Issuu on Google+

« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 1/25

Table des matières Sommaire!

2

Editorial!

3

Séjour à Center Parcs !

4

Ski et raquettes à Orbey !

5

Y aura-t-il de la neige à Orbey ?!

8

Un poème pour conclure!

9

Nos disparus et mal en point!

10

Un parcours ajiste exemplaire : Dominique Magnant!

10

Notre ami René Vié!

10

Notre copain Daniel Viollet!

10

Cathy Laubie,!

10

Madeleine Ringenbach,!

10

Yvette Chopis, Jean Lelong, Geneviève Bergougnioux, Roger Labroille,!

Ceux qui marchent contre le vent!

12

La dernière ligne droite…!

13

La marche rapide!

14

Melun - Fontainebleau!

15

La « pierre de Paris »!

17

L’Empreinte écologique d’après WWF!

19

Vampires!

23

Ma candidature!

25

11


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 2/25

Sommaire Editorial  

J.  Cuesta  

3

Séjour  à  Center  Parcs  

M.  Hély  

4  

Le  séjour  neige  à  Orbey    

J.  Mlynarz,

                       M.  Champetier,  M.  Blaive,  Griffette,  M.  Spadaro   Un  ajiste  exemplaire  

J.  Bernard  

Ceux  qui  marchent  contre  le  vent    

5-­10 11   11

 

J.  Bernard

L’actualité  côté  sombre  

J.  Cuesta  

La  dernière  ligne  droite  

J.  Skapowski  

14  

La  marche  à  pied  

           transmis  par  S.  Lehmann  

15  

Melun-­‐Fontainebleau  

M.  Thomé  

16-­17

La  pierre  de  Paris  

L.  Chesnoy  

18-­19

L’empreinte  écologique  

Gut  et  G.  Brenier  

20-­24

Vampires  

M.  Thomé  

25-­26

Ma  candidature  

G.  Brenier  

27

As-­‐tu  pensé  à  régler  ta  cotisation  pour  2011  ?

12-­13


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 3/25

Editorial 2011 ! Que le temps passe vite ! Comme chaque année, c’est la traditionnelle carte des vœux que je vous adresse à tous. Surtout une bonne santé et le plaisir de passer encore de bons et nombreux moments ensemble. Nos réunions sont précieuses et un groupe comme le nôtre est encore plus précieux ! Ne mettons pas en péril pour des broutilles cette amitié qui perdure depuis si longtemps. Soyons indulgents, compréhensifs, attentifs aux autres et tout ira bien ! Que cette nouvelle année vous apporte de nombreuses joies avec vos familles et vos amis. C’est le vœu le plus cher que je formule pour chacun de vous avec mon amitié sincère.

C’est une année spéciale pour moi, celle de mes 90 ans et j’espère bien les fêter au printemps avec vous. Et, comme nous le dit si bien Danielle Darieux, le plus dur, c’est de devoir mourir !

Amicalement, Janine Cuesta.


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 4/25

Séjour à Center Parcs du  10  au  14  janvier  2011

Nous   sommes   vingt-­‐six   copains   réunis   une   nouvelle   fois   à   Center   Parcs.   Nous  occupons   quatre  cottages  et   sommes  bien   décidés  (ou   presque)   à  proMiter   des  activités  aquatiques.   A   nous   le   barbotage   en   petites   rivières,   le   jacuzzi   et   les   toboggans   à   sensations.   Les   vélos   mis   à   notre   disposition   seront   appréciés   les   après-­‐midi   ensoleillés  mais  il  y  eut  tout  de  même  des  matins  frisquets.   Des  remerciements  doivent  être   adressés  à  nos  cuisiniers  émérites  :  pot  au   feu,  les  fameuses  charlottes  et  une  nouveauté  :  la  bûche  aux  marrons  et  chocolat.   Humm  !   Le   dernier   jour,   nous   sommes   allés   déguster   crêpes,   gaufres   et   barbe   à   papa.  Vive  les  seniors  !   J’ai   entendu   quelques   suggestions   pour   améliorer   l’organisation   telles   que  : Un  compteur  à  la  porte  des  gîtes  à  l’heure  des  repas  annonçant  «  complet  »   permettrait  de  se  ruer  sur  le  gîte  suivant.   Autre   proposition   à   retenir   :   que   les   copains   soient   munis   d’une   puce   électronique   qui   permettrait   de   les   situer  rapidement   et   aussi   un   «   bureau  des   objets  perdus  »  :  «  A  qui  le  maillot  ?  A  qui  la  serviette  ?  A  qui  la  veste  ?...  »   Avec  les   années,  la  liste  risque  de   s’allonger  encore.   Nous  acceptons  toutes   les  idées,  en  souhaitant  nous  retrouver  aussi  nombreux  l’année  prochaine.   Micheline  Hély.  


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 5/25

Ski et raquettes à Orbey

Gigi,  Griffette,  Catherine,  Jeannette,  Annick   et  Martine  sa  sœur,   Odile,  Madeleine,   Josiane   et  Claude,  Violette,  Jacques,  Coco  Sevelle,   Denise  Bloch,  Jacqueline,  Irène,   Geneviève,   Micheline,   Suzanne,   Monique,   Jeanine   Guigou,   Mauricette,   Denise   Simon,  Françoise,  Monica,  Jeannine,  plus  une  copine…   Nous   étions   vingt-­‐neuf   pour   Riquewihr,   Ribeauvillé.   Prévoyant   le   froid,   hardis  et  curieux,  bien  emmitouMlés,  nous  nous  sommes  aventurés   vers  la  neige.   Pourtant,   ce   ne   fut   pas   la   neige   qui   nous   attendait   mais   un   soleil   rayonnant,   réchauffant  qui,  du  samedi  au  samedi  suivant,  sur  les  hauteurs  ou  lors  des  visites   organisées,  nous  tint  lieu  de  compagnon  Midèle.   Nicolas,   notre   jeune   guide   sympathique,   nous   a   ravis.   Pas   avare   d’explications,  il  nous  conta  son  Alsace  dans   son  histoire,  ses  us  et  coutumes,  son   architecture,   avec   le   rang   social   afMiché   en   façade   des   maisons,   le   tout   accompagné   de   contes   et   légendes   effrayants   parfois   mais   faisant   partie   du   paysage.   Il   n’ignora   pas   de   nous   parler   de  «   HANSI   »,   de   son   art  de   l’enseigne   jusqu’aux  trois  couleurs  bleu,  blanc  et  rouge  qui  Migurent  partout  en  Alsace.   Le  château  du  Haut-­‐Koenigsbourg,   malgré  sa  hauteur  et  ses  innombrables   marches   ne  nous   a  pas  rebuté  et,   avec  la  participation  d’une  jeune  femme   guide,   c’est  allègrement  que  nous  montâmes  à  l’assaut  de  ce  château-­‐forteresse  froid  et  


