Page 1

REVUE DE PRESSE FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA BANDE DESSINEE D’ANGOULÊME

12 février 2014


SOMMAIRE

1) Dépêche AFP 2) Presse Nationale 3) Presse Régionale 4) Télévision 5) Radio 6) Web

p.


PRESSE ECRITE NATIONALE


Date : 02/02/2014 Pays : FRANCE Edition : Fil Gen Périodicité : Quotidien Surface : 63 %

Mots : 428

Palmarès des Fauves d'Angoulême: le Prix du meilleur album à "Come Prima" d'Alfred Angoulême, 2 févr. 2014 (AFP) Le 41e Festival international de la bande dessinée a décerné dimanche ses Fauves d'Angoulême, dont le Prix du meilleur album à "Come Prima" d'Alfred (Delcourt), le Prix spécial du jury à "La Propriété" de Rutu Modan (Actes Sud BD) et le Prix de la série à "Fuzz & Pluck Tome 2" de Ted Stearn (Cornélius). Voici le reste du palmarès des Fauves remis lors de la cérémonie de clôture du Festival: - Prix Révélation (ex-aequo), "Le Livre De Léviathan" de Peter Blegvad (L'Apocalypse) et "Mon Ami Dahmer" de Derf Backderf (Ça et Là). - Prix du patrimoine, "Cowboy Henk" de Herr Seele et Kamagurka (Fremok) - Prix du public Cultura, "Mauvais Genre" de Chloé Cruchaudet (Delcourt) - Fauve polar SNCF, "Ma Révérence" de Rodguen et Wilfrid Lupano (Delcourt) - Prix jeunesse, "Les Carnets de Cerise Tome 2 - Le Livre d'Hector" de Joris Chamblain et Aurélie Neyret (Soleil) - Prix de la bande dessinée alternative, "Un Fanzine carré" (revue éditée par Hécatombe - Genève) Par ailleurs, ont été décernés: - Prix Jeunes Talents, parrainés par la Caisse d'Epargne: 1er lauréat, Gabrielle Roque pour "Léa", 2e lauréat, Juliette Mancini pour "De la chevalerie", 3e lauréat, Mattéo Germain pour "Catastrophe" - Prix Jeunes talents Poitou-Charentes, parrainé par la Région, Mathieu Roda pour "Isis, Seth et Osiris" - Les Prix du concours de la BD scolaire, parrainé par la Caisse d'Epargne et le ministère de l'Education nationale, sont les suivants : - Prix d'Angoulême de la BD Scolaire, Noé Garcia pour "Il était une fois, Bob..." - Prix Humour du Concours de la BD Scolaire, parrainé par Fluide Glacial, Martin Robic pour "Western cafouillis" - Prix Graphisme du Concours de la BD Scolaire, Louis Pelosse, pour "L'inconnu du métro" - Prix Scénario du Concours de la BD Scolaire, Emilie Daret pour "Un héros pas comme les autres" - Prix Coup de Coeur du Concours de la BD Scolaire, Tristan Cottreau Enfin, ont été attribués: - Prix des écoles d'Angoulême, avec la mairie et l'Inspection académique de Charente, "Hôtel Etrange Tome 4" de Katherine et Florian Ferrier (Sarbacane) Prix BD des collèges Poitou-Charentes, avec le rectorat de Poitiers, "Dent d'ours Tome 1" de Max, Yann et Henriet (Dupuis) Prix des lycées Poitou-Charentes, avec le rectorat de Poitiers, "Elfes Tome 3" de Olivier Peru et Stéphane Bileau (Soleil) Prix révélation blog, parrainé par la Caisse d'Epargne, Vraoum et Mauvais Esprit Tarmasz pour son blog www.tarmasz.com. cha/leb/phc Afp le 02 févr. 14 à 16 13.

TX-PAR-GKY69

Page 14

Tous droits de reproduction réservés


Date : 03/02/2014 Pays : FRANCE Page(s) : 26 Rubrique : Culture Diffusion : (137831) Périodicité : Quotidien Surface : 8 %

LA FARANDOLE DESFAUVES DE L'ÉDITION

C'est Corne Prima, d'Alfred (Delcourt), qui emporte le fauve le plus prestigieux, celui du meilleur album. Dans une année où aucune bande dessinée particulière n'était vraiment favorite, le jury a choisi de récompenser l'excellente histoire d'Alfred, déjà lauréat du prix du public en 2007 pour Pourquoi j'ai tué Pierre. Come Prima est l'épopée de deux frères, Fabio et Giovanni, que tout oppose. Immigrés en France de longue date, leur père venant de mourir, ils prennent la route en Fiat 500 vers leur Italie natale. Road-trip fraternel se déroulant au début des années 60, le livre raconte avec justesse l'ambiance d'une époque et les blessures familiales qui, elles, restent intemporelles. Parmi les autres récompensés à Ângoulème, l'éditeur Delcourt s'en sort décidément bien, puisque Mauvais Genre, de Chloé Cruchaudet, obtient le prix du public et Ma Révérence, de Rodguen et Wilfrid Lupano, récupère celui du fauve polar SNCF (oui, les prix ont parfois des noms bizarres). On peut noter également le prix Révélation, qui va à deux bons albums de deux petites maisons d'édition : le Livre de Léviathan, de Peter Blegvad, chez L'Apocalypse, et Mon Ami Dahmer, de Derf Backderf, chez Çà et là. Q.G. (à Angoulème)

