Page 1

FeuIlle de liaison de l e COMMISSION PLONGEE SOUTERRAINE

Daniel

ANDRES

9, rue Henrf Barbusse 38600 FONTAINE

EDITORIAL La presentntion de ce numéro 20 d l I N F O PLONGEE vous para3tra chang6e. Un e f f o r t de rénovation des services rendus par l a c o m i s s i o n en e s t l a cause. Il e s t en e f f e t nécessaire pour éviter de tomber dan9 la routine et un stationnement des initiatives. La FEDERATION FRANCAISE DE SPFLEOLOGIE. en créant une commission de plonge0 souterraine, v e u t a i d e r tous ceux qui veulent progresser plus loin dnas l e monde souterrain. La commission ae doit d'btre l a pointe de la plonge8 souterraine e n France afin de rendre les services a t t e n d u s . L'infomiation est l'un de ceux-ci. I W O PLONGEE se devait de changer pour amdliorer la qualit& de l'information. Des rubriques sont cré8en et seront alimentdes par des volontaires. Ains i F. LE GUEN s ' e s t proposé de' d o n n e r des nouve 11es de 1 ' étranger et de p r é s e n t e r des solutions sur les problémes techniques. La rubrique " J ' a i lu " sera rddig4e per P. LAUREAU. Il est naturel qua tous les volontaires seront les bienvenus pour aider à l a rédaction d'INFO PLONGEE.

.

Le succés remporte par SIPHON 78 nous encourage h continuer et é d i t e r un SIPHON 79. Les éventuels auteurs sont pries de se faire connaltra.

LA F . F . S . a négoci8 l'organisation des secours avec l a Securit Civile. Dans l e cadre de c e t accord, la Corrmission Plongee a dresse la liste des plongeurs capables d'intervenir en secours. L'btude du matériel a vu la r6alisation d ' u n brancard et d ' u n sac Btanche. Dans les semaines 2i venir, c e matériel sera encore amélioré. En 1979, un stage de fornation pour une é q u i p e nationale va etre organise avec l'appui de l a Sécurité Civile.


INFO-PLONGEE n'2O Novembre 1978 p . 2 Un stage national en 1979 sera organisé par R.LAVOIGNAT h Cabreret. Des stages régionaux sont inscrits au programne d'activité des r e g i o n s parisienne et RhOne-Alpes par 3 . ENDEWELL et 3 . L . THEVENIN . Tous ces stages ont 1 ' agrement de 1 ' E . F . S .

En aoQt 1979, h l a demande de 1'UfS. un camp international va etre organied sur l e territoire français. Tous lea plongeurs ~ e r o n tl e s bienvenus. Voici les services e t les a c t i v i t é s les plus importants que va essayer de rencire l a cormission plong6e FFS en 1979. La vie de n o t r e commission n'est pas l'affaire d'un petit noyau de volontaires. elle e s t l'affaire da t o u t le monde. Alors vous obtiendrez les services que vous attendez.

Faites des propositions, vous nous aiderez. En lisant les comptes rendus d'activités, noua constatons que l a plong6e sout e r r a i n e a 6volub; l a corniseion plongée suit le mouvement e t vous proposera en 1979 tous les services attendus.

D. ANDRES

I/Jm

par Daniel ANDRES

OCEANS na66 aoQt 1970 : les a c c i d e n t s de d6compression (L. Bartholdmy - A.Michaud), excellent article résumant le pourquoi. le cornent et le traitement de la "bulle". OCEANS : Guide de l a plongée aous-marine et de l a p&che sousn a r i n e . Pr6sentation de la plongde souterraine avec quelques erreurs dans l e s adresaes des plongeurs e t dans l e d6clenchement des eecours en siphon : i l est demande de t816phoner au secrétariat de l a F.F.E.S.S.M. .Attention, x l u i - c i est fermé du vendredi s o i r au lundi matin ! !

LA DEPECHE DU MIDI du 6 août 1978 : "Record mondial de f r a n =hissement de siphon Couzou ( L o t ) " . Franchissement du siphon de Pou Meyssen 11200m) p a r les moniteurs plongeurs sdl4ologues FFESEM. LE DAUPHINE LIBERE du 17 octobre 1978 : "Bertrand LEGER du LA TRONCHE explore 1325m de siphon dans la DrBme " . 35 minutes de dé:ompression et 2h40 d'imersion ont permis de parcourir l a distance dont 575 m en locoplongeur. S.S.

LE DAUPHINE LIBERE du 31 octobre 1978: "Une grande prerniére -4nlisde dans la réeurgence du Cholet (DrBme) " Robert JEAN franchit en iolitaire les trois siphons (?Dm, 50m et 150 ml e t decouvre au-del8 in kilombtre de galerie. Arret dans une v a s t e salle que traversa la riviere lux eaux froides (6') i s s u e s du secteur de Font d l U r l e et de l a for4t de .ente.


INFD-PLONGEE ne20 Novembre 1978 p . 3 HOWELLES DE L'ETRANGER T

Informations: Francis LE GUEN

Résidence Le Village A 3 WISSOUS 91300

LE POINT SUR LA PLONGEE SOUTERRAINE OUTRE MANCHE: 11 y a environ une c e n t a i n e de sp816o-plongeurs en Anglettre: ils sont tous regroupés au aein d'une même association : LE CAVE D I V I N G GROUP cree en 1920 ! Les expeditions s o n t subventionn6es par l a fëddration, par l'équivalent de n o t r e "Jeunesse et S p o r t " et s u r t o u t par des industriel e t a u t r e m6cénes, D'autre part, beaucoup da plongeurs sont rétraités de l a plongde professionnelle ( b 30 ene ! ) . Ils disposent ainsi d'un confortable pdcule et de p a s mal de loisirs 11 est h n o t e r que tous les siphons plongés sont topographiés en Angleterre. 11 e s t indécent de poursuivre une exploration sans avoir topographie les parties connues. Un exemple à mediter . . .

En mai 78, une grande plongde a ét6 r8alisB-e ti WOOKEY HOLE (Somerset) par 6 des meilleurs spdcialistes du C.D.V. (M. FARR, D. MORRIS, B. WOODWARD, P. ATKINSON. G . BEE. R . STEVENSON 1 . Le reseau totalise 875m de noye et plus d'un km de galerie exondee. 200m de siphons coupes de cloches, permettant, en plongeant par l a rdsurgence, d'atteindre la salle 9. Cette derniére e s t trépannee par un tunel et aménagée pour le public. 330m de siphon 1-22) ménent h l a salle 2 2 . Deux cents métres de galerie e t nouveau siphon de 1lOm (-Som); laminoir de 1 0 h , 2 voQtes mouillantes da 12m puis vaste méandre de 700m de long dont une grande partie en opposition h cause du d d b i t énorme de ln rivibre. Un dernier s i p h o n de 100m (-25m) débouche devant l a vasque d'un puits noy4, objectif de l'expbdition. Ce dernier a été plongé sur 11Qm h - 5 0 ; arret devant un nouveau cran de profondeur. Les plongeurs ne comptent pan en rester l h : ils reviendront avec un mélange ternaire Hbliox-Azote pour descendre plus bas.., Cette exploration de 8h dont 4h d'imeraion p o u r le plongeur de pointe, a é t é rdalisée $ l'aide de mélanges suroxygbnés et de plusieurs bouteilles-relais; ddcompression h l'oxygéne pur. L'eau e s t 7'C et se trouble au retour.

