Issuu on Google+

FEDERATION FRANCAISE DE SPELEOLOGIE Commission "Plongée" J-C. 43, r u e

39800

-

FRACHON du Theatre

P O L I G N Y

Té1.5.71 -

J U I L L E T

1 9 7 6

mCONGRES NATIONAL F.F.S.

La plongée souterraine a Bt6 à l'honneur au cours de c e Congrés. En effet, on a pu

remarquer : Samedi 5 j u i n : projection de films totalement consacrés à la glong6e (expkdition en Libye, résurgence de Port-Miou), ou comportant au moins une sequence en siphon ("Spél&o-secours", par le S.C.Dijon, et "Alpes souterraine", p a r le Dr LUQUET). * Dimanche 6 juin : plongée collective (6 participants) B la Grotte de la Foux (.St-Cézaire), sous l a conduite de R.AIMON (G.S.Nice). Franchissement de 2 siphons (10 et 80 m e n v . ) . * Lundi 7 juin : rBunion de l a Commission "Plongde", sous la direction de J.C.FRACHON. Voir C.R. ci-dessous.

*

...................................

----____l__l--_l___dd---------dhh---------

Peu de "Correspondants Régionaux PlongBe" p r e s e n t s au Congrbs, de telle sorte que la réunion du "Comité Directeurt'originellement prévue a B t é ouverte h tous les plongeurs intéress4s (une quinzaine). Les points suivants o n t ét4 abordés :

* R81e de la "Commission PlongBe" : lien e n t r e les plongeurs f6derés FFS, et non un organisme proposant des activités : i l convient que les suggestions partent "de l a base", et non du "Directeur". * Relations avec la F.F.E.S.S.M. (fedération de plongée) : les relations avec le responsable de l a Conmission "Plongée sous terre" de l a FFESSM sont peu aisées. compte-tenu de l'attitude de ce dernier. DBcision e s t prise d'adresser une lettre h ce sujet au Président de la FFESSM. *

RBglement intérieur de la Commission : le t e x t e en e s t h la disposition de tous les intéressés, sur demande accompagnée d'un timbre.

* Budget de la Commission : volonté d'augmenter les ressources en 1977. Une demande de crddits sera xxxx présent6e a u Conseil FFS a l'automne : faire des maintenant des propositions d'activités 1977 au Directeur Co/Plong6e, qui établira un projet de budget en liaison avec les C.R.PlongBe.

*

Circulaires d'information (ci-dessous) .

:

voir chapitre sp4cial

ce s u j e t


INFORMATION N410

-

juillet 1976

-

p.2

-------------------y-----------------

Stage fdd4ral "Plong4a" : se tiendra h Chalain (Jura) du 5 au 9 juillet 1976. Actuellement 9 candidats inscrits. Cadres prevus : D.ANDRES - C.BARROWMES-GARATIN - J.C.FRACHON - B-LEGER A.SLM0N - C.TOULOUMDJIAN. Ce stage d e "perfectionnement" devrait permettre de jeter les bases de futurs stages "d'initiation" h la plongee souterraine. * Groupe de Travail "Sécurit6" : un p l a n de travail a B t é f o u r n i aux volontaires. 11 peut e t r e adressé s u r demande nu Directeur. En particulier, un recensement d e s accidents et incidents e n plongée souterraine est en cours I r e s p . : C-BARROUMES-GARATIN), e n liaison avec la Co/PlongBe de 1'U.I.S. (C.BRANDT, Suisse). * Recensement des Plongeurs spéléologues français : une liste de 200 plongeurs env.. classés par regions spél&ologiques, a 4té remise aux Correspondants Régionaux Plongée. Cette lista peut Btre obtenue sur demande accompagnse de 2 Fr en timbres, adressée J.C. FRACHON. * Expedition 1977 au Qudbec + USA (Co/Plongée FFS) : un g r o u p e de volontaires a pris en charge divers problémes d'organisation. La question fondamentale reste . . . les crédits ! Les demandes de subventions sont en cours, n o t . par llinterm&diaire de l a Co/Grandes Expéditions FFS (G.PROPOS). * Diverses autres questions n'ont pu Btre debattues, f a u t e de temps. En particulier : fichier des s i p h o n s et Spelunca "special plong6et'. Voir ci-dessous chapitres consacr6s a cas questions.

