Issuu on Google+

Numéro 1 – Juillet 2013 - 6 pc

 www.esprits-dorr.fr

L’Orr Express Criminalité en hausse au Promontoire Divin

• Caithe et Trahearne : le grand amour ? • Le grand retour des Moustaches Colors • Retour sur Guild Wars Utopia

Portrait : Cypries, directeur de la Rose et la Plume 1


Edito Avec les bouleversements engendrés par les dragons ancestraux, la Tyrie est aujourd’hui en pleine mutation politique, sociale et culturelle. Des populations sont déplacées, des territoires bougent, les peuples se rencontrent, les cultures se mêlent. Dans ce contexte, l’Orr Express est une tentative de retranscrire les événements fascinants qui se déroulent sur notre noble continent aussi bien au niveau global que local. Notre équipe de reporters et chroniqueurs s’attèle au sein de la Grande Coterie de l’Information, fondée par l’un des plus grands génies de notre ère, Pipp, à vous présenter le meilleur de l’actualité. Notre ambition est que chaque mois, nos lecteurs soient informés des nouvelles les plus fraiches et les plus passionnantes. L’Orr Express est en passe de devenir le mensuel incontournable d’une nouvelle époque marquée par la domination de la presse. Pipp

L’Orr Express est une revue à caractère parfois sérieux, parfois humoristique, parlant de Guild Wars 2 et de ses communautés roleplay. Elle est l’œuvre de fans, destinée à des fans. Pour ce premier numéro de l’Orr Express, nous tenons à remercier Hety Lespiegle (chroniqueur monde et documentaliste), Aldanys Navill (voyante et reporter), Niles Darjeeling (chroniqueur culturel), Repp Orther (reporter), Irïï (correspondante et crieuse publique), Pipp (rédacteur en chef, éditorialiste et chroniqueur) et Men Chiu, notre auteur du mois pour les Chroniques de Lyria.

2


Sommaire Echos des Brumes (p.4) Montée de la Criminalité au Promontoire Divin

Orrichalque (p.7) Caithe et Trahearne : le grand amour ?

Theatre du Bookah (p.8) Interview de Moustaches Colors

Weh No Su (p.12) Horoscope du mois

Archives du Prieureé (p.13) Retour sur Guild Wars Utopia

Chroniques de Lyria (p.15) La Légende des Lames des Astres

Histoire Vivante (p.18) Le Secret de Sud Soleil

Miroir de Lys (p.19) Cypries : La Rose et la Plume

Defis de Primy (p.23) Remportez des codes t-shirts Gw2

3


Echos des Brumes

– Echos des Brumes –

RP

Toute l’actualité Tyrienne

-

Incendie de l’Ombre du Lion Les habitants de l'Arche du Lion sont inquiets et pour cause. Ceux qui n'auront pas vu les flammes s'élever dans la nuit noire auront sûrement vu l'écriteau sur ce qu'il reste de la devanture : "fermé pour des raisons évidentes". Des cendres, des ruines et un panneau, voilà tout ce qu'il reste de l'Ombre du Lion. Taverne bien connue des habitants et des voyageurs, l'établissement de Moebius, géré par Aela s'est vu dévoré par un incendie, à première vue d'origine criminelle. La propriétaire n'a pas souhaité faire de déclaration mais la garde du Lion mène l'enquête. L'établissement continue toujours d'attirer les foules, les badauds et les curieux, venus voir l'étendue des dégâts. Les travaux de rénovation semblent déjà entamés et on annonce une réouverture de l’établissement dans un peu plus d’un mois. Cet incident vient s'ajouter aux nombreux autres crimes commis dans la ville qui voit son taux de criminalité augmenter rapidement.

 Hety Lespiegle

Rata Sum a accueilli la seconde Foire du Lion ! Contrairement aux autres capitales, Rata Sum vit paisiblement au rythme de la science et des recherches. Cependant, en ce 55ème jour de la saison du Phénix a eu lieu la seconde édition de la Foire du Lion qui s’est, pour l’occasion, installée à Soren Draa. La foire a attiré de nombreux visiteurs, venus profiter des divers stands et spectacles mais également de la vente aux enchè-

-res qui proposait de belles oeuvres d’art Élonniennes, Orriennes ou encore Ascaloniennes. Tout a été organisé : une compagnie était en charge de la sécurité et un poste médical a été prévu. Par chance, aucun incident grave n’a été déploré. Pour les organisateurs, cette seconde édition est une réussite et ils s’attèlent déjà à l’organisation de la prochaine foire.

4


Le Promontoire Divin n’est pas en reste en ce qui concerne la criminalité et la pauvreté. À ce rythme, la capitale humaine pourrait bien devenir de moins en moins sûre ! De nombreux meurtres restent encore à l’heure actuelle non élucidés. C’est le cas pour ce vendeur de parchemins, d’encres et de plumes, retrouvé mort à l’arrière de sa boutique et dont les yeux étaient manquants. Ou encore celle d’un jeune homme nommé Rick Valdorian, retrouvé poignardé dans le quartier de Salma, une plume noire laissée en signature sur le corps sans vie. Un autre encore, a été retrouvé dans les bas-fonds de la ville dans un piteux état, poignardé à plusieurs endroits.

Mystères autour de la famille Arawn… Des évènements sombres semblent s’être déroulés autour de cette famille noble. Tout commença avec la mort du compte Stannis Arawn, à priori assassiné. S’en suivi le massacre de la famille, de la main même du fils cadet, le Vicomte Faendyr Arawn -pris de folie selon les rumeurs- bien que le décès de la mère du Comte pourrait être un suicide. Le capitaine de la garde ministérielle Steiner mène l’enquête afin d’élucider cette funeste histoire et démêler le vrai du faux parmi toutes les rumeurs qui vont bon train dans la capitale Krytienne. ____________________________________________

Le retour des cambriolages ! La noblesse du promontoire semble mise à mal ces derniers temps. C’est au tour de la demeure familiale des Barentorn d’avoir subi un cambriolage. Des richesses ont été dérobées mais le plus inquiétant est le corps d’un séraphin retrouvé agonisant au sol.

Echos des Brumes

Montée de la criminalité au Promontoire

En plus des assassinats et autres morts suspectes, les agressions sont elles aussi bien présentes. Un homme du nom d’Evann Kaiser, aurait été pris à parti après avoir défendu un enfant affamé. L’individu a été roué de coups et a dû être transporté au dispensaire. Les enfants eux-mêmes sont victimes de cette violence et c’est ainsi qu’un jeune garçon, Pim, s’est retrouvé captif d’un dangereux individu. On dit que le lieu de la captivité offrait une vision insoutenable digne d’une salle de torture. L’enfant se remet péniblement de cet évènement en compagnie des siens, d’autres enfants des rues, regroupés dans une cabane près des cascades de Shaemoor. Le coupable de cet acte odieux, Zangar, corpulence moyenne et cheveux blancs est toujours recherché. Cette hausse de la criminalité a poussé la garde séraphine à devenir plus active dans l’enceinte de la ville. Le nom de Samshir Kavekhan est sur les lèvres de chaque habitant du Promontoire. Le lieutenant semble prendre son travail très à coeur et n’hésite pas à faire preuve de fermeté quand le besoin s’en fait sentir. Un norn, se revendiquant Fils de Svanir, c’est alors vu reconduit au portail asura après avoir eu un comportement déplacé et agressif dans le quartier d’Ossa. D’autres ont terminé dans les geôles du quartier des Séraphins pour agression ou tentatives d’enlèvement. L’arrivée récente d’un nouveau séraphin, sergent Willard Grey n’est surement pas un hasard et la garde parait bien décidée à agir pour rétablir le calme dans la capitale.