Pour 1979, une expedition en Australie e s t envisagee: un siphon d'au moins trois kilométres de potentiel qui, ajout4 aux multiples chopes de bibre, a f a i t briller b i e n des yeux lors du festival d e l a Chapelle en Vercors.

PLONGEE SOUTERRAINE EN YOUGOSLAVIE

:

Deux articles dans Séléologicky V e s t n i k 76

e t 77 o n t paru

avec des photographies.

G o u f f r e d'HP-anicka (Moravie du n o r d ) Exploration d'un trés vaste puits noyé atteignant la profondeur de 175m . Le mdlange d'eaux karstiques et hydrothermales f o n t varier l a viaibilit6 de 1-2m h 50-70m !

Systéme de la Piuka (Moravie). Le 15 avril 7 5 , jonction entre l a grotte d ' b a t e r s k a et l a gouffre de Macocha p a r un siphon de 400m I - 2 0 ) t o p o g r a p h i é . Exploration compliquée par le grand nombre de galeries secondaires et le gigantisme de certains passages (100m de large pour 20m de h a u t ! ) .


ïNFO-PLONGEE n020 Novembre 1978 p . 4 Informations

:

J . L . FANTOLI

r u e E.ZOLA

PLONGEES SOü'TEXRAINES EN TURQUIE

73490 La Ravoire

:

Du 23 aoQt au 1 septembre 78, pendant notre expddition, nous (C.Touloumdjian et J.L.Fantolil avons pu reconna9tre en vue d'une p r o c h a i n e exp8dition. de nombreuses émergences, principalement dans les gorges de la Manavgat prés d ' Antalya. Akpinar : (emergence temporaire) Siphon aval plongé sur i ~ r n: impdnétrable. Siphon amont plong6 s u r 30m h -0 et f r a n c h i . Une grande salle fait s u i t e au siphon . (C-Touloumdjian). Karapinar : puissante emergence vauclusienne de 2m3/s. Reconnue sur 150x11 h -18m (J.L.Fantoli). Kirkzorber : dmergenca. Siphon irnpbn4trable A -12m h 20m de 11entr8e. Vers -5m, un court siphon de 20m donne dans une g r o t t e superieure. Les galeries noyees sont richement concr6tionnées. Explorations communes : Yagma, C.TouloumdJfan, J.L.Fantoli. D'autres amergences ont 4 t d vues, mais les puissances des l é b i t s d'eau sont telles qu'aucune plong4e ne p e u t $tra t e n t & e . Les ddbits v a r i e n t de Bm3/s pour Y B d i Miyarlar h 15m3/8 pour Dumanli, plus grande Srnergence karstique du monda. Plusieurs autres grottee-dmergances o n t ét4 repérdes, mais les distances d'approche autant par piste que par sentier, rendent les explorations difficiles ninsi l a plongde-sp416o prend une tout autre dimension. Plue B l'est, au c o u r s de n o t r e campagne de prospection et jrBce h l'appui du President de la Confddération Turque de Sp&léologie, nous >Ornes repertorier de nombreuses grottes sous-marines des plus intéressantes. Dans un proche avenir, les grottes e t cavernes du Proche Orient 3e placeront en tete de listes des plus grands réseaux mondiaux.

I n f a m a t i o n s G6rard CHORVOT 14 chemin de BrQlefoin 25000 BESANCON

PLONGEE EN ESPAGNE

: i

Juillet 1978 : Massif des Picos de Europa (Nord-ouest de l'Esiagne). Nous avons rejoint des Suisses de Genéve h,Avenas dont deux plongeurs ivac qui, durant cinq jours, nous plongeons les sources vierges de la région. ,e materiel est impressionnant. Une partie des axplos en plongée seront faites :n bi-biberon de 41, 'outes les plongées sont effectuees dans une eau trés claire. Le sol des gale.ies noyées e s t souvent recouvert d'un d é p 6 t sableux ou de talus de sable. Cueva de T o b h : r i v a droite du Rio Carés, une dizaine de kiloi h t r e s en aval dlAvenas. Siphon h 2Om de l'entrée. Vasque de 2m de p r o f o n d , mpénétrable. (Bertin, Chorvot). Estrazuenas : rive droite du Rio Deva, affluent du Carés, en val du village dlEstrazuemas. L'entrde de l n grotte e s t cachée par un pont. vec l'aide de deux collbgues suisses (André et Cathy) qui nous aident h transorter le materiel de plongde. Dani Bertin at moi-mbme plongeons le S 2 s u r 70m ar -15rn. Apres avoir parcouru 3 diverticules, nous ne trouvons pas l a suite. ani fait une rencontre avec un cavernicole qui ressemble fort % un protée!! our atteindre l e S 2 i l y a une cinquantaine de métres de galerie jusqu'au 1 franchit par André IL-20m. Pm-4ml. Au-delh, 250111de galerie parcourus par n fort ruisseau, ménent au S 2 . reconnu sur 70m.


INFO-PLONGEE n'2O Novembre 1978 p . 5 Cueva de Puentellés : rive gauche du r i o

Deva près du village

de Puentelles. Siphon B 20m de l'entrde. Premiére plonge8 : Cathy, Bertin 80m, -13. Arret sur ennui mst4riel. Deuxiéme plongee : Chorvot, Andr6 170m, -44m. Arret ennui matériel.

Cueva de Alisa : rive gauche du rio Cares. quelques kilom&tres en amont dlAvenas. Siphon h 20m de 11entr8e. Premibre plong6e : Chorvot, 100m -13. Arret par manque da ficelle. Deuxihme plongee : Chorvot, Bertin 170m. -15m. Siphon f r a n c h i . 350m de galerie reconnue jusqu ' b un 3 2 . Nous retrouvons .le ruisseau souterrain coupé par plusieurs cascades de 3 , 4 e t 7rn.

Grotte de Cavers h fromages situde h l'entree du village d'Avenas. rive droite du Rio Cares. E n t r é e fermde par une grille. Ces grottes servent e n t r e p o s e r du fromage. A 50m de 1 ' e n t r e e un beau siphon en diaclase a &té plonge p a r Bertin et Cathy(70m, -10m). Arret devant un laminoir bas.

m NOWELLES BREVES

STAGE DE PLONGEE SOWTERRAINE

Du 5 a o û t au 20 aoOt s'est déroule 8 Cabrerets, le stage de f o m a t ion-perfect ionnement. 13 stagiaires ont participe h ce s t a g e . Les classiques de l a r é g i o n ont servj de siphon-Bcoles. Aucun incident n ' a B t 4 relevd. A l'issue de ce etage. la formule folmation-perfectionnement s'est révélke excell ente.