............................................................................. CIRCULAIRES "INFOR-

Depuis 1974, nous adressons gratuitement la p r é s e n t e circulaire aux collégues qui nous en font la demande. Tous les avis que nous avons pu recueillir sont favorables à la poursuite de cette action ; toutefois, si le contenu est unanimement apprécié, c e r t a i n s regrettent que l a présentation ne s o i t pas plus soignée. Rappelons que nous avons jusqu'h présent utilise ce tirage "alcool" de médiocre qualit6 p a r souci d'economie : ces circulaires ne coQtent la FFS que les timbres d'expédition . . . Divers collègues se sont proposés pour etudier le prix de rev i e n t "minimum" de tirages ronéo ou Xérographie. Dans l'hypothbse où les finances de la Commission le permettraient, les (luxueuses) circulaires "nouvelle formule" paraltraient des c e t automne ; conjointement, l a f r e q u e n c e de parution deviendrait trimestrielle (et non bimestrielle). et les circulaires seraient plus "8paisses". Question : doit-on demander une participation financiére aux destinataires (de l'ordre de 5 F / a n ) , comme le suggerait un participant du Congrés de Grasse ? .............................................................................

FICHIER DES SIPHQNS

La Commission "Fichier" FFS (R.LAURENT) propose une fiche "conduits noyés", utilisable par les plongeurs. Cette fiche sera disponible en 1977. I l nous paralt souhaitable d'établir progressivement un fichier des siphons plong4s, au niveau départemental ou régional. L'utilisation des fiches FFS permettra un recensement national. Nous cherchons des "responsables" départementaux ou régionaux, qui se chargeraient de c e travail en liaison a v e c les responsables locaux de la Co/Fichier, et les Correspondants RBgionaux P 1ong4e.


INFORMATION N"10 - juillet 1976 - p . 3

Sur l e modèle du "spécial topographie" 11972 11.21, i l est envisagd la p u b l i cation d ' u n Spélunca "sp6cial plongée". En chantier depuis p l u s d'un an, l e manuscrit réunit d e j h divers articles relatifs au milieu (les siphons], h l'historique de l a plongée speleo en France et son organisation administrative. au matériel et l a sécurité. D'autres articles, promis par divers auteurs, tardant B voir le jour. aussi nous serions heureux de recevoir, aussit6t que possible, des articles sur les points suivants : * Mdthodes actuelles de plongée saut. (procédure d'exploration. techniques de p o i n t e , plongCes longues ou profondes, etc . . . ) * L'exploration post-siphon. * Techniques "annexes" : topographie, p h o t o , e t c . . . * Bibliographie sur le sujet. etc.. . T o u t e s les suggestions seront les bienvenues. D'autre p a r t , on recherche : photos et dessins humoristiques relatifs l a plongee souterraine. --________________L--------k-d-----------------------------------------------

[ ARCHEOLOGIE SOUS-MARINE 1

Lu dans "Archtologia" n"94 (mai 1976) Les plongeurs autonomes sous-marins, possedant des notions d'archéologie terrestre ou sous-marine, historique ou préhistorique. qui désireriaent participer aux activites de l a Direction des Recherches Arch6ologiques Sous-Marines en juin, octobre, novembre 1976 sont priés de se mettre en relation avec la Direction des Recherches Archéologiques sous-marines Fort St-Jean - 13235 MARSEILLE CEDEX 1 ( Cornmuni qu6 par F .ROUZAUD )

:

_-1__---__11_1__-____----------------------dh---------------------h-------------

PLONGEE "PROFONDE"

Le Groupe de Plong6e du S.C.de Varsovie a plonge l e siphon terminal du "Sima Garma Ciega" (Monts Cantabriques, Espagne), situé - 970 m (31 aoat 1975). Au-dela, exploration de 200 rn de rivihre, jusq u ' h un nouveau siphon. td'apres J.GRODZICK1)

