Page 1

Revue de presse de l’ANEPF 2013 - N ° 19

Dans ce numéro :

Edito

1

Négociations conventionnelles

2

Sanofi, Teva

3

Nouveau 4 calendrier vaccinal

SPF-PL

5

Infos en vrac

7

Juin 2013

Édito Bonjour à tous, Voici la Revue de Presse de juin, avec une actualité professionnelle qui ne désemplit pas à la veille de l’été, et un secteur de la pharmacie qui se retrouve souvent jusqu’au coeur de l’actualité grand public. Des négociations conventionnelles de l’honoraire au générique, des bonnes pratiques de dispensation de médicaments sur internet au nouveau calendrier vaccinal en passant par la surprise des nouveaux tests possibles de faire à l’officine, vous ferez le plein d’actu en lisant la Revue de Presse. Nous consacrons également deux pages à la sortie

du décret sur les SPF-PL, attendu depuis des années par toute la profession qui va changer la donne dans les achats - reventes d’officine ainsi que dans l’investissement dans le capital des SEL. En espérant toujours que vous trouverez plaisir à lire la Revue de Presse et que vous y trouverez l’actu qui vous interesse,

Anne CATHALIFAUD VP - Relations professionnelles de l’ANEPF

Astuce :

Pensez à cliquer sur les nombreux liens d’articles pour consulter les sources ou approfondir les sujets.

L a c o n v e n t i o n   n a t i o n a l e   pharmaceutique   prévoit   la   mise   en   place   d’un   honoraire   destiné   à   diversi7ier   le   mode   de   rémunération   d e s   p h a r m a c i e n s   e t   d e v a n t   représenter   25%   de   la   rémunération   du   pharmacien   au   terme   de   la   c o n v e n t i o n .   L ’ h o n o r a i r e   d e   dispensation   aurait   du   faire   l’objet  

d’un avenant   pour   sa   mise   en   place   avant   le   31   décembre   2012   mais   la   négociation   avait   alors   été   reportée   au   premier   semestre   2013.   Les   syndicats   se   sont   donc   retrouvés   autour  de  la  table  de   négociation  avec   la   CNAM   en   mars   pour   débuter   une   négociation   qui   devait   se  terminer   le   21  mai.  


Page 2

2013 - N ° 19

NÉGOCIATIONS CONVENTIONNELLES L’honoraire de dispensation L’honoraire pharmaceutique   a   pour   but   de   diversi7ier   la   rémunération   du   pharmacien   a7in   de  détacher   une   partie   de   celle-­‐ci   du   prix   et   du   volume   des   médicaments  qui  ne  cessent  de  baisser.   Il   a   également   pour   but   de   valoriser   le   travail   du   pharmacien   dans   son   analyse   de   l’ordonnance   tant   au   niveau   réglementaire   que   pharmacologique,   pour   son   conseil   et   son  rôle   dans   l’observance   des   traitements   par  exemple.  

La première   proposition   de   la   CNAM   pour   faire   évoluer   la   rémunération   du   pharmacien   vers   un   honoraire   a   été   de   transformer   le   forfait   à   la   boîte   en   honoraire.  Elle  prévoit  une   légère  augmentation  du  forfait   (0,53   à   0,60€)   avec   une   modi7ication   de   la   marge   dégressive   lissée   associée.   La   proposition   est   délicate,   puisque   le   forfait   à   la   boîte   est   pour   l’instant   la   seule   partie   de  la  rémunération  du  pharmacien  qui,   si   elle  n’est   pas  détachée  du  volume   du   médicament,   est  détachée  de   son   prix   (   et   donc   de   sa   diminution   :   quelque   soit   la   diminution   de   prix   du   médicament,   le   forfait   reste   le   même).     De   plus,   cette   proposition   ne   répond   pas  

réellement  aux  objectifs  de  base   de  la  création  d’un  honoraire  puisque   l’on   reste   à   une   rémunération  directement   en   rapport   à   un  nombre   de  boîtes   vendues,   même   si   l’on   peut   imaginer   que   la   somme   allouée   pourrait   évoluer.   La  dif7iculté  réside  également  dans  l’impact  de   la  réforme  sur  les   différents   types   d’of7icines,   dans   un   contexte   de   dif7icultés   économiques   sans  précédent  pour  la  profession.  

