Page 1


ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

SOMMAIRE

01 02 03 04 06 07

Éditos 2016 en quelques mots Arcadi, partenaire culturel de l’Île-de-France Repères de l’année 2016 Données générales budgétaires Contexte institutionnel et budgétaire de l’année 2016

PARTIE 01

PARTIE 02

PARTIE 03

ACCOMPAGNER

CONTRIBUER

SENSIBILISER

LES PORTEURS DE PROJET

23

Présentation générale et budget Accompagner La valeur ajoutée de l’accompagnement artistique d’Arcadi Évaluer l’action d’Arcadi pour mieux répondre aux besoins des équipes L’accompagnement sur-mesure du service chanson La mise à disposition d’espaces de travail L’articulation des outils d’accompagnement au service théâtre L’atelier collectif « État des lieux : première d’exploitation » Arcadi crée un réseau de coproducteurs franciliens de théâtre lyrique et musical Œuvrer pour la diversité des territoires de diffusion de la danse La coopération territoriale : un enjeu prioritaire sur les territoires ruraux et périurbains De la nécessité d’une plateforme collaborative de mutualisation Les Rendez-vous de Némo : appréhender la thématique de la prochaine Biennale Pilotés par Arcadi, les arts numériques prennent une dimension internationale

42 44 46 48

Communication Données sociales et organisationnelles L’équipe Le conseil d’administration

08 11 12 14 15 16 17 18 19 20 21 22

À LA RÉFLEXION ET À LA RECHERCHE 24 27 28 29 30 31

Présentation générale et budget Contribuer Le fonds de soutien à l’initiative et à la recherche (Fsir) : une aide atypique et primordiale Arcadi alimente la réflexion sur les mutations des politiques culturelles Les rencontres professionnelles d’Arcadi décloisonnent les savoirs et les expertises La mission d’observation culturelle renforce l’implication de ses partenaires Cinq agences régionales se fédèrent au sein de La Collaborative

LES PUBLICS 32 35 36 37 38 40

Présentation générale et budget Sensibiliser Passeurs d’images en Île-de-France porte la question de la diversité L’expérimentation Making of de Talents en court Passeurs d’images en Île-de-France assure une éducation éclairée dans le domaine de l’image La mission Médiateur culturel évolue Jour 2 scènes, le live des lycéens et étudiants franciliens

SUIVEZ-NOUS SUR... facebook.com/arcadi.idf facebook.com/biennalenemo facebook.com/passeursimagesidf

@arcadi_idf @biennalenemo

@arcadi_idf @biennalenemo

Directeurs de publication : Frédéric Hocquard et Nicolas Cardou Rédaction et coordination : Gersende Girault, Hélène Thomas, Charlotte Samson Ont collaboré à cette édition : Noémie Botte, Guillaume d'Abbadie, Anne de Lamberterie, Pierre Martel, Cédric Patrigeon, Maud Soul et toute l’équipe d’Arcadi Île-de-France Articles et interviews : Charlotte Lipinska, journaliste Conception graphique : EFIL - www.efil.fr


ÉDITOS année 2016 a été celle de l’installation d’une nouvelle majorité régionale et par conséquent du renouvellement du Conseil d’administration d’Arcadi Île-de-France dont j’ai été élue présidente en février 2016. J’ai pris la mesure de l’importance de l’action de l’établis­ sement auprès des équipes artistiques et des professionnels ou encore dans l’action auprès des publics, notamment des lycéens à travers la mission Médiateur culturel. L’Île-de-France dispose d’une vitalité artistique considérable à l’échelle nationale et européenne, conférant aux acteurs publics un rôle et une responsabilité particuliers, dans un territoire qui concentre des inégalités sociales, économiques et culturelles. Les politiques puDelphine Bürkli bliques, et en particulier la nouvelle Présidente d'Arcadi Île-de-France politique culturelle portée par la Région, a vocation à mieux répartir l’offre culturelle sur le territoire, à faire en sorte que, quel que soit l’endroit où il vit, chaque francilien puisse bénéficier d’une offre de qualité. ­Arcadi Île-de-France participe, bien entendu, à cet effort de rééquilibrage. Accompagner la vie artistique et culturelle régionale, soutenir les productions, diffuser là où certains spectacles ne pourraient l’être, accompagner des établissements scolaires, les projets d’éducation à l’image sur les territoires les plus en tension : voilà ce qui anime la coopération entre la Région et l’État au sein de cet établissement. En cohérence avec la nouvelle politique culturelle de la Région Île-de-France, 2016 a aussi été une année de réflexion sur la place et les missions d’Arcadi Île-deFrance. 2017 verra l’aboutissement de cette réflexion qui se traduira par un nouveau projet pour les années à venir, dans le respect du travail qui a été accompli depuis de nombreuses années. Ce rapport d’activités est l’occasion pour moi de saluer le travail de l’ensemble des équipes, et de souligner l’importance qu’il y a à agir de manière opérationnelle et réactive auprès des artistes et des publics, en cohérence avec les politiques publiques menées sur le territoire francilien. Je vous en souhaite une bonne lecture.

e rapport d’activités est le dernier qu’il me revient de présenter en tant que directeur d’Arcadi Île-de-France. En effet, en mai prochain, mon mandat parviendra à son terme après neuf années à la tête de cet établissement. Et je n’ai pas souhaité en briguer de nouveau. Je ne sais pas ce que cet établissement deviendra dans les prochaines années, mais j’ai la certitude que depuis sa création, en 2005, Arcadi Île-de-France s’est imposé dans le paysage francilien comme un outil cohérent avec les besoins de ses usagers et, finalement, souvent primordial pour le développement des projets. Son existence a accentué la promotion de la diversité des formes, compensé des déficits de diffusion sur un territoire aussi dynamique que morcelé par ses inégalités, et fait travailler le centre avec la périphérie de notre région. Accompagner les équipes et leurs projets est devenue une mission pleinement assumée et constitutive du service public de la culture. Le Parcours d’accompagnement, que j’ai souhaité déployer avec l’équipe ces dernières années, a accentué l’impact de notre action, comme le démontre la dernière évaluation rapportée dans ces pages. De même, le Fonds de soutien à l’initiative et à la recherche a permis de reconnaître des projets nécessaires de questionnement, d’évolution et d’enrichissement des pratiques professionnelles et artistiques. 2016 aura été une année d’accomplissement du projet que j’ai engagé : valorisation de l’implantation de la mission Médiateur culturel dans les lycées et universités avec l’événement Jours 2 Scènes, et son évolution avec de nouveaux établissements d’accueil pour ces précieux accompagnants de l’éducation artistique et culturelle ; renouvellement du cycle de rencontres professionnelles, notamment axées sur la prospective ou la coopération territoriale ; prolongement de l’observation des programmations dans les théâtres publics ; création de La Collaborative, association nationale des agences de diffusion ; élargissement des moyens de Passeurs d’images ; inscription de Némo, Biennale des arts numériques au cœur des réseaux européens et internationaux... Voilà qui, d’une part, démontre combien l’intervention d’Arcadi Île-de-France transcende ses propres missions pour rayonner sur de plus amples perspectives et échelles de coopération nationale et européenne. Et qui, d’autre part, souligne un attachement à agir en souplesse, en proximité, dans le respect des besoins et des situations, tout en Frédéric nourrissant la compréhension des contextes Hocquard et des contradictions avec lesquelles chacun Directeur d'Arcadi doit composer. Île-de-France Je tiens ici à remercier vivement l’équipe d’Arcadi dont la chaleur, le professionnalisme et l’engagement pour ses missions et ses bénéficiaires ont donné à l’établissement et à mes années de direction d’autant plus d’efficience, de sens et de pertinence. Ces derniers mois ont été marqués par des discussions institutionnelles pour l’évolution de l’établissement après qu’il a subi, en deux ans, une baisse de huit-cent mille euros de subvention de la Région Île-de-France. Arcadi est d’abord un outil de coopération culturelle entre les territoires. Il permet que ses tutelles fassent faire ce qu’elles ne peuvent faire par elles-mêmes. De coopération, plus que jamais, ce territoire a besoin. Du partage de la diversité artistique et culturelle aussi. Les organisations professionnelles le disent ; elles soulignent l’importance de nos missions et d’inventer des perspectives nouvelles et positives : faire de cet établissement un interlocuteur d’une région décloisonnée, à l’attention de tous les territoires qui la composent et qui se transforment ; préserver son indispensable effort d’accompagnement et de régulation, pour faire éclore les talents et les projets fragiles sans jamais se résoudre à les laisser, livrés à eux-mêmes, aller vers une précarité, voire une disparition certaine ; faire que la prise de risque devienne un élan collectif et interprofessionnel. Un élan ouvert sur le monde.


02l 03

ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

28197

lycéens touchés par l’action des médiateurs culturels

2016 EN QUELQUES MOTS rcadi déploie un projet qui s’articule depuis ces trois dernières années dans une complémentarité d’action autour de l’accompagnement des porteurs de projet artistiques en Île-de-France, de la contribution à la réflexion et à la recherche en direction des professionnels culturels, et enfin de la sensibilisation des publics. Ces différents volets constituent l’organisation du présent document. L’année 2016 a été marquée en continuité et progression de ces dernières années par : • le déploiement désormais stabilisé du Parcours d’accompagnement et du Fonds de soutien à l’initiative et la recherche ; • une régularité de rendez-vous autour des rencontres professionnelles et de Némo, Biennale internationale des arts numériques – Paris/Île-de-France ; • l’aboutissement des actions de médiation dans les établissements accompagnés par la mission Médiateur culturel autour de l’événement Jour 2 scènes et la clôture d’un cycle d’implantation dans les lycées. 2016 a aussi été l’année d’un changement de gouvernance suite aux élections régionales où l’établissement, par son conseil d’administration renouvelé, sa direction et son équipe, a proposé de faire évoluer certains dispositifs et d’initier de nouveaux chantiers. Ont ainsi décidés ou annoncés : • la mobilité des médiateurs culturels dans de nouveaux lycées ;  • l’ouverture d’une réflexion sur la diversification des modes de financement des projets artistiques ; 

6043165 E 72 % budget global de l’établissement dont dédiés à l’activité

310

projets reçus dans le cadre de l’appel à projets arts numériques sur la thématique « Hasard, accident ou sérendipité ? »

• le lancement d’une nouvelle démarche d’évaluation des dispositifs d’accompagnement ; • une dynamique accentuée en matière de coopération territoriale avec des projets coopératifs entre petite et grande couronnes ;  • l’élargissement des partenariats européens notamment pour les arts numériques ;  • des thématiques nouvelles de rencontres et de recherche pour la lutte contre les discriminations ethno-raciales dans le champ culturel, et l’action en direction des jeunes ; • une démarche partenariale de prospective sur la ville culturelle de demain avec l’Ifsttar et le MOTif  ; • le renforcement des partenariats et réseaux nationaux avec notamment la création de La Collaborative ou du réseau Tras. Autant de projets qui soulignent la capacité d’entraînement et la réactivité permises par l’établissement et les missions qui lui sont assignées. L’année a aussi été perturbée par des interrogations sur les orientations budgétaires et structurelles, ce qui a généré des changements de calendriers, en particulier sur les comités d’étude, limitant en conséquence les capacités d’action en production. L’établissement a de fait réorienté une partie de ses interventions financières sur la diffusion et la diversification des modes d’accompagnement. Ce rapport d’activité vient ainsi détailler les résultats d’une année où l’équipe d’Arcadi s’est attachée à poursuivre ses missions sans cesser de s’adapter au plus près à ses usagers et à son territoire d’action.

Plus de

3600

spectacles et étapes de travail vus par l’équipe

1172 168

représentations dans lieux de diffusion franciliens

132

jours de Mise à disposition d'espaces de travail pour les équipes accompagnées

27

villes ou territoires partenaires de Passeurs d’images

1 E

7755 E moyenne de l’aide attribuée en production

2861 E

moyenne de l’aide attribuée en action artistique

4273 E moyenne de l’aide attribuée en diffusion

Sur donné par Arcadi aux bénéficiaires de l’aide en production

0,68 E

sont affectés au financement de leur masse salariale


Boulogne-Billancourt Châtenay-Malabry Châtillon Clamart Clichy-la-Garenne Colombes Fontenay-aux-Roses Gennevilliers Issy-les-Moulineaux Le Plessis-Robinson Malakoff Meudon Montrouge Nanterre Neuilly-sur-Seine Puteaux Sceaux Suresnes Vanves

Argenteuil Beaumont-sur-Oise Bezons Cergy-Pontoise Enghien-les-Bains Ermont Fosses Franconville Garges-lès-Gonnesse Herblay L'Isle-Adam Nesles-la-Vallée Royaumont Sannois

ARCADI, PARTENAIRE CULTUREL DE L’ÎLE-DE-FRANCE

HAUTS-DE-SEINE Paris

PARIS

VAL-D’OISE

95

YVELINES

Achères Beynes Boissets Bonnières-sur-Seine Carrières-sous-Poissy Élancourt Guyancourt La Verrière Le Vésinet Les Mureaux Limay Mantes-la-Jolie Saint-Cyr-l'École Saint-Quentin-en-Yvelines Vélizy-Villacoublay Versailles

ESSONNE

Bligny Brétigny-sur-Orge Évry Gif-sur-Yvette Grigny La Norville Les Ulis Massy Méréville Palaiseau Ris-Orangis Saint-Germain-lès-Arpajon Villabé Viry-Châtillon

92 78

93 75

SEINE-SAINT-DENIS

94

91

Aubervilliers Aulnay-sous-Bois Bagnolet Bobigny Bondy Clichy-sous-Bois Épinay-sur-Seine La Courneuve Le Blanc-Mesnil Le Pré-Saint-Gervais Les Lilas Montreuil Neuilly-sur-Marne Noisy-le-Sec Pantin Saint-Denis Saint-Ouen Trembaly-en-France Villetaneuse

77

VAL-DE-MARNE Alfortville Arceuil Bonneuil-sur-Marne Cachan Champigny-sur-Marne Chennevières-sur-Marne Chevilly-Larue Choisy-le-Roi Créteil Fontenay-sous-Bois Gentilly Ivry-sur-Seine Joinville-le-Pont L’Haÿ-les-Roses Le Kremlin-Bicêtre Le Perreux-sur-Marne Maisons-Alfort Nogent-sur-Marne Rungis Saint-Maur-des-Fossés Villejuif Vincennes Vitry-sur-Seine

SEINE-ET-MARNE

Bray-sur-Seine Chelles Claye-Souilly Coulommiers Fontainebleau La Ferté-Gaucher La Grande-Paroisse Lagny-sur-Marne Le Mée-sur-Seine Lésigny Magny-le-Hongre Meaux Noisiel Oissery Sénart Torcy

266 artistes et compagnies ont été soutenus par Arcadi en 2016 dans le cadre du Parcours d'accompagnement 168 lieux de diffusion partenaires 28 Plateaux solidaires pour 27 équipes artistiques
avec 14 lieux partenaires 19 Mise à disposition d’espaces de travail pour 18 équipes artistiques avec 13 lieux partenaires 27 villes ou territoires partenaires de Passeurs d’images Chiffres 2016


01

06

07

08

09

10

11

02 04

03 05

ARCADI ÃŽLE-DE-FRANCE

04l 05


23 AVRIL / THÉÂTRE DE L’ÉPÉE DE BOIS (CARTOUCHERIE DE VINCENNES)

13 OCTOBRE / FGO-BARBARA

Rencontre professionnelle Égalité h/f dans les musiques actuelles : et si on passait à l’action ?, dans le cadre du Mama Event

Rencontre professionnelle État d’urgence culturelle : on continue à parler ?

MAI

10

Cultures en Île-de-France #6 Diversité musicale et répartition territoriale dans les théâtres de ville franciliens

12 06 13 07

28 MAI / CARREAU DU TEMPLE

Jour 2 scènes Le live des lycéens et étudiants franciliens organisé par la mission Médiateur culturel

Arcadi Île-de-France, Odia Normandie, Oara Nouvelle-Aquitaine, Réseau en scène, Spectacle vivant en Bretagne se fédèrent et créent La Collaborative

Jumelage BIAN Montréal - Némo, BIAN Paris / Île-de-France La BIAN de Montréal accueille une délégation d’artistes français et leurs installations

4 NOVEMBRE / CABARET SAUVAGE

Rendez-vous de Némo #4 Alex Augier au Transient Festival

15 NOVEMBRE / MAC VAL / BRIQUETERIE - CDC DU VAL-DE-MARNE / THÉÂTRE DES ABBESSES

10 JUIN / FGO-BARBARA

Instantané danse

12

27 JUIN / LA LOGE

7 JANVIER / MAC DE CRÉTEIL ET DU VAL-DE-MARNE

08

Instantané arts numériques et spectacles pluridisciplinaires Dans le cadre de la Biennale Némo

Rencontre professionnelle Qu’est-ce que la chanson ?

