Issuu on Google+

-

130, RUE SAINT MAUR

PARIS

- XP

4

COMMISSi.ûN PLONGEE SOUTERRAINE _ *

1982

Dr: Lorotilli Cm. 94,Ruo Mithikt 01b00 Oyonnax fr: Nevroud M t im Boli d 'Arlod O I 2 û û Imllsmarda Publication# :Lehnnit R. a, Monimi f t Romain 39204 S i C k u d . Enouii P. & m i Long* Chompi 50310 Aloni.boum

Septembre

INFO

-

PLONGEE 35

a....

O

8 .

.S..O.W..I.r.n.

-

L i s t e d e s 8péléo- Secours en plongée.

-

Compte-rendus d !activit é a :

-

Compte rendu satirique du stage national 82.

- Accident dVUzelle.

%

- Tables d e plongée

- Bertrand LEGER - G.E.P.S. - S.C.I)ijon

USM.

Vous trouverez dans ce Ho une premikre l i s t e d e s plongeurs pouvant i n t e r v e n i r en cas de secours, éditée par le SC D i j o n , responsable d e a secours auprEs du

S . S . P . C e t t e liste, encore incomplète e t sujette aux erreurs, sera arrangée par départements dans l e s numéros & venir, a i n a i que les renseignements annexea ( matgriel d i s p o n i b l e , p o i n t s d e gonflage, e t c . .

)

Suit l e rapport d'accident qui a c o u t é la v i e & notre camarade " P e t i t Loup", p r i s au piege derrière la trémie qu'il venait d e désobstruer. Chacun pourra

en tirer les conclusions qui s'imposent.

Un autre a c c i d e n t

a eu

lieu ce samedi 28 septembre, dans la résurgence d e

P o r t - Miou, h C a a a i s (131, e t a coQ6é la v i e h deux plor~g=ursSuiasea,dont l'un e s t Michel Casellinij nous donnerons p l u s de d é t a i l e dans l e prochain Numéro

.

Le stage national d e Cabreret a.éfé une r é u s s i t e . Mous avons de plus en p l u s .*f les techniques, a f a i r e à de a plongeurs respo naab1 es qui ~ i e n ~ i e napprendre C .

a f i n d e les transmettre dana leurs milieux r e s p e c t i f s . C e t t e formule de atage,

crE@'en

76 par J. C.FUCUON,

e s t le véhicule d e s j d h e s

nouvelles, en matière d e plongée souterraine, e t a certainement contribuk h

réduire l e nombre d'accldenta dQa aux erreurs t e c h n i q u e s , ce qui e s t l e but recherché.


Dans un premier temps, il e a t pub1 ié simplement une list e de noms ; dans I n f o 36 se= dom4 la l i s t e des points de gonflage, e t des spécialisatioms n'autre part, l e s plongeurs i n s c r i t e , et ne voulant paa faire partie de c e t t e l i s t e , s o n t p r i e s de se faire connaftfe. De m&me que ceux n'y figurant pas e t désirant s'y t r o u v e r ,

.

Am : LOCATELLI -

Christian e t J o e l l e 94 rue Mïchelet Oyonnax (74) 77 16 07 P k U R I a Bruno , 1 rue Charle s V o i s i n Bourg-en-Bresse (74 ) 2 1 4 7 2 6 DERAIN Serge, Lotissemernt Sevrom SB E t i e m e du Bois (74) 23 09 33

-

HTES AI-S

:

Pas de plongeizr

45 Rte d e Comebarieu 71700 Blagmac (61) 71 35 14 PASCAL Jacques, rus V i c t o r Hugo -12700 Capdenac DUFAmT Alain, 8 rue A . Briand 12700 Capdenac ( 6 5 ) 64 77 04 CALDIER J, Paul, 30 Bd de la R4publique 12400 ST Affrique

AVEïFbXü : MATHLEU Alain,

(65) 99 clQIBBT%

:

13

5s

Pa8 de plongeur

LXiRREZE :Vl?,RLHAC Nichel, 70 rue J. Maiatm 19100 Prive ( 5 5 ) 29 02 81 BUGEL Urard, Tranche 24120 Terrasson ( 5 5 ) 87 03 05 COULOUNY J .P. 53 A v e de l'aigle La Plantade 191 10 (55) 96 '?2 59

-

CORSE: : CûTE

Pas de plongeur

D'OR : BARBIER Piarc 12 m e

des V i a o t t e ~21380 Messigny Vantoux

(80) 31 42 60 DEGûUVE Patrick, Rue de la Fontaine 21370 Plombi&res (La verrerie) (80) 33 67 Y? 66 55 53 K n D T P i e r r e Rue Charme:, 2137C: ~ e l a r s / ~ u c h(00) e 33 65 87 (80) 30 15 67 LtARTOTS P h i l i p p e 6Rte de D i j o n 2 1380 Savigny le Sec ( 8 0 ) 31 72 45 30 71 2 5 LAUFUUU Pierre 3 rue Vercongétorix 21000 Dijon (80) 66 14 36 MICHEL Jacques 8 nie Champ Prieur 21002 St Appolinaire (80) 72 1 5 3 7 66 66 b8 LEBIHAN Bernard 18 rue d e s Chézeaux 21560 Arc/ Til3e (80) 6 30 12 BGLAYE Eric 11 Ave 3. Jaurea 21000 D i j o n (BO 41 2 1 07 (80) 43 8 1 12 poste 360

5

DOUBS : -

-

CORDIER Régi6 e t Vincent rue Cusenier O r n a m (8 1 ) 62 11 96 F I L E 1 Elieabeth L i e d e 25440 Quingey LUTHIER Pascal Place du 8 aep.telubr-t: 2 F M D o m q 0 r i CHORVOT Gérard 8 rue Schweitzer 25000 Besançon DüROC Raoul 3 rue du 60" RI 25000 Besançon AUCAMT Yves 26 D rue de Chaleseula 25000 Besaçon (85) 46 73 23 (84) 24 2 1 60 SCHMITT Claude 41 rue de Danjoulin 90400 Vezelofs (84) 21 64 64 GAUTHIER Alain Bou10 t 701 90 Rioz ,(81 ) 56 72 29 G R P Î Georges 2 b i s rue des rochers Dmpierre les Bois 2 5 Fesche l e Chatel

PRCm : PIF,DOY Alain Beaulieu gare p a r Lablacherie MONTADE J.B. 36 Bd Gambetta 2 6 Montilimar

(75) 39

00

9?


