôtel de ville par l’association Femmes solidaires et le magazine Clara.

Je suis d’accord avec les organisatrices qui insistent pour ne pas folkloriser cette journée en « fête des femmes » comme il y a une « fête des mères », mais bien pour incarner un combat pour l’égalité et la liberté qui, d’une façon parfois révoltante, reste encore hélas d’actualité. Un article de presse titré « Les CAF en état d’alerte maximale » rend compte de l’asphyxie des caisses d’allocations familiales. Les mêmes causes (diminution des moyens et augmentation des tâches) provoquent les mêmes effets : il y a quelques mois, de nombreux bénéficiaires avaient été pénalisés par des retards dans le versement de l’APL (aide personnalisée au logement); aujourd’hui, c’est le versement du RSA (revenu de solidarité active) et les inscriptions à la CMU (couverture maladie universelle) qui sont menacés. Dans cette affaire, le mépris du gouvernement n’est pas acceptable puisque ces aides sont tout simplement vitales pour les familles les plus modestes qui y ont droit.

21 mars |

Le 2e tour des élections régionales confirme le premier avec une très large victoire des listes de gauche. À Arcueil, je retiens de ce scrutin le score impressionnant (76 %) de la liste d’union conduite par Jean-Paul Huchon qui se traduit dans l’élection de deux proches, avec qui je sais pouvoir travailler en confiance : mon adjoint Denis Weisser et mon amie Cécile Duflot dont la liste a enregistré à Arcueil au 1er tour son meilleur résultat de tout le département (22%). Ces résultats montrent un rejet de la politique du gouvernement et a contrario un soutien au travail mené par les élus des collectivités locales en faveur de la cohésion et de la protection sociales. Mais le très fort taux d’abstention montre aussi qu’il faut s’atteler à rendre crédible un projet alternatif, ce qui passe pour moi par un travail collectif et sans hégémonie au sein de la gauche et du mouvement écologiste.

24 mars |

Trois jours après sa déroute aux élections, le gouvernement valide une hausse du prix du gaz de près de 10 %. C’est ce qu’on pourrait appeler « faire payer les pauvres ». Scandaleux !

Dites-nous monsieur le maire*…

L’ouverture d’un lieu de culte pour les musulmans   est-elle toujours d’actualité ? DB – Oui. Le conseil municipal s’y est engagé il y a plusieurs années, dans le cadre conforme à la loi d’un bail emphytéotique et en prévoyant une convention fixant les règles de bon usage d’occupation des lieux. Cette convention est en cours d’élaboration avec l’association indépendante des musulmans d’Arcueil (AIMA) et sera soumise au conseil. Un lieu a été trouvé : le pavillon de l’ancienne station-service avenue FrançoisVincent Raspail, propriété de l’Etat en passe de devenir celle du conseil général (*) Question de la rédaction

du Val-de-Marne qui doit la rétrocéder à la commune. Concrètement, il faut aller au bout de ces procédures juridiques et administratives, encore compliquées par le fait que ce site est une ancienne station-service. C’est ce qui explique que les choses ont semblé traîner en longueur : je le regrette et m’emploie à faire en sorte qu’elles avancent. Si tout va bien, nous pourrons donner les clefs de ce pavillon aux responsables de l’AIMA d’ici l’été prochain pour qu’ils puissent y faire les travaux nécessaires avant son ouverture.

Arcueil notre cité n° 206 avril 2010 | 5


Actualités

en Très court

en court

Un chiffre

Triste record : près de trois électeurs arcueillais – inscrits sur les listes électorales, tout du moins – sur cinq (57,99 % très exactement) se sont abstenus de voter à l’occasion du premier tour des élections régionales, dimanche 14 mars (voir les résultats complets p. 29). C’est presque vingt points de plus (ou de moins, si l’on note la participation) que lors de la dernière édition (38,47 % d’abstention aux 1er et 2e tours des régionales de mars 2004 à Arcueil ; 34,32 % pour toute la France). Mais c’est déjà un peu mieux qu’en juin dernier lorsque 60,7 % des inscrits arcueillais (et 59,37 % des Français) avaient déclaré forfait pour les européennes. Le record absolu, toutes catégories confondues, demeure toutefois les 74,89 % affichés à Arcueil (69,81 % en France) au soir du référendum sur le quinquennat présidentiel, le 24 septembre 2000. Dimanche 21 mars, le second tour des régionales n’a réparé que très imparfaitement cette panne civique : 55,8 % d’abstention à Arcueil et 48,8 % en France. Et pourtant… ANC-Arcueil notre cité (1) était si fier d’avoir trouvé cinq votants sur six (83,3 % !) un mois avant le scrutin ! Parmi les six résidents arcueillais interviewés, cinq habitants avaient répondu qu’ils iraient voter. « Oui, bien sûr ! », avaient-ils même appuyé. ■ PhL

58 % d’abstention

(1) ANC-Arcueil notre cité n° 205 mars 2010, rubrique « C’est vous qui le dites », p. 28.

Cinéma Jean Vilar : des héros en 3D et en VO

Une phrase

« Mon souhait en matière de transports en commun ? Que j’arrive à l’heure   au boulot ! » Ali Benamar, employé d’Orange à Arcueil (lire « C’est vous qui le dites » p. 28)

Le numérique et la troisième dimension s’installent au cinéma Jean Vilar, 1 rue Paul Signac. Cela en version française, mais aussi en version originale sous-titrée, le numérique permettant cette double projection, sans qu’il soit nécessaire de commander deux « galettes ». Au programme au mois d’avril, à la fois en VF et en VO : Dragons (du 31 mars au 13 avril) ; Alice au pays   des merveilles (du 14 au 27 avril) ; Le Choc des Titans (du 21 au 27 avril).

Un livre

talentueux ; son roman Corinne a été un immense succès et ses livres politiques, lus de Weimar à SaintPétersbourg, ont agacé les adversaires de la liberté, mais elle a eu à ses pieds les meilleurs esprits. Madame de Staël est sorti le 8 mars, Journée 2010 de la femme. Livraison fortuite ? Voire ! Madame de Staël est au carrefour des idées modernes et leur porte-voix : ennemie des despotes, avocate des libertés – à commencer par celle des femmes –, Germaine de Staël devient, grâce à Michel Winock, l’archétype de la femme romantique. ■ PhL (avec Fayard éd.)

Et aussi deux « spéciales » : « l’ultime séance » 3D d’Avatar, mais cette fois en VO, vendredi 23 avril à 20h45 ; et une « soirée des héros », samedi 24 avril à partir de 20h, avec Le Livre d’Eli (VF, 2D) puis dans la foulée Le Choc des Titans (VF, 3D). ■ PhL DR

Michel Winock a passé les vingt-quatre premières années de sa vie à Arcueil, et c’est pourquoi on a ici un peu tendance à considérer l’illustre historien toujours « comme un des nôtres ». Le professeur d’histoire contemporaine enchaîne les insignes ouvrages : après Le XXe Siècle idéologique et politique (Perrin) sorti en septembre, voici Madame de Staël (Fayard), riche biographie de la fille de Necker qui a connu les ors de Versailles mais aussi et surtout l’exil due à l’exaspération de Napoléon. Germaine de Staël (1766 - 1817), à qui Winock rend justice, a régné sur ce que les Lumières ont produit de plus

DR

Madame de Staël : femme politique et femme romantique

Emissions d’avril sur Culture locale / lundi 19 à 19h - Rencontre avec les deux architectes

de la rue Antoine Marin à Arcueil (Emmanuelle Cobloc et Catherine Carpentier) n Come-back / nouvelle émission à partir de mi-avril- Que deviennent-ils ? Invités : Laurent Bitan alias Billy (parrain de l’émission) et François Corbier (2e émission) n Culture locale sur... Bagneux / fin avril - Témoin au Procès - retour sur l’affaire du gang des barbares et l’assassinat d’Ilan Halimi

Prêt à changer vos repères ? Ecoutez la radio sur Internet OTORADIO 24 heures /24     

Passez à l’antenne sur OTORADIO : rubrique contact sur www.otoradio.com  Alexis Raposo, le directeur de la radio.

www.otoradio.com

 

Ouvre Tes Oreilles

6 | Arcueil notre cité n° 206 avril 2010

l a 1 ère R a d i o w e b d e P a r i s - B a n l i e u e S u d


en court

Conseil municipal

270 appartements à vendre au Chaperon-Vert

Après Olympe, Aimé

LdV

Lors de la séance du 25 mars, les conseillers municipaux ont choisi le nom d’Aimé Césaire pour la nouvelle école du quartier Laplace qui ouvrira ses portes en septembre prochain.

Sur cette vue récente du chantier de construction de la nouvelle école, située près de la Vache-Noire, rue du Général de Gaulle. On remarque que sa structure est entièrement en bois.

mais la décision appartient au conseil municipal. Et la représentante du groupe des Verts, Hélène Peccolo, n’hésite pas à proposer un cinquième nom, celui de René Dumont, précurseur de l’écologie politique et qui fut son premier représentant à l’élection présidentielle de 1974. à chacune ses convictions : celles de Carine Delahaie (groupe des communistes, partenaires et citoyens) sont résolument féministes et elle plaide donc pour Lucie Aubrac : « Je sais qu’on va dire qu’on a déjà Olympe de Gouges, mais nous sommes encore tellement loin de la parité. » Finalement, à l’issue d’un vote à bulletins secrets où il remporte 14 suffrages sur 27, c’est le nom d’Aimé Césaire qui est choisi. Un choix relativement attendu, puisque ce nom « représentatif de la diversité » avait été aussi déjà pressenti pour être celui de la nouvelle école du quartier Joliot-Curie. ■ Laurent de Villepin > Médiateurs de nuit. Le conseil municipal a également adopté une convention entre la commune et l’association Optima, spécialisée dans ce domaine, qui recevra une subvention annuelle de 370 000 € pour l’intervention d’une équipe de médiateurs de nuit. Pratiquement, ces médiateurs devraient être sur le terrain à partir de cet été, et nous présenterons d’ici là dans ANC l’équipe et ses missions. ■ LdV

Qui est Césaire ? Né en 1904, Aimé Césaire fut d’abord un brillant intellectuel (reçu à Normale sup’) qui élabore le concept de « négritude », en réaction bien sûr à la vision colonialiste de l’homme noir mais aussi comme une forme d’humanisme universel qui lui fait écrire « je suis de la race de ceux qu’on opprime. » écrivain, considéré comme l’un des plus grands poètes de langue française du XX e siècle, il est reconnu aussi sur la scène politique. Après sa rupture avec le parti communiste, il fonde le parti progressiste martiniquais ; le fait qu’il a été maire de Fort-deFrance pendant plus d’un demisiècle et siégé à l’Assemblée nationale (sous l’étiquette non inscrit puis apparenté socialiste) pendant quarante ans d’affilée donne une idée de son influence et de sa popularité. En 2008, des obsèques nationales ont marqué sa disparition. ■ LdV

DR

P

atrice Deveaux, conseiller municipal délégué à l’éducation, introduit le débat sur la dénomination de l’établissement en construction sur le site Monmousseau pour remplacer l’école Laplace. Ce groupe scolaire accueillera environ trois cents enfants, principalement des classes élémentaires, mais aussi, en cas de besoin - et c’est-à-dire « si le ministère ne réduit pas encore les postes sans vouloir prendre en compte l’intérêt de la scolarisation des petits de moins de trois ans » – deux classes de maternelle, à l’étroit dans l’école Casanova voisine. Le bâtiment, répondant à des normes élevées de confort intérieur et de maîtrise énergétique, intégrera aussi une belle salle polyvalente ouverte aux associations du quartier. Léopold Sédar Senghor (qui fut à la fois président du Sénégal et le premier écrivain africain à siéger à l’Académie française), Adrienne Bolland (intrépide pionnière de l’aviation née à Arcueil), Lucie Aubrac (célèbre résistante, et militante anticolonialiste) sont, avec Aimé Césaire, les quatre personnalités en lice pour donner leur nom à l’école. Le choix est difficile : la communauté éducative a été consultée, des conciliabules ont eu lieu entre les élus,

Près de 500 nouveaux logements vont être livrés en 2012 dans le cadre de l’Opération de rénovation urbaine en cours au Chaperon-Vert (voir ANC n° 205, p. 17). Parmi eux, 220 sont en accession privée et 50 en accession sociale à la propriété. à la demande de la Ville, les promoteurs privés (Bouygues, BNP-Paribas et Crédit agricole) vont procéder à des offres de lancement destinées aux Arcueillais à compter de la mi-avril et jusqu’en juin, date d’ouverture de la commercialisation nationale. Il est prévu que ces offres soient d’abord communiquées par prospectus dans les boîtes aux lettres, une réunion d’information ainsi que des permanences devant ensuite se tenir courant mai (renseignements pratiques à venir sur le site web arcueil.fr et dans le prochain numéro d’ANC). Quant aux 50 logements promus en accession sociale à la propriété, ils doivent être mis en vente l’hiver prochain par Valophis-Expansiel (un organisme public de logement), et nous publierons dès que possible toutes les informations concernant cette opération.

Information judicaire et aide aux victimes

Les permanences du correspondant du parquet reprennent les jeudis à Arcueil (au centre Marius Sidobre, 26 rue Raspail) et les vendredis à Cachan (37 rue Guichard). On peut s’y rendre sans rendez-vous, ou le contacter par téléphone ces deux jours-là au 06 22 72 82 87.

Arcueil notre cité n° 206 avril 2010 | 7


Actualités

Population

Retour à 20 000 Au 1er janvier 2010, Arcueil comptait officiellement 19 777 habitants, soit un peu plus de 15 pour 1000 de la population du Val-de-Marne, c’est-à-dire, à peu de chose près, la population locale d’il y a un demi-siècle. L’Insee et le cabinet Compas-tis ont récemment travaillé sur les différentes évolutions 1999-2006. Voici celles qui concernent strictement la démographie et aussi les mouvements domicile-travail.

