Issuu on Google+

FEDERATION FRANCAISE DE SPELEOLOGIE

1

1

------------

"COMMISSION PLONGEE"

-----------3 . C . FRACHON 43, r u e du Théatre 39800

POLIGNY

i.

- tél. 5.71 -

NOVEMBRE 1976

------------Chers coliegues ,

Le conseil national F . F . S . m ' a réélu,le 3 octobre dernier,aux fonctions de Directeur de la Commission "plongée" pour 1977 . Grâce h un budget p l u s "confortable" qu'en 1 9 7 6 , j e pense pouvoir arneliorer la qualit4 des services r e n d u s p a r l a Commission,en particulier dans le domaine d e l'information Cette circulaire "new-style" en e s t l e térnoignage,et j e dois remercier ici notre collhyue M . C H I R O N - ~ Un~ b i e n v o u l u en assurer la réalisation matérielle.

Les projets pour l'année h venir sont multiples , mais j'en citerai deux dont l a préparation m'occupe actuellement. -Mise h jour de l a liste annuelle des "plongeurs spéléologues français " ,cette mise h jour paraftra en janvier 1977. J'invite d8s maintenant les clubs ou i n d i viduels,qui ne l'auraient pas fait,& me transmettre l e s noms,adresses et télephones des plongeurs-spéléologues. -Expédition "plongée" au CanadaPen a o û t 1977. Le projet avance,quelques subventions sont'"en vue" . . . L e s collégues int4ressGs s o n t pries de se faire connaltre d8s maintenant ;ils recevront une documentation e n temps utile. J . C . FRACHON

QUEL MATERIEL ACHETER ?

Pour guider le choix souvent difficile,devant le grand nombre de modhles,du materiel de plongée,demandez a la F . N . A . C . - 13,boulevard de Sébastopol - PARIS s e s "tableaux comparatifs " , résultats de tests. P a r exemple : -Les détendeurs ( 1 5 modéles testés).Le meilleur semble e t r e l e "subastaru de STAR-FRANCE . . . Le moins bon (inutilisable!! ) e s t le M.300 de PIEL . . . . -3oitiers é t a n c h e s p o u r appareils 24 x 36 -Boitïers étanches pour caméras.


P. S.V

Humide TYPE

H1 A

de l'aileron r e tou~né ~ a i x office i ~ de rérlecte

Pour ~'ex~lomtion ef les relevés en plongée souterraine

EX tr&t&

Rabai plus i r n ~ o r l a ip l air fi

ai d&&tre Tube pladique D

e f i lethe C ~ o i ~ n éCRISTAL e

écrou

~ r o j e teor\ c

DECOUPAGE

SCHEMA DE

m

Trou

CRISTAL

-

Tu be plastique D 6

Tige filetée-rondelle-

TFOGS 6 0,004 pour fixation des projecteurs

krous


INFORMATION N o 12 -novembre 1976-p.3 P . S . V . Humide -type H.I.A.

Le premier s t a g e de plongée souterraine h permis de démontrer de f a ~ o npratique l'utilité et I'efficacité du P.S.V,40(bloc de pilotage sans visibi1ité)instrument conCu et rkalisé par le C.R.S.A.pour l'exploration la topographie et la photographie.

Malheureusement,la complexité de réalisation,le c o a t l-elativement élevé,de cet instrument ne permettent pas,du moins pour llinstant,sa diffusion.

Le P.S.V. humide t y p e H.I.A. e s t un instrument da conception plus rudimentaire que le caisson Btanche mais cependant eccegtable. I l supprime la majorité des inconvgnients propres l'instrumentation sousmarine actuelle: I o Dispersion d e s instruments ( h a n d i c a p majeur à tout espoir de travail s6r i eux 2" Manque d'éclairage 3" Protection contre les coups et l'argile. En outre sa fiabilité de fabrication ainsi que son prix,des plus bas,le mettent la port& de tous. Description sommaire:

Le P . S . V . humide e s t compos4 de deux projecteurs "Cristal" côte et surmontés d ' u n aileron servant de planche topo sur laquelle est fix6e la total3t4 des instruments.Leur éclairage est assuré par l'éclairage direct du haut des projecteurs et,pour les instruments fixés à plat,telle que la bùussole,par réverbération sur un miroir(ex.alurninium p o l i )

montés

c6te

La montre e t l e profandimetre (choisir de p r é f ë r e n c e l e G . S . D . Hydronaute 120 ) p o u r r o n t $ t r e fixés simplement par leur bracelet.