GARD : LA-

Pierre 1 rue Gandhi Le Cloa d'.Orvills 30000 N h e a

( 6 6 ) 07 10 9 AüBERT i i k a n ç o i ~55 rue de la biche 30000 Nfmes ( 6 6 ) 26 86 42 BOSCHI J. Yvee 1564 chemin de la cigale 30000 Nfmes ( 6 6 ) 64 4 1 85 (66) 2 3 09 92 LAURENT ~ é m y46 me Rouget de L i s l e 30000 B h e a (66) 67 88 14 IELAUNAY Marc Les ~ u b é p h e s30200 ~ a g n li;/ceie o (66) 79 97 9%. GXRTOSIO Philippe me de la république 30290 Laudun (661) 50 2 5 53 ( 6 4 ) 04 16 60 JOLIVET Joël v i l l a g e de Nacelle 30580 LACROIX Marceau Nillaud 30000 - -. .. .--."-. . JüRA : FRACHON J . C Colonne 39800 Poligny (84) 66 63 43 (84) 37 2 1 34 BAnIOD Jean 67 Ave de La république 39300 Champagnole y 26 77 LF, PEWE6EC Robert 8 ~ o n t k eST Romaia 39200 St Claude (84) 45 20 92 (wS 45 10 45 . -.. JACQUIER François 2 5 rue du curé Marqui~391 70 S t L u p i c h . (84) 42 17 87 42 1 1 10

-

(w)

MEüRTHE e t MOSELIE : Pas de plongenr MOSELLE :

Pas de plongeur

IOBD : -

Pas de p l o n p u r

PYnENEES ATL, : LARRIBAU J.D 4 impasrse ~ o u m e n d a r è64140 ~ ~illhre 68 97 22 ( 5 9 ) 92 02 91 64320 Bizanoe ..

MEUN Gilbert 9 ter rue des gentiaiaes 39300 Lons 43 36 68 43 78 17 SEINE e t Marne : SANCIBZ Charles 303 AVe de la ~ i b é r a t i o n 77350 le ~ i e / ~ e i n437 e 26 19 439 95 33 poste 851. rPARSEWERRA Pierre 17 Bd Emancipation 91600 Savigny / Orge 996 50 30

(w)

DEUX SEVRF,S : STEFANATO J. Pierre

(49) 73 TARN : BARTHAS P a t r i c k TARN

e t G A R O ~;

08

7 33

impasse dee Equarts 79000 Niort 64 48 22

103 rue Marcel B r i guiboul 81 100 Castres

(63) 59 62 99 59 12 43

Pas de plonge=

VAR : DOU Grard m e du v6lodrome 83200 Toulon (9 ) 22 19 07 BERATO Patrick rue Changarnier 83000 Toulon4 94) 92 22 86

VAUCWSE : CHOUQIET J.C r o u t e de Caumont 84310 Moriéres ( 9 0 ) 22 48 92 PEmZ Patrick Route de B a p o l a 301 50 St Geniès de Cornolas ( 6 6 ) 50 2 5 O7 57 17 94 VERGIER Fred 20 Ave Monplaisir 84000 Avignon ( 9 0 ) 94 3.4 .40

TERRrPOIm de BELFORT : BOITUGNAT Philippe 7 rue de Berne gOOOO Belfort (84) 28 50 3 1 DUMENIL William 2 place Schumann 9OOOO B e l f o r t (84) 28 30 3 1 FRACHET J.Miche1 2 place Mont Dore 68270 kittenheim ( 8 9 ) 53 56 85 81 03 12


BELFORT : FROSSARD J. Marie 4 Ave St V a l h r t 70400 Bericourt (64).,46 13 44 26 77 41 MILLECAM Patri'ck 1 m e Marc Sangnier 90000 BELFORT (84) 28 30 31 BOUCHE dd RHONE :TOULOUNJIAN Claude 142 rue Abbé de l t E p 6 e 13005 Marseille (91) 49 91 06 48 97 70 poste 2370 DEBATTY fiarc +lLe Lubéron" M "1 val St Andrb 73

H F J U U U ? :GRILLES -Yves La Martelle rue du Pont de la Verune Bt A apt 22 34000 Plontpellier ( 6 7 ) 92 82 38 57 2 9 40

I S E B : BAMDTïES .Daniel 7 rue du DR Schweitzer 38100 Grenoble (76) 48 18 71 ( 7 8 ) 87 68 74 LEmR Bertrand 5 rue Brocherie 38000 Grenoble POGGIA Frédbric Le Massot Coi~blevie38500 Voiron ( 7 6 ) 96 22 16 O5 23 2 5 2 1 5 4 05 LICKERON Pierre 46 rue C. Debussy 38 Villefontaine (74) 96 3 1 28 ( 7 ) 854 45 3 9

RHONE : Pas de plongeur,

SAVOIE -

: FABTOLI J . louis l e s Cmse t t e s Verel 73230 Pragondan ( 7 9 ) 33 10 79 33 48 75 DUHAND Robert 601 rue de B e r t i l l e t ZUP 73000 Ghmbd3ny(791, 69 32 96 70 57 79 CAILUTTE J. P i e r r e 1184 Aire d'Annecy 73000 Chambéry

PARIS : mNDl3WEL Joël 2 rue d'Oslo -

'

75018 Paris (1) 206 52 19

686 04 40

ESSONNE; : I;EGUEB Françia et G r i c Résidence Le V i l l a g e A 3 91320 WISSOUS (7) 246 73 oo 920 18 2 9

mms SIPHOH 79 : Toujcurs en vente

Port ctimpris La C c : m m i ~ s i o ne s t

.

vatrn,

f a i t e s p a r t de vns d é s i r s

la commiseion au p r i x de 6 5 FF

ditiytie$t.inn

polir

d:ca itrtr;lt,?~grh.,updfi,

. PCUS po~~vrinso b t e n i r de la

C C ) L ~P ~ ++.O Q ~

à d e s prix int6mssamts, pas m o r n ~ l e .