1A

1

PROPOS DE LA GROTïE Voir C.R.Activités du G.S."Wagrna", "Information" n e 9 , page 2 VERGETOLLE ( D O U ~ S )j Le g r o u p e "S.H.A.G." (Besançon) rectifie comme suit les chiffres annonces par le G.S."Magma" : * Le S . 4 se situe à 2.200 m de 11entr6e (et non 3.500 m ) . * Ce siphon mesure 5 0 m (et non 9 5 ml, p o u r 3 m de profondeur (et non 6 ml. Au-delh, le cours actif se divise en deux branches e t s e termine p a r effondrements (320 m explorés au-delh du 5.4). Le développement de l a cavite atteint 3.500 m. (Information Y.AUCANT)

1 DE

---1-------_-_____d---------------------------ddh----------------------

Dominique BERTIN 35, r.du Chasnet 25000 BESANCQN PlongCe ( J . L . C W S , avril 1976) au siphon terminant l a "Galerie des Marmites", la Grotte Sarrazine ( 2 5 NANS SOUS Ste-ANNE}. P r o f o n d e u r 3 0 m. eau trouble, pas de suite évidente).

------


-1

INFORMATION N'10 -juillet 1976 - p . 4 28-30, S.C.

DE DIJON

21000

r u e Jules D 1 J O N

darbaumont

COTE D'OR 1) Grotte de le COM3E DU JEU (Bussy-le-Grand) Franchissement du siphon terminal ( 2 5 m), aprés lequel découverte de 120 m de galerie basse. Arrêt sur 5 . 2 impénétrable au bout de 5 m. D&v. 215 m (topo). 2) GROTTE DE LA TOURNEE (Vauchignon)

Aprbs un parcours de 2 5 m dans l e siphon amont, découverte d'une salle exondee, terminGe par une galerie qui, au bout de 15 m. e s t obatrude p a r un gros bloc. Dbv. 420 m (topo). 3) RESURGENCE DU CREUX BLEU (Villecomte) Ddja reconnu p a r G-FAQUIN. Arret sur dboulis infranchissable 20 m de ltentr6e. Profondeur - 10 m ( t o p o ) .

DE MEUVON (Plombibres les Dijon) Franchissement du siphon terminal long de 200 rn (les 20 premiers métres, rarement d6samorc8s. s o n t un v4ritable laminoir de glaise). Aprhs ce siphon, reconnaissance de 1.400 m de galer i e semi-fossile. Arr&t sur "rien" - exploration en cours. D B v . 1620 m (topo). 4 ) EXSURGENCE

5) RESURGENCE DE LA DOUIX (Chatillon sur Seine) Déja reconnue p a r B.LEGER 11973). Aucune nouvelle découverte. 6) SOURCE DE LA COQUILLE (Etalente) Reconnaissance d'une quinzaine de mbtres dans une galerie

semi-siphonnante. Arr8t s u r étroiture impénétrable.

AUX PRETRES (Francheville) Franchissement de 4 siphons (60 - 4 5 - 90 - 10) entrecoupes de salles exondées de belles dimensions. A r d t sur S . 5 impenétrable au bout de 100 m. Aval des Gours : siphon de 80 m retombant sur une partie connue du gouffre.- siphon de 100 rn s'arrêtant sur laminoir.Siphon d e 70 m retombant dans une partie connue de la grotte (la cascade). Aval du Réseau Ben : franchissement du siphon terminal ( 4 0 m) et découverte de 800 m de galerie assez vaste, tantot active, t a n t b t fossile ; les 100 derniers mhtres se font h I n nage. Arr&t sur siphon. Avons laissd pour l'instant une trentaine de d6parts latdraux. Topograp h i e et exploration en cours. Développement actuel de la cavit6 : 7.500 rn dont 590 m de siphon (topo).

71 Gouffre da la COMBE

Amont

:

8 ) SOURCE DES CREUX (Frénois)

Reconnaissance d e quelques métres dans un siphon trés étroit. Arret cause de l a violence du c o u r a n t ( h revoir B l'dtiage).

