Issuu on Google+

Journée de la sécurité intérieure 6 octobre 2012

Dossier de presse Samedi 6 octobre dès 13 h 30 Place Besagne - Centre Mayol - Toulon

Retrouvez tous les programmes sur www.interieur.gouv.fr


Sommaire PrÊsentation de la JournÊe de la sÊcuritÊ intÊrieure Message de Manuel Valls, ministre de l’IntÊrieur Les prÊfectures La gendarmerie nationale La police nationale La sÊcuritÊ civile          r Le programme Les acteurs


Message de Manuel Valls, ministre de l’Intérieur

J’ai souhaité que soit organisée cette Journée de la sécurité intérieure an que vous puissiez rencontrer les femmes et les hommes chargés d’assurer votre sécurité, au quotidien comme dans les situations exceptionnelles. Echanger pour mieux se connaître, dialoguer pour mieux se comprendre, tels sont les maîtres mots de cet événement que j’ai voulu convivial, ouvert à la jeunesse et riche en découvertes. Ces échanges avec des policiers, des gendarmes, des sapeurspompiers, des personnels de la sécurité civile et des préfectures seront l’occasion pour celles et ceux qui vous protègent, dans des conditions souvent difciles, d’illustrer et de faire partager leur engagement de chaque jour. En permettant une meilleure connaissance des acteurs de la sécurité et de leurs missions, en rapprochant les citoyens de leurs policiers et de leurs gendarmes, en facilitant cet échange avec nos jeunes concitoyens, la Journée de la sécurité intérieure est un moment qui contribuera au respect mutuel.


Les préfectures Le préfet, en première ligne pour la sécurité des français Depuis deux siècles, le préfet est garant dans son ressort de l’unité nationale et de la cohésion territoriale. Pilote et coordinateur des forces de sécurité (police, gendarmerie, sécurité civile) au quotidien et particulièrement en cas de crise, il assure sur l’ensemble du territoire la représentation du gouvernement et le respect de la loi républicaine. La sécurité des personnes et des biens La question de la sécurité est marquée par la multiplication des risques : ordre public, lutte contre la délinquance, sécurité civile, sécurité industrielle et alimentaire… Les acteurs se multiplient, la sécurité devient l’affaire de tous. Garantir la sécurité du citoyen, c’est être sur tous les fronts : maintien de l’ordre, protection des personnes et des biens, surveillance des réseaux de communication et de transport, prévention et traitement des risques naturels ou technologiques…Cette vigilance quotidienne constitue une condition préalable à l’exercice de toute activité, et par conséquent au fonctionnement normal de la démocratie. L’actualité de ces dernières années a montré à quel point les préfets, les sous-préfets, et les équipes des préfectures et sous-préfectures étaient sollicitées en période de crise. Acteur central du dispositif, le préfet est un véritable chef d’orchestre, qui pilote et coordonne l’ensemble des services qui participent à la JSI. A ce titre, le préfet de département a la charge de l’ordre public et de la protection des populations. Il dirige les opérations de secours. Il a ainsi un rôle essentiel dans la régulation des conits et des tensions de toute sorte ainsi que dans la gestion des crises. L’état-major de sécurité (EMS) Depuis 2009, chaque département dispose d’un état-major de sécurité (EMS). Instance de concertation et de pilotage, elle réunit mensuellement tous les acteurs de la sécurité locale : responsables de la police et de la gendarmerie


nationales, inspecteur d’académie, directeur départemental des nances publiques, directeur des douanes, autour du préfet et du procureur de la République. Ce « conseil d’experts » contribue à dénir la politique publique en matière de sécurité, en fonction de la situation locale. Les EMS sont des instances stratégiques et opérationnelles incontournables. Les discussions qui se tiennent en leur sein permettent la construction d’un diagnostic partagé sur la sécurité. Elles afrment la parole unique de l’Etat, et permettent aux services d’apporter une réponse réactive aux différentes problématiques de délinquance observées par les professionnels sur le terrain. Le préfet, gestionnaire de la crise et pilote des services de l’Etat En cas de crise départementale, le préfet est le directeur des opérations de secours. A ce titre, il coordonne l’ensemble des services de l’Etat et des sources d’information mise en réseau autour de lui : CODIS (Sapeurs-pompiers), policiers, gendarmes, collectivités locales, opérateurs publics et privés de services publics… Chef du Centre opérationnel départemental (COD) en préfecture, le préfet centralise le recueil, l’analyse et la remontée de toute information nécessaire à sa prise de décision pour gérer une crise. Il le fait en liaison avec le niveau zonal, le Centre opérationnel de gestion interministérielle de crise au niveau central (COGIC) et le Centre Interministériel de Crise (CIC) qui coordonne l’action de l’ensemble des pouvoirs publics en cas de crise majeure. Cette structure, pilotée par le ministre de l’Intérieur, est activée sur décision du Premier ministre. Le préfet de zone, un préfet dédié à la gestion de crise Dans les sept zones de défense réparties sur le territoire, le préfet de zone détient des pouvoirs importants en cas de crise grave. Il coordonne les moyens de sécurité civile, pour assurer la sécurité des personnes et des biens, et fournit les moyens humains et matériels de renfort aux préfets des départements concernés. En cas notamment de rupture des communications avec le gouvernement, il prescrit les mesures nécessaires à l’exécution des plans de défense. En cas de crise d’envergure nationale, le préfet de zone peut coordonner l’action des départements concernés en matière d’ordre public.