Vends

3

déb&.silla:

"Aqiiiloni", 300 FF pièce

. Ecrire

à la Co:Plvn&e

qui transmettra. Vends 2 Monos 10L, 20a/300 B a r , 60C F'Ijl p i è c e . R.IE: PENmC 8, Montée

St Romain

. 39200 . St

.

Cln~~da

.


,

..

'

ACCIDENT A . . U SOURm BU MOULl3 DU

CRU

..

-----

.

..

Situation : La source du moulin du cru s'ouvre à 1500. m au SE du village d ' U z e l l e , vers'Rougeqiont E l l e , s e présente sou6 la forme. d'me

.

vasque en entonnoir qui descend en pente f o r t e . Au p o i n t bas de la Tas= que (-10 m) elouvre un interatrate étroit encombré de b l o c s ; l a t é r a l e s

ment un p e t i t puits très étroit con~titueune deuxième possibilité d'accès au système noyé i n e x p l o d .

-Prégaration e t déruulegent-d= - - - - - - c - -

I

&aip&oz&e :

I Dmai 1982 : P h i l i p p e fiELOUP e t moi-meme,

membres de la.SHAG à

Besançon organisone c e t t e plongée pour v é r i f i e r une p o e s i b i l i t é de la c 8 t e franchir la zone é t r o i t e d'entrée pax un puits ébouleux Bm. Arrivée au bord de la vasque vera 15 h e i r e ~ . Notre équipement de plongée comporte chacun deux bouteilles de 7 1, (pan dé manos pour P. elo ou^) gonflbes B 180 bars pour Leloup e t 100

-

environ pour ma%. Combinaisons ndo de 7mm. Bclairage sur casque. 15 h 45,

P. Leloup part en premier en'déroulant le f i l d'arime ; j e

le nuis immédiatement. Plusieurs essais de passage sont tenté^ dana le pinita, mais l'étroitesse des conduits ne nous permet pas d'acchder

.

dans . l a .galerie entrevue t m i ~ métres plua bas P. Leloup se d i r i g e alors vers le h i n o i r 9, ?Om et entame une d6aob~tlzuc.tionbien illusoire. Nfayamt-pas la place p o u r deux a ce point, e t la visibilit8

-

é t a n t nnlle dans le passage jtentame une,vérification des paroi^ à

la base de la vasque pour rechercher d'autres p o s s i b i l i t é s de p a s s a e ,

Par deux f o i s , j e rejoindrais P. Leloup pour l u i demander si t o u t

a l l a i t b i e n e t ses signes furent positifs. Une demi-heure aprbs le début de la désob~truction, le froid me gagnant e t m e s & s e r v e s d t a i r d i m i n u a n t j e ragagne la eurface. Je constate a ce moment-là quv@n'y a plu^ de bulles 2 la surface ;

P. Leloup a phbablement franchi 1 ' é t r o i t u r e

e t progressa dans

,.

le

siphon.

Trois

d fheure plus t&d

l e s bulles dapparaissemit à nouveau

pendant quelques instants, puis plus riea. Il é t a i t 117 heures.

h situation m'inquiétant,

j e v é r i f i e déjà que l e f i l dfarPwie e s t .

.

toujours bien ammaré e t j e constate qu'il a cédé. Une meaure rapide de ce fil ddmomtre que sa rupture s i e s t produite demiére ltétroiture d'air 6 tant insufPPsantes pour intervenir efficacement, ~e contacte d e e collbgues plongeure qui pourraient intervenir rapidement, dégade par P . Leloup. Mes &serves

-.


Entre 19 h 50 et 20 h 20 plusieurs plongEur6 arriven-t sur l e a lieux :

( Millecam, Schmitt, Dsoz-Bartholet e t Frossard ). Muni de nouvelles b o u t e i l l e s , jtdquipe lfentonaofr jusqu'à lfétroiture, s u i v i de Schmitt q u i ccnstate que l e passage e s t p a r t i e l l e m. e n t rebouché e t infranchissable

sans me i61-1.~elle d%aobstme t i o n !

; ,- , r.

,,:,,, , ,

,

.

,,

, ,

secours : -Ddroulement - - - - - bes---Vers 2 1 h 20, en tant que conseiller technique secours a d j o i n t d u D O U ~ S ,êt

en l'absence d e Yses Aucamt, CT, j e ddclanche le p l a n

s p é l k o sEcaurs en demandant à la gendarmerie d e Rougemont de pr&venir

les plongeurs suivants ; Doubs / Brocard, Gximme , Ckorvo t , D u r c c Jura / Frachon, Le Pennec, Rossigneux

/

Ain

Locatelli

Cote d'Or

/

Degouve, Baxbier,,,Le,Bihm, Lartois . .. J t informe 14. Faivre, maire ds -ln commune. A p a r t i r de 2 1 h

4 5 les

. . .

b r i g a d e s d u gendarmerze d e Rougemont, Baume l e s Dames e t l'Isle sur le

Doubs ainsi que les .sapeurs pompiers d e Besançon, Rougemont e t R o n t b k l i = ard a r r i v e n t sur 1 e s . l i . e ~ .Un cornpresseux e s t amené sur les lieux

..

poux xegonf l e r i e s b o u t e i l l e s .

La gendarmerie me piévient

que c e r t a i n s plongeurs ne peuvent &tre

contactée ; j e demande donc l'intervention des plongeurs S u i s s e s ,

..

(~sle, r Magnin, Brandt, Pahud , ) Apsés t ~ o i sheures de d6sobstruction, le passage peut à nouveau

3 tre . f r a h c h i

e t G r i m m e retrouve l e fil d t ariane d e r r i è r e I étroiture

.

quelque^ i n s t w t s après, C. S c h m i t t decouvre le corps de P. Leloup

à quelques mètres de ce pasfiage d t s o i t , à

- 14 environ.

.

,

-3"annQle donc 1a deroande d ' interner1 tion d e s p l ongetlro 811iasc 3. Ceux

du Jura', de l'Ain e t de la C o t e d'or ~ r r i v e n teul;-~!e 2Ei 15 e t 2B 3O e t ae c h a r g e r o n t de la récupéxatiom du corps de

P. Leloup, qui e s t

e f f e c t i v e à 3h 10. Le d o c t e u r J n n , p ~ x n m i n ele c o r p s e t signe l'acte de décès. 4h, f i n des sccoars. ,

-L'zcgigegt

.