Les génériques

Les syndicats   ont   attendu   un   positionnement   du   ministère   de   la   santé.  La  Ministre,  bien  qu’ayant  rappelé  être  en   faveur   de  la  mise  en   place   de  l’honoraire   pour  les  pharmaciens,   n’a   pas  permis   d’aller  plus   loin  dans   les   négociations.   Au   22  mai,   terme   initial   des   négociations,   aucun   accord   n’avait   donc   été   trouvé   sur   l’honoraire   de   dispensation.   Par   ailleurs,   les   négociations   ont   amené   à   la   signature   de   l’avenant   de   l’accord   cadre   générique   pour   2013   et  de  l’avenant  à  la  convention  pour  le  paiement  à  la   performance   générique   pour   2013   par   2   des   3   syndicats   représentatids   (l’USPO  et  l’UNPF)   mais   pas   par   la  FSPF.   Par  la  signature   des  2  syndicats,   les  avenants  seront  applicables  dès  leur  publication  au  JO.  

L’objectif   général   est   maintenu   à   85%   (le   taux   de   substitution   baisse   systématiquement   chaque   année   du   fait   de  l’entrée  de   nouvelles   molécules   au  répertoire).   Le   taux   de   substitution   à   partir   duquel   les   pharmaciens   s ’ e x p o s e n t   à   d e s   s a n c t i o n s   conventionnelles   est   passé   de   60   à   65%.   De   nouvelles   molécules  font   leur   apparition   pour   le   paiement   à   la   performance   comme   l’irbésartan,   le   rabéprazole,   le   montelukast…   et   une   nouvelle   liste   de   médicaments   pour   la   stabilité   de   substitution   chez   les   plus   de  75  ans  a  été  établie.  

REVUE DE PRESSE DE L’ANEPF

Les syndicats   signataires   estiment   qu’il   s’agit   d’une   rentrée   d’argent  pour   les  pharmaciens  et   que  les   économies   dégagées  par   l’économie   sur   les  génériques  permettront  de   7inancer  les  nouvelles  missions.   Le   syndicat   majoritaire,   quant   à   lui,   a   refusé   de   signer   l’avenant   dans   un   contexte   où   les   négociations   de   l’honoraire   de   dispensation   sont   encore   repoussées   alors   que  la  situation  économique  de   l’of7icine  est   au   plus  mal   et   que   les   mesures   de   l’accord   générique   ne   suf7iront   plus   à   pallier   les   dif7icultés,   avec   un   PLFSS   2014   qui   s’annonce   encore   très   exigent   pour   l’of7icine.   De   plus,   le   syndicat   estime   que   les   nouveaux   objectifs   de   substitutions   demandés   aux   pharmaciens   sont   très   importants   et   le   paiement   de   la   prime   générique   2012,   prévu   au   premier   trimestre  2013  n’a  toujours  pas  été  versé  aux  pharmaciens.

Source : Quotipharm, SudOuest,


Page 3

2013 - N ° 19

Condamnation SANOFI L’autorité   de   la   concurrence   a   sanctionné   le   laboratoire   SANOFI-­‐AVENTIS®   pour   «   pour   avoir   mis   en   place   auprès   des   professionnels   de   la   santé   (médecins   et   pharmaciens   d'of7icine)   une   stratégie   de   dénigrement   à   l'encontre   des   génériques   de   Plavix®   a7in   de   limiter   leur  entrée   sur  le   marché  et   de   favoriser  ses   propres  produits,   le   princeps  Plavix®  ainsi  que   son   auto-­‐générique   Clopidogrel  Winthrop®” suite   à   la  plainte   de   TEVA®   dénonçant   des   pratiques   de   dénigrement   des   génériques   du   PLAVIX®,   entravant  le  développement  des  autres  génériques  du   PLAVIX®  en  faveur  du  princeps   et   de  l’autogénérique   de  SANOFI®.     Selon  la  CNAM,   les   pertes   d’économies   liées   à   la   non  substitution  de  la  molécule  sont  estimées  à  38  millions  d’euros.  Le  PLAVIX®  est  un   des   médicaments   les   plus   vendus   au   monde   et   représentait,   à   l’expiration   de   son   brevet   en   2008,   le   premier   poste   de   remboursement   pour   un   médicament   pour   l’assurance  maladie  (625  millions  d’euros).   D’après   l’autorité   de   la   concurrence,   deux   affaires   similaires   sont   en   cours   concernant   le   Subutex®   (buprénorphine)   et   le   Durogesic®   (fentanyl).   Pour   rappel,   l’autorité   de   la   concurrence   a   lancé   en   début   d’année   une   enquête   sectorielle  sur   la   chaîne   du   médicament,   dont   l’un   des   points   est   l’analyse   de   «   pratiques   visant   à   entraver   l’entrée   du  médicament  générique».   Le  premier   rapport  public   de  l’enquête   est  attendu  pour  le  mois  de  juillet.   Sources : Autorité de la concurrence