La gendarmerie nationale Forte de près de 100 000 personnels, la gendarmerie nationale est une force armée instituée pour veiller à l’exécution des lois. Elle garantit la protection des personnes et des biens, renseigne, alerte et porte secours. La police judiciaire constitue l’une de ses missions essentielles. La gendarmerie nationale assure la sécurité sur 95 % du territoire national au prot de 50 % de la population. Vingt-quatre heures sur vingtquatre, l’institution surveille, protège, secourt et intervient pour lutter contre toutes les formes de criminalité. Elle est destinée à assurer la sécurité publique et l’ordre public, particulièrement dans les zones rurales et péri-urbaines, ainsi que sur les voies de communication, et participe à la défense de la patrie et des intérêts supérieurs de la Nation. Son action s’exerce sur l’ensemble du territoire national, au prot de tous les départements ministériels, et plus spécialement de ceux en charge de l’intérieur, de la justice et de la défense. Ses missions principales : ■ Missions de police administrative Elles recouvrent un domaine allant de la surveillance générale aux missions de police de la route, en passant par la recherche du renseignement et les missions de secours et d’assistance. Pour remplir les missions de maintien et de rétablissement de l’ordre public, la gendarmerie mobile peut intervenir sur l’ensemble du territoire national et renforce également l’action des unités territoriales. ■ Missions de police judiciaire Chaque année, la gendarmerie traite plus du quart des crimes et délits commis en France. Les missions judiciaires comprennent la constatation


des crimes, délits et contraventions, le rassemblement des preuves et la recherche des auteurs d’infractions. Depuis trente ans, la gendarmerie nationale a acquis une véritable expertise dans le domaine judiciaire ainsi qu’en matière de police technique et scientique. ■ Missions Militaires La gendarmerie participe aux cinq grandes fonctions stratégiques dénies par le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale : connaissance et anticipation, dissuasion, prévention, protection et intervention. Elle assure la prévôté aux armées et participe aux opérations extérieures aux côtés des armées. Son organisation ■ La gendarmerie départementale D’un effectif de plus de 60 000 personnels, la gendarmerie départementale est une force de proximité au contact de la population, qui assure la sécurité des personnes et des biens 24 heures/24 en métropole et outre-mer, grâce à son maillage territorial dense. Le groupement de gendarmerie départementale est l’échelon de commandement au niveau du département. Il est subdivisé en compagnies de gendarmerie départementale implantées dans les arrondissements, elles-mêmes divisées en brigades territoriales qui fonctionnent de manière autonome ou en communautés de brigades. D’autres unités ont vocation à compléter l’action des unités territoriales : • Les unités de recherches : les brigades de recherches (BR), les brigades départementales de renseignements et d’investigations judiciaires (BDRIJ) et les sections de recherches (SR) se consacrent exclusivement à la police judiciaire et assistent les brigades territoriales dans les enquêtes ;


• Les pelotons de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) : placés au niveau de la compagnie, ils sont chargés de renforcer les brigades sur tout type d’événement et assurent des missions de surveillance, sur toute l’étendue et dans la profondeur du territoire, de jour comme de nuit ; • Les brigades de prévention de la délinquance juvénile (BPDJ) : intervenant dans les zones péri-urbaines sensibles, elles privilégient le contact avec les mineurs en difculté ; • Les unités de police de la route : les escadrons départementaux de sécurité routière (EDSR) sont composés de brigades motorisées et de pelotons d’autoroute; plus spéciquement en charge de la gestion des ux routiers, ils exercent la surveillance du réseau et des tracs routiers et autoroutiers ; • Les unités de montagne : les pelotons de gendarmerie de haute montagne (PGHM) et les pelotons de gendarmerie de montagne (PGM) sont chargés de la surveillance des massifs montagneux, ainsi que des enquêtes et du secours en montagne ; • Les spéléologues, qui interviennent en milieu souterrain ; • Les sections aériennes, qui effectuent des missions de soutien et d’appui en hélicoptère ; • Les unités nautiques, qui participent à la surveillance des voies intérieures navigables et du littoral. ■ La gendarmerie mobile Avec plus de 14 000 personnels, la gendarmerie mobile assure en toutes circonstances, en métropole et outre-mer, le maintien et le rétablissement de l’ordre. Elle participe aux côtés de la gendarmerie départementale à la sécurité publique générale. La gendarmerie mobile est articulée en groupements et escadrons. Le groupement comprend 4 à 7 escadrons d’environ 110 militaires chacun.


■ Les formations spécialisées • Le groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) est une unité hautement spécialisée dans la gestion de crise, l’intervention, l’observation/recherche et la protection. Il est dédié à la lutte contre le terrorisme et le grand banditisme ainsi qu’à la sécurité et la protection de certains intérêts vitaux de l’État. • La garde républicaine assure les missions de sécurité et les activités protocolaires au service des plus hautes autorités de l’État. Elle participe également aux missions traditionnelles de la gendarmerie, dans les domaines de la sécurité et de l’ordre publics. Elle comprend 2 régiments d’infanterie, 1 régiment de cavalerie et des formations spécialisées (les orchestres, le chœur de l’armée française, la musique, la fanfare de cavalerie, l’escadron motocycliste). • La gendarmerie maritime assure au prot de la marine nationale l’ordre et la sécurité dans les ports militaires, les arsenaux et les bases sur lesquels elle a toute compétence en matière de police judiciaire. Elle participe à la surveillance du littoral, à l’assistance et au secours maritimes. • La gendarmerie de l’air assure l’ordre et la sécurité dans les bases de l’armée de l’air sur lesquelles elle a toute compétence en matière de police judiciaire. • La gendarmerie des transports aériens assure la sûreté des aérodromes civils les plus importants et le respect de la législation aéronautique. • La gendarmerie de l’armement assure la sécurité des établissements relevant de la direction générale pour l’armement. • Des gendarmes servent également à l’étranger : personnels détachés en opérations extérieures (OPEX), mis à la disposition d’autres États au titre de la coopération technique, détachements prévôtaux dans les bases françaises installées dans certains États, détachements de sécurité des ambassades et consulats de France à l’étranger.


La police nationale En charge de la sécurité générale, la police nationale, forte de plus de 144 000 professionnels (dont 38 000 femmes) recrutés et formés selon des standards exigeants, disponibles 24 heures sur 24, traite 75% de la délinquance commise en France. Elle réalise 5 millions d’interventions par an et répond à 6 000 appels police-secours par jour. A la fois polyvalente et spécialisée, elle intervient sur tout le spectre de la sécurité intérieure, tant sur le territoire national qu’à l’étranger. Ses missions principales : La police nationale, composante essentielle des forces de sécurité intérieure, assure les missions suivantes : • la sécurité et la paix publiques consistent à veiller à l’exécution des lois, à assurer la protection des personnes et des biens, à prévenir les troubles à l’ordre public et à la tranquillité publique ainsi que la délinquance ; à assurer la sécurité routière. • la police judiciaire, sous la direction et le contrôle de l’autorité judiciaire, recherche et constate les infractions pénales, en rassemble les preuves, et identie les auteurs et leurs complices pour les interpeller et les déférer aux autorités judiciaires compétentes. • le renseignement et l’information permettent d’assurer l’information des autorités gouvernementales, de déceler et de prévenir toute menace susceptible de porter atteinte à l’ordre public, aux institutions, aux intérêts fondamentaux de la Nation ou à la souveraineté nationale. • le respect des règles relatives à la circulation transfrontalière consiste à maitriser les ux migratoires, lutter contre les lières, les faux documents et le travail illégal.


