Page 1

P O R T F O L I O A R C H I T E C T U R E AmĂŠlie Perron UniversitĂŠ Laval 2015-2018


Pages 3-4

ANNEXE

ATELIER

ATELIER

ATELIER

ATELIER

CURRICULUM

TABLE DES MATIÈRES

123451 Pages 5 à 12

Pages 13 à 20

Pages 21 à 26

Pages 27 à 34

Pages 35 à 38


CURRICULUM VITAE RENSEIGNEMENTS Amélie Perron 395, rue Saint-Gérard #59 Chicoutimi (Québec) G7G 3N9 EMAIL amperron003@hotmail.com

Langues parlées et écrites : français et anglais

TÉLÉPHONE 418-540-9789

FORMATION ACADÉMIQUE Diplôme d’études secondaires – Programme d’Éducation Internationale (P.É.I.) École secondaire Charles-Gravel

2013

Diplôme Baccalauréat international (BI) et Société des écoles du monde du BI du Québec et de la francophonie (SÉBIQ) – Programme d’Éducation Internationale (P.É.I.) École secondaire Charles-Gravel

2013

Diplôme d’études collégiales – Sciences de la nature CEGEP de Chicoutimi

2015

Candidate au baccalauréat – Architecture (b. Sc. Arch.) Université Laval

2015-2018

CARACTÉRISTIQUES PERSONNELLES Ponctuelle, honnête, respectueuse, généreuse, polie, travaillante, minutieuse et bonne capacité d’adaptation. Travaille bien seule ou en groupe. p.3


EXPÉRIENCES PROFESSIONNELLES Coupe du Québec de Taekwondo ITF Bénévole aux plateaux de compétition

2008

Transcontinental Media/Publisac Camelot pour le Publisac

2009-2011

Musée de la Petite Maison Blanche et du Déluge du Saguenay Préposée à la réception du musée et responsable des horaires

2012 à ce jour

COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES - Suite Microsoft Office (Word, Powerpoint) - Sketchup 2017-2018 - AutoCAD 2017 - GIMP 2 - Adobe Illustrator CC 2015

- Rhinoceros 5 & Grasshopper - Cmap Tools - DrBeam Pro & Visual Analysis - Maxwell Studio - SU Podium V 2.5

LOISIRS ET DISTINCTIONS Conseil du développement du loisir scientifique Défi génie inventif – « Arrête sur un 10 cents ! » Deuxième position – Régional Prix de l’AFFESTIM

DESSIN

LECTURE

CINÉMATOGRPAHIE

2011

MUSIQUE

p.4


ATELIER 2 - GILLES ROCHELEAU Projet 2 - Faisceau Projet 3 - Les nids

«Étrange, le pouvoir de séduction que la maison exerce sur les humains! Image primitive dessinée au fond de leur être, elle correspond à un besoin irrésistible d’être chez soi. Aire de retrait et de repos, elle est une figure idéale de proximité avec les êtres et les choses. Elle est le lieu symbolique de la sociabilité et de la communication intime. Il n’est donc pas étonnant que, parmi les humains, on compte des rêveurs de maisons, qui se transportent dans une quantité de demeures et d’existences possibles.» - Eric Volant, «La maison de l’éthique» Dans cet atelier, l’accent était mis sur l’habitabilité au niveau de la faible et de la moyenne densité dans les villes. Ainsi, l’aspect poétique de cette facette de l’architecture est mis de l’avant, car cet atelier misait sur l’expression des idées fortes dans le but de créer des espaces non seulement fonctionnels, mais également sur une réflexion approfondie sur les expériences vécues et transmises par l’habitation.

p.5


p.6


PROJET 2 - FAISCEAU

p.7


VUE DEPUIS LE SENTIER D’ACCÈS

VUE DE LA CUISINE

8 1- Hall d’entrée 2- Salle de bains 3- Chambre principale 4- Terrasse de la chambre 5- Chambre d’enfant 6- Salle à manger 7- Cuisine 8- Salon 9- Terrasse principale

2 9

1

6 7

5

3

4

VUE DU SALON ET DE LA RIVIÈRE

PLAN REZ-DE-CHAUSSÉE

Le projet «Faisceau» s’inscrit au coeur du Parc Chauveau, en bordure de la rivière Saint-Charles. Le concept tire son origine d’une analogie avec le faisceau de lumière généré par les rayons passant par la canopée des arbres. Ainsi, dans les aires communes, la lumière dynamise et rythme l’espace grâce aux ouvertures importantes. En opposition avec ce grand espace lumineux, un autre volume de plus petites dimensions offre une atmosphère de détente et d’intimité abritant les chambres.