 Hety Lespiegle 5


Echos des Brumes

Qui est le Marmox ? Ce nom raisonne dans toute la Kryte. Celui d'un charr, au sourire jauni, portant un casque avec une corne qui n'est pas sans rappeler l’animal à l’origine de son surnom. Mais qui est-il vraiment ? Il a été aperçu à divers endroits : le promontoire divin, la Vallée de la Reine, l'Arche du Lion… Il n'est vraisemblablement jamais bien loin quand il s'agit d'affaires louches et son nom est désormais prononcé comme celui d'un criminel. Récemment, il s'est fait remarquer au tournoi organisé par les Légataires, dérobant une épée destinée au vainqueur, s'attirant alors les foudres des organisateurs qui promirent cinq pièces d'or pour sa capture. Les habitants de l'Arche disent l'avoir aperçu près du Piwate Quaggan où il n'a pas été étranger à une bagarre qui a éclaté avec un jeune Sylvari. Derrière le surnom de la créature cornue se cache en réalité un individu connu sous le nom de Rarkar. Charr d'un âge assez avancé, sa fourrure terne et clairsemée est aisément reconnaissable, tout comme les nombreuses cicatrices qui ornent son visage découvert. Sa carrure imposante et sa corne cassée confirment un tempérament bagarreur et dangereux. Il est dit que le Marmox a récemment été confronté au baron Alistair Irenoire, commandeur des Légataires, dans un duel à mort sous les yeux de la justice Charr. Le commandeur aurait gagné le duel… Le Marmox est-il réellement mort ? Est-ce vraiment la fin de ce personnage dont le seul nom insufflait la peur ?

 Hety Lespiegle

L'Arche du Lion prend des airs de ville de transit. Après l'arrivée et le départ de nombreux réfugiés du nord, la cité a vu le passage d'une troupe de charrs sans grande discrétion. Ils ont stationné quelques jours à l'Arche, cherchant des recrues pour rejoindre leurs rangs. Arrivés au nombre de six, on ne sait aujourd'hui combien de soldats composent leur troupe mais leur départ pour le Stigmate s'est fait seulement quelques jours après leur arrivée. Les dernières rumeurs parlent d’une campagne de grande envergure menée contre ce qu’il reste de la Légion de la Flamme.

Les évènements de la crique de sud-soleil semblent avoir fait de nouvelles victimes. Il y a quelques semaines, une sylvari à l'écorce mauve a été aperçue en compagnie de plusieurs gardes du Lion. Le groupe venait de traverser le portail du Consortium en provenance de l'île paradisiaque. Ils transportaient deux corps, également des sylvaris, et se dirigeaient vers le comptoir de la Tortue d'or, quartier général de la compagnie des Chasseurs de Jade dont la broche ornait la tenue de la jeune femme mauve.

La garde du Lion s’est agrandie récemment… Le Shérif Isaak Teryath a en effet rejoint la garde au sein même de la cité afin de renforcer les effectifs en prévention de l’augmentation de la criminalité. Le vétéran s’est déjà fait connaître auprès des commerçants et autres personnalités et est décrit comme un homme courtois et investi dans son travail.

6


– Orrichalque – Richesse et Célébrité

-

Caithe et Trahearne

By Midnight19488

Le Grand Amour ?

Orrichalque

RP

En effet la nouvelle que tant de Sylvaris redoutaient est tombée hier dans l’après-midi. Caithe, l'héroïne membre des Héritiers du Destin a enfin décidé de se séparer de la grande duchesse Faolain, maîtresse de la très controversée Cour des Cauchemars. Le Maréchal Trahearne aurait rencontré la belle lors d'une soirée arrosée dans l'un des salons branchés de l'Arche du Lion. Madame portait alors une robe en fleurs de la collection Zéphyr de la Compagnie du Lion Noir.

La directrice de l'établissement, Madame Selene B. a refusé de nous dire qui les a présentés l’un à l’autre. Toutefois la rumeur porte à croire qu'une certaine mademoiselle Bathory aurait joué un rôle plus qu’important dans l'affaire. Toujours est-il que cette nouvelle porte un coup dur à la réputation du Maréchal du Pacte, jusqu'à présent considéré comme le meilleur parti du Bosquet. D'autant plus que la célèbre Caithe est plutôt réputée

pour son attirance envers les pousses les plus sombres de l'Arbre Clair. Cela aura-t-il un impact sur la campagne militaire que mène Trahearne ou même sur la possible reformation des Héritiers du Destin ? Plus important encore : combien de temps durera ce nouveau couple improbable ? Il est trop tôt encore pour en juger, mais l'affaire est à suivre de très près.

 Repp Orther 7


Theatre du Bookah

– Theatre du Bookah –

RP

La Culture dans tous ses états

Accueil mitigé pour la dernière Culture en bref création du compositeur Rengaw - Musique Le groupe de punk charr The Beasty Boys commencera sa nouvelle grande tournée à l’automne prochain. Mais pour les fans les plus impatients, il sera possible de les voir sur scène pour une représentation de plus d’une heure lors du festival des Vieilles Charrues, qui aura lieu ce mois-ci dans la région du Plateau de Diessa. - Théätre -

Largement inspiré par les grandes épopées du folklore Norn, Richard Rengaw a sû captiver un large public et les éloges de la critique avec son immense tétralogie, «La Bague des Ninlüngen». Ayant comme nul autre reçu les éloges de la critique et des amateurs d’opéra, il va sans dire que nous attendions avec une impatience non dissimulée la nouvelle création du maître compositeur. Avec sa nouvelle pièce, «Le navire Asura volant», Rengaw nous raconte l’histoire d’un équipage de marins et son capitaine asura, et de leur funeste sort. Touchés par une terrible malédiction, ces derniers ne sont plus que spectres forcés de naviger pour l’éternité, à la poursuite d’une paix qu’ils ne pourraient trouver. La pièce s’intéresse à l’interaction entre les morts et les vivants, et la responsabilité de ces derniers envers les défunts. Bien que la musique et l’exécution eussent été exquises une fois de plus lors de sa première au Grand Théâtre de l’Arche du Lion, l’audience ne semble pas avoir apprécié les choix artistiques du compositeur et de la mise en scène. En effet que de maladresses et de malchance pour les thématiques qui rappellent à tant les évènements de la bataille de l’Île de la Griffe. En quelques mots, le public n’a pas été réceptif à la tragédie narrée par Rengaw, malgré des procédés forts et efficaces. Je ne puis pour ma part qu’approuver le courage de l’auteur tout en souhaitant que la pièce saura trouver son public auprès d’autres audiences

 Niles Darjeeling

L’académie asura de dramaturgie propose cette saison une variation surréaliste de la pièce «En attendant le Modo» de Samuel l’Heket. Dans cette version revisitée, les deux vagabonds Vladimir et Estragon comprennent qu’ils ne sont que les inventions d’un univers virtuel. Une adaptation très dérangeante, mais qui est ancrée dans un style métaphysique très prisé par le public asura. À réserver à un public de connaisseurs. - Littérature Dans les sorties du mois il serait difficile de passer à côté de la sortie du tome 15 de la saga «Perry Hoper» de l’auteure J.K. Mowing. Les dernières péripéties du jeune sorcier semblent s’essouffler un peu, et l’ouvrage ne devrait guère satisfaire que les fans les plus inconditionnels

8


Quiconque s'intéresse à la danse populaire ne peut ignorer le mouvement des Moustaches Colors. Les Moustaches Colors, c'est à la fois un concept et un véritable phénomène de société. Avec leurs rythmes entraînants et leurs danses endiablées, le groupe a su comme aucun rassembler les spectateurs par-delà les frontières dans un esprit festif. Vous ne les connaissez pas encore ? Il est plus que temps de les découvrir, lors de leurs concerts aux quatre coins de la Tyrie ou en rejoignant un des nombreux groupes de fans. En tout cas nous, à la rédaction d’Orr Express, on a les moustaches qui baignent ! Interview exclusive avec Moustache Rouge, Moustache Noire et Moustache Blanche de la troupe des Moustaches Colors. Vous êtes nombreux à déjà avoir succombé au phénomène Moustaches Colors. Mais malgré une démarche ouverte envers son public, il est difficile de tout connaître sur le groupe. Aussi, en exclusivité pour Orr Express, nous avons pu recontrer les Moustaches Colors. Niles Darjeeling : En quelques mots, comment définiriez-vous l'esprit Moustaches Colors ? Moustache Rouge : Il s'agit d'un phénomène culturel et social. Nous cherchons à porter l'esprit de la danse dans le cœur des populations en ces temps d'incertitude. Au-delà de la danse, c'est la joie que nous désirons apporter

N.D. : Quelles sont, selon vous, les raisons de votre succès rapide et massif ? Moustache Noire : La danse, les chorégraphies, et être au milieu de la foule. Moustache Rouge : Je pense que le succès vient avant tout du caractère interactif et attractif de la danse. Nous invitons les spectateurs à nous rejoindre, c'est un véritable échange qui se créé entre Moustache et son public. Ce n'est pas un concept que l'on impose au public : tous les cœurs battent à l'unisson au rythme de la danse.