Son organisation : Elle est composée de différentes directions, qui outre l’échelon central, se déclinent en services territoriaux. • la direction des ressources et des compétences de la police nationale DRCPN, qui assure les fonctions de soutien pour l’ensemble des services de police (gestion des ressources humaines, nances, logistique, accompagnement social) • la direction centrale de la police judiciaire DCPJ, qui a pour mission de lutter contre toutes les formes de criminalité organisée, la grande délinquance et le trac de stupéants, surveillance des établissements de jeux et des champs de courses. • la direction centrale de la sécurité publique DCSP, dont la mission principale est d’assurer la sécurité des personnes et des biens. Ses 67 000 policiers assurent quotidiennement une intervention toutes les 12 secondes. Elle a aussi en charge la mission d’information générale des autorités gouvernementales. • la direction centrale de la police aux frontières DCPAF, qui avec près de 10.000 fonctionnaires veille à la maîtrise des ux migratoires et lutte contre les lières, les faux documents et le travail illégal. Outre une coopération renforcée avec ses homologues étrangers, cette direction collabore également avec d’autres services de l’État, telles les Douanes. • la direction centrale du renseignement intérieur DCRI a vocation à déceler et neutraliser toutes les activités susceptibles de porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation, tel le terrorisme. Elle veille également à la protection du patrimoine économique • la direction centrale des compagnies républicaines de sécurité DCCRS, avec ses 61 unités mobiles et ses 9 unités autoroutières, concourt, en particulier avec la DCSP, au maintien de l’ordre public et à l’aide aux personnes.


• la direction de la coopération internationale DCI est une direction centrale commune à la Police et à la Gendarmerie et représente le premier réseau mondial de coopération policière, implanté dans 157 pays. Par son action technique, opérationnelle et institutionnelle, elle contribue aussi à l’élaboration de la stratégie internationale du ministère. • le service de protection des hautes personnalités SPHP est en charge sur le territoire national comme à l’étranger, de la sécurité du Président de la République mais également de membres du gouvernement et de personnalités françaises. Il assure aussi la protection des hautes personnalités étrangères en visite en France. • l’inspection générale de la police nationale IGPN assure tout d’abord une mission de formation et de sensibilisation aux règles essentielles - juridiques, déontologiques et pratiques - dont l’application incombe au policier dans son activité quotidienne. Elle exerce également une activité d’inspection et d’audit des services de police. Enn, l’IGPN est chargée des enquêtes judiciaires ou administratives dans le cadre de sa mission de contrôle disciplinaire. • le service des technologies et des systèmes d’information de la sécurité intérieure ST(SI2), placé sous l’autorité conjointe du directeur général de la police et de la gendarmerie nationale, conçoit et conduit les projets technologiques et informatiques destinés aux services en charge de la sécurité intérieure. • la sécurité dans la capitale est assurée par la préfecture de police de Paris : placée sous l’autorité du ministre de l’Intérieur, elle est responsable de la sécurité dans Paris et la petite couronne. Elle a ainsi pour mission de garantir la sécurité des personnes et des biens, lutter contre les incendies et organiser les secours, veiller au respect des règles de sécurité, d’hygiène et de salubrité dans les lieux recevant le public mais aussi à la protection de l’environnement et à la lutte contre les nuisances. • Un poste de préfet de police a été créé à Marseille en septembre 2012 par le ministre de l’Intérieur pour répondre aux nombreux problèmes d’insécurité.


La police nationale est également dotée d’unités spécialisées : • le RAID (Recherche, Assistance, Intervention et Dissuasion), unité hautement spécialisée chargée de la résolution de crises majeures ou complexes. Ce service est également l’échelon central de la FIPN (Force d’intervention de la police nationale), structure opérationnelle de coordination des unités d’intervention de la police nationale : RAID, GIPN (Groupes d’intervention de la police nationale, dépendants de la DCSP) et la BRI/BAC (Brigade de Recherche et d’Intervention et Brigade Anti-Commandos), qui est mise en place en cas de crise majeure. • l’UCLAT (Unité de Coordination de Lutte Antiterrorisme), rattachée au directeur général de la police, assure la coordination opérationnelle des services luttant contre le terrorisme. Elle est également en charge de l’évaluation de la menace terroriste. • le SSMI (Service de Sécurité du ministère de l’Intérieur) assure en premier lieu la protection et la sécurité des bâtiments de l’administration centrale du ministère de l’Intérieur (contrôle des accès, surveillance des abords…). Ponctuellement, le SSMI apporte son expertise pour former à la sécurité de bâtiments institutionnels des services étrangers.


La sécurité civile Au sein du ministère de l’Intérieur la direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises (DGSCGC) est en charge de la gestion des risques et des crises, de la planication à la sauvegarde des personnes et des biens. Elle s’appuie sur ses 2 600 personnels civils et militaires et sur les 250 000 sapeurs-pompiers territoriaux dont elle xe le cadre d’emploi. Personnels administratifs, experts, sapeurs-pompiers, sapeurs-sauveteurs, pilotes d’avions et d’hélicoptères, mécaniciens opérateurs de bord, démineurs, techniciens logistiques, mécaniciens, tous sont capables de porter secours en tous lieux dans des délais très courts, en France comme à l’étranger. La planication et la gestion des risques Partenaire de campagne de sensibilisation à destination du grand public, la DGSCGC participe à l’élaboration de documents de communication et de prévention avec plusieurs ministères, des associations et l’institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES). En relation avec les élus et les services de l’État dans les départements, les experts de la sécurité civile analysent les risques, quelles que soient leurs origines, et élaborent des plans de secours et de sauvegarde. Elle xe le cadre de la réglementation en matière d’incendie et de planication des secours. Pour gérer les crises de défense et de sécurité civiles, le gouvernement et le ministre de l’Intérieur disposent du Centre opérationnel de Gestion Interministérielle des Crises (COGIC). Situé à Asnières-sur-Seine au siège de la DGSCGC, le COGIC informe en permanence le cabinet du ministre, propose des modalités d’intervention, prépare et coordonne l’action des moyens d’intervention gouvernementaux. Les secours 250 000 sapeurs-pompiers dont 3/4 de volontaires Toutes les 7 secondes les sapeurs-pompiers partent en intervention sur