Furosémide TEVA Le  7  juin,   l’ANSM  a  lancé  le  rappel   de  deux  lots  du  furosémide   TEVA®  40mg  suite   à   un   problème   de   conditionnement   :   des   comprimés   pourraient   avoir   été   remplacés   ponctuellement   par   des  comprimés  de  zopiclone  du   même  laboratoire.  Par   précaution,  les   patients  sont  appelés  à   rapporter  à  leur  pharmacien   toutes  les   boîtes  de   furosémide  TEVA,   sans   distinction  de  numéro   de  lot,   le  pharmacien   l’échangeant  alors  gratuitement  contre  le   furosémide   d’une   autre   marque.   Un   numéro   vert   a   été   mis   en   place.   La   véri7ication   systématique  des   boîtes  rapportées  a  été  imposée  au  laboratoire  pour  évaluer  l’ampleur  de   la  non  conformité.     Une  enquête  judiciaire  a  été  ouverte  à  Marseille  suite  au  décès  d’une   personne  âgée   de   91   ans   qui   prenait   notamment   du   furosémide   TEVA   des   lots   concernés.   La   causalité   entre   le   décès   et   le   problème   de   conditionnement   n’a   pas   encore   été   établie.   D’autres   signalement  de  pharmacovigilance  sont  à  l’étude.     La   ministre   de   la   santé   a   annoncé   le   mardi   11   juin   qu‘à   ce   stade   l’erreur   de   conditionnement  n’a   été  constatée   que  sur   une  boîte  par  le  laboratoire,   celle  à  l’origine  de   l’alerte.   L’ANSM  a   ouvert   une   enquête  sur   le   site  pour   déterminer   la   cause  de   l’erreur.   La   première   inspection   sur  le  site  les   10   et  11  juin  n’a  pas   permis  d’identi7ier  de  défaut  dans   l’organisation,  les  pratiques  ou  les  équipements   pouvant  conduire  à  l’interruption  d’activité   du  site.     Une  erreur  rarrissime  dans  l’histoire  du  médicament,   et   qui  étonne.  Les  enquêtes  se   poursuivent  pour  déterminer  l’ampleur  de  l’erreur  et  sa  source.  L’acte  de  malveillance  n’est   pas  écarté.   Sources : ANSM, Quotipharm

REVUE DE PRESSE DE L’ANEPF


2013 - N ° 19

NOUVEAU CALENDRIER VACCINAL La vaccination   pour   la   diphtérie,   le   tétanos,   la   poliomyélite,   la   coqueluche   et   Heamophilus  in7luenza  B  (HIB)  se  fait   à   2   et  4   mois,   avec   un  rappel  à  11  mois,  on  passe  aisin   de   4   à   3   injections).   A   noter   que   le   premier   rappel   diphtérie   –   tétanos   –   polio   –   coqueluche   est   prévu   à   6   ans   et   le   second   entre  11  et  13  ans.     La   première   injection   ROR   (Rougeole,   Oreillons,   Rubéole)  passe  de  9  mois  à   12  mois   et  la  seconde  entre  16  et  18  mois.     L a   v a c c i n a t i o n   c o n t r e   l e   papillomavirus   est   désormais   recommandée   entre  11  et  14  ans.     La   vaccination   contre   la   coqueluche   est  renforcée,  avec   un  rappel  à  l’âge  de  6  ans   puis  entre  11  et  13  ans.  Un  dernier  rappel  est   prévu   à   25   ans,   en   complément   de   la   stratégie   de   vaccination   de   l’entourage   familial  lors  d’une  grossesse.  

