Issuu on Google+

Petits deĚ broullards.indd 1

30/05/08 11:52:39


SOMMAIRE

Habiter – une condition humaine du XXIème siècle

p 3

Bref historique du programme Habiter

p 3

Objectifs du programme

p 5

Quelques thèmes-clés

p 5

Quelques disciplines scientifiques

p 5

Le site www.habiter21.org

p 6

Les Panoptisons – des ateliers créatifs de production à l’attention des enfants et des jeunes

p 11

Le programme d’actions 2009-2010

p 13

Formations nationales à la démultiplication Séminaire national Habiter L’exposition nationale Habiter Vers un livre Habiter

Chiffres-clés du programme

p 14

Les indicateurs quantitatifs et qualitatifs

p 14

Grandes lignes du calendrier

p 14

Le conseil scientifique

p 15

Les partenaires du programme

p 15

Éléments de bibliographie

p 15

2

Petits débroullards.indd 2

30/05/08 11:52:42


HABITER – UNE CONDITION HUMAINE DU XXIE SIÈCLE « Habiter est le propre de l’Homme » » (Martin Heidegger) Notre pays, mais avec lui le monde, s’urbanise tendanciellement. Les conditions de la vie en commun mutent. Les contraintes écologiques, énergétiques, culturelles, sociales et politiques représentent des défis colossaux. La condition urbaine est bien la condition de l’être humain du XXIème siècle. Imperceptiblement, nos façons de vivre ensemble et de concevoir ce vivre ensemble évoluent sans que l’on sache porter sur ces évolutions un regard rétrospectif et prospectif. D’un côté des procédures de participation et de concertation émergent, établissant de nouvelles règles de définition de l’intérêt général comme d’intégration de paramètres complexes (dimensions interculturelles notamment). De l’autre, les chamboulements de l’organisation de nos sociétés (économiques, politiques, sociaaux) font apparaître de nouvelles tensions (nouveaux conflits de voisinage, précarité, solitude, ghettoïsation...). D’un côté, la gestion urbaine de proximité fait l’objet d’une multitudes de travaux et d’expérimentations locales, démontrant l’intérêt que les autorités et les habitants portent sur ce sujet, dans un sens où chacun accepte de perdre un peu de son pouvoir pour participer de l’émergence d’un projet commun, où la créativité et l’imaginaire sont au service de ce projet humain.

De l’autre, le métier d’architecte, celui d’urbanisme sont appelés à changer de façon assez notable. Celui de citoyen tout autant. Pour un mouvement d’éducation populaire comme celui des Petits débrouillards, contribuer, modestement, à ce chantier, signifie aborder toutes les questions sans tabou, parier sur l’intelligence de nos concitoyens, notamment des jeunes, engager un dialogue critique entre les connaissances scientifiques les plus pointus et les savoirs profanes et d’usage. C’est multiplier les formes de médiation, de dialogue, modéliser des outils éducatifs souples, interactifs et valorisant. C’est mettre en situation de production de contenus et de sens les enfants, les jeunes, les adultes, en fonction de leurs représentations mentales, fruit de parcours personnels et collectifs, d’histoires et de cultures multiples. Le programme HABITER est à la croisée des chemins des sciences de la nature (physique des matériaux, biologie, chimie, informatique...), des sciences humaines et sociales (géographie, psychologie, histoire, linguistique, sociologie, anthropologie...) et des enjeux démocratiques (la ville ne peut plus se faire et se penser sans les habitants). HABITER constitue un terreau exceptionnel d’expériences humaines qui ne demandent qu’à éclore.

« C’est parce que l’homme habite que l’habitat devient habitation » » (Thierry Paquot)

BREF HISTORIQUE DU PROGRAMME HABITER « Si l’on nous demandait le bienfait le plus précieux de la maison, nous dirions : la maison abrite la rêverie, la maison protège le rêveur, la maison nous permet de rêver en paix » (Gaston Bachelard) A propos du contexte social et territorial Depuis le début des années 1990, la proportion de ceux qui partent en vacances stagne, après avoir augmenté pendant des décennies. La civilisation des loisirs est encore lointaine pour les 4 Français sur 10 qui ne quittent pas leur domicile. En 1999, plus de 23 millions de

Français n’ont pas pris le chemin des vacances. Pour comparaison, de 1994 à 2001, la population des 5-19 ans dans la population française baisse de 1,5% et le nombre de mineurs en centres de vacances baisse de 17,6% (DEP Jeunesse & Sports 2004).

