Issuu on Google+


Andrette Ferraz Organisateur

Des mots Ă  la page Pas cher!

Belo Horizonte 2007


Éditeurs: Andrette Ferraz & Josi Ferix Couverture et logo: Ana Luiza Mendes Lisboa Illustrations et textes: Aleixina Andalecio, Ana Paula A. Hemmi, Angelaine Alves, Claúdio Humerto Lessa, Daphne Bergo, Henrique di Lorenzo, Isabela Tropia, Maria Eliza Ribeiro, Melissa Torre, Nathalia Menezes, Pedro Bergo, Rafael Ventura. Révision du texte: Andrette Ferraz, Beatriz Vaz Leão et Émilie Mouchet.


Chers lecteurs et lectrices,

Les textes et illustrations de ce cahier ont été produits par des étudiants du cours de français du Cenex-Fale/ UFMG. À partir du sujet «Souvenirs d’enfance» proposé dans l’unité 13 de la méthode Café Crème, les élèves ont été invités à mettre sur le papier les scènes de leur enfance, dans un deuxième moment, ils ont résumé l’idée de leur dessin avec des adjetifs. Puis , ils ont pris des objets, qui avaient une relation directe avec leur dessin et leur mémoire, apportés par le professeur. Ayant donné ces trois supports, ils ont produit leur texte plein d’imagination et humour. Bonne Lecture, Andrette Ferraz


Quand

j’étais petite, je faisais des promenades à la campagne. C’était très bien d’avoir des contacts avec la nature parce qu’il faisait beau et chaud. Lors d’un beau jour d’été je jouais avec un petit lapin, soudain, une forte pluie est tombée et la bête effrayée, s’est enfuie. Quand je suis retournée à la maison, j’étais mouillée et ma mère était très inquiète pour moi.


Quand j’étais enfant, je n’aimais pas me lever tôt,

sauf le samedi, c’était la fête! Je prenais mon ballon et tout content j’allais au club. Mes amies et moi, allions à la piscine. Puis, nous nous promenions à la ferme. Nous regardions les poules et les chevaux. Quand j’ai eu huit ans, j’ai appris à faire de la bicyclette.


Quand j'étais à l'école, lorsque le crayon d'un de mes amis tombait par terre nous le cassions pour nous amuser.


Quand

j’étais gamine je faisais des promenades dans la nature pour respirer l’air pur. Je voyais des chevaux et des singes. Les singes étaient dans les arbres. Il y avait d’ autres animaux, mais je ne m’en souviens pas. Il y avait de belles et simples maisons aussi. J’adorais jouer près de ces maisons avec les autres enfants. A cette époque-là, j’ai fait du cheval pour la première et dernière fois. C’est tout ce dont je me souviens.


Quand

j’étais petite, je rêvais de voyager et de faire le tour du monde. Je voulais faire ma valise, prendre l’avion et partir en France. L’année dernière, j’ai pu réaliser mon rêve. Quand je suis arrivée à Paris, j’ai visité la Tour Eiffel et ensuite j’ai fait le tour de l’Île de la Cité en bateau mouche. Après mon séjour en France, je suis partie pour les autres pays d’Europe.


Pour bien comprendre mon enfance, on doit avoir un peu d’imagination. Quand j’étais petit je n’avais pas la notion du temps. Je prenais mon épée et jouais au pirate pendant des heures. J’avais seulement un objectif : la victoire, vaincre l’ennemi. Plus difficile était le défit, mieux c’était. Après, je me reposais et j’écrivais toute l’histoire pour la raconter à mes amis.


Quand j’étais gosse j’aimais me promener dans les champs.

J’aimais regarder le paysage et faire des promenades à cheval. Je regardais les arbres et le fleuve. À chaque pas de mon véloce cheval je sentais le souffle du vent dans mes cheveux. Ça me faisait du bien ! Quand je restais chez moi je jouais avec mes nounours qui habitaient dans mon lit.


Quand

j’étais enfant, presque tous les jours, j’allais dans une maison près de chez moi où habitait une vieille dame. Cette dame-là, je la tenais pour une grand-mère, je l’aimais beaucoup, elle avait des cheveux blancs, elle faisait des petits biscuits, des bonbons... tout ce qu’elle cuisinait était délicieux... J’aimais prendre le petit déjeuner avec elle. Elle s’appelle Madame Maria et, aujourd’hui, elle habite dans une maison de retraite près d’ici, au quartier Planalto. Elle a plus de quatre-vingt-dix ans.

Un jour, quand je suis allé chez mamie, le chien d’une voisine m’a attaqué. Malheureusement, j’ai eu besoin d’avoir des piqûres pendant 15 jours. En ce temps-là, dans mon quartier, nous n’avions pas de vaccins, aussi ma mère a eu besoin de me conduire au centre ville tous les jours.


Quand

j’étais enfant, je me promenais dans les champs avec mes animaux, mais je n’allais pas très loin de ma maison, parce que mon chien était petit et il ne pouvait pas se promener beaucoup. Quand il a grandi, il ne voulait pas se promener, parce qu’il ne voulait tout le temps dormir. Aujourd’hui, nous restons chez nous, et personne ne se balade dans les champs, nous avons très peur des balles perdues.


Quand

j’étais petit j’aimais regarder des dessins animés chez ma meilleure amie. Elle s’appelait Alice et nous habitions dans le même immeuble. Nous étions très heureuses! Un jour, on est allé faire du shopping où avons acheté cette flûte magique.

nous


Quand j’étais

petit garçon je n’étais pas sage du tout. J’habitais dans un quartier magnifique où il y avait beaucoup d’enfants. On pouvait jouer dans la rue pendant toute la journée. A cette époque-là, il y avait un jeu pour les filles. Ce jeu s’appelait l’élastique. Un jour, j’ai imaginé jouer avec les filles pour leur montrer que ce jeu était facile et bête. Mais je n’avais pas pensé à la conséquence. Pendant le jeu, je suis tombé et je me suis cassé le bras. Je n’avais jamais pensé que les garçons puissent être fragiles aussi. Et j’ai eu des blessures durant trois mois!


Quand j’étais petite on allait souvent à la plage en famille. Un beau jour, mon père voulait pêcher et nous préparer un délicieux plat pour notre dîner, alors je suis allée avec lui. Pour arriver à la mer, on a eu besoin de traverser le marecage. Et, comme, j’ai peur des crabes, je me suis refusée à traverser. Je pleurais beaucoup, et, finalement, nous avons mangé une pizza dans un restaurant.


Ce

dessin est un beau souvenir de mon dernier voyage en France. Je l’ai fait avec mon épouse. Nous sommes allés à Paris et nous avons visité des musées, nous nous sommes baladés dans les bistrots et les parcs. Ça a été merveilleux !

Quand nous nous promenions dans le jardin des Tuileries nous avons rencontré cette demoiselle. Il pleuvait et nous nous sommes abrités sous l’arbre où elle était. Quand elle a écouté notre conversation en portugais elle a dit : Je suis brésilienne aussi !

Elle avait 22 ans et elle habitait en Allemagne. Elle profitait de ses vacances pour visiter Paris et suivre la fin du tour de France. Elle est née à Curitiba, mais elle a emménagé pour l’Allemagne afin d’étudier et de travailler. Elle portait un beau collier rouge.


Achevé d'imprimer dans un beau jour d’automne à Belo Horizonte au Brésil, en 2007.


Des mots à la page