Issuu on Google+

une-ok.qxp:Mise en page 1

28/09/11

12:26

Page 1

Portes ouvertes au Trèfle à Truchtersheim Samedi 1er octobre 14h30-18h

L’Ami hebdo supplément octobre 2011

ISSN 0003-1704

Un concept unique en France

La Maison des services du Kochersberg

L’équipe d’élus et d’administratifs qui a piloté le chantier du Trèfle


Une Maison du peuple née d’une certaine idée de la solidarité Justin Vogel est maire de la commune de Truchtersheim, président de la Communauté de communes du Kochersberg et vice-président de la Région Alsace. Avec les élus de la Communauté de communes, il a porté sur les fonts baptismaux l’idée d’une Maison des services publics ouverte à chacun, réunissant non seulement des services publics, mais aussi des associations et structures facilitant le quotidien des habitants de ce territoire. Par son ambition et la mobilisation déployée au plan local, la Maison du peuple du Kochersberg a été retenue comme site pilote pour l’ensemble de la France. A l’heure de son inauguration, cette reconnaissance est une réelle récompense pour l’ensemble des partenaires impliqués.  M. Vogel, ce samedi 1er octobre, vous allez inaugurer officiellement le Trèfle, la Maison des services du Kochersberg, en présence du ministre Philippe Richert, de représentants de l’Etat, de collectivités locales, d’élus et de partenaires, mais aussi d’un grand nombre d’habitants. Comment se présentera cette inauguration ?  La journée du 1er octobre est un moment important dans la vie de notre Trèfle, la Maison des services du Kochersberg. Toute l’après-midi, après l’inauguration officielle du matin, nous allons ouvrir nos portes au public pour qu’il puisse s’approprier les lieux. Le matin, pour l’inauguration officielle, chacun des maires de la Communauté de communes du Kochersberg sera accompagné d’un enfant portant en bandoulière le nom de son village. C’est une présence symbolique forte, car elle signifie de manière visible que cette initiative commune a été portée par l’ensemble de nos 28 villages.  Comment ce chantier a-t-il été mené ?  Lorsque la gendarmerie a déménagé de ses locaux en 2009, nous avons démarré le chantier sur ce bâtiment qui date du début du XIXe siècle. Après un concours, nous avons retenu le projet des architectes AubryLieutier. Ce choix était d’autant plus judicieux que ces architectes ont constamment et attentivement suivi l’évolution des travaux, en lien avec les artisans intervenant sur le chantier, dans une perspective d’efficacité et d’attention aux marchés signés. Par ailleurs, le suivi des travaux a été confié à une spécialiste en la matière, à savoir la vice-présidente Gabrielle Fiacre connue pour sa rigueur et qui, avec Francis Schoen, Directeur technique de la Communauté de communes du Kochersberg, a assuré près de 90 réunions de chantier. De fait, nous avons pu respecter les budgets prévisionnels. En totalité, le budget consacré à la Maison des services s’élève à 4,2 millions d’e hors taxes, soit un prix de revient au mètre carré de 1 465 e, correspondant habituellement à la réalisation d’un bâtiment industriel. Pour couvrir ce budget, nous avons obtenu des subventions à hauteur de 55 % des services de l’Etat, du Conseil général du Bas-Rhin et de la Région Alsace. La mairie de Truchtersheim a pris en charge 1 million d’e et la Communauté de communes la somme restante.  Comment est née l’idée d’une Maison des services pour tous ?  Depuis quelque temps déjà, l’idée germait de réunir les services de la

