Issuu on Google+


Chers amicalistes,

SOMMAIRE

Juin 2008, 235 amicaliste, juin 2009, 251 amicalistes, juin 2010, 256 amicalistes. Ce Edito 2 n’est pas la course au chiffre, c’est l’expresBienvenue 3 Aramis 4-5 sion du plaisir de nous retrouver, de par.......... 6-7 tager notre passion pour la moto, de nous Entre lacs et montagnes 8-9 apporter aux uns, aux autres, aide et souVirée à Bruges 10-11 tien dans les moments difficiles.L’article .......... 12-13 1er de nos statuts se vérifie pleinement « .......... 14-15 L’AMICALE PAN-EUROPEAN est une Puys et Monts d‛Auvergne 16-17 association régie par la loi du 1er .......... 18-19 juillet 1901, qui a pour but de réunir des .......... 20-21 propriétaires de PAN, afin de pratiquer la .......... 22-23 La Corse 24-25 moto (réunions, tourisme, rencontres in.......... 26-27 terclubs).» .......... 28-29 Nous avons des balades plus nombreuses Les musts de la Boutique 30 au programme chaque année, des particiLe Conseil d‛Administration 31 pations toujours à des niveaux importants malgré un fond de crise économique que nous percevons au travers de la préparation de la gestion budgétaire des balades. Lancez vous pour organiser une «régionale». Elle est un premier pas qui conduira peut être à une «nationale». Tout est possible dès l’instant que la convivialité est au premier plan.Prudence encore et toujours sur la route. Le circuit privé de Pau a fait une nouvelle victime. Jean-Luc DEL PUPPO, ta bonne humeur et ton dynamisme nous manquent déjà mais c’est aussi ce souvenir que nous gardons car c’est ce qui te caractérise le mieux dans toutes tes activités, famille, loisir, profession. Au revoir. Toutes nos félicitations aux épousés de ce cernier trimestre. Jean-Michel et Chantal PERUCHON. Olivier et Sabine GUINGNIER. Beaucoup de bonheur à tous quatre... et tous ensemble à l’Amicale Pan European. Et à très bientôt à notre Assemblée Générale à Anglet (64). Très amicalement,

Pascal Gallais. Page de couverture: Photo JPLP

2


Classement par date d‛inscription 26/06/2010

JOLY Laurent Frédérique FONTEYN Robert .......... CANTIGNEAUX Damien Evelyne PINTENA Michel Joscelyne MOLHO Benoit .......... PITRA Bernard Sylvie LE BRAS Bertrand M. catherine

31380 Garidech Midi-Pyrénées 7850 Enghien Belgique 7608 Wiers Belgique 64130 Mauleon Soule Aquitaine 30650 Rochefort Du GardLang-Roussillon 34470 Perols Lang-Roussillon 09160 Mercenac Midi-Pyrénées

Nous sommes heureux de vous accueillir au sein de l‛amicale Du 07/10/2010 au 10/10/2010 Assemblée Générale 2010 à Anglet.

Inscrivez-Vous Vite !!!

3


ARAMIS B

onjour,

Je m’appelle Aramis, je suis un bichon de trois kilos, mais aujourd’hui, j’étais un chien de berger, et j’ai mené tout seul la transhumance de 23 motos Pan european. Alors voilà, juché fièrement sur mon réservoir, j’étais le boss. Et le plus amusant, c’est que j’ai tellement bien dressé « mes moutons » qu’ils arrivaient à se guider tout seul. Mieux que Panurge, ils s’arrêtaient chacun à tour de rôle pour guider le troupeau. Grâce à mon esprit d’organisation hors du commun, j’ai réussi à me-

4


ner mes troupes s’abreuver dans la belle ville de Meaux Meaux. (Merci Alain et Merci Loïc). Mais avant cela, il fallut rassembler le troupeau, dès l’aube, et certains moutons venaient de loin. Mais c’étaient des amis, je savais qu’ils seraient là à l’heure. À lors à 8H30, on prenait la route, j’avais l’œil ouvert et le bon, il fallait pas perdre une bête sur la route, mais il fallait aussi protéger, alors tel un Patou, j’aboyais aussi fort que je pouvais sur les cyclistes qui s’approchaient trop près de nos motos. Vers dix heures, premier arrêt en pâture, ou la bétaillère combi WW nous attendait avec le café, le thé, les crois-

