Page 1

« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page1/27

Table des matières Sommaire!

2

Editorial : Résister encore et toujours…!

3

L’Assemblée générale 2010!

4

Une semaine en Auberge de Jeunesse à Montlivault!

5

Une rencontre!

6

Georges Charpak!

7

Georges Buisson, un militant trop ignoré!

8

Etre et Avoir!

10

Coco Sevelle!

11

Treize à la douzaine !

12

Champignons !

15

Une matinée inoubliable!

17

A ta santé (Suite et fin)!

18

Le canal de Nantes à Brest!

20

La secte des communicants!

22

Qu’en est-il du respect de la personne humaine ?!

24

La beauf attitude!

25

Le bien et le mal.!

26

Le « trou de la Sécu »!

27


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page2/27

Sommaire Edito  

J. Mlynarz    

         3

         4

I. Patte/P.  Aixala    

         6

Georges Charpak    

G.B.  

         8

Georges Buisson      

J.L. Lefèvre           9  

Etre et  avoir    

@

Deux dessins  

J. Sevelle  

13 à  la  douzaine     Champignons    

L’Assemblé Générale  2010   Montlivault    

 

     12

     13

G. Brenier    

     14

M. Thomé    

     18

Une matinée  inoubliable    

P. Denis  

     20

A votre  santé    

 

S. Lehmann          21

Le canal  de  Nantes  à  Brest  

M. Thomé    

     24

La secte  des  menteurs    

l’In-­Secte

     26

Le respect  de  la  personne  

Yves  

     29

La «  beauf  attitude  »  

G.B.    

     30

Le bien  et  le  mal    

Mickey

     31

Le «  trou  de  la  Sécu  »    

@


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page3/27

Editorial : Résister encore et toujours… Les anciens  Ajistes  ne  peuvent  rester  neutres.   Les  événements  récents  ont  vu  –   quoi  qu’en  dise  la  police  –  des   chiffres  records   de  participation  aux  journées   de  mobilisation   contre   une   réforme   des   retraites   inique   et   pénalisante   pour   bien   des   catégories   de   travailleurs.   En   descendant   dans   la   rue,   des   millions   de   personnes   ont   protesté   contre   cette   réforme   inéquitable  et  contre  l’injustice  sous  toutes  ses  formes.  Convaincus   qu’il  faut  se   rebeller  contre  l’érosion  de  la  protection  sociale  insupportable  surtout  pour  les   générations   qui   nous  suivent,  les  Anaajistes   ont  été   nombreux  à   participer  à   ces   manifestations.   Non,  nous  ne  pouvions  rester  indifférents  ! Mais   ce   qui   nous   a   réjouis,   c’est   l’implication   des   lycéens.   Ainsi,   les   jeunes   réTléchissent,  agissent,  bougent  et,   contrairement   à   une  image  qui  voudrait   les   caractériser,   ne   se   contentent   pas   de   consommer.   Leurs   discours   furent   très   souvent   pertinents,   faisant   preuve   d’une   belle   maturité   et   de   conscience   politique  :  ils   savent   qu’actuellement  beaucoup  d’entre  eux,   après  leurs   études,   auront  beaucoup  de   difTiculté   à  trouver  un  emploi   ou  devront  accepter   des  CDD   sous-­‐payés  ne   tenant  pas  compte   de  leur  qualiTication.  Ils  savent   aussi  qu’on  ne   peut  gagner  sans  faire  entendre  sa  voix.   Souhaitons   que  l’énergie  et  l’engagement  de  ces  jeunes  que   nous  avons   côtoyés   perdurent  et   les  aident   à  construire  un  monde   moins  corrompu.  Souhaitons  que   leur  combat  et  leur  vigilance  ne  s’effritent  pas.   Ne  perdons  pas  espoir,  la  résistance  n’a  pas  dit  son   dernier  mot  qui  sait,   quand  il   le  faut,   s’organiser,   s’afTicher   dans   les  rues,  faire  irruption   dans   les   entreprises   qui   licencient,   s’insurger   contre   les   exclusions.   Non,   la   résistance   n’est   pas   éteinte   qui   a   su   provoquer   ces   temps   derniers   d’immenses   raz-­‐de-­‐marée   de   colère.   Puissent   les   générations   qui   nous   succèdent   marcher   vers   un   monde   plus   solidaire.  Nous,   Anaajistes,  serons   toujours   là   pour  leur   apporter  notre  soutien   indéfectible.   J. Mlynarz.


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page4/27

L’Assemblée générale 2010 Entrecoupée d’un repas amical et convivial et présidée par Catherine Bernard, présidente en titre, l’Assemblée générale 2010 a réuni à l’AJ d’Artagnan 70 copains tandis que 52 pouvoirs étaient enregistrés.

Rapport moral présenté par Catherine Bernard Nous sommes 175 adhérents. Nous étions plus de 200 lors de l’exercice précédent. Au cours de l’année, le Comité Directeur s’est réuni huit fois pour gérer l’association et ses différentes activités, entre autres : 18 spectacles au théâtre, 9 séances de projos, 11 sorties dans Paris, 22 randonnées, 9 séjours, quelques rassemblements, repas, etc. ; vous en avez tenus informés par quatre bulletins trimestriels et leurs suppléments (Notre Amitié et Remue-Anaaj). Par ailleurs, cette année nous avons également œuvré à la préparation du Rassemblement National de mai 2011. Le rapport moral est adopté à l’unanimité moins une abstention.

Rapport du vérificateur aux comptes La vérification des comptes a été faite par Geneviève Bop et Jeanine Ridard qui n’ont rien trouvé à signaler.

Rapport financier présenté par Liliane Filiâtre L’exercice est déficitaire de 717,66 €. Ceci est dû à la baisse du nombre d’adhérents (207 en 2009 - 175 en 2010) et au prix de revient du journal qui est en légère augmentation (environ 2,35 € le numéro). Il est noté que quelques cotisations arrivent avec beaucoup trop de retard. Quitus est donné à la trésorière. Le rapport financier est adopté à l’unanimité, moins une abstention.

Le montant de la cotisation pour 2011 est proposé par le CD à 20 €. La décision est adoptée à l’unanimité. Elections du C.D. Six anciens membres arrivent en fin de mandat et doivent le renouveler. Ils se représentent : Paulette Aixala, Catherine Bernard, Janine Cuesta, Eliane Debève, Liliane Filiâtre, Denise Seytor. Nouvelle candidature : Dominique Lévêque. Tous sont élus ou réélus à l’unanimité Le C.D. compte donc maintenant 20 membres. Nomination des vérificateurs aux comptes : Geneviève Bop et Annick Bertrand sont élues.

Nos activités Rassemblement National du 11 au 14 mai 2011 à Paris : 106 inscriptions ce jour - on peut encore s’inscrire. Rapport de Jeannette Skapowski sur l’activité théâtre. Randonnées : coordonnées par Geneviève Bop. Projections : coordonnées par Eliane Debève qui demande des propositions. Les activités et séjours prévus en 2011 figurent dans le Remue-Anaaj. La prochaine assemblée générale aura lieu le samedi 26 novembre 2011.

Réunion du CD qui élit son bureau : Présents : Catherine et Jean Bernard - Denise Bloch - Geneviève Bop - Guy Brachetto - Janine Cuesta - Eliane Debève - Liliane Filiâtre - Micheline Hély - Lucette Le Flem - Dominique Lévêque Irène Patte - Roger Poirier - Denise Seytor - Jeannette Skapowski - Griffette Vironchaux. Le bureau reste inchangé : Présidente : Catherine Bernard Vice-présidents : René Sedes et Janine Cuesta Trésorière : Liliane Filiâtre - adjointe : Thérèse Loisel Secrétaire : Denise Bloch - adjointe : Eliane Debève.

