Page 1

R APPO RT D ’ACT IV IT É 2015 - 2 0 1 6 A S S O C I AT I O N L’A R B R E D E S C O N N A I S S A N C E S

CONTACTS

RAPPORT D’ACTIVITÉ 2015-2016

UNE ANNÉE D’ÉCHANGES AUTO UR DE S SCI ENC ES

Aude Védrines, directrice

avedrines@arbre-des-connaissances.org

Céline Rosset, Apprentis Chercheurs crosset@arbre-des-connaissances.org

Jérémie Cordonnier, Apprentis Chercheurs MAAD et MAAD Digital jcordonnier@arbre-des-connaissances.org

Camille Volovitch, Jouer à Débattre cvolovitch@arbre-des-connaissances.org

CRÉDITS Photos : L’Arbre des Connaissances, Ecole Polytechnique, Nicolas Abraham/Institut Cochin, Émilie Brouze/Rue 89, Inserm, Shutterstock, Dan Ramaen (pages 25, 26, 27 et 29) Direction de publication : Morgane Le Bras Direction de rédaction : Aude Vedrines Création, Conception, Production : www.ignited-kingdom.com

O U VRIR L A SCIENCE AUX CITOYEN S


L’ARBRE DES CONN AISSANCES Association pour la Promotion des Sciences et de la Recherche

www.arbre-des-connaissances.org

R A P P O R T D ’A C T I V I T É 2 0 1 5 - 2 0 1 6

1


2


A V A N T- P R O P O S

E D ITO L’année qui vient de s’écouler fut difficile et nous a marqués à titre individuel et collectif, bousculant notre conception du vivre ensemble. Dans ce contexte, chacun s’est interrogé sur sa place, son rôle dans la société et ce qu’il en attendait. L’Arbre des Connaissances en a fait de même et, sans prétendre apporter des réponses immédiates et miraculeuses aux difficultés que rencontre la société française, nous avons vu que le cap que nous avons emprunté depuis 12 ans maintenant, celui d’éveiller les jeunes à l’esprit critique, de leur donner confiance en eux, de leur transmettre des clés de compréhension du monde et l’envie de réussir quels que soient les horizons dans lesquels ils grandissent, était plus que jamais d’actualité. La force des dispositifs que nous déployons sur le territoire français à destination des jeunes, cette force qui donne aussi à nos actions toute leur légitimité, c’est vous, par votre engagement, qui la portez. Vous, professionnels de la recherche qui nous rejoignez chaque année toujours plus nombreux et qui vous impliquez directement dans nos actions au contact des jeunes. Vous, les enseignants qui nous ouvrez les portes de vos classes, prenez part à nos réflexions et donnez un écho particulier à nos dispositifs dans les établissements. Vous, professionnels de la culture et bibliothécaires qui faites évoluer les pratiques autour des sciences dans vos institutions. A vous tous, nous tenons à adresser un profond remerciement pour cet engagement qui est, lui aussi, une réponse aux coups portés à notre vivre-ensemble et notre cohésion. Merci à tous, membres de l’association, professionnels de la recherche, de l’éducation et de la culture qui cette année encore, vous êtes engagés pour ouvrir la science aux citoyens.

MORGANE LE BRAS, PRÉSIDENTE DE L’ARBRE DES CONNAISSANCES ENSEIGNANT-CHERCHEUR À L’UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT

R A P P O R T D ’A C T I V I T É 2 0 1 5 - 2 0 1 6

3


SOMMAIRE

REVUE DE L’ADC PAGE 5 Gouvernance - 6 Orientations générales - 7 Les temps forts 2015/2016 - 8  Chiffres-clés - 10  A la Une - 12

BILAN FINANCIER PAGE 14

SOUTIENS PAGE 34

ACTIONS PAGE 16 Apprentis Chercheurs - 17 MAAD - 23 Jouer à Débattre - 26 Formation des professionnels - 31 Scienti-Bricolos - 33

4


LA REVUE D E L’A D C


L A R E V U E D E L’A D C

GOUVERN ANCE VIE ASSOCIATIVE Les chercheurs qui constituent la gouvernance de l’association

En 2015-2016, le conseil d’administration composé de 14

(bureau et conseil d’administration) s’impliquent bénévolement

membres s’est réuni 2 fois, le bureau composé de 4 membres

pour définir la stratégie de développement de l’ADC, accompa-

s’est réuni 11 fois. En 2015-2016, 16 membres étaient à jour de

gner la mise en place des actions, initier de nouveaux projets et

leur cotisation. L’association fédère un réseau de près de 350

faire le lien avec leur réseau professionnel et institutionnel.

professionnels de la recherche en France mobilisés en faveur du dialogue science-société.

UNE GOUVERNANCE ISSUE DU MONDE DE LA RECHERCHE 1. Morgane Le Bras, Présidente, Maître de conférences des universités, université Paris-Diderot, Institut Universitaire d’Hématologie, Paris 2. Valérie Lallemand-Breitenbach,Vice-Présidente, Directrice de recherche Inserm, Institut Universitaire d’Hématologie, Paris 3. Laurence Bénit, Secrétaire, Chargée de recherche CNRS, médiatrice scientifique, Institut Cochin, Paris

1

2

3

4

4. Pascale Lesage, Trésorière, Directrice de recherche CNRS, Institut Universitaire d’Hématologie, Paris 5. Dominique Donnet-Kamel, Conseil d’administration, Ingénieure de recherche retraitée et ancienne responsable du service de médiation scientifique de l’Inserm 6. Danielle Célestine Myrtil Marlin, Conseil d’administration, Ingénieure de recherche retraitée, Ancienne responsable du service de médiation scientifique de l’Inserm, Ingénieure de recherche INRA, Antilles-Guyane 7. Alain Wargnier, MD PhD, Conseil d’administration, Maître de Conférence des Universités, Praticien Hospitalier – Hôpital Saint-Louis (APHP), Université Paris Diderot

5

6

7

8

8. Ahmed El Marjou PhD, Conseil d’administration, Ingénieur de Recherche CNRS, Directeur plateforme Protéines et Anticorps Recombinants, Institut Curie 9. Frank Lafont, Conseil d’administration, Directeur de Recherche CNRS à l’Institut Pasteur de Lille, Chef d’Equipe et Directeur du BioImaging Center Lille 10. Francois-Xavier Gobert, Conseil d’administration, Ingénieur, Institut Curie

9

10

11

12

11. Philippe Chafey, Conseil d’administration, Ingénieur de Recherche Inserm, Institut Cochin, Paris 12. Rosine Hauguenauer-Tsapi, Conseil d’administration, Directeur de recherche émérite (CNRS) à l’Institut Jacques Monod, Paris 13. Maryline Favier, Conseil d’administration, Ingénieur d’études de l’Université Paris Descartes, responsable de la plate-forme HistIM (Histologie, Immunomarquage, Microdissection laser), Institut Cochin, Paris 14. Ali Saïb, Président d’honneur, Co-fondateur, Virologiste et professeur des universités

13

14

15. Dominique Vitoux, Co-fondateur & Conseil d’administration, Praticien Hospitalier – Hôpital Saint-Louis (APHP), Institut Universitaire d’Hématologie, Paris

15

L’ÉQUIPE DE PERMANENTS

1. Aude Vedrines, Directrice 2. Jérémie Cordonnier, Apprentis Chercheurs MAAD et MAAD Digital 3. Camille Volovitch, Jouer à Débattre

1

6

2

3

4

4. Céline Rosset, Apprentis Chercheurs


L A R E V U E D E L’A D C

OUVRIR L A SCIENCE AUX CITOYENS ESPRIT CRITIQUE ET RÉUSSITE DES JEUNES AU CŒUR DU DIALOGUE SCIENCE-SOCIÉTÉ Engagée dans l’association depuis ses débuts, Valérie Lallemand-Breitenbach a rejoint le bureau de l’association en 2006. Elle participe dès lors à la définition des stratégies et des valeurs de l’association.

sciences, le dialogue qu’elles entretiennent avec un grand nombre de disciplines, et peut avoir accès aux ressorts qui sous-tendent la démarche scientifique. Chacun doit pouvoir se sentir concerné par une réflexion qui a trait aux sciences. En retour, elle signifie aussi que si j’affirme que les sciences sont accessibles à tous, je me dois, en tant que scientifique, d’adapter mon discours pour sortir du pur dialogue d’experts et partager avec d’autres la beauté des sciences et les rouages du travail expérimental. Cette phrase pourrait aussi laisser entendre qu’il faut ouvrir les décisions stratégiques concernant les orientations de la recherche aux citoyens mais ce n’est personnellement pas sur cet axe précis que je perçois l’engagement de l’association. Il ne s’agit pas que les citoyens deviennent les décisionnaires de ces questions, de la même façon que les scientifiques ne doivent pas être seuls à décider de ces orientations. Car ce sont des choix complexes, également politiques, au sens premier du terme, où les dimensions économiques et internationales jouent tout leur rôle. Comment vous engagez-vous en faveur du dialogue science-société ?