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 6/25

sombre,   rempli  d’emblèmes,   d’armes,   de  quelques   meubles   qui   nous   en   disent   un  peu  plus  sur  Guillaume  II  et  les  occupants  du  château.  

Au   VVF,  nous  avons  été  bien   nourris.  La  directrice  nous   Mit  de  bons  petits   plats   non   pas   volumineux   mais   goûteux.   Nous   nous   sommes   régalés   de   spécialités  :  backenoff,  tarti  Mlettes  et  le  fameux  munster,  très  abordable  en  odeur,   en  saveur  et  en  matières  grasses.   Le   soir,   nous   avions   le   jeu   apéro   aux   questions   attrapes   qui   nous   Mirent   nous   creuser  les   méninges   et  gagner  un  apéritif   ou   autre  boisson.  Une  joyeuse   ambiance   à   laquelle   participaient   d’autres   personnes   et   d’autres   groupes.   Le   fameux   loto   aux   grains   de   café   en   guise   de   pions,   la   soirée   dansante   avec   démonstration   de   country   de   deux   de   chez   nous   dont   nous   avons   admiré   la   rapidité   et  la  souplesse…   à  leur   âge   !  Sans  oublier  le  groupe  folklorique  sympa   faisant  le  jeu  du  tra-­déri-­déra  avec  leurs  chapeaux.   Ce   qui   ne  gâte  rien,  nous  étions  dans   des  chambres  de  deux,   spacieuses   et   agréables.  On  ne  s’est  pas  cognés  aux  angles  des  lits.  Seule  Mauricette,  ratant  une   marche,  a  dû  se  faire  placer  une  attelle  à  un  doigt  martyrisé.   J’oubliais   la  piscine,  joie  de  quelques-­‐unes   dans  une  eau  douce,  claire,  peu   profonde,   d’où   nous   apercevions   les   hauteurs   environnantes   de   la   petite   ville   d’Orbey.   Des  activités  variées Nous  avons  apporté   le  soleil   avec   nous  et   nous  l’avons   gardé  jusqu’à  notre   départ.  Les  raquetteurs  ont  eu  de  la  neige  sur  les   hauteurs,  nous  dans  la  vallée…   pas   de   traces   !   Cela   a   permis   à   certains   d’entre   nous   de   se   balader   dans   les   collines   où   ça   montait   et   descendait   assez   raide   mais   les   paysages   étaient   si   alsaciens  et   si  beaux  que  nous  avons  beaucoup  apprécié.  Très  appréciés   aussi  la   piscine  du  Centre  et  le  sauna  qui  occupèrent  les  temps  libres  de  nos  naïades. Les   visites   de   villages   nous   ont   tous   enchantés   :   Colmar,   Riquewihr,   Ribeauvillé,  etc,  très  colorés  et  particu-­‐lièrement   typiques  avec  leur  architecture   régionale,   le   tout   accompagné   des   commentaires   de   Nicolas,   notre   charmant   guide,  excessivement  compétent  sur  tous  les  sujets.


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 7/25

Un   autre   jour,   visite   du   Haut-­‐Koenigsbourg,   ancienne   résidence   de   Guillaume   II   qui   le  remit   entièrement  en   état,   car   il  était  abandonné   depuis   la   Guerre   de   Trente  ans.  La  reconstruction   dura  huit  ans.  Nous  étions  accompagnés   d’une  guide  pleine  d’humour  qui  nous   Mit  apprécier  ce  haut  lieu  de  l’architecture   vosgienne. Le   dernier   jour,   passage   dans   une   fabrique   de   bonbons,   très   caractéristique,   avec   explication   à   l’appui   et   dégustation.   Ce   qui   nous   a   encouragé  à  acheter  toutes  les  spécialités  :   résine   des  Vosges,  pralines,  nougats,   le  tout  très  apprécié. Un   grand   merci   à   Gigi   et   Annick   qui   nous   ont   organisé   cette   semaine   sympathique  avec  compétence  et  pour  le  plaisir  de  tous.