Prochain CD le lundi 3 janvier 2011


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page5/27

Une semaine en Auberge de Jeunesse à Montlivault Du plaisir  de  se  retrouver  en  auberge Rare  plaisir  !   car,  depuis  longtemps,  nous  allons   dans  des  centres   tenus  par   des   associations   ou   dans   de   grandes   auberges   gérées   comme   des   centres   où   nous  rencontrons,   du  reste,  un  très   bon  accueil,   les  gestionnaires  étant   souvent   pétris  de  «  social  ».    

Montlivault,   c’est   le   retour   à   la   petite   AJ   ou   au   relais   pourvoyeur   de   la   camaraderie,   de   la   solidarité,   de  la   vie  en   commun,   de  la   gestion  collective,   du   travail  partagé.  Une   expérience  que  nous  avons  encore  vécue  et  qui,  j’espère,  se   reproduira,  malgré  les  risques  qu’elle  court   car  on  a  bien  compris  qu’aujourd’hui   plus  qu’hier  ce  sont  les  valeurs  Tinancières  qui  mènent  le  monde.  

Jusque-­‐là,  cachée  dans  son  petit  territoire  inondable,  solitaire,  relativement   indépendante,  oubliée,  elle  a  échappé  au  cataclysme   !  Mais,  on  le  sait,  malheur  à   ce  qui  n’est  pas  rentable…   Paulette.  


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page6/27

Une rencontre                  

Nous sommes   accueillis   par   un   grand   gaillard   sympathique.   Quand   il   s’est   présenté,   mon   oreille   exercée   (voir   mes   origines)   remarque   son   accent   et,   sur   mon   inter-­‐rogation,   il   me   précise   qu’il   vit   à   Bruxelles.   Or,   chacun   sait   qu’en   Belgique  il  y   a  les  Brusselers,  les  Wallons   et  les  Flamands   et  je  ne  raconte  pas  de   carabistouilles  (mot  qui  Kigure  depuis  peu  au  dictionnaire  français).  

Michel  écoutait  de  la  musique  classique  très  chouette.  Il  était  constamment   plongé  dans   son  ordinateur,   installé  devant  l’auberge   dans  un  fauteuil  qui  avait   dû  être  très  confortable  mais  qui  séjournait  dehors  !  

Sa  position,  le  long  de  la  voie  d’accès  à  l’autre  parking,  nous  faisait  craindre   pour  son  intégrité  physique.  

Il  est  bientôt   rejoint  par  Pascal,  un  de  ses   potes   et,  quelques   jours  après,   par   deux  jeunettes,  belges   comme  lui,  qui  arrivent  au  moment   où  nous  partons   pour  Beaugency,  notre  seconde  auberge.  

Quelques  belles  balades,  une  ambiance  très   ajiste,   le  confort  aussi  !  (deux   douches  et  deux  WC),  mieux  quand  même  qu’il  y  a…  cinquante,  soixante  ans  !

Comme le  temps  passe  !…   Irène  Patte.  


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page7/27

Georges Charpak un Ajiste exemplaire

Le 29 septembre, un ancien Ajiste de renom nous a quittés. Il venait de fêter son 86e anniversaire. Né le 8 mars 1924 en Ukraine, à Dabrowitsa (aujourd’hui la Pologne), sa famille émigre en France alors qu’il a sept ans. Son adolescence le voit adhérer au mouvement ajiste ainsi qu’aux Jeunesses communistes. Juif par ses parents, il refusera en 1941 de porter l’étoile jaune. Il poursuit le combat dans la clandestinité sous le nom de Charpentier. En 1943, il est arrêté et interné au centre d’Eysses avant d’être envoyé à Dachau. Il devient citoyen français en 1946. Cette naturalisation lui avait été précédemment refusée malgré l’attribution de la croix de guerre pour faits de résistance. Il est admis à l’Ecole supérieure des Mines à Paris et devient l’élève de Frédéric Joliot-Curie au Collège de France. En 1948, il est admis au CNRS dans le laboratoire de physique nucléaire où il obtient son doctorat es sciences. Promu maître de recherches au CNRS en 1959, il rejoint le CERN (organisation européenne pour la recherche nucléaire) à Genève où il devient chercheur permanent. A l’Ecole supérieure de Physique et de Chimie, il déve-loppe les applications médicales de ses recherches (radiologie douce créant des doses irradiantes moindres) et participe à l’étude d’imagerie biomédicale. Il est élu à l’Académie des Sciences le 20 mai 1985. Il reçoit le prix Nobel de Physique en 1992 pour son invention et le développement de détecteurs de particules. Ce prix Nobel est « entier », c’est-à-dire attribué à un seul lauréat, ce qui ne s’est pas reproduit depuis. En 2009, il s’élève contre le coût de la construction du réacteur ITER dont le budget vient de passer de 5 à 15 milliards d’euros. Signataire de nombreuses pétitions en faveur d’une énergie nucléaire propre, le désarmement nucléaire est l’enga-gement de toute sa vie. Il met notamment en garde contre la vulgarisation de la connaissance qui permet à des Etats jugés irresponsables ou fanatiques de posséder l’arme absolue.


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page8/27

Georges Buisson, un militant trop ignoré A  la  lecture  de  l’article   consacré  à  la  casse  des  lois  issues   du   Conseil  National  de  la   Résistance,   il   n’a   pas   échappé   à   notre   camarade   Jean   Lefèvre   le   rôle   qui   fut   celui   de   Georges  Buisson,  au  cours   des  années  trente,   dans  l’élaboration  des  textes  fondateurs  de   ce  qui  allait  devenir  la  Sécurité  Sociale.     Georges  Buisson   est   né  à  Evreux   le  2  décembre  1878   dans  une  famille  modeste   et,  après   une  scolarisation   élémentaire   dans  sa  ville  natale,  il  va  travailler  à  Paris  dans   une   mercerie  en   gros.  Tout   naturellement,  il  va   se  syndiquer,  ce  qui  à  l’époque  était  la   preuve   d’un   courage   certain   et,   en   1908,   il   devient   le   secrétaire   adjoint   puis   le   secrétaire  administratif  de  la  Fédération  des  Employés  CGT.   Il  est  mobilisé  en  1914   et  est   blessé   pendant  la   guerre.  Il   se  rétablit  ;  en  1919,  il   est   élu   permanent   de   ladite   Fédération   au   Congrès   de   Paris   et,   en   1920,   secrétaire   général  au   Congrès  de   Troyes.  En  septembre  1929,  il  est  élu  secrétaire   confédéral  aux   côtés   de   Léon   Jouhaux   (Oreste   Capocci   lui   succède   comme   secrétaire   général   de   la   fédération  des  employés).     Dès  qu’il  devient  le  dirigeant  de  la  fédération   des  employés,  Georges  Buisson  est   particulièrement   apprécié  pour   sa   lutte   pour   le   repos   dominical   et   l’application  de   la   journée  de  huit  heures.   A   cette   époque,   il   va   mener   un   combat   incessant   pour   l’amélioration   des   conditions  de  vie  des  salariés  et  des  employés,  en  particulier  pour  :   -­‐  une  augmentation  des  salaires  et  des  retraites,   -­‐  une  réduction  du  temps  de  travail  journalier,   -­‐   le   repos   dominical,   un   logement   décent   à   des   condi-­‐tions   abordables   et,   surtout,   -­‐  une  protection  sociale  collective.     Ce  vaste   programme  va  lui  faire  mener  une  action  inlassable  pour  la   création  des   assurances   sociales  et  des  alloca-­tions   familiales  qu’il  oppose,  en  les  privilégiant,  au   sursalaire  familial  :  aumône  charitable  proposée  par  le  patronat.     Après  onze  ans  de  combat  contre  le   patronat,  le  corps   médical  et  toute   la  droite   qui   a   trouvé   des   alliés   contre   nature   avec   la   CGT-­‐U   et   le   Parti   Communiste   qui   s’opposent  à  la  loi*  en  la   qualiTiant   d’escroquerie  et  d’esclavage  (comprenne   qui  veut),   il  obtient  gain   de  cause   car  la  loi  est  tout  de  même  votée  en   1930.  Si  cette  loi  créant  les   assurances  sociales  n’avait   pas  existé,  on  peut  se   demander  si,  en  1945,  la  création  de   la  Sécurité  Sociale  aurait  été  possible.     Georges   Buisson,   qui   avait   été   la   cheville   ouvrière   de   la   création   des   caisses   locales  d’assurances  sociales  Le  Travail,  devient  président  de   la  fédération   nationale.  Il  