5


sants, les petits pains, … je les aime mes bêtes, alors je les soigne bien. Nous reprîmes la route par les chemins détournés, longeant la marne, et sinuant dans les sous-bois. Nous traversâmes ainsi moultes villages, plus typiques les uns que les autres, nous dévoilant ici une magnifique maison de maître, là-bas les ruines d’une église romane. Et quelle fierté de provoquer le sourire des enfants, ou le salut des villageois. Le troupeau fut ensuite mené dans une très jolie « aubergerie », où nous fut proposé un succulent repas qui n’avait pour seule rivalité que l’accueil du maître de céans.

6


Après une telle pitance, il fut très difficile de reprendre la route, MON DIEU, IL PLEUVAIT, LES MOUTONS ALLAIENT FRISER. Ouf, beaucoup de bêtes, Patrick, Gilles, Franck, avaient déjà été tondues. Donc en route vers l’étape suivante… Nous arrivâmes donc tranquillement à La Ferté Millon, au pied d’un château en ruine, victime des dernières émeutes des banlieues. Je ne pouvais pas séparer le troupeau sans les abreuver d’un dernier verre de l’amitié. La prochaine transhumance, je la délègue aux bergers belges, à Bruges. À bientôt mes ovins adorés.

. 7


ENTRE LACS ET MONTAGNES A

près une nuit agitée, « je sais à quoi vous pensez » par le désir de partir, le réveil nous rappelle que nous avons 300 km à faire pour rejoindre le point de chute choisi par Joseph et Françoise. Le suivi des infos météo, les jours précédents, nous promet le soleil sauf le vendredi, jour du départ. Quand-on en prend beaucoup, on appelle ça la flotte, et la flotte nous a tenu compagnie jusqu’à l’air du Jura où nous avons pris plaisir à nous réchauffer pendant un bon repas (arrosé, nous y étions). Bientôt le Lac Leman puis Evian, et après une montée en direction de l’hôtel Bellevue à Thollon-les-Mémisses nous apercevons JJoseph et François een conversation avec lles premiers arrivés. Q Quel plaisir de rettrouver le sourire et lla gentillesse de nos aamis organisateurs et ddes autres. Pour nous cc’est toujours un mom ment fort de retrouver lles amicalistes pour parler de tout et de rien, mais c’est tellement bon, et puis la beauté du site d’accueil s’ajoute à ce plaisir. Françoise nous tend un sac dans lequel nous trouvons la documentation et un magnifique Reblochon, celui-ci passera le grand week-end sur le balcon derrière les volets en attendant une fin rapide. Au cours du repas du soir Joseph présente le programme de la journée de demain, tout en expliquant le rôle de chacun et notamment celui des régulateurs. Le samedi matin à 8 h 00 les motos s’alignent et la file s’élance, la température s’affiche au plus bas à 3°C, le ciel est bleu, le froid est alors oublié par le plaisir de rouler, de découvrir ensemble. Les routes sont si8


nueuses et les villages traversés s’éclairent au soleil levant. À Châtel un magnifique chalet dont le bois est ciselé comme de la dentelle attire mon regard, plus loin nous passons la frontière suisse sans problème. De décente en montée, de plaine en forêt, nous roulons jusqu’à Monthey, puis le col de la Croix à 1732 m, et sur un magnifique plateau où Joseph et Françoise décident l’arrêt pause-café au restaurant «Les Mazots». En face une chaîne de sommets enneigés, magnifique paysage que les Diablerets. Après cet arrêt, nous reprenons la route, les villages sont tous si beaux, fleuris et les prés doivent être tondus à l’aide d’un gabarit car l’herbe des champs est aussi entretenue que le gazon des habitations. Peu avant midi, nous arrivons à Gruyère, au parking après l’alignement traditionnel des motos, nous arpentons le chemin qui mène à la cité magnifique village fortifié surplombé d’un château. Après un bon repas au restaurant des i bbaignant i ddans une Remparts, dont la spécialitéé est lle dé désert, une meringue double crème de la Gruyère, nous redescendons récupérer nos montures pour aller visiter la maison du gruyère en bas du village, puis par le col des Mosses, nous nous dirigeons vers la laiterie de l’Estivaz. L’Estivaz est un fromage au lait cru, non transporté, fabriqué au feu de bois dans les chalets d’alpage. La ballade se termine par un retour en passant par Aigle avec ses vignes en coteau et son château du XIIe siècle, puis le lac Leman et Evian pour faire le plein des motos. Le soir, c’est avec bonheur que l’on se retrouve, autour des tables, affamé par cette journée de plaisirs partagés.

