Page 1


Je remercie mon professeur Jean-François Durand pour sa présence attentive et son soutien tout au long de cette année. Je remercie mes professeurs et l’université Paul-Valery pour le cadre éducatif et bienveillant qu’ils m’ont offert. Je remercie mon père pour m’avoir appris à me jouer de la stupidité avec finesse et tact parfois. Je remercie Dieu pour ce sens de l’humour qui nous élève au dessus de l’horreur bien actuelle.


« On ne fait pas la guerre pour se débarrasser de la guerre.» Jean Jaurès


TABLE DES MATIERES

Introduction ...............................................................................................................1 La vérité......................................................................................................................3

1)-De la vérité manipulatoire ..............................................................................................................................3 2)-De la vérité ......................................................................................................................................................... 12

La soumission ........................................................................................................... 21 1)-De la volonté ...................................................................................................................................................... 21 2)-De l’humanisme ................................................................................................................................................ 23 3)-De la soumission .............................................................................................................................................. 28

La perception ............................................................................................................ 35 1)-De la perception ............................................................................................................................................... 35 2)-De la perception manipulée ........................................................................................................................ 37 3)-De la manipulation perceptive ................................................................................................................... 42 4)-L’autre aspect de la perception.................................................................................................................. 44 a-De l’éducation ..........................................................................................................................................................45 b-De l’amour.................................................................................................................................................................46 5)-La perception subliminale ........................................................................................................................... 48 a-De la volonté extérieure......................................................................................................................................48 b-Problématique de la manipulation perceptive sous son aspect éthique ......................................49 c-De l’opposition à la volonté extérieure ........................................................................................................51 d-De la force qui nous habite ................................................................................................................................53

Applications pratiques .............................................................................................. 55 1)-Du Cinéma et des jeux vidéo ....................................................................................................................... 55 a-Call of duty - L’appel du devoir........................................................................................................................58 b-Un exemple de jeu vidéo réalisé ......................................................................................................................60 c-La guerre des étoiles .............................................................................................................................................62 d-Assault on Iran – Assaut sur l’Iran.................................................................................................................65 e-Advanced warfare – Guerre avancée ............................................................................................................68 2)-La vie contre la manipulation perceptive .............................................................................................. 76 a-Antisémitisme ..........................................................................................................................................................76 b-Culpabilité et responsabilité .............................................................................................................................78 c-Mémoire......................................................................................................................................................................80 d-Légitimité ..................................................................................................................................................................81 d-Légitimité religieuse.............................................................................................................................................83 2)-De la religion...................................................................................................................................................... 85 a-La religion et le vrai Dieu...................................................................................................................................85 b-Homosexualité et religion catholique ..........................................................................................................86 c-Religion et colonialisme ......................................................................................................................................87 d-Judaïsme et filiation..............................................................................................................................................90


De la soumission américaine du monde..................................................................... 93

1)-De son origine et de sa structure .............................................................................................................. 93 a-De son origine Israélienne .................................................................................................................................93 b-De son étendue ........................................................................................................................................................96 c-De sa légitimité affirmée par manipulation perceptive .......................................................................99 d- De la manipulation perceptive et de sa structure inconsciente ................................................... 102 e- De l’injonction subliminale ............................................................................................................................ 104 2)-Des géants américains à l’oeuvre ........................................................................................................... 106 a-Facebook ................................................................................................................................................................. 106 b-Buzzfeed et l’injonction.................................................................................................................................... 108 c-la manipulation perceptive par Facebook .............................................................................................. 110 d-Google et la révolution ..................................................................................................................................... 114 e-La Silicone Valley contre le monde ? .......................................................................................................... 116

Conclusion .............................................................................................................. 119 Bibliographie .......................................................................................................... 121


Introduction Ce qu’il faut se dire de nous même est ce qu’il faut se dire de l’autre, et c’est par cette affirmation que nous commencerons ce sujet de mémoire qui traite de la vérité et de la manipulation, et de l’usage qu’il en est fait dans les medias aujourd’hui, entendu que le sujet de l’homme dans sa vérité est si intriqué avec celui de l’homme dans sa dimension cosmique que nous prendrons tout d’abord le temps de décider de ce qu’est une vérité humaine avant de nous attabler au fond de la question qui est de savoir ce que veut dire le mot manipulation lorsqu’il est appliqué au concept de vérité. Le mot vérité ne se soutient pas à lui seul, il a besoin pour se soutenir d’autres concepts tels que la perception, le mensonge ou encore l’illusion ou le faux. Henri Rey-Flaud dira à ce propos que « la vérité (qui n’est pas l’exactitude) doit avoir pour contrepartie le faux (qui n’est pas l’erreur) qui la fonde et la justifie »1. C’est également ce que nous allons aborder ici. Si la vérité est ce qui nous guide à nous développer dans le bien, elle est aussi ce qui nous apprend qui nous sommes, et si qui nous sommes est bien ce que nous disons être, c’est parce que le qui nous sommes est ce qui décide du ce que nous faisons et par conséquent du qui nous disons être, puisque dire est une action. Ce qui se joue dans la manipulation est cela même qui se joue dans la vie de tous les jours, parce que ce qui se joue dans le monde à travers nos guerres incessantes n’est que manipulation, et cela nous allons tenter d’en faire la démonstration. Il faut bien que nous décidions aussi, par un petit effet manipulatoire, au travers de ce mémoire, de retourner la manipulation contre le manipulateur, afin d’en saisir toute la dimension et toute la portée dans ce qu’elle impose de violence verbale et psychique, qui bien souvent se transforme en violence physique, à cet autre que nous manipulons sans 1

Henry Rey-Flaud, La question de la vérité en psychanalyse, extrait de « la vérité, entre psychanalyse et philosophie », sous la direction de Michel Plon et Henry Rey-Flaud, Editions Eres, 2007, p11

1


vergogne. A cela, nous nous attèlerons avec hargne et conviction, de cette même hargne convaincue qui anime ceux qui nous manipulent. Nous espérons donc, que nos lecteurs, avec toute la clairvoyance et la patience qui leur est propre, sauront apprécier à sa juste valeur ce qui leur est offert, une vision de l’arme retournée contre son porteur. Ceci, nous n’en ferons pas plus cas, nous vous laissons apprécier.

2


La vérité 1)-De la vérité manipulatoire Si la vérité est ce qu’il en est dit par Platon dans « la république »2, alors la vérité est une et transcendante, mais surtout, hors de notre portée car n’appartenant pas à ce monde. Ce concept de la vérité ne peut pourtant pas être ramené à la vérité dans son sens quotidien qui veut que toute vérité s’oppose à un mensonge, et qui dit vérité et mensonge, dit manipulation de ladite vérité. La vérité platonicienne elle ne s’oppose pas au mensonge, mais à l’illusion que crée sa projection dans le réel de la vie. Il faut donc entreprendre de comprendre ce qu’est la vérité afin de voir où elle se situe dans notre sphère quotidienne, et surtout où et quand elle peut être manipulée pour se faire une idée plus précise de ce qui est en jeux dans les medias et les réseaux sociaux (social medias en anglais) et de ce que nous voulons bien appréhender comme une vérité qui n’est en réalité qu’une idée que nous nous faisons de nous même.

Pour cela, il faut comprendre que lorsque l’on se demande si une vérité est bonne à dire, l’on tente en réalité de se faire une idée de ce qui peut être dit ou non dit comme idée représentant l’autre, or si l’autre est celui que nous considérons au travers de l’idée à énoncer ou à ne pas énoncer, il est aussi autre et donc ne nous appartient pas. Comment donc posséder une vérité appartenant à l’autre sans ne pas systématiquement tomber dans le mensonge et donc dans la manipulation de l’esprit de celui qui nous fait face. Il nous faut donc nous regarder comme des êtres parcellaires parce que vivant dans l’altérité et non dans l’unité, et qui ne nous sommes pas vraiment questionnés sur le sens de la vérité fragmentée, non pas que nous n’ayons pas maitrisé la question du sens du vrai, mais bien que la question est restée maltraitée car relevant du divin dans son aspect unaire. 2

Platon, La république, Editions Librairie Garnier Frères, version numérisée sur scribd.com, Livre VII, 1963, p247 a 283

3


S’il faut se demander ce que veut dire vivre dans le vrai, il faut aussi se demander si l’on peut vivre dans le faux. Dans ce cas la, nous sommes amenés à vivre le vrai et le réel différemment, or qu’est ce que le réel sinon notre vérité humaine à nous qui n’avons que cela pour nous y tenir dans ce réel ? Le vrai et le réel vu sous cet angle sont deux aspects d’une même entité, et cette entité est pour nous celle du visible dans lequel nous nous inscrivons et qui s’inscrit également en nous. Se dire que le réel pourrait ne pas être vrai, c’est de concevoir une fausseté à la vie, or celle ci n’en a pas puisqu’elle est sans comparaison possible pour nous humains. Si la question de la vérité interroge tant notre humanité, c’est bien parce que nous avons accès à l’invisible, ce qui nous donne un semblant d’élément de comparaison en matière de vérité. Or est- il vraiment possible de comparer deux entités si différentes que le visible et l’invisible pour savoir laquelle des deux est vérité, qui plus est lorsque l’on a qu’un accès très restreint à l’une d’elles, de le cas qui nous intéresse, l’invisible ? Toutes les philosophies de la vérité tournent autour de ce point de questionnement, lequel du visible ou de l’invisible détient la vérité pour en arriver d’une façon ou d’une autre à l’idée que la vérité unaire réside dans l’invisible ? Mais lorsque nous nous éloignons du domaine philosophique pour traiter le sujet, comme par exemple le domaine scientifique, la vérité devient alors chose du visible puisque prouvée et prouvable. Toute chose décidée vérité en matière scientifique l’est parce qu’elle est ramenée au visible pour y être prouvée, autrement, elle reste du domaine de la croyance qui elle est jugée mensongère dans ce domaine. Si le vrai est ce qui peut être prouvé, alors c’est toute la philosophie platonicienne qui s’effondre puisque cette dernière situe le vrai hors de notre portée, dans le monde invisible, et si ce que nous admettons comme vérité est aussi ce qui est vrai, alors c’est tout notre vocabulaire qui est à revoir, car dans ce cas là, ce qui est vérité ne peut être vrai sans sombrer dans le mensonge. Pour cela il nous faut nous interroger sur ce qu’est le vrai, et sur ce qu’est une vérité, et se demander si une vérité appartient au registre du vrai ou à celui de la vérité. La question n’est pas sans nous intéresser en tant qu’individus vivant dans le réel, et nous targuant parfois de détenir une vérité, pour ne pas dire la vérité du monde.

4


Si les medias sont ce qu’ils sont, des moyens d’information, ils informent parfois sur des faits, et aussi parfois sur une vérité qui est la leur en tant que porteurs de l’information, et qui pourtant se veut comme la notre en tant que receveurs de l’information. Informer sur des faits en tant media peut sembler normal et anodin jusqu’au moment ou l’on finit par se demander ce qu’au juste est un fait. La psychanalyse nous a montré que si la perception est ce qui fait de nous des individus, c’est la vie inconsciente qui nous dirige et nous pousse à agir, et c’est de cela qu’il sera question dans ce mémoire. Si la vie inconsciente nous pousse à agir, et si les faits, visions partielles car de perceptions individuelles sont présentés comme vérité puisque vrai pour celui qui les perçoit, que sont les faits sinon une manipulation du vrai par un individu et son inconscient ? S’il est vrai que la vie ne nous a pas dotés de la capacité de nous soustraire de la soumission à l’inconscient, elle nous a pourtant dotés de celle qui consiste à ne pas y adhérer lorsque celui ci se joue contre nous, et cela est nécessaire lorsque nous vivons dans un monde où l’information est déifiée, et où le moindre espace nous en offre plus que l’on en aurait si la nature était aux commandes de nos vies. La présence de l’information par les téléphones portables et autres gadgets sophistiqués jusque dans nos chambres et salles de bains, lieux par excellence de l’intimité, nous rend esclaves de ces vérités que l’on nous assène à longueur de journée. Pour pouvoir y échapper, il faudrait vivre dans un monastère, mais là encore, il n’est pas dit que l’information n’ait pas gagné du terrain. Se vivre comme un être de son temps, c’est de se vivre dans ce temps qui est celui de l’inondation par l’information et cela ne fait pas de doute, mais se vivre comme un être libre, c’est de savoir cela, et en le sachant, d’apprendre à se prémunir contre ce qui nous assaille de toute part dans une volonté de nous soumettre qui nous est bien souvent inconscient et imperceptible. Si vivre de l’information en tant que porteur de l’information, c’est de se percevoir en toute honnêteté ou en toute malhonnêteté comme porteur de vérités factuelles, c’est aussi de se demander quelle sont ces vérités factuelles qu’il nous semble si important de porter que nous ne pouvons choisir de ne pas en être les porteurs.

5


Si la vérité est si difficile à gérer, c’est qu’elle ne nous appartient pas, puisqu’au delà de nos perceptions, or si ce qui ne nous appartient pas se fait jour au travers de nos perceptions, il devient notre, perd son universalité, et devient donc une vérité parcellaire. Faire de cette vérité parcellaire une vérité tout court en se présentant comme impartial, c’est de manipuler les esprits de ceux à qui l’on s’adresse. L’impartialité ne peut être de ce monde à partir du moment ou la perception y est avant elle, d’où la litote qui nous est également présentée comme vérité, et qui est celle du « journalisme impartial ». Si le journalisme était impartial, nous le saurions, mais nous le savons puisque c’est l’un de ses fondements. De là, nous pouvons nous demander quel est l’intérêt de nous poser comme fondement que le journalisme est impartial puisque nous le savons de l’avoir vu si impartial au fil des siècles. S’il fallait se demander quelle est cette valeur d’impartialité qui est si fortement mise en avant, nous en viendrions très probablement en suivant l’association d’idée freudienne, à la valeur de justice, car qui nous est présenté comme la figure même de l’impartialité sinon dame justice, allégorie de l’impartialité, les yeux bandés, la balance dans une main et le glaive dans l’autre ? Et si suivant notre cheminement psychanalytique, nous fouillions encore dans nos mémoires inconscientes et de soumission, nous verrions très certainement St Michel également balance et glaive à la main, mais les yeux ouverts cette fois, pesant les âmes des défunts et rendant un jugement divin s’il est. Le jugement divin est impartial puisqu’il n’est pas de ce monde ni de son au delà. Il n’existe pour nous que dans notre imaginaire, et si cet imaginaire le décide impartial, il en sera ainsi puisque le jugement divin ne se veut que nous même nous réfléchissant en la divinité et lui imposant nos visions et nos choix pour notre au delà qui est inconnu à ce jour. Mais s’il est impartial, il est aussi très partial dans sa valeur religieuse, puisqu’il ne se veut pas celui qui nous juge selon qui nous sommes, mais selon ce que nous faisons, et si ce que nous faisons ne reflète pas qui nous sommes, alors il devra prendre le parti d’oublier qui nous sommes pour juger de ce que nous faisons. Cela peut sembler anodin si ce n’est que parfois qui nous sommes est à l’opposé de ce que nous faisons.

6


Saint Augustin dans « du mensonge » 3, traite de la question de l’acte et de son rapport à l’être et à ses convictions profondes, et choses curieuse, le qui nous sommes et le ce que nous faisons ne vont pas toujours de pair, puisque pour parfois être qui nous sommes, il nous faut faire ce que nous faisons en total désaccord avec ce que nous sommes. La question de la divinité se pose donc comme une question de ce que nous sommes par rapport aux actes que nous posons, et s’il nous faut être ce que nous sommes, il nous faut donc parfois faire ce que nous ne sommes pas. Etre ce nous sommes, c’est être dotés de jugement, et non d’impartialité, cette dernière étant laissée à la divinité. Si l’impartialité se veut impartiale, elle doit donc se faire une façon de vivre, or qui dit façon de vivre dit que la vie même en est le schéma et le modèle. Si le modèle de la vie ne nous a pas appris l’impartialité, et que la divinité ne se veut pas impartiale mais plutôt compréhensive de ce qui nous guide à travers nos étapes de la vie, quelle est cette impartialité que nous humains, êtres imparfaits et dotés de sentiments prenons pour vertu divine ? La vérité comme vertu et l’impartialité comme vertu également se font face, et ce face à face nous le traiterons dans ce mémoire pour savoir qui de nous détient la plus vertueuse contradiction, et sinon, qui de nous manipule la vérité comme vertu à son avantage certain, et ce sans se soucier de la vie dans ce qu’elle ne nous appartient pas même si nous en faisons partie. La vie se joue à si peu qu’il serait vain de nous étriper pour en extraire les substances nécessaires à notre bon développement, et pourtant nous le faisons, et ce, avec l’aplomb de ceux qui n’ont que faire de la substance elle même, mais de sa puissance de vérité, même s’il faut pour cela nous faire vivre une vie de manipulation. Quel intérêt que de vivre le vrai ? La vie se veut vivante de nous, mais ce nous peut il se vivre comme chose éternellement parfaite, ou comme expression vivante de la divinité et de son au delà qui est inconnu. Si la vie se veut vivante, alors nous pouvons penser que nous ne sommes pas ceux qui nous devons de faire le parfait, mais l’imparfait, car dans la vie vivante, l’imperfection est reine, et ce n’est peut de le dire que de se vivre comme des êtres humains si imparfaits

3

Augustin d’Hippone, Du mensonge, traduction de M. L’abbé Devoille extrait de Oeuvres complètes de saint Augustin, Tome XII, p195-217, source: wikisource Https://fr.m.wikisource.org/Du_mensonge

7


que nous ne serions même pas en mesure de nous vivre sans oxygène, et là réside notre vérité à nous humains. S’il faut parler de ce qui nous anime dans cette soif du divin, il faut tout d’abord nous remettre à notre place d’humain, et s’il faut se demander lequel du divin ou de l’humain a besoin qu’on le tienne par la main et qu’on le guide, il faut savoir se rappeler que notre humanité n’est peut être pas ce qui nous fait être parfait, mais qu’elle est ce qui nous rend digne de considération devant le divin notre créateur.

Vouloir comme le journalisme impartial vivre une vie de perfection à l’instar de la divinité telle qu’on se la projette, c’est de se vouloir, toujours à l’instar de la divinité, tout puissants. Or cette toute puissance n’est qu’une projection elle aussi de l’idée que nous nous faisons de celui qui nous créa s’il le fit, de sa propre volonté. Cela nous le traiterons également ici. Se vouloir vivant, c’est se demander quelle autre route nous pourrions emprunter pour ne pas nous égarer dans nos cheminements humains, et si cette route vaut la peine d’être empruntée. Si elle en vaut la peine, alors, il faut se demander quelle issue pour tous ceux qui ne sont pas si surs que le journalisme impartial soit une si bonne chose pour l’humanité. Se faire humain et tenter d’être impartial, c’est de se demander si nous sommes capables de vivre sans division du monde en catégories binaires, car il faut vivre pour se faire une idée de ce qu’est la binarité, et où peut se situer l’impartialité face à cette polarité binaire. Si la polarité binaire appelle à la partialité, c’est bien que le choix est présent. Ne pas prendre parti basé sur sa subjectivité, c’est d’ignorer cette polarité binaire, tout en se donnant le droit de rapporter d’un fait du réel altéré par nous perceptions. Comment faire un jugement de ce type sans sombrer dans l’absurde puisque le jugement de gout est celui qui nous guide dans la vie par le biais de notre inconscient. Faire un jugement impartial ou du journalisme impartial, serait se dépouiller de notre inconscient pour le temps de nos actions, et cela n’a à ce jour pas encore été expérimenté.

Si Héraclite dans ses fragments mais aussi Lao Tse dans son Tao nous ont bien démontré le principe des opposés harmonieux, équilibre fondamental et nécessaire puisque vital, il

8


nous ont pourtant aussi démontré que cette vision était à interpréter de façon dynamique et non figée puisqu’animée par le mouvement perpétuel. De ce mouvement de la vie, à travers l’opposition harmonieuse des contraires naquit la dynamique de l’être qui est une évolution permanente et une coïncidence de nos pères et mères parce que vivants et générateurs de vie et de mort. Si la vie est si harmonieuse dans ses contradictions, c’est qu’elle se veut vivante de son flux qui est celui qui nous génère et nous émeut par sa grâce subtile et majestueuse. Faire de ce don de la vie un don de l’être, c’est de se demander si nous sommes bien ceux qui pouvons ne pas y être sans le vouloir ; or le vouloir, et donc la volonté nous échappe dans la mesure ou ce n’est pas de notre volonté propre que nous sommes ici. Preuve en est que nous ne sommes pas ceux qui peuvent décider de ne pas y être sans mourir. Or si la volonté est ce qui fait de nous des humains, elle n’est pas nous, mais parfois nous traverse et si nous sommes ceux qui savons être traversés par elle, elle nous emmène vers le sommet de la vie de l’être, à savoir la réussite de nos projets et de nos ambitions. Savoir cela, c’est se vouloir aussi tributaires de ce qui nous anime et dont nous ignorons les forces, si ce n’est qu’elles sont volontaires, or cette volonté ou puissance créatrice si elle ne nous est pas inconnue, ne nous appartient plus, si ce n’est pour nous faire virevolter d’une édifice à l’autre et d’une idée à l’autre, ou encore d’une action à l’autre. Faire de ce don de la volonté une expérience du divin, c’est de se savoir ici pour accomplir une mission qui nous émeut et nous pousse vers ce qu’elle nous enseigne, l’expérience de nous même et de nos forces créatrices et destructrices s’il est. Se dire vivant, c’est de se dire que si nous ne sommes pas tous blancs, nous ne sommes pas non plus tous noirs, le noir et le blanc n’étant pas des couleurs, mais des jeux chromatiques ou leur absence. Si le jeu chromatique est si important ici, c’est qu’il permet de nous définir par ce biais, et si le jeux chromatique ne nous est pas familier, nous pouvons tout aussi bien prendre comme exemple le bien et le mal qui eux non plus n’existent pas en soit, mais par un jeu d’actions et de leur absence s’il en est ainsi. Voir la vie sous cet angle, c’est de se dire que si nous ne sommes plus si surs de ce que nous sommes et de ce pourquoi nous sommes là, il nous faudra alors nous contenter de ce que nous faisons, à l’instar du journaliste impartial qui transmet une vérité parcellaire, car

9


c’est tout ce qu’il est possible de faire en matière de transmission de la vérité pour un être humain à ce stade de notre évolution. Qui comprend cette approche du journalisme impartial, sait que ce qui se joue dans les medias se joue aussi dans le monde de la technologie de l’information, et ce n’est peut de le dire que de se vivre comme vérité parcellisée dans les medias aujourd’hui. Vivre ce mensonge de la parcellisation du vrai, c’est de vivre ce que nous faisons comme si nous étions des dieux en charge du devenir de l’humanité, et c’est là que réside la manipulation de la vérité qui si elle ne nous donne pas satisfaction dans ce que nous vivons de cette vérité puisque imaginée, nous donne pourtant l’impression de vivre le bien dans son sens le plus religieux. Si cette quête de vérité ne nous était pas présentée comme si nous nous devions de l’accepter, alors il nous resterait le choix de ne pas le faire, et notre liberté serait alors intacte, mais cette quête de vérité nous est présentée comme un devoir religieux que nous nous devons d’accomplir religieusement, et c’est ce qui crée la perturbation au niveau des équilibres primaires et salutaires du monde. Si la vérité n’est pas bonne à dire, c’est qu’elle est fausse, or une vérité ne peut être fausse, ce serait une contre vérité. Que dire donc de ce qui se joue dans les medias lorsque ce qui est dit est dit pour ne pas blesser certains lecteurs ? S’agit il d’une vérité impartiale ou d’une contre vérité ? Nous ne nous attarderons pas ici non plus car ce qui est vrai pour les uns ne l’est pas forcement pour les autres, et ce qui me blesse ne blesse pas forcement mon prochain, cela veut aussi dire que le vrai diffère en grande partie de la vérité, et cela ne se peut puisque la vérité est vraie par essence, et c’est là, dans cette encoche entre le vrai et la vérité que s’engouffre toute les subtiles manipulations médiatiques de l’esprit humain. S’il faut vivre et se demander quelle serait une vérité non vraie, il faut aussi se dire que si nous ne pouvons vivre cette vérité non vraie puisque vrai ne peut être faux, nous pouvons tout de même vivre une fausse réalité, et cela nous ne pouvons pas ne pas nous y attarder car la notion de réalité se joue de la notion de vérité tout comme la vérité se joue de la réalité, et s’il faut vraiment se demander si une réalité non vraie existe à la manière d’une vérité non réelle, alors il faudrait explorer ce qu’est réellement le mot vérité, or nous ne sommes pas en mesure de le faire puisque ce mot prends ses racines dans notre

10


inconscient, et qui dit inconscient dit non accessible à notre conscience éveillée, d’où le sempiternel débat de la vérité réalisé ou de la réalité éthérée, l’une complétant l’autre sans jamais l’approcher ou le toucher, et c’est de cela qu’il est question ici. Le media-mensonge, ou le media-manipulation est au cœur des débats politiques aujourd’hui, et si la vérité y est toujours centralisée comme bien ultime, c’est qu’elle se dit manipulée, et si le mot manipulé est si saugrenu dans ce débat, c’est qu’il s’agit de débats politiques ou la manipulation des opinions est de mise, pour ne pas dire une obligation inhérente au domaine. Si l’on se veut un partisan du verbe véritable, que dire de ce qui se joue lorsque l’on se promène sur les réseaux sociaux, nouveaux medias de la personne dépersonnalisée et qui se vantent plus qu’aucun media sur cette planète d’être au cœur de l’actualité et de l’information, et même de la faire et de la défaire? Il faut se dire que si le nouveau media que représentent les réseaux sociaux est bien celui qui manipule la vérité, il est bien aussi celui qui manipule nos esprits faisant de nous des pions sur un échiquier, et de cela il ne fait pas grand doute puisque cela à été démontré et nous y reviendrons que l’ampleur de la manipulation a atteint des degrés jamais auparavant atteint dans la manipulation de masse. Ce qui est intéressant, ce n’est pas simplement ce qui a été exposé et mis à jour puisqu’ayant fait par là son passage dans le conscient de ceux qui se veulent libres de toute manipulation, ce qui est surtout intéressant, c’est cette immense partie de l’iceberg de la manipulation qui n’a pas été mise à jour, et parce que n’ayant pas été mise à jour, et donc ramenée de l’inconscient au conscient, continue de mener nos destinée dans une direction que nous ignorons. Cette force contre laquelle nous semblons impuissants et qui se joue de nous comme de marionnettes sans fils, se dit intelligente, de l’intelligence des dieux. Il est vrai que nous n’avons que peu de recours contre elle, et nous les ferons valoir, au nom de la liberté, non pas celle qui trempe ses pieds dans les eaux new yorkaises, mais celle qui nous a doté du libre arbitre, et cela ne se fera pas sans la vision vraie de ceux qui nous ont précédé, et qui s’ils nous ont précédés sont à l’origine de cette manipulation construite sur une vision du monde dépassée par sa propre réalité. Il s’agit de ceux qui ont étudié la psyché.

11


La vérité se joue de nous, non pas parce qu’elle est conçue pour se jouer de nous, mais parce que dans notre soif de vérité, nous avons oublié ce qui se joue dans le réel ; la guerre des mondes.

2)-De la vérité La vérité est ce qui nous guide à aller de l’avant dans notre quête de nous même et de nos origines. L’allégorie de la caverne 4 qui a inspiré les penseurs occidentaux sur le thème de la vérité au fil des siècles nous donne le ton sur ce qu’est la perception de la vérité sous un regard occidental, l’orient ayant d’autres vues sur la question. La vérité selon Platon est comme un soleil dont la lumière nous éblouirait si nous tentions de le regarder en face, et nous sommes de toute façon, nous humanité, trop pris dans l’illusion que crée la vérité en se reflétant dans nos vies pour tenter de trouver la source de ce qui nous illusionne par ce qu’elle nous nous projette d’elle même. Si la vérité était ce qu’en dit Platon, elle ne serait pas que lumière, mais aussi ombres car la lumière pour créer des ombres doit se poser sur un objet, et c’est donc l’absence de lumière, barrée de son chemin par l’objet, qui crée les ombres et donc l’illusion décrite par Platon. Si la lumière est vraie, l’ombre est tout aussi vraie car elle est preuve de l’obstacle rencontré par la lumière, et donc de sa vérité qui est que l’obstacle est tout aussi existant que ladite lumière. Ce qui fait la différence d’avec la philosophie orientale, hindouiste par exemple, c’est que dans la philosophie hindou, le brahman est considéré comme une lumière sans ombre, de celle qui transperce, ce qui fait sens car comment la vérité ultime pourrait-elle être barrée de son chemin par un quelconque obstacle sans ne pas perdre de sa force divine qui est celle qui nous émeut par sa toute puissance ?

4 Platon, La république, Editions Librairie Garnier Frères, version numérisée sur scribd.com, Livre VII, 1963, p247 a 283

12


Si la philosophie platonicienne se veut vivante de ce qu’elle se veut, à savoir sa soif de vérité, elle doit alors se demander pourquoi cette ultime vérité projette des ombres, et pourquoi ces ombres sont considérées comme illusions et non comme partie de cette vérité qui se joue d’ombres et de lumière. Vivre sa vie en imaginant ce que nous serions sans ces ombres projetées, c’est de se vouloir inexistants, car sinon notre existence devient une insulte à la lumière même. Or la vie ne se veut pas inexistante puisqu’elle se veut réalisante, preuve en est que la matérialité du monde se veut la réalisation divine par excellence. Si la réalité du monde se veut ailleurs, alors qu’est le monde sinon la réalité de la vie elle même ? Se demander cela, c’est ouvrir la voie à une autre conception de la vérité, moins désireuse d’un au delà qui serait meilleur, et l’acceptation de l’ici bas comme réalisation de l’au delà. La vérité se veut vivante de cette vie, et cela ne fait aucun doute, pourquoi sinon serait elle ici à nous questionner sans fin ? Vivre sa vie sans se demander ce qui pourrait nous illuminer demain, c’est accepter d’être ceux qui sommes sur le chemin de la lumière partout et toujours, à moins qu’un objet plus grand ne nous en empêche, nous privant par là de la vérité ultime du monde et des choses de ce monde. Si le monde était ce qu’en dit Platon, il ne serait qu’une illusion faite de jeux d’ombres, dans ce cas, qui sommes nous sinon une partie de se monde nous y reflétant par la lumière. Or nous ne sommes pas reflets, mais objets de masse suffisante pour créer par notre présence des ombres, et les parois, des surfaces suffisamment denses pour recevoir ces ombres. Si l’existence des ombres n’enlève rien à la vérité de la lumière, elle nous dit que cette lumière n’est pas toute puissante, et c’est l’ouverture au chaos du monde qui veut que la lumière et la vérité soient tout puissants sur nos vies, or si la vérité n’est pas toute puissante, qu’est ce qui l’est ? L’allégorie platonicienne de la caverne ne se soucie ni de l’existence humaine, ni de l’existence divine, mais de la supériorité intellectuelle de ceux qui ont trouvé l’idée et qui parce qu’ils ont trouvé l’idée peuvent s’élever au dessus de la masse du commun des mortels.