ACCIDENT MORTEL Serge DYAMÀ du Spdl6o Club de Saint C4r6 a trouvé la mort au c o u r s d ' u n e plongde d'entrafnernent dans l n Source de Saint Sauveur ( L o t ) . Un essoufflement semble Btre l a cause de l'accident. VOL DE

Une corde e t une &chelle de 10m, qui Bquipaient l'accès au siphon de la grotte du Bourbouillet (St Alban-Ardbche) ont Bté volde dans c e t t e c a v i t é explorée par F. LE GUEN. Celui ou ceux qui o n t cormis ce vol ont-ils b i e n mesur6 l a port4 criminelle de leur acte? Des plongeurs auraient pu Btre derrikre le siphon et i l e s t impossib l e sans l'aide d'une dchelle, de sortir de ce plan d'eau de 26m de fond, aux berges abruptes, s u r t o u t tordus de crampes et les bras charges de bouteilles de relais ! !

PLONGEES SUR LONGUES DISTANCES Sont recherchds des plongeurs habitués aux longues distances e t aux profondeurs importantes pour la constitution éventuelle d'une kquipe, réduite, a p t e h tenter une grande aventure : la plong6e profonde et de trbs longue distance en siphon par l'emploi de mélanges gazeux. L'entreprise, pour exaltante qu'elle soit,nlest pas exempte d e r i s q u e s ! ! ! ! Candidature a adresser Francis Le Guen, Résidence la village A 3 WISSOUS 91320


INFO-PLONGEE n'20 Novembre 1978 p . 6

QUELQUES DETAILS TECHNIQüES . . . par H.Lefebvre et F.Le Guen 11 arrive parfois que les acc&s ou les sorties de s î p h o n s posent de petits problbmes d'escalade : i l suffit de coincer les palmes, en travers, entre le bibouteille et le dos, s u r les attaches infdrieures des sangles. On a ainsi pieds et mains libres pour se b a t t r e avec l a pesanteur ! La polémique e n t r e utilisateurs de cordelette m8trée ou non loin d'gtre cloae ; nous indiquons cependant n o t r e mdthode qui présente plusieurs avantages : le fil marque toua les 10 m par plu~ieursnoeuds simples chacun d'entre eux r e p r d s e n t a n t 10m. Ces noeuds s o n t group6 p a r 2 sauf p o u r les d i s t e n c e a impaires où i l y en a un isolé. est

cote 7Dm

sens sortie

systhme permet de connaitre visuellement e t tactilement (eaux tr&s chargées) l a distance parcourue et le sens de la sortie (en eau trouble et h la suite de f a u s s e s manoeuvres on a vu des plongeurs perdre l e sens de l'orientation et r e p a r c o u r i r le siphon dans le mauvais aene, Bpuieant toute leur r 6 e e r v e d ' a i r . ) la d i s t a n c e de 90m par exemple. on enregistre $.impulsions longues e t groupées et une impulsion c o u r t e nettement s6perde des autres, qui confirmera l e sens de la sortie. Avec un peu d'habitude, on ne ralentit mgme pae p o u r " 1 ire" l e marquage. 4vnntages gdnéraux des cordelettes marquees : -id66 plus prdcise de la topographie du siphon. -surcotage grossiers 6vités car les noeuds donnent l e lonnueur directement, sans calculs aldatoires, et sont les temoins permanents de La 1ongueur annoncde . -en cas d'incidents trés graves, possibilite de choisir entre l e repli dans une cloche connue ou l a poursuite du retour vers la surface. -calculs d'autonomie et de progression facilit6s.

Ce

LES CERCLAGES

...

par F.Le Guen Résidence le village A 3 WISSOUS 91320

F i n i le t r a n s p o r t d'encombrants cerclages. les expéditions .vort6es par l'oubli d'une c l 6 de 8 , les luttas c r i s p a n t e s avec un boulon rripp8. Il existe un moyen sQr et rapide d'associer une quelconque combinaison .e blocs. Il s'agit d'une sangle en tergal; de 3cm de large, tendue et lloqude grace h un levier en métal. 2 sangles de 1,60m sont suffisantes pour .ne bonne tenue. ln p e u t se procurer ces articles (environ 10F p i 8 c e ) auprbs de la s o c i k t é PANSET, 10 rue Gaston P a p a l 92110 CLICHY, en précisant l a longueur voulue t en demandant qua la sangle soit cousue du c o t é du cliquet. ef. Cl iquet 01130 Réf. Sangle 11311. s nouveau levier comporte un aystéme de verrouillage que n'avait pas un modéle

(d'ailleurs beaucoup plus cher) testé auparavent. On e s t a i n s i sar, lors de hocs sur les cliquets,de ne pas s e trouver avec un bimono en kit ! !


INFO-PLONGEE

Z.R.

n 0 2 0 novembre 1978 p . 7

D ' ACTIVITES 14, chemin de Bralefoin 25000 BESANCON

ZERARD CHORVOT GROTTT DE TRESOR

E n juin-juillet 1977, 2 plongées en explo. dans cette grotte (siphon de 320m)

GROTEE DE JERUSALEM En septembre 1977, axplo de 300m de galerie dans les galeires laterales derr i & r e 2 s i p h o n s de 60m et 40m. Ces 300m s'ajoutent au développement du réseau l u Verneau (Aucant,Charvot,Schmitt)

G R O m DE CHAUVEROCHE En -septembre 1977, accompagn6 de C.Chorvot (SHAG) et AmMoustache (CAF Besançon) gui m'aident pour le transport du mat$riel, j ' a i plorig8 l a siphon t e r m i n a l du Lac Rond h 4730rn de 1 ' entrée. Malgr6 une recherche methodique dans l e siphon long de 40x11(-Sm) j e n'ai pu repérer de galerie au-del& d'une poche d'air. %la c ~ n f i m aque l'eau doit passer h travers un colmatage fluvio-glaciaire. SOLRCE BLEUE En mars 1978, plongée en initiation avec M-Vittot (CAF B e s a n ç o n ) . Pose de 50m ie ficelle h l'entrée, l'ancienne ayant B t 4 arrachde p a r des c r u e s .

2.R.

D'ACTIVITES

Pierre LAUREAU

3.C.

DIJON

3 r u e Vercingétorix 21000 D I J O N

GROTTE DU CHATEAU .DE VILLARY (46 - Catus) R environ 60m da l'entr6e. franchissement d'un siphon de 80m ( d é j b reconnu sur quelques dizaines de metres p a r le CRSA). DerriBre, exploration de 500m d e ~ a l a r i e : arret sur colmatage (J.D.Larribeau du GSESM, B. Lebihan 14/8/78.) DBveloppement 640m.

RESURGENCE CAPTEE (64- Catat 1 ?1ong6e s u r 95m (-55m) sans atteindre la (P.Degouve 18/8/78 - B.Lebihan 19/8/78 1 .

branche

remontante

du

siphon

GOUFFRE DU SOUCY (21-Francheville) l e r r i é r e le S 5 amont, exploration de 350m de galerie exondee jusqul& un S 6 long de iOm. Aprhs 2Om Gmergés : S7 45m. -6m) puis aprBs, S8 plonge s u r Zorn (-6m) . Arret s u r Btroiture : (2760m de 1 ' entrde 1 . (B.Lebihan, P.Laureau 3/9/78 ) Développement topo : 4205m.