3

Petits débroullards.indd 3

30/05/08 11:52:43


Les temps libres deviennent de plus en plus des organisateurs spatiaux et sociaux structurants de notre société. Pour des raisons économiques et d’accessibilité, tout le monde ne participe pas à la culture généralisée de la mobilité des loisirs et des inégalités profondes se creusent entre les différentes catégories sociales ou d’appartenance à un territoire. Les outils d’actions sociales et les politiques publiques bâtis dans une visée de démocratisation et d’apprentissage par brassage social sont devenus inopérants. «« On a construit des stades, des théâtres, des piscines, des cinémas, des maisons de la culture, des maisons de quartiers, on a même inventé l’animation pour tenter de donner vie à d’immenses quartiers neufs et sans âme. Que doit-on faire maintenant pour répondre aux souhaits et besoins des familles et des jeunes? » » (Dossier d’étude N°61 – CNAF). En 1996, Les Petits Débrouillards organisent le séminaire «la culture scientifique et technique : vecteur d’insertion» à Rennes. À l’issue de cette rencontre, il est mis en évidence le fait que les enfants des quartiers dits «sensibles» (sites conventionnés en développement social urbain) ne sont que peu ou pas représentés au sein des activités de loisirs de l’association. Grâce à la mobilisation de nombreux acteurs et après deux années de réflexion, les «Cités Débrouillardes» voient le jour. En 2006, les Cités Débrouillardes fêtaient leurs 10 ans d’existence. 10 étés pleins de découvertes pour les enfants qui ne partent pas en vacances et qui ne fréquentent pas les structures de loisirs habituelles. Pour la seule année 2007, ce sont 60 000 jeunes qui ont pratiqué des activités de culture scientifique et technique dans 150 quartiers en France. Architecture, urbanisme, transports et déplacements, réseaux et énergie, déchets et recyclage, biodiversité, commerce et industrie, astronomie, son, eau, air, lumière sont autant de thématiques abordées. Une convergence progressive de différents partenaires : entre créativité, sciences humaines et sociales et développement durable Depuis 2003, ce qui allait devenir le programme HABITER s’est progressivement renforcé à partir de points de vue épars. • Dès 2000, le réseau des Petits Débrouillards s’engage dans le champ du développement durable (produits éducatifs, actions de sensibi-

lisation, formation, renforcement des conseils scientifiques, élargissement des thèmes) ; • En 2003, en lien avec le Ministère de la culture, expérimentations du plan d’actions « Artisans de la culture », sur l’intégration des sciences humaines et sociales dans nos processus éducatifs ; • Depuis 2006, en lien avec la Caisse des dépôts et consignation, développements d’ateliers de créations « scientifiques et artistiques » sur le regard que portent les jeunes sur leur environnement immédiat, notamment urbain (en 2 années, nous avons réalisé des ateliers dans 30 villes de France, à destination des adolescents de 13 à 18 ans) ; • Février 2007, à Rennes, séminaire national « HABITER » sur la vulgarisation des méthodes scientifiques en Sciences humaines et sociales ; • Décembre 2007, à Lyon (Ecole Normale Supérieure), séminaire national « Vers un programme national HABITER » où le réseau des Petits Débrouillards a opéré la synthèse sur ces 15 années de travail et d’expérimentations ; 2008 : densifier, renforcer & élargir ce programme éducatif – sortir du loisir pour s’ouvrir vers la société Après ces douze années d’expérimentation, trois constats sont apparus avec force : • au-delà des enfants de 6 à 13 ans, les offres éducatives pour les adolescents restent tragiquement faibles • au-delà des offres de loisir, louables et nécessaires, comment dépasser la « logique de l’activité » pour enclencher une dynamique d’éducation populaire où les adolescents se situeraient en producteurs de sens, en citoyens ? • d’un point de vue pédagogique, se focaliser sur le micro-local ne permet ni de relativiser ses points de vue, ni de s’ouvrir sur l’ailleurs et l’autre (souvent le juste à côté), ni d’enrichir ses modes de pensée, ses connaissances • enfin, ces actions manquent cruellement de visibilité et de valorisation de qualité, faute de moyens. Qualité, visibilité, renforcement : le triptyque HABITER Nous pensons avoir développé un nombre suffisant de projets locaux pour mesurer dans quelle mesure ce sujet, celui de l’habiter – et non de l’habitat – constitue, à nos yeux, à un enjeu éducatif majeur. Désormais, nous souhaitons valoriser, modéliser et qualifier toutes ces productions, tous ces projets, toutes ces réflexions, afin de leur donner la visibilité qu’ils méritent.