DE LA BRETONNIERE (Bussy-le-Grand) Galerie semi-siphonnante d'une quinzaine de métres. Arret sur siphon de 5 rn se prolongeant en 3 boyaux pén6trables (mais avec 4troiture ! ) . Exploration en cours. 9 ) EXSURGENCE


INFORMATION W ' 1 0 -juillet 1976 - p . 5 10) GROTTE DE LA CRETANNE (Béze)

Grotte touristique terminée par 4 siphons amont, le débit moyen de c e s siphons é t a n t de 2 m3/seconde. Exploration su S.1 (siphon de 1'EmbarcadGre s u r 480 rn (-16 ml. A 325 m de l'entrée, un bras du siphon (60 m) permet de rejoindre le réseau noye du second siphon amont ( S . 2 , ou siphon du Lac Blanc). A 400 m de l'entrée du S . l et 120 m de l'ent r e e du S . 2 , une lucarne (-6 ml a permis de reconnaftre sur 115 rn une galerie entrecoupée de puits (-12 rn) donnent actes une poche d ' a i r de 8 m2 se terminant p a r un puits -16 m. A u pied d e ce puits 150 m d e f i l d'ariane ont étB plac6s jusqu'h une trémie infranchissable pour l'instant. Dév.: par r a p p o r t au 5.1 = 660 m par rapport au 5 . 2 = 410 rn Exploration du 3 . 3 (siphon des Eboulis) s u r 110 m. et du S . 4 s u r 40 m. Avec l e s siphons d B j h explords pr4cddemrnent, le développement est de 2.300 m dont 1.600 rn de siphon (1.815 m topographi4s). Explo et t o p o en cours.

HAUTE-SAONE

:

11) SOURCE DU VANNON (Fouvent-le-Bas) Siphon reconnu sur une centaine de métres Arret s u r étroiture.

SAONE-ET-LOIRE

--------------

;

assez étroit.

:

12) SOURCE DU LAVOIR (Cortevair) Siphon reconnu sur 2 0 m. Arrgt sur étroiture impén6trable. Des articles plus complets ( t o p o ) paraltront dans le bulletin d u S.C.Di jon "Sous le Plancher".

En o u t r e , lors de l'Ascension, plongée du siphon amont du CREUX DE SOUCY (Francheville). Aprés un siphon de 110 m h -4, l a c de 210 m d e long, donnant acchs a une vaste galerie ( 5 rn da large x 10 m de haut) parcourue p a r une rivière. C e t t e galerie se termine au bout de 900 m par un siphon. De nombreux puits et galeries adjacentes coupent l a galerie principale. Dev. 1.600 m (topo). ce siphon avait d 4 j h B t é plonge par 3.LEGER et une équipe de plongeurs inter-clubs en 1972, en periode de h a u t e s eaux. Le siphon mesurait alors 240 m de long et 7 m de profondeur. (information B. LE BIHAN)

3.C.FRACHON 43, rue du Theatre 3 9 8 0 0 POLIGNY 1) PERTE DE L'AIN (39-Bourg-de-Sirod) : exploration de 3 puits noyes, relies par une galerie d'une cinquantaine de métres [cote - 15). Exploration en c o u r s . 2 ) DOYE GABET (39- Morez) Importante source vauclusienne. Plongee s u r 100 m, jusqu'h l a cote -30 m. Exploration en cours. ( p r é c e d e m e n t plongbe sur 40 m par F.JACQUIER, S.C.San-Claudien)


INFORMATION N a 1 0 -juillet 1976 - p . 6

P.PARROT - ne60 L e s G e n b t s

-

Av.des

Moulins - 34000 MONTPELIER 1 ) GROTTE EXSURGENCE DE CONQUETE (ou Tombe du Soldat) Cne : St-Martin de Londres C e t t e cavite connue sur 50 rn présentait une Btroiture infranchissable 3 m de profondeur. Un dynamitage fut effectud, et le siphon fut f r a n c h i (20 ml. au delà, 100 m de galeries (3 m x 3 m), et arret sur deuxiéme siphon. Nous a v o n s plongé c e l u i ci et 4 autres encore. La cavité se termine p a r une diaclase h l'air libre, imp6netrable, ce qui porte le dévelqppement de la cavitd 350 m d e galerie, parmi lesquelles 130 m de siphon. La plonge@ e s t Bprouvante : étroitures nombreuses, visibilite nulle a l l e r et retour. ...

