Page 1

HERVOUET Ana誰s Paysagiste DPLG


Étude rurale (CAUE 46) Sénaillac-Lauzès, études de formes rurales bâties

Stratégie communale, contribution au PLU (40)

Commune de Léon

Séminaire «pastoralisme et paysage» (39)

«Regards, fromages et paysages en Haut-Jura»

Échelle intercommunale, contribution PNR Landes de Gascogne (40)

Communauté de communes de la Haute Lande

Pays Sud Charentes, contribution à l’élaboration de la charte paysagère (16)

Secteur de la vallée de la L’Auzonne à la vallée de la Lizonne

SCoT de la Plaine du Roussillon (AURCA, 66) Diagnostic paysager et orientations territoriales «Les piémonts, des paysages d’entre-deux: se fonder sur l’identité des territoires pour répondre aux mutations» (66)

Travail Personnel de Fin d’Études. Albères, Aspres, Côte

Vermeille, contribution à la charte paysagère du Pays Pyrénées Méditerranée

Domaine de particuliers

Roquesérière (81), travail paysager sur un parc sénescent et

conception de nouveaux espaces.


Études d’impact environnemental volet paysager et volet humain - Parcs photovoltaïques (France) 7 études - (Allier, Tarn, Lot, Gard, Haute Garonne, Aquitaine, Charente) évaluations des impacts et enjeux paysagers - mesures d’intégration

Parc de la ZAC Bois d’Olives (974)

Phase AVP - PRO - Projet de parc de 4 ha, commune de St-Pierre. Programme : gestion des eaux, aires de jeux, espace de spectacle, parcours sportif, jardin collectif, connexions aux sentiers existants...

Parc du Colosse (974)

Phase AVP - PRO - Projet de parc de 4 ha, commune de St-Pierre. Programme : gestion des eaux, aires de jeux, espace de spectacle, parcours sportif, jardin collectif, connexions aux sentiers existants...

Concours - Centre d’altitude (974)

Concours restreint - Concours en collaboration avec le cabinet d’architectes Ferret. Programme : piscine, gymnase, stades, logements, parkings...

Jardin des peuplements (974)

Jardin d’artiste - Karl Kugel. Traduction des ambiances et du déroulé de la représentation sociale par une palette végétale.

Carrière des Lataniers (974)

Orientations de réhabilitation de la carrière après exploitation. Etude de nivellement et mise en perspective du projet paysager.

Sentier littoral sud de Saint Leu (974)

Projet de sentier - Conservatoire Du Littoral. Réalsation de tracés, de pointsd’aménagements et d’un déroulé autour de la signalétique. Forte volonté de discrétion des aménagements.

Etude d’intégration paysagère et environnementale des ouvrages DFCI (974)

Accompagnement des plans de massif DFCI pour le Parc National de la Réunion. Adapter les ouvrages aux forts enjeux écologiques et paysagers du cœur de Parc. Proposer des logiques d’intégration des ouvrages.


Étude de Formes Bâties Rurales «C’est l’espace urbain en milieu rural avec toute sa charge émotionnelle, ses fonctions et sa matérialisation qui demande à être décortiqué pour comprendre en retour ce qui manque à nos projets contemporains [...], pour établir une complicité avec l’espace rural, pour exprimer des choix de société intelligents en rapport avec les besoins d’aujourd’hui et le développement durable.»

Sénaillac-Lauzès : implantations et formes bâties dans la qualité des paysages villageois CAUE 46 - Stage Juil. - Août 2007

IMPLANTATION ET LOGIQUES AGRICOLES, QUELLE RELATION ENTRETIENT LE VILLAGE AVEC L’ESPACE RURAL? Parcellaire marqué des murets en pierres sèches. Le paysage se transforme en bocage

Sénaillac-Lauzès, implanté sur une croupe juste au dessus de la rupture de pente matérialisée par la combe

Parcelles en herbe

Masse boisée de feuillus Combe : certaines parcelles sont encore plantées de maïs

Retour à la friche, pigmentation (colonisation de genévriers)

Nord

Écrin boisé qui referme délicatement le paysage Clancines

ENROULEMENT ET PALIERS Une orthogonalité autour de la place de l’église

Des organisation internes est/ouest

Sud

Des ensembles orientés sud qui s’organisent plus ou moins en paliers


QUELLES LOGIQUES FONDENT LES QUALITÉS PAYSAGÈRES? Un système de vues qui se faufilent dans les venelles, le rôle central du végétal, le jeu d’imbrications de façades et un paysage toujours visible et accessible .

UNE RICHESSE DE CONTACT, DANS LA SOBRIÉTÉ TRAITEMENT DES LIMITES EN CONTACT AVEC L’ESPACE RURAL

-La venelle en herbe, élément de composition central -Les venelles se prolongent en chemin ruraux. Accroche au paysage

-Espace public au traitement modeste


Stratégie Communale Située à proximité du littoral et du réseau d’espaces naturels qui se tissent depuis l’arrière dune, cette commune perchée souhaitait être orientée sur ses possibilités de développement urbain, tout en maîtrisant le contact à l’étang. La spécificité de ce territoire réside dans les discontinuités spatiales: un coeur de ville ceinturé par un axe, des dents creuses, et des espaces de vie déconnectés, dans des clairières, de type airial (forme d’habitat traditionnel landais). Après diagnostic, le parti-pris de projet s’est fait sur un travail sur les espaces centraux (placettes) en insistant sur le rôle du végétal, un remplissage intelligent des dents creuses et enfin une restructuration de la zone de contact à l’étang et des espaces naturels attenants (réserve).

Commune de Léon, étude de contribution au PLU, Landes (40) ENSAP BX Fev. -Juin 2008

UNE VILLE PARTAGÉE ENTRE ESPACES NATURELS ET FORÊT DE PRODUCTION

Les grandes problématiques -Comment se développer tout en préservant les multiples facettes de cette ville (Airiaux, centre dense, zones intermédiaires sous couvert forestier...)? -Comment retrouver une coeur de ville dynamique et attractif ? -Comment concilier forte pression touristique et préservation des espaces sensibles?

Combler les dents creuses Diffusions urbaines et alternances végétales. Rôle majeur des axes et rapport à l’étang. Absence de voies douces.

Se réapproprier les espaces publics Un dédale de placettes très minérales et sousexploitées en terme d’apport qualitatif à l’espace urbain.


STRATÉGIE GLOBALE -Définir des espaces constructibles ou à densifier -Développement de transversales -Conservation de respirations qui peuvent se transformer en espaces publics, traitement des franges «spontanées au contact du bâti», cheminement doux le long de la réserve...

ESQUISSE: PROBLÉMATIQUE DES ESPACES NATURELS Requalifier le front d’étang, tisser des voies douces, connecter l’habitat à la réserve naturelle, requalifier les espaces existants.

Requalification des berges

Etang de Léon

Maison d’accueil de la Réserve

Parking arboré Belvédère de la réserve

Réserve naturelle

Ambiances et qualités des espaces La forêt jardinée des berges

a

a

b Le parking organique

b


Pastoralisme et paysage «Regards, fromages et paysages en Haut Jura»

Séminaire de fin d’études- ENSAP BX Oct. 2008 -Mars 2009

DIAGNOSTIQUER,

ne a Jur Mo nts

Va ll

ée

de

la

Va ls

eri

Ha ute s

Co mb e

s

Le questionnenement tourne autour de la relation entre production, image du produit et paysge qui en résulte. Le travail de terrain en HautJura, dans l’aire de production de l’AOC Bleu de Gex, a permis de comprendre comment les logiques de la production laitière concentrent et spécialisent la ressource fourragère aux herbages les plus productifs dans le fond des combes, au profit direct des vaches laitières. Les pâtures éloignées mais aussi les «pré-bois» qui bordent directement les herbages servent alors uniquement à l’alimentation des génisses et des animaux de pension. Aussi, à travers la constatation de la fermeture des pré-bois et du boisement des pâtures pentues, le rapport des éleveurs aux ressources pastorales se lit un ensemble de signaux qui témoignent du changement. L’objet de l’étude est de se questionner sur la valeur de ces espaces intermédiaires et de leur devenir.

ET COMPRENDRE LE FONCTIONNEMENT DES PAYSAGES

Paysages et pâtures Versant ouest : -Un apparent système étagé -Une hêtraie/sapinière

Pays de Gex

Siège de l’exploitation: prairies de fauche en fond de vallée et pâtures pour les vaches laitières Deuxième site de traite et pâtures de proximité

Versant est: étagement moins marqué, prédominance de la hêtraie

Extensions: prairies de fauche et /ou pâturages de génisses

Crête: -Pratique pastorale provenant du Pays de Gex et de Suisse


SE PROJETER: LES DIVERSES POSSIBILITÉS D’ÉVOLUTION

>Situation actuelle, Vallée de la Valserine

> Scénario de continuité: pas d’intervention

>Fermeture du paysage: enrésinnement et abandon agricole

>Ouverture: redéploiement agricole, maîtrise de l’enrésinnement et maîtrise du bâti

INTERROGER LES AUTRES MODÈLES PASTORAUX, LES AUTRES «SYSTÈMES» PAYSAGERS

Rosée de Pyrénées (66) Replats pâturés, intégrés aux parcours, fauchés au printemps. Ces parcs sont isolés durant cette période puis pâturés en regain.