Le compas (compas L.S.I. Scubapro) peut 6 t r e également fixé par son bracelet,mais i l est conseillé de lui adjoindre un positionnement mécanique permettant de le maintenir en ligne avec les fentes du b8ti. Sur le rabat situé droite i l est adjoint un décamètre h manivelle blocable. La poignée sera une poignée d'un projecteur Cristal pr6alablement débaité de sa glissibre. L a matiere premibre recommand4e sera l'aluminium ou le dural et un tube plastique de 40 ou 50 mm de diametre, La flottabilité de l'ensemble étant assurée par les projecteurs (un Cristal ayant une flottabilité positive de 3 0 0 g ) .L'ajustage finasera a s s u r e (flottabilité zéro) par l ' e m p l o i d'une masse d'équilibrage située sous les projecteurs,légèrement en avant. Pour obtenir un bon &clairage des inatl-uments i l est indispensable que le tube plastique soit fixé de telle façon que son axe soit situ6,en longueur,à environ 7 cm du plexiglas des projecteurs et,en hauteur,h 1 cm au-dessus du bord exterieur du projecteur. Dans l e cas ou la flottabilité des projecteurs se révèlerait insuffisante pour un bon Bquilibrage de llensemble,ilpourra être procéd6 % une obturation parfaite (araldite ou joint torique) du t u b e plastique,Ie gain a i n s i acquis sera de l'ordre de 600 g de flottabilité. Article extrait de publication Roches et Eaux

Claude Barroumes

-

C . R . P . Plongée 19,rue Albert Camus 16800 SOYAUX

Garatin


INFORMATION N" 12 -novembre 1976-p.4 ACCIDENTS MORTELS *

SOURCE DU PLANEY (Bouligny , ~ a u t e - ~ a & n e )

-----------------------------------------

Le 20 juin 1976,quelques plongeur~.membresdu Club Subaquatique de Vesoul (Hte-Saûne) organisent une séance d'entrainement dans la vasque de la Source du Planey BOULIGNEY. Cette dernière présente,en effet,à llentrée,unplan d'eau circulaire d'une vingtaine de métres de diarnbtre et de 10 rnetres de profondeur en moyenne-Au pied d'un banc rocheux,s'ouvre une galerie noyée,explor&e sur une longueur de 210 métres, Ce siphon e s t coupe p a r une " c l o c h e " a 240 m de l'entrée. Vers 17 heures,deux plongeurs s'engagent dans la galerie c'est la premiere fois qu'ils p 8 n è t r e n t dans un siphon,leur Bquipement ne comporte q u ' u n mono 2 , l m3 c h a c u n . Suivant le fil-guide place dans la cavité depuis 3 ans, ils reconnaîtront une p a r t i e du siphon.C'est au retour semble-t-i1,que l ' u n d'eux (Jean LASNJER) court dlair,remontaau sommet de la galerie et atteignit,par miraclepune poche d'air. Son compagnon rejoignit l'entrée en catastraphe,pratiquement a court d'air; n'ayant rien vu dans l'eau trouble par leurs passages,il ne put donner d'explications précises quant la disparition de son c o é q u i p i e r .

L'alerte Eut donnée au Centre de Secours de Vesoul oti le disparu Btait d'ailleurs pompier volontaire.Aidés par quelques plongeurs locaux, les pompiers entreprirent,an vain,les premi&ras recherches.Non e n t r a f n e s la technique de la plongée souterraine,ils ne dépassèrent qua de peu la zone d'entrée de la source. Vers 21 heures,fait invraissemblable,les recherches sont arrêtées par ordre du service de la Protection Civile; d'après e u x , l l e a u troublée ne permettait plus de continuer les plongées dans la source. Il est affreux de noter q u ' à cette h e u r e , 3 e a n LASNIER é t a i t

probablement encore vivant . . .