En quoi est-il important que les jeunes comprennent les ressorts de la démarche scientifique?

Avant l’Arbre des Connaissances, dans le cadre des Clubs Inserm Jeunes, je me suis investie sur le terrain pour partager mon expérience de la recherche en laboratoire.

La méthode scientifique est un levier de l’esprit critique, nous le disons bien souvent.

Depuis que je suis au bureau de l’association, j’ai à cœur d’accompagner la montée

Pour être valide et accéder au rang de vérité, un résultat scientifique doit être considéré

en puissance de la structure et la diffusion des projets afin que toujours plus de cher-

dans son contexte et passer l’épreuve de la reproductibilité. Ce système permet de

cheurs et de jeunes soient concernés par nos actions. Manipuler les enjeux straté-

prendre du recul vis à vis des généralités auxquelles on est sans cesse confronté, de

giques, construire les projets comme nous le faisons au sein du bureau requiert un

les interroger. C’est cela que j’appelle esprit critique, savoir d’où provient une donnée,

mélange de créativité et de rigueur proche de celui dont nous devons faire preuve dans

comment elle a été produite, à quoi on peut la comparer, si elle correspond à un fait

notre travail de recherche. Et, comme pour la recherche, cela prend du temps. S’in-

isolé ou si elle est significative pour un groupe, un ensemble, etc. Il me semble impor-

vestir dans une action associative prend du temps, n’est ce pas le principe même de

tant de transmettre ces outils de raisonnement à tous les jeunes, il s’agit aussi de leur

l’engagement ?

donner confiance en eux et en leur capacité à réfléchir et réussir.

Comment expliquez-vous d’ailleurs que les chercheurs sont chaque année plus nom-

Comment l’ADC contribue-t-il justement à la réussite des jeunes?

breux à s’impliquer dans les actions de l’Arbre des Connaissances (ADC) ? Dans notre monde, les sciences sont facteurs de réussite sociale, quelle que soit la Le temps, c’est ce que nous demandons aux professionnels de la recherche qui s’in-

branche dans laquelle on exerce. Pour répondre à cet enjeu de réussite de tous les

vestissent dans l’association, que ce soit au niveau du bureau, du CA ou des actions

jeunes, il y a plusieurs façons de procéder. L’ADC aurait pu faire le choix de se concen-

sur le terrain. Et nous savons bien que les chercheurs en ont de moins en moins.

trer sur des profils de jeunes dits « prometteurs » qui risquent, de par leurs origines

Si jusqu’à présent, on a trouvé chez les professionnels de la recherche un écho gran-

socio-culturelles, de passer à côté de certains parcours prestigieux.

dissant, je crois que c’est parce qu’au contact des jeunes ils sont ramenés au plaisir

Or nous avons choisi de défendre l’idée que tout enfant peut apprendre et réussir mais

qu’ils ont à exercer leur métier, à l’importance des sciences dans l’éducation et que,

qu’il a besoin pour cela d’un moteur personnel et d’être accompagné. L’ADC permet ces

pour les jeunes professionnels, la participation à des dispositifs de médiation scienti-

rencontres, cette ouverture qui va peut-être créer un déclic, lui montrer que chacun a

fique constitue une formation essentielle.

des compétences. Et c’est aussi pour cela que l’association cherche à ce que des enfants d’horizons dif-

L’ADC définit son positionnement par la formule « Ouvrir la science aux citoyens ».

férents construisent ensemble un projet. Nous savons bien que nous ne romprons pas

Comment, en tant que chercheur, la comprenez-vous ?

tous les clivages sociaux, ce serait trop idéaliste. Mais amener des jeunes très différents à se connaître à un moment donné me semble une bonne base pour la construc-

Cette formule dit que tout le monde peut comprendre l’intérêt que représentent les

tion d’un vivre ensemble harmonieux.

R A P P O R T D ’A C T I V I T É 2 0 1 5 - 2 0 1 6

7


L A R E V U E D E L’A D C

LES TEMPS FORTS 2015- 2016

30 septembre 2015 RÉUNION DE DÉMARRAGE DU PROJET MAAD DIGITAL Avec l’Inserm, la MILDECA, l’INPES, le Ministère de l’Éducation Nationale, l’ADC, l’assistant maîtrise d’ouvrage et des jeunes.

7 au 11 octobre 2015 INFOS PRATIQUES

QUAnd LE CITOYEn INTERROGE LA SCIENCE

Association de la loi de 1901, la LDH , regroupe les femmes et les hommes de tous horizons et toutes conditions, qui choisissent librement de s’associer afin de réfléchir, discuter, agir pour la défense des droits et libertés, de toutes et de tous. Elle intervient sur l’ensemble du territoire à travers ses sections locales. Elle est un acteur civique libre et indépendant.

02 . 10. 2015 18 h UNIvERSITé DE BORDEAUx

Athénée Joseph Wresinski Boite aux lettres n°35 Place Saint Christoly 33000 Bordeaux

Contact Rosa FLOREnT 06 82 25 33 55

3 ter, PLACE dE LA VICTOIRE 33000 BORdEAUX

LIGNE B ARRÊT VICTOIRE

ARRÊTS VICTOIRE A RISTIdE BRIAnd VICTOIRE MARnE

AMPhIThéâTRE BROCA

RéALISATION Équipe Controverse ContaCt@Controverse.Co CRéDITS Contributeurs de la base de piCtogrammes the noun projeCt ne pas jeter sur la voie publique

Ligue des droits de l’homme Bordeaux Gironde

@LdhBordeaux

ldh.bordeaux@gmail.com

http://ldh-gironde.org

STATION vCUB PLACE dE LA VICTOIRE

PARTENAIRES

La LDH section de Bordeaux tient à remercier particulièrement :

L’ARBRE DES CONNAISSANCES À LA FÊTE DE LA SCIENCE À l’Institut Cochin, d’anciens Apprentis Chercheurs présentent leurs travaux aux visiteurs ; une classe de lycéens joue à débattre et rencontre des chercheurs de l’Institut qui répondent à leurs questions.

2 octobre 2015 JAD PRÉSENTÉ AU COLLOQUE « QUAND LE CITOYEN INTERROGE LA SCIENCE »

Sciences | Médias

Organisé par la Ligue des Droits de l’Homme à Bordeaux.

Comment parler de sciences aux jeunes 1er février 2016 à la préfecture de Paris et d’Île de France Quels outils médiatiques pour parler de sciences aux enfants et aux adolescents ?

1er février 2016

6 octobre 2015 JAD PROGRAMMÉ DANS UN PARCOURS PÉDAGOGIQUE DU FESTIVAL PARISCIENCE Des lycéens jouent à débattre à la bibliothèque Buffon, puis prolongent leurs réflexions en visionnant un documentaire. 8

Conception et réalisation : laetitiamorin-graphiste.fr • © Vladgrin - istock

L’ADC PRÉSENTE SES ACTIONS DANS L’ESPACE « EXPOSITION » DE LA JOURNÉE SCIENCES www.sciencesetmedia.org ET MÉDIAS Inscription gratuite et obligatoire

#scmedias

Dans le cadre d’une journée thématique autour de la question « Comment parler de sciences aux Jeunes ? » et sous le parrainage de Cédric Villani. Société Française de Physique


L A R E V U E D E L’A D C

25 mars 2016 PARTAGE D’EXPÉRIENCE : LA MÉDIATION SCIENTIFIQUE PAR L’EXPÉRIMENTATION Intervention de Morgane Le Bras, dans le cadre du cycle « Science & Société » des conférences Monod-Diderot.

3 juin 2016 PARTAGE D’EXPÉRIENCE : LA MÉDIATION SCIENTIFIQUE PAR L’EXPÉRIMENTATION Le temps d’une nuit l’ENS ouvre grandes ses portes pour un programme foisonnant autour du thème « Expliquer ». Le binôme accueilli au département d’Etudes Cognitives y présente son projet en avant-première.

mai 2016 SORTIE DU SECOND JOUER À DÉBATTRE SUR LA BIOLOGIE DE SYNTHÈSE – À DISPOSITION GRATUITE SUR www.jeudebat.com Un nouveau jeu de rôles, support de débat, pour découvrir ce sujet qui fait l’actualité.

juillet 2016 L’ARBRE DES CONNAISSANCES AU JURY DES PRIX DE L’AMCSTI En la personne de Morgane Le Bras, l’association est membre du jury de ces prix qui récompensent des initiatives originales de médiation scientifique.