le territoire national. Premiers acteurs des secours au titre de leur compétence territoriale et de leur rôle de proximité, ils appartiennent aux services départementaux d’incendie et de secours. Cet engagement citoyen est une force et une richesse indispensable pour porter secours sans délai, par tous les temps et en tous lieux, à toute personne en détresse et répondre aux crises majeures. Cette organisation permet un étroit maillage du territoire garantissant l’égalité des citoyens face aux secours. En France, 79 % des sapeurs-pompiers sont des volontaires, 13 % sont des femmes. A Paris, Marseille et dans les départements des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val de Marne, les sapeurs-pompiers sont militaires. Pour soutenir l’action des sapeurs-pompiers et des services de l’État dans les départements, la sécurité civile dispose de moyens nationaux. Ils interviennent sur le territoire national et participent aux opérations internationales de secours. Répartis dans 20 centres et 6 antennes en métropole et outre-mer, les 305 démineurs ont trois missions principales : la neutralisation et la destruction des munitions des derniers conits des XIXe et XXe siècles ; la détection, la neutralisation et la destruction des objets suspects ; la sécurisation des voyages ofciels et des grandes manifestations culturelles et politiques. À bord des 39 hélicoptères de la sécurité civile, les 210 pilotes et mécaniciens opérateurs de bord portent secours à plus de 10 000 personnes par an. Implantés dans 22 bases en métropole et outre-mer, ces hélicoptères EC 145 rouges et jaunes, appelés aussi «Dragons», s’appuient sur un échelon central situé à Nîmes qui regroupe la direction, le centre de formation et le centre de maintenance. Ils assurent, en priorité, des missions de secours et de sauvetage 24h/24. Ils effectuent également des missions de transport sanitaire et participent à la lutte contre les feux de forêts. La sécurité civile dispose de 26 bombardiers d’eau (Canadair, Tracker, Dash) et d’avions de liaison et d’observation (Beechcraft) pour combattre les feux de forêts. Basée à Marignane, cette otte intervient également en Europe dans le cadre des accords bilatéraux et du mécanisme européen de protection civile.


Issus de l’armée de Terre et affectés au ministère de l’Intérieur, les 1 434 sapeurs-sauveteurs des unités d’instruction et d’intervention de la sécurité civile sont disponibles 24h sur 24 pour appuyer les sapeurs-pompiers et intervenir partout dans le monde. Ces spécialistes des catastrophes naturelles et technologiques sont basés à Nogent-le-Rotrou (28), Corte (2B) et Brignoles (83). Les établissements de soutien opérationnel et logistique (ESOL) comptent 124 agents répartis dans 3 établissements et 1 antenne. Ils assurent la maintenance des matériels d’intervention et des véhicules de la sécurité civile. Ils gèrent la réserve nationale qui abrite du matériel de première nécessité destiné aux secours et à la protection des personnes et des biens. Grâce à des moyens de pompage conséquents, ils sont en mesure de vider l’équivalent de 400 piscines olympiques par jour. En parallèle, ils peuvent produire 450 000 litres d’eau potable quotidiens. Ils peuvent également acheminer dans le monde entier du matériel de première urgence à des pays touchés par une catastrophe ou une crise humanitaire. Le rôle de soutien des associations de sécurité civile Six millions de français ont déjà suivi des formations aux gestes qui sauvent et 80 000 personnes sont secouristes au sein d’associations agréées de sécurité civile. Ils peuvent participer à des opérations de secours et de soutien à la population après une catastrophe et encadrent également les bénévoles qui se mobilisent spontanément. Ils sont également présents lors des rassemblements sportifs et culturels. Dès l’âge de 10 ans, vous pouvez suivre la formation de prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC 1). Elle dure 7 heures et est dispensée par l’une des 24 associations de formation aux premiers secours. C’est le ministère de l’Intérieur via la DGSCGC qui donne l’agrément de sécurité civile aux associations qui en font la demande.


La Journée de la Sécurité Intérieure dans le Var L'objectif de la Journée de la sécurité intérieure dans le Var ? Permettre au public, en particulier aux jeunes, de rencontrer les acteurs de la sécurité publique et civile de notre département : policiers, gendarmes, pompiers, militaires, personnels en charge de la sécurité routière, associations de sécurité civile. De nombreux stands seront ouverts au public et des démonstrations auront lieu de 13h30 à 18h, samedi 6 octobre, place Besagne et dans la galerie marchande du centre commercial Mayol à Toulon : Pôle Sécurité - Métiers de la sécurité publique (Police nationale, Police municipale, Gendarmerie départementale, mobile et maritime) ; - Sensibilisation à la sécurité routière (Maison de la Sécurité Routière, CRS Autoroutière, Gendarmerie départementale) ; - Démonstrations d’une équipe cynophile de la Police nationale (recherche de stupéfiants) ; - Reconstitution d'une scène de crime ; - Sensibilisation sur les risques des stupéfiants ; - Présentation du matériel des plongeurs spécialisés de la Gendarmerie nationale ; - Présentation de véhicules, notamment de motos, et de matériels utilisés lors de contrôles routiers et d’actions de prévention ; - Simulateur de collision de la Maison de la Sécurité Routière ; Pôle secours et feux de forêt - Métiers de la sécurité civile (sapeurs-pompiers, SAMU, Comités communaux des feux de forêt, militaires de la sécurité civile, Association départementale de protection civile, Association départementale des radioamateurs au service de la sécurité civile, Société nationale de sauvetage en mer) ; - Présentation des gestes de premiers secours et des dispositifs de prévention des catastrophes par les équipes du SAMU et les bénévoles de la Protection Civile ; - Exercice de recherche de balises, présentation et démonstration de communication radio par l'ADRASEC ; - Démonstrations de désincarcération de véhicules accidentés par le SDIS et le SAMU ; - Présentation de véhicules de lutte contre les feux de forêts et de secours ; Les temps forts : 13 h 30 14 h 30 15 h 00 16 h 00

ouverture au public inauguration en présence de Mme Nathalie BAKHACHE, sous-préfète, Directrice de cabinet du Préfet démonstration de recherche de stupéfiants par la brigade canine de la Police nationale démonstration d’une opération de désincarcération de victimes d’un accident de la route et de leur prise en charge médicale


Intervenants: -

Direction Départementale de la Sécurité Publique (Police Nationale) Groupement Départemental de la Gendarmerie Nationale, Gendarmerie maritime et Gendarmerie mobile Compagnie Républicaine de Sécurité Autoroutière de Provence / Toulon Police Municipale de la Ville de Toulon Maison de la Sécurité Routière du Var Service d’Aide Médicale Urgente (SAMU) 7eme Régiment d’Instruction et d’Intervention de la Sécurité Civile Etablissement de Soutien Opérationnel et Logistique de la Sécurité Civile Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS) Office national des forêts (ONF) Association Départementale des Comités Communaux Feux de Forêts Association Départementale des Radio Amateurs au Service de la Sécurité Civile Association Départementale de Protection Civile Société Nationale de Sauvetage en Mer Préfecture du Var.