13


Cet élitisme platonicien a été cultivé de tous temps parce que nécessaire à la société dans son ensemble qui ne peut se satisfaire de nous mettre tous sur un niveau d’égalité. Il y a eu et il y aura toujours ceux qui ont trouvé la vérité, ceux qui la cherchent, et ceux qui ne savent même pas qu’elle existe, trop occupés à survivre. Se faire vivre au nom de la recherche de la vérité, c’est de se vivre dans le sens de la lumière, et cette lumière si elle n’est pas divine, est tout du moins à l’instar du soleil celle qui nous permet de nous élever au dessus de la masse, et qui l’a compris a compris le sens de notre existence. Le sens de la vérité dans ce contexte est ce qui nous fait nous vivre comme ceux qui sont à l’affut de la moindre illusion à dénoncer, et ce parce que nous sommes ceux qui savent reconnaître la lumière de l’illusion. Si la vie était si simple, nous le saurions, et ce qui se joue dans cette philosophie de la vérité, ce ne sont pas nos croyances, mais nous même comme êtres vivant de l’illusion du monde, et nous projetant en lui comme en une chose vraie. Si notre monde n’est qu’une vaste illusion comme le veut la philosophie platonicienne, qui sommes nous dans ce schéma ? Nous sommes ceux qui créent l’illusion en obstruant le passage de la lumière. Cela voudrait dire que le monde est illusion parce la faculté de créer l’illusion est inscrite dans notre nature. Dans ce cas là, quiconque veut se soustraire à l’illusion doit tout d’abord se soustraire à lui même pour éviter de faire le jeu de l’illusion. Comment se soustraire à soi-même sans se soustraire à son corps qui est masse? C’est là toute l’absurdité de rechercher la vérité ailleurs, dans un au delà inaccessible, quand nous sommes nous même une partie de cette vérité. Si la vérité ultime se targue d’être ailleurs, c’est bien qu’il doit être inscrit dans quelques lois que nous ne sommes pas ceux qui peuvent y accéder de notre vivant. La vérité, celle qui nous est accessible en tant qu’humains dotés de l’intellect et du mouvement selon la conception aristotélicienne de l’âme, se trouve dans le monde réel et imaginaire. S’il faut se demander ce que serait une vie sans recherche de la vérité, il faut se dire que ce qui est à rechercher est généralement ce qui nous manque. Si l’affamé recherche de la nourriture, le sans abri recherche un toit, le mal aimé un amour, et le penseur une idée. Si nous recherchons la vérité, c’est très certainement

14


qu’elle est ce qui manque à nos vies pour que nous éprouvions un sentiment de plénitude à nos existences. Ce travail de recherche de la vérité ne peut se faire que si la personne qui a décidé de l’entreprendre se demande pourquoi elle cherche la vérité, autrement elle ne rencontrera que des mensonges sur sa route, car pour pouvoir déterminer la vérité, et savoir la reconnaître le jour où on la rencontre, il faut au préalable avoir déterminé ce qu’est le mensonge ou l’illusion. Si l’illusion platonicienne est simple à déterminer puisqu’elle est tout ce qui n’est pas l’être et la lumière pure, le mensonge lui est plus difficile à déterminer car il en appelle à une autre conception du vrai qui est factuelle. Si le vrai factuel est si différent du vrai éblouissant, c’est qu’il en appelle à une toute autre conception du monde et donc de la vie telle que nous nous la représentons. Selon Merleau-Ponty, il n’existe pas un monde unique, mais des mondes de perceptions individuelles qui ne se recoupent pour ainsi dire jamais. Si cette conception semble rejoindre celle de Platon, c’est qu’elle défend l’idée que la vérité unaire n’est pas de ce monde, elle en diffère pourtant fondamentalement dans ce qu’elle énonce clairement que cette vérité n’est pas accessible à l’humain, par conséquent, pour l’homme doué de sens et de perception, c’est le monde unaire qui est illusion. Il dira d’ailleurs que « mon corps comme metteur en scène de ma perception fait éclater l’illusion d’une coïncidence de ma perception avec les choses mêmes »5. Faire preuve de retenue à l’égard du désir de vérité, c’est d’avoir un minimum de connaissance de soi dans notre rapport à la nature qui nous englobe et dont nous ne pouvons peut être nous extraire que morts. Il faut donc déterminer dans la soif de vérité, ce qui du mensonge ou de l’illusion est combattu, et si ce que nous déterminons comme illusion fait partie de la création, divine si elle est, ou s’il ne s’agit que de notre propre humanité s’illusionnant d’une chose en la déclarant illusion puisque mensonge. Si la vérité est ce que l’on en sait dans le réel, alors le mensonge est son opposé, et l’illusion une tentative de nous faire passer pour ceux qui vivent dans le faux et donc le mensonge. Si l’illusion est si catégorique de sa vérité qui est illusoire, c’est qu’elle ne sait pas se situer par rapport à notre échelle de mesure de la connaissance d’une chose, et se 5

Maurice Merleau-Ponty, Le visible et l’invisible, éditions Gallimard, 1964, p24

15


joue de nos sens et non de notre raison. Le mensonge lui se joue de notre raison. L’illusion est ce qui paraît ce qu’il n’est pas en réalité, le mensonge est ce qui dit ce qui n’est pas. Le mensonge est intrinsèquement lié à la parole, tandis que l’illusion se rapporte aux sens, et le faux aux apparences. Si le faux est si proche de l’illusion, c’est qu’il se joue de nos sens, mais si le faux est si différent de l’illusion, c’est parce que à la différence de l’illusion, il est une notion immuable, tandis que l’illusion est dynamique. Si le sens ne perçoit pas ce qui est vraiment, mais une autre réalité, c’est que le sens est dérouté par la perception interne, et non que la réalité est illusoire. Ce qui se joue en matière de vérité et d’illusion, c’est ce qui se joue dans la vie quotidienne, et en matière de journalisme, impartial s’il est. Se dire que nos sens ne nous rapportent pas toujours la réalité telle qu’elle est, mais selon nos perceptions internes, c’est de se dire que nous ne sommes pas tout puissants face à la réalité, mais prisonniers de nos perceptions internes. Ces perceptions qui nous dirigent dans notre appréhension du monde sont celles qui décident de nos choix en matière de vérité, et s’il est des choix que nous faisons en connaissance de cause, il en est bien peu que nous puissions faire sans le commandement de la perception, et ceci est ce que nous savons de nous même. Dire que la perception est ce qui nous guide dans nos choix, c’est de dire que la vérité n’est qu’illusoire en ce monde. Nous rejoignons ici Platon et Merleau-Ponty. Si une vérité est illusoire, c’est qu’elle est ce qui nous guide à ne pas appréhender les choses telles qu’elles sont, mais telles que l’on voudrait qu’elle soient et ce sans se soucier de ce qui apparaît comme vrai ou pas. Si une illusion n’est pas vérité, elle n’est pourtant pas mensonge, puisque l’illusionniste ne se veut pas menteur, mais manipulateur de la réalité à travers une altération invisible de notre perception de celle ci. Cette différence est de taille, car si l’un, le mensonge est considéré comme mal aux yeux de la société, l’autre, l’illusion est acceptable car un jeu de nos sens qui nous exaspère ou nous extasie tout autant qu’il nous faire perdre pied dans ce qu’on appelle le réel. En appeler à nos sens pour nous guider à travers les illusions crées par la vie ou par nos congénères, c’est de se donner pieds et poings liés à ce jeux de l’illusion qui vit de nos sens. Ce qui peut nous sembler paradoxal, à savoir le concept de la réalité qui est celui

16


qui nous guide à travers la vérité de la vie, n’est en réalité pas si paradoxal qu’il y paraît puisque le paradoxal se nourrit du réel et de l’éthéré, et ce faisant, nous fait vivre une réalité humaine qui est double. Si le réel nous semble si paradoxal, c’est que ce qui nous semble réel ne l’est pas forcément, de même, ce qui nous semble imaginaire ne l’est pas forcement, preuve en est les prestidigitations de l’illusionniste qui s’il ne sait pas nous faire croire qu’une chose et son opposé sont similaires, sait tout du moins nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Si la prestidigitation est ce qui nous parle le mieux de l’illusion, c’est qu’elle a bien saisit ce dont il est question dans l’illusion, à savoir la perception qui est celle qui guide nos décisions et choix multiples et complexes. Le choix de ne pas voir ce qui est, mais ce qui est suggéré par différents tours de passepasse relève de la perception qui sait ce qu’il faut voir et quand il faut le voir pour tout un chacun. Ce qui varie par contre d’un individu à l’autre, c’est ce qu’il faut voir et ce qu’il ne faut pas voir, car si certains individus se laissent mener par les suggestions externes, pour d’autres, cela est plus difficile à pratiquer, car chez ceux la, c’est la suggestion interne qui prédomine d’où la question de la capacité à hypnotiser seulement une certaine partie de la population, le reste n’offrant, en apparence seulement, aucune prise à ce type de pratique. Si l’hypnose est si intéressante au vue du sujet que nous traitons, c’est qu’elle est une science récente qui se joue des individus comme d’objets de prestidigitation, et nous y reviendrons. Le fait que l’hypnose offre un exemple intéressant à ce sujet, nous dit assez ce dont il est question dans l’illusion de la vie, à savoir la personnalité de ceux qui ne veulent ni ceux qui sont soumis ni ceux qui soumettent, et qui s’ils ne sont pas ceux qui veulent être ceux qui soumettent, doivent se demander ce qu’il faut se dire en matière de manipulation de la perception, et de ses impacts sur l’individu et le monde, car alors, ils seraient d’emblé soumis de ne pas savoir ce qui se joue. Si la vérité est ce qui se joue de nous par son approche si subtile, c’est que c’est elle qui est manipulée, et nous à travers elle. Pourquoi se demander si nous ne serions pas si manipulables si la vie ne nous avait pas faits manipulable ? C’est parce que si nous ne nous posons pas la question de ce qui nous guide à travers nos destinées, nous ne

17


pouvons envisager de nous sentir immune à la manipulation, car derrière l’idée du manipulable, réside l’idée de l’esprit faible et corruptible. Cette simplification dans les esprits fait le nid de la manipulation, car qui ne se veut pas ou ne se voit pas esprit fort ? Notre ego nous fait nous poser comme esprits forts face à l’autre qui est esprit faible, c’est le principe de l’ego. Si le moi ne s’envisage pas d’emblée comme fort avant d’être prouvé faux, c’est donc que le moi est défectueux, car qui dit moi dit que la conscience a pris les commandes et se veut indépendante de ce qui veut la soumettre, or la soumission est au centre de la manipulation, ce qui fait que l’être dit faible est celui qui est soumis. Or nul ne se veut soumis car nous vivons dans le monde de la liberté et de l’insoumission. Nous allons donc tenter de démontrer que ce qui se joue dans la manipulation n’est ni plus ni moins que de la manipulation de masse à partir d’hypnose et de perception subliminale, et que ce jeu d’illusion se fonde sur le principe de la vérité pour altérer nos perceptions, et si le jeu de l’illusion est devenu monnaie commune, certains y excellent plus que d’autres, et ceux qui y excellent ont à leur avantage les recherches scientifiques du siècle dernier, ainsi qu’une volonté implacable de nous soumettre dans un but peu avouable : la toute puissance divine si elle est. Ce qui se joue dans le monde d’aujourd’hui n’est ni plus ni moins qu’une vaste expérience sur l’humain qui si nous n’étions pas si bornés dans nos approches, nous apparaitrait comme évidente au premier abord. Il nous faut toutefois nous demander qui du manipulable ou du manipulé mène le jeu, car à force de jouer avec le feu, il est fort probable que l’on s’y brule. La science n’a pas décidé que la notion de divin valait la peine que l’on s’y arrête un instant avant de procéder à des expérimentations sur ses créatures, et si ce qui nous semble du domaine de la croyance ne peut se prévaloir d’une quelconque voix face à la science, alors il est à penser que nous devrons tous faire une fois pour toute l’expérience de l’humain face au divin pour se souvenir que l’on est malgré tout à un stade primaire de notre développement scientifique, et que ce qui semble nous ouvrir les portes de la toute puissance n’est peut être qu’un leurre chargé d’évaluer nos volontés de puissance et de supercherie, en bref, de nous évaluer au sens éthique du terme.

18


Faire de la vie une expérimentation, et de la vérité un outil pour faire sienne la création semble, présentée ainsi, sinon inutile, tout au moins stupide. Au moins pouvons nous espérer que si la vie est ce qu’elle est, l’équilibre des forces prévaudra, car c’est cet équilibre des forces qui a toujours prévalu et qui prévaudra toujours, y compris dans notre destruction. Ne pas voir plus loin que le bout de son nez comme c’est le cas aujourd’hui pour ceux qui ont décidé de nous manipuler à leur avantage, c’est de ne pas se soucier de cet équilibre qui a sa loi propre qui est celle de se positionner où il se doit pour ne pas perturber le bon fonctionnement de l’univers, et ce faisant, empêcher toute force qui voudrait l’anéantir d’accomplir son but. Cette loi universelle d’équilibre nous fait tenir sur cette planète terre au milieu du vide de l’espace. La négliger, c’est flirter avec le ridicule, et prendre ses illusions de toute puissance pour la réalité qui les lui dénie.

19


20


La soumission 1)-De la volonté La volonté est ce qui nous conduit à nous demander si nous sommes des êtres soumis. Vivre une vie volontaire, c’est de vivre dans l’action. Action, volonté et puissance sont liés par un lien imprescriptible car découlant l’un de l’autre, et si cela ne suffit plus, se construisant l’un à partir de l’autre. Si Bernard Salignon dit que l’action relève d’un acte de puissance volontaire 6 , et si ce qui nous anime dans l’acte, c’est la puissance volontaire, c’est donc bien que ce qui est volontaire est puissant ou vice versa. Ce terme de puissance volontaire peut nous amener à nous demander s’il peut exister une puissance involontaire. Si la puissance est involontaire, c’est qu’elle est passive, or une puissance est ontiquement dynamique. La volonté est donc attribut de la puissance. Si la volonté est attribut de puissance, et c’est l’entendement commun, l’être agissant est donc puissance car volonté. Quelle est cette volonté qui nous anime dont nous ne savons que peu, son potentiel de puissance si l’on peut le dire ainsi sans faire une lapalissade. Si la puissance est ce qui nous fait nous demander quelle serait une vie sans puissance, la volonté elle nous amène à la même question ; quelle serait une vie sans volonté ? Et l’inertie bien connue de la physique des masses se présente à nous comme une évidence. Sans volonté, il n’y aurait tout simplement pas de monde. Si l’inertie est ce qui nous anime en l’absence de la volonté, le mouvement est ce qui nous anime en présence de la volonté. La volonté devient donc un facteur des plus importants dans la structure du monde, et qui dit volonté dit puissance créatrice de mouvement et donc action. Faire de la volonté un acte de foi, c’est de se demander si nous serions qui nous sommes sans elle, et nous venons de répondre à la question, nous ne serions que masses inertes. 6

cf. Bernard SALIGNON, La puissance en art, Editions Kindle, 2003 21


Même cela reste à prouver, car sans la volonté, de quelle manière l’éthéré peut il se matérialiser ? Cela restera une question sans réponse. Nous pouvons toutefois nous la poser au vu des différentes théories scientifiques de la création. Aristote dans son traité de l’âme nous pose bien le mouvement, et donc l’action comme faculté de l’âme. C’est donc bien qu’une âme pour être réalisée se doit de se mouvoir et donc d’exprimer sa volonté de réalisation ici, sur la terre. Si le mot de réalisation est si important pour ce sujet que nous traitons, c’est qu’il contient toutes les notions d’inscription dans le réel nécessaire à la compréhension de sa finalité qui est vie. Vivre une vie sans volonté, c’est de mourir, car ce qui nous anime c’est la volonté dans ce qu’elle nous maintient ici bas. Faire preuve de volonté, c’est de se demander si nous pourrions ne pas en faire preuve. S’il est des êtres qui font preuve d’une volonté hors du commun, il n’en est pas qui soient sans volonté, même lorsque l’on les désigne comme tels. Etre sans volonté dans le langage courant, et dans la compréhension simpliste des choses, c’est de ne pas pouvoir se poser comme volonté face à une autre volonté. Dans l’altérité du monde, la volonté se pose comme instrument de mesure de nos capacités à définir qui nous sommes, et ce que nous voulons de la vie. Si la vie était simple, nous le saurions, mais elle ne l’est pas. Elle est une bataille perpétuelle de volontés se jugeant, se jaugeant, se mesurant, s’affrontant. Faire vivre sa raison de cette manière, c’est admettre qu’au delà de nos destinées inscrites dans nos inconscients, se joue un autre combat qui est celui de nos volontés s’affrontant dans le visible et l’invisible, et d’avoir conscience que qui ne peut faire preuve de volonté disparaitra très certainement. Or la société dans sa bienveillance à crée la loi sociale qui est supposée protéger ceux dont la volonté pour une raison ou une autre est faible ou chancelle. De cela nous ne traiterons pas ici, mais nous pouvons toutefois noter que ce dont il est question dans le contrat social, c’est de volonté avant tout. Faire de sa vie un acte volontaire de puissance, c’est en premier lieu ramener à notre conscience éveillée ce qui s’y joue ; la bataille des volontés.

22


Vivre ce constat de la volonté comme égalisateur des choses de ce monde, c’est de se rendre compte que si nous ne sommes pas ceux qui peuvent vivre sans volonté, nous devons toutefois dans nos vies en gérer la charge pour nos besoins et nos désirs. L’être ambitieux fera montre de volonté. Le père de famille fera de la volonté le pilier de son foyer, et le chef d’état, en fera l’outil de ses rêves de pouvoir.

2)-De l’humanisme Si la volonté nous anime, elle n’est pourtant pas nous dans ce qu’elle s’en distingue par l’altérité. Cette chose qui nous anime et qui pourtant ne nous appartient pas est du même ordre que d’autres concepts que nous avons trouvés là, et que nous y laisserons en partant : La piété, la vertu, le bien, le mal, la puissance, ou bien encore l’amour ou la joie. Si vivre une vie volontaire, c’est de se vivre sans contrainte aucune, alors nous sommes peu volontaires, car la contrainte fait également partie de ces concepts prédéterminés dans l’entendement du monde. Or ce qui nous anime dans la volonté, c’est l’effacement des contrainte dans le but d’accéder à ce qui nous est nécessaire ou à ce qui nous est désirable. Si vivre la contrainte sans la volonté n’est pas possible, l’inverse est également impossible, car pour cela, il faudrait sortir de la vie elle même qui est contraignante par nature. Or les notions de contrainte et de volonté si elles sont celles qui nous animent sont également celles qui nous maintiennent, et de cela il faut être bien conscient. Pourquoi alors se poser comme démonstrateur de puissance volontaire lorsque l’on sait que cette puissance volontaire ne peut venir à bout de nos contraintes ? Si la contrainte est ce qui nous anime et ce qui nous maintient dans le monde par sa nature qui est contraignante, alors la contrainte est ce qui nous conduit à faire montre de volonté, et c’est ce comportement volontaire qui nous défini l’espace de nos vies et de son au delà. Ce qui nous apprend qui nous sommes, c’est ce qui fait de nous des êtres volontaires, et ce sentiment de puissance n’est autre que ce qui nous anime. Dire cela, c’est de dire que la puissance est contraignante, hors cela peut sembler contradictoire, puisque dans ce sentiment de puissance réside aussi la potentialité qui est elle non contraignante. Si cela

23


se fait jour, c’est que la puissance et la contrainte sont deux notions qui se jouent l’une de l’autre, sans jamais s’appartenir, et c’est ce que nous allons tenter de comprendre, car en effet, si la contrainte et la puissance sont deux notions qui se font face, c’est qu’elles résument bien à elles deux la vie dans notre univers, faite à toutes les échelles, microscopiques comme macroscopiques, de puissance et de contrainte. C’est la puissance qui génère le mouvement et l’anime, mais c’est la contrainte qui maintient la cohésion des objets entre eux. Si la puissance n’était douée que de sa valeur de potentialité, alors elle s’autodétruirait, car de la puissance surgirait le chaos. Ce qui maintient la cohésion du tout, c’est la valeur contraignante incluse dans la puissance, qui définit aux objets des limites, et ces limites sont celles qui font que nous ne sombrons pas dans le chaos de la lumière. Si la vie se veut si contraignante, c’est qu’elle se veut vivante, autrement c’est la mort assurée. Ces contraintes de la vie, l’homme a travaillé à les effacer par la force de sa volonté, et par son désir de ne pas se soumettre à cette nature qui lui est hostile de prime abord. Si la nature est hostile, c’est parce qu’elle est conçue pour être contraignante. De cette contrainte naturelle découlent plusieurs lois naturelles auxquelles l’homme s’est soustrait par la force de sa volonté. La première loi à laquelle l’homme s’est soustrait est celle de la chaine alimentaire. Si cette loi est fondamentale dans l’ordre naturel, et permet d’assurer la subsistance des espèces tout en assurant leur survie et leur reproduction, elle est contraignante dans la mesure où, du fait de la position que l’homme occupe dans la nature en sa qualité d’animal humain, elle ne lui permet pas de se développer de la façon dont il l’a fait lorsqu’il a pu s’y soustraire. La raison en est simple, c’est que l’homme dépourvu d’intelligence ne se situe qu’à un niveau très bas de cette chaine, que ses prédateurs sont nombreux, et ses proies limitées. Cette loi contraignante de la chaine alimentaire garantit à la nature sa pérennité. Cette pérennité est garante pour tout être vivant d’un espace habitable. Cette volonté que l’homme a eu de se défaire de la contrainte de la chaine alimentaire, loi fondamentale de la nature, l’a conduit à énoncer d’autres lois, contradictoires de cette dernière, qui sont devenues fondement de la société humaine, et dont la première est « Tu ne tueras point ». Cette loi si elle fait sens dans toute société humaine, est absurde

24


dans le cadre de l’ordre naturel, et par cette loi, c’est l’ordre naturel et sa puissance contraignante qui est défiée. Si cette loi est si contraignante pour l’homme, c’est qu’elle lui ôte ses ambitions humaines qui sont de se développer et de dominer la nature à l’instar de la divinité. Ce que l’homme n’a pas compris, c’est que si la divinité a supposément crée le monde, ce n’est pas le cas de l’homme qui comme tout être vivant sur cette planète prend sa source dans la volonté divine si tel est le cas. Or ce désir de puissance chez l’homme se transforme petit à petit en désir de toute puissance faisant de la nature un objet de manipulation par lui, et la réduisant peu à peu à une sorte d’objet de consommation pour ses désirs et ses besoins. Ce qui se joue dans la manipulation de la nature par l’homme est cela même qui se joue dans la manipulation de l’homme par l’homme, et nous y reviendrons. Faire de ce désir de puissance un désir de toute puissance, c’est de se vouloir au dessus des lois naturelles et divines, même si l’on prétend le contraire et que l’on réduit la divinité à une pale copie de l’homme, prétendant ce faisant que Dieu a crée l’homme à son image, la véritable formule serait « L’homme a ramené Dieu à son image ». Ce travail de déconstruction de la réalité par la divinité humanisée trouve son apogée dans l’humanisme dont la véritable formule serait « l’humanité divinisée ». Cette conception tout à fait occidentale qui sous des dehors éthiques et volontaristes prône l’humain au dessus de la nature et de toute chose, est en réalité une formule contraignante de puissance volontaire tentant de réorganiser l’univers selon ses lois propres qui si au premier abord semblent belle et visionnaires, sont en réalité d’une absurdité sans nom. Cette absurdité ne vient pas de la tendance que l’homme a à tirer la couverture à lui dans tout rapport naturel, cela est bien humain, l’absurdité vient de ce que l’on nomme humanisme quelque chose qui n’est en réalité qu’une volonté de toute puissance, et qui cache mal une finalité qui est plus que néfaste à l’humanité elle même, car dans cette volonté de toute puissance germe la graine du chaos, et nous ne pouvons faire mine de l’ignorer au risque de paraître soit extrêmement calculateurs, d’un calcul cynique, soit extrêmement stupide, d’une stupidité sans borne.

25


Ces sciences qui se targuent de s’intéresser à l’humain, les sciences humaines donc, n’ont pas, dans leur volonté de circonscrire ce qui fait l’humain, fait mine de s’intéresser à son environnement, à croire que l’homme pourrait se vivre dans l’espace sans autre espace que le vide lui même. Cette façon de concevoir l’humain comme détaché de son environnement nous conduit dans des contrées bien étranges car si l’humain est bien pourvu d’une intelligence, bel atout qui lui permet de dominer, il est aussi pourvu d’une histoire qui lui permet de se retourner sur son passé et peut être de tirer des conséquences de ses erreurs. Faire de cette vie d’idées la vie tout court, c’est de se prendre pour Dieu sur terre, et de vouloir se poser comme divinité. Or l’humain n’est pas la divinité, même s’il se targue de l’avoir dépouillée de ses attributs pour s’en parer. Faire de la qualité humaine d’intelligence un attribut divin, c’est de vouloir se mesurer à la divinité, et cette mesure ne peut en aucun cas être à l’avantage de l’homme, car alors il serait celui qui domine l’humanité et qui en la dominant se coupe l’herbe sous les pieds. Si celui qui se veut si au fait de sa suprématie n’y prend garde, il se pourrait bien que cette suprématie se révèle à double tranchant, car qui dit suprématie, dit domination, qui dit domination dit soumission, et qui dit soumission dit révolte. La soumission de la nature à l’humain, et cela même sous des prétextes de valeurs de tolérance, de dignité ou d’universalité, ne peut se faire sans conséquences, et elles sont multiples dans le cas de l’humanisme. La valeur humaniste est avant tout valeur guerrière quoi qu’on en dise, et si l’humanisme est le meilleur drapeau que l’occident ait trouvé à planter sur les territoires conquis, c’est qu’il joue de la manipulation des esprits de ceux qui malheureusement ne sauraient subsister sans humanisme, et cela également nous y reviendrons. Faire de l’humanisme une valeur universelle relève du même type de raisonnement un peu absurde (car la logique en est biaisée dans le but de faire son point) que celle de l’universalité du jugement de goût, et si nous n’avions la psychanalyse pour se porter au secours de notre argumentaire, nous en serions encore à glorifier cette absurdité bien humaine.

26


Si l’universalité du jugement de goût tout comme l’universalité des droits de l’homme n’a d’universel que le nom, c’est qu’elle n’est que projection de désirs bien humains et individuels parfois organisés en désirs collectifs. Nous avions démontré l’inconsistance de ce jugement de goût soit disant universel dans un précédent mémoire 7 aussi nous n’y reviendrons pas plus en détail, nous nous attarderons par contre sur l’universalité de l’humanisme et des droits de l’homme qui en découlent naturellement. Faire d’une valeur déclarée par soi-même, une valeur universelle, est une attitude, qui si elle ne manque pas de toupet, a le mérite de nous donner une indication sur l’esprit qui l’avance, et de cela il ne fait aucun doute que l’on adhère à la valeur ou pas. Savoir ce qui se joue dans la valeur d’universalité prônée par les déclarants, c’est savoir se soustraire à une volonté autre d’uniformiser à son avantage le monde, et cela est bien de le dire sans tomber dans le travers qui consiste à rejeter en bloc toutes les idées de l’autre comme fausses parce l’enveloppe d’universalité est insultante pour notre intelligence. Si le désir d’uniformiser le monde à son avantage tire ses sources de bien plus loin que l’on ne peut l’imaginer, c’est que de tous temps, les philosophies ont guerroyé au même titre que les armées, mais sur le territoire des idées et des volontés qui s’affrontent. Faire de ce désir de soumission du monde à ses concepts une vérité universelle est l’apogée de cette logique volontariste de soumission, car qui dit universelle, dit divine dans son origine, et de cela nous allons à présent discuter car tirer l’universalité à soi dans une bataille des volontés rend la défense caduque pour celui qui est privé de cette vision universaliste. Il ne lui reste donc qu’à s’interroger sur sa destinée si morose, et qui plus est, sur son humanité si primitive qu’elle ne mérite pas la considération intellectuelle du Dieu universel. Nous allons tacher de nous souvenir de ce que veut dire l’universalité pour un peuple primitif dans notre démonstration pas si impartiale puisqu’elle se veut vérité de la vie elle même qui si elle ne nous a pas dotée de l’impartialité nous a doté du sens du jugement, nous ne prendrons donc pas parti à priori pour l’universalité humaniste, ni pour l’humanisme universel, et nous allons aussi dans la mesure du possible, demander à 7cf.

Mariam Martinet, Esthétique de la durabilité, une approche transculturelle. Mémoire de M1 Esthétique, Université Paul-Valery, 2015

27


l’histoire de juger impartialement de l’universalité humaniste et de l’humanisme universel. Rappelons au passage que le jugement impartial de l’histoire ne l’est généralement que pour les vainqueurs qui bénéficient de sa tendre impartialité si elle est 8. D’aucun pourrait rétorquer que les concepts de l’universalité humaniste et de l’humanisme universel, et leurs applications sont deux choses distinctes et ne peuvent être jugées de la même manière, et en règle générale, lorsqu’il s’agit d’autres concepts, nous sommes bien d’accord, mais nous répondrons par avance que dans ce cas présent, si le concept et son application sont si divergents, c’est bien que l’universalité n’y réside pas, car si l’universalité y résidait, il n’y aurait pas besoin de démontrer que c’est l’application qui est erronée puisqu’elle est le concept lui même, et cela nous y reviendrons, car si le concept d’humanisme n’a d’application que dans l’humain, c’est bien que l’application et le concept sont une seule et même chose.

3)-De la soumission La soumission est ce qui fait que notre volonté se révèle inferieure à une autre. Cela semble simpliste de l’exprimer ainsi, mais c’est pourtant ce qu’est toute soumission ramenée à sa plus simple expression. Un exemple typique de soumission nous a été relaté dans “Hypnosis Will and Memory” (Hypnose Volonté et Mémoire) de Jean-Roch Laurence et Campbell Perry. Dans ce livre qui retrace l’histoire de l’hypnose, ils nous rapportent une histoire qui si elle ne traite pas d’hypnose mais d’exorcisme, est avant tout une histoire de soumission qui aurait pu inspirer quelques âmes mal intentionnées dans leur volonté de soumettre le monde. Nous ne nous attarderons pas sur le contexte religieux car il n’est pas ce qui nous intéresse ici, bien qu’il ait donné l’occasion à une expérience des plus intéressantes. 8

« cette écriture de la guerre se transcrit dans la subjectivité et par conséquent seuls les peuples victorieux de ce fait s’écrivent et de ce fait s’inscrivent dans l’histoire. » Jean-Bernard PATURET, Au-delà de Freud “Une culture de l’extermination”?, Editions du Cerf, 2009, p87

28


Cette histoire est celle de Johann Joseph Gassner, un prêtre catholique de son état, également exorciste de renommée, et d’Emilie une jeune femme de 19 ans, souffrant de crises de convulsions et autres symptômes se rapportant davantage à l’hystérie qu’à la mélancolie même si elle a aussi des épisodes mélancoliques. Emilie en dernier recours, pour se soigner, se tourne vers Gassner qui la diagnostique comme souffrant de possession démoniaque. Pour prouver son point, il prend contrôle du « démon » en Emilie, et le fait obéir comme un automate à tous ces ordres, puis il exorcise Emilie par la suggestion qu’il lui fait de ne plus répondre aux ordres du « démon ». 9 Voici un petit extrait de la séance d’exorcisme pratiquée en présence de 20 témoins, de la haute société:

« Praecipio tibi, in nomine Jesu, ut minister Christi et Ecclesiae, veniat agitatio brachiorum quam anteceder habuisti (Je vous commande, au nom de Jésus, en tant que ministre du Christ, et de l’église, de faire bouger les bras comme vous l’avez fait auparavant). Les mains d’Emilie se mettent à trembler. Agitentur brachia tali paroxixmo qualem antecedenter habuisti (bougez les bras à un grand paroxysme comme vous l’avez fait auparavant). Elle retombe sur la chaise, et étend ses bras semblant très faible. Cesset paroxismus (le paroxysme s’arrête). Elle se lève soudainement et paraît de bonne humeur. »10

9

Jean-Roch Laurence et Campbell Perry, Hypnosis Will and Memory- a psycho-legal history, Editions the Guilford Press, 1988, p5 a 9 et p19 a 22. 10 « Praecipio tibi, in nomine Jesu, ut minister Christi et Ecclesiae, veniat agitatio brachiorum quam anteceder habuisti (I admonish you, In the name of Jesus, as minister of the Christ and the Church, to make the arms move as you did before). Emilie’s hands began shaking. Agitentur brachia tali paroxixmo qualem antecedenter habuisti (Move the arms to great paroxysm as you did before). She fell back on the chair, and extended her arms, looking very weak. Cesset paroxismus (The paroxysm stops). She stood up suddenly and appeared to be in a good mood.» Jean-Roch Laurence et Campbell Perry, Hypnosis will and memory- a psycho-legal history, Editions the Guilford Press, 1988, p19

29


Ces quelques lignes qui ne représentent qu’environ un dixième de la séance d’exorcisme nous montrent assez bien l’idée de soumission dont nous allons a présent traiter. S’il est vrai qu’il n’y a pas soumission directe d’Emilie dans la mesure ou ce n’est pas le moi d’Emilie qui s’adresse au prêtre exorciste, il y a bien soumission de son mental qui, à travers « le démon », dirige son corps à volonté et fait d’elle une marionnette aux mains de l’exorciste qui, s’il n’est pas celui qui sait ce qu’il fait (prendre le contrôle de la pensée d’une autre personne), le fait pourtant, et avec un succès certain puisque le « démon » lui obéit en tout point. La notion de soumission est acceptable car c’est un démon que l’on soumet, mais remplacez le démon par un ange, et nous frisons l’hérésie religieuse. Ce paroxysme dont il est question n’est paroxysme que parce qu’il y a dans la vanité du prêtre exorciste, le besoin d’amener l’évènement à son paroxysme. Si la vanité du prêtre est si intéressante à noter (présence de gens du monde comme spectateurs/témoins et évènement paroxystique), c’est parce que ce qui se joue n’est ni plus ni moins que d’une forme d’hypnose théâtralisée comme cela se fait aujourd’hui à la télévision. C’est d’ailleurs pourquoi Jean-Roch Laurence et Campbell Perry ont situés cet évènement comme l’un des premiers qui vaillent que l’on s’y arrête dans l’histoire de l’hypnose, de la volonté et de la mémoire. Cet exorcisme, un des derniers exorcismes célèbre dans la grande lignée des exorcismes, nous apprend plusieurs choses. D’une part, que le « démon » habite en Emilie et ne s’en va pas par l’exorcisme, mais est réduit au silence et à l’inaction, d’autre part, que par le « démon » il a été possible de contrôler le corps et les actions d’Emilie, et enfin, que ce qui se joue entre l’exorciste et la vie d’Emilie, ce sont des forces volontaires qu’il est possible de soumettre. Cette idée de soumission présente dans toute relation d’exorciseur/exorcisé est aussi présente dans toute relation de thérapie, même si de prime abord il semble que non. Le simple fait de se confier à un thérapeute quel qu’il soit, signifie de se remettre entre ses mains, donc de se soumettre à son pouvoir de guérison s’il est. Ce rapport de volonté à volonté qui se soumet est celui qui régit toute relation de thérapie. La question que l’on se pose ici est pourquoi donc Emilie décide-t-elle de se soumettre au prêtre exorciste ?