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 8/25

Y aura-t-il de la neige à Orbey ?          Telle   est   la  question  que  nous   nous   posions  avant  d’arriver  au  village.  Non,   Orbey   était   dépourvu   de   neige.   Alors,   y   en   aurait-­‐il   sufMisamment   sur   les   sommets   pour   les   raquetteurs   qui   avaient   choisi   cette   option   ?   Oui,   cinquante   centimètres   d’épaisseur   au  dessus   du  lac   Blanc,   à  1.250   m,   juste  assez   pour  de   belles  balades  dans  les  sous-­‐bois,  vers  les  cols  du  Louchbach  ou  du  Calvaire.            C’est  donc  conduits  par   Daniel,  notre  moniteur,   que  nous   avons   pu,  jour   après   jour,   raquettes   aux   pieds,   découvrir   de   sublimes   espaces   à   travers   forêts   d’épicéas,   de   hêtres   et  de  bouleaux,  que,  là-­‐haut,   nous  avons  arpenté  les   crêtes   avec   vue   plongeante   sur   le   lac   Blanc   tout   givré,   que   nous   avons   admiré   des   panoramas  éblouissants  sur  la  Forêt  Noire,  les  Alpes   et  tout  le  massif  des  Vosges,   que   nous   avons   observé   des   empreintes   de   chamois,   de   cerfs,   de   sangliers,   de   lièvres   et   d’écureuils   passés   par   là   avant   nous,   dans   ces   sous-­‐bois   non   balisés   que  nous  n’aurions  pu  parcourir  sans  accom-­‐pagnateur.             Et   pour   beaucoup  de  ces  randonnées,  dans  un  silence   –  ce  qui   est  très  rare   chez  les   Anaajistes  –   seulement  ponctué  par  le  bruissement  de  nos  raquettes  sur   la  neige.             Mais   il  y   eut   aussi   des  moments  de   gravité   :   découverte  de   tranchées,   de   bornes  frontières   marquées  D  (Deutschland)  à   l’est   et  F  (France)   à  l’ouest,  d’une   nécropole   rappelant  la  tragédie  de  1914-­‐1918  :  des  milliers  de  soldats  morts   ici   au  champ  d’honneur  :                  «  Quelle  connerie,  la  guerre…  sous  cette  pluie  de  fer,  d’acier  et  de   sang  »  a  écrit   Jacques  Prévert.             Puis   poursuite  de  la  rando   sur  de  nouveaux   sentiers,   dans   la  lumière  et  la   sérénité  d’une   Min  de  journée.   Un  dernier  regard  sur  «  la  ligne  bleue   des   Vosges  »   au   loin,   nimbée   des   couleurs   Mlamboyantes   du   soleil   qui   descend   vers   l’ouest.   «  La �� terre  est  bleue  comme  une  orange  »  a  dit  Paul  Eluard.  Les  poètes  ont  toujours   raison.            Pour  Minir,  un  grand  merci   à  Annick   et  Jacques  qui  ont  été  chaque  jour  nos   chauffeurs  pour  nous  conduire  au  bord  des  pistes  enneigées.  


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 9/25

Un poème pour conclure ● Séjour  hivernal,  par  Gigi  et  Annick,  fut  fait ● Distractions,  piscine,  promenades  et  raquettes  allaient ● Le  village  VVF  à  Orbey  (Haut-­Rhin)  nous  accueillait ● Au  «  Beau  Site  »,  directeur,  animateurs  nous  attendaient ● Amabilité,  propreté,  convivialité  y  étaient ● Nourriture  débordait  ! ● Participation  aux  soirées  fallait ● Nos  diverses  activités  nous  égayaient ● Excursions  avec  Nicolas  (30  ans)  vieux  se  disait ● Son  savoir,  ses  légendes  bouche  bée  nous  enchantaient ● Pour  les  raquetteurs,  Daniel  le  moniteur  nous  baladait   ●  Dans  la  montagne  où  neige  et  soleil  brillaient ● Nouvelle  recrue  j’étais  ! ● Avec  les  copains,  copines,  je  m’éclatais ●  Avec  un  accueil  pareil  :  je  reviendrai  !   Monica  Spadaro.  

Compte rendu collectif réalisé par :   Jacqueline  Mlynarz,  Monique  Champetier, Mauricette  Blaive,  Griffette.  


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 10/25

Nos disparus et mal en point Un parcours ajiste exemplaire : Dominique Magnant Qui d’entre nous a connu Dominique Magnant, décédé à l’âge de 96 ans en décembre dernier ? C’était un ajiste « historique » dont le parcours mérite d’être mentionné. Engagé socialement dès avant guerre auprès de Marc Sangnier, il s’est consacré totalement à l’élaboration d’un certain ajisme dans un esprit d’ouverture et de tolérance malgré les antagonismes de divers courants d’après guerre. Fait prisonnier en juin 1940, il s’évade dès juillet et rejoint la zone sud où il prend la direction des Auberges de Jeunesse interdites par Vichy. Ingénieur chimiste de qualité, il a, en outre, joué un rôle majeur dans la Résistance en Cévennes. Il a consacré toute sa vie au combat pour la paix, la liberté et la fraternité des hommes et des peuples, en militant européen convaincu. En cela, il a été un ajiste exemplaire, fidèle à ses conceptions humanistes. L’actualité côté sombre Au sein de l’AnaAJ la liste des disparus s’allonge, hélas ! Notre ami René Vié nous a quittés il y a quelques semaines après une longue maladie. Il a habité comme moi le Val-de-Marne pendant quelques années avant de partir à la retraite en province. Nous pensons à Anne, sa femme, en ces moments difficiles et l’assurons de notre amitié. Notre copain Daniel Viollet vient de faire son dernier voyage. Il se joignait à nous régulièrement quand on organisait un petit séjour. Nous garderons de lui l’image d’un gars sympa et toujours blagueur. J. Cuesta. Cathy Laubie, après nous avoir promenés au fort du Mont Valérien, au musée du Cirque et à la serre aux papillons, est partie pour un ultime voyage. Quelques copains ont assisté à la cérémonie de son départ. Dans le groupe du Poitou, Madeleine Ringenbach, gravement malade depuis de nombreux mois, est décédée en décembre 2010. En Loire-Atlantique, c’est Yvette, l’épouse de notre ami Roger Tudal qui a été emportée par la maladie. Les copains du Sud-Ouest ont vu partir plusieurs des leurs :


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 11/25

Yvette Chopis, Jean Lelong, Geneviève Bergougnioux, Roger Labroille, tous ajistes de longue date.

Et des mal en point : Bernard Tevlin voit ses facultés diminuer. Gil Devillard ne connaît pas encore de problème majeur. Bob Kaestner est toujours mal en point, bien que revenu chez lui. Guy Mérigaud va clopin-clopant, on aura du mal à le revoir. Lucienne Trou, atteinte de la maladie d’Alzheimer, est en maison de retraite. Ci-après, le fac-similé de la lettre de René Vié adressée à Jacques Blanchon à l’occasion de Noël.


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 12/25

Ceux qui marchent contre le vent Indignez-vous ! C’est le titre d’une petite brochure de 25 pages, écrite par Stéphane Hessel, 93 ans. il témoigne de ce que fut son engagement, dès 1940, ses années de résistance, son perpétuel combat pour un réel statut des droits de l’homme. Son credo : « La responsabilité de l’homme ne peut s’en remettre à un pouvoir ni à un dieu. Au contraire, il faut s’engager au nom de la responsabilité humaine. » S’adressant aux jeunes, il écrit : « La pire des attitudes est l’indifférence. Ayez la faculté d’indignation et l’engagement qui en est la conséquence ». Ex diplomate, toujours sur la brèche, ce grand monsieur, à la fin de sa vie nous montre le chemin. Dix minutes de lecture salutaire, un encouragement à continuer son combat.

