VDP n°163

Page 1

GRAND PAVOIS LE RETOUR !



www.aplr.fr

EDITO par Alain Garcia

Nous avons eu l’occasion de nous retrouver lors du Grand Pavois qui, fort heureusement, a pu se dérouler cette année, contrairement à l’année précédente ; C’est pour nous un événement majeur auquel nous sommes tous attachés. Grace à vous tous APRL se porte bien, avec une légère mais constante progression de nos effectifs. Nos activités ont bien sûr été suspendues lors des périodes de confinement mais nous avons pu, dans le respect des gestes barrières, en dehors de ces périodes, maintenir ces activités : ateliers, conférences etc. Pour la période 2021-2022, en espérant que la pandémie sera contrôlée, nous préparons un programme que vous trouverez sur le VDP et sur le site, avec entre autres, une croisière à Gijon en Juin. Sur le plan local, nous participons aux échanges constructifs avec la régie du port, grâce au CLUPP et aux conseils portuaires. Sur le plan national, depuis 2 ans, c’est le calme plat. Aucune réunion avec les représentants de l’état ne s’est tenue ; nous sommes pourtant en attente de dialogues et de décisions. Par exemple, la réforme du DAFN, que nous espérons mieux répartie. Ce que nous voulons, et ce depuis longtemps, c’est la possibilité de croisières à 10 ou 12 miles des côtes, sans emport de survie ; l’étude de l’accidentologie, bien analysée dans le SNOSAN, nous conforte dans cette position, la très grande majorité des accidents et incidents sont dans la bande côtière ; En outre la SNSM est compétente jusqu’à 30 miles des côtes et enfin nous disposons à peu près partout d’hélicoptères qui restent le moyen d’assistance par excellence, notamment par la rapidité et la qualité de ses interventions. Ce que nous voulons aussi pour répondre aux souhaits de voir s’accroître les zones marines protégées, c’est que sur ces sites où l’ancrage serait interdit, soient installées des bouées de mouillage éventuellement payantes, ce qui nous permettrait de profiter de ces sites souvent de qualité, sans atteinte des fonds marins. Ce que nous ne voulons pas : - Le contrôle technique de nos navires : en effet l’état du navire ne concerne que son utilisateur et au contraire de la sécurité routière ne met pas en cause la sécurité des autres usagers, ce qui était le cas avec les véhicules poubelles. - L’instauration d’un permis voile nous parait parfaitement inutile ; la pratique de la voile est un apprentissage progressif, type compagnonnage, par échanges entre ceux qui savent et les nouveaux navigateurs. En revanche, il nous paraîtrait nécessaire que les jeunes, notamment les scolaires, aient un accès plus développé aux écoles de voiles, formant ainsi de futurs navigateurs et régatiers. La pratique de la voile et les croisières en mer, restent l’un des derniers espaces de liberté ; préservons le ! Nous sommes concernés par les projets d’éoliens en mer. C’est, qu’on le veuille ou non, l’installation d’obstacles imposants et nombreux, sur des centaines de km2 dans une mer jusque là libre. Cela ne peut qu’accroître la dangerosité de ces espaces. Cela impacte de façon importante les usagers de la mer : commerce, pêche professionnelle, plaisance. En ce qui nous concerne dans la pratique de nos croisières de plaisance, nous demandons : 1- Que ces champs d’éoliennes soient à distance des côtes de 10 à 12 miles, laissant un libre passage entre ces installations et le profil côtier. 2- Que ces champs d’éoliennes aient un balisage de qualité par tout temps : balisage traditionnel, feux, AIS, etc. 3- Que le gestionnaire participe en ce qui le concerne aux financements des moyens d’assistance qui pourraient être nécessaires. En tant que citoyen, chacun pourra se déterminer selon l’analyse des bénéfices-risques et coûts que représentent ces installations. A tous, bien cordialement.

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE

3


www.aplr.fr

SOMMAIRE

EDITO ������������������������������������������������������������������������������������������������������ 3 LA VIE DE L’ASSOCIATION Grand Pavois 2021 �������������������������������������������������������������������������������� 5 Les activités 2021-2022 ������������������������������������������������������������������ 7 Visite de la voilerie Incidence ���������������������������������������������������� 9 Croisière Bretagne sud ����������������������������������������������������������������� 10 Mouillage à Belle Île ����������������������������������������������������������������������� 11 La croisière s’amuse – Saison 4 ����������������������������������������� 13 Nos marins ont la pêche !

������������������������������������������������������� 14

Quand le thon monte à bord

������������������������������������������������� 15

ECHOS DE LA MER ET DU PORT

PARTAGE DE SAVOIRS « De la technique » Fixation du support de panneau solaire sur balcon - suite ������������������������������������������������������������� 22 « Cuisine d’à bord » le fumoir d’Angoulins ����������������������������������������������������������������������� 23 « Sérieux s’abstenir Sur l’album du Capitaine ����������������������������������������������������������������� 27 Système d’unités pifométriques ������������������������������������������� 28 L ES ANNONCES DE NOS ADHÉRENTS ������� 29

Conseil portuaire - CLUPP ������������������������������������������������������� 16 Réunion comité de pilotage des dragages ��������������� 19 Un nom, un visage, une fonction : Valentine Daviet ����������������������������������������������������������������������������������� 20

BULLETIN D’ADHÉSION ������������������������������������������������� 30 Photo de couverture : Patrick Giré

Erratum : dans le n° 162, compte rendu de l’AG du 27 mars nous avons oublié de noter que notre site www.aplr.fr est régulièrement alimenté par René Le Cavorzin dans « les news à René » mille excuses !

A S S O C I AT I O N D E S P L A I S A N C I E R S D E L A R O C H E L L E ( A P L R ) Siège Social Quai du Lazaret - 17000 LA ROCHELLE - Tél. 05 46 44 48 61 (rép.) - www.aplr.fr E-mail : aplr17.asso@gmail.com Secrétariat : 10h-16h du Lundi au Vendredi Permanences administrateurs le samedi de 10 heures à midi. Membres du bureau Président : Alain Garcia • Vice-président : Bruce Jenner Secrétaire Générale : Marie-Claude Poirier • Secrétaire général adjoint : Jean-Jacques Coudray Trésorier : Blake Gould • Trésorier adjoint : Jean-Michel Durce • Conseil Juridique : François Bertout Administrateurs Gérard Bruneau • René Le Cavorzin • Patrick Giré • Jean-Marie Maisonneuve Jean Piveteau • Christian Riffaud • Joël Sagot • Johnny Stephant L’A.P.L.R. Créée en janvier 1976 et régie par la loi du 1er juillet 1901, elle regroupe les plaisanciers pour défendre leurs intérêts, les sensibiliser et les former à la sécurité en mer, développer les relations entre eux et contribuer à l’animation du port et de la plaisance. LE JOURNAL Publication périodique de l’A.P.L.R. • ISSN : 1162 - 1699 dépôt légal : 3e trimestre 1991 N° SIRET : 353 791 601 00027 - NAF 9499Z. Le journal est envoyé aux adhérents de l’A.P.L.R., abonnement compris dans la cotisation annuelle. Les informations contenues dans le bulletin sont libres et engagent les signataires des articles. Elles engagent l’Association sans signature. La publicité engage l’annonceur. Directeur de la publication Alain Garcia Rédacteur en chef Patrick Giré • Comité de rédaction : François Bertout et Jean-Jacques Coudray Photos Phototèque APLR •Jean-Michel Durce • Le Fumoir d’Angoulins • Patrick Giré Patricia Monfajon • Philip Parin • Joël Sagot Rédaction des articles Jean-Jacques Coudray • Jean-François Dougère • Jean-Michel Durce • Alain Garcia • Michel Gaussens Patrick Giré • Bruce Jenner • Marine Lozano • Patricia Monfajon • Joël Sagot Régie publicitaire La Régie d’IRO - ZI - Rue Pasteur - 17185 Périgny cedex - Tél. : 05 46 30 09 10 - regie@iro-imprimeur.com Conception et réalisation Agence IROKWA - La Rochelle - agence-irokwa.com Impression IRO - Tél. : 05 46 30 29 29 - contact@iro-imprimeur.com Tirage 2 000 exemplaires (ISSN : 1162 1699)

4

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE


LA VIE DE L’ASSOCIATION

GRAND PAVOIS 2021 : UN RETOUR GAGNANT ! Avec une fréquentation de près de 80 000 visiteurs, la présence de 750 bateaux exposés dont plus de 100 nouveautés et des carnets de commande satisfaisants, cette édition est considérée comme un succès par les professionnels. Bien sûr la configuration a changé, le grand hall des équipements côté Lazaret est devenu une déambulation façon « Ikea », à la satisfaction des exposants et un peu énervant pour celui qui voulait sortir rapidement vers le Forum des Pertuis pour prendre la navette.

les grands - d’ailleurs les autorités portuaires confirment la tendance et remodèlent les pontons en conséquence, - des bateaux à roulettes… ont-ils des jambes ? - des « bombes » à moteurs à la puissance inflationniste : on passe de un à deux, puis à trois moteurs hors-bords avec des puissances impressionnantes. On a pu voir 2x600 cv avec 12 cylindres en V sur un day cruiser de 10,5m ou 3x250 cv… comme pour faire du « go fast ». Aujourd’hui, un mois après et avec l’envolée du pétrole qui pourrait bien durer… ouille !