31 JANVIER

14 JUILLET / AVIGNON

Rencontre professionnelle Musiques actuelles : les femmes sont-elles des hommes comme les autres ?

SEPTEMBRE

Lancement de la troisième saison de Regards croisés

8 FÉVRIER / LA LOGE

Première date de la 4e édition d’Oh Taquet ! En partenariat avec La Loge et le Chantier des Francos

SEPTEMBRE

Mission Médiateur culturel Lancement du nouveau blog de la mission et du guide des dispositifs et actions artistiques et culturels répertoriés par la mission

10 FÉVRIER / THÉÂTRE DE L’AQUARIUM Instantané théâtre

26 FÉVRIER

SEPTEMBRE

Renouvellement de la Présidence du conseil d’administration Delphine Bürkli est élue Présidente et Florence Portelli Vice-Présidente

04

8 MARS / MUSÉE DE L’HISTOIRE DE L’IMMIGRATION

Rencontre professionnelle Inégalités « ethno-raciales » et représentations : quels enjeux dans les projets artistiques et culturels ?

05

17 MARS / THÉÂTRE DE VANVES Instantané danse

11 AVRIL

Conseil d’administration

REPÈRES DE L’ANNÉE 2016

Rencontre des agences régionales Oara Nouvelle-Aquitaine, Odia Normandie, Réseau en scène Languedoc-Roussillon, Spectacle vivant en Bretagne et Arcadi Île-de-France

2 FÉVRIER / FGO-BARBARA

03

Rendez-vous de Némo #1 Conférence et lancement de l’appel à projet pour la Biennale 2017/18 sur le thème « Hasard, accident ou sérendipité ? »

Bis de Nantes

Clôture de la Biennale Némo

02

28 JUIN / GRANDE HALLE DE LA VILLETTE

5 JUILLET / LES TROIS BAUDETS

20 & 21 JANVIER / NANTES

17 NOVEMBRE / NOUVEAU THÉÂTRE DE MONTREUIL - CDN

3e Rencontres internationales du théâtre musical Présentation d’équipes soutenues par Arcadi

Dernière date de la 4e édition d’Oh Taquet ! Avec Lise et Buridane

01

Rendez-vous de Némo #3 Rencontre avec Éric Sadin, à l’occasion de la sortie de son nouvel essai La Silicolonisation du monde - l’irrésistible expansion du libéralisme numérique

NOVEMBRE

DU 3 JUIN AU 3 JUILLET / ARSENAL ART CONTEMPORAIN DE MONTRÉAL

Rencontre professionnelle Théâtres de ville et diffusion de la musique : quels enjeux de programmation, de coopération et d’action territoriale ?

20 OCTOBRE / CITÉ INTERNATIONALE DES ARTS

Passeurs d’images : nomination de Vers la tendresse d’Alice Diop pour le César du court métrage 2017

09

22 SEPTEMBRE / ÉGLISE SAINT-MERRY Rendez-vous de Némo #2 Cornemuse et Entropie

OCTOBRE

Mission Médiateur culturel Le lycée Antonin Carême de Savigny-le-Temple retenu pour participer au Goncourt des lycéens

12 & 13 OCTOBRE / STRASBOURG

Rencontre nationale des agences culturelles territoriales

17, 18 & 19 NOVEMBRE / LE CENTQUATRE-PARIS Rencontres Passeurs d’images #25ans

13

29 NOVEMBRE / ACADÉMIE FRATELLINI

Rencontre participative Territoires du Grand Paris culturel et nouvelles mobilités

DÉCEMBRE

Lancement du dispositif AVEC 2016/2017 (8e édition)

8 DÉCEMBRE / MAISON DE LA POÉSIE

Première rencontre du cycle « Cartographies sensibles de la ville » Représenter la ville autrement - Cartes d’hier, d’aujourd’hui et de demain

15 DÉCEMBRE / MAC DE CRÉTEIL ET DU VAL-DEMARNE Rendez-vous de Némo #5 Ignorance ou servitude volontaire ? À l’heure des réseaux sociaux, objets connectés, assistants virtuels


06l 07

ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

Charges de structure 609 023 e (36 %) P ersonnels permanents attachés au fonctionnement 949 160 e (57 %) Dotations aux amortissements 81 760 e (5 %) Communication générale 31 022 e (2 %) Charges exceptionnelles 3 086 e (0 %)

DONNÉES GÉNÉRALES BUDGÉTAIRES

BUDGET DE FONCTIONNEMENT PAR POSTES BUDGÉTAIRES

1 674 051 E

Fonctionnement (28 %)

6043165 E DÉPENSES GLOBALES

Médiateur Culturel 789 080 e (18 %) Théâtre 747 181 e (17 %) Ressources 708 612 e (16 %) Opéra 550 462 e (13 %) Danse 480 641 e (11 %) Arts numériques 437 508 e (10 %) Chanson 237 009 e (5 %) Passeurs d'images 211 135 e (5 %) Transversal 207 486 e (5 %)

Activités (72 %)

BUDGET D'ACTIVITÉS PAR SERVICES

4 369 114 E

4 369 114 E BUDGET D'ACTIVITÉS PAR POSTES BUDGÉTAIRES

CHARGE D'ACTIVITÉS PAR TYPE D'AIDES ET DE DISPOSITIFS

Aides et dispositifs

Accompagner 2 071 541 e (84 %) Contribuer 247 428 e (10 %) Sensibiliser 148 953 e (6 %)

2 467 922 E

(56 %)

2014

Aides et dispositifs 2 467 922 e (56 %) Personnels permanents attachés aux activités 1 754 093 e (40 %) Personnels temporaires attachés aux activités 56 539 e (1 %) Frais de missions et de réceptions liés aux activités 39 390 e (1 %) Communication des activités 51 170 e (1 %)

Accompagner

2 311 284 e

2015 88 % 2 398 796 e

2016 84 % 2 071 541 e

84 %

Contribuer

211 131 e

8 %

302 015 e

11 %

247 428 e

10 %

Sensibiliser

112 352 e

4 %

145 957 e

5 %

148 953 e

6 %

Total

2 634 767 e 100 % 2 846 768 e 100 % 2 467 922 e 100 %


CONTEXTE INSTITUTIONNEL ET BUDGÉTAIRE DE L’ANNÉE 2016 RESSOURCES L’ensemble des produits réalisés en 2016 s’élève à 6,043 M€ alors qu’il se situait à 6,644 M€ en 2015. Cette baisse d’activités de 600 k€ (soit 9 % par rapport à 2015) correspond à la baisse au même montant de la contribution régionale qui est passée de 5,8 M€ à 5,2 M€ (soit 86 % des ressources). Les subventions de la Drac (6,3 %) s’élèvent pour leur part à 381 k€ (+ 10 k€). L’établissement a par ailleurs mobilisé 204,7 k€ de ressources propres et perçu 60,4 k€ d’autres produits. Il est à noter que l’établissement a par ailleurs ponctionné son fonds de roulement de 243,8 k€ notamment pour assumer un rattrapage d’activités constaté sur l’exercice 2015, ce qui ramène le fonds de roulement à  52,7 k€.

ACTIVITÉ DE L’ÉTABLISSEMENT Les graphiques ci-contre développent la répartition des grands postes de dépenses : • le fonctionnement (1,67 M€ soit 28 % du budget) dans lequel sont principalement rassemblés les charges de structure (0,6 M€) et les personnels permanents rattachés (direction générale, direction de services, administration et communication : 0,9 M€) ; • les activités (4,36 M€ soit 72 % du budget) essentiellement constituées des aides et dispositifs (2,46 M€), et des personnels permanents qui les déploient (1,75 M€). Parmi les aides et dispositifs, c’est bien la mission d’accompagnement qui constitue le principal poste budgétaire (2,07 M€ soit 84 % : essentiellement les aides à la production, la diffusion et les actions artistiques) aux côtés des dépenses liées à la sensibilisation auprès des publics et à l’innovation et la recherche (constituées essentiellement du Fsir). La répartition des interventions suivant les disciplines est aussi présentée ci-contre

avec des écarts qui sont pour partie liés à l’histoire des missions confiées à Arcadi et aux différences de modèles économiques qui constituent ces secteurs artistiques et leurs modes de production. Les aides financières trouvent par ailleurs sens et pertinence grâce à l’accompagnement qui est porté auprès des projets comme le démontrent les pages à venir, d’où la nécessité de considérer aussi les moyens humains comme des éléments significatifs des aides dont bénéficient les compagnies. Dans un contexte de baisse significative du budget décidée de surcroît à la fin du premier trimestre, les économies ont dû être réalisées tant sur les charges d’activités que de fonctionnement, bien que ces dernières soient pour bonne partie incompressibles. De ce fait, une économie de 144 k€ a été réalisée sur la masse salariale par le gel de deux postes (un dans la mission Médiateur culturel et un autre au sein de la direction des dispositifs de soutien et d’accompagnement) et des décalages sur des recrutements ayant un impact sur la réalisation de certaines missions. Par ailleurs, une économie a aussi été réalisée à hauteur de 457 k€ sur les activités dont 328 k€ sur les aides et 129 k€ sur des coûts divers d’activité de fonctionnement. L’effort a donc été autant que possible divisé aux différents endroits de l’économie de l’établissement. Pour autant, il s’en est logiquement ressenti sur les activités et sur les bénéficiaires, comme le démontrent les chiffres figurant en annexe. Ces contraintes très particulières, si elles ont eu des conséquences, n’ont pas empêché l’établissement d’engager par redéploiement quelques activités nouvelles (Jour 2 scènes, évaluation de l’accompagnement, rencontres professionnelles de Némo...) ou d’en amplifier d’autres (coopération territoriale, expérimentations de Passeurs d’images...), tout en poursuivant l’intégralité de ses missions telles que définies dans le contrat d’objectifs et de moyens tripartite, entre l’État, la Région et Arcadi.


08l 09

ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

PARTIE 01

ACCOMPAGNER LES PORTEURS DE PROJET NÉMO

BIENNALE INTERNATIONALE DES ARTS NUMÉRIQUES - PARIS / ÎLE-DE-FRANCE

LES PLATEAUX SOLIDAIRES REGARDS CROISÉS

SOUTIEN FINANCIER À L’ACTION ARTISTIQUE

LES INSTANTANÉS MISE À DISPOSITION AIDE À LA PROMOTION D’ESPACES DE TRAVAIL

OH TAQUET !

MISE EN MARCHÉ, EN RÉSEAU, EN VENTE

MÉCÉNAT LOGISTIQUE

SOUTIEN FINANCIER À LA DIFFUSION, LA REPRISE

LES REBONDS PARCOURS D’ACCOMPAGNEMENT NOMINATION À DES PRIX MISE À DISPOSITION SOUTIEN FINANCIER À LA PRODUCTION D’ESPACES DE TRAVAIL RÉUNIONS DE PRODUCTION ATELIERS COLLECTIFS TERRITOIRE ET DIFFUSION

CHARTE D’AIDE À LA DIFFUSION FINANCEMENT PARTICIPATIF

MÉCÉNAT DE COMPÉTENCE

AVEC


Traviata, vous méritez un avenir meilleur de Benjamin Lazar, Florent Hubert et Judith Chemla. © Pascal Gély

A

rcadi Île-de-France agit auprès des équipes artistiques franciliennes afin d’améliorer leurs conditions de création, de renforcer la diffusion des œuvres en Île-de-France, tant en termes de circulation que de durée, et afin d’encourager les actions de sensibilisation et d’accès à la culture pour tous. Arcadi est le maillon essentiel entre les équipes artistiques, les programmateurs et les réseaux professionnels, et travaille à favoriser l’autonomisation des porteurs dans le développement de leurs projets. Le conseil, le principe de « faire avec » et le suivi des équipes dans le temps sont constitutifs de son action et s’inscrit dans la durée. Arcadi apporte une aide financière en production, afin d’améliorer les conditions de création ; en diffusion, afin de renforcer celle des projets artistiques et de prolonger la durée de leur exploitation ; et aux actions artistiques, afin de contribuer à l’élargissement des publics. Cette aide est complétée d’un accompagnement des équipes artistiques construit en fonction de leurs besoins : développement professionnel, structuration de ses activités, mise en réseau, expérimentation et travail au plateau... Cet accompagnement est un axe fondamental et essentiel au soutien des équipes artistiques pour lequel Arcadi a développé des outils et des événements de différentes natures dont : le Parcours d’accompagnement, les ateliers Rebonds, Regards croisés, Némo, Biennale internationale des arts numériques - Paris/Île-de-France, la Mise à disposition d’espaces de travail, les Plateaux solidaires, les Instantanés, la Charte d’aide à la diffusion, etc.

Cet accompagnement permet : • d’assurer le développement professionnel des équipes, par la connaissance et le repérage du territoire francilien ainsi que par l’apport de ressources et de conseils ; • d’améliorer leurs pratiques professionnelles ; • de favoriser les échanges entre équipes artistiques et lieux franciliens ; • de développer leur visibilité auprès des programmateurs franciliens, nationaux ou internationaux ; • d’améliorer les conditions de recherche, de création ou de diffusion des équipes en facilitant leur accès à des lieux professionnels.


10l 11

ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

1 902 122 E

ACCOMPAGNER

montant des aides versées aux porteurs de projet

LE PARCOURS D'ACCOMPAGNEMENT, UN OUTIL OPÉRATIONNEL ET EFFICIENT En 2016, dans le cadre de l’accompagnement des équipes, Arcadi a fait en sorte que celles-ci s’emparent des moyens d’interventions proposés par l’établissement et qu’un véritable partenariat se développe entre eux. Il a également accentué son action sur la mise à disposition de lieux de répétition pour les équipes bénéficiant du Parcours d'accompagnement grâce à des partenariats avec de nouveaux lieux franciliens. La question de la coopération territoriale a été favorisée avec trois axes forts de travail : la diffusion en milieux rural et périurbain, la mise en place d’un réseau de coproducteurs lyriques et le développement de partenariats dans le cadre de des manifestations franciliennes. Enfin, Arcadi a mené une évaluation quantitative et qualitative de son Parcours d’accompagnement et de ses impacts économiques et sociaux auprès des équipes bénéficiaires. Il en ressort une réelle satisfaction de l’accompagnement mis en place, un impact significatif sur les conditions de production et de mise en visibilité, ou un effet levier indéniable au niveau financier. Les résultats montrent que le Parcours d’accompagnement est un outil opérationnel et efficient. Arcadi poursuit le nécessaire renforcement du suivi des équipes et le développement des réseaux de coproducteurs.

BUDGET 2016 AIDES ACCOMPAGNER (FINANCIER, NATURE,INDUSTRIE)

moyenne de l’aide attribuée en production

4 273 E moyenne de l’aide attribuée en diffusion

2 861 E

moyenne de l’aide attribuée en action artistique

266

équipes artistiques ont été accompagnées

BUDGET ACCOMPAGNER

1 902 264 E

7 755 E

Diffusion 1 063 129 e (56 %) Production 499 572 e (26 %) Actions artistiques 97 332 e (5 %) Mutualisation 98 124 e (5 %) Instantanés* 61 897 e (3 %) Charte de diffusion 39 936 e (2 %) Développement professionnel 42 274 e (2 %)

132

jours de Mise à disposition d'espaces de travail pour les équipes accompagnées

* L'année 2015 a permis de proposer autour de la création des Instantanés une approche transversale des événements de présentation et de mise en marché des équipes artistiques qui étaient auparavant spécifiques par discipline. Quelques-uns cependant ont perduré comme Oh Taquet ! pour la chanson ou la Biennale Némo qui ont leur logique propre.