Ce n'est seulement q u ' h 8h30 le lundi r n a t i n ( 2 1 j u i n 1 9 7 6 ) que des membres des Spéléo-Secours du Doubs et de la Côte d'Or seront c o n t a c t 8 s . A partir de 12 heures,une série de plongées dans le s i p h o n permettront d'abord de retrouver la bouteille du disparu 80 mètres de l'entrde (-15 m de profondeur).Puls h la verticale du "bloc",dans une poche d l a i r , l e corps de Jean LASNIER.

Aprhs vérification, sa bouteille ne contenait plus dlair.Vers 18 h e u r e s 110p6ration était terminée et le corps de J e a n LASNIER extrait du siphon. Le ou les responsables des Services de la Protection Civile de la Hte-Saone ont pris l a lourde responsabilité d'abandonner les recherches dés le dimanche s o i r alors q u e le disparu &tait probablement encore e n

vie-dans cette poche d'air,qulila atteint par miracle,il faut le souligner, I l e s t important Vesoul indiquèrent aux services plongeurs spéléos de Besançan,dés indications,ce n'est seulement que

de signaler un a u t r e d6tail.des sp&léos de de gendarmerie présent5,les adresses des le soir de l'accident. . . .Malgré t o u t e s ces lundi matin,que nous s e r o n s contactes.

Pendant coMbie1-1 d'heures Jean LASNIER 31 ans,prisonnier dans cette poche dlair.a attendu un éventuel secours? . . . s1affaib1i5sant tant physiquement que moralement dans ce piège affreux !


INFORMATION N o 12 -novembre 1976-p.5 I l n'est pas improbable qu'il ait laissé tombé volontairement sa bouteille,devenue inutile,au fond de la galerie pour signaler sa p o s i t i o n . Ce f u t d'ailleurs bien au "bloc" du plongeur que nous avons pu le retrouver,malheureusement trop tard.

Une campagne d'information semble néc6ssaire dans les Clubs de plong4e subaquatiquePafin de faire connaître les dangers de ce type de plongde b i e n particulier. Quant ti l a rapidité du ddclenchement des plans SpelBûs-Secours et des décisions arbitraires et spontanées prises par les Services i n t é r e s s é s . . . de quoi s'inquiéter! Yves AUCANT Conseiller Technique SpelBo-Secours du d é p a r t e m e n t d u Doubs.

RESURGENCE DU GROIN (Champasne-en-Valromev) Le 2 8 juillet 1976, 4 plongeurs (qui n'ont pratiqu4 q u ' e n mer) s'&lancent à la decouverte du siphon du Groin. Progression sur 80m (BERTHELON,CUZIN,FAVRE,RIBAS},

Le 2 1 aaQt, plongée de reconnaissance (LOCATELL1,BERTHELON). Le 22 aoCît,balisage sur 130m (BERTHELOH,RIBAS).Puis balisage sur 100m (CUZIN, FAVRE) suivant une t r é s mauvaise méthode,avec u n e c o r d e l e t t e f l o t t a n t e enroule sur une planchette en bais. Essai de rembobinage au retour. A 170m de l'entrée,FAVRE se prend dans la c a r d e n e t se débat p o u r se dégager. Quand i l y p a r v i e n t , i l trouve CUZIN inanimé,les d 4 t e n d e u r s tournant au-dessuus. Il sort au bord de ltessou£lement et donne l'alerte. L e 22 aaût.sortie du c o r p s de CUZIN p a r ROTA,NIOGRET e t CCLETTA . Information :C.LOCATELLI

COMMENTAIRE Ces deux accidents concernent des plongeurs "traditionnels", i g n o r a n t tout de l a sp618o-plongée .Se fiant h leur technique,ils s e sont aventurés trop l o i n dans des siphons de grandes dimensions. . . .

Cette pratique tendant a se multiplier,jlai adress6,en accord l e Conseil F.F.S. et par l1interm6diaire du President de l a F.F.S.,une lettre de mise en garde au p r e s i d e n t d e l a f6dkration Française d l E t u d e et S p o r t s Sous-marins,B charge p o u r l u i de diffuser des consignes de prudence a u p r h s des clubs de sa féderation. avec