RIVIERE SOUTERRAINE DE VAL SUZON (21) 310ng6a d'une lainse d'eau b 1500m de 1 ' e n t r é e : siphon de &m. p u i s nouveau siphon apres 1Om exond8s. (J-Michel,H.Nouvelot 28/8/78). Zn deux tentatives. plongde des siphons amont et aval de l a riviére terminale iu réseau ASCO (1825m de l ' e n t r 4 e ) . h o n t : siphon de 30m ; arrdt s u r étroitures. I v a l : V.W. longue de lm puis siphon plongé sur 70m arret sur diaclase étroite. IJ.L.Cales. P.Thomas, H.Nouvelot. P.Laureau 1/9/78) (Il-Ferry. J.C.Gautherot, P.Kindt, H.Nouvelot, P.Laureau 9 / 9 / 7 8 ) 3éve 1oppement 4435m. . . . ./ . . . .


IWO-PLONGEE II" 20 Novembre 1978 p . 8

GROTTE DE LA GRANDE.DORE (Bouilland -21) Aprée le S 1 (15m) 240m de 1 ' e n t r e e , et l e S 2 15ml quelques mhtres plus l o i n , l e s plongeurs de l a SSB s 1 8 t n i e n t arrbtts en 1972 sur un troisibme siphon h 300m de l ' entr6e Malheureusement celui-ci se révéla impénétrable (H.Nouvelot, P.Laureau 17/9/78).

.

SOURCE BLEUE (52-Villers/Marne) Siphon d é j h reconnu p a r le SCS (A9671 sur 50m jusqu'h un laminoir trés étroit. Une heure de désobstruction ne nous a pas permis de degager 1'entonnoir d'entrée. Travaux en c o u r s SCD. (P.Degouve, P.Laureau 11/9/70). GOUFFRE DE LA COM3E AUX PRETRES (21- Francheville) Découverte de 200m de galerie proche du S 3 terminal, sians toutefois l e shunter. (J-Michel, R.Perriaux 17/9/78). Dev. 10500m.

Plongee exonddrg

.

du

S

GROTTE DE NEUVON (Plombiere -21) 2 du reseau actif : siphon de 50m, trés étroit, suivi de 35m

Arret sur trdmie. (B.Lebihan, P.Laureau 2 0 / 9 / 7 8 1 . Ddv. 7215m.

2 . R . D'ACTIVITES DAN3 LE DEPARTEMENT DU JURA

information par J.C.FRACHON Colonne 39000 POLIGNY

GROTTE DE MALCHEFFROY EMacornay) 2ar le groupe SpBléo Jurassien-Revigny 39000 Lons Le Saunier. l a r r i é r e l a siphon franchi en 1977 (cf. "Info-PlongBe" n o l 6 p . 6 ) . exploration l e 1500m de galeries (riviéra 700m, réseau fossile 800m). '0 1 igny

.

CABORNE DIXIT (Doucier) p a r l e SpélBo Club du Jura-Colonne 39800

?ranchissernant du S 4 ii 545m de l'entrée (cf. Info-Plongée n"ï6 p . 5 ) . I l mesure 25m (-3). Au-delh, exploration de 300m de galeries. jusqu'h une tremie !FRACHON, MENIN, septembre 1977). Aa tr6mie a Bte franchie en aepternbre 1978 p a r le CNPA Doucier, au-delh. explo-ation d'environ 700m de galeries. )éveloppement actuel 1600 m environ. TROU DE LA BALME (Foncina le H a u t ) p a r le SC du Jura. 'longde d e la vasque terminant, en amont, l a galerie a -45m. Elle e s t obstruée' le toutes parts h quelques m é t r e s de l a surface (ROSSIGNEUX, juillet 1978). GROTTE DE LA SCIE (Souciai par le SC du Jura. 'long6e du siphon sud : simple voQte-moui 1 lante de lm, prolongee par 6m de a l e r i e et un nouveau siphon non plongd. 'longde du siphon N . E . : 2 V.M. successives de 2 e t Sm. Arr&t sur une 3' V.M. .on plong6e, 2Om p l u s loin. (FRACHON, ROSSIGNEUX, aoSlt 1976)

SOURCE DE L'ENRAGE IChaasal) p a r l e Spéleo club an-claudien. place Louis XI 3 9 2 0 0 St Claude. ans la cour d 'une usine. Vasque o b s t r u é e par 6boul is B 4rn de profondeur JACQUIER, Le PENNEC, oct. 1977).

GROTTE DE NERBIER (Jeurre) par le SC San-Claudien. i p h o n amont vu s u r 5m ( i n t e r s t r a t e , eau trouble) FERRARI, ROUILLER, mai 19771.


INFO-PLONGEE 1-1-20 Novembre 1978 p . 9 GOUFFRE DES BRASSELETTES (Lavancia) par le SC San-Claudien. S i p h o n terminal franchi (5m). Arrdt 5m plus l o i n sur coul6e stalagmitique obstruant l a galerie (GRANDMOTTJT, ROUILLER, oct. 1977).

GROTTE DE LA PISSEEETTE A (Moirans) par l e S C San-Claudien Siphon terminal f r a n c h i I25m. étroit). Au-delh, exploration de l O O m de g a l e ries (JACQUIER. sept.1978). A proximité, autre grotte où un siphon de 20m est franchi. Au-delh, exploration de 113m de galerie jusqu ' éi un S 2 impdnétrable ( J A C Q U I E R , sept. 1978). GROTTE DE LA GRUSSE (St Claude) par le SC San-Claudien. c f . "Info-Plongde" 11.15 p . 3 Plongée du S 3 sur 45m ( - 5 ) . Suite h voir ( o c t . 1978).

BIEF NOIR (Septmoncel) par l e SC San-Claudien. Puits noyd d d j h plongé p a r M.LETROPJE, nouvelle plongee jusqu'h -20m (LE PENNEC, ROUILLIER, mars 1977). SOURCE DE LA CARUVA ( V i 1lard-sur-Bienne) par le SC San-Claudien Plongée sur 75m (-30). Suite 8 volr (LE PENNEC, sont 1 9 7 8 ) .

C.R. D'ACTIVITES SPELEO CLUB DE PARIS

.

informations

F.LE GUEN, résidence le village A 3 91320 WISSOUS

FONTAINE PELOUZE (Chandolas 752,9 236.0 119m) Ardhche . Grosse emergence en temps de crue, l a Fontaine Pelouze se p r e s e n t e corme une diaclase descendante. au s o l couvert de graviers roulants. A 20m de 11entr6e. un ressaut de 2m améne dane la vasque du siphon. A -7m, une lucarne, en partie colmatée par les graviera. avait arrgt6 les prdd6cesseurs. Aprés une ldgbre désobstruction, l'obstacle est p a s s e en decapel8 p o u r déboucher dans une petite salle. Deux autres etroiturea descendantes m e n e n t ti -12 m à la base d'un puit de 4m de 0, trhs cupule, qui debouche en surface. Lm40 m. Arret devant v o û t e rasante au-delh de laque1 le l a grotte semble se prolonger. . . GROLJFFRE DE LABEAUME (07 -Labeaume). J u s q u 1 $ -15m. se succédent puits et méandres étroits ; 1$, une lucarne dynamitee p a r le S . C . A . ddbouche au-de~sus d'un P 15m. A l a base du p u i t s , une r i v i é re, active en temps de c r u e , e s t limitée en amont par un siphon. Un premier siphon de 10m e s t p a s s é , 10m de mdandre concr6tionné donnent sur un S 2 plongé sur 70m I-4m. nombreuses cloches rasantes). Arrbt devant un troisibme siphon de 0 . 3 m de h a u t e u r , shunté par une galerie fossile s'ouvrant au sommet d'une coulée de g l a i s e , h +4, qui méne aprés 15m de long et un ressaut de 2m. sur un siphon plongeable.. .