1 172 168

représentations dans 2014

2015

2016

Production

780 125 e

39 %

743 088 e

34 %

499 572 e

26 %

Diffusion

953 954 e

48 %

1 051 961 e

48 %

1 063 129 e

56 %

98 268 e

5 %

120 897 e

5 %

97 332 e

5 %

Instantanés*

8 880 e

0 %

111 291 e

5 %

61 897 e

3 %

Mutualisation

71 769 e

4 %

117 715 e

5 %

98 124 e

5 %

Charte de diffusion

49 529 e

2 %

23 362 e

1 %

39 936 e

2 %

40 477 e

2 %

36 647 e

2 %

42 274 e

2 %

Actions artistiques

Développement professionnel Total

2 003 002 e 100 %

2 204 961 e 100 %

1 902 264 e 100 %

lieux de diffusion franciliens

92 %

des répondants à l'évaluation sont satisfaits du Parcours d'accompagnement


PARTIE 01 • ACCOMPAGNER LES PORTEURS DE PROJET

LA VALEUR AJOUTÉE DE L’ACCOMPAGNEMENT ARTISTIQUE D’ARCADI Loin d’être une aide ponctuelle, l’accompagnement s’inscrit dans la durée et se déploie à 360°.

rcadi en est depuis longtemps convaincu : l’accompagnement d’un projet ou d’une équipe artistique n’a de sens que s’il s’inscrit dans la durée et qu’il est protéiforme. Il ne s’agit donc pas d’une aide financière ponctuelle mais d’une philosophie et d’une méthodologie globales qui s’attachent à prendre en compte non seulement les spécificités de chaque champ artistique (théâtre, danse ou chanson n’ont pas les mêmes besoins) mais également celles de chaque projet et équipe. Dans tous les cas, Arcadi pose un regard global, en identifiant les besoins réels des équipes et « pioche » parmi tous les outils dont il dispose pour actionner « les bons outils au bon moment ». S’il fallait représenter cette démarche, l’image d’un couteau suisse serait la plus juste. Cet accompagnement est à géométrie variable : légitimation et visibilité des projets, effet levier dans la concrétisation des projets, développement et renforcement des réseaux de partenaires potentiels, renforcement de la diffusion, enfin une part « non quantifiable » et informelle qui s’appuie sur du conseil et des temps de réflexion. Cette part invisible est primordiale, elle apporte une valeur ajoutée sur le long terme. C’est la conjonction des moyens qui sont déployés par notre

SARAH CAPONY Metteure en scène

« Je suis entrée dans le Parcours d’accompagnement en 2015. Avec l’expérience d’Une semaine en compagnie dès 2013, les différents ateliers et toutes nos discussions, j’ai vraiment appris à mieux structurer ma pensée et mes démarches. Au départ, tous ces dispositifs me faisaient un peu peur mais en fait, tout est fluide, simple. Je me suis rendu compte que toutes les aides sont liées entre elles : même quand on aborde des questions de production ou de diffusion, c’est toujours relié à l’artistique. C’est du réseau de réflexions ! Avec le recul, je m’aperçois que chaque outil a atteint l’objectif visé et que j’ai été bien plus aidée que je ne le pensais. Sans leur écoute, leur suivi et leur exigence, je n’aurai pas su trouver la bonne articulation entre mon premier et mon second projet. Je leur dois beaucoup. »

accompagnement qui permet de renforcer l’autonomisation des équipes et tendre à leur pérennisation. Enfin, puisqu’il faut pouvoir s’adapter à un secteur en perpétuelle évolution, aucun de ces modes opératoires n’est immuable. Arcadi affine et réinvente constamment les moyens d’intervention proposés afin de répondre au mieux aux besoins d’aujourd’hui, et d'anticiper ceux de demain.

Plus de

3 600 spectacles et étapes de travail vus par l’équipe En moyenne les équipes du Parcours d'accompagnement bénéficient de

2

moyens d'interventions autres que du financier

LE PARCOURS D’ACCOMPAGNEMENT Aide attribuée pour une durée de deux à trois saisons, destinée à accompagner les équipes artistiques, principalement franciliennes, dans le développement de leur projet et de leur parcours professionnel par un accompagnement construit avec elles, au plus près de leurs besoins. Le Parcours d’accompagnement associe ainsi un soutien financier au projet à un soutien plus global au développement de l’équipe et du projet. Il comprend au préalable des phases d’étude des dossiers et d’orientation, un comité d’étude composé de personnalités qualifiées et un comité final d’attribution. 

Une chambre à Rome de Sarah Capony, Compagnie Querelle. © Christophe Raynaud de Lage


ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

12l 13

ÉVALUER L’ACTION D’ARCADI POUR MIEUX RÉPONDRE AUX BESOINS DES ÉQUIPES Afin de répondre au mieux aux attentes du secteur, Arcadi porte une attention constante à l’évaluation de ses dispositifs et de ses impacts. L’établissement a ainsi sollicité l’agence Asdo pour une étude qualitative et quantitative via une enquête auprès des équipes artistiques bénéficiaires.

n 2016, Arcadi a souhaité engager une évaluation afin d’établir un point d’étape de la mise en œuvre du projet actuel. Celle-ci comportait d'un part, une analyse quantitative effectuée en interne, et les retours des équipes bénéficiaires collectés et analysés par l’agence Asdo d’autre part. L'étude générale avait pour but de questionner l’impact social et artistique de l’activité de l’établissement et de mesurer la satisfaction des usagers. Du point de vue quantitatif, l’étude a permis d’explorer comment les aides financières impactent les emplois artistiques liés aux projets aidés. Elle a également révélé de nouveaux indicateurs tels que la répartition territoriale des aides ou une meilleure caractérisation des lieux. Quant aux retours d’usagers, outre une satisfaction globale, ils convergent vers un même constat : l’accompagnement d’Arcadi leur a permis de clarifier et/ou déplacer leurs besoins réels. En effet, si les sollicitations auprès d’Arcadi sont majoritairement motivées par un besoin financier, les équipes artistiques soulignent très fortement que la relation à Arcadi a permis d’aller bien au-delà. La mission d’accompagnement dont il apparaît qu’elle est fortement identifiée par les bénéficiaires permet notamment de porter des questionnements stratégiques et d’y répondre de manière partagée avec les services. Enfin, cette évaluation a permis d’identifier les principaux points d’amélioration possibles afin de mieux adapter les aides aux besoins actuels du secteur : la nécessité de stabiliser la situation de l’établissement et le rythme des comités d’étude, de diversifier les outils de financement, et d’initier des réseaux de coproducteurs sur la diffusion.

LE PROFIL DES RÉPONDANTS

40 %

des destinataires de l’évaluation ont répondu au questionnaire.* *Échantillon représentatif de l’ensemble des équipes bénéficiaires.

57 %

des répondants ont un chiffre d’affaires inférieur ou égal à 150 000 e

L’IMPACT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DES AIDES

Sur 1e donné par Arcadi aux bénéficiaires de l’aide en production, 0,68e sont affectés au financement de leur masse salariale.


PARTIE 01 • ACCOMPAGNER LES PORTEURS DE PROJET

L’APPORT D’ARCADI POUR LES ÉQUIPES ARTISTIQUES

La pertinence de la temporalité des aides financières est confirmée.

Les aides d’Arcadi constituent un levier déterminant dans la concrétisation des projets.

71 % des répondants déclarent que les échanges avec Arcadi ont eu lieu au moment de la conception du projet.

L’aide proposée par Arcadi a permis aux équipes : • pour 82% de produire leurs projets dans de meilleures conditions ; • pour 79% de disposer de nouveaux soutiens financiers ; • pour 71% de faire évoluer leur budget prévisionnel ; • pour 63% d’avoir de nouvelles dates de diffusion.

L’IMPACT ET LA PLUS-VALUE DU SOUTIEN D’ARCADI AU REGARD DES ATTENTES DES ÉQUIPES Faire évoluer leur budget prévisionnel Produire leurs projets dans de meilleures conditions Consolider leur action en direction des publics Avoir ou déclencher d’autres aides Avoir de nouveaux interlocuteurs / partenaires Faire évoluer leurs choix artistiques Être accompagné dans leur développement professionnel Avoir de nouvelles dates de diffusion Disposer de nouveaux soutiens financiers Avoir de nouveaux coproducteurs Attentes initiales en sollicitant Arcadi

29 % 71 %

+42 pts

42 % 82 %

+40 pts

14 % 51 % 15 % 46 %

3 % 30 %

+31 pts +31 pts

+24 pts

44 % 62 %

+18 pts

70 % 78 %

Impact ressenti du soutien d’Arcadi

+8 pts +0 pts +pts Plus-value du soutien d’Arcadi

ont le sentiment d’avoir été accompagnés par Arcadi

92 %

+27 pts

29 % 53 %

33 % 33 %

67 %

+37 pts

38 % 69 %

92 %

des répondants sont satisfaits du Parcours d’accompagnement

valorisent l’expertise métier et « terrain » de l’équipe Arcadi

84 %

des répondants indiquent qu’Arcadi leur a permis de gagner en visibilité

LES ATTENTES ET BESOINS IDENTIFIÉS Sécurisation de la régularité des comités d’étude Diversification des modes de financement pour accompagner le risque pris par les équipes (amorçage, garanties) Amplification des réseaux de coproduction Renforcement du suivi des équipes


ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

14l 15

L’ACCOMPAGNEMENT SUR-MESURE DU SERVICE CHANSON Devant la disparité des besoins, l’accompagnement du service chanson ne s’envisage que sur-mesure.

n 2016, les critères d’éligibilité du service chanson ont été allégés afin de pouvoir répondre aux demandes des artistes les plus isolés. Une vingtaine d’équipes ont ainsi été retenues sur 60 demandes. Arcadi s’efforce de déterminer précisément les besoins de chacun, sachant que les équipes elles-mêmes ne placent pas toujours leurs attentes au bon endroit. Il s’agit alors de les questionner, voire de les amener à inverser leurs préoccupations qui se focalisent trop souvent sur la stratégie au détriment du projet artistique lui-même. Un temps d’échanges est donc nécessaire pour identifier conjointement les réels besoins de chaque équipe. Une fois cet état des lieux établi, l’enjeu n’est aucunement de se substituer à un producteur mais de leur permettre de faire un certain nombre de choses qu’ils ne pourraient accomplir sans l’aide d’Arcadi (résidences, mise en réseau, renforcement technique ou artistique...). Cet accompagnement - mis en place sur deux ou trois saisons - se conçoit également en étroite articulation avec d’autres moyens d’intervention de l’établissement.

Duo Soma en concert à La Scène du Canal. © Quentin Chevrier

DUO SOMA

Bénéficiaire du Parcours d’accompagnement en chanson « La première chose qui nous vient à l’esprit, c’est la dimension humaine et non administrative d’Arcadi. Il y a vraiment de l’écoute et de l’exigence, ce qui est très stimulant. On le sait d’autant plus que nous n’avons été acceptés qu’à la troisième demande ! À chaque étape de travail, Olivier Moreau nous a fait nous poser les bonnes questions. Son expertise a pointé ce que nous n’avions pas vu car on manque de recul. Au bon moment, il nous a mis en relation avec des professionnels et des coachs. Il a le nez pour les bonnes rencontres... Enfin, concrètement nous avions besoin d’un plateau parce que la musique électro dans notre salon, ça ne sonne pas pareil ! Ce sont des conditions de travail que nous n’avions jamais eu auparavant. Savoir que l’on est accompagnés sur deux ou trois ans nous permet d’aller plus loin. On sait qu’on a le temps. Et penser que l’on investit autant sur nous nous donne confiance... »

Ce fut notamment le cas pour Duo Soma qui a bénéficié cette année d’une Mise à disposition d’espaces de travail (voir article page suivante) réalisée conjointement avec un accompagnement scénique (séances avec une coach vocale et scénique) et technique (présence d’un ingénieur du son). Offrir un confort technique pour mieux sortir de sa zone de confort artistique ? C’était en l'occurrence l’enjeu de cet accompagnement global et sur-mesure.


PARTIE 01 • ACCOMPAGNER LES PORTEURS DE PROJET

LA MISE À DISPOSITION D’ESPACES DE TRAVAIL Parce que trouver un lieu de travail ressemble parfois à la quête du Graal, Arcadi peut répondre aux équipes en mal d’espaces.

armi tous les outils mis en place au sein du Parcours d’accompagnement, il en est un qui permet de faire face à l’imprévu : la Mise à disposition d’espaces de travail. C’est en effet l’une des préoccupations récurrentes des équipes artistiques : où (re) travailler quand une date de diffusion se confirme au débotté ? Quand une reprise de rôle ou de régie est nécessaire ? Réservé aux équipes accompagnées, ce dispositif est une réponse d’autant plus précieuse qu’elle se révèle rapide et réactive. Deux temporalités sont envisagées : à court terme, pour faire face à l’imprévu ; à moyen ou long terme, quand elle est coordonnée avec d’autres services. Il s’agit alors d’être

LA MISE À DISPOSITION D’ESPACES DE TRAVAIL EN 2016 132 jours au plateau 7 jours en moyenne de mise à disposition d’espaces de travail par équipe 19 Mises à disposition d’espaces de travail 13 lieux partenaires

cohérent avec les enjeux de la compagnie : étude de l’état d’avancement du projet, mise en relation de l’équipe artistique avec tel lieu plutôt que tel autre, élaboration d’un temps de visibilité auprès des professionnels, mise en place d’accompagnements spécifiques supplémentaires – coaching vocal (voir article en page précédente)... Ce dispositif compte aujourd’hui une quinzaine de lieux partenaires. Ils ne perçoivent qu’une compensation financière minime (limitée à la couverture d’une partie des frais) et ne sont soumis à aucune obligation de diffusion future. Le bénéfice de ce dispositif est ainsi indéniablement bilatéral : si les équipes trouvent un lieu pour travailler, de leur côté les lieux rencontrent une équipe « repérée par Arcadi » et bénéficient dans leurs murs de leur vitalité, de leur talent. Et ce, sans engagement futur.


ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

16l 17

L’ARTICULATION DES OUTILS D’ACCOMPAGNEMENT AU SERVICE THÉÂTRE Le soutien financier et les différents outils d’accompagnement sont nécessaires l’un et l’autre. Mais ils ne sauraient être suffisants l’un sans l’autre.

omment articuler au mieux le soutien financier (qui reste la porte d’entrée du Parcours) et les différentes actions d’accompagnement ? Cette préoccupation permanente de complémentarité a conduit le service théâtre à baliser le Parcours d'accompagnement par deux rendez-vous permettant d’identifier au mieux les besoins des compagnies. Une réunion collective, d’abord, avec toutes les compagnies aidées. Il s’agit pour Arcadi F(l)ammes d’Ahmed Madani, Compagnie Madani. © François-Louis Athénas

de fournir aux artistes un certain nombre d’informations utiles, et pour les équipes artistiques de présenter brièvement leur projet et d’envisager les endroits où Arcadi pourrait être leur partenaire. Le but de ces échanges est d’identifier les axes de développement de chaque projet sur lesquels Arcadi peut les aider. Des temps d'étape collectifs sont proposés en milieu et fin d'exploitation (coordonnés avec la mission développement professionnel - voir article suivant). C’est un temps de réflexion précieux pour « regarder en arrière » afin de mieux appréhender la diffusion à venir. Entre ces deux rendez-vous, Arcadi propose plusieurs échanges individuels portant sur des problématiques précises (amélioration de fichiers professionnels, renfort de visibilité, retours artistiques...). Ces discussions en configuration réduite (la fameuse « part invisible » de l’accompagnement) furent renforcés en 2016.


PARTIE 01 • ACCOMPAGNER LES PORTEURS DE PROJET

Le Maniements des larmes de Nicolas Lambert, Compagnie Un Pas de côté. © Erwan Temple

L’ATELIER COLLECTIF « ÉTAT DES LIEUX : PREMIÈRE D’EXPLOITATION » Un atelier collectif propose un temps de réflexion après ou pendant les premières dates de diffusion. Un recul qui s’avère très utile pour la suite...

ans le cadre du Parcours d'accompagnement, le service théâtre et la mission développement professionnel ont co-construit un atelier collectif qui se propose de revenir sur les premières dates d’exploitation d’un projet soutenu par Arcadi. C’est en effet l’un des critères d’éligibilité au Parcours : avoir huit à dix dates d’exploitation. L’accompagnement d’Arcadi étant à 360° (voir article page 11), l’établissement a pensé nécessaire de revenir sur cette exploitation afin que les équipes puissent capitaliser sur cette expérience. En un mot : identifier les forces et les manquements, établir un premier bilan. Chaque porteur de projet et/ou chargé de diffusion est invité à participer à cet atelier structuré autour de quatre thèmes de réflexion : une réflexion artistique, la relation aux professionnels, la relation aux lieux d’accueil et le rapport à l’équipe artistique. Cette expérimentation a convaincu Arcadi

des bienfaits d’une telle réflexion pour les équipes. C’est un temps de recul et d’analyse qui permet de mieux appréhender la suite, de réorienter les stratégies, d’adapter leurs discours post-création aux nouveaux partenaires potentiels, de problématiser certaines décisions (par exemple : connaître les conséquences de chaque type de contrat) et, surtout, de partager les expériences. Pour Arcadi, c’est un lieu d’information supplémentaire des réalités du terrain, données précieuses lui permettant d’adapter son action au plus près des besoins des compagnies. Cet atelier ayant été expérimenté deux fois en théâtre en 2016, Arcadi réfléchit à l’opportunité de le décliner aux autres secteurs (danse, opéra) en tenant compte naturellement des spécificités de chaque discipline.