:

Pendant que P. Leloup e x p l o r a i t la gp-lexie noyée après lf6troiture,

la pente de grzviers a probnhleincn.t gJ.i.ss6c ( f o r t e pente) e t r e f e m & l e passage. A son r e t o u r , P. Leloup ccnstate c e t t e réobstruction p a r t i e l l e , e t ne sachant pas la qusxitité d'ais qui lui r e s t a i t dans la

deuxième bouteille, (la prc:mi&se sera sstrouv&e vide) il t e n t e ~ aun passaga f o r c i en apnée d a n s la zone la plus b t r o i t e . Ses b o u t e i l l e s

seront retxouv&es à c 8 t é de lui, Je r e p r 4 c i s e qu'il n'avait pas de ma,nom&tres. Dea morceaux dg f i l guide ,&teient accroch4o dans ses robinetteries e t a v a i e n t 6 té coupks é t a i t normal.

. Par ailleurs, son 4quipement


étui.. Il,, restait a p d s v é r i f i c a t i o n 80 b a r s dane l'me de ses b o u t e i l l e s e t - l.._,._._.. e s deux d é t e n d e- .u- r s . , , f o n c t i o m i e n t .._....... ..-A-.. . no m l emen t A notre demanda, e t apr&q a u t o r i s s t : i o n des parents-de P. % e l--o k.- , '... une aritopsie f u t pratiquée Pour dé-të-hier l e s causea exactes de la mort. P.. LE%OU'Pavait 26 ans; bien qu'excellent plongeur, il ritavait . encore que peu d ' exp6 rienrce du.siphon. C.' é t..a i t p a -ailleurs ~ un...

Le

couteau B t a i t dans s o n

.

,

,- ,

,, ,

.+.

.

,,.

.,

,-

,

.

.

,.

. .-

excellent sp4léo.

--

p.

Docteur Jean BARIOD 39300 Champagnole 4.

, ,

E t analyse des t r o i s derniers a c c i d e n t s de p l o n d e siulvenus dans la

région, faisait ressortir deux p o i n t e particuliers : un comportemernt anormal du plongeur la p.résence de réserve d'air avec détendeur intact On pouvait donc sa. p.oser la question de la cause s e l l e du décès, e t r e t e n i r quatre hypothéses :

-

-

noyade simple

- a r r è t cardiaque par i n h i b i t i o n - accident de décompresaio~ - cause inconnue L'autopsie réalisde à l'occasion de c e t accident nous a permis : 1 ) D' affirmer la noyade comme cause de décés

- 2)

décompreseion,

puhonaire.

D'éliminer, mais pas formellement, un a c c i d e n t de type s o i t de dégazage, soit de surpression _. .

- 3) D'attirer

-

I fattention sur l 1a s p e c t particulier

de l'autopsie pratiqude sur un plongeur. La remontée dn corps de

- 75

m lui fait s u U r une décompression avec variation de volume

impostairnt (xS ). Ce phdnomène modifie l e e d a m é e s h a b i t u e l l e s de

1' examen, pouvamt conduire à de a conclusioins fausseS. Conclusion : Nous c ~ n s e i l l o n sen cas d'accident mortel : -

- 7 ) De f a i r e

systématiquement m e recherche de CO dans

les b o u t e i l l e s

- 2) En cas d'autopsie, de

souligmer qui il a f agit d'un

corps ayant a u b i t t m e d é c o r i p ~ e s s i o n , e t demander un dosage de

l e Gang.

CO dans


- RENDU B'ACTIVI!l%S

OOMPPE

.

.,

- . .

..

,

-

,

,

.

,.

.

,

3

-

-

-

C

-

-

,

..

I

-

,

-

-

,

-

-

C

C

I

.

-

-

I

.

..

,

-I

.. ,.

-

,

-

.

,

,

-

-

.:..:

.

I

,

,

-

. ., ,- .

-

.

-

-

..

.

.-

, ,, Groupe Lémanique de p l o n d e souterraine : ,

,

,

,

,

.

,

.

( Cyrille B U N )~

.

..

<

lacustre Ge-BXtterich +.(' ~widlauernén, ~ e r n s)"",' 1 / Bner&egcg , Participants : J . J Rolpna, C. ~ ~ a n d O. t , I e l e r , P. ~ e & & c i n i , -' . . ,. P. Schneider, R. seèholzer dI

-sous . - - - - - C C

.

I . . .

,

.

Ltdmergencc p r i n c i p a b , e t y e imexgence . . secondaare v o i s i n e p a r t i e l =

lement a b s t m é e de b l o c a i l l e , s'ouvrent dans le lac d e ' ~ k ~ & & ,à

En 1975, le GLPS avait étd jusqu'à 294 m

- 639

de d i s t a n c e e t

- gm.

et ( c a r r e f o u r à 160 rn de 1 ' entrée) jusqu'& une étroiture une

expl&

. -.

.. . ..-...

..

_, ,

p e t i t e galerie effluente, visiblement c e l l e qui nlimen:lv 1 ' émergence

. .. . Entre décembre 80 e t mars 82, nous Evona r e p r i e 1'exploration fait une topo soigneuse de c e t t e cavité entiérement noyée. . ( à parartre den3 stalactite ) . ~ ) é v i l o ~ ~ e m e.;n - t491 ; m, point extrèmg. ,

-,

secondai're e t

,

3 90 m de 1 'entrée ; Jonction réalisée' e n t r e 1' 8mergence.secondaire e t la p e t i t e g a l e r i s effluente + Au d e l à d a puint - 4 3 -m, la galerie à

-

, ,

est

-, .,

.

- t d m i e barre

.,

30, un

. 11 r e s t e u n e -chance continuation dans la galerie remontmtè i ~ ud e l à , du p o i n t , - 79..