Theatre du Bookah

Le grand retour de la troupe des Moustaches Colors

N.D. : Pour vous, la danse représente-telle une forme d'évasion en ces temps troublés ? Est-ce cela qui rend votre danse aussi unique ? Moustache Rouge : Nous faisons à la fois des spectacles de danse, de chant et d'improvisation. De fait, c'est l'ensemble de ces différents spectacles qui génèrent l'émotion. Moustache est un groupe qui raconte une histoire, l'histoire d'un peuple qui s'unit dans la danse, peu importe la race. Humains, Charrs, Norns... Moustache Noire : Nous sommes des troubadours mystérieux, offrant à ce monde de folie un havre de paix et de détente où tous les soucis se dissipent, les corps se réchauffent et s'agitent, pris de spasmes frénétiques. Moustache Blanche : Nous sommes les trublions de la Moustache Astrale,

9


Theatre du Bookah

répandant notre foi en la quête du bonheur. N.D. : Votre style décalé et atypique est-il la clé de votre universalité ? Moustache Noire: Oui. Moustache Rouge : Je pense que Moustache Noire a bien répondu à la question. L'humour est rassembleur. N.D. : Le port de la moustache, au-delà d'une certaine décomplexion de la pilosité faciale a-t-il une signification politique ? Moustache Rouge : Je dirais que la pilosité est dans l'ADN de Moustache. Je ne mouille pas ma moustache en disant cela. Je ne crois pas que nous ayons pour vocation de vouloir que tout le monde porte la Moustache, si ce n'est lors de nos concerts. Nous voulons garder notre identité. Est-ce un symbole politique ? Il est encore trop tôt pour le dire. Mais si la vague Moustache déferle en Tyrie pour l'unification des peuples via la danse, elle pourrait peut-être le devenir. N.D. : J'ai pu, d'après mes recherches, déterminer que le mouvement datait de plusieurs siècles en vérité. Pourquoi cette renaissance du genre ? D'où vous est venue l'idée ? Moustache Rouge : L'idée a été trouvée par la chanteuse du groupe Miss Soraki (Miss Soraki n'a malheureusement pas pu participer à cette interview.). Nous avions besoin d’un concept pour relancer notre troupe et nous avons fait le «sacrifice» de nous faire pousser une moustache enchantée. Cela a été une véritable révélation, comme si la pousse de ce

nouveau membre poilu avait fait naître quelque chose au plus profond de nous. Il y a quelque chose de mystique... Moustache Noire : Oui, il s'agit d'une révélation. N.D. : Pouvez-nous nous en dire davantage sur cette moustache enchantée ? Moustache Rouge: J’ai l'impression que ma moustache me parle... Moustache Noire : C'est comme une lumière éthérée descendue d'un ciel opaque et d'un noir insondable. Ma moustache me parle aussi. Moustache Rouge: C'est la moustache qui nous donne le rythme lorsque nous dansons. C'est une symbiose, une véritable fusion des deux corps animés par le désir de la danse. Il s'agit probablement d'un genre de magie divine : cette moustache est une bénédiction ! Moustache Blanche : Je me rappelle encore, j'étais dans l'infortune... La moitié de mes salariés avaient péri d'une famine terrible. Et un soir, j'ai eu une apparition. Quelques jours plus tard, ma Moustache était là. Mes affaires se portent désormais à merveille. J'en remercie la Moustache à chaque pas de danse. N.D. : Comment vous projetez-vous d'ici un an ou deux ? La «Moustache mania» sera-t-elle durable ? Moustache Blanche : Il est trop tôt pour le dire. Mais chaque jour qui passe, nous voyons la Moustache gagner un peu plus le cœur des gens. Nous n'avons pas

10


Moustache Blanche : Parlez-en autour de vous et venez nombreux !

Moustache Rouge : Nous voulons faire de grands concerts rassemblant le plus de monde possible autour de l'esprit Moustache. Nous espérons pouvoir également étendre notre troupe. Moustache est un mouvement libre et n'importe qui peut nous rejoindre s'il a l'esprit de la danse en lui.

Nous préciserons l'existence du fanclub officiel des Moustaches Colors, qui regroupe des hommes et des femmes de tous horizons rassemblés par leur passion pour la danse. Diverses activités sont organisées pour vivre le phénomène Moustache au plus près de vos idoles. Concours et rencontres avec les artistes sont proposés, de même que les ateliers « Mini-Moustache» pour les plus petits et la réinsertion des jeunes défavorisés. Chaque nouvelle inscription sera récompensée par un superbe pin's Moustache ! Pour toute information ainsi que les inscriptions, vous pouvez contacter la responsable du fanclub, la délicieuse Becky Walters.

Moustache Noire : Il y aura de la Moustache tant qu'elle poussera. N.D. : Un message à faire passer aux lecteurs de l'Orr Express ? Moustache Rouge : Nous allons donner un grand concert lors de la Fête de la Liberté, et vous êtes tous conviés à la fête ! Vous pouvez aussi rejoindre le fanclub Moustache.

Theatre du Bookah

l'intention d'arrêter ce qui apporte tant aux autres.

 Niles Darjeeling

11


Weh No Su

RP

– Weh No Su – Votre Horoscope mensuel Rat : autonome, discret. Réputé pour porter bonheur à son entourage. Buffle : patient, courageux et persévérant. Toutefois, sa vengeance n’est pas à prendre à la légère. Tigre : dynamique, instinctif et audacieux. Le tigre repousse sans cesse ses limites. Lapin : discret, réaliste et serein. Il cherche à ne jamais créer de vagues. Dragon : ambitieux, énergique et charismatique. Le dragon fascine et inspire la force. Serpent : cultivé, raffiné, philosophe et efficace. C’est un symbole de sagesse.

Cheval : sociable, actif, bavard, imprévisible, déterminé et rapide. Chèvre : artiste, intuitif et délicat, très porté sur l’esthétique et la beauté. Singe : enthousiaste, inventif, amusant par son humour, doué dans de multiples matières. Coq : excentrique au regard des autres, il cache sous sa superficialité une grande rigueur. Perfectionniste et engagé. Chien : logique, réaliste, fidèle et généreux. Vous ne supportez aucune injustice. Cochon : calme, serviable, responsable, honnête. Il incarne la prospérité familiale.

Les affaires vous sourient ce mois, semble-t-il … un bon conseil, allez parier à la Foire du Dragon sur les moas ! Question amour, vous pêchez de ce côté-là. Attendez un peu, si vous ne souhaitez pas essuyer plusieurs râteaux mémorables.

Pendant que vous vous acharnez à poursuivre la fortune, vous passez à côté de belles opportunités. Posez-vous, reprenez votre souffle, et ouvrez bien les yeux. Votre environnement est plein de ressources.

Vous voici d’une forme incroyable ! Prenez garde à ne pas être trop sûr de vous, un défi lancé par une personne peu fiable pourrait se retourner contre vous. Néanmoins, vous devriez profiter de cette vigueur inespérée pour faire du ménage dans vos ennuis.

Alors que vous vous en sortiez bien, un ennemi se déclare à vous ! Vos idées bouleversées, vous devez impérativement vous remettre sur pied ! Et suivre ensuite la célèbre et très efficace devise d’un génie Asura : « Courage, fuyons ! »

Une bien grande bonté vous anime en ce moment. N’hésitez pas à faire un don au monastère Eldvin (vallée de la reine, en Kryte) pour les infirmes, et la production de la bière sacrée. Vous n’en serez que bien mieux vu par les autochtones, et les alcooliques. Petit à petit, vous parvenez indéniablement à ce que vous aviez entreprit. La chance vous sourit à présent, alors foncez ! Et vous aurez enfin la reconnaissance que tous vous doivent. N’hésitez pas, si vous doutez un peu, à faire une petite pause, pour vous reconcentrer sur votre idéal. Voici le signe de ce numéro ! Dragons, vous ne pouvez plus vous sentir, à cause, ou grâce à cette foire en votre nom. Tentez de retrouver un brin de modestie, avant que votre entourage n’en subisse les conséquences, et vous aussi … Vous cessez de tremper dans des affaires sombres pour revenir vers la lumière. N’oubliez pas votre famille dans l’amas de paperasse inhérent à votre travail. Abandonnez un instant vos rêves de gloire pour vous tourner vers eux, les bienfaits n’en seront que plus importants.