Guy et Yolande. 9


Virée à BRUGES « De tous les peuples de la Gaule, les belges sont les plus courageux ». Il avait raison, le Jules César, il faut etre courageux pour affronter leur « temps de brin ».Bruges par exemple a du creuser des canaux pour évacuer toute la pluie qui tombe. Y a que sous les ponts qu’il ne pleut pas tous les jours. Nous y reviendrons, parce qu’au préalable, il y eut, la veille, l’arrivée de la horde dans la capitale des Flandres. Un premier arret au pied du beffroi de l’hotel de ville de Lille. Les beffrois du nord ont tous été construit pour surveiller l’arrivée des envahisseurs, mais cette fois ci, ça n’avait pas fonctionné, Les barbares Franciliens étaient là. Il ne nous restait plus qu’à prendre quelques photos de la porte de Paris, quel beau symbole du rapprochement interrégional.

La seconde étape fut la place de la république. république Suscitant le vif intéin rêt des touristes en goguette, Les motos se garèrent a mis chemin entre la préfecture et le palais des beaux arts , symbolisant ainsi certains chefs d’œuvre en péril qui bossent pour la préfecture.

10


Pour la troisième étape, nous nous dirigeâmes vers l’opéra. Ce n’est pas que nous avions envie de chanter, mais nous avions envie de siffler……..une bière.

Quelques ques heures de repos, repos et nous nous retrouvions pour une u soirée à l’escale des Flandres.

11


(eh oui, ça c’est de l’organisation,le sens du détail, la Flandre jusqu’au nom du resto, quel talent ces organisateurs).

Comme on peut le voir, le diner, comme le dirait Astérix … …et sobre comme les gens du Nord, jamais plus d’un verre à la fois. En parlant de verre, remercions encore nos organisateurs Philippe et José, pour être nés respectivement les 1er et 3 mai, ce qui nous e valut une tournée générale au Cham-pagne.

s Ce n’est certes e, pas de la biere, mais c’est pas mall quand même.

12


Dimanche 2 Mai, départ des motos sous un soleil radieux et des températures estivales (6°C). Après une dizaine de kilometres, passage de la frontière belge, et là, première spécialité locale : la drache. Les pan è t à bon b port, t dans d l belle b ll étant étanches, elles nous emmenèrent la ville de Bruges. Je passerait l’épisode sur l’état des autoroutes belges, c’est tout un roman, il parait qu’il vont en faire une étape du Dakar. Même les cyclistes spécialistes des pavés du nord n’osent pas rouler sur les autoroutes belges. Les mauvaises langues disent que si la Belgique éclaire ses autoroutes, c’est pour montrer où sont les endroits où il n’y a pas de trous. Donc, nous arrivâmes à Bruges, c’était ducasse, autre spécialité régionale. Pour faire couleur locale, nous adoptâmes les coutumes locales ( on marche cent mètres, on s’arrête au bistrot) Une fois réchauffés, ce fut la visite d’une ville magnifique, où, entre calèches et ruelles étroites, le temps semble s’être arreté il y a plu-

13 3


sieurs siècles. A Bruges, on ne peut pas tourner son regard sans voir plusieurs siecles d’histoire.