Par ailleurs,llaccident du Planey met en lumiere la carence lamentable de certains "reaponsables",qui refusent d6libéremment de considérer l e s spRleologues comme des gens efficaces dans l e domaine des secours . . . .Une lettre a été adressée au Directeur de la Protection Civile de Haute-Sabne p a r le Dr CASTIN ICo/Secours FFS),lui demandant les raisons du non-déclenchement du plan de "Secours en sites souterrains" qui aurait p e u t - B t r e permis de sauver J.LASNIER. J.C. FRACHON Dr Co/Plongée F.F.S. R a p p e l o n s que l'Union Internationale de Sp6l4ologie tente de rassembler un maximun de documentation sur les accidents ou incidents survenus en plongée spél6ologique.Priére d e transmettre tous renseignements h ce sujet h : C.BARROUMES-GARATIN -19,rue A,Camus 16800 SOCHAUX correspondant afficjel pour la France auprés de 1'U.I.S.


INFORMATION N' 12 -novembre 1976-p.6

C.R. D'ACTIVITES S . C . DU

J.C.

JURA

FRACHQN -43, r u e du Th6atre 39800 POLIGNY

RIVIERE DE LA CHATELAINE ( 39 -Noy 1 : Franchissement du 5 . 3 situé 1939m de l ' e n t r 6 e . A ~delh,exploration de 930m de galeries,coupées de plusieurs voates-mouillante~.~yrgtsur trémie 2670 rn de l'entrée. E x p l o r a t i o n en cours . D6veloppement topograpkié :3910 m . ( d k n i v . + 5711-11.

----------------------------------------------------------

D'ACTIVITES SOC.DLJONNAISE DE PLONGEE SOUTERRAINE C.R.

R. LAVOIGNAT -3 ,all&e de la Source 21000 DIJON

GROTTE DU BEL-AFFREUX (21-Antheuil) Lové topo entre l e 5 . 4 et le 5 . 7 d u rkseau p r i n c i p a l , Franchissement d'une voûte-mouillante dans le Réseau Annexe 3 ; a r r ê t s u r siphon imp6n4trable. seconde Découverte d ' u n e galerie fossile de 100 m aprés escalade depuis le rkseau actif,derrière Ie 2 . 6

..........................................................

C . R . D'ACTIVITES S.D.N. OYONNAX

Ch. LOCATELLI - 3,Impasse Flaubert 01100 OYONNAX

GROTTE DE CORVEISSIAT (01 -Corveissiat 1 Désobstruction dans le 2' siphonPau niveau de la cheminée. Une strate s'est effrondée par suite des travaux sur la route sus-jacente (une partie du rnat6riel de la S . D . N . O . e s t derrihre ! ) .

RESURGENCE DU GROIN (Champagne en Valrerney ) Siphon en interstrate (h- 4m, 1= 10m 1 sur les 130 premiers m8tres.se divisant en plusieurs galeries parallèles sur 4Qrn,et r e p r e n a n t s e s dimensions initiales sur les 60 m suivants. Arr&t à 230 m de l'entrée par manque de fil d'ariane ,puis accident mortel (voir compte-rendu "ACCIDENTSt1- ) . SOURCE BLEUE DU CHATEAU (01 -Dortan 1 Plongée par le club Sub d'Oyonnax. Puits de 23m ,se poursuivant par une galerie comportant de nombreuses cheminées s u r 20m . Arret sur étroiture ,point bas h -25m .

..........................................................

C . R . D'ACTIVITES GROUPE LEMANIQUE DE

C.

BRANDT

-

Florimont 2 0 1006 LAUSANNE (Suisse 1

PLONGEE SOUTERRAINE SOURCES DE L'ECLUSE et DU BATEAU (St-Marcel d'ardhche ) Cf. "Information " n 0 4 -juin 1975 Les deux émergences sont situées au bord de llArdèche,prés de 1 1 e n t r 4 e de la grotte de St-Marcel.Celle en aval est juste au-dessus de la surface de la rivière ; i l y a 30 rn de galerie exond4e avant le s i p h o n . L 1 a u t r e se trouve 30 m en amont e t l'entrke e s t 2m sous l a surface de la rivière. Plongée du 11.9.1975 par C.BRANDT, T. e t M. PILUSKA , e t F. SRADAC, en deux equipes pén6trant en m4me temps dans les deux sources.Jonction aprés environ 50 rn de progression,& -9 m .Aucuns continuation horizontale ,la suite est au fond de l ' u n des innombrables p u i t s , d o n t un avait été plongé jusqu'h -60 m par C. BRANDT en sept. 1974 .