Et puis, avec les abats d’eau et les coups de vent - comme tous les ans d’ailleurs - difficile de s’abriter sans envahir un stand ; serait-ce une des raisons du succès affiché par certains exposants ? après tout qu’importe la motivation pourvu qu’on s’arrête et achète ! Dans cette grand’messe du plaisancier, se sont côtoyés des vieux gréements en quantité non négligeable, mais aussi des nouveautés de tous ordres : - les voiliers gonflables issus du laboratoire de recherche et développement «  Tribord » désormais installé sur le pôle central au cœur du port et au plus près des écoles de voile et des plaisanciers, - des voiliers qui paraissent de plus en plus larges, avec double barre à roue pour faire comme

LE GRAND PAVOIS FISHING TOMBE À L’EAU Malheureusement et à cause de la météo très pessimiste du samedi matin, le concours de pêche Grand Pavois Fishing dont la partie technique était assurée par certains de nos pêcheurs a été annulée par l’organisation. Dommage pour nos équipes qui s’étaient particulièrement préparées pour l’occasion...

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE

5


LA VIE DE L’ASSOCIATION

LE POT DU PLAISANCIER Après une année blanche (ou noire, c’est selon) l’APLR a reçu près de 200 adhérents heureux de se retrouver le samedi 2 octobre pour écouter le Président Garcia faire un point sur nos activités, sur notre engagement attentif auprès des autorités dans la défense des plaisanciers et de la plaisance au sens large, et sur nos objectifs à venir. Malgré l’âge moyen encore un peu élevé de l’adhérenttype, nous avons eu le plaisir de constater pendant la durée du Grand Pavois l’arrivée de 36 nouveaux adhérents qui contribuent à rajeunir les effectifs et c’est tant mieux.

- ses engagements dans différentes instances pour représenter les plaisanciers - ses nombreuses sorties en flottilles - ses participations à l’animation nautique locale (journée sécurité, fête de la mer, tour de Ré…) - ses pêcheurs toujours plus habiles pour les grosses prises (voir article pêche dans ce VdP) - ses ateliers techniques nombreux et diversifiés (cf. tableau des activités) - son vide-bateau - ses visites d’entreprises nautiques ou pas - ses sorties hivernales « terrestres » - etc. Pour compléter la rencontre, nous avons poursuivi les discutions autour du pot du plaisancier salué par bon nombre des participants pour sa qualité. Le plus beau compliment venant de la personne qui nous a demandé qui était notre traiteur ! Tous ceux qui ont participé à sa préparation vous en remercient.

Le doyen, le bizuth.

C’est un résultat encourageant pour tous ceux qui s’investissent pour faire de l’APLR la plus importante association de plaisancier de France, par son nombre d’adhérents qui dépasse les 850, et sûrement l’une des plus actives avec :

6

A cette occasion, le Président a montré ses talents de diplomate et sa maîtrise dans l’éminçage du cornichon ! ...et tout cela pour le plaisir du plus grand nombre ! À l’année prochaine !

Jean-Jacques Coudray et Patrick Giré Images Patrick Giré

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE


LA VIE DE L’ASSOCIATION

PROGRAMME PREVISIONNEL DES ACTIVITES 2021 - 2022 Dates

Objet

Organisateurs

OCTOBRE 2021

Mercredi 27

ATELIER LOGICIEL DE NAVIGATION 10H00-12H30 -Base : créer une route, vérifier marée et courant, principe de connexion aux appareils. 14h00-16h30 - Atelier de navigation : routage en fonction de la météo, des courants

Jean-Michel Durce

NOVEMBRE 2021 Mardi 9

VISITE VOILERIE INCIDENCE SAILS - 10H00

Mardi 16

ATELIER LOGICIEL DE NAVIGATION 10H00-12H30 -Base : créer une route, vérifier marée et courant, principe de connexion aux appareils. 14h00-16h30 - Atelier de navigation : routage en fonction de la météo, des courants

Samedi 20

ATELIER METEO - NIVEAU I - 10H00 ou 14H00

Mardi 23

VISITE VOILERIE INCIDENCE SAILS - 10H00

Samedi 27

ATELIER METEO - NIVEAU II - 10H00 ou 14H00

Jean-Marie Maisonneuve

Jean-Michel Durce

Robert Lainé et Jean-Marie Maisonneuve

Robert Lainé et Jean-Marie Maisonneuve

DÉCEMBRE 2021 Samedi 4

ATELIER MATELOTAGE Nouveaux textiles- 10H00 - 12H00

JJ. Coudray - F. Bertout N. Capon - C. Chazeau JANVIER 2022

Vendredi 28

BRANTÔME - Marché aux truffes

Patrick Giré

AUTRES ACTIVITES PREVUES - DATES À CONFIRMER VISITE EN COGNACAIS ATELIER BOBOLOGIE VISITE EN PAYS DE LOIRE PRÉPARATION CRR VISITE EN PAYS BASQUE VIDE-BATEAU ASSEMBLÉE GÉNÉRALE TOUR D’AIX CROISIÈRE A GIJON SORTIES DANS LES PERTUIS ABVT M’YEU EN MAI CROISIÈRES BRETAGNE …. et participation à diverses manifestations pour le 50e anniversaire du port des minimes

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE

7



LA VIE DE L’ASSOCIATION

LA VOILERIE INCIDENCE La voilerie est installée dans ses nouveaux locaux dans la zone industrielle de Périgny, abandonnant ses locaux historiques de la ville en bois à La Rochelle.

Puis le bureau d’étude procède ensuite à l’étude technique, et à la création de la fiche produit. La réalisation de la voile sera effectuée en totalité sur place, finitions incluses.

Nous avons été invités à visiter son nouveau site où sont regroupées la partie voilerie classique où sont conçues et réalisées les voiles de croisière et les voiles de compétition. (Tissés ou membranes).

L’entreprise a créé un point service aux minimes audessus du chantier des Minimes, il s’agit de DAGO SAIL qui se charge de l’entretien, des réparations et du stockage éventuel des voiles sur place (06 83 72 13 38).

Juste à côté un autre bâtiment plus confidentiel abrite la partie très haute technologie où sont réalisées les voiles moulées sous pression (DF et DFI)

Un grand merci à Samy Villeneuve et toute l’équipe de la voilerie pour leur disponibilité et compétences qui nous ont reçus en toute sécurité sanitaire, bien sûr. La voilerie INCIDENCE, à ce jour première voilerie de France dispose de 6 sites, dont 3 de production Brest Cherbourg et La Rochelle, qui est également le siège social de l’entreprise où travaillent plus d’une cinquantaine de collaborateurs dont 40 à la production sur les 1 500 m2 de plancher de la voilerie. Au service technico-commercial, Samy Villeneuve, sera le premier contact pour examiner les besoins et le meilleur choix en matière de voile, de coupe, de produit. Il procède également à la prise de cotes sur le bateau.

La société a développé dans un bâtiment attenant à la voilerie Incidence Technologie qui fabrique des membranes D4 et DFI destinées à fabriquer des voiles très haut de gamme ou pour des voiliers de course tels que IMOCA ou multi de course. Concurrent direct de North mais avec un procédé différent, la membrane est fabriquée en continu, D4 pour la fibre posée entre deux films et la membrane DFI qui est constituée d’une seule membrane filamentaire, donc plus légère, plus durable. Ces voiles sont fabriquées à plat sous pression. La forme, et le creux sont réalisés à posteriori par des pinces à la voilerie. Si vous avez un projet, la voilerie Incidence mérite de faire partie de votre consultation. Texte Bruce Jenner - photos Patrick Giré

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE

9


LA VIE DE L’ASSOCIATION

CROISIÈRE BRETAGNE SUD UN REQUIN SABRE S’INVITE À LA CROISIÈRE Personne ne l’avait convié. La croisière démarre sereinement, 6 bateaux, bonne ambiance, beau temps, pas trop de vent alors on pêche… on pêche le maquereau. Et nos deux vedettes Pascal et son fidèle mousse Philip sur Okazoo pêchent 13 maquereaux. Oh ! 13 pas possible il en faut un 14e. Et voilà qu’un requin sabre vient se nourrir de ce 14e et boum ! se fait prendre. Après une heure de bagarre, Pascal a déjà débité pendant 2 heures la viande (environ 50 kg).