Une population qui augmente…

Évolution de la population à Arcueil

En 2006, Arcueil comptait 19 129 habitants, soit une augmentation de sa population de 5,9% depuis 1999 (1 068 habitants de plus). Sur cette période, la croissance démographique a donc été comparable à celle de l’ensemble du département (+5,8%).

En 1999, la pyramide des âges d’Arcueil révélait une structure de population très proche de celle du département. Les adultes âgés de 25 à 55 ans, représentatifs de la population active, sont particulièrement nombreux. La répartition par grande tranche d’âge de la population des ménages de 2005 laisse penser que cette structure a peu évolué depuis 1999. Ainsi, en 2005, les personnes âgées de 20 à 39 ans sont les plus nombreuses (1/3). En revanche, seul 1 habitant sur 6 a 60 ans ou plus. Toutefois, le nombre de personnes âgées de 60 ans ou plus devrait progresser avec l’arrivée à l’âge de la retraite des générations issues du baby-boom.

20 000

15 000

Pyramide des 95 ans et plus 90-94 ans 85-89 ans 80-84 ans 75-79 ans 70-74 ans 65-69 ans 60-64 ans 55-59 ans 50-54 ans 45-49 ans 40-44 ans 35-39 ans 30-34 ans 25-29 ans 20-24 ans 15-19 ans 10-14 ans 5-9 ans moins de 5 ans

95 ans et plus 90-94 ans 85-89 ans 80-84 ans 75-79 ans 70-74 ans 65-69 ans 60-64 ans 55-59 ans 50-54 ans 45-49 ans 40-44 ans 35-39 ans 30-34 ans 196225-29 ans1968 20-24 ans 15-19 ans ans âges de10-14 la population 5-9 ans moins de 5 ans 5,0

Val-de-Marne Arcueil

Nombre d'habitants si la population avait suivi la même évolution qu'en moyenne nationale

1975

1982

4,0

3,0

2,0

25

1,0

0,0

2006

1,0

2,0

Val-de-Marne

hommes

5,0

4,0

3,0

Arcueil

2,0

1,0

0,0

1,0

2,0

hommes

3,0

femmes

3,0

4,0

5,0

femmes

Répartition de la population des ménages par classe d’âge (estimations au 1er juillet 2005) 35

1999 32%

30

2005

30% 27%

25 24%

28%

24%

20 18%

15

17%

10 5 0 moins de 20 ans

30

1999

totale en %

20-39 ans

40-59 ans

35

8 | Arcueil notre cité n° 206 avril 2010

1990

source: INSEE, RP 1999

Domination de la tranche d’âge des 25-55 ans

25 000

Source : INSEE - RP

La population arcueillaise a tendance à diminuer depuis les années 60. Ainsi, en 2006, la ville compte 5% d’habitants de moins qu’en 1962, alors que la population du département a progressé d’un tiers sur cette période. C’est entre 1990 et 1999 que la baisse a été la plus sensible (11% de personnes en moins). En 2006, Arcueil aurait eu 8000 habitants de plus si sa croissance démographique avait été la même que celle du Val-deMarne ou de la France métropolitaine sur les 40 dernières années. La diminution de la population est liée aux soldes migratoires négatifs (départs des Arcueillais plus importants que les arrivées sur la commune), qui n’ont pas été compensés par les soldes naturels sur les périodes 1968-1975 et 1990-1999. Entre 1999 et 2006, les flux migratoires sont devenus neutres, ce qui a permis à la population de croître dans une mesure comparable à celle du département grâce au solde naturel positif.

Nombre d'habitants si la population avait suivi la même évolution qu'en moyenne départementale

Source: INSEE, RP 1999 et RP rénové chiffres-clés grandes villes 2005

… après avoir diminué

30 000

60 ans et plus

1999 32%

2005

30% 27%

28%

4,0

5


en TRès court

À la recherche d’un mode d’accueil pour votre enfant ? Vous résidez à Arcueil, vous êtes à la recherche d’un mode d’accueil pour votre enfant. Des réunions sont organisées par les professionnels représentant les différents départementale (+16%). Ces derniers vont certaiÉvolution de la structure des ménages : modes d’accueil existant nement continuer de croître dans les années à venir, sur la ville, pour vous moins de jeunes, plus de seniors compte tenu du volume de ménages âgés de 60 à 74 conseiller dans vos Les données fiscales permettent aussi d’appro- ans au regard de celui des ménages âgés de 75 ans démarches. Les prochains cher les évolutions démographiques récentes par ou plus en 2006. Par ailleurs, le nombre de ménages points information sur tranches d’âge. Elles montrent que le nombre de de moins de 30 ans est resté stable sur la période les modes d’accueil se ménages âgés n’a pas évolué de manière homo- alors qu’il a diminué sur l’ensemble du Val-detiendront en mairie, gène. Alors que ceux dont la personne de référence Marne, et les ménages quarantenaires ont augmenté 10 avenue Paul Doumer, a entre 60 et 74 ont diminué de 6% en 5 ans, les cinq fois moins sur Arcueil que sur l’ensemble vendredi 16 avril à 8h45, plus âgés ont vu leur nombre progressé d’un quart, du département. jeudi 6 mai à 17h45, Canton de travail nb % soit d’une manière plus marquée qu’en moyenne vendredi 21 mai àNombre 8h45. de mén 33,9% Paris 2159 Il est préférableEn de 2000 venir 12,8% Arcueil 812 Les ménages fiscaux selon l’âge de la personne de référence du ménage sans enfant pour le 979 < 30 ans 2,5% Montrouge 159 la 30 - 39 ans bon déroulement de 1642 2,4% Nombre de ménages Evolution 2000-2006 en % Créteil 152 fiscaux 40 - 49 ans réunion. 1666 En 2000 En 2006 Arcueil Val-de-Marne

Nanterre

77

1,2%

Issy-les-Moulineaux

76

1,2%

Vitry-sur-Seine

73

1,1%

67

1,1%

142

979 1642 1666 1313 1361 750 7 711

136 120 101 94 94 85

Les navettes domicile-travail : Puteaux Courbevoie Arcueil, ville hyperattractive

1,0% 64 … … d’Arcueil est très

… 91.3% d’attractivité. Le canton 100,0% En Total des salariés Arcueil 6364alentour. attractif pour leshabitant salariés des cantons effet, 91.3% des salariés travaillant sur le canton d’Arcueil résident dans un autre canton. 1 salarié sur 8 réside dans le canton de Paris.

Les navettes domicile-travail - Salariés travaillant à Arcueil Canton de domicile

Source : INSEE - DADS 2005

Paris

nb

13,4%

Arcueil

812

8,7%

Cachan

254

2,7%

Bagneux

231

2,5%

Antony

158

1,7%

Gentilly

154

1,6%

Montrouge

137

1,5%

Haÿ-les-Roses

135

1,4%

Villejuif

135

1,4%

Vitry-sur-Seine

131

1,4%

Fresnes

92

1,0%

Fontenay-aux-Roses

86

0,9%

Châtillon

76

0,8%

Massy

73

0,8%

Montlhéry

71

0,8%

Chevilly-Larue

70

0,7%

Chilly-Mazarin

68

0,7%

9374

100,0%

-6,4 -1,4 +6,7 +12,9 +1,2 +16,7 +4,7

50 - 59 ans 1313 23 avril : 60 - 74 ans 1361 une grande journée 75 ans et pluspour les 11-17 ans 750 Ville d'Arcueil Pour les vacances 7 de711

Les navettes domicile-travail : direction Paris pour 34 % des Arcueillais salariés 12.8% de sédentarité. En 2005, seulement 12.8% des salariés habitant le canton d’Arcueil travaillaient sur ce même canton et plus du tiers vont travailler à Paris. Canton de travail des habitants d’Arcueil Canton de travail

%

1260

Total des salariés travaillant à Arcueil

+0,8 -5,3 +1,4 +15,8 -6,5 +24,3 +3,2

Source: INSEE DGI, 2000-2006

84

2,2% 987 2,1% 1555 1,9% 1690 1,6% 1521 1,5% 1273 1,5% 932 1,3% 7 958 1,3%

Villejuif < 30 ans Cachan 30 - 39 ans Gentilly 40 - 49 ans Ivry-sur-Seine 50 - 59 ans Chevilly-Larue 60 - 74 ans Bagneux 75 ans et plus Kremlin-Bicêtre Ville d'Arcueil Boulogne-Billancourt

Paris

2159

nb

% 33,9% 12,8%

Arcueil

812

Montrouge

159

2,5%

Créteil

152

2,4%

Villejuif

142

2,2%

Cachan

136

2,1%

Gentilly

120

1,9%

Ivry-sur-Seine

101

1,6%

Chevilly-Larue

94

1,5%

Bagneux

94

1,5%

Kremlin-Bicêtre

85

1,3%

Boulogne-Billancourt

84

1,3%

Nanterre

77

1,2%

Issy-les-Moulineaux

76

1,2%

Vitry-sur-Seine

73

1,1%

Puteaux

67

1,1%

Courbevoie …

64 …

1,0%

Total des salariés habitant Arcueil

6364

… 100,0%

printemps (du 19 au 30 avril), de nombreuses activités attendent les jeunes Arcueillais : soit au club Guy Môquet (ateliers, stages, sorties, soirées…), soit au centre sportif François-Vincent Raspail dans le cadre de Vacan’Sport (futsal, tir à l’arc, basket, baseball, 3 raquettes, hockey, volley, tchouk-ball…). Une grande journée en commun est organisée le vendredi 23 avril, avec au programme le tournoi de futsal Afri’Cup, suivi en soirée d’un concert à Bagneux du groupe IAM. En savoir plus : www.arcueil.fr. Héberjeunes Depuis une vingtaine d’années, l’association Héberjeunes met en relation les propriétaires de logement et les étudiants, stagiaires et jeunes travailleurs souhaitant se loger dans la région sud du RER B. En 2009, plus de 1200 étudiants ont pu ainsi être logés par Héberjeunes. www.heberjeunes.fr Tél. : 01 69 15 52 52 / 65 44 heberjeunes.asso@ u-psud.fr

Arcueil notre cité n° 206 avril 2010 | 9


Actualités

assemblée de quartier

L’hôtel Marriott et le cinéma Mégarama arrivent sur la place

PhL

PhL

Laplace

À l’arrière-plan se dressent déjà quatre des cinq étages de l’hôtel trois étoiles qui ouvrira ses cent soixante-dix chambres à partir de janvier 2011.

Danielle Casanova était à l’honneur le 16 février. L’école maternelle de la rue du Général de Gaulle avait été choisie comme cadre de la dernière assemblée du quartier Laplace. Parce qu’elle donne sur le chantier de la future école élémentaire Aimé Césaire (lire p. 7) ; et aussi et surtout parce que Casanova risque de perdre une classe à la rentrée prochaine et que cette décision de l’académie, qui concerne un quartier en pleine expansion et au fort potentiel démographique, a le don de fédérer une importante et tenace contestation de parents d’élèves. La première partie de la réunion consistait cependant à présenter le programme

de construction du cinéma et de l’hôtel, avenue Laplace. Le chantier avance au gré des conditions météo et la livraison de l’ensemble est prévue fin janvier 2011. L’hôtel trois étoiles Courtyard by Marriott comptera cinq étages et cent soixante-dix chambres. Le cinéma Mégarama – Denis Weisser, adjoint au maire, a enfin pu révéler publiquement le nom du complexe – est situé sous l’hôtel et possédera six salles pour un total de neuf cents sièges, dont deux cent quatre-vingts dans la grande salle. Toutes les entrées et sorties s’effectueront sur l’avenue Allende, l’avenue Laplace étant réservée aux issues de secours.

M. Weisser a d’autre part évoqué la destination de la Maison Soulas (au 2e plan de la photo ci-contre), la petite bâtisse contiguë du XVIIIe siècle qui constitue le charmant anachronisme de l’ultramoderne place de la Vache-Noire. La municipalité souhaiterait qu’elle devienne « un lieu de restauration très sympathique ». Certains habitants présents doutent du succès du cinéma « si le parking du centre commercial La Vache Noire reste payant ». « No parking, no business », répète-on encore aujourd’hui. Mais il y a façon et façon. La Vache Noire a choisi la formule « 2 heures gratuites pour au moins 15 euros d’achat(s) ». Okabé, le concurrent kremlinois qui vient d’ouvrir ses portes le 25 mars avenue de Fontainebleau (RN 7), a lui opté pour la gratuité des deux premières heures sans condition d’achat. L’assemblée s’est achevée par la « restitution de la réunion cadre de vie du 25 novembre concernant la résidence Zola » par Guy Cantaloube, habitant référent du quartier. Le malaise perdure à cause de l’occupation de halls et la dégradation du square. La limitation de leurs accès ne parvient pas à faire l’unanimité et l’on mise maintenant sur les décisions qui pourraient être prises lors d’une nouvelle réunion le 7 juin à la mairie. ■ Philippe Lorette Toute l’info sur toutes les assemblées Les comptes rendus exhaustifs des assemblées de quartier sont téléchargeables sur arcueil.fr, rubrique « démocratie locale ». Ils sont également disponibles auprès de la Mission citoyenneté de la Mairie, 10 av. Paul Doumer (tél. 01 46 15 27 54).

Quel avenir pour Lorenzi ?