La photo de groupe, désormais traditionnelle sur la place monacale On dit que Bruges est la Venise du Nord, mais je reste persuadé que Venise est la Bruges du Sud. La balade sur les canaux fut un instant mémorable, je crois que

14


personne n’oubliera le pilote du bateau, un savant mélange entre humour et philosophie. Il nous fit rire en racontant quand il n’y avait rien à raconter , à se moquer de la tristesse des visages des touristes sur les autres bateaux… mais pour la petite histoire, saviez vous que c’est Aline qui a choisi CE pilote, juste parce qu’il avait les cheveux long ?

Apres cela, une dernière flanerie dans les rues commerçantes, un dernier musée…..

…. Et il fut temps de reprendre la route route.

C’est sans trop de tristesse que nous nous quittions là où la la balade avait commencé, car nous savions que la prochaine rencontre est toujours proche.

15


Puys et monts d’Auvergne Jeudi 13 mai 2010 Murat 14 H : toute la troupe est au rendez-vous malgré une météo peu prometteuse. Toujours heureux de nous retrouver, nous découvrons avec grand plaisir de nouveaux amicalistes. Plan A : montée au Plomb du Cantal par le téléphérique. Le brouillard et la pluie nous amènent très vite à envisager le plan B. Plan B : montée au Pas de Peyrol pour admirer les magnifiques points de vue du Puy Mary. La route, ouverte la veille, nous réserve bien des surprises : brouillard, murs de grésil Pas dde point de vue, d neige, i et, t cerise i sur lle gâteau, ât é il au sommett ! P pas d’arrêt, pas de photos !! Pour autant, nous respectons l’itinéraire prévu : ce n’est pas un flocon… voire même plusieurs qui arrêteraient des panistes ; la suite nous le confirmera. L’apéro de bienvenue se révèle particulièrement … bienvenu. Cette météo rigoureuse a au moins un grand mérite : la chaleur s’installe immédiatement dans le cœur des participants. Et c’est dans la bonne humeur que nous nous installons à table : le séjour s’annonce gastronomique. Nos hôteliers, nouveaux panistes et futurs adhérents, nous ont concocté de délicieuses spécialités.

16


Vendredi 14 mai 2010 Tout aurait débuté il y a quinze millions d’années, lorsque les volcans dessinaient à leurs gré, sous leurs coulées de lave, les paysages d’Auvergne. chateau de Val En ce début de journée, revitalisé par un bon « p’tit dèj. », il me tardait d’aller à la découverte de cette toile . Tirant sur une ultime bouffarde, nous incorporons le groupe des participants pressés d’entamer les premières sinuosités du ruban. Bort les Orgues dévoile ses atours, sa retenue d’eau est l’une des plus importantes d’Europe, en contrebas la cité s’étire dans la vallée. Guy et Chantal nnous guivers ddent Lanobre ou L nnous avons visite la organisée dd’une laiterrie. Comme toute visite to site dd’un agro-alimentaire, nnous voilà les motos au lioran

17


affublés de blouses, surchaussures & la fameuse charlotte (couvrechef),instants clownesques et éclats de rires assurés. Le St Nectaire nous dévoile ses secrets et fumets puis le lutte contre le froid Château de Val campé sur la rive du lac de Bort nous accueille, Majestueux !!!!, Jean Marais et Bourvil lui avaient rendu hommage lors du tournage du film le Capitan. La photo du groupe mémorise cet instant puis nous nous dirigeons vers le restaurant . Le repas est un régal et les convives, repus, se délassent un peu avant de poursuivre leurs pérégrinations motardes vers le Mont Dore, une des cités phares du Sancy. Chambon et son lac font l’objet d’une courte halte réparatrice, pause café pour les uns et détente pédestre pour les autres. Urgo, le compagnon canin de Raphy et François en profite pour faire trempette sur la rive, les canards, quant à eux, ont beaucoup moins apprécié. Le tour du massif du Sancy est du pur bonheur, le soleil et la fraîcheur permettent à nos Panistes de découvrir ses vallées fleuries de jonquilles, l’enchaînement des virolos ajoute au plaisir. La descente sur Murat n’est plus qu’une formalité, et la petite cité Auvergnate récupère ses pèlerins motorisés, repus de souvenirs et heureux de pouvoir faire perdurer la journée en partageant autour d’une bonne table. Vendredi déjà fini, vivement Samedi.