ESCALE À L’HERBAUDIÈRE Fin de croisière, chacun rentre à son rythme, selon ses obligations. Nous voguons avec nos fidèles compagnons du Lindy 7 (ceux du Bono, vous savez !) Escale à l’Herbaudière, 18 h plus personne à la capitainerie donc ponton visiteurs face aux pêcheurs. Lindy 7 s’amarre, nous approchons du ponton quand soudain avant la dernière marche arrière pour apponter j’entends «Merde ! J’ai pas de propulsion, le moteur tourne dans le vide ». On s’accroche rapidement comme on peut au ponton avec l’aide de Jean-Pierre et Claudine et essayons de comprendre ce qui se passe. Didier descend et Oh ! Surprise ! Les planchers commencent à flotter ! (500 litres d’eau)

On pensait tous qu’ils étaient passés chez un poissonnier car comme d’habitude le bateau était nickel. Et là sur le quai de port Joinville, la distribution a commencé. Ce soir-là tous les bateaux dans le port mangeaient du requin. La croisière a repris son chemin et Philip a confisqué le matériel de pêche de Pascal AuCas Z’où il recommence. LA RIVIÈRE DU BONO 6 bateaux en embossage, certains même à couple sur la rivière du Bono. Quelle aventure pour rejoindre Auray ! Les uns, panne de moteur sur l’annexe, l’autre pas assez de batterie pour faire l’aller-retour…donc marche à pieds ou bus. Deux téméraires partent en annexe. Nous devant et le suivant dont je tairai le nom - ce sont des bons copains - partent plus tard. Arrivés à Auray, nous les appelons et « quand vous voyez le château sur bâbord vous n’êtes plus très loin ». Après ½ h puis 1h, toujours personne. Téléphone : « - C’est bizarre, il n’y a plus assez d’eau pour le moteur et c’est de plus en plus rétréci ! - Et oui ! Tu l’as prise à l’envers la rivière. » Alors à la crêperie d’Auray nous étions 12 au lieu de 14.

Le temps de dégager la cabine arrière, d’ouvrir le compartiment moteur, il y a un gros trou de 25 mm par où entre l’eau à la place de l’arbre d’hélice. Alors Didier bouche le trou avec sa main, je cherche la pinoche qui va bien, je pompe pendant que Didier appelle le Cros Etel qui nous envoie une dizaine de pompiers. Un pompier confirme la panne : « sortie de l’arbre d’hélice bien maîtrisée par le skipper » Ouf ! Après pompage, écopage, nos copains nous ont préparé une bonne bouffe bien réconfortante. C’est bien les vrais copains ! Merci ! Nous avons dormi sur le bateau avec comme l’avait suggéré le capitaine des pompiers « un doigt sur le fond, si jamais l’eau montait ». Le lendemain grutage, réparation par Didier et remise à l’eau. Moralité : pour naviguer, vérifier le bon serrage de l’arbre d’hélice et n’oubliez pas les pinoches ! Et vive les pompiers ! Patricia Monfajon Photos : Patricia Monfajon – Philip Parin

10

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE


LA VIE DE L’ASSOCIATION

MOUILLAGE À BELLE ÎLE Mais qu’il était doux ce mois de juillet. Doux par nature et aventureux par circonstance. Bref, le soleil assuré et une croisière loin des Pertuis habituels. Une destination : la Bretagne Sud. Un thème : le « mouillage ». Quelques lieux alléchants : Belle Ille : Port Kérel, Ster-Vraz, Ster Ouen, l’Odet : les Trois Tourtes, l’archipel de Glénan, Houat : le Béniguet,… des noms évocateurs, des perspectives pleines de roches perfides et de falaises abruptes, entrecoupées de quelques ports civilisés. Pour tout dire : l’aventure, frissons garantis, approches complexes... ce, organisé et cornaqué par Jean-Marie MAISONNEUVE, expert∙es navigations APLResques. Un départ tonique pour ce 12 juillet au petit matin : du vent, des vagues, de la pluie… conciliabule : on y va-on n’y va pas ? Peut-être demain ou… que nenni ! Nous étions le courage au cœur. Quelques heures plus tard, l’estomac parfois ailleurs que dans les talons, c’était Les Sables : ouf ! Puis L’Herbaudière le surlendemain : facile, même le chenal de la Grise par les Bœufs, enfin, le jour suivant, après un passage, tout en précaution, sous l’île du Pilier, suivi de quelques « risées Volvo » : Belle Île. Impressionnant ! C’est minéral. C’est haut ! Les cailloux ? Gros. Très gros. Il y en a partout. Merci au seigneur GPS. Enfin, Port Kérel. Il y a du monde. C’est vrai que, curieusement, les « aventuriers » sont légion… Il reste de la place. On tourne, jaugeons les emplacements : face à la falaise et au vent, tenant compte du ressac, de la mer, du vent… comme écrit dans les livres ; la hauteur d’eau : 3 ou 5 fois ? Il y a 20 mètres à marée haute. Tant pis pour l’orthodoxie, ce sera tout ce qu’on peut. Enfin, chacun est installé. Enchantement des yeux. Quiétude de l’âme. Un moment de bonheur. Du pur ravissement. Vivement cette nuit et les étoiles… Seule et imperceptible, une petite musique insistante, Navily score l’endroit et le moment prochain à 60%. Pff…des inquiets. C’est certain ! Pas une vague à l’horizon, un ciel sans nuages, une eau cristalline qui donne envie... D’ailleurs, c’est l’heure de l’apéro. Tous sur un bateau. Le nectar coule, modérément bien entendu (c’est toujours ce qu’il faut préciser). Les blagues circulent, les rires fusent, les saucissons et les chips défilent, l’heure aussi.

Allez, chacun chez soi et… dodo. Quand même, les bateaux sont proches et leur ballet, même si paisible, répond à une logique qui précisément, ne semble pas en être une. Marée basse, marée haute, deux heures du matin, finalement tout va bien. Allez, à moi, les bras de Morphée.

Une sonnerie stridente ! Réveil en fanfare. L’ancre dérape ! Vite le moteur. Non, ce sont les batteries qui clament leur fringale. Moteur quand même donc et re Morphée… Un rêve. La tempête est là. Formidable ! Le bateau traverse les éléments furieux. Wagner est de la partie. Les vagues montent, puissantes, désordonnées… immenses. L’esquif résiste et taille sa route, chahuté, bousculé, brassé… C’est vrai que le bateau bouge, vraiment d’ailleurs. J’ouvre un œil : la paisible couchette s’est muée en piste de bobsleigh. Autour de nous, c’est un capharnaüm. Par le panneau, je vois la veilleuse de haut de mat de LYNDI 7 traverser mon champ de vision tel un taureau chargeant le toréador puis, trois secondes après, revenir avec la même détermination mais plus haut cette fois, plus bas cette autre. Quelle heure est-il ? 3h00. Il fait nuit noire… Jusqu’à 6h00, c’est long. Les estomacs sont restés à leur place mais tout juste… Au lever du jour, tous les équipages sont en pied de mat, prêts au départ… Tous. Non. Jean-Marie nous appelle sur la radio : bien dormi ? ARRRGNNN !!! Ce fut plus cool, infiniment plus, par la suite. Mais c’est une autre histoire. Merci à Jean-Marie pour sa disponibilité et sa compréhension, merci à l’APLR pour l’initiative. A l’an prochain. On y sera. Michel Gaussens Photos JM Durce

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE

11



LA VIE DE L’ASSOCIATION

LA CROISIÈRE S’AMUSE – SAISON 4 Toujours plus loin, toujours plus haut, cette année : objectif St Malo. Rendez vous était donné à Lesconil pour le grand départ. Certains arrivaient tranquillement en 10 jours avec des escales notamment à Port La Foret, la remontée de l’Odet. D’autres sont venus directement, La Rochelle Lesconil en 2 jours. Et notre périple commence. 7 bateaux sur la ligne de départ, tailles, voilures différentes, mais tous avec l’AIS pour nous repérer les uns les autres. Le programme établi par Jean Michel Durce était bien préparé, les places dans les ports réservées, quelques bons restos. Nous avons eu le privilège d’être reçus par 2 associations de plaisanciers, à Trebeurden et à St Quay Portrieux, en présence des directeurs des ports. Que dire des paysages magnifiques rencontrés, les tas de pois de la presqu’île de Crozon, la remontée du Jaudy jusqu’à Tréguier, St Malo et le port au pied des remparts… Que dire de cette magnifique navigation entre Trebeurden et Paimpol : 10 heures de brouillard avec une visibilité entre 10 et 20 mètres. Il paraît qu’elle est très jolie la cote de granit rose ! … Heureusement au retour vers Perros Guirec, nous avons eu un temps lumineux qui nous a permis de louvoyer entre les 7 îles dont celle du Rouzic où nichent des milliers de fous de bassan et 2 phoques bien grassouillets en train de faire la sieste. Que dire d’une croisière en groupe ? C’est sympa, les retrouvailles en fin de journée, on refait la navigation du jour, on prépare celle du lendemain, chacun donne son