éboulis de

-

en pente 'raide jusqul'à 7 9 , p u i s remonte aussi sec 1 .A

.

abso'iument l e passage..

y

,

,

La difficulté principale est le f r o i d , avec en prime uns :dLcompressioa plus de deux heures, les bons jours, dans un 1a.c dl-hi,vèr à 4

ensemble

OC.

de la cavité s ' e s t développe aux d6pens.de $lasieursi

systbmes dc cassures, plus ou moins pentues, 1;outes" ~ M c I - ~ dans TI~~s

l a mEme' d i r e c t i o n , ce qui d C t e m i n o nne mnrphnlbgie tr&:spq,~-tj;ciijiP~e.. .

2

/

-Grand - - -Goul - -d-e -Tourne --

( Bourg

S t Andéal, Ardèche

, .

)

Par.ticipants : C. E r a n d t , L, Jatcn, P. Schneider.plon&e

Belle cavité créusée dans

.

,

,

du .2l.mai 82

o n l o n i r ~1J~guni.eilmassif, mche c l a i r e

e t eau souvent limpide. A ufio s è p t a n t a i n e de métres de l f é t r o i t m

sous la vasque d'entrée, d é b u t e un p u i t s superbe, d-525. r n c u u l i n

jilsqut

&

m p a r C, l ' b i ~ l o m dj i a n , pu5 s jusqu'à - 97 m p a r F. beguen en a.vsj 1 3 5 , puis passages 01 ...Di,p art du p u i t s : à 18, verkicxl. ,jitsqu'à trBs i n c l i n é s et crans verticaux jusqulB - 7 6 . Une galerie, horizontale

-

69

-

-

d'une d i z a i n e de mètres, c y i i n d r i q n e , fait le raccord avec un nouveau

p u i t s . Descenté tséB' i n c l i n d e dans un passage un peu en faille, qui ee prolonge verticalement, et on a t t e r r i t sur un fond c a i 1 , l o u t e w à,

- -11 5 m,.

..

,

..

' ~ i eg a l e r i e h o r i z o n t a l e a .&té suivie sur une ,quinaaine de , ,


mètres $ c e t t e profondeur ; 205 mètres depuis l'itrgiture d'entrée, . sans voir d obstacle. Le passage e ~ partout t de d i ~ e.n s..i o. n sconfortables .

quelque chose comme 2 m s u r

3, partout

.

F

plus spacieux que.l e s puits

et galeries du PetitGoul voisin, Le d é v i d o i r échappé à Leguen en

-

a v r i l 8 1 e s t suspendu contre 1aparoiTers 96, e t ne p r é ~ e n t e guère un danger. Notre f i l a été entiérement repris. Technique : hélium

- oxigène en profonderer,

.

en,circuit ouvert. La plon&e entigre

.

,

,.

a d ~ à 4peine plus de trois heures La ro cornai ssance de l a. cavi te sur quelque distance suppl8mentaire e s t p o s s i b l e sans problhme majeur avec la technique utilisGe, mais pour aller v o. i r un peu plus loin

.. ,

...

,

-

,

3 / Ooxe-Gabgt ,( l o r e z

- Jura )

Participante : C. Brandt, C. Magnin, L. Jaton, C . U c a t e l l i , R. Le Pemec Plongée l e 18 juillet 1982. La Doye Gabet e e t une f o r t e émergence qui débouche dans la rivigre, mous la rive droite de La Bienne. Gros tunnel en f o r t e pente, puis on progresse horizontalemekt dans une vaste galerie en f a i l l e dont l e fond o s c i l l e entre

- 45 e t -

50 m.

A 220 m de 11entx4e, en r e s t a n t dans la m8me casaiire, 'on e'engage

dans un puits v e r t i c a l a p r b avoir dépass4 un imense b l o c coincé dans la faille. Le puits avait é t B entrevu jnsqulh

- 73,

- 6h.. 11 se

s'évasant au fond, e t une g a l e r i e h o r i z o n t a l e e s t suivie sur une p e t i t e cinquantaine de mètres à 77mt a r r g t h 295 m de l'entrée. Cette galerie a une morphologie-,qui. tranche avec le reste de la cavité : large et haute de 2 m $ peine, le fond e ~ t un amonceïlement de g m e b l o c a . Pas d'obstacle p o u r la continuation. p r o l o n g e juaquTà

Spéléo

-

-

- a =

-

= = = = = = = = = -- --- - = =

- - - - - -- - -

Club de DIJON :

----------1

/ Grotte de Neuvgn ( - - m m - - -

21 Plombiére les Dijoa- )

Participants : Leblhan , Leglaye

.

Remontée sur 50 m h t r e s d'une cheminée surplombant La salle

"

4000

Pour mémoire, la p t t e de Neuvon développe 74. km, e t son entrée e s t barrée par un siphon de 200 métres.

".


2

1 -Gouffre - - - -de-1%- -Combe - - -aux- -~ i-~-f-r è(a21 -

~ranoheville

.

~ a r t i c i ~ a n t :s Degouve, Lebihan,Legllaye. -

,

,

.-

.

.

.

.

- CBte d'Or

)

'

,

Poussuite de^ explorations'au-delà du cinq-i;lième siphon. Pour m&moire, 1~ premier siphon (50 i) eBt situk à 1650 rn de llentrEe ; il e s t s u i v i par une rivière entrecoupde de ;allés et de b o p u qui-évitent plusi=

eurs autres siphons. A 5000 rn, on rencontre au b a s d l w n P 15, la deu= xièrne s e r i e d e s i p h o n : ( ~ 215m, S3 20m, S4 200m), aussitôt suivie d une galerie spacieuse t é h i n é e e n aval p a r un cinquième ~ i p h o n , au pied d t h e ca.scade de ?O m. Le frAnchissemerit de c e dernier, ( ~ e b i h a n )30 m

-

10 a permis la découverte de 500

m de galeries

ncuvelles, entrecoupées par un septième siphon, 50 m - 12, e t un lac de 100 m de long. A r r & t s u r S 8 ( plon& s u r 50 m 6 ).

-

Participants : Michel, Lebihan, Degouve,

- .

--

Au-delà du termifios 1981 ( cf Spélunca 1981 n o 3 ),-dt;couverte de

'

1200 m de rivière. ( Co t e 9000 m par rapport à 1 e n t r é e .