ÉLÉVATION NORD p.8


PROJET 3 - LES NIDS

p.9


p.10


LOGEMENT TYPE 1 Typologie 4 1/2

1Précédent - Savonnerie Heymans

S’inspirant de l’architecture typique des logements de Limoilou, le projet «Les nids» mise sur l’intimité procurée aux habitants. Il est composé de 24 logements au total. Tout d’abord, face à la 1e Avenue, on retrouve au rez-de-chaussée des commerces pouvant être loués par des gens du quartier, ce qui dynamise le secteur. Aux étages supérieurs, on retrouve des logements de type 3 1/2, parfaits pour des étudiants ou un couple, par exemple. Implantés le long des rues secondaires, des duplex de type 4 1/2 sont parfaits pour les petites familles, car ils sont en retrait de la circulation achalandée. De plus, tous les logements ont accès à leur espace extérieur privé ainsi qu’une cour commune végétalisée, ce qui renforce l’idée du petit cocon du chez-soi. Finalement, l’entrée de chaque logement, que ce soit directement par la rue ou par les escaliers, a été pensée pour rendre le tout plus intime par la végétation et leur aménagement. Ce projet d’architecture a été réalisé en partenariat avec une collègue d’architecture, Bianka Gautreau.

2-

1- Forme des balcons s’inspirant de la forme arrondi du nid et sortant du volume orthogonal 2- Escalier à palier pour séparation des commerces et intimité

LOGEMENT TYPE 2 Typologie 3 1/2 p.11


1

2

PLAN 3E ÉTAGE

PLAN 2E ÉTAGE

VUE DU PASSAGE

VUE LOGEMENT TYPE 1

ÉLÉVATION SUD-OUEST

COUPE-ÉLÉVATION NORD-OUEST

PLAN REZ-DE-CHAUSSÉE

VUE DE LA COUR

ÉLÉVATION NORD-EST p.12


ATELIER 3 - PIERRE CÔTÉ Projet 1 - Le Delta Projet 2 - COOP

« (…) tout acte de transformation, de modification est un acte culturel aussi essentiel qu’une création ex nihilo. » - Jean Baudrillard, et Jean Nouvel, «Les objets singuliers : architecture et philosophie» (Paris, Calmann-Levy, 2000) : 72. Dans cet atelier, le thème très actuel du patrimoine bâti a été traité. En effet, à l’aube de grandes transformations dans les villes, on se demande souvent comment réinventer et actualiser certains bâtiments monumentaux chargés d’histoire. Dans cet atelier, le but était de poser des gestes architecturaux en respect avec le bâti du passé et son histoire tout en le propulsant dans le XXIe siècle. L’aspect fonctionnel et social de l’architecture a été particulièrement mis de l’avant dans ces deux projets réalisés sur des bâtiments de la Ville de Québec.

p.13


p.14


PROJET 1 - Le Delta

p.15


VUE DE L’ESPACE DE DÉTENTE

VUE DEPUIS LE STATIONNEMENT

PLAN DU REZ-DE-CHAUSSÉE

COUPE LONGITUDINALE

L’École d’Architecture de l’Université Laval se fond souvent dans le milieu bâti du Vieux-Québec. Grâce au projet «Le Delta», la structure d’acier corten ajoutée offre un élément de signal depuis la rue des Remparts de par sa couleur et sa forme. Celle-ci rejoint une nouvelle entrée par la restitution d’une ancienne porte au premier étage et une porte menant à la salle de lecture. Ces deux pôles sont rejoints pour créer trois espaces appropriables: un espace couvert et capable d’être fermé par des portes en verre coulissant pour une utilisation en toutes saisons, un espace semi-couvert par une pergola créant un jardin d’hiver lors de la saison froide et un espace complètement gazonné. On vient alors créer des espaces appropriables d’étude, de vernissage ou de détente. Le projet s’est déroulé en collaboration avec l’un de mes collègues d’architecture, Yohan Poirier-Ginter.

ÉLÉVATION NORD-EST

HISTORIQUE DU LIEU

PLAN DE TOITURE

p.16


PROJET 2 - COOP

p.17


p.18


Pour une quincaillerie verte, l’aspect communautaire était le pilier de ce nouvel usage. En effet, ce projet mettait de l’avant la reconversion d’un garage municipal, anciennement garage des tramways, de l’arrondissement Limoilou dans la la Ville de Québec en une quincaillerie dite verte, c’est-à-dire où la marchandise à vendre provient de matériaux et d’articles récupérés.