avis sur le vent, les courants, la pluie... Mais finalement, le commodore fixe l’heure de départ (parfois un peu tôt, dans le noir ou le brouillard!) On ne s’ennuie pas, la VHF nous envoie des messages sur des conseils de pêche, comment se débarrasser d’une bouée flottante que l’on vient d’attraper, qui mange quoi à midi... C’est sécurisant dans le brouillard quand maître radar Pascal nous prévient d’un danger potentiel : un bateau sans AIS par exemple, Ou un kayak de mer avec un pécheur à bord, perdu dans le brouillard, sans téléphone ni VHF, ni GPS que nous avons embarqué jusqu’à Paimpol. C’est agréable d’arriver les derniers au port. Haie d’honneur pour attraper vos amarres ! C’est toujours mieux que de sauter sur le ponton, le rater et tomber dans le port. Et quand il faut monter au mat récupérer une drisse, il y a toujours un (poids plume ?) qui se dévoue. Voilà, notre aventure a duré 4 semaines pour 900 miles parcourus. Le vent était là et nous avons pu faire beaucoup plus de voile que d’autres années. Nous avons croisé des dauphins, un sous marin nucléaire (au même endroit qu’il y a deux ans!) et avons été, pour certains, rappelés à l’ordre lors de passages trop proches des éoliennes en construction. Nous avons passé de formidables moments aussi bien en mer qu’à terre. Alors ! Jean Michel, que nous réserves-tu pour la saison 5 ? On te fait confiance et on compte sur toi. Merci pour l’organisation, ta disponibilité et ton écoute. Patricia Monfajon Photos : Jean-Michel Durce

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE

13


LA VIE DE L’ASSOCIATION

NOS MARINS ONT LA PÊCHE ! Quelques sorties réalisées ont permis à de nouveaux participants d’exprimer leur talent et de faire connaissance avec des pêcheurs aguerris toujours dans le même but celui du partage du savoir-faire et de connaissances, les témoignages de satisfaction nous encouragent à continuer ainsi.

Si quelques adhérents ont trouvé les sorties peu nombreuses, n’oublions pas que cette année a été peu favorable compte tenu des conditions météo et d’autre part nous avons respecté également ceux qui ont souhaité sortir en mer en conservant les mêmes équipages par souci de protection sanitaire.

Photo ci-jointe : Charlie Marey a réalisé ses propres montages et apprécie cette 1re journée de pêche avec succès sur mon bateau ALISA ; d’autres pêcheurs ont été pris en charge de la même façon sur les bateaux de mes collègues.

Les cours qui ont été dispensés avec un effectif réduit remportent toujours un vif succès, il est souvent nécessaire de les doubler, vous serez avertis de leurs reprises dès que mon état de santé me le permettra.

Commentaire de Charlie : « c’est tout d’abord une découverte pour moi c’est le prolongement des cours, les explications détaillées sont apportées par Joël, l’eschage et l’utilisation du matériel de pêche, formidable journée, je suis partant pour les prochaines sorties. »

Nous comptons tous sur 2022 pour continuer notre activité dans de meilleures conditions, et tous ceux qui n’ont pas eu encore la possibilité d’embarquer pourront le faire en ce début d’année 2022. De nouveaux projets sont actuellement à l’étude, nous vous en ferons part très bientôt. Texte et photo Joël Sagot

14

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE


LA VIE DE L’ASSOCIATION

QUAND LE THON MONTE À BORD Tout a commencé il y a presqu’une dizaine d’années, le thon rouge est arrivé sur nos côtes ; Ce qui a incité de nombreux pêcheurs à se lancer dans l’aventure et en cette journée du 25 Septembre 2013 nous décidons de partir à 6 à bord du bateau de Sébastien GAS, guide de pêche ; Roger, un habitué de notre équipe, était présent.

d’appâts ; tout se déroule bien les prises sont abondantes et les premières cannes équipées de gros moulinets, en attente, vont rapidement devenir opérationnelles. C’est parti pour une période de suspens : patience et sérénité sont de rigueur, nous savions avant le départ que la météo et les conditions de marées ne seraient pas en notre faveur et c’était bien le cas. Nos lignes sont malmenées et demandent à être souvent repositionnées mais nous faisons face à tous ces aléas, la matinée de déroule sans attaque, nous restons tous vigilants. En attendant il est midi et c’est l’heure de déjeuner : tout est prévu à bord et le service est compris ! Ce n’est seulement qu’en milieu d’après-midi - 15h40 qu’un thonidé affamé s’est saisi de notre appât, le crissement du moulinet se fait entendre à bord et c’est l’effervescence.

Nous partons de bonne heure du port de la Cotinière afin d’arriver très tôt sur notre zone de pêche ; la mise à l’eau des lignes s’effectue rapidement ; à 7h30 tout le dispositif est en place à 8h un moulinet crisse c’est bon signe un spécimen a été piqué tout l’équipage s’organise et le combat commence. Au bout d’une vingtaine de minutes seulement, le thon est remonté à bord : 50 kgs 1,45 m (un petit !) Des mesures strictes en matière de réglementation ont permis son repeuplement ; aujourd’hui la moyenne des prises se situe plutôt entre 150 kg et 200 kg du côté Atlantique. De ce fait, il a fallu s’adapter et s’équiper avec du matériel beaucoup plus lourd : cette pêche est donc devenue un peu plus sportive qu’au début. Avec notre expérience nous sommes aujourd’hui en mesure de proposer ce type de pêche à nos adhérents; c’est à la portée de tout pêcheur, Roger un habitué commente notre dernière sortie à bord du bateau de Joël Lebar le Nomadis Spirit le 30 septembre Roger : nos 10 participants sont présents pour l’embarquement à 5h30. Les nouveaux sont tout d’abord surpris en découvrant le bateau, son équipement et le confort ; avant le départ c’est le briefing de sécurité du capitaine Il est 6h c’est le départ pour 2h30 de route vers le large des côtes Oléronaise ; pendant le trajet certains en profitent pour terminer leur nuit. Avant d’arriver sur notre zone de pêche un second briefing de Joël Lebar précise le rôle de chacun lors d’une prise, puis c’est l’heure du café et viennoiseries, avant le début des hostilités. Nous allons commencer par pêcher des maquereaux qui serviront

Roger dans l’effort.

Chacun applique les consignes du briefing : rien à dire, tout est parfait le combat peut commencer, je prends la canne pour affronter la bête qui déjà a déroulé beaucoup de fil, et je vais devoir freiner ses élans. Compte tenu de la forte traction, j’ai déjà une idée du gabarit, et avec l’aide de Joël je vais passer la canne à chaque participant afin de partager les sensations que tous ont tendance à sous estimer. A plusieurs reprises notre thon arrive progressivement au bateau mais il a encore de la ressource et repart en déroulant quelques centaines de mètres de fil,et ce n’est qu’au bout de 2h15 qu’il est harponné et remonté. C’est le moment de prendre ses mensurations 2,35 m pour un poids de 160 kg environ ; à bord la joie est palpable et l’expérience inoubliable Pendant le retour nous nous sommes réunis autour d’un verre de l’amitié afin de fêter cet évènement et pour certains se donner rendez-vous en 2022 pour renouveler cette expérience. Texte et photo Joël Sagot

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE

15


ÉCHOS DU PORT ET DE LA MER

CONSEIL PORTUAIRE DU 14 OCTOBRE 2021 Les élus du CLUPP (Pour rappel cinq sur six sont issus de vos rangs) ont été nommés membres du Conseil Portuaire par arrêté du maire. Le nouveau Conseil a été réuni pour la première fois pour examiner et émettre un avis sur les sujets suivants : RÈGLEMENT DE POLICE PORTUAIRE ET D’EXPLOITATION DU PORT Ces deux documents ont été préalablement débattus en réunion du CLUPP (voir numéros précédents) parmi nos propositions certaines ont été rejetées, d’autres sont proposées au Conseil d’Administration. Les projets seront soumis à un avocat spécialisé et le règlement de police sera ensuite proposé en municipalité. Après la signature d’un arrêté du maire il devrait entrer en vigueur au 1er janvier prochain. Le règlement d’exploitation sera validé par le CA du port Orientations budgétaires (extraits du document remis au CA du port) Investissements 2022 : le programme d’investissement intègre une part importante de projets lancés en 2021. Au-delà de la poursuite d’actions récurrentes, l’année 2022 verra la concrétisation d’importants investissements engagés pour améliorer la gestion du domaine portuaire et son offre de service. Cela au travers des aménagements à flot comme à terre, de l’évolution du patrimoine bâti mais aussi du déploiement de nouveaux outils inscrits dans le Schéma Directeur des Systèmes d’information (SDSI) lancé en 2021.

