Page 39

en mots, de réflexion et d’élaboration en groupe et sous la conduite de notre superviseur nous amènera finalement à comprendre le sens de ce qui se passe pour cette patiente et se rejoue entre-nous et ainsi nous permettra de retrouver une cohésion d’équipe dans cette situation et une perspective claire pour le suivi. En parallèle aux espaces institutionnels structurés et clairement définis (dont nous avons ici évoqué uniquement colloques et supervisions), coexistent d’autres types d’espaces tout-à-fait indispensables à la régulation d’équipe et qui sont développés dans le texte de R. Roussillon. Nous en reprenons ici quelques aspects. Spontanément, s’organisent des fonctionnements dits intersticiels, dans lesquels se localise ce qui n’a pas lieu ailleurs. Il s’agit de moments qui interviennent en parallèle aux réunions formelles. Ces espaces-temps intersticiels permettent de traiter et contenir ce qui n’a pas pu être élaboré ailleurs dans la vie institutionnelle. Concrètement, « l’interstice désigne les lieux qui sont communs à tous (couloirs, cafétéria, bureau de la secrétaire, (…) seuils des portes de bureau, etc.). Ce sont des lieux de passage, même s’il arrive qu’on s’y attarde, des lieux de rencontre, des temps qui s’insinuent entre deux activités institutionnelles définies, structurées (…). Il peut arriver que ces lieux soient à l’extérieur des murs de l’institution, « café du coin », restaurant où se retrouvent tout ou partie des membres de l’équipe ». On y parle de travail tout autant que des loisirs du week-end. Selon Roussillon, c’est justement la souplesse de ce lieu situé entre le privé et le professionnel qui lui donne toute sa valeur régulatrice. C’est l’espace où peut se déposer ce qui ne peut s’officialiser ou se faire reconnaitre dans les espaces formels, mais qui se doit de trouver un mode d’existence ou une place pour ne pas devenir un trop-plein délétère pour la cohésion de l’équipe et, au final, pour son travail avec les patients. En d’autres termes, il se réfère aux métaphores si explicites de la remise ou du débarras, évoquant des espaces de « traitement des résidus » ou encore « un espace de recyclage ». Par exemple, suite à un colloque ou autre réunion, il se peut que des choses continuent de s’échanger en petits groupes, il y a des résidus qui doivent être traités avant de pouvoir réellement passer à autre chose. 39

Profile for AnnePhénix

Rapport d'activités 2016 de la Fondation Phénix  

Rapport d'activités 2016 de la Fondation Phénix  

Advertisement