EMERGENCE DU RANG D'AVENE (07 - St Alban/Smpzon 754 237 110m) Une galerie en laminoir descendant noyé en tempe de crue, e s t coupée par un siphon h 100m de l'entrée. Derribre ce s i p h o n da 02m, une d i a c l a s e de 250m. coupde da quelques 4troitures. est reconnue jusqu'h un nouveau siphon de petites dimensions. Grotte topographi4e jusqu18 270m de l'entrée.

EVENT DE GUIGONNE (Gorges de 1 ' Ardbche , rive gauche, en amont l u rocher de Ta cathédrale}. Le siphon situ8 90m da l1entr6e a fait l'objet de nombreuses reconnaissances =orne en attestent les innombrables fils de tous celibres et t o u s dges, dOment vmmel4s, dans les siphons et meme dans l a galerie exondee faisant suite au S 2 . Les 19 et 20 a o a t , deux plongdes permettent de f r a n c h i r un S 3 e t d e plonger un 3 4 sur 230m B -39m. Plongee de lh40 dont 25mN de palier dans l e S 4 . rrimono dorsal et bouteille de relais. Parcours en noy6

:

530m.


INFO-PLOMGEE n 0 2 0 Novembre 1978 p.10

AVEN DU REMEJADOU (07-St Alban/Sampzon 753.12 239,24 195m). 18 a o û t , une plongee de 2h03, dont 53mn de d6compression. permet de f r a n chir le siphon amont, long de 705m. Relais 330m et 600m. A partir de l a c o t e 600. l a galerie plonge rapidement h -42 et se dkveloppe sur 60m à cette profondeur, part une bréve remont6e % -35m, où une p e t i t e s a l l e recoupe une diaclaae perpendiculaire, inclin&, Btroite mais trés longue qui débouche, aprés 45m de remontde quasi verticale, en surface. Vsibilit6 nulle h partir de -2Om. Arret sur siphon . . .

Le

BEAUME DE CHABANNES (07-Lussas 767.50 260,17 220m) Importante émergence située au bas des Gorges de l a Louyre, siphonnante non loin de l'entrée. En janvier 74, le spél6o club d'Aubenas pompe le premier siphon e t le G . R . P . S . , s o u t e n u par u n e puissante équipe de p o r t e u r s , plonge un deuxiéme siphon s u r 180m h -18 sans aboutir. Le 12 août, nous reprenons l'exploration en plongée. Le premier siphon e s t ré6quipe sur 160m. A s a sortie l'escalade d'une cascade de 6m, légérernent l é v e r s é a . fut b i e n prés d'arreter les faibles rochnssiers que nous sormes! Derr i é r e , 400m da galerie h o m e (plus de 15 m de haut) e n t r e c o u p e de b i e f s , fboulis et d'une vouta nouillante, ambnent devant un deuxiéme siphon reconnu sur 230m. La galerie m y b e aux dimeneions trés importantes descend en p e n t e douce jusqu'h - 2 5 , A u =enninus, une v a s t e diaclase a été remont4e j u s q u ' h - 9 . . .

EMERGENCE DU BOURBOUTLLET (07 - St Alban/Sampzon 753,81 2 3 8 , 7 3 L65m 1 . 2ésurgence des eaux du Reméjadou, la source pérenne se p r e a e n t e comme un lamil o i r tréa bas siphonnant h 20m de 11entr6e.Non l o i n de l h et 4m plus h a u t , 3'ouvre une grotte d8bouchantp apréa 250m, au-dessus d'un puits noyé de 10m d e 9. constituant l'exutoire de crue. Jos efforts se sont d'abord p o r t é s sur ce dernier accks plus facile. Le puits immense et enco&re de lames d16rosion, mene h -26m clans une diaclase trBs ~ i n c e e ,s u r l a droite, un petit porche ddbouche dans un v a s t e collecteur ellip:îque de 6m de large. Au bout de 30m on recoupe un puits ascendant qui conduit :n surface. S 1 : 80m. \u sortir de 1 ' eau, une escalade de 4m ména une galerie de 4 x 4m suivie sur !5m jusqu'au S 2 de 14% (-15). ~a S 3 a et4 franchi au b o u t de 125m (-20) d'énorme galerie (10m de large) en:ombrde de groa blocs. A -Som, une diaclase Btroite e t a s c e n d a n t e , entiérement . a p i s s b e de concr4tions en choux-fleurs qu'il a fallu casser pour p a s s e r , lemet d'atteindre l a surface. La viaibilite s'annule totalement. 250m de ihandre actif et concrétionné, coup4 d'Bboulis e t de biefs, sont reconnus u s q u ' h un S 4 . ,a cavité a Bté topographiee jusqu'h 350111de l'entr6e. [ne plongée dans l a source pérenne a permis la jonction h la base du premier l u i t s noyé (-26m) p a r 60m de galeries 4troites. herissees de lames d'érosion. #nt participé aux plongees : Française Faujour, H e m 4 Lefebvre, Eric e t Francis, le Guen. Jean Sorin. 'ous t e n o n s remericer les plongeurs et plongeuses ! de le. S.S.Namur, qui o n t .is 1eur compresseur 15 m3/h notre disposition lors de la panne du n o t r e , insi que Dominique B6nard pour la localisation des cavités et f o u l e d'autres Btails ! . . . EVENT DE FOUSSOUBIE (Ardbche) e 26 juin, plongde au siphon terminal. Confirmation des c o t a s de c e siphon 6 j h franchi par les plongeurs de Namur en 66 : 320m à -20. Visibilitk mediocre mersion dans l a Goule de Foussoubie en crue. Pas de nouveau passage découvert. EXURGENCE DU GARREL ( S t Jean de Buhgues-HBrault) 8 et 29 j u i n , 4 plongees par H.Lefebvre e t F.Le Guen. Photographies, 30m de ouvelles galeries d4couvertes redonnant dans le réseau connu. Ce s i p h o n débouha en trois points dans l'immense grotte fossile du Garrel, mais l e chemin de ' e a u n ' a p a s e t 6 trouve. Lee longeurs annoncees pour les trois branches du iphon (70m, 170m, 250m) nous o n t semble largement e x a g é r é e s .