18


Samedi 15 mai 2010 Prologue La préparation Je me présente, Gérard, j’ai été désigné d’office, par qui ?, il devait y avoir une cabale, pour faire le reportage de cette journée qui doit nous mener de Murat à Murat en passant par le mont Mouchet, le viaduc de Garabit et Chaudes Aigues. Chapitre 1 On est ou ? Le départ vers le mont Mouchet est prévu pour 8h30, mais à la suite d’une panne d’oreiller, nous nous réveillons mon épouse et moi à 8h10, en 20 minutes montre en main nous nous préparons, nous sommes prêts à 8h30 sur les motos et nous ne sommes pas les derniers, d’accord nous avons sauté le petit déjeuner mais avec les repas que nous ont concoctés Raphy, François, Chantal et Guy depuis 2 jours nous pouvons sauter le petit déjeuner. Bizarre il ne pleut pas ce matin et nous baignons dans la douceur Auvergnate (c’est la même que la douceur Angevine avec 15° de moins). Nous partons donc tous les équipages sauf 3 ; Serge ayant crevé est parti à Aurillac pour changer de pneu et 2 autres dont je tairai les noms qui ont été tire au flanc l’ont accompagné au lieu de venir affronter la neige, les zéro degré le troupeau arrive au mont Dore et le brouillard du mont Mouchet. Que dire du paysage du mont Mouchet ? C’est blanc, mais blanc de blanc. On est parti de Murat sur une belle route sèche puis humide puis carrément mouillée, la route devient étroite, ça monte et on n’y voit plus rien « Brouillard », que du bonheur. Personnellement je ne vois plus que les feux de la moto qui me précède. On imagine que l’on monte car le thermomètre indique successivement 4 puis 3, 2 reste longtemps à 1 et bingo zéro. Là on s’arrête. Pourquoi ? Parce que l’on est

19


sur le parking, je ne l’avais pas vu, nous sommes arrivés. François, tel un grand orateur, nous annonce que le mémorial est devant nous, qu’il y a une auberge à 20 mèdéguisés pour la visite tres sur notre gauche et un peu plus loin le musée, pour ne pas le vexer nous acquiesçons tous mais je vous assure qu’on n’y voit rien du tout. Imaginez : vous êtes as-sis dans vo-tre fauteuil il (car sur lee siège de noss motos nouss sommes bien n assis), danss votre doss vous ouvrezz votre congé-lateur, vouss tendez de-vant vous un n drap blanc et Mémorial du mont Mouchet bien vous êtes au mont Mouchet le 15 mai à 10 heures. Nous entrons visiter le musée de la résistance qui n’est pas chauffé mais nous paraît très confortable. Nous essayons de nous recueillir dans ce lieu très émou-

20


vant mais c’est pour ainsi dire impossible avec le vacarme et les rires de mesdames qui se servaient des wc comme vestiaires. Chapitre 2

La croisière s’amuse

Retour vers la civilisation et la chaleur. Nous redescendons vers le viaduc de Garabit ou le bateau « Emmanuel IV » ainsi qu’un groupe du 3ème âge limite 4ème, les « T’as mal ou » nous attendent sous un soleil timide (Et oui il existe). J’espère que l’Emmanuel IV ne s’appelle pas Titanic II car Embarquement pour un déjeuner au fil de l’eau avec le froid ambiant il y a peut être des icebergs dans la Truyère. Après la bénédiction de Kléber qui parcourait les coursives, nous quittons en bateau le pont érigé par Gustave Eiffel et partons pour une balade au fil de l’eau de 50km jusqu’au château d’Alleuze. A bord nous dégustons un excellent repas (encore un), bonjour les kilos. Nous entonnons en chœur les chansons interprétées par la vedette locale que vous pourrez entendre si vous achetez le cd en vente chez tous les bons disquaires du Cantal du Nord, son grand succès, le « T’as mal ou » très bien adapté au groupe qui nous accompagne dans la salle située sur le pont inférieur et dont un spécimen qui avait du être passé à tabac vu son visage tuméfié et qui n’avait pas bu que de l’eau, est venu se perdre dans notre salle. Pour terminer son tour de chant, notre animateur enchaîna par une bourrée Auvergnate accompagnée par les danseuses de l’amicale Corinne et Joëlle.