Indignez-vous !, de Stéphane Hessel, Ed. Indigènes, 3 €. J. Bernard.


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 13/25

La dernière ligne droite… …pour   qui   ?   Mais   pour   l’équipe   de   «   responsables   »   chargée,   depuis   plus   d’un   an,  de  préparer   le   9e  Rassemblement  national  qui,   en   mai  prochain,  se   tiendra  chez  nous,  à  Paris.     Je   ne   fais   pas   partie   de   cette   équipe   (nous   autres,   nonagénaires,   on   s’en   est   exclus   volontairement).   Je   n’en   suis   que   plus   libre   pour   dire   :   «   Chapeau   bas,   les   respon-­sables   !   On   ne   sait   pas   ce   que   sera   le   résultat   mais,  pour  ce  qui  est  de  la  préparation,  vous  avez  fait  fort  !  »   Par   contre,   on   comptait   sur   moi   pour   trouver   une   pièce   de   théâtre   valable,   plutôt   une   comédie,   et   si   possible   dans   un   cadre   de   prestige.   Ce   que   j’espérais  sans  trop   y  croire,  c’était  d’obtenir   des  places  pour  Le  $il  à  la   patte,   de   Feydeau,   à   la   Comédie   française,   salle   Richelieu.   Jugez   de   mon   enthousiasme   lorsqu’on   m’a   appris,   le   20   janvier,   que   40   places   (le   maximum  autorisé   par  groupe)  seraient  à  notre  disposition.  Bien  entendu,   nous   les   réservons   en   priorité   aux   camarades   de   province   inscrits   au   rassemblement,  en  espérant  que  ces  40  places  suf_iront.     Les   Franciliens,   eux,   devront   patienter   car,   vu   le   succès   de   la   pièce   (c’est  complet  jusqu’à  _in  juin),   il   serait  étonnant  qu’elle   ne  soit  pas   reprise   lors  de  la  prochaine  saison.     A   l’heure   où   j’écris   ces   lignes,   nous   ne   sommes   pas   très   nombreux   ;   nous   continuons   d’inscrire   les   retardataires.   Moins   qu’au   rassemblement   de   La   Rochelle   !   Facile   à   comprendre   :   il   y   a   ceux   qui   renoncent   aux   déplacements,   surtout   pour   raisons   de   santé,   il   y   a   ceux,   hélas   trop   nombreux,   qui   sont   partis   pour   toujours   sans   notre   permission   !   Ce   sera   l’occasion   de   les  évoquer   ensemble,  dans  la  gaîté,  comme  ils  l’auraient  eux-­ mêmes  souhaité,  qu’ils  aient  été  militants  de  base   ou   responsables   plus  en   vue  dans  nos  mouvements  ajistes,  les  plus   anciens  depuis   près  de  soixante-­ quinze  ans.     Comme  le  dit  la  chanson  : … et  si  l’on  chantait,  il  danserait  quand  même  ! … Jeannette  Skapowski.   -­-­-­-­-­-­-­-­-­-­-­-­-­-­-­-­  o  O  o  -­-­-­-­-­-­-­-­-­-­-­-­-­-­-­


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 14/25

La marche rapide


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 15/25

Melun - Fontainebleau   Les  plus  anciens  aménagements  en  milieu  forestier,  ce  sont  les   chemins,  les   routes  et  les  sentiers.  Le  Chemin  de  Bourgogne,  dont  l’origine  se  perd  dans   la  nuit   des  temps  et  existe  toujours,   au  cours  des   siècles  son  parcours   fut  balisé  de  croix   et  de  monuments  va  de  Melun  à  Fontainebleau.   Au  Moyen  Age  existait  aussi   un   chemin  qui   allait  de  Melun  à  Fontainebleau   et  qui  passait  par  la   Croix   de  Bécassière  et  Belle   Croix   sous  son  nom  de  Croix   de  Tapereau.  Elle  remonte  à  l’an  1504.     Henri  IV   Mit  tracer  la  Route  Ronde  en  utilisant  des   chemins   déjà  existants   aMin  de  permettre  aux  dames  de   suivre  en  carrosse  les  chasses  à  courre.  Il  ne  faut   pas  oublier  que  la  Route  Ronde  partait   à  l’origine  de  Melun   jusqu’au  carrefour   Duchâtel.   Aujourd’hui  elle  part  de   la  Croix  de  la  Table   du   roi.   Louis-­‐Philippe  Mit   ouvrir  pour  la   promenade   quelque  cent   kilomètres  de   route.  La  Route   du   Roi,   percée  en  1831,  est  devenue  la  Route  Louis-­Philippe.   Au  départ,  fort  peu   de  routes   étaient  baptisées,  des  lieux-­‐dits,  des  chemins   d’un  village  à  l’autre,  c’était  à  peu  près  tout.  En  1830,  les  forestiers   décidèrent  de   remédier  à  cet  état  de  choses  et  des  plaques   indiquant  la   direction  et  la   distance   de  la  ville  ont  été  apposées  un  peu  partout  qui  depuis  se  sont  multipliées.   Curieusement,   le   tourisme   n’a   guère   varié   dans   ces   lieux   :  la   vallée  de   la   Solle,   le   Rocher   Saint-­Germain,   la   Mare   aux   Evées,   la   Gorge   aux   Loups,   Franchard,  rien  n’a  changé  sauf  pour  la  vallée  de  la  Solle  devenue  hippodrome.     Revenons   à   la   Mare   aux   Evées.   Elle   était   une   vaste   crapaudière.   Avant   1830,   la   mare  présentait  un   tout  autre   aspect   que   celui   que  nous   connaissons   aujourd’hui,  elle  formait  un  vaste  marécage  mais  sufMisamment   insalubre.  Louis-­‐ Philippe  décida  de  l’assainir  aMin  de  «  donner  de  l’occupation  aux  ouvriers  sans   travail   et  sans   pain   ».  On   creusa  donc   quelque  29  kilomètres   de   fossés   mais   ce   travail  ne  fut  pas  du  goût  des  artistes  qui  regrettèrent  l’ancien  marécage.  