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page9/27

est aussi  à  cette  époque   membre  du  conseil  supérieur  des  assurances  sociales  et  vice-­‐ président  de  la  caisse  départementale  de  Seine-­‐et-­‐Oise.     Secrétaire   confédéral   depuis   1929   aux   côtés   de   Léon   Jouhaux,   il   vivra   en   syndicaliste   les  événements   du   Front   Populaire   de   1936,   Munich   et   l’installation   des   dictateurs   Mussolini,   Hitler   et   Franco.   Il   sera   de   ceux   qui   condamneront   le   pacte   germano-­‐soviétique   signé   le   23   août   1939   par   Ribbentrop   et   Molotov,   les   envoyés   d’Hitler  et   de  Staline,  qui  prélude  à  la  guerre.  Puis  c’est  la  débâcle  de  juin  1940,  l’exode   et  l’instau-­‐ration  de  l’Etat  Français  par  Pétain  qui,  bientôt,  va  s’adjoindre  Laval  et   Belin,   ce  renégat  qui  signera  la  dissolution  des  confédé-­‐rations  dont  la  CGT.   Les  années  noires   La   République   est   morte   et,   dès   lors,   Georges   Buisson,   aux   côtés   de   Léon   Jouhaux   et   de   Robert   Bothereau,  va   être   un   des  premiers  à   structurer   la   Résistance.   Suzanne,  son   admi-­‐rable   compagne,  lutte  aussi  à  ses  côtés  dans  la  clandestinité  jusqu’à   son  arrestation  et  sa  déportation  vers  les  camps  d’extermination.   Avec  le  Conseil  National  de  la  Résistance   En   avril   1943,   Georges   Buisson   est   désigné   pour   gagner   Londres   aTin   d’y   représenter   la   CGT.   Après   le   débarquement   allié   en   Afrique   du   Nord,  il   est   désigné   à   Alger  à  l’Assemblée   Consultative   par  la  CGT  clandestine.  La   feuille  clandestine  MOF   dira   avec  satisfaction  :   «  C’est  à  Georges   Buisson,  un  militant  de  la   CGT,  qu’échut  l’honneur   de   présider   la   séance   d’ouverture   de   l’Assemblée   Consultative   à   Alger   ».   Hélas,  à   son   retour   d’Alger  il  apprendra   la   mort  en  déportation  de  son   épouse.  Après  la   libération,  il   devient   premier   vice-­‐président   de   l’Assemblée   Consultative   siégeant   à   Paris   et   président   de   la   commission   des   affaires   économiques   et   sociales   où   il   défend   avec   toujours  beaucoup   de  difTicultés  face  à  la   droite  et   aux   communistes  ce  qui  deviendra   la  Sécurité  Sociale.     Le   31  janvier   1946,  cette   grande   Tigure   du  syndicalisme   disparaît   à   l’âge  de   68   ans.  Son  œuvre   demeure   un   exemple  mais  pourtant   à   Evreux,  dans  cette   ville  où  il   est   né,  pas  une   plaque,  pas  une   rue,  pas   un   jardin   ne   rappelle   le   souvenir   de   ce   militant   acharné   qui,   en   1928,   au   congrès   de   la   fédération   des   employés,   dénonçant   les   attaques  des  capitalistes  et  des  gouvernements  à  leur  solde  contre  cette  œuvre  sociale   que   nous   connaissons   aujourd’hui   avait   déclaré   :   «   …demain,   en   ce   qui   concerne   les   assurances   sociales,   nous   n’aurons   pas   simplement   à   bénéJicier   d’une   réforme   qui   s’applique  aux  travailleurs,  nous  aurons  à  livrer  bataille.  Le   grand  patronat,   les  sociétés   réactionnaires,  les   sociétés  religieuses   veulent   s’accaparer   ce   rouage.  Nous   considérons   que  la   classe   ouvrière  aura  la  dignité  de  conserver   son  pouvoir  de  contrôle  de  gestion   sur   un   grand  service   qui  lui  appartient   et   qui  est   subventionné   par   son   salaire.  Les   forces   d’oppression   ne   doivent   pas   se   servir   de   ce   rouage   pour   écraser   davantage   la   classe   ouvrière  sous  son  inJluence  et  sa  domination…  ».   Jean-­Lou  Lefèvre.   *)  Les Communistes s’opposaient alors à une gestion paritaire avec le patronat de l’argent de leurs cotisations.


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page10/27

Etre et Avoir Loin des vieux livres de grammaire écoutez comment un beau soir Ma mère m’enseigna les mystères du verbe être et du verbe avoir. Parmi les meilleurs auxiliaires, il y a deux verbes originaux Avoir et Etre étaient deux frères que j’ai connus dès le berceau Bien qu’opposés de caractère, on pouvait les croire jumeaux Tant leur histoire est singulière, mais ces deux frères étaient rivaux. Ce qu’Avoir aurait voulu être, Etre voulait toujours l’avoir, A ne vouloir ni dieu ni maître, le verbe être s’est fait avoir. Son frère Avoir était en banque et faisait un grand numéro, Alors qu’Etre, toujours en manque, souffrait beaucoup de son ego. Pendant qu’Etre apprenait à lire et faisait ses humanités De son côté, sans rien lui dire, Avoir apprenait à compter. Et il amassait des fortunes en avoirs, en liquidités, Pendant qu’Etre, un peu dans la lune, s’était laissé déposséder. Avoir était ostentatoire lorsqu’il se montrait généreux, Etre, en revanche, et c’est notoire, est bien souvent présomptueux. Avoir voyage en classe Affaires, il met tous ses titres à l’abri, Alors qu’Etre est plus débonnaire, il ne gardera rien pour lui, Sa richesse est toute intérieure, ce sont les choses de l’esprit. Le verbe Etre est tout en pudeur et sa noblesse est à ce prix. Un jour, à force de chimères, pour parvenir à un accord, Entre verbes, ça peut se faire, ils conjuguèrent leurs efforts. Et, pour ne pas perdre la face au milieu des mots rassemblés, Ils se sont réparti les tâches pour enfin se réconcilier. Le verbe Avoir a besoin d’Etre, parce qu’être c’est exister. Le verbe Etre a besoin d’avoirs pour enrichir ses bons côtés. Et, de palabres interminables en arguties alambiquées, Nos deux frères inséparables, ont pu être et avoir été. @ Annick Laurent.