21


Chapitre 3

Enfin de la chaleur

En route pour Chaudes Aigues où nous allons enfin rencontrer la chaleur grâce à la source du Par où l’eau coule à 82°, mais avant d’arriver à Chaudes Aigues la route n’est pas droite et nous nous réchauffons en balançant nos motos de gauche à droite en essayant de garder le contact avec les équipages qui nous précèdent. la neige n’est pas loin

Chapitre 4 Murat le retour Le retour sur Murat s’effectue par Pierrefort, seul Jacky ayant déjà eu chaud avant Chaudes Aigues préfère rentrer par la route directe plus rectiligne ; le reste de la troupe s’engouffre à vive allure sur la route en lacets, les passagères tressautent sur leur selle et celles qui ont l’habitude de piquer un petit somme à l’arrière des motos vont arriver fatiguées car aujourd’hui on se tient et on ne dort pas. Ouf…. Au loin apparaît le Rocher de Bonnerie avec sa vierge. Nous sommes arrivés à Murat. Epilogue Après de bonnes douches et de bons bains chauds, nous nous retrouvons au bar avant d’aller dîner. Il est 20 heures et le patron (futur Amicaliste) attend que l’équipe soit complète pour servir la délicieuse potée maison Pour terminer, je tiens à remercier nos deux couples d’organisateurs. C’était pour moi ma première nationale et je ne peux en prendre que des leçons, merci à mes 4 professeurs Raphy, François, Chantal et Guy sans oublier Urgo. Dimanche 16 mai 2010

22


Les organisateurs nous ont accordé une grasse matinée : aujourd’hui, départ à … 8h45 ! Mais comme il faut préparer et charger les bagages, on ne voit pas beaucoup de différence avec les jours précédents. Ce qui change beaucoup, c’est qu’on aperçoit de temps en temps le soleil, oh certes très timidement, mais le contraste est tel que nos cœurs s’en réjouissent. Après avoir salué nos hôteliers, avec lesquels nous avons tous bien sympathisé, nous voilà partis, à l’heure dite, pour une traversée du magnifique plateau du Cézallier. C’est une terre d’estives, sauvage et habituellement peuplée de grands troupeaux de vaches et de chevaux. La route serpente à travers les parcelles et nous amène tranquillement au parc animalier d’Ardes sur Couze. C’est un petit parc très agréable, à flanc de coteau, où les enclos sont se fondent dans la nature environnante. En fin de matinée, nous rejoignons la « civilisation » dans une auberge accueillante pour le dernier repas du séjour : on nous l’a fait « light », jambon de pays, on n’oublie pas les anniversaires t r u f f a d e énorme,salade, saint nectaire et tarte aux pommes. Peut-être que la chantilly sur la tarte était superflue … ! Le retour va être dur : attention à la sieste intempestive. Nous profitons de ce dernier moment de convivialité pour fêter les anniversaires de Kléber et de Corinne dans un concert de hourras ! C’est l’heure des au revoir, tout le monde s’embrasse, content d’avoir partagé d’aussi bons moments. La prochaine fois, on revient …!