DR

Les ateliers de moulage d’art Lorenzi, situés 60 avenue Laplace, vont être amenés à déménager, compte tenu de la prochaine démolition de l’école Laplace et du nouvel ordonnancement du quartier. Mais pour aller où ? La volonté municipale est bel et bien de « garder » Lorenzi, mais les propositions de relocalisation sur le territoire arcueillais ont toutes été refusées. « Lorenzi, c’est très compliqué », s’inquiète l’adjoint au maire chargé du développement urbain, Denis Weisser. Plusieurs promoteurs se sont déjà déclarés intéressés par le site. Dans tous les cas, la configuration particulière de la cour carrée devrait être conservée. ■ PhL

10 | Arcueil notre cité n° 206 avril 2010


Travaux

Actualités

Profil en long de la conduite Pression maximale = 6 bars Pont aqueduc

Chambre de raccordement aval

Quelques chiffres

PhL

L =1060 m

Une canalisation dans l’aqueduc La régie Eau de Paris va mener des travaux jusqu’à la fin de l’année, à différents endroits de la ville, pour mettre en place une conduite d’eau sous pression, 100 % saine, dans l’aqueduc.

P

aris est alimentée en eau par plusieurs sources, et notamment par celles des zones de captage de la région de Provins (Seine-etMarne) et de Sens (Yonne), acheminées vers la capitale par les aqueducs de la Vanne et du Loing. Ces eaux souterraines devant être traitées avant d’atteindre Paris, des usines de traitement ont été installées en amont. Celle de L’Haÿ-les-Roses, opérationnelle depuis 2009, traite les eaux de la Vanne, qui rejoignent ensuite Paris par l’aqueduc d’Arcueil-Cachan. Pour éviter tout risque de pollution après traitement, l’eau doit être transportée par des conduites sous pression hermétiques. « Ces conduites d’un diamètre de 1,20 mètre ont déjà été installées entre L’Haÿ-les-Roses et Cachan et entre le carrefour de la VacheNoire et Paris. Il ne nous reste plus que la partie arcueillaise à réaliser  », explique Achille Poulin, responsable du suivi des travaux pour Eau de Paris, qui est la régie autonome de la Ville de Paris chargée de l’approvisionnement en eau de la capitale, ainsi que de la distribution. Si les travaux sur Arcueil sont effectués en dernier, c’est qu’il existe un obstacle de taille : l’aqueduc ! Comment faire passer une conduite d’eau sous pression à l’intérieur de l’édifice ? Une réunion publique s’est tenue à la mairie le 15 février, durant laquelle la régie a présenté le déroulement des travaux. « Nous allons installer deux puits d’inter-

vention pour entrer les tuyaux : l’un entre la rue de la Citadelle et l’avenue Maxime Bacquet, l’autre sur la promenade de l’aqueduc, au niveau d’emprises que nous possédons », poursuit M. Poulin. Autre lieu d’intervention : le boulevard Jacques de Brosse, où l’aqueduc décrit un coude au-dessus des voies de RER.

Un coude très sensible Cet angle, point fragile de la structure, sera consolidé, afin d’éviter que l’édifice ne bouge à cause de la pression d’eau. Ce renforcement sera effectué en sous-sol par le comblement des carrières, et en surface grâce à l’implantation de structures métalliques dans trois piliers et la protection de deux arches revêtus en finition avec du béton coloré. Les travaux commenceront début avril et devraient être terminés début décembre. La circulation automobile ne sera pas gênée avenue Bacquet. La Promenade de l’aqueduc quant à elle sera fermée aux piétons durant toute la durée des travaux. Le stationnement sera supprimé côté aqueduc boulevard Jacques de Brosse, pour permettre l’installation d’échafaudages, afin de parfaire l’étanchéité avant l’insertion des tuyaux dans l’édifice. Eau de Paris procèdera à des constats, avant et après travaux, dans les habitations qui jouxtent les chantiers, pour que les riverains puissent être remboursés en cas de dommage. ■ Sandra Deruère

Aqueduc de la Vanne (1874) H = 38 m Aqueduc Médicis (1624)

Conduite actuelle

Ø 2,10 m

Pose de la canalisation à l’intérieur de l’Aqueduc

Ø 1,20 m

Ø 2,10 m

L = 8,25 m

Pendant toute la durée des travaux, les eaux de la Vanne seront détournées et l’aqueduc vidé. Le chantier débutera par la réfection de l’étanchéité de l’édifice. Puis 120 tuyaux seront installés, afin de parcourir toute la longueur de l’aqueduc. Alors que l’eau circulait jusqu’à présent dans une conduite de 2,10 mètres de diamètre, la nouvelle canalisation sera constituée de tuyaux de 1,20 mètre de diamètre, transportant ainsi l’eau sous pression. Pour entrer les tuyaux de 8,25 mètres de long, des puits vont être creusés aux endroits où l’aqueduc passe en souterrain, c’està-dire au niveau de l’avenue Maxime Bacquet, et de la voie piétonne dite « promenade de l’aqueduc », derrière la rue Paul Bert. Ces puits seront réalisés en dehors des voies de circulation automobile. ■ SD Arcueil notre cité n° 206 avril 2010 | 11


Actualités

Disparition

Jusqu’au bout

« Avec Jeanine Fiterman, adjointe à l’enfance, l’idée essentielle était d’amener les enfants à agir par   eux-mêmes. »

DR

Ne jamais baisser les bras devant l’adversité ou les aléas de la vie. Cette volonté de fer, qui caractérisait André, marque encore les dernières années de sa vie. Lourdement handicapé par une myopathie, il se refuse à « rester cloué entre ses quatre murs ». À l’aide d’un fauteuil motorisé, il continue à participer à la vie de la ville, toujours en alerte contre les injustices. C’est ainsi qu’il avait mis un point d’honneur à participer au groupe de travail municipal qui élabore actuellement la Charte du handicap. Les trottoirs non surbaissés, les véhicules mal garés, les équipements non accessibles, il le vit au quotidien et veut se battre, malgré l’âge et la maladie, pour que tous, quel que soit leur handicap, puissent vivre leur ville à part entière. ■ Françoise Maillard, ancienne adjointe au maire d’Arcueil et ancienne présidente de l’Office HLM Arcueil-Gentilly

Dédé l’altruiste

André Crapez est décédé le 13 février à l’âge de 80 ans. Fait d’humanisme et de militantisme, il incarnait l’éducation populaire à Arcueil.

A

ndré Crapez est tombé dedans quand il était petit. Sept piges et déjà une fusion de gentillesse, de générosité et de constance. 1936. Le père gréviste occupe son usine, la teinturerie d’Arcueil sur la nationale 20, et chaque jour le bon fils apporte la gamelle au paternel. Jusqu’à la victoire. Le ton est donné et ne faiblira jamais. Tour à tour moniteur, directeur du centre de loisirs communal, responsable de l’Office municipal de la jeunesse d’Arcueil (OMJA), tête de liste de la Confédération nationale du logement (CNL), membre du groupe de travail sur la Charte du handicap, « Dédé » Crapez n’a jamais finassé. Et surtout, cet élan, cet altruisme chevillé au corps ont façonné toutes et tous qui l’approchaient. Comment, pourquoi ? « Il croyait en l’intelligence de l’autre, en l’idée que tout être humain a des qualités qui, si elles n’apparaissent pas à première vue, méritent d’être mises en valeur », affirment de concert Josiane Arberet, Sylvie Doiselet et Olivier Panzani, qui ont travaillé sous la conduite d’André Crapez au sein de l’OMJA dans les années 12 | Arcueil notre cité n° 206 avril 2010

80, des années marquées par la multiplication des stages de formation et d’insertion des jeunes. Crapez, ce champion de l’éducation populaire, avait auparavant assuré la direction du patronage laïque, autrement nommé centre de loisirs. «  Avec Jeanine Fiterman, adjointe à l’enfance, l’idée essentielle était d’amener les enfants à agir par eux-mêmes », rappelait Dédé. À eux de choisir, à eux de (se) décider !

Un vrai pouvoir de catalyse Tel était donc cet honnête homme, ce militant. Et cet habitant habité par une énergie débordante et un vrai pouvoir de catalyse, notamment entre 1986 et 1992 quand il fut le représentant élu (CNL) des locataires au conseil d’administration de l’Office HLM. Trop gentil Dédé ? Voire. En 1988, le ministre Maurice Faure se retrouvait avec des milliers de quittances retournées par les locataires (plus de 85 %) refusant de payer le doublement des loyers imposé par le préfet. Une action de force signée Dédé Crapez. ■ Philippe Lorette

« Tu as tellement donné » J’avais 20 ans quand André Crapez me recruta, pendant mes études, comme animatrice vacataire au patronage laïque municipal. C’est lui qui m’apprit le métier d’animatrice. Il était à la fois d’une grande humanité, il faisait confiance, tout en étant exigeant, en douceur, par l’exemple, par le dialogue. (…) Dédé mettait en pratique les valeurs auxquelles il croyait, la solidarité, la fraternité, il croyait dans le formidable potentiel des êtres humains. Il proposa à la municipalité d’organiser des week-ends de formation à Coulanges pour les animateurs arcueillais. (…) Il pensait aussi qu’il était important de mettre les enfants en contact avec des professionnels. (…) C’est ainsi que le patronage laïque revendiqua sa place de centre de loisirs éducatif. En matière d’animation, Dédé avait plusieurs cars d’avance ! D’ailleurs, l’association d’éducation populaire et de formation que sont les Francas ne s’y était pas trompée, puisqu’il en fut le président départemental durant plusieurs années. (…) Dédé, merci pour tout ce que tu m’as donné à vivre, permis d’expérimenter, merci pour ta générosité, ton regard toujours bienveillant. Le poème, lu au cimetière, disait : « Je ne suis pas parti, je suis toujours là, à côté de vous. » C’est vrai, tu as tellement donné que tu es là, bien au chaud, bien vivant, en nous, en moi. ■ Jocelyne Cavazza


Patrimoine

Actualités

De la Maison Greux à celle des solidarités L’hôtel particulier du 102 de la rue Marius Sidobre fut l’objet en 1995 d’une donation à la Ville d’Arcueil, avec une double mission : le restaurer et lui donner une dimension sociale.

L

Conserver et recevoir Jacques Greux, donateur en 1995 de l’immeuble à la Ville d’Arcueil, avait édicté deux conditions : la destination « sociale » du lieu et sa « restauration ». « Il fallait reconstruire une maison dans la maison », condense Jean-Marc Deram, architecte associé à Olivier Tauvel, pour ce projet de sauvegarde et d’embellissement qui « comportait la double contrainte de

après

PhL

avant

DR

a Maison des solidarités ouvrira les portes de ses services opérationnels (lire cidessous) en septembre. Le temps de mettre complètement en place l’organisation associative de la structure, tant sur le plan des ressources humaines que sur celui de l’équipement fonctionnel. Mais déjà cette « Maison » est une belle – osons l’épithète – réalité pour les riverains de la rue Marius Sidobre. Là, au numéro 102, à côté de la médiathèque Louis Pergaud, le vieil hôtel particulier de la fin du 18e siècle (lire ci-contre) est en train de finir sa longue cure de jouvence. Plus longue que prévu d’ailleurs, car le défi était particulièrement difficile à relever, techniquement et financièrement(1), pour les entreprises impliquées dans ce chantier complexe de restauration.

La façade du bâtiment, donnant sur la rue Marius Sidobre, a retrouvé sa couleur et son aspect originels, grâce au montage de fausses briques à l’ancienne et à celui des balcons en fonte. Les planchers ont été renforcés. La toiture a été également restaurée. De nouvelles cheminées ont été posées. Côté mail, le pigeonnier de la demeure renaît. En extension du bâtiment, le pignon à la façade de mélèze abrite tous les moyens d’accès, ascenseur et escalier de secours. Le chauffage de l’ensemble s’effectue par une pompe à chaleur.

conserver et de permettre la réception du public ». Les quatre niveaux (sous-sol, rez-dechaussée et deux étages) ont donc été préservés. Un bâtiment sur pilotis, qui servira de réserve à l’épicerie solidaire, a été ajouté côté mail. Autre adjonction : un pignon à la façade boisée côté médiathèque. Au total, cette Maison des Solidarités est dotée de plus de 300 m² utilisables. ■ Philippe Lorette (1) Le budget du chantier s’élève à 1 million d’euros, la Caisse d’allocations familiales du Val-de-Marne subventionnant 30 % de cet investissement et la Région 11 %.