Parcours de printemps (avant estive) sur versant Nord, dans la hêtraie avec quelques replats de pâtures.

Exploitation et gîte «El Casal», comporte davantage de parcelles «grasses» dans les replis de vallons.


Échelle Intercommunale (40) Communauté de communes de la Haute Lande, contribution pour le PNR des Landes de Gascogne Au premier abord, le territoire des sept communes de la communauté de commune de la Haute Lande (Commensacq, Sabres, Labouheyre, Trensacq, Luglon, Escource et Solférino), semble uniforme et plat.

Sept. 2007 -Mars 2008 ENSAP BX

Un territoire de passage entre des pôles mais relativement à «l’écart» du développement

Son paysage est essentiellement composé de routes rectilignes et de vastes parcelles de pins et de maïsiculture. Pourtant, de nombreux chemins forestiers parcourent ce territoire au cœur de la forêt et mènent au bord de la Grande Leyre. La présence de l’eau est discrète, alors que c’est elle qui structure, organise et conditionne ce « paysage caché». Trop souvent reléguée à des contraintes techniques, l’eau est pourtant un support de projet et de développement local à explorer. C’est un atout pour ce territoire qui peut être exploité et surtout valorisé par l’ensemble des acteurs. Le diagnostic paysager s’appuie donc sur cette thématique, la stratégie se décline ensuite en volets territoriaux, ici, la traverse Tresacq-Commensacq.

L’EAU...UNE OSSATURE TERRITORIALE

La Grande Leyre Comensacq

Pinède cultivée

Trensacq

Pinède cultivée

La Grande Leyre: Rivière à fond plat, marquée par une dissymétrie et une importante ripisylve: osmondes, saules, frênes, aulnes, chênes…

Chemin d’exploitation

La continuité de la Barrade de Chinan.

Un système de plateaux découpés par le réseau hydrographique . Des manifestations de l’eau très variées (crastes, barades, rivière, ruisseaux...etc).


L’EAU...UN ANGLE D’INTERVENTION DANS LE PAYSAGE Diagnostic du paysage autour de la problématique de l’eau

Chat. de Guidenson

Trensacq

Pont de Pouloye

Commensacq

Pont des chèvres Anc Moulin

L’EAU COMME OUTIL DE VALORISATION DES TERRITOIRES Exemples d’actions: Les cheminements de découverte et de restructuration. Découvrir la forêt galerie et sa ripisylve, resructurer les interfaces villages/espaces agricoles...

Riv. de Taron

Commensacq

Le Mougnocq

Pont de Pouloye

Anc. moulin

Trensacq

Barade de Chinan

Repousser les zones de parking

Le Mougnocq et sa ripisylve: rétablir la chênaie

L’EAU COMME OUTIL DE VALORISATION DES BOURGS L’eau constitue des articulations de qualité à exploiter

1

2

Commensacq

1 Lavoir

Église 2

Se réapproprier les berges à partir d’ambiances naturelles


Pays Sud Charentes (16) Contribution à l’élaboration de la charte paysagère Secteur de la vallée de la L’Auzonne à la vallée de la Lizonne

Les entités du Pays Sud Charentes

Lizo nne

Ce vaste territoire se décline en neuf paysages: la champagne viticole, la Double, la champagne chalaisienne, les collines du Montmorélien, les coteaux du Lary, la vallée de la Dronne, la vallée de la Tude, la vallée de la Lizonne et enfin les coteaux de la Lizonne. Le territoire est ensuite découpé en cinq secteurs d’études. Le secteur qui sera développé ici (jaune) sera «la valléee de la Dronne et de la Lizonne : à la confluence entre les collines de Montmoreau, les terrasses alluviales du département de la Dordogne et la vallée de la Dronne. La ligne de crête est la charnière entre deux paysages bien distincts. C’est aussi l’épine dorsale d’un système de vallées perpendiculaires à la Lizonne et à la vallée de la Tude. La vallée de l’Auzonne, affluent de la Dronne, constitue la limite paysagère de ce territoire, de nouveau affirmé par une ligne de crête.

LES PAYSAGES DE LA VALLÉE DE LA LIZONNE ET DE L’AUZONNE Le fond de vallée de la Lizonne: les tourbières. Patrimoine lié à l’eau (moulins, lavoirs...) et peupleraies.

Paysage de crêtes: communication avec les vallées dissymétriques et avec l’ensemble du paysage (fenêtres sur le paysage). De plus, il comprend un axe (historique) de traversée du territoire.

nne Auzo

Les vallées dissymétriques. Important réseaux de fermes de caractère. Jeu de reliefs et d’implantation (village dans les vallées secondaires...) Vallée de l’Auzonne: décloisonnement et présence d’arbres isolés (remembrement). Grand parcellaire, fort dévelopement des vergers.

ENSAP Bx Fev. -Juin 2008

nne Dro


DYNAMIQUES ET ENJEUX DU PAYSAGE

Fond de vallée

Réouverture et mise en valeur des tourbières sur les deux berges. Développement des peupleraies: limiter la fermeture des berges et retrouver un lien entre villages et vallée (physique et visuel) Mise en réseau du patrimoine de la vallée (fonctionne avec la réouverture et la mixité des milieux)

Vallons, versants, vallées dissymétriques Mise en valeur/redécouverte des pelouses sèches à orchidées (natura 2000) Entretien/redéploiement du bocage, notamment autour des champs de maïs Arbres isolés: Prise en compte/renouvellement du patrimoine. Maîtriser les extensions urbaines en s’inscrivant dans les trames existantes Conserver la lecture du patrimoine de fermes et s’appuyer sur ces logiques d’implantation pour faire perdurer ce paysage de vallons habités

Crête boisée

Créer des fenêtres paysagères et des systèmes de clairières

EXEMPLES DE FICHES ACTIONS

1. La route des crêtes: structures de fenêtres paysagères et accroches aux vallées

Vaux Lavalette

Salles Lavalette

Palluaud Bors Montignac le Coq St Séverin

Aubeterre

Cônes de vues existants à préserver et encadrer (végétal) Cônes de vues à créer: sur les villages ou sur l’ensemble d’un paysage Ouvertures: clairières, vignes ou pâtures Créer des connexions végétales entre crête et villages Connecter les deux axes de crêtes pour créer un axe de découverte continu Créer des belvédères, aires d’arrêt, aires d’accueil

Tisser des liens et structurer les trames boisées pour créer des rythmes


SCoT - Plaine Du Roussillon (66) Diagnostic paysager et orientations territoriales Phase Diagnostic/PADD Le SCoT de la plaine du Roussillon se construit dans un modèle d’expansion des activités et du bâti, dans un paysage en perpétuelle mutation. A cette pression se rajoute le contexte général de déprise agricole, particulièrement viticole. Ce cumul de phénomènes provoque un morcellement des territoires et une concurrence foncière entre agriculture et développement du bâti. Les territoires basculent donc peu à peu vers un paysage «non maîtrisé». Face à ce constat, les élus se sont mobilisés en tous points (maintien agricole, maîtrise des étalements urbains...).

L’angle paysager se propose ici comme une approche globale des diverses problématiques. Il s’agit de poser les grands enjeux de chaque territoire et de traiter de la spécificité de certains espaces de la plaine (les «prades», dépressions humides et les franges urbaines). Le diagnostic est décliné en entités, (découpe faite depuis observations sur le terrain) puis propose en conclusion trois cartes de synthèse. En plus des entités paysagères, ce volet paysager traite de la spécificité des zones de contact entre les paysages (vallée maraîchère, coteaux...) et de la couronne urbaine de Perpignan.

DÉFINIR DES ENSEMBLES PAYSAGERS COHÉRENTS

Cette découpe est la première réalisée sur le territoire du Scot, il s’agissait donc aussi de définir les logiques et compositions de chaque entité.

AURCA- Agence d’URbanisme CAtalane Dec. 2009 -Mai 2010


DÉCLINER LES SPÉCIFICITÉS ET ENJEUX PAR ENTITÉ

Exemple: le Ribéral et les vergers du canal de Perpignan

Interface entre la vallée de la Têt /les Orgues d’Ille/le plateau granitique de la Roupidère

Falaise érodées des Orgues d’Ille sur Têt Coteaux granitiques de la Roupidère

Interface entre la vallée de la Têt et les Orgues d’Illesur -Têt Plateau viticole de Força Réal Nord

Vallée de le Têt rive gauche, le Ribéral Corneilla-la-Rivière Coeur de ville, Celler.

Ille-sur-Têt accroché à la départementale

La Têt N 116

Développement de villas le long de la limite entre vallée et coteau, une dégradation notable

La trame agricole Exemple de trame dans le coeur agricole du Ribéral. Mutation vers une trame bocagère monospécifique de peupliers et abandon des canaux face au développement des forages et du goutte à goutte.