Page 15

Tous droits de reproduction réservés


Date : 25/01/2014 Pays : FRANCE Page(s) : 1-32 Rubrique : L'événement Diffusion : 338618 Périodicité : Quotidien Surface : 33 %

ANGOULEME Rien ne va plus au festival de la BD

Angoulêmene sait plus où donner enquête Aprèsle départ des grands dessinateurs,le directeurde la Citéde la BD quitte à son tour le navire.À quelquesjours de son ouverture,le 30 janvier,rien ne va plusau festivaldu neuvièmeart. AURELIA VERTALDI ET OLIVIER DELCROIX avertaldi@lefigaro.fr odelcioixraiefigaio.fi

quoi reconnaît-on la crise de la quarantaine ? Aux envies de changements ? Pour sa 41e édition, le Fes tival d'Angoulême, qui se tient du 30 jan vier au 2 février, a décidé de rompre avec une de ses plus anciennes traditions. Et pas des moindres : l'élection par ses pairs du Grand Prix, reconnaissance suprême pour un dessinateur ou un scénariste. Le jury ne sera donc plus seulement composé de vingt-six sages de la BD mais d'un col lège élargi à tous les auteurs présents lors de cet événement. Une page se tourne donc pour ces grands prix à qui l'on reprochait de rester enfermés dans leur bulle et de méconnaî tre la BD actuelle. Ou, pis encore, de fa voriser leurs « copains ». Offensés de ne plus être les seuls maîtres d'Angoulême, Philippe Druillet, Florence Cestac, René Pétillon, Enki Bilal, pour ne citer que les plus connus, ont donc décidé de se retirer de cette élection. « Nous ne satisfaisons plus les organisateurs. Nous en prenons acte. Nous nous sentons plus encombrants qu 'autre chose et il n'est pas question pour nous de vouloir nous imposer. Le festival est maître de ses choix », déclare André Juillard, auteur des Sept Vies de l'F.pervier

Page 27

(élu Grand Prix en 1996) . Cette révolution de palais expliquequ'aucun dessinateur français t-elle n'ait été sélectionné pour décrocher l'oscar du neuvième art ? L'Américain Bill Watterson, le Japonais Katsuhiro Otomo et le Britannique Alan Moore, les finalistes en lice pour le Grand Prix, de vront se passer cette année de la caution des plus grands noms de la BD. Ceux-là mêmes qui ont placé le Festival d'An goulême juste derrière ceux de Cannes et d'Avignon en termes de notoriété in ternationale. Si ce changement de scrutin peut pa raître accessoire, il masque cependant des difficultés bien plus graves. Aux bou deries des Grands Prix s'ajoutent en effet de perpétuels problèmes structurels, des querelles d'éditeurs et une guerre des subventions qui dure depuis... 2008. « Pour sauver le festival, confronté une fois de plus à d'énormes difficultés, Re naud Donnedieu de Vabres, alors ministre de la Culture, avait diligente la commission Ladousse », raconte Didier Pasamonik, co-fondateur des éditions Bethy. La commission recommande alors de créer un EPCC (établissement public de coopé ration culturelle), société mixte gérée par l'Etat avec le conseil général et la mairie. Celle-ci a en charge la gestion, entre de la autres, de la Cité internationale bande dessinée et de l'image. Ce musée dédié au neuvième art va devenir, aussi invraisemblable que cela puisse paraître, le principal ennemi du festival. « À l'épo

que, 9eArt*, société organisatrice du fes tival, a voulu jouer cavalier seul », expli que encore Pasamonik. Elle adopte une autre stratégie de développement en partant à la recherche de sponsors privés comme la Caisse d'épargne ou la SNCF. Des partenaires qui, frappés par la crise économique, réduisent aujourd'hui leurs budgets ou ne s'associent tout simple ment plus à l'événement. Les départs de la Fnac (l'an passé) ou des Centres Leclerc furent d'ailleurs retentissants. Quant à l'arrivée en dernières minutes du sponsor israélien Sodastream, leader mondial de la gazéification de l'eau à do micile, elle pourrait se révéler explosive.

Latension monte Cet antagonisme entre la Cité et le festi val n'a fait que s'amplifier. En novembre dernier, Michel Boutant, le président du conseil général de Charente, a d'ailleurs conditionné l'octroi de la subvention du festival (120 000 euros) à sa bonne colla boration avec sa rivale, la Cité de la BD. « Le conseil général exerce une certaine forme de chantage », ripostent Patrick Ausou et Franck Bondoux, respective ment président et délégué général du festival, dans une tribune envoyée à la presse. Ce combat des chefs, pour para phraser un titre d'Astérix, fragilise ainsi un événement pourtant essentiel au dé veloppement de la région. Il est même venu à bout de Gilles Ciment, le directeur de la Cité de la BD. Après une entrevue

Tous droits de reproduction réservés


Date : 25/01/2014 Pays : FRANCE Page(s) : 1-32 Rubrique : L'événement Diffusion : 338618 Périodicité : Quotidien Surface : 33 %

»t

Page 28

t

t

t

Tous droits de reproduction réservés


PRESSE ECRITE REGIONALE


TELEVISION


RADIOS


WEB


ActualittĂŠ


BDGest’


Toute La Culture


BoDo誰

Rp fibd essai 1  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you