GROTTE DU CAPUCIN(prBs de Labergement Ste Marie ,Douas 1 Coordonn4es : 099.83 / 203,lO / 865 Une plongée le 16 juin 1974.Petite source située sous une route Une dizaine de metres de petite galerie séche,puis siphon d o n t l'entrée e s t partiellement obstruee p a r les deblais de l a route. Galerie noyée de dimens ion moyenne t r k s petite .Eau limpide se trouble vite. A continuer. SOURCE DANS LA LOUE DE LODS (Doubs) R é f . : J - C . Frachon et P. Pétroquin. Plongées souterraines dans le Jura. Spélunca 3, 1 9 7 1 :31-41 . En trais plangees ,les 2 0 j u i n ,8 et 15 aoQt 1976,nous avons légèrement d 4 p a s s 4 le p o i n t atteint avant 1971 .Porche de 3 x 3m en rive droite de la Loue,fond -6 m . Galerie descendante jusqu'à -43m avec une p e n t e de 4 5 " e n v . A 70 m de d i s t a n c e p l a galerie devient horizontale, 10 m glus loin nous voyons u n e bobine accrochée l a paroi où s'arrgte l e f i l d'ariane posé par nos prédécesseurs . L a galerie continue en légére descente, jusqu'h 1 2 0 rn de distance,en forme de diaclase haute de 3 5 rn ,puis arrive

dans un puits large.non encore descendu,qui debute a -48 . A suivre.

SOURCE DE LA DOUE ( p r é s de Glay -Doubs) Coordonnées(se1on service topographique f 6 d . s u i s s e ) 5 6 0 , 6 3 250,85 / alt. 440 rn .Premiére reconnaissance le 28/12/1971, trois journées d'exploration en a v r i l et en juillet 1972 . Participation d'un membre du GS P o r r e n t r u y . La source est un siphon Btroît,à f r a n c h i r en décapelé,de 55 m ,arrivée dans une large surface. 10 métres coté de l a source,une galerie sèche de î5m donne s u r un siphon de moins de 20 m qui débouche dans la même surface. Depuis 1 8 , 2 0 0 m environ de galerie 6mergee avec plusieurs r e g a r d s sur le cours nctif,puis siphon.Plong6e s u r 70 m de distance ,galerie de bonne dimension ( 2 x 2 r n ) , e t c u l de sac , L'origine du courant n ' a p a s ét4 vue . A revoir.

-_------------_--_-------------------------------------

C .R .

D " ACTIVITES SPELEO-CLUB DE DIJON

P. LAUREAU -3,rue Vercingétorix 21000

DIJON

SOURCE DU DARD ( 3 9 - Baume -les -Messieurs C f . "Infarmatlon " n n l l sept. 1976 A p r b s topographie ( v o i r p l a n ci-joint),la longueur du siphon doit ê t r e ramenee 338m ( e t non 27Qrn).

C.R. D'ACTIVITES G , S . C . A . F .PAYS DE MONTBELIARD

G.GRIME - 19,rue d e s Champs de l'Essart 25400 AUDINCOURT

SOURCE DE LA BATTE ( 9 0 - S t - D i z i e r ) 4 s i p h o n s f r a n c h i s ,longs de 10 , 10 , 8 , 15 m . Etroiture dans le 2 " siphon .Au-delà, exploration de 6 0 0 m de méandre actif. (sept. 1976 - GRIME - HUMBERT - SIMEON 1 . Exploration en c o u r s . ----------------------------------------*---------------

C.R. D'ACTIVLTES EXTRAIT DE PUBLICATION A.T.N. R.E.