Où les cœurs s’éprennent de Thomas Quillardet, Compagnie 8 avril. © Pierre Grosbois


ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

18l 19

Traviata, vous méritez un avenir meilleur de Judith Chemla, Florent Hubert et Benjamin Lazar. © Pascal Gély

ARCADI CRÉE UN RÉSEAU DE COPRODUCTEURS FRANCILIENS DE THÉÂTRE LYRIQUE ET MUSICAL Malgré la présence de projets divers et innovants, le secteur du théâtre lyrique et musical peine à se structurer. D’où la nécessité d’un réseau institutionnel envisagé comme un moteur de vitalité.

lors qu’émergent bon nombre de compagnies qui questionnent intelligemment l’art opératique, le secteur du théâtre lyrique et musical peine à se coordonner, faute de montages de production à la fois solides et pérennes. Parce que ces productions ne sont pas portées à temps à la connaissance des partenaires potentiels (alors même que ce type de projet en requiert souvent plusieurs et très en amont), et qu’elles ne bénéficient pas de la dynamique d’un tissu de lieux dédiés ou porteurs, elles souffrent d’un manque de consolidation. C’est l’ensemble du secteur qui a besoin d’être fédéré. D’où la nécessité de mettre en place un réseau institutionnel de coproducteurs franciliens. Depuis septembre 2016, le service opéra d’Arcadi s’est donc attelé au montage de ce nouveau réseau au sein duquel une quinzaine de partenaires (scènes nationales, scènes conventionnées et théâtres de ville) se sont déjà favorablement positionnés. Ses objectifs sont multiples : porter à la connaissance du

Orfeo, je suis mort en Arcadie de Samuel Achache et Jeanne Candel, Collectif La vie brève. © Jean-Louis Fernandez

réseau des projets exigeants très en amont, mutualiser les moyens afin d’optimiser les coûts de production et de diffusion, permettre aux compagnies d’identifier un réseau institutionnel de partenaires potentiels, faire rayonner les créations franciliennes hors Île-de-France en partenariat avec les réseaux régionaux ou nationaux existants... Les projets présentés, à l’attention de tous les publics, peuvent être accompagnés par Arcadi ou soutenus par l’une des structures impliquées. La mise en œuvre de ce réseau, conçu comme un véritable moteur de vitalité du secteur, est prévue pour 2017 une fois que seront définies toutes ses modalités de fonctionnement. Les premiers projets concrétisés s’envisagent sur la saison 2018/2019. Votre Faust d’Aliénor Dauchez, Ensemble TM+ et Compagnie La Cage. © Victor Tonelli


PARTIE 01 • ACCOMPAGNER LES PORTEURS DE PROJET

ŒUVRER POUR LA DIVERSITÉ DES TERRITOIRES DE DIFFUSION DE LA DANSE Arcadi répond aux envies des chorégraphes de « sortir du plateau » et les aide à investir de nouveaux lieux de représentation.

Plongées de Catherine Contour, Musée de la Chasse et de la Nature. © Musée de la Chasse et de la Nature 2016

a question de la diffusion de la danse sur le territoire francilien reste l’une des préoccupations d’Arcadi. Cette diffusion est fragile, pénalisée à la fois par le manque de structures accueillantes et par un nombre de représentations pour le moins parcimonieux. Parallèlement, les chorégraphes expriment régulièrement leur envie de « sortir du plateau » pour investir de nouveaux lieux de représentation (jardins extérieurs, musées, galeries d’art...) en cohérence avec leurs projets qui empruntent à diverses esthétiques (arts plastiques, arts numériques, architecture...). Cette évolution du secteur est notable, c’est l’un de ses enjeux à venir qu’Arcadi se doit d’anticiper. Le service danse d’Arcadi a donc entrepris de favoriser la diversité des territoires de diffusion de la danse. Le secteur muséal, par exemple, est aujourd’hui dynamique et de plus en plus ouvert au spectacle vivant ; il était donc évident de travailler à développer

Corbeaux de Bouchra Ouizguen, Cour Carrée du Musée du Louvre. © Hasnae El Ouarga

de nouveaux partenariats avec ses opérateurs. Une approche particulière a été menée afin que ce secteur identifie Arcadi comme un partenaire et une ressource. Le service danse a réfléchi à des actions à destination de ces nouveaux territoires avec des prises de contacts, de possibles rapprochements avec de nouveaux lieux et la conception d’un Instantané danse comme un parcours traversant le Mac/Val, la Briqueterie et le théâtre des Abbesses. Autant d’actions qui visent un triple objectif  : pouvoir répondre aux demandes des artistes, pallier la fragile diffusion de la danse en Îlede-France et diversifier les publics.


ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

20l 21

LA COOPÉRATION TERRITORIALE : UN ENJEU PRIORITAIRE SUR LES TERRITOIRES RURAUX ET PÉRIURBAINS Arcadi renforce sa connaissance du territoire rural et périurbain afin de favoriser la circulation du public et des artistes.

LES INSTANTANÉS Rendez-vous dédiés aux professionnels, les Instantanés ont pour objectif de mettre en visibilité des projets soutenus par Arcadi afin de susciter l’envie chez les programmateurs de s’engager plus en amont dans leur construction, et de favoriser la diffusion des artistes accompagnés sur le territoire francilien.

u-delà du territoire urbain, Arcadi s’est donné pour priorité d’agir sur l’ensemble du territoire francilien. La complexité régionale fait que de nombreux lieux, très éloignés des centres villes, échappent au premier regard et s’inscrivent plus difficilement dans le réseau des acteurs structurants. Il est donc primordial pour l’établissement de poursuivre son travail d’identification et de nouer de nouvelles relations afin de mettre en valeur ces territoires isolés. Une réflexion sur la définition de ces territoires l’a conduit à circonscrire prioritairement cette action aux communes de moins de 10 000 habitants. Dans un premier temps, Arcadi a initié en 2016 une rencontre entre les différents acteurs qui ne se connaissaient pas mais qui partageaient les mêmes problématiques de diffusion. Ils ont par exemple exprimé un désir d’accueillir des petites formes d’art lyrique pour lesquelles ils reconnaissaient n’avoir ni moyens ni compétences ; point sur lequel une réflexion est en cours avec le service opéra d’Arcadi pour proposer une réponse concrète. Dans un second temps, l’établissement a préparé un Instantané qui a eu lieu à La Norville (Essonne) en 2017 avec la présentation de cinq spectacles (de toutes disciplines) associés à différentes actions

RIZ COMPLET de Sandra Abouav, Compagnie METAtarses, Instantané du 21 février à La Norville. © Pylône Foulard

culturelles. Il va de soi qu’agissant en direction de publics éloignés de l’offre culturelle, Arcadi s’attache à proposer des spectacles de qualité, adaptés à l’accueil technique possible et portés par des artistes soucieux et désireux d’aller à la rencontre de ces nouveaux publics. Cette démarche revendique un double but : rapprocher l'établissement des acteurs culturels ruraux et favoriser la diffusion des projets sur leur territoire.


PARTIE 01 • ACCOMPAGNER LES PORTEURS DE PROJET

RAPHAËL MERLLIÉ

Directeur des affaires culturelles de La Norville « En organisant un Instantané à La Norville, notre objectif partagé avec Arcadi était clair : montrer des spectacles et inciter les professionnels à la découverte. Et par ailleurs, en dehors du temps et de l’énergie que cela suppose, il n’y avait pour nous que très peu de frais à engager par rapport à l’ampleur de l’événement. Les retombées ont été immédiates: deux voire trois programmateurs se sont engagés à diffuser l’un des spectacles proposés. J’envisage d’ailleurs moi-même d’en programmer un que j’ai vu ce jour-là. Et puis ce fut également l’occasion de rencontrer les programmateurs au-delà de l’Essonne qui avaient répondu présent ; c’est très riche humainement. Honnêtement, le bilan est très positif, tant pour les professionnels que pour les compagnies qui ont pu consolider leur diffusion. »

DE LA NÉCESSITÉ D’UNE PLATEFORME COLLABORATIVE DE MUTUALISATION Les expériences de mutualisation existantes souffrent d’être isolées et peu valorisées. Une plateforme collaborative de mutualisation est à l’étude afin d’augmenter leur visibilité.

Verdée, artiste chanson, Instantané du 21 février à La Norville. © Levillain / Kovalsky

rcadi a fait le constat qu’il y avait peu de lieux où s’informer sur les expériences de mutualisation existantes en Île-de-France. Non seulement elles sont peu valorisées, mais les différents acteurs sont par ailleurs très isolés et bien peu en relation les uns avec les autres. Ce qui paraît assez paradoxal quand on parle de mutualisation ! D’où le besoin de les fédérer, de créer un lieu de convergence où il ne serait pas uniquement question de nécessité économique, mais également de valeurs communes et d’état d’esprit collaboratif. Une réflexion s’est donc amorcée en 2016 sur la création d’une plateforme collaborative de mutualisation. À destination prioritairement des équipes artistiques, cette plateforme est conçue comme un outil collaboratif dont tous les acteurs concernés (équipes artistiques, lieux d’accueil, structures culturelles...) pourront s’emparer dans une démarche éthique, morale et solidaire. Cette année, Arcadi a piloté un comité d’études chargé d’établir un cahier des charges, et a entrepris de sensibiliser les lieux les mieux dotés afin qu’ils s’engagent et participent à cette plateforme. C’est un projet ambitieux qui nécessite un temps certain de prospection, de conception et de mise en œuvre (prévue à l’automne 2017) afin d’être le plus complémentaire possible avec les outils déjà existants.


ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

22l 23

Rendez-vous de Némo #2, Entropia de Fraction (Éric Raynaud), artiste SHAPE et Louis-Philippe St-Arnault. © Quentin Chevrier

LES RENDEZ-VOUS DE NÉMO

LES RENDEZ-VOUS DE NÉMO : APPRÉHENDER LA THÉMATIQUE DE LA PROCHAINE BIENNALE Entre deux éditions de la Biennale, Arcadi propose une série de rendez-vous qui déclinent un aspect de la thématique à venir.

près des années de périodicité annuelle, le festival Némo a évolué en 2015 en Biennale. La question des moyens à mettre en œuvre afin de rester visible et de maintenir une dynamique de réseau (plus de 60 partenaires) pendant la période inter-biennale s’est donc vite posée. Arcadi l’a résolue en organisant plusieurs Rendez-vous qui convergent vers l’annonce de la programmation de la prochaine édition. En 2017, Némo aura pour thématique « Hasard, accident ou sérendipité ? ». Ces Rendez-vous en

FRÉDÉRIC DESLIAS,   COMPAGNIE LE CLAIR OBSCUR

Bénéficiaire du Parcours d’accompagnement en arts numériques. Son projet #SoftLove a été présenté à deux Rendez-vous de Némo « Présenter une étape de travail, comme nous l’avons fait pour le projet #SoftLove dans le cadre des Rendez-vous de Némo, était pour nous inédit. Il y a une certaine prise de risque - surtout quand la création est loin d’être terminée - mais la visibilité professionnelle est telle que cela ne se refuse pas. Nous avons participé à deux Rendez-vous de Némo. Le premier s’est tellement bien passé que cela nous a mis la pression pour la suite... il ne fallait pas décevoir ! Même si la bienveillance du regard nous a rassuré, on s’est sentis plus exposés. Cela a relevé notre niveau d’exigence, ça nous a boosté. Nous avons mieux structuré notre travail et du coup, nous avons conçu #SoftLove comme des petites formes autonomes et abouties, même si on peut rectifier le tir par la suite. Il faut aussi être cohérent avec le débat. C’est un tout qui est proposé et c’est justement l’ensemble qui plait au public et aux professionnels. »

•2  8 juin 2016 - Grande Halle de la Villette Rendez-vous de Némo #1 : Conférence et lancement de l’appel à projet pour la Biennale 2017/18 sur le thème « Hasard, accident ou sérendipité ? » • 22 septembre 2016 - Église Saint-Merry Rendez-vous de Némo #2 : Cornemuse et Entropie • 20 octobre 2016 - Cité internationale des arts Rendez-vous de Némo #3 : Rencontre avec Éric Sadin, à l’occasion de la sortie de son nouvel essai La Silicolonisation du monde - l’irrésistible expansion du libéralisme numérique • 4 novembre 2016 - Le Cabaret Sauvage Rendez-vous de Némo #4 : Alex Augier au Transient Festival • 15 décembre 2016 - Mac de Créteil et du Val-de-Marne Rendez-vous de Némo #5 : Ignorance ou servitude volontaire ? À l’heure des réseaux sociaux, objets connectés, assistants virtuels, avec Éric Sadin • 26 janvier 2017 - Le Carreau du Temple Rendez-vous de Némo #6 : Binôme Le savant et le poète • 16 mars 2017 - Maif Social Club Rendez-vous de Némo #7 : Rencontre avec Pierre Bayard autour de ses ouvrages : Demain est écrit, Le plagiat par anticipation, Le Titanic fera naufrage

amont de la Biennale déclinent le sujet afin de sensibiliser le public à la thématique et lui ouvrir des pistes de réflexion pour qu’il puisse accueillir au mieux les œuvres de la future édition. Conçus par Dominique Moulon, commissaire et critique, et Gilles Alvarez, directeur de la Biennale, ces Rendez-vous de Némo répondent à une ligne esthétique résolument transversale. Conférences augmentées, concerts ou performances audiovisuelles, leur forme s’invente à chaque fois. Nous pouvons néanmoins identifier deux types de Rendezvous : des conférences publiques, d’abord, où essayistes, sociologues et/ou philosophes se penchent sur un sujet donné (la silicolonisation du monde, ignorance ou servitude volontaire ?...). Le débat peut être ponctué d’interventions artistiques : forme brève, étape de travail, proposition expérimentale... Tout est possible. La mise en visibilité d’événements associés, ensuite (festival Crak, Transient Festival par exemple). Il s’agit alors de s'associer à l'événement en proposant un spectacle soutenu par Arcadi. Cinq Rendez-vous ont eut lieu en 2016 et deux sont au programme de 2017 avant l’annonce de la programmation au printemps.


PARTIE 01 • ACCOMPAGNER LES PORTEURS DE PROJET

PILOTÉS PAR ARCADI, LES ARTS NUMÉRIQUES PRENNENT UNE DIMENSION INTERNATIONALE Arcadi et la Biennale Némo favorisent l’exportation des artistes issus des arts numériques par plusieurs actions d’envergure internationale.

il est une discipline qui s’exporte particulièrement bien, ce sont les arts numériques. L’universalité des outils et du langage (aucune traduction n’étant nécessaire le plus souvent) et la mobilité des artistes facilitent le voyage. Ainsi, pour tenir informés les programmateurs internationaux sur les projets en cours, favoriser la coopération et élargir la diffusion potentielle des œuvres, Arcadi et la Biennale Némo mènent plusieurs actions sur la scène internationale. La plus notable en 2016 fut incontestablement le pilotage par Arcadi du projet « HAL, European Hybrid Creation » dans lequel s’inscrivent plus de quinze partenaires européens. HAL est un

LA PLATEFORME SHAPE SHAPE est une initiative co-financée par le programme Europe Créative de l’Union Européenne dans le but de mettre en avant la création européenne et l’expérimentation d’artistes peu connus et émergents. Il regroupe 16 festivals européens du réseau Icas dédiés aux musiques et cultures électroniques : la Biennale Némo (France), CTM (Allemagne), Cynetart Festival (Allemagne), Festival Maintenant (France), Insomnia (Norvège), Les Siestes électroniques (France), Meet Factory (République Tchèque), musikprotokoll (Autriche), RIAM Festival (France), Rokolectiv (Roumanie), Schiev (Belgique), Sonica (Slovénie), Skanu Mežs (Lettonie et Norvège), TodaysArt (Pays-Bas), UH Fest (Hongrie) ' et Unsound (Pologne). 48 artistes sont sélectionnés chaque année par l’ensemble du réseau, charge ensuite à chaque festival d’en choisir 9 pour sa propre programmation.

projet de collaboration à grande échelle pour la commande, la production et la diffusion collectives (par quinze festivals européens) de spectacles musicaux pluridisciplinaires menés en complicité avec des acteurs du spectacle vivant, des arts plastiques et de la culture scientifique et technique. Le projet inclut également des volets éducatifs, des phases de résidences croisées et une documentation extensive des œuvres. Tête de réseau pour ce projet, Arcadi a déposé le dossier de demande de subvention (à hauteur d’1 million d’euros) à la Commission européenne. La réponse est attendue en mai 2017. Parallèlement, Arcadi et Némo poursuivent leur collaboration avec le réseau Shape (seize festivals européens dédiés aux musiques et cultures électroniques) dont la visibilité a été renforcée à l’international avec l’accueil d’artistes du réseau aux festivals de Montréal et de Rio ; avec la Colombie dans le cadre de la saison France/Colombie qui permet l’accueil croisés d’artistes ; ainsi qu’avec la BIAN de Montréal à l’occasion de laquelle six artistes français ont pu bénéficier d’une exposition d’un mois.