Que signifie « Maison des solidarités »? Ces « solidarités » sont de trois ordres : la plus concrète consiste dans l’épicerie solidaire, une boutique pour l’achat à 10 % du prix réel de produits alimentaires de première nécessité ouverte aux usagers des services sociaux ; la section des initiatives citoyennes réunira la promotion du commerce équitable et des actions solidaires, elle abritera l’Amap (association pour le maintien d’une agriculture paysanne) ; enfin, un groupe de soutien à la parentalité comprendra notamment un point info familles et sera le cadre de consultations de spécialistes. ANC-Arcueil notre cité consacrera un dossier détaillé aux différents services de cette Maison des solidarités. ■ PhL

Une demeure pittoresque et remarquable du 18e siècle Gérard Vergison-Rozier, responsable de la conservation du patrimoine à Arcueil, a dressé l’historique de la maison Greux, siège à partir du mois de septembre de la Maison des solidarités : « Les bases de cette demeure auraient été édifiées dans le dernier quart du 18e siècle par une famille de notables arcueillais, la famille Greux. Elle a été construite en front de l’ancienne Grande rue, l’actuelle rue Marius Sidobre, et terrasse de l’ancienne vigne dite du Roi et de la Croix bossée. La première trace de l’existence administrative de cette construction est datée par l’inventaire général des monuments et des richesses artistiques du Val-de-Marne en 1814. Au début du 19e siècle, la façade sur rue sera traitée à la manière néoclassique (fausse brique, corniche à enroulement, bandeau de fenêtre). En 1880, une seconde campagne de transformation complètera la dite façade de gardes corps et d’un balcon stylisé. Seule la façade côté jardin gardera son aspect rural. (…) »

Arcueil notre cité n° 206 avril 2010 | 13


Vues

In situ C’est une salle comble qui a accueilli le concert de musique de chambre pour deux pianos à l’Espace Jean Vilar le 18 février dans le cadre des « Rendez-vous du conservatoire ». Les nombreux morceaux, rattachés à une vaste période historique, ont été interprétés par deux professeurs de l’école de musique, Magali Lauron et Constance Davila. Elles ont été rejointes, sur une pièce de Robert Schumann, par un alto, un violoncelle et un cor. C’était une première de faire jouer cette formation si rare et particulière qu’est le duo de pianos. Ce projet était retardé jusqu’alors par sa difficulté d’organisation : accorder et déplacer les deux instruments, ainsi que faire jouer ensemble deux solistes. Les deux concertistes sont ressorties épuisées mais heureuses d’avoir eu l’occasion de participer à cette audacieuse – et harmonieuse – association. Elle leur a permis «  d’enrichissants échanges et de trouver une énergie commune, malgré leur perception parfois différente ». ■ KG

KG

18/02 Audacieux

Duo de pianos

Loto du Coteau

28/02 Mensuel CG

Dimanche 28 février, l’association du Coteau d’Arcueil organisait son loto mensuel à l’école Henri Barbusse. À gagner  : filets garnis, couette, bouteilles, saucisson et autre boîte à outils. L’association familiale et trentenaire, qui compte près de deux cents membres toutes générations confondues, propose également un repas par mois, des sorties, comme la visite du château de Chantilly fin mars ou de la ville d’Orléans en juin, et des voyages. Cette année, la traditionnelle semaine en Espagne aura lieu en septembre et la destination du séjour de deux semaines de la fin du mois de juin sera la Corse. Pace e salute aux amateurs ! ■ CG

Rêve général au « Midi des mots »

14 | Arcueil notre cité n° 206 avril 2010

CG

12/03 Apéritif

Le troisième et dernier « Midi des mots » de la saison, qui a généralement lieu dans la salle du conseil de l’hôtel de ville, s’est tenu à la galerie Julio Gonzalez, pour cause d’élections régionales. Le principe : une rencontre d’une heure avec un artiste programmé au cours du mois à l’Espace Jean Vilar, suivie d’un buffet gratuit (mais sur réservation). Le 12 mars, Jean-François Maurier, metteur en scène de la compagnie Le Crik, expliquait de façon très interactive sa démarche de travail autour du spectacle Rêve général. Inspirées par les « Croq’notes apéro » du Kremlin-Bicêtre, ces rencontres autour d’un spectacle vivant sont organisées par le service culturel depuis la saison dernière. Une soixantaine de personnes y assiste régulièrement. « Mais on aimerait toucher un public plus large », confie une des responsables, Eléonore Jouan. Ces récréations culturelles de midi-treize-heures constituent de sympathiques occasions de découvrir autrement les artistes et de mieux comprendre leurs spectacles. La suite à la saison prochaine… ■ CG


13/03 Festif

KG

La médiathèque municipale Louis Pergaud accueille gratuitement une à deux fois par mois une quarantaine de personnes pour les « petits-déjeuners contés ». Petits et grands se retrouvent d’abord autour de boissons et de viennoiseries pour un moment convivial. Puis les parents suivent leurs enfants dans la salle de spectacle où les attend la conteuse. Ce samedi 13 mars, c’est Laurence Decaux qui offre son Jardin extraordaire. L’histoire est contée avec l’appui de nombreux accessoires et de chansons auxquelles les enfants sont invités à participer. Sages durant le spectacle, ils ont le droit de prendre à la fin un bonbon cultivé dans « le jardin extraordinaire » mis en scène sous leurs yeux. Cette animation dure depuis neuf ans. Elle connaît un très grand succès et affiche toujours complet. Si bien que la plupart des familles s’inscrivent pour le prochain conte dès la sortie de la salle. « La bibiliothèque n’est alors plus seulement un lieu de prêt, mais devient un espace festif où se develope l’imaginaire des petits », analyse l’équipe d’animation de la médiathèque. ■ KG

KG

Jardin extraordinaire au « Petit-déjeuner conté »

Laboratoire 01 à Anis-Gras

Le 19 mars, l’exposition collective Laboratoire 01/Artistes-Commissaires inaugurait l’ « espace arts visuels » d’Anis-Gras. À l’invitation de Catherine Leconte, responsable du Lieu de l’autre (second nom d’Anis-Gras), de Bruno Teocoli et de Nicolas Guillemin, chargés de ce tout nouveau département expérimental, dix artistes avaient accepté la règle du jeu : mettre en commun leur réflexion, leur forme d’expression et un de leurs textes essentiels. Jusqu’au finissage qui aura lieu le 14 mai prochain, Dominique Aru, Laurence Dion, Tarik Essalhi, Gustavo Kortsarz, Magali Marchand, Camille Messager, Katherine Oh, Béatrice Peltier, Alexandrine Tripien-Rollin et Marine Wallon se relaieront par petits groupes pour exposer leurs œuvres chaque vendredi soir. Une dizaine d’expositions collectives devraient voir le jour par saison. À venir en juin, celle des peintres arcueillais, parallèlement au quarantenaire de l’association les 3A. ■ CG CG

19/03 Collectif

20/03 Vénitien

Défilé du printemps

CG

Arcueil Animation célébrait samedi 20 mars l’arrivée du printemps en organisant un défilé dans les rues du centre historique d’Arcueil sur le thème du carnaval de Venise. Une trentaine d’enfants et d’adultes ont étrenné masques et costumes créés par six bénévoles lors d’ateliers hebdomadaires dirigés par Maria Freixanet. Présentant ainsi la première manifestation depuis son installation dans ses nouveaux locaux (69 rue Emile Raspail – tél. 01 46 63 72 63 ), l’association, qui compte plus de deux cent cinquante membres, prépare activement la Foire aux miettes qui aura lieu le 13 juin avenue Laplace. Nouveauté de l’édition 2010 : les associations de la ville seront invitées à y faire leur show. Après son traditionnel jeu de piste de la rentrée, Arcueil Animation participera aux festivités célébrant la sortie du timbre sur l’aqueduc en octobre prochain. ■ CG

Arcueil notre cité n° 206 avril 2010 | 15


Petit pion deviendra grand Photographies Philippe Lorette

Au premier plan à gauche, l’Arcueillais Arnaud Henches (10 ans, 13e du tournoi fort). Au fond à droite, Rémi Casel-Simon (21 ans, 4e).

Les échecs à Arcueil : une pleine réussite ! Fort de ses 355 adhérents, Arcueil Chessland, dix-septième club de France, réunit jeunes et moins jeunes, débutants et confirmés, pour des cours, des jeux libres et des compétitions. Tout cela dans un même cadre villageois : l’école Jean Macé (côté gardienne). C’est là aussi que se déroulait samedi 13 mars la quatrième étape du Grand prix rapide du Val-de-Marne. Le réfectoire de Jean Macé et une bonne partie du préau étaient envahis cinq heures et six rondes durant par 115 participants

16 | Arcueil notre cité n° 206 avril 2010


âgés de quatre (eh oui !) à quatre-vingts ans, soit au total 342 parties rapides d’échecs, avec ou sans mat. Les rois vainqueurs de cette étape arcueillaise furent Mickaël Cita (tournoi des joueurs confirmés ; meilleur Arcueillais : Rémi Cabel-Simon, 4e), Olivier Ségura (tournoi intermédiaire ; meilleur Arcueillais : Nathan Tesson, 17e) et Tuan Anh Le (tournoi des débutants ; meilleur Arcueillais : Noé Bopp, 3e). ■  PhL (1) Contact : Stéphane Cheron, tél. 06 07 87 77 15, chesslandteam@yahoo.fr, chesslander2@free.fr

Arcueil notre cité n° 206 avril 2010 | 17


Découvertes

Transports

Vélib’,un an après Pour prendre un Vélib’, il suffit de s’identifier sur la borne d’une station, d’accéder au menu, et de choisir un vélo parmi ceux proposés à l’écran. Vous pouvez régler avec une carte bancaire ou une carte Monéo. Une fois arrivé à destination, il suffit d’enclencher le Vélib’ dans un point d’attache et attendre que la lumière verte s’affiche (sinon le Vélib’ risque d’être volé). L’usager peut bénéficier d’un crédit de temps de 15 minutes gratuites s’il dépose son Vélib’ dans une station Bonus V+, de même si aucun point d’attache n’est disponible à sa station d’arrivée. ■ SD

D

ans Paris à vélo, on dépasse les autos », chantait Joe Dassin. Embouteillages, incidents dans les transports en commun : se rendre à son travail en région parisienne est un véritable casse-tête quotidien et une grande source de stress. C’est pourquoi nombreux sont ceux à avoir adopté le Vélib’ comme moyen de transport.

«

Hyperactivité à la Vache-Noire

Arcueil est dotée de quatre stations : une située avenue Paul Doumer devant l’hôtel de ville avec 25 points d’attache-Vélib’, une autre rue Ernest Renan près de la Maison des examens dotée de 43 attaches, une troisième avenue Lénine aux portes de la cité du Chaperon-Vert avec 30 attaches, et

Combien ça coûte ? 1 euro

Ticket 7 jours

5 euros

Abonnement annuel

29 euros

1ère demi-heure

Gratuite

1ère

demi-heure supplémentaire

1 euro

2e demi-heure supplémentaire

2 euros

à partir de la 3e demi-heure supplémentaire

4 euros par demiheure

Pour obtenir une carte d’abonnement Vélib’ 1 an, il faut envoyer un formulaire d’abonnement accompagné des pièces demandées, avec un dépôt de garantie de 150 euros. Il est également possible de coupler votre abonnement Vélib’ avec votre pass Navigo. Le formulaire est disponible sur le site : www.velib.paris.fr. ■ SD

Paroles de vélibeurs

La plupart des usagers du Vélib’ utilisent ce moyen de transport pour se rendre à leur les « vélibeurs » du week-end devraient être de plus en plus nombreux.

SD

Ticket 1 jour

une dernière, place de la Vache-Noire devant le bâtiment d’Orange, comportant 25 attaches. Entre avril et décembre 2009, c’est la station de la Vache-Noire qui a connu le plus d’activités, avec pas moins de 8 924 prises de Vélib’ et 8 103 déposes. Elle est suivie par la station de l’avenue Lénine qui compte sur cette même période 4 273 prises et 4 188 déposes, de la station rue Renan avec 3 899 prises et 3 895 déposes. La station devant la mairie termine bonne dernière avec 1 693 prises et 1789 déposes. Si la plupart des trajets sont internes à la ville, quatre arrondissements parisiens restent des destinations privilégiées : le XIVe, le XVe, le XIIIe et le Ve, ainsi que les villes de Gentilly et de Montrouge. ■ Sandra Deruère

SD

Comment ça marche ?

Les Vélib’, exploités par la société JCDecaux, sont arrivés à Arcueil en avril 2009. Avec quatre stations dans la ville, de plus en plus d’Arcueillais et d’habitants des villes limitrophes ont adopté ce moyen de transport pour aller et revenir de leur travail, et ainsi délaisser les transports en commun.

Didier Morange, 35 ans (à la station de la Vache-Noire) : «  Je suis un fervent adepte du déplacement à vélo. Depuis quinze ans, je me rends tous les jours à mon travail à vélo. Comme je me suis fait voler mon vélo personnel récemment, je prends un Vélib’ pour y aller, en attendant

18 | Arcueil notre cité n° 206 avril 2010

de pouvoir m’en acheter un autre. Les Vélib’ ne sont pas toujours de bonne qualité et il n’y a pas toujours de place à ma station d’arrivée à Issy-lesMoulineaux. Mais cela m’est bien utile en attendant, parce que je refuse de prendre les transports en commun ! »

François Baudron, 31 ans (à la station de l’avenue Lénine) : « Je prends un Vélib’ pour aller à mon travail quand il y en a à ma station, ce qui n’est pas toujours le cas. Se déplacer en vélo, à l’air libre, c’est quand même plus agréable que de se retrouver serrés dans le RER !

Mais il faut reconnaître que se déplacer à vélo peut être dangereux, car il n’y a pas assez de pistes cyclables. Quand il y a beaucoup de circulation, comme près du parc Montsouris où la voie est étroite, il est difficile de se faire une place entre les voitures et les bus. »


Transports

Découvertes

Une vingtaine de Vélib’ réparés chaque jour à Cachan

SD

Dix mécanos à pied d’œuvre Les câbles de frein ont été cachés dans le cadre, la chaîne est protégée dans le carter, les gardeboue et le cadre des paniers ont été renforcés. Quatre ingénieurs travaillent à temps plein au site de JCDecaux à Plaisir pour concevoir les améliorations. Construits par le célèbre groupe français Lapierre – mais dans son usine délocalisée de Toszeg en Hongrie –, un Vélib’ parcourt en moyenne dix kilomètres par jour, environ quatre mille par an. « Sa durée de vie est égale à la durée de vie de ses pièces,

c’est-à-dire deux à trois an environ », évalue Anthonin Darbon, directeur d’exploitation France. L’atelier de Cachan de 2 500 m² compte une dizaine de mécaniciens. Dans les entrepôts, les étagères sont remplies de pièces de rechange, et tout ce qu’il faut en vis, écrous, boulons et outils : de quoi faire pâlir de jalousie les meilleurs commerces d’outillage ! Une fois réparés, les vélos sont lavés et testés pour vérifier leur bon fonctionnement, avant d’être livrés dans une des 1 642 stations Vélib’, à Paris et dans vingt-neuf villes de la petite couronne. Avec 77 000 locations par jour – et près du double en cas de grève de la RATP –, le centre de Cachan dispose d’un système de contrôle de géo-localisation, indiquant en temps réel le nombre de Vélib’ par station, permettant ainsi aux vingt-deux véhicules du groupe d’intervenir pour désengorger certaines stations pleines et remplir celles qui sont vides. ■ Sandra Deruère

SD

travail. Mais avec le retour des beaux jours,

Roues voilées, pneus crevés, paniers tordus… La vie est dure pour les Vélib’ ! Pour les réparer, il existe actuellement douze ateliers à Paris, et un installé à Cachan depuis un an et demi, à côté du siège social de Cyclocity, qui est en charge du développement et de l’exploitation de l’ensemble des activités vélo de JCDecaux. A Cachan, on répare quinze à vingt Vélib’ par jour. « Nous avons conçu les vélos pour qu’ils soient les plus solides possibles, explique Jean-Côme Lanfranchi, directeur régional de JCDecaux. Nous avons attendu de voir quelles parties du vélo étaient les plus souvent endommagées, pour améliorer sa résistance. Au total, nous avons déposé plus d’une vingtaine de brevets sur le Vélib’. »

SD

SD

JC Decaux dispose de plusieurs ateliers de réparation des Vélib’, et notamment un situé à Cachan, 60 rue Marcel Bonnet.