30


Elle le fait car la renommée du prêtre est grande, et que celui ci peut exorciser le mal par sa pratique. Dans ce « peut », il y a toute la puissance volontaire de l’action, et cette puissance volontaire de l’action est également celle contenue dans le slogan « yes we can » de Barack Obama durant les présidentielles américaines. Face à la volonté puissante et active, il n’y a qu’une réponse : la soumission ; et si cette soumission n’est pas volontaire, elle en a pourtant toute les apparences. C’est que derrière la soumission peut être volontaire, se cache le désarroi face à sa propre impuissance et face à cette autre volonté qui nous habite et que Freud nommera le « ça ». Le choix d’Emilie ne réside pas dans la soumission ou non au prêtre exorciste, le choix d’Emilie réside dans le choix duquel des deux, le prêtre exorciste ou le « démon » se soumettre. Bien triste choix que de devoir choisir entre ce qui nous habite et ce qui nous fait face, et étrange fatalité que de choisir ce qui nous fait face contre ce qui nous habite, et pourtant. Nous n’irons pas chercher les raisons de l’impuissance du « démon » d’Emilie face à l’exorciste, puisqu’il se soumet aux volontés de l’exorciste, mais nous pouvons envisager, toutes considérations religieuses mises à part que le « démon » dans ce spectacle de soumission extrême ne fait que se jouer d’Emilie et du prêtre exorciste, car si nous avions un tant soit peu d’humour, et que nous osions le dire, quel farce et quel régal pour un « démon » que de jouer un spectacle de cette qualité, et ce devant un parterre de gens du monde, et tout cela avec la tendre bienveillance d’un « démon » catholique et pratiquant. Il ne serait peu de le dire que de s’imaginer un instant que le démon ait osé, l’impie, refusé de se soumettre aux ordres du prêtre exorciste. Quel triste spectacle nous aurions eu, et quel outrage pour les spectateurs riches et attentifs. Il fallait donc qu’en tant que « démon » il accomplisse la tache qui était attendue de lui, et qui consiste à se soumettre au prêtre exorciste, ministre du Christ et de l’église, l’autre tache consistant à guérir Emilie de lui même, ce qu’il fit aussi. La vraie question, et seule digne d’intérêt, est la suivante : « Pourquoi a-t-il en premier lieu soumis Emilie a ses désirs capricieux » ? C’est la question à laquelle de nombreux exorcistes, hypnotistes et psychiatres ont tentés de répondre, et ce que Freud en a dit semble se rapprocher le plus de la réalité. Le « ça » inconscient, pour des raisons que nous ignorons en très grande partie, mais dont certaines relèvent du refoulement dans l’inconscient de nos pulsions et fantasmes, soumet le moi,

31


et donc la personne d’Emilie dans le cas qui nous occupe, à ses volontés parfois capricieuses. Nous n’adhérons pas en totalité ici à la théorie Freudienne, car elle néglige l’inconscient collectif et transgenerationel, et nous y reviendrons. Pourquoi donc soumettre le moi à ses volontés lorsque l’on est le « ça » et que l’on pourrait tout aussi bien être un gentil démon qui se respecte? C’est que d’une manière générale, le « ça » n’a pas que ça à faire que de soumettre le moi à des caprices des plus étranges, et parfois des plus douloureux ou encore des plus humiliants pour la personne, l’empêchant par là de s’inscrire dans le cours normal, si l’on peut dire, de la vie. Faut il que le « ça » soit à ce point en colère pour vouloir humilier le Moi d’Emilie, et ce devant un parterre de gens du monde, ou faut il que le « ça » par des calculs qui nous échappent ait décidé de se produire en spectacle? Il faut tout de même croire que le « ça » a un sens inné du spectacle. Ce qui se joue entre le « ça », Emilie et le prêtre devant les gens du monde, est probablement ce qui se joue entre Emilie, le « ça » et le monde en l’absence du prêtre exorciste et des gens du monde; la soumission, le « ça » soumettant Emilie par l’action d’une volonté autre. Décider de s’offrir en spectacle d’une façon humoristique et un peu humiliante, c’est de décider d’exposer au grand jour sa blessure intérieure dans l’espoir de s’en guérir. Ce travail du spectacle n’est autre que ce que l’on espère fermement vivre, la soumission à soi même plutôt qu’à un autre si cela est possible, et si cela n’est pas possible, alors il faudra se soumettre corps et âme à l’autre en spectacle. C’est la que réside la clef de la soumission interne commune à toute thérapie de la psyché qui lorsqu’elle n’est pas maitre d’elle même, fera ce que bon lui semble pour reprendre le contrôle, ici en l’occurrence de la comédie. On peut donc dire que ce qui est en jeu, c’est qu’Emilie n’est pas maitresse d’elle même pour une raison que nous ignorons, mais comment le pourrait-elle puisque l’inconscient ne nous parle pas ? Or l’inconscient s’est adressé à son assemblée par cette mise en scène démoniaque si elle est. Il ne tient qu’à nous d’interpréter ce que l’inconscient a bien voulu nous dire, et de savoir si cette interprétation est plausible, car si la possession démoniaque était plausible, alors l’exorcisme le serait tout autant, or il n’y a pas vraiment

32


eu d’exorcisme, mais une soumission du « démon » à la volonté du prêtre exorciseur, ce qui veut dire que le « démon » ne doit pas vraiment en être un. Pourtant, qui n’a pas cru ce jour là que le « démon » était bien présent à se jouer du corps d’Emilie comme d’une marionnette? Toutefois il semblerait que le dit « démon » ne soit pas du type malfaisant, mais plutôt du type comédien que la présence attentionnée d’un prêtre exorciste et d’une assistance d’une vingtaine d’individus de la haute société a réussi à ramener à la raison spirituelle. Quel beau cadeau pour la jeune Emilie prise dan son mal de vivre et qui est passée de l’anonymat et du mal être le plus complet à la postérité et à la paix intérieure. Le « démon » a accompli par l’intermédiaire du prêtre exorciseur son rôle d’ange gardien, mais cela ne se peut puisqu’il est démoniaque. Nous nous retrouvons donc dans un cas de figure où ce qui rend malade est aussi ce qui guérit par sa force qui est volontaire et qui soumet. Cela est paradoxal, du type de paradoxe qui relève du mystère de la vie. Vouloir percer le secret de ce paradoxe, c’est de vouloir se poser comme Dieu personnifié en l’exorciste. Or les voies du seigneur sont impénétrables, et les voies de l’inconscient le sont tout autant qui se jouent de nous avec un humour sans pareil. Ce qui se joue de nous est cela aussi qui nous rend malade, et si nous nous en rendons malades c’est peut être que nous n’avons pas fini d’accomplir sa tache qui est d’être exorcisé, mais encore une fois, il n’y a pas eu réellement exorcisme du « démon ». Que peut on donc exorciser d’autre qu’un « démon » ? Une mémoire peut être. Nous noterons au passage, que si Emilie a été guérie de sa possession par le « démon », possession qui pourrait s’apparenter à une névrose hystérique, cette guérison, même si elle peut se rattacher à la théorie freudienne de la pulsion refoulée et ramenée à la pensée consciente n’a nécessité aucun mot de la part d’Emilie, ni aucune analyse de son passé ou de ses rêves, tout au plus une mises en scène de la jeune Emilie et de son inconscient. Nous pouvons donc penser que peut être que la mise en scène a accompli son rôle qui est de dire sans parole. Cette mise en scène n’est ni macabre, ni hystérique, elle se veut le reflet de quelque chose que nous ignorons, et que nous continuerons d’ignorer en grande partie, car c’est là l’avantage de dire sans parole, ce qui ne se parle pas s’interprète au gré des perceptions,

33


et c’est cela qu’il faut se rappeler lorsqu’il est question de manipulation et d’interprétation de faits.

34


La perception 1)-De la perception La perception est une chose curieuse qui nous fait dire que nous sommes individus dans le monde qui nous entoure. Cette perception de soi est ce qui nous délimite de l’autre dans l’altérité du monde, et si nous sommes ceux qui pouvons nous vivre individuellement, c’est parce que nous sommes dotés de perception, autrement, nous agirions probablement comme des bancs de poisons, ce que nous faisons également parfois. Si vivre de la perception fait de nous des individus, c’est parce que c’est le moi qui règne sur la perception, car c’est dans le moi qu’elle siège, d’une part par le corps, siège de la perception externe, car doté de sens pour percevoir le monde, , et d’autre part par l’intellect où siège ce que Freud a nommé la perception interne, et qui n’est autre que le système d’analyse de tri et de classement de l’information reçue par la perception externe et qui nous guide à l’action en fonction de ses analyses. Si cette dernière forme de perception est celle à laquelle nous allons nous intéresser, c’est qu’elle décide de ce qui sera envoyé ou non dans l’inconscient ou dans la mémoire active, et qu’elle décide également du ressenti que nous aurons d’une sensation détectée par la perception externe. Ce travail de la perception interne est donc un travail d’organisation des informations reçues par nos sens, et également un travail profondément lié à l’être qui nous habite dans la mesure où il dépasse notre entendement en tant qu’individus. Si la perception est ce qui nous guide dans nos choix, ces choix ne peuvent être que fonction de la perception que nous en avons, et si cette perception est une vision que nous avons de nos sensations, que dire donc de nos sensations sinon qu’elles ne reflètent pas la réalité du monde, mais notre vision du monde. Cela nous amène donc à nous questionner sur ce qu’est la réalité, celle qui échappe à nos perceptions. Merleau-Ponty dira que nous n’y avons pas accès, et cela semble vrai, qui plus est, nous n’avons pas accès aux réalités perceptives de l’autre, et

35


cela est significatif pour le sujet que nous traitons dans la mesure où les faits se rapportant à la réalité non accessible par nous sont traités par des perceptions individuelles comme réalités collectives, pour rapporter de la réalité inaccessible d’autres perceptions individuelles

« Plus précisément, la chose perçue pour autrui se dédouble : il y a celle qu’il perçoit Dieu sait où, et il y a celle que je vois moi, hors de son corps, et que j’appelle la chose vraie, comme il appelle chose vraie la table qu’il voit et renvoie aux apparences de celle que je vois. Les choses vraies et les corps percevants ne sont plus, cette fois, dans le rapport ambigu que nous trouvions tout à l’heure entre mes choses et mon corps. Les uns et les autres, proches ou éloignés, sont en tout cas juxtaposés dans le monde, et la perception, qui n’est peut être pas « dans ma tête », n’est nulle part ailleurs que dans mon corps comme chose du monde. Il paraît impossible désormais d’en rester à la certitude intime de celui qui perçoit : vue du dehors, la perception glisse sur les choses et ne les touche pas. Tout au plus dira-t-on, si l’on veut faire droit à la perspective de la perception sur elle même, que chacun de nous à un monde privé : ces mondes privés ne sont « mondes » que pour leur titulaire, ils ne sont pas le monde. Le seul monde, c’est- à -dire le monde unique, serait χοíνος χÓσμος , et ce n’est pas celui sur lequel nos perceptions ouvrent. »11

Cela fait sens de se demander dans ce cas, quelle vérité factuelle nous est rapportée, si ce n’est celle de l’individu qui la rapporte. Et si nous continuons dans ce sens, nous comprendrons alors que ce qui se joue dans les medias, c’est la présentation d’une vérité de perception individuelle comme vérité unique. Tout cela pourrait sembler sans incidence quelconque si ces mêmes vérités factuelles de perceptions individuelles n’avaient pas la prétention de nous renseigner sur une vérité unique et transcendante, et tout au plus sur le monde dans sa vérité qui pourtant nous est inaccessible par la perception. Cela serait peu de le dire que de constater que le monde se joue de ces vérités présentées comme la vérité d’elle même. Et si cela ne nous suffisait pas, il nous faudrait alors nous interroger sur quelle réalité nous est présentée comme nôtre pour que nous en oubliions notre propre réalité perceptive. Ce travail de la perception réalisée en l’autre est celui du manipulateur de masse auquel nous rendons ici hommage pour son génie qui s’il n’est pas celui qui nous fait prendre

11

Maurice MERLEAU PONTY, Le visible et l’invisible, éditions Gallimard, p25

36


des vessies pour des lanternes, en a au moins l’ambition, et cela il faut le reconnaître n’est pas tache aisée que de se vouloir maître de nos âmes en perdition si elles le sont. Nous traiterons donc ici du sujet de la manipulation sous son aspect perceptif, et nous tenterons de définir ce qu’est exactement une perception manipulée, puis nous agirons en fonction de nos perceptions pour définir quelle réalité nous convient comme notre. Si la manipulation perceptive vaut d’être approfondie à ce stade, c’est qu’elle nous renseigne sur ce qui se joue entre les êtres humains, un jeu de pouvoir et de volontés à soumettre. Cette manipulation perceptive, tout le monde en joue naturellement, cela se désigne plus communément comme imposer ses vues sur d’autres. Ce qu’il faut se dire sur cette famille de la manipulation perceptive que sont les medias, c’est qu’elle a amenée la manipulation perceptive à un degré jamais auparavant atteint, et probablement que ce niveau ne serait pas atteignable sans les supports technologiques dont elle dispose et sans les dernières découvertes scientifiques en la matière, et c’est cela que nous allons ici développer et analyser.

2)-De la perception manipulée Les arts audiovisuels ont apportés un changement majeur dans l’histoire de l’humanité, et nous en sommes tous bien conscients. Ce dont certains sont moins conscients que d’autres c’est que ces arts audiovisuels ont également apportés un changement majeur dans les arts de la guerre, et ce n’est peut de le dire que de constater que la radio est devenue bien avant la télévision, le meilleur outil au service des propagandes guerrières et nous y reviendrons. Ce qui se joue aujourd’hui avec la télévision est cela même qui s’est joué durant la seconde guerre mondiale avec la radio, lorsque les nazis prirent le pouvoir et mirent la main sur les medias et systèmes de communication. Ce qui se joue dans la propagande journalistique se joue aussi sur le champs de bataille, car l’occident, et d’autres avec moins d’expertise, ont bien compris qu’à notre époque, aucune guerre ne peut se gagner sans le support des medias, ou il faudrait plutôt dire que si la bataille médiatique n’est pas gagnée, alors la guerre est perdue.

37


Pour comprendre l’idée qui sous-tend à tout cela, et pour bien être assurés que ceci n’est pas une affabulation, il faut remonter au début du siècle, lorsque le tout jeune cinéma se vulgarisa grâce à Hollywood qui n’est d’ailleurs il faut le noter que très rarement cité en matière de propagande. Si certains ne voyaient et ne voient encore dans ce cinéma hollywoodien qu’un art ; le septième, d’autres plus alertes ont compris les potentialités de manipulation des esprits inhérente au cinéma. Ce principe du cinéma hollywoodien comme outil de propagande à grande échelle reste encore un peu flou car peu étudié, on peut d’ailleurs se demander pourquoi la question reste si peu abordée en comparaison de ce qui s’y joue, la manipulation du monde comme un tout manipulable. Parler de propagande pour designer la machine hollywoodienne n’est pas aisé, car cette machine s’est affirmée, là encore sans que l’on ne trouve à y redire, comme entité artistique, or dans l’entendement populaire, l’art est cela même qui s’oppose à la propagande, qu’elle soit politique ou bien religieuse. Il faut également pour pouvoir parler de propagande, avoir un message à propager, hors Hollywood n’en a pas, elle est l’expression de la liberté artistique à son summum, avec ses dérives commerciales certes, et c’est tout ce qu’est Hollywood. Il faut pour entendre parler de propagande hollywoodienne un peu plus sérieusement que ce n’est fait en occident, se déplacer sur le terrain de ceux qui souffrent de cette propagande, parce que la vérité Hollywoodienne, factuelle ou imaginaire, mais bien perceptive, se heurte à leur vérité factuelle ou imaginaire de perception d’eux même avec choc et confrontation. Il s’agit généralement, de tous les méchants( terme qui s’il n’est pas hollywoodien pourrait tout aussi bien avoir été crée par Hollywood) de la terre, La chine, la Corée du nord, l’Iran, l’Arabie Saoudite, le Pakistan et nous en passons. Ce travail de propagande hollywoodienne trouve son apogée dans le film culte de « La guerre des étoiles » 12, qui en est maintenant à sa troisième génération d’esprits lavés tout en finesse à son cinéma. Nous ne lui ferons donc pas l’insulte de ne pas savoir reconnaître la grande qualité non seulement cinématographique et marketing, mais aussi

12

Georges Lucas, La guerre des etoiles, trilogie, 1977-1983

38


et surtout hypnotique et manipulatrice de perceptions et de concepts, d’individus et de masses. C’est là que réside tout son génie, et celui d’Hollywood avec lui. Ce travail de la manipulation de masse par le cinéma est celui que nous allons détailler, afin d’y voir plus clair dans ce qui relève de l’art, et ce qui relève de la psychologie appliquée. Si l’art est ce qui nous emmène vers Hollywood, et le cinéma en a bien conscience, c’est la psychologie cognitive qui nous retient dans ses filets, et qui fait de nous des esclaves inconscients de notre condition d’esclaves, de ses idées toutes prêtes. Il nous faut donc nous intéresser à la psychologie cognitive et à son application cinématographique. La psychologie cognitive est une branche de la psychologie qui s’intéresse aux fondements psychologiques de l’être humain tels que la perception, l’intelligence, le langage et la mémoire, et à ce qui les lie dans les comportements humains. Si la psychologie cognitive est si intéressante dans le cas du cinéma Hollywoodien, c’est qu’Hollywood plus qu’aucun autre a utilisé les recherches scientifiques dans ce domaine à des fins mercantiles tout d’abord, et cela nous le savons à peu près par les études qui ont été faites sur le marketing subliminal, mais aussi à des fins politiques et nous y reviendrons, et enfin à des fin manipulatoires dont nous ignorons pour la plupart les raisons, et que nous allons tenter de découvrir ici. La perception subliminale se rapportant au marketing et à la publicité est ce sur quoi de nombreuses études ont étés faites concernant Hollywood et les manipulations perceptives par l’approche subliminale, or la perception subliminale est elle même assez détaillée dans la mesure où elle nous rend compte des possibilités de manipulations de l’individu et des masses auxquelles elle ouvre, et c’est cela que nous tenterons d’expliquer ici. Si la perception subliminale est dans l’entendement populaire ce qui permet d’implanter des désirs dans l’inconscient de ceux à qui s’adressent ses applications pratiques, et cela est vrai, elle n’est pourtant pas que cela, et pour le plus grand nombre, elle reste peu connue alors qu’ils en subissent les conséquences quotidiennement. Si l’aspect le plus fréquemment montré de cette perception subliminale

est l’aspect publicitaire et

marketing, il en est d’autres qui valent d’être étudiés, et c’est à ceux là que nous allons nous intéresser, mais nous allons auparavant tenter de définir que qu’est la perception

39


subliminale et la manipulation volontaire de celle ci, car elle est de toute les façons involontairement manipulée au quotidien par le cours même de la vie. Si donc la perception est ce qui décide de nos désirs conscients et inconscients parce qu’elle décide de la réception émotionnelle de nos sensations, elle est également ce qui décide de la façon dont nos sensations seront classées dans le monde de notre esprit. Que ce soit des sensations visuelles, olfactives, tactiles, gustatives ou auditives, ces sensations seront soit classées dans notre conscient en tant que mémoires conscientes, ou dans notre inconscient en tant que mémoires inconscientes. Si ces mémoires inconscientes sont ce qui nous intéresse dans le cas de la perception subliminale, c’est que ce sont elles qui sont sujettes à manipulation par le fait qu’elle se retrouvent classées dans notre inconscient, sans que cela n’ait été validé d’une façon ou d’une autre par le conscient, et donc le moi de la personne à qui la manipulation s’adresse. Ce travail de la perception est lui même un travail mystérieux dont les scientifiques n’ont ni trouvé la source qui est archaïque, ni la raison d’être autre que sa fonction, mais cette fonction ne peut suffire à raisonner la perception qui dépasse encore aujourd’hui notre entendement, car plus que l’inconscient qui n’est que son vecteur, c’est elle qui décide de nos destinées. C’est en effet elle qui est noyau dur du moi, par ce qu’elle décide de ce qui sera envoyé ou nom dans l’inconscient, l’inconscient étant selon la théorie freudienne ce qui guide nos actes en nous soumettant à nos pulsions qui y siègent. Si ce que la perception a d’étrange et de mystérieux est ce qui nous intéresse ici, c’est que selon la psychologie cognitive, la perception subliminale est une partie de la perception qui n’appartient pas au conscient mais à l’inconscient. Nous nous arrêterons là en ce qui concerne l’approche cognitive pour tenter de faire un lien avec l’approche analytique dans le traitement du sujet qui nous intéresse, car selon la psychologie cognitive, c’est l’inconscient qui est à blâmer pour l’inscription de perceptions subliminales dans son domaine, du fait que ces perception en dessous de la limite du perceptible ne peuvent être gérée par le conscient, et donc, se retrouvent de fait inscrites dans l’inconscient. Si la valeur qui est inscrite dans le conscient l’est, c’est parce qu’elle est au dessus de la limite du perceptible pour nos sens éveillés et donc pour notre conscient, or la théorie freudienne nous à démontré qu’une valeur tout d’abord consciente peut basculer dans l’inconscient, sans que le conscient n’en soit avisé, cela s’appelle du refoulement. Ce travail du refoulement, n’est ni du fait

40


du conscient, ni du fait de l’inconscient, mais bien du fait de ce qu’on peut appeler la perception interne qui juge de ce qui peut où non être gardé dans le conscient. Si cela est, la perception interne est donc ce qui est à blâmer dans le cas de la perception subliminale, puisqu’elle ne peut décider de refuser une information qui lui est présentée en dessous du seuil de perception consciente. Or cela est précisément ce que nous vivons au quotidien, des millions d’informations anodines ou non, sont envoyés dans l’inconscient par la perception interne. C’est donc bien que celles de perception subliminale ne peuvent lui avoir échappé, puisqu’elle les a reçues, triées et classées dans l’inconscient, d’où la grande question de la structure psychique même de la personne qui serait à revoir avant toute avancée sur la question de la perception subliminale dans son fonctionnement et sa structure psychique. Que nous soyons à même de prouver qu’elle marche n’est pas une preuve de ce que nous savons d’elle dans son mécanisme. Ce qu’il faut se dire de ce travail de la psyché, est cela même qu’il faut se dire de ce que nous sommes, des êtres multidimensionnels, qui n’avons d’autres réponses à nous même que celles que nous décidons de nous même, et si donc nous décidons que c’est le conscient qui se charge de ce qui se joue en nous, alors ce conscient est bien peu armé pour faire face à la perception subliminale, mais si nous comprenons que les véritables manettes de ce qui nous guide vers nos destinées sont dans l’inconscient, alors il est peu probable que la perception subliminale soit ce qu’elle dit être, car si la perception est subliminale, quel est donc le rapport de l’inconscient à la perception sinon une soumission à celle ci, et si donc le rapport de l’inconscient à la perception est ce qui nous guide dans nos actes, que serait le subliminal sinon un acte dirigé de l’extérieur ? Nous serions donc des êtres téléguidés d’un centre de commande extérieur, un peu comme des drones. Bien triste perspective pour l’humain, et bien piètre vision de nous même. Or, nous sommes bien cela selon les dires de la psychologie cognitive, et si nous sommes cela, nous sommes aussi autre chose puisque nous refusons d’être cela, d’où la guerre des mondes qui se joue en ce moment même dans le monde, et dont les résultats sont bien incertains, si ce n’est pour dire qu’au final nous serions éradiqués de la planète comme l’ont été d’autres peuples avant nous, et comme c’est souvent le cas lorsque l’on perd une guerre de cette envergure.

41


Si la guerre est si importante ici, c’est que c’est elle qui est à l’origine des plus grandes avancées techniques, technologiques et scientifiques, et que c’est elle qui se joue de nous dans son travail de perception subliminale, et cela est si simple à vérifier que nous ne nous attarderons pas à le faire, nous explorerons toutefois la perception subliminale dans son fonctionnement, et dans ce qui nous en est dit. Si cette perception subliminale était tout simplement ce qui nous en est rapporté, nous serions bien peu en mesure de la comprendre, et donc de tenter de nous y opposer. C’est parce que cela est leur but que de la rendre sans opposition possible puisque subliminale que nous nous y opposerons. L’acte d’opposition marquerait la fin de la manipulation de l’espèce humaine par l’homme, il serait donc anéantit dans sa volonté de toute puissance divine. Ce qu’il faut se rappeler, c’est que ce qui ne se peut ici, est pourtant ce qui se fait, la divinité humaine pour asservir d’autre hommes par leurs complexes d’infériorité, et leurs besoins de toute puissance idéalisée en la divinité, puis projetée en d’autres humains afin que ceux ci les guident vers leur destinée qui leur est étrangère, et pourtant. Ce besoin de toute puissance idéalisé puis projeté, nous y reviendrons plus tard, mais il faut noter qu’il ne date pas d’aujourd’hui, et qu’il est le premier travail de la perception subliminale en nous. Nous allons maintenant tenter de décortiquer le fonctionnement de ce qui se présente aujourd’hui comme perception subliminale, et qui n’est en réalité, qu’une vaste supercherie pour le compte de la manipulation perceptive.

3)-De la manipulation perceptive Si le principe de la perception subliminale n’est pas à discuter, c’est qu’il fonctionne, preuves scientifiques à l’appui, mais si celui de la manipulation perceptive est si méconnu, c’est parce que personne n’a pris la peine de s’intéresser à la perception autrement que dans son aspect fonctionnel. La perception subliminale se dit subliminale, car elle inscrit en nous des désirs, et par découlement logique, nous pousse à des actions en dehors de notre volonté propre qui est impuissante à l’en empêcher. Or nous dit la science cognitive, si cette perception subliminale est possible, c’est que en dessous du seuil limite de perceptibilité, tout

42


stimulus présenté à la personne s’inscrit dans son inconscient, créant par là des désirs et des actions hors du champ de ses commandes volontaires puisque non conscientes. Pour comprendre la perception cognitive dans son fonctionnement, il faut avoir compris le rêve dans son fonctionnement, et pour cela, « l’interprétation du rêve » de Freud, nous apporte un éclairage des plus intéressants. Dans le sommeil, la perception externe est à l’état de veille puisque l’un des ses sens, la vue est totalement au repos, et qu’un autre, le gout l’est également dans la mesure où nous n’insérons rien volontairement dans nos bouches, excepté les nourrissons qui même dans leurs sommeil y insèrent le sein maternel. Les autres sens eux fonctionnent, dans la mesure où nous pouvons entendre mais pas écouter, sentir et être touchés. Les stimuli tactiles, olfactifs et auditifs, sont pris en compte et envoyés par défaut directement dans l’inconscient. C’est que ces sens et notre perception interne sont connectés directement le temps de notre sommeil à notre inconscient, puisque notre conscient est endormi. Le sommeil est donc un moment conçu pour envoyer l’information directement à l’inconscient, et elle n’y est pas envoyée parce que la perception est endormie, elle y est envoyée parce que la conscience l’est. Ce qui se joue dans la perception subliminale, n’est donc pas un défaut de la perception qui perçoit bien, puisque c’est son rôle de percevoir, mais cet espace de la réalité perceptive qui est par nature conçu pour être traitée par l’inconscient, et ceci est la raison de la perception subliminale qu’il est bon de mettre au clair avant de poursuivre plus avant vers son but et son fonctionnement. Si les scientifiques l’on bien compris, ils ne l’ont pourtant pas bien expliqués dans la mesure où ils se jouent de la perception dans son fonctionnement qui est de veiller à l’information subliminale de cette manière par l’inconscient, et de veiller à ce que l’information n’échappe pas à la personne inconsciente, même lorsque sa personne consciente est endormie ou qu’elle ne peut dans sa condition humaine avoir connaissance de l’information parce que dans l’échelle de classement des informations, celle ci n’est pas classée prioritaire et est donc envoyée à l’inconscient pour y être traitée. Cela fait sens, puisqu’un stimulus à lui tout seul ne peut activer quoi que ce soit en nous. Nous nous en expliquons.

43


Un stimulus, par exemple un ordre, « joues ! », envoyé en image, donc une image où il y aurait écrit « joues ! », à 2 millisecondes sous le seuil de la perception, ne peut à lui tout seul nous faire jouer, ou provoquer en nous l’envie de jouer, mais une association de stimuli, du même ordre que l’association d’idées freudienne, est celle là même dont la perception subliminale joue, car elle a bien compris depuis Freud que le subliminal, est ce qui fonctionne par associations d’idées pour nous pousser à agir. Encore une fois, nous nous expliquons : Si la personne consciente ne peut rien contre la personne inconsciente, sinon par association d’idées, arriver à sa compréhension de la chose vécue, c’est parce que l’association d’idées est ce qui dirige le monde inconscient dans sa compréhension du monde et de la vie. Si cette association d’idées est possible, c’est parce que la personne inconsciente la lui a soufflé. Le monde conscient se joue d’un autre système de logique réflexive que le monde inconscient. Si donc l’association d’idée insufflée à la personne inconsciente à son insu, car ayant profité de la constitution ontologique même de la structure de l’être, à savoir la perception, est capable d’activer des commandes en lui, que sommes nous sinon des cerveaux programmables ? C’est ce que la PNL ( programmation neuro linguistique) a compris de nous, dans la mesure ou elle a décidé qu’il était possible de programmer nos comportements par des associations de mots et de stimuli induisant un changement de comportement chez l’interlocuteur, c’est d’ailleurs ce que nous faisons avec nos enfants, excepté que lorsque nous le faisons avec nos enfants, nous l’appelons éducation, ce qui a un caractère plus tendre dans la vision que nous avons de nous même et de notre humanité.

4)-L’autre aspect de la perception Si la vie se joue à cela, alors la grande différence entre la programmation neuro linguistique et l’éducation se situe dans la valeur inconsciente de l’acte qui est posé comme acte d’amour et non comme acte de manipulation de l’autre, donc dans la volonté qui sous tend l’acte.

44


a-De l’éducation On dit bien des enfants qu’ils ont le cerveau malléable, et l’on semble surpris de découvrir que le nôtre l’est tout autant pour peu que l’on y mette les moyens et la volonté. Si l’éducation est une programmation neuro linguistique de ceux à qui elle s’adresse, alors qu’est la vie sinon une vaste expérimentation neuronale de l’individu ? La question est vaste, nous pouvons cependant admettre que la vie n’est pas que cela, puisque nous avons l’amour, cela même qui dans sa vertu divine échappe à toute tentative de contrôle, et c’est ce que nous allons à présent aborder. L’amour est ce qui nous guide à ne plus être nous même dans l’autre, mais pour l’autre. Si l’éducation dans l’entendement que nous en avons, se différencie de la programmation neuro linguistique, c’est parce qu’elle est chargée de la vertu d’amour qui fait qu’elle n’a pas pour objet de prendre à l’autre (un sentiment, une action, une complicité), mais de donner à l’autre les moyens d’êtres libres tout en étant les enfants de leurs pères et mères. Si l’amour est absent de la programmation neuro linguistique ou de la perception subliminale appliquée, c’est que ces derniers n’ont d’autres but que l’accomplissement du moi de celui qui les pratiques, et de cela nous sommes surs, car si la PNL ou la perception subliminale avaient un autre but comme par exemple thérapeutique comme la PNL s’en vante, celle ci aurait en premier lieu choisit une autre appellation pour démontrer qu’elle a un tant soi peu de tendresse pour l’humain. C’est bien de l’humain qu’il est question, dans la conception même que l’on s’en fait. Si l’humain est ce que nous en savons, il est source de bien tout comme il est source de mal, or le divin n’a pas cette problématique, puisqu’il est le bien ultime. Si la vie se joue à ce qui se dit d’elle dans les sciences psychologiques, alors elle est bien peu de choses, sinon une version plus évoluée de ce que la technologie a accompli, or elle ne l’est pas, puisqu’elle est organique, et c’est cet aspect organique de la vie qui devrait nous renseigner sur nous même dans nos volontés de toute puissance, notre limite qui est humaine et mortelle. Faire de ce don de la science, une source d’asservissement de l’autre, n’est pas ce qui nous étonne, puisque de tous temps, l’homme a asservi son prochain à des fins de domination, les outils que lui offrent les développements scientifiques et technologiques

45


récents sont à la mesure de l’ampleur de ce qui se joue aujourd’hui en matière de domination. Ce qui nous étonne, c’est que cette domination semble s’exercer sur les cerveaux les plus aguerris à la pensée libre et indépendante. Il faut dire que le nazisme nous a déjà démontré que cela était possible. Faire de ce don de la science une fatalité pour nous même, c’est de ne pas être capables de nous apercevoir que non seulement nous avons dépassé les limites de l’acceptable pour tous ceux qui sont encore libres de leur pensées inconscientes et implantées, mais aussi de ne pas être capable de se souvenir que ce qui nous fait vivre, à savoir la vie elle même, échappe à notre programmation malgré la vision toute puissante que nous avons de nos avancées scientifiques, car elle ne nous appartient pas, et pour peu que nous veillions à savoir à quoi se joue la vie, nous serions certainement effleurés par l’idée de la divinité qui l’a créée.

b-De l’amour La seule forme d’amour qui ne nous appartient pas à nous humains, mais à l’espèce des mammifères toute entière parce que génétiquement inscrite dans l’espèce, est l’amour maternel que l’on a décidé pour se détacher de notre animalité, de classer comme instinct maternel chez les animaux, et comme amour maternel chez les humains. Cela a été possible, grâce à ou à cause de l’œuvre de philosophes qui tels Elisabeth Badinter dans un but de libération de la femme, et donc un but féministe, ont décidé que tant qu’à libérer la femme, il fallait commencer par la libérer de sa nature qui est de porter la vie et d’en prendre soin, donc de la perpétrer. Nous ne discuterons pas plus avant les vues de la philosophe qui si elle met l’amour au dessus de la nature, et cela peut sembler louable, refuse l’idée d’une quelconque inscription en nous, de façon instinctuelle du sentiment maternel. S’il faut se demander quel humanisme peut à ce point vouloirs mettre l’humain au dessus de la nature, il semble bien que ce soit celui ci, qui consiste en la négation de notre animalité, dans le but de nous élever au dessus de la nature, or la nature est belle, d’une beauté qui nous émeut par sa perfection, même si elle nous effraie également par

46


cette perfection qui ne nous a pas fait différents par nature, mais par volonté. Quelle est cette volonté qui ne nous veut que si nous nous éloignons de notre nature ? C’est la volonté humaine, qui encore une fois, à travers le débat de se demander lequel de l’instinct ou de l’amour meut la femme dans sa relation à son petit, a décidé que c’était très certainement l’amour. Il faut dire que si c’eut été l’instinct, nous ne serions pas ceux qui choisissent d’aimer nos enfants, mais ceux qui les aiment de toute façon puisque programmés pour le faire, or la programmation divine en ce qui concerne l’homme ne semble pas être du gout de tout le monde, preuve en est que de tous temps, nous avons œuvrés pour nous extraire de ce qui nous semble contraignant, la programmation génétique de l’homme et de la nature par son créateur. Si donc ce n’est pas l’instinct maternel qui meut la femme, mais bien l’amour, nous nous demandons quand même ce que les animaux peuvent ressentir pour leurs petits, et si l’instinct est une chose si inhumaine qu’il faille que l’on s’en détache à tout prix, s’agit-il avant tout de ne pas reconnaître de caractère contraignant en la vertu de l’amour maternel, ou bien s’agit il de ne pas voir dans cette valeur contraignante une vertu d’amour possible? Car en effet, si la valeur contraignante contient la vertu d’amour, alors c’est toutes nos conceptions de la valeur contraignante qui seront à revoir, car ses processus contraignants enclenchent l’amour qui est donc lui même inclus dans la valeur contraignante. C’est d’ailleurs ce que nous enseignons tous les jours, de moins en moins il est vrai, à nos enfant. Si nous devons nous libérer de la contrainte, il faudra bien nous expliquer comment cela se fera sans se libérer de l’amour également. Ce travail de libération de la contrainte, nous obligera certainement, dans un futur pas si lointain, à se demander, ce qui dans l’amour est si particulier qu’il peut exister sans la contrainte, et si ce que nous voulons défaire de sa valeur contraignante peut exister sans elle, il faudra nous démontrer auparavant comment elle le peut sans générer le chaos. Nous nous arrêterons cependant là pour ce qui concerne l’amour, car s’il est une chose qui nous échappe, c’est bien elle, et comme le disait jacques Lacan, « le don d’amour est le don de rien pour rien », par ces mots, il dit lui aussi que cette chose ne nous appartient pas même si elle fait partie du monde.

47


L’amour est ce qui nous rattache à Dieu dans le fait qu’il nous enjoint par ses différentes formes de perpétrer et de protéger sa création, c’est encore aujourd’hui tout ce que nous savons de l’amour dans sa source divine qui est créatrice de Vie. L’idée religieuse qui consiste à dire que le Dieu tout puissant a crée l’homme à son image est source de bien des conflits, car comment Dieu peut il avoir fait l’homme à son image puisque l’homme n’est pas un mais multiple ? A l’image de quel homme Dieu est-il, ou pour être plus exact, lequel des hommes est à l’image de Dieu ? Elisabeth Badinter ou nous ?