)

La cas cade ( 5m2',) qui evai t srr8tée les d i jr;jnnais en mai 8 1 , dclnne '

accès à m-'mgandre-quiae r é t r g c i t consid&rablement .em.amunrt, pour b u t t e r s u r k e coul4e s t a l a g h i t i q u e . C e t t e première exploration

m e d e durant l e s c o n g 6 ~de f d v r l e r s! est effectuke sur t r o i e jours. En j u i l l e t , une seconile, exploration nous conduit 250 m plus lcim, à re qui semble être le fond ?e Gournier.( c o t e

+ 690 m ),

Pendant

cette ex'$lo nous avons pu r e c t i f i e r certaine6 c o t e s q u i é t a i e n t ,

erronées e n t r e le S2 e t le terminus des lyanmais. ( d&veloppement d e r r i è r e siphon : 6200 in ; %nivell&e

d e s s i é r e siphon : 420 m )

.

4 / G r o t t e de -la _ - . Gan2a.p : Espagne a ( Province Santander ) Déjà explor6.e par 19 SCD en 1970 e t 1972, p u i s par l e SCP gui .en dresse une topographie cnrnplbte jusqu' au siphnn p l o n e e du siphon qui $e r é v è l e t r è s

rmlV

+ . ~ r - r n imci 1..

t . Bti-delà,

ha1 n l ~ ta P,i ,

d6couverte d e . .-

m de g a l e r i e d o n t l a ta5 Jlc a L t e f n t parfcis d e s proportions interressantes ( 20 x 2 0 ). A 150 m du siphon, la @lerTe recoupe -

2000

8

la r i v i è r e souterraine de Gandnra, qui coule dans un vaste canon en amont duquel la progression ' e s t stoppée dans un siphon plonge jusqu'à

- 40 mètres.

grmilj.nne


Groupe spBléo h Tronche :

h u l de ,lEi Tanirierie ( Bourg St Andéol

-1-.--11--1

, Ardhche

)

Ou petit Goul, ou Fontaine inférieure de T o m e 783,60 x 232,SO x 60 m. P l o d e du 2 9 mai 1982. Le Grand e t p e t i t Goul a o n t ,des classiques de la spéleo

- plonde

a r d ~ c h o i e ecar i l s constituent deux magnifiques

rgseanx m y é s . Au p e t i t Goul, aprBs 690 m de galeries noy6es 2i faible profondeur, un p u j t s en ressauts successifs a été e x p l o d par :' le G . E . P . S d e Marseille en 1972, le G,L.P.S en 1378, le S.C.P en 1980. Pour fa d e s c r i p t i o n du aiphon jusqu'au puits noy4 e t la topogmphie, voir Info p l o n d e n a 2 0 , e t . 2 7 ,

.

Le terminus pdcédent se aituait à 865 m de l'entrée, à

-

-

82 m au

milieu d'un ses~ant.Fond a t t e i n t B 87 rn dans m e galerie de 3 m x 4 en légère pente qui ,conduit apr6s:ume tremtajitae',,derngtres à un nouveau ressaut ( 95 m ). En bas de celui-ci, c o t e 102, une

-

-

nouvelle galerie am formes très puree a %té suivie sur cinquante. métree à l'horizontale jusqu!à un nouveau puits-remontant. Vue à 95m. Terne à 945 mètres de IFentrée.Equipement en f i l d'ariine

-

1,5 mm amzmé dans um trou d t é m a i o n au terminus.

réaliaée au mélange ternaire hélium

La plongée a ét6

- a z o t e - oxigème et a durée

6 h 44, m, dont 4 h SO mn de p a l i e r s effectués dams le puits à 700 mètres de l'entrée. En dehors d e l'air e t de' l'oxigène pur,

deux mélanges s u r o x i & n é ~ont éti u t i l i s e s pendant la d 6 ~ 0 m p r e ~ ~ i o n . Matériel utilisé : scaphandre 9. c i r c u i t ouvert ( 5 b o u t e i l i e ~de 20 . l i t r e s , 2 bouteille^ de 15 l f t r e s e t une de 9 litres ).

L O C O ~ ~ O ~ & W

u t f lis8 jusqu'au m m e t du puits. Consommation : 2 5 mj s u r 34 e m p o r s s ,


.

, ,

CGMPTE-KEBDU DU STAGE 82

-

( par C. MASIA )

Le stage international de CABRERETS ( dans nos rangs nous avons dénohbr6, parmi les, 14 stagiaires : 1 Belge, 1 Québécois, 1 Espagnol ) s'est désou16 comme depuis de nombseu~esannées au centre de Liauzu. Je ne vous parlerais pas du niveau des s t a g i a i r e s , n i d e s cours, ni

de la compétence de 1 encadrement.

Un ex stagiaire se. chargera bien d'écrire un .article, de préférence

un stagiaire redoublant ( par p o l i t e s s e , e n t r e cadres, nous disons en p e r f ectionmement" )

.

Mon propos e s t plutôt de r e l a t e r l e s pkripéties qui ont jalonné n o t r e aé jour.

Tout d'abord,. noun' avoms établi une m u v e l l e tradition. ...

Tout s'taoiaire ayamt fait raten uns plongde à un 'cadre devra blanchir , son honnèur de 'plomgeir, ,

, <

.

,

Un stagiaire :&f~&ii.%vil;ir commis c e t t e f a u t e a donc

p r i ~m e c u i t e

g i g a n t e ~ q u eau calvados, puis a d é t k i t ses lampes, son casque et ses

,

palmes. A la réunion de 10 heures, il a p r d ~ e n t éle puzzle de son

oeuTre à 1'ensemble de 1 'encadremen-tf, Le q u i t u s l u i a été accordé.

De l'avis de t o u t le monde, c e t t e intéressainte traditi0.n d o i t survivre . . et sera d' a i l l e u r s forna3 6e ~ i l r1R F JJIY)C?T~R i n s docnments d' in~cxiption a

,

p o u r le s t a g e 83. . ,

.

.

Une innovation, 'digne d'attention, a 6 t h dévoilée l o r s dee cours. La. einieus de c e t t e communi'cation revient 'à Mme JO&] li. TnCnTBLLL q u i propose une méthode nriginale e t

a s t 7 l ~ ~ c l l pi~ilr ~C ne

plus avoir à

é p r o u v e r ki;ydw.aul iqiiement ses boi~.te.illes.