« Lumières, odeurs, sons, matières, espaces, souvenirs, utopies » 4

Petits débroullards.indd 4

30/05/08 11:52:43


OBJECTIFS DU PROGRAMME « L’interaction entre unité et diversité dans la gestion de notre espace commun, du niveau local au niveau mondial, est une nécessité imposée par les faits » (Michel Sauquet) Objectifs généraux • Favoriser, chez les jeunes, une lecture complexe, curieuse et approfondie de leur environnement immédiat ; • Renforcer leur capacité d’analyse ; • Renforcer leur confiance en eux-mêmes, leurs capacités créatrices ; • Développer des échanges intergénérationnels autour des notions de « vivre ensemble » (témoignages, histoires des lieux, patrimoine immatériel...) ; • Articuler la vision de l’habiter des jeunes avec les contraintes de leur environnement de vie ; • Intégrer ses réflexions et ses actions dans le cadre d’un développement durable et soutenable • Modéliser des actions d’observation scientifique sur les lieux de vie contemporains (privés et publics) par le biais d’une vulgarisation des méthodes scientifiques en Sciences humaines et sociales (observation participante, questionnaire) ; • Etablir des liens réguliers, directs ou virtuels, entre les jeunes et des spécialistes ;

• Valoriser les procédures de participation des habitant-e-s dans l’émergence de propositions sur l’évolution des lieux habités (logement, place publique, lieux communs, transports, lieux intimes etc) ; Objectif spécifiques • Former un collège de 30 animateurs/développeurs sur tout le territoire national ; • Sensibiliser/éduquer les jeunes aux outils du reportage, des interviews, des enquêtes, des analyses (dans un sens médiatique et scientifique) ; • Produire 100 « Panoptisons » par an à travers le territoire (voir définition plus loin) ; • Développer le site www.habiter21.org permettant de valoriser l’ensemble de programme, et créant des opportunités « ascendantes » pour des jeunes, à titre individuels et/ou collectifs de contribuer et de valoriser leurs productions.

QUELQUES THÈMES CLÉS • Droit • Foncier • Participation des habitants • Développement durable • Métiers de l’architecture • Mobilité • Banlieues

• Utopies urbaines • Ville invisible • Nomadisme moderne (habitat polytopique) • Imagination, imaginaire • Précarité • Mixité • Identité

QUELQUES DISCIPLINES SCIENTIFIQUES • Géographie • Linguistique • Biologie • Psychologie • Anthropologie

• Sociologie • Physique • Histoire • Sciences Politiques • ...

5

Petits débroullards.indd 5

30/05/08 11:52:43


LE SITE WWW.HABITER21.ORG

Sur la base d’un Wiki, le site www.habiter21. org donnera à voir/lire/entendre, par processus non discriminé et aléatoire, en fonction des requêtes thématiques ou géographiques, les productions des jeunes en ligne (Panoptisons, billets, blogs, productions d’ateliers) mais aussi des interviews, des contributions de personnalités, experts, scientifiques.

Calendrier : • Juin 2008 : divulgation officielle de la trame du site au congrès de Strasbourg des 6 au 8 juin • Été 2008 : tests et mise en place de la base de données • Novembre 2008 : inauguration officielle du site à Paris.

6

Petits débroullards.indd 6

30/05/08 11:52:44


7

Petits deĚ broullards.indd 7

30/05/08 11:52:46


8

Petits deĚ broullards.indd 8

30/05/08 11:52:47


9

Petits deĚ broullards.indd 9

30/05/08 11:52:52


10

Petits deĚ broullards.indd 10

30/05/08 11:52:53


LES PANOPTISONS

c Adrien Duquesnel 2008 - Panoptis Panoptison Le Sénat

Des ateliers créatifs de production à l’attention des enfants et des jeunes

Un Panoptison est un dispositif hyperlié qui articule une photographie panoramique à 360° (elle-même constituée de photos prises avec un appareil 24/36 classique), à un document sonore, le tout utilisable par l’internaute par le biais d’une navigation interactive. Le document sonore est quant à lui le fruit d’un atelier mixte (atelier d’écriture, atelier radio).