16

PRÉVISIONNEL 2022 LOGICIELS AGENCEMENT : 57 000 € HT - Lecteur de plaque d’immatriculation (≈37 000 € HT) - Complément de Télérelève (≈10 000 € HT) MATÉRIEL : 2 082 000 € HT - Pose d’un dispositif « brise clapot » au pied de la passerelle Mandela (≈ 950 000 € HT) - Généralisation des « cubes » au ponton 63 (≈ 130 000 € HT) - Achat de pontons (n°27 et 28) (≈ 230 000 € HT) - Pose d’anodes et changement des pieux (≈ 155 000 € HT) - Achat d’un engin de manutention 15 tonnes (≈ 145 000 € HT) - Achat de bateaux (≈ 70 000 € HT) - Achat de contrôle d’accès (lecteur plaque et Mifare) (≈ 90 000 € HT) - Achat d’un standard téléphonique (≈ 19 000 € HT) - Début de déploiement du pointage numérique à flot (≈ 167 000 € HT) - Achat de véhicules de service, de gros outillages, mobilier, équipements informatiques et matériel de sécurité (≈ 126 000€ HT).

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE


ÉCHOS DU PORT ET DE LA MER

AGENCEMENT : 214 000 € HT - Aménagement de la ZA des Minimes (2022/23) (≈ 130 000 € HT) - Darse 150 tonnes du plateau nautique (≈ 76 000 € HT)

(source Banque de France). Compte tenu de ces éléments, et alors que 2021 n’a pas connu d’augmentation des tarifs portuaires, il est proposé une évolution de l’ensemble des tarifs portuaires de 1,5% pour l’année 2022.

- Déploiement arceaux vélos (≈ 8 000 € HT)

LA PROPOSITION DE VOS ÉLUS :

BÂTIMENT : 700 000 € HT

Les effets du « lissage » consécutif au changement de tarification se font sentir jusqu’à fin 2022. Nombre de clients du port subissaient une hausse qui a été appliquée en 2021. Nous avons donc demandé une modération de la hausse des tarifs et de la limiter à 1,2 %.

- R estructuration du bâtiment de service du Bout-blanc (≈ 250 000 € HT) - R énovation des sanitaires Marillac (≈ 60 000 € HT) - R énovation des sanitaires Lazaret (2022/23) (≈ 200 000 € HT) - Aménagement nouveau bâtiment manutention (≈ 170 000 € HT) - Aménagement ancien bâtiment manutention (≈ 20 000 € HT) REMBOURSEMENT DES DETTES FINANCIÈRES : 785 000 € - Emprunts réalisés en 2017 (≈ 630 000 €) - Emprunts réalisés en 2019 (≈ 120 000 €) - Emprunts réalisés en 2022 (≈ 35 000 €) La juxtaposition en 2022 de l’acquisition d’un nouvel engin de manutention 15 tonnes, du lancement de la rénovation des sanitaires du Lazaret, de l’aménagement du nouveau bureau de manutention et de l’installation d’un brise clapot au pied de la passerelle Mandela conduit à un déséquilibre du budget d’investissement qui devra être comblé par la souscription d’un emprunt de 700 000 €. L’ensemble des dépenses d’investissement s’élèverait à 4 123 000 €. TARIFICATION 2022 LA PROPOSITION DU PORT : Les projections budgétaires sur l’exercice 2021 sont « raisonnablement » bénéficiaires en raison de recettes d’escales mensuelles (cf. attente d’une place à l’année et effet Covid) et de manutention et terre-pleins supérieures au prévisionnel et de dépenses non réalisées. La mise en place en 2022 du « projet stratégique 2022 – 2026 » induit une évolution de certaines dépenses, en particulier de personnels avec la dernière phase de consolidation des effectifs entamées il y a plusieurs années. C’est aussi le cas de manière significative pour la maintenance informatique et la location de logiciels. L’évolution d’autres dépenses n’est pas encore connue (redevance et taxe de séjour). Alors que les frais de dragage et d’assurance augmenteront, une enveloppe est néanmoins prévue pour célébrer les 50 ans de la Régie du port et du port des Minimes. L’évolution générale des prix pour les ménages en 2021 (indice IPCH) devrait être de 1.8%. Les prévisions actuelles d’inflation pour 2022 sont de l’ordre de 1.4%

Cependant le Conseil Portuaire étant composé de professionnels, de représentants du port et autres, nous nous sommes retrouvés en minorité et le conseil a approuvé la proposition de hausse des tarifs (8 pour et 4 contres) DIVERS : - Précision sur les mesures prises par le port dans le cadre de la panne du pont Scherzer. - Question des professionnels : placer des bateaux à terre à côté de la maison de Jean Solène ? parcelle privée, pas de possibilité de l’utiliser. - Question de vos élus : Suite à l’arrêt de l’accord Trans Europe Marina, nous avons de vives réactions des plaisanciers, les autres ports du réseau n’en sont pas sortis. Il est donc demandé de revoir la position du port. Bertrand Moquay : la position a été prise du fait de l’impossibilité d’avoir plusieurs postes informatiques pour déclarer les remises sur le site dédié, de plus, le fichier est stocké dans un pays étranger sans garantie de leur confidentialité. Parc Naturel Marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des pertuis. Les 70 membres du Conseil de Gestion ont été désignés par décret des préfets de Charente Maritime et du préfet maritime. Parmi eux deux APLR : J.-J. Coudray (titulaire) et F. Bertout (suppléant). Nous sommes rattachés au groupe des « Usagers de loisir » Un nouveau président en la personne de Jean Prou a été élu, l’un des vices président est Philippe Grand, fondateur de l’UNAP CM à laquelle nous sommes attachés. Un nouveau règlement intérieur a été adopté après discussion Dans un proche avenir et après les élections des représentants des comités géographiques, le conseil de gestion pourra reprendre le travail interrompu durant 2 ans. Jean-Jacques Coudray Photos : Patrick giré

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE

17



ÉCHOS DU PORT ET DE LA MER

RÉUNION DE CONCERTATION GRAND PORT MARITIME DE LA ROCHELLE RENOUVELLEMENT DE L’AUTORISATION DE DRAGAGE

par ailleurs les dépôts du port de pêche et des ports de plaisance de La Rochelle.

Le port de commerce de La Rochelle la Pallice doit entretenir ses accès maritimes par un dragage régulier de son aire d’activité en évacuant les dépôts de boues qui se forment régulièrement. Il bénéficie d’une autorisation préfectorale décennale qui arrive à échéance et doit donc être renouvelée

Il convient de noter que le site de dépôt est du type dispersif, on ne constate pas d’engraissement sur la durée, bien qu’il ne soit pas tenu compte des horaires de marée et de la courantologie du site.

Par ailleurs les travaux d’extension et d’approfondissement qui sont engagés devront être intégrés dans la nouvelle autorisation préfectorale décennale Un groupe de travail a été constitué dont l’APLR fait partie afin de présenter un dossier complet intégrant tous les points de vue. Une première réunion s’est tenu le 28 septembre dernier par visio afin de présenter l’étude et son étendue. LA SITUATION ACTUELLE Le grand port évacue annuellement 230 000 m3 de boues avec un maxi a 300 000 m3, pour une autorisation de 270 000 m3 annuelle. Ces boues sont déposées sur le site du Lavardin situé au sud immédiat de la tourelle du Lavardin. La drague utilisée est la Cap d’Aunis qui date de 1990, d’une capacité de 1 100 m3. Ce site recueille

LA NOUVELLE DEMANDE D’AUTORISATION Il conviendra de tenir compte des nouvelles contraintes liées à l’approfondissement des bassins du port, la production de boues devant se porter à 270 000 m3 par an avec un maxi a 320 000 m3 par an. Il est par ailleurs prévu de renouveler la drague obsolète par un matériel moderne et adapté aux besoins à la fois du grand port et à celui des ports de plaisance de La Rochelle. Les contrôles de qualité des sédiments, seront étudiés tant en nombre qu’en localisation et adaptés aux exigences environnementales actuelles. Une nouvelle réunion du groupe de travail est prévue avant la fin de l’année Bruce Jenner Photo Jean-Michel Durce

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE

19


ÉCHOS DU PORT ET DE LA MER

UN NOM, UN VISAGE, UNE FONCTION VALENTINE DAVIET VDP : Bonjour Valentine puisque l’on ne vous connait que par votre prénom. Pouvez-vous nous parler de vous, de votre fonction et de votre parcours ? Valentine : Mon nom de famille est Daviet, mais ça ne me dérange pas d’être appelée par mon prénom. Je suis Maître de port adjoint au Vieux port de La Rochelle, c’est plus petit que les Minimes mais très intéressant du fait de la présence des 2 « écluses » et des promeneurs puisque nous sommes au cœur de la ville. Ma formation de départ n’a rien à voir avec mon emploi actuel : un bac littéraire m’a conduite à faire des études de langues orientales à Paris puis à La Rochelle où je suis née. Je faisais pas mal de bateau ce qui m’a amenée à rencontrer un professionnel. Nous faisions du convoyage et vivions 6 mois aux Antilles et 6 mois à La Rochelle ; j’ai ensuite travaillé à la voilerie Incidence, sur les renforts pour les spis, puis j’ai effectué différentes missions temporaires au Port de Plaisance où je suis restée.