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 16/25

  Si   l’on   parlait   du   Rocher   des   Demoiselles   ?   Ce   nom   poétique   recouvre   pudiquement  le  nom  original  du  Rocher   des   Putains,   car  tel  était  son   nom  au   XVIIIe  siècle.  Peu  importe  aujourd’hui  que  le  Rocher  des  Demoiselles  ait  abrité  au   nom  de   l’amour  vénal,   ne  soit   un   lointain  passé,  ou  que,  comme   les   érudits,  ne   soit  qu’une  déformation  du   Rocher   des   Punois  (putains).  Les   forestiers  en  mal   d’imagination   ont   transformé   les   alentours   en   une   vraie   carte   du   tendre.   Le   Rocher   des   Demoiselles   a   fait   éclore   autour   de   lui   des   noms   particuliers   :   Vénus,  Regrets,  Soupirs,  Embrassades,  Oublis,  Dryades,  Adieux…    

Vénal  :  relatif  à  l’argent.

Tendre  :  où  les   divers  chemins  de  l’amour  ont  été  imaginés   au  XVIIe  siècle.   EnMin  nous  aurons  terminé  par  ces  mots  célèbres  :   Le  Rocher  de  la  Salamandre  :  François  1er,  contraint  d’y   passer  la  nuit,  s’y   serait  trouvé  moins  bien  qu’une  salamandre  dans  un  bassin.   Les  Pieds  Pourris  :  un  jour  de  chasse,  Louis  XV  traversant  un  carrefour  vit   rassemblée   toute   une   bande  de   Limousins   qui,   pour   mieux   se  reposer,   avaient   ôté   leurs   souliers   et   se   livraient   aux   ivresses   de   la   brise   des   extrémités   qui   n’étaient  pas  précisément   parfumées  à  la  lavande.  Se   tournant   vers  madame  de   Pompadour   qui   l’accompagnait,   il   lui   dit   :   «   Mais,   c’est   le   carrefour   des   pieds   pourris  où  nous  nous  trouvons,  marquise  !  » Allez,  bonne  randonnée  dans  les  Rochers  des  Demoiselles.   Thomé  Maurice.  


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 17/25

La « pierre de Paris » ou  Calcaire  grossier  le  Lutétien  des  géologues.

En  prélude  à  une  visite  à  Château-­Thierry

                   Dans  Notre  Amitié  de  septembre  2010,  Maurice  Thomé  résume  en  quelques   lignes   l’histoire   de   la   Terre   à   l’ère   Secondaire,   jusqu’à   la   disparition   des   Dinosaures,  il  y  a  de  cela  65  millions  d’années.  Mais  après  le  Crétacé  –  âge  de  la   craie  et  des  grands  reptiles,  les  Dinosaures  –   que  s’est-­‐il  passé  ?  Et  en  particulier   dans  notre  région  dont  la  forme  générale  est  celle  d’une   large   cuvette,  justiMiant   les  termes  de  «  Bassin  de  Paris  ».    

La  craie  ?  Elle   s’est  déposée   dans  une  mer  peu  profonde  et  chaude  durant  

quelque   80   millions   d’années.   Elle   constitue   ces   magniMiques   falaises   que   l’on   admire  à  Etretat  ou  le  long  de  la   Seine,   de  Mantes  à  Rouen.   Elle  a  été  exploitée  à   Meudon   où,   avec   un   peu   de   chance,   on   peut   pénétrer   dans   les   magniMiques   galeries  souterraines  restes  de  l’exploitation.  

Après  la  disparition  des   Dinosaures,  notre  région   fut  émergée  :  la  pluie,   le  

vent,  les  rivières  ont  raviné  ce  manteau  de   craie.  Puis  la   mer  est  revenue  par  le   nord-­‐ouest,   toujours  peu  profonde  et   sous  des  climats  chauds,  donc  favorable  au   développement   d’êtres   vivants.   Selon   que  l’on   était   en   pleine   mer   ou   près   des   côtes,  il  s’est   déposé  des  calcaires  marins  ou  lacustres,  des  sables,  de   l’argile  ou   encore,  en  provenance   de   l’est,   des   évaporites  sous   forme  de  gypse,  la   pierre   à   plâtre.   Tout   cela   fait   la   richesse   du   sous-­‐sol   de   la   région   parisienne   :   les   sols   calcaires   portent   les   cultures,   les   forêts   peu   propices   aux   cultures   furent   épargnées   dès   le   Moyen-­‐Age   et   devinrent   les   forêts   des   chasse   royales   (Fontainebleau,   Rambouillet,   Compiègne,   Villers-­‐Cotterêts…).   Les   pierres   (le   gypse)  sont  utilisées  dans  les  constructions.    

La  pierre  de  Paris  date  de  la  période  dite  «   Lutétien   ».  Elle  s’est   déposée  

entre  48  et  40  millions   d’années.  Exploitée   sous  les  quartiers  de  la  rive   gauche   de   Paris   et   à   Passy,   on   peut   la   voir   dans   les   Catacombes,   restes   des   carrières  


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 18/25

souterraines.  Mais  là,  on  s’arrête  plutôt   sur  les   amoncel-­‐lements  de   crânes   et  de   tibias   issus   des   anciens   cimetières   de   la   ville   que   sur   les   traces   des   carriers.   Selon  le  niveau,  elle  contient  des  coquilles  fossiles  ou  seulement  des  moulages  de   celles-­‐ci,  traces   que  l’on   reconnaît  facilement  dans  les  pierres  des  monuments  de   Paris  ou  des  quais  de  la  Seine.  Le  calcaire  lutétien  a  été   exploité   et  l’est  encore  au   nord  de  Paris,  à  Saint-­‐Maximin,   Saint-­‐Vaast-­‐les-­‐Mello   par  exemple.  On  le  trouve  à   Château-­‐Thierry,   sous   les   restes   du   château,   et   les   caves   Panier,   que   nous   visitâmes,   sont   d’anciennes   carrières.   En   bordure   ouest   de   la   Montagne   de   Reims,  à   la  limite  de  l’extension   de  la  mer  lutétienne,  se  trouvent   des  dépôts  de   sables  littoraux  très  riches  en   coquilles  fossiles,  magniMi-­‐quement  conservées  et   tout  à   fait   semblables   à  celles   des  espèces   marines   actuelles.  Elles  ont  intrigué   tous  les  observateurs  depuis  Bernard  Palissy  à  la  Min  du  XVIe  siècle.  