ENJEUX SPATIALISÉS

Maraîchage en tunnels

D 916 Accumulation d’axes, lit de la Têt fortement contraint

Anciennes haies de cyprès

La Têt

Nord

Vers Thuir Vignes

Maraîchage Le Castelnou Portion calibrée et présentant des enrochements.

D 612, alignements de platanes remarquables Haie jeune de peupliers Vergers de pêchers Saint Estève

Les Orgues d’Ille

Ille-sur Têt

Pézilla-la-rivière Millas

Le Soler

Thuir


LA SPÉCIFICITÉ DES FRANGES URBAINES... Habitat à l’arrière des bâtiments

Ce volet du diagnostic traite de la spécificité des interfaces urbaines. La rencontre avec des paysages plus ou moins structurés et des logiques de développement ont mené à des typologies différentes.

Saint-Eugénie Maison de retraite

Maraîchage

Rencontre entre le paysage maraîcher de la vallée de la Têt et espace urbain.

La Têt et sa ripisylve: cannis, peupliers, aulnes...

D916

Le Soler Espace déstructuré,disparition des haies, grandes ouvertures sur les bâtiments en tôle ondulée

Décloisonnements et mixité des usages, un paysage en manque de structures.

Vergers Serres agricoles

Interface entre espace urbain et paysage de la Salanque. Mitage par îlots d’habitats, le long des axes secondaires ou en diffus. Fragmentation des espaces agricoles

Résidus de haies agricoles (cyprès)

Mas Béarn

Friches et jardins Maraîchage

Ouest

D 1 vers Bompas Clos Saint Louis Est

Vignes

PRISE EN COMPTE ET RENFORCEMENT DES ÉLÉMENTS PAYSAGERS STRUCTURANTS Cette carte met en avant l’arrête dorsale paysagère, englobant les grands horizons et petits éléments paysagers de référence qui jalonnent la plaine.


LES ORIENTATIONS AGRICOLES, ENVIRONNEMENTALES ET PAYSAGÈRES Cet axe propose de tisser une cohérence entre espaces agricoles et espaces naturels pour constituer une armature qui permet ainsi de construire des continuités dans la plaine vers la frange maritime et l’écrin montagnard.

LA REQUALIFICATION DES TERRITOIRES Cet axe de réflexion englobe des problématiques variées, comme la lutte contre l’érosion des sols, la requalification des ripisylve...il s’agit de se questionner ensuite sur des solutions concrètes qui peuvent s’appliquer sur plusieurs territoires.


Trois piémonts...(66) «Les piémonts, des paysages d’entre-deux: se fonder sur l’identité des territoires pour répondre aux mutations», Travail Personnel de Fin d’Études. Albères, Aspres, Côte Vermeille, contribution à la charte paysagère du Pays Pyrénées Méditerranée.

2010 -2011

Ces trois territoires présentent donc des phases évolutives et des contextes physiques et humains qui ont crée des paysages finalement différents: la côte Vermeille, résolument touristique, tournée vers l’activité maritime où la viticulture perdure en tirant partie de la qualité des terroirs, des paysages et de leur prestige.

L’étude qui suit se construit en trois temps : les piémonts dans le grand territoire et leur rapport à la plaine du Roussillon ou à l’espace maritime, les piémonts dans leur spécificité puis un regard qui s’arrête sur le territoire des Aspres, en pleine mutation. Cette dernière section, s’attache à offrir des propositions et des logiques de développement à partir d’héritages paysagers disparus, en place ou à partir de nouvelles dynamiques.

Le piémont des Albères et son prolongement dans la vallée du Tech laisse entrevoir des espaces délaissés, un habitat diffus, une fragmentation de bas de versant qui détachent peu à peu la vallée de ce piémont.

L’analyse et le diagnostic du territoire proposent donc une lecture à diverses échelles, qui croise les regards et amène au constat de la divergence de ces territoires malgré des paysages aux qualités et aux problématiques partagées (implantation des villages, territoires satellites de la plaine, problématique de développement de l’habitat...).

TPFE - Dîplôme de fin d’étude ENSAP Bx

Enfin, les Aspres, piémont vallonné qui s’étend lascivement vers la plaine, peu à peu gagné par des dynamiques de développement urbain, s’enfonce dans la déprise viticole.

I. LES PIEMONTS DANS LE GRAND TERRITOIRE DE LA PLAINE DU ROUSSILLON ORGANISATION DU TERRITOIRE

Plaine du Roussillon êt

T La

PERPIGNAN

Thuir Piémont des Aspres

Saint-Cyprien Argelès s/mer

Massif des Aspres Le

Elne

h ec

T

Céret

Le Boulou

Piémont des Albères

Côte rocheuse

Massif des Albères

Piémont de la Côte Rocheuse


LES ENSEMBLES PAYSAGERS

PERPIGNAN

La Têt THUIR

ELNE

ARGELES Le territoire se définit en grands ensembles paysagers, dont les imbrications sont complexes, les franges de glissement entre ces paysages sont en effet soumises aux mutations agricoles (avancement des fronts boisés) ou aux évolutions des emprises humaines. Cependant, ce territoire se découpe en suivant des logiques géographiques et agricoles.

h

ec

T Le

LE BOULOU

CERET

DES TERRITOIRES DE DYNAMIQUES ET «D’ENTRE-DEUX» PAYSAGER, LA TROISIÈME ÉCHELLE PAYSAGÈRE

La grande couronne de Perpignan: la plaine urbanisée. Les piémonts sont encore en recul de ce paysage. Secteur de transition entre le paysage urbain et le paysage rural des massifs. Ce secteur intègre les piémonts, il donne un sens à la lecture du paysage de la plaine d’une part et de la montagne d’autre part. Cet ensemble présente un développement intermédiaire. Les paysages d’arrière pays, correspondent aux massifs, ils sont peu dynamiques. Ils constituent «le cadre paysager de la plaine»

Le regard porté sur le territoire aujourd’hui intègre uniquement deux échelles de lecture: le paysage de la plaine et le paysage des massifs, «l’arrière-pays». Les piémonts, (dans une large acceptation géographique qui intègre les prolongements) sont l’affirmation d’une autre échelle de lecture, les paysages intermédiaires.


HYDROGRAPHIE, RELIEF ET HABITAT Les piémonts sont des territoires de transitions hydrographiques, topographiques et paysagers. Les piémonts sont avant tout des paysages physiques, mais leur réalité diverge: les Aspres présentent un vallonnement très doux, la Côte Vermeille une transition très rapide entre mer et montagne, qui contraint le développement urbain, et les Albères sont à cheval entre ces deux modèles.

Perpignan Prolongement en arêtes érodées et replis vallonnés des Aspres

Massif boisé des Aspres

Les Aspres viticoles

Le Tech

Argelès

Le Boulou

Piémont Les Albères

La Côte Rocheuse

Le Néoulous

Une organisation urbaine qui répond au relief Les Albères Une inscription en pied de versant, étalement de piémont et développement du front boisé et des friches

St André Sorède Laroque

Les Aspres Sur les derniers replis du massif s’installent des villages perchés (Banyuls Dels Aspres)

St Jean Lasseille Tresserre Passa

La Côte Vermeille A l’embouchure des cours d’eau, dans les anses s’installent les villages (Port-Vendres)

Banyuls sur mer


UNE CROISSANCE URBAINE SOUTENUE QUI PEINE À TROUVER DES REPÈRES

L’habitat dans la plaine du Roussillon

Ce territoire est historiquement un modèle de densité villageoise avec des formations concentriques de type «cellers» ou en noyaux très denses qui épousent les reliefs. La plaine nous montre un étalement urbain qui questionne sur la forme des extensions mais aussi en termes de coupures, de perméabilités des espaces, de conflits avec l’activité agricole...etc.

PERPIGNAN

THUIR ELNE

Secteurs des campings d’Argelès sur mer, le paysage touristique du littoral

La fusion ThuirLlupia

Les échappées sur les versants

ARGELES

Des villages encore compacts

CERET

LE BOULOU

La fusion progressive des villages de piémont des Albères Les échappées de villas

Des continuités urbaines se tissent sur la côte

Banyuls sur mer

Le tissu urbain du Boulou s’étend considérablement et crée une articulation dans la vallée du Tech

De forts atouts architecturaux hérités qui participent à la qualité paysagère Les caves (deux bâtiments accolés)

Allée d’accès, platanes remarquables

Castel de Blès, vallée du Tech

Nord

Bâtiment d’habitat «château», façades et bâtiments très travaillés (aujourd’hui largement remaniés). Les bâtiments forment une cour éclatée et discontinue

Ces mas sont des structures redondantes, ils s’implantent souvent sur des hauteurs et sont très présents sur le territoire. Cependant, la dispersion urbaine actuelle tend à gommer ces implantations.

Des modèles de densité historique, la «cellera» La cellera est un modèle de développement villageois (XIème) qui se bâtit en couronnes de celliers qui s’enroulent autour de l’église, dans le périmètre du sacré. Exemple de cellera castrale de Laroque des Albères (en vert les faubourgs). Ici, le château trône sur un éperon rocheux. Sur la périphérie de la Cellera se détache la toiture de l’église.