20

J’ai pris mes fonctions au Vieux Port le 1er avril 2020, à la suite du départ en retraite de Christian Lemoine et j’ai eu droit à une période de recouvrement de 15 jours en tout, dû au 1er confinement ! J’ai pratiquement tout appris sur le tas et il me reste encore des choses à apprendre. Mais vous étiez déjà dans la structure ? J’ai débuté en 2002 en remplacement en intérim  : accueil, aide-comptable, puis je suis arrivée en 2004 à la manutention, à l’accueil d’abord comme secrétaire puis responsable. Ludovic Boucard m’a remplacée en mars 2020 avec la compétence de grutier en plus. J’en suis partie après 15 ans pour de nouveaux horizons et garde un bon souvenir de ce service même si la relation avec les clients n’est pas toujours facile car c’est souvent pour eux la corvée de l’année et chère de surcroît ; l’ambiance dans un service technique est très différente et moins détendue que dans un service d’accueil, plus feutré. Ma mission actuelle consiste à gérer le plan d’eau, les clients visiteurs et annuels mais aussi à participer à beaucoup d’évènements, dans le bassin des chalutiers en particulier.

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE


ÉCHOS DU PORT ET DE LA MER

Les visiteurs sont accueillis dans le havre d’échouage, qui n’en est plus un ! Nous avons 2 pontons visiteurs mais parfois nous utilisons le bassin des yachts lorsque des places sont libérées par des clients annuels ; il y a des places aussi dans le bassin des chalutiers pour les bateaux de plus grande taille. Au total sur les trois bassins nous disposons de 400 places. Dans votre poste actuel qu’est-ce qui vous plaît le plus.. et le moins ? Après tant d’années passées au grutage j’avais fini par acquérir la maîtrise des techniques, même si je n’étais pas directement concernée, ici c’est nouveau et j’ai encore des choses à apprendre. En moyen humains, nous sommes : un marin (moi), trois éclusiers et un éclusier remplaçant, plus un renfort de deux personnes du service technique en juillet et aout et les week-ends de juin et septembre. L’équipement est déjà ancien et particulier mais parfaitement connu de l’équipe. La gestion technique des pontons est nouvelle pour moi ; en fonction des évènements nous devons déplacer et remplacer les pontons en coordination avec les équipes techniques du port. Le climat social avec ces équipes n’était pas forcément au beau fixe : qu’en est-il aujourd’hui ? Lors de mes missions d’intérim passées, j’ai secondé Christian Lemoine durant quelques temps et effectivement l’équipe d’alors était composée de personnel ancien dans l’entreprise avec les habitudes d’alors. Depuis quelques années, avec le renouveau du personnel, l’ambiance est aujourd’hui sereine. Ici c’est différent des Minimes. Nous sommes au cœur de la ville et nous devons gérer, outre les plaisanciers, des flux de passants. Le réflexe de dire « Ici c’est notre port » est déplacé car nous partageons les équipements avec la ville : à chaque passage de porte pour quelques plaisanciers nous avons beaucoup de passants à gérer pour garantir la sécurité.

Et quand l’Hermione rentre ? Là ça se fait de jour et il y a beaucoup de monde ! Et les bons côtés ? Les relations avec les clients; c’est un petit village et l’on se connait davantage : parmi les clients du petit bassin, ceux qui vivent à bord sont nombreux. J’aime aussi le côté évènementiel avec la ville de La Rochelle, les grands navires en visite dans nos bassins et bien sûr, le cadre de travail exceptionnel ! N’y a-t-il pas trop de bruit ? Les clients qui vivent ici ou les visiteurs ont fait le choix de résider au cœur de la ville avec tout ce que cela comporte comme animation, d’autres préfèrent les Minimes, plus calme. De plus comme nous n’avons que deux pontons visiteurs au havre d’échouage les bateaux se retrouvent souvent à couple. La Rochelle offre finalement un large choix de ports différents ! Quelle est votre clientèle ? On y rencontre des gens de tous âges avec peut-être un rajeunissement, et pas mal d’étrangers dans le bassin des chalutiers pour de grandes unités ; peu d’anglais cette année mais pas mal d’allemands et de hollandais, à tel point que nous risquons de refuser des bateaux pour l’hivernage. Le musée maritime prend beaucoup de place ? Oui et il en demande d’avantage, mais ce n’est pas la seule attraction du bassin : nous avons eu deux salons privés qui vont peut-être se multiplier, nous avons trois bateaux de la marine nationale ce week-end ; tout cela contribue au rayonnement de la ville. Cet hiver nous aurons le dragage du havre d’échouage, nous allons le vider de ses bateaux et les photos du bassin seront différentes. Quel serait votre message pour nos adhérents ?

Les éclusiers travaillent en fonction des marées, de jour comme de nuit, c’est une des rares professions dont les horaires varient continuellement. Ils effectuent leur travail une marée (deux marées hautes) sur trois et ont l’entière responsabilité des portes.

Ce serait sympathique lorsqu’on se déplace d’un port à l’autre pour une escale de quelques heures de nous prévenir pour faciliter la gestion des places.

Ce doit être stressant

Merci Valentine pour le temps que vous nous consacrez et votre bonne humeur communicative.

Effectivement au début je regardais les webcams de la ville de La Rochelle pour vérifier que tout se passait bien, c’est une lourde responsabilité.

Propos recueillis par Jean-Jacques Coudray et Patrick Giré Photo Patrick Giré

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE

21


PARTAGE DE SAVOIRS

DE LA TECHNIQUE SYSTÈME SIMPLE DE FIXATION PANNEAU SOLAIRE RIGIDE 50W Introduction : la décision d’achat de panneau solaire souple ou rigide tourne vite au casse-tête quant au moyen de le lier mécaniquement à la structure de la coque.

Rep. 1 : plats en aluminium de reprise du cadre de panneau

Partisan du minimum de perçage dans le pont ou la coque, j’ai exposé dans un précédent article le moyen de se fixer sur le bacon arrière. Dans le présent article je détaille la solution retenue pour permettre la mobilité dans le plan horizontal d’un panneau rigide.

Rep. 3 : demi-paliers permettant la rotation dans le plan horizontal et le blocage en position par friction

Texte et photo : Jean-François Dougère

Rep. 6 : liaison en « T » (pièce en contreplaqué marine, composée de deux ½ coquilles assemblées par vis)

2

22

1

3

Rep. 2 : fixation mécanique « plats / cadre »

Rep. 4 : molettes de friction Rep. 5 : tube de liaison horizontale entre 3 et 6

5

6

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE

4


PARTAGE DE SAVOIRS

CUISINE D’À BORD LE FUMOIR D’ANGOULIN Bonjour et merci Vincent et Claire de nous accueillir. Pourriez-vous nous dire qui vous êtes et ce que vous faites ? Je suis Vincent Moulin, artisan fumeur de poissons installé ici au Marais du Chay dans cette ancienne cabane d’ostréiculteur depuis 3 ans. Je suis cuisinier de métier, et j’ai été chef de mon restaurant à Paris (10e). Depuis 10 ans, j’ai travaillé dans différents établissements, à La Pallice, la Rochelle ou Châtelaillon-plage par exemple, souvent pour participer à des ouvertures mais je ne suis jamais resté très longtemps. Pour quelles raisons ? Je trouvais que les menus changeaient peu, et finissais par m’ennuyer. Ce n’est pas facile de travailler dans une brigade lorsqu’on a eu sa propre affaire et je n’ai pas trouvé de lieu qui me donne suffisamment envie d’investir toute l’énergie requise pour créer mon propre restaurant. J’ai donc réfléchi à faire évoluer ma pratique et j’ai voulu me situer en amont de la cuisine pour travailler sur la qualité du produit. En cuisine j’avais travaillé le fumage, j’y ai trouvé un vrai potentiel de goût et de conservation. L’opportunité a fait que nous avons trouvé un peu par hasard cette cabane d’ostréiculteur, au milieu d’autres professionnels dans ce cadre « coup de cœur ». Nous avons fait les travaux pour transformer cette cabane en un outil adapté et aux normes ; nous avons un espace boutique qui est ouverte toute l’année. Au centre du bâtiment se trouve le labo et le fumoir. À l’arrière nous avons une partie cuisine pour la transformation de nos produits fumés : rillettes, tarama et nos assemblages pour la dégustation. Nous avons l’espace extérieur pour les dégustations aux beaux jours, pour profiter du lieu et de nos produits. Sur la partie arrière - près des deux bassins - nous avons un espace modulable, avec un toit qui peut être utilisé pour recevoir le public, mais aussi pour travailler, notamment pour le traitement des algues (lavage et séchage) – c’est la spécialité de Claire qui a une formation en aquaculture et qui vous en parlera.