 

Après  les  calcaires   du   Lutétien,   le   bassin  de  Paris   a  continué   à  se  remplir  

de  divers   dépôts  sédimentaires   dont  le   gypse  puis   les   sables   de  Fontainebleau   (20  millions  d’années)  sont  les  plus  remarquables.   Liliane  Chesnoy.  


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 19/25

L’Empreinte écologique d’après WWF (organisation indépendante pour la protection de la nature regroupant 5 millions d’adhérents pour un réseau mondial de cent pays) Sa mission est de stopper la dégradation de l’environ-nement et de construire un avenir où les humains vivent en harmonie, en conservant la biodiversité et en assurant une utilisation soutenable des ressources naturelles renouvelables, en provoquant la réduction de la pollution et du gaspillage. Un rapport de l’Unesco appelé « Planète vivante », soutenu par le WWF et paru en 2008, a fait l’objet de l’émission Le dessous des cartes, présentée par Jean-Christophe Victor sur Arte. C’est cette émission et la lecture de ce rapport qui ont inspiré ce qui suit. Qu’est-ce que l’empreinte écologique  ? C’est ce qui est demandé (ou prélevé) à nos ressources naturelles pour produire ce qui constitue notre subsistance et ce qui accompagne les activités humaines, qu’elles soient nécessaires, utiles, futiles ou accessoires. L’empreinte écologique varie selon les lieux et le type de civilisation et, pour le comprendre, prenons l’exemple de la cuillère en bois servant à lier une sauce. Imaginons un Indonésien qui a besoin d’une cuillère en bois. La forêt proche lui offre six variétés de bois dans lesquelles il ira prélever une branche – et une seule – après quoi, muni d’un simple couteau, il taillera, dégrossira, polira et abandonnera les copeaux sur place. Ceuxci, vont sécher, pourrir, se mêler à la terre et se transformer en humus qui nourrira d’autres plantes. Un Français a besoin d’une cuillère en bois. Il se rend à l’Intermarché du coin où il choisit, parmi six modèles presque semblables, celui qui lui semble le mieux convenir. Il est écrit dessus « Made in Indonésia ». Sa cuillère est du même bois – et vient peut-être du même arbre – que la première. Cet arbre a été abattu, ses branches inutiles ont été brûlées sur place, générant non pas de l’humus mais du CO2. Il a fallu une machine pour abattre l’arbre, il en faut une autre pour le débiter en billes, une troisième pour débiter les billes en planches, une encore pour la découpe des cuillères, une pour la finition… d’autres machines pour le transport, le conditionnement, la mise en place du produit et d’autres encore. Des machines qui consomment de l’énergie fossile, qui ont nécessité divers minéraux, du transport, de l’eau et du courant électrique lors de leur fabrication. Pour ne pas être dérobé, l’article est présenté « sous plastique » en emballage jetable et potentiellement polluant. Pour rentabiliser les machines, on invente des modes que la publicité se charge de répandre et, bientôt, la cuillère en bois, devenue obsolète (on dit : has been !), sera remplacée par un autre modèle.


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 20/25

Des constats ! Depuis plus de quarante ans, la planète est mise à rude épreuve. L’empreinte écologique indique que nous demandons à la nature le doublement de nos besoins. La croissance économique a dopé l’exploitation des ressources selon une courbe ascensionnelle. Selon le lieu et le mode de vie l’empreinte écologique n’est pas la même pour tous sur Terre. Ainsi, vous pourrez reprocher à ce Français de ne pas être allé prélever directement une branche de hêtre dans la forêt voisine, il vous rétorquera que ça n’est ni dans sa culture ni dans ses possibilités. On l’a élevé dans une société libérale basée sur la reproduction des objets à l’infini : la consommation. A titre d’exemple, un Américain qui absorbe 1.000 calories pour sa subsistance demande à la planète seize fois plus d’énergie potentielle (empreinte écologique) et rejette vingt-trois fois plus de CO2 qu’un Indou pour ces mêmes 1.000 calories (plus de 20 % d’obèses aux USA, 1,07 % en Inde). Dans certains pays (Malaisie, Amérique du Sud), on en vient à la déforestation totale pour planter des palmiers qui produisent l’huile de palme, bon marché, de plus en plus utilisée, si nocive pour la santé. Les pays riches trouvent les moyens de vivre sur des terres plus légères (ils réduisent ainsi leur empreinte écologique au moindre coût). Les pays émergents doivent trouver un nouveau modèle de croissance pour améliorer leur bien-être en restant dans les limites de ce qu’offre la planète. Leur bien-être et leur bien-vivre car, le plus souvent, on les incite à produire… pour nos besoins propres artificiellement entretenus par les modes et la publicité. On prétend ainsi augmenter leur PIB, en réalité on tire sur leurs ressources naturelles pour leur apporter en contrepartie les excédents de nos produits fabriqués dont ils n’ont que faire car inadaptés à leurs besoins et à leur culture. Que dire également du gaspillage que pratiquent les pays occidentaux dans lesquels chacun de nous rejette chaque année 70 kg de nourriture (dates de péremption, conditionnement douteux, mauvais choix…), des kilos encore de ces appareils Hi-Tech fabriqués pour être très vite remplacés par un modèle plus performant, dont le recyclage est insuffisant, qui utilisent des métaux rares issus de mines dévastatrices de l’environnement, du plastique que l’on retrouve en suspension dans les océans et dans la nature… La demande humaine en ressources renouvelables et en absorption de CO2 ne peut être maintenue. L’empreinte écologique est comparée à la capacité de régénération de la planète. L’homme, dès les années 70, consommait plus que le renouvellement écologique de la Terre, soit en 2007 une surexploitation de près de 50 %. Ce dépassement peut se comparer à un compte en banque auquel on retire plus d’argent qu’il n’en possède. Rappelons également que les pays les plus pauvres ne représentent que 12 % de l’empreinte mondiale alors qu’ils totalisent 5 milliards d’êtres sur les 6 milliards que comporte l’humanité. La tasse de café Revenons à notre cuillère en bois. L’empreinte « eau » d’une tasse de café noir est de 140 litres. Oui, vous avez bien lu : 140 litres ! Ce chiffre comprend l’eau utilisée pour abreuver le plant de café, récolter, conditionner, raffiner, transporter et emballer les grains de café avant la


