Issuu on Google+

Géographie - Première S - Approches et territoires du quotidien – Etude de cas.

Un aménagement local : une Salle des Musiques Actuelles à Evreux.

Présentation du futur bâtiment, site internet du Grand Evreux Agglomération. Doc. 1 : article du site internet du Grand Evreux Agglomération.

La SMAC, un projet artistique ambitieux Le lundi 15 novembre 2010, le Conseil municipal votait un avenant au marché de maîtrise d’oeuvre en phase APD (avant projet définitif ). Une étape supplémentaire vers la construction tant attendue de cette Scène des musiques actuelles (SMAC). Premier coup de pioche, dernier trimestre 2011, pour une livraison au second semestre 2013. « Nous avons démontré depuis longtemps notre volonté de construire cet équipement culturel moderne et de qualité, qui permettra à l’équipe de l’Abordage de travailler dans les meilleures conditions possibles, lance le maire d’Évreux. Artistes et spectateurs seront enfin accueillis décemment. » Un projet taillé pour Évreux. Une grande salle, un club, une terrasse ouverte, une zone d’accueil, des locaux de répétition, d’enregistrement et même un studio radio pour Principe Actif, les grandes lignes architecturales sont connues. Mais qu’en est-il du projet culturel, artistique du nouvel Abordage ? Pour coller à la réalité ébroïcienne, la Municipalité avait décidé de recruter Henri Didonna, une personnalité marquante des musiques actuelles. « L’objectif de cette intervention était de parvenir, avec la Ville, les techniciens et les associations de terrain, à la définition même d’un projet qui corresponde vraiment à notre territoire et à ses attentes. Nous avons ainsi évité la notion de copier-coller d’un projet type qui serait dupliqué à l’infini. La SMAC d’Évreux aura été pensée pour Évreux et son agglomération », explique Michel Champredon. Fruit de cette collaboration, le projet ébroïcien se décline sur quatre grands principes : l’accessibilité, l’expérimentation, la créativité et la transmission. Un lieu de rencontre et de brassage. Le nouvel Abordage n’arrivera pas sur un terreau vierge. Il poursuivra le sillon creusé depuis des années. Il s’agit de rendre accessible au plus grand nombre les oeuvres artistiques des créateurs 1/6