Rendez-vous de Némo #4, Alex Augier, artiste SHAPE au Transient Festival. © Quentin Chevrier


24l 25

ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

PARTIE 02

CONTRIBUER

À LA RÉFLEXION ET À LA RECHERCHE INNOVATION

ALIMENTER LA RÉFLEXION MUTUALISATION

EXPÉRIMENTATION

OBSERVATION CULTURELLE ART-SCIENCE INITIATIVE RENCONTRES PROFESSIONNELLES FONDS DE SOUTIEN À COOPÉRATION L’INITIATIVE ET À LA RECHERCHE CULTURES EN ÎLE-DE-FRANCE CHARTE D’AIDE À LA DIFFUSION LA COLLABORATIVE RÉSEAUX CONFÉRENCES / DÉBATS


Conférence avec Éric Sadin à la Cité internationale des arts. © Quentin Chevrier

A

rcadi encourage la recherche, l’expérimentation et les démarches innovantes, les évolutions et les nouvelles pratiques propres au secteur culturel et artistique, et contribue à l’observation du secteur culturel francilien et à la réflexion sur les problématiques qui le traversent. Sa mission d’observation, soumise à l’orientation d’un comité composé de représentants de la Région, de la Drac Île-deFrance et d’Arcadi, apporte de nouveaux éclairages sur le secteur et propose des pistes de réflexion. Elle coordonne et réalise des publications destinées en particulier aux acteurs territoriaux et aux professionnels. Ces observations reposent sur des approches diverses (disciplinaires et transversales, régionales et territorialisées, quantitatives et qualitatives) et favorisent les modes de travail en partenariat. Par l’organisation régulière de rencontres professionnelles portant sur les thèmes les plus actuels, régulièrement liées aux publications réalisées par la mission observation, l’établissement questionne le secteur et ses évolutions, met en perspective ses aspects majeurs et ses enjeux essentiels. Toutes ces actions sont destinées aux acteurs territoriaux, aux professionnels de la culture et à tous ceux qui s’intéressent aux mondes de l’art et de la culture ; elles sont au service de l’action. Elles s’appuient sur un principe de coopération régionale, nationale ou internationale, avec divers types de structures, telles que d’autres agences ou structures culturelles, des collectivités territoriales, des organismes associés de la Région Île-de-France et des laboratoires de recherche. À travers le Fonds de soutien à l’initiative et à la recherche (Fsir), Arcadi vise à encourager les démarches innovantes dans le secteur du spectacle vivant et des arts de l’image, et à contribuer à leur développement ; afin d’anticiper l’évolution du paysage culturel, il s’efforce d’identifier au plus tôt ses nouvelles pratiques. Ces axes de développement permettent à l’établissement d’adapter son offre au secteur culturel en mutation avec la plus grande réactivité.


ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

26l 27

CONTRIBUER

LA COOPÉRATION COMME MODE D'ACTION Toutes les actions d’Arcadi s’appuient sur un principe de coopération régionale, nationale et internationale avec une pluralité de structures. En 2016, Arcadi a accru le nombre et la nature de ses partenaires : collectivités territoriales, autres organismes associés de la Région Île-de-France, agences et structures culturelles, laboratoires de recherche, plateformes européennes... L’établissement a travaillé sur des thématiques fortes telles que l’axe Art-Science, l’égalité hommes-femmes dans les musiques actuelles ou la question de la diversité dans les projets artistiques et les médias.

10 106 E

montant moyen de l’aide attribuée dans le cadre du Fonds de soutien à l’initiative et la recherche

BUDGET CONTRIBUER

247 429 E BUDGET 2016 AIDES ET DISPOSITIFS CONTRIBUER

Plus de

1 000

personnes ont assisté aux rencontres professionnelles

Fonds de soutien à l'initiative et à la recherche 167 550 e (68 %) Rencontres 42 460 e (17 %) Observation 26 635 e (11 %) Ressources documentaires 10 784 e (4 %) Coopération territoriale 0 e (0 %)

2014

2015

53

nombre de réseaux et festivals avec lesquels Arcadi adhère ou coopère

2016

Rencontres

17 366 e

8 %

37 631 e

12 %

42 460 e

17 %

Observation

-

0 %

11 572 e

4 %

26 635 e

11 %

Coopération territoriale

-

0 %

-

0 %

-

0 %

182 850 e

87 %

240 567 e

80 %

167 550 e

68 %

10 915 e

5 %

12 245 e

4 %

10 784 e

4 %

Fonds de soutien à l'initiative  et à la recherche Ressources documentaires Total

211 131 e 100 %

302 015 e 100 %

247 429 e 100 %


PARTIE 02 • CONTRIBUER À LA RÉFLEXION ET À LA RECHERCHE

Closing night Camping 2016, projet du Centre national de la danse soutenu dans le cadre du FSIR. © Marc Domage

LE FONDS DE SOUTIEN À L’INITIATIVE ET LA RECHERCHE (FSIR) : UNE AIDE ATYPIQUE ET PRIMORDIALE En aidant les initiatives permettant l’expérimentation, la mutualisation et la coopération, le Fsir révèle les enjeux culturels que se posent les professionnels pour l’avenir.

epuis quelques saisons, les acteurs du secteur expriment leur besoin d’un temps de recherche et d’exploration. Ils s’interrogent par exemple sur les mutations liées au numérique, sur les enjeux de la mémoire des arts vivants ou sur les nouveaux publics à questionner... Ce temps de recul, de réflexion, sortait du champ traditionnel des aides publiques. C’est pourquoi Arcadi, convaincu de la nécessité de ces démarches, a mis en place le Fsir dès la saison 2014/2015. Ce Fonds de soutien à l’initiative et à la recherche permet d’amorcer un projet de recherche. Il aide les démarches innovantes dans les secteurs du spectacle vivant et des arts de l’image, afin d’accompagner l’évolution du paysage culturel et d’anticiper les nouvelles pratiques. L’établissement soutient les espaces et groupes de recherche travaillant sur de nouvelles approches, méthodes ou pratiques dans le but d’inventer

LE FSIR EN CHIFFRES

53 16

projets soutenus depuis sa création en 2014 dont en 2016

En moyenne comités par an

3

LE FONDS DE SOUTIEN À L’INITIATIVE ET À LA RECHERCHE Créé en 2014, le Fonds de soutien à l’initiative et à la
 recherche (Fsir) a pour objectif principal le soutien des initiatives d’expérimentation et de recherche artistique et/ou culturelle, qui participent au renouvellement des formes et des esthétiques, en favorisant les projets menés en coopération. Les projets soutenus concernent les domaines suivants : recherche et développement, mutualisation et/ou coopération.

de nouvelles façons de faire et de créer, en réponse notamment aux difficultés économiques du secteur. Les projets doivent être collaboratifs (en termes d’équipes artistiques ou de partenaires financiers) et emprunts d’une forte implantation de territoire. S’il faisait un peu figure d’ovni à sa création, le Fsir est aujourd’hui de plus en plus sollicité : les candidatures éligibles sont en constante augmentation et portées par des acteurs aux profils les plus divers. Arcadi reste vigilant sur le fait d’aider ceux qui en ont réellement besoin, ceux pour qui ce temps de recherche constitue un « risque » dans leur fragile économie. Par ailleurs, fidèle à la philosophie de l’établissement favorisant le soutien dans la durée, le Fsir est renforcé par un accompagnement en amont et en aval de l’aide financière. Cette aide – résolument atypique et singulière – permet d’aborder des thématiques rarement prises en charge par d’autres institutions. Et l’on constate aujourd’hui que le Fsir, outre le fait qu’il comble un champ trop longtemps délaissé, se révèle être un thermomètre pertinent : en pointant les problématiques d’aujourd’hui, il révèle les enjeux artistiques, culturels, mais aussi sociaux et économiques, de demain.


ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

28l 29

LES RENCONTRES PROFESSIONNELLES DE 2016

ARCADI ALIMENTE LA RÉFLEXION SUR LES MUTATIONS DES POLITIQUES CULTURELLES Grâce à ses rencontres professionnelles, Arcadi favorise l’information, ouvre le débat sur les mutations des politiques culturelles et pose la culture comme un véritable enjeu de société.

Plus de

1 000 personnes ont assisté aux rencontres professionnelles en 2016

l’initiative de nombreuses rencontres professionnelles, Arcadi apporte des clés de compréhension et participe à la réflexion sur les mutations des politiques culturelles. Ces rencontres s’adressent prioritairement aux professionnels tels que les artistes et les opérateurs culturels. L’enjeu est toujours de les tenir informés des évolutions en cours ou à venir et d’ouvrir le débat. Par le choix des thématiques abordées, Arcadi entend poser la culture comme un véritable enjeu de société. Situées au carrefour des différentes missions de l’établissement, ces rencontres revendiquent une lecture résolument transversale des sujets, liant professionnels du secteur culturel et d’autres secteurs pour croiser les expertises. L’établissement a souhaité déplacer les lignes et accéder à de plus larges publics. Il sollicite des intervenants aussi divers que des sociologues, des chercheurs ou des philosophes, travaillant à décloisonner tant les disciplines que les auditeurs. Les sujets posés sont mis en perspective et questionnés de différents points de vue, permettant une réflexion large et nourrie. En fonction de la thématique et du cadre dans lesquels ils s’inscrivent, ces rendezvous connaissent des formats différents.

•2  février, FGO-Barbara, Paris Musiques actuelles : les femmes sont-elles des hommes comme les autres ? Diagnostic et leviers d’action pour l’égalité h/f dans le secteur des musiques actuelles. Org. : le RIF et H/F Île-de-France, en partenariat avec la Fédélima, Opale et Arcadi • 8 mars, Musée national de l’histoire de l’immigration, Paris Inégalités « ethno-raciales » et représentations : quels enjeux dans les projets artistiques et
 culturels ?
 Org. : Arcadi • 23 avril, Théâtre de l’Epée de Bois, Paris L’État d’urgence culturelle : on continue à parler ? Org. : Cassandre/Horschamp, en partenariat avec Arcadi • 10 juin, FGO-Barbara, Paris Théâtres de ville et diffusion de la musique : quels enjeux de programmation, de coopération et d’action territoriale ? Org. : Arcadi • 5 juillet, Les Trois Baudets, Paris Conversation : qu’est-ce que la chanson ? Org. :  Arcadi • 13 octobre, FGO-Barbara, Paris Égalité hommes / femmes dans les musiques actuelle : et si on passait à l’action ? Org. : Le RIF et H/F Île-de-France, en partenariat avec la Fédélima, Opale et Arcadi •2  9 novembre, Académie Fratellini, La Plaine Saint-Denis Rencontre participative : Territoires du Grand Paris culturel et nouvelles mobilités Org. : Artcena, l’Académie Fratellini et Arcadi •3  décembre, Musée national de l’histoire de l’immigration, Paris Rencontre autour d’Archipels, « Tourmentes et migrations » Org. : Cassandre / Horschamp avec le soutien d’Arcadi et le Musée national de l’histoire de l’immigration •8  décembre, Maison de la Poésie, Paris Cartographies sensibles de la ville #1 Représenter la ville autrement : cartes d’hier, d’aujourd’hui et de demain Org. : Iffstar, Le MOTif et Arcadi Île-de-France, en lien avec le Campus Paris-Est « Ville durable »

Arcadi prévoit toujours un temps d’échanges avec la salle ainsi que, lorsque la thématique s’y prête, des ateliers participatifs sur un angle précis et ciblé. Suite à chaque rencontre, l’établissement met à disposition une synthèse des débats ainsi qu’un recensement des différentes ressources existantes. Enfin, si ces rencontres s’appuient toujours sur un partenariat (avec Artcena et l’Académie Fratellini par exemple), notons qu’Arcadi est également partenaire de rencontres professionnelles organisées par d’autres opérateurs culturels.


PARTIE 02 • CONTRIBUER À LA RÉFLEXION ET À LA RECHERCHE

La Maison de la Poésie qui a accueilli les rencontres du cycle « Cartographies sensibles de la ville ». © DR

LAURENT MEYER

Délégué au développement de la culture scientifique - Direction scientifique Ifsttar, partenaire du cycle de conférences « Cartographies sensibles de la ville » « Je souhaitais décliner mon idée de conférences et d’ateliers d’éducation populaires avec les jeunes, à la philosophie citoyenne et participative, afin d’ouvrir nos travaux sur la ville et les territoires. L’une des spécificités du territoire francilien étant la culture, il fallait s’en emparer. Il y avait matière à faire le lien entre art, livre et recherche mais je tenais à inventer la forme. Que les échanges soient interactifs, nourrissants et que notre manière de les transmettre soit innovante. Ce projet a été co-conçu avec le MOTif et Arcadi : les bons partenaires. Ces derniers avaient l’expérience de la faisabilité ! Nous avons imaginé ensemble, au sein d'un comité de pilotage puis de groupes de travail associant des chercheurs, le cycle de conférences. En outre, ils m’ont accompagné, ont contacté les artistes, les écrivains et un lieu de diffusion. Une action transversale qui n’aurait jamais été possible sans ce partenariat. À la première conférence « Ville du Futur » en  2016 : salle comble ! »

LES RENCONTRES PROFESSIONNELLES D’ARCADI DÉCLOISONNENT LES SAVOIRS ET LES EXPERTISES En collaborant avec de nouveaux partenaires, Arcadi multiplie et croise les regards qui éclairent différemment une question commune.

ouhaitant travailler avec des chercheurs (issus des sciences sociales ou des sciences dites « dures »), Arcadi a initié en 2016 un cycle de « conférences artistiques » sur les représentations de la ville intitulé « Cartographies sensibles de la ville ». L’idée est de confronter les travaux de recherche, les protocoles et les expérimentations des chercheurs à ceux

des artistes. Soit, en résumé : décloisonner les savoirs et enrichir la réflexion autour d’une question commune en associant l’établissement à de nouveaux réseaux. Conçu en collaboration avec l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (Ifsttar) et le MOTif (Observatoire du livre et de l’écrit en Île-de-France), le cycle a démarré le 8 décembre 2016 à la Maison de la Poésie et se poursuivra avec trois autres rendez-vous en 2017. Chaque conférence associe un auteur, un artiste, un chercheur en sciences humaines et sociales ainsi qu’un chercheur scientifique ; et intègre une intervention artistique dont les modalités varient à chaque fois (film, lecture, concert...). Plus de 200 personnes étaient présentes dès la première conférence. Un succès qui confirme indéniablement la curiosité et l’appétit du public pour ces réflexions partagées. Ce cycle fait par ailleurs partie d’un projet plus large intitulé « Ville du futur », co-conçu en partenariat avec l’Ifsttar jusqu’à la saison 2017/2018. Il développera notamment un « laboratoire d’idées prospectif  » pour poursuivre de manière plus profonde et pérenne les échanges entre monde de la culture et celui de la recherche.


ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

30l 31

LA MISSION D’OBSERVATION CULTURELLE RENFORCE L’IMPLICATION DE SES PARTENAIRES Pour la mise en œuvre de sa prochaine publication, la mission d’observation renforce l’implication des acteurs du secteur concerné.

ans la continuité des publications précédentes de sa collection Cultures en Île-de-France, Arcadi a finalisé cette année son sixième numéro (« Musique et théâtres de ville ») et lancé la mise en œuvre d’une prochaine publication qui sera consacrée au secteur de la musique lyrique. Fort de son expérience, Arcadi a souhaité franchir cette année un palier supplémentaire en impliquant davantage les différents représentants du secteur lyrique dans la co-construction de l’observation. En effet, les évolutions, les besoins et la réalité de la pratique ne sont jamais aussi bien analysés et relayés que par ceux qui sont directement concernés. C’est pourquoi Arcadi a constitué un comité de suivi en amont de toute

MARIE HÉDIN-CHRISTOPHE

Déléguée générale de la Fevis - Fédération des ensembles vocaux et instrumentaux spécialisés « Étant nous-mêmes dans une démarche de coopération en tant que réseau, j’ai trouvé cette nouvelle approche d’Arcadi très intelligente. Les études sont parfois moins bien accueillies quand elles sollicitent les représentants d’un secteur en bout de course. Là, il s’agissait de définir ensemble son périmètre, de partager nos idées comme nos données. Par exemple, si Arcadi reste très attaché à la notion de création, nous tenions de notre côté à faire état des difficultés de nos équipes, notamment sur la notion de prise de risque (économique et artistique). Nous avons également pu ajouter un volet de travail sur le répertoire. Par ailleurs, comme cette étude est conçue ensemble, nous saurons précisément comment et avec quelles données elle a été menée, ce qui sera pour nous plus aisé dans l’analyse de ses conclusions. »

LA COLLECTION CULTURES   EN ÎLE-DE-FRANCE En 2012, Arcadi a lancé la série de publications Cultures en Île-de-France, afin de mieux diffuser les données recueillies, les analyses produites et leurs mises en perspective. Tout est mis en œuvre pour qu’elles soient au service de l’action, c’est-à-dire qu’elles constituent un point de départ pour une réflexion collective et partagée avec l’ensemble des acteurs concernés. Six numéros ont été publié depuis juin 2012.

rédaction afin de déterminer collégialement le périmètre d’analyse et de permettre à chacun de faire émerger les enjeux partagés. Pour cette nouvelle édition consacrée à la musique lyrique, le comité est constitué des deux principaux syndicats et des deux réseaux du secteur lyrique. Les chercheurs et universitaires seront par la suite associés à l’étude qui reste sous la responsabilité éditoriale d’Arcadi (le temps de recherche et de rédaction étant peu ou prou d’un an). Outre le fait que cette implication renforcée permet d’être au plus proche de la réalité du terrain, elle favorise également la diffusion de la publication, chacun des partenaires co-constructeurs devenant ainsi son relai naturel.