La Préfecture du Var remercie l’ensemble des participants, le centre commercial Mayol mais également les services techniques de la Ville de Toulon et du Conseil Général pour leur soutien logistique.


Direction Départementale de la Sécurité Publique (DDSP – Police nationale) La Sécurité Publique assure la protection des personnes et des biens en luttant contre toutes les formes de délinquance. Elle prête assistance à la population et veille à la tranquillité et au maintien de l’ordre public. En outre, elle remplit désormais une mission d’information générale au profit du gouvernement. La DDSP du Var compte 1395 fonctionnaires et 6 circonscriptions de Sécurité Publique réparties sur 17 communes : la CSP de Sanary/Six Fours/Bandol, la CSP de La Seyne sur Mer/St Mandrier, la CSP de Hyères/Carqueiranne, la CSP de Fréjus/Saint Raphaël, la CSP de Draguignan/ Trans en Provence et la CSP de Toulon, la Garde, le Revest, le Pradet, La Valette et Ollioules.

La DDSP et la JSI : Les actions proposées en direction du public au cours de cette journée sont les suivantes : - Présentation de la brigade canine, information sur son mode de fonctionnement, et démonstration d’une recherche de produits stupéfiants ; - Stand Identité Judiciaire : mise en place d’une scène de crime avec présentation du travail de recherche de traces et d’indices ; - Mise en place d’un stand d’information du public sur les métiers de la Police nationale ; - Mise en place d’un stand d’information sur les produits stupéfiants ; - Présentation d’une moto police. La DDSP et ses actions tournées vers les jeunes Au cours de l’année scolaire, des policiers « référents scolaires » présents dans l’ensemble des circonscriptions de sécurité publique et des policiers formateurs anti-drogue interviennent dans les établissements scolaires afin de sensibiliser nos jeunes sur les risques liés à la consommation de produits stupéfiants mais également sur l’ensemble des comportements susceptibles d’entraîner des actes ou des situations de délinquance : consommation d’alcool, harcèlement scolaire, violence, racket recel, infractions liées à l’utilisation des nouvelles technologies (réseaux sociaux, internet, droit à l’image). L’intervention du policier est adaptée à l’âge du public rencontré (primaire, collège ou lycée). S’agissant des adolescents, l’objectif est de leur apporter des éléments de réflexion afin qu’ils prennent eux-mêmes position face à la problématique exposée et qu’ils soient mieux préparés pour faire des choix de vie responsables.


Groupement départemental de la Gendarmerie nationale Dans le Var, la Gendarmerie compte,: -

888 gendarmes départementaux renforcés de 280 réservistes, 150 gendarmes maritimes, 212 gendarmes mobiles.

La Gendarmerie nationale est une force armée investie d'une mission de sécurité et de paix publique appelée à agir autant dans le champ de la police judiciaire que dans celui du maintien de l'ordre ou de l'action militaire. Site Internet de référence: http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr La Gendarmerie nationale et la JSI : -

-

sécurité routière : 1 moto, 1 scooter MP3, 1 radar portatif eurolaser, la nouvelle tenue des personnels motocyclistes ; police judiciaire : o présentation de la fonction TIC (technicien en investigations criminelles) au sein de la cellule « VULCAIN » (Equipe Départementale Spécialisée en Recherche des Causes et Circonstances des Incendies de Forêt), o présentation du matériel de la police scientifique en milieu subaquatique par la Gendarmerie maritime ; maintien de l'ordre : présentation de la Gendarmerie mobile ; recrutement : information sur les métiers de la Gendarmerie.

La Gendarmerie nationale et ses actions tournées vers les jeunes : - Sensibilisation à la sécurité routière par les personnels des unités motocyclistes au travers des pistes routières dans les écoles; - Prévention et information des jeunes par l'action de la brigade de prévention de la délinquance juvénile.


CRS Autoroutière Provence - Détachement de Toulon La CRS Autoroutière Provence compte 100 fonctionnaires en charge de la lutte contre la délinquance routière, de l’aide et de l’assistance aux usagers. Contact pour tout renseignement : Tel : 04 94 14 89 17 Fax : 04 94 14 89 25 Adresse postale : CRS Autoroutière Provence Détachement Toulon 923 Avenue de Draguignan BP 372 ZI Toulon Est la Garde 83085 Toulon Cedex 9 La CRS et la JSI : - Stand de sécurité routière ; - Véhicule LAPI (lecture automatisée des plaques d'immatriculation) ; - Présentation d’une moto des CRS ; - Présentation de matériels de contrôle et détection de stupéfiants et alcoolémie. La CRS et ses actions tournées vers les jeunes : - Action auprès des jeunes collégiens, des jeunes lycéens, des jeunes de Centres de Formation d’Apprentis ; - Sensibilisation à la Sécurité Routière ; - Découverte d’un module informatique sur les risques routiers: alcool, stupéfiants, retour des établissements de nuit, vitesse, ceinture.