d’une part, la possibilité de pratiquer et de produire de la musique d’autre part. Derrière ces mots bien compliqués se cache une ambition : réunir dans un même lieu artistes et publics. La base du projet porte sur la rencontre (appui à la création, concerts, actions culturelles et accompagnement artistique), le brassage (lieu de vie, partenariats, événementiels, radio, accueil d’autres structures), l’échange, l’accueil. Le nouvel Abordage proposera un accueil artistique sous trois formes : le compagnonnage sur 2 à 3 ans, la résidence de création de 15 jours à 1 trimestre et la résidence de filage (répétition d’un spectacle avant une tournée) sur une courte durée. La SMAC d’Évreux possédera cinq petits appartements (studios) qui pourront d’ailleurs être mutualisés avec la Scène Nationale ou d’autres structures ébroïciennes. Un lieu ouvert. Henri Didonna, pilote du projet « Abordage 2013 », insiste sur cette ouverture tant physique qu’artistique : « De par son architecture, le module d’accueil sera ouvert sur de grandes plages horaires, faisant de cet espace (renseignements, vente de billets, accueil praticiens,...) un point d’entrée sur l’activité artistique de l’Abordage, mais aussi sur la vie culturelle ébroïcienne... L’équipe dirigeante devra trouver des partenariats avec la Scène Nationale, le Conservatoire à rayonnement départemental, créer des liens avec les associations culturelles ébroïciennes... ». Cette ouverture se concevra dans la convivialité : « Effectivement, le nouvel Abordage sera ouvert 6 jours sur 7, de 10h à 22h, et jusqu’à 1h du matin pour les soirs de concerts. On pourra y boire un verre, prendre un repas. Le lieu devra s’imposer comme un café culture ». Un lieu de diffusion. Mais le coeur de l’activité de l’Abordage concerne ce qui est communément appelé la diffusion ou plus simplement la programmation. L’activité est estimée à 50 à 60 concerts par saison : 25 dans la grande salle (600 spectateurs), 15 au club (180 spectateurs), 10 en coproductions avec des associations, et trois événementiels (une fête de rentrée et deux temps forts thématiques). A ce programme s’ajouteront des productions hors les murs ou des productions extérieures (non produites par l’Abordage) « accueillies » dans les murs. En complémentarité avec le 106 (SMAC) de Rouen, l’Abordage restera sur le segment de la découverte artistique afin d’y débusquer les « grands »» de demain, en écho au festival Le Rock Dans Tous Ses États. De nouvelles nuisances ? La scène ouverte n’était pas prévue initialement. Cette salle amènera-telle des nuisances sonores dans le quartier ? L’architecte a effectivement proposé un lieu ouvert. Il ne s’agissait pas d’une demande de notre part. Les riverains n’ont cependant rien à craindre. Ce nouvel équipement amènera bien entendu de la vie et de l’animation dans le quartier mais ne produira pas plus de nuisance que la fête foraine qui se retrouve ici chaque année depuis plus d’un siècle. Doc. 2 : communiqué de presse du 20 juin 2011. Evreux, centre économique et culturel du département de l’Eure, va accueillir à la fin du deuxième trimestre 2013 une scène dédiée aux musiques actuelles. Celle-ci répondra aux attentes locales et permettra de compléter l’offre régionale en la matière (le 106 à Rouen et le projet du Tétris au Havre). Le projet artistique ébroïcien va au-delà de la simple diffusion musicale et s’est construit autour de la notion de « rencontre », l’architecture a été réalisée autour de cette idée : rencontre avec les artistes, ouverture au monde et aux cultures différentes, ... « La Scène des musiques actuelles est un projet phare pour Évreux et son agglomération, mais aussi pour l’ensemble du département de l’Eure et de la région Haute-Normandie, rappelle Michel Champredon. Aboutissement de 28 années d’engagement pour le rock et les musiques actuelles, la SMAC d’Evreux donnera l’accès du plus grand nombre aux démarches artistiques des créateurs, confirmés ou en devenir. Espace ouvert à tous, carrefour de rencontres et d’échanges, elle conjuguera pratique artistique et dynamique urbaine. » Pour Alain Le Vern « ce projet vient compléter l’offre sur la région et constitue un pôle d’attractivité majeur pour la capitale euroise. L’enjeu est ici d’inscrire la SMAC dans les dynamiques locales,

2/6


départementales et régionales. Nous souhaitons ici favoriser l’accès à la culture pour tous car c’est un des éléments fondateur du vivre ensemble. » « Notre souhait, souligne de son côté Jean Louis Destans, est effectivement de faire rayonner l'équipement au-delà des frontières ébroïciennes, afin d'en faire un vrai pôle ressource pour les musiques actuelles dans le département, connecté aux autres structures euroises : Gare aux musiques de Louviers, le Silo de Verneuil-sur-Avre notamment. Le projet ébroïcien, qui se démarque clairement de la salle du 106 rouennais, souhaite travailler à une programmation qui assure son rayonnement, conforter la politique d'action culturelle déjà développée au sein de l'Abordage, notamment en direction des scolaires et, accompagner les artistes amateurs avec mise à disposition de studios et personnel d'encadrement ; Autant d’orientations que nous soutenons. Et puis, une attention particulière sera par ailleurs portée par le Département à l'organisation de concerts décentralisés "hors les murs" », précise Jean Louis Destans. Un soutien significatif de la Région et du Département. Sur le budget global des travaux estimé à 9,5 millions d'euros, la Région apporte son soutien à hauteur de 3 millions d'euros et le Département à hauteur de 1,2 million d'euros soit au total 44 % du montant de l’opération. Les deux collectivités accordent également à l'association Abordage (qui gère la salle de concert actuelle et organise le festival « le Rock dans tous ses états ») une subvention annuelle de 265 000 €.

Doc. 3 : l'implantation de la SMAC dans son environnement.

Source : site internet du cabinet « herault-arnod architectes ».

3/6


Doc. 4 : la future SMAC dans l'agglomération d'Evreux.