C.BARROWMES-GARATIN C.R.P. Plongée 19,rue A.Camus 16800 SOCHAUX

LA FONTAINE DE NANTOUILLET OU DES BRAZNS Situation : La fontaine de Nantouillet est situde en Charente , 21 10 km d'Angouléme sur le flanc droit de la vallee de la Boeme . Etroitement ceinturée par une rnurette,elle sort au pied d'une falaise profondément marquee h sa base par la r e n t r é e d ' u n joint de stratification irnmédia-


INFORMATION N' 12 -novembre 1976-p.8 ternent supérieur a u n i v e a u de l a source . Une prospection systématique du site permet de déceler e t de positionner trois points d'émergence ,

Description du réseau . L'aspect général de la sortie d'eau et les caractéristiques m % n e s de la source,nous laissent croire l'existence d'un conduit p h e t r a b l e .Une séance de dbblaiement de trois heures noue confirme l'existence d'un conduit-Bien qu18troit au depart,le conduit semble se poursuivre e n s'élargissant. Le déblaiement de l'entrée a p e m i s de mettre $ jour Te haut d'une diaclase Btroite à creusement diffgrentiel dont l'entre@ est la profondeur de lm. l'étroitesse de l a diaclase a u niveau -2 nous impose une progression harizontale dans le sommet sur une dizaine de métres de 1ong.Une d e s c e n t e verticale nous permet ensuite d'accéder % la p a r t i e inferieure de la diaclase beaucoup plus v a s t e (distance 15m), l e sol est composé d e limon et de vase dans les parties abritées. On note sur la droite un petit départ trés v a s t e et lég&rement remontant, i l e s t obstru8 trés rapidement par de l a v a s e . Profondeur de la diaclase -5m.Sur la g a u c h e , & mi-paroi,&-4m ,une ouverture permet de r e m o n t e r dans une autre fissure parallèle . O n decouvre alors l'orifice d'un puits qui nous ramène h la profondeur de -7m . L8,aprés etre passe sous une lame basse(véritab1e Btroiture 1 1,5 m), on d8buuche dans un vaste couloir (toujours bâti sur fissure) occupé d a n s ses 9/10&mes p a r un énorme cône d'argile molle et extrêmement lisse . A la longueur 27m, on atteint le sommet de cet amoncellement (profondeur -2m) et,par la m&me occasion,le plafond.Aprés un ou deux mhtres de faux plat on s e t r o u v e devant une vaste descente et un agrandissement du couloir ( 3 h 4 m de large ,5 6 m de profondeur). Observation morpholosique-sonda~e-~r61~vement d'échantillons -Tm a ) A remarquer une oxydation rouge (sanguine) de l a surface des roches,tant sur les cailloux du fond que sur les parois(position da 2 h 8 ml. b) La roche est littéralement rongée par les eaux.ltaapect d e surface donne de nombreuses asp6rités;trous,pointes,f~ssilese n relief, e t c . La dimension de c e s formes e s t de l'ordre de 3 ?I 4 cm e n v i r o n . La roche e s t trés tendre et les lames faciles a casser. c ) Le plafond semble plus homogbne et moins corrodé, i l e s t cornpiétement plat et sans fissure. d) Prélévernent de fossile afin de déterminer l'étage g6ologique (cegnacien ou turenien supérieur). e ) I l nous a ét4 donné d e constater que les mesures de température, dans les trois pointOs d'émergences secondaires,montraient des valeurs similaires sauf après de fortes pluies où nous devions noter un léger abaissement de température de la source .Abaissement de température àQ un mélange avec les eaux de ruissellement superficiel. Exploration et étude en cours.

Compte-rendu du stage de plonqse souterraine. Lac de Chalain (Jura),5 au 1 0 / 7 /76 Sommaire : "Stage sp4cialisé" par J . C . FRACHON "Compte-rendu technique" (le signe, la topographie, la s&curité, technique de progression,mat&riel . . . ) "Compte-rendu des plongges " "Conclusion" Commandes adresser : Daniel ANDRES 157,avenue Jean PERROT 38100 GRENOBLE CCP N" 931 3 5 S GRENOBLE Jean Claude FRACHON . 4 3 , r u e du Théatre 39800 POLIGNY


INFORMATION N o

------++------------

ACTIVITES

12

-novembre 1976 p. 9

:s u i t e

.

D ' ACTIVITES G .S. LA TRONCHE C R.