PARTIE 02 • CONTRIBUER À LA RÉFLEXION ET À LA RECHERCHE

Avec sa gouvernance collégiale et porteuse d’une parole commune, La Collaborative se donne pour mission d’œuvrer pour une meilleure diffusion interrégionale du spectacle vivant grâce à des actions collectives renforcées (mise en visibilité de projets artistiques, rendez-vous professionnels lors de grands événements tels que le festival d’Avignon ou les Bis de Nantes, coopération Art et Science avec le réseau Tras...) et la création d’un espace d’échanges, de mutualisation de ressources et de transfert d’expérience au service des artistes. En assurant une meilleure dynamique de diffusion, La Collaborative entend lutter contre les déséquilibres économiques (les aides publiques, concentrées sur la création, ne s’assurant pas d’une diffusion satisfaisante des œuvres) et les paradoxes sociaux (participer à la création des œuvres sans garantie qu’elles soient présentées au public auquel elles sont destinées). Outre une convention signée avec Artcena et un partenariat établi avec le festival Impatience, La Collaborative verra ses autres actions concrétisées en 2017. Le réseau a par ailleurs vocation à s’ouvrir à d’autres membres, en l’occurrence d’autres agences régionales qui se verraient dotés de missions d’aides à la production ou la diffusion. De telles réflexions existent dans deux autres régions.

CINQ AGENCES RÉGIONALES SE FÉDÈRENT AU SEIN DE LA COLLABORATIVE Afin de renforcer les actions collectives et d’œuvrer pour une meilleure diffusion inter-régionale, Arcadi s’associe avec quatre agences régionales.

ans la continuité des liens établis avec l’Onda (notamment dans le cadre de la Charte d’aide à la diffusion), cinq agences régionales de développement artistique et culturel ont souhaité se fédérer en une association afin de formaliser leurs habitudes de travail en commun et leurs partenariats. C’est ainsi qu’est née en septembre 2016 La Collaborative, qui regroupe l’Odia Normandie, l’Oara Nouvelle-Aquitaine, Réseau en scène, Spectacle vivant en Bretagne et Arcadi Île-de-France, soit une couverture de près de 50 % du territoire national.

Gray Aera Elektra

ARCADI COLLABORE À DIFFÉRENTES ÉCHELLES

New Forms Rokolectiv L.E.V.

MusikProtokoll

TodaysArt

LACMA

SHAPE Platform

Next

Insomnia Charte d'aide à la diffusion

Laboral

La Collaborative

Canopéea

La Diagonale Paris - Saclay Ifsttar 

Festival de la Imagen Schiev

Seconde Nature

Intonal

Sonica Digital Choc

Festival Maintenant

Le MOTif

VARIATION, Media Art Fair

ÎLE-DE-FRANCE

Comité de liaison des EPCC

FRANCE

École d’urbanisme de Paris

Scopitone

Campus Paris Est / Communauté d'universités et d'établissements

Reseo

Next

MeetFactory

EUROPE CTM

Tras Fnadac - Asdac

Transient Festival

Digital Québec

Europe Creative

Réseau des coordinations régionales Passeurs d’images

Réseau Mémoires-Histoires en Île-de-France

Voltage WRO

Skanu ' Mežs

Cynetart

Les Siestes électroniques Lapas

RIAM Festival

Réseau Injep

MONDE Novas Frequencias

Mutek Meet Factory

Labex Futurs Urbains

Réseau Icas

Unsound UH Fest


32l 33

ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

PARTIE 03

SENSIBILISER LES PUBLICS LA LIGNE DE COULEUR

MÉDIATEURS CULTURELS FILMS PASSEURS D’IMAGES PUBLICS EXCLUS LYCÉENS ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE D’INITIATION ÉDUCATION À L’IMAGE ATELIERSEXPÉRIENCE POLITIQUE DE LA VILLE COPRODUCTION DE SPECTATEURS DIVERSITÉ

VERS LA TENDRESSE


Jour 2 scènes, le 28 mai 2016, Carreau du Temple. © DR

A

rcadi Île-de-France souhaite favoriser l’égal accès de tous à une grande diversité de projets artistiques et culturels, au-delà des notions d’âge et de handicap, et des barrières culturelles et sociales. L’établissement soutient la mise en place de projets de sensibilisation, de médiation et d’actions artistiques, qui ont pour ambition celle de développer l’ouverture aux formes contemporaines. Depuis la rentrée 2011, Arcadi met en œuvre et coordonne la mission Médiateur culturel dans les lycées et les universités d’Île-de-France soit une équipe de 13 médiateurs culturels qui interviennent dans 32 lycées et 2 universités. En 2017, dans le cadre de la politique régionale d’éducation artistique et culturelle en lycée, la mission Médiateur culturel se déploie sur 33 nouveaux lycées. L’évolution de la mission sur de nouveaux territoires s’accompagne également d’un changement de son organisation. Elle s’inscrit désormais sur un cycle de trois années dans chaque établissement, afin de permettre à un plus grand nombre de bénéficier de son action. Ces trois années correspondent à des étapes qui permettent de soutenir l’implication des équipes éducatives dans la réalisation de projets artistiques et culturels, et de créer des partenariats pérennes avec les acteurs culturels du territoire afin de renforcer la dynamique artistique et culturelle dans les établissements. Les médiateurs contribuent au développement de l’éducation artistique et culturelle dans les établissements et à la diffusion des dispositifs, aides financières et initiatives portés par l’Éducation nationale, la Drac Île-de-France, la Région Île-de-France et les autres collectivités territoriales. Leur action s’inscrit dans une dynamique de territoire, à travers un travail en réseau et des partenariats tissés avec les acteurs culturels locaux et les collectivités territoriales. Par ailleurs, pour répondre à la demande d’un plus grand nombre d’établissements, la mission développe de nouveaux axes de travail en proposant un soutien ponctuel aux demandes d’enseignants d’autres lycées et en accompagnant à distance quelques lycées situés en zone rurale. Programme annuel d’éducation à l’image né sur le territoire national à la fin des années quatre-vingt-dix, Passeurs d’images se déploie dans les quartiers prioritaires de la Politique de la Ville. Son objectif est de réunir des publics exclus de l’offre culturelle autour de projets mobilisateurs de sensibilisation à l’image. Passeurs d’images propose des ateliers de pratique audiovisuelle hors temps scolaire encadrés par des intervenants professionnels ; des actions de sensibilisation à destination des porteurs de projets et des animateurs socio-culturels. Pour mettre en œuvre ces actions, Passeurs d’images rassemble localement des exploitants de salles, des élus, des festivals, des acteurs sociaux et culturels ainsi que des responsables locaux de la Politique de la Ville.


ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

34l 35

ACCOMPAGNER

44 %

UNE ÉVOLUTION ATTENDUE

Après cinq années dédiées au développement de l’éducation artistique et culturelle au sein de 32 lycées d’Île-de-France, la mission Médiateur culturel d’Arcadi poursuit son action d’accompagnement auprès de 33 nouveaux établissements. Les actions de Passeurs d’images ont majoritairement porté sur la question de la diversité, avec notamment une rencontre professionnelle au Musée de l'histoire de l’immigration, la diversité des territoires investis dans le cadre des ateliers, et le travail de diffusion du film La Ligne de couleur, notamment à l’exposition prévue au Musée de l’homme en 2017 : Nous et les autres - Des préjugés au racisme, dans le cadre du réseau Mémoires - Histoires en Île-de-France.

2014 Passeurs d'images Total

2015 37 %

43 078 e

30 %

70 828 e

63 %

102 879 e

70 %

112 352 e 100 %

41 524 e

43 078 e

2014

2015

145 957 e 100 %

63 565 e

43 %

85 388 e

57 %

148 953 e 100 %

63 565 e

232 57 27

dans les universités 2016

villes ou territoires partenaires de Passeurs d’images

120 000 e 100 000 e 80 000 e 60 000 e 20 000 e

Les médiateurs culturels ont accompagné

projets artistiques et culturels dans les lycées et

ÉVOLUTION BUDGET PASSEURS D'IMAGES ENTRE 2014 ET 2016

40 000 e

lycéens touchés par l’action des médiateurs culturels

2016

41 524 e

ÉVOLUTION BUDGET MÉDIATEUR CULTUREL ENTRE 2014 ET 2016 70 000 e 60 000 e 50 000 e 40 000 e 30 000 e 20 000 e 10 000 e 0 e

78 %

des projets des médiateurs culturels sont montés en partenariat avec une structure culturelle

28 197

BUDGET SENSIBILISER Médiateur culturel

des projets des médiateurs culturels bénéficient d'un financement ou d'un dispositif partenaire de la Région

70 828 e

102 879 e

85 388 e

2014

2015

2016

0 e


PARTIE 03 • SENSIBILISER LES PUBLICS

Lettre filmée d’Alice, La Ligne de couleur de Laurence Petit-Jouvet. © DR

PASSEURS D’IMAGES EN ÎLE-DE-FRANCE PORTE LA QUESTION DE LA DIVERSITÉ Dans la continuité du film La Ligne de couleur, Passeurs d’images en Île-de-France poursuit sa réflexion transversale sur la diversité. Affiche de La Ligne de couleur. © DR

LA LIGNE DE COULEUR EN 2016 :

24

projections en France

1440 spectateurs

ttentifs à la société dans laquelle ils s’inscrivent, à ses mutations et ses questionnements, Arcadi et Passeurs d’images en Île-de-France se sont toujours emparés de sujets transversaux. Les thématiques annuelles du dispositif « La Mémoire des populations » puis « Frontières », ont ainsi peu à peu fait émerger la question de la diversité comme centrale dans l’action de Passeurs d’images en Île-de-France. En 2015, il y eut la production et la distribution du long métrage La Ligne de couleur de Laurence Petit-Jouvet (sorti en salle en juin 2015), et auparavant en 2011, l’exposition collaborative de photographies « Qui sommes-nous ? » ainsi que l’adhésion dès ses origines au réseau francilien Mémoires-Histoires en Île-de-France. Autant d’opportunités permettant de poursuivre un travail transversal et pluridisciplinaire au sein de l’établissement qui a toujours porté une attention particulière à cette question. En 2016, Passeurs d’images en Île-de-France a donc poursuivi ses actions dans la continuité des précédentes. L’un des temps forts fut la rencontre professionnelle autour du film La Ligne de couleur le 8 mars 2016 au Musée national de l’histoire de l’immigration. Le débat portait sur la question de l’assignation racialisée en France en lien avec le monde culturel ainsi que sur la manière dont cette

question peut être abordée par les médiateurs culturels. Et tout au long de l’année, Arcadi a mis en place ou soutenu différentes actions publiques autour du film : une centaine de projections suivies de débats dans toute la France (certaines en lien avec la mission Médiateur culturel), la présence du film dans des festivals internationaux, son édition DVD... L’accompagnement du film se poursuivra en 2017 avec son exploitation muséographique à l’occasion d’une prochaine exposition au Musée de l’Homme intitulée Nous et les autres : des préjugés au racisme .

Lettre filmée de Yaya, La Ligne de couleur. © DR

LA LIGNE DE COULEUR,   UN FILM MOSAÏQUE DE LAURENCE PETIT-JOUVET Onze personnes, hommes et femmes, citoyens français de culture française, perçues comme étant arabes, noires ou asiatiques, s’aventurent dans un récit personnel et singulier. À travers une « lettre filmée » adressée à une personne de leur choix, réelle ou imaginaire, elles évoquent la complexité de cette expérience intime et sociale : vivre dans la France d’aujourd’hui avec cette différence qui les distingue ; croiser régulièrement des regards qui les réduisent à leur « couleur » et aux préjugés qui lui sont liés. Ni victimes, ni accusatrices, ni revendicatives, elles prennent le risque de libérer une parole que l’on n’entend jamais de cette façon. Parmi les partenaires : la Région Île-de-France, la Mairie de Paris, La Ligue des Droits de l’Homme, SOS Racisme, la Licra, le Cran (Conseil représentatif des associations noires), la Fondation Lilian Thuram pour l’éducation contre la racisme, le collectif Aclefeu, le Conseil national des Asiatiques de France, le Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples... Lettre filmée d’Aissée et Fatouma, La Ligne de couleur. © DR


ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

36l 37

L’EXPÉRIMENTATION MAKING OF DE TALENTS EN COURT Dans le cadre du dispositif Talents en court, le CNC a proposé à Passeurs d’images en Île-de-France d’expérimenter un nouvel outil d’immersion professionnelle.

alents en court est un dispositif initié par le CNC qui vise à repérer et accompagner des jeunes talents éloignés du réseau professionnel pour des raisons sociales et géographiques. Dans le cadre de cette aide à la professionnalisation, le CNC a sollicité Passeurs d’images en Île-deFrance – qui possède dans ce domaine une expérience ancienne et significative – afin d’expérimenter un processus qui permettrait de faire le pont entre la pratique amateur et la formation professionnelle proprement dite, une sorte de maillon intermédiaire entre les champs de l’éducation à l’image, de la formation et de l’activité professionnelle. L’expérimentation Making of est née de cette réflexion.

SEID MOKRANI

Réalisateur bénéficiaire du programme Talents en court « Quand on m’a proposé l’action Making of, j’étais d’accord sur le principe mais comme pour toute expérimentation, le cadre avait besoin d’être clarifié. Ce dispositif doit être souple et pouvoir s’adapter au parcours de chaque bénéficiaire car ce n’est pas évident de travailler sur un tournage qui n’est pas le sien. Il ne faut pas empiéter, ne gêner personne... Je suis d’Aubervilliers, je connais bien les réalisateurs et j’avais déjà une expérience des tournages donc pour moi ça allait... Le tutorat d’une marraine était enrichissant. Chantal m’a amené à la Cinémathèque Française voir des documentaires et nous avons beaucoup échangé. J’avais déjà réalisé plusieurs choses, des clips notamment, mais ce film est mon premier projet personnel abouti. C’est finalement un véritable documentaire d’auteur plus qu’un “making of”. Je suis content, j’ai atteint l’objectif que je m’étais fixé. »

Making of « Ding Dong ! » réalisé par Seid Mokrani à partir du film Clin de Hakim Zouhani et Carine May. © DR

Il s’agit pour un jeune talent de réaliser le making of d’un court métrage sous le tutorat d’un réalisateur expérimenté qui se doit de maintenir une vision pédagogique de son intervention. Dans ce cadre, le premier Making of a été proposé à Seid Mokrani à l’occasion du tournage de Clin, court métrage réalisé par Hakim Zouani et Carine May à l’automne 2016 à Aubervilliers. Effectué sous le tutorat de Chantal Briet, ce Making of est actuellement en cours de finalisation. Suite à cette première expérimentation, une réflexion est menée sur l’opportunité d’ouvrir l’opération à l’échelle nationale et de prévoir d’autres Making of en Île-de-France.


PARTIE 03 • SENSIBILISER LES PUBLICS

PASSEURS D’IMAGES EN ÎLE-DE-FRANCE ASSURE UNE ÉDUCATION ÉCLAIRÉE DANS LE DOMAINE DE L’IMAGE Plusieurs coordinations régionales de Passeurs d’images partagent leur savoir-faire au sein d’un projet citoyen d’éducation à l’image : La République des images.