Votre mois s’annonce monotone, ennuyeux au possible, et vous recevrez des propositions embarrassantes. Tâchez de faire bonne figure pour passer ce moment délicat. Vous pourrez bien entendu compter sur l’efficacité de votre ami le plus cher. Vous vous prenez sans cesse le bec avec vos amis, et particulièrement les dragons. Faites appel à ce que vous avez de diplomatie (si vous en avez) pour vous réconcilier, et tenez-vous loin des autres conflits ! Vous y jeter à coeur perdu ne ferait qu’envenimer les choses. Ce mois verra une chose incroyable se produire. Elle aura un impact certain et indéniable sur votre vie future. Vous ne pourrez pas l’empêcher d’arriver. Restez serein, il ne vous reste plus qu’à attendre l’instant fatidique. Vous voici dans la mouise jusqu’au cou. Vos amis vous oublient, ainsi que votre famille. Ne restent que vos relations, que votre esprit manipulateur essayera de ramener vers vous. Nombre de projets se jouent à présent à peu de choses pour vous …

12


– Archives du Prieureé – La Bibliothèque du Savoir

Retour sur Guild Wars Utopia Le premier Guild Wars a connu trois stand-alone, Prophecies, Factions et Nightfall, ainsi qu’une extension, Eye of the North. Chacun de ces stands alone nous a permis de découvrir un continent du monde de Guild Wars : la Tyrie, Cantha, et enfin Elona. Mais saviez-vous qu’une autre campagne était prévue après Guild Wars Nightfall ? Comme vous l’aurez deviné, son nom n’était autre que Guild Wars Utopia. Les joueurs du premier Guild Wars auront peut-être entendu parler de ce jeu qui devait sortir en avril 2007. La communauté du premier Guild Wars s’est intéressée de près à ce nouvel opus dont le nom a été mentionné pour la première fois en avril 2006. Que devait nous apporter Utopia vis-àvis du lore ? Pourquoi le projet a-t-il été annulé ? Voici les informations que l’Orr Express a pu rassembler pour vous. ucune démo de Guild Wars Utopia n’a jamais été présentée au public. Notre article est une synthèse des rumeurs et artworks qui ont été publiés sur Internet et via l’article de PC Gamer de 2007.

A

Le premier Guild Wars nous a habitués à nous faire voyager à travers le globe. Les joueurs purent ainsi évoluer dans des paysages asiatiques avec Factions, puis africains avec Nightfall. Utopia devait avoir pour thème la civilisation sud-américaine et nous emmener vers un continent à l’ouest de la Tyrie. L’inspiration aztèque est saisissante lorsque l’on se penche sur les artworks

réalisés pour cette campagne. Une arène gigantesque, des pyramides et des temples, de vieilles ruines, des volcans, des totems ou encore des cascades verdoyantes envahissent les décors d’Utopia. Les antagonistes de la campagne étaient connus sous le nom de Tannecks, une race assoiffée de sang. La communauté pense que les Tannecks sont devenus les Destructeurs dans Guild Wars Eye of the North. Utopia devait en outre nous apporter deux nouvelles professions, qui ont été appelées à l’époque par la communauté le Chronomancien (un mage capable de manipuler le temps) et

Archives du Prieureé

HRP

l’Invocateur, sur la base des artworks présentés. La technologie devait probablement jouer un rôle important dans cette campagne, ce qui n’est pas sans nous rappeler la civilisation Asura vivant sur la Côte Ternie, elle aussi capable de manipuler le temps et l’espace (cf. les Fractales des Brumes et les portails Asuras). Notons de fait la présence troublante de golems dans certains artworks. Cet opus contiendrait beaucoup d’idées qui auraient été reprises ensuite pour Guild Wars 2. Ainsi un rapprochement est possible entre la race des Sylvaris et celle des Sidhes.

13


Archives du Prieure Utopia devait également apporter de nouvelles armes telles des hallebardes, des lances, des javelines, des épées à deux mains, des masses d’arme ou encore des haches à deux mains. Mais la feature la plus surprenante d’Utopia était sans doute l’introduction des montures. Comment notre expérience de jeu aurait-elle été modifiée si une telle possibilité avait été offerte aux joueurs ? Pourquoi le projet a-t-il été annulé ? A l’époque du premier Guild Wars, ArenaNet avait prévu de sortir un nouvel opus tous les 6 mois pour soutenir son business model. Une contrainte de temps souvent frustrante pour les développeurs qui voyaient leur créativité quelque peu bridée. « Nous nous sommes réunis pour discuter du contenu de la quatrième campagne et nous avons

compris que nous ne pourrions pas réaliser tout ce que nous avions prévu » expliquait à l’époque le game designer Eric Flannum pour PC Gamer. Chaque nouvelle campagne apportait son lot de nouveautés au niveau du gameplay et complexifiait le jeu. Si cela pouvait réjouir les joueurs vétérans, en revanche, les nouveaux joueurs devaient être confrontés à des tutoriaux de plus en plus longs pour appréhender toutes les mécaniques du jeu et comprendre toutes les subtilités d’une liste de compétences de plus en plus chargée. Une véritable barrière à l’entrée pour les débutants. Plutôt que de rendre le jeu encore plus complexe en sortant une nouvelle campagne, ArenaNet préféra partir sur de nouvelles bases qui seraient plus tard les fondations de Guild Wars 2. C’est ainsi que le projet Utopia prit fin. Eye of the North suivi alors en 2007 pour

préparer les joueurs de Guild Wars à l’univers de Guild Wars 2. Plusieurs éléments d’Utopia furent repris pour l’extension, notamment via la Côte Ternie, puis plus tard probablement pour Guild Wars 2.

Guild Wars Utopia demeurera un projet avorté mais qui aura été une base de réflexion importante pour Guild Wars 2. Pouvons-nous espérer voir les professions du Chronomancien et de l’Invocateur dans le futur ? Des montures serontelles un jour introduites ? Cela est peu probable mais ne nous perdons pas en conclusions hâtives. Nous espérons que cet article de synthèse vous aura permis de découvrir l’existence de cette campagne ou à défaut de vous apporter un éclairage nouveau.

 Pipp

Sources : http://wiki.guildwars.com PC Gamer no. 161 Mai 2007

14


– Chroniques de Lyria – A la découverte des fines plumes de Tyrie LA LEGENDE DES LAMES DES ASTRES

O

n dit que quitter sa demeure est un envol pour la vraie vie. Mais on dit aussi que quitter les siens est indigne. Abandonner sa patrie est une trahison. Je ne suis pas de cet avis. Tout au long de mon périple, j'ai toujours gardé à l'esprit les traditions de mon sang, de mon peuple. Je suis un Norn, je m'appelle Rogal Bouteneige, et je vous conte ici ma légende. Un jour de l'an 1108, j'ai fait un bagage et ai laissé Gunnar derrière moi. Mes pas m'ont fait traverser cette grande et magnifique contrée qu'est la chaîne des Cimefroides. J'ai commencé à construire ma légende en abattant des loups à coups de pied, en fracassant des crânes d'ours avec mes poings, en assommant des Jotuns avec des pierres. Pas un ennemi ne m'arrivait à la cheville, et la fierté coulait dans mes veines comme la bière dans le gosier de mon père.