Allée d’accès, platanes remarquables


ÉVOLUTION DE L’OCCUPATION DU SOL, LA QUESTION AGRICOLE

Le paysage au début du XXème siècle

Cette représentation (issue du montage de planche des archives) montre la période de spécialisation viticole du territoire.

Thuir Bages

Trouillas

Elne

St André

Argelès s/mer

Le Boulou Laroque des Albères Banyuls s/mer

L’occupation du sol actuelle (2003)

Cette représentation montre une forte régression du vignoble, un retour à la polyculture dans les vallées, un boisement qui descend depuis la montagne vers le piémont aujourd’hui sous forme de friches à des stades divers. Ces friches s’intercalent aussi dans les ensembles viticoles.

Les Aspres viticoles Vallée du Tech Massif boisé des Aspres

Piémont des Albères Les Albères

La Côte Rocheuse


SYNTHÈSE À L’ÉCHELLE DES TROIS PIÉMONTS Cette carte illustre les problématiques: l’eau (érosions des sols dans les Aspres qui saturent l’étang de Canet, conservations des canaux dans la vallée du Tech...), la descente du front boisé et le développement de la friche, la diffusion de l’habitat étroitement liée à l’organisation de la plaine et des axes.

Perpignan Vallée de la Têt Étang de Canet Saint Cyprien

Thuir

Elne

Les Aspres viticoles La basse vallée du Tech

Le massif boisé des Aspres Céret

Argelès

Le Boulou

Les estives des Albères

Espagne

II. TROIS PIEMONTS, TROIS SITUATIONS, TROIS TEMPORALITES DES PAYSAGES

EXEMPLE DU TERRITOIRE DES ASPRES (LES TROIS SONT DÉVELOPPÉS DANS L’ÉTUDE) Du massif boisé des Aspres à la vallée du Tech Le Massif boisé des Aspres Boisements Serrat de Lloulastre -200 m-

Les Aspres viticoles Alternance de vignes et de boisements Fourques -150 m-

La vallée du Tech Développement de friches sur les coteaux Passa -122 m-

A9

Terrasses alluviales, vergers et maraîchage

LGV D900

Banyuls Dels Aspres -100 m-

Le Tech -30 m-

La Galserane

La Canterrane

Terrats (cellera)

Fourques

Co-visibilité entre villages, faible étalement urbain mais dégradant, atouts paysagers naturels (vallée de la Canterrane), implantation spécifique des bourgs, progression de la friche, mitage urbain sur les versants qui donnent sur la plaine.


PROBLÉMATIQUES DU TERRITOIRE DES ASPRES PERPIGNAN

Villeneuve de la Raho

THUIR

Terrats

ELNE

Trouillas

Fourques

Ortaffa

Tresserre

LE BOULOU

Les problématiques de développement bâti

La problématique de l’eau A gauche: Confrontation entre diffusion urbaine à maîtriser et héritage non pris en compte (villages perchés, mas isolés...) A droite: La problématique de l’eau, érosions de sols, l’eau dans les espaces urbains, la qualité des espaces naturels (vallées) ou encore la problématique d’inondation.

Dynamiques agricoles et reconquête forestière

A gauche: Le développement de la friche génère de nouveaux paysages, à encadrer ou à requalifier (retour agricole). De cette problématique découle celle de l’incendie. A droite: La valorisation des paysages: requalifier l’axe et le réemployer dans la mise en valeur du territoire, question des paysages remarquables (jaune), et plus largement du paysage viticole de grande qualité.

Valoriser les paysages «naturels», agricoles et le patrimoine bâti


III. PIEMONT DES ASPRES: ORIENTER et MAITRISER LES MUTATIONS PAYSAGERES

AXE 1: «MISE EN AVANT DES ATOUTS NATURELS ET AGRICOLES»

Exemple d’actions: «les traverses et connexions inter-communales: des voies de découverte qui peuvent (re)constituer l’armature paysagère» Reconstruire le paysage routier et se réapproprier les traverses

Saint-Jean Lasseille

b

a

a Brouilla

b

Banyuls dels Aspres

b

a

a

Voies intercommunales: théâtraliser le paysage

a

Chêne liège, très décoratif et exploitation intéressante. Arbre emblématique

Chêne pubescent

Quels arbres isolés? -Chêne vert, Quercus ilex -Chêne liège, Quercus suber -Chêne pubescents, quercus pubescens, marcescents ou pas -Olivier, Olea europa -Mûrier, Morus Alba -Cyprès de Provence, cupressus sempervirens (ou port éclaté = horizontalis) -Pin pignon, Pinus pinea

Mûrier

Chêne vert Ports des trois chênes

Voies «rurales»: les fruitiers pour un paysage partagé

b

Cerisiers

Chêne pubescent existant

Mûrier blanc

Amandier

Figuier

Sur quelle palette de fruiters se baser? -Mûrier, Morus Alba -Les figuiers (Ficus carica) -Cerisiers, Merisiers (prunus cerasus, prunus avium) -Amandiers, Prunus dulcis, abricotiers et pêchers -Poiriers, Pyrus communis -Cognassier, Cydonia vulgaris -Plaqueminier ou kaki, Diospyros kaki -Noisetier, Corylus Avellana ou noisetier franc, Corylus maxima (espèce méditerranéenne) -Grenadiers (Punica granatum) Deux profils bien particuliers: Morus alba et Ficus carica


Exemple d’actions: «A l’échelle des vallées: mettre le paysage en avant dans sa globalité , exemple de la vallée de la Canterrane»

Des actions combinées pour préserver et tirer partie de ces paysages Gestion forestière. Travers boisé (chênaie dans les replis et ravins) et alternance de milieux: taillis, fourrés, maquis, et garrigues au contact des coteaux. Sélection de sujets; évolution du travers vers un système forestier qui peut s’orienter vers de l’exploitation du chêne liège.

Conserver un lit ouvert. Lit de la Canterrane: paysage aride de grande qualité, étant donné le caractère temporaire de ces cours d’eau, possibilité de pratiquer le lit pour profiter de l’ambiance.

a

Faire descendre le couvert jusqu’à la berge: ce qui n’est pas le cas aujourd’hui

a

c

b

d

c

Épaississement de Améliorer le fonctionnement et la berge conserver ce paysage de mares si particulier

e

Espaces ouverts pour conserver des espèces thermophiles en place: lavande, cistes, ajoncs...

Tamaris et canisses qui maintiennent les berges

Parcours sur les coteaux viticoles: ouvertures sur les vallées, mise en avant des parcours (cf, plus haut partie 3). Maintien d’une bande végétale (Quelques arbres qui émergent: pins, chênes, cyprès et une strate arbustive et herbacée dense pour maintenir la structure et ralentir les ruissellements

Maintien/ replantation d’arbres remarquables et de haies qui animent cette terrasse

d

b

Chêne pubescent

Maintien et redéploiement agricole. Terrasse viticole: dynamique d’enfrichement vers l’amont. Ambiance ouverte, nécessité d’une conservation de l’activité agricole pour maintenir la qualité de lecture

Tamaris africana dans la succession d’ourlets qui génèrent des dépressions plus humides

Chêne vert Micocoulier Robinier Frêne

Coteau plus dense, ombrée

Vignes Terrasse alluviale

Lit mineur de la canterrane Talus artificiel existant

e

Chêne pubescent

Falaise érodée Ces formations nécessitent une gestion: davantage conserver la végétation de tête de falaise et limiter le développement au pied Terrasse de la Canterrane, de ces ensembles pour en dégagement du fond pour conserver la lecture conserver la lecture de ces falaises

Nord Ravins, développement d’un habitat spécifique à conserver pour maintenir les falaises et une évacuation douce de l’eau


AXE 2: «LE MAINTIEN ET LE RENOUVEAU DE L’ACTIVITÉ AGRICOLE»

Exemple d’actions: «Façonner des îlots forestiers sur les crêtes et versants pour accompagner les évolutions: une réponse qui s’inscrit dans la lutte incendie, la conservation des terres agricoles et dans l’évitement d’une fermeture généralisée des paysages» Mas

Cette logique permet de dégager les couronnes urbaines et de se concentrer sur une valorisation des îlots viticoles.