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page11/27

Coco Sevelle      

  Ci-­dessous,   fac-­similé   de   la   lettre   de   réquisition   adressée   à   Coco   Sevelle   en  mai   1977  à  l’occasion  d’une  grève  de  la  radio  nationale.               Ci-­dessous,  un  dessin  du  même   Coco   retrouvé   dans   les   archives   de   Gisou  et   Martial  :


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page12/27

Treize à la douzaine ou

La mesure du temps

Au début était Cro Magnon qui vivait de chasse, de pêche et de cueillette. Durant environ 15.000 ans il va observer la nature et en tirer profit en créant des outils, en enfouissant des graines, en domestiquant le cheval et le mouton, en apprenant à stocker dans la grotte ses récoltes pour l’hiver. Mais il ne possède encore aucun instrument lui permettant de mesurer le temps afin de se livrer « en temps utile » aux opérations qu’exige la terre. 12, 3 X 4, 6 + 6, 24 et la suite On doit aux Chaldéens d’avoir fixé la durée de l’année solaire et de l’avoir divisée en douze mois. Avant eux, l’année est luni-solaire (les règles des femmes). Le croissant arabe en est le dernier avatar. Précisons que notre année de 365 jours comporte douze lunaisons plus une dizaine de jours qui faussent les calculs. Le Chaldéen va y remédier en usant de son cerveau et de son corps pour désigner les étalons qui lui sont nécessaires et dont certains sont encore en usage : le pouce, la main, le pied, la coudée, la toise… Comment s’y est-il pris ? C’est à la portée de chacun de nous. Plantez dans votre jardin sur un sol très plat un poteau téléphonique surmonté d’une boule. A l’aide d’un crayon à graver, notez chaque jour au sol la course de l’ombre portée par la boule. Le 20 juin, à midi, vous obtiendrez le point le plus rapproché de la base du poteau. Le 20 décembre, à midi, vous aurez le point le plus éloigné :

Nous avons défini l’année solaire, l’observation du ciel va aboutir au Zodiaque qui partage le ciel dans sa partie où court le Soleil en douze segments affublés de douze figures symboliques vite reprises par la religion qui en fait son fonds de commerce. Bien avant le calendrier révolutionnaire, les Egyptiens donneront à ces douze segments des noms rappelant la nature et ses générosités : crue du Nil, labours, semailles, floraison, récolte, mise en grange, fraie des poissons, le tout assorti d’un animal fétiche ou symbolique introduit par les religieux : le bœuf, le chien, le lion, les poissons, le serpent, le bélier… et leurs prédateurs qui les font travailler ou s’en nourrissent. Pour la définition de l’année, c’est la main qui va servir d’étalon aux Chaldéens :


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page13/27

Qu’ont vu les Chaldéens de cette main ? Quatre doigts = quatre saisons. Trois phalanges par doigt = les trois mois composant les quatre saisons observées en fonction de la durée du jour. Un doigt moyen et ses trois phalanges = le Printemps. - Un doigt long = l’Eté. - Un doigt moyen = l’Automne. - Un doigt court = l’Hiver. Pour définir le début de l’année solaire, il suffisait aux Egyptiens de noter le jour où apparaissait à l’observatoire d’Alexandrie une étoile remarquable, Sirius, étoile de 1ère grandeur visible l’hiver sous nos latitudes. Les Chaldéens se fient aux migrations d’oiseaux et aux cycles de la germination mais la précision reste aléatoire et provoque des querelles. Les Grecs verront les choses de manière plus rationnelle. Car, grâce aux Arabes et aux Phéniciens, ils ont appris la géométrie et les mathématiques (al gèbre est un mot arabe). Anaximandre de Milet et Aristarque de Samos vont s’attaquer au problème de la division du temps. C’est ce dernier qui suggéra que la Terre était une sphère gravitant autour du Soleil en trois cent soixante jours : année de douze mois de trente jours plus cinq jours de liesse pour plaire aux dieux et conjurer le sort (le Mardi Gras, nos carnavals de printemps, le charivari…) qu’il fait débuter à l’équinoxe de printemps. La chrétienté verra les choses à sa manière en faisant naître le Christ au solstice d’hiver et en adoptant le calendrier de Jules César, d’où son nom de calendrier julien (en - 43) qui fait débuter l’année au 1er janvier. Et la semaine ? C’est aux Chaldéens que l’on doit la semaine de sept jours. Gens de bon sens, ils se sont fiés aux phases de la Lune pour diviser le temps = quatre phases de sept jours auxquelles ils donnent les noms des planètes connues à l’époque. Voici l’heptagone chaldéen :


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page14/27

Mais, outre cette exception avec le nombre sept, on n’avait pas quitté le système duodécimal. En effet, la division du jour comportait alors huit « moments » diurnes et quatre moments nocturnes (8 + 4 = 12). On s’en satisfera jusqu’à ce que les Grecs y mettent de l’ordre et il faudra attendre dix siècles pour que tout ce petit monde accepte que la journée soit divisée en douze séquences diurnes et douze séquences nocturnes. On venait d’inventer l’heure. On inventa ensuite des systèmes de vases gradués qui, en se vidant, jalonnent la journée en douze portions égales : les douze heures du jour divisées elles-mêmes en un multiple de 12, les minutes et leurs duodécimales, les secondes. Ce qui ne fait d’ailleurs pas toujours le bonheur de nos petits écoliers.

Et voilà que, 800 ans avant notre ère, l’imagination créative émigre dans le Péloponnèse avec les Phéniciens qui colonisent tout l’espace méditerranéen. Aristote puis Aristarque de Samos et plus tard Ptolémée vont inventer des instruments d’observation qui permettront de fixer les bases de la cosmogonie que nous connaissons encore aujourd’hui. En – 385, Aristarque prédit que la Terre est une sphère. Il est repris quatre siècles plus tard par Ptolémée qui suggère que c’est la Terre qui se déplace dans l’espace et non le Soleil. Mais il n’est pas écouté car pour ses contemporains c’est Hélios qui, sur son char, parcourt le Ciel autour de la Terre laquelle reste le centre de l’Univers. Les Chinois, les Incas savent déjà qu’il n’en est rien. On en est resté là durant tout le moyen âge, malgré Galilée et Copernic. Car, pour la religion catholique dont l’emprise s’étend à toute l’Europe, la Terre que Dieu a créée ne peut se situer ailleurs qu’au centre de l’Univers. Il faudra attendre 1952 (oui, j’ai bien dit 1952 !) pour que Rome se décide à accepter « comme une hypothèse commode et probable mais pas comme une certitude » que c’est la Terre qui tourne autour du Soleil et non l’inverse. Ptolémée persiste, il réalise une sphère et il y place naturellement les pôles et l’Equateur. Il définit le début de l’année au moment où le Soleil se trouve sur le plan de l’Equateur (l’Equinoxe) et donne à l’année sa valeur de 365 jours à compter du 21 mars. Il divise cette valeur par douze (les douze mois) et suggère de diviser la journée en deux périodes de douze heures comme le font les Phéniciens. Rien n’a changé depuis. G. Brenier


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page15/27

Champignons Le  Limousin  est  l’une  des  terres   d’élection   des  champignons.  Certes,   il  faut   connaître   les   endroits,   les   coins   propices   du   mycélium.   Mais   les   fervents   de   la   cueillette   n’oublient   jamais   de   considérer   les   habitudes   des   champignons   et   l’orientation  des  bois.       Le  cèpe   de  Bordeaux   se  montre  sur  le  terrain  siliceux  des  taillis   de  hêtres   ou  de  chênes   et  dans  des   châtaigneraies   où  il   apparaît  à  la   chute  des   premières   bogues.  