David Samson, 36 ans (à la station de la Vache-Noire) : « J’utilise le Vélib’ assez régulièrement. Cela me permet de faire un peu d’exercice, même si dans la pollution parisienne, ce n’est pas forcément l’idéal. Je peux me rendre à mon travail à Châtillon-Montrouge en deux fois moins de temps qu’en transport en commun : entre le

temps d’attente des trains et les incidents sur le RER, sans parler des jours de grève, ça devient vite un calvaire ! Et puis, comme j’ai couplé mon abonnement Vélib’ avec mon pass Navigo, il me suffit de passer mon pass sur le point d’attache pour prendre un vélo. Cela donne un sentiment de gratuité. »

Les vandales se lassent En un an et demi après le lancement à Paris de Vélib’ en juillet 2007, près de 24 000 vélos ont dû être remplacés pour 20 000 installés : 8 000 ont été volés et environ 16 000 ont été vandalisés. Aujourd’hui, les chiffres du vandalisme sont en nette diminution, avec une cinquantaine de vélos vandalisés par semaine. Jean-Côme Lanfranchi (JCDecaux) commente : « Je pense que cela s’explique par la fin de l’effet de la nouveauté. Les stations Vélib’ se sont intégrées dans le paysage urbain et ne choquent plus. Les usagers se sont vraiment appropriés les Vélib’ et sont devenus un peu plus respectueux de son utilisation. » ■ SD

Arcueil notre cité n° 206 avril 2010 | 19


Découvertes

sport

Les fous du volant Sport convivial par excellence, le badminton a de nombreux émules à Arcueil. Rassemblés au sein du Cosma, ils peuvent opter pour les modes loisirs ou compétition.

N

ée en 1987, la section badminton du Cosma, présidée par Olivier Gaspart depuis six ans, affiche complet. Depuis trois ans, elle compte près d’une centaine de membres, âgés de 13 à 50 ans, des Arcueillais de jadis ou de toujours, des résidents des environs et… des Chinois pour sept d’entre eux. Si la plupart des adhérents pratiquent ce sport en loisirs, une trentaine s’adonne à la compétition. Deux équipes jouent en interclubs départementaux (divisions 2 et 3). La section a la chance de compter dans ses effectifs un tiers de filles. Privilège que ne manquent pas de lui envier les clubs adverses. De nombreux joueurs participent également à des compétitions individuelles le week-end en région parisienne et parfois même en province.

Cours d’essai gratuit Les 20 et 21 février derniers, la section organisait son premier tournoi régional au centre sportif Raspail, en collaboration avec le service des sports de la Ville d’Arcueil. Cette manifestation, qui a rassemblé cent cinquante participants venus de soixante clubs de toute l’Île-de-France, est désormais reconnue par la Fédération française de badminton et devrait être reconduite en février 2011.

Du mardi au vendredi, les adhérents du Cosma badminton se retrouvent à Pigot, à Dimet et aux Olympiades à Villejuif.

Un tournoi interne ouvert à tous les adhérents a lieu chaque année depuis cinq ans, fin mai début juin. Une vraie fête du volant, où l’ambiance conviviale est garantie. Les entraînements ont lieu les mardis, mercredis et vendredis aux gymnases Pigot (pour les compétiteurs uniquement) et Dimet, ou bien à celui des Olympiades à Villejuif. « Le co-voiturage permet de tisser des liens », confie la trésorière et webmestre (1) Adeline Murcier, une des six bénévoles du Cosma badminton sans qui rien ne serait possible. Le premier cours d’essai est gratuit. Le montant de l’adhésion est le même

que toutes les activités du Cosma, soit 117 euros par an. Les prochaines inscriptions se feront au Forum des sports et des association dès le 4 septembre prochain. à noter qu’un certificat médical est impératif et que les plus de 35 ans, considérés comme « vétérans », doivent passer un test cardiaque. Jouer du volant est à la portée de tout le monde, à condition d’avoir le cœur bien accroché. ■ Colline Gori (1) http://cosma.bad.free.fr ; cosma.bad@free.fr ; tél. (Cosma) : 01 45 47 11 58.

sport express > Basket-ball

Deux équipes de jeunes du Cosma basket évoluent en championnat régional. A la mi-mars, les benjamins, en deuxième division, étaient classés 8e, et les cadets, en troisième division, 7e. Les cadettes jouent quant à elles en première division départementale, un niveau

qui est aussi celui des poussins et des minimes filles. Ces dernières sont invaincues cette saison, et donc en route pour devenir championnes du Val-de-Marne. Enfin, toujours à la mi-mars, les seniors hommes se situaient à l’estimable troisième rang du championnat honneur départemental.

20 | Arcueil notre cité n° 206 avril 2010

> Tennis

La section tennis du Cosma possède dans ses rangs, qui ont sensiblement augmenté cette année, une brillante jeune joueuse de dix ans, Gaëlle Mugnier, troisième du championnat du Valde-Marne.

> Judo

La section adulte du judo (Cosma) a vu revenir son professeur Frédéric Dupin du Japon après un voyage de trois mois. Il a ainsi pu s’entraîner à Tokyo, au dojo de la police et dans d’autres salles japonaises. Nul doute que cette expérience sera profitable à ses élèves. ■ KG


L’interview

« Les gens se découragent,   car l’école a été affaiblie »

1 | Quelle influence a eu votre enfance sur l’homme que vous êtes devenu ?

Mes parents étaient des émigrés bretons. Des émigrés de l’intérieur. Ils ne parlaient qu’en breton et se reconnaissaient entre eux à l’accent. À l’école, on nous disait : « Toi, tu es breton ! » On nous renvoyait à notre identité. Apprendre le français, c’était le salut. L’école, c’était un mythe, à l’époque. On se disait : on va se sauver par l’école. On vivait au rythme des sirènes de l’usine juste en face. Dès l’âge de 12 ans, j’ai tout fait pour pouvoir fuir cette usine. J’étais affreusement travailleur. Ce qu’elle a fait à mon père m’a ancré dans la gauche, irrémédiablement.

5 | Quel bilan en faites-vous aujourd’hui ?

La démocratisation a raté. Il ne suffit pas d’avoir pour objectif de mettre tous les enfants dans le même type de classe jusqu’à 16 ans. Il faut accepter des filières temporaires. Une classe de troisième aussi forte qu’à Louis Le Grand, c’est possible n’importe où. Il faudrait des classes plus fortes, mais avec des passerelles. Les gens sont découragés. Ils se disent : « De ce lieu, rien de bien ne peut sortir ! » On ne

2 | Comment êtes-vous venu

3 | Comment est né votre premier livre ?

On m’a sollicité à la suite d’articles que j’ai publiés sur l’école dans Le Monde. Avant, quand je voyais les publications des autres philosophes ou de ceux qui prétendent l’être, je me disais : jamais je ne ferai ça. Tout ce que j’ai dit sur l’école, je l’ai appris dans ma pratique. J’ai enseigné durant vingt-cinq ans à Montrouge.

4 | Que représente l’école ?

C’est la grande médiatrice de l’intégration dans une société. Un des trois grands pôles éducatifs, avec la famille et le tiers lieu qui n’est ni la famille ni l’école. On ne peut pas tout demander à l’école. Ce qui fait la différence, c’est la relation entre humains et ses effets. La qualité de l’enseignant est à rapprocher de celle d’un artiste ou d’un militant politique. L’éducation est toujours une réinterprétation de l’héritage. Même dans un cours de maths, on dévoile des valeurs. On peut faire des cours de maths fascistes. La construction culturelle de la personne constitue le but de l’éducation.

CG

à la philosophie ?

J’aimais bien les idées, mais je souffrais de la forme universitaire de la philosophie. J’étais chrétien, proche de Mounier par sensibilité. J’ai été permanent à l’Unef (Union nationale des étudiants de France) pendant deux ans. Nous étions révulsés par la politique de Guy Mollet. On a fait une pétition contre la guerre d’Algérie. Nous étions pour une lutte politique contre la guerre. En 68, j’étais affreusement gauchiste. Je fais partie de ces profs qui ont fait alliance avec les lycéens. Je ne suis pas un soixante-huitard repenti. J’ai compris que pratiquer la révolution par le bas, ça ne marche pas.

parle d’eux que quand il y a de la violence. Je crois que l’école est devenue menteuse et que la violence vient de là. Parce qu’on a affaibli l’institution.

6 | De qui vous sentez-vous proche ?

Je suis un esprit libre. Je n’ai pas de maître. Un philosophe est quelqu’un qui doit tout aux autres philosophes. S’il reste dans son coin, le meilleur de lui-même ne sort pas. Je suis le meilleur défenseur intellectuel de Mounier aujourd’hui. En philosophie, je suis un admirateur du génie. Pour moi, Marcel Gaucher est un philosophe de la dimension de Sartre ou Foucault. J’admire sa modestie. D’un point de vue spirituel, il n’y a qu’un seul génie, le Christ.

7 | Quel regard portez-vous sur l’Église ?

Les catholiques ne sont pas à la hauteur de l’Église dont ils se disent porteurs. Il est urgent de se réconcilier avec tous ceux qui sont fâchés avec l’Église. Avec ceux qui pensent, depuis le concile œcuménique de 1962-1965, que le Vatican est allé trop loin ; et avec ceux qui pensent le contraire. J’attends ça. Une réconciliation générale changerait complètement le sens de ce qui est en cours. Si Benoit XVI réalisait cela, il serait un grand saint du XXIe siècle. ■ Colline Gori

Agrégé de philosophie, défenseur de la laïcité, de l’éducation et de la République, chrétien, homme de gauche et de foi, écrivain prolifique, l’Arcueillais Guy Coq – trop méconnu dans sa ville – est d’abord un brillant électron libre.

BIOEXPRESS

Guy Coq, philosophe de l’éducation

du mois

Arcueillais et marié depuis quarante ans à Claire Coq, (adjointe au maire chargée de l’enfance et de l’enseignement entre 1995 et 2002), Guy Coq est né en 1936 aux Andelys, dans l’Eure, au pied des ruines de Château-Gaillard. Il y passe toute son enfance entre frère et sœur, marqué par la vie de l’usine dans laquelle son père travaille comme manœuvre verrier. Une usine qu’il fuit grâce à l’école qui lui fait face, en travaillant d’arrache-pied. Boursier de l’Ecole normale, il devient professeur agrégé de philosophie au lycée Maurice Genevoix de Montrouge, membre de la revue Esprit et président de l’association des amis de Mounier. Collaborateur au Monde et à La Croix, il est l’auteur d’une dizaine d’essais sur l’école, la laïcité et la religion. Proche du Michel Rocard de l’époque du PSU, il travaille depuis trois ans sur le sens du christianisme dans la société. CG

Livres 1993 1995 1998 1999 2002 2003 2005 2007 2008 2009

Que m’est-il donc arrivé ? Un trajet vers la foi (Le Seuil) Laïcité et République (Le Félin) Faut-il avoir peur de la philosophie ? La Démocratie rend-elle l’éducation impossible ? (Parole et Silence) Dis-moi ton espérance (Le Seuil) Petits pas vers la barbarie (Presse de la Renaissance) Eloge de la culture scolaire (Le Félin) Paroles pour le Christ (Parole et Silence) La Laïcité, principe universel (Le Félin) L’engagement de la foi (Parole et Silence) Dix propositions pour une école juste (Desclée de Brouwer) Pour l’éducation et pour l’école, des catholiques s’engagent (Odile Jacob) Mounier : l’engagement politique (Michalon) L’inscription chrétienne dans une société sécularisée (Parole et Silence)

Arcueil notre cité n° 206 avril 2010 | 21


Jeux Mots croisés Horizontalement 1. Boîte à bijoux 2. Richesses - Inactive 3. Participe inversé - Inventeur de la photo 4. Traître Etrange néant 5. Titre de noblesse - Pronom 6. Style poétique - Evaluée 7. Qui rendent fou 8. Va au pas - Sacrée veine 9. Fond - Tête d’éditeur - Bel chez Maupassant 10. Plantations canadiennes. Verticalement A. Usufruit B. Chercheur d’or C. Champion - Bel emplumé - Note D. Capitale E. Règle - Fête de fin d’année F. Attache - Exclamation G. Souhaitent H. Jamais sans Costa - Drôle de fleur I. Petites fleurs - Pronom J. Bouts d’épave - A poil - Emis. ■ CG A

B

C

D

E

F

G

H

I

1 2 3

DR

4

Arcueil d’hier et d’aujourd’hui

6 CG

LA RUE AUGUSTE DELAUNE commence avenue Paul Vaillant-Couturier et se termine avenue du colonel Fabien. Ouverte en 1961, cette rue porte le nom d’Auguste Delaune (1908-1943), ancien secrétaire général de la Fédération sportive et gymnique du travail, membre du Parti communiste français, résistant et torturé à mort à l’âge de trentecinq ans. La cité qui porte son nom comporte 172 logements. Question : En quelle année la cité Delaune a-t-elle été achevée ? Réponse : Source : Arcueil, rues d’hier et d’aujourd’hui, par Robert Touchet (éd. Centre culturel communal Erik Satie)

5

7 8 9 10

CG

1980

CG

co nc o ur s ph o to

Solutions des mots croisés du numéro précédent Horizontalement : 1. Alexandrin 2. Camus - Io 3. Rime - Beuve 4. Osé - Tasse 5. Tercet 6. Tortillons 7. Idoine - Nié 8. Cep Gesses 9. Ial (lai) – Ni 10. Evénements Verticalement : A. Acrostiche B. Lais - Ode C. Emmétropie D. Xue (eux) – Eti (ite) - An E. As - Tringle F. Bâclée G. Diesel Sue H. Roustons I. Vé - Nient J. Nue – Asesis (assise)

Que représente cette photo ? Où a-t-elle été prise ?