.

2 ) EVEW DE LA COUDOUILLERE (Le Méjanel - St-Jean de Buéges) Plongée du siphon aval : 210 m de conduit Btroit. Découverte "tout fait par hasard" de 70 m de belles galeries qui débouchant sous l'immense trBmie de l'entrée de la cavite (sans commentaires . . . cf."fnformation" 11'5-1975, p.1-2).

3) BEAüME ROUGE (bordure de l1HBrault1 : Franchissement du siphon de 40 m de long. Escalade d'une chem i n é e remontante de 10 m de haut. Nous n'avons pu acceder dans la galerie (4 m x 3 ml qui se situe e n haut de l a chemin4e. Nous reviendrons avec la "quincaillerie".

4) AVEN DES LAURIERS : Plongea d u siphon terminal. Arrgt sur un pincement du siphon de g r o s blocs smpechent la progression.

:

5) EXSURGENCE DU GAREL (34 St-Jean de Buéges) Siphon franchi en solo p a r Y-GILLES en mars 1973 (L = 80 m, P -16 m). Le 24 mars 1973, Y.GILLES, J.L.GILLES et P.PARROT découvrent 200 rn de galeries aprés siphon. Jusqu'au 27.1.1974, 9 plongées sont effectuees p a r Y e t J.L. GILLES, A.MASSON et P.PARROT. La longueur du siphon e s t portée 270 m ( P 16 m). Des sorties sont praticables a 80 et 130 m. Devant l'ampleur des découvertes e f f e c t u é e s j u e q u ' h cette d a t e (1.1974) une topo pr6cise du siphon et des galeries exondees e s t envisagée a f i n de rejoindre l a surface p a r dynamitage. A c e t effet un barreau magnétique e s t p l a c e dans une salle aprés l e siphon. ce qui permet aux spéléos de repérer exactement s o n emplacement an surface ( e r r e u r : 50 cm). Un puits de 6 rn est creusé. 20 plongées ont été nécessaires cette entreprise. Les spél4os non plongeurs peuvent donc pen6trar dans le gara1 (6.1974) en courcircuitant le siphon. l a d a t e du 13-4-1976, p l u s de 6 km de galeries parfois immenses o n t B t é découverts et partiellement topographiés. Le siphon lui-meme s'ouvre aprée un petit puits ( 2 ml entre les blocs. Le plongeur arrive dans une petite vasque agrandie p a r dynamitage. I l s'équipe sous l'eau h - 3 m. Le début du f i l d'ariane e s t a c e t endroit. Le siphon plonge tout de suite - 10 rn aprés 15 m de progression. La, une lucarne s'ouvre h sa droite. Les proportions deviennent alors trés agréables ( 6 8

-

-


INFORMATION NO10 -juillet 1976 - p . 7

m da large, 4 h 6 m de haut). La visibilit6 est excellente (15 m env.), e l l e ne descend jamais en-dessous de 5 m en période de crue. Une &rie de salles tr&s Brodees et de lucarnes ménent B un c a r r e f o u r h 80 m de 11entr6e. LB, trois possibilités : . soit remonter dans une chernide (sortie de 80 m. peu pratique) . soit prendre le couloir de droite, Btroit ( 1 x 1.50 m) menant a la sortie de 130 m. tres pratique.

. soit prendre le r6seau noyé % gauche et continuer s u r 190 m pour gagner l a 3 " sortie.

A n o t e r que l e c o u r a n t d'eau dans l e réseau de 270 m (au total) est plus froid que dans le r e s t e du siphon, ce qui accr6diterait la these selon laquelle les 6 km da galeries trouvée h ce jour

ne seraient qu'un affluent aval du Garel, le siphon B t a n t l'exutoire de deux réseaux de galeries exondées independants; A nous de trouver l'autre r é s e a u . 6) ABIME DU MAS RAYNAL (Cornus) Diverses plongées en 1972, 1973 et 1974 ( d o n t u n camp souterrain de 3 jours derrihre siphon) permettent d'explorer : . vers l'amont : Siphom de 145 m, galerie exondée 50 rn, siphon de 9 m, grande salle 150 x 60 x 2 0 m et 300 m de galeries secondaires. . vers l'aval : siphon 70 m, et plusieurs centaines de m de galeries. (600 m env. 1

Cl. TOULOLMDJIAN

-

142, r.Abbé de 1'Epee 13005 MARSEILLE

1) BOUNDOULAOU (Larzac) : Plongée avec 1 1 4 q u i p e G . E . K . Perpignan. Longueur 70 m a r r ê t sur trémie peu engageante.