TNFO-PLONGEE 11'20 Novembre 1978 p.11

AVEN DU REMEJADOU (St Alban/Sampzon -07) 30 juin, exploration au siphon amont déjb reconnu p a r Lacroux, l e GRPS, LEGER, et ACKERMAN, PARROT e t JOLIVET. Terminus 150m de l'entrée dans une rotonde p l e i n e de graviers. Au cours d'une premier0 plonge0 de 2 9 mn, un r6trdcissement entre voQte et graviers e s t passe et 270m de f i l déroulé. Emersion dans une petite salle concrdtionnée avec départ de galerie. L'apréa-midi photographies avec H. Lefebvre jusqu'h 150m de l'entrée ; point bas -30m (relais de bouteilles 320m). Eau B 1 2 " , claire $ l'aller. Cavit4 inthressante quant sa ep616og8nése : présence de marmites de géant, de planchers stalagmitiques recreusés. de concretions diverses, de cannelures e t de méandres prouvant qu'el le fut creusée en régime non noyb. Les 300 premiers métres se developpent aux alentours de -15m. l e s 300 a u t r e s e n t r e -20 et - 3 0 . Topographie et explo en cours. Le

RESURGENCE DU BOüRBOUILLET 2 juillet. plongde dans cet exutoire des eaux du g o u f f r e de Remejadou. Petite grotte se t e m i n a n t sur puits noy6 reconnu j u s q u ' h -18 par D. Bdnard et Bénadittini Premier siphon de 8ûm B -26 franchi, debouchant dans une salle. La suite est h +3m. Explo en cours. Nous remercions Dominique Bernard pour l'aide qu'il nous a apporté dans l a localisation du gouffre qui e s t b i e n camouflb sur l e Causse.

.

SOüRCE DE LANDENOUSE [Cadrieu 5 6 2 , 5 4 243,17 150m) Exploration réalie4e par Eric et francis LE GUEN en week-end depuis Paris. Le 15/10/78, une plongee de 2h 03. dont 55mn de d6compreseion. s permis de reconnaftre le saphon sur 790m de long. Au-de18 du terminus de Berthrand LEGER, h 645m de l'entrée. l a galerie en i n t e r s t r a t e se ddveloppe h -25 avant de descendre h -28 sur une langueur de 2Om LB, un ressaut, vertical rambne - 2 5 . Nombreuses strates effondr6ea, sol couvert d e dunes de sables ou de glaise, frdquents changement de direction. Ont suit alors une large d i a c i a ~ edescendante jusqu'h -15m. qui redescend ensuite h -20m où un interatrate de Sm de large pour 1 2m de haut e s t r e c o u p 4 . Arret 790m de 1 'entrde, cote -20m. 9 bouteilles ont Bt4 nécessaires pour cette plongée : Un mono 12 1 en palier -3 Un mono 12 1 de relais, pose h 300m de l'entrée par le plongeur de soutien équipé d'un bi 2 x 1 2 1 dorsal. Le plongeur de pointe, p a r t i 10 mn a p r e s lui. emportait un bi 2 x 9 1, un mono 9 1 relais, 2 monos 4 1 v i d e ) . Le relais 9 1 e e s t échange avec celui de 12 1 h 300m tandis que le plongeur de soutien recupbre sur son trajet de retour le relais 4 1 entamé. le mono 12 1 est lais& h 630m, l a suite B t a n t faite en bi 2 x 91. Au retour, récupération des 3 relais ti 630, 300 et 150m de 11entr6e. La poursuite de l'exploration est possible sans difficultés partîculibres.

C.R. D'ACTIVITES DANS LE DEPARTEKENT DE SAVOIE

Informations J.L.FAWTOL1 Rue E. Zola 73 La Ravoire.

GROTTE DE FONTAINE FROIDE (Les Echelles 1 grotte resurgance temporaire des eaux enfouies du Mont beuvoir et Restituant les eaux de la grotte d e l a Folatiere et des Echelles. Le siphon terminal situé h 650m de l'entrge fut reconnu an 1970 sur 70m h -12 p a r P i e r r e LICHERON d u S . C . L . En 1978, fin mai, F.POGGIA poursuit l'exploration sur une c e n t a i n e de mbtres. Le 10 juin F.POGGIA et J.L.FANTOL1 explorent l e siphon sur 300m et siarr&tent A la profondeur de -8 a p r b avoir f r a n c h i un point bas -20m.

RESüRGENCE DU PONT DE L'ILE (Allbves) RBéquipement du siphon et poursuite de l'exploration p o r t é e h 250m h-30m par J .L . FANTOLI, le 10/9/78.

I


INFO-PLONGEE no20 Novembre 1978 p. 1 2 C.R. D'ACTIVITES UNION SPELEO St AMBROIX

information Joel JOLIVET

RESEAU DE PEYREJAL (St Andrd de Croziére -07) Aprbs 200 métres environ de galeries ( e n t r e e naturelle) nous arrivons h une bifurcation. Le s i p h o n de droite a B t b plonge par le GRPS et donne acces h la s u i t e du réaeau de Peyre j a l .

Siphon de gauche, plongé en plusieurs fois, avait B t d ddcrdt6 infranchissable. D-BERNARD (Ruoms -07) l'avait passe maie s'était arrdte j u s t e derrîére. Pierre DENIS et moi-même, repassons le siphon (5rn B - 2 ) . I l faut gratter l e gravier et sortir en force. Aprés 40m de galeries, nous arrivons devant un lac siphonnant, Apr&s Jorn de progression dans ce deuxiéme siphon, nous bloquons sur le gravier. Une désobstruction et un nouveau passage en force et nous tombons dans une galerie exondée connue qui revient h quelques mbtres de l'entrée naturelle. Nous bouclong ainsi ce circuit. Plongeurs Pierre DENIS Joël JOLIVET.

.

C.R. D'ACTIVITES GROUPE RHODANIEN DE PLONGEES SOUTERRAINES (GRPSI

JONCTION HIMIME ENTRE LA GOULE DE SAUVAS ET LA COCALIERE En 1977, l'exploration s ' & a i t arretde c6tB Goule de Sauvas s u r une grande salle d'environ 20 mètres de 0 et de 20 mètres de haut. A sa base r é s u r g e une petite rivibre qui e s t trbs probablement la CLAYSSE souterraine. Celle-ci se j e t t e dans le siphon Marie (du nom d e l'un des membres de l'dquipe l e pointe). C e t t e annde, le 2 m a t , l'exploration fut reprise dans la COCALIERE oar le siphon QWANPILLAT situ6 h 1700m de 11entr4e naturelle. Aprhs plusieurs heures de dksobstruction harassante en plong6e pour évacuer de jrosses quantités de galets obstruant La galerie noyée, les plongeurs franchissent ce siphon. Long de 150 mhtres, profond de 6 mbtres, passages bas, grandes salles, lames il&rosion, c e t t e galerie noyée s'avére @ t r e le siphon Marie, p o i n t bas des 3xplorations c b t é Sauvas. C b t é Cocalibre ce siphon affleure probablement le carst noyé. Il reçoit l a Clayssa qui ne résurge pas dans l n Cocaliére et p u r s u i t s o n parcours souterrain vers le Moulin St Andrd. Jn nouveau p o i n t d'interrogation s e léve d o n c , pour une meilleure connaissance l e cette cuvette de St Andr6 de Cruzière soue laquelle se développent plus de 20 kilometres de galeries souterraines,