B.LEGER - 10,rue TrBs-Cloit,,, 38000 GRENOBLE

SOURCE DU LISON (Wans-sous-Sainte-Anne - Doubs) Déja reconnue par Frachon,PBtrequin et Urlacher en 1968 e t 69.Plus récemment les plongeurs suisses de Zurich.puis Cl. Touloumdjian explorent une centaine de métres de conduit noy6. A l'occasion du stage de plongée souterraine,nous y effectuons une tentative (D.Andres,B.Léger).Le siphon est d é j b Bquipé sur une c e n t a i n e de métres de large galerie,plafonnant vers -5m,jusqu18 une zone dlétroiture.Trente mètres avant ce terminus,nous découvrons en r i v e droite(sens du courant)un conduit tr&s accidenté qui descend rapidement % l a c o t e -20 et que nous reconnaissons ce jour l a s u r 165m ,terme h 25511-1 ,-1% . Nouvelle plangée,le 17 juillet,génée par une mauvaise visibilité nous poussons jusqu'h 275m de llentrée.dansun vbritable labyrinthe de galeries étroites avec d e p a r t s multiples (une dizaine au total s u r l a branche explar&e).Arrêt sur deux diaclase en cul-de-sac,& -5m .Ce systéme de galeries semble se diriger vers la Grotte Sarazine et non vers le Creux B i 1 lard.D8veloppement actuel:305m . E x p l o r a t i o n en cours. GROTTE DE LA PASSERELLE (St-Pierre de Chartreuse Iskre) Aprés passage des trois siphons d & j a connus (31: 185m -32 3 . 2 : 30m -4 S.3: 50rn -7 ),plong6e et franchissement du 5.4 long de 1 2 0 m ( - 2 0 ) et decouverte du collecteur au-delà suivi sur 150 m é t r e s de t o r r e n t avec cascades j u s q u l h une trernie q u i nous arrête actuellement, une galerie laterale ( t r o p - p l e i n de crue) terminée sur siphon devrait nous permettre de shunter la trémie .Développement actuel 605 m dont 425 mètres de siphon (D.Andr&s ,B.Léger 1 . Exploration e n cours.

RESURGENCE DU BESTOUAN (Cassis ,Bouches-du-Rhbne) Comme Port-Miou,dont elle constitue p e u t - & t r e un trop plein,cette Bmergence d'eau douce au debit important (1 m3/s) j a i l l i t en mer.Exp1orée dans les années 60 par le G . E . P . S . de Marseille sur 400 m&tres de langueur la profondeur moyenne de -22 m .Reprise de l'exploration et r6équipement du siphon en 1976 par C l . Touloumdjian qui atteint 470 ( - 2 7 ) au printemps 76 .Le 22 j u i n 76,Ph.Mura e t P , Rousset (Cornex) explorent sur 150 m supplémentaires, h -25 de profondeur moyenne e t P e n une plongée de lh 40,parviennent 620 métres de l'entrée. A notre tour,nous tentons une plongée le 22 a o 6 t 7 6 (D.Andrés,B.Léger 1 . En utilisant un relais de scaphandre h 200 m et des bi-bouteilles 6m3 nous avons pu atteindre l a cote 790 rnbtres . A 700 m de l'entrée,par un -6m et donne laminoir tr&s bas OU le courant est violent,le conduit remonte sur un important carrefour de galeries.Nous avons suivi un bras mort très concretionné -5m de profondeur moyenne qui s'achève sur un colmatage stalagmitique,& 790 m de l'entrée. La suite de l'actif est explorer h 750 m par une galerie descendante que nous n'avons pu reconnaitre cette fois ci,faute d'autonomie. Plongée de 2h05 ,dont 45 minutes de paliers de décompr8ssi~n.Explorationen cours. GROTTE DES GARDIES (Revens ,Gard)

Sur invitation et avec l'appui actif du spéléo Club des Causses (Millau), plongée au s i p h o n terminant cette importante cavité,& 1650 m de 1'entrée.Franchissement d'un S 1 long de 183m ( - 6 ) et aprés 250 mhtres de galerie exondee,d'un S 2 long de 36m (-2.5m) Au-dela 504 m de galerie exondée,arrét sur S. 3 non plongé en raison d'une étroiture ernpgchant le passage avec le bi-mono .La hauteur moyenne des galeries e s t de 1 . 2 0 m ,obligeant à une progression q u a t r e p a t t e s , b i sur le dos .Total du réseau découvert : 9 5 3 m de galeries dont 220 m de siphon. PLongeur:D.Andres ( F . L . T . ) Portage :Bourrel, ~aubel,Carusse,Robertet Vielledent du S . C . S . Exploration en cours.



IP12