Maison de la Sécurité Routière (MSR) La Maison de la Sécurité Routière du Var (MSR-Var), est une structure administrative créée par la préfecture et le conseil général du Var, qui a pour mission principale de favoriser le développement d'actions de prévention (conseils à projets, outils pédagogiques, intervenants, partenariats...). Elle est associée à 150 à 200 actions de prévention par an, qui permettent de sensibiliser 15 à 20 000 personnes. Site Internet de référence : http://www.msr83.fr Contact pour tout renseignement : Maison de la sécurité routière du Var (MSR-Var) - Préfecture du Var / Cabinet / Pôle Sécurité Routière Boulevard du 112ème régiment d'infanterie – BP 1209 - 83070 TOULON Cedex Tél : 04 94 18 80 26 Fax : 04 94 18 80 48 Courriel : pref-msr@var.gouv.fr Accueil sur rendez-vous La MSR-Var et la JSI : - Le simulateur de collision « AutoChoc-Léger » animé par deux bénévoles. L'objectif pédagogique de cet atelier est d'une part, d'expliquer comment mettre correctement une ceinture de sécurité à bord d'un véhicule et d'autre part, de faire comprendre la nécessité de se ceinturer à l'avant comme à l'arrière et sur tous les trajets. - Un atelier « Dialogue autour du scooter » réservé aux jeunes à partir de 14 ans et titulaires du Brevet de sécurité routière (BSR). Autour du scooter, vont pouvoir être abordés avec les jeunes, de multiples sujets importants pour leur sécurité en véhicule 2 roues motorisé, comme, par exemple, les équipements de protection et les angles-morts. - Sous la tente, un stand sécurité routière permettra d'engager la discussion avec le public, qui pourra y trouver des informations et de la documentation, ainsi que la présentation de vidéos sur la sécurité en 2 roues. La MSR et ses actions tournées vers les jeunes La MSR-Var avec ses partenaires institutionnels (préfecture, Conseil Général, Education Nationale, forces de l'ordre...), développe et pérennise des actions d'envergure départementale en direction des jeunes, de sorte qu'un adolescent qui grandit dans le Var ait été sensibilisé à la sécurité routière. Des actions sont conduites dans les collèges (dans 25 établissements par an depuis 16 ans), les lycées (dans 10 établissements par an depuis 5 ans), les CFA avec la Chambre de métiers du Var (chaque année dans tous les CFA depuis 7 ans), ainsi qu’avec la Protection Judiciaire de la Jeunesse.


Police Municipale de Toulon La Police -

Municipale de Toulon compte : 94 agents en tenue, 13 ASVP (Agents de Surveillance Voie Publique), 55 surveillants (« Papi School ») pour faire traverser les enfants aux abords des écoles, - 18 personnes pour les accès aux zones piétonnes : ouverture des bornes d’accès après contrôle d’autorisation, - 27 personnes civiles pour le travail administratif.

Contact pour tout renseignement : Tel : 04.94.36.37.38 Fax: 04.94.36.33.63 Mél : policemunicipale@mairie-toulon.fr Adresse postale : Mairie de Toulon 83056 La Police Municipale de Toulon et la JSI : - Photos des différentes unités : Capteur Canin, Moto, Nautique, Voie Publique et moyens de lutte contre les nuisances sonores ; - Documentation sur les cadres d’emploi de la Police Municipale. La Police Municipale de Toulon et ses actions tournées vers les jeunes : - Journée des métiers de la sécurité avec le Bureau d’information Jeunesse ; - Intervention dans les écoles primaires sur la citoyenneté ; - Comités Locaux de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) : rencontre avec des jeunes d’associations sur divers sujets.


7eme Régiment d’Instruction et d’Intervention de la Sécurité Civile (7eme RIISC) Le 7°RIISC appartient au ministère de la Défense et est mis à la disposition du ministère de l'Intérieur. L'Unité compte 582 sapeurs-sauveteurs (hommes et femmes), tous militaires. Ces derniers sont prêts à intervenir à n'importe quel moment dans les domaines des risques technologiques et naturels (tremblement de terre, inondations, feux de forêt, sauvetages aquatiques). Ils interviennent sur le territoire français, en renfort national (par exemple lors inondations à Draguignan en 2010, ou en pré-positionnement l'été dans le cadre de la lutte contre les feux de forêt). Ils peuvent aussi être sollicités par d'autres pays confrontés à d’importantes catastrophes. Ainsi, un détachement de l'Unité est intervenu à Haïti en 2010 lors du tremblement de terre et au Japon en 2011 lors du tsunami. Site Internet de référence : http://www.uiisc7.fr Contact pour tout renseignement : Tel : 04.94.77.53.53 Fax : 04.64.77.53.33 Mel :.communication.u7@gmail.com Adresse postale : Quartier couderc 83 170 Brignoles Le 7eme RIISC et la JSI : Deux véhicules seront exposés avec quelques panneaux décrivant les missions du régiment. Le 7eme RIISC et ses actions tournées vers les jeunes - Des jeunes collégiens sont accueillis à l'Unité pour effectuer des stages dans le cadre de leur fin de scolarité au collège ; - Des cessions de formation « Prévention de Secours Civique » sont organisées régulièrement au profit de jeunes dans le cadre de conventions signées avec la mairie de Brignoles (ville où l'Unité est implantée) ; - Les Journées Portes Ouvertes de l'unité, qui ont lieu les 08 et 09 juin 2013, sont l'un des évènements les plus attendus de l'année. Le régiment ouvre gratuitement ses portes au public et propose de nombreuses activités pour les jeunes de tout âge. Les établissements scolaires du département sont invités aux répétitions de tous les acteurs de la Sécurité Civile le jeudi précédant les Journées Portes Ouvertes.


Service d’Aide Médicale Urgente (SAMU) Le Service d’Aide Médicale Urgente est un service hospitalier qui assure une écoute médicale permanente, qui détermine et déclenche dans les délais les plus brefs la réponse la plus adaptée à la nature de l’appel: * conseil médical * ambulance privée * médecin généraliste * ambulance de réanimation (Unité Mobile Hospitalière), véhicule d’intervention rapide ou hélicoptère sanitaire pour les cas les plus graves ou lors d’une situation de crise avec victimes en grand nombre. Il organise le transport des patients en milieu hospitalier par les moyens les plus adaptés. Il organise l’accueil hospitalier des patients orientés vers la structure de soins adaptée à la pathologie à traiter. Il participe à l’élaboration et au déroulement des plans de secours en particulier lors des grands rassemblements de foule et des accidents impliquant un grand nombre de victimes. Il assure l’enseignement de la médecine d’urgence et la formation des personnels de santé aux gestes et techniques d’urgence. Le SAMU du Var compte : - 30 médecins - 32 assistants de régulation médicale - 38 ambulanciers. Le SAMU et la JSI : - Une équipe complète (infirmière, ambulancier, assistant de régulation médicale, médecin) sera présente, - Une ambulance de réanimation armée (sacs d'intervention, respirateurs et appareil de surveillance multiparamétrique) sera présentée, - Seront proposés : des ateliers pratiques avec initiation au massage cardiaque, à l'utilisation du défibrilateur, à la mise en position latérale de sécurité, - Des photos d'intervention... Le SAMU et ses actions tournées vers les jeunes : Pour la deuxième année, le SAMU 83 réalise une initiation des plus jeunes aux gestes de premiers secours dans des écoles toulonnaises.