Doc. 5 : une association de quartier se mobilise contre le projet. « La SMAC est, sur le principe, une idée intéressante. Faire profiter aux personnes le désirant d'une salle dédiée exclusivement aux musiques actuelles. Ainsi cette espace permettrait à chacun de pouvoir s'exprimer en bénéficiant d'une structure adaptée. En ces temps de restriction budgétaire, est il raisonnable d'allouer 10 Millions d'euros à un tel projet ? De grandes agglomérations comme Rouen, Nantes ou Caen ont déjà leur SMAC. Si elles répondent à l'attente de leurs utilisateurs, c'est à dire pouvoir jouer de la musique, l'enregistrer, organiser des concerts, etc... les bâtiments eux n'ont rien de "pharaoniques". Pourquoi Monsieur CHAMPREDON, qui manifestement attache une grande importance à la "démocratie participative" n' a pris en compte que les désirs de l'Association de l'Abordage et n'a pas juger opportun de consulter la seule association d'habitants de quartier existante en Centre Ville et directement concernée par ce projet ? Nous pouvons nous poser la question : a quoi serviront ces conseils de quartier ? Comment le Maire d'une ville comme la notre peut se permettre de décider seul d'une construction de 10 Millions d'euros? Devons nous subir les mêmes dérives que par le passé (Cadran) ? Pourquoi s'obstiner à construire sur le Bel Ebat en zone inondable ? 10 Millions d'euros, alors qu'un projet plus réaliste aurait permis de diviser par deux, voir trois la note pour un même résultat. [...] Bien sur, à ces dix millions d'euros s'ajouteront les frais de fonctionnement. Un budget démesuré pour une ville comme la nôtre. L'association se bat depuis décembre 2008 pour que le projet soit remis en question avec 4/6


l'appuie de 400 habitants du quartier (nombre de signatures à ce jour pour la pétition de la smac en l'état) pour repenser une smac ébroïcienne plus respectueuse des budgets de la municipalité. Les autres municipalités sont -elles plus près de leur argent ? » source : site internet de l'association des habitants du quartier Victor Hugo, Evreux. (l'orthographe d'origine a été conservé).

Doc. 6 : le ministre de la culture s'exprime au sujet des SMAC. « Le 22 avril, à l’occasion d’une visite au Printemps de Bourges, Frédéric Mitterrand a annoncé un plan de développement des scènes de musiques actuelles (SMAC), doté de 2,6 millions d'euros. Au moins une scène par département. Lors de sa visite du Printemps de Bourges, le 22 avril, Frédéric Mitterrand a annoncé un plan de développement des scènes de musiques actuelles (SMAC), doté de 2,6 millions d'euros. L’objectif du Ministre est d’en implanter au moins une par département d'ici 2015. Il s’agit d’atteindre le nombre de 100 Smac bénéficiant d'une convention de labellisation avec le ministère, contre 70 actuellement. Les SMAC ont été instaurées en 1998. » source : site internet du ministère de la culture, culture.gouv.fr Doc. 7 : les lieux de musiques actuelles en Haute-Normandie.

5/6


MISE EN OEUVRE DE L'ÉTUDE DE CAS : 1. Localiser l'aménagement, expliquer comment il se présente et à quelle étape de son élaboration on se situe. 2. A quel besoin des habitants cet aménagement répond-t-il ? A quels usagers est-il destiné ? 3. Cet aménagement répond-t-il à des politiques publiques ou à des objectifs de ces politiques (et si oui lesquelles) ? 4. Comment cet aménagement se localise-t-il au regard des aménagements existants et quel(s) quartier(s) concerne-t-il plus particulièrement ? 5. Qui participe au financement de cet aménagement et dans quelles proportions ? 6. Comment la décision d'aménagement a-t-elle été prise ? 7. Cet aménagement suscite-t-il des débats (si oui lesquels) ? 8. Listez les acteurs liés à cet aménagement, sous forme de tableau, avec une présentation concise de leur rôle. 9. Réalisez deux schémas : un dans lequel vous situez cet aménagement à l'échelle régionale, l'autre dans lequel vous le situez à l'échelle locale. Dans les deux cas, une légende est indispensable.

6/6


etude de cas smac evreux