Sur le terrain nous avons aussi 3 claires qui nous permettrons à terme de diversifier notre activité. Nous ne cherchons pas à développer les volumes de poissons fumés, mais plutôt à développer diverses activités autour des produits de la mer : cela diversifie nos pratiques, pour nous c’est plus ludique et pour notre clientèle cela apporte des curiosités qu’on ne trouve pas forcément facilement ailleurs.

Quels sont les principaux poissons que vous travaillez ? Tout produit de la mer se prête à la fumaison. Nous privilégions la pêche responsable et locale. Par exemple en ce moment nous travaillons le poulpe, le thon blanc et le thon rouge pêché à la ligne au large de nos côtes, des maquereaux, du maigre de ligne, du merlu, … Nous suivons les saisons, actuellement c’est le début des noix de saint Jacques françaises, fumées c’est délicieux. Nous fumons également du saumon pour satisfaire la demande de nos clients mais nous veillons à la provenance en choisissant des fermes de qualité tout en proposant un éventail de prix adaptés aux différentes bourses (pour

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE

23



PARTAGE DE SAVOIRS

Noël, nous proposons du saumon d’élevage français). Nous fumons en général à froid et nous respectons le temps nécessaire sans prendre de raccourci comme ça existe dans l’industrie; notre temps de travail d’un poisson s’étale sur 5 jours : la découpe, le salage, le 1er fumage puis un temps de séchage puis un second fumage, un période de repos au frigo (l’affinage) puis le tranchage et la mise sous vide. Pour réussir le fumage, il faut tenir compte du type de poisson et de la météo : le fumage (réalisé entre 8 et 28° idéalement 15°) est différent suivant la température extérieure, la pression atmosphérique, la direction et la vitesse du vent… Nous utilisons aussi le fumage à chaud (le fumoir monte volontairement à 70° pour cuire le poisson en même temps) cela apporte un goût plus prononcé et une texture plus fondante. Nous utilisons de la sciure de chêne ou d’aulne pour un fumage plus doux et fruité ; à chaud ce sont des copeaux. Nous utilisons des bois de qualité, secs, sans résidus et issues de forêts gérées FSC® (Forest Stewardship Council). Et vous avez essayé de fumer des huîtres ? Oui, nous en faisons un peu en dégustation l’été, c’est long à préparer, parce que l’huître est gorgée d’eau, il faut la cuire d’abord à basse température, la décoquiller, puis la fumer et à la fin le produit a un aspect pas toujours attrayant mais le goût est surprenant. Nous ne cherchons pas les volumes, mais plutôt les expériences du goût. Quelle recette serait réalisable sur un bateau pour nos plaisanciers ? Tout d’ « à bord » les poissons fumés ont une assez longue conservation (18 jours, en moyenne), ils sont dans des poches sous vide ; ils seront totalement isolé du reste de votre frigo et présentent l’avantage de prendre peu de place, ce qui est idéal sur un bateau. Pas besoin de les

cuisiner, les poissons sont prêts à manger, sans peau ni arrête : il suffit d’ouvrir la poche et partager entre amis sur une salade ou simplement du pain et du beurre ! Pour la recette, je vous propose de faire un bouillon clair de type japonais avec de la pâte de miso, des champignons, ajouter des légumes telles que le pakshoy, la carotte..(ou ce que vous trouvez sur le bateau) vous pouvez y ajouter une poignée d’algues séchées, lorsque votre bouillon est prêt il suffit d’ajouter vos poissons fumés coupés en lamelle assez épaisse et c’est prêt à servir. Claire, pourriez-vous nous parler de vous et de votre rôle au fumoir ? Avant de réaliser notre projet, j’étais dans la communication et l’infographie, notamment à Paris. A l’université de La Rochelle, j’ai passé une licence professionnelle en aquaculture environnement et littoral. A mi-parcours j’ai choisi de m’intéresser à l’algoculture, et je suis devenue cueilleuse professionnelle d’algues. En achetant la cabane au milieu du marais du Chay, je n’avais pas envie d’être ostréicultrice, je n’avais pas la technicité zootechnique pour l’élevage de poissons et je me suis sentie en confiance avec le végétal que j’ai apprivoisé ; quand j’en ai apporté en cuisine, Vincent a tout de suite accroché avec ces saveurs qu’on ne connaissait pas avant, et ça a apporté une nouvelle couleur aux curiosités de la mer qu’on aime présenter à nos clients. Où récoltez-vous les algues ? Je cueille (comme des champignons) 2 algues vertes, la laitue de mer et l’ao nori, et 2 rouges la nori et la dulse, entre les Boucholeurs et le Chay. Certaines algues vivent en symbiose avec les huîtres et peuvent gêner leur développement c’est pour cela que je travaille avec les ostréiculteurs qui m’ont d’ailleurs bien accueillie.

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE

25


Concessionaire Yamaha Marine • Moteurs neufs et d'occasion • Réparation et entretien des moteurs hors-bords • Carénage, nettoyage, antifouling, hivernage • Bateaux neufs Pacific Craft, Capelli Tempest et Adventure • Dépôt-vente (sous conditions) • Location de bateaux (permis côtier) Aunis Motonautic, 27 quai Marillac, ZA Les Minimes

17000 La Rochelle - Tél. : 05 46 44 23 06

contact@aunismotonautic.fr - aunismotonautic.fr Ouvert du mardi au samedi de 9h à 12h et de 14h à 18h


PARTAGE DE SAVOIRS

Comment travaillez-vous ces algues ? Après lavage à l’eau de mer puis l’eau douce, je les sèche en respectant les températures pour garder les vitamines et les oligo-éléments, sur des claies au soleil et au vent notamment au printemps et en été - puis au séchoir pour terminer. On peut ensuite les consommer comme des herbes aromatiques. Elles sont conservées dans des pots de différentes tailles pour donner un choix aux clients. Je prépare aussi un algomasio, mélange de sésame torréfié et algues qu’on peut préparer en vinaigrette pour assaisonner les poissons en fin de cuisson ou des salades.

Au-delà des algues vous travaillez aussi le fumage des poissons ? Oui, bien sûr on travaille toujours à deux et nous devons être « interchangeables » dans les deux domaines pour une bonne répartition de la charge de travail. Et puis, en complément du fumage, nous préparons aussi des rillettes de saumon fumé, du tarama, des bocaux de semiconserves suivant les saisons, comme le thon blanc confit à l’huile… Comment vos trois enfants vivent cette aventure ? Le fait de reprendre des études lorsque notre petite dernière est entrée en maternelle, a été un moment important pour leur faire passer des valeurs : on peut aller à l’école à tout âge, concrétiser des projets qui deviennent projet de vie, se soucier de l’environnement, valoriser la nature qui nous entoure, donner du plaisir aux autres et s’habituer à changer et s’adapter tout le temps; pour leur avenir c’est important. Propos recueillis par Jean-Jacques Coudray et Patrick Giré Photos : le Fumoir d’Angoulins, Patrick Giré

SÉRIEUX S’ABSTENIR SUR L’ALBUM DU CAPITAINE ESCALE BRETONNE

INVENTAIRE DE LA CALE

Les filles de Camaret, aux si jolies bottes, s’occupent de la tonte des brebis, venez vite ! elles présentent leurs potes malouins.

Un fût deux caisses, le doigt dans le trou du fût, la main entre les caisses.

(3 pièces, Mdc) Origines de citations dans le N° 161

(2 pièces, populaire) C’est aussi un exercice de diction lorsqu’on le répète à toute vitesse. Jean-Jacques Coudray Photo : Jean-Michel Durce

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE

27


PARTAGE DE SAVOIRS

SÉRIEUX S’ABSTENIR SYSTÈME D’UNITÉS PIFOMÉTRIQUES Éditée mais non diffusée par l’Union de Normalisation de la Mécanique (UNM), cedex 72, 92049 Paris La Défense, Tél. : 01 47 91 35 55. Ce document est libre de tout droit. Sa diffusion par quelque moyen que ce soit, y compris la menace, est vivement encouragée.