Le calendrier 2013

REVUE DE PRESSE DE L’ANEPF

Page 4

Le   calendrier   vaccinal   français   est   révisé   tous   les   ans   par   le   Haut   Conseil   de   la   Santé   P u b l i q u e   ( H C S P ) .   L ’ a c c u m u l a t i o n   d e   recommandations   au   7il   des   ans   a   rendu   le   calendrier   de   plus   en   plus   lourd   et   complexe.   Un   nourrisson   devait   ainsi   recevoir   entre   10   et   13   injections   avant   l’âge   de  2   ans.   En  s’interressant   à   l’expérience   d’autres   pays   européen,   le   HCSP   a   cette   année   simpli7ié  le   schéma   vaccinal   :   «   Notre   espoir   est   qu’il   rencontre   une   adhésion   rapide   et   forte   des  professionnels   comme   du   grand   public   et   que,   dans   le   contexte   actuel   de   doutes   et   de   réticences,   cette   innovation   donnera   un   nouvel  élan   à  la  vaccination  en  France.”

Du   côté   des   adultes,   le   rappel   diphtérie   –   tétanos   –   polio   était   recommandé   tous   les   10  ans.   Or,   les  patients   ne   connaissent   souvent   pas   la  date   de   leur   précédente   administration   et   les   médecins   ignorent   assez   fréquemment   le   statut   vaccinal   de   leurs   patients   :   le   calendrier   vaccinal   propose   désormais  des  rappels  à  âge  7ixe  plutôt  que  selon  un   intervalle,   ce   qui   est   plus   facile   à   mémoriser.   De   plus,   les   données   scienti7iques   permettent   d’af7irmer  que  la   protection  de  ces   vaccins  vont  bien   au  delà  de  10  ans.  L’intervalle  entre  les   rappels  pour   les   adultes   est   donc   étendu   à   20   ans.   Les   rappels   adultes   sont  ainsi  à   25,   45  et  65  ans.   A   partir  de  65   ans,   l’intervalle   reste   à   10   en   raison   de   l’immunosénescence.  


2013 - N ° 19

Page 5

SPF - PL La SEL,   Société   d’Exercice   Libéral   instituée   par   la   loi  du   31/12/1990  est  une  société  qui   permet   à   la   fois  d’acheter  une  of7icine   et   de  l’exploiter.  Une  SEL   ne   pouvant   servir   à   exploiter   q’une   seule   of7icine.   Depuis  le   début   des  années  2000,  le  nombre  de   SEL   ne  cesse   d’augmenter  et   c’est   aujourd’hui   le   mode   d’installation   le   plus   utilisé   par  les  pharmaciens.  30%  des  pharmacies  françaises  sont  des  SEL.  

La   loi   prévoyait   également   depuis  2001   la   création  de  Société  de  Participation  Financière  de   Profession   Libérale   :   ces   sociétés   permettant   l’achat   –   revente   de   part   de   société,   mais   pas   l’exploitation.  Dé7inition  que  l’on   simpli7ie   au   travers  du  terme  de  holding.   Des  décrets  d’application,   propres   à   chaque   profession  libérale  concernée,  devaient   être   élaboré   pour  dé7inir  plus  en  détail    les   règles  propres  à  la  création  de  ces  SPF-­‐PL  pour  chacune  de  ces  professions.   C’est  ainsi  que  le   décret  pour  les  SPF-­‐PL  de  pharmacie  d’of7icine  a  été  attendu  pendant  plus  de   10  ans,  jusqu’à  sa  publication  au  JO  le  6  juin  dernier.  Entre  temps,  une  décision  du  Conseil  d’Etat  du  28   mars   2013   reprochant   au   gouvernement   que   les   SPF-­‐PL   ne   soient   toujours   pas   opérationnelles   demande  au  1er  ministre  de  se  prononcer  dans   un  délai  de  6  mois,  auquel  cas  la   loi   sur  les  SPF-­‐PL   est   applicable  en  l’état.   Entre  le  29  septembre  (6mois  plus   tard)  et   le  6  juin,   le  secteur   était   donc   dans   une   position   délicate   puisque   la   loi   se   retrouvait   applicable   en   l’absence   de   décret.   L’absence   de   règle,   et   notamment  l’absence  de   limitation  du   nombre  de  SEL   pouvant  être  détenues  par  une  holding  laissait   en   effet   courir   le   risque   de   la   possible   création   de   véritables   chaines   pharmaceutiques   par   des   pharmaciens.  