Dans  le   genre   Bolet,  il   n’est  guère   de  danger  :  le   bolet  Satan  est  absent  du   Limousin.  Les  variétés  comestibles  sont  bien  connues  :  le  bolet  bronzé  ou   tête   de  nègre,   le   bolet  rude,  dont  la  chair  noircit  rapidement  à   l’air.  Le  cèpe  et  parti-­‐ culièrement   la   tête   de   nègre   voisine   fréquemment   avec   des   clitocybes   petites   prunes  ou  meunier.  Ces  champignons  à  chapeau  gris   blanc  qui  évoque   celui  des   girolles  par  la   forme,  doivent   leur  nom  à   l’odeur  de  farine  que  dégage  leur   chair.   Leur  goût  est  assez  parfumé  mais  ils  sont  fragiles  et  ne  se  conservent  pas.       La  chanterelle  comestible   ou   girolle  aime  l’ombre   et  l’humidité.  En   été   et   en   automne,  elle   croît  dans  les   fourrés,  au  pied  des  sapins,   sur  les  sols  moussus  


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page16/27

ou en  décomposition.   Son  chapeau  jaune   en   entonnoir,  sa  chair  blanche  à  l’odeur   de   prune   permettent   de   ne   pas   la   confondre   avec   la   chanterelle   orange   ou   fausse  girolle  qui  est  toxique.     Le  même  environnement  accueille  l’hydne  sinné   ou   pied  de   mouton  :  ce   champignon,   au   chapeau   jaune   ou   rosé,   parfois   rosé,   parfois   blanchâtre,   se   récolte  jusqu’aux  gelées.     En  revanche,  coulemelle  ou  oronge  exigent  de  la  lumière  et  un  sol  meuble   assez  sec.  Elle   se  développe  à  la  lisière   des  bois,  en  bordure   des  champs  gagnés   sur  la   forêt.  La  lépiote   élevée   ou  coulemelle   se  caractérise   par   une  chair  qui   rosit  après   la  cueillette.   Seul   le   chapeau  est  comestible  et,  détail   important,  les   lépiotes   comestibles   sont   inodores.   Quand   à   l’oronge   vraie   ou   amanite   de   César,   elle   abonde.   Sa   chair   ferme   et   parfumée   est   savoureuse.   A   distinguer   :   l’amanite  tue-­mouches  qui  porte  des  verrues  blanches  sur  le  chapeau.     Evidemment,   je   n’ai   pas   mis   les   morilles   et   les   truffes,   on   en   trouve   peu   dans  le  Limousin.     Il   n’y   a   pas   que   dans   la   région   de   Limoges   que   l’on   trouve   des   champignons,  partout   en   France,  dans  les  bois,  dans  les  clairières,  dans  la  plaine,   on  récolte  des  cryptogames.    

Allez, bonne  digestion  avec  les  champignons.   Thomé  Maurice.  


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page17/27

Une matinée inoubliable Par  un  beau  matin,  j’étais  parti  chasser  aux  premières  lueurs  de  l’aube.  Je   savais  qu’une   troupe  de  biches  allait  chercher  pâture  dans  une  petite  clairière  au   Tlanc  de  la  montagne,  en  un  lieu  dominé  par  la  haute  silhouette  des  pins   et  où  les   eaux   d’une  source   invisible   s’inTiltrent   parmi  les  herbes.  J’y  ai   souvent  vu  leurs   foulées.   Aussi,   ce   matin-­‐là,   m’étais-­‐je   levé   avant   le   jour.   Je   me   postai   dans   un   épais  bosquet  de  jeunes  arbres  d’où  je  voyais  parfaitement  la  clairière.       Les   oiseaux   m’y   avaient,   bien   entendu,   précédé.   Un   geai   annonça   ma   venue.  Puis  deux   moineaux  demandèrent  quel  pouvait   être  l’objet   de   ma  visite.   M’efforçant  de  faire  le  moins   de  bruit  possible,  je   gagnai  le   sous-­‐bois  et  attendis,   dans  l’espoir  de   passer  aussi  inaperçu  qu’une  souche  d’arbre,  avec  mon   pantalon   kaki   et   mon   vieux   veston   marron.   Apparemment,   je   devais   avoir   l’air   d’une   souche  aux  yeux  des   bêtes  qui  passaient  devant  moi  car,  au  bout  de  cinq  minutes,   les  oiseaux  se  turent.  Une  mésange  à  tête  noire  vint  se  percher  sur  une  branche  à   moins  d’un  mètre  de   mon  visage.   Un  passereau   pénétra  dans  le  feuillage  à  mes   cotés.     Je  ne  vis  pas  la  moindre  biche  mais,  au  bout  d’une  vingtaine  de  minutes,  un   lapin   de   garenne   se   dirigea   par   petits   bonds   vers   l’endroit   où   je   me   tenais   et   s’arrêta   pour  me   considérer.  Il  hocha  la  tête   et  battit   des  oreilles  comme  si,  n’en   revenant   pas,   il   se   disait   :   «   Tiens   !   cette   souche   n’était   pas   là   hier   !   »   Puis   il   s’approcha,  se   gratta  l’oreille  avec  sa   longue  patte  de  derrière  et  Tit  deux  fois  le   tour  d’une  touffe  de   violettes.  Alors  il   remua  le  nez,  me  regarda  dans   les  yeux  et   vint   droit   sur   moi   en   sautillant.   Il   reniTla   le   bout   de   mes   souliers   et   Tlaira   le   revers   de   mon   pantalon.   Puis   il   s’éloigna   pour   revenir   aussitôt,   incapable   de   prendre  un  parti,  et  se  remit  à  me  Tlairer.     Finalement,  il  s’en  alla.  De  sa  petite  patte,  le  passereau  grattait   les  feuilles   mortes   qu’il  envoyait   sur  mes   souliers,   preuve  que   je   ne   comptais   absolument   pas   à   ses   yeux.   La   mésange   à   tête   noire   se   percha   quelques   instants   sur   mon   épaule.   Deux   mulots   au   ventre   éclatant   de   blancheur   surgirent   de   l’herbe   et,   humant   l’air   matinal,   se   dressèrent   sur   leurs   pattes   de   derrière,   près   d’un   minuscule  plant  d’érable.     Alors   le  soleil  se  leva  et,  des  eaux  de  la   source  invisible,  se  dégagèrent   des   vapeurs  de  brume.  Le  chœur  des  oiseaux  monta  crescendo  dans  les  bois.     Toujours  aucune  trace  de  biche.     J’attendis   encore.   Une   heure   après   le   lever   du   soleil,   les   moustiques   m’attaquèrent  et  je  me  vis   forcé  de  battre   en   retraite.   Je  rentrai  sans  avoir  vu  une   biche.  Mais   j’avais  vécu  une  heure  et  demie  de  joie  inoubliable  parmi  les  hôtes  de   la  forêt. Hal  Borland.  Transmis  par  P.  Denis.   -------------------------------