PLAN D’IMPLANTATION

Pour mettre de l’avant le projet, le bâtiment a été remodelé pour en faire une coopérative communautaire, un lieu d’échanges et de rassemblement pour un quartier qui en avait besoin. D’abord, le lot a été végétalisé grâce à la création d’une cour verte qui éduque à l’importance de la plantation en ville. Aussi, dans le bâtiment, un portion est réaménagée en lieu de formation aux activités de la quincaillerie tandis qu’une autre est directement dédiée aux membres de la coopérative. En effet, ceux-ci peuvent utiliser des ateliers de fabrication d’objets ainsi qu’un espace de marché public pour vendre des produits. Finalement, à l’étage du bâtiment, on vient créer un café avec vue panoramique sur Québec et terrasse adjacente, un lieu de rencontre unique pour les gens de Limoilou.

VUE DE L’ESPACE CAISSE ET RAYONNAGE

COUPE LONGITUDINALE

p.19


Services: Adhésion Atelier de maquettes taille réelle Caisses Cour extérieure Ébénisterie Formation Inscription aux ateliers Livraison Marché public

Rayonnage: Articles de sport Décoration Dernière chance Éléctroménagers En vedette Jardinage Luminaires Matériaux de construction Matériel d’artiste Matériel de peinture Meubles Multimédia Plomberie Portes & Fenêtres Serre Arrivée des objets: Étiquetage Nettoyage Peinture Modifications légères Problèmes mécaniques Livraison

VUE DE LA COUR VÉGÉTALISÉE

Étage: Café Terrasse Bureaux

PLAN DU BÂTIMENT

ÉLÉVATION NORD

VUE DU CAFÉ AVEC VUE PANORAMIQUE

COUPE TRANSVERSALE

p.20


ATELIER 4 - Jan B. Zwiejski Projet 1 - La rue urbaine INTRODUCTION AU FRONT FLUVIAL « Terme désignant généralement les espaces urbains riverains d’un cours d’eau ou d’une étendue lacustre ou maritime, situés à la « frontière » de l’eau et de la ville. Ces espaces connaissent actuellement des transformations paysagères et fonctionnelles importantes, visant à « réconcilier » la ville et l’eau, « se réapproprier », « réinvestir » ou « reconquérir » les berges, « rétablir », « retrouver », « retisser » ou « recoudre » des liens… » - Claire Gérardot, Front d'eau, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/lodelshs/site2/index.php?id=419 Au cours de cet atelier, on se questionne sur l’aménagement du front fluvial en milieu dense, soit la basse-ville du Vieux-Québec. Face à plusieurs monuments patrimoniaux et historiaux comme le Musée de la Civilisation de Moshe Safdie, un musée du fleuve doit être conçu tout en valorisant ces lieux incontournables de la ville. En bordure du fleuve Saint-Laurent et implanté au milieu de ces bâtis imposants, la problématique de cet atelier, àa la fois difficile et délicate, oppose la continuité historique de la ville et son front maritime. Créer un dialogue entre ces deux entités fondamentales de Québec est au coeur du développement du projet du musée du fleuve, une complémentarité de qualité pour le milieu bâti.

p.21


p.22


PROJET 1 - La rue urbaine

p.23


Situé sur un terrain vague voisin au Musée de la Civilisation de Québec, le projet «La rue urbaine» mise sur la densification du site dans le but de s’accorder au milieu bâti environnant. De plus, dans le Vieux-Québec et dans le projet d’extension du Musée de la Civilisation proposé par Moshe Safdie, l’idée du cadrage des vues et des percées visuelles est importante. Ainsi, le volume est scindé en trois parties par des rues urbaines créées par les espaces entre ces portions de bâtiments. Ces espaces mènent jusqu’à une place publique, véritable extension de ce musée du fleuve par les navires et les installations dynamiques et colorées. Cette place se termine par un escalier vers le fleuve où l’espace devient appropriable et différent selon les marées. Du côté de la rue Dalhousie, le rez-de-chaussée intègre des commerces pour dynamiser la vie urbaine du secteur. Les trois bâtiments créés sont composés de grandes parois vitrées permettant d’admirer la vue tout en étant protégés du soleil par les débords de toit. La forme de cette toiture rappelle le mouvement et la fluidité de l’eau transposée dans l’architecture. Pour la matérialité, elle se compose de pierre et de cuivre vert en toiture rappelant les textures du Vieux-Québec et plus précisément du Musée de la Civilisation. VUE AÉRIENNE GLOBALE

Mouvement/fluidité de l’eau dans l’architecture

DESSIN CONCEPTUEL D’ORIGINE Revitalisation/densification du site: vie dans l’espace