:.R . Il ' ACTIVITES ;.S. CATAMARAN MONTBELIARD

Informations G.GRIME 19, rue des Champa de l'Essart AUDINCOURT

SOURCE DU RUISSEAU DE LA FESCHOm IBadoval, Doubs) - 3m ; l'eau arrive e n t r e les bboulis. Plongeur

'asque profondeur

:

GRIME

GROTTE DE LA SOURCE GUILLAUME PIERRE (Rosureux, 2 5 ) iiphon terminal étroit ( 0 , 9 x 0.8m) plongé sur 2%. Le siphon semble remonter lais i l n ' a pas été possible de deboucher (Btroiture). Retour en marche i r r i b r e . Plongée : G.GR1ME

PERTE DES FOUDRES {Viethorey -25) iphon t e m i n a l obstrué a -2. Plongeur : GRIME

SOURCE DU PLANEY [Anjeux -70) 'opographie. L e s chiffres annoncés par le SHAG s o n t rectifi6s. 153m de l'entrée o u r la sa1 le ébouleuse au 1 ieu de 220m et profondeur -17 au 1 i e u de -27 nnoncés. Exploration da quelques galeries. Nouvelles c o t e s :L.dév. 230m P r o f . .ax. - 2 5 . Plongee GRIME, SIMEON.

FONTAINE DE VEUVEY (Calmoutier -70) esobstruction puis galerie noyee de 0.4 x 0,6m suivie sur 5m (GRIME,SIMEONI,


INFO-PLONGEE 11.20 Novembre 1978 p.13

RIVIERE DE CERRE LES NOROT (70) Siphon de l'affluent de la boussole. Plonge0 sur 6m en interstrate boueux p u i s cloche d'air en dïaclase. La suite est plongée sur 5m. La galerie e s t apparemment împ6ndtrable ensuite. (GRIME) Siphon aval ; arr4t s u i t e kt d é b i t constnnt s i r n u l t a n e sur les deux détendeurs. SOURCE DE L'ARAIGNE (Magny-Vernois - 70) DBsobstruction -4 pour degager l'entree d'une galerie ébouleuse d ' o h sort un violent courant. 11 se produit un éboulement mettant en mouvement plusieurs m3 de sable e t de galets. (plongées GRIMME, SIMEON). GOUFFRE DE LA BALM3 (Tresilley, 70) Siphon terminal obstrué h -2 (plongée GRIME, SIMEON).

FONT DE VOYOT (Varogne. 7 0 ) Entonnoir de terre plongé h -3 impén6trable (plongée GRIME). C.R. D'ACTIVITES DU GROUPE LEMANIDU3 DE PLONGEE SOUTERRAINE

Informations Olivier ISLER, les AntCts 1075 Chalet h Gobet S u i s s e

.PETIT GOUL (Goul de l a Tannerie Bourg St A n d h l Ardéchel L'emergence de l a Tourne e s t faite de'deux sources voisines : le Petit Goul et le Grand Goul (Goul du P o n t ) . En octobre 1972, le GEPS avait exploré plus de 8000 rn de galeries n o y d e s dan8 le Petit Goul; l'exploration s16tait a r r b t é e dans un puits vers la cote -40m. Nos buts etaient d'abord de noua faire plaisir dans ce trés beau s i p h o n , e n s u i te de continuer a i possible l'exploration et de faire l a topographie d'un réseau noyd important. Lors du week-end de Pdques 7 8 , nous avons effectue trois plongdes. Nous avons depasse l e p o i n t extrème atteint par les explorateura pr6cddents. situé B 730m de l a vasque d'entrde, h -38m. ( f i l d'ariane m a t & en place). La galerie reste entre -3 e t -10m jusqu'au puits, &i690m de l'entrée. Nous avons trouve un palier h -45m. ensuite une galerie descendante que nous avons s u i v i e jusqu'a -54m (775m). Topo de la galerie principale et visite de toutes l e s g a l e r i e s secondaires. P e n d a n t l e week-end de P e n t e c b t e , exploration e t topo jusqu'h 818m de d i s t a n c e (-71m) et topo des galeriea secondaires. Bilan : Une p e t i t e c e n t a i n e da rn&tras nouvellement explorés, mais aussi une cavit6 noyde de 1060m de d6veloppement compléternent visitée et t a p o g r a p h i 8 e . Biblio.: PlongBes dans S.E. da l a France (Goul du P o n t , Goul de la Tannerie . . . 1 EMERGENCE DU GOURON (Lods, Doubs ) : information Cyrille Brandt Emergence dans l n riviére sous la berge de l a Loue. Plusieurs équipes s'étaient succbdées dans cette source (voir: Aucant et Urlacher dans Inventaire des plongees souterraines dans le d é p t . du Doubs - Enfonçure n03, 1977) En octobre 77 , la galerie descend jusqu'h -42, p u i s elle continue en d i a c l a s e h a u t e q u i s ' é l a r g i t 5Om p l u s loin pour devenir une v a s t e galerie. Pas d'autre ~Qstacleque l a profondeur e t l a distance.

-------

3OCIETE SUISSE DE SPELEOLOGIE :OMM1 SSION DE PLONGEE

Information Cyrille BRANDT Victor Ruffy 5 2 1012 LAUSANNE Suisse

La deuxibme rencontre suisse de plongde souterraine a eu liéu les 31/9 et 1/10/78 en présence d'assez peu de participants. Nous avons reçu la ~ i s i t esympatique de groupe Magma. A c o t e de 1'8colage en siphon pour des d6bucants, i l y a eu aussi de l'explo. Une plongée dans l a source du Lison a permis i'une part de faire l a liaison "humaine" avec le Creux Billard. Un coéquipier 3 n t r é p a r l e Lison est ressorti aux Creux billard. La jonction se f a i t p a r une


IWO-PLONGEE n'2O

Novembre 1978 p . 1 4

vaste cheminge au plafond de l a galerie principale en amont de l a source. D'autre p a r t , l a plongée e progressé jusque vers 320m de d i s t a n c e , -20m au bout sana t r o u v e r d'obstacle. Depuis lors trois plongees du GLPS o n t permis de progresser jusqu'b un peu plus de 600111.Le fond se maintient entre -25 e t -7m. C'est souvent très grand. un peu chaotique, Ga se trouble, i l y a beaucoup h faire. C.R.

D'ACTIVITES

:

Camp annuel de la F.F.E.S.S.M. d u 22/7 au 5 / 8

Rocamadour.

Les travaux r&alis$s durant cette pdriode f e r o n t l'objet d ' u n compte rendu détaillé (publication en cours). Sans attendre voici les p r i n c i paux r é s u l t a t s . GOUFFRE DE POU MESSENS (46 -Rocamadour) Franchissement du siphon amont long de 1180m (-251. Le developpement noye t o t a l atteint 2035m.