Retourner votre réponse en mentionnant vos nom et adresse, y compris pour les internautes, avant le 9 avril à ANC-Arcueil notre cité, hôtel de ville, Concours photo « Qu’est-ce que c’est ? », 10 avenue Paul Doumer, 94110 Arcueil, ou à communication@mairie-arcueil.fr, ou encore à l’accueil de la mairie. Seules les dix premières bonnes réponses seront retenues. Les gagnants recevront des places de cinéma valables à l’Espace Jean Vilar.

CG

CG

SOLUTION DU CONCOURS DU N°205

22 | Arcueil notre cité n° 206 avril 2010

La photo a été prise 8 impasse Arago dans la citéjardin (quartier Jean Macé). Bravo aux perspicaces Régine Fezai, Maxime Le Nedellec et Mehdi Fezai. Chacun de ces lecteurs gagne deux places de cinéma valables à l’Espace Jean Vilar.

j


Vos élus État civil Ils sont arrivés

Kyam Truwant • Rafaèl Custodio• Jérémy Gbatilua • Sarah Ramanandafinirina • Bilal El Jaouhari • Angie Dalegrand • Aviane Gbatilua • Loïc Mano Makolou • Israa Rejili • Luisa Rodriguez • Mélie Chap Grall • Lucas Mavoungou • Syrielle Veniard Pierrard • Yanis Adde • Linda Dadache • Djiguiba Fofana • Réhana Slimani • Ismaël Slimani • Sophie Landrieu • Chabane Chouli • Sarah Nouri • Nelson Mayemba Nzeza • Perside Malunda Kumbi • Louis Lefranc Faria • Jessy Bourdon Popelier • Alma Jebabli • Fataine Bettahar • Enzo Salvatore • Loïc Mano Makolou • Anehasafe N’Gom

Ils se sont dit oui François Aubel et Isabelle Daniel

Pour rencontrer vos élus,  prenez rendez-vous en appelant au numéro indiqué pour chacun.

Ils sont partis

Maurice Méhard, 84 ans • Germaine Julien veuve Sage, 94 ans • André Crapez, 80 ans • Madeleine Martin veuve Lécubin, 80 ans • Charles Lefebvre, 90 ans • André (dit Robert) Chenet, 91 ans (ancien déporté des camps de Buchenwald) • Claude Laché, 56 ans Jacques Bedrosian, 76 ans • Maurice Vallée, 81 ans • Nossradine Benhalima, 51 ans • Robert Alloncle, 102 ans

Distinctions Madame Bayard et Monsieur Schiellein, habitant respectivement avenue du docteur Durand et avenue de la Convention, ont été nommés chevaliers dans l’ordre des palmes académiques.

4 avril – Huynh 18 rue Pasteur, Arcueil 01 45 47 05 99 5 avril – Hassid 10 rue Guichard, Cachan 01 46 65 64 57 11 avril – Huynh 18 rue Pasteur, Arcueil 01 45 47 05 99 18 avril – Delpech 40 av. De Lattre de Tassigny, Cachan – 01 46 65 68 60 25 avril – De Bernardi 6 rue de la Citadelle, Cachan 01 45 47 34 40 1er mai – Berche 171 av. Aristide Briand, Cachan 01 47 40 88 41 2 mai – Pong 46 avenue Laplace, Arcueil 01 42 53 17 68

centre de santé Centre Municipal de Santé Maï Politzer 3 rue du 8 mai 1945 01 46 15 08 09

URGENCES

En cas d’urgence médicale grave :

SAMU : 15 Pompiers : 18

CADRE DE VIE

Numéro vert pour les urgences :

SVP Cadre de Vie 01 46 15 08 35

SOS Médecins :

Collecte sélective des déchets

0 825 00 15 25 01 47 07 77 77 Pharmacies ouvertes 24h/24h :

01 41 24 22 80

01 45 62 02 41

MAIRIE

Centre communal D’ACTION SOCIALE

01 46 15 08 80 10 av. Paul Doumer. Ouverte le lundi et le mercredi de 9h à 12h, de 13h30 à 17h30, le mardi de 9h à 17h, le jeudi de 13h30 à 19h et le vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30. Fermeture le jeudi matin.

OFfice HLM

arcueil-gentilly

01 46 15 32 00

51 rue de Stalingrad

Vice-président du conseil général du Val-de-Marne Daniel Breuiller 01 46 15 09 00

Adjoints Christian Métairie Premier adjoint 01 46 15 09 24 Développement durable – Démocratie – Affaires générales Vice-président de la Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre, délégué à la mise en valeur et à la protection de l’environnement Denis Weisser 01 46 15 08 96 Développement urbain – Finances Max Staat 01 46 15 09 21 Personnel – Services publics locaux

Infos pratiques Pharmacies de garde

Maire

Dominique Raynaud (vice-président) : 01 46 15 09 23

Anne-Marie Gilger-Trigon 01 46 15 09 23 Action sociale – Prévention / sécurité Sylvie Sapoval 01 46 15 09 23 Solidarité (petite enfance, intégration, handicap) Carine Delahaie 01 46 15 09 24 Santé – Travail de mémoire Lutte contre la discrimination – Anciens combattants Marie-Pierre Reynaud 01 46 15 09 24 Logement – Communication Patrick Mirville 01 46 15 08 96 Culture – Vie associative Commerce Christiane Ransay 01 46 15 09 21 Cadre de vie / travaux Espaces verts – Artisanat

Conseillers délégués Patrice Deveaux 01 46 15 09 24 Education et enseignement Amigo Yonkeu 01 46 15 09 23 Jeunesse Francine Ketfi 01 46 15 09 24 Temps du repas – Restauration scolaire Antoine Pelhuche 01 46 15 09 21 Retraités – Personnes âgées Anne Rajchman 01 46 15 09 23 Enfance Sophie Labrousse 01 46 15 09 24 Transports – Déplacement Stationnement /énergie (Plan-action climat) Jean-Michel Arberet 01 46 15 08 96 Sport – Nouvelles technologies de l’information et de la communication Emmanuel Blum 01 46 15 08 96 Accès à l’emploi, à la formation et à la citoyenneté des jeunes Jean-François Marguerin 01 46 15 08 96 Education populaire / Anis Gras Guy Bacheley 01 46 15 09 24 Assemblées de quartier – Politique de la ville

Député Jean-Yves Le Bouillonnec 01 49 69 69 57 2e lundi de chaque mois de 16h30 à 18h30 à l’hôtel de ville d’Arcueil

Arcueil notre cité n° 206 avril 2010 | 23


Expression

des groupes

La responsabilité des textes des groupes politiques municipaux incombe à leurs auteurs.

groupe des élu(e)s communistes, partenaires et citoyen(ne)s

Cross scolaire :

Commémorations du 65e anniversaire de la fin de la 2e guerre mondiale :

pas de classement, la victoire est sur soi-même Plus de 1.600 enfants des écoles d’Arcueil vont participer le vendredi 9 avril au cross scolaire dans le parc du Coteau. Cette manifestation organisée par le service des sports de notre ville et l’éducation nationale se déroulait traditionnellement le samedi mati, et permettait la participation de très nombreux parents. La suppression brutale et sans concertation des cours le samedi matin nous a amené dans l’urgence l’année dernière à la programmer un vendredi après-midi. Le soleil a été de la fête et le public nombreux. Ce cross est pour nous emblématique des pratiques sportives que nous voulons développer. La mixité est réelle, filles et garçons courent côte à côte et en nombre égal. Les élèves de la classe de 5e culturelle et sportive du collège participent à l’organisation, bien loin du sport qui se regarde, ils et elles sont acteurs de l’évènement. Le cross n’a pas de vainqueur ni de classement, chacune et chacun court en fonction de l’objectif qu’il-elle s’est fixé, et la victoire est sur soi-même. Enfin, un travail est mené autour de cette épreuve sur l’alimentation et la prévention de l’obésité avec le service communal d’hygiène et santé. Venez donc encouragez nos enfants lors de cette belle fête sportive.

des témoignages vivants d’une certaine idée de « l’identité nationale »

Cette année, à l’occasion du 65e anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale et de la libération des camps, la municipalité d’Arcueil honorera toutes les victimes de cette période tragique de notre histoire en inaugurant un monument portant les noms de ses victimes militaires, prisonniers de guerre, victimes civiles, déportés, STO, résistants lors de la journée nationale de la déportation le 25 avril et lors de la célébration de la reddition sans condition de l’Allemagne nazie le 8 mai. Ce travail de mémoire engagé sous l’ancien mandat connait ici sa 2e étape après l’inauguration des noms des victimes de la Première Guerre Mondiale en 2008 et verra son aboutissement en mars 2011 avec celui des victimes des guerres coloniales.

Ces célébrations ne sont pas une tradition, ni un passage obligé dans l’année. Elles sont les témoignages vivants de notre idée d’un pays démocratique, républicain, solidaire, qui soit une terre d’accueil pour les plus fragiles et les opprimés. Elles sont NOTRE vision de l’« identité nationale » construite grâce à la résistance des FTP-MOI (Francs-tireurs et partisans - Main-d’œuvre immigrée) et le refus de l’antisémitisme. Elles font vivre le programme du Conseil nationale de la résistance et sa soif d’une plus juste répartition des richesses. Enfin elles sont l’occasion de faire vivre une culture de la paix en se souvenant, les yeux tournés vers demain que la guerre rôde toujours autour de nous. Carine Delahaie, adjointe au maire en charge du travail de mémoire, des anciens combattants et de la lutte contre les discriminations

Jean-Michel Arberet, conseiller municipal délégué aux sports

groupe Gauche citoyenne

Entente Citoyenne, Arcueil Alternative, des Citoyens

La participation des citoyens et les élections Les toutes récentes élections régionales sont pleines d’enseignements pour notre ville comme d’ailleurs au niveau national. A Arcueil au 2e tour, la Gauche et les Ecologistes rassemblée offrent avec plus de 76% un score rarement atteint. C’est sans doute à la fois lié au rejet de la politique profondément injuste du Président de la république, et sans doute aussi à une certaine reconnaissance de l’action municipale, départementale et régionale. Mais c’est aussi à Arcueil, comme ailleurs, un très fort taux d’abstention et une remontée du Front national soulignant la profondeur d’une crise démocratique qui appelle des réponses neuves. (Le graphique joint présente les évolutions sur Arcueil depuis 3 ans. Les comparaisons avec les élections antérieures sont difficiles, les regroupements des composantes politiques étant différentes de celles d’aujourd’hui) Chacun tirera de ces élections les conséquences qu’il souhaite. Le président Sarkozy a lui montré qu’il continue

24 | Arcueil notre cité n° 206 avril 2010

40 30

PS Verts-Europe Écologie

20

PC/front de gauche UMP-UDF

10 0

FN

2007

présidentielles

2007

législatives

2009

européennes

à ne rien entendre et poursuivra sa politique qui mène notre pays à toujours plus de difficultés (sauf pour les plus riches bien sur). Quand à nous, nous pensons que ces élections montrent que la recomposition politique de la gauche sociale et écologique avance et que le rééquilibrage de ses composantes va dans le bon sens, surtout quand il se traduit dans des projets et des solutions (transport, logement, …).