Ateliers Passeurs d'images en Île-de-France. © DR

uite à la demande du CNC et du CGET (Commissariat général à l’égalité des territoires) qui souhaitaient que les coordinations régionales de Passeurs d’images échangent et mutualisent davantage leurs approches, leurs outils et leurs projets, une commission Citoyenneté s’est réunie de janvier à avril 2016. Au cours de ces séances de travail, des thématiques similaires à celles portées particulièrement par la coordination francilienne ont été développées : participation et expression des habitants, création partagée avec

les artistes, réflexion sur les représentations sociales colportées ou induites par les images... La commission s’est donc attachée à formaliser les outils mis en commun qui participent à une éducation éclairée dans le domaine de l’image. Il en résulte un nouveau dispositif, La République des images, auquel contribuent douze coordinations régionales (sur 22), la coordination francilienne prenant une part active à sa construction dans sa phase expérimentale. En 2016, deux modules ont d’ores et déjà été mis en place en Île-de-France grâce à une dotation spécifique nationale du CGET : un atelier « Pris sur le vif  » au Mée-sur-Seine, à destination des 12-25 ans, qui propose d’examiner ce que recouvrent aujourd’hui les notions de citoyenneté, de laïcité et de valeurs de la République via de courts reportages constitués de questions/réponses ; et un « Portraits citoyen », où il s’agit, pour des jeunes du quartier de la Goutte d’Or à Paris, de réaliser le portrait d’une figure exemplaire de citoyenneté active.


ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

38l 39

LA MISSION MÉDIATEUR CULTUREL ÉVOLUE En cohésion avec la volonté de la Région et soutenue par sa confiance renouvelée, la mission Médiateur culturel évolue afin d’optimiser la présence des médiateurs au sein des établissements scolaires.

33 lycées

2

universités

n octobre 2016, le conseil d'administration a voté l’évolution de la mission Médiateur culturel : à compter du 20 février 2017, 33 nouveaux lycées franciliens bénéficieront de la présence d’un médiateur culturel pour une durée de trois ans. L’équipe compte actuellement treize médiateurs. Cette évolution – conçue en étroite collaboration avec les services de la Région et du rectorat –, répond à plusieurs constats observés après six années d’expérience. Ainsi, outre le fait que cette évolution permet à de nouveaux établissements de bénéficier de la présence d’un médiateur, sa nouvelle durée d’intervention permet de fixer des orientations de travail adaptées à chaque établissement et de favoriser le transfert de savoir-faire et connaissances aux équipes éducatives. Enfin, cette évolution soutient le développement de la coopération territoriale en favorisant la rencontre entre les structures culturelles et les anciens et nouveaux lycées. Afin de formaliser son action et de faciliter la collaboration

13

médiateurs

3

ans d’accompagnement

Rost’en Live, le Club de musique du lycée Jean Rostand de Mantes-la-Jolie. © DR

ANNE-MARIE BRIÈRE

Proviseure du lycée Le Corbusier de Cormeilles-en-Parisis ayant accueilli une médiatrice culturelle « Je dirige un lycée professionnel spécialisé dans les métiers du bâtiment et la culture fait vraiment partie de mes priorités éducatives. Nous avons accueilli une médiatrice culturelle dès le début. C’était formidable. Elle connaissait bien nos besoins, elle avait le réseau nécessaire, elle aplanissait les difficultés... Je dirais qu’elle a “impulsé” les projets comme celui de la résidence de la compagnie Cri de l'armoire que nous avons accueillie en 2014/2015 en accord avec la Mairie. Le comédien Marien Tillet a mené des ateliers d’improvisations avec les élèves sur le thème des “rêveurs éveillés”. La restitution de leur travail à la fin de l’année a été un moment incroyable, très fédérateur. Aujourd’hui, la médiatrice n’est plus là mais elle a passé le relais à une “référente culture” dans le lycée. J’espère de tout cœur que nous parviendrons encore à concrétiser des projets comme celui-là.»

avec les établissements partenaires, la mission a mis en place de nouveaux outils : le Guide de la mission (présentation de la mission, fiches thématiques), le Guide des actions et dispositifs artistiques et culturels répertoriés par la mission (répertoire non exhaustif des aides et dispositifs existants pour monter un projet, classés par discipline et enrichis de « trucs et astuces » bons à savoir) et la démarche de feuille de route partagée (à destination des médiateurs et des établissements partenaires). Il est à noter que les médiateurs culturels maintiendront un suivi des établissements où ils n’interviendront plus. Par ailleurs, des modalités spécifiques d'accompagnement à distance de quelques autres établissements, au-delà des 33 lycées choisis, sont en cours d'élaboration.


PARTIE 03 • SENSIBILISER LES PUBLICS LPO D'ALEMBERT 7 rue du Commandant l'Herminier 93300 Aubervilliers

LPO GALILÉE 79 avenue Chandon 92230 Gennevilliers

LGT JULIE-VICTOIRE DAUBIÉ 9 rue Louis Massignon 95100 Argenteuil

LP LÉONARD DE VINCI 5 avenue Henri Barbusse 92220 Bagneux

LP LE CHÂTEAU D’ÉPLUCHES 45 avenue du Château 95310 Saint-Ouen-l’Aumône

LP PAUL LANGEVIN 9 rue Paul Langevin 92000 Nanterre

LP LE CORBUSIER 2 rue Paul Bloch 95240 Cormeilles-en-Parisis LPO ROMAIN ROLLAND 21 avenue de Montmorency 95190 Goussainville

UNIVERSITÉ PARIS X NANTERRE LA DÉFENSE 200 avenue de la République 92000 Nanterre

LP - LYCÉE DES MÉTIERS VIRGINIA HENDERSON 100 avenue Charles Vaillant 95400 Arnouville

LP - LYCÉE DES MÉTIERS ANATOLE FRANCE 130 boulevard de Valmy 92700 Colombes

LPO EUGÈNE RONCERAY 5-7 rue Marcel Langlois 95870 Bezons

LP - LYCÉE DES MÉTIERS LA TOURNELLE 87 boulevard national 92250 La Garenne-Colombes

LGT RENÉ CASSIN 7 avenue François Mitterrand 95500 Gonesse

LPO CHARLES PETIET 65 boulevard Gallieni 92390 Villeneuve-la-Garenne

LP - LYCÉE DES MÉTIERS AUGUSTE ESCOFFIER 77 rue de Pierrelaye 95610 Éragny-sur-Oise

LGT L’AGORA 120 rue de Verdun 92800 Puteaux

VAL-D’OISE

HAUTS-DE-SEINE

LPO ALFRED NOBEL 20 allée de Gagny 93390 Clichy-sous-Bois LP FRÉDÉRIC BARTHOLDI 12 rue de la Liberté 93200 Saint-Denis LGT JACQUES BREL 4 rue Dulcie September 93120 La Courneuve UNIVERSITÉ PARIS VIII SAINT-DENIS 2 rue de la Liberté 93526 Saint-Denis LP ARISTIDE BRIAND 120 avenue Aristide Briand 93150 Le Blanc-Mesnil LPO VOILLAUME 136 route de Mitry 93600 Aulnay-sous-Bois LP - LYCÉE DES MÉTIERS LOUISE MICHEL 12 rue Jean Baptiste Clément 93800 Épinay-sur-Seine LP ANDRÉ SABATIER ET ALFRED COSTE 146 avenue Henri Barbusse 93000 Bobigny

LES ANCIENS ET LES NOUVEAUX ÉTABLISSEMENTS ACCOMPAGNÉS PAR LA MISSION MÉDIATEUR CULTUREL Anciens établissements Nouveaux établissements (2017-2020) LP : Lycée professionnel LPO : Lycée polyvalent LGT : Lycée général et technologique

SEINE-SAINT-DENIS 95

YVELINES LP ADRIENNE BOLLAND 62 boulevard Devaux 78300 Poissy

93

92 78

75 94

LPO JACQUES VAUCANSON Rue Albert Thomas 78130 Les Mureaux

PARIS

LPO JEAN ROSTAND 66 rue Fernand Bodet 78200 Mantes-la-Jolie

LGT COLBERT 27 rue du Château Landon 75010 Paris

LGT LA PLAINE-DE-NEAUPHLE 3 place Naguib Mahfouz 78190 Trappes

LPO HÉLÈNE BOUCHER 75 cours de Vincennes 75020 Paris

LPO - LYCÉE DES MÉTIERS SIMONE WEIL 8 rue du Val d’Oise 78700 Conflans-Sainte-Honorine

91

77

LP MARIE LAURENCIN 114 quai de Jemmapes 75010 Paris

LGT LES PIERRES-VIVES 1 rue des Alouettes 78420 Carrières-sur-Seine

LGT MAURICE RAVEL 89 cours de Vincennes 75020 Paris

LPO VINCENT VAN GOGH 8 rue Jules Ferry 78410 Aubergenville

LP - LYCÉE DES MÉTIERS NICOLAS LOUIS VAUQUELIN 13 avenue Boutroux 75013 Paris

ESSONNE

VAL-DE-MARNE

SEINE-ET-MARNE

LGT ALBERT EINSTEIN Avenue de la Liberté 91700 Sainte-Geneviève-des-Bois

LP CHAMPLAIN 61 rue des Bordes 94430 Chennevières-sur-Marne

LP ANTONIN CARÊME 1 place Courbet 77176 Savigny-le-Temple

LP AUGUSTE PERRET 1 avenue de la Liberté 91000 Évry

LPO FRANÇOIS ARAGO 36 avenue de l’Europe 94190 Villeneuve-Saint-Georges

LGT FRANÇOIS COUPERIN Route d’Hurtault 77300 Fontainebleau

LP CHARLES BAUDELAIRE Avenue de la Liberté 91000 Évry

LP GABRIEL PÉRI 41 avenue Boileau 94500 Champigny-sur-Marne

LGT GASTON BACHELARD 32 avenue de l’Europe 77500 Chelles

LPO JEAN-PIERRE TIMBAUD 4 rue Henri Douard 91220 Brétigny-sur-Orge

LPO JEAN MACÉ 34 rue Jules Ferry 94400 Vitry-sur-Seine

LP LOUIS LUMIÈRE Rue Louis Lumière 77500 Chelles

LPO LÉONARD DE VINCI Place Léonard de Vinci 91240 Saint-Michel-sur-Orge

LP ARMAND GUILLAUMIN 10 rue Pierre Corneille 94310 Orly

LP - LYCÉE DES MÉTIERS NADAR 42 bis rue Charles Mory 91210 Draveil

LGT GUILLAUME APOLLINAIRE 42 rue du Pavé de Grignon 94320 Thiais

LP - LYCÉE DES MÉTIERS LE CHAMP-DE-CLAYE 71 rue Pasteur 77410 Claye-Souilly

LP - LYCÉE DES MÉTIERS JEAN MONNET 51 avenue du Général de Gaulle 91260 Juvisy-sur-Orge

LPO GUTENBERG 18 rue de Saussure 94000 Créteil

LP ANDRÉ-MARIE AMPÈRE 12 bis route du Bois Pommier 91390 Morsang-sur-Orge LGT MARCEL PAGNOL Avenue de la Terrasse Prolongée 91200 Athis-Mons

LP CHENNEVIÈRE MALÉZIEUX 33 avenue Ledru-Rollin 75012 Paris

LGT ROMAIN ROLLAND 17 rue Lucien Nadaire 94200 Ivry-sur-Seine

LP - LYCÉE DES MÉTIERS JACQUES PRÉVERT 7 avenue Jean Jaurès 77380 Combs-La-Ville LPO DE LA MARE CARRÉE Rue de la Mare Carrée 77550 Moissy-Cramayel LPO - LYCÉE DES MÉTIERS FRÉDÉRIC JOLIOT-CURIE 168 rue Frédéric Joliot-Curie 77190 Dammarie-les-Lys

LP - LYCÉE DES MÉTIERS HECTOR GUIMARD 19 rue Curial 75019 Paris LGT ÉMILE DUBOIS 14 rue Émile Dubois 75014 Paris LGT - LYCÉE DES MÉTIERS RABELAIS 9 rue Francis de Croisset 75018 Paris LGT HENRI BERGSON 27 rue Édouard Pailleron 75019 Paris


ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

40l 41

JOUR 2 SCÈNES, LE LIVE DES LYCÉENS ET ÉTUDIANTS FRANCILIENS Pour valoriser les projets réalisés avec le soutien d’un médiateur culturel, Arcadi a initié l’événement Jour 2 scènes qui met en lumière le dynamisme et le talent des lycéens.

fin d’offrir le plus large écho possible aux projets réalisés et dans une volonté de fédérer tous les acteurs concernés (lycéens, personnels enseignants et médiateurs), Arcadi a initié un temps de visibilité à grande échelle, gratuit et ouvert à tous : Jour 2 scènes. L’événement s’est tenu le 28 mai 2016 au Carreau du Temple à Paris. Dans la suite logique de la mission, Jour 2 scènes a été conçu par et pour les lycéens, avec l’appui des médiateurs et la collaboration de plusieurs services d’Arcadi. C’était pour les lycéens la restitution d’une ou plusieurs années de travail, devant plus de 800 spectateurs et dans un lieu professionnel aussi grand que chaleureux, soit l’aboutissement ému et joyeux de tous leurs projets artistiques.


PARTIE 03 • SENSIBILISER LES PUBLICS

Jour 2 scènes, le 28 mai 2016 au Carreau du Temple. © DR

Ce jour-là, des centaines de lycéens ont investi deux scènes. Très éclectique – bien que principalement axée sur la musique et la danse –, la programmation allait du solo au groupe, du hip-hop à la salsa, avec en point d’orgue la chorale du lycée Jean-Pierre Timbaud de Brétigny-sur-Orge accompagnée par la chanteuse Katel. Parallèlement au spectacle vivant, un espace exposition mettait en lumière divers projets (expositions photos, livres, création de costumes, de sculptures...), un stand lecture proposait des textes écrits par des lycéens et plusieurs films réalisés ont été projetés. Enfin, Radio Paris 8 a couvert l’événement avec des programmes en direct et en public. D’une grande qualité artistique, débordant d'enthousiasme et de fierté, Jour 2 scènes fut un événement fédérateur majeur pour les lycéens comme pour la mission qui a pris acte de ce succès : Jour 2 scènes sera reconduit à l’issue de chaque cycle de trois ans. L’événement sera alors considéré comme un temps de valorisation des projets ainsi que comme passage de relai aux établissements du prochain cycle à venir.

800 spectateurs

34

établissements

12

groupes de musique et danse

130

MALCOM KOUDOU

Élève au lycée professionnel Bartholdi de Saint-Denis « J’étais à Jour 2 scènes avec l’atelier musique auquel j’ai participé pendant l’année. Je jouais de la batterie et on a “presté” avec des reprises de styles différents. C’est un super souvenir. J’ai rencontré plein de jeunes qui sont devenus mes amis, on se voit toujours. Entre les spectacles, on pouvait mettre de la musique et on dansait entre nous. J’ai découvert plein de nouveaux morceaux. Ça m’a plu parce que je suis aussi danseur, de hiphop et de coupé-décalé. J’ai vu aussi les expositions de photos et de vêtements faits par d’autres lycéens. C’était bien parce que je suis dans un lycée de mode, je veux devenir styliste. Et puis je n’étais jamais allé là-bas, je ne connaissais pas du tout. Alors on s’est baladé dans le quartier après... Franchement, c’était la fête. J’y retournerai, c’est sûr. »

lycéens et étudiants sur scène

9

expositions photos

1

studio-radio


ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

42l 43

COMMUNICATION APPORTER À NOS BÉNÉFICIAIRES ET PARTENAIRES UNE VISIBILITÉ ACCRUE Arcadi a poursuivi son action en faveur d’une meilleure visibilité de ses actions, événements, bénéficiaires, partenaires institutionnels et professionnels. Dans un souci de transparence, l’établissement communique de façon quotidienne et détaillée sur son activité, ses aides et les sommes redistribuées. Afin d’améliorer l’impact de sa communication, Arcadi a renouvelé cette année ses supports de communication développés en interne et élargi la gamme des supports à disposition des publics cibles (print, digital et vidéo), permettant de bénéficier d’une offre plus large et ciblée.

INVITATIONS & MAILINGS 82 ENVOYÉS

NEWSLETTER  DIFFUSION 1 937 ABONNÉS TAUX D’OUVERTURE DE 20 %

NEWSLETTER MÉDIATEUR CULTUREL

LES SUPPORTS DE COMMUNICATION Renouveler les supports de communication afin qu’ils mettent en lumière les projets et équipes artistiques soutenus pour un meilleur repérage auprès des professionnels, était l’enjeu principal cette année. À ce titre, une newsletter diffusion à destination des programmateurs franciliens et nationaux a été créée, et les maquettes des newsletters et mailings ont été redéfinies. Leurs taux d’ouverture témoignent de la réussite des projets et de leur impact auprès des lecteurs.