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page18/27

A ta santé (Suite et fin) Lierre terrestre béchique  (bronchite chronique, asthme, emphysème, inhalations contre rhinorrhée). Lin graines purgatif    (émollient, laxatif). Maïs stigmates diurétique    (amaigrissement, goutte, calculs rénaux, cholécystite). Marjolaine antispasmodique    (insomnie, digestion lente, hypertension artérielle). Marrube blanc tonique  amer    (affections pulmonaires, bronchite chronique, diurétique). Matricaire antispasmodique    (apéritif, digestif, nervosité, migraines, Cholagogue, colites, dysenterie). Mauve purgatif    (laxatif, constipation chronique, béchique, bronchite, trachéite, émollient).   Maté stimulant    (tonique à la manière du thé de Chine). Mélilot antispasmodique    (antiseptique, inflammations urinaires, intestinales ou oculaires, douleurs abdominales).   Mélisse antispasmodique    (digestion, aérophagie, migraine, flatulences, bourdonnements d’oreilles).   Ményanthe tonique  amer    (fatigue générale). Millefeuille tonique  astringent    (tonique veineux, varices). Millefeuille achillée tonique  astringent    (jambes lourdes, règles douloureuses, hémorroïdes, hypertension).   Menthe de Milly stimulant    (poivrée, carminatif, digestif, anti-diarrhée, antiseptique, emménagogue, douleurs gastriques, coliques hépatiques et néphrétiques).   Menthe Nana avec  le  thé  vert    (spéciale pour le thé à la menthe). Millepertuis vulnéraire    (en infusion : brûlures d’estomac, antiseptique). Myrtille feuilles hypoglycémiant    (diabète).   Myrtille baies tonique  astringent    (antiseptique, colibacillose, anti-diarrhéique, dysenterie, améliore la vision nocturne).   Noyer hypoglycémiant,  astringent    (antidiabétique, stimulant pancréatique, diarrhées, nausée d’origine hépatovésiculaire).   Olivier hypoglycémiant    (diabète, antispasmodique, hypertension). Oranger bigaradier antispasmodique    (goût  amer)  : Oranger feuilles sédatif    (nervosité, insomnies). Oranger boutons digestif    (gastralgies, vomissements, névralgies). Origan stimulant   (béchique, bronchite, asthme, douleurs rhumatismales, stomachique : gastralgie, coliques intestinales). Ortie blanche tonique  astringent    (diarrhée, dysenterie, diurétique, cystite prostatique, leucorrhée).   Panama bois quillaja  du  Chili (dégraissant, lavage des cheveux gras). Pariétaire diurétique (anti-inflammatoire, cystite, prostatisme, coliques néphrétiques et hépatiques). Passiflore sédatif (insomnie, anxiété, angoisse, troubles nerveux de la ménopause, palpitations). Pensée sauvage dépuratif (eczéma, impétigo, acné, psoriasis, diabète). Persil diurétique (stimulant digestif). Pissenlit tonique  amer (diurétique, insuffisance hépatique, hypocho-lestérolémiant, cholestérol, articulations). Plantain astringent (intestin, dysenterie, diarrhée, en compresses : conjonctivite, blépharite, couperose). Prêle diurétique    (goutte, lithiase urinaire, cystite, règles douloureuses). Psyllium purgatif   (graines : contre la constipation). Queues de cerise diurétique    (cure de diurèse, contre la cellulite). Réglisse béchique (toux, bronches, antispasmodique, gastrite, ulcère


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page19/27 gastro-duodénal, constipation). Reine des prés diurétique (cellulite, goutte, diminue l’acide urique, gastrite, rhumatismes). Romarin stimulant (cholérétique, insuffisance hépatique, vertiges, cholécystite, fermentation). Ronce astringent (angines, enrouement). Rose laxatif (laxatif léger, en mélange). Salsepareille dépuratif (eczéma, urticaire, antirhumatismal, douleurs articulaires, sciatique). Saponaire dépuratif  (antiallergique : eczéma, urticaire, asthme, goutte, hypertension). Sarriette tonique      (digestion, anti-diarrhéique, colopathie de fermentation). Sauge antisudoral    (contre la transpiration, tonique, fatigue, convalescence, ménopause, bouffées de chaleur). Serpollet digestif    (pour le foie : en mélange avec le romarin, digestion, toux spasmodique, fatigue). Souci emménagogue (règles douloureuses, hypertension, soins de la peau, cholostase hépatique). Sureau diurétique (néphrite chronique, cystite, anti-inflammatoire, béchique, constipation, yeux). Thym stimulant (lourdeurs digestives, aérophagie, gaz, règles insuffisantes, anti-diarrhée, mélancolie). Tilleul sédatif    (nervosisme, insomnie, émollient). Tilleul aubier cholagogue (calculs). Valériane antispasmodique (insomnie, anxiété, nervosité, asthme, bouffées de chaleur, antidiabétique). Verveine stomachique (digestion lente, aérophagie, sédatif à petites doses). Vigne rouge tonique,  astringent (variété dite « teinturier » : varices, hémorroïdes, prostatisme, ménopause). Violette béchique (bronchites, ulcères gastro-duodénaux). Tisane rafraîchissante dépuratif   (laxatif, diurétique). Les cinq plantes digestif (calmant). Liste établie par Solange Lehmann.

Si  après  tout  ça  vous  ne  devenez  pas  des   Anaajistes  centenaires  en   bonne  santé,   c’est  à  désespérer  !  


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page20/27

Le canal de Nantes à Brest

Imaginé dès   le   XVIIIe   siècle,   l’ouvrage   reliant   les   cinq   départements  

bretons n’est   entrepris  qu’en   1806.  Long  de   360  km,  il  comportera   238  écluses   et  ne  sera  achevé  qu’en  1842.  

Au XIXe   siècle,   le   canal   de   Nantes   à   Brest   désenclave   la   Bretagne   de  

l’intérieur où   sévit   la   misère.   Les   habitants   possèdent   des   mœurs   sauvages,   comme  le  pays   les  maisons  du  bourg   sont  obstruées  par  des  fumiers  infects.  Les   habitants  n’ont  pas   de  toit  pour  les  mettre  à  l’abri  des  injures  du  temps,  pas  un   objet  de   plus   que   la   commune   nécessité.   Le   pain   le  plus  usuel,   les  légumes   les   plus   grossiers   y   sont   un   luxe   inconnu,   l’agriculture  pauvre,   l’industrie   nulle,   la   misère  plus  que   générale.  L’intérieur  de  la  Bretagne  est  en  effet   coupé  du  reste   du   monde   par  les   pluies   qui   transforment   les   chemins   creux   en  bourbiers,   les   rendant  impraticables  les  trois  quarts  de  l’année.  

Une histoire   oubliée  remontant  au  XIXe  siècle  :  celle  du  creusement   par   les  

bagnards d’une   gigantesque  tranchée   à   travers   une   montagne   qui  a   permis   au   canal  reliant  Nantes,  Redon,   Pontivy,  Châteauneuf-­‐du-­‐Faou  et  Brest  de  franchir  le   massif  de  l’Armorique.  

Il faut  imaginer  le  labeur  que  cela  a   exigé  durant  près  d’une  décennie   !  Les  

bagnards étaient   chaussés   de   sabots   de   bois.   Equipés   de   pelles,  de   pioches,   de   brouettes  et  de  hottes,  ils  ont  remodelé   le   paysage  en  déplaçant  trois  millions  de   mètres  cubes  d’argile.  Les  cabanons  des  forçats  ne  possédaient   pas  de  chauffage   par   peur   des   incendies   et   les   fenêtres   étaient   très   étroites   pour   éviter   les   évasions.   La  nuit,  les  hommes   étaient   entassés  dans   des   dortoirs,  couchés  dans   des   hamacs   superposés.   La   boue   rendait   les   déplacements   épuisants.   Le   paludisme,  la  «  Tièvre  intermittente  »   disait-­‐on  alors,  qu’on   traitait   avec  du  vin   –  


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page21/27

un litre   à   ingurgiter   cul   sec   le   matin   –   faisait   des   ravages   aussi   bien   chez   les   condamnés   que   chez   les  gardiens.  Vous  qui  irez   sur  le  canal  de  Nantes   à   Brest,   n’oubliez  pas  ceci.  