Service Départemental des Services d’Incendie et de Secours (SDIS) Le SDIS est un établissement public administratif compétent au niveau départemental pour assurer les missions de sécurité civile. Il est placé sous une double autorité : - pour la partie opérationnelle, Monsieur le Préfet - pour la partie administrative et financière, Monsieur le Président Conseil général, qui préside son Conseil d’Administration. Le SDIS est organisé de la manière suivante : - une direction administrative et opérationnelle implantée à Draguignan. Elle comprend le CODIS (Centre Opérationnel Départemental d’Incendie et de Secours ) et le CRAU (Centre de Réception des Appels d’Urgence); - 67 Centres d’Incendie et de Secours regroupés au sein de 3 Groupements Territoriaux (Ouest secteur Toulon, Centre secteur Le Luc et Est secteur Fréjus). Le SDIS 83 fait partie des plus importants SDIS de France. Ses missions : - Prévention et évaluation des risques de sécurité civile (technologiques ou naturels) ; - Préparation des mesures de sauvegarde et organisation des moyens de secours ; - Protection des personnes, des biens, de l’environnement et lutte contre les incendies ; - Secours d’urgence aux personnes victimes d’accidents, de sinistres ou de catastrophes ainsi que leur évacuation. En personnel : - 976 Sapeurs Pompiers Professionnels (hommes et femmes) ; - 4177 Sapeurs Pompiers Volontaires ; - 208 PATS (Personnels Administratifs, Techniques et Spécialisés). En véhicules : - un parc autos de 1350 véhicules. Des équipes spécialisées : - Le GRIMP (Groupe de Reconnaissance et d’Intervention en Milieu Périlleux - secours en falaise /secours en canyon/secours en site souterrain) ; - Les sauveteurs côtiers et les plongeurs (secours aquatiques et subaquatiques) ; - Les équipes de sauvetage déblaiement (secours lors des séismes, effondrements …) ; - Les équipes risques Chimiques et Biologiques ; - Les équipes risques Radiologiques (Nucléaire) ; - Les équipes DIH (Détachement d’Interventions Héliportées) dans le cadre de la lutte contre les feux de forêt.


Quelques chiffres : - Pour l’année 2011 : 96 018 interventions représentant 123 023 sorties de véhicules de secours. Réparties en : 61 % 13 % 15 % 11 %

de secours à personnes ; d’accidents de la circulation ; d’opérations diverses ; d’incendies.

Soit une moyenne de 263 interventions par jour sur le département. Site Internet de référence : http://www.sapeurspompiers-var.fr Le SDIS et la JSI : - Une démonstration de désincarcération d’une victime suite à un accident de la circulation mettant en cause un véhicule léger, depuis l’appel des secours par le témoin jusqu’à la prise en charge du blessé par l’équipe médicale du SAMU 83. - Une présentation de l’équipe du Groupe de Recherche et d’Interventions en Milieu Périlleux, ses missions, son matériel. Le SDIS et ses actions tournées vers les jeunes : Dans la cadre associatif (UDSP du VAR) : - 12 Ecoles Jeunes Sapeurs Pompiers (Sanary, St Cyr, Six Fours ,Signes ,Brignoles, Carcés, Draguignan, Fayence, Garéoult, Le Luc, Le Muy, Pourrières) forment des jeunes dès l’age de 11 ans aux techniques de lutte contre les incendies et aux gestes de secours mais également au civisme et à la solidarité ; - Formations aux Premiers Secours Citoyens de niveau 1 (gestes de premiers secours) ; - Formation au Brevet National de Secours et Sauvetages Aquatiques. Une journée « portes ouvertes » des centres de secours lors de la « Journée nationale des Sapeurs Pompiers » au mois de juin chaque année. Des journées de sensibilisation aux accidents de la route, en partenariat avec la sécurité routière, les services de police et gendarmerie, l’éducation nationale, le conseil général et les communes. Quelques stages de découverte « en entreprise » pour les collégiens et lycéens. Des visites de casernes par les scolaires.


Equipe Départementale Spécialisée en Recherche des Causes et Circonstances des Incendies de Forêt (Cellule Vulcain) Des équipes pluridisciplinaires de recherche des causes de feu ont été développées dans les départements méditerranéens conformément au modèle mis en œuvre dans le Var dès 2004, sur la base d’un protocole entre le Préfet du Var et le Procureur de la République de Draguignan. La coopération entre magistrats, sapeurs-pompiers, forestiers, gendarmes et policiers, donne des résultats très positifs : au cours des dernières années, la cause des feux a été identifiée dans 2 cas sur 3. Cette équipe pluridisciplinaire utilise des méthodes de la criminalistique moderne adaptées à la spécificité du feu de forêt dans le but de retracer le comportement de l’incendie, de localiser le(s) point(s) de départ et éventuellement de déterminer la cause de l’incendie. Dans le cas où celle-ci n’apparaît pas évidente, la cellule donne des orientations sur les hypothèses concernant l’origine de l’incendie et facilite ainsi l’enquête judiciaire. Elle est composée - d’un Officier de Police Judiciaire, Technicien en Identification Criminelle. - d’un Officier des Sapeurs-Pompiers. - d’un Technicien ou Ingénieur de l' Office National des Forêts. L’équipe RCCI et la JSI : Présentation des missions de l’équipe et de matériels utilisés lors d’enquêtes. Présentation d’un véhicule de l’Office National des Forêts.