(-

12 m)

2 ) EVENT DE GOURGAS (Larzac1

Plongée avec le GERSAM Montpellier. Reconnaissance des galeries exondees 15 h 600 m , poursuivre). 3 ) FONT MAURE (P.O.) Plongée avec le GERSAM Montpellier. Reconnaissance sur 10 m. A poursuivre. 4) SOURCE

DE CABOUY

Plongée solitaire de 325 rn (point bas h - 30 m) m ' a permis de rejoindre le point atteint avec G.FRANCZIA KISS lors de notre derni&re plongée dans l a galerie aval de POUY MESSEN, situ6 ki 510 m de 11entr8e. Le p l a n d'eau de POUY MESSEN est donc un regard sur llOuysse souterraine situé h 835 m de l'exutoire ( 1 a source de Cabouy) . 5) P O W MESSEN J ' y ai effectug 3 plongees, t o u t e s en direction de l'amont. La derniére m'a permis d'atteindre le point 630 m. La galerie e s t antierement noyée (largeur 4 B 12 m. h a u t e u r 6 a 10 m. visibilit4 4 a 6 m). La profondeur moyenne e s t de 14 m. Continuation a découvrir (TROP VASTE ! ! ! 1 . A poursuivre. Dkveloppement rectiligne : 1.165 m.


INFORMATION NO10 -juillet 1976 - p . 8

-----------------------------------6 ) SOURCE DE SAINT-SAUVEUR Longueur parcourue : 170 m

-

Profondeur atteinte

:

-

65 m.

7 ) FONTAINE DE VAUCLUSE : Eau à + 3 m au "Sorgométre". En deux plongees, j ' a i atteint la cote - 81 m. L e s proportions et l a clartd s o n t phénom8nsles, les palîers sibériens. FrGdéric POGGIA - Beauregard Comblevie 38500 VOIRON 1) GROTTE DE LA DIAU (Thorens-les-Gl., Hte-Savoie) Le siphon terminal situé h 2.700 m de l'entr6e e s t long de 65 m et profond de 3 h 4 m. Barribre, au total 2,800 m de galeries (dont 1.000 topographiéas) ont et6 découvertes. Dans le collecteur, 1.400 m sdparent le siphon ( e x ) terminal d ' u n deuxiéme siphon non plonge ce jour. Cote atteinte :

+ 190 rn

(le ddbit e s t de 40

kt

50 l/s lors de l'étiage).

Pour cela. j'ai effectué 3 explorations intégralement en solitaire. En effet, seul spéléo-plongeur au S.G.C.A.F., je dus me reaoudre h cette situation : en particulier le portage de mon matériel avant et aprés siphon. p u i s la rigueur

de 1 ' eau (3 h 4 degrés) .

2 ) SIPHON DE St-AUPRE ( 2 5 km N de Grenoble) Déjh plongé i l y a quelques anndes sur 20 m p a r un club d'Annec y . Ce conduit noyk, situé a 250 m de 1 1 e n t r 6 e , mesure pour la moment 330 rn, vu jusqu'h 345 rn (relais bouteilles 250 m en p l e i n e eau). Profondeur moyenne : 7 h 9 m.

"...Je plonge depuis le debut de l'annee, et n'aurais jamais imagine l a plang4e en siphon si exaltante . . . "

----------------------------------------------------------------------------R. LAVOIGNAT - 3, Allee de la Source 21000 D 1 J O N Resultats publiés dans "S.S.E. DBcouvertes" n " 3 ( b u l l . S . S . B . ) 1) GROTTE DE LA DOUfX (21 Darcey) Plongee avril 1973 (R.LAVOIGNAT et G.SUDOUR). Franchissement d ' u n 3' siphon (terminus 1972) long de 4 m, exploration de 2 5 0 m de galeries env. jusqu'h un 4"siphon, long de 65 m ( - 13 ml. Au-delh, 20 m de galerie exondée, terminde par un Bboulis ob filtre la riviére.