Gérard. 23


LA CORSE Devant l‛importance en nombre de participants et en durée de cette magnifique balade en Corse, nous vous présentons une première partie des comptes rendus les plus originaux, la suite sera dans le prochain numéro. Merci à Lucette et Max pour ces moments inoubliables racontés dans cet épisode par nos nouveaux amicalistes Sylvie et Bernard «Bellatrix sur le forum» et par Jean Luc «filobut62». Des drôles de numéros... N Nous sommes en juin 2010 2010, toute la Corse eest Corse ! Toute ? Non ! Un petit village, lle Belambra, peuplé d’irréductibles se ppréparent à sillonner les routes de haute Corse, on les appelle… Les Panix C T Te’’e à t’ibord !! Co’sica ! Les vaivaivvaiiii incessants des pirates auraient mérrités un abordage comme il se doit, mais lles Panix arrivés à bon port et heureux dde toucher l’île de beauté, s’empressent dd’enfourcher leurs montures et sous la hhoulette du chef Maxaracourcix rejoignent lle village. Par Toutatis !! Quels merveilleux paysaP gges ! La montagne se jette dans une eau tturquoise par endroit, la luminosité transccende une palette de couleurs qui ferait ppâlir Cléopâtre, les senteurs aiguisent nos ssens , VIVA CORSICA !!! Le ciel ne peut ppas nous tomber sur la tête ! Les irréducttibles se retrouvent à la nuit tombante pour sse conter leurs exploits. Rencontre improbbable à Morosaglia de Occatalaurenbellatcchixtchix et son a capella Corse, accoudé à la fenêtre du café, narrant la vie de son vvillage fier d’avoir vu naître Paoli, et le vvillage de Ste Lucie ou le déjeuner chez le

24


maire de Nonza fut un grand moment. Aux hasards des routes, les indicateurs ‘bouseux’ d’incroyables surprises au détour de virages (cochons sauvages, vaches , groupe d ‘ Harley ) , rencontre du troisième type . Là-bas, les Panix ont découvert un fameux breuvage à la châtaigne ‘la Pietra’ mieux que la cervoise tiède mais se conditionnant de la même manière en tonneaux. Personne n’est tombé to dedans petit et sous l’objectif de zèrozèrosix zè (JPLP), on n’échappe pas au souvenir ni à la plume de Bassotri . Le soir au banquet, ils sont tous trix là là… Arssouillus Claudius, vaillant su la route, Panarmandramix ( JL ), sur sa magnificence et sa sportivité routiè , Jacquegpsix (défenseur du GPS tière be belge !) et Eveprisedevix venant de co contrées lointaines, les Galantejurix et leur inoubliable histoire du casque à la mentonnière mystérieuse, Renérix da ses braies bordeaux et blanches en dans pr provenance des derniers magasins de Lu Lutéce, Obéfrancix et son incroyable av aventure des bouchons d’oreilles ou de nez, et tous les autres irréductibles

’ bli !!! Les L belles b lles que nous n’oublions pas!!!… es, rencontres, le rire aux larmes, les balades, es, les Corses et leurs spécialités culinaires, us la bonne humeur: mission réussie… Nous avons trouvés l’antidote à la morosité. A la lueur d’une semaine exceptionnelle se adessine les silhouettes des irréductibles Paux membres’ nix levant leurs breuvages aux ‘nouveaux membres’. On s’éloigne à pas feutrés du banquet, Francktourix, le barde, attaché et bâillonné au pied d’un grand arbre... C’est Phénoménal !!! en ombre chinoise les sangliers sacrifiés. Le crépuscule mordore la crête des montagnes, le souffle du vent caresse les mimosas. La Corse a laissé entrevoir son écrin… entre ciel bleu et mer azurée… parfums et couleurs acidulés, merci à Max et Lucette pour cette magnifique aventure et merci à vous tous de nous avoir considérés comme des irréductibles Panix….

Sylvie et Bellatrix. 25


26


27


On a été en Corse... C’est un beau pays parce qu’il faut prendre le bateau qui s’ouvre derrière avec plein de monsieurs Italiens qui crient « vai, vai » dans son ventre. Il y avait des mobylettes avec des grands guidons et des sacoches en cuir qui font plus de bruit que les Pan avec des hommes tatoués et quelquefois des dames aussi. On est arrivé à Bastia avec du retard mais le soleil était à l’heure. C’est rigolo mais on se sent tout de suite chez soi.