développement Liste des Panoptisons en développem (liste provisoire) : • la co-location • l’université • une maison de retraite • un foyer des jeunes travailleurs • un hôpital psychiatrique • une prison/maison d’arrêt • un foyer d’accueil des jeunes de la PJJ • une maternité • une école primaire • la rue • une cour de récréation • un repas en famille • des jeux entre amis • boire un verre dans un troquet entre filles • une manifestation • une mairie • les toilettes • la CAF • la Sécu • sa maison • son appartement • sa banlieue • son village • les champs, la campagne • les petits boulots • un cimetière • un lieu de soins intensifs pour enfants malades • le commissariat • les grands magasins • les petits commerces de proximité • les transports en commun • un transport privatif • la Vélib’ à Paris • un Tram • le métro • un co-voiturage • la poste • le roller... et autres transports alternatifs • la lecture pour soi • un loisir quelconque • une bibliothèque • un concert • une grande école • la grande bourgeoisie • un taudis (France) • un bidonville • un squat artistique • l’Assemblée nationale • le Conseil économique et social • son lieu préféré

Les productions peuvent être réalisées en un temps très court (une journée) ou lors de processus éducatifs plus longs (du week-end à l’année). Ce dispositif souple et réactif est adapté aux temps de vie des jeunes. Le fait de pouvoir visionner l’ensemble de son travail, en format définitif, en peu de temps, est essentiel, non pas comme une fin en soi, mais comme une tactique visant à stimuler le désir d’aller plus loin de produire de façon autonome selon ses envies. Exemple de calendrier territorial : • choix d’un ou plusieurs sites dans une région ; • mobilisation de jeunes, en lien ou non avec des structures intermédiaires ou des services territoriaux ; • mise en place d’un « atelier Panoptison-test » sur un week-end ; • en parallèle et en fonction du thème choisi, mobilisation de ressources expertes ad hoc ; • déroulement d’ateliers autonomes sur chacun des sites ; • valorisation en ligne ; organisation de soirées Panoptisons dans le quartier ; En parallèle : • Tenue de deux formations « démultiplication des panoptisons »

11

Petits débroullards.indd 11

30/05/08 11:53:02


12

Petits deĚ broullards.indd 12

30/05/08 11:53:09


LE PROGRAMME D’ACTION 2009 - 2010 « Souligner le caractère foisonnant des pratiques habitantes » Formation nationale à la démultiplication En juin et octobre 2008, deux sessions de 4 jours de formation « Programme HABITER » seront organisées à destination des directeurs et animateurs du réseau français des Petits Débrouillard, à Paris et Rennes. 30 professionnels seront formés à cette occasion aux questions suivantes : - compréhension des enjeux urbains contemporains - dialogue avec des architectes, urbanistes, techniciens, élus sur l’évolution des métiers et la prise en compte de la parole des habitants - formation aux formats « Panoptisons » - études de cas et ateliers de production-tests Séminaire national HABITER – vers une perspective de mobilité européenne des jeunes des quartier Afin d’évaluer la qualité du processus, ces forces et faiblesses, nos besoins et les évolutions requises, les ressources à mettre en oeuvre, nous organiserons, en partenariat avec la revue Urbanisme, en janvier 2009, à Paris,

un séminaire national de 3 jours réunissant les membres du Conseil scientifique, des étudiants en architecture de Paris et Lyon. Il s’agira de faire le point sur ce programme, les actions menées par le réseau des Petits débrouillards, rencontrer d’autres catégories d’acteurs, et de dessiner les axes de ses développements ultérieurs et stratégiques, notamment dans le cadre d’un programme de mobilité des jeunes des quartiers en Europe. L’exposition nationale HABITER Une exposition de 20 panneaux stimulant le débat sera conçue et produite par le réseau des Petits Débrouillards. Une étude d’exploitation sera effectuée pour l’année 2009. Nous y aborderons, par le prisme de la vision de différentes « disciplines scientifiques » l’état des données et des études contemporaines sur les enjeux sociopolitiques, économiques et écologiques des conditions de l’habiter humain. Cette exposition sera construite sur le modèle des expositions « Sciences et démocratie » et « Sciences et économie » que nous avons produites en 2005/2006 et dont voici 2 specimen.