La majorité   d’entre   eux   n’étaient   pas   des   droits   communs   mais   des   prisonniers   politiques.  Des   hommes  qui  restaient  Tidèles  à   Napoléon   III  et  qui  se   refusaient   à   s’engager   sous   la   bannière   royale   de   Louis   XVIII   guerroyant   en   Espagne.  

Lorsqu’on découvre   le   charme   bucolique   et   reposant   du   canal,   ses   rives  

arborées, ses  joncs  et  roseaux  dans  lesquels  se  dissimulent  des  poules  d’eau,  on   comprend   mal  en   effet   qu’il  ne   soit  pas  haut  lieu   du   patrimoine  français.   Entre   Rohan   et  Les  Forges,   en  plein  cœur   de  la   Bretagne,  on  y   rencontre   de  temps   à   autre  un   piéton   ou   un  cycliste   sur  le  chemin  de  halage  mais  pas  de   bateau  sur  le   canal.   Thomé  Maurice.  


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page22/27

La secte des communicants Jadis,  lorsque  se   produisait   un   événement   ou  un  fait  social,  la   presse   étant  à  cet   usage,   nous   en   étions   informés.   En   1914,   avec   la   presse   aux   mains   du   Comité   des   Forges,  on   a  connu   le  bobard   puis  la  censure.  Relayée  dans  les  années  trente  par  la  TSF,   on   a   vu   apparaître   le   bouteillon   (de   Bouthéon,   9.620   habitants)   puis   la   Cinquième   colonne  qui  Tit  fureur  en  1940.  La  guerre  d’Algérie   vit  naître  l’Intox  en  même  temps  que   se   banalisait   la   télévision   aux   ordres   d’un   «   ministre   de   l’infor-­‐mation   »   c’est-­‐à-­‐dire   ministre  du  mensonge.     Aujourd’hui,   on   communique.   On   ajoute   bout   à   bout   des   «   effets   d’annonce   ».   Après   Super-­Menteur,   qui  sut   nous   rouler   dans   la   farine   avec  notre   assentiment,  son   successeur   l’a  bien  compris  qui  en   a   retenu   la  leçon   et  les  méthodes.  Le  mensonge   est   la  pierre   angulaire   de  son   discours  et  de  son  action.  Elu  avec   les  voix   du  FN  par  53  %   (32  %   des  exprimés  au   1er  tour,  ¼  des  inscrits,  on  ne   le  rappelle   pas  assez)  faute  d’un   adversaire   de   poids   en   face   lui,   l’actuel   Président   a   pris   ses   grandes   décisions   au   Fouquet’s   et   dans   ce   qu’il   appelle   le   «   premier   cercle   »   dont   on   connaît   trop   bien   la   composition.     Un  menteur  de  première.   Quelques  citations  :   « Je serai le Président d’une République irréprochable… A  quoi  pensait-­‐il  quand  il  a  sorti  ça  ?   Il  savait   la  chose  impossible  et  irréaliste  et   ne  s’était  même  pas  interrogé.   « Si je suis élu, mon gouvernement sera limité à quinze ministres pour être plus efficace… Il  en  nomme  plus  de  quarante  avec  les  secrétaires  d’Etat. « Compte tenu du progrès médical et de l’aspiration de nos concitoyens à vivre en bonne santé, l’investissement dans la santé sera forcément majeur. Ce sera ma priorité… Des   effets   d’annonce   et   une   augmentation   banalisée   de   près   de   20   %  du   coût   pour  le  malade.  Cette  afTirmation   a  pour   premier   effet  le  déremboursement   de  certains   médicaments,  la  pénalité  au  Tlacon  et  la  non  prise  en  charge  de  certains  soins.   « Le droit à la retraite à 60 ans doit demeurer de même que les 35 heures continueront d’être la durée hebdomadaire légale du travail. On   voit   ce   que  cela   donne,  ce   sont   surtout  les   patrons  qui  s’enrichissent  avec   le   remboursement  par  l’Etat  des  heures  sup.   « Je ferai de la lutte pour l’emploi ma priorité, je ferai en sorte que les Français travaillent plus pour gagner plus… Guizot  ajoutait  :  «  Et  enrichissez-­‐vous  !  » « Si je suis élu, je mettrai en place un grand plan Marshall de la formation des jeunes de nos quartiers pour qu’aucun ne soit laissé de côté, pour que chacun puisse disposer d’une formation et d’un travail… Avec   16.000   postes   d’enseignants   plus   les   contrats   aidés   supprimés   chaque   année,  c’est  là  une  manière  de  se  foutre  de  la  gueule  du  peuple.   « Si je suis élu Président, je mettrai fin aux paradis fiscaux, à la pratique des bonus accordés aux traders, je ferai voter dès l’été 2007 une loi qui interdira la pratique détestable des golden parachutes…


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page23/27

Ce n’est   même   plus  la   peine   de   commenter.  On   a   vu   quel  soutien  a   été   apporté   aux  banques  sans  aucune  contrepartie. « Je serai le Président du pouvoir d’achat… On  a  vu,  on  voit,  on  constate,  on  subit.    

Mensonges, mensonges,  encore  mensonges.   Prenez   une   seule   de   ces   afTirmations   (la   liste   en   com-­‐porte   106),   placez   la   réponse   en   face   et   analysez.  C’est   tout   et   son   contraire.  Et   le   mensonge   continue   de   sévir.  Car   plus   c’est   gros  et   mieux   ça   passe.  L’affaire   Woerth-­‐Bettancourt   annexée   à   la   liste  en  est  une  illustration  qui  restera  dans  l’histoire.     Son  principe  de  fonctionnement  repose  sur  l’expression  orale.  Ça  le  grise.  Quand   il   est   vrai  et   spontané,  sans  guide   de  lecture,  c’est   pour   des  termes  inappropriés,  des   fautes   d’accord   ou   de   syntaxe   ou   c’est   pour   dire   :   «   Casse-­‐toi,   pauv’   con   !   ».   Il   s’est   entouré   de  communicants   (ils  sont   60)  qui  l’aident   à   Tixer   et   développer   des  éléments   de   langage   lesquels   consistent   tantôt   à   faire   de   l’adversaire   un   ennemi   à   éliminer,   tantôt  à  pratiquer  l’autosatisfaction   et  la  louange  sans  discernement.  La  semaine   agitée   du   10   au   17   octobre   fut   à   cet   égard   un   modèle   du   genre   :   un   déTilé   de   perroquets.   Chaque   jour,  radios   et  télés  ont   vu  déTiler   ministres  et   grands  ténors  de   l’UMP  devant   micros   et   caméras.   Pas   un   JT,   pas   un   débat   sur   nos   radios   sans   la   présence   quasi   exclusive  à  l’antenne  d’un  envoyé  de  l’Elysée  venu  communiquer  avec  les  mêmes  mots,   les  mêmes  petites   phrases   et   autres   éléments   de  langage,  les   mêmes  arguments  et,  le   plus  souvent,  les  mêmes  épithètes  trahissant  leur  auteur.   On   n’informe   plus,   on   «   communique   ».   La   différence   est   de   taille.   Car   la   formulation   est   telle   que   l’on   ne   peut   remettre   en   cause   ce   qui   est   proclamé.   Le   communiqué   est   une   non-­‐information,   une   sorte   de   dictat   qu’on   ne   discute   pas,   sur   lequel  on  ne  revient   pas.  On  n’a   pas   à   l’analyser,  il  contient   par   essence   l’impossibilité   de   voir   les   choses   d’une   autre   manière.   Ceux   qui   s’y   risquent   sont   derechef   taxés   d’adversaires,  rejetés,  noircis  et  insultés  (allusions  au  nazisme  ou  au  KGB).   Ils   sont   devenus   sourds.   Des   sourds   qui   ne   veulent   pas   entendre   et   qui   appellent  grognement   le  grondement  de   la  rue.  En  cela  c’est   délibérément  qu’ils  nous   ignorent.   Ils  sont  devenus  autistes.   Des   autistes  insensibles  qui  ne   se   préoccupent   que   d’eux-­‐mêmes,  de   leurs  privilèges   et   de   leur   caste   qu’ils  présentent   comme   la   norme   établie,  celle  du  proTit  :  «  Enrichissez-­‐vous,  à  ce   prix  vous  pourrez  venir   vous  joindre   à   nous  !  »  En  cela  ils  nous  méprisent.     Ils   sont   devenus   aveugles.   Ils   vivent   dans   leur   monde,   un   monde   qui,   par   l’argent,   s’est   extrait   et   s’éloigne   de   plus   en   plus   des   valeurs   que   sont   le   travail,   la   solidarité,  la  justice  sociale,  les   droits  humains  fondamentaux…   un   monde  où  règne  la   sélection   et   l’élimination,   un   monde   où   seuls   comptent   le   gain,   le   proTit   et   l’enrichissement.  En  cela  ils  nous  rejettent. Oui,   mais…   Lisez   la   presse   internationale,   regardez   quelle   place   occupe   notre   pays   lorsque   ce   n’est   pas   l’Elysée   ou   Le   Figaro   qui   s’exprime   ou   qui   établit   le   classement.  Tous  le   disent   et  l’écrivent  :   la  France   des   Droits   de  l’Homme  est  devenue   une  République  bananière,  le  pays  du  mensonge  ofTiciel  institutionnalisé.   Et  on  laisse  faire  ! L’In-­Secte.  