Chroniques de Lyria

HRP

La neige trempait mes vêtements et pourrissait mes bottes. Les cailloux tranchants m'entaillaient les mollets comme un fil coupait du beurre. Mon corps découvrait la vie d'aventurier, et j'aimais ça. Pourtant mes provisions s'amenuisaient. Mangez du dolyak cinq fois par jour pendant deux mois, et vous verrez que la viande prend étrangement un sale goût de terre et de poussière. Il me fallait autre chose. C'est à ce moment que j'ai fait une déviation. J'ai été à l'Arche du Lion. Ces crétin d'humains me prenaient pour un de ces idiots de géants, si bien qu'ils avaient failli me mettre dehors à coups de lance ! Enfin, j'ai tout de même dû remercier ce type bizarre aux cheveux blancs pour m'avoir permis de refaire mon paquetage. Il avait l'air tout gringalet dans son costume de bourgeois, mais il savait parler à un Norn. J'aurais bien descendu quelques bocks avec lui, mais la ville puait le poisson et mes Cimefroides me manquaient. Quand j'y suis retourné, une grande chapelle se dressait dans le paysage. On avait osé construire cette chose affreuse au sommet d'une montagne, à quelques mètres d'un profond ravin ! Qui donc était assez idiot pour faire bâtir une telle monstruosité ? J'ai voulu visiter les lieux, et c'est là que j'ai entendu cette rumeur. Quelques mots qui avaient changé ma vie. On parlait au détour d'un couloir d'une grotte à l'est des Cimefroides. Une excavation encore jamais explorée. « Cette grotte est à moi ! » J'ai du hurler quelque chose dans ce goût-là, à ce moment. Sur l'instant, j'ai cru bon de penser que revenir à Gunnar avec cette découverte à mon tableau honorerait ma mémoire. Une demie portion s'est approchée. « Sûrement pas » a-t-il répondu d'un bloc. La primeur de la découverte reviendrait au Prieuré de Durmand. Je ne savais pas ce qu'était cette bête-ci, mais ce bouffon en robe de chambre ne me volerait pas ma grotte. Il était parti en courant vers le Cœur des Cimefroides, comme s'il savait où il allait, alors je l'ai poursuivi. Un humain, c'est petit, mais ça court drôlement vite ! Bien que son endurance était largement inférieure à la mienne, évidemment. Tout le monde ne peut pas vider un baril d'hydromel en moins de deux minutes. Cul sec. Et tenir toujours debout. Quand je l'ai enfin rattrapé, il faisait beaucoup moins le malin, aux prises avec une escouade égarée d'Ettins enragés. Le pauvre essayait de les refouler avec son cure-dent. J'ai fracassé quelques membres, puis les bestioles sont reparties le gourdin entre les jambes. Le gars m'a remercié. Il s'appelait Jen Damens et avait participé à la fondation de son Ordre. M'avait-il dit. C'est étrange comment deux chiens peuvent se faire la guerre pour un bout d'os, alors qu'ils peuvent unir leur force pour éviter qu'un loup ne vienne le leur voler. Le microbe ne m'a plus jamais lâché. Il voulait m'accompagner. J'ai accepté : après tout, rien ne m'empêcherait de lui écraser la tête entre deux cailloux le

15


Chroniques de Lyria

moment venu. On est donc parti vers l'est. Et on a marché. Encore, et encore, jusqu'à ce que les dernières neiges des contreforts ne soient plus qu'une mélasse boueuse qui colle au cuir. Vous avez déjà vu un de ces gros chats faire un vol plané sur vingt ou trente mètres ? Quand celui qui a appris à voler grâce à ma massue en a fait l'expérience, il a tout de suite compris qu'il ne fallait pas sauter sur moi toutes griffes dehors pour essayer de me manger. Le Charr noir avait les crocs, alors je lui ai donné un steak. Pas l'humain, même s'il était terrifié qu'une telle bête dévore l'une de mes proies devant lui. En mangeant, il a dit qu'il cherchait une grotte cachée dans le coin. Qu'elle n'avait jamais été fouillée. Et que si on le gênait, il nous ferait la peau. Il n'avait qu'à venir, je l'aurais accueilli comme mes parents ! À grand renfort de gnons ! Le chat nous a accompagné, il s'appelait Vorkal Fendserpent. Parce qu'il tranchait ces saletés de Kraits en deux pour les tuer. Damens voulait qu'il marche devant : le petit homme avait peur de la petite bête. C'est bien la petite bête qui mange les humains, non ? Les deux faisaient la paire de nigauds dont ma légende aurait bien pu se passer. Le Charr disait avoir perdu son unité à l'ouest d'Ascalon, et qu'il pensait que ses soldats étaient partis vers le sud. Je pense personnellement que c'était une lavette qui avait réussi à sauver sa vie de la folie du Roi et qui s'était perdu. On a voyagé toujours plus vers l'est, et un beau jour de 1109, on l'a découvert. Cette satanée grotte. Une immense entrée carrée, comme un portail qui ne demandait qu'à être franchi, entre deux pics rocheux, à l'ouest du dernier bastion humain d'Ascalon. On s'est tous approché lentement de la grande galerie : large comme dix ours et haute comme dix Norns, on aurait pu y construire trois maisons. Il y avait des os, des rochers, du sable et des torches éteintes partout. On s'est regardé, puis on a dégainé : désormais, c'était chacun pour soi. Damens le Lâche a foncé droit dans la grotte, et Fendserpent a essayé de l'arrêter. C'était sans compter sur ma massue qui l'a envoyé valser contre un mur. Le petit homme courrait toujours aussi vite, mais le Charr galopait comme un lapin. Pendant dix minutes, en avançant, on s'est échangé des coups de masse, d'épée et de griffes. Et pour couronner le tout, les couloirs, les pièces qu'on a traversé pour essayer de se semer les uns les autres, étaient toutes piégées ! Que l'esprit du Loup m'en soit témoin, c'était un miracle qu'on ait réussi à aller au bout de cette fichue grotte ! Le Charr et moi allions pulvériser le moustique quand on l'a vu. Cette étrange lumière, derrière Damens, derrière un rocher. On a tous rangé nos armes et on a fait rouler la pierre. Le but de ma quête était là. Le trésor de ma légende. Un rayon de lumière sortant d'un puits sans fond, baignant un autel d'argent dans ses reflets irréels. L'humain s'est approché du trou et une voix lui a murmuré de prier. Il a prié, et l'autel s'est ouvert. On y a trouvé trois pierres. Une rouge, une blanche, une bleue. Découvrir quelque chose qui n'existait pas avant, c'est un peu comme apprendre que son enfant de quinze ans est celui du voisin. Que le rôti du midi datait d'une semaine. Qu'un Asura, ça se reproduit comme nous. Un choc, en somme. Je n'avais jamais vu de pierre pareille, alors que mon frère est forgeron et voit passer toute sorte de choses. Fendserpent a dit que c'était pas de la pierre, mais du métal. Il avait la blanche dans les pattes. Damens avait prit la rouge et m'avait lancé la bleue. La voix d'avant nous a alors dit à tous les trois que les pierres venaient du ciel. J'avais l'impression d'être saoul et sobre à la fois. Désagréable : imaginez un breuvage mi-bière, mi-eau... Damens avait le Fragment du Soleil, Fendserpent avait celui de la Lune, et moi celui des Étoiles. On nous a dit d'en faire des armes et de les ramener chez nous. Pendant sept ans. Sept maudits hivers sont passés avant que notre forge improvisée ne réussisse à faire fondre les pierres. Le temps n'était le for de personne, si bien que le Charr avait perdu trois crocs, que l'humain avait reçu une belle griffure sur son visage, et que ma main droite avait perdu deux doigts. Je ne saurais pas vraiment dire comment cela s'était produit, j'étais en train de marteler un mur avec ma tête à ce moment-là. Mais on a réussi : les roches ont fondu les unes après les autres. Damens a fait une lame courbe. Un croissant long comme son bras. Il a battu le métal avec une pierre. Il a poli le tranchant pendant deux jours sur sa propre épée après avoir édenté le bas du fort. Le cimeterre était jaune orangé, et lorsqu'il fut terminé, chaque coup qu'il portait créait un brasier à l'impact et enflammait la lame. Il voulait l'appelé Shamshir flamboyant, mais c'était trop ridicule. Après réflexion, on a appelé son arme la

16


Fendserpent a fabriqué une épée droite. À double tranchant. Le Charr savait ce qu'il faisait. En quelques heures seulement, le principal était fait. Il ne lui manquait plus qu'à polir le tout, aiguiser les bords et lui trouver un nom. Il a choisi le Clair de Lune. Il ne faisait rien de particulier, si ce n'est que lorsque l'occasion se présentait, la lame se faufilait dans les faiblesses des murs pour les détruire d'un unique coup. Sans forcer. Quant à moi, j'ai fondu la pierre bleue. J'ai récolté plus de métal en fusion que les autres, alors j'ai fait un espadon. Un très gros espadon. J'ai battu le fer pendant une journée pour lui donner une forme à la fois menaçante et tout aussi efficace. Même une légion entière de Charrs aurait compris qui était le patron face à cette arme. J'ai affilé les bords de l'épée pour en faire une véritable machine de destruction. Un engin de mort. La clé du monde des esprits. Quand je l'ai terminé, je lui ai donné le nom d'Éclat Stellaire. Et elle pouvait détruire des rochers à distance avec une projection d'onde ! Les armes étaient chacune plus belles que leurs sœurs. Et chacun d'entre nous étions jaloux du butin fraternel. À peine étions-nous sorti de la grotte que les fers se sont croisés. Nous avons combattu jusqu'à la mort, blessant, coupant, brûlant les chairs, la fourrure et la peau de quiconque se trouvait à portée de main. Fendserpent, Damens, et moi. Nos lames nous ont bernés. Moi qui étais parti pour une noble quête, j'ai tourné mon regard vers l'avidité : la Morsure du Soleil et le Clair de Lune devaient m'appartenir. J'avais tort.

