Page 1

Fédération Nationale  Agréée        

   

 

 

LIGNES D’ACTION    2012  

Fondée en   1986,   membre   de   l’Union   des   Classes   Moyennes   (UCM)   et   de   l’Union   Nationale   des   Professions   Libérales   (Unplib),   l’Association   des   Psychologues   Praticiens   d’Orientation   Psychanalytique   (APPPsy)   compte,   en   octobre   2012,   225   membres.   C’est   à   ce   titre   l’organisation   francophone  de  psychologues  cliniciens  la  plus  importante  de  Belgique.      

L’association n’accueille  en  son  sein  que  des  psychologues  psychothérapeutes  pouvant  justifier  d’au   moins   trois   ans   de   formation   postuniversitaire   tant   théorique   que   clinique,   étoffée   d’une   thérapie   personnelle.  Ses  membres  –  dont  une  dizaine  de  professeurs  d’université  –  travaillent  dans  le  secteur   clinique  aussi  bien  en  privé  qu’en  institution,  mais  aussi  dans  les  domaines  de  l’enseignement,  de  la   recherche  et  des  organisations.      

• Depuis   sa   fondation,   l’APPPsy   défend   la   spécificité   et   l’autonomie   de   l’exercice   de   la   psychothérapie,   tant   au   niveau   de   la   responsabilité   pleine   et   entière   des   actes,   qu’à   celui   des   méthodes   de   formation,   d’évaluation   et   d’accès   à   la   profession   qui   lui   sont   propres.   C’est   dans   cette  perspective  qu’elle  promeut,  depuis  des  années,  des  projets  ou  propositions  de  loi  permettant   d’inscrire   la   psychothérapie   parmi   les   professions   des   soins   de   santé   (organisées   au   sein   de   l’Arrêté   Royal  78).   Et   ceci  selon   un   mode   qui   ne   soit   ni   directement,  ni   indirectement   paramédical,  mais   dans   le  cadre  -­‐  aussi  nécessaire  qu’accordé  à  la  réalité  -­‐  d’une  différence  de  paradigmes  en  même  temps   que  d’une  complémentarité  d’approches  avec  les  méthodes  de  la  techno-­‐médecine  et  leur  exercice.      

•  Dans  cette  perspective,  sous  l’égide  du  SPF  Économie-­‐PME-­‐Classes  Moyennes  et  de  concert  avec  la   Fédération  Belge  des  Psychologues  (FBP-­‐BFP),  nous  venons  de  mener  à  bien  la  rédaction  d’un  code   de  déontologie  spécifique,  destiné  à  l’ensemble  des  porteurs  du  titre  de  psychologue.      

C’est dans  ce  sillage  que  nous  proposons  :      

1)  l’extension  des  compétences  de  la  Commission  des  Psychologues  –  actuellement  responsable  de   l’octroi   du   titre   de   psychologue   –   pour   lui   permettre   non   seulement   de   subordonner   cet   octroi   à   l’acceptation  du  code  de  déontologie,  mais  d’avoir  autorité  en  matière  d’application  de  ce  code.  Ceci   implique   que   les   mandats   des   membres   de   la   Commission   (actuellement   nommés)   deviennent   électifs,  et  rend  inutile  la  mise  en  place,  coûteuse  à  tous  égards,  d’un  Ordre  des  Psychologues      

2)  la  création  d’un  Conseil  Supérieur  de  la  Santé  Mentale  qui,  dans  le  cadre  de  l’A.  R.  78,  et  vu  le   contexte   d’interdisciplinarité   quotidienne   des   pratiques   de   terrain,   ainsi   que   du   rapport   clairement   établi   entre   santé   mentale   et   santé   sociale,  puisse   donner   une   dimension   sociétale   à   l’interaction   de   spécialités   aussi   nécessaires   et   diverses   que   celles   de   psychologue   clinicien,   médecin   généraliste,   psychiatre,   psychothérapeute,   travailleur   social,   orthopédagogue,   criminologue,   sexologue,   etc.   —   sans   avoir   à   passer   par   la   constitution   lourde   et   dispendieuse   de   multiples   conseils   nationaux   bilingues  régissant  les  professions  évoquées  non  encore  organisées  par  la  loi      

3)  l’extension  programmée  du  nombre  et  du  cadre  des  Services  de  Santé  Mentale  (actuellement   débordés),   plutôt   que   la   création   d’un   code   INAMI/RIZIV   -­‐   de   première   ou   de   seconde   ligne   -­‐   à   l’usage  des  psychothérapeute  non  médecins.  S’il  est  établi  qu’une  psychothérapie  entreprise  à  temps   peut  éviter  à  terme  d’énormes  coûts  médicaux  et  sociaux,  il  ne  faudrait  pas  s’exposer  à  réduire  à  rien   ce   bénéfice   en   privilégiant   la   pratique   libérale   -­‐   difficilement   contrôlable   -­‐   au   détriment   de   l’accès   pour  tous  à  des  thérapies  de  qualité  dans  le  cadre  de  proximité  des  services  de  santé  mentale  (SSM).        

http://www.apppsy.be

Lignes d'Action 2012  

Lignes d'action politique actuelles de la Fédération : 1) l’extension des compétences de la Commission des Psychologues 2) la création d’un...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you