Le  grand  intérêt   des  holding  est  qu’elles  permettent  de   pro7iter  de  la  7iscalité,  classique  dans   tous   les   autres   domaines,   d’achat   –   revente   de   sociétés.   En   effet,   la   société   mère   (la   SPF-­‐PL)   est   exonérée   de   la   quasi-­‐totalité   (95%)   de   l’impôt   sur   les   sociétés   sur   les   dividendes   perçus   de   sa   société   7ille   (la   SEL),   la   SPF-­‐PL   étant   alors   utilisée   pour   rembourser   l’emprunt   d’acquisition   de   l’of7icine.  Lors   de  la  cession,  si   celle  ci  se  fait  en  bloc  (ce  qui  est   souvent  le  cas  pour  les  of7icines),  les   dividendes   sont   exonérés   et   les   intérêts   déductibles   des   béné7ices.   Cette   situation   permet   également  de  faire  converger  les  intérêts  des  acquéreurs  et  des  cédants.  

REVUE DE PRESSE DE L’ANEPF


Page 6

2013 - N ° 19

SPF - PL

SPF - PL

1 SPF - PL peut détenir des parts dans 3 SEL au maximum

Ce que contient le décret Le  décret  ouvre   le  capital  des  SPF-­‐PL   aux  adjoints.   Peuvent  détenir  des  parts  dans  des   SPF-­‐PL  en  plus   que  des  titulaires  et  des  adjoints,  des   anciens   pharmaciens  pendant  10   ans,  les  ayant-­‐droits  des  personnes   au  capital  des  SPF-­‐PL  5  ans  après  décès.    Les  SPF-­‐PL   sont  inscrites  à  l’ordre  et  sont  contrôlées  au  minimum  tout  les  4  ans.   Le  décret  modi7ie  également  certaines  dispositions  relatives  aux  SEL  :   -­‐   1   pharmacien   peut   posséder   (de   façon   directe   ou   indirecte)   des   parts   au   maximum   dans   4  SEL   (autre  que  celle  d’exercice).   -­‐  1  SEL  peut  posséder  au  maximum  des  parts  dans  4  SEL.       -­‐  1  SPF-­‐PL  peut  détenir  des  parts  au  maximum  dans  3  SEL.     Pour   7inir,   le   décret   revient   sur   la   dérogation   créée   en   2001   via   l’article   5.1   ajoutée   à   la   loi   du   31/12/1990  qui  permettait   de  façon  dérogatoire  la  dissociation  du  droit  de  vote   et  du  capital,   permettant   à   un   pharmacien   investisseur   d’être   majoritaire   au   capital   d’une   of7icine,   face   à   un   pharmacien   exerçant,   majoritaire   en   droit   de   vote,   mais   minoritaire   en   capital.   Ce   montage   n’est   donc   plus   possible.   Les   pharmacies  qui  sont  sous  ce  régime  ont  2  ans  pour  se  mettre  en  règle.  

1 pharmacien engage son diplôme dans 1 seule pharmacie ou il est majoritaire Exercice

REVUE DE PRESSE DE L’ANEPF

Investisseur Il peut être investisseur minoritaire de façon directe ou indirecte dans 4 SEL


2013 - N ° 19

Page 7

INFO EN VRAC Tests diagnostiques autorisés à l’officine JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

15 juin 2013

Un arrêté   paru   le   11   juin   dernier   détermine   des   tests   qui   ne   sont   pas   considérés   comme   des   examens   de   biologie   médicale   mais   comme   des   éléments   d’orientation   diagnostique   que   différents   professionnels   de   santé   peuvent   effectuer.   C’est   ainsi   que   les   pharmaciens   peuvent   désormais  réaliser  à  l’of7icine  les  tests  suivant  :   -­‐  Test  capillaire  d’évaluation  de  la  glycémie   -­‐   Test   oro-­‐pharyngé   d’orientation   des   angines   à   streptocoque   du   groupe  A   -­‐  Test  naso-­‐pharyngé  d’orientation  diagnostique  de  la  grippe.