25 mai 2016 L’INSTITUT COCHIN FÊTE SES 10 ANS DE PARTICIPATION À L’ACTION APPRENTIS CHERCHEURS Un événement riche en surprises et en émotions, qui marque également le coup d’envoi des 22 congrès Apprentis Chercheurs de l’édition 2015-2016. R A P P O R T D ’A C T I V I T É 2 0 1 5 - 2 0 1 6

9


L A R E V U E D E L’A D C

2015-2016 EN QUELQUES CHIFFRES

9

ACADÉMIES

340K€

un partenariat essentiel avec l’éducation nationale

300

BUDGET ANNUEL

PROFESSIONNELS DE LA RECHERCHE bénévoles en france

143

10 500

PROFESSIONNELS FORMÉS 8 sessions de formations

HEURES DE BÉNÉVOLAT

320

44

COLLÉGIENS ET LYCÉENS APPRENTIS CHERCHEURS 22 congrès

CENTRES DE RECHERCHE PARTENAIRES

536

TÉLÉCHARGEMENTS

+2 000

sur le site www.jeudebat.com

+130

JOUEURS

PROFESSIONNELS CONCERNÉS enseignants et bibliothécaires

10

2 500 JEUNES TOUCHÉS


L’ARBRE DES CONN AISSANCES Association pour la Promotion des Sciences et de la Recherche

www.arbre-des-connaissances.org

R A P P O R T D ’A C T I V I T É 2 0 1 5 - 2 0 1 6

11


L A R E V U E D E L’A D C

À L A UNE

« Chercheurs et jeunes : expériences citoyennes » Magazine Culture et Recherche n°132, automne-hiver 2015-2016 Sciences et techniques, une culture à partager PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE DE L’ADC DANS LE PAYSAGE DES ACTEURS DE LA CSTI

« La médiation scientifique, une voie d’épanouissement pour les jeunes » Fondation Bettencourt Schueller Newsletter mars 2016 TÉMOIGNAGE DE MORGANE LE BRAS

« Les Apprentis Chercheurs se penchent sur le bingedrinking » France 3 Picardie Le 12/13 du 12 mai 2016 REPORTAGE AUPRÈS DES APPRENTIS CHERCHEURS MAAD DU GRAP (AMIENS)

12


L A R E V U E D E L’A D C

À L A UNE

« À quel moment a-t-on commencé à parler de cyberharcèlement ? » Rue 89 Publication web du 9 juin 2016 REPORTAGE EN IMMERSION AUX CÔTÉS DE L’ÉQUIPE APPRENTIS CHERCHEURS DE LA COMUE USPC (ILE-DE-FRANCE)

« Trente-deux élèves s’initient à la recherche » Ouest France, édition de Caen Publication web du 13 juin 2016 RETOUR SUR UNE ANNÉE D’IMMERSION DANS LES LABORATOIRES DE L’UNICAEN ET DE L’ENSICAEN À L’OCCASION DU 3E CONGRÈS DES APPRENTIS CHERCHEURS DE CAEN

R A P P O R T D ’A C T I V I T É 2 0 1 5 - 2 0 1 6

13


BILAN FINANCIER


BILAN FINANCIER

ÉLÉMENTS FIN ANCIERS : RÉSULTATS 2015-2016 Certification du commissaire aux comptes sans réserve le 20 octobre 2016

22 067 €

10 500 heures

RÉSULTAT EXCÉDENTAIRE

BÉNÉVOLAT

337 854 €

231 395 €

BUDGET 2015-2016

TOTAL DU BILAN

+40% PAR RAPPORT À L’EXERCICE PRÉCÉDENT

Répartition financements 2015-2016

Inserm (fds Mildeca)

Fondation Bettencourt

31%

26%

Région Ministère Financement Ile-de-France Ens. Sup. Rech. interne

9%

PRODUITS 2015-2016 Financements publics

257 315 €

Financements privés

100 000 €

8%

7%

Mairie de Paris

Ministère de la Culture

Académie Marseille

CG Essonne

Région Haut de France

Région Normandie

7%

6%

2%

2%

1%

1%

CHARGES 2015-2016 Charges d’exploitation

315 691 €

Dont dotations aux amortissements

4 256 €

Financement interne

27 043 €

MASSE SALARIALE

177 589 €

+ 18% par rapport à l’exercice précédent

3,9 ETPT équivalents temps plein travaillés sur l’année

R A P P O R T D ’A C T I V I T É 2 0 1 5 - 2 0 1 6

15


ACTIONS


APPRENTIS CHERCHEURS IMMERSION DE COLLÉGIENS ET LYCÉENS EN L ABORATOIRE Depuis 2004 le dispositif Apprentis Chercheurs permet à des collégiens et lycéens volontaires d’être accueillis régulièrement tout au long de l’année scolaire dans des laboratoires de recherche de leur quartier. Associés en binôme 3e -1re, les élèves sont encadrés par un professionnel de la recherche bénévole avec qui ils mènent un projet de recherche, s’initient à la démarche scientifique et découvrent l’écosystème de la recherche vu de l’intérieur. En fin d’année, à la manière des chercheurs, chaque binôme présente ses travaux lors des congrès des Apprentis Chercheurs organisés dans les centres de recherche partenaires.

MISSIONS • Contribuer à l’émancipation des jeunes : esprit critique, autonomie, confiance en soi • Aborder les sciences autrement : expérimenter, rencontrer • Ancrer la recherche dans les territoires • Sensibiliser les scientifiques à leur rôle sociétal • Favoriser l’innovation pédagogique (partenariat Éducation Nationale)

OBJECTIFS 2015-2016  • Pérenniser les Apprentis Chercheurs dans les centres et instituts partenaires, publics comme privés • Développer le dispositif dans les territoires identifiés comme prioritaires • Expérimenter un déploiement dans de nouveaux contextes : en sciences humaines et sociales et au sein d’une ComUE (Communauté d’Universités et d’Établissements) • Redéfinir la stratégie d’animation du réseau national des professionnels de la recherche

R A P P O R T D ’A C T I V I T É 2 0 1 5 - 2 0 1 6

17


ACTIONS - APPRENTIS CHERCHEURS

RÉALISATIONS 2015-2016 DÉPLOIEMENT DU RÉSEAU NATIONAL APPRENTIS CHERCHEURS EN 2015-2016 Dont Apprentis Chercheurs MAAD : Mécanismes des Addictions à l’Alcool et aux Drogues

44 SITES APPRENTIS CHERCHEURS NATIONAUX DONT 7 NOUVEAUX Renforcement du dispositif dans les territoires identifiés par l’association comme prioritaires pour son développement : • Île-de-France : +3 sites (ComUE USPC, Département d’Études Cognitives de l’ENS, Laboratoire Matières et Systèmes Complexes) • Provence-Alpes-Côte d’Azur : +2 sites (Établissement Français du Sang Alpes Méditerranée, Institut des Sciences Moléculaires de Marseille) • Hauts-de-France : +2 sites (Laboratoire d’Électrotechnique de Puissance de Lille, Laboratoire Paul Painlevé) • Normandie : +10 Apprentis Chercheurs

300

PROFESSIONNELS DE LA RECHERCHE

chercheurs, ingénieurs, techniciens, doctorants, post-doctorants

320

12

VILLES

Amiens, Aulnay-sous-Bois, Bobigny, Bordeaux, Caen, Evry, Lille Métropole, Marseille, Orsay, Palaiseau, Paris, Poitiers

58

APPRENTIS CHERCHEURS ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES & APPRENTIS JOURNALISTES collèges, lycées, cités scolaires + 5% en 2015-2016

9

ACADÉMIES PARTENAIRES

Aix-Marseille, Amiens, Bordeaux, Caen, Créteil, Lille, Paris, Poitiers, Versailles

22

CONGRÈS

1500

PARTICIPANTS

renforcement de la diversité des disciplines représentées : chimie, physique, mathématiques, sciences humaines et sociales…

APPRENTIS CHERCHEURS ET UNIVERSITÉ SORBONNE PARIS CITÉ : UNE DOUBLE EXPÉRIMENTATION L’Arbre des Connaissances et la Communauté d’Universités et d’Établissements « Université Sorbonne Paris Cité » (ComUE USPC) ont initié cette année un partenariat à double visée : • inscrire les Apprentis Chercheurs à l’échelle d’une ComUE, au sein de divers établissements • ouvrir l’action aux sciences humaines et sociales