2010

régionales

Nous avons la certitude qu’il faut continuer à faire de la participation citoyenne le cœur de l’action politique et nous nous y employons. Le groupe Gauche citoyenne NB - Nous remercions les nombreux militants et amis de la Gauche Citoyenne, qui à un titre ou à un autre, ont contribué à la tenue des Bureaux de vote.


groupe Parti socialiste

http://psarcueil.net

Un air de campagne Les arcueillais, les val-de-marnais et les franciliens ont décidé : la gauche rassemblée dirigera à nouveau la région Ile-de-France. 2ème sur la liste de Jean-Paul Huchon dans le Val-de-Marne, j'ai été élu conseiller régional. C'est la première fois qu'un socialiste arcueillais siège à ce Conseil. Un gage de confiance que les arcueillais(es) et plus largement les val-de-marnais(es) m'ont donné et je tiens très sincèrement à les en remercier. Je mesure les responsabilités qui m'ont été confiées par ce vote et par les signes qui m'ont été adressés tout au long de la campagne : crédibilité de notre projet, souhait de porter et d'amplifier la dynamique révélée ces derniers mois pour faire barrage à la droite de Sarkozy et à son gouvernement, confiance dans les personnalités qui composent l'équipe de la gauche rassemblée sur la liste de Jean-Paul Huchon.   Je sais la ville fidèle aux valeurs de la gauche et j'avais confiance dans notre résultat. A Arcueil, il existe depuis longtemps un socle, des fondations de valeurs et des personnalités qui ont toujours su défendre, combattre, résister mais aussi proposer des actions et des projets en lien direct avec les besoins des habitants. Pour la première fois, au cours du premier tour de ces élections régionales, j'avais la délicate tâche de conduire sur la ville une liste socialiste. Avec nos convictions, nos envies, nos propositions nous sommes allés à la rencontre des habitant(e)s.   Lors de ces rendez-vous, conversations à bâtons rompus ou portes à portes menés dans la ville avec mes ami(e)s socialistes, j'ai pu encore

Chemin de la mémoire-ANC.indd 1

mesurer la souffrance de bien des gens. J'ai constaté aussi combien certains été désabusés par la politique. J'ai rencontré des femmes et des hommes qui ont peur des jours et des lendemains difficiles. J'ai vu des jeunes sans repère mais plein d'une force qui ne demande qu'à être canalisée ; une force dans laquelle nous devons puiser leur confiance pour vaincre leur errance. J'ai vu  également  des sourires, j'ai entendu des propositions, des interpellations, des demandes d'explications. J'ai aussi senti la confiance qu'il ou elle mettait dans notre volonté de nous battre pour les protéger.   Alors oui, j'ai senti que la liste Huchon 2010 serait en tête au premier tour à Arcueil parce qu'un lien particulier est venu enrichir la relation que les habitants construisent avec le parti socialiste. Le moteur de cette relation de confiance c'est la volonté populaire de faire bouger les lignes d'équilibre politique dans la ville.  Ainsi, au soir du premier tour, la liste socialiste Huchon 2010 a atteint 27%,  Europe Ecologie 22%, le Front de Gauche 16%, le Modem 4%, l'UMP 12% et le FN 8%. Nous avons su ensuite rassembler dans la sérénité toute la gauche au 2ème tour pour aller encore plus loin, ensemble.    Le 21 mars la liste de Jean-Paul Huchon a ainsi recueilli plus de 76 % des voix, 4ème score du Val de Marne. Par ce vote massif les électeurs et électrices d'Arcueil ont exprimé leur espérance dans une gauche rassemblée autour du parti socialiste.

 La campagne électorale m'a conforté dans mes idées et mes valeurs. Elle m'a donné de la force pour me bagarrer encore davantage contre les injustices que j'ai ressenties au plus près des habitants. Elle m'a donné foi dans le travail que nous menons et parfois obscur pour certains dossiers que nous conduisons sur la ville. Le résultat de cette campagne électorale est la reconnaissance d'un investissement personnel et collectif au service des habitants. Il nous donne plus de responsabilité dans le respect des différences, des opinions et des valeurs de la gauche pour mieux se retrouver ensemble.  Je conçois la politique dans la prise et la tenue d'engagements. Je mettrai ainsi toutes mes forces au sein de  la Région pour mettre en oeuvre le projet Huchon 2010 que nous avons  décliné dans la campagne auprès des habitants. Pour Arcueil, je l'ai dit, 3 dossiers guideront notamment mon action : la géothermie, l'amélioration urbaine des Irlandais et, pour le Chaperon Vert, la réalisation de l'espace socio-culturel.  Encore plus que jamais, j'ai foi en la politique, celle qui n'oublie pas que sa seule ambition est d'agir pour l'intérêt de la cité.  

Denis Weisser,

adjoint au maire au développement urbain et aux finances, conseiller régional

29/03/10 10:52:32

Arcueil notre cité n° 206 avril 2010 | 25


Expression

des groupes

La responsabilité des textes des groupes politiques municipaux incombe à leurs auteurs.

Les Verts

Sarah Ganne-Levy

helene.peccolo@cegetel.net

Les régionales : une belle victoire au goût amer... Nous sommes heureux de la victoire du rassemblement des listes de gauches et écologiques dans la quasi totalité des régions françaises, Midi Pyrénées en tête avec 67,77% mais aussi 45,63% d’abstention. En Ile-de-France, le score atteint 56,69% mais là encore 52,86% d’abstention. Sur Arcueil, 4e meilleur score du département après Ivry (79,7%), Valenton (79,4%) et Gentilly (77,7%), 76,28% des votants affirment nous faire confiance, il n’en reste pas moins que l’abstention est également très marquée. Ces résultats traduisent le désenchantement des français face à la politique menée par le gouvernement mais également par un taux d’abstention historique, le désintérêt d’un bon nombre de nos concitoyens aux politiques de façon globale. Certes, notre liste est celle qui a permis de faire renaitre l’espoir pour la majorité des électeurs et il nous incombe de transformer l’essai tout au long de notre mandat et de notre travail ensemble. Mais nous devons aussi réfléchir à ce signal qui nous est donné et tenter d’apporter des réponses à tous ceux qui se détournent du vote et qui sont issus majoritairement de nos quartiers les plus marqués par la crise que nous traversons.

Plus d’Infos avec le MoDem arcueillais http://modem-arcueil.blogspot.com et http://modem.arcueil.free.fr/

Dominique Jacquin

Urbanisme : transparence … sans densification La ville, la CAVB, et certainement l’office HLM envisagent de mener des opérations immobilières dans les périmètres des secteurs Convention - Raspail (9 hectares), RN 20, et Quatre Chemins (8 hectares). Dans ce but le conseil municipal doit délibérer d’une convention avec un organisme chargé de prospecter les terrains et bâtis (conseil municipal du 25 avril). Saisir des opportunités foncières pour rénover des parcelles d’habitats vétustes ou des zones d’activités professionnelles dégradées nous semble relever de la bonne gestion. Il reste que la densification généralisée et le passage au delà des 20 000 habitants ne doivent pas être un objectif ou une obsession politique. Certes en changeant de tranche administrative les dotations de l’Etat augmentent (encore que rien ne soit plus garanti), mais cela risque de détruire le caractère original de notre ville qui reste encore “aérée” dans certains quartiers et permet un peu de diversité urbaine. A propos de cette convention nous souhaitons qu’elle s’accompagne de la transparence annoncée en matière d’urbanisme. Rappelons que nous avons demandé depuis longtemps une présentation générale des périmètres d’études et des projets immobiliers. La structure qui va être mise en place nécessitera un comité de pilotage. Nous demandons que les représentants de la commune soient à l’image de notre diversité et que tous les groupes politiques y aient un représentant. * La politique de l’urbanisme est déterminante pour l’environnement, pour la mixité sociale, pour les déplacements. Elle doit se faire avec le maximum de consensus et en tout cas dans la parfaite connaissance des habitants et des élus.

Hélène Peccolo,

*voir la réponse de maire sur notre blog

conseillère municipale Les Verts

Charles Di Gennaro,

Nathalie Auchapt,

Karim Makouf,

conseiller municipal et communautaire

conseillère municipale

conseiller municipal

Élections régionales : records battus ! Arcueil, qui est une ville de taille relativement moyenne, détient le record du plus grand nombre de candidats aux élections régionales dans notre département. Cet engagement pour les élections n’est cependant pas suivi par les Arcueillais. En effet, nous détenons un autre record, celui de l’abstentionnisme. Arcueil est l’une des villes du département ayant le plus faible taux de participation.

Ainsi, nous nous interrogeons sur l’intérêt des candidats. Est-ce celui de la citoyenneté ou celui du cumul des postes  ? Ne serait-il pas plus judicieux d’intéresser les électeurs. Pendant toute cette élection, nous n’avons entendu que des spéculations sur les places à pourvoir et des stratégies à adopter… Mais rien sur les besoins de nos concitoyens !

Médiation de nuit : enfin ! La convention d’objectifs entre la commune d’Arcueil et l’association Optima a enfin été adoptée. Nous attendons ces médiateurs de nuit avec impatience. Nous attendons aussi de savoir quelles sont leurs priorités. Malheureusement, nous n’avons

pas vu de programme d’action. La priorité est-elle donnée aux zones qui en ce moment sont particulièrement sensibles, comme la ZAC Zola, ou au contraire doit-on s’attendre à un travail de fond sur l’ensemble du territoire de la commune ?

Nous contacter : Email : charlesdigennaro@yahoo.fr - Téléphone : 06.09.14.24.81 - Blog : arcueil-autrement.blogspot.com Adresse postal : Charles di Gennaro – Mairie d’Arcueil - 10, Avenue Paul Doumer – 94114 Arcueil cedex

26 | Arcueil notre cité n° 206 avril 2010


carte UPA

10/02/09

15:56

C’est vous

Page 1

qui le dites

Chronique de l’université populaire

Lettre à mon voisin On entre en zone rouge ! Ah mon voisin, j’aurais aimé que tu sois à l’UPA le soir où Marie-José Mondzain, philosophe, directrice de recherche au CNRS, parlait des images qui nous fabriquent ! Près de soixante-dix personnes étaient venues pour entendre parler des images qui nous submergent : télé, cinéma, vidéo, publicité, etc. Or, ce ne sont pas ces images-là qui nous fabriquent, mais celles de notre imaginaire. Pour définir l’imageobjet, honorée dans toutes les cultures, on a visité la Bible, Platon, Aristote, Saint Paul. Difficile de résumer. Essayons : l’image n’est pas ce que nous voyons, c’est l’image de soi-même qui se construit. Sans image intérieure positive, pas de langage, qui est le propre de l’humain. Aujourd’hui, tout est fait pour que l’image-objet prenne la place de la parole et ne la rende pas. C’est très raccourci ? Tu n’avais qu’à venir ! La salle était archicomble pour écouter Hervé Kempf, journaliste au Monde. Pour sauver la planète, sortez du capitalisme titre son dernier livre. Depuis la fin des trente glorieuses (1980), le capitalisme financier entraîne de façon scandaleuse l’augmentation des inégalités. Spéculations financières, paradis fiscaux, corruption, la maffia gouverne le monde et participe de la crise écologique. Il n’y a plus de solidarités ni de structures collectives des solidarités ; l’actuel gouvernement détruit tout systématiquement : sécurité sociale, droit du travail, santé, éducation, etc. Il faut sortir du capitalisme ! Quitter l’individualisme effréné, développer les solidarités, s’appuyer sur des outils comme les AMAP (associations pour le maintien d’une agriculture paysanne), sur l’économie sociale et solidaire, s’investir dans le collectif. Et récupérer « le butin de l’oligarchie ». Vaste programme. Et urgent : la planète entre en zone rouge ! Charlotte Prochains rendez-vous > Lundi 12 avril, 20h, à Anis-Gras Conférence : Presse : comment s’affranchir du pouvoir politique ? avec Edwy Plenel, journaliste, fondateur et directeur de Mediapart, journal d’information sur Internet, directeur de la rédaction du Monde de 1996 à 2004, auteur en 2010 de Faits et gestes de la présidence Sarkozy (Don Quichotte éd.). > Lundi 19 avril, 20h, à Anis-Gras Conférence : la Justice, entre démantèlement et mise sous tutelle, avec Matthieu Bonduelle, secrétaire général du Syndicat de la magistrature, juge d’instruction au tribunal de grande instance de Bobigny (Seine-Saint-Denis).

DR

Voir programme au verso

Les infortunes de la maison du marquis

Bertrand Clautour

Ah, si le divin marquis voyait ça ! J’habite à Arcueil en face de l’Aumônerie, la maison dite du marquis de Sade sise Villa des Irlandais. Des travaux ont démarré il y a quatre ans. Ils n’étaient pas conformes à la déclaration de travaux déposée par la société civile immobilière (SCI) propriétaire de l’immeuble. La Mairie d’Arcueil a décidé, à juste titre, de les stopper. Cet immeuble est « classé », puisque le marquis y a habité à la fin du XVIIIe et qu’il recèle de magnifiques balcons en fer forgé. Vous pouvez constater sur les photos l’état déplorable de ce monument historique laissé à l’abandon : l’immeuble n’est plus « hors d’eau », les murs sont complètement dégradés, la façade en pleine décrépitude a été massacrée par des travaux où l’esthétisme n’a pas droit de cité, des poutres menacent de tomber… à une époque soucieuse du patrimoine et dans une région où le mal logement sévit, un papier dans ANCArcueil notre cité concernant cet exemple de négligence et d’incurie de la part de [cette SCI] semblerait pertinent. Son projet de réhabilitation est bel et bien tombé à l’eau… de la Bièvre. Nota bene - Denis Weisser, l’adjoint au maire d’Arcueil chargé de l’urbanisme [Ndlr – Il est plus précisément chargé du développement urbain.], pilote ce dossier ; malgré ses louables efforts, la SCI propriétaire ne réagit pas.

« c’est vous qui le dites », c’est votre page ! Pour y prendre place, deux adresses : Arcueil notre cité, hôtel de ville, 10 avenue Paul Doumer, 94110 Arcueil et communication@mairie-arcueil.fr.