Il y a des palmiers, toutes les dames sont en noir et les hommes ont les cheveux tout noirs et du cordon Pickford et une bouteille de gaz qui dépasse de leurs poches. Monsieur Max il avait dit qu’il faut qu’on aille à un col mâter. Après on est arrivé à la belle Ambra et on a rangé nos affaires. On avait chacun une petite maison avec plein de lits et c’était bien. Et pis on est allé manger au réfectoire, même qu’on pouvait manger quesqu’on voulait : moi j’ai prendu 2 fois ce que j’aimais bien. Et pis, après le repas, y en a des qui sifflaient et qui faisaient du bruit et ils m’ont entrainé près des pompes à bière. Ma grand-mère, elle disait toujours « on ne siffle pas dans une maison, ça fait pleurer la Sainte Vierge » eh bien, elle a du beaucoup pleuré paske qu’est qu’on a sifflé ! Et puis le lendemain, tous les hommes ils ont pris les motos (pourquoi les dames elles on pas le droit ?) et ils sont reviendus que le soir. Il paraît qu’il y a des dames qui ont pleuré paske les monsieurs y z’ont roulé trop vite près des ravins. Et pis le soir, près des pompes à Pietra, il y avait un monsieur qui parlait tout le temps et que les autres ils ont dit qu’il était « phénoménal ». Le lendemain matin, quand j’ai prendu ma moto, j’avais 2 casques l’un au dessus de l’autre. On est allé manger dans un restaurant au bord de l’eau que Mr Bonnet il avait pas démoli. C’était bien, je me suis faisu plein de nouveaux copains et copines. C’est rudement beau la montagne Corse mais c’est un pléonasme : la Corse, ça n’est qu’une montagne où il y a plein de motos qui se croisent sans presque jamais se toucher. Et pis après, on a reprendu le bateau et j’étais triste mais j’y retournerai.

Jean Luc. « Filobut62 » 28


29


e u q i t u o b a l e d s t s u m Les Bon de commande à télécharger sur le site

http//amicale-paneuropean.com

1

2

4

3

5

1 - Chemisette Femme 2 - Casquette 3 - Polo Homme 4 - Polaire sans manches 5 - T-shirt Femme

ref F12 :Prix 25,00€ ref U12 :Prix 8,00€ ref H14 :Prix 20,00€

ref U11 :Prix 25,00€ ref F11 :Prix 15,00€

30


LE CONSEIL D‛ADMINISTRATION Frédéric MACAIRE Trésorier

Pascal GALLAIS Président Michel CUSSET Vice Président

Max CARBONEL Secrétaire

Loïck CHALME Trésorier Adjoint

René HANTSCH Correspondant Pan Gathering

Sylvain BERNARD Secrétaire Adjoint

Jean-Pierre LE PECHEUR Rédacteur PanInfo

Jean-Michel PERUCHON Responsable boutique

Controle de Gestion Kleber CLEMENCEAU Michel GOUFFRAND

DELEGUES REGIONAUX

ALSACE AQUITAINE AUVERGNE BOURGOGNE BRETAGNE CENTRE CHAMPAGNE-ARDENNES FRANCHE COMTE ÎLE DE FRANCE LANGUEDOC ROUSILLON LIMOUSIN LORRAINE et LUXEMBOURG MIDI-PYRENEES NORD BASSE NORMANDIE HAUTE NORMANDIE PAYS DE LA LOIRE PICARDIE POITOU-CHARENTES PROVENCE-ALPES-COTE D‛AZUR RHONE-ALPES

René HANTSCH Olivier GUINGNIER, Loïck CHALME François BOUCHER Jean-Christophe MAURY Gilles CHAUMONTEL Gilles DROUET Guy ROLLE Alain BOUDIER Benoit LUNEAU, José MENDES. Bernard VABRE, Stéphane DOBIGNY, Dominique RAYNAUD Françis MICHEL Patrick LEMOINE Laurent DESCHODT Michel TARDIVOT Thierry DANET jean-Michel ROCHER Guy PLONQUET Roger COQUILLAUD Max GIRAUD Pierre HESNAULT, Laurent VERNI

BELGIQUE ÎLE DE LA REUNION

Jean MICHIELS André LATCHOUMANE

REDACTION Jean-Pierre LE PECHEUR ( JPLP )

31


94800 VILLEJUIF +336.03.61.86.05 http//amicale-paneuropean.com president@amicale-paneuropean.com paninfo@amicale-paneuropean.com

Imprimerie Desseaux & Fils 01 39 98 25 00

5, Rue Marat


Pan info n° 55 juillet 2010