QUI SAIT AGIR COMME UN MOUTON, SAIT SE COMPORTER COMME UN REQUIN. Pour certains économistes, nous agissons uniquement en fonction de nos intérêts personnels. Le marché représenterait simplement la somme de nos égoïsmes. Pour d’autres, nos comportements individuels et collectifs ne dépendent pas des mêmes logiques. Dans un monde où il est impossible de tout savoir, la seule solution pour prendre des décisions serait de «faire comme les autres »: acheter les mêmes objets (téléphones portables, habits), vendre ou acheter des actions au même moment. L’équilibre général du système serait donc fortement dépendant de l’état de « l’opinion ». Une montée d’angoisse collective peut ainsi engendrer des krachs dramatiques (Argentine en 2001) tandis qu’une euphorie massive peut emballer la machine, comme lors de la « nouvelle économie» de l’Internet des années 1990. La spéculation, principale source d’instabilité, ne serait donc pas l’apanage des «requins de la finance » mais de nous tous. Alors que nous avons le sentiment de n’être que les jouets de forces qui nous dépassent, celles-ci se nicheraient-elles au fond de chacun de nous ?

Spécimen expo sciences et démocratie

Vers un livre HABITER A partir de l’ensemble de ces matériaux, en partenariat avec notre maison d’édition Albin Michel, nous réaliserons un prototype d’un

Spécimen expo sciences et économie

ouvrage interactif « Habiter » (livret/CD) pour les 9/13 ans qui reprendra les productions des ateliers et l’exposition en problématisant et mettant en forme les contenus.

13

Petits débroullards.indd 13

30/05/08 11:53:12


CHIFFRES-CLÉS DU PROGRAMME • Public cible : les jeunes de 13 à 18 ans • Objectif quantitatif du nombre de jeunes ciblés en 2008 : 1500 • Lieu de réalisation : 50 villes françaises • Date de début de mise en oeuvre : juin 2008

• Durée de l’action : 2 années • Nombre de panoptisons : 200 en 2 ans • Nombre de professionnels formées : 30 par an • Nombre de contributions d’experts : 50

INDICATEURS QUANTITATIFS ET QUALITATIFS Indicateurs quantitatifs

Indicateurs qualitatifs :

Nombre de jeunes ciblés en 2008 : 1500 Nombre de Panoptisons : 200 en 3 ans (30 en 2008, 70 en 2009, 100 en 2010) Nombre de professionnels formés : 30 par an Nombre de contributions d’experts : 50 par an Nombre de projets mis en place sur la thématique : 50 en 2008, 100 en 2009, 100 en 2010 Nombre de documents publiés sur le site www. habiter21.org : 50 en 2008, 70 en 2009, 100 en 2010

Diversité des thématiques des Panoptisons Valorisation du programme, notamment à l’occasion de l’exposition nationale Habiter Nature des documents publiés sur le site www. habiter21.org. Part de la thématique dans les projets développés localement par les Petits Débrouillards

GRANDES LIGNES DU CALENDRIER Chaque année, de septembre à juin : ateliers dans les dispositifs de réussite éducative, dans les contrats urbains de cohésion sociale, dans les établissements «ambition réussite et d’excellence» et pendant les vacances en Ville Vie Vacances... • Début Juin 2008 : mise en ligne du site d’étape www.habiter21.org • Fin Juin 2008 : 1ère formation démultiplication (Paris) • Juillet 2008 : développement de la base de données HABITER • Été 2008 : 1ère phase d’ateliers de productions des enfants et des jeunes (ateliers Panoptisons) • Début Novembre 2008 : inauguration officielle du site www.habiter21.org

• Novembre 2008 : 2ème formation démultiplication (Rennes) • Janvier 2009 : séminaire d’étape HABITER • Mai 2009 : 3ème formation démultiplication (Toulouse) • Juin 2009 : événement d’étape (2 jours) sur Paris (Cité de l’architecture – sous réserve) • Juillet 2009 : mise en ligne de la version 2 du site www.habiter21.org • Été 2009 : 2ème phase d’ateliers de productions des enfants et des jeunes (ateliers Panoptisons) • Octobre 2009 : 4ème formation démultiplication (Marseille) • Juin 2010 : colloque et festival HABITER (2 jours et demi)

14

Petits débroullards.indd 14

30/05/08 11:53:19


LE CONSEIL SCIENTIFIQUE

M. Philippe Madec, Architecte conseil de l’Etat, enseignant à l’Ecole supérieure d’architecture de Lyon M. Thierry Paquot, Rédacteur en chef de la revue Urbanisme M. Didier Forêt, Délégation Interministérielle à la Ville