Chroniques de Lyria

Morsure du Soleil.

Une journée entière s'était écoulée quand le combat a pris fin. Nous étions meurtris, blessés dans l'orgueil, presque morts. Le Charr a été le premier à se relever. Il a rengainé le Clair de Lune, puis nous a dit adieu. Je ne l'ai jamais revu. Je me suis levé en second et j'ai fait la même chose : j'ai accroché mon Éclat Stellaire dans mon dos. J'ai aidé Damens à se redresser. Nous nous sommes salué, puis il est parti. Je ne l'ai pas revu non plus, ni lui, ni la Morsure du Soleil. D'ailleurs, je n'ai jamais plus revu personne. Mon sang coulait à flot, j'aurais pu en servir des pintes à la volée. La précieuse vie me quittait alors que je n'avais même pas vu lequel des deux m'avait tué. Et pourtant, je n'étais pas encore mort. Mon destin n'était pas celui de m'effondrer à l'entrée d'une grotte. Ma légende n'était pas terminée. Pour parfaire mon mythe, je devais retrouver les miens. Ou du moins, refouler la terre qui était mienne, huit ans auparavant. Mes pieds m'ont porté jusqu'aux Lointaines Cimefroides. À l'heure où j'écris les dernières lignes de ma quête sur mon dernier rouleau de parchemin, mes jambes cèdent sous mon poids à l'entrée de Gunnar. Il fait nuit, et personne ne me voit. Le froid gèle mes os, cristallise les dernières gouttes de mon essence de vie sur ma poitrine et fait pleurer mes yeux. Et enfin, entre deux coteaux au loin, je les vois. L'Ourse. Le Loup. Le Corbeau. Ils m'attendent pour finir ma légende. La Chasse est terminée, et on chantera mon nom pendant mille ans. Enfin. Je suis chez moi.

 Men Chiu

Trois questions à l’auteur… Quel personnage joues-tu sur Guild Wars 2 ?

Quand et pourquoi as-tu commencé à écrire des fanfictions pour Guild Wars 2 ?

Aurais-tu des conseils à prodiguer à des auteurs en herbe ?

Saelya Men est mon personnage principal. C'est avec elle que j'ai terminé l'histoire, que j'ai fait la plupart des donjons, que j'ai exploré la carte au maximum, bref, que je préfère. Très clairement ! C'est une Gardienne Humaine de niveau 80, que j'ai créé, au début, pour une unique raison : l'histoire RP de mon personnage principal sur Guild Wars premier du nom.

Avant de commencer à écrire des fictions GW2, j'ai d'abord créé une histoire de guilde appelée Les Chroniques de la Destinée, pour ma guilde sur Guild Wars. Puis dès la sortie de Guild Wars 2, j'ai voulu continuer d'écrire l'histoire de mes personnages. C'est alors que j'ai commencé à écrire A la recherche de mes origines. Puis quelques semaines après, j'ai commencé des mini-fictions.

Je n'ai personnellement que trois maîtres-mots : inspiration, internet et écriture. Inspirez-vous de tout ce qui vous entoure, et votre cerveau fera la moitié du travail tout seul. Internet vous permettra d'avoir l'auditoire franc que votre cercle d'amis ne sera jamais. Et pour finir : tous les grands auteurs ont commencé au bas de l'échelle. Ils ont tous fait des erreurs. Écrivez et vous deviendrez écrivain.

17


Histoire Vivante

– Histoire Vivante –

HRP

Tout savoir sur l’histoire mensuelle

Changement de décor pour ce mois de mai, l’histoire vivante quittait la neige et le froid de Cimefroides pour une destination plus « paradisiaque » : la Crique de Sud-Soleil. Transition avec la campagne Flamme et Froid… L’Alliance de la Fusion est tombée mais de nombreux réfugiés sont restés au sud, n’ayant plus d’endroit où vivre. On retrouve principalement ces réfugiés à Hoelbrak et à la Citadelle noire mais aussi à l’Arche du Lion, ce qui n’enchante guère le Conseil des capitaines qui craint l’augmentation de la criminalité dans la cité commerciale. Le conseil s’empressa alors d’accepter l’offre du Consortium qui proposait

d’embaucher de nombreux réfugiés sur l’île de Sud-Soleil pour poursuivre la construction d’un lieu de villégiature pour nobles et autre fortunés. Oui mais… Le Consortium n’a pas la réputation d’être honnête et les réfugiés comprennent vite le piège. Leurs contrats les désavantagent et ils se sentent exploités. Cette situation tendue aboutit à de nombreux conflits entre colons et membres du Consortium. Et pour arranger le tout, la faune locale redouble d’agressivité, attaquant régulièrement les campements.

L’enquête de la garde du Lion Finalement, la garde du Lion décide d’intervenir et envoie sur place l’enquêtrice Ellen Kiel afin de rétablir l’ordre sur l’île. On apprend alors que l’agressivité de la faune est due aux actions d’un sylvari, Canach, travaillant à la base pour le Consortium (qui nie être responsable de quoique ce soit dans cette affaire). Canach est alors arrêté et on apprend que son action partait d’une bonne intention : aider les colons, en détruisant les contrats qui les lient au Consortium.

 Hety Lespiegle

Le fin mot de l’histoire Malheureusement la capture de Canach n’arrête pas l’excès d’agressivité des karkas et une reine fait son apparition. C’est finalement l’inspectrice elle-même qui réussira à détruire les archives, libérant les réfugiés de leurs contrats déloyaux, leur permettant ainsi de participer à la foire du Dragon, évènement de l’histoire vivante de GuildWars 2, disponible depuis la mi-juin.

18


– Miroir de Lys – La parole aux joueurs

Cypries : La Rose et la Plume

Miroir de Lys

HRP

La Rose et la Plume est une guilde Sylvari, âgée de quelques mois seulement, s’adressant IRP aux Rêveurs de toutes sortes, et HRP, autant aux débutants qu’aux rôlistes confirmés. Petite interview avec Cypries, loyal bon de son état. Aldanys - Cypries, tu es le porte-parole de la guilde sylvari la Rose et la Plume. Guilde qui réunit les végétaux dans le but de les éduquer, me semble-til. Cypries - C’est notre objectif le plus évident, en effet. A - Qui a été à l’honneur sur EO pendant un bon moment, suite à un évent important, concernant la campagne contre le Cauchemar. C’était la prise du cercle de Cigüe, non ? C - C’est vrai que c’est cet évènement qui a le plus marqué l’ouverture de notre guilde. Auparavant, nous étions un regroupement de sept amis, tous passionnés du RP sylvari. Le RP de notre groupe nous a amené à un premier chapitre de campagne contre le Cauchemar, dont la prise du Cercle de Cigüe, fameuse enclave du Cauchemar dans la forêt de Caledon, a marqué la fin. Pour cet évènement-là, nous avions réuni une quinzaine de personnages joueurs, animés par deux MJ. Heureusement pour nos personnages, la bataille, bien que rude, a tourné en faveur du Rêve. Assez enthousiasmés par cette longue soirée de RP, nous avons commencé à nous rendre visibles en forums, et à développer l’idée originale de notre guilde : une école pour Sylvaris. L’idée, nous l’avions depuis le début de cette année 2013. Et c’est donc fin avril que nous avons débuté la mise en place concrète, avec des petites annonces pour regrouper une communauté de joueurs intéressés. Début mai, il y a eu une soirée RP d’inauguration de l’école au Bosquet, qui a regroupé pas moins une trentaine de personnages. A la fin de cette soirée, nos effectifs sont passés de 7 à 21. A - Suite à quoi vous avez stoppé le recrutement. C - Nous avons fermé les recrutements pour prendre le temps de bien intégrer tout le monde, en effet ! Tripler d’effectif, ce n’est pas rien !