La pifométrie est une science très ancienne et universelle. La preuve en est que chacun vient au monde avec son propre pifomètre incorporé. Cette particularité, appelée pifogénèse, relève de la transmissibilité des acquis, et explique pourquoi le système pifométrique, au-delà de son universalité, reste sensible aux influences sociales, corporatives, voire raciales. Dans ces conditions, il est tout à fait surprenant de constater que la pifométrie n’a jamais fait l’objet de travaux sérieux. Il n’existe même pas, au Pavillon de Breteuil ou ailleurs, d’étalons d’unités pifométriques d’un usage pourtant si courant. Le pifomètre, instrument personnel, n’est en vente nulle part, bien entendu. Il est d’une remarquable justesse et d’une sensibilité inégalable : jamais personne n’a eu besoin d’un pifomètre à vernier, encore moins d’un pifomètre à vis micrométrique. L’instrument de base issu de la pifogénèse suffit en toute occasion. Principes de la pifométrie Les quelques scientifiques qui se sont penchés sur le problème ont établi les principes de base de la pifométrie. > Premier principe : Le pifomètre est strictement personnel, inaliénable, consubstantiel à l’individu et inutilisable par autrui. exemple: La notion de pétaouchnock évoque, selon le cas, le hameau voisin pour l’autochtone rural, une ville du Nord pour le juge méridional, ou une capitale africaine pour le normalisateur parisien. > Deuxième principe : Deux pifômes de sens contraire ne s’annulent pas. exemple : Les deux expressions « Ça fait une plombe que je t’ai dit de me remettre ton rapport ! » et « Ça ne fait pas une plombe que tu m’as remis ton rapport ! » indiquent de façon identique qu’un subordonné va bientôt se faire remonter les bretelles par son chef pour peu que celui-ci prenne le temps de jeter un oeil sur son rapport bâclé.

28

> Troisième principe : Il n’y a rien d’intéressant à tirer d’une moyenne pifométrique. exemple: La moyenne entre le bon bout de chemin et le sacré bout de chemin est calculée comme étant le sacré bon bout de chemin, ce qui n’apporte aucune information supplémentaire quant à la longueur réelle du chemin.

Règles de la pifométrie Les règles de la pifométrie n’ont jamais été rédigées mais chacun les applique d’instinct. Ce document n’a pas l’ambition de les citer toutes, mais seulement les principales : > Règle 1 : Le produit d’une unité pifométrique par un scalaire quelconque est égal à l’unité pifométrique initiale. exemple: « Deux minutes, s’il vous plaît ! » ou « Trois minutes, s’il vous plaît ! » représentent exactement la même durée que « Une minute, s’il vous plaît ! ». > Règle 2 : Deux grandeurs pifométriques égales ne sont pas superposables. exemple : La longueur réelle d’un poisson manqué n’a aucun rapport avec celle exprimée en unité non dénommée par l’écartement des mains du pêcheur, d’autant que celles-ci ont tendance à s’éloigner à chaque itération du récit des faits. > Règle 3 : Une unité pifométrique peut représenter des grandeurs différentes pour des individus différents (découle de la pifogénèse). exemple : La giclée d’huile ordonnée à l’apprenti mécanicien par le contremaître conserve toute son efficacité quelle que soit l’interprétation volumétrique donnée. Dans le prochain numéro du VdP nous aborderons les principales unités pifométriques… à suivre

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE

Photos : Patrick Giré


LES ANNONCES DE NOS ADHÉRENTS

MISES À JOUR LE 19 OCTOBRE 2021 Service gratuit pour nos adhérents (navires et équipements nautiques). Merci de nous prévenir si votre annonce n’est plus à jour. VOILIERS : • ATTALIA 32 DL de 1983 28 000 € - 06 19 29 65 98 • B2 MARINE longueur 6,60 (1988) 3 500 € - 06 79 32 78 35 • CAP NORD (1964) 19 900 € à débattre - 06 29 72 56 65 • DUFOUR 36 CLASSIC (2002) 60 000 € à débattre - 06 37 72 16 39 • EVASION 32 (1978) - 22 000 € - 06 68 93 19 18 • FEELING 9,60 (1987) - 20 000 € à débattre 06 23 17 50 47 / 09 53 21 90 62 • FIRST 285 de (1989) 22 500 € à débattre - 06 41 57 35 47 • HARMONY 42 (2006) - 99 000 € - 06 80 28 11 81 • IDYLLE 880 (1983) - 15 000 € - 07 67 59 65 37 • KELT 707 (1981) 6 500€ à débattre - 06 22 07 60 19 • MAXUS 26 (2020) - Neuf, jamais servi 58 600 € +LOA - 06 27 43 35 97 • SAFARI type DINETTE - 1973 - 06 08 83 45 48 • A VENDRE part de bateau 50% SUN ODYSSEY 37 Légende 2005 32 000 € - 06 70 74 88 31 MOTEURS : • MERRY FISHER 695 - 2007 28 000 € - 06 61 75 05 05 • ZODIAC - MACK II - 2007 4 500€ à débattre - 06 22 32 62 43 DIVERS : • Annexe BOMBARD AX3 600 € - 06 80 78 38 18 • Annexe SEABO 2M90 200€ - 06 07 27 60 68 • Annexe Plastimo fond gonflable 230B (pour 3/4 personnes) +491735861490 • Annexe SEACLONIC 185 2 pers 100 € - 06 89 45 30 51 • Annexe ZODIAC - 90€ - 06 07 84 84 • Balises de détresse MOB 150 € l’unité - 06 52 47 65 91 • BIMINI + arceaux Inox - 1 600€ - 06 63 68 32 71 • Coude échappement pour moteur Yanmar 40cv 4jh 100€-06 17 50 64 19 • Gennaker tissus CZ Surface 60 m2 Prix vente 1250 € - 07 86 07 42 26

• Génois léger 25 m² (guindant 11m) 200 € - 06 81 93 39 64 • Génois Hydranet 15 m2 350 € - 06 83 46 91 96 •H élices bipales VOLVO Voir annonce sur site - 06 10 94 49 91 •H élice 3 pales ALU 200 € à débattre - 06 99 04 35 35 •H élice bipale repliable MaxProp +2 anodes 63 neuves 390 €- 06 79 54 41 90 • L igne lestée pour ancre légère 30 m 50 € - 06 81 93 39 64 • L ivres d’art femmes du monde de TITOUAN LAMAZOU - 2 Volumes dédicaces 60 € - 06 63 30 40 94 •M oteur SUZUKI 2,5CV, bon état 250 € - 06 80 78 38 18 •N EXUS NX Sea Data - Afficheur 150 € - 06 74 67 70 51 • Pare-battage 50 € - 06 60 48 21 82 •R idoir Pataras a volant neuf 200 € - 06 88 07 03 51 • Solent 17m² (guindant 10,90m) 150 € - 06 81 93 39 64 •S pi asymétrique + chaussette 97 m² 1 500 € - 06 17 50 64 19 •S pi symétrique + chaussette 100 m² 1 400 € - 06 17 50 64 19 •S pi asymétrique ELVSTROM 1000€ - 06 88 07 03 51 • Spi bon état 11x5,6 300€ - 06 81 93 39 64 •S tation de navigation sur ordi marinisé 700€ - 06 77 54 51 15 • T aud de soleil en PVC 2 60x2 30 50€ - 06 81 93 39 64 RECHERCHE : •M oteur hors-bord 50 cv occasion - 06 16 27 32 28 • É léments de bateau HS ou USES pour déco jardin 07 85 27 81 87 DONNE : •G ilet pour chien (15 kg max) Bon état sauf 2 boucles - 06 12 40 33 42

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE

29


BULLETIN D’ADHÉSION

ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE Digue du Lazaret 17000 La Rochelle - Tél. : 05 46 44 48 61 Site Web: www.aplr.fr - E-mail: aplr17.asso@gmail.com

.

NOM :.......................................................................................... Prénom : ...................................

Photo

Année de naissance : ..........

Propriétaire

Equipier

Adresse : ................................................................................................................. ................................................................................................................................... Code Postal :...................................... Ville : ........................................................ N° Tél Fixe : ....................................... N° Portable : ......................... ................... Adresse email: ......................................................................................................... PROPRIETAIRE:

Nom du bateau : ………………………………………….

Constructeur : .............................................. Longueur : ……………………

Voilier

Moteur

Modèle : ........................................................

Largeur : ……………………

Tirant d’eau : ……….

Assurance : ……………………… Ponton N° : …………….

Place N° : ……………

Propriétaire accueillant des équipiers :

Oui

Non

Intéressé par sortie pêche :

Oui

Non

Cotisation annuelle 2022 : Adhérent 58 € Donateur 150 € Bienfaiteur 500 € Payée par : Espèces Chèque N° : …………………… Virement IBAN : FR76 1170 6440 2642 1428 7300 054

Date et signature : Si vous rejoignez notre Association sur les recommandations d’un adhérent, merci de préciser ses nom et prénom : …………………………………………………………………….

Le montant de la cotisation annuelle « adhérent 2022 » est de 58 . Elle permet de bénéficier de :

• Deux invitations au Grand Pavois. • Participation aux activités, sorties groupées et conférences. • Perfectionnement : préparation de croisières voile et moteur, manœuvres de port et réglages de voiles. • Une assurance groupe tous risques pour vos bateaux à tarif préférentiel auprès de A.M.T.M. (Assurances MADER et Transports Maritimes), spécialisée dans le nautisme.

• Des réductions sur vos achats auprès de certains de nos partenaires et annonceurs.

30

VDP N° 163 • ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA ROCHELLE




Millions discover their favorite reads on issuu every month.

Give your content the digital home it deserves. Get it to any device in seconds.