CREUX JEANNIN (Cusey, Hte-Marne) Longueur 115 m (-18 m). Cf. "Information" n" 5-sept.1975. p . 3 . 2)

3 ) GROTTE DU BEL-AFFREUX

(21 Antheuil) Dans "S.S.B. D4couvertas" n"3, description des 2.100 m connus f i n 1974 ( 3 siphons franchis dans le Resaau Principal, et 3 autres dans le Reseau Annexe 2). Nouvelles découvertes depuis la parution du bulletin : Franchissement dans le Reseau Principal de 3 nouveaux siphons de 25 m. Exploration derriere le sixiéme siphon d'environ 500 rn de galeries. Dans le réseau actif, a r r e t s u r un 7'siphon.

:


INFORMATION N'Io

-juillet 1976

-

p,9

Dans un reseau annexe (11'31 arrbt aprhs passage d'une vontemouillante en apnée dans u n e diaclase ( 2 x 1 rn) qui continue. Dans le réseau fossile, a p r B s désobstruction d'une trémie, au p i e d d'un puits remontant (arros6) d'une dizatne de m. A n o t e r que le siphon n 0 6 comporte plusieurs passages delicats dans un dboulis Iétroitures), et que la voûte risque d'ébouler (chute de pierres lors du retour au passage des plongeurs). (renseignements R.DAVOIGNAT) C.R.

D'ACTIVITES

Bertrand LEGER - 10, r . TrBs-Cloltrés 38000 GRENOBLE

1) OEIL DE LA DEWS (38 Villard de Lans) Petite résurgence que le S.C.Paris avait tenté de désiphonner p a r pompage vers les années 50. Plonge@ du 24.01.76 ID.ANDRES, B.LEGER). Sans intkrêt, aprés avoir franchi la buse de captage. nous avons été arrêtés par un laminoir devenant rapidement impénétrable h - 3 m. 2 ) GROTTE CHEVALINE (38 Choranche) Plongées du 11.01.76 (P.ACKERMAN. D.ANDRES, 3.LEGER) dans le siphon amont de l a Salle de la Cathédrale B 450 m de 18entr6e environ. Un premier siphon de 90 m ( - 3 m l avait ét6 franchi p a r R.JEAN en 1971. Nous avons force l e deuxiéme siphon (30 m) et retrouvé le c o u r s actif da Chevaline. Après un long plan d'eau nous sommes retombés dans un systhme de galeries fossiles d4jh reconnues p a r le G.S. Valence ( a c c é s sup6rieur).

3) GROTTE DE LA BALME ( x x 39 La Balme Les Grottes) (voir "Information" n09-mai 1976, p . 3 ) Sana etre extr&memant difficile, l a plongde h l a Balme revet un c a r a c t é r e trés particulier. La visibilitd est excellente h l'aller (une dizaine de métres) mais b i e n souvent nulle au retour sur de t r h longs t r o n ç o n s . L e s poches d'air qui s c i n d e n t le siphon h 8 0 , 280, 400, 5 7 0 et 825 rn ne sont accessibles qu'en remontant dans de v6ritables puits noyes. Les plans d'eau de surface sont profonds, et on ne peut s'y maintenir q u ' e n fixant des anneaux de cordelette aux aspérites des parois. Le siphon de l a Balme offre des visions vraiment saisissantes au plongeur sp8léo : la galerie noyde est vaste et de grandes dunes de sable, aux v e r s a n t s amont et aval trbs a b r u p t s rompant l a monotonie du parcours. En dehors de la galerie noyde principale de 915 m de longueur, nous avons decouvert un couloir latéral entre les c o t e s 195 et 260 m. a i n s i que deux galeries adjac e n t e s de 15 et 20 m de long dans le dernier tronçon noye de 90 m. Le developpement total du r e s e a u noyé de l a Balme atteint 1.025 m. Ont p a r t i c i p é aux explorations : P.ACKERMAN, D.ANISRES, J.BRüN, J.L.CAMUS, B.LEGER, F.POGGIA et plusieurs membres du C.S.La Tronche en dquipe d e surface.