MÉLANIE LALLET (LABORATOIRE CIM, PARIS 3) ET SON APPRENTIE ÉMIE, EN VISITE À L’INATHÈQUE CRÉDIT : ÉMILIE BROUZE/RUE 89

18

5 ÉLÈVES (1RE S ET L) 3 LABORATOIRES 3 CAMPUS D’USPC (CIM PARIS 3, COGNAC-G PARIS 5 ET LABSIC PARIS 13) 1 PROGRAMME INTERDISCIPLINAIRE « IDENTITÉS NUMÉRIQUES, RÉSEAUX, CORPS » 1 « FIL ROUGE » DÉCLINÉ SOUS LES ANGLES BIOLOGIQUE, SOCIAL ET TECHNOLOGIQUE, SELON LA SPÉCIFICITÉ DES LABORATOIRES 1 CONGRÈS PLURIDISCIPLINAIRE


ACTIONS - APPRENTIS CHERCHEURS

LES APPRENTIS JOURNALISTES UNE INITIATIVE LOCALE PERMISE GRÂCE À L’IMPLICATION D’UNE ENSEIGNANTE Depuis 2011 cette déclinaison des Apprentis Chercheurs à l’initiative d’une enseignante de SVT, Emmanuelle Seillé, permet à des lycéens de filières S, L et ES de se mettre dans la peau de journalistes scientifiques. 7 élèves du lycée Bossuet Notre Dame (75010) ont ainsi suivi leurs camarades Apprentis Chercheurs dans les laboratoires de l’Institut Universitaire d’Hématologie (IUH). En fin d’année ils ont restitué leur travail sous la forme d’un RÉALISATION APPRENTIS JOURNALISTES 2015-2016, AVEC L’AIDE ET LA PARTICIPATION DE GRÉGORY ROBIN, EMMANUELLE SEILLÉ ET FRÉDÉRIC TOURNIER

documentaire vidéo qu’ils ont eux-mêmes imaginé et réalisé, et ont co-animé le congrès des Apprentis Chercheurs de l’IUH.

"C'est une chance pour les élèves d'avoir accès à l'information scientifique à sa source en rencontrant des chercheurs. Grâce aux micro-trottoirs ils peuvent confronter ces nouvelles connaissances à un public plus ou moins averti. C'est une manière pour eux de prendre conscience de l'importance d'avoir une culture et un regard critique sur l'information." EMMANUELLE SEILLÉ, ENSEIGNANTE DE SVT (LYCÉE BOSSUET NOTRE DAME)

VERS UNE NOUVELLE STRATÉGIE D’ANIMATION POUR UN RÉSEAU NATIONAL APPRENTIS CHERCHEURS Les coordinateurs locaux des sites Apprentis Chercheurs sont les pivots du dispositif. Leur nombre ne cesse d’augmenter, et ce partout en France. Pour structurer et consolider ce réseau national grandissant il a été identifié le besoin de définir une nouvelle stratégie d’animation au plus proche des attentes et besoins des coordinateurs locaux. L’ADC a donc fait appel aux services d’un cabinet de conseil afin d’évaluer le plus finement possible les besoins des coordinateurs en termes d’accompagnement et d’outillage. • 9 entretiens individuels et une enquête en ligne transmise à tous les coordinateurs et des encadrants • 1 focus group • 4 directeurs de centres de recherche interviewés • Des préconisations

R A P P O R T D ’A C T I V I T É 2 0 1 5 - 2 0 1 6

19


ACTIONS - APPRENTIS CHERCHEURS

QUELQUES RÉSULTATS DE L’ÉTUDE MENÉE AUPRÈS DES COORDINATEURS DE SITE Question : Pourquoi vous impliquez-vous dans l’action Apprentis Chercheurs ? VOLONTÉ DE CONTRIBUER À LA DIFFUSION DE CONNAISSANCES SCIENTIFIQUES

87,5 %

PLAISIR À TRANSMETTRE

81,2 %

VO LO NT É D E VO U S E N G AG E R DA N S U N E ACT I O N A S S O C I AT I V E

62,5 %

ÉLARGIR VOTRE HORIZON DE TRAVAIL

37,5 %

VO U S S E N S I B I L I S E R À L A M É D I AT I O N S C I E NT I F I Q U E

18,8 %

Question : Selon vous, quelles sont les raisons qui peuvent expliquer des difficultés à recruter des encadrants d’Apprentis Chercheurs ? MANQUE DE TEMPS DES PROFESSIONNELS DE LA RECHERCHE L A M É D I AT I O N S C I E NT I F I Q U E N ’ E S T PA S P E R Ç U E C O M M E L’ U N E D E L E U R S M I S S I O N S

100 % 50 %

L A M É D I AT I O N S C I E NT I F I Q U E N ’ E S T PA S L E U R P R É O C C U PAT I O N

41,7 %

L’A CT I O N M A N Q U E D E V I S I B I L IT É E T D E N OTO R I É T É A U S E I N D U C E NT R E D E R E C H E R C H E

33,3 %

I L S E S T I M E NT N E PA S AV O I R L A C O M P É T E N C E O U L E S Q UA L IT É S D E M É D I AT E U R AUTRE

Question : Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans l’encadrement des Apprentis Chercheurs ? LA TRANSMISSION DES CONNAISSANCES AUX JEUNES L E M A I NT I E N D E L’AT T E NT I O N D E S J E U N E S L’ É L A B O R AT I O N D U C O NT E N U D E S S É A N C E S L A G E S T I O N D E S P R O B L É M AT I Q U E S D E S É C U R IT É L A G E S T I O N D E S P R O B L É M AT I Q U E S D ’ É T H I Q U E L A P R É PA R AT I O N D U C O N G R È S

UNE NOUVELLE STRATÉGIE D’ANIMATION • DE NOUVEAUX OUTILS À CRÉER : « MALLETTE DU COORDINATEUR », ACCESSIBLE EN LIGNE : GUIDES, FICHES PRATIQUES, OUTILS DE COMMUNICATION INTERNES ET EXTERNES • 1 PROFIL DE « RECRUTEMENT » DES COORDINATEURS AFFINÉ • EXPÉRIMENTATION D’UN TEMPS DE RENCONTRE ANNUEL DES COORDINATEURS

20

25 % 16,7 %


ACTIONS - APPRENTIS CHERCHEURS

GÉNÉRIQUE 2015-2016 49 COORDINATEURS LOCAUX

35 CENTRES APPRENTIS CHERCHEURS

Mireille ANSALDI

Laboratoire Adhésion et Inflammation – Hôpital de la Conception (Marseille, 9e)

Christelle BAUNEZ

Institut de Microbiologie de la Méditerranée (Marseille, 9e)

Laurence BÉNIT

Établissement Français du Sang – Alpes Méditerranée (Marseille, 9e)

Fanny BOIBESSOT

Institut des Sciences Moléculaires de Marseille (Marseille, 13e)

Martine CADOR

Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels (Marseille, 13e)

Stéphanie CAILLE-GARNIER

Laboratoire d’Astrophysique de Marseille (Marseille, 13e)

Valérie CHANTELOUP

UNICAEN – Université de Caen Normandie

Stéphanie DABO

ENSICAEN – École Nationale Supérieure d’Ingénieurs de Caen

Muriel DELACROIX

Institut de Biologie de Lille

Claude DELCAYRE

Centre de Recherche Jean Pierre Aubert (Lille)

Véronique DEROCHE

Centre Hospitalier Régional de Lille

Julie DI CRISTOFARO

Laboratoire Paul Painlevé (Villeneuve d’Ascq)

Kacem EL HADI

Laboratoire d’Électrotechnique et d’Électronique de Puissance de Lille (Villeneuve d’Ascq)

Jean-Raphaël FANTINO

Université Sorbonne Paris Cité – ComUE USPC

Philippe FAURE

Institut de Biologie de l’ENS – IBENS (Paris, 5e)

Nicolas GERVASI

Département de Géosciences de l’ENS (Paris, 5e)

François-Xavier GOBERT

Département d’Études Cognitives de l’ENS (Paris, 5e)

Frédérique GODEFROID

Institut Curie (Paris, 5e)

Deshmukh GOPAUL

Institut Universitaire d’Hématologie – Hôpital Saint-Louis (Paris, 10e)