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 21/25

mise en vente. Si le produit final est présenté dans une tasse jetable et selon qu’on y ajoute du lait et du sucre, on atteint alors le chiffre de 200 litres d’eau pour une tasse (Ces données chiffrées sont extraites de l’émission « Capital terre », sur M6 ainsi que Le dessous des cartes, sur Arte). A-t-on réfléchi au fait que l’eau blanche (eau de pluie) est devenue eau grise mêlée de produits toxiques au cours de son ruissellement sur les plants de café abreuvés d’engrais et de pesticides ? Ces produits toxiques vont retrouver les résidus industriels dans les fleuves qui les transportent jusqu’à la mer. On exploitait jadis les ressources naturelles des pays « colonisés », on empoisonne aujourd’hui leurs cours d’eaux par notre demande sans cesse grandissante au nom du sacro-saint rendement à l’hectare et du consumérisme. Le problème de l’eau Le rapport sur lequel nous nous appuyons pour rédiger cet article met l’accent sur l’eau et son usage : eau blanche venue du ciel, eau verte des rivières dans lesquelles on pompe sans mesure pour abreuver les cultures, eau grise des rejets domestiques et industriels. Tout cela finit à la mer. On a agi jusqu’alors comme si la mer était en état de tout absorber et de tout purifier. Depuis Lavoisier, partant de l’idée que l’eau est une ressource inépuisable, on a laissé Pechiney, Rhône-Poulenc et IG Farben déverser dans les lacs et rivières des tonnes de produits toxiques que le sel de la mer pourrait dissoudre. On a simplement oublié que si la mer est salée c’est parce que le sel en suspension dans la terre a pour dernière destination les océans. On a édifié les usines de transformation près des rivières lesquelles nous semblaient destinées à recevoir tous les déchets de la chimie ainsi que ceux de notre consommation usuelle. On a négligé le fait que tous les médicaments que nous absorbons partent dans les urines avec le Bonux de la lessive, les eaux pluviales des parkings urbains, les lisiers bretons et les pesticides répandus sur les maïs poitevins. Tout cela converge vers la mer où l’on découvre soudain des poissons mâles qui pondent des œufs qui ne seront jamais fécondés. On voit ainsi que « l’eau pure d’une source » n’existe plus que dans les fables de La Fontaine et dans l’esprit des riches qui ne veulent pas entendre qu’un carat (0,2 gramme) d’or nécessite 9.000 litres d’eau et trois à cinq grammes d’arsenic pour être commercialisé. Sur les continents, l’augmentation de la demande en électricité justifie la cons-truction de barrages hydroélectriques. Ces barrages modifient les débits et c’est tout l’écosystème qui s’en ressent. On apporte le courant électrique à des gens que l’on prive des poissons d’eau douce qui constituent leur nourriture et qui ne peuvent se reproduire et, dans le même temps, on désertifie les terres en limitant la circulation naturelle de l’eau. WWF évalue à plus de 500 millions le nombre des personnes victimes de ce procédé. Ailleurs, on prélève allègrement sans regarder vers l’aval. L’exemple le plus frappant est celui de la mer d’Aral, asséchée dans les années 50 par un réseau d’irrigation destiné à favoriser les plantations de coton d’Azerbaïdjan (il faut 11.000 litres d’eau pour produire 1 kilo de coton lequel entre pour 80 % dans nos vêtements). Ailleurs encore, l’édification de barrages et les retenues d’eau privent plusieurs centaines de milliers de personnes de leurs terres c’est-à-dire de leur nourriture : la Chine et, la Russie totalisent à elles deux une superficie inondée supérieure à la France.


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 22/25

Prenons l’exemple du poisson L’insouciance ajoutée à la cupidité font que de nombreuses espèces se raréfient et sont appelées à disparaître : le thon rouge, la baleine à bosse, le requin marteau et bien d’autres encore. Des centaines de milliers de requins sont sacrifiés chaque année pour leurs ailerons dont les Asiatiques sont friands. On arrache leurs ailerons et on les rejette estropiés à la mer où ils meurent. Les pêcheurs marseillais s’entêtent à pêcher le thon rouge qu’ils vendent aux Japonais dont on sait que le poisson constitue la moitié de l’apport en protéines, ces mêmes Japonais qui, sous un rassurant prétexte scientifique, sacrifient des milliers de baleines pour leurs besoins alimentaires. Chez eux, ces faux-culs de Japonais ont défini des quotas et des zones interdites à la pêche près de leurs côtes afin de favoriser la reproduction mais lancent impunément des navires-usines à travers les mers du monde pour marauder le poisson. Les organismes d’alerte pondent des directives, les Etats prennent des engagements mais il n’existe aucun gendarme pour verbaliser les contrevenants. Il est temps d’y penser… et d’agir ! Ces indicateurs montrent à l’évidence que la course à la richesse et au bienêtre de ces quarante dernières années a mis la planète à rude épreuve. La croissance économique a dopé une exploi-tation toujours plus forte des ressources naturelles et la multipli-cation de toujours plus de rejets et de déchets, palpables et potentiels, de destructions que personne ne songe à maîtriser ou gérer. Les implications sont claires : les pays riches doivent trouver des manières de vivre plus légères en réduisant leur empreinte écologique, en limitant leur dépendance aux combus-tibles fossiles. Il faudra donc inventer un nouveau modèle écono-mique, adapter nos manières de vivre et nos façons de procéder pour les rendre compatibles avec les impératifs de la préservation des espèces et des ressources naturelles. Non, les amis, l’écologie tout court ou politique n’est pas un gadget. Pensons à ce que nous laisserons à nos enfants et petits-enfants, aux reproches que pourraient nous adresser les géné-rations futures. Refusons le productivisme en prenant soin de ne pas trop décroître (ce qui va être malheureusement le cas dans les vingt années à venir). Les Ecologues de l’AnaAJ, L.E. et G.B. Inspiré par le  Rapport  Planète  vivante  2010,  diffusé par WWF.  