Plong6e s u r 40m

SOURCE DE BOURDOU (46 -Gindon) : arrst s u r Btroiture

BOL0 DE VALEILLO ( 4 6 -Lacave) A environ 80m de 11entr8e, plongée du siphon

terminal sur 100m

G R O T R E DE PIF,YRAGUET (46 -Lacave) Apres le S 1 (60m). plongde du S 2 s u r 180m ( - 2 8 1 .

FONTAINE DE BRIANCE (46 -Saint Denis les Martel 1 Derriére le s i p h o n de 390m lFLT 1977). exploration et topographie de la rivîhre souterraine j u s q u ' h un 3 2 (3745111 de l'entrée). D8v. total 3825m. FONTAINE DE THOURIES ( 8 2 -Cazals) Aprés l e s i p h o n citentr6e (110m , -6m 1 , 480m de galeries exondées t e r m i n é e s par un S 2 reconnu s u r 250m I-23m). DBveloppement total 870m.

PARTICIPANTS: Y.Aucant, M.Debatty, C.Chorvot, J.P.Couloumy, P.Laureau, B.Lebihan, C.Touloumdjian, M-Verlhac.


-

n a t u r e l s ( s i p h o n s des grottes) artificiels ( g a l e r i e s E D F , égouts, etc Fait p a r le cpnseillev technique pour les secours spéléo de Savoie - DURAND. R.

ACCIDENTS E T INTERVENTION D A N S LES C O N D U I T S NDYES

--_______C__I_-__-_------------------------------

-

t

Dangers spéciaux pour

1")

Le sens d u c o u r a n t e n t r a i n e le plongeur vers un a v a l i nconnu

Le c o u r a n t et ça

force

Cons6quences

les plongeurs

Technique A appliquer

- 1 e p l a n g e u r n e ~ e u t ~ l u ç -plongdeinterdite revenir et e s t e n t r a i n e vers l ' a v a l (courant -. -tris violent) te plongeur est f r e i n & - influence sur l'autonomie et retarde au r e t o u r en a i r (courant rnod9v6) aventuel lement corde d ' ass u r a n c e sur une petite distance (maxi 3 0 m ) - La f o r c e d u c o u r a n t e s t moindre au c o n t a c t des parais et du f o n d .

-

-

*

Le sens du courant . rejgte le p l o n g e u r v a r s son p o i n t de départ

2')

- l'eau t r o u b l e

-

ne pas retrauv e r son chemin

au retour

l'eau p e u t B t r e clair e & l'aller et se t r o u b l e r ensuite ce qui e s t p l u s danger e u x c a r o n ne se m é -

-

d i + + icultb de p r o g r e s -

sion

-

l'aller.

permet la p r o g r e s s i o n .

-

se perdre

- p e r d r e du temps au retour.

-

-

-

obscuritb panne de lumigre

-

no plus p o u v o i r se diriger

fil

d'Ariane

A dgrouler

avec u n dévidoir

-

ngcessité d' avoir un couteau de plongge pour +vant u e l l e m e n t couper ce fil qui p e u t l u i m ê m e représenter un d a n g e r .

-

doubler l'bclaivaqe + i l d'Ariane

fie pas. 3")

on p e u t p l o n g e r en relative sgcurité dans l a masure oh la violence du c o u r a n t

i I


I

.ai .FIN m L

E

3

I

al O

O

f U

m

3

DLI t o n ? €

P

U1

c

r

i

ai 0 U

u o u d c a a 4. P U O . L O I I an^ mm

s a

4

-A

4 0 0

ANA

E N O d iII N 3 i O EI[ILci m . - i n m 3 . mo L

a

4.J

O

L

0

> Q1.d (Of4 mua

c

m

4

u1 -%+

C

ri

c

+

-4

3

0 E O

I

n m

D

cl

c

ucicrn mril[u

E

M L U91

6i

E

EU

rn

al a i # m nrid>.rlat

L

I

l-

I

I

I

I

I

.-L

ai Ci

U UI

al LI

c

III

3

m E m Y

L

3

a

'O

rn O

C p l U

E

I

C ~II E

Y

L

-* rn -n

m a a u a ~ ~ ~ o u U 4 J LI

0 3 L

O U LU.Ua

-&s r i 5 ( U Ilcnri U

u

rl

A

al

Ln U al -lJ

C O

C

i u al

rl

.A

iII

I 3 al

a

4J

LR

9

M A

2O

a

5 rll -4

U

al e la

u1 5.

O 0

C

iII I I

3

I

I

L ci U1 'Pl

n

-

a 4

= .

1.

L 3

3 II)

m

73

5

rn c

ci +i aJ L 3

a

3 al rg

4

M C Q ill E L

ni 5 .ci O [U

-

.rl

O

L Y

4

C

m E m A

rn

.Iu

I L ai ni

ai ai

ln

a >

C O)

5

a m

D

0 L 4J

111

; 111 D E O ri

e um m I

P

E O

O

-

z

O

O

tO

4

b

h

*

uai

W

a-

Ci

9)

L

O

> O

m

rl

U

al L 4 a 41 1

>

"a

~

~

L

~

(

U

L I ~ I ~ C Crll C E U.ci 0 i Q al-^." P

rl

rl

L 5 5 O 0 1

-tl

O

*

-

O

U

2 1

91

M nl

-

E > L ( U

4 ( i 1 0 3 = 1 U l U c i ~

.A

u

0i

PI -d ei m a i a i j c i a r C C . - i U U ZiP--iia

m m

.A

I

.

-.

*rt ci

O

I -4

P

O d m . a~ C 5 + ~ S L O U ( U ~ C

c

UIY C O

I

II1

-u

v 3 C 3 Lui-rialU 0 c m a i ~ a dun

r

U L R Ln

C 4 b L

3 oc-rig ma-aimai IDrnP3ED

.A+

L

I

I

L E Il)rnE(U

3

II

UI

c4 %am

u

1

UI

L

C

l

m u .+

3

n a

Q

m

III

C r 3 ni

C

m

4

II)

w

O

L

L L ai 3 ei

9i

UI

D

C

a c O -0 E

0-

u

I

I 4

3

L PI

.u

A

m

m

m

I

al L c 3 la C o a

a

m

a

- t ~ un -uar m ~ ~ m a u' o d > C O C L 0 4 0 ia 10L .AL ++mau am ~ c i c c i ~ al 111 C m mu a L 3 n € s i II c o j vi C C U ri--91.aiia3rn o . m = 1 3 ao.4c.ai O 0 4 .ri L m L I C r LOUP P > uu-FI L n mm

5

?

3

m

s4 J U 4 J C n

O

1

Y

OLIU

x u

m

4 C

[U

rll O E * ~ r n v i c i j ~ Ur In Iiirll[UC+'C]E cnim

~r n . ~ ~

U

E E

l

. i

rll

a>L

6

[1)L . O

m m du

P

O

c

A a l . r i O L L-ci -riCrnL(UM.d

rl

'

U)

riri

-tl

al

4J

.

I

91 IB I E nlO I

6

I

*

A

~

E

IP20  

La presentntion de ce numéro 20 dlINFO PLONGEE vous para3tra chang6e. Un e f f o r t de rénovation des services rendus par l a c o m i s s i...