5)-La perception subliminale a-De la volonté extérieure Revenons en à présent à la perception subliminale. Celle ci se joue d’implantations directes dans l’inconscient de stimuli qui, associés à d’autres stimuli peut être implantés eux aussi, mais peut être pas, agissent comme un levier de commande sur les personnes visées par ces expérimentations. Si le levier de la commande est celui qui fait défaut pour que la perception subliminale existe telle qu’elle se présente aujourd’hui, alors la perception subliminale n’est pas ce qu’elle dit être, une implantation d’actions extérieures, mais une perception d’ordre éducative destinée à nous apprendre quelles sont les commandes préalablement implantées que nous devons suivre ou bien abandonner, en bref, le type d’expérimentations menées sur des rats de laboratoires pour obtenir d’eux une action parmi un choix d’actions possibles en fonction d’un stimulus. Ce qui est évident, c’est que pour le cobaye de l’expérimentation, le résultat est le même que lors d’un refoulement, la mémoire refoulée, se distingue par sa présence active dans le monde conscient en guidant nos actes d’une façon impulsive car répondant à ce qui est devenu mémoire puis désir par l’action de nos pulsions inconscientes elles aussi, car si le désir est ce qui peut résulter d’une perception subliminale, c’est bien parce qu’en faisant son chemin dans l’inconscient, l’image devenue mémoire se transforme sous l’action de nos pulsions en désir. Si ce désir était passif, c’est à dire que son potentiel d’action ne soit

48


pas activé, et reste à l’état de puissance endormie, il n’y aurait pas lieu d’en faire un plat. C’est parce que le potentiel de puissance active contenu dans ce désir est activé par des stimuli externes que l’on peut parler de perception subliminale et pas de souvenirs inconscients ou de refoulement. Toute la perception subliminale tourne autour de l’activation du désir, car si l’activation est programmée et programmable par autrui, c’est bien que l’inconscient répond à d’autre commandes qu’aux siennes propres, et c’est pourquoi nous jugeons nécessaire pour la psychanalyse d’évoluer sa théorie afin de pouvoir s’adapter au monde qui nous entoure par ce qu’il a de dimensionnels inconscients et conscients.

b-Problématique de la manipulation perceptive sous son aspect éthique Si la perception est ce qui nous guide à nos destinées, c’est qu’elle a une raison d’être qui nous échappe, et qui pourtant est nous, humains, de façon ontique. Se défaire de ce travail de la perception, c’est se défaire de notre humanité comme nous l’avons vécu jusqu'à présent. Vivre une vie à manipuler des perceptions, c’est de se vivre en lieu et place de la divinité, car c’est elle qui règne sur nos destinées par la perception, et nous avons fait l’expérience de ce que peut être une vie de perceptions manipulées, que ce soit durant la deuxième guerre mondiale avec le nazisme, ou pour satisfaire nos besoins énergétiques par les guerres qui se succèdent sans fins. La manipulation perceptive ne nous ouvre pas des horizons joyeux et paisibles, et nous le savons tous, même lorsque nous sommes sous son joug. Faire vivre cela à d’autres, c’est avoir conscience que ce qui se joue pour nous un jour peut être cela même qui se joue contre nous le jour suivant, et nous y reviendrons. Cette manipulation perceptive n’est pas si facile à définir, car si elle peut être facile à implémenter, elle est beaucoup plus difficile à détecter. Comment donc échapper à la volonté d’une chose que nous ne pouvons détecter ? C’est cette question même qui nous amène à écrire ce mémoire, afin d’y voir plus clair dans la manipulation perceptive et aussi afin de comprendre ses articulations, car qui dit corps de manipulation perceptive dit articulations de ce corps de manipulation perceptive, et qui dit que la vie est en jeu, dit que l’homme se meurt de sa création.

49


Il faut pour comprendre le principe de la manipulation perceptive, comprendre que la perception subliminale n’est pas ce qu’elle se dit être, même si elle est aussi cela. Cette perception subliminale se joue de stimuli et de limites de perception consciente, mais elle oublie que l’homme dans son schéma de perception est bien plus que des réceptions de stimuli, il est aussi des sentiments attachés à ses perceptions. Si le travail des stimuli et des limites de perception consciente nous ramène à des rats de laboratoires, c’est que dans ce cas là, c’est bien ce que nous sommes devenus, pour l’expérimentation de l’intelligence et de la toute puissance humaine. Mais cette intelligence a oublié que ce qui était hier un jeu de soumission, n’est plus aujourd’hui si drôle puisque ce jeu a échappé à notre contrôle dans la mesure où nous ne savons pas l’arrêter sans nous faire mal à nous même. Que dire donc de ce qui se dirait si nous n’étions tout simplement pas capables de l’arrêter ? Or c’est bien ce qui est en jeu, l’arrêt d’un « jeu » qui a fait trop de morts déjà, et qui continue d’en faire sans que nous ne puissions rien y faire, car nous avons perdu le contrôle de notre création, cette arme qui était sensée nous développer et nous rendre tout puissants, nous détruit à petit feu de ne pas savoir la ranger au placard. Elle a envahi toutes les sphères de la société, car elle est savoir, et ce savoir est perdu dans l’humanité qui n’a pas en soi la maturité nécessaire pour en faire bon usage. Le résultat, c’est qu’il faut une bonne volonté de toute part pour que cela s’arrête, et ce n’est pas le cas. Ce qui se joue dan le travail de la manipulation perceptive est cela même qui se joue dans le monde de la vie aujourd’hui. Dire que nous sommes tous un peu coupables, n’est pas facile, mais nous le sommes tous un peu parce que nous adhérons à ce système qui autorise la prise de pouvoir sur nous même sans nous en inquiéter davantage ni réagir à ce qui nous mène à notre perte, et cela est vrai puisque nous nous voyons lentement glisser vers une troisième guerre sans nous inquiéter outre mesure, surs que nous sommes de nos atouts de puissance nucléaire, et surs que nous nous disons de notre supériorité morale sur le reste du monde, celui la même que nous avons détruit par nos manipulations perceptives. Faire de ce sens du devoir de civiliser le monde, une supériorité sur ce monde, rappelle étrangement certains points de vues qui ne nous ont pas rendus si fier dans un passé encore frais dans nos mémoires.

50


S’il faut se demander ce qu’est une manipulation perceptive, il faut pour en avoir un exemple très clair, simplement remonter à la seconde guerre mondiale, et se dire que ce qui s’y est joué alors, se joue encore maintenant, les victimes ont simplement pris la place des bourreaux pour certains d’entre eux, et nous y viendrons également. Faire vivre une vie de perception manipulatoire pour se faire valoir, et prendre le contrôle sur les esprits de ceux qu’on a eu a haïr pour leur debilitantisme perceptif est une chose, et ce n’est pas à nous d’en juger même si nous refusons d’adhérer à cette manipulation perceptive parce que nous avons de nous même une idée suffisamment consciente de son bien être pour ne pas nous avachir dans une culpabilité débonnaire et de bon ton, mais faire vivre au reste du monde innocent de nos malheurs passés une vie d’esclavage mental pour prendre possession de ce monde et l’asservir, est un crime dont il faudra rendre compte un jour ou l’autre. Définir ce qu’est une manipulation perceptive dans les medias aujourd’hui à travers des exemples concrets afin de comprendre son fonctionnement et de saisir son rapport à, et son approche de la réalité comme vérité du monde perceptif de l’autre, sera notre approche pour la suite de ce mémoire.

c-De l’opposition à la volonté extérieure La perception subliminale étant ce qui nous fait être nous même dans l’accomplissement de la volonté de l’autre sans en avoir conscience, c’est cela qui est son but, il faut trouver le moyen de s’y opposer, or bien que cela semble impossible, ça ne l’est pas puisque ce qui nous dirige nous protège également. Si le travail de la perception subliminale, volonté autre réalisée en nous est possible, c’est que nous sommes nous mêmes ceux qui avons ouvert les portes de notre inconscient à ce travail de la perception subliminale, non pas que nous puissions empêcher l’inscription de mémoires subliminales en nous, mais que nous pouvons par nos forces de volonté personnelles leur empêcher l’accès à nos leviers de commandes internes par la façon dont notre inconscient se comportera face à ce qui agit contre la volonté consciente. Autrement, le fait d’ouvrir sa porte inconsciente mène alors à la possibilité dans notre inconscient au travers du levier de nos pulsions de transformer ces perceptions subliminales en actions de volonté externes à nous. Faire de

51


la volonté externe, une volonté propre, c’est d’enlever son affirmation de soi au profit de l’autre externe à nous, et de faire passer ces commandes volontaires avant les nôtres. Cela fait écho à la séance d’exorcisme de la jeune Emilie, qui, incapable de répondre à ses propres commandes, doit en appeler à des commandes de volonté externes à elle. Il faut pour se comprendre soi même, être capable de se dire que nous sommes maîtres de notre propre bateau, et que c’est nous qui en tenons le gouvernail, or si nous ne sommes pas ceux qui pouvons tenir ce gouvernail, quelqu’un d’autre le fera, et ce quelqu’un d’autre peut être bien intentionné, c’est bien souvent le cas des thérapeutes le temps de la thérapie, ou bien mal intentionnés, c’est le cas de ceux qui manipulent nos perceptions, nous rendant esclaves de leurs désirs ou volontés, dans tous les cas, en soumettant notre volonté. Il faut savoir que ce qui se joue dans la manipulation perceptive, se joue aussi dans la détresse sentimentale, car c’est ce qui permet d’ouvrir son inconscient aux autres afin de le remplir de ce qui nous manque, l’estime de nous même. Se dire que nous ne sommes pas si impuissants face à ce phénomène de la perception subliminale, c’est de se dire que si nous voulons ne pas répondre aux commandes de volonté externes, cela est possible, même si ces volontés inscrivent en nous des mémoires inconscientes, dans le mesure où ces mémoires inconscientes seront détruites en nous, dans notre inconscient, par nos propres forces de volonté inconscientes, car l’inconscient et le conscient communiquent pour le bien de l’être. Faire de ceux que nous éduquons des êtres à part entière, aimés, et capable de discernement est une des clefs pour vaincre les forces volontaires de perception subliminale, car celles ci se jouent de manques affectifs pour pénétrer nos inconscients, y compris dans les publicités et le marketing, et bien entendu dans le cas que nous traitons à présent, la manipulation perceptive. Si ceux qui ont affaire à la perception subliminale, ne sont pas capables de s’y opposer, il faudra alors un recours à des moyens plus importants comme par exemple ces centres de déradicalisation qui fleurissent un peu partout en ce moment. Pour le plus grand nombre de ceux qui portent en eux des mémoires non encore activées, et nous sommes légion, il faut gérer le problématique en en éliminant la cause, autrement dit, éviter que ne puissent se mettre en place d’autres leviers de commandes si on peut les appeler ainsi, et c’est ce

52


que nous allons à présent aborder, mais auparavant, il nous faudra montrer quelques exemples concrets, pour illustrer ce dont il est question, ainsi que l’ampleur de la main mise de la manipulation perceptive sur nos vies et celles de nos enfants.

d-De la force qui nous habite Si la manipulation perceptive que nous étudions est si différente de, et pourtant si similaire à la perception subliminale, c’est que la perception subliminale ne tient compte que de stimuli sensoriels, or la vie est plus que cela. La manipulation perceptive elle réunit tout un nombre de facteur qu’il serait bien difficile de cerner dans un mémoire de ce format, et que nous aurons, nous l’espérons l’occasion de développer en d’autres temps. Nous pouvons néanmoins, en dessiner quelques contours, et c’est ce que nous ferons plus tard. Ces facteurs sont si imbriqués entre eux, qu’il faudrait bien à un moment donné, se demander quelles organisations ou entités peuvent avoir à ce point une avance dans la recherche dans le domaine de la manipulation perceptive, que nous semblions de la plus totale des impuissance face à leur puissance de volonté active et manipulatrice de nos peuples. Nous donnerons donc également quelques pistes sur ce sujet. Ce qu’il est intéressant de noter, c’est que comme le disent Morten Overgaard et Bert Timmermans dans leur étude « Dans quelle mesure la perception subliminale est-elle inconsciente ? »13, c’est que les études sur la perception subliminale ont servi à démonter que la force de l’inconscient sur nos vies est plus importante que nous nous l’imaginions, mais surtout que l’inconscient avait une capacité d’action plus rationnelle et efficace que le conscient. Ce n’est pas peu de le dire que d’en saisir toute la portée, car si l’inconscient a une capacité de rationalisation supérieure au conscient, alors qu’est ce que l’inconscient sinon un être à part entière ? Encore une fois nous revenons au démon de la jeune Emilie, nous ne nous y attarderons cependant pas, nous voulions simplement faire remarquer que ce qui se joue dans le principe de l’autre manipulé, est ce qui se joue en nous même, la 13

Morten Overgaard et Bert Timmermans, How Unconscious is subliminal Perception?, projet Mindbridge finance par la commission européenne , https://www.researchgate.net/publication/226188619_How_Unconscious_is_Subliminal_Perception , 18 février 2014

53


personne dans sa dimension cosmique, et se jouer de ce qui nous dépasse semble très incertain, voire dangereux. S’il faut en conclure que nous sommes ceux qui jouons avec le feux, ce serait juste de le faire, car si nous ne jouons pas avec le feux, c’est à dire un feu du sacre qui est en nous, avec quoi jouons nous alors depuis plus d’un siècle maintenant ?

Cette découverte de l’hypnose qui a conduit à l’avènement de la psychanalyse freudienne par son intérêt pour ces femmes hystériques de son cabinet, puis à la psychologie analytique jungienne, par son intérêt pour les sciences divinatoires, nous conduit à présent à explorer de façon démesurée les fonctions inconscientes de l’être qui nous habite et qui n’est pourtant pas nous. Si le cerveau humain est si peu utilisé, nous pourrions nous dire que c’est bien qu’il y a une raison, et si ceux qui dans les années 70 ont tenté d’en explorer quelques recoins par des psychotropes en son revenus transformés en larves car ils ont eu à vivre ce qu’ils n’étaient pas en l’état actuel de notre développement capables de vivre, c’est aussi bien qu’il y a une raison. Vivre ce travail de la découverte scientifique incessante comme une finalité est un bien dangereux chemin pour notre jeune humanité, et bien peu s’y retrouveront, car s’il est bien une chose que nous ne pouvons à ce jour maitriser, c’est le cours de la vie dont le sens sacré ne nous appartient pas. S’il faut vivre une vie de famille humaine en oubliant qui nous sommes, ceux qui ont un père créateur, il faut peut être penser alors à se demander qui sont ceux qui nous conduisent vers nos destinées macabres en nous disant que c’est ce qu’il faut à l’humanité ; tuer le père pour évoluer vers son humanité. Nous allons à présent aborder ce qui nous intéresse de la manipulation perceptive, son application dans l’espace de la vie par des exemples concrets.

54


Applications pratiques 1)-Du Cinéma et des jeux vidéo Que dire de plus sinon que le plus désigné pour commencer cette étude est le cinéma Hollywoodien qui, par son public aux quatre coins de la planète, offre l’un des moyens de diffusion les plus importants, pas le plus important cependant puisqu’il a récemment été battu sur ce sujet par les réseaux sociaux, dont Facebook sur lequel nous reviendrons également, qui se targue d’avoir plus de 1.5 milliards d’utilisateurs, et qui installe gratuitement des accès à internet dans des lieux du monde où les personnes manquent cruellement de nourriture et d’eau potable. Il faut croire que notre survie à tous viendra de Facebook et d’internet. Ceci n’est pas le point à présent, mais nous permet avant d’entrer dans le vif du sujet de prendre la mesure de ce à quoi nous faisons face. Hollywood quand à lui continue son bonhomme de chemin, même s’il est à présent, dans certaines régions du globe, mis à mal par d’autres entreprises cinématographiques qui ont compris qu’une des clefs de l’impérialisme américain se trouve à Hollywood. Il faut savoir que le cinéma Hollywoodien n’est pas si autonome qu’il veut se le dire. Tout d’abord, il n’est pas autonome du monde de la finance qui le finance au travers de sociétés de productions dont les fonds viennent en général de grands groupes industriels et aussi au travers du marketing commercial. Ensuite, il n’est pas autonome de l’état, preuve en est que lorsque l’on fait une recherche Wikipédia sur Hollywood, on ne trouve que des informations sur la ville de Hollywood. Il faut aller sur « Cinema of the United States » pour avoir accès aux informations sur le cinéma hollywoodien, accompagnées d’un petit drapeau américain, or comme l’on sait qu’une page Wikipédia de cette ampleur ne peut se tenir sans l’accord tacite des intéressés, on peut en déduire que l’appellation cinéma des Etats Unis est donnée avec leur consentement. Or qui dit cinéma des Etats Unis, dit cinéma d’état dans 55


l’entendement que l’on peut en avoir même si le lien existant entre les deux n’est peut être que vertueux. Et enfin, il n’est pas autonome de l’armée américaine qui a un département spécial au Pentagon appelé « The Film Liaison Unit » 14 , qui travaille en collaboration avec les studios Hollywoodien pour leur prêter du matériel militaire (chars d’assauts, avions de chasse, parfois même de vrai militaires) lorsque c’est nécessaire pour des films de guerre, et également pour vérifier que les scripts correspondent bien à l’esprit militaire américain, à savoir, honneur et fierté de l’armée et de la patrie. Tout film dont le script ne correspond pas à cela est soit corrigé, soit privé de fonds ou d’aides matérielles et logistiques, autant dire la mort à Hollywood. « The Film Liaison Unit» a été crée en 1948, donc après la seconde guerre mondiale. Nous pouvons supposer que la raison en est qu’après la victoire des alliés, les Etats Unis aient voulu garder et amplifier les acquis que confère l’auréole d’héroïsme due à la victoire sur les nazis.

Un sondage conduit par IFOP en France sur quatre dates différentes a des résultats des plus intéressants. Nous nous intéresserons à deux de ces dates. En France, 57 % des personnes interrogées en mai 1945 pensent que c’est L’URSS qui a le plus contribué à la défaite de l’Allemagne en 1945 contre 20% qui pensent que ce sont les États-Unis et 12% La Grande Bretagne. Lorsque la question est enfin posée en juin 2015, 23% des sondés pensent que l’URSS a le plus contribué à la défaite de l’Allemagne, contre 54% qui pensent que ce sont les Etats Unis, et 18% la Grande Bretagne. 15

Ce sondage nous donne une très claire idée de ce qui s’est joué lorsque le régime nazi a été défait : la guerre de propagande pour savoir qui en récolterait les fruits. Il est vrai que

Zakari, Act of valor and the military’s long Hollywood mission, The huffington post, 17/02/2012http://www.huffingtonpost.com/2012/02/17/act-of-valor-military-hollywood n 1284338.html ,17/02/2012 14Jordan

Berruyer, Quelle est la nation qui a le plus contribué à la défaite de l’Allemagne en 1945, https://www.les-crises.fr/la-fabrique-du-cretin-defaite-nazis/ , 8 mai 2015 15Olivier

56


l’étiquette de sauveur de l’humanité doit avoir ses avantages si l’on est celui qui sait s’en servir. Toujours est-il qu’il est difficile d’avoir des informations sur « The Film Liaison Unit », ce département du Pentagon, car très peu d’articles sur le sujet existent sur internet. L’un vient du Huffington post (février 2012), et l’autre d’Aljezeera 16 datant d’août de la même année. En cherchant plus avant sur internet, on tombe toutefois sur le site de l’armée américaine qui s’il ne fait pas mention de ce fameux département du Pentagon, a lui même une branche, OCPA-WEST (U.S army community relation division-west). Rappelons que le Pentagon est le centre du pouvoir de l’armée américaine dont dépendent toutes les différentes branches telles que U.S. Air Force (armée de l’air), U.S. Army (armée de terre), U.S. Navy (marine), etc.

Cette branche donc, OCPA-WEST de l’U.S. Army, a pour vocation d’être :

« Le bureau des affaires publiques de l’armée américaine, région Ouest (OCPAWest) est la liaison directe entre l’armée américaine et l’industrie cinématographique. Notre but premier est d’assister les professionnels du cinéma, de la télévision et du jeu vidéo dans toute chose relative à l’armée américaine. OCPA-West utilise tactiquement ses contacts avec les membres de l’industrie audiovisuelle pour s’assurer que les projets supportés par l’armée sont correctement dépeints. Le bureau, cherche activement des opportunités de montrer les soldats américains et tout ce qu’ils font pour notre nation. Le personnel d’OPCA-West se spécialise dans la connaissance de et dans la liaison avec le monde audiovisuel ; revue de films long métrages et scripts de télévision ; assistance technique militaire sur site aux réalisateurs ; Coordination de documentaires sur l’armée ; planification de la sensibilisation communautaire ;

16

Aljazeera, Hollywood and the war machine, Aljazeera.com Http://www.aljazeera.com/programmes/empire/2010/12/2010121681345363793.html , 09/08/2012

57


engagement dans la presse et dans la liaison communautaire au nom de l’armée. » 17

Cette branche de l’armée américaine comme elle le dit elle même, a pour vocation d’assurer la liaison entre l’industrie audiovisuelle et l’armée américaine. Et comme cela est détaillé plus haut, cette industrie comprend non seulement le cinéma et la télévision, mais aussi l’industrie du jeux vidéo.

a-Call of duty - L’appel du devoir Il faut avoir vu au moins une fois le déroulement d’un de ces jeux vidéo de guerre pour comprendre de quoi il s’agit dans cette coopération qui n’est ni plus ni moins parfois que de l’incitation au meurtre d’arabes sous prétexte de jeux. Call of Duty (l’appel du devoir) est le plus célèbre de ces jeux de guerre. Nous n’avons cependant aucune indication qu’il est financé par l’armée américaine, nous laisserons le lecteur en juger par lui même. Les premiers jeux de Call of Duty étaient des jeux à caractère historique, se passant durant les guerres mondiales, où le joueur refaisait virtuellement les vraies missions de l’armée américaine, tuant dans sa mission des nazis pour accomplir celle ci. L’un des jeux les plus célèbres de Call of Duty est « Modern Warfare 2 » (Guerre moderne) et date de 2009. Ce jeu se passe en Afghanistan. Nous allons tout d’abord faire un rappel historique des liens entre les Etats-Unis et l’Afghanistan pour comprendre ce jeu « Modern Warfare2 ».

“The U.S. Army’s Office of the Chief of Public Affairs, Western Region (OCPA-West) is the entertainment industry’s direct liaison to the United States Army. Our primary purpose is to assist film, television, video game professionals in all matters relating to the United States Army. OCPAWest leverages its direct interface with members of the entertainment industry to ensure Armysupported projects are accurately portrayed. The office proactively seeks opportunities to showcase the American Soldier and all that they do for our nation. The staff at OPCA-West in knowledge of and liaison with the entertainment world; feature film and television script review; on-site technical military assistance to film makers; coordinating documentary coverage of the army; community outreach planning; news media engagements and community liaison on behalf of the army.” U.S. Army, Extrait du Site internet: https://www.army.mil/info/institution/publicAffairs/ocpawest/faq.html , date non communiquée. 17

58


Les Etats-Unis ont été en guerre en Afghanistan à plusieurs reprises. Une première fois de 1979 à 1989 pour soutenir les moudjahidin alors rebelles, contre le régime communiste afghan soutenu par L’Union Soviétique. Cela fit sombrer le pays dans le chaos le plus total jusqu'à l’avènement des talibans eux même issus du rang des moudjahidin précédemment financés par les Etats Unis. Depuis, les Etats-Unis n’ont plus quitté l’Afghanistan, même lorsqu’ils annoncent des retraits de troupes, ils gardent toujours des bases suffisamment importantes pour ne pas avoir à la quitter vraiment. La CIA y est comme chez elle, et le gouvernement afghan selon les talibans, n’est qu’une marionnette aux mains des Etats-Unis, ceux là même qui les soutenaient quelques décennies auparavant. Les Etats-Unis y détiennent un de leurs plus célèbres centre de torture, la prison de Bagram 18 qui permet d’y accomplir ce qui ne peut être accompli à Guantanamo Bay, et ce n’est peu dire, et qui avec celle d’Abu Graïb au Pakistan, et nous y reviendrons, sont les lieux où prennent place les plus grands manquements aux droits supposément universels de l’homme, ceux là même que l’humanisme occidental tente d’exporter par les armes. Suite à plusieurs scandales que nous aborderons plus loin, Les Etats Unis ont envoyé des signaux annonçant la fermeture de cette prison, mais il semblerait que ce ne soit que des signaux. Il faut dire que la question reste posée de savoir qui habite ces prisons, et là encore nous y reviendrons.

Revenons en maintenant à « Modern warfare 2», ce fameux jeu de Call of Duty. Une des missions de ce jeu vidéo s’appelle « No Russian » (Pas de Russes). C’est la seule mission optionnelle du jeu, et nous ne savons pas pourquoi. Elle se passe au milieu d’un aéroport où le joueur est chargé d’infiltrer un groupe de terroristes Russes afin de tuer leur chef. Le joueur se trouve donc au milieu de l’aéroport avec un groupe de terroristes qui commencent à tirer sur la foule, et pour couronner la malignité du jeu, aucune consigne n’est donnée au joueur autre que celle d’infiltrer le groupe terroriste afin de tuer leur chef lorsque l’occasion s’en présentera. La plupart des joueurs tirent sur la foule à l’instar des terroristes, sans vraiment savoir pourquoi.

18

Le monde, “Cas de torture et de mauvais traitement a la prison de Bagram”, http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2012/01/07/afghanistan-cas-de-tortures-et-demauvais-traitements-a-la-prison-de-bagram_1627124_3216.html , 01/07/2012

59


Il faut savoir que “Call of Duty” crée et gère les profiles de ses joueurs où ils peuvent inscrire leurs scores. Que l’idée ne nous effleure pas que l’on puisse se servir de jeux vidéo pour estimer la suggestibilité d’un certains pans de la population, et toute ressemblance avec des évènements passés ou présents est purement fortuite.

b-Un exemple de jeu vidéo réalisé A présent, attelons nous à développer un de ses jeux vidéo dans sa version réalisée. Pour cela, il faut de la chance, et nous en avons eu, curieux que nous sommes de rechercher l’improbable. C’est donc en recherchant l’improbable sur internet, l’inconscient collectif selon Freud, que nous avons eu l’opportunité de trouver ce site qui en traite, et ils ne sont pas nombreux à le faire, puisque l’inconscient collectif n’existe pas dans la théorie freudienne. Donc, ce site « Al Ibahiyya », nous offre un article intitulé, « l’inconscient collectif de Freud » 19 . Nous allons donc, exaltés lire l’article, pour découvrir qu’il traite non de l’inconscient collectif défini par Freud puisque celui ci n’en parle pas dans sa théorie, mais qu’il tente de bâtir une théorie freudienne du collectif ce qui est à son avantage puisque ce qu’il tente de démontrer, c’est ce qu’est la culpabilité collective en rapport à l’inconscient freudien. L’article traite bien d’un inconscient collectif, et c’est celui des français depuis la seconde guerre mondiale, et comment ceux ci ont du se laver collectivement de leurs pêchés pour pouvoir se reconstruire une vertu. Il parle également du général De Gaulle qui s’il n’est pas celui qui nous intéresse ici, est très certainement celui qui a donné son nom à un navire de guerre en ce moment même commandé par un amiral américain et engagé dans une guerre qui nous dépasse tous 20 , parlons de soumission…

19

Pascal Garandel, Soumission a l’autorité, Site Al Ibahiyya http://ibahiyya.emonsite.com/pages/archives-cours-sur-la-conscience/inconscient-collectif-freud.html , date non communiquée. 20 Le huffington post, Le chef du Pentagone pour la première fois sur le Charles de Gaulle”, Huffigton.fr, Http://www.huffingtonpost.fr/2015/12/19/pentagon-porte-avions-francais-charles-de-gaulledefense_n_8844822.html , 19/12/2015

60


Intéressés malgré tout par la capacité analytique de l’auteur, nous recherchons plus d’informations sur lui et sur le site, et à notre grand dam, celui ci n’offre aucune possibilité de s’informer sur son origine, il se prétend pourtant être un site philosophique affilié à un lycée puisqu’il donne des cours pour des classes de terminale, or ces cours ne sont absolument pas du niveau d’élèves de terminale spécialisées. Le rédacteur que nous découvrons être pascal Garandel se dit enseignant de philosophie, et les cours qu’il propose offrent un parti pris des plus sémitique

pour un site aux consonances

arabophones. La lecture en est aisée, et les sujets traités demandent une connaissance certaine en matière scientifique, psychologique, psychanalytique et philosophique, ils semblent toutefois plus traiter de psychologie/psychanalyse que de philosophie. Nous cherchons plus avant car nous voulons vraiment savoir ce qu’est ce site où les informations, des cours de philosophie/psychanalyse, sont plausibles, mais dont le contexte nous alerte sur sa vraie nature. Le cours de philosophie concernant la soumission à l’autorité 21 est des plus intéressants, et mérite un coup d’œil, tant il manipule la perception du lecteur qui s’y laisserait prendre, puisqu’il est en réalité un cours de torture psychologique à des fins de domination de « l’élève ». Poussés par ce que nous trouvons sur ce site en rapport à notre sujet, la soumission de l’autre par la manipulation, nous cliquons sur l’onglet jeux vidéos 22, et en plus de liens vers deux articles, nous avons une déclamation qui annonce un article en cours d’étude et en rapport aux jeux vidéo: « Une troisième approche tentera (bientôt) d’interroger les jeux vidéo dans une perspective foucaldienne. Le but sera de montrer que la notion de gouvernementalitée trouve une application originale dans la géostratégie des jeux vidéo, au sein de laquelle des notions comme celle de population ou de territoire trouvent une extension intéressante. » Cette dernière affirmation non affirmative nous permet à nous de décider que ce site n’est que la réalisation du jeux Vidéo « Call of Duty », et en voici la raison bien simple, et si imperceptiblement subliminale que nous sommes perdus face à ce type de « jeux vidéo »

21

Pascal Garandel, Soumission a l’autorité, Site Al Ibahiyya http://ibahiyya.emonsite.com/pages/archives-cours-sur-la-liberte/determinisme-psychologique-et-soumission-a-lautorite.html , date non communiquée. 22 Pascal Garandel, jeux video, Site Al Ibahiyya http://ibahiyya.e-monsite.com/pages/jeux-video , , date non communiquée.

61


du réel : Ce sont les images qui sont en décalage avec le texte, et qui si elles tentent de s’accrocher au texte, nous racontent pourtant une autre histoire. C’est le stimuli de la psychologie cognitive, en action sur internet, et qui s’il n’est pas compris, ne peut se combattre. La psychologie cognitive l’a bien compris qui ne nous donne pas la clef de la problématique de la perception subliminale, parce qu’en nous en donnant la clef, elle désactiverait le levier de commande. Il nous faut ajouter qu’après plus de recherches, nous découvrons que le propriétaire du site est professeur de philosophie au lycée polyvalent Aiguerande, non pas que l’information soit intéressante pour nous, mais elle pourrait bien se révéler salvatrice pour ces lycéens livrés aux mains de professeurs sans scrupules. Une autre problématique de ce site est qu’il ne se veut pas agresseur, mais éducateur, ce qui nous induit en erreur sur sa véritable nature qui est guerrière. Nous ne nous attarderons pas plus sur le sujet, car en temps de guerre, il vaut mieux éviter de parler de guerre, nous dirons simplement que le général De Gaulle, et tous les résistants avec lui, serait très certainement outré de l’usage qu’il est fait de leur résistance.

c-La guerre des étoiles Nous allons donc rebondir sur le thème de la résistance pour développer le sujet de « La guerre des étoiles que nous avions abordé plus tôt. Si la guerre des étoiles est si prisée, c’est qu’elle se construit sur un thème qui nous est cher à tous, mais peut être pour différentes raisons chacun, et c’est le thème de la résistance. Ce film très Hollywoodien a vu passer trois générations de jeunes enfants et d’adultes aussi, et il se construit sur le principe de la résistance à l’empire, qui s’il n’est pas cher à tous, l’est pourtant, puisque dans le film l’empire représente le mal absolu. Si dans l’interprétation consciente que certain peuvent se faire du film, l’empire représente les Etats-Unis eux même, d’où le succès du film dans le monde entier. Pour ce qui concerne l’inscription inconsciente du film dans nos psychés, il en va tout autrement, c’est le principe du double message ou de la double lecture. Ce film a d’ailleurs développé quelques concepts qui sont aujourd’hui inscrits dans l’inconscient collectif comme s’ils l’avaient toujours habité. Il s’agit entre autre du « Jedi », du « coté obscur de

62


la force », « coté lumineux de la force », etc.. Si ce coté lumineux ou obscur de la force trouve son pendant dans d’autres concepts plus anciens, le jedi lui n’en a pas, pour la simple raison qu’il n’existe pas sur terre, mais dans un espace temps hors du notre, et cependant, il est nous dans ce qu’il en appelle à nos désirs de grandeur dans le bien. Mimoine dans son accoutrement, mi- combattant, il défend le bien, le coté lumineux de la force, et est pour ce faire armé de la force elle même ainsi qu’un sabre laser. Si l’on y pense bien, l’ordre des Jedi pourrait s’apparenter à celui des templiers, et si l’on y regarde un peu plus, l’empire pourrait s’apparenter à cette chose multiforme qui détruit le moyen orient. Quand à Darth Vader, la figure du mal incarné, il est remarquable par son accoutrement qui nous rappelle étrangement la burqa dans ce qu’il couvre intégralement le corps et le visage. De là à dire que la guerre des étoiles est un film prémonitoire, il n’y aurait qu’un pas, et nous ne le franchirons pas, pour la simple et bonne raison que s’il est prémonitoire, alors il est tout aussi créateur de notre présent, et nous allons l’expliquer. Si le film « la guerre des étoiles est si symptomatique de tout l’appareil hollywoodien, c’est qu’il nous fait intégrer à notre insu des concepts clefs, que nous ne sommes même pas capables de détecter tant la perception est subliminale, et l’implantation profonde, et ceci doit nous questionner, non seulement sur nous même, mais également sur le vrai et l’idée que nous nous en faisons. On pourrait d’ailleurs en profiter pour évoquer une autre idée intéressante qui est celle de l’implantation de mémoire développée par l’étudiant en psychologie Jim Coan sous la direction d’Elisabeth Loftus, lors d’une célèbre expérience appelée « lost in the mall »23 (perdu dans le centre commercial), qui démontre dans cette expérience, qu’il est possible d’implanter une fausse mémoire de son enfance à une personne, par suggestion. Cette expérience, si elle semble sans rapport ici, ne l’est pourtant pas, puisque si l’on peut implanter par suggestion une fausse mémoire passée, on peut également par suggestion inscrire en nous un futur indélébile par la suggestion. Pour en revenir à « la guerre des étoiles », le premier film de la série,(et le dernier également), a été tourné dans un décors désertique, au Maroc plus précisément, voilà pour le décor. Il nous impose une vision manichéenne, ou le bien incarné combat le mal, 23

Elizabeth F. Loftus, Creating False Memories, Site internet de l’universite de Washington, Http://faculty.washington.edu/eloftus/Articles/sciam.htm , septembre 1997

63


le mal incarné étant son propre père. Il nous dit que le bien se veut rebelle du mal qui envahi l’univers tout entier, la résistance représente donc le bien, et c’est normal, l’idée de résistance est bien implantée par le combat des résistants au nazisme. Il nous dit également que si le bien veut dominer sur le mal, il doit pour cela tuer son propre père. Et enfin, il nous dit que ce père meurt des mains de son propre fils pour libérer la galaxie toute entière. De la à dire que la galaxie est si petite qu’il suffit d’un homme pour la liberer, il n’y a qu’un pas, et il est franchi en la personne de Luke Skywalker, Jedi et fils de Darth Vader incarnation même de toutes les forces du mal. Si le film se veut une épopée guerrière, il est avant tout une implantation de perceptions subliminales qui viendront se réveiller en tant voulu, quand cela sera nécessaire, ou bien quand d’autres stimuli, peut être implémentés dans la suite de la série, mais peut être pas, viendront faire levier de commandes inconscientes. Ce film n’est pas le seul qui face l’apologie de la rébellion et de la résistance, et nous y reviendrons, mais il est certainement celui qui l’a fait le mieux, dans la mesure où pour ce faire, il s’est inscrit dans un décor hors de notre temps et de notre espace, en utilisant nos mémoires récentes d’insoumission au nazisme, et pour ce faire a endormi par ce subterfuge notre conscience afin que l’implantation passe totalement inaperçue. C’est pourquoi, même, et surtout chez les esprit qui se veulent libres, il à autant de succès, forcement puisqu’il en appelle au coté lumineux de la force en chacun de nous. Pour montrer à quel point cette implantation de visions mémorielles est forte dans la mesure où qui plus est elle échappe volontairement au temps, puisqu’inscrite dans un temps inconnu, il suffit d’observer que lorsque la résistance se fait contre Israël, elle passe pour fausse et non éthique puisque dans ce cas là, pour notre imaginaire implanté, c’est le père (couvert de la burqa) qui résiste contre le fils symbole de bien, d’insoumission et de liberté. Il nous semblait important de détailler les rouages inconscients que l’implantation Hollywoodienne réveillent en nous pour bien montrer que s’il faut combattre la manipulation perceptive Hollywoodienne, c’est d’abord en nous même qu’il faut la combattre puisque nous sommes tous les porteurs inconscients de son message de soumission de peuples n’ayant pour le coup, d’autre caractéristique que d’être musulmans. De là découle la soumission inhérente à ce film qui n’est pas de

64


manipulation subliminale, mais de perception subliminale se jouant de nos savoir en la matière puisqu’il ne nous demande pas de poser un acte, mais de vivre un monde imaginaire et de nous l’approprier, et si l’appropriation est si réussie, c’est que ni les arabes musulmans qui se battent aussi contre le coté obscur de la force, ni les occidentaux qui n’ont pas été mis au fait de l’expérimentation ne peuvent contrer ce qui s’y joue, l’éthique implantée qui désigne le musulman pratiquant comme contraire à elle. Il faut aussi noter pourquoi ce film est plus important que d’autres de même type, c’est entre autre parce que c’est au nom de la rébellion contre leurs pères obscurs que le monde arme les rebelles du monde entier, dont la Syrie, la Lybie, le Soudan, le Congo, l’Ukraine, pour n’en citer que quelques uns. L’autre raison qui vaut sans doute d’être relevée, c’est que si nous ne prenons garde à ce phénomène de rébellion, il est des chances qu’il en advienne de même pour nous.

d-Assault on Iran – Assaut sur l’Iran Citons une autre histoire de jeux vidéo, celle du jeu « Assault on Iran » 24 (Assaut sur l’Iran) qui a conduit un ancien marine américain d’origine Iranienne, Amir Hekmati 25 en prison en Iran pour espionnage. Il y est reste quelques années avant d’être relâché en janvier 2013 après d’intenses négociations et pressions politiques et médiatiques (10 pages d’articles de presse pour Amir Hekmati sur le moteur de recherche de Google.ca). Il faut savoir qu’en plus d’être ancien marine, Amir Hekmati a travaillé pour la société Kuma créatrice du jeu vidéo « Assault on Iran ». Nous ne ferons bien sur pas de lien entre cette histoire et le film de « la guerre des étoiles », il n’en a pas. Ici nous ne spéculerons pas non plus sur les intentions réelles du jeux, mais nous pouvons tout de même parler de ce qui nous intéresse pour notre sujet, à savoir la manipulation de la réalité perceptive amenée d’une manière si grossière, que face à elle, même Georges Bush pourtant roi incontesté de la manipulation perceptive grossière n’aurait pas à Rougir de sa stupidité.