Delphine GRAS

Faculté de Médecine Paris Diderot – Site Lariboisière (Paris, 10e) Institut Jacques Monod (Paris, 13e)

Juliette HADCHOUEL Rosine HAGUENAUEUR-TSAPIS

Mickaël NAASSILA

Laboratoire Matières et Systèmes Complexes (Paris, 13e)

Lazhar HOUAS

Sofia NADIR

Unité Biologie Fonctionnelle et Adaptative (Paris, 13e)

Mohamed JABER

Sylvie PAULIEN

Institut Cochin (Paris, 14e)

Frank LAFONT

Séverine PERRET

Institut Pasteur (Paris, 15e)

Laurence LANFUMEY

Emmanuel PFUND

Institut Imagine (Paris, 14e)

Valérie LARIVIÈRE

Nicolas RAMOZ

Paris Centre de Recherche Cardiovasculaire – Hôpital Européen Georges Pompidou

Véronique LE BOULC'H

Clotilde RANDIAMAMPITA

(Paris, 15e)

Denis LESAGE

Marius RÉGLIER

Faculté de Médecine Paris Diderot – Site Bichat (Paris, 18e)

Pascale LESAGE

Frédéric RIEUX-LAUCAT

Génopole (Evry)

Philippe LETTÉRON

Pauline RODRIGUE-MORICONI

École polytechnique (Palaiseau)

Séverine LÉTUVÉ

Karine SOLIGNAC

Thales Research & Technology (Palaiseau)

Hélène LYON-CAEN

Marcello SOLINAS

Université Paris Sud – Campus des sciences d’Orsay

Olivier MANZONI

Anaïs VERGNOLLE

Université Paris Nord – Campus de Bobigny

Danièle MURCIANO

Tiziana ZALLA

L’Oréal Recherche & Innovation – Centre de Recherche Avancée (Aulnay-sous-Bois) L’Oréal Recherche & Innovation – Centre Charles Zviak (Saint-Ouen)

R A P P O R T D ’A C T I V I T É 2 0 1 5 - 2 0 1 6

21


ACTIONS - APPRENTIS CHERCHEURS

9 CENTRES APPRENTIS CHERCHEURS

ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES

Collège Charles Péguy (75019)

MAAD : MÉCANISMES DES ADDIC-

PARTENAIRES

Lycée Lavoisier (75005)

TIONS À L’ALCOOL ET AUX DROGUES

9 ACADÉMIES, 29 COLLÈGES, 25 LYCÉES, 4 CITÉS SCOLAIRES

Institut de Neurosciences de la Timone (Marseille, 5e) Institut de Neurobiologie de la Méditerranée (Marseille,

Collège Guillaume Budé (75019) Lycée Louis-le-Grand (75005) Lycée Bossuet Notre-Dame (75010) Lycée Claude Monet (75013) Lycée Gabriel Fauré (75013) Lycée Claude Bernard (75016)

9e)

Académie d’Aix-Marseille

Lycée Maurice Ravel (75020)

Neurocentre Magendie (Bordeaux)

Collège Edgar Quinet (13003)

École Technique Supérieure du Laboratoire – ETSL

Institut de Neurosciences Cognitives et Intégratives

Collège Marseilleveyre (13008)

(75013)

d’Aquitaine (Bordeaux)

Collège Stéphane Mallarmé (130013)

Cité scolaire Jacques Decour (75009)

Institut de Biologie Paris-Seine (Paris, 5e)

Lycée Saint-Charles (13001)

Cité scolaire Paul Bert (75014)

Institut du Fer à Moulin (Paris, 5e)

Lycée Antonin Artaud (13013)

Centre de Psychiatrie & Neurosciences (Paris, 14e) Groupe de recherche sur l’alcool et les pharmacodépendances (Amiens) Laboratoire de Neurosciences Expérimentales et Cliniques (Poitiers)

Académie de Versailles Académie de Caen

Collège Galilée (Evry)

Collège Marcel Pagnol (Caen)

Collège César Franck (Palaiseau)

Collège Dunois (Caen)

Collège Alain Fournier (Orsay)

Collège Guillaume de Normandie (Caen)

Collège de la Guyonnerie (Bures-sur-Yvette)

Lycée Salvador Allende (Caen)

Lycée du Parc des Loges (Evry)

Lycée Jean Rostand (Caen)

Lycée Camille Claudel (Palaiseau)

Lycée expérimental (Hérouville Saint-Clair)

Lycée Henri Poincaré (Palaiseau) Lycée Isaac Newton (Clichy-la-Garenne)

Académie de Bordeaux Collège Émile Combes (Bordeaux)

Académie de Créteil

Lycée Pape Clément (Pessac)

Collège Pierre Sémard (Bobigny) Collège Michelet (Saint-Ouen)

Académie de Lille Collège du Lazaro (Marcq-en-Barœul) Collège Françoise Dolto (Pont-à-Marcq) Lycée Arthur Rimbaud (Sin-le-Noble) Cité scolaire Antoine Watteau (Valenciennes)

Collège Le Parc (Aulnay-sous-Bois) Lycée Germaine Tillion (Le Bourget) Lycée Jean Renoir (Bondy) Lycée Jean Zay (Aulnay-sous-Bois) Lycée Louise Michel (Bobigny)

Cité scolaire Louis Pasteur (Somain)

Académie de Poitiers Académie de Paris Collège Pierre Alviset (75005)

Collège Henri IV (Poitiers) Lycée Victor Hugo (Poitiers)

Collège Condorcet (75008) Collège Camille Claudel (75013)

Académie d’Amiens

Collège George Sand (75013)

Collège Auguste Janvier (Amiens)

Collège Rodin (75013)

Lycée Robert de Luzarches (Amiens)

Collège Saint-Exupéry (75014) Collège André Citroën (75015) Collège Georges Duhamel (75015)

22


ACTIONS - MAAD

M AAD : PARTAGER LES RECHERCHES EN NEUROSCIENCE DES ADDICTIONS Depuis septembre 2012, l’action Apprentis Chercheurs se décline sous une forme thématique, en s’intéressant aux addictions. Des laboratoires d’Amiens, Bordeaux, Marseille, Paris et Poitiers accueillent des Apprentis Chercheurs pour étudier les Mécanismes des Addictions à l’Alcool et aux Drogues (MAAD). L’Arbre des Connaissances s’occupe de la coordination opérationnelle de ce projet, piloté par l’Inserm et financé par la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA).

SENSIBILISER LES ADOLESCENTS AUX RECHERCHES SUR LES ADDICTIONS À L’ALCOOL, AU TABAC ET AUX DROGUES

OBJECTIFS 2015-2016  • Consolider les partenariats avec les établissements scolaires et permettre un retour de l’action au sein des établissements • Permettre à des jeunes suivis par la protection judiciaire de la jeunesse de venir en laboratoire • Développer un vecteur d’information scientifique adapté aux collégiens et lycéens

R A P P O R T D ’A C T I V I T É 2 0 1 5 - 2 0 1 6

23


ACTIONS - MAAD

RÉALISATIONS 2015-2016 STABILISATION DE L’ACCUEIL D’APPRENTIS CHERCHEURS MAAD

11

38

33

97

357

issues de 9 laboratoires

de la recherche impliqués

accueillis

de candidatures reçues

présentes au congrès

ÉQUIPES DE RECHERCHE

PROFESSIONNELS

JEUNES

LETTRES

PERSONNES

MARIE, CANDIDATE AUX APPRENTIS CHERCHEURS

DES ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES IMPLIQUÉS

7

COLLÈGES

6

LYCÉES

13

15

2 600

relais de l’action

imprimés pour chaque établissement

distribués pour le congrès

ENSEIGNANTS

POSTERS SCIENTIFIQUES

FLYERS

POURSUITE EN DEMI-TEINTE DU PARTENARIAT AVEC LA PJJ En 2015-16, faisant suite à une première expérience en 2014-15 d’un jeune suivi par la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) accueilli comme Apprenti Chercheur, l’Arbre des Connaissances a ouvert le dispositif et permis à 6 jeunes d’être accueillis, à Marseille, Paris ou Bordeaux. Les contraintes (de calendrier des mesures pénales notamment) étant fortes, seules deux places ont été pourvues à Marseille, au départ au moins. Une fille de 16 ans et un garçon de 18 ans sont venus au laboratoire de Christelle Baunez une première fois pour en savoir plus. Leur curiosité décomplexée à propos des addictions et de la manière de faire de la recherche a été très dynamisante tant pour les jeunes que pour les chercheurs. Malheureusement, le jeune homme a décliné l’offre par crainte de l’expérimentation sur des rats. Il a été remplacé par un autre jeune recruté par la PJJ. Mais après quelques séances et pour des raisons très différentes liées aux parcours personnels des jeunes, ils ont dû abandonner le projet et laisser par là-même les collégiens auxquels ils étaient associés seuls au laboratoire. 24


ACTIONS - MAAD

PASCALE FRAPIN, ENSEIGNANTE SVT LYCÉE VICTOR HUGO DE POITIERS Vous êtes relais de l’action Apprentis Chercheurs MAAD au lycée Victor Hugo depuis 2012, comment avez-vous

dans la salle de TP. Et puis nous sollicitons régulièrement les Apprentis Chercheurs

permis à cette action extra-scolaire de trouver une réso-

pour raconter leurs expériences. En fin d’année, après le congrès, ils présentent à

nance dans l’établissement ?

nouveau leurs travaux devant les 1ères S.