Poar l e s personnes i n t é ~ c s a é c s ,v e u i l l e z écsire à JoëlLe, qui contre 70 F en timbres vous f e r a p a r v e n i r s o n cours 82

.

N o t r e a m i BERGEROn, Québdcois de son état, a essayé d e c o n v a i n c r e 4e cadre I I J G H F I ~ T ) N , qnn ? rs

+nt-hniliacc

s i : L ' l i ~ ~ , v i : ; ~ ada. 1 b 7 ,

.,,,+(-!à -

45

plus e f f i c a c e s e t radicales que nos bonnes v i e i l l e s techniques françai~~,. 1/ l e calcul du tiers p o u r l'autonomie peut sa &sumer ainsi : 9 5 bar dans une b o u t e i l l e se partage en : 50 pour a l l e s e t

4 5 pour l e r e t o u r . 2/ 2mn à la montre s i g n i f i e que l'on fonce pendant 2 mn, p u i s

le plongeur r e e r d e ses manomètres en vue d'un éventuel nouveau bond,


3/ suivre l e a grosses b u l l e s pour remonter

e s t beaucoup plue

astucieux que de suivre l e s petites. .

. ..

_

1

Aux dernières nouvelles, + L ~ - s . ~ t & s . L . t p a mettre a ph&noméne nouveau ; la diffusion de la p a i s s e

en cause, mais plut8t

dtoura d a h ~* l e corps du plongeur Québdcoie. Dans le cadre du dage il est de coutume que nous a i d i o n s les spéléos locaux qui butent sur dee siphons. C e t t e coutume a &té respectée e t nous

faisons confiance A Serge RASSENEUR pour nous proposer poux 1983, un autre trou de c h i o t j e s .. .

.

Serge nous a également présenté un de ses mis, N. MENU, tanneur Liauzu. Nous avone beaucoup apprécie son sens de l'écologie, son francparler e t sa courtoisie. Pour mémoire, mus vous rappelons son adresse e t ne,manquer pas d,e l u i '

présenter vos cfvilit6s l o r s de votre prochain pa~dage.

't

M. m m Tanneur à L i a w u

Nous avons malheureusement du d é p l o r e r son absence lors du mechoui de c l d t u r e prépare p a r les ploweurs de B e l f o r t : mai^ il nous a fait savoir qu'il ..avaitparticulièrement apprécié n o t r e feu d'artifice. . (~m:) lfChaleur e t l y i 8 r e f t , mais a u s s i c h i a l e u r e s t l e maire. - d i x i t (PIOT) ,

,

. .

None tenons &galement à saluer les sympathiques gendarmes de la brigade de Saint-Mxy qui d ' a i l l e u r s seront noa i n i v i t é ~aux f e s t i v i t é s d u .-atage .. . . - .. - . . 19ej. Ce dernier sera orgamisé par 4 Maggy TATGI~ER; notre n o u v e a ~:

,

'

-,

directeur pour I f a n prochain. Dans ce dernier a l i n é a , j e remercie mes collègues : BIGEAnD, G R m , ïE PlWlEC, LICIIERON, LOCATELLI J. e t C., MAURICE, MILLON, THEVENIN d'avoir accepter d'encadrer ce stage. La s o c i é t é COMEX e t son président M.

,

IELAIIZF: pour le p r s t du compresseur ; la soci4té B E U W T INternationale,

Christiane e t Serge RASÇENEUR, ainsi que le persomniel du centre pour son aimable participation. . ,

O NB. Remplacer dans la phrase Maggy TATCHER pas 3oe"lle MCATELLI

...

.-

.. . . . .

PS. A u x d e r n i è r e s rumeurs n o t r e ex directeur d e stage. 82.- e s t p w s u i v i peur tapage nocturne et serait passible de la pe,ine de plongée à


QUELQUES MOTS SUR LES TABLES ". .U,S.. NAVY

l1

JEAN-FRANCOIS JACOB - .

36 Ayenue Prince Baudoin 3 4802 KEUST BEIGIQUE

/

VERVIERS

- ,

Les tables USN ont été adoptées par de t r è s nombreuses f é d d r a t i o n s .

. .

de plongée, dant les membre^ s'exercent beaucoup en eau f r o i d e ,

...

(lac ). En effet, e l l e s semblent b'ien plus r é d i s t e s , et tenamt compte de tissus logiquement étagés. La courbe des plongées sans palier e s t par a i l l e a r a plus "logiquen (sans distorsion), tandis que les statistique^ .montrent que 12 p r o p o r t i o n d'accident e s t de. 2 à 7 , en faveur d e s tables US. Ainsi, il serait prud-ent de selégner, comme simple plongeur en mer, l e s (actuel1es)Ghli~ai;. rang historique - en attuidant mieux, peut-êtfe- t a n d i s que l e spéléonaute s'interdira en principe lenr u t i l i s a t i o n cdevenue risquée.

Il semkle, avec f o r c e simplicite que Il on puisae en t i r e r la p e t i t e conclusion suivante : Les t a b l e s US s'adressent au spéléonaate qui

I

va r é a l i ~ e rm e plongéé de profil finalement assez classique', sans .

.

( froid, e f f o r t avant, pendant,

gugil mbisse d' agression

après, e t c . . .) auquel cas il utilisera l e s Comex-pro. E l l e s peuvent

ainsi 6 v i t e x des temps de paliers e x a g é ~ m e n tlong, mais ici intervient juslemerit l ' i n t e l l i g e n c e du plongeur e t aa capacité de choix e n t r e

d e u x solutions.

-Courbe - - -de- -sécurité - - - -des - -tables - - - -USN,

:

Profondeurpluspetite ~ ~ . é g a l e & :

9 m : temps illimité 10 m : 318 mn 72

,i ?-7 m

m : 200 mn

1 5 m : 100

ai

18 m : 60 mn

50mn 24 m : 40 mn Le p a l i e r de 21m:

: 30 mn

t

1,

30m:25mn

33 m : 2 0 mn 36 ni : 75 mn ft 3 9 à 4 2 m : i o m n I ! 4 5 à 5 7 m : 5mn p r i n c i p e reste valable s'il se déroule Fien

bonnes .conditions (lc s taBe., coiirant 'et n

,

sar

en de

...) .