Appel de l’espace

ANALYSE CONTEXTUELLE

PLAN D’IMPLANTATION

Cadrer les vues/percées visuelles

Commerce/résidentiel Musée de la Civilisation Institutionnel Fleuve

EXTENSION DU MUSÉE DE LA CIVILISATION MOSHE SAFDIE

p.24


VUE DU BÂTIMENT D’ACCUEIL

VUE D’UNE GALERIE D’EXPOSITION PERMANENTE

1- Atelier 2- Bistro 3- Vide 4- Auditorium 5- Terrasse

6- Toilettes 7- Bureau du directeur 8- Bureau des adjoints 9- Salle de conférence 10- Galerie permanente

11- Bureau de publicité 12- Rangement 13- Bureau des assistants 14- Salle de reprographie

1- Hall d’entrée 2- Billetterie 3- Boutique 4- Auditorium 5- Vestiaire

6- Toilettes 11- Commerce 7- Salle mécanique 12- Rangement 8- Livraison/entrepôt 9- Galerie temporaire 10- Galerie permanente

PLAN DE L’ÉTAGE

PLAN DU REZ-DE-CHAUSSÉE

p.25


ÉLÉVATION EST

COUPE LONGITUDINALE

VUE DE LA PLACE PUBLIQUE

ÉLÉVATION NORD

COUPE TRANSVERSALE

VUE D’UNE RUE URBAINE CRÉÉE

p.26


ATELIER 5 - Jacques Plante Projet 1 - Interception

« D’une manière un peu simplifiée, le théâtre auquel nous faisons d’emblée référence en Occident pourrait se subdiviser en trois périodes principales, marquées par les oeuvres de très grands auteurs et metteurs en scène, soit l’Antiquité, le XVIe et XVIIe siècle ainsi que le XXe siècle. À chacune de ces périodes correspondait un certain type de théâtre qui devait sans doute représenter le «théâtre idéal» de l’époque, soutenant la nouvelle dramaturgie en fonction de l’évolution des techniques de construction et des mécaniques scéniques. » - Jacques Plante, Plan de cours - Automne 2017 Réalisé en collaboration avec ma collègue en architecture Mélody Robin, le projet s’articule autour de la réalisation d’un bâtiment abritant une salle de théâtre et toutes les fonctions qui y sont rattachées, mais en lien avec la scnénographie d’un étudiant en théâtre. Situé sur le secteur du boisé commémoratif de l’Université Laval à proximité du pavillon Louis-Jacques Casault, ce théâtre s’illustrera par ces liens incroyables avec le boisé tout en le mettant en valeur et en pouvant servir aux étudiants en théâtre. Le projet s’inscrit dans le cadre du concours de théâtre idéal USITT 2018 qui n’a malheureusement pas vu le jour durant la conception du projet.

p.27


p.28


PROJET 1 - Interception

Lien vers le vidĂŠo: https://www.youtube.com/watch?v=lWQdni-hc3A

p.29


p.30


PLAN-MASSE

VUE RUE DES ARTS CONCEPT SCÉNOGRAPHIQUE

ÉVOLUTION DE LA SCÈNE PAR LE MOUVEMENT DES PARAVENTS

THÈME GÉNÉRAL

INTERCEPTION D’UN VOLUME SUR L’AXE DU SENTIER

COUPE A

SÉPARATION DES VOLUMES SELON L’AXE DU SENTIER

CADRAGE DES VUES ET CONSERVATION DES ARBRES

ÉLÉVATION SUD

PLAN DE L’ÉTAGE

COUPE C

p.31


Dans le boisé commémoratif de l’Université Laval, on remarque l’importance des sentiers qui se faufilent entre des arbres remarquables. Le concept du projet repose sur la perception d’une scénographie qui souhaite mettre en scène un parcours préparant à une ambiance brechtienne, inspirée de l’époque de l’Allemagne nazie. La scénographie prendra place dans une salle de type bifrontale, mais pouvant s’adapter aux typologies plus classiques d’autres types de spectacles. Le concept architectural met l’accent sur les sentiers et leur interception, rappelant la vie difficile et oppressée durant la Deuxième Guerre mondiale, ce qui rejoint le concept scénographique. L’implantation du théâtre idéal est alors conçue de sorte à matérialiser le concept d’interception qui se concrétise avec l’idée de capturer deux sentiers. L’édifice est situé en bordure de la zone de forêt exceptionnelle afin d’interrompre le sentier, de permettre d’intercepter les spectateurs et ultérieurement de profiter de vues cadrées. L’objectif volumétrique étant par ailleurs de marquer l’horizontalité du site et d’épouser la topographie descendante.

