Issuu on Google+


Une étrange erreur judiciaire

L’avocat était là, pourtant, l’accusé n’était pas encore présent. Pourquoi ce retard ? C’est ce que toute la salle de demandait. L’audience allait commencer, cependant, notre accusé mystère ne fut toujours pas là à la colère de certains journaliste qui attendait avec impatiente son arriver. A l’entré du procureur, de la cour et de son président, l’avocat fit une grimace à la victime avant de se lever et de demander la parole. «_ Puis-je avoir la parole, j’ai un message important de mon client a transmettre à la cour. _ Aller y maitre Constantin. _ Merci messieurs le président, il vous prit de bien vouloir lui pardonner, mais il ne pourra être là car il a attrapé une maladie fort ennuyeuse. _ Très bien, messieurs Constantin, nous nous passerons de lui alors. » La parole fut en premier à la victime qui répéta comme elle l’avait dit précédemment que Monsieur Hénon avait violement tabasser ses enfants et elle-même en utilisant un bâton en bois. Ce fut alors la parole à la défense, Monsieur Constantin, l’avocat de Messieurs Hénon se leva tout doucement et se dirigea très lentement vers Madame Alfonsine la victime. Cette femme avait une quarantaine d’année, cheveux blonds, très courts, avec des tout petits yeux marron. Elle avait mit des habits qui possédaient à certains endroits quelques trous. Elle avait deux enfants et on voyait très vite quelle avait besoin d’argent. Antoine Sailly

Pages 1

Une étrange erreur judiciaire


« _ Madame Alfonsine, êtes vous sur que Messieurs Hénon n’est pas mort ? _ Ben ça vodrait mieux hein, parsc avec c’ qu’il nous à fait. _ Non, je vous parle d’avant, vous êtes sûre qu’il n’était pas venu en fantômes pour vous donner une leçon ! _ Ben chez pas mi hein, mi j’ lai vue m’taper avec mes goss. L’avocat de madame Alfonsine se leva alors brusquement. _ Vous allez arrêter de perturber Madame Alfonsine, messieurs le président, vous voyez bien que cela la perturbe. _ Non madame, au contraire, je suis sûre que madame Alfonsine adorerait répondre à la suite de mes questions. Dites moi, Madame Alfonsine, comment vous a-t-il tapé car je pense que bâton à du vous passer a travers le corps ainsi que tous ce qui est fantômes non ? _ Ben chez pas mi, Chavez pas qui follait répondre à tous ses question là. Mi j’ avo crus que c’était plus simple euk ca pour gagner eud l’ argent _ Ah !, donc vous dites bien que messieurs Hénon n’a rien fait ? _ Ben oui, mi j’ai fos tout ca pour ed l’argent. _ En effet, Monsieur le président, j’ai d’ailleurs ici, un papier qui le démontre. Comme vous le voyez, messieurs Hénon est mort avant que soit disant Madame Alfonsine ce fasse tabasser par celui-ci. _ Oui en effet Messieurs Constantin, vous avez raison il est mort deux ans avant. » Messieurs Hénon était en effet bien mort d’un cancer quelques Antoine Sailly

Pages 2

Une étrange erreur judiciaire


Années auparavant. Ce fut alors une grande erreur judiciaire que les journalistes retinrent. Cela fit même la une de presque tous les journaux de France !

F I N

Antoine Sailly

Pages 3

Une étrange erreur judiciaire


Dédicaces A Mme Pagels Ma professeur de Français. A ma Nounou, Ma famille, Ma mère, et tout mes amis qui on lut cette nouvelle et qui m’on aidée à le rendre meilleur.

Merci Antoine Sailly

Antoine Sailly

Pages de dédicaces

Une étrange erreur judiciaire


Petit nouvelle drôle que j’ai écrit sur la justice et que j’aime beaucoup.


Une étrange erreur judiciaire