Texte 10 sur 157

Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Arrêté du 11 juin 2013 déterminant la liste des tests, recueils et traitements de signaux biologiques qui ne constituent pas un examen de biologie médicale, les catégories de personnes pouvant les réaliser et les conditions de réalisation de certains de ces tests, recueils et traitements de signaux biologiques NOR : AFSP1315018A

La ministre des affaires sociales et de la santé, Vu le code de la santé publique, notamment ses articles L. 6211-3 et L. 6213-12 ; Vu l’ordonnance no 2010-49 du 13 janvier 2010 relative à la biologie médicale, ratifiée par la loi no 2013-442 du 30 mai 2013 portant réforme de la biologie médicale, notamment son article 9 ; Vu l’arrêté du 28 mai 2010 fixant les conditions de réalisation du diagnostic biologique de l’infection à virus de l’immunodéficience humaine (VIH 1 et 2) et les conditions de réalisation du test rapide d’orientation diagnostique dans les situations d’urgence ; Vu l’arrêté du 9 novembre 2010 fixant les conditions de réalisation des tests rapides d’orientation diagnostique de l’infection à virus de l’immunodéficience humaine (VIH 1 et 2) ; Vu l’avis du directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé en date du 6 juin 2013, Arrête : Art. 1er. − Les tests, recueils et traitements de signaux biologiques qui ne constituent pas un examen de biologie médicale au sens de l’article L. 6211-3 du code de la santé publique sont : I. – Les tests mentionnés dans les arrêtés du 28 mai 2010 et du 9 novembre 2010 susvisés ; II. – Les tests ou recueils et traitements de signaux biologiques suivants : 1o Les tests ou recueils et traitements de signaux biologiques réalisés par le public, au moyen de dispositifs destinés par le fabricant à être utilisés comme autodiagnostics, dans le cadre d’un environnement domestique, conformément au 3o de l’article R. 5221-4 du code de la santé publique ; 2o Les tests, recueils et traitements de signaux biologiques réalisés par les infirmiers, figurant dans le tableau no 1 de l’annexe I du présent arrêté ; 3o Les tests, recueils et traitements de signaux biologiques réalisés par les sages-femmes, figurant dans le tableau no 2 de l’annexe I du présent arrêté ; 4o Les tests, recueils et traitements de signaux biologiques réalisés par les médecins ou sous leur responsabilité par un autre professionnel de santé, figurant dans le tableau no 3 de l’annexe I du présent arrêté ; 5o Les tests, recueils et traitements de signaux biologiques réalisés par les pharmaciens d’officine dans un espace de confidentialité, figurant dans le tableau no 4 de l’annexe I du présent arrêté. Art. 2. − Les tests ou recueils et traitements de signaux biologiques mentionnés à l’article 1er du présent arrêté ne constituent pas des examens de biologie médicale. Ils constituent des éléments d’orientation diagnostique sans se substituer au diagnostic réalisé au moyen d’un examen de biologie médicale. Le patient en est explicitement informé par le professionnel de santé qui les réalise. Il est également informé des moyens de confirmation par un examen de biologie médicale si la démarche diagnostique ou thérapeutique le justifie. Il relève de la responsabilité du professionnel de santé réalisant les tests ou recueils et traitements de signaux biologiques mentionnés aux 2o, 3o, 4o et 5o de l’article 1er du présent arrêté de prendre en compte les performances décrites par le fabricant en fonction de l’usage qu’il souhaite en faire. Ce professionnel est tenu au respect de la notice d’utilisation du dispositif médical de diagnostic in vitro et des recommandations de bonnes pratiques des tests fixées à l’annexe II du présent arrêté. Art. 3. − Le directeur général de la santé est chargé de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française. Fait le 11 juin 2013.

.

.

Lien vers le décret

Le décret   prévoit   également   le   système   d’assurance   qualité   qui   doit   s’appliquer  lors   de   la  réalisation  de   ces   activités.   Le   professionnel   devra   également  se  former.