Village et connexion du village à l’îlot forestier

Îlots central: lutte contre l’enfrichement pour conserver les terres favorables. Application des mesures de l’axe 1: dégagement et valorisation du bâti, travail sur les axes et le patrimoine. Mise en place d’une trame anti-érosive (axe 3)

Îlots forestiers sur relief et secteurs déjà largement en déprise

Axe 1 connexions intercommunales

Propositions d’îlots mixtes qui exploitent les potentialités agricoles Ravin, connexion à un autre îlot D2 vers Saint Jean Lasseille

Parcelles gyrobroyées pour conserver un stade ouvert ou arbustif, favorable à une activité apicole et petit gibier Conversion de la friche vers une chênaie mixte (3 chênes)sur sélection ou semis, raccord au boisement existant Futaie mixte avec rajout du pins pour la valeur d’exploitation

Suberaie, implantation en fond de vallon, en mélange avec chênes pubescents Parcelles de nouvelles cultures (aromatiques type lavande ou essais d’agro-foresterie) Boisement existant renforcé et sélection pour varier les classes d’âges et essences

Parcelles hors îlots, orientation viticole, priorité pour actions agricoles D2 vers Brouilla

Les possibilités de conversions, selon les stades d’enfrichement

La chênaie mixte (3 chênes)

Stade arbustif et arboré mixte pour apiculture

La chênaie mixte avec pins

L’agroforesterie

Exemple possibles: -Vignes/oliveraies -Aromatiques/oliviers -Vignes/chênes lièges....

La suberaie


AXE 3: «PROBLÉMATIQUE DE L’EAU, ÉROSION DES SOLS, : MAINTIEN DES SOLS, RESSOURCE... RETROUVER/CONSERVER DES TRAMES DES VALLONS AUX VALLÉES»

Exemple d’actions: «dans les pentes: ralentir et capter les ruissellements» La haie ou haie sur talus: richesse paysagère, écologique et production ponctuelle (liège, amandes..)

La murette combinée au fossé Emprise de 10 m avec bandes enherbées

Chêne liège

Chêne pubescent

Amandier sauvage Vignoble

Ruissellement

Bande enherbée sur les tournières

Chemin agricole

Tournières enherbée

Vignoble

Zone de stockage et d’infiltration des eaux

merlon végétalisé

Murette équipée de barbacanes

Emprise de 5/6m

Exemple d’actions: «orienter les écoulements vers les zones tampons et mise en place de mares: capturer les matériaux, offrir des zones de débordements et ajouter une dimension écologique Exemple d’installation d’une zone tampon à la confluence de ravins et le long d’un ruisseau temporaire

Réseau de bandes enherbées pour orienter l’écoulement

Détail de la zone tampon Chêne pubescent/liège

Fossé arboré et enherbé de collecte des eaux

Peuplier

Frêne

Talus végétalisés: casser la pente et absorber

Zone tampon arborée, ponctuée de dépressions (mares)

Chêne

Robinier

Chemin de fond de vallée

Talus Berge cassée: inciter le Ruisseau Creusement de dépressions: débordement mares Zone de débord: filtration et écrêtement des crues

Multiplier les milieux humides pour favoriser la richesse. Le discoglosse peint, endémique


AXE 4: «LA MAÎTRISE DE L’HABITAT ET LES POTENTIALITÉS DE DÉVELOPPEMENT»

Exemple d’actions: «les villages rives, des potentialités d’extensions en s’accrochant à la terrasse agricole ou au bourrelet rivulaire» Terrats, schéma de développement possible: s’étirer pour conserver le rapport à la vallée et la qualité d’inscription

Dialoguer avec la vallée en jouant avec les boisements Coeur historique existant, cellera

Reprise de la logique depuis l’axe de traversée Solution qui permet de conserver la coupure Coteaux viticoles

Lier village et vallée Terrasse agricole à préserver

Le jeu d’avancées permet d’entrevoir l’habitat ou pas à travers la lanière boisée, en jouant avec l’épaisseur.

Exemple d’actions: «geler certaines interfaces pour requalifier et pérenniser des rapports de qualité au paysage» Place centrale, sur la Jardin belvédère entre hauteur du village village et jardins, qui ouvre sur le paysage.

Conservation des trames ligneuses

Remise en culture des parcelles, autour d’un projet agricole (vergers?).

Terrasses agricoles et jardins dans les pentes: une organisation qui apporte à la qualité de vie

Exemple de gestion d’un versant. Le projet propose de maîtriser l’ensemble d’un versant. Cette intervention permet de créer des jardins familiaux connectés au village, ainsi qu’un jardin belvédère.

Effet paysager: dégagement du profil urbain Les parcelles de jardins familiaux, ponctuées par le végétal qui soulignent les terrasses

Parcelles remises en culture Le jardin belvédère


Domaine de Roquesérière (81) Restauration du parc en place et création de nouveaux ensembles. Partir de l’existant et restructurer, dessiner un jardin méditerranéen rustique. Maîtrise d’ouvrage : aaa Atelier d’Architectes Associés Parc de particuliers : intégration de l’existant, arbres anciens, dynamiques végétales spontanées, logiques d’axes, traversées et vues. Construction de nouvelles logiques et espaces de vie.

Free-lance AccrochePaysage Oct 2011-Janvier 2012 3 ha

Travail sur les deux façades et traduction de la volonté des propriétaires d’avoir un jardin méditerranéen autour de la piscine. Projet réalisé en collaboration avec le paysagiste DPLG Florent Ville.

ESQUISSE DES ESPACES ET ACTIONS PAYSAGÈRES L’ALCÔVE. Conserver/éclaircir le fourré existant et enrichir en espèces fruitières et baies pour les oiseaux.

Éclaircissement et sélection dans la FRANGE BOISÉE. Créer un point d’appel en face (bosquet ornemental?).

P R O M E NADE belvédère

JARDIN SUD, détente, un peu d’ombrage pour l’été. Supprimer les petits sujets et planter quelques arbres en isolé.

RENFORCER et RESTAURER l’allée d’entrée (bilan sanitaire). Renouvellement des sujets, plantation d’arbres à vocation ornementale (feuillages d’automne...).

Mélange de ports arbustifs et de petits arbres (formant des voûtes) composé d’essences fruitières consommables et d’espèces favorables à la faune. Relever le couvert pour sculpter le végétal.

ESPACE DE DÉTENTE, loisir, jeux de balles...connecté à la piscine.

FILTRER. Haie filtre semi-opaque. Jeux de séquences et de rythmes. Pommiers, Cerisiers (guigniers, merisiers ou RESTAURER LA MARE cerisiers à fleurs), Prunus, noisetiers (dont tortueux), Point d’eau qui peut apporter arbre de Judée, cornouillers, sorbus, Crataegus... une qualité paysagère au jardin et un volet environnemental.

JARDIN MÉDITERRANÉEN Massifs légers et relativement ras, structuration avec petits arbres dans les massifs

SYSTÈMES DE VUES ET JEUX DE PLANS Vues depuis le jardin

Fourré dense, secteur fermé intime

Vues depuis l’alcôve et la promenade belvédère

Vues depuis les parvis de la bâtisse

CLAUSTRA d’entrée

HAIE DENSE . Capter le regard jusqu’à l’entrée de la bâtisse

Petits filtres intermédiaires (petits arbres, arbustes) CRÉER DES FENÊTRES Bosquet qui assure la découverte du second plan

ENCADRER LES VUES

Second plan arboré qui assure l’intimité de la piscine

Mélange de hauts jets et de cépées pour créer des écrans et des fenêtres . Haie champêtre, avec note méditerranéenne

Créer un effet de découverte du jardin sud Ce claustra est réalisé à partir de traverses dressés. Cette structure est agrémentée de grimpantes: Hydrangea, rosiers, clématites... Ce claustra formalise l’entrée sur la façade sud. Haie filtre semi-opaque. Jeux de séquences et de rythmes créés par les séquences de plantation


EMPLOYER ET RENFORCER LA TRAME EXISTANTE RESTAURER LA MARE ET EN FAIRE UN ATOUT PAYSAGER

RENFORCER L’ALLÉE CENTRALE EN ACCOMPAGNANT LA PERSPECTIVE

Conserver uniquement les beaux sujets pour limiter l’ombrage et les feuilles dans la mare= conserver le chêne remarquable

Curer et reprofiler la mare

C’

Berges sèches Berges humides

Espaces intermédiaires

-Astilbes -Alchémille -Eupatoire -Lysimachia -Teucrium hyrcanicum -Epimedium x Youngianum (à l’ombre)

Hibiscus des marais (1,5m)

Astilbes (de 0,3 à 0,8 m)

-Hibiscus des marais -Astilbes (couleurs variées) -Darmera peltata -Carex pendula ou grayi -Iris de Lousiane

Darmera (1 m)

Niveau fluctuant, mare à sec l’été

-Allée d’entrée: Renforcer l’existant. Miser sur des ports variés et relativement imposants, qui permettent de dégager les troncs pour offrir des percées sur les champs .Cette palette peut offrir des feuillages d’automne intéressants et vise une palette ornementale:

-Iris jaune -Darmera peltata -Carex pendula ou grayi -...

-Palette possible: Érables (nombreuses variétés), chêne rouge, tulipier, tilleul, Zelkova, liquidambar, pin sylvestre... -Possibilité d’une haie structurée qui renforce la perspective: buis, lonicera nitida (pousse plus rapide)...etc.