M o ~ e - d ~ e ~ & &t Les p l o g e w a trouveront des di.re c h i vco c t - x ~ m p l e s

d'application dans l a dernièr* é d i t i o n de T a plongéevTde P o u l e t

-

Barincou (~eno~l).

immergeables -Plaquettes - ---- - : 11 sfagit des plaquettes de

la Féderation

Belge, que 1' on ne trouve donc pas en France. E l l e s sont r e l a t i v e m e n t grandes, en une p i è c e , mais f o r t . l i s i b l e s e t repre'nant des renseigne=

ments concernant des p l o n g g e s jusquf2t 90 mètres e t d e s snceessives, ce qui a r r ê t e nettement l'avi~ du spkléonaute en faveur des

par r a p p o r t au E R S .

table^ US

>


-Ra~pels: - Pas au-delA de 57 mètres. - La technique de &-immersion c-

à mi-profondeur (et non mi-

peut rester d'application ( c ' e s t la méthode la plus simple). Attention

, cela

n ' e s t t o u t e f o i s v a l a b l e que pour d e s plongées

inférimres à 760 m.

-E m ~ l g i:On entre dans

la t a b l e au niveau de la l e t t r e indiquant ll&tat de sur~aturation; la deuxième colonne indique le n o m b ~ de minutes de traf tement pour descendre d'un cran( ex : é t a n t en M,

il fau% 6 mn pour des cenare en L; )

La troisième colonme1 indique le nombre en Fi, mn de traitement pour descendre à la normale. (ex: en M, il faut 2H00 pour êlme rkéquili= b&). C e t t e table e s t une table de surface évidemment!

-C o ~ c ~-u s-i-o:n IRs

tablee USN sont parfaitement valables poux

l'amateur classique e t certaines plongées sous terre. A ce point de vue, ellea sont parmi8 l e s plus sfires. Cela ne permet paB t o u t e f o i s d ' ignorer t o u t f a c t e u r aggmvant potentf el : c e c i n' e s t rien d' autre qu'une table r. 5 male, il n t existe pas de "palladSum".

./

Enfin la présentatibn de^ USN e s t p r a t i q u e Bous la forme plaquettafre b e l g e , Leurs utilisations par r a p p o r t aux clarjsiques C;EIIS ( h p r o s c r i =

r e en spé2é@nautique) va d r n ~le sens de la, sécurité at

de l'efficacité

accrues.

-

Achat de plaquettes -----cc

Je peux tenter de f c u r n i r des plaquettes a u ccllègues qui y v o i e n t

.

un i n t e r 8t Les c o m d e s se f e r o n t par I intermédiaire de la commis sion Plongée. D'autre part, je r e s t e à la d i s p o s i t i o n des intéressés pour t c u t autre renseignement,

Bibliographie:

. .

"

Tables US#

' , J,MINRTZ,

in "Eipp~campus''

Octobre 81, J-Fm JACOR

36

, Avenue

.

E. 4482

Prince Baudouin

Heuzy

/

Verviers

= l g i qua

KûLR: Lee T a b l e s seront en v e n k à l a

Ge:

Prix : W F

+

Port.


Demière heure PETIT GOUL

... de*&=

.., dernière heure ... dernière heme ...

heure

- Bourg-Saint-Anaéol

\h

+ ,

( Ardèche ) Bertrand IEGXR

Samedi 18 septembre. D a n s le cadre de recherches p o w l r a l i r n e n t a t i o n . ~ + ~ = ~

-

on eau g o t a b l e du.SIVOM de Bourg Saint - Andkol, nouvelle e x p l o r a t i o n au réseau noy6 du P e t i t Goul Le xe ssaut qui cons%.l.l;Uait l e t e minus de n o t r e précedente plongée, ( vcir qnelqu~p a r t dans c e t Inf o j remonte h la c o t e -'-go m o ù une ga::erie h o r i z o n t a l e de quarante &mètres de développement c o n d u i t à nn important puits iioyé de 7 m x 4

.

de se ctionrp$f

plon&

...

. Nous y s o i t - 713 m e

s u b v e r t i c a l dans . sa première paztie

aommes descendu jusqutà la c o t e -11D m ( p r o f o n d i m k t r e , fois la, c o m e c t i o n eau de mer, eau- douce f a i t e ) . ~ r r c tsur urne lame d'ér~aion qui partage le puËts ; au-del&, dans la Tumière puissante d'un phake de 100 Watts, nous avons distingué la s u i t e du puits

ju~qn'àun p a l i e r .i4n f o r t e pente vers la c o t e

-

125 'm. (-cote d'étiage)

La p l o q , é e a étd r é a l i s é e au mélange tamaire !i&lium - ' a m t e - 0xyg&e e t a durée 7 h 28 mn d o n t 5 h 30 passées dans l e puits terminal %. . à 700 m. de l'entrée. Topo levée ; celle-ci, a i n s i qu'un article de

s a t h é s e sur l e s 9trahux que nous avons r i a l i s é s au P e t i t Goul

depuis le mois de mai d e r n i e r ( 2 5 plongées ) s e r o n t publiés dans

.

Spélunca Du p o i n t de vu matériel no3s avons utilisé douze boÜteili'es su t o t a l . .

( 3 séances de portage préalables). Sur m stock de gaz de 40 m3, 34 m3 ont 6 t é corkommés; cinq gaz OU mélanges de gaz ont du être r e s p i s s . Terme à IWO mbtres de l'entrée du siphr;n,' c o t e

-

113 m.

i

N.B. Le d g v i d o i r . e s t b l o q u d e t posQ sus une lame d'érosion au terminus

il reste 90 mètres de f i 2 d'ariane de l , 5 mm, marqués tous les m h t r e ~ ,

D e r n i è r e heure

... dernière heure . .. d e r n i è r e heure . . . d e r n i è r e heure ...

Snoopy le Chien nous annonce la,na5ssance de GOLIW

au foyer de Magali e t Claude AmERE...Z . Notre Cloclo cherche un équipement complet t a i l l e 000 p o u r son f u t u r

spél6onaute

.

t'

r"


IP35