24 25

Assault on Iran, Youtube, http://youtu.be/1foCZT4fW18 , Google, Amir Hekmati, recherche google.ca https://g.co/kgs/6Kw6ru, Date dynamique

65


Si Georges Bush a failli recevoir une chaussure à la figure lancée par un Irakien en colère 26, on peu sans ambages se demander si ce lancer de chaussure était du aux crimes atroces qu’il a fait commettre en Irak, ou bien s’il était du à l’insulte qu’il faisait aux Irakiens de les prendre pour des imbéciles après les avoir fait massacrer. Prenons note que Georges Bush n’a été poursuivi par aucune instance nationale ou internationale pour le génocide dont il est à l’origine en Irak (nous fermons ici les yeux sur le reste du monde faisant mine de n’avoir pas remarqué que c’est le sud dans son ensemble qui est genocidé), pendant que les Etats-Unis et l’Europe font emmener en justice des chefs d’états pour ce même crime. Nous ne contestons pas l’autorité morale américaine ou européenne, mais peut être le pourrions nous ? Il faut dire pour la compréhension de ce qui s’est joué dans l’affaire Amir Hekmati que les Iraniens ont des raisons de se méfier du jeu vidéo en question, qui curieusement rappelle la rhétorique américaine d’avant l’invasion Irakienne. Cela fait d’autant plus sens au vue des déclarations du général Wesley Clark 27, Général cinq étoiles de la U.S. Army, vétéran du Vietnam, du Kosovo et de L’Irak, personnage tout à fait crédible et bénéficiant de la confiance des américains et de ses supérieurs. Notons avant toute chose que ces déclarations n’ont pas été rapportées par le « journalisme impartial » qui ne peut dire qu’il n’en a pas eu connaissance tant elles ont fait le buzz sur internet. Ce général dans une interview datant de 2007 accordée à Amy Goodman pour l’émission d’actualité indépendante « Democracy Now ! »28 a fait la déclaration suivante dont voici la retranscription :

« A peu près 10 jours après le 11 septembre, Je suis allé au Pentagon, et j’ai vu Le ministre Rumsfeld et le Ministre adjoint Wolfowitz. Je suis descendu dire bonjour à quelques personnes de l’état major qui avaient travaillé pour moi.

26

Man throws shoe at Bush, video youtube, http://youtu.be/_RFH7C3vkK4, 2008

27Wikipedia, General Wesley Clark, Wikipedia.org, https://en.m.wikipedia.org/wiki/Wesley_Clark ,

date non communiquée 28 Wikipedia, Democracy Now!, https://fr.mwikipedia.org/wiki/Democracy_Now! , date non communiquée

66


Un des généraux m’interpella et dit, « Monsieur, vous devez entrer que nous parlions ». Je dis, « Monsieur, vous êtes trop occupé ». Et il dit « Non, non ! Nous avons pris la décision, nous allons entrer en guerre avec l’Irak ! » C’était le 20 septembre ou alentours. Je dis, « On entre en guerre contre l’Irak ? Pourquoi ? » Il dit, « Je pense qu’ils ne savent pas quoi faire d’autre ». Alors je dis, « Ont-ils trouvé des informations connectant Saddam à Al Qaeda ? » Il dit, « Non, non, Il n’y a rien de nouveau de ce coté. Ils ont juste pris la décision d’entrer en guerre contre l’Irak ». Il dit, « Je pense que c’est comme si nous ne savons pas quoi faire à propos des terroristes, mais nous avons une bonne armée, et nous pouvons destituer des gouvernements »

Alors je suis revenu le voir quelques semaines plus tard, et depuis, nous étions entrain de bombarder l’Afghanistan, et j’ai dit, « Allons nous toujours en guerre contre l’Irak ? » Et il dit, « Oh, c’est pire que ca. » Il dit –Il se pencha sur son bureau, saisit une feuille de papier – et il dit « Je viens juste de recevoir ca de la haut, » qui veut dire du bureau du ministre de la défense. Et il dit, « C’est un memo qui décrit comment nous allons envahir 7 pays en 5 ans, en commençant par l’Irak, ensuite la Syrie, Le Liban, la Lybie, la Somali, le Soudan, et en finissant par l’Iran. » 29 » 29

“About 10 days after 9/11, I went to the Pentagon, and I saw Secretary Rumsfeld and Deputy Secretary Wolfowitz. I went downstairs to say hello to some of the people on the joint staff that used to work for me. One of the generals called me in and said, « Sir, you gotta come in and talk to me. » I said, « Sir, you’re too busy. » And he said « No, no! We’ve made the decision – we’re going to war with Iraq! » This is on or about the 20th of September. I said, « we’re going to war with Iraq? Why? » He said, « I guess they don’t know what else to do. » So I said, « I guess they don’t know what to do. » So I said, « Did they find some information connecting Saddam to Al Qaeda? » He said, « No, no, there’s nothing new that way. They just made the decision to go to war with Iraq. » He said, « I guess it’s like we don’t know what to do about terrorists, but we’ve got a good military and we can take down governments. » So I came back to see him a few weeks later, and by that time, we were bombing in Afghanistan. And I said, «Are we still going to war with Iraq? » And he said, “Oh it’s worst than that.” He said – he reached over on his desk and he picked up a piece of paper, and he said, « I just got this from upstairs, » meaning the secretary of defense’s office. And he said, « this is a memo that describes how we’re going to take out seven countries in five years. Starting with Iraq, and then Syria, Lebanon, Libya, Somalia, Sudan, and finishing off Iran. »” Extrait de l’interview du général 5 étoiles de l’U.S. Army, Weisley Clark accordée a Amy Goodman pou democracy now ! et visible sur la site internet youtube : http://youtu.be/bSL3JqorkdU

67


Cette déclaration du général Wesley Clark ne prêterait pas à conséquence si elle n’avait été effectuée en août 2007, soit quelques années avant l’invasion Soudanaise, Libyenne puis Syrienne ces pays où les Etats-Unis on eu à bombarder ou à envoyer des troupes pour une raison ou pour une autre. L’Iran, le Liban et la somalie sont les pays ayant pour le moment échappés aux prévisions militaire du général américain. Notons également que tous les pays cités dans le memo sont des pays musulmans ou dont la population est à majorité musulmane. Si l’ordre d’invasion des pays ne respecte pas le programme du memo, et que le type d’invasion diffère d’un pays à l’autre, on peu tout aussi bien mettre cela sur le compte de la nécessité militaire de s’adapter à l’environnement. Toujours est il que la diffusion du contenu du memo par le général Clark a rendu caduque l’invasion de l’Iran, du Liban, de la Somalie, et même de la Syrie dans une certaine mesure puisque les alliés s’y sont pris la plus belle humiliation militaire jamais vue de génération d’enfants nourris au biberons américains. Le Vietnam et Cuba pourraient s’y comparer mais ne concernent que les Etats-Unis. Il n’en demeure pas moins que la Syrie (et la Lybie avant elle) est aussi un énorme carnage pour lequel nous pouvons nous questionner sur les implications et de l’humanisme universel, et du journalisme impartial dans l’invasion impérialiste occidentale. Puisque nous en sommes à la Syrie, nous allons à présent aborder un troisième jeu vidéo, que l’on pourrait nommer « de l’art de tirer ses cartes du jeux », mais qui en réalité se nomme « advanced warfare » (guerre avancée).

e-Advanced warfare – Guerre avancée Dans ce jeu qui se déroule un peu partout dans le monde, l’armée américaine sous-traite avec des sociétés privées pour ses missions à visée militaires. Ces sociétés, beaucoup plus

68


mobiles et techniquement avancées que l’armée régulière, remplissent des missions antiterroristes pour l’armée un peu partout dans le monde, bref des sociétés de mercenaires. Le joueur est un ancien militaire blessé au combat et récupéré par le patron d’une de ces sociétés privées qui le gâte lui donne des armes de qualité, et lui paie un bon salaire. Après avoir accompli plusieurs missions pour celui ci, le joueur découvre au cours d’une mission, que c’est son patron qui finance le terrorisme, et cela il l’apprend par la bouche d’un chef terroriste qu’il vient de blesser fatalement. Ecœuré, il quitte l’armée privée pour rejoindre l’armée américaine régulière et l’aider dans son combat contre ces armées privées qui financent le terrorisme. Ce qu’il faut retenir de ce jeu, c’est qu’il est crée en 2014, à peu près au moment où l’armée américaine et ses alliés sentent le vent tourner, car malgré le support du journalisme impartial, la sauce ne prend plus, que la Russie et la Chine ne sont plus dociles, et que le monde, par l’internet fait circuler des informations qui jouent en sa défaveur, comme par exemple celle du général Wesley Clark, ou bien encore celle sur le commandant de DAESH, Khalife de l’état Islamique, Abou Bakr Al Baghadi alias Simon Elliot agent du Mossad. Dans un article parut dans le journal libanais Almanar, et photos à l’appui, le journaliste nous apprend que le Khalife de l’Etat Islamique n’est autre qu’un agent du Mossad 30. Le journaliste n’informe pas sa source, prétendant détenir l’information d’Edward Snowden le lanceur d’alerte. Les photos sont assez convaincantes, et la nouvelle est reprise dans quelques journaux conspirationnistes américains, et cela est judicieux dans la mesure où toute information publiée dans un de ces journaux est systématiquement taxée de peu fiable. Forcement, on y distille un bric-à-brac de vraies et de fausses informations pour semer la confusion dans les milieux complotistes qui garderont ainsi éternellement l’étiquette complotiste qui offre l’avantage pour le pays les hébergeant de se targuer d’être un pays libre où la liberté de penser et de s’exprimer est essentielle, et qui permet dans le même temps de contenir ceux qui prônent la théorie du complot en les décrédibilisant. Les seuls complotistes ayant échappés à la décrédibilisation n’ont pas échappé à la punition et ont fait les frais de leur croyance en la liberté de penser et en la 30

Almanar.com, http://french.almanar.com.lb/adetails.php?fromval=2&cid=29&frid=76&seccatid=29&eid=185337 , juillet 2014

69


liberté de s’exprimer. Il s’agit de Bradley Manning, de Julian Assange et de Edward Snowden. L’un est en prison et a été castré sous prétexte qu’il s’est découvert des penchants féminins lors de ses années de prison, le second est refugié indéfiniment à l’ambassade Equatorienne à Londres, et le dernier est exilé à tout jamais en Russie à moins bien sur qu’il n’opte pour la cour martiale américaine, et qu’il n’y soit jugé comme le fut Bradley Manning. On peut imaginer ses réticences. Ce qui fait l’intérêt du jeune Bradley Manning, c’est qu’il n’y a aucun intérêt ni calcul derrière son acte, hormis celui de la découverte de la vérité, et sa jeunesse lui a permis d’imaginer que le 1er amendement de la constitution américaine (celui qui concerne la liberté d’expression et celle de la liberté de la presse et de la liberté de culte) était au dessus de tout comme cela est clamé haut et fort à qui veut bien l’entendre. Il a découvert à ses dépends et le monde avec lui l’a découvert, qu’aux Etats-Unis, la liberté de se taire prime sur la liberté d’expression surtout lorsqu’il s’agit de l’armée et de la guerre. Bradley Manning a remis ¾ de million d’informations classées confidentielles de l’armée américaine à Julian Assange pour le site d’information Wikileaks. En d’autres temps, sous Hitler par exemple, un tel acte eut été considéré comme héroïque, car quoi de plus héroïque que de libérer des individus de l’horreur d’une extermination programmée ? Mais pas dans ce cas ci, dans ce cas ci, cela est considéré comme de la haute trahison. Il faut dire qu’ils sont musulmans et représentent donc le coté obscur de la force. Si parmi ces informations, certaines ont été fatales pour l’image de marque de l’armée américaine qui aime tant à soigner son image, c’est que certaines sont des vidéos montrant des soldats américains tirants sur des journalistes arabes et des individus venus les sauver, ou encore des sous-traitants de l’armée américaine roulant indistinctement sur des personnes arabes là encore, avec leurs voitures, tirant sur d’autres, comme sur de simples animaux, et encore, on pourrait se questionner sur la santé mentale de celui qui ferait cela même à un animal. En bref, une scène de jeux vidéo. Le fameux sous-traitant est la société « Blackwater » de son nom d’usage, mais connu également sous d’autres noms. Son Patron Erik Prince est celui qui fait la pluie, le beau temps, et les génocides dans le monde.

70


La vidéo youtube qui a pour titre « War Crimes of US & NATO leaked By Their Own Soldier !!! »31 N’est pas seulement intéressante par son contenu, même si elle montre la fameuse scène du meurtre de journalistes sans vraiment la commenter, nous amenant à nous demander s’il ne s’agit pas d’une simple scène de guerre avec des soldats en hélicoptères contre des terroristes à pieds, ce qui, il faut tout de même le remarquer semble tout à fait normal aujourd’hui pour l’homme du commun. Ceci est encore une chose que les Etats-Unis avec leurs guerres, puis leurs guerres de drones, suivi par les européens et les israélien ont rendu de l’ordre du normal, une autre de ces manipulations perceptives : on peut assassiner qui l’on veut, sans avoir à rendre de compte, à partir du moment où c’est un terroriste que l’on assassine, d’où les listes de terroristes qui n’en finissent plus de s’allonger dans le monde. Les Etats-Unis, puis le monde occidental en général ont réussi à faire accepter à leurs populations une hiérarchisation de la valeur de la vie, hiérarchisation qui ne date d’ailleurs pas d’aujourd’hui et nous y reviendrons, qui met la valeur de la vie de l’occidental et du juif Israélien au sommet de la pyramide, suivie par les amis de l’occidental, puis viennent les ennemis de l’occidental et ceux qu’il exècre par dessus tout aujourd’hui, les musulmans, et tout au bas de la pyramide, se trouvent les terroristes islamistes qui sont généralement ceux que l’on peut assassiner sans avoir à se justifier ni à se cacher, les autres terroristes, ceux de la même famille que l’occidental, eux sont généralement emmenés en prison pour y être jugés.

Il faut ici noter un autre amalgame qui a été crée en très grande partie par le journalisme impartial, et par les hommes politiques de tous bords confondus et cela dans un but manipulatoire qui sert la cause de hiérarchisation de la valeur de la vie, il s’agit de celui qui consiste à ne plus faire la distinction entre les mots suivant : Terroriste, islamiste et salafiste. Nous ne nous attarderons pas sur ce sujet, car alors c’est un roman qu’il nous faudrait écrire pour illustrer la profondeur de la stupidité humaine.

31

Youtube,War Crimes of US & NATO leaked By Their Own Soldier !!! , video sur youtube, http://youtu.be/GvNkalswvxk

71


Il faut dire à la décharge de l’occident que cette hiérarchisation du prix de la vie ne lui est pas propre, d’autres le font aussi, mais ceux là, à la différence de l’occident, ne se prétendent pas être l’emblème de l’humanisme universel. Cette vidéo fuitée par Bradley Manning est aussi intéressante pour le commentaire écrit qui l’accompagne et dont voici un extrait :

« Si les Etats-Unis peuvent faire ceci à leurs compatriotes américains (en parlant de Bradley Manning) imaginez ce qu’endurent les musulmans. Notre frère Dzohar Tzarnaev est derrière les barreaux, probablement torturé jusqu'à ce qu’ils le forcent à reconnaître ce qu’il n’a pas commis. Son frère Tamerlan Tsarnaev à payé le prix de ce qu’il n’a jamais fait, et Ibrahim todashev à été assassiné parce qu’il connaissait la vérité sur l’attentat de Boston. Nous voulons la justice, pas seulement pour Tamerlan, Ibrahim, Jahar ou Bradley, mais pour tous les innocents qui sont tués, torturés dans leurs jeux politiques, et nous avons besoin de la justice pour ces Irakiens, afghans, palestiniens qui sont assassinés et torturés et étiquetés de terroristes juste parce qu’ils se battent pour la vérité. » 32

Si ce qui est dit dans le commentaire de la vidéo est exact, c’est que ce qui est montré dans la vidéo le prouve, d’où l’embarras de l’Amérique face à ce qu’elle sait qui est exacte, son faux terrorisme qui n’a d’autre raison d’être que de maintenir l’état de guerre perpétuel, et de soumettre une partie du monde en l’envahissant sous ce prétexte. C’est de cela qu’il sera question à présent.

“ If United States can do this to their own American imagine now what the Muslims are going through. Our brother Dzohar Tzarnaev is behind bar probably being tortured until they force him to accept what he has not done. His brother Tamerian Tsarnaeav paid the price of what he never done, and Ibrahim Todashev got murdered cause he knew the truth about the Boston bombing. We want justice not just for Tamerlane, Ibrahim, Jahar or Bradley, but for every innocent who are being tortured, murdered in their political games, and we need justice for those Iraqi, afghans, Palestinians who are being murdered tortured and labeled as terrorist just because they fight for the truth.” « War Crimes of US & NATO leaked By Their Own Soldier !!! »,Extrait du commentaire texte accompagnant la vidéo: http://youtu.be/GvNkalswvxk 32

72


Si Tsarnaev est si intéressant, c’est qu’il est l’exemple parfait de la manipulation qu’il y a pu y avoir autour de l’attentat de Boston, qui s’il a couté à quelques américains, a couté bien plus au monde musulman et arabe, car il a permis encore une fois de les designer comme coupable de terrorisme, et par effet logique, de renforcer ce qui existait déjà depuis Ben Laden et le 11 septembre, la soumission de tout un peuple par sa culture à l’asservissement du monde occidental. Dzohar Tsarnaev n’est pas celui qui nous intéresse pour notre sujet ici, mais par ricochet, il s’y retrouve encore une fois mentionné, car voilà ce qu’on peut entendre dire de lui sur cet autre site que nous avons déjà mentionné, et qui s’il prend la peine d’éviter de le nommer expressément, le désigne pourtant, il s’agit du site Al Ibahiyya, de Pascal Garandel, et voici ce qu’il en est dit dans l’article sur « la soumission à l’autorité ». Rappelons auparavant que la course poursuite qui a conduit au meurtre de l’un des frères Tsarnaev et à l’arrestation de l’autre a commencé sur le site de MIT (Massachusetts Institute of technology), une célèbre université de sciences américaine. Nous ne commenterons pas plus avant, et vous laisserons juger par vous même de cette célèbre expérience telle que reportée par ce site : « Dans la variante de l’expérience que nous envisageons ici […] On peut varier ici les paramètres : dans la version E1, l’expérience a lieu dans une célèbre université de sciences américaines ; »33

Revenons à présent à l’article de Almanar, le journal libanais. Comme nous le disions, ce journal ne donne aucune source autre que la parole incertaine du journaliste citant Edward Snowden pour cette information. Ce qui est à noter pour cet article en particulier, et ce type d’articles en général, c’est qu’il n’a pas besoin de source pour être crédible. Il y a plusieurs raisons à cela. La première, et la plus importante, C’est que l’idée de l’Etat Islamique si elle a pu séduire quelques musulmans en mal de justice dans un premier temps, non seulement ne les séduit plus, mais les écœure dans la mesure où les scenarios dudit Etat Islamique sont tellement cousus de fils blanc, et donc hollywoodiens que plus personnes n’y croit 33Pascal Garandel, Soumission a l’autorité, Site Al Ibahiyya

http://ibahiyya.emonsite.com/pages/archives-cours-sur-la-liberte/determinisme-psychologique-et-soumission-a-lautorite.html , date non communiquée.

73


vraiment, et plus important, ce sont d’autres musulmans qui sont sa cible, la rendant si peu crédible que l’on pourrait se demander par quel technique de manipulation perceptive certains y croient encore, si ce n’est par celle du journalisme impartial au service de l’armée américaine et d’Israël. L’Amérique parce qu’on la sait être spécialiste de ce type de scénarios diabolique, et Israël, parce que non seulement est celle à qui profite le crime, l’implosion du Moyen-Orient et la souillure du musulman et de l’arabe en général. Il faut bien dire que pour un Etat dit Islamique, musulman et extrémiste, ne jamais attaquer ou tenter d’attaquer Israël, tout en menaçant et en attaquant le Hamas à Gaza, et en exterminant les arabes par milliers, si ce n’est pas une preuve de culpabilité, est en tout cas des plus suspicieux. Cela est donc la première cause qui rend cet article crédible. L’autre raison et elle est simple, c’est que les photos sont très ressemblantes, même si l’on sait que Photoshop peut accomplir des miracles aujourd’hui, l’image elle accomplit toujours son effet, dans un sens comme dans l’autre de la propagande. Enfin, la dernière raison, c’est que les peuples arabes ayant compris finalement que ce qui se produit au moyen Orient ne peut pas provenir que de leur propre stupidité, se sont mis à la chasse aux juifs du Mossad. Pour cela, il faut remonter quelques années en arrière, lorsque le chef du Hamas Khaled Meshaal 34 a été victime d’une tentative d’assassinat par des agents du Mossad, tentative à laquelle il a échappé par miracle, et ce grâce à l’agilité et à la présence d’esprit de son garde du corps. Cet évènement a marqué les esprits du monde arabe et du monde non arabe, non seulement parce qu’un agent du Mossad était pris en flagrant délit d’assassinat, et qui plus est sur le chef du Hamas, auréolant par là le Hamas d’une protection divine pour tout croyant, humiliant au plus haut point l’un des services secrets les plus craints au monde pour leurs assassinats indétectables, mais surtout cet évènement à renversé le sentiment de fatalité que créaient ces assassinats. Pour comprendre cette idée de toute puissance que le Mossad veut renvoyer au monde, il faut avoir vu le film de seconde catégorie, mais tout à fait hollywoodien « Don’t mess

34Yaser Abu Hilalah, Kill him silently, Aljazeera.com,

Http://www.aljazeera.com/programmes/aljazeeraworld/2013/01/201312210472621589.html , 30/01/2013

74


with the Zohan » 35 où le héros au sexe surdimensionné, n’y voyons aucun rapport de causalité, agent du Mossad, ridiculise les terroristes arabes. Après cette tentative d’assassinat avortée, les peuples arabes se sont mis à la chasse aux agents du Mossad car cela était devenu possible. Du Liban, à l’Egypte, l’Iran où encore au Maroc ou en Syrie, les agents du Mossad sont recherchés activement. Même en France ils le sont par une certaine population friande de complots. Il faut savoir que l’agent du Mossad, comme l’expérience de Khaled Meshaal l’a démontré, peut être de toute nationalité, et de toute origine ethnique, car les juifs à la différence d’autres peuples ne partagent pas une communauté ethnique mais spirituelle, et ne sont pas forcément de type sémite comme la croyance populaire inculquée par Hitler et le journalisme impartial nous le dit. Ils peuvent être de toutes races et ethnies confondues, ce qui rend les agents du Mossad à l’instar des caméléons, capable de se dissimuler dans tout environnement, et pourtant ils ne sont plus invincibles. Pour illustrer cette idée, Le journal Haaretz rapporte que le Mossad a essayé dans les années 70 de recruter Nelson Mandela dans un de ses centres d’entrainement à la guérilla et au terrorisme, ignorant toutefois que c’était à Nelson Mandela qu’ils avaient à faire, et que ce dernier les avait en réalité infiltrés. Cet article 36 , « Nelson Mandela received weapons training from Mossad agents in 1962 » parut dans Le Guardian en donne les détails. Si l’article, on peut le supposer a pour but de se rallier les partisans de Mandela en créant un passé commun, cette arme maniée par le journalisme impartial est à double tranchant car elle montre aussi dans le même temps, l’infiltration Israélienne sur sol africain, et les détails du système de recrutement et de formation de ceux qui se tournent contre l’Afrique. Nelson Mandela, nous le savons tous est un héros Africain, et aucune tentative de le salir ne pourra enlever à son aura de libérateur, car la cause qu’il a défendue et gagnée vaut plus que toute opération de sabotage. Par contre, ce qui pose question dans l’article, c’est la présence d’agents du Mossad sur sol africain, formant des africains à la guérilla et au terrorisme. Quand on sait que l’Afrique se meurt de ce type de

35Dennis Dugan, Don’t mess with the Zohan, Produit par Adam Sandler, Jack Giarraputo et Robert

Smigel, juin 2008 Harriet Sherwood, Nelson Mandela received weapons training from Mossad agents in 1962, The Guardian, Https://www.theguardian.com/world/2013/dec/20/nelson-mandela-weapons-trainingmossad-agents , 20/12/2013. 36

75


guérilla et du terrorisme, il est clair que le journalisme impartial a fait une erreur de jugement qui ne se joue pas en la faveur d’Israël et de ses alliés. Ces fameuses guérillas fratricides ont fait 6 millions de morts au Congo-Zaïre. Si le Joker du jeu de carte Israélien, qu’Israël brandit joyeusement, et le mot joyeux est ici volontaire, consiste en la carte des 6 millions de morts juifs en Europe, il va sans dire que si elle veut établir des rapports avec le monde non occidental, Israël devra brandir d’autres atouts que ceux qu’elle a l’habitude de brandir lorsqu’il est question de faire valoir ses droits de soumission sur le monde. Le monde en dehors de l’Europe, des EtatsUnis, et d’Israël à d’autres chats à fouetter et d’autres morts à pleurer que ceux de la Shoa.

2)-La vie contre la manipulation perceptive Il peut sembler étrange de le dire comme cela, mais il est d’autant plus étrange de l’entendre comme cela, lorsque l’on a grandi avec des générations d’enfants lavés au bain du « plus jamais ça », sous entendu, plus jamais ca pour les juifs, bain qui a été resservi froid au monde après les attentats du 11 septembre. Il faut dire que Ben Laden n’avait pas l’aura angélique de Dzohar Tsarnaev, rendant la tache manipulatoire plus aisée. Les 6 millions de morts congolais sont passés sous silence médiatique, ce qui veut dire inaperçus pour le journalisme impartial et ses alliés et donc inexistants pour l’occident pourtant prompt à nous dégainer la carte de l’humanisme universel et du « plus jamais ça ».

a-Antisémitisme La pilule antisémite qu’il faut avaler à chaque fois que l’on ose se questionner sur le pourquoi d’une telle injustice de traitement, devient si énorme qu’elle ne peut plus être avalée. Israël devra donc trouver une autre justification à l’atrocité qu’elle fait subir au peuple palestinien, aux peuples arabes, au peuple musulman et au monde avec la complicité du monde occidentale.

76


Il faut dire que le monde ne nous a pas habitué à mieux. Cette complicité tantôt active, tantôt passive, il en a joué à chaque fois qu’un peuple dit primitif était soumis à la suprématie occidentale. Que ce soit les indiens d’Amérique, les africains ou les aborigènes d’Australie, les primitifs sous évolués comme aimait à le dire Freud, ce même Freud qui se plaignait du manque de considération du monde pour le peuple juif, celui là même, qui après avoir extrait la substance de leurs croyances l’a jetée aux orties, les primitifs donc ont eu à subir les pires traitements avec la complicité tantôt passive tantôt active du peuple juif. Les indiens d’Amérique ont subit le pire génocide qu’un peuple ait connu de vie humaine. Certaines tribus ont été totalement éradiquées de la surface de la carte. Aucun chiffre officiel n’est établi, et ne le sera probablement jamais montrant par là même l’intérêt que ce peuple représente pour le monde. Si un chiffre officiel devait être établi pour le génocide des indiens d’Amérique, alors il faudrait non seulement reconnaître le génocide, mais également le dédommager comme on le fait encore aujourd’hui pour les descendants de ceux qui sont morts dans les camps de concentration, or il n’en est pas question car celui qui devrait dédommager est celui là même qui se présente comme le bien suprême sur terre : Les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés juifs Israélien ou non. Les aborigènes d’Australie 37 sont sur la voie de l’extinction de même que certaines populations Indiennes d’Amériques du nord, toutes deux se suicidant en masse 38 parce que privées de leur dignité humaine, Le peuple arabe vit aujourd’hui, pour les bons plaisirs d’Israël la plus grande indignité au monde, et encore aujourd’hui, plus de 60 ans après le nazisme, le peuple juif tiens le haut des titres du journalisme impartial très inquiet de l’antisémitisme qui se profile. Il peut s’inquiéter en effet. Si l’antiracisme était si important à valoriser comme vertu, alors le journalisme impartial se questionnerait sur son racisme incongru, et se dirait que de toutes les créations, il en est plus d’une qui mérite la considération du monde, et que si l’antisémitisme est si

37

Aljazeera, Australia’s lost generation, Aljazeera.com, Http://www.aljazeera.com/programmes/101east/2012/07/2012716122018878595.html ,20/07/2012 38 BBC News, Canadian Attawapiskat first Nation Suicide Emergency, BBC.com, Http://www.bbc.com/news/world-us-canada-36012578 ,11/04/2016

77


important, c’est peut être parce que le journalisme impartial lui a donné des raisons de l’être par son manque de considération pour les autres peuples qui habitent cette planète. Vivre du juif et de l’antisémitisme est un bon fond de commerce certes, mais dans son calcul stupide, le peuple juif en a oublié que s’il faut se demander qui de lui ou du monde la planète terre choisirait, elle choisirait certainement le monde, pour la simple raison que le monde est son rejeton. Nous ne pousserons pas trop loin la question Freudienne de nous demander si ce principe de peuple élu ne porte pas en lui le germe de sa destruction, mais nous nous demanderons tout de même, de façon psychanalytique, si tout un peuple peu pousser la stupidité de la reproduction dans son sens psychanalytique, à des degrés si élevés qu’elle les amène à leur propre destruction, car aucun argument ce jour ne peut les laver du comportement indigne qui est le leur et qu’ils ont peut être appris d’Hitler.

b-Culpabilité et responsabilité C’est volontairement que nous utilisons le terme peuple juif, car dans le bien comme dans le mal, la notion de peuple est une notion solidaire, jusqu'à ce qu’elle se retrouve obligée de se désolidariser par la force des choses. C’est d’ailleurs ce qui a été requis des musulmans et des arabes sous prétexte de terrorisme ; la désolidarisation. Attelons nous donc à désolidariser ce peuple juif dont le monde se meurt. Lorsque Benyamin Netanyahu se déplace dans le monde, en France ou ailleurs, c’est au peuple juif qu’il s’adresse, et non aux Israéliens de France. Nous ferons donc de même, et traiterons de la question du peuple juif dans sa notion si solidaire, qu’elle ne peut se désolidariser face au mal qui s’étend et dont il est en partie responsable. S’il faut parler de ceux qui s’opposent à la politique coloniale juive et sioniste, nous les appellerons des résistants comme furent appelés ceux qui, durant la seconde guerre mondiale en France, s’opposèrent à l’Allemagne nazi et à la collaboration avec cette dernière, et ce au prix de leurs vies. C’est parfois ce qu’il faut pour se défaire de la notion solidaire de peuple.