ENERGENCE DE COMBE NEGRE (Souillac, Lot) Découverte par un speléo d e Groupe de Souillac ( 3 0 DAGES), 1 ' 4 mergence de Combe NBgre s'ouvre par un laminoir assez bas en b o r d u r e de l a Dordogne. En 1973 et 1974, les plongeurs du G.S. BRIVE (G.BUGEL, M.THOMAS, e t M.VERLHAC) reconnaissent l e reseau 4)


INFORMATION NO10 -juillet 1976

-

p.10

sur 450 m en franchissant trois siphons successifs, et plongeant sur 120 m le 4'siphon. Pendant l'et6 1975, nous effectuons duex plongées a combe Négre (J.L.CAMUS, B.LEGER) qui nous permettent de franchir le siphon 4 long de 5 0 2 rn sans poche d'air, avec un point bas à -18 m. Au-delh, aprhs u n e galerie exond6e de quelques métres, nous sommes s t o p p e s p a r un 5"siphon. Nous avons e f f e c t u e une nouvelle tentative le 4.04.76 (D-ANDRES, 3.LEGER) avec relais de bouteille a 450 m. Le siphon 5 e s t trés court mais étriot (8 m), xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx et suivi, a p r t s 15 m $merg&s, d ' u n siziéme siphon de 24 m ( - 3 ml. La sortie de ce 3 . 6 marque La fin de l a zone noyée, qui développe 880 m. dont 798 m de galerie noy6e (siphons de 95, 77, 9 2 , 502, 8 et 24 m). Au-dela, nous avons reconnu une trés belle riviére souterraine coulant en méandre, h a u t p a r endroits de 10 m, sur 1.500 m de ddveloppement jusqu'h un septibme siphon. I l r e s t e à voir de nombreux ddparts d e galeries fosailea non reconnues et en aval de l a riviére. Exploration de 6 h dont 2 h 50 de plong4e. Parallelement nos plongées, H.VERLHAC a dresse une topographie precise du réseau noy6 (Siphons compris) j u s q u 1 8 43h m de l'entrée (travaux en cours). Avec un couloir aval noye reconnu s u r 50 m e t dont nous allons x poursuivre l'exploration cet éte, 1'6mergence de Combe Négre développe actuellement 2.430 m de réseau dont 848 m de siphon. 5) FONTAINE SAINT-GEORGES (Montvalent, Lot 1 Nouvelle tentative le 18.04.76 dans c e t t e t r é g belle résurgence. En 1973 et 1975, en 5 plongees, nous avions progressé de 9 9 5 rn dont 935 m d e galerie noy6s en deux siphons ; 380 m (-29 m) et 555 m (- 20m). Nous avons réalis8 une plong4e de 3 h 15 (D.ANDRES B.LEGER), utilisant un monobouteille de 12 1 jusqu'h 380 m, puis un scaphandre tri-monobouteille dans l e deuxiéme siphon. Au-de1Ei.d~ precedent terminus, nous avons r e n c o n t r e une galerie de forme grossiérement triangulaire qui plonge fortement suivant le pendage des s t r a t e s . Nous avons s t o p p é notre avance h 1.045 m de l'entre@ de la Fontaine, p a r - 4 1 m (985 m de siphon). A u terminus, l a galerie continue plonger fortement, a 45"d1inclinaison, avec vue h - 50 m. Nous abandonnons l'exploration, qui nkcessitera une nouvelle génération d'explorateurs. 6 ) GROTTE DE LA TUILERIE (Cabrerets, Lot 1

Le siphon-laisse terminant cette petite cavité avait d d j h ét6 reconnu par P.J.DEBRAS (G.S.Auvergnat), mais nous ignorons sur quelle distance. Nous avons f r a n c h i ce siphon l e 19.04.1976 (B.LEGER); i l est long de 205 m avec un point bas $ - 12 m. Exploration au-del$ de 160 rn environ d e galeries en diaclase assez accidentées, terminées par un nouveau siphon boueux. Exploration en cours.


IP10