A - Effectivement, surtout pour une guilde toute jeune, située dans un endroit un peu reculé, et ne s’adressant qu’aux Sylvaris. C - Nous avons été assez surpris du succès mais heureusement, nos préparatifs et notre solidarité nous ont permis non seulement de ne pas imploser, mais de parvenir à construire un projet qui marche ! Et puis la quasi-totalité des nouveaux recrutés étaient enthousiastes et prêts à s’investir réellement dans le projet, ce qui a été plus qu’une aide. A - Nous y reviendrons. D’abord, les questions bateau. C - Très bien, je t’écoute. A - Ce que l’on voit dans une guilde, quand on en recherche une, c’est généralement le nom. Pourquoi « la Rose et la Plume » ? C - La Rose et la Plume est une très bonne idée de la co-créatrice Filmania ! La rose est une plante capable de se défendre, que l’on peut opposer à la symbolique de la ronce du Cauchemar. Et la plume symbolise les connaissances, leur partage. A - Logique, effectivement ! C - Le nom est très poétique, et convient bien – selon nous- à l’ambiance du RP Sylvari en général. A - Je trouve aussi. Au tout début, j’ai parlé de l’école pour jeunes pousses. Mais vous avez d’autres objectifs.

19


Miroir de Lys

D’après ce que j’ai compris. La guilde n’est pas qu’un amas de professeurs et de jeunes Sylvaris, non ? C - Pas seulement, en effet ! On peut déjà citer quelques objectifs connexes à celui de l’école. Le cadre du RP, déjà, est assez propice aux débutants en RP, ou aux joueurs découvrant le lore de GW2. Le fait de démarrer avec une petite pousse encore assez ignorante fait que les joueurs ont le temps d’apprendre, de s’intégrer tranquillement, sans que les potentielles boulettes ne déclenchent de drames ! Les RP « scolaires » se veulent également très ludiques, très décalés, très … sylvaris dans l’âme. Il y a rarement un cours sans gâteaux, ou une semaine sans repas de fête … Au-delà de ça, l’école se veut un véritable « ciment » pour une nouvelle partie de la communauté RP, une partie qui fait vivre et encourage le RP rêveur qui jusquelà se jouait en petits comités. En effet, l’intérêt de jouer des « gentils » du côté Sylvari est souvent assez sous-estimé, et c’est en groupes assez vastes que l’on arrive à en comprendre tout l’intérêt ! L’école ne se concentre pas que sur l’aspect « plume», mais aussi l’aspect « rose ». Nous ne faisons pas que donner vie au Bosquet, nous coorganisons également une vaste campagne d’opposition, pour éviter de tomber dans une routine RP. A - Nous y voilà. C - L’opposition se traduit, bien sûr, par le conflit entre Rêve et Cauchemar ! A - Et justement, quels sont les events que vous proposez ? Je vois déjà des cours, des batailles, et des fêtes avec confection de gâteau. C - Très important, les gâteaux… le sucre est devenu un évènement fondamental du RP sylvari ! *rit* Tu vois juste, néanmoins, au niveau du découpage global des trois types d’activités RP dont notre projet se compose. Il y a déjà une grande part de « RP tranquille », où l’on donne vie au Bosquet sans plan prédéfini, où les personnages se rencontrent, partagent un repas, des jeux, etc. Il y a ensuite une part de RP ludo-éducatif, en moyenne deux à trois soirées par semaine. Chaque soirée a un thème et un responsable. Parfois on reste simplement au Bosquet, pour un cours théorique ou une soirée réflexion et de débats à la façon sylvari. A - Comme quoi par exemple ? C – Avant que j'oublie : l’école n’est pas un bâtiment ! L’école est un concept, une communauté. Les Sylvaris partagent des connaissances où bon leur semble. Par exemple, il y a des séances de réflexion philosophique, sur la sagesse de Ventari. Ou des cours d’Alchimie. Mais cette catégorie RP est également l’occasion d’aller se promener hors du Bosquet !

A - Encore un exemple ! C - Pour aller faire un entraînement avec des armes en bois à Caledon, ou aider les Sylvaris de Criquesable à récolter de la lavande. Ou encore, rentabiliser un puzzle de saut pour en faire un cours de sport ! L’important étant que nous gardons toujours cette ambiance sylvari, un peu décalée, un peu naïve, et surtout, tellement amusante, et parfois tellement pertinente ! Si tu veux bien, je vais rebondir sur les entraînements aux armes pour parler de notre dernière catégorie de RP ? A - Bien sûr. C – Le RP d'opposition, donc ! Nous avons créé un petit système de lancers de dé pour simuler l’aléatoire dans nos RP. Un système un peu inspiré de Donjons & Dragons, dans l’esprit. Chaque personnage de la Rose et la Plume, et tout personnage nous côtoyant souvent, est invité à se créer une fiche de personnage avec un total de points à se répartir entre différentes caractéristiques. Il y a aussi un système d’évolution, pour encourager les joueurs à faire tenir leurs personnages sur la durée pour qu’on évolue tous ensemble. Ce système permet aussi de mettre tous les joueurs sur un pied d’égalité ! Et c’est ce système que nous utilisons pour faire vivre la catégorie de RP disons militaire. Bien que militaire soit un bien grand mot pour des Sylvaris, mais l’idée est là. A - Une organisation qui combat ses ennemis, c’est l’idée qu’ils s’en font, j’imagine ? C - L’organisation est assez spéciale. Les Sylvaris sont du genre à ne pas trop comprendre l’idée de titres… ou l’idée de hiérarchie. Disons que les Sylvaris fonctionnent au mérite, à l’expérience, à l’action. Et c’est ainsi que nous jouons notre RP d’opposition. Même un Sylvari assez jeune, s’il se lance sérieusement, peut rapidement obtenir des responsabilités intéressantes. Pour décrire un peu mieux ces RP « militaires »… nous avons une trame scénaristique secrète, créée avec le meneur de la Cour des Supplices, Cynapium. Cette trame de base nous permet d’avoir une idée de l’orientation générale que connaît et va connaître la campagne. C’est d’ailleurs l’un des grands intérêts de notre

20


A - Ce qui fait beaucoup. Cette interview a pour but de faire un petit zoom sur votre guilde, mais aussi sur l’ensemble du RP sylvari. C - Avec plaisir ! Vu que c’est notre passion ! A - Rapidement, tu pourrais nous citer quelques spécificités de ce RP ? C - Le point le plus intéressant, selon moi, car le plus original, c’est de pouvoir jouer un personnage déjà adulte, mais sans « BG personnel ». C’est-àdire une jeune pousse. Jouer une jeune pousse dès son éclosion implique de ne pas la rendre intéressante par son passé, mais de laisser les autres joueurs que l’on rencontre rendre intéressant notre personnage. C’est une manière d’aborder le RP que je trouve particulièrement saine et orientée vers le partage, l’interaction. Un autre point original et inspirant est la dualité particulière entre le Bien et le Mal, que connait ce peuple. C’est une dualité binaire. Un Sylvari qui plonge du mauvais côté de la Force, disons, ne peut en revenir. A - Et devient une courgette du côté obscur du potager. C - Sauf si ArenatNet introduit un jour un élément offrant un moyen de revenir du Cauchemar, l’état de cucurbitacée maléfique est irréversible, oui ! A - Terrifiant. C - N’est-ce pas ! On ne se doute pas de la cruauté de toute cette situation, tant qu’on n’y joue pas !

Cet élément binaire et irréversible incite les joueurs à bien réfléchir sur la trame RP de leur personnage, et encourage une certaine stabilité. Et ça développe l’intensité dramatique des scénarios ! A part ça, quelques autres éléments du RP Sylvari à mettre en avant, voyons… il y en a vraiment beaucoup. Rien que leur vie de tous les jours est amusante, avec le façonnement végétal. Incarner un personnage avec une vision fraîche et décalée du monde, c’est également riche d’inspiration ! A - Au niveau des intrigues RP ? C - A tous les niveaux, selon moi. Pas seulement pour les idées stratégiques originales, mais également dans les RP quotidiens. Nous incarnons des personnages qui apparaissent avec une « banque d’informations » sélective, un peu aléatoire, qui les rend déjà intelligents… mais le Rêve avant l’éclosion ne suffit pas, par exemple, à expliquer un concept comme l’humour. Un Sylvari pourrait par exemple croire à une injure raciste si un Humain lui parle de gueule de bois ! A - C’est un grand décalage, c’est sûr. C - Je pense qu’on peut voir le RP Sylvari comme une ambiance et comme tout un tas de petits détails, qui construisent une saveur de RP que je n’ai trouvée dans aucun autre jeu vidéo ou jeu de rôle papier. Ce serait long de tout lister, le mieux est encore de venir tester ! A - Je voulais poser encore une question. C - Je t’écoute. A - Vous avez inventé une émote spéciale, les $...$, afin d’utiliser le Rêve, qui fait partie du lore de GW2. Est-ce que tu pourrais en parler un peu, et est-ce qu’il en existe d’autres ? C - Héhé, excellente question ! J’avoue que je n’y pense même plus, après neuf mois de RP à les utiliser … c’est devenu une vaste convention entre joueurs de Sylvaris. Le symbole « $ » a été choisi au hasard, au début, je l’avoue. Nous voulions juste un moyen visuel d’écrire le lien du Rêve. Au Bosquet, certains PNJs ont des dialogues qui mettent en avant l’existence de ce lien. Par exemple, un Protecteur va en voir un autre et lui dit : « j’ai senti que tu avais faim ! Tiens, voici un roulé à la cannelle ! » Nous voulions intégrer cela concrètement au RP, afin de rajouter une «couche» supplémentaire de communication. Les « $ » nous permettent donc de traduire de manière explicite aux autres Sylvaris liés au Rêve l’état d’esprit de nos personnages, ses ressentis, ses émotions … tout n’est pas forcément volontaire de la part de nos personnages. Par exemple, on peut, volontairement, faire passer un concept dans le Rêve. Ce qui permet de communiquer de manière conceptuelle et instantanée, sans être entendu des Humans, des Asuras, des Silencieux, etc. Mais un Rêveur qui a