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 23/25

Vampires Qu’est-­‐ce   que   c’est   que   le   vampire   ?   C’est   la   chauve-­‐souris   d’Amérique   tropicale   qui   se   nourrit   de   sang   des   mammifères   grâce   à   des   dents   très   coupantes   et   à   une   morsure   anesthésiante   et   anticoagulante,   cela   ne   nous   intéresse  pas  du  tout.   Le  vampire,   c’est   le  mort  qui  aurait  la   capacité  de  sortir  du   tombeau  pour   sucer  le  sang  des  vivants  et  mettre  ces  derniers  à  son  service.   Selon   des   médecins   et   barbiers   militaires,   l’origine   des   vampires   se   trouverait   en   Sibérie   dès   1725.   Le   XVIIIe   siècle   est   la   grande   époque   du   vampirisme.   En   Europe   Centrale,   le   vampire   était   un   être   machiavélique   qui   dévorait  son  linceul  et  provoquait  la  mort  à  distance.   Pas   la   peine  de   sortir   une   gousse   d’ail,   pieu   ou   cruciMix,   deux   dents   plus   longues   que   la   normale,   des   croyances   touchant   à   la   mort,   mythes   et   esprits   frappeurs  prônent  d’autres  méthodes  plus  radicales.   Pour   se   débarrasser   des   vampires,   il   faut   décapiter   et   brûler   leur   corps,   certains  préconisent   aussi  de  boire  leur   sang  pour  guérir   de   leurs  morsures  ou   de  brûler  leur   cœur  ou  leur  foie  puis  de  boire  leurs  cendres  dissoutes   dans  l’eau.   Car  la   croix   ne   fonctionne   que   dans   les   récits   christianisés,  le   pieu   est  efMicace   une  fois  seulement  et  on  a  déjà  vu  des  démons   croquer  de  l’ail.  Le  vampire  est  un   mélange  de   tous  les   types   de  revenants  que  l’on   rencontre  depuis  l’Antiquité.  Au   départ,  c’est  un  mort  que  la  terre  refuse   d’accueillir.  Un  maudit,   en   somme,  qui   est  esclave  d’une  pulsion  cannibale.   En  parlant  des  vampires,  Dracula  (sorti  sous  la  plume   de  Bram  Stoker   en   1897),   comte   de   Transylvanie,   est   un   personnage   emblématique   des   vampires   habitant  dans  un   château  du   XVe   siècle   et   couchant   dans   un   tombeau  dont   les   hôtes  sont   pris   d’une  peur  violente   avant   d’être  mordus   par   Dracula  pour  faire   des  vampires.   Le  sujet  a  donné  lieu  à  de  nombreux  romans  et  Milms  :


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 24/25

Nosferatu  le  vampire,  Milm  sorti  en  1922, Dracula,  Milm  sorti  en  1931, Le  cauchemar  de  Dracula,  Milm  sorti  en  1958, Dracula,  prince  des  ténèbres,  Milm  sorti  en  1968, Dracula,  Milm  sorti  en  1992.   Sûrement  qu’il  y  a  d’autres  Milm  sur  Dracula*.   Vous   en   connaissez,   vous,   des   vampires   qui   gisent  encore   tout   raides   au   fond  du  tombeau  en  attendant   d’aller  tâter   de  la  vierge  endormie  dans  le  village   de  la  Transylvanie  voisin  ?   L’éternité  est  longue,  surtout  vers  la  Min.   Thomé  Maurice.   *) Wikipedia, sur Internet, en répertorie 51.

  La trésorière de l’AnaAJ n’est pas un vampire qui se nourrit du sang et de la sueur de l’ouvrier. Pas plus que du sang guimpur qui abreuve nos sillons. Mais, à propos…

As-tu pensé à régler ta cotisation pour 2011 ?


« Notre Amitié » n°127 Bulletin Anaaj Région Parisienne mars 2011 page 25/25

Ma candidature J’ai  décidé  de  me   porter  candidat  à  la   Présidence  de  la   République  en  2012.  Il   s’agit  d’un   acte   mûrement  réeléchi.   En  premier  lieu,  je  le   fais   pour  vous   tous   et   je   sais   que   vous   m’accorderez   votre   coneiance.   Je   le   fais   aussi  pour  Madeleine   à   qui   j’ai  promis  qu’elle  serait  un  jour  la  Première  Dame  de  France.    

A vous tous et à tous les Français, je promets : De mettre fin à l’impuissance publique, De faire de la France une République irréprochable, De vaincre le chômage (ce sera ma priorité), De réhabiliter et valoriser le travail (j’irai le proclamer à Gandrange), De maintenir les 35 heures hebdomadaires de travail ainsi que l’âge de la retraite à 60 ans. De développer la croissance (j’irai la chercher avec les dents), De ne pas augmenter l’impôt et de ne pas en créer de nouveaux (je ne me fais pas élire pour augmenter les impôts !) De développer et d’améliorer un système de santé qui fait référence dans le monde entier, De faire en sorte que l’Europe se protège dans la mondialisation, De ramener la France au premier rang dans le concert des nations, De répondre à l’urgence du développement durable, De permettre à tous les Français d’être propriétaires de leur logement, De transmettre les repères de l’autorité, du respect et du mérite, De faire en sorte que l’école garantisse le succès de tous les élèves, De mettre l’enseignement supérieur et la recherche au niveau des meilleurs mondiaux, De sortir les quartiers difficiles de l’engrenage de la violence et de la relégation, De maîtriser l’immigration en mettant en place de grandes politiques solidaires, fraternelles et responsables, etc, etc, etc… Vu,  le  Candidat.  G.  Brenier.   Si  après  tout  ça  vous  ne  votez  pas  pour  moi…  


Notre Amitié n°127 mars 2011