DES OUTILS VARIÉS POUR APPORTER TOUJOURS PLUS DE CONTENU Arcadi a développé des supports plurimédias (captation des rencontres, mise en ligne des actes, bibliographies...) qui permettent de voir ou de revoir, d’en savoir plus ou d’approfondir la compréhension des temps de réflexion et de rencontre proposés. Par ailleurs, un certain nombre de supports print à destination des publics professionnels et du grand public ont été réédités : cartes postales institutionnelles, fiches pratiques, livrets des Instantanés, bibles de salle, Points d’étape (document exclusivement à destination du Conseil d’administration), rapport d’activité...

2 059 ABONNÉS TAUX D’OUVERTURE DE 21 %

NEWSLETTER ARCADI 12 278 ABONNÉS TAUX D’OUVERTURE DE 25 %

NEWSLETTER  BIENNALE NÉMO 11 381 ABONNÉS TAUX D’OUVERTURE DE 19 %


COMMUNICATION

BLOG MÉDIATEUR CULTUREL 120 ARTICLES MIS EN LIGNE EN 2016 5 150 UTILISATEURS 15 000 PAGES VUES

SITE INTERNET ARCADI  ÎLE-DE-FRANCE

www.mediateurcultureliledefrance.fr

1 916 FICHES SPECTACLES 50 000 UTILISATEURS 215 000 PAGES VUES www.arcadi.fr

SITE INTERNET  BIENNALE  NÉMO

DES COMMUNAUTÉS DIGITALES EN EXPANSION Arcadi anime une communauté d’abonnés en constant développement auprès de laquelle il annonce ses actualités et celles de ses partenaires. Cette communauté virtuelle devient concrète et se déplace de plus en plus nombreuse aux rencontres ou événements organisés par Arcadi. L’essor de ces communautés digitales démontre également l’intérêt accru de nos publics envers notre action et nos activités. Chiffres au 31 décembre 2016

20 198 UTILISATEURS 76 350 PAGES VUES www.biennalenemo.arcadi.fr

CHAÎNE  YOUTUBE  ARCADI OUVERTURE SEPTEMBRE 2016 8 VIDÉOS MISE EN LIGNE 1 500 VUES

RÉSEAUX SOCIAUX ARCADI

FACEBOOK ARCADI & PASSEURS D’IMAGES

RÉSEAUX SOCIAUX BIENNALE NÉMO

TWITTER @ARCADI_IDF

INSTAGRAM @ARCADI_IDF

2 893

4 209 FOLLOWERS

ABONNÉS

+40 %

+20 %

OUVERT FIN 2016

ABONNÉS

68

FACEBOOK BIENNALE NÉMO

TWITTER @BIENNALENEMO

INSTAGRAM @BIENNALENEMO

FLICKR BIENNALE NÉMO

ABONNÉS

FOLLOWERS

ABONNÉS

PHOTOS EN LIGNE

+20 %

+50 %

OUVERT FIN 2016

3 860 1 784

85

300

ET 3 000 VUES

BIS DE NANTES : VALORISER L’ACTION D’ARCADI ET DE LA RÉGION ÎLE-DE-FRANCE Les 20 et 21 janvier, Arcadi Île-de-France était présent aux Bis de Nantes sur un stand partagé avec les agences culturelles régionales Culture O Centre, Oara Aquitaine, Odia Normandie, Spectacle vivant en Bretagne et Réseau en Scène Languedoc-Roussillon, partenaires de la Charte d’aide à la diffusion ; une présence forte destinée à valoriser la coopération entre agences régionales ainsi que l’action d’Arcadi et son impact sur la région Île-de-France. Arcadi a participé à deux rencontres : • Forum « Renouveler les coopérations territoriales à l’aune de la réforme des collectivités pour favoriser la production et la diffusion des spectacles », en présence de tous les directeurs de la Charte d’aide à la diffusion. • Rencontre « Quels dialogues et politiques culturelles dans les nouveaux territoires ? Portrait et perspectives des Scènes publiques », organisée par la Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture (FNCC).


ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

44l 45

DONNÉES SOCIALES ET ORGANISATIONNELLES

42

SALARIÉS TRANCHES D'ÂGE EN CDI 7 SALARIÉS (17 %)

- DE 30 ANS

15 SALARIÉS (36 %)

 ENTRE 30 ET 40 ANS

16 SALARIÉS (38 %)

ENTRE 40 ET 50 ANS + DE 50 ANS

4 SALARIÉS (10 %)

TRANCHE D'ANCIENNETÉ EN CDI 5 SALARIÉS (12 %)

1 AN

17 SALARIÉS (40 %)

5 ANS

10 SALARIÉS (24 %)

10 ANS

6 SALARIÉS (14 %)

15 ANS

dont 9 hommes 35 femmes

> 15 ANS

dont 9 hommes 33 femmes

44 42

CADRES & NON CADRES

SOIT 38,6 ETP 31 DÉCEMBRE 2016

SOIT 40,32 ETP 1ER JANVIER 2016

CADRES 24 EN CDI NON CADRES 20 EN CDI

NOMBRE TOTAL DE SALARIÉS PERMANENTS

38

,73 ANS

ÂGE MOYEN EN CDI

6

,37 ANS

ANCIENNETÉ MOYENNE EN CDI

4 SALARIÉS (10 %)

AU 1ER JANVIER 2016

2

CADRES 23 EN CDI NON CADRES 19 EN CDI

AU 31 DÉCEMBRE 2016

,75

ÉCART DE SALAIRE

DURANT L’EXERCICE 2016

4 STAGIAIRES 4 mois

3 CDD PONCTUELS < 3 mois

6 CDD

3 mois : 6. Cinq CDD ont permis de pallier au remplacement de salariés permanents (deux congés maternités, deux congés parentaux, un congé sabbatique). Un CDD est venu en renfort de l’administration pour une mission d’évaluation et de simplification administrative.

17 INTERMITTENTS <4 mois

1 INTERMITTENT >1 mois


DONNÉES SOCIALES ET ORGANISATIONNELLES

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 2016 a été une année de renouvellement de personnes sur certains postes mais aussi de décalages et de gels de recrutements pour quelques postes du fait de la contrainte budgétaire. Ceci implique que deux postes n'aient pas été pourvus dans l’organigramme établi au 31 décembre 2016 (voir Annexes page 44).

PLUS DE

PLUS DE

2000

1600

47

19

RENDEZ-VOUS PROFESSIONNELS RÉALISÉS

ÉTAPES DE TRAVAIL VUES

Direction Nicolas Cardou a pris ses fonctions de directeur adjoint au 1er janvier 2016 remplaçant Stéphane Gil. Danse Fanny Delmas, conseillère accompagnement a quitté l’établissement fin septembre 2016. Ce poste n’a pas pu être pourvu en attente d’arbitrages budgétaires sur 2017. Némo, Biennale internationale des arts numériques - Paris/Île-de-France Julien Taïb, conseiller arts numériques a quitté l’entreprise fin février 2016. Il a été remplacé par Sandra Caffin à compter du 1er mai 2016. Mission observation culturelle Au terme de son congé parental, Stéphanie Molinero a repris ses fonctions à temps partiel début octobre. Dispositif Passeurs d’images Viviane Chaudon, assistante du dispositif Passeurs d'images, a quitté l’établissement fin octobre 2016. Elle a été remplacée par Pauline Simon. Mission Médiateur culturel  Émilie Poirée, responsable de la coordination des médiateurs culturels a quitté l’établissement en juin 2016. Son poste est resté vacant jusqu’à fin octobre 2016, date à laquelle la mobilité des médiateurs culturels a été confirmée par le conseil d’administration. Elle a été remplacée par Émilie Bonneau, jusque-là, médiatrice culturelle en université. Ce poste de médiateur en université n’a pas été pourvu en attente des décisions budgétaires pour l’exercice 2017. Lorène Bidaud, médiatrice culturelle en lycée a quitté l’établissement en juillet 2016 et Damien Listre fin août. Leurs remplacements ont été assurés par Carolina Contreras-Salvo et Laura Tanniou fin août 2016. CDD ponctuels, intermittents et stages Pour faire face à l’accroissement d’activité lié, la plupart du temps, à l’organisation de rencontres et manifestations, Arcadi a eu recours à un certain nombre de salariés en contrat à durée déterminée ainsi que quelques intermittents.

MISSIONS HORS ÎLE-DE-FRANCE

Deux stagiaires ont été accueillies au sein du service arts numériques : Ida Simon pour une durée de 2 mois de mi-avril à mi-juin et Gabrielle Godin à partir de décembre jusqu'à début mai 2017, à temps partiel. Noémie Botte a effectué quant à elle un stage de 4 mois de juin à septembre au sein du service administration, qui a abouti à un contrat à durée déterminée pour une mission d’évaluation et de simplification administrative. Mathieu Pasquereau a effectué un stage d’immersion professionnelle de deux mois, de juin à fin juillet 2016, au sein du service communication, dans le cadre d’une convention avec Pôle Emploi.

DIALOGUE SOCIAL ET DÉLÉGATION UNIQUE DU PERSONNEL (DUP) Éléonore Bailly, titulaire intérimaire durant le congé parental de Stéphanie Molinero et Karen Benarouch, titulaire, ont porté la délégation unique du personnel. Stéphanie Molinero a repris son mandat à leurs côtés dès le mois d’octobre 2016. Le dialogue social de l’établissement passe, entre autres, par un échange régulier entre la direction et les instances représentatives du personnel constituées en délégation unique. Au-delà des réunions mensuelles au cours desquelles nombre de sujets sont abordés touchant à l’organisation courante de la vie de l’établissement, des réunions exceptionnelles peuvent également être organisées afin de prendre le temps nécessaire à la gestion de certains dossiers requérant une concertation plus approfondie.

MISSIONS À L’ÉTRANGER


ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

46l 47

DIRECTION

Magalie Bouchet

Frédéric Hocquard

Nicolas Cardou

Directeur

Directeur adjoint

Responsable opéra, à gauche (en remplacement de Maëlle Rousse en congé, à droite)

DISPOSITIFS DE SOUTIEN ET D’ACCOMPAGNEMENT Marion Langlois de Septenville Conseillère accompagnement opéra

Claire Gotlibowicz

Pierre Martel

Directrice des dispositifs de soutien et d’accompagnement

Assistant de direction

Karen Benarouch Responsable du développement professionnel

Arnaud Koseleff Eléonore Bailly

NN

Responsable danse

Conseiller accompagnement danse

Conseiller accompagnement transversal

Peggy Chazarain Responsable théâtre et coopération territoriale

Isabelle Roux Responsable de la mutualisation

Agnès Decour

EN DATE DU 31 DÉCEMBRE 2016

L’ÉQUIPE

Conseillère accompagnement théâtre

ARTS NUMÉRIQUES / NÉMO, BIENNALE INTERNATIONALE DES ARTS NUMÉRIQUES PARIS / ÎLE-DE-FRANCE

Amélie Verbeke Assistante théâtre

Olivier Moreau Responsable chanson

Gilles Alvarez

Sandra Caffin

Directeur de la Biennale Némo

Conseillère accompagnement arts numériques


L’ÉQUIPE

COMMUNICATION & RENCONTRES

MISSION MÉDIATEUR CULTUREL DANS LES LYCÉES ET LES UNIVERSITÉS D’ÎLE-DE-FRANCE

Nathalie van der Heyden Directrice de la mission

Marine Armbruster Médiatrice culturelle

Isadora Karam

Stéphanie Masson

Médiatrice culturelle

Médiatrice culturelle

Médiateur culturel

Directrice de la communication

Delphine Martincourt Responsable des rencontres

Émilie Bonneau Responsable de la coordination des médiateurs culturels

Géraldine Aurousseau Médiatrice culturelle

Laura Tanniou

Alissa Wagner

Médiatrice culturelle

Médiatrice culturelle

Hélène Thomas

Charlotte Samson

Chargée de communication

Assistante de communication

ADMINISTRATION NN Médiateur culturel

MISSION OBSERVATION CULTURELLE Olivier Bruaux

Gersende Girault

Anne de Lamberterie Attachée à la direction

Ambre Cassini Médiatrice culturelle

Cédric Patrigeon Responsable administratif et comptable

Stéphanie Molinero Responsable de l’observation culturelle

Pauline Claude Médiatrice culturelle

Carolina Contreras-Salvo Médiatrice culturelle

Ingrid Étienne

Alev Hezer

Médiatrice culturelle

Médiatrice culturelle

DISPOSITIF PASSEURS D’IMAGES

Claudie Le Bissonnais

Pauline Simon

Assistante du dispositif Passeurs d’images Déléguée régionale Île-de-France du dispositif Passeurs d’images Île-de-France

Guillaume d’Abbadie Chargé d’administration

Maud Soul Assistante de direction

Julie Dardé Assistante administrative


ARCADI ÎLE-DE-FRANCE

48l 49

CONSEILLERS RÉGIONAUX

Anne-Louise Mesadieu

PRÉSIDENTE

Catherine Primevert

Conseillère régionale (LR)

Conseillère régionale (LR)

Suppléante Aurélie Gros Conseillère régionale (LR)

Suppléante Brigitte Kuster Conseillère régionale (LR)

Sandrine Grandgambe

Corinne Rufet

Philippe Laurent

Magali Alexandre

Suppléante Frédérique Dumas Conseillère régionale (UDI)

Suppléant Jean-Vincent Placé Conseiller régional (RCDE)

Conseiller régional (UDI)

Conseillère régionale (SR)

Delphine Bürkli Conseillère régionale (LR)

Suppléant Pierre-Yves Bournazel Conseiller régional (LR)

Conseillère régionale (SR)

VICE-PRÉSIDENTE

Suppléante Clémentine Autain Conseillère régionale (FDG)

Conseillère régionale (EELV)

Aurélien Legrand

Conseiller régional (FN)

Suppléante Juliette Espargilière Conseillère régionale (EELV)

REPRÉSENTANTS DE L’ÉTAT

Suppléante Corinne Berthaud Conseillère régionale (FN)

REPRÉSENTANTE DE LA MAIRE DE PARIS

Florence Portelli

Conseillère régionale (LR) Suppléante Hamida Rezeg Conseillère régionale (LR)

EN DATE DU 21 MARS 2017

LE CONSEIL D’ADMINISTRATION

Nicole Da Costa

Hervé Corriges

Directrice régionale des affaires culturelles d’Île-de-France

Chef du service musique et danse, Drac Île-de-France

Suppléant Jean-Pascal Lanuit Directeur régional adjoint des affaires culturelles d’Île-de-France

Suppléant Didier Cormier Chef du service adjoint musique et danse, Drac Île-de-France

PERSONNALITÉS QUALIFIÉES

Anne-Marie Lazarini

Comédienne, metteuse en scène, co-directrice du théâtre Artistic Athévains et membre du Ceser

Steven Hearn

Président de Scintillo, Fondateur de l’agence Le Troisième Pôle

Pascale Henrot

Directrice de l’Office national de diffusion artistique (Onda)

NN

Nathalie Maquoi Conseillère de Paris

REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL

Émilie Bonneau

Cédric Patrigeon

Suppléante  Isabelle Roux Responsable de la mutualisation, Arcadi Île-de-France

Suppléant Pierre Martel Assistant de direction, Arcadi Île-de-France

Responsable de la coordination des médiateurs, Arcadi Île-de-France

Responsable administratif et comptable, Arcadi Île-de-France


Blueprint Saint-Merry, de Joanie Lemercier à l'Église Saint-Merry. © Quentin Chevrier

Crédits photos pages 4-5 : 1 - Deep are the Woods d’Éric Arnal Burtchy © Quentin Chevrier • 2 - Buridane © Laurent Moulin • La Princesse de Clèves de Magali Montoya (Le Solstice d’Hiver) © Jean-Louis Fernandez • 4 - Musée de l’histoire de l’immigration © DR • 5 - De(s)génération d’Amala Dianor © Le Poulpe • 6 - Jour 2 scènes au Carreau du Temple © DR • 7 - Inferno de Bill Vorn et Louis-Philippe Demers © DR • 8 - Grande Halle de La Villette © DR • 9 - Entropia de Fraction (Éric Raynaud) et Louis-Philippe St-Arnaud à l’Église Saint-Merry © Quentin Chevrier • 10 - Conférence d’Éric Sadin à la Cité internationale des arts © Quentin Chevrier • 11 - Alex Augier au Cabaret Sauvage (Transient Festival ) © Quentin Chevrier • 12 - Votre Faust d’Aliénor Dauchez, Ensemble TM+, Compagnie La Cage © Victor Tonelli • 13 - Académie Fratellini © DR.


Arcadi Île-de-France 51 rue du Faubourg Saint-Denis CS 10106 / 75468 Paris Cedex 10 01 55 79 00 00 / info@arcadi.fr

Arcadi Île-de-France • Mars 2017 Licence entrepreneur du spectacle : 2-1053442 / 3-1053443

Rapport d'activité 2016  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you