78


Lorsque le peuple allemand sous Hitler s’est rendu responsable d’un génocide, c’est le peuple allemand qui est désigné coupable, et pas certains allemands. Lorsque le peuple français s’est rendu coupable d’une complicité de génocide par sa collaboration avec l’Allemagne nazi, c’est le peuple français qui était coupable de complicité. Pour en témoigner, cet article des plus intéressants de André Gounelle qui s’intitule « Quelle culpabilité ? Les allemands et le nazisme selon Arendt, Jaspers et Tillich »39, et où ce dernier fait un comparatif des thèses d’Arendt, Jaspers et Tillich sur le nazisme et la culpabilité. Nous ne ferons pas une revue exhaustive de l’article, mais il est toutefois bon de noter que ce qui se disait des allemands si l’on se réfère à ce texte, est ce qui se dirait aujourd’hui des juifs, si ce n’est qu’ils se sont auréolés d’une aura d’intouchabilité que nous allons finir de défaire dans ce mémoire, et ce pour la simple et bonne raison que nous avons appris ce qui se dit de nous un jour sans que cela ne soulève un tollé de reproche, alors nous avons décidé par soucis d’équité et de justice de rapporter leurs dire à nos accusateurs, et de les mettre face à leur éthique. Nous admettrons tout de même, que cela ne se fait pas sans une certaine délectation en nous, et c’est bien humain. Aujourd’hui, c’est le peuple juif qui est coupable du crime d’invasion, d’asservissement, d’avilissement et de génocide d’un autre peuple, sans compter tous les autres crimes que nous ne prendrons pas la peine de citer et dont l’histoire jugera pourtant car nous avons décidé qu’elle devait en juger. Nous ne pouvons pas dire peuple Israélien, car même après 60 ans d’existence de l’état d’Israël, la notion de peuple israélien n’existe pas pour la simple et bonne raison qu’elle n’a jamais été évoquée, mais nous pouvons bien parler de peuple juif, car c’est en tant que peuple juif, et au nom de leur judaïsme qu’ils accomplissent leurs crimes. Il faudra au peuple juif, en temps voulu, et comme tout peuple qui s’est rendu coupable de crimes ou au nom duquel des crimes ont été commis, apprendre à se réconcilier avec la vie. Cette réconciliation avec la vie n’est pas un du, mais elle est une nécessité pour sa survie. Sous les yeux du monde, le peuple juif à travers Israël est entrain de soumettre un autre peuple et de commettre l’irréparable, une extermination ethnique en manipulant le monde au nom du bien. Israël est une notion créée de toute pièce et n’ayant aucune existence 39

André Gounelle, Quelle culpabilité? Les allemands et le nazisme selon Arendt, Jaspers et Tillich, Andre Gounelle.fr Http://andregounelle.fr/tillich/quelle-culpabilite-les-allemands-et-le-nazisme-selonarendt-jaspers-et-tillich.php , date non communiqué

79


historique autre que celle que les alliés lui ont accolé et qui n’est que l’impérialisme dans son œuvre de soumission de l’autre à l’empire par un procédé géostratégique et pour des raisons également géostratégiques. Benyamin Netanyahu, a même récemment déclaré que le plus grand ennemi du peuple juif durant la seconde guerre mondiale n’était pas Hitler qui ne voulait que l’expulser d’Europe, mais le grand moufti de Jérusalem qui, lui, voulait leur mort. Venant du dirigeant Juif-Israélien, s’adressant généralement au monde au nom du peuple juif, cela nous donne le droit le plus absolu de nous questionner sur la manière dont nous à été rapportée notre histoire commune, et qui plus est, quand l’on sait que le monde occidental et le journalisme impartial joue de cette histoire pour asservir d’autres peuples.

c-Mémoire Nous ouvrons donc une parenthèse pour évoquer la notion de mémoire, et de sa possible manipulation que nous avons déjà par deux fois abordé dans ce texte. Une première fois lorsqu’il est question de savoir qui d’après la mémoire populaire française a le plus participé à l’effondrement du régime nazi, et la seconde fois pour parler de la découverte de l’implantation de fausse mémoire par Elisabeth Loftus et son étudiant. Si la fausse mémoire est si importante ici, c’est qu’elle a une faculté de vie, au même titre que la vraie mémoire, et cela, il faut le savoir lorsque l’on se dit si sur de son passé. Si ce qui se dit de la bouche même du chef du gouvernement Israélien, sans que personne ne tente de le faire incarcérer ou tout simplement ne le désavoue publiquement, pour désinformation, et pour négationnisme, alors nous avons tout à fait le droit de questionner notre histoire et celle que nous enseignons à nos enfants. S’il faut se dire que nous ne sommes qu’une seule et même nation, la France, et que dans cette nation Française, certains bénéficient de privilèges particuliers dus à la culpabilité collective, alors, il serait bon que nous sachions que ce privilège est aujourd’hui aboli. Si l’abolition du privilège dont peut bénéficier le peuple juif, en France, en Europe, aux Etats Unis, et peut être dans le monde est si importante comme question, c’est que le privilège comme tout privilège crée des inégalité, et le roi de France eu un jour a

80


répondre de n’avoir pas su garder ces inégalités dans une limite acceptable pour le peuple. Nous ne nous égarerons pas dans la colère de l’insoumis qui lassé de voir la manipulation perceptive prendre le pas sur sa vie même et sa dignité de Français ne voit qu’une seule réponse ; le négationnisme. Nous avons laissé à Benyamin Netanyahu, Juif parmi les juifs, grand défenseur de la cause juive, et gardien de la mémoire de la Shoa le soin de le faire. « Hitler ne voulait pas exterminer les juifs » 40. Nous laisserons là la question de la mémoire et de sa manipulation en notant toutefois au passage que la désignation du coupable des malheurs du peuple juif en 2015 s’est faite sans ciller et sans baisser le regard, et forcement, nous nous demandons s’il en a été de même en 39/45. Il faut du cran c’est vrai, par les temps qui courent pour oser dire que ce système de pensée est dépassé, et pourtant, avec ou sans cran, ce système de pensée est en effet dépassé. Le peuple juif s’il bénéficie peut être, et cela également est très discutable, de l’atout du à la culpabilité de certains occidentaux, a cependant perdu l’aval du monde. Le monde pour ainsi dire en a assez entendu parler. C’est aussi simple que cela, et toute la persuasion d’Hollywood ou de penseurs en mal d’asservissement n’y fait plus, pas plus que la culpabilité assenée à coups d’articles de journaux impartiaux et de condamnations pénales. Autant dire que l’occident a perdu sa source d’asservissement du Moyen Orient et du monde dans cette bataille des idéaux, et ce n’est peu dire.

d-Légitimité Nous ne discuterons plus la légitimité de la présence d’Israël en Palestine, elle n’en a d’autre que la rhétorique, la culpabilité et l’impérialisme occidentale, mais nous pouvons affirmer sans peine que ce qui se joue aujourd’hui, c’est la survie d’Israël en tant qu’état juif, qui malgré ses bombes nucléaires et le soutiens malhonnête du monde occidental va disparaitre, et ce ne sera que justice. Le point.fr, Netanyahu: “Hitler ne souhaitait pas exterminer les juifs”, Journal Le Point, http://www.lepoint.fr/monde/netanyahu-hitler-ne-souhaitait-pas-exterminer-les-juifs-21-10-20151975573_24.php , 21/10/2015 40

81


Ce ne sera pas la première fois que ce type de renversement de situation se produit, L’inde, ou encore l’Afrique du sud, sont là pour témoigner de l’issue réservée aux idéaux malhonnêtes poussés à l’extrême, et qui malgré toute la puissance de volonté active qui les soutiennent, doivent cependant courber la tête devant la vie. Sil faut bien reconnaître une chose, c’est que ce qui se joue, ne s’arrêtera pas de soi, et s’il faut bien en reconnaître une autre, c’est que pourtant cela s’arrêtera, et ceci est facile à prouver, puisque déjà cela s’arrête de n’avoir plus personne à corrompre. L’erreur commune aux peuples asservis, en dehors de l’infériorité militaire, c’est d’accorder leur confiance à ceux qui n’en sont pas dignes. Les peuples dits primitifs fonctionnent d’une façon générale sur un système qui met l’honneur à l’honneur, et même en temps de guerre, ils ne peuvent s’imaginer que l’ennemi puisse commettre un acte déshonorable, et pourtant. Un exemple pour illustrer cette idée, est celui du commandant-général Jeffrey Amherst de l’armée anglaise qui en 1763, sur le point de perdre la bataille, fit parvenir aux indiens qui les assiégeaient des couvertures infestées de la variole. Les indiens, non aguerris à ce virus, en furent infectés et moururent par milliers, donnant ainsi la supériorité militaire aux anglais. 41 Nous sommes loin des règles de l’art de la joute moyenâgeuse… L’occident a évolué vers un cynisme qui n’est pas à l’image de sa philosophie, mais qui a bien appris à se servir de cette philosophie pour servir ses intérêts. Machiavel le disait ainsi : « De quoi pourrais-je faire rougir des hommes nés et élevés sans le moindre sentiment d’honneur. Par quel Dieu ou par quels saints pourrais-je les faire jurer ? Sera-ce par ceux qu’ils adorent ou par ceux qu’ils blasphèment ? J’ignore ceux qu’ils révèrent, mais je sais qu’ils les blasphèment tous. » 42

Aujourd’hui encore, les indiens d’Amérique n’ont aucune reconnaissance officielle des crimes commis à leur encontre pendant qu’Hollywood installée sur leurs terres au prix de

Peter d’Errico, Jeffrey Amherst and smallpox blankets, Lord Jeffrey Amherst’s letters discussing germ warfare against American Indians, http://www.nativeweb.org/pages/legal/amherst/lord_jeff.html , date non communiquée. 42 Nicolas Machiavel, l’Art de la guerre extrait de Le prince et autres textes, Edition numérique les classiques des sciences sociales, Http://classiques.uqac.ca/classiques/machiavel_nicolas/le_prince/le_prince/le_prince.pdf ,1515 , p121 41

82


leur sang et de leur dignité, nous fait pleurer à longueur d’année sur le sort passé des juifs aujourd’hui asservisseurs de palestiniens et génocidaires, non pas que nous n’aimions pas pleurer, mais parfois, nous aimons pouvoir choisir sur quelle cause pleurer, et nous choisissons de pleurer la cause des vivants ici même malmenée par ceux qui se disent défenseurs du droit et de la liberté. Si Hollywood a le choix des armes par le cinéma, nous avons le choix de ne pas les utiliser, ou bien encore nous avons le choix de les saboter si nous le désirons. C’est d’ailleurs ce que choisirent de faire ces artistes musulmans, lorsque lassés de voir cette série américaine, « Homeland Security » se filmer sur leur sol pour montrer d’eux une image des plus négatives, choisirent d’y insérer des textes peu aimables inscrits dans leurs langues sur les murs des lieux où étaient tournés ces films, retournant l’arme contre son porteur, et l’obligeant à porter un message contraire à son image. 43

d-Légitimité religieuse Il y a encore le cas de l’Egypte et du Maroc et même des Emirats Arabes Unis qui choisirent tout bonnement d’interdire le film « Exodus »

44

une superproduction

hollywoodienne sur Moise et les dix commandements, encore une, parce qu’elle ne correspondait pas à la réalité historique. Bel argument en effet. Il faut dire que l’Afrique en a plus qu’assez de cette rhétorique biblique de soumission, c’est qu’elle lui a déjà couté cher. La difficulté pour tout africain, et très certainement pour tout autre, c’est qu’il est difficile de rejeter le message biblique ou coranique, et donc les prophètes supposément porteurs de la parole divine, sans renier le Dieu dont ils sont le messager.

Claire Phipps, Homeland is racist: artist sneak subversive graffiti on to TV show, The Guardian, Https://www.theguardian.com/tv-and-radio/2015/oct/15/homeland-is-racist-artists-subversivegraffiti-tv-show , 15 octobre 2015 44 L’obs., “Exodus”: que reprochent le Maroc et l’Egypte au film de Ridley Scott?, Le nouvel observateur, Http://tempsreel.nouvelobs.com/cinema/20141227.OBS8890/exodus-quereprochent-les-pays-musulmans-au-film-de-ridley-scott.html ,27 décembre 2014 43

83


Ce paradoxe conduit l’Afrique, depuis quelques millénaire, à une soumission humiliante et silencieuse, car comment ne pas le dire, Moise le traitre à son père adoptif, le fils d’esclave élevé au rang de roi par pharaon, celui là même qui prônait des valeurs humanistes, et s’élevait contre la soumission de son prochain, lui est revenu par ses descendants en tant qu’impérialiste pour montrer sa suprématie. Il faut dire que les descendants de Moise ont peut être pris son message au pied de la lettre, et décidé que ses consignes d’humanité ne s’appliquaient qu’aux juifs. C’est d’ailleurs aussi ce que firent les partisans de Jésus qui s’ils n’ont pas manqués de porter sa parole dans le monde, l’ont fait sur un fond raciste récurrent. Ils ont par exemple été ceux qui ont donné une justification humaniste à la traite negrière en déclarant que les noirs n’avaient pas d’âme, sous entendu, ils peuvent être traités comme des animaux, 45 évitant ainsi l’esclavage aux Indiens d’Amérique. Cette même fameuse « controverse de Valladolid »46 qui permit de déshumaniser l’homme noir a aussi permis de sauver l’indien de l’esclavage, mais cela, en l’assujettissant et en le rendant objet à civiliser, car s’il est bien reconnu humain, il est tout de même humain à l’humanité incomplète car manquant de l’élémentaire, une religion et la connaissance de son Dieu. Le peuple indien comme le peuple noir ne s’est jamais remis de cet épisode historique obscure pour lequel aucune demande officielle de pardon n’a été présentée, excepté récemment de la part du Pape François au nom de l’église, et surtout pour lequel nous n’avons pas vu le monde faire tout un pataquès.

Il faut tout de même noter que les partisans du prophète Mahomet ne sont pas en reste, puisqu’eux aussi cultivent le racisme ethnique et culturel. Il n’y a qu’a voir ce qui se passe au proche et au moyen Orient, pour savoir que c’est dans la fente crée par ce racisme ethnique et culturel que le diable s’est engouffré, et nous utilisons le mot diable a souhait, car qui ne croit pas au diable y croit quand même aujourd’hui. Il faut donc croire que l’humanisme religieux souffre de la même hypocrisie que l’humanisme universel. 45

Tidiane N’Diaye, Le martyre de l’homme noir et la conscience de l’église”, africultures.com, Http://africultures.com/php/?nav=article&no=11267 , 25/01/2013 46 Ygael Attali, Valladolid: une ligne de fracture interculturelle, Altertice, Revue internationale de recherche interculturelle, Https://www.journal.psy.ulaval.ca/ojs/index.php/ARIRI/article/viewFile/Attali_Alterstice5(1)/132 , 5 (1) 83-94, 2015

84


2)-De la religion

a-La religion et le vrai Dieu Cette guerre entre Moise et Pharaon, Pharaon l’a un jour perdue, défaite qui a contraint L’Afrique à la soumission éternelle, à moins bien sur qu’elle ne décide à l’instar de l’Egypte et du Maroc récemment, que toutes ces histoires bibliques sont avant tout des histoires de manipulations humaines, puisque son Dieu à elle a un jour été mis au placard sans complexe sous le prétexte qu’ils n’étaient pas le vrai Dieu, celui au nom duquel l’on peut dominer son prochain et le monde en se faisant passer pour meilleur que lui, et qu’en y mettant quelques efforts, elle devrait bien pouvoir se débarrasser de l’image de Moise, de Jésus et de Mahomet pour se rappeler que s’il n’y a bien de Dieu que Dieu, le monde lui est bien celui des êtres humains vivants de la soumission de leur prochain. Lorsque l’on y pense, si ce principe du Dieu unique régnant sur l’univers et donc sur l’humanité fait commettre à certains humains le très grand sacrilège de s’autoriser à dire à d’autres humains que leur Dieu, le dieu qu’ils vénèrent n’est pas celui la même qui est unique, si ce principe de domination et de soumission à d’autres êtres humains affirmé par le dieu unique n’est pas le plus grand blasphème historique et religieux, nous nous demandons bien ce qui pourrait l’être. Le pape François aurait déclaré en 2013 lors du troisième Concile du Vatican, et à la grande stupéfaction et au grand dam de prêtres et d’archevêques africains que «toutes les religions sont vraies » 47, y compris l’athéisme 48qui est non croyance, puisque selon lui, c’est par notre cœur et nos actions que nous serons jugés. Si nous avons eu bien du mal à vérifier la véracité de cette information, car de même que toute information relayée par les sites conspirationnistes, elle est reprise dans un but de propagande, et les sources en 47

Carl E Olson, Pope Francis just concluded Vatican III and declared “all religions are true”, The catholic world report, Http://www.catholiworldreport.com/Blog/2826/pope_francis_just_concluded_vatican_iii_and_decla red_all_religions_are_true.aspx , 05/01/2015 48 Philippe Vaillancourt, Pape, athées et approximation médiatique, Le Huffington post Québec, Http://quebec.huffingtonpost.ca/philippe-vaillancourt/pape-athees-redemption_b_3378656.html , 06/06/26

85


sont très difficilement vérifiable, or à cette époque, aucun journaliste impartial n’a repris la nouvelle, ce qui aurait pu lui donner un semblant de crédibilité. Ce n’est qu’en 2016 que nous pouvons trouver cette vidéo dont le message s’en rapproche sur le site du figaro : « L’étonnante vidéo du Pape sur les religions »49.

b-Homosexualité et religion catholique Cette idée émise par le souverain Pontife, et qui est d’une logique infaillible est pourtant révolutionnaire car ne mettant plus en valeur première la croyance (tu croiras en Dieu) et la religion, mais l’action de foi (tu agiras selon Dieu en toi et donc le bien en toi) et n’a pas manqué de créer un tollé en Afrique où les missionnaires religieux de l’époque précoloniale, car ce sont eux qui ont ouvert la porte aux colons, avaient bien accompli leur tache de créer une élite par la religion, et une hiérarchisation de la valeur de son prochain selon ses croyances. Nous noterons que ce type de pratique n’est pas religieux même s’il pourrait le sembler, mais bien humain car il relève du désir humain de dominer son prochain, et il est bien aisé d’en avoir la conviction en observant les pratiques de l’athéisme qui fait exactement la même chose maintenant qu’il est en position de force idéologique. Nous pouvons illustrer cela par cet article du « Diversity Chronicle »50. Celui ci comme d’autres sites du même acabit, a profité des propos attribués au Pape pour accomplir son travail de manipulation perceptive, sans jamais citer de sources autre que le 3eme concile du Vatican où aucun de nous n’a jamais mis les pieds. Il fait de ces déclarations une opportunité d’avancer son agenda. L’article a pour tag (les tags étant les mots clefs qui vont lui permettre d’être retrouvé par les moteurs de recherche internet), “Catholics, Christians, Homophobia, Immigrants, Intolerance, Islamophobia, The war on Women”. (Catholiques, chrétiens, homophobes,

49

Jean Marie Guenois, L’étonnante vidéo du Pape sur les religions, Le Figaro.fr. Http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/01/07/97001-201690FILWWW00202-l-etonnante-videodu-pape-sur-les-religions.php , 01/07/2016 50 Diversity chronicle, Pope Francis condemns racism and declares that all religions are true at historic third Vatican council” Https://diversitychronicles.wordpress.com/2013/12/05/popefrancis-condemns-racism-and-declares-that-all-religions-are-true-at-historic-third-vatican-council/ ,05/12/2013

86


immigrants, intolérance, islamophobie, la gerre contre les femmes). Belle association de mots et d’idées et de concepts qui devrait en intéresser plus d’un, et qui accompli en tout les cas sa finalité qui est de manipulation perceptive. Ce type d’articles fleurissait au plus fort de la guerre rhétorique qui se jouait entre les partisans et les adversaires du mariage gay, et fit gagner ceux qui voulaient le mariage homosexuel dans la mesure où il utilisa la parole de la plus haute autorité religieuse occidentale, contre ceux qui reprouvaient le mariage homosexuel, en les faisant paraître bien petits et en associant de fait tout opposant au mariage homosexuel aux idées énoncées plus haut dans les tags. D’aucun pourrait penser, et ils sont très certainement nombreux à présent à le faire, qu’un athée ne peut être opposé au mariage homosexuel. Nous ne nous attarderons pas plus sur la question du mariage homosexuel et de la manipulation perceptive qui l’a accompagnée sinon pour dire que ce type de manipulation se fait a présent dans tous les domaines de la société, et que ce qui a été tenté par les partisans du mariage homosexuel, l’association de la vertu et de la victoire pour valider une idée comme appartenant au domaine du bien et de l’éthique est aussi ce qui est pratiqué depuis des millénaires par des gens sans vergogne pour accomplir leurs œuvres de soumission du monde.

Revenons en donc à la religion catholique en Afrique.

c-Religion et colonialisme Le principe de hiérarchisation par la religion que le catholicisme à laissé s’installer car cela lui permettait d’accomplir plus aisément son œuvre d’évangélisation, a conduit au grand avènement de l’Islam en Afrique qui a trouvé en tous les laissés pour compte de cet élitisme chrétien un terreau fertile, car il faut le voir pour le croire qu’en Afrique, les plus éduqués et les plus riches, et ceux qui détiennent des postes de pouvoir sont chrétiens. D’aucun pourrait croire qu’ils sont plus intelligents que les autres, ou encore que la foie religieuse leur a donné la volonté de s’en sortir, que nenni, Ils ont eu de par leur soumission à l’église et aux valeurs de la colonisation, accès à l’éducation avant les autres, et pour les mêmes raisons, accès à des fonds étrangers avant les autres.

87


Cette façon qu’à l’occident de crier au loup devant les techniques de colonisation islamique est des plus saugrenues pour une entité qui a utilisé et utilise encore aujourd’hui les mêmes techniques de persuasion. Après les églises catholiques européennes, les églises baptistes tout droit venues des Amériques fleurissent aujourd’hui en Afrique créant un système de caste indéniable et très perturbateur pour l’écosystème naturel déjà bien fragilisé. Cette guerre de religion qui n’est en fait qu’une guerre de colonisation qui se joue dans une grande partie du monde, et pas seulement en Afrique, prend ses racines dans les volontés occidentales puis orientales de soumettre le monde à leurs valeurs, et s’il faut dire ce qu’il en est, elle n’est pas prête de s’achever, et ceux qui ont à une époque joué de la religion à leur avantage, et qui n’y ont plus intérêt car sur le point de perdre cette bataille idéologique, se tournent à présent vers la raison et l’humanisme universel pour accomplir les mêmes desseins de soumission de son prochain. C’est que la religion n’est pas Dieu ni les dieux, et que la foi n’est pas une denrée exportable, même si c’est ce qui s’est pratiqué jusqu’ici. Il se joue dans la question du divin des choses si malsaines que l’on ne sait plus comment les aborder. Un exemple qui nous ramène pour quelques instants à l’homosexualité, est le combat que ses partisans mènent sans fin pour avoir une reconnaissance au sein de l’église, comme si cela pouvait leur apporter la reconnaissance de Dieu, oubliant au passage, que s’il est bien une chose que nous ne pouvons nous humains, c’est d’influer sur la volonté divine. Cette façon qu’a le mariage homosexuel de vouloir soumettre l’église, cache en réalité une volonté ferme de soumettre le Dieu dont celle-ci porte le message, et s’il était possible de soumettre la divinité, alors ce serait toute notre croyance qui serait à revoir, et c’est cela que veut le mariage homosexuel, nous forcer dans nos retranchements les plus fermes, pour pouvoir se targuer d’avoir conquis le divin. Hors le Divin ne se conquiert pas, nous nous soumettons à lui, car c’est sa volonté au dessus de la notre, et c’est le principe même de la divinité. Il faut donc que soit l’homosexuel sache se passer de la religion pour avoir la reconnaissance divine, soit qu’il accepte l’église pour ce qu’elle est, une institution garante de la parole de Dieu, s’il en est ainsi, et qui en tant qu’institution garante de la parole de Dieu, ne peut en aucun cas se soumettre aux caprices homosexuels.

88


Revenons en à l’exportation de la foi. Si ce qui s’est pratiqué semble être une exportation de la foi catholique, c’est parce que c’est comme cela que c’est présenté. Pourtant la foi n’est pas exportable puisqu’elle nous vient de Dieu et se manifeste en nous. C’est donc que l’évangélisation n’est pas ce qu’elle dit être, mais plutôt une exportation de la religion. Si la foi et la religion sont si mêlées, c’est qu’elles ont été mêlées à souhait pour le contrôle de son prochain. L’évangélisation qui consiste à porter la parole du christ ne peut se faire sans religion et c’est vrai. Mais pourquoi donc faut il évangéliser ? Pour les religieux, et pour quiconque a fait l’expérience de la foi (quelle qu’elle soit), la notion du partage de Dieu comme une bénédiction est indéniable, et cause le dépouillement de soi au profit du divin. Si ce dépouillement de soi se manifeste à l’extérieur de soi, il se transforme en don de soi à l’autre, et c’est de cela qu’il est question dans l’action d’évangélisation. Or il se trouve que ce qui se dit du christ peut être contraire à d’autres religions ou cultures, car dans l’action d’évangélisation, ce qui est partagé ne relève pas de la foi qui n’est pas partageable, tout au plus exprimable, mais de la culture religieuse et parfois de la culture tout court, et cette culture religieuse parfois inconsciente se heurte aussi inconsciemment à d’autres cultures religieuses puisqu’alors, nous sortons du don de soi pour nous situer dans la domination de l’autre. Et ainsi, c’est au nom de Dieu et de la foi, que la religion a mené pendant longtemps, et de façon régulière jusqu’il y a peu, toutes ses opérations d’évangélisation au coté des états colonisateurs. Ce point de rencontre de l’humanisme religieux et de l’humanisme universel est défini comme suit par François Rigaud : « La place exaltée occupée par l’homme au sommet de la nature est un lieu commun sur lequel concordent la philosophie grecque et l’anthropologie biblique »51 Pour en revenir à l’histoire de Moise, et pour sortir de son interprétation biblique qui est elle même très discutable, nous pourrions dire que ce dernier n’est absolument pas innocent dans les faits qui l’ont opposé à Pharaon, car n’oublions pas qu’il est le fils trahissant son père adoptif, c’est donc la vertu de fidélité filiale qui se joue contre celle de liberté, et sur cela encore une fois, nous reviendrons.

51

Francois Rigaux, Les fondements philosophiques des droits de l’homme”, Revue trimestrielle des droits de l’homme, Http://www.rtdh.eu/pdf/2007307.pdf , Cours fait a l’Institut international des droits de l’homme les 3 et 4 juillet 2006

89


d-Judaïsme et filiation Si Moise aime à se faire passer pour la victime dans l’histoire qui l’a oppose à Pharaon, culture de victimisation qui, semble-t-il, s’est transmise de génération en génération et qui est encore vivante aujourd’hui. Moise est également traite à l’Egypte, et c’est ce que la religion ne nous rapporte pas ici, mettant de fait la valeur de libération au dessus de la valeur de fidélité familiale. Cette traitrise s’est reportée sur sa propre descendance qui a eu à faire crucifier Jésus Christ, prophète de Dieu pour certain, fils de Dieu pour d’autre, mais juif aussi et surtout, en demande d’une autre vie que celle qui lui était proposée par le judaïsme. Il semblerait que ce soit plus aisé de demander la liberté que de la donner, puisque Jésus Christ s’est vu crucifier pour cela. Il semblerait que l’apprentissage de la culpabilité infligée à la descendance de Pharaon ait été si dure chez ses propres descendants, que deux mille ans plus tard, ils sont encore à se plaindre de ce que les chrétiens leur ont fait subir de ce geste coupable tout en oubliant ce qu’ils ont fait subir à Pharaon et à sa descendance sur la base de sa culpabilité. D’aucun pourrait y voir une justice cosmique. Nous voilà donc 2016 années après Jésus Christ à rejouer les mêmes scenarios, mais cette fois ci, c’est le monde dans sa globalité qui est coupable en la personne d’Hitler, puis du peuple allemand, puis du peuple de France, puis de l’Europe, puis du monde chrétiens, puis du monde musulman, et au final du monde, de ne pas savoir aimer le peuple juif. Si la vie des prophètes n’est pas celle que nous remettrons en cause car nous n’y étions pas pour en juger, l’histoire des prophètes elle est tout à fait discutable, car personne d’autre n’y était pour en juger. Nous prendrons donc ces livres saints pour ce qu’ils sont avant tout, des livres qui n’ont pas été écrits par le prophète en question, mais qui contiennent des histoires à vocation exemplaires, et si ces livres échouent à accomplir leur vocation de sainteté, nous les remettons en cause sans ciller, et sans nous questionner plus avant sur la question du blasphème et de l’hérésie. L’utilisation du divin pour l’asservissement des peuples n’est pas nouvelle, et si pharaon a asservi le peuple juif, le peuple juif l’a très certainement rendu au monde, cela ne fait aucun doute, il suffit pour le savoir d’allumer son poste de télévision ou d’aller au cinéma.

90


D’aucun haranguerai l’Afrique comme c’est bien souvent le cas avec l’interjection « antisémite ! », ce à quoi l’Afrique forte de son expérience millénaire pourrait alors rétorquer: « Raciste ! S’il faut se demander ce qui peut conduire une nation ou un peuple à en asservir un autre, à en soumettre un autre, ou à en mépriser un autre, c’est maintenant votre tour d’en répondre! »

91


92


De la soumission américaine du monde 1)-De son origine et de sa structure a-De son origine Israélienne Aucun président américain à ce jour, ni aucun homme politique américain ne peut prétendre à un poste de pouvoir sans avoir au préalable prêté serment devant l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee). En France, il en va de même pour le CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France). La croyance journalistique impartiale veut que cela soit une théorie du complot, même lorsque tout en atteste. Nous leur laisserons donc juger de ce qui suit : Qui de nous se rend systématiquement au CRIF ou à l’AIPAC avant de poser quelque action que ce soit au nom du, et pour le peuple qui l’a élu démocratiquement, pour y rendre des comptes, y prendre des conseils et des ordres sur ce qu’il est bon de poser ou non comme action pour son peuple? Comment cela s’appellerait-il si ce n’est une soumission de nos dirigeants au lobby Juif ? Il faut au moins avoir l’opportunité de le dire une fois, et le contexte est pour le moins parfait ; appelons un chat un chat, même lorsque le chat est juif et que ses grands parents sont morts dans des camps de concentration. Si nous pouvons parler en toute honnêteté des militaires américains, de Hollywood, des athées, des religieux, des philosophes et des penseurs de l’humanisme, du journalisme impartial et de l’occident, il serait bon que nous puissions parler avec la même honnêteté des juifs et des homosexuels, même si nous ne nous attarderons pas de trop sur ces derniers dans ce mémoire, lorsque ceux ci décident parce qu’ils sont juifs de parler au nom du peuple, et de faire accomplir au gouvernement élu par le peuple, des actes pour soumettre le peuple, ou d’autres peuples, et tout cela par la grâce leur pouvoir de volonté active. A la bataille idéologique de la culpabilité, le peuple juif soutenu par l’occident, n’a aucune leçon d’aucune espèce à donner au monde, et cela, il faut que ce soit bien admit une bonne fois pour toute, car si le monde décide de commencer à faire porter à l’occident et au peuple juif le poids réel de sa culpabilité comme nous en avons ébauché une esquisse ici, alors l’occident et le peuple juif s’effondreront. Il n’est que peu de

93


choses que nous sachions, mais celle ci, nous la savons de façon certaine, au jeu de la culpabilité, nous ne sommes pas les perdants. Nous ne nous encombrerons donc pas de fioritures pour le dire, si le peuple juif décide d’être un peuple dans sa notion solidaire, il devra s’attendre à être interpellé en tant que peuple dans sa notion solidaire lorsqu’il commet des crimes où des actions malhonnêtes. Qu’un français plein de sa culpabilité apprise dans ses livres d’histoire ne puisse trouver la porte de sortie de cette culpabilité est compréhensible puisqu’il baigne dedans. Que le journalisme impartial décide de se faire le gendarme de cette culpabilité, alors le journalisme impartial signe son arrêt de mort, car quoi que l’on en dise, le monde ne dépend plus ni du CRIF, ni de l’AIPAC, ni du journalisme impartial, et certainement pas d’une culpabilité apprise par manipulation perceptive de nos vies. La preuve en est que l’information se fait contre et malgré lui, comme cela a été le cas pour le général Wesley Clark ou comme c’est le cas pour Cynthia McKinney, ancienne membre du Congrès américain qui a, dans une interview avec « Press TV”, une télévision Iranienne, dénoncé les dérives de l’AIPAC, du Congrès et du Sénat américain, autant dire de tous les hommes politiques américains sans distinction de rang et d’orientation politique. Cette interview se veut une dénonciation de la main mise Israélienne par des juifs américains sur la politique américaine et la guerre stratégique que les Etats-Unis jouent pour le compte pas si secret d’Israël. Si la première puissance au monde est à la solde d’Israël, qui ne l’est pas ? Voici un extrait en français de cette interview et des propos qu’elle tient sur les relations entre l’AIPAC et le Congrès américain :

- Cynthia McKinney :“(J’étais) politiquement agressée dans une telle mesure que mon père a du demander publiquement, ce que la Stone Mountain de Géorgie (celle ou se trouve les sculptures géantes des présidents américains) a avoir avec Israël ? Ce que je faisais, c’était d’accomplir la tache pour laquelle j’étais élu, mais je n’étais pas autorisée à le faire parce que je n’avais pas suivi la ligne de la politique américaine en faveur d’Israël. » - La journaliste :« Quelle est cette ligne qu’ils voulaient ? Vous a-t-on dit directement que vous deviez suivre une ligne ? Expliquez moi. »

94


- Cynthia McKinney : « Bien, chaque candidat pour le congrès à cette époque avait un engagement, on leur donnait un engagement à signer. Et j’étais nouvelle sur la scène, et l’engagement avait pour terme Jérusalem comme capitale, la supériorité militaire d’Israël… » - La journaliste : « Le Congrès du peuple américain devait signer cet engagement ? » - Cynthia McKinney : « Oui, vous signez l’engagement, si vous ne signez pas l’engagement, vous n’avez pas d’argent (pour votre campagne)» 52

Plus tard dans l’interview, nous apprenons que cet engagement s’applique au Congrès et au Sénat américain, et comprend en réalité l’obligation pour eux de voter toute loi en faveur de l’armement d’Israël, de sa sécurité et de sa politique d’expansion. Il n’est donc pas étonnant que les Etats-Unis continuent de se ridiculiser à l’ONU par des résolutions indignes en faveur d’Israël. Nous y apprenons également qu’après le scandale qu’a provoqué les déclarations de Cynthia McKinney, le fameux engagement a disparu, et a été remplacé par une autre forme d’engagement plus discrète et apparemment tout aussi efficace.