Iris de Louisiane 0,8m

Teucrium 0,6m

Epimedium 0,3 m

FORMALISER LE JARDIN SUD: DES TERRASSES DOUCES VERS LE BOSQUET Suppression des divers petits sujets en place. Limiter les arbres (feuillus pour laisser passer la lumière l’hiver) mais choisir des sujets en isolé (ici cerisier et savonnier). Terrasse bois et pergolas

Traversée vers l’alcôve

Palier-belvédère

Dégagement de la lisière et mise en place de bulbeuses. Sélection des sujets existants, éclaircissement

Traverse de bois

COUPE DU JARDIN MÉDITERRANÉEN Coupe A-A’: Accompagnement du passage sur dalle par une végétation rase encadrée par des massifs arbustifs Dalles

Massif de vivaces (30cm/1m)

PELOUSE

Massif arbustif

Plantes de rocailles rases et tapissantes (<30 cm) Lit de graviers (drainage) et petites roches de surfaces

Massif de vivaces (30cm/1m)

Massif arbustif PELOUSE


AVANT PROJET

Le plateau ombragé/belvédère La lisière fleurie

Jardin de terrasses douces au sud L’alcôve

claustra bois Terrasse bois

Jardin méditerranéen (intégration de matière minérale)

Cheminements doux (tonte)

Parterre central: végétation méditerranéenne rase, prostrée et rampante (palette 1)

La mare temporaire

Parvis

Parterres périphériques et autres massifs: vivaces méditerranéennes, hauteur plus élevée (palette 2)

ÉBAUCHE DE PALETTES POUR LA CRÉATION DES PARTERRES Palette 1: rocaille et plantes rases <30 cm

Effet de touffe: féstuca scoparia

Créer un parterre en mélange avec de la rocaille. Plantes résistantes qui sont souvent très florifères

couverture de roche (sempervivum)

Palette 2: vivaces, bulbeuses hautes...>30 cm jusqu’à 1m

Santolines et lavandes diverses

Euphorbes et géraniums

Mélange de grasses tapissantes

Plantes plus souples, feuillages décoratifs ou graphiques, ces massifs créent l’épaisseur et le mouvement. Ces parterres sont ponctués de roches plus massives qui accompagnent et structurent les masses végétales.

Accords entre végétal et minéral.

Essences envisagées: -Euphorbes (nombreuses variétés très décoratives), Asphodèlus cerasiferus, cistes, sauges, géraniums..

L’élément arboré se détache sur les parterres et offre une ponctuation verticale.

Essences envisagées: -Arbousiers, argousier, Olivier de bohème, grenadier, céanothes, colutea, Caesalpinia gilliesii, callistemons...

Epilobiums et gauras

Les petits arbres et arbustes du jardin méditerranéen

Arbousier

Utilisation d’ardoise pilée ou de petits galets pour créer la texture du parterre central

Olivier de Bohème

Grenadier

Essences envisagées: -Armérie maritime, Hépatica triloba, Sempervivums, Bulbine frutescens, Sedums, saxifrages, fétuques, Erodium trifolium....


Études d’impact environnemental Réalisation de 8 études d’impact, volet paysager et humain. Sites variés en France. Mise en place d’une démarche paysagère au sein de l’entreprise. Développement d’une stratégie d’intégration des ouvrages de photovoltaïque au sol dans les études d’impact.

l’ARTIFEX Mai 2012 - Février 2013

Stratégie développée en trois volets : analyse des sites et des impacts paysagers et humains des ouvrages, évaluation des impacts, réponses en termes d’aménagements.

ANALYSER LE TERRITOIRE ET DÉFINIR LES IMPACTS HUMAINS ET PAYSAGERS CONTEXTE HISTORIQUE, DYNAMIQUES PAYSAGÈRES ET COMPOSITION DU TERRITOIRE

Carte d’État-major, XIXème siècle

Carte IGN 1/25 000, données actuelles

Projet

Projet A

E RC

DÉFINITION DES ENJEUX LIES A LA PERCEPTION DU PROJET DANS LE PAYSAGE

Cartographie des vues et coupes proposées pour appréhender le site depuis le grand paysage

Hiérarchisation intermédiaire

des

vues;

paysage

éloigné/paysage

Vaux

2

B1 A

1

E

Saint-Victor

Saint-Victor

1

C B

E1

D A

5

Domérat

C1

3

1

4 Domérat

D

Désertines

Désertines

6 7

Montluçon

Montluçon

Cartographie réalisée sur fond IGN 1/25 000°

Cartographie réalisée sur fond IGN 1/25 000°


PERCEVOIR LE PROJET DANS LE Nord

D674 vers Angoulême

PAYSAGE

Chemin du Bois du Sourd

Exploitation agricole et habitat qui donnent directement sur les parcelles du projet

BLOC DIAGRAMME DE COMPOSITION DU PAYSAGE INTERMÉDIAIRE

Chemins forestiers

En surplomb du projet, le château de Brande Bergère (implantation schématisée)

Projet Bel Air

Lanière

PROJET

D123 vers Saint Christophe de Double

Lieu dit Le Champ de Lavergne

Bretelle de raccordement vers le centre Bourg

Lieu dit le Bois Sourd

Voie ferrée

Relief doux (vallonné) à l’Ouest. Léger décroché de relief qui est appuyé par l’installation d’ensembles bâtis de caractère

Lieu dit La Vallée

Lieu dit Boissier

«Perreguines» Future Technopôle de la Loue

Fond de vallon

Sud

Premier palier de relief Saint-Victor «Nafour»

«La Dure» Saint Alice

«Thizon»

Reliefs à l’Est davantage marqués. Le dessin du relief est accompagné par le développement de boisements Zones d’activités Les Varennes et Bel Air

ZAC de Pasquis

PROJET A RCE

Zone d’activités de Châteaugay Cimetière

Ancienne cité ouvrière

Canal du Berry RD301 Emprise RFF Sud

Parc des Expositions

Le Cher

Z o n e RD2144 d’activité


PERCEVOIR LE PROJET DANS LE PAYSAGE PROCHE Pièce d’eau Zone de dépôts de (ancienne sablière gravats

BLOC DIAGRAMME DE COMPOSITION DU PAYSAGE PROCHE

ctor

int-Vi

a Vers S

RD302

8

Secteur forestier - couvert dense ou semi-ouvert

Lacs artificiels Secteur industriel et friche arborée

Coupures dans le boisement à cause du passage de la ligne haute tension Mélange de peupliers remarquables et de chênes.

Limites du projet

Trame végétale qui accompagne le canal (peupliers, chênes, frênes...) arbres sénescents ou endommagés. Des percées visuelles se font vers le site en raison de la discontinuité de la trame.

4 3

RD301

Bouquet de chênes remarquables sur le léger relief de la frange Ouest.

5 1

6

Au Sud du boisement et long de la voie ferrée les boisements sont composés de friches denses surtout composés de chênes.

Chemin de halage

Cultures annuelles et pâtures

Arbres isolés remarquables

Arbre isolé

2

Miroiterie de la Loue

Pâtures

Secteur agricole - ouvert

Exploitation agricole (élevage caprin et bovin). Parcelles entrecoupées de diverses trames (eau et végétation)

Peupleraie et bande enherbée

7 Contre fossé accompagné d’une trame arborée et arbustive de qualité

Céréales

Pâtures

Pâtures

RCEA Les Buissonnets

Remblai routier qui s’enfriche (8/10m)

RD301

La RCEA crée une barrière visuelle au Sud du projet

Canal du Berry

Voie Route de ferrée la Loue

Projet Haie de peupliers qui coupent les parcelles de pâtures

Projet Haie basse sur cette frange (qui ceinture les pâtures et le PPE)

Voie ferrée

Limite boisée du PPE (développement de chênes sur cette frange) Voie ferrée

2 1 Vues depuis la RD301

RD301

Frange de bâtiments industriels et commerciaux Pont RCEA


DIAGNOSTIQUER LES ENJEUX CARTOGRAPHIER LES SENSIBILITÉS PAYSAGERES

Enjeu fort: peu ou pas de filtres. Vis à vis avec le projet.

Enjeu moyen: présence de plusieurs filtres (dont mélanges de résineux)

Enjeu assez fort sur l’ensemble de Bel Air: frontalité et absence de filtre végétal

Bel Air

Enjeu moyen: la vue passe au travers de la futaie. Enjeu faible: coupure assurée par une forêt d’exploitation

Enjeu fort: contact direct et ouvertures vers le projet

Lanière

Au champ de Lavergne Projet

D674 vers Libourne

Boissier

Boissier: un groupement d’habitations à enjeu faible du fait des coupures végétales. L’hiver, la réflexion des panneaux peut être partiellement visible.

La Vallée

Le Bois Sourd POSER LES GRANDES TRAMES D’AMENAGEMENTS QUI REPONDENT AUX PROBLEMATIQUES TOUT EN COMPOSANT AVEC LE SITE


INTÉGRER/COMPENSER/COMPOSER LE PROJET COMPOSER AVEC LE VÉGÉTAL EN RÉPONDANT A DES LOGIQUES ENVIRONNEMENTALES

La haie ponctuée de hauts-jets

La haie arbustive haute

Maintien des fossés et talus

La haie mixte qui se fond dans le paysage

Prairies fleuries à vocation écologique


Parc de la ZAC Bois d’Olives (974) Création/remise en valeur d’un parc de 4 hectares, Phase AVP et PRO. Maîtrise d’ouvrage : SEMADER / Commune de Saint-Pierre Le projet de la ZAC Bois d’Olives s’inscrit dans une volonté de reconquête des espaces délaissés (bord de ravine, ancien parc enfriché, aire de jeux détruite...). Les attentes des populations sont nombreuses et traduisent plus globalement une forte demande des populations pour investir et employer les lieux publics.