FRONTALE 256 places

SERVICES (TOILETTES/ESCALIERS) BUREAUX SALON VERT ESPACE COMÉDIEN

ACCUEIL/VESTIAIRE/CIRCULATIONS SALLE MÉCANIQUE/RANGEMENT SALLE DE RÉPÉTITION

SALLE DE SPECTACLE FOYER EXPOSITION FOYER BAR/RESTAURATION

BIFRONTALE 256 places

ARÉNA 248 places

THRUST 224 places

Le parti architectural du théâtre idéal se compose donc d’un volume orthogonal divisé par les sentiers piétonniers fréquentés. On vient alors créer deux axes séparateurs à l’intérieur du bâtiment. Également, dans le but de désolidariser le volume tout en conservant la végétation remarquable et de cadrer des vues, des inflexions modifient le volume sur certaines façades, contribuant à accentuer le dynamisme et l’élégance du théâtre. Ainsi, des espaces informels se marient aux espaces de rencontre, d’exposition et de représentation. Finalement, la matérialité se compose d’acier corten et de béton. Alors que le premier se fond dans les couleurs de la forêt et donne de la chaleur aux espaces publics, le second crée un espace plus fermé pour la salle de théâtre, à l’image d’un bunker, rappelant la froideur de la guerre. Aussi, afin d’affirmer l’horizontalité du site et celle propre à l’image d’un sentier, l’enveloppe comporte des lattes fixées aux panneaux de corten. Celles-ci permettent de filtrer les vues et la lumière afin d’offrir un parcours théâtral menant à la salle de représentation et qui procurent une ambiance tamisée à la salle d’exposition. Toiture

Enveloppe de lattes d’acier corten

Vitrage SALLE DE SPECTACLE

PLAN DU REZ-DE-CHAUSSÉE Contreventement mural

Structure profilés acier

FOYER EXPOSITION

Plancher étage et du rez-de-chaussée

Sous-sol, fondations et semelles béton

TERRASSE EXTÉRIEURE

AXONOMÉTRIE DE STRUCTURE

PLAN DU SOUS-SOL

p.32


DÉTAIL 1: MUR/TOIT

DÉTAIL 2: MUR/PLANCHER

DÉTAIL 3: PORTE-À-FAUX

COUPE TECTONIQUE

p.33


DÉTAIL 4: PLANCHER/SOL

Rails

Latte

Fixation

Équerre

COUPE TECTONIQUE - Axonométrie

DÉTAIL 5 : FIXATION DES LATTES

AUTRE POSSIBILITÉ D’ENVELOPPE p.34


Annexe - Conception numérique Projet 1 - Pavillon Tverrfjellhytta Projet 2 - Morphing Cyborg

« « [...] nous pouvons envisager des systèmes de deuxième génération dans lesquels les objets ne sont plus dessinés, mais calculés. [...] Au lieu des compositions de primitives ou des profils simples, nous aurons des surfaces à courbure variable et des volumes quelconques. Visualisée sur l’écran, la variation des paramètres de ces surfaces et de ces volumes génère une séquence vidéo, dont chaque arrêt sur image peut donner lieu à la production d’un objet. Ensuite ces systèmes de deuxième génération jettent les bases d’un mode de production non-standard. En effet l’écriture automatique des programmes d’usinage permet de fabriquer une forme différente pour chaque exemplaire d’une même série. On produit alors industriellement des objets uniques. »» - Bernard Cache, «Terre meuble» Durant ma formation, une partie a été consacrée aux nouveaux outils de conception numérique par les logiciels de Rhinoceros 5 et Grasshopper. Tout d’abord, le premier projet vise à apprivoiser le logiciel et explorer ses différentes fonctionnalités en remodélisant un précédent. En second lieu, le second projet vise à la conception d’un espace d’atrium qui laisse libre court à l’imagination. On peut alors saisir toutes les transformations fondamentales entrainées sur le projet grâce à l’outil numérique. La formation se conclue par l’expérimentation des outils de modélisation de maquettes numériques; la découpeuse laser, la CNC 3 axes et l’imprimante 3D plâtre ont été utilisés pour la réalisation des deux projets.

p.35


p.36


p.37


Myrtille Bayle, Roxanne Gaudet, Amélie Perron, Mélody Robin

Morphing Cyborg

1. Octree

Parasite Organique Machine

2. Area/Scale

3. Union/WbLoopSub

4. WbPictureFrame

5. WbMeshThicken

p.38


Portfolio amélie  
Portfolio amélie  
Advertisement