En début d’année, nous présentons l’action devant tous les élèves de 1ère S, en projetant le film de l’année pré-

Et les liens avec le laboratoire facilitent les choses…

cédente et en faisant intervenir les anciens Apprentis

Bien sûr, maintenant nous connaissons les chercheurs, enseignants-chercheurs

Chercheurs qui racontent leurs expériences et répondent

ou doctorants impliqués dans l’accueil des Apprentis Chercheurs. Du coup, nous

aux questions. Des chercheurs du laboratoire sont égale-

hésitons moins à les solliciter, d’autant qu’ils sont très réceptifs à ce type d’initia-

ment présents pour évoquer leurs recherches, une manière de sensibiliser tous les

tives. Il y a deux ans, dans le cadre de l’événement Adoscopie organisé au lycée,

élèves y compris ceux qui ne se porteront pas candidats pour devenir Apprentis

nous avons mis en avant la thématique des addictions en invitant Marcello Soli-

Chercheurs.

nas, le chef d’équipe qui accueille les Apprentis Chercheurs. Cette année, j’aimerais faire le lien entre les anciens Apprentis Chercheurs passés

Et au cours de l’année, y a t-il une articulation entre l’action Apprentis Chercheurs

en terminale et ceux qui seront en laboratoire, le tout sous forme d’une conférence

et la vie de l’établissement ?

ouverte au premières et terminales. En présence de chercheurs également. L’idée

Oui, les Apprentis Chercheurs MAAD font des posters scientifiques sur la bases

est qu’ils puissent faire le lien entre les recherches menées l’an dernier et celles

de leur présentation de fin d’année. Nous avons fait une sélection pour en afficher

poursuivie cette année, montrer la recherche qui avance…

MAAD DIGITAL POUR ÉLARGIR L’INFORMATION SCIENTIFIQUE SUR LES ADDICTIONS À TOUS LES 13-19 ANS Interview de Bertrand Nalpas, DISC Inserm, coordinateur scientifique des projets Apprentis Chercheurs MAAD et MAAD Digital. Le projet MAAD Digital s’inscrit dans la continuité des Apprentis Chercheurs MAAD, c’est bien cela ?

télévision et le web, en particulier Youtube qui est un média majeur. L’enquête montre que

Oui, il est un prolongement naturel de l’action soutenue depuis

les jeunes font peu confiance aux informations sur les addictions trouvées sur le web et

4 ans par la MILDECA, pilotée par l’Inserm et menée avec le

seraient fortement intéressés par une information provenant d’une source validée par des

concours opérationnel de l’Arbre des Connaissances. Depuis

scientifiques.

2012, nous avons permis à 125 jeunes de devenir Apprentis Chercheurs MAAD, une expérience unique qui a clairement

C’est donc à cet impératif de validité scientifique que MAAD Digital souhaite répondre, mais

changé leur regard sur la recherche et sans doute aussi sur les

sous quelle forme ?

addictions. Nous souhaitons avec MAAD Digital élargir cette

C’est aussi une question que nous avons travaillée avec des jeunes, lors d’ateliers en classe

porte d’entrée dans l’approche scientifique des drogues et permettre à des jeunes entre

menés par l’Arbre des Connaissances. Les contenus de MAAD Digital seront rassemblés sur

13 et 19 ans de s’approprier des informations scientifiques validées sur les addictions aux

un site internet, plutôt à destination des cibles secondaires (enseignants, parents) mais ils

substances d’abus.

seront surtout relayés via facebook et grâce à des partenariats avec différents médias suivis par les jeunes (webzines, youtubers etc.).

Quelles ont été les premières étapes du projet MAAD Digital lancé en novembre 2015 ? Nous avons constitué un comité de pilotage réunissant l’Inserm, l’Arbre des Connaissances,

Du coup, les contenus MAAD Digital sont écrits par des jeunes ?

la MILDECA, le Ministère de l’Education Nationale, l’INPES devenu Santé Publique France,

Non. Même si c’était l’une de nos envies au départ, la validité scientifique doit être la prio-

la société Ignited Kingdom et deux représentants de jeunes, anciens Apprentis Chercheurs

rité. Les neurosciences sont trop complexes pour permettre l’écriture d’articles par des

MAAD.

non-scientifiques, jeunes ou non d’ailleurs. En revanche, nous ferons la part belle aux Ap-

Rapidement nous avons lancé une grande enquête auprès d’un échantillon de convenance

prentis Chercheurs MAAD sur le site, qui auront une rubrique pour raconter leur expérience

de 663 collégiens et lycéens pour mieux connaître leurs attentes et usages concernant

du laboratoire. Et les jeunes seront sollicités de différentes manières pour participer à la vie

l’information scientifiques sur les addictions. Parmi beaucoup d’enseignements, il ressort

de MAAD Digital : relectures d’articles pour améliorer le niveau de vulgarisation et l’attrac-

que les sciences sont synonymes de « découverte » et d’expérience (dans le sens mani-

tivité de la forme, soumission de thématiques à traiter par la rédaction, réponses aux quizz,

pulation). Le vecteur principal d’information scientifique chez les jeunes est l’image via la

ateliers en classes… Tout ça verra le jour à l’automne 2016 ! R A P P O R T D ’A C T I V I T É 2 0 1 5 - 2 0 1 6

25


ACTIONS - JAD

JOUER À DÉBAT TRE DES DISPOSITIFS PÉDAGOGIQUES INNOVANTS AUTOUR DE QUESTIONS SCIENCE-SOCIÉTÉ D’ACTUALITÉ Depuis 2014, deux dispositifs (jeu + guide d’animation + ressources documentaires) sont diffusés gratuitement sur le site www.jeudebat.com et à la disposition de tous les acteurs éducatifs et culturels qui veulent aborder le débat citoyen avec des adolescents. JAD 1 : Humain augmenté (sortie janvier 2014) et JAD 2 : biologie de synthèse (sortie mai 2016).

MISSIONS • Initier les jeunes au débat citoyen • Éveiller leur esprit critique : structurer une argumentation, confronter plusieurs points de vue • Les intéresser aux sciences autrement • Redonner du sens aux connaissances acquises à l’école avec des questions transdisciplinaires et qui concernent les jeunes dans leurs vies de citoyens • Faire évoluer les pratiques en classe ou en bibliothèque : jeu, débat, transdisciplinarité…

OBJECTIFS 2015-2016  • Finir et lancer le second jeu sur la biologie de synthèse • A partir des deux premières expérimentations : modéliser un schéma de production et de diffusion des jeux, plus rapide et toujours plus adapté. • Renforcer et développer les partenariats de diffusion locaux : académies, BDP, EPST… • Expérimenter de nouvelles formes de diffusion

26


ACTIONS - JAD

R ÉALISATIONS 2015-2016

536

+2000

TÉLÉCHARGEMENTS

JOUEURS JAD

sur www.jeudebat.com

+130

PROFESSIONNELS

77% enseignants et 23% bibliothécaires

48%

JEUNES INTERROGÉS

n’avaient jamais débattu avant jad

C ONTRIBUER AU PILOTAGE DE JAD LE POINT DE VUE D’UNE BÉNÉVOLE Toutes les actions de l’ADC ne sont rendues possibles que grâce à l’investissement bénévole des chercheurs qui les font vivre. L’action Jouer à débattre bénéficie tout particulièrement de l’aide et du temps consacré à son développement par : Valérie Lallemand Breitenbach, vice-présidente de l’association, Directrice de Recherche INSERM et Dominique Donnet Kamel, membre du Conseil d’administration, ingénieur de recherche retraitée.