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page24/27

Qu’en est-il du respect de la personne humaine ? Les emplois d’aide à la direction des écoles sont touchés par les restrictions budgétaires et mon école, parmi d’autres, en subit les conséquences. Dans plusieurs départements, les inspecteurs d’Académie viennent d’annoncer qu’ils ne renouvelleront pas les emplois d’E.V.S. qui arrivent en fin de contrat. Outre les diverses tâches qu’ils remplissent dans les établissements scolaires avec les équipes, les E.V.S. ont pour mission d’assister les directrices et directeurs pour tout ce qui concerne le travail administratif. Ces « aides à la direction » figuraient dans le protocole que le ministre avait proposé à la signature en 2005. C’est donc une décision qui compromet l’avenir de personnels qui comptaient sur une reconduction de leur contrat. Alors que le ministère a reconnu la nécessité d’améliorer le fonctionnement des écoles et de fournir aux directrices et directeurs une aide pour leur mission, cette annonce apparaît de très mauvais augure. L’employée E.V.S. de l’école élémentaire de Menthon-Saint-Bernard (Haute-Savoie) où j’exerce mes fonctions de directeur a donc appris par téléphone, le 30 août que son contrat n’était pas renouvelé le 31 août. Qu’en est-il du respect de la personne humaine ? Qu’en pense le porte-parole de l’Elysée, accessoirement ministre de l’Education nationale ? Yves, fils d’Annette Schmer.

Une modification intervient dans la publication des spectacles. Dorénavant, le tableau « Théâtre » ne paraîtra plus dans le Remue-AnaAJ mais sera adressé à ceux qui en feront la demande. Voir les détails dans le Remue-AnaAJ.


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page25/27

La beauf attitude

Extrait du catalogue des jouets de Noël de la chaîne Leclerc : « Dès 3 ans » indique le cartouche ! Une insulte à l’intelligence et au bon goût. Voici avec quoi (pour 299 €) le médiatique et bouillonnant Michel-Edouard Leclerc entend préparer la jeunesse à entrer très tôt dans le consumérisme et la « beaufitude ». Le bel idéal qu’il prône dans ses inter-ventions télévisées se traduit dans les faits à orienter ceux dont on veut faire des dominants à la cervelle creuse lesquels, plus tard, seront nantis d’un bulletin de vote… (je vous laisse apprécier la suite). Tous les magasins le font, c’est une mode. Et je ne parle pas ici de la mode des jouets guerriers made in Japan ! Alors qu’un jouet catalogué « dès 3 ans » doit être créatif, doit éveiller et développer la connaissance, la curiosité et la compréhension de l’enfant, ici on l’incite à paraître, à posséder, à dominer, à étaler sa supériorité… et l’on montre ainsi comment fabriquer des beaufs. Comme papa, mieux que le petit voisin ! A cette image s’ajoute le mini caddy pour la fillette qui suit sa maman dans les rayons du magasin et qui fait d’elle une future consommatrice. Cela fait sourire parce que c’est touchant, ça me fait grincer plus encore que les confiseries disposées à dessein à la hauteur des yeux des enfants. G.B.


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page26/27

Le bien et le mal.

« Entre  le   bien  et  le  mal,  l’instituteur   ne  pourra   jamais  remplacer  le   pasteur  

et le   curé   ».   Tels   étaient   en   2007   les   propos   de   l’empereur   Sarko   alors   que   le   régime   actuel,   allié   à   l’Eglise   depuis   le   général   de   Gaulle   en   1958,   a   détruit   16.000  postes  d’enseignants  de  l’école  de  la  République.  

Dans le   même   temps,   l’Eglise   a   produit   475   cas   de   pédophilie,   cas   étant  

joints aux   privilèges  et  à  l’impunité  judiciaire  dont   jouissent   ces   tartuffes.  On  ne   s’étonne   pas   que   l’Eglise   soit   le   soutien   Tidèle   du   gouvernement   lequel   se   déchaîne  contre  les   salaires   et  les  retraites  en  brandissant  le  déTicit  budgétaire,   déTicit  creusé  notamment  par  les  largesses   envers  les  banquiers  et,  sur  ce   même   budget,   les   subsides   versés   au   clergé   pour   les   écoles   confes-­‐sionnelles   :   des   dizaines   de   millions   au   nom   des   remarquables   vertus   éducatives   du   clergé   certiTiées  par  l’empereur  Sarko.   Mickey.  


« Notre Amitié » n°126 Bulletin Anaaj Région Parisienne décembre 2010 page27/27

Le « trou de la Sécu » Taxe sur le tabac destinée à la Sécu non reversée :

7,8 milliards

Taxe sur l’alcool destinée à la Sécu non reversée :

3,5 milliards

Partie des primes d’assurances automobiles destinées à la Sécu non reversée :

1,2 milliard

La taxe sur les industries polluantes destinée à la Sécu n’est pas reversée :

1,2 milliard

Part de TVA destinée à la Sécu non reversée :

2 milliards

Retards de paiement à la Sécu pour les contrats aidés :

2,1 milliards

Retard de paiement par les entreprises :

1,9 milliard

En faisant une simple addition, on arrive au chiffre de

20 milliards.

Conclusion : Si les responsables de la Sécurité Sociale et nos gouvernants faisaient leur travail efficacement, si chacune des institutions reversait ce qu’elle doit chaque année, les prétendus 11 milliards du trou de la Sécu seraient aujourd’hui 9 milliards d’excédent !

Notre Amitié n°126 décembre 2010  

Journal trimestriel des anciens et amis des auberges de jeunesse de la Région parisienne. Reflète la vie de l'association, mais apporte auss...