ÉLÉMENTS DÉMOGRAPHIQUES

Démographie de la profession

LES

P H A RMA C I E N S ER PA AN NO OR RA AM MA A A AU U 1 P 1 E R JJ A AN NV V II E ER R

section A

section B

section C

section D

section E

2 20 01 13 3

section G

section H

Le document sur le site de l’Ordre

L’Ordre  des  pharmaciens  vient  de  sortir  le   panorama  au  1er  janvier   2013  de  la   démographie  de   la  profession.   Des  documents  par   région  sont   également   disponibles  sur  le  site.  Cette  année,   pour  la  première  fois  depuis   2009,   le   nombre   de   pharmacien   a   augmenté,   notamment   par   le   retardement  du  départ  à  la  retraite  des   pharmaciens  les  plus  âgés  et  par  le   relèvement  du  numérus  clausus  depuis  un  certains  temps.     L’Ordre  s’inquiète   également  du  manque  d’attractivité  du  métier  et   de   l’évaporation   des   jeunes   diplômés   qui   continue,   avec   25%   de   pharmaciens   ayant  obtenu  leur   diplôme   qui  ne  s’inscrivent   pas  à  l’Ordre.  Il   relève  également  que  4%  des  pharmaciens   ont  quitté  l’exercice   après  1  an   d’inscription,  chiffre  en  hausse.     Le  rapport  fait  également  une  analyse  de   la  structures  des  of7icines   et  de  leur  typologie,  il  présente  les  chiffres  de  pharmaciens  et   de  diplômes   étrangers,   des   statistiques   sur   tous   les   tableaux   d’inscription   à   l’Ordre   (titulaires   adjoints,   industrie,   répartition,   hôpital,   biologie   ...)   et   encore   bien  d’autres  informations.  

Un Pharmacien à la tête du CNPS Philippe GAERTNER,   président   de   la   FSPF   (Fédération   des   Syndicats   Pharmaceutiques   de   France)   a   été   élu   président   du   CNPS   (Centre   National  des  Professions   libérales  de  Santé)   le  13  juin  dernier,  succédant   au  médecin  Michel  CHASSANG.   Sources : CNPS REVUE DE PRESSE DE L’ANEPF


Page 8

2013 - N ° 19

Cannabis Suite  à  la  parution  d’un  décret   le  7   juin,   la   France   n’interdit   plus   les   opérations   sur  le  cannabis   et  ses  dérivés.   L’ANSM   a   donc   désormais   la   possibilité   d’octroyer   des   AMM   pour   des   spécialités   qui  contiendraient  ces  substances.   Sources : Légifrance

Bonnes pratiques de dispensation par voie électronique

Lien vers l’arrêté

L’arrêté est   sorti   au   Journal   Of7iciel   du   23   juin.   Il   prévoit   notamment   que   le   patient   puisse   accéder   à   un   espace   privée   recensant   l’historique   de  ses   commandes   et  ses   échanges   avec   le   pharmacien   ainsi   que   sa   7iche   de   renseignement.   L’activité   de   vente   de   médicaments   doit   être   séparés   des   autres   activités   du   site   sur   un   onglet   propre.   Le   décret   7ixe   les   conditions   de   délivrance   électronique   comme   les   quantités   maximales   (1   mois   de  traitement,   doses  d’exonération  ...).     Un  dialogue  électronique   est  forcément  mis  en  place  avec   le   patient  et  le  pharmacien  assure   le   conseil   pharmaceutique.   Le   texte   rappelle   également   que   l’activité  doit  se  faire   dans  le  respect  de  la  déontologie  propre  à  la   profession  et  du  code  de  la  santé.  

Seule organisation   représentative   des   étudiants   en   pharmacie,   l’ANEPF   (Association   Nationale   des  Étudiants  en   Pharmacie)   a   pour   objectif  de  :

Adresse postale : ANEPF 4 avenue Ruysdaël 75008 PARIS

• Représenter les   82   000   étudiants   en  pharmacie   d’une   voie   unique,   apartisane   et   asyndicale   auprès   des   instances   universitaires   et   des   organismes  de  tutelle.

Quelques chiffres liens entre  les   étudiants   a7in  de   • Promouvoir  des   créer  une  unité  nationale.

relations.profession@anepf.org

• Favoriser les   échanges   internationaux,   notamment   par   le   biais   des   associations   EPSA   (European   Pharmaceutical   Student   Association)   et   IPSF   (International   Pharmaceutical   Student   Federation).

Retrouvez - nous en ligne sur www.anepf.org

Pour plus  d’informations,  contactez-­‐nous  à  : info@anepf.org

Responsable de la publication : Anne CATHALIFAUD

REVUE DE PRESSE DE L’ANEPF

Revue de presse n°19 (juin13)  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you