Miroir de Lys

vaste campagne, je pense. Les principales guildes opposées, sont opposées en RP, mais en HRP, nous fonctionnons de manière collaborative ! Et sur cette trame de fond se greffent tout un tas de sous-quêtes. A - Donc vous interagissez avec d’autres guildes Sylvari ! C - Exactement ! A - Et … peut-on savoir lesquelles ? C - Nous sommes les alliés, en RP, de la Voix de Sève, l’autre principale guilde de Rêveurs à l’heure actuelle. Et nous sommes les ennemis, en RP, de la Cour des Supplices, une guilde du côté Cauchemar. Et nous avons ensuite de nombreux alliés ponctuels ou individuels, des membres de guildes alignées avec le « Bien », telles que la Maison Barentorn ou Cœur du Nord pour ne citer qu’eux …

21


Miroir de Lys

très peur va communiquer sans le vouloir cette peur par le Rêve, et la partager aux autres ! Car le Rêve communique par ressentis. On ressent ce que ressentent les autres et on s’en trouve, forcément, un peu teinté. C’est donc à double tranchant !

A - On peut donc terroriser les autres, sans le vouloir ? C - Surtout les plus jeunes qui ont moins de «défenses oniriques», oui ! A noter que nous n’abusons pas de la communication par le Rêve. Seul l’Arbre Clair, la Mère de tous les Sylvaris, parvient à envoyer des ressentis, des « appels », à très longue distance. Le Rêve a sinon, en gros, la même portée que des paroles. Nous n’encourageons pas d’abuser de cette télépathie. Un Rêveur qui a déjà grandi un peu parvient à moduler son Rêve, il peut « chuchoter », par exemple. D’ailleurs, je rebondis rapidement sur un sujet connexe, si tu veux bien ! Cette idée de ne pas abuser dans le RP. A - Je t’en prie. C - C’est un peu le cœur de l’ambiance de notre guilde, et au-delà de ça, de tout le RP sylvari actuel. Notre choix d’ambiance low fantasy, par opposition à heroic fantasy. Par low fantasy, on entend le fait que notre personnage n’est pas héroïque ni exceptionnel. A tout avantage, on accole un désavantage ! Et nous considérons qu’aucun personnage ne peut, par exemple,

traverser tout le Bosquet invisible disons. Ou qu’un personnage prenant des risques en solitaire dans la campagne militaire est très, très mal parti. Le système de jets de dés, également, encourage, voire même incite à la low fantasy. Chaque personnage a un total de points de vie, et un total de points de mana. Nous n’imposons bien sûr jamais une mort RP ! Mais ça suffit à faire réfléchir les joueurs sur les limites de leur personnage. Cette ambiance est d’autant plus cruciale dans une communauté de rôlistes qui commence à être très grande… au bas mot une cinquantaine de joueurs régulièrement touchés par nos RP sylvaris ! Car grâce à la low fantasy, tous les personnages peuvent trouver une place, une utilité, sans écraser celles des autres ! A – Ce qui doit éviter pas mal de problèmes avec les « godmod », et donc, des prises de têtes et disputes stériles HRP. C - C'est tout à fait l'idée. Encourager la collaboration et décourager l'égocentrisme ! A – Quelque chose à ajouter ? C – Voyons, voyons. Une conclusion amusante, peut-être ? Voici une comparaison trouvée par Kael Lincal, un de nos membres les plus récemment arrivés : la Rose et la Plume, c'est un peu le Poudlard du Bosquet ! On y apprend, on s'y fait des amis, on s'y amuse, et quand vient l'heure, on prend les armes pour combattre le Mal ! En tous cas, merci pour ton intérêt pour notre joyeux projet ! A – Eh bien, merci beaucoup pour avoir accepté cette entrevue, et avoir répondu à mes questions avec autant d’enthousiasme.

Pour en savoir plus sur la guilde, n'hésitez pas à consulter leur fiche de présentation sur Esprits d’Orr et leur forum de guilde (http://larose-et-la-plume.fr/forum/).

 Aldanys Navill

22


Defis de Primy

HRP

– Defis de Primy – Oserez-vous les relever ?

Remportez des codes t-shirts Guild Wars 2 in game avec l’Orr Express. Envoyez votre réponse et le nom de votre compte à concours@esprits-dorr.fr . Seul le premier de chaque jeu à donner la bonne réponse sera récompensé. Un seul code par compte autorisé.

1 Trouvez les 20 noms de guildes cachés dans le tableau pour découvrir le mot secret. Toutes les guildes cachées peuvent être trouvées parmi la liste des guildes RP recensées sur Esprits d’Orr tout serveur confondu. Soyez le premier à envoyer les 20 noms de guildes et le mot secret pour remporter un code t-shirt IG.

23


Defis de Primy

2 Mais où a donc été pris ce screen ? Envoyez le nom exact du point de passage de ce lieu pour remporter

un code t-shirt IG.

3 Soyez le premier à envoyer la grille complétée avec les bonnes réponses pour recevoir un code t-shirt IG. Horizontal 2. Épée de légende 11. Religion sous-marine 14. Entreprise commerciale 16. Fragment de temps 17. Voleur des profondeurs 19. Salutations asuras 20. Monument des Druides Vertical 1. Ville fantôme 3. Schismatique 4. Serviteur 5. Agent disparu 6. Rayonnement 7. Race bigarrée 8. Lame jumelle 9. Invisible 10. Espace entre les mondes 12. Cité inondée 13. Cité divine 15. Pyrotechnie 18. Oiseau des vents

24


Découvrez le 3e tome des romans de Guild Wars 2 : La Mer des Lamentations. Disponible depuis le 25 juin.

Death Sails the Seas . . . The lost kingdom of Orr lies beneath the ocean waves, an entire civilization swallowed by an ancient cataclysm. For centuries, it has lain dormant in the depths, its ancient secrets lost. Until now… The Elder Dragon Zhaitan has risen. In its wake, the drowned kingdom of Orr is reborn—and another is destroyed. The city of Lion’s Arch, for generations a cornerstone of civilization in Tyria, is brutally swept beneath the waves, leaving nothing but ruins. Among the survivors is Cobiah Marriner, a human sailor shipwrecked by the tsunami and stranded at sea. When he is rescued by a ferocious charr, Cobiah knows that he’s been plunged into a world forever changed. Now, Zhaitan’s undead servants dominate the sea, destroying port after port and slaughtering anything in their path. In the midst of ruin, Cobiah vows to see Lion’s Arch rebuilt. Amid the storm of the dragon’s rising, Cobiah must become a hero to his crew and an admiral to the pirate fleet, and face the ghosts of his past. Only then will he master the Sea of Sorrows and crush the armada of Orr.

25


L’Orr Express est une gazette à caractère roleplay créée par des joueurs pour des joueurs

© 2010–2012 ArenaNet, Inc. et NCsoft Europe Ltd. Tous droits réservés. NCsoft, le logo NC, ArenaNet, Guild Wars, Guild Wars 2, Guild Wars Factions, Guild Wars Nightfall, Guild Wars: Eye of the North et tous les logos et dessins associés à NCsoft et ArenaNet sont des marques commerciales ou déposées de NCsoft Corporation. Toutes les autres marques commerciales et/ou déposées appartiennent à leurs propriétaires respectifs.

26


Orr Express Juillet 2013