ZONE-UP Paysage 2012 - 2014 (projet en cours de réalisation) 4 ha - 2M €

Le programme de parc est le suivant : tisser et se connecter au quartier et au cheminement de bord de ravine, créer une aire de jeux, une Ti-caze, un parcours sportif avec équipements, des jardins collectifs, une scène, gérer les problématiques d’écoulement (le parc est le déversoir de la ZAC).

LE PROJET A L’ECHELLE DU QUARTIER / PARC, BOULEVARD VERGES ET PLACETTE, NOUVEAU QUARTIER (ILOT BERBERIS)

PERSPECTIVE DU TRAITEMENT PROPOSE EN INTERFACE DE RAVINE


LE PROJET D’AMÉNAGEMENT / COMPOSITION DE L’ESPACE

Les jardins collectifs

Placette d’entrée

L’aire de jeux

La placette belvédère

Verger/ Aire de détente

Ti’Caze

cène

La s

Ra

bris

s Ca

de vine

r

artie

u on q nexi n o C Zone de remblais redessiné (promontoire vallonné)

Noues filtrantes

La stratégie de composition du parc s’articule autours de principes liées à la gestion des eaux, à des jeux de travées végétales et à l’articulation entre les divers éléments de la programmation du parc (ci-contre, enjeux hydrographiques du site).

DÉTAILS D’AMÉNAGEMENTS : PLACETTE NORD ET JARDINS FAMILIAUX

Calepinage de basalte/ béton/herbe

Front bâti Premiè re

Placette d’entrée

lles de

Aire de détente/verger collectif

Front bâti Traitement en microplacettes intimes

s parce

Ecrin végétal qui assure un filtre avec l’espace routier

Calepinage de basalte

Ext

ens

ion

pot

ent

ielle

jardins

familia

ux


S’APPUYER SUR UNE GESTION DOUCE DES EAUX POUR QUALIFIER LES ESPACES

Cheminement central et accompagnement végétal

Noue filtrante

Prairie

LA PLACE BELVÉDÈRE ET LES BALCONS JARDINéS

Avenue Vergès

Placette belvédère ombragée

Cheminement en surplomb de ravine

Traitement doux de l’interface à la ravine

ENTRÉE OUEST / ACCOMPAGNEMENT VÉGÉTAL

Dénivelé gradient végétal

Terrasses plantées Assise sur gradins

Entrée ouest - alignement

Aires de jeux

LES JARDINS COLLECTIFS

Bâti existant

Parcelles de jardins en long

Bandes plantées qui gèrent l’intégration de Allée centrale la clôture - désactivé Parcelles de jardins en long

TRAITEMENT DE L’AIRE DE JEUX / DÉNIVELÉS QUI ACCOMPAGNENT LES ÉQUIPEMENTS

Aire de jeux pour les petits

Légers dénivelés qui articulent les aires de jeux (ensemble sous forme de parcours)

Parcours pour les moyens

Plateforme sportive

Connexion au verger calepinage de basalte


VUE D’ENSEMBLE SUR LE PARC/ LA PLACE BELVÉDÈRE

TRAITEMENT DE L’INTERFACE ROUTIÈRE / LE PROMONTOIRE

Dénivelé arboré - interface ornementale avec la RD

Promontoire - belvédère et espace de détente Plateforme de galets cassés

Axe de l’entrée Est/Ravine

Espace de détente ombragé ouvert sur la prairie

RD38 TN

INTERFACE DE LA RAVINE / TERRASSES DOUCES - ALTERNANCE DE PROMENADE EN SURPLOMB ET À L’ARRIÈRE DE LA DIGUE

La noue coulée verte qui assure la gestion des écoulements et apporte une qualité paysagère

TRAITEMENT DE LA PROMENADE À L’ARRIÈRE DE LA DIGUE

Lit mineur de la Ravine des Cabris

Essences endémiques

Fruitiers Digue existante

Zone d’expansion des crues TN

Cheminement

Prairie centrale agrémentée de sujets isolés


Extension du Parc du Colosse (974) Étude de requalification d’un site d’extraction de graviers et sables. Composition et nivellement pour création future d’un parc de loisirs

ZONE-UP Paysage 2013 - 2014 (projet en cours de réalisation)

Maîtrise d’ouvrage : SCPR / Commune de Saint-André Réhabilitation d’une carrière pour rétrocession à la commune. Réalisation de plusieurs scénarii de nivellement et d’intervention pour créer un nouveau parc qui s’accroche à celui du Colosse (existant).

Le nivellement en vue de la création d’un parc donc la prise en compte de l’utilisation future de l’espace était imposé par la commune à l’exploitant (SCPR), avant rétrocession du site.

LA CARRIERE DANS LE PAYSAGE DES PENTES NORD-EST

Réserve Naturelle et ZNIEFF(s) de type I et II Frange maritime et sentier du littoral

Parc du Colosse

Secteur de projet

Espace d’accueil Toursitique (SAR)

DES ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX à INTÉGRER AU PROJET

FORMES PAYSAGERES EN GALERIE QUI COMPOSENT LA ZONE HUMIDE CENTRALE (Fort enjeu écologique)


synthese des composantes a intégrer au projet

Friches et secteurs boisés ( Jardins, délaissés...) Espace boisé spontané du coeur de projet

Plages à galets

Parc du Colosse

Espace littoral

Petit Étang

Co

mm

erc

es

Pièce d’eau

Parkings

Zone humide

Secteur d’extraction

Parking

s) nd in ra su es ai (h

Tra

m

es

ag

ric

ol

ar RD47

Accès carrière

es

Accès p

All é (a e p rbr l es anté de e l’in ten

da

nc

e)

Calepinage agricole de champs de cannes

COMPOSITION DU SITE - CROQUIS D’ANALYSE


SCÉNARII Envisagés

Scénario doux : intervention minimale Points d’interventions /aménagements du scénario Espace écologique central préservé intégralement Arrête centrale en belvédère qui ouvre le site sur l’océan

Pièces d’eau minimales

Scénario de connexion entre les deux pièces d’eau - Axe de connexion à l’espace littoral - Espace écologique central protégé - Nouvelle pièce d’eau aux contours très irréguliers pour favoriser la conquête végétale

Scénario

RE

T

EN

U

Petit canal de jonction surmontée d’un belvédère/passerelle - bois

Scénario de mise en eau maximale - Mise en eau qui correspond à la volonté de créer un bassin de Kayak en ligne (demande communale) - Fractionnement/destruction de la zone à vocation écologique - Peu d’intérêt paysager


TRADUCTION DU PROJET EN TRAITEMENT DES NIVELLEMENTS

Zone humide, pas d’intervention Belvédère sur l’océan

PROJECTION DU SCÉNARIO RETENU


Centre d’entraînement d’altitude (974) Concours en collaboration avec le cabinet d’architectes Ferret. Programme : piscine, gymnase, stades, logements, parkings...

ZONE-UP Paysage Projet non retenu 21M €

Maîtrise d’ouvrage : Commune de La Plaine des Palmistes Concours initié par la commune de la Plaine des Palmistes en vue de créer un équipement sportif à l’échelle de l’île pour attirer des équipes nationales et sportifs de haut niveau et employer le cadre spécifique du lieu : proximité de parcours d’altitude pour les entraînements, écrin naturel d’exception...

Concours restreint, dans un contexte de projet complexe : site découpé par la Ravine, enjeux d’articulation avec le bourg, site employé pour des manifestations annuelles, accès bus, demande forte en stationnements...

DIAGNOSTIC PAYSAGER

ORIENTATIONS PAYSAGERES

ENJEUX PAYSAGERS


LE PROJET D’AMÉNAGEMENT

Requalification du parking - espace filtrant Gestion de l’interface avec la Ravine

Stade Gr

Préservation de la Ravine et des berges

ins ad

Stade et piste d’athlétisme

Axe d’articulation du projet - connexions

Bungalows

Coulée verte d’endémiques - espace multifonctionnel central

Parvis Gymnase

Bungalows

Pi sc

in

e

Plage et volley

Parkings filtrants

Espaces filtrants : forêts humides de vaccoas

Zone à fort enjeu écologique préservée


IMPLANTATION ET PROJET PAYSAGER - partie haute : piscine et gymnase Gestion des eaux Vaccoas

Forêt de fanjans et ornementales

Piscine

Gymnase

Aire d’accueil

Parvis

IMPLANTATION ET PROJET PAYSAGER - partie basse : stades et parking

Gradins/Axe structurant

Promenade/ coulée verte

Stade

Gradins

Voie

Parking filtrant

IMPLANTATION ET PROJET PAYSAGER - Coupe en travers : gradins - coulée verte - ravine - forêt - gymnase

Interface avec la Grande Ravine

Bungalows et zones filtrantes

Ravine Coulée verte

Gradins

Forêt de Palmistes

Gymnase

IMPLANTATION ET PROJET PAYSAGER - Coupe en travers : ravine - promenades - palge et aire de volley - piscine

Cheminement Ravine

Prairie et fanjans

Plage Volley

Détail de la forêt de Fanjans Palmistes et ornementales aux abords du bâti

Fourés de fleurs jaunes, fanjans, branles...