Dominique Donnet Kamel, en tant que membre

le fait qu’il est possible de concilier science, jeu et débat. Ensuite, nos choix de diffusion de

de l’ADC, pourquoi vous intéressez vous parti-

chaque jeu en accès libre et gratuit sur un site dédié nous ont permis de créer un premier

culièrement à Jouer à débattre (JAD) ?

réseau d’utilisateurs dans les lycées partout en France et dans des bibliothèques. Les re-

Avec JAD, on explore un dispositif de média-

tours d’expérience confirment l’intérêt des professeurs et des bibliothécaires pour un outil

tion scientifique qui me semble très novateur :

transdisciplinaire qui favorise, en classe et au sein de leurs établissements, la participation

on fait appel à l’imagination avec le jeu de rôle

des jeunes et leur formation à l’exercice du débat. Nous travaillons désormais, en dialogue

pour introduire des thématiques scientifiques

étroit et passionnant avec les enseignants, à l’inscription de JAD dans une perspective pé-

et technologiques, et on s’appuie sur cette

dagogique.

mise en situation pour encourager les jeunes à débattre. Ce dispositif vise non à trancher par

Quelles sont les perspectives ?

oui ou par non, mais à faire émerger la curio-

Nous nous sommes engagés dans une réflexion d’ensemble pour modéliser la production

sité et le questionnement des jeunes sur des

et la diffusion de JAD. La première idée est celle de faire une série thématique qui s’inscri-

questions qui les concernent en tant que citoyens. Pour avoir été impliquée dans plusieurs

rait dans une grande problématique science société, pour fidéliser les enseignants et les

débats citoyens sur les enjeux scientifiques et techniques, j’ai toujours ressenti le fort po-

jeunes. La série implique un rythme de production qui doit se traduire par une offre de jeu

tentiel de cette démarche du débat pour prendre conscience de la complexité des enjeux

renouvelée régulièrement. Ceci représente un défi important pour l’organisation du travail

et pour se sentir capable de l’aborder. L’une des premières difficultés tient à la barrière des

où scénaristes, game-designers, scientifiques et utilisateurs travaillent dans une bonne

connaissances qui est perçue comme infranchissable, et qui exclut souvent la science de

dynamique. Cela va dépendre aussi, il faut le dire, des ressources financières que l’asso-

la culture. Or je pense que la science est une dimension essentielle pour la culture des ci-

ciation pourra réunir. La seconde idée très importante est celle de la co-construction avec

toyens en devenir, et que son abord peut être ludique, décontracté et imaginatif.

les jeunes, les enseignants et les bibliothécaires. Comme nous l’ont montré les deux premiers jeux, cette co-construction est absolument essentielle tant dans l’amont (définition

Quel bilan peut-on tirer des deux premiers jeux ?

du thème du jeu, collecte des interrogations) que dans l’aval du processus. A court terme il

En premier lieu, nous avons concrétisé, produit et diffusé deux jeux, nous confortant dans

s’agira donc de co- construire un troisième jeu : premier épisode d’une série.

R A P P O R T D ’A C T I V I T É 2 0 1 5 - 2 0 1 6

27


ACTIONS - JAD

UNE ANNÉE D’EXPÉRIMENTATION ET DE DÉVELOPPEMENT UN DIALOGUE ÉQUILIBRÉ ENTRE JEUNES ET CHERCHEURS En partenariat avec l’Institut Cochin , l’INSERM, l’Ecole de l’ADN et l’Institut Pasteur, l’ADC a permis à 179 jeunes joueurs de JAD basés en Ile-de-France (Paris, Seine et marne, Seine st Denis), en Normandie (Caen) et en Occitanie (Hérault) de rencontrer des professionnels de la recherche.

MAI 2016 : SORTIE DU SECOND JAD SUR LA BIOLOGIE DE SYNTHÈSE Le second jeu sur la biologie de synthèse a pu voir le jour grâce au concours d’une nouvelle équipe de production et de l’aide précieuse de bénévoles qui se sont engagées dans la coordination et la finalisation du projet Valérie Lallemand Breitenbach, vice-présidente de l’association, Directrice de Recherche INSERM, Dominique Donnet Kamel, membre du Conseil d’administration, ingénieur de recherche retraitée et Ewa Zlotek, alors étudiante en thèse à l’Institut Curie. Les jeunes y jouent les rôles des habitants de différentes communes dans une agglomération et doivent se mettre d’accord pour l’adoption ou non d’inventions de biologie de synthèse qui auront des impacts dans le quotidien de tous. La sortie de JAD 2 fut l’occasion d’organiser à la bibliothèque Emile Zola de Montpellier, en partenariat avec l’INSERM, une rencontre entre une classe de 1ère S ayant joué et un chercheur, Jérôme Bonnet (CR-UMR 1054 INSERM). Il témoigne :

« Pour les chercheurs, il est important de transmettre les concepts scientifiques très tôt, ces lycéens sont les citoyens de demain et il faut donc les informer des avancées scientifiques car ils seront confrontés aux nouvelles technologies et seront les acteurs majeurs des choix de sociétés qui découleront de l’acceptation ou non de ces nouveaux systèmes. En particulier, dans l’ingénierie du vivant, les questions éthiques et sociales doivent être posées très tôt. Le fait d’avoir eu à déjà se confronter à ces problématiques peut permettre une réflexion plus raisonnée dans le futur. »

28


ACTIONS - JAD

ANIMATION DES TERRITOIRES Gratuit et en téléchargement libre, JAD contribue à l’animation des territoires en donnant un support aux acteurs pour se rencontrer. La bibliothèque de Caen et le lycée Fresnel ont ainsi mis en place plusieurs séances autour de JAD 1 sur l’humain augmenté, en partenariat avec l’INSERM, dont une rencontre avec un chercheur, Fabien Docagne (UMR-S INSERM U919) le 2 juin 2016. Catherine Cauchon, bibliothécaire, témoigne :

« Je cherchais un outil de médiation novateur pour renouveler l’offre que nous faisons aux lycées et Jouer à débattre est très attractif pour les jeunes et pour nous car il parle d’un sujet d’actualité. Il permet aux bibliothécaires de sortir de leur rôle habituel car on peut ainsi s’adresser à un nouveau public, en montrant que l’outil culturel bibliothèque est aussi fait pour les lycéens, et qu’il y a d’autres ressources que la littérature et les livres. Ce genre de médiation permet de les rendre acteurs d’un nouveau sujet qui a un écho dans leurs vies quotidiennes. Les élèves sont venus trois fois à la bibliothèque pour préparer le débat puis jouer et la rencontre avec Fabien Docagne s’est organisée au lycée. Cette rencontre a vraiment permis pour certains une porte ouverte sur un monde, le monde professionnel et les débouchés possibles. Faire tomber les barrières et les a priori pour ouvrir un champ de possible : c’est vraiment pour ça qu’on travaille à la bibliothèque ! L’outil peut paraître compliqué mais tout est là pour faire et c’est vraiment facile à mettre en œuvre. Reste à trouver les bons partenaires ! »

DE NOUVELLES FORMES ET PARTENARIATS DE DIFFUSION EXPÉRIMENTÉS Le jeu sur l’humain augmenté a été utilisé : • dans le dossier pédagogique accompagnant la pièce de théâtre VICTOR F. • dans un parcours pédagogique pour lycéen dans le Festival Parisciences. • dans une Maison pour la Jeunesse et la Culture (MJC) • dans le dossier pédagogique de l’exposition PERSONA au Musée du Quai Branly Le jeu sur la biologie de synthèse a été utilisé : • par l’association Science Ouverte, dans le cadre de son université d’été des lycéens en juin 2016. • par une MJC à Juvisy, en juillet 2016. Fabien Kergosien animateur de la MJC témoigne :

« Pouvoir utiliser un jeu de rôle tout en apprenant des concepts scientifiques semblait très pertinent et simplement génial alors on a tenté le coup avec le jeu sur la biologie de synthèse et la prise en main a été étonnamment facile ! En 1h, on a le temps de prendre connaissance de chaque document, de les imprimer et de maîtriser le déroulement de la soirée. Techniquement le jeu demande très peu de moyens. Il permet un apprentissage ludique : pour peu que l’animateur plonge ses joueurs dans l’univers du jeu, on apprend divers concepts scientifiques avec engouement, tout en portant dessus un regard critique. Le jeu est dynamique, on ne s’ennuie pas une seconde. Les temps de débat indiqués sont bien pensés, ni trop court, ni trop long, c’est rare ! »

R A P P O R T D ’A C T I V I T É 2 0 1 5 - 2 0 1 6

29


ACTIONS - JAD

JAD AU COLLÈGE Le partenariat avec la Bibliothèque Départementale de Seine et Marne a permis l’animation pour la seconde année d’un Cycle science autour de Jouer à Débattre dans deux collèges : Crécy la chapelle et Rozay en Brie. Patricia Hernandez, enseignante documentaliste du collège de Crécy La Chapelle, témoigne :

« Je souhaitais renouveler une expérience de coopération avec les professeurs de sciences et M. Fabien, professeur de SVT a été très enthousiaste pour monter ce projet avec moi. Ayant l’habitude de partager mon travail avec d’autres documentalistes, j’ai pu échanger avec Mme Soto du collège de Rozay. La question de l’Humain augmenté touche de près les élèves car c’est un sujet d’actualité. Le fait de devoir s’impliquer et de prendre à leur compte le débat a été très stimulant pour leurs recherches. La réalisation d’un film comme production finale a été prise très au sérieux et certains élèves se sont vraiment révélés, responsabilisés dans cet exercice. Pour un professeur documentaliste, il est très satisfaisant de voir des élèves de 3ème réinvestir les connaissances acquises en recherches documentaires de cette façon et avant leur entrée au lycée.»