Arcueil notre cité n° 206 avril 2010 | 27


TG

TG

qui le dites

PhL

Nicolas Lallemand

Émilie Durand

PhL

C’est vous

PhL

Ali Benamar

Jean-François Coutin

TG

PhL

Christian Mazeau Mazeau

Angelina Relic

Transports en commun : vos galères et vos attentes Voilà les nouveaux conseils régionaux constitués (lire les résultats pour l’Île-de-France en page 29). Le premier chantier qui les attend concerne les transports en commun, compétence majeure de la Région, mais sujet fort peu instruit lors de la campagne électorale, alors qu’il touche de près de très nombreux administrés (potentiellement) électeurs. Ali Benamar, 33 ans, ingénieur à Arcueil, habitant de Cergy (Val-d’Oise) :

« Je suis un utilisateur quotidien, de Cergy (Val-d’Oise) à Arcueil et de Arcueil à Cergy, via les lignes A et B du RER. Les retards sont très nombreux. Sur une année, je dirais qu’ils perturbent un tiers de mes trajets. Lorsque tout se passe bien, je suis à la Vache-Noire en une heure et quart, mais ce temps de transport peut doubler en cas d’incidents. Ceux-ci interviennent

surtout sur le RER A. Mon souhait ? Que j’arrive à l’heure au boulot  ! Plus sérieusement : une bien meilleure information, avec l’estimation des temps d’attente, et disponible sur téléphone mobile  ; davantage de trains à étage pendant les heures de pointes  ; et aussi plus d’agents de surveillance dans les trains et dans les gares après dix heures du soir. »

Émilie Durand, 28 ans, employée municipale à Arcueil, habitante de Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine) :

« J’ai deux galères quotidiennes : la ligne 13 du métro et le RER B. Les rames du métro sont surchargées et les retards se multiplient sur le RER. A l’arrivée, je peux passer jusqu’à une heure et demie dans les transports en commun pour me rendre au travail, au lieu de quarante minutes, qui est

le temps normal. Des efforts ont été faits, mais il faudrait plus de fluidité et donc plus de rames. Et aussi moins d’incivilité ! La forte affluence est souvent cause d’impolitesses et même d’insultes. Cela dit, je ne me plains pas plus que ça. »

Jean-François Coutin, 44 ans, conseiller en hygiène alimentaire, habitant du quartier Jean Macé :

« Moi-même, je dispose au quotidien d’une voiture de fonction. Mais ma femme utilise le RER B tous les jours, d’Arcueil à La Plaine Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Et un jour sur deux, elle subit les retards, les incidents, les imprévus… Au lieu d’une demi-heure de transport, c’est une heure, voire une heure et demie. Je ne suis pas expert en la matière, mais à

l’évidence cette ligne B est saturée, elle ne peut plus absorber le flux croissant de voyageurs. Il faut donc augmenter la capacité sur cette liaison nord-sud, sans doute grâce à des moyens de substitution. Et puis, il serait bon de résoudre enfin le fameux problème de l’interconnexion à la gare du Nord ! »

Nicolas Lallemand, 24 ans, préparateur en maintenance nucléaire, habitant du quartier Jules Ferry :

« J’utilise exclusivement le RER B, pour aller à Paris chaque week-end. Je suis globalement satisfait, les trains sont en général à l’heure et c’est vraiment très rapide de rejoindre le cœur de la capitale. Evidemment, on est plus embêté lors des grèves, mais ces derniers mois c’est plutôt calme de ce côté-là. Le seul bémol à mon avis, c’est le prix des billets. A l’heure

où on doit tous faire attention à notre budget, j’aimerais bien que l’aller et retour coûte un peu moins cher. Quatre euros, c’est quand même un peu élevé, surtout lorsque l’on n’a pas intérêt à prendre un passe Navigo dans la mesure où l’on ne voyage pas suffisamment. »

Angelina Relic, 39 ans, employée commerciale, habitante du quartier Jules Ferry :

« Je prends le RER pour aller à Paris. C’est très pratique, mais je trouve qu’il y a un vrai problème de communication. Très souvent, les retards ou les trains supprimés ne sont pas annoncés, et on attend sur le quai sans savoir ce qui se passe. La RATP et la SNCF devraient nous donner systématiquement des informations, fiables de préférence. J’emprunte

également le bus, pour me rendre à la porte d’Orléans. C’est tout de même plus pratique que la voiture. Et c’est bien de pouvoir opter pour différents modes de transport : on choisit en fonction de sa destination et on gagne ainsi pas mal de temps. »

Christian Mazeau, 71 ans, retraité (ancien ingénieur), habitant du quartier Laplace :

« Je voyage très souvent en bus, je connais bien les lignes et le maillage qu’elles constituent. Gain de temps, économies, stationnement et fatigue en moins… Les avantages sont nombreux. La situation est un peu moins bonne sur le RER, avec les incidents qui peuvent arriver. Mais c’est un mode de transport qui reste toutefois très pratique pour aller à Paris.

Mon attente principale, c’est la mise en place d’Orbival(1). En général, nous devons faire nos démarches administratives à Créteil et il est tout de même gênant de mettre plus d’une heure pour y aller, alors qu’il n’y a qu’une douzaine de kilomètres depuis Arcueil. »

(1) Il s’agit d’un métro rapide de banlieue à banlieue entre Arcueil-Cachan et Fontenay-sous-Bois en passant par Créteil. Ce projet soutenu par le Département du Val-de-Marne pourrait voir le jour en 2016. Propos recueillis par Philippe Lorette et Tristan Gaguèche - Interviews réalisées le 10 mars, rues Marius Sidobre, Emile Raspail et Berthollet

28 | Arcueil notre cité n° 206 avril 2010


élections

Événement

Régionales : résultats er tour élections régionales du 14 mars 2010 1er 1tour

ARCUEIL

Gentilly

Cachan

Val-de Marne

Ile de France

Inscrits

11 615

Votants

4879

44,30%

46,60%

41,80%

44,89%

Liste Pécresse - UMP

610

12,82%

12,30%

18,40%

24,20%

27,76%

38

0,80%

0,70%

0,80%

0,60%

0,63%

Liste Arnatu - Front national

383

8,05%

6,60%

7,40%

9,00%

9,29%

Liste Duflot - Europe Écologie

1054

22,15%

18,30%

18,90%

16,10%

16,58%

194

4,08%

3,70%

3,90%

4,10%

3,98%

55

1,16%

1,20%

1,10%

1,30%

1,40%

793

16,67%

25,50%

7,40%

10,80%

6,55%

34

0,71%

0,40%

0,60%

0,60%

0,85%

1287

27,05%

25,60%

34,40%

25,50%

25,26%

Liste Mercier - LO

Liste Dolium - MoDem Liste Governatori - Divers écologiste Liste Laurent - Front de Gauche Liste De Boer - Divers droite Liste Huchon - Parti socialiste

42,01%

94

1,98%

1,80%

2,80%

3,80%

4,15%

Liste Besancenot - NPA

193

4,06%

4,00%

3,20%

3,20%

3,13%

Liste Kanoute - divers

23

0,48%

0,60%

1,10%

0,70%

0,42%

Liste Dupont-Aignan - Divers droite

2e tour 2e tour élections régionales du 21 mars 2010

ARCUEIL

île-de-France

Val-de-Marne

Inscrits

11 615

6 764 008

757 677

Votants

5 134

3 188 317

348 870

44,20 % 1 - Liste conduite par Mme PÉCRESSE

1139

47,14 % 1 314 580

23,72 % 2 - Liste conduite par M. HUCHON

3663

43,31%

129 049 38,81 %

67 sièges

(7 sièges)

1 720 644

203 453

76,28 %

56,69 % 142 sièges

24 élus

46,04 %

61,19 % (17 sièges)

représentant le Val-de-Marne au conseil régional île-de-France

17 sièges pour la liste Jean-Paul Huchon (PS et app.-EE-FG)

7 sièges pour la liste Valérie Pécresse (UMP-NC)

Mme Cécile Duflot (Europe Ecologie), M. Denis Weisser (PS et app.), Mme Michèle Sabban (PS et app.), M. Jean-Luc Laurent (MRC), Mme Laurence Cohen (FG), M. Jacques Perreux (Europe Ecologie), Mme Nadia Brahimi-Moussaoui (PS et app.), M. François Labroille (FG), Mme Laurence Abeille (Europe Ecologie), M. Jérôme Impellizzieri (PS et app.), Mme Christine Revault d’Allonnes (PS et app.), M. Pierre Serne (Europe Ecologie), Mme Sylvie Altman (FG), M. Daniel Guérin (MRC), Mme Caroline Mecary (Europe Ecologie), M. Gilles-Maurice Bellaiche (PS et app.), Mme Petronilla Comlan-Gomez (PS et app.)

M. Laurent Lafon (NC), Mme Marie-Carole Ciuntu (UMP), M. Jean-Pierre Spilbauer (UMP), Mme Dominique Jossic (UMP), M. Olivier Dosne (UMP), Mme Leïla Diri (NC), M. Jean-Paul Faure-Soulet (UMP)

Arcueil notre cité n° 206 avril 2010 | 29


Attention : fermeture de l’autoroute A6B

!

Pour cause de travaux de couverture, le tronçon Paris – Arcueil de l’autoroute A6B sera fermé à compter du 30 mars jusqu’au 30 novembre. ❱❱❱❱❱ Dans le sens Paris-province : tous les jours et toutes les nuits. ❰❰❰❰❰ Dans le sens province-Paris : plusieurs nuits par semaine.

Communiqué

tri compost

Grâce aux subventions de l’ADEME, de la Région Ile-de-France et de l’Agglomération,

Avis à tous les heureux propriétaires d’un petit coin à jardiner: l’agglomération du Val-de-Bièvre poursuit une opération de promotion du compostage individuel qui est un moyen simple de valoriser ses propres déchets végétaux en les transformant en engrais naturel de qualité.

quatre modèles de composteurs sont proposés à des tarifs très réduits: ainsi, le montant restant à la charge de l’intéressé varie entre 10 et 15 euros selon la taille et le matériel (plastique ou bois). Une première livraison de ces composteurs sera effectuée en septembre prochain.

Pour acquérir un composteur dans le courant du mois de mai, contacter avant la fin avril le service environnement de l’Agglomération au 01 41 24 32 16 ou par mail: d.achache@ agglo-valdebievre.fr

Tous les renseignements sur le site www.couverturea6b.fr

ami fenêtres

  

conseille, isole, rénove

 

www.ami-fenetres.com

 

nnels Une équipe de professio cueillais Ar s de depuis 10 ans au service

ot Contactez J. Marc Pern 28 au 06 10 28 74

 

Portes Fenêtres Volets Stores intérieurs Pose sur mesure Isolation thermique Protection solaire Bois, alu, pvc Portes de garage

Devis gratuit sous 48 h   Garantie 10 ans  Crédit personnalisé   Exécution rapide 

  71, avenue Jea n   J a u r è s  9 4 1 1 0   A rc u e i l

té l .   :   01   4 9   8 5   9 2   9 2     fa x   :   01 49 85 17 18  ami.fenetres@wanadoo.fr


PRÊTS IMMOBILIERS

Donnez vie à votre projet immobilier * 0,12 € TTC/Min.

Crédit Mutuel Arcueil 25, avenue du Président Salvador Allende • 94110 Arcueil Tél. : 0 820 32 02 59* • Courriel : 06079@cmidf.creditmutuel.fr Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours. La vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’était pas obtenu, le vendeur doit rembourser les sommes versées.Sous réserve d’acceptation du dossier. Annonceur : CFCMCEE et Caisses affiliées S.A. – 34, rue du Wacken 67000 Strasbourg – RCS B 588 505 354 – N° orias 07 003 758.

244_223a 190x130 arceuil.indd 1

19/03/10 16:00

Le 18 novembre, Gwenola (un Drouglazet foulard bleu noué et blanc cou) et autour du Arnaud Gueydon bonnet (avec un péruvien) leur raconteront projet solidaire.

mars 2010

novembre GRAND PARIS

S VERTS

che et Nuit blan

Auteurs du Val-de-Bièvre

| 29

l’heure du

la nouvelleméthode de lecture

ceme:nt Plan de déplatés ? | 22 quelles priori dre répon ! À vous de RE LETT

Respirer,

circuler

35 g M 20 Validité 5/12/09 jusqu’au

des priorités

PDLQUESTIONNAIRE30077 02 AUTORISATION CEDEX 75085 PARIS

intelligence en bonne

T

vertes | |14| Décou

CSA

belle Ah, elle est se ! la jeunes

Tousles rendez-vous de mars

www.arcueil.fr

bre

-vous de septem

Tous les rendez

notre cité 1 | Arcueil

n° 202 novembre

GRIPPE A(ensemble) : NOUVEAU

» « Vues- In situ

| 10

décembre 2009 janvier 2010

| n° 203

L’urbanisme anime les quartiers| 6 Chloé Cabarrecq, vice-championne | 18 du monde

| 18

AVATAR A JEAN VILAR :

Alain Dubos sans frontiè , médecin res et écriva | 12 in

| 21

Vue

|18 | Découvertes|s et vœux

| 28

L’école

ES STARS AFRICAIN

au festival

| 23

| 32

Tous les

se renforce

de septemb rendez-vous

notrecité 1 | Arcueil

commerces à visages humains

GRIPPE

re

n° 201 octobre

| 33

Tous les rendez-vous de décembre et de janvier

Dans le dossier de ce numéro: sept portraits de petits commerçants qui respirent l’humanité.

2009

| 20

Tous les rende

Enquête Louis Harris

| 23 Ethni’cité | 23

Trois bonnes raisons de se vacciner

se dévoile Anis-Gras

avant-première mondiale

Vous et Internet

|9| Dossier|

|13| Dossier|

| 16, 29

OlympedeGouges Le 8 mars, les élèves de Joliot-Curie feront leur rentrée dans la toute nouvelle école Olympe de Gouges, 54/56 avenue Lénine. Un bâtiment particulièrementà la pointe en matière d’économiesd’énergie.

FOND,

es | 22 les marionnett

:

z-vous de

février

2009

(*)  (**)  (***) 

| 10

Faire face

À FOND, FOND,

L’INTERVIEW DU MOIS

Régionales :

quiz et moded’emploi

IRE:

LA VACHE-NO a, bureaux, ciném | 8 hôtel…

À VOIR À

|8

|9

MiLibris :

EN ENCART

r| |11| Dossie

fois Il était une t… on-Ver le Chaper

| n°201

octobre 2009

| n°204

DÉPLACEM ENT:

les priorités des habitant s

Les chiffres du budget clés 2010

| 16

: GRIPPE Avaccin

le sens

février 2010 PLAN DE

nouvelle formule| 7

|8

CHAPERON

Décidons

| n ° 205

CHAPERON-VERT,

| n°202

2009

:

t exorbitan?

Taux de couverture : 96 % Taux de lecture : 95 % Taux de satisfaction : 88 %

Du du Chaperon- nord au sud, Vert jusqu’au Plateau Kergomard, les grands chantiers de l’année 2010.

Contact publicité  06 62 50 28 29 regie@lecho.com Echom est la régie publicitaire du journal d’Arcueil



ANC - Avril 2010