Mme Chris Younès, Sociologue M. Jean Furtos, Psychiatre, Directeur de l’Observatoire régional Rhône-Alpes sur la souffrance psychique en rapport avec l’exclusion Jacques Weber, Anthropologue et économiste, Directeur de l’Institut Français de la Biodiversité, Président du Conseil scientifique des Petits Débrouillards

LES PARTENAIRES DU PROGRAMME La Caisse des Dépôts et Consignation

La Revue Urbanisme

L’Acsè

Sans Blanc

La Délégation Interministérielle à la Ville

L’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne (ENSAB)

Le Ministère de la Culture L’Ecole Normale Supérieure d’Architecture de Lyon

L’Ecole des métiers de l’environnement (EME) Groupe Arkéa CMB

L’observatoire national de recherche sur pratiques en santé mentale et précarité (ORSPERE)

ÉLÉMENTS DE BIBLIOGRAPHIE

• Gestion de proximité et démocratie participative - une perspective comparative, Ed. La Découverte/Recherche, 2005, Bacqué M-H., Rey H., Sintomer Y. • L’architecture, Philippe Madec, Ed. Autrement Junior, 2004 • L’architecture du XXe siècle, Gérard Monnier, Ed. Puf/Que sais-je, 1997 • Le coyote, le renard, le geai et le pou, Philippe Madec, Ed. Sujet/Objet, 2004 • Le ghetto français, Eric Maurin, Ed. Seuil/La République des idées, 2004 • Le pire des mondes possibles, Mike Davis & Jacques Mailhos, Ed. La découverte, 2006 • L’homme spatial, Michel Lussault, Ed. Seuil, 2007

• L’intelligence de l’autre – Prendre en compte les différences culturelles dans un monde à gérer en commun, Michel Sauquet, Ed. Charles Léopold Mayer, 2007 • L’invention du quotidien, tome II – habiter, cuisiner, Michel de Certeau, Gallimard Ed. Folio essais, 1980 • Parias urbains, Loïc Wacquant & Sébastien Chauvin, Ed. La découverte, 2006 • Revue Urbanisme • Revue Rhizome (revue de l’Orspere) • Terre urbaine, Thierry Paquot, Ed. La découverte, 2006

15

Petits débroullards.indd 15

30/05/08 11:53:19


Notre pays, mais avec lui le monde, s’urbanise tendanciellement. Les conditions de la vie en commun mutent. Les contraintes écologiques, énergétiques, culturelles, sociales et politiques représentent des défis colossaux. La condition urbaine est bien la condition de l’être humain du XXIème siècle. D’un côté des procédures de participation et de concertation émergent, établissant de nouvelles règles de définition de l’intérêt général comme d’intégration de paramètres complexes. De l’autre, les chamboulements de l’organisation de nos sociétés (économiques, politiques, sociaux) font apparaître de nouvelles tensions (nouveaux conflits de voisinage, du voisinage, précarité, solitude, ghettoïsation...) Le métier d’architecte, celui d’urbanisme sont appelés à changer de façon assez notable. Celui de citoyen tout autant. Pour un mouvement d’éducation populaire comme celui des Petits débrouillards, contribuer, modestement, à ce chantier, signifie aborder toutes les questions sans tabou, parier sur l’intelligence de nos concitoyens, notamment des jeunes, engager un dialogue critique entre les connaissances scientifiques les plus pointues et les savoirs profanes et d’usage. C’est multiplier les formes de médiation, de dialogue, modéliser des outils éducatifs souples, interactifs et valorisant. C’est mettre en situation de production de contenus et de sens les enfants, les jeunes, les adultes, en fonction de leurs représentations mentales, fruit de parcours personnels et collectifs, d’histoires et de cultures multiples. Le programme HABITER est à la croisée des chemins des sciences de la nature (physique des matériaux, biologie, chimie, informatique...), des sciences humaines et sociales (géographie, psychologie, histoire, linguistique, sociologie, anthropologie...) et des enjeux démocratiques (la ville ne peut plus se faire et se penser sans les habitants). HABITER constitue un terreau exceptionnel d’expériences humaines qui ne demandent qu’à éclore.

Petits débroullards.indd 16

30/05/08 11:53:20


Projet Habiter