Piscine

Limite de projet

Détail de l’interface entre bungalows et ravine

Dépression de captage des hauts pluviales, végétation humide

Palmistes et ornementales aux abords du bâti

Ornementales d’accompagnement autour des bungalows

Protection de la Ravine : fourrés de branles Forêt de palmistes/ fourrés /sous bois ouverts


Jardin des peuplements (974) Jardin d’artiste - Karl Kugel - sur la mémoire de l’esclavagisme et du peuplement de la Réunion. Réalisation de la partie végétale du jardin. Maîtrise d’ouvrage : Commune de Saint-Paul

Ce projet répond à une commande du service culturel de la maire de Saint-Paul, en écho au jardin de la mémoire de l’île Mozambique. Ce jardin retrace, audelà de l’arrivée des esclaves, l’ensemble de l’histoire du peuplement de l’île et tente de traduire la société réunionnaise par le biais d’un enchaînement d’espaces.

2013 - 2014 (projet en cours de réalisation) 700 m²

Des structures « en ronds » représentent les différentes sphères de la mémoire, du collectif à l’intime. La tâche du paysagiste était donc de traduire les ambitions de l’artiste du point de vue du végétal, en révélant par les essences et ambiances les diverses sphères représentées.

PLAN DE PLANTATION - Ambiances végétales - strates arborées et arbustives

EXTRAIT DE PALETTE VÉGÉTALE

ZONE-UP Paysage


Carrière des Lataniers (974) Orientations de réhabilitation de la carrière après exploitation. étude de nivellement et mise en perspective du projet paysager. Maîtrise d’ouvrage : EGIS Environnement

ZONE - UP Paysage Etude : 2013 30 ha

La nouvelle voie littorale implique l’exploitation de la carrière des Lataniers. L’objectif et de réhabiliter ce grand site d’extraction pour minimiser les impacts (proximité d’habitat, impacts écologiques…).

L’intervention associe des principes de nivellement à différentes échelles (front de taille, micro-relief de terrasses), le développement de masses boisées et de clairières et des principes d’écoulement des eaux.

approche paysagere

STRATEGIE VEGETALE - COMPOSITION 1

Secteur de projet

2

Bosquets de pionnières merlon

Parc ZAC centre ville

Coulée verte

Le port merlon

Vo ie lit to ra le

Anciennes Carrières

gestion des eaux de ruissellement 3

LE PROJET PAYSAGER 4

5

Front de taille - Restitution d’un paysage de rempart


projet paysager: traitement frontal en amont et pentes douces

Coulée verte centrale, effet de relief éventré

Profil en long : traitement du front de taille

Récupération du TN

Prairies ouvertes

Coulée verte centrale

Remblais après exploitation pour casser les terrasses et favoriser la végéalisation

PROFIL EN LARGE EN PIED DE FRONT DE TAILLE Profil bombé sui accompagne la coulée verte

PROFIL EN LARGE/traitement du versant

Traitement abrupt et minéral de la partie haute (forme de rempart) Profil bombé sui accompagne la coulée verte

Replat qui s’ouvre


Sentier Littoral Sud (974) Parcours depuis le Sud de Saint Leu jusqu’à la Pointe des Avirons. Sentier paysager avec aires de haltes, points d’observation et requalification des abords.

ZONE - UP Paysage 2013 - 2014 90 ha - 11 km Esquisse d’aménagements 4,5M €

Maîtrise d’ouvrage : Conservatoire du Littoral Esquisse d’aménagement d’un parcours et de points d’interventions sur un site à forte valeur paysagère, environnementale et patrimoniale. Le parcours est traité comme le déroulement d’un «fil» avec des déclainaisons d’aménagements qui s’adaptent aux spécificités paysagères (matériaux, granulométrie, ambiances végétales...). Une ligne dominante du

projet autour de la matière et des logiques de socles et mobiliers rustiques. Le projet propose une signalétique en acier corten et des déclinaisons de matériaux qui s’adaptent au contexte local et fortement exposé du site : bois et pierre sur plages de sables, petits merlons d’épierrement sur falaises rocheuses...

Programme d’aménagements

PROPOSITIONS D’Aménagements Aménagement d’un point de halte ausouffleur du Gouffre

Situation de l’aménagement

Mise en perspective des déclinaisons d’aménagement

1

Garde-corps Souffleur

Détail platelage bois (1)

Détail platelage en galets cassés (2)

2


Exemple de LA POINTE D’OBSERVATION DU CAP DU PORTAIL : canaliser et favoriser la halte

Exemple de LA PLAGE DE PETITE ANSE : INTERVENTION DISCRETE


Intégration des ouvrages DFCI (974) Accompagnement des plans de massif DFCI. Adapter les ouvrages aux forts enjeux écologiques et paysagers du cœur de Parc. Proposer des logiques d’intégration des ouvrages. Maîtrise d’ouvrage : PNRun (Parc National de la Réunion) L’étude d’intégration répond à une demande du Parc National d’accompagner le développement d’ouvrages de lutte contre l’incendie en cœur de Parc (citernes, retenues, pistes…) face au développement d’incendies. L’enjeu étant de répondre aux forts enjeux d’intégration (forte patrimonialité écologique et paysagère) et aux Trouver une approche a l’echelle des trois massifs Massifs des Hauts de Saint-Denis

Cirque de Mafate

Massifs des Hauts Sous le Vent

ZONE - UP Paysage 2013 - 2014 Trois massifs - 680 km² Esquisse d’aménagements Estimation des surcoûts. Zone Up mandataire CYATHEA ET MTDA

besoins de la lutte. L’étude se déroule en trois phases : diagnostic paysager et écologique des Hauts de l’Ouest élargi aux massifs des Hauts de Saint Denis et du Volcan, orientations et mesures d’intégration générales (fiches) et enfin exemples concrets d’application des mesures. L’étude d’intégration des ouvrages DFCI est un outil décisionnel pour le Parc. TYPOLOGIES» PAYSAGERES /ENJEUX- VOLCAN

Limite du Parc National

Cirque de Salazie

Cirque de Cilaos

Massifs du Piton de La Fournaise

Territoires d’étude

«TYPOLOGIES» PAYSAGERES/ENJEUX - SAINT DENIS

les typologies paysagères dégagées


«TYPOLOGIES» PAYSAGERES/ENJEUX - SAINT DENIS

DEFINITION DE TYPOLOGIES DE PAYSAGE EN LIEN AVEC LA PECEPTION Les paysages de lisières les grandes ravines minérales ouvertes Les landes à Sophora

Les paysages forestiers de cryptomérias

les ravines fermées de l’étage de transition

Les paysages forestiers de Tamarins

Les replats d’altitude (forte lisibilité)

Les paysages de pitons

Paysages ouverts de landes à branles d’altitude

Les landes rases à prairies (Volcan)

Paysages minéraux de crêtes

Effets de co-visibilités dans les ravines

Les corridors qui coupent la perception (tamaris heterophylla)

Les paysages de dalles/landes rases

Paysages de coupures : formation de nouveaux Les paysages de remparts et la perception paysages du feu


definition des enjeux sur le massif en integrant des evenements ponctuels et/ou DES ELEMENTS STRUCTURANTS (RAVINES)

PROPOSER DES MODULATIONS DE LA NORME POUR INTEGRER DES VALEURS PAYSAGERES ET ENVIRONNEME NTALES

Traitement des zones d’appui

Appliquer le principe de forêt jardinée aux coupures incendies

Exemple d’application des mesures de conservation d’ilots de végétation (sur zone d’appui) /Fonctionnalités écologiques

Exemple d’application des mesures de conservation d’ilots de végétation (sur zone d’appui) /Fonctionnalités écologiques et ilots à vocation paysagère


realisation de fiches par «TYPOLOGIES» PAYSAGERES (3) par ouvrages (6) - Extraits de fiches


EXEMPLES D’APPLICATION DES PRESCRIPTIONS PAYSAGERES ET ECOLOGIQUES SUR LES MASSIFS

Potentialité de traitement des BDS (bandes de débroussaillement le long des pistes)

Etude d’implantation des retenues DFCI : Croisements de enjeux écologiques et paysagers et des contraintes liées à la lutte incendie


Traitemennt des profils de pistes : limitation de l’érosion, des impacts paysagers et environnmentaux

Traitement des zones d’appui : conservation d’ilots paysagers et écologiques

Profile for Anaïs Hervouet

Anaïs Hervouet - Paysagiste DPLG - Portfolio  

Anaïs Hervouet - Paysagiste DPLG - Portfolio  

Advertisement