Dans un autre article de blog sur la question, il est dit que le président Obama lui même doit suivre la ligne, ce qui semble logique puisqu’il aura été sénateur avant d’être président, et qu’en tant que sénateur, il aura du signer le fameux engagement. 53

52

« (I was) politically assaulted to such an extent that my father had to ask the question publically, what the Stone Mountain Georgia have to do with Israel? What I was doing was servicing the needs of my constituents, and I was not allowed to do that, because I did not toe the line on US policy for Israel. What line is that that they wanted? Were you told directly that you had to toe a line? explain it to me. Well, every candidate for congress at that time had a pledge, they were given a pledge to sign. And I was new on the scene, and so the pledge had Jerusalem as the capital city, the military superiority of Israel,.. The American congress people had to sign this pledge? Yes, you sign the pledge, if you don’t sign the pledge, you don’t get money… “ Extrait de l’interview de Cynthia McKinney pour Press TV, Ex Congresswoman Cynthia McKinney speaks out about Aipac, youtube: https://jhaines6.wordpress.com/2012/11/19/cynthia-mckinneydrops-bombshell-candidates-to-sign-pledges-of-support-for-israel/, Date de publication youtube : 2013, date de l’interview : 2011.

95


Ceci ne serait de toute façon qu’un secret de polichinelle au vu de l’indignité des discours que nos chefs d’états sont capables de prononcer lorsqu’il s’agit d’Israël. Le silence d’Obama durant l’opération plomb durci sur la bande de Gaza qui a fait plus de 1000 morts en moins d’un mois, dont des enfants, et durant laquelle des bombes au phosphore ont été utilisées sur des populations civiles sans autre raison que de faire preuve de sa supériorité et de sa puissance 54 , était indigne. Il était indigne et très certainement humiliant pour Obama, premier président noir américain, fraichement élu pour amener un renouveau à l’Amérique et au monde, mais il n’était peut être pas aussi humiliant que le sempiternel « Israel has every right to defend itself” (Israël a tous les droits de se défendre), qu’il nous ressert comme une litanie aux relents nauséabonds 55. Le ton du renouveau qui allait avoir lieu était donné. Le people juif entraine à sa suite le monde occidental par ses dirigeants dans une indignité dont il sera bien difficile de se laver.

b-De son étendue Les Etats Unis ont cru que parce qu’ils avaient élus un président de la communauté noire, et que parce que celui ci avait été, sans aucune raison autre que sa couleur de peau et les espoirs que l’on plaçait en lui, décoré du prix Nobel de la paix, le monde n’y verrait pas à ses manigances impérialistes et guerrières. Cela est faux bien sur, même si le monde s’y est laissé prendre un moment. Nous appellerons cela le bénéfice du doute. La couleur de peau ou la race ne sont pas des garanties d’intégrité et de dignité, et le monde ne s’y laisse plus tromper.

53

Richard Edmonson, Cynthia McKinney Drops Bombshell: Candidates to sign pledge to support Israel, Blog 2012: What’s the ‘real’ truth? https://jhaines6.wordpress.com/2012/11/19/cynthia-mckinney-dropsbombshell-candidates-to-sign-pledges-of-support-for-israel/ , 23 mai 2011 54 Hilyam Noir, Les bombes au phosphore pleuvent sur Gaza, Info-Palestine.eu, http://www.infopalestine.eu/spip.php?article5830, 14 janvier 2009 55 Seumas Milne, It’s Palestinians who have the right to defend themselves, the guardian, https://www.theguardian.com/commentisfree/2012/nov/20/palestinians-have-right-defendthemselves , 20/11/2012

96


Ouvrir Cuba pour mieux envahir le Venezuela, ou bien faire tomber Moubarak puis Morsi et déstabiliser le Proche et Moyen Orient pour mieux protéger Israël ne sont ni des signaux pacifiques, ni des stratégies intelligentes. S’il est bien une chose qui ne nous appartient pas, c’est de savoir qui nous sommes et ce pour quoi nous sommes là, et s’il est bien une chose qui n’appartient pas aux Etats Unis, c’est le monde, et le fait de saliver sur un gâteau ne le fait pas votre. Lorsque Barack Obama s’est rendu à Cuba, il espérait y recevoir un accueil chaleureux. Comment donner un accueil chaleureux à quelqu’un, représentant une nation qui vous a toujours dédaigné et tenté de vous soumettre, et comment ne pas penser qu’il puisse pendant qu’il vous serre une main, vous dépouiller de l’autre, même s’il est noir ? A ce moment là, lorsque Obama est à Cuba, le Brésil, et le Venezuela sont sur la sellette, l’Argentine y est déjà passée et a du baisser les armes. Comment croire que celui là, président d’un pays qui encore récemment a tenté de vous déstabiliser, soit votre ami ? Apres s’être humiliés dans la baie des cochons, les Etats-Unis ont essayés à plusieurs reprises de destituer Fidel Castro qui a lui aussi eu droit à son petit jeu vidéo de « Call of Duty ». Le jeu se nomme « black ops » pour les habitués. L’une de ces tentatives de déstabilisation, dans le réel cette fois, s’est encore une fois terminée par un fiasco, une humiliation de plus qui fait la fierté des cubains, la honte des américains, et l’exemple pour le monde 56. Il s’agit d’une de ces opérations qui a tout l’air d’un jeu vidéo dans sa structure, et par le fait qu’il en appelle au ludique en nous, la musique et les concerts. Encore une fois, l’art et le jeu sont au service de l’armée par une branche altruiste, si l’on peut dire, de la CIA ; USAID (United States Agency for International development), autrement dit, celle à qui toutes les portes sont ouvertes puisqu’elle se dit notre amie, ayant notre bien être à cœur. Cette expérience ratée est encore une fois la preuve que les Etats-Unis par leurs soustraitants commettent des atrocités dont ils voudraient aujourd’hui se laver. Elle a aussi eu le mérite d’informer le monde sur le fonctionnement très profondément pensé de la

56

Toni Cartalucci (traduit par Etienne pour vineyardsaker.fr), La foundation Usaid démasquée a Cuba, et ce que cela nous dit des tentatives mondiales de subversion menées par les USA, Réseau International, http://reseauinternational.net/la-fondation-usaid-demasquee-cuba-et-ce-que-celanous-dit-des-tentatives-mondiales-de-subversion-menees-par-les-usa/ , 27 décembre 2014

97


subversion à l’américaine, et de l’étendue de ses capacités d’actions toutes Hollywoodiennes. Un autre exemple de ce mode d’infiltration a eu lieu il y a peu, lorsque les américains ont aidé à la capture du baron de la drogue mexicain Joachim El Chapo , et ce grâce à l’aide encore une fois d’Hollywood, en la personne de l’acteur Sean Penn. Malheureusement pour eux, et pour l’acteur bien connu pour son esprit rebelle, et reçu a bras ouvert, aussi bien à Cuba qu’à Caracas, et dans tous les endroits inaccessible à l’impérialisme dans sa version originale, la vanité a été plus forte que la prudence, et il s’est vanté au journal « Rolling stones » d’avoir eu à interviewer El Chapo peu de temps avant sa capture, menant ainsi ceux qui ne sont pas si dupes, à la question de son implication dans ladite capture, et donc à ses relations avec les services secrets et l’armée américaine. Il est fort à parier qu’il ne remettra pas de si tôt les pieds à Cuba, à Caracas, ni dans aucun lieu de résistance à l’impérialisme américain. Tout cela pour dire que nous ne sommes pas perdus dans ce jeu de dupes, et que lorsque les rebelles américains, forts de leur étiquette de rebelles se déplacent maintenant dans le monde, ils savent bien que si nous ne sommes pas ceux qui pouvons élaborer des jeux vidéo aux accents assassins, savons pourtant bien les détourner de leur finalité. Nous en revenons donc à notre jeu vidéo, « Advanced warfare ». Ce jeu s’il n’est pas la preuve que le jeu vidéo est une manipulation de nos enfants, en a pourtant bien l’air. Apres avoir raté des tentatives de sabotages de peuples entiers et en avoir réussi quelques unes, il faudrait maintenant que nos enfants pris d’un soudain éveil de conscience et de remord se rallient à leur cause qui est trompeuse. Cela est compter sans leurs parents. Ce qu’il faut savoir du jeux vidéo dans sa vision américaine, c’est que s’il se joue de nous, se joue tout autant de ses alliés qui pris dans la tourmente, sont lâchés, car la seule référence sure annoncée dans le jeu est l’armée américaine. Nous aurons donc probablement prochainement, une certaine population de jeunes gens, qui sans vraiment savoir pourquoi, refusera la vérité de ses pères pour se rallier à la vérité de l’armée américaine. Et ainsi va le monde. Si cette volonté des Etats-Unis par son armée et ses contacts se révèle manipulatrice de jeunes consciences non érodées aux réalités de la vie, c’est que le monde a changé. S’il

98


faut se demander pourquoi tant de jeunes choisissent de se tourner vers Daesh (incidemment nommé Isis par ceux qui n’ont pas trouvé que c’était assez de nous humilier mais que de plus il fallait le faire avec subtilité), c’est probablement que ni la volonté de l’armée américaine, ni la volonté de leurs pères ne les satisfait plus pour les raisons que nous venons de développer plus haut. Le mensonge a beau prendre les plus belles parures, il ne sera toujours que le mensonge, et peu importe que ce soit nos pères qui nous amènent ce mensonge, où l’armée la plus aguerrie au mensonge de masse, le mensonge restera le mensonge, et ouvre l’espace requis pour que la perception subliminale y installe sa manipulation perceptive. Faire de ce mensonge un art de vivre, c’est de se préparer à vivre des instants difficiles, et la France les a vécu dans un passé pas si lointain. La question toute freudienne de savoir s’il est bon de se retourner contre son père lorsque celui ci ment, ou commet des actes répréhensibles est à présent ouverte. Si la volonté du père est contraire à la volonté du fils, quelle est l’issue de cette contradiction familiale? Nous pourrions pour ne pas questionner la volonté du père, comme cela nous a été appris par nos familles depuis notre plus tendre enfance, nous apprivoiser à ce père, en nous disant que quoi qu’il en soit, il reste le père garant de notre filiation, et donc de notre légitimité dans le monde, ainsi que de notre sécurité et de notre bien être, puisque malgré tout il nous a emmené malgré tous ces défauts, à ce moment de notre développement et de notre réflexion où nous sommes capables de nous questionner et de le questionner dans son autorité et dans ses valeurs morales, ou alors, nous pourrions décider comme cela est proposé par le cinéma Hollywoodien appuyé sur les thèses freudienne du meurtre du père de la horde de tuer ce père pour nous affranchir de son pouvoir de volonté active. Rassurons nous des à présent, nous n’irons pas jusque là, mais certains l’ont fait, et c’est de cela que nous discuterons à présent.

c-De sa légitimité affirmée par manipulation perceptive Si ce jeu du meurtre du père semble si en vogue, c’est qu’il est présenté par le film culte de « la guerre des étoiles » comme le bien ultime.

99


Pour comprendre le meurtre du père, il faut d’abord remonter à la théorie freudienne du père de la horde primitive, puis à ce film qui non seulement a été le premier à amener l’idée à ce niveau de perfection cinématographique, mais aussi à été celui par lequel l’implantation subliminale de la chose comme bien ultime a été possible à une échelle jamais auparavant atteinte. Pour cela, il nous faut revenir sur le meurtre du père de la horde primitive tel que décrit par Freud dans sa théorie 57. Il faut d’abord bien se souvenir que ceci n’est qu’une théorie, qui n’est de plus basée sur aucun fait réel, mais des déductions cousues de fils blanc, ni aucune supposition valide autre que le mépris que ce dernier avait pour tout ce qui touche aux nations primitives, car qui serait capable d’accomplir un tel acte sinon une nation primitive, et là encore nous y reviendrons. Ce père de la horde est décrit comme puissant, et sa puissance se révèle par le fait qu’il peut posséder toutes les femmes de la horde, ce qui pousse ses congénères à commettre son meurtre, et à le manger pour s’approprier sa force et ainsi se partager ses femmes et son pouvoir. Nous noterons ici que femme est synonyme de pouvoir. Une fois le meurtre consommé, le malaise s’installe (malaise dans la civilisation ?), emmenant avec lui la culpabilité, et de cette culpabilité naissent les interdits totémiques, interdiction de l’inceste, interdiction de meurtre, exogamie, etc. Ce qu’il faut se dire de ce mythe freudien, c’est que s’il n’a pas vertu à nous renseigner sur notre passé commun de l’avant Freud, a pourtant vertu à générer notre futur commun de l’après Freud, car il a servi de base de réflexion à ceux qui à travers le travail de Freud, ont élaborés une pensée de nos fonctionnements de tribus primitives, y ajoutant à leur gré ce qu’il leur manquait pour nous manipuler à souhait. S’il faut se demander ce qu’est le meurtre du père de la horde dans une tribu primitive, et ce à quoi cela ouvre, nous le savons maintenant, et cela n’ouvre certainement pas comme Freud l’a affirmé à l’avènement de la loi, mais au contraire à sa destruction pure et simple, à moins bien sur que ce ne soit Freud lui même et sa descendance qui soient le père de la horde, dans quel cas, la vie nous a effectivement montré que l’avènement de la loi était inévitable, que ce soit dans le cas de l’Allemagne nazi, ou du terrorisme contre le juif, l’avènement de la loi est la conséquence du meurtre du père. Par contre, si nous nous en referons à ces pères 57

Sigmund Freud, Totem et Tabou, Interprétation par la psychanalyse de la vie sociale des peuples primitifs, Edition numérique les classiques des sciences sociales, téléchargeable sur Http://www.scribd.com , 1912, p107 a 121

100


qui sont tués par leurs fils au moyen Orient ou en Afrique, c’est le contraire qui se produit, le chaos en est la conséquence. Nous pouvons donc en déduire que la théorie Freudienne s’adresse à nous sur différents niveaux de lecture, et celui que nous allons développer est celui qui s’articule de la façon suivante. Le père de la horde primitive lui n’est pas primitif mais juif. Et si cette horde primitive excédée du pouvoir de puissance volontaire et active du père décide de le tuer, il ne peut en résulter pour le peuple assassin que la loi, et non comme celui ci l’espère, le partage des pouvoirs de puissance volontaire et active. La raison en est bien simple, c’est que le peuple ne peut vivre sans ce père primitif qui est aussi loi. Si nous nous y attelons, nous verrons que toute la structure de toute pensée philosophique occidentale moderne et ancienne est basée sur ce schéma, et qui dit schéma dit structure de pensée qui ne se soucie que de la relation de causalité entre les éléments qui la composent. Si cette structure de la pensée occidentale est si intéressante pour ce mémoire, c’est qu’elle nous explique ce qui se produit en amont de la loi, le meurtre du père primitif, car primitif dans le déroulement du schéma, et non parce qu’il appartient au peuple primitif comme cela est communément compris. Ce qu’il faut bien se demander, c’est si le père primitif de la horde qui se trouve être accessoirement juif, d’un judaïsme qu’il revendique haut et fort, se soucis réellement de la horde, ou si c’est de son ego qu’il est question dans ce texte, ego immortalisé dans le peuple par la loi et la culpabilité qui lui sert de tremplin pour y accéder. Si ce que nous disons de nous est ce que nous disons de l’autre, alors il est fort à parier qu’en appliquant la théorie freudienne de l’interprétation du rêve et de l’association d’idée, nous avons pu accéder à l’inconscient freudien qui se cache derrière ses rêves primitifs. Les peuples primitifs eux n’ont pas décidé de se prêter aux jeux de la psychanalyse puisqu’ils ont pour ce faire, d’autres pratiques et croyances. Si la psychanalyse de Freud par son inconscient se dessinant dans son livre « Totem et Tabou » est ce qui nous à intéressé, c’est qu’elle nous a permis d’y découvrir cette part de son inconscient qui lui est commune avec le peuple juif, et qui nous guide nous aussi,

101


forcement puisque nous y adhérons sans le savoir, vers ce qui nous est contraire en éthique comme en morale. Nous laisserons donc la morale et l’éthique Freudienne à Freud et aux juifs, et nous adhèrerons à ce qui ne nous est pas contraire, mais commun parce qu’universel d’une universalité génétiquement inscrite, le rêve et son interprétation par nos soins. Si cela ne se peut, nous adhèrerons alors à l’association d’idée, notre langage inconscient commun, et si cela est si peu encore, alors nous adhèrerons à cela qui ne nous est pas contraire mais qui nous défini tous, analystes et analysés, la vérité de l’inconscient qui nous guide vers nos destinées inconnues pour une part, puisque l’autre part est à présent connue dans ce mémoire. Nous rendons cependant ici hommage à Freud, pour son sens du devoir et de la découverte, toutefois, nous nous gardons à nous peuples primitifs, ce droit commun aux peuples primitifs de ne pas adhérer à ce qui nous insulte, et cela aussi est bien naturel. Nous allons à présent, au vu de ce que nous venons d’élaborer, tenter de regarder « la guerre des étoiles » sous un jour nouveau en nous souvenant que si l’une des lectures de « totem et tabou » nous a permis de comprendre la psyché freudienne et juive, l’autre lecture reste à découvrir.

d- De la manipulation perceptive et de sa structure inconsciente Si le père de la horde ici est représenté comme le coté obscur de la force, c’est qu’il est obscur de n’avoir pas su s’allier au bien, la horde primitive incarnée en Luke Skywalker, l’homme en quête de puissance, et si ce bien présenté comme le coté lumineux de la force est bien celui qui nous demande de tuer le père pour nous allier sa force et rétablir l’ordre universel, qui est-il sinon le mal se faisant passer pour le divin, car soyons en sur, le divin ne se mêle pas des choses de ce monde en nous demandant le meurtre du père puisqu’il est lui même notre père. De la, nous pouvons déduire qu’il y a aussi ici plusieurs lectures possible, nous en étudierons cependant deux, et c’est à la première que nous adhèrerons en tant que spectateurs, même si c’est la deuxième qui est indélébilement inscrite en nous à présent, à moins bien sur d’un miracle du divin.

102


La première lecture, c’est de savoir que ce qui nous guide à tuer ce père est le bien ultime, et nous comprenons que si nous tuons ce père, nous nous libérons de son pouvoir néfaste pour notre bien être et pour notre développement, et nous sommes rassurés que rien de mal n’en ressortira puisque le sens du meurtre est symbolique et que nous nous allions la force du père qui se repent après sa mort symbolique. La seconde lecture est plus symbolique, et s’adresse directement à l’inconscient parce que la première lecture nous a endormi en nous rassurant. Le sommeil est donc léger mais profond. Selon la seconde lecture, le conscient se veut vivant de lui même et de son contenu qui est valeur de famille préservée puisque le père se rallie au fils tous deux oeuvrant à présent contre le mal pour le coté lumineux de la force. L’inconscient a lui reçu un autre message qui est celui de la vie qui se joue en nous, et qui nous demande de détruire le cote obscur de la force qui n’est autre que l’inconscient lui même, afin de s’approprier sa force. Ce message d’autodestruction inscrit en chacun de nous spectateurs n’a qu’une valeur passive, il est potentiel actif si une autre injonction venait à l’activer, et c’est de cette injonction que nous allons chercher les origines pour savoir à quels moments et de quelle façon une valeur passive d’autodestruction peut s’activer en nous. Cette valeur d’autodestruction de l’inconscient a anéanti le système de défense de l’inconscient qui fait que par structure il répond en premier lieu à la volonté consciente de sa propre personne plutôt qu’à une volonté autre. Si la nature de l’inconscient est ainsi structurée, c’est que par nature, l’individu prime sur le collectif dans le mode de fonctionnement du moi inconscient, et si le collectif se dit ce qu’il est, une famille, alors il est aussi le père à détruire dans sa forme actuelle pour s’approprier sa force qui est surpuissante. Or ce qu’il faut savoir de nous, c’est aussi ce qu’il faut savoir de l’autre dans l’altérité de sa structure consciente et inconsciente. Si le ‘nous’ et le ‘vous’ ne sont pas compatibles, alors il faudra que l’un ou l’autre se défasse de sa structure inconsciente, et ce sera le ‘vous’ puisque le ‘vous’ est le mal incarné. C’est également ce que nous apprend inconsciemment le film. Si donc le ‘vous’ est ce qui doit se défaire de sa structure inconsciente, il doit le faire à la faveur du ‘nous’, en s’alliant à notre force, puisque ‘nous’ représentons le bien sur terre. Revenons à présent à l’individu.

103


Celui ci a depuis la vision du film abaissé ses manettes de levier inconscientes dans l’attente d’un ordre ou d’une injonction du nous représentant le coté lumineux de la force. Si ce levier est redressé chez le ‘vous’, c’est donc que le ‘nous’ a donné un ordre au ‘vous’, car ce levier ne pourra en aucun cas être redressé, par une volonté autre que celle du ‘nous’ inconscient et actif. A cet effet, plusieurs systèmes de redressements des leviers inconscients de commande ont été mis en place, et nous en étudierons quelques uns ici. Il s’agit principalement de télévision, de presse, et plus récemment et plus efficacement également car importants par leur amplitude d’action et par le fait que les systèmes d’actions de leviers prennent directement leurs ordres de la source même du ‘nous’ inconscient et collectif, de réseaux sociaux qui comme ils l’affirment eux même, sont des communautés de nous actifs.

e- De l’injonction subliminale La télévision nous le savons tous, à cet effet sur les masses qui n’est plus à prouver. Si cela est un fait indéniable, l’autre réalité de la télévision se situe dans la diffusion d’injonctions pour le compte du ‘nous’, et si cela était difficile à accepter comme idée, nous pourrions tout simplement démontrer qu’où la télévision (ou les autres systèmes d’activation des leviers inconscients que développerons plus bas) n’a pas accès, l’injonction ne peut s’effectuer, d’où le grand renfermement de régimes dictatoriaux qui ont bien compris, même si ce n’est qu’intuitivement, que c’est ce qui s’y joue, et qui se joue contre eux, y compris lorsque cela ne semble pas être lié à la politique où aux medias, puisque ces mêmes médias sont alors ceux qui nous commandent eux aussi par leur capacité à déterminer ce que sont nos secrets comme par exemple grâce à internet par ce qu’a détaillé Edward Snowden dans ses révélations au monde. On peut d’ailleurs se demander quelle est la source de notre apathie dans ce qui se joue qui n’est que purement et simplement la prise de contrôle sur nos vies, et si cette apathie était à interpréter, nous la mettrions sur le compte de l’abaissement de ces leviers inconscients qui nous empêchent même de mettre en place d’autres systèmes de défense contre leur volonté de puissance active, car la méconnaissance de la chose ne peut plus expliquer

104


notre manque d’action pour notre propre protection vu que nous avons par les lanceurs d’alerte, toutes les informations nécessaires à une pris de décision active. Le second moyen de diffusion de l’injonction est la presse écrite à qui l’on peut appliquer ce que l’on vient de dire de la télévision, avec cette différence qu’elle a cet avantage du mot figé dans l’éternité du mouvement de la vie. Pour donner un exemple d’injonction, nous allons prendre un article que nous avions étudié plus tôt pour d’autres raisons, et pour lequel nous nous sommes réservés un traitement tout particulier. Il s’agit de l’article d’Aljazeera intitulé « Kill him silently »58, reprise du titre du film sur Khaled Meshaal le leader du Hamas. Ce film est intéressant, parce qu’il raconte une histoire, l’échec de la tentative d’assassinat du leader Hamas, mais qu’il en raconte une autre tout à fait contraire, la demande d’assassinat du leader du Hamas, et ce dernier message est également porté, mais inconsciemment cette fois ci, par le journal qui en fait son titre, donnant à l’injonction une portée dans tout le monde arabo-musulman et au delà. Ce titre qui peut sembler normal est pourtant si en inadéquation avec le film, que l’on pourrait se demander comment le réalisateur a pu penser à un tel titre pour présenter le film au monde, si ce n’est que son inconscient ne lui appartient peut être pas, et est contraire à sa volonté consciente, d’où l’intérêt de la théorie de l’inconscient collectif de Jung, ou serait-ce celle du lapsus freudien ? L’injonction est pourtant bien réelle et inscrite en nous par sa lecture sur ce journal qui l’amplifie. Si l’on veut se demander ce que peut être une pensée paranoïaque, alors, il faut l’avoir vu dans ce contexte. Cette idée que nous venons d’énoncer, prise dans un autre contexte, serait interprétée comme paranoïaque, et c’est souvent la réception qu’en ont ceux qui osent les émettre, puisque ce faisant, ils sont ceux qui acceptent le dit comme une injonction à interpréter. Mais lorsque l’idée est non seulement expliquée, mais déterminée par nos soins comme une injonction à tuer, et ce, dans le contexte présent, il ne peut plus être question de paranoïa, puisque le contexte lui même se prête a l’interprétation de l’injonction par son aspect macabre et son idée élaborée précédemment dans le film, et inscrite dans une réalité prouvable.

58

Yaser Abu Hilalah, Kill him silently, Aljazeera.com, Http://www.aljazeera.com/programmes/aljazeeraworld/2013/01/201312210472621589.html , 30/01/2013

105


D’où la question de ceux qui se disent persécutés par le nouvel ordre mondial, ou par la CIA, ou encore par la Franc Maçonnerie, sans bien entendu oublier le Mossad. Nous arrêterons ici notre élaboration de l’injonction de presse, nous voulions seulement démontrer que cela était possible, puisque le film inclus dans l’article en est la preuve par l’exemple.

2)-Des géants américains à l’oeuvre A présent, nous allons aborder la plus grande partie de la manipulation perceptive qui se joue de nous à une échelle si grande, que nous ne pouvons que nous incliner devant sa majesté, à moins bien sur que nous ne choisissions de nous y soustraire par l’absence, dans quel cas, nous ne serons pas ‘nous’ dans le sens de communauté globale, partageant les mêmes idéaux de liberté, de démocratie, de bien, d’homosexualité, et de supériorité. Il s’agit de Facebook que nous avons choisi d’explorer pour notre étude portant sur les réseaux sociaux.

a-Facebook Facebook est né il y a peu, une dizaine d’années, et pourtant, Facebook a dépassé par sa taille tous les medias au monde, car aucun media n’a encore reçu autant d’audience, 1.65 milliards d’abonnés en mars 2016 dont 65% d’utilisateurs quotidien 59, c’est dire que le quart du monde qui sait lire et écrire, et a accès a un ordinateur et a internet y est connecté. Que le reste du monde ne s’affole d’ailleurs pas, Facebook est entrain de trouver un moyen de les connecter gratuitement à internet afin qu’ils puissent devenir des utilisateurs de ses plateformes et rejoindre la communauté globale. Quelle chance ! A se demander, pourquoi nous payons une connection internet si nous pourrions l’obtenir gratuitement par Facebook, et à se demander aussi si Facebook a une vertu nutritive que nous ignorons et qui pourra sortir ces gens de la famine et de la misère réelle dans 59

Le monde, Facebook voit son chiffre d’affaire s’envoler, Http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/04/28/facebook-devoile-des-chiffres-pour-lepremir-trimestre-2016-meilleurs-que-prevu_4910380_3234.html , 28/04/2016

106


laquelle ils se trouvent. Nous laisserons toutefois ces considérations purement terre à terre de coté, car réellement, qui se soucie de ce que nous pourrions manger quand Facebook nous offre toute la nourriture spirituelle dont nous avons besoin ? Facebook donc a une audience jamais atteinte de vie humaine et de vie de media. C’est qu’avec Facebook, nous sommes sortis du domaine de l’humain pour accéder à celui du supra humain, et de cela nous sommes bien conscients puisque le supra humain en nous se joue de l’humain et du divin pour son accomplissement. La volonté affichée par Facebook en nous, est de se faire le porte parole du monde libre, et nous sommes ceux qui portons cette parole, bien souvent, le plus involontairement du monde, d’où la colère bien compréhensible de ceux à qui cette parole s’adresse, et qui ne sont pas aussi inconscient que nous de son message volontairement agressif et guerrier. C’est que Facebook se joue de plusieurs facteurs que nous ignorons, et parce que nous les ignorons, nous contribuons à les amplifier parfois contre notre volonté propre, et c’est en cela que nous rejoignons par Facebook la manipulation perceptive de « la guerre des étoiles ». Si la perspective de ce que nous ne savons contrôler et qui se joue de nous ne nous effraie pas, c’est que cela a également été programmé en nous comme l’idée de « la force par son coté lumineux » qui se joue de nous pour le bien de l’humanité. Ce qu’il faut se dire, c’est que si ce que nous ne percevons pas s’inscrit pourtant bien dans nos inconscients, ces inconscients sont alors pleins de ces messages imperceptibles d’autodestruction qui jonchent les murs virtuels de Facebook. Si ce message d’autodestruction distillé en nous ne nous a pas contenté, alors il faut que nous sachions qui nous sommes, ceux qui refusent ‘le bien’ hollywoodien en nous, et parce que nous ne sommes pas perméables aux perceptions subliminales, nous devenons cible de premier choix pour une autre étude qui est ce que nous ne vous dirons pas, car en vous le disant, nous vous ferions définitivement basculer dans l’incohérent ouvrant la porte à nos destructions permanentes et définitives. Ce qui se joue ici est la guerre, et nous l’avons tous bien compris, et si ce qui se joue comme guerre n’est pas une guerre que nous maitrisons parce que de nombreux éléments nous en échappent, ces imperceptibles ne nous échappent pourtant pas puisque mous les percevons, rendant caduque la manipulation perceptive pour laquelle ils ont étés conçus.

107


Et ainsi nous nous exposons à ne pas être en repos tant que la perception n’est pas rétablie dans sa vision naturelle qui est de source divine en nous.

b-Buzzfeed et l’injonction Ce qu’il faut se demander, c’est si ce qui nous perturbe est cela même qui nous trouble par son coté innocent, car quoi de plus innocent que des blagues anodines aux illustrations douteuses, ou des recettes de cuisines, ou encore des images d’animaux préhistoriques, et pourtant. Facebook se sert de ces images alliées aux mots qui les accompagnent pour distiller son message de propagande et ses injonctions qui sont ce qui nous intéresse ici. Toute une industrie tourne autour de Facebook pour son salut, dont le fameux « buzzfeed » (buzzfeed.com), qui fait le régal des jeunes et des moins jeunes par son humour blasé et sa réactivité au monde qui nous entoure. Buzzfeed est en réalité un générateur d’injonctions qui nourrit les fils d’actualité de Facebook en temps réel, et selon les besoins de la production. Voici un exemple d’injonction généré par buzzfeed : « North America’s three amigos take aim at Trump and Brexit » 60 . Celle ci est accompagnée d’une photo de Barack Obama, Justin Trudeau et Enrique Pena Nieto qui semblent effectivement viser quelque chose. Si le fait de sembler viser quelque chose sur une photo anodine accompagnée d’un titre des plus anodins, ne semble pas prêter à interprétation, c’est que le titre en adéquation avec la photo nous montre une réalité logique, mais si nous avons saisi le fonctionnement de l’image subliminale et de sa perception qui est en dessous du seuil du perceptible, alors nous saurons que ce qui se dit ici, est une injonction américaine adressée à l’Amérique contre ce qu’elle juge néfaste, le Brexit et Donald Trump. Si ce Brexit est associé à Donald Trump, c’est que ce qu’il signifie surtout et avant tout, c’est le monde qui échappé aux contrôles nord américains par Hollywood et associés. Si ce qu’il faut se dire du Brexit, tout parti pris politique mis à part, est ce que nous en savons, c’est que David Cameron a sauté dans le referendum à pieds joints, sûr qu’il était des résultats, tout comme il l’avait fait auparavant pour le referendum d’indépendance de l’Ecosse, et 60Paul McLeod, North

America’s three amigos take aim at Trump and Brexit , Buzzfeed.com Https://www.buzzfeed.com/paulmcleod/north-americans-three-amigos-push-back-against-trumpand-bre?utm_term=.ak5jxzw730#.uePW36ZAOI , 29/06/2016

108


comme l’Irlande l’avait fait pour le mariage homosexuel, validant par là ce concept comme une volonté populaire mondiale qui permit d’inscrire sans trop de heurts le mariage homosexuel dans la constitution américaine. David Cameron pour des raisons que nous ignorons mais que nous pouvons imaginer était sûr de son coup, et il s’est révélé perdant, et le monde occidental avec lui, qui voit lui échapper, et de façon cinglante le contrôle de ses populations. Cela marque d’une certaine façon les limites de la manipulation perceptive d’une certaine population par une certaine population, ainsi que nous le montre le succès de Donald Trump aux Etats Unis. Cela ne veut pas dire que ce que fait Donald Trump ne relève pas de la manipulation perceptive, cela veut dire que l’avantage dans le jeu de la manipulation perceptive n’est plus à Hollywood et associés, même s’ils sont les plus expérimentés et les mieux armés. Nous voulions simplement par ces explications clarifier la structure de manipulation perceptive du géant Facebook, structure qui doit aussi pouvoir s’appliquer à d’autres réseaux sociaux, étant donné qu’ils fonctionnent tous sur le même principe, le partage de l’information, et donc de l’injonction. Notons que Buzzfeed appartient à la compagnie « NBC Universal », super compagnie qui possède plusieurs medias dont la société Hollywoodienne « Universal studios”, et par là, un capital certain à Hollywood. Ce dont il faut être conscient et que nous avons évoqué au sujet de Donal Trump, c’est que ce ne sont pas seulement Facebook et ses associés en crime manipulatoire qui distillent des injonctions par l’information. Toute une armada ayant découvert les vertus de Facebook depuis les printemps arabes, œuvre à présent à faire circuler son message, et cela au détriment du géant américain lui même, qui si cela se poursuit, finira par imploser, et, profondément attristés, nous nous verrions dans l’obligation de porter des fleurs sur sa tombe. Mais revenons en à Facebook et à ce qu’elle a de personnel en la personne de Mark Zuckerberg dans sa volonté de coloniser le monde. Un de plus. C’est que pour bien comprendre ce qui se joue avec Facebook, il faut d’abord savoir ce qu’est au juste Facebook.