30


ACT I O N S - F O R M AT I O N D E S P R O F E S S I O N N E L S

ACCOMPAGNER ET FORMER LES PROFESSIONNELS Afin d’asseoir durablement ses objectifs vis à vis des jeunes, l’association a depuis longtemps identifié les professionnels comme bénéficiaires de ses dispositifs. L’ADC cherche ainsi à faire évoluer, par les formations qu’elle propose, les pratiques des acteurs de la recherche, de l’éducation et de la culture.

SENSIBILISER A LA MÉDIATION SCIENTIFIQUE ET CONTRIBUER À L’ÉVOLUTION DES PRATIQUES

OBJECTIFS 2015-2016  • Etre identifié parmi les acteurs de la formation • Permettre aux professionnels de la recherche de s’approprier la démarche de médiation scientifique • Accompagner les professionnels de l’éducation et de la culture dans l’évolution de leurs pratiques (débat en classe, jeu, transdisciplinarité)

R ÉALISATIONS 2015-2016 DES FORMATIONS AUTOUR DE JOUER À DÉBATTRE

77

PROFESSIONNELS touchés

51 %

BIBLIOTHÉCAIRES

49 %

ENSEIGNANTS

DES FORMATIONS POUR LES PROFESSIONNELS DU LIVRE ET DE LA LECTURE Grâce au soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, l’Arbre des Connaissances a développé ses partenariats avec les associations professionnelles (Lecture Jeunesse, Interbibly) et la BDP de Seine et Marne pour sensibiliser les bibliothécaires aux enjeux de la médiation scientifique auprès des jeunes et leur présenter un outil à leur disposition pour mener des projets innovants et interdisciplinaires autour des sciences.

DES FORMATIONS POUR LES ENSEIGNANTS Lise Bailly, enseignante en SVT au Lycée de Poissy et coordinatrice de la formation témoigne

« Dans le cadre du plan académique de formation de l’académie de Versailles, nous avons mis en place un stage : « Débattre en classe sur des questions scientifiques » pour donner envie aux enseignants de s’emparer du débat comme outil pédagogique et de diversifier leurs pratiques. Avec JAD, on présente aux enseignants un outil « clé en main », dont la forme marche très bien avec les élèves et les thèmes peuvent s’articuler avec plusieurs disciplines et éléments du programme. » R A P P O R T D ’A C T I V I T É 2 0 1 5 - 2 0 1 6

31


ACT I O N S - F O R M AT I O N D E S P R O F E S S I O N N E L S

DES FORM ATIONS POUR LES PROFESSIONNELS DE L A RECHERCHE PRÉPARER DES DOCTORANTS À UN STAND-UP SCIENTIFIQUE L’Arbre des Connaissances a été sollicité par le centre de formation des doctorant.e.s aux initiatives professionnelles (CFDIP) pour organiser la formation de doctorants en vue de la fête de la science 2015. Le 22 septembre, en partenariat avec l’association Paris-Montagne, l’Arbre des Connaissances a préparé 8 doctorant.e.s. en vue des « stand-up scientifiques » qu’ils devaient présenter lors de la fête de la science.

INTERROGER ET EXPÉRIMENTER LA MÉDIATION SCIENTIFIQUE En complément de l’accueil des Apprentis Chercheurs en laboratoire, l’association organise une formation théorique à la médiation scientifique, prioritaire pour les doctorant.e.s mais ouverte à tous les professionnels des laboratoires.

58

ENCADRANTS D’APPRENTIS CHERCHEURS formés à la médiation scientifique

étudiants issus de 15 écoles doctorales

interventions de professionnels de la médiation scientifique

MATTEO MERZAGORA, LAURENCE BENIT STÉPHANIE COUVREUR

LES DOCTORANTS TÉMOIGNENT :

« Les encadrants de la formation sont dynamiques et les activités sont diversifiées. » « Très bonne organisation. » « Les jeux proposés lors des deux séances étaient très adaptés et permettaient une réelle réflexion sur la médiation scientifique. » « La présentation de Stéphanie Couvreur a été très enrichissante en termes de présentation de toutes les associations liées à la médiation scientifique et au doctorat » « Notre participation à la formation sous forme d'atelier est un point fort puisque ça nous demande de nous impliquer et ça nous fait discuter avec d'autres doctorants. »

32


ACTIONS - SCIENTI-BRICOLOS

L’EXPÉRIMENTATION SCIENTIFIQUE DÈS LE PLUS JEUNE ÂGE INITIER LES ENFANTS AUX SCIENCES PAR LA PRATIQUE ET L’EXPÉRIMENTATION Dans le cadre des ateliers rythmes éducatifs, des situations étonnantes sont proposées aux enfants de 4 à 6 ans permettant la mise en mot d’intuitions, de sensations voire de raisonnements scientifiques. • Donner le goût des sciences aux plus jeunes • Ouverture culturelle • Introduire à la démarche expérimentale : questionnement, mise en hypothèse, manipulation fine, observation, interprétation • Favoriser l’échange et le travail en équipe

OBJECTIFS 2015-2016  • Pérenniser l’action dans le 10e arrondissement et les partenariats avec les acteurs éducatifs (Responsables Educatifs Ville, REV) • Renforcer l’ancrage territorial

RÉALISATIONS 2015-2016 Un soutien réaffirmé de la Ville de Paris 3 animateurs sur l’année : Magalie Lotufo, Sabrine Jadoui, Pierre Julian de la Fuente 1 spectacle de clown à destination de tous les enfants des écoles

4 ATELIERS ANIMÉS CHAQUE SEMAINE

144

ENFANTS

inscrits

4

2

animés chaque semaine

basées dans le 10e arrondissement : écoles Parmentier et Légouvé

ATELIERS

ÉCOLES MATERNELLES

R A P P O R T D ’A C T I V I T É 2 0 1 5 - 2 0 1 6

33


ILS NOUS SOUTIENNENT


FIN ANCEURS

ACADÉMIES

EPST PARTEN AIRES

ASSOCI ATIONS PARTEN AIRES

R A P P O R T D ’A C T I V I T É 2 0 1 5 - 2 0 1 6

35


UNIVERSITÉS ET INSTITUTS PARTEN AIRES

36


R APPO RT D ’ACT IV IT É 2015 - 2 0 1 6 A S S O C I AT I O N L’A R B R E D E S C O N N A I S S A N C E S

CONTACTS

RAPPORT D’ACTIVITÉ 2015-2016

UNE ANNÉE D’ÉCHANGES AUTO UR DE S SCI ENC ES

Aude Védrines, directrice

avedrines@arbre-des-connaissances.org

Céline Rosset, Apprentis Chercheurs crosset@arbre-des-connaissances.org

Jérémie Cordonnier, Apprentis Chercheurs MAAD et MAAD Digital jcordonnier@arbre-des-connaissances.org

Camille Volovitch, Jouer à Débattre cvolovitch@arbre-des-connaissances.org

CRÉDITS Photos : L’Arbre des Connaissances, Ecole Polytechnique, Nicolas Abraham/Institut Cochin, Émilie Brouze/Rue 89, Inserm, Shutterstock, Dan Ramaen (pages 25, 26, 27 et 29) Direction de publication : Morgane Le Bras Direction de rédaction : Aude Vedrines Création, Conception, Production : www.ignited-kingdom.com

O U VRIR L A SCIENCE AUX CITOYEN S

Rapport activite 2015 2016 ADC  

Rapport d'activité 2015-2016 de l'Arbre des Connaissances

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you