Association Départementale des Comités Communaux Feux de Forêts et des Réserves Communales de Sécurité Civile (A.D.C.C.F.F.R.C.S.C.83) L’Association Départementale regroupe toutes les communes ayant un Comité Communal Feux de Forêts ou une Réserve Communale de Sécurité Civile du Var, soit actuellement 140 communes représentant au total 5432 bénévoles. L’Association départementale a été agréée Association de Sécurité Civile par Monsieur le Préfet du Var le 1er janvier 2010. Dans ce cadre, les missions de l’association départementale sont principalement : - hors sinistre, des missions de formation des membres des CCFF, et ce avec la collaboration des partenaires de la campagne de prévention et de lutte contre les feux de forêts : SDIS, Gendarmerie Nationale, DDTM, ONF et Conseil Général. - A l'occasion de sinistres, la coordination des actions menées sous l'autorité de chaque maire avec, si les circonstances le demandent, la mutualisation des moyens des CCFF au bénéfice des maires. Ces CCFF et RCSC disposent de 165 véhicules et de 645 postes radio émetteurs/récepteurs. Site Internet de référence : http://www.adccff83.net Contact pour tout renseignement : Tel : 04.94.48.91.30 Fax : 04.94.48.92.83 Mel : assoc.departementale@adccff83.org Adresse postale : Jardin Peiresc – 83210 BELGENTIER Président : Gilles ALLIONE L’ADCCFFRCSC et la JSI : - Présentation d’un véhicule CCFF ; - Présentation des missions des CCFF ; - Opération de sensibilisation sur le débroussaillement et la prévention des feux de forêts ; L’ADCCFFRCSC et ses actions tournées vers les jeunes Interventions dans les écoles par certains CCFF pour sensibiliser les enfants à la protection de la forêt (en relation avec l’Education Nationale).


Association Départementale de Protection Civile (ADPC) La Protection Civile du Var a pour but  de réaliser des Dispositifs Prévisionnels de Secours à la demande de partenaires privés ou publics,  d’intervenir lors d’événements majeurs dans le département en renfort des services publics de secours  de développer l’enseignement du secourisme de proximité, à une population toujours plus croissante. L’association compte 70 bénévoles et trois antennes dans le Var. Site Internet de référence : http://www.var.protection-civile.org Contact pour tout renseignement : Tel : 04.94.91.08.83 Fax : 04.94.24.09.92 Mel : var@protection-civile.org Adresse postale : 357, Route de Marseille 83200 Toulon L’ADPC et la JSI : - Présentation des gestes de premiers secours ; - Présentation du D.S.A (Défibrillateur) ; - Présentations des formations de la Protection Civile Du Var. L’ADPC et ses actions tournées vers les jeunes Formations aux Premiers Secours de Niveau 1 (PSC1) en particulier dans les écoles de l’aire toulonnaise. En effet, les formateurs interviennent à la demande des chefs d’établissement, écoles, collèges, lycées, publics ou privés, pour assurer une mission de formation aux premiers secours aux élèves, professeurs et personnels d’éducation.


Association Départementale des Radio Amateurs au Service de la Sécurité Civile (ADRASEC) L’Association des Radio Amateurs au Service de la Sécurité Civile du Var (ADRASEC 83) est composée de 20 membres répartis sur tout le département. L’association participe à la recherche des balises de détresse aéronautiques, maritimes ou personnelles ainsi qu’à la constitution de réseaux de communications radio palliatifs d’urgence en zone sinistrée. Les ADRASEC départementales françaises sont regroupées au niveau national en une fédération (FNRASEC). Site Internet de référence : http://www.adrasec83.fr Contact pour tout renseignement : Tel : 09 53 35 83 82 Fax : 09 58 35 83 82 Mel : adrasec.83@free.fr Adresse postale : M. Philippe REMY Les Mimosas Route de Pierrefeu 83660 Carnoules L’ADRASEC et les JSI : -

Démonstration de transmissions numériques HF ; Démonstration de système APRS (positionnement automatique par radio des véhicules sur une carte) ; Présentation d’un relais bidirectionnel VHF/UHF ; Présentation d’un véhicule équipé pour les recherches SATER et les communications d’urgence.

L’ADRASEC et ses actions tournées vers les jeunes : Participation au Forum des Associations avec le Radio Club du Val d’Issole.


Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM) Centre de formation Toulon / Var Sauver des vies en mer et sur le littoral Cette première mission comprend les sauvetages au large, assurés par les sauveteurs embarqués bénévoles, et la surveillance des plages, prise en charge par les nageurssauveteurs volontaires. Les sauveteurs embarqués ont pour rôle de porter assistance à toute personne en situation de naufrage réel ou potentiel. Dans cette tâche, ils sont épaulés techniquement par une flotte opérationnelle et des équipements de pointe. Les nageurssauveteurs, issus des centres de formation et d'intervention de la SNSM, occupent les postes de secours sur les plages. Ils sont employés de manière saisonnière par les communes du littoral pour secourir les personnes sur les plages et en mer, jusqu’à 300 mètres de la côte. Former pour sauver La transmission de l’expertise en matière de sauvetage et la mise à jour constante des connaissances des équipes actives sont capitales pour les Sauveteurs en Mer. Cet apprentissage de 8 mois permet aux jeunes engagés d’obtenir les divers diplômes et certificats nécessaires à la pratique de l’assistance en bord de mer. Les apprentis peuvent également compléter leur formation par des stages spécifiques sur les plages et en mer. Le Centre de formation Toulon / Var de la SNSM compte 36 formateurs bénévoles Site Internet de référence : http://www.snsm.org Contact pour tout renseignement : Société Nationale de Sauvetage en Mer Centre de formation Toulon / Var La Frégate - Chemin de Moneiret 83200 Toulon Mél : cftoulon-var.snsm@neuf.fr La SNSM et les JSI : - Stand d’information - Présentation du diaporama et du matériel utilisés dans l’apprentissage du secourisme La SNSM et ses actions tournées vers les jeunes : Prévenir le grand public des dangers de la mer et l’informer sur les règles de bon sens à adopter fait partie intégrante des missions de la SNSM. Cet engagement se traduit par des interventions directes auprès de l’ensemble des usagers de la mer et par la mise en œuvre régulière d’outils de communication variés. Afin d’initier le public dès son plus jeune âge, les Sauveteurs en Mer interviennent également dans les écoles et lors de classes de mer. La formation se déroule du 1er octobre au 31 mai.


L’Etat dans le Var www.var.gouv.fr

PREFECTURE DU VAR – 04 OCTOBRE 2012

Contacts presse : Service de la Communication Interministérielle de l’Etat dans le Département PREFECTURE DU VAR – BP 1209 – 83070 TOULON CEDEX Vincent BARASTIER Manon BELTRANDO Didier COUVE

04 94 18 80 30 04 94 18 80 25 04 94 18 81 46

vincent.barastier@var.gouv.fr manon.beltrando@var.gouv.fr didier.couve@var.gouv.fr


Journée de la Sécurité Intérieure, samedi 6 octobre.