109


c-la manipulation perceptive par Facebook Facebook est une entité créée par Mark Zuckerberg en 2004 comme un réseau d’échange entre étudiants d’Harvard qui a bien vite pris de l’ampleur pour être aujourd’hui d’envergure mondiale. Ce mythe de l’étudiant surdoué sur lequel est bâti toute la mythologie de l’Amérique moderne, se réfère en nous à ce que nous ne pouvons combattre, notre alter ego qui parce qu’il est en puissance, nous continue aussi. Il faut le voir pour le croire que tous les outils physiques et non physiques sur lesquels nous faisons nos recherches et nos explorations sont d’une façon ou dune autre liés et ramenés à cet autre nous (d’où la question de l’apathie que nous avons évoqué plus tôt); l’étudiant surdoué américain. Ce n’est pas de bonne guerre et nous le savons bien, mais c’est pourtant la réalité perceptible et imperceptible de ceux qui ne sont pas si surdoués que cela. Faire de ce mythe de l’Amérique moderne une réalité physique et concrète, c’est de se demander si nous serions nous capables de nous vivre sans une mythologie comme celle ci. Hors nous l’avons fait pendant quelques millénaires jusqu'à ce que l’Amérique moderne nous prouve que nous n’en étions pas capables, plongeant par là le monde dans le chaos le plus total afin de nous amener le monde moderne tel qu’il est viable selon l’Amérique. Nous ne nous plongerons pas plus avant dans le débat qui consiste à savoir qui de nous détiens la vérité sur le sujet, mais nous nous prenons parfois à regretter le monde tel qu’il était avant l’Amérique dans son sens moderne. Ce qu’il faut se dire de nous même quant à la question de nos émotions manipulées par nos perceptions subliminales, est ce qu’il faut se dire de ce monde moderne qui nous a envahi jusque dans nos émotions les plus intimes, et qui continue de le faire sans vergogne dans la mesure ou rien ne s’y oppose si ce n’est quelques objections jetées au hasard de découvertes malencontreuses. Cette fameuse expérimentation de Facebook qui consiste à manipuler nos émotions 61 n’est que la partie immergée de l’iceberg, et nous nous en doutons bien, mais nous allons tout d’abord essayer de comprendre de quoi il s’agit exactement, pour savoir ses

61

Robert Booth, Facebook reveals news feed experiment to control emotions, The guardian, Https://www.theguardians.com/technology/2014/jun/29/facebook-users-emotions-news-feeds , 30/06/2014

110


implications réelles. Ce qui a été dit de ce travail d’expérimentation, c’est qu’il a été mené dans le but de vérifier en quoi et de quelle manière ce qui apparaît dans le fil d’actualité des utilisateurs pouvait influer sur leurs émotions et leurs humeurs. Ce qui est proposé dans cette expérimentation n’est plus ni moins que des stimuli, intégrés dans le fil d’actualité des utilisateurs cobayes à leurs insu, afin de provoquer en eux une émotion, et lorsque l’on sait que ce sont nos émotions qui nous guident dans nos actions, on peut en déduire que ce qui est réellement recherché dans cette expérimentation, c’est d’obtenir une action en fonction d’un stimuli. Nous ne rechercherons pas plus avant les relations de Facebook avec le gouvernement israélien ou bien américain, même si les liens semblent évidents, quand l’on sait qui est Mark Zuckenberg, et ce que Facebook accompli d’actions politiques dans le monde au nom de la liberté et d’internet. Nous voulons toutefois vérifier ici, avec vous nos lecteurs, ce que peut représenter une action Facebook en réalité virtualisée puis re-réalisée au bon endroit et au bon moment. Le timing ici est important. Pour cela nous allons remonter aussi loin que cela est possible dans l’action Facebook politisée, et retournée contre son porteur ; le printemps arabe. Le début du printemps arabe a marqué la fin d’une époque, et le début d’une autre dans la mesure ou ce qui était auparavant impossible était devenu possible ; la chute d’une dictature maintenue par l’occident avec toute sa force de persuasion. Ce printemps arabe a débuté en Tunisie en décembre 2010, lorsqu’un marchand ambulant voyant son bien, et sa seule source de revenu confisquée encore une fois par la police, s’immola, créant une immense émotion au sein de la population, qui aboutit à des manifestations populaires qui signèrent la fin du régime de Ben Ali, président et père de la nation. Ce régime de Ben Ali du s’enfuir, et se refugia en Arabie Saoudite, où il vit encore probablement. La fin du régime fut suivie d’une période de transition durant laquelle d’anciens partis politiques s’affirmèrent, et de nouveaux partis politiques virent le jour. Ce qui fait l’intérêt de la Tunisie au regard de notre sujet, c’est que si par excellence, elle a suivi la suggestion inconsciente du film ‘la guerre des étoiles’, elle ne l’a pas fait comme convenu puisqu’elle n’a pas tué le père, mais elle l’a chassé, rendant ainsi impossible l’appropriation de sa force. Le deuxième point intéressant, c’est que l’effet de

111


surprise aidant, les gouvernements occidentaux n’ont eu que peu de marge de manœuvre pour essayer de se positionner par rapport aux nouvelles forces en action dans le pays, et quand on sait que c’est un parti islamique qui a pris le pouvoir plus tard, on comprend l’importance géostratégique de ce point. Et enfin, le troisième point et le plus important, c’est que le régime Ben Ali, le vieux père est toujours vivant, et l’on peut bien supposer que les secrets de polichinelles occidentaux le sont tout autant avec lui. Ce qu’il y a d’important dans toute cette histoire, c’est que confrontés à une grogne populaire qui monte au moyen Orient, due à la politique occidentale et surtout américaine de cette région amplifiée par la main mise américaine sur le différend Israélo-palestinien, les occidentaux, américains en tête, devaient revoir leur stratégie, et c’est ce qu’ils firent assez rapidement, avec Facebook comme arme de propagande, ils prirent les devants, et décidèrent d’être les jeunes surdoués du printemps arabe, terme lui même choisi à souhait pour donner une dynamique positive à ce qui leur échappait pourtant. L’une des premières choses que fit Obama, en dehors de son silence assourdissant durant l’opération Plomb durcie d’Israël contre les palestiniens, ce fut de se rendre en Egypte pour faire à l’université du Caire, au nez et à la Barbe d’Hosni Moubarak un discours sur la nécessité d’une démocratie vraie et réelle 62 , Il y aborda également la question palestinienne, et la frustration du monde arabo-musulman suite à l’invasion de l’Irak par son pays, et c’est d’ailleurs ce qu’il fera un peu partout par la suite tout au long de son mandat. Ce qu’il faut aussi savoir, et qu’Obama savait très bien lui aussi, c’est que si le sentiment de révolte est si fort en Egypte, ce n’est pas par manque de démocratie, même si c’est aussi cela, c’est par indignation sur la question palestinienne, de voir leur gouvernement soutenir ouvertement Israël selon la volonté des Etats Unis et de l’Europe et contre leur volonté à eux le peuple. Si Moubarak n’avait pas joué si fort le jeu américain sur la question Israélo-palestinienne, il serait encore probablement au pouvoir, ou alors il n’y serait peut être plus, mais pour d’autres raisons. Toujours est-il que l’idée de changer les vieux régimes dictatoriaux qui ne sont plus assez obéissants peut être, et qui donnent de l’Amérique une image de souteneur de dictatures 62

The guardian, Barack Obama’s speech on Middle east full transcript, Https://www.theguardian.com/world/2011/may/19/barack-obama-speech-middle-east ,19/05/2011

112


dans le monde était à l’agenda d’Obama bien avant la surprise Tunisienne qui n’en est une que dans son timing. La Tunisie ayant crée la surprise en devançant l’ordre d’exécution du plan d’installation démocratique de la démocratie, il fallait reprendre les choses en main, et créer un précèdent. C’est ce que fit Facebook avec sa couverture médiatique et de perception subliminale de la chute de Moubarak. Là encore, ce fut un échec car l’Egypte ne tua pas le père, rendant les choses caduques, puisque Moubarak et son alliée l’armée Egyptienne marchent de pair, et sont donc indétrônables dans les faits. Si Mohammed Morsi a bien tenté d’y installer une démocratie, à la première occasion, dans ce cas présent, le vote d’un texte de loi islamique qui aurait amené la constitution Egyptienne dans le camp des républiques

Islamiques,

le

gouvernement

démocratiquement

élu

fut

renversé

démocratiquement par l’armée soutenue par un semblant de soulèvement populaire lui même appuyé par Facebook et la manipulation perceptive, tout cela a cause d’un projet de loi constitutionnelle lui aussi démocratiquement approuvé par referendum populaire. C’est là que l’on a pu saisir assez ouvertement toute la difficulté occidentale de reconnaître une démocratie quand elle ne lui convient pas parce que contraire à sa culture ou à ses principes. Nous ferons une parenthèse pour évoquer à ce sujet le problème Iranien, car comme l’occident, l’Iran est une démocratie, mais il semblerait que dans l’entendement populaire occidental, elle ne soit pas perçue comme telle, car le journalisme impartial a bien fait son œuvre d’amalgame entre islamique et antidémocratique, comme si la démocratie était incompatible avec ce que son principe même permet de faire : voter des lois islamiques. Nous laisserons là la question Iranienne, car nous avons assez démontré que ce qui était en jeu dans le sujet Iranien, ce n’est ni la démocratie, ni l’amitié entre les peuples, mais bien l’insoumission de ce pays et de son peuple à Israël et à son allie américain. Pour en revenir à l’Egypte, il nous faut à présent entrer dans les détails de l’action américaine pour la destitution de Moubarak puis de Morsi, tous deux destitués pour des raisons différentes, mais tous deux pour leurs actions néfastes à Israël. Il faut rappeler que Moubarak faisait de plus en plus peser sur les Etats Unis le poids de son soutien à Israël dans toute négociation avec les Etats-Unis, et certainement que ce poids commençait à couter cher à l’Amérique qui n’aime pas que les règles de soumission soient discutées.

113


Quand à Morsi, il n’est de secret pour personne que le mouvement des ‘frères musulmans’ dont il fait parti soutient ouvertement la cause palestinienne et le Hamas qui en est également membre. C’est d’ailleurs sous Morsi que le Hamas et Gaza par la même occasion a pu avoir une petite bouffée d’air frais par l’ouverture des frontières Egyptiennes jusqu’alors closes. Nous rappelons ainsi que sous les yeux de l’occident humaniste et du monde, ce petit pays vit dans une prison à ciel ouvert depuis quelques années, parce qu’Israël en a décidé ainsi, et que son allié de poids, les Etats-Unis, fait pression sur des gouvernements étrangers pour s’assurer que cette prison reste bien fermée.

d-Google et la révolution D’après le NY times, la révolution Egyptienne a commencé lorsque Wael Ghonim, Un exécutif de la société Google alors en poste dans les Emirats, décide de créer une page Facebook « We are all Khaled »63 pour dénoncer la mort de Khaled un ami, suite à des violences policières 64 . La page Facebook gagne 300 000 ‘fans’ en quelques jours, marquant le début du mouvement qui se finalisera par la chute de Moubarak. Lorsque nous visitons cette page Facebook qui est maintenant à 300 452 utilisateurs, soit 452 de plus en six ans, nous découvrons sur la page d’accueil un message annonçant que cette page n’est pas et n’a jamais été tenue par Wael Ghonim. Notons également que la page est enregistrée sur « facebook.co.uk », donc en Grande Bretagne. Il faut savoir que ce Wael Ghonim est également l’égérie de la révolution Egyptienne, qui a beaucoup donné il est vrai de sa personne lors de ce soulèvement populaire, et puis plus rien. Lorsque l’on fait des recherches pour retrouver sa trace, on le voit aux cotés de la famille Clinton dans des galla de bienfaisance. C’est tout ce qu’il reste de la révolution Egyptienne, ainsi que

63We are all Khaled, Https://www.facebook.com/elshaheeed.co.uk

64 Jose Antonio Vargas, Spring awakening, how an Egyptian revolution began on facebook, The New

York Times, Http://www.nytimes.com/2012/02/19/books/review/how-an-egyptian-revolutionbegan-on-facebook.html?_r=0 ,17/02/2012

114


ses mémoires au titre sulfureux : « The power of the people is greater than the people in power ». Ce qui ne semble pas très clair, ce sont ses relations avec la famille Clinton. Il est tantôt aux cotés de Bill Clinton 65, tantôt aux cotés d’Hillary Clinton , et même aux cotés de Chelsea Clinton. Lorsque poussés dans nos recherches Google, nous cliquons sur tout ce qui se présente, nous tombons sur un article citant Benyamin Netanyahu, Mark Zuckerberg et Gabrielle Giffords 66 comme étant parmi les personnes les plus influentes au monde. De Wael Ghoni, il n’est fait aucune mention, si ce n’est que l’article a été tagué (comme nous l’avions expliqué plus tôt pour faciliter la recherche internet par mots clefs) par ce journal Israélien avec son nom. Le plus intéressant toutefois, c’est que cet article date d’avril 2011, soit deux mois après la chute de Moubarak, et qu’alors l’Egypte ne connaissait pas encore l’issue de sa révolution qui est que Morsi serait finalement le nouveau président élu. Si cet article est si intéressant, c’est qu’il ne nous apprend rien d’autre qu’une association de mots, ici des noms de famille. Un autre article qui semble vanter le savoir faire américain, cite un email d’Hilary Clinton, un de ceux qui ont étés récemment piratés, dans lequel elle se dit très fière de Wael Ghoni, et de la transparence avec laquelle cette révolution a été menée 67. S’il faut se dire que cela ne suffit pas à nous convaincre, nous recherchons plus avant, et découvrons qu’au début de la soit disant révolution syrienne, Google et les activistes syriens, il semblerait qu’ils se connaissent et marchent main dans la main, et renomment les rue et ponts de Damas à leur guise sur l’application de géolocalisation de Google, ‘Google map’ 68. Ceci pour dire que s’il y a complot pour détrôner les pouvoirs en place au Moyen-Orient et en Afrique, ce complot concerne très probablement toute la silicone Valley et le pouvoir américain. Ce n’est d’ailleurs plus vraiment un secret qu’ils

65

Jessica Lynn et Anna Dell’Amico, Bill Clinton hosts expert panel on global progress at Haas Pavilion, Http://dailycal.org/2016/04/02/president-bill-clinton-hosts-expert-panel-on-global-progress-athaas-pavilion/ , 02/04/2016 66 Jewish journal,Bibi, Zuckerberg, Giffords make Time’s list of most influencial, Http://www.jewishjournal.com/tag/wael+ghonim , 21/04/2011 67 Free Republic, Clinton email reveals: Google sought overthrow of Syria’s regime, free republic.com, Http://freerepublic.com/focus/f-news/3411663/posts , 20/03/2016 68 Colum Lynch, Syrian opposition seeks to wipe the Assad name off the map- via Google, Https://www.washingtonpost.com/world/national-security/syrian-opposition-seeks-to-wipe-theassad-name-off-the-map--via-google/2012/02/14/gIQAad5aER_story.html ,14/02/2012

115


travaillent ensemble. Marc Zuckenberg, le disait lui même au sommet du G8, on se demande d’ailleurs ce qu’il y faisait, « ce n’est pas une question de Facebook, c’est une question d’internet »69. Il faut dire que l’internet ces derniers temps semble se limiter à quelques uns, qui sous une appellation ou une autre détiennent toutes ces petites sociétés que l’on peut imaginer indépendantes, et qui le sont parfois pendant quelques temps, avant d’être rachetées par ces grandes entités que sont Google, Microsoft et Facebook. C’est par exemple le cas de « Whatsapp » sur lequel les jeunes lassés de Facebook se sont diriges, et qui n’est en fait qu’une branche de plus de Facebook. Ce qui se joue à Hollywood est cela même qui se joue à la Silicone Valley. Un appareil d’état déguisé en costume technologique et branché, ou le militaire fleurte avec le civil pour des buts peu avouables de soumission d’autres peuples. C’est ainsi qu’il a été découvert en 2014 que la fameuse expérimentation Facebook que ce dernier avait mené en collaboration avec deux universités était en réalité affiliée au Pentagone 70 , encore une fois ce travail du militaire et du technologique sous couvert d’art et de liberté nous donne des résultats si éprouvants, dans la mesure ou il s’attaque à notre humanité, que nous pouvons bien nous demander ce qu’il adviendra lorsque cette alliance voudra plus que ce qu’elle a déjà ?

e-La Silicone Valley contre le monde ? Il faut se demander ce que serait un monde sans ce que nous savons du libre arbitre, et nous en avons un exemple avec l’Egypte, ou encore la Lybie, où cette fois ci, le père de la horde a réellement été assassiné, et de façon si cruelle par ceux qui encore aujourd’hui osent nous parler d’humanisme, que nous ne serions pas humble de ne pas le reconnaître, nous ne nous reconnaissons pas en nos gouvernements qui pillent sans vergogne le monde, et ce en notre nom. Si Kadhafi a été tué puis jeté sans vergogne dans une tombe inconnue dans le désert, et ce pour que personne ne puisse le pleurer, c’est qu’il n’est pas n’importe quelle figure, mais celle du père de l’Afrique, père en tant que l’un des doyens 69

Daily mail reporter, Facebook are not going after children, claims Zuckerberg (while Sarkozy says internet freedom will lead to anarchy), Http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article1390610/Mark-Zuckerberg-Facebook-going-children.html , 25/05/2011 70Hang the bankers, Facebook emotions experiment linked to pentagon research on civil unrest, Http://www.hangthebankers.com/facebook-emotions-experiment-linked-to-pentagon-research-oncivil-unrest/ , 03/07/2014

116


des dirigeants africains, père en tant que membre fondateur de l’union africaine, et père en tant que père d’un mouvement révolutionnaire panafricain qui aujourd’hui encore porte sa marque. Si ce meurtre du père de la horde est supposé apporter à celui qui l’a commis, la force et le pouvoir du père, nous attendons encore de voir comment cela ce fera, car si une

chose est sure, c’est que la force de l’Afrique restera aux mains

d’Africains dignes, et n’ira pas renforcer des assassins dans leurs taches destructives. Apres Kadhafi, il y eut Amadou Toumani Toure président démocratiquement élu qui dut, sous la contrainte de militaires abreuvés au lait américain quitter le palais présidentiel en catastrophe et se refugier au Sénégal voisin et ce a quelques jours des élections. Puis il y eu toujours au Mali, le président Traoré dirigeant la transition qui fut bastonné par une foule en délire ne sachant pas elle même ce qu’elle faisait ni pourquoi elle le faisait. Puis il y eu Blaise Compaoré, forcé également d’abandonner le palais présidentiel sous la menace d’une foule en délire, qui scandait des slogans du type, « à bat les terroristes du régime Compaoré », montrant bien par là que le mot dictature était devenu synonyme de terrorisme, et nous savons maintenant que le mot terrorisme est synonyme d’une fin annoncée. Ce qu’il faut retenir de tout cela, c’est que si l’Amérique espérait tirer à elle la sympathie de la jeunesse africaine, tout cela parce qu’un président noir avalise ce type d’actes répugnants, elle s’est trompée. L’Afrique valorise encore ses vieillards, même lorsque ceux là sont des dictateurs, et le président Mugabe pourrait bien en dire quelque chose à Obama. S’il faut que le monde tourne autour d’un principe unique, ce sera celui de l’Afrique et de ses valeurs, car cela est ce qui nous reste de nous même. Faire vivre la manipulation de masse au monde sous les yeux du monde, et ce sans vergogne, ne peut rester impuni, surtout lorsque cette manipulation de masse, accompagnée de stratégies militaires indignes coute la vie à des milliers, voire des millions de personnes. La Syrie est une des plaies ouvertes du monde où les Etats Unis et Israël continuent de faire pénétrer sans vergogne des armes et des mercenaires. Ceci n’est plus à prouver, et qui ne le sait joue la politique de l’autruche. La déshumanisation, l’horreur et la détresse est au menu quotidien de ces peuples et d’autres également (Yémen, Lybie, soudan, etc..), pendant que l’empire et son rejeton indigne se gaussent d’être libres humains et démocratiques.

117


118


Conclusion La liberté que nous avons abordé au début de ce texte en ce qu’elle consiste dans le choix à nous donné par nos conscience, et plus communément appelé libre arbitre, est en danger. Elle est en danger car elle se désagrège inconsciemment, sans que nous n’ayons aucun moyen d’arrêter cette désagrégation dans la mesure où elle prend place à notre insu et dans notre inconscient. Cette désagrégation se fait au profit de celui d’un autre concept de liberté qui lui se renforce car il vie de notre destruction, nous alliant à lui par nos inconscients enchainés à sa cause. Cette liberté qui trempe ses pieds en Amérique du nord, et si chère au reste du monde occidental lui aussi enchainé sans en avoir pleinement conscience, s’est jouée de nous dans des proportions si énormes qu’il ne suffirait pas d’une vie pour les décrire, mais nous nous sommes toutefois offert le plaisir à travers ce mémoire, de couper les jambes de la liberté à l’américaine, afin qu’elle nous dise de quelle façon elle peut s’appliquer lorsqu’elle est privée de son fondement qui est divin, car qui dit suprématie par le divin en nous, dit fondement sur le divin en nous. S’il faut se demander qui nous sommes ici, il faut se dire que si nous ne sommes pas ceux qui avons le pouvoir du jeu vidéo, nous sommes pourtant là à dire ce que nous disons, et à faire ce que nous faisons. Nous laisserons donc la question ouverte à ceux qui veulent se souvenir que s’ils sont sur cette terre, c’est bien que quelques chose les y a mis, et à ceux qui ne se soucient pas de savoir comment ils y sont arrivés, nous dirons simplement ceci : S’il faut qu’un jour la terre disparaisse de l’espace, ce sera avec nous tous à son bord. Le fait de vivre une vie de dépravation ne fait pas de la dépravation une faculté de l’âme, et si nous sommes ceux qui sont conscients de nos âmes, alors, il nous faudra faire preuve de plus de vertu en ce bas monde.

119


120


Bibliographie

Livres

Henry Rey-Flaud, La question de la vérité en psychanalyse, extrait de « la vérité, entre psychanalyse et philosophie », sous la direction de Michel Plon et Henry Rey-Flaud, Editions Eres, 2007, p11

Platon, La république, Editions Librairie Garnier Frères, version numérisée sur scribd.com, Livre VII, 1963, p247 a 283

Augustin d’Hippone, Du mensonge, traduction de M. L’abbé Devoille extrait de Oeuvres complètes de saint Augustin, Tome XII, p195-217, source: wikisource Https://fr.m.wikisource.org/Du_mensonge Maurice Merleau-Ponty, Le visible et l’invisible, éditions Gallimard, 1964, p24

Bernard SALIGNON, La puissance en art, Editions Kindle, 2003

Jean-Bernard PATURET, Au-delà de Freud “Une culture de l’extermination”?, Editions du Cerf, 2009

Jean-Roch Laurence et Campbell Perry, Hypnosis Will and Memory- a psycho-legal history, Editions the Guilford Press, 1988 Nicolas Machiavel, l’Art de la guerre extrait de Le prince et autres textes, Edition numérique les classiques des sciences sociales, Http://classiques.uqac.ca/classiques/machiavel_nicolas/le_prince/le_prince/le_prince.pdf ,1515 Sigmund Freud, Totem et Tabou, Interprétation par la psychanalyse de la vie sociale des peuples primitifs, Edition numérique les classiques des sciences sociales, téléchargeable sur Http://www.scribd.com , 1912 Sigmund Freud, Interprétation du rêve, Editions Presses Universitaires de France, 1899 Sigmund Freud, Le Ca et le Moi, Editions Les classiques des sciences sociales, 1923

Carl Gustave Jung, Psychologie de l’inconscient, Edition librairie de l’université, 1913

Carl Gustave Jung, Dialectique du moi et de l’inconscient, Editions Gallimard, 1933

121


Revues et articles littéraires

Francois Rigaux, Les fondements philosophiques des droits de l’homme”, Revue trimestrielle des droits de l’homme, Http://www.rtdh.eu/pdf/2007307.pdf , Cours fait a l’Institut international des droits de l’homme les 3 et 4 juillet 2006

Morten Overgaard et Bert Timmermans, How Unconscious is subliminal Perception?, projet Mindbridge finance par la commission européenne , https://www.researchgate.net/publication/226188619_How_Unconscious_is_Subliminal_Perception Elizabeth F. Loftus, Creating False Memories, Site internet de l’universite de Washington, Http://faculty.washington.edu/eloftus/Articles/sciam.htm , septembre 1997

André Gounelle, Quelle culpabilité? Les allemands et le nazisme selon Arendt, Jaspers et Tillich, Andre Gounelle.fr Http://andregounelle.fr/tillich/quelle-culpabilite-les-allemands-et-le-nazisme-selonarendt-jaspers-et-tillich.php

Peter d’Errico, Jeffrey Amherst and smallpox blankets, Lord Jeffrey Amherst’s letters discussing germ warfare against American Indians, http://www.nativeweb.org/pages/legal/amherst/lord_jeff.html , date non communiquée Tidiane N’Diaye, Le martyre de l’homme noir et la conscience de l’église”, africultures.com, Http://africultures.com/php/?nav=article&no=11267 , 25/01/2013

Ygael Attali, Valladolid: une ligne de fracture interculturelle, Altertice, Revue internationale de recherche interculturelle, Https://www.journal.psy.ulaval.ca/ojs/index.php/ARIRI/article/viewFile/Attali_Alterstice5(1)/132 , 5 (1) 83-94, 2015 Hang the bankers, Facebook emotions experiment linked to pentagon research on civil unrest, Http://www.hangthebankers.com/facebook-emotions-experiment-linked-to-pentagon-research-oncivil-unrest/ , 03/07/2014 Mariam Martinet, Esthétique de la durabilité, une approche transculturelle. Mémoire de M1 Esthétique, Université Paul-Valery, 2015

122


Articles d’information

Jordan Zakari, Act of valor and the military’s long Hollywood mission, The huffington post, 17/02/2012http://www.huffingtonpost.com/2012/02/17/act-of-valor-military-hollywood n 1284338.html ,17/02/2012 Olivier Berruyer, Quelle est la nation qui a le plus contribué à la défaite de l’Allemagne en 1945, https://www.les-crises.fr/la-fabrique-du-cretin-defaite-nazis/ , 8 mai 2015 Aljazeera, Hollywood and the war machine, Aljazeera.com Http://www.aljazeera.com/programmes/empire/2010/12/2010121681345363793.html , 09/08/2012

U.S army site internet: https://www.army.mil/info/institution/publicAffairs/ocpa-west/faq.html Le monde, “Cas de torture et de mauvais traitement a la prison de Bagram”, http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2012/01/07/afghanistan-cas-de-tortures-et-demauvais-traitements-a-la-prison-de-bagram_1627124_3216.html , 01/07/2012

Pascal Garandel, Soumission a l’autorité, Site Al Ibahiyya http://ibahiyya.emonsite.com/pages/archives-cours-sur-la-conscience/inconscient-collectif-freud.html , date non communiquée.

Le huffington post, Le chef du Pentagone pour la première fois sur le Charles de Gaulle”, Huffigton.fr, Http://www.huffingtonpost.fr/2015/12/19/pentagon-porte-avions-francais-charles-de-gaulledefense_n_8844822.html Google, Amir Hekmati, recherche google.ca https://g.co/kgs/6Kw6ru

Wikipedia, General Wesley Clark, Wikipedia.org, https://en.m.wikipedia.org/wiki/Wesley_Clark , date non communiquée Wikipedia, Democracy Now!, https://fr.mwikipedia.org/wiki/Democracy_Now! , date non communiqué

Almanar.com, http://french.almanar.com.lb/adetails.php?fromval=2&cid=29&frid=76&seccatid=29&eid=185337 , juillet 2014 Yaser Abu Hilalah, Kill him silently, Aljazeera.com, Http://www.aljazeera.com/programmes/aljazeeraworld/2013/01/201312210472621589.html , 30/01/2013

Harriet Sherwood, Nelson Mandela received weapons training from Mossad agents in 1962, The Guardian, Https://www.theguardian.com/world/2013/dec/20/nelson-mandela-weapons-trainingmossad-agents , 20/12/2013 Aljazeera, Australia’s lost generation, Aljazeera.com, Http://www.aljazeera.com/programmes/101east/2012/07/2012716122018878595.html ,20/07/2012

123


BBC News, Canadian Attawapiskat first Nation Suicide Emergency, BBC.com, Http://www.bbc.com/news/world-us-canada-36012578 ,11/04/2016

Le point.fr, Netanyahu: “Hitler ne souhaitait pas exterminer les juifs”, Journal Le Point, http://www.lepoint.fr/monde/netanyahu-hitler-ne-souhaitait-pas-exterminer-les-juifs-21-10-20151975573_24.php , 21/10/2015 Claire Phipps, Homeland is racist: artist sneak subversive graffiti on to TV show, The Guardian, Https://www.theguardian.com/tv-and-radio/2015/oct/15/homeland-is-racist-artists-subversivegraffiti-tv-show , 15 octobre 2015

L’obs., “Exodus”: que reprochent le Maroc et l’Egypte au film de Ridley Scott?, Le nouvel observateur, Http://tempsreel.nouvelobs.com/cinema/20141227.OBS8890/exodus-que-reprochent-les-paysmusulmans-au-film-de-ridley-scott.html ,27 décembre 2014

Carl E Olson, Pope Francis just concluded Vatican III and declared “all religions are true”, The catholic world report, Http://www.catholiworldreport.com/Blog/2826/pope_francis_just_concluded_vatican_iii_and_decla red_all_religions_are_true.aspx , 05/01/2015 Philippe Vaillancourt, Pape, athées et approximation médiatique, Le Huffington post Québec, Http://quebec.huffingtonpost.ca/philippe-vaillancourt/pape-athees-redemption_b_3378656.html , 06/06/26

Jean Marie Guenois, L’étonnante vidéo du Pape sur les religions, Le Figaro.fr. Http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/01/07/97001-201690FILWWW00202-l-etonnante-videodu-pape-sur-les-religions.php , 01/07/2016

Diversity chronicle, Pope Francis condemns racism and declares that all religions are true at historic third Vatican council” Https://diversitychronicles.wordpress.com/2013/12/05/pope-franciscondemns-racism-and-declares-that-all-religions-are-true-at-historic-third-vatican-council/ ,05/12/2013

Extrait de l’interview de Cynthia McKinney pour Press TV, Ex Congresswoman Cynthia McKinney speaks out about Aipac, youtube: https://jhaines6.wordpress.com/2012/11/19/cynthia-mckinney-drops-bombshellcandidates-to-sign-pledges-of-support-for-israel/, Date de publication youtube : 2013, date de l’interview : 2011. Richard Edmonson, Cynthia McKinney Drops Bombshell: Candidates to sign pledge to support Israel, Blog 2012: What’s the ‘real’ truth? https://jhaines6.wordpress.com/2012/11/19/cynthia-mckinney-dropsbombshell-candidates-to-sign-pledges-of-support-for-israel/ , 23 mai 2011 Hilyam Noir, Les bombes au phosphore pleuvent sur Gaza, Info-Palestine.eu, http://www.infopalestine.eu/spip.php?article5830, 14 janvier 2009

Seumas Milne, It’s Palestinians who have the right to defend themselves, the guardian, https://www.theguardian.com/commentisfree/2012/nov/20/palestinians-have-right-defendthemselves , 20/11/2012

Toni Cartalucci (traduit par Etienne pour vineyardsaker.fr), La foundation Usaid démasquée a Cuba, et ce que cela nous dit des tentatives mondiales de subversion menées par les USA, Réseau International, http://reseauinternational.net/la-fondation-usaid-demasquee-cuba-et-ce-que-celanous-dit-des-tentatives-mondiales-de-subversion-menees-par-les-usa/ , 27 décembre 2014

124


Yaser Abu Hilalah, Kill him silently, Aljazeera.com, Http://www.aljazeera.com/programmes/aljazeeraworld/2013/01/201312210472621589.html , 30/01/2013 Le monde, Facebook voit son chiffre d’affaire s’envoler, Http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/04/28/facebook-devoile-des-chiffres-pour-lepremir-trimestre-2016-meilleurs-que-prevu_4910380_3234.html , 28/04/2016

Paul McLeod, North America’s three amigos take aim at Trump and Brexit , Buzzfeed.com Https://www.buzzfeed.com/paulmcleod/north-americans-three-amigos-push-back-against-trumpand-bre?utm_term=.ak5jxzw730#.uePW36ZAOI , 29/06/2016 Robert Booth, Facebook reveals news feed experiment to control emotions, The guardian, Https://www.theguardians.com/technology/2014/jun/29/facebook-users-emotions-news-feeds , 30/06/2014 The guardian, Barack Obama’s speech on Middle east full transcript, Https://www.theguardian.com/world/2011/may/19/barack-obama-speech-middle-east ,19/05/2011 We are all Khaled, Https://www.facebook.com/elshaheeed.co.uk

Jose Antonio Vargas, Spring awakening, how an Egyptian revolution began on facebook, The New York Times, Http://www.nytimes.com/2012/02/19/books/review/how-an-egyptian-revolution-beganon-facebook.html?_r=0 ,17/02/2012 Jessica Lynn et Anna Dell’Amico, Bill Clinton hosts expert panel on global progress at Haas Pavilion, Http://dailycal.org/2016/04/02/president-bill-clinton-hosts-expert-panel-on-global-progress-athaas-pavilion/ , 02/04/2016 Jewish journal,Bibi, Zuckerberg, Giffords make Time’s list of most influencial, Http://www.jewishjournal.com/tag/wael+ghonim , 21/04/2011

Free Republic, Clinton email reveals: Google sought overthrow of Syria’s regime, free republic.com, Http://freerepublic.com/focus/f-news/3411663/posts , 20/03/2016

Colum Lynch, Syrian opposition seeks to wipe the Assad name off the map- via Google, Https://www.washingtonpost.com/world/national-security/syrian-opposition-seeks-to-wipe-theassad-name-off-the-map--via-google/2012/02/14/gIQAad5aER_story.html ,14/02/2012 Daily mail reporter, Facebook are not going after children, claims Zuckerberg (while Sarkozy says internet freedom will lead to anarchy), Http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article1390610/Mark-Zuckerberg-Facebook-going-children.html , 25/05/2011

125


Films Georges Lucas, La guerre des etoiles, trilogie, 1977-1983

Dennis Dugan, Don’t mess with the Zohan, Produit par Adam Sandler, Jack Giarraputo et Robert Smigel, juin 2008

Vidéo

Youtube,War Crimes of US & NATO leaked By Their Own Soldier !!! , video sur youtube, http://youtu.be/GvNkalswvxk

Extrait de l’interview du général 5 étoiles de l’U.S. Army, Weisley Clark accordée a Amy Goodman pou democracy now ! et visible sur la site internet youtube : http://youtu.be/bSL3JqorkdU Man throws shoe at Bush, video youtube, http://youtu.be/_RFH7C3vkK4, 2008 Assault on Iran, Youtube, http://youtu.be/1foCZT4fW18

126

Verite et manipulation  
Advertisement