Page 61

décrivent un univers où tout est saut, passage, percée incertaine. C’est tout le contraire de l’effet recherché des comics américain, par exemple, lesquels évoquent toujours la cohérence, la continuité chronologique, l’établissement de faits. Dans les cités, c’est le discontinu qui prime, elles ne forment pas un tout, mais plutôt des parallèles de possibles tout en les transgressant, en passant de l’un à l’autre, comme si l’on passait d’images en images, de mondes en mondes. Pour enfin commencer à vivre en passant et en outre-passant les grandes formes, les grandes règles, les grandes constructions. Il s’agit de voir la bande dessinée comme une sorte d’éternelle promesse historique. C’est ce mondelà, sans cesse transgressé par la vie, qui perce, qui met en mouvement le regard du lecteur et qui finalement l’émeut et l’initie.

ARCHITECTURE, TERRITOIRE & SOCIÉTÉ

61

S87

Profile for Anthony Gonçalves

Mémoire de fin d'études. Gonçalves Anthony. ENSAT 2015-2016  

Mémoire de fin d'études. Gonçalves Anthony. ENSAT 2015-2016  

Advertisement