2 - l’ami hebdo

commune et de la Communauté de communes, non pour les regrouper ou les fusionner, mais pour une meilleure coordination et aussi de meilleures conditions d’accueil. Après une étude de marché, en lien avec les services sociaux du Conseil général, des associations de seniors et d’autres partenaires présents de longue date sur le territoire, nous avons jeté les bases d’une grande maison commune de services, ouverte à tous et offrant les réponses aux besoins réels des habitants du Kochersberg. Ces consultations nous ont permis de mettre au jour des réalités que nous étions loin d’imaginer. Je ne citerai que l’exemple des nombreuses personnes en situation de précarité, alors que le Kochersberg est souvent présenté comme un pays de cocagne.  Quelle configuration avez-vous voulu donner à cette Maison des services publics ?  L’originalité d’une Maison des services est de regrouper un certain nombre de services en un seul lieu: les services de la Communauté de communes du Kochersberg tout d’abord. Ceux de la commune de Truchtersheim aussi, de même qu’un relais du Conseil général du Bas-Rhin et une antenne décentralisée de la Chambre d’agriculture. Par ailleurs, nous avons voulu identifier chaque service de manière claire et utile, en attribuant des codes couleurs à chacun des pétales de notre Trèfle, ce qui facilite le repérage pour les utilisateurs. Les institutions, mais aussi les autres partenaires que nous avons contactés, nous ont répondu positivement et encouragé dans notre démarche.

 Quels sont les points forts de cette Maison ?  Avec nos partenaires, au sein du Relais multi-services, nous avons constitué quatre pôles : l’attention aux seniors, à la santé et au handicap, un pôle juridique, social et habitat, un autre consacré à la famille, aux femmes et à la jeunesse et enfin un axe portant sur la création d’entreprises, l’emploi et la formation. A l’intérieur de chaque pôle se coordonnent des services et des propositions afin de véritablement prendre en compte les souffrances, les besoins, les difficultés des habitants de notre territoire.  Et concrètement ?  Outre les permanences assurées par les associations et les partenaires, nous mettons à la disposition du public un certain nombre d’outils innovants : des bornes interactives mais aussi un guichet visio-public offrant la possibilité aux demandeurs d’emploi d’entrer en contact avec leur conseiller, tout en restant à Truchtersheim : c’est une première dans le Bas-Rhin. Ce sont de tels dispositifs qui ont été salués et qui nous permettent une reconnaissance nationale dans le cadre du dispositif «+ de services au public». Outre les partenaires institutionnels, nous sommes en lien avec une trentaine d’associations qui assureront toutes des permanences au Trèfle. Tous ces prestataires sont regroupés au sein d’un Relais multi-services qui ouvrira ses portes le 3 novembre prochain. Hélène Kessler, ambassadrice des services orientera les personnes dans une grande discrétion, Bétty Lienhard, notre gestionnaire, aura en charge la vie du bâtiment, de l’Espace colloques et le développement de l’offre de services.

 A qui s’adresse cette Maison des services ?  Pour parler de notre Maison des services, j’utilise volontiers l’appellation Maison du peuple, car cette structure est vraiment destinée à l’ensemble de la population du Kochersberg. Elle doit permettre un accès à un maximum de services, tout en évitant un déplacement vers Strasbourg et tout ce que cela génère de difficultés en matière de coût et d’impact sur l’environnement. Par sa situation dans le bourg-centre, cette Maison des services est aussi une source d’attractivité pour Truchtersheim, mais cette structure est destinée à l’ensemble des villages formant la Communauté de communes du Kochersberg. Et comme je le soulignais, une telle maison permet de réunir des services jusqu’alors dispersés. C’est donc aussi un pari sur l’avenir, alors qu’il est clair que les aides financières consenties par l’Etat vont se réduire en raison de la conjoncture actuelle. Cette mutualisation des services et des moyens est une manière d’anticiper et de jeter les bases d’un financement responsable et durable pour nos collectivités.  Qu’en est-il du label « + de services au public ? »  Lancé au plan national, ce dispositif nous a tout de suite intéressés, car il coïncidait avec la réflexion que nous avions menée localement. Nous avons posé notre candidature et notre projet a été sélectionné parmi 400 autres et retenu comme site pilote au plan national. Cette reconnaissance est naturellement source d’une grande fierté.

 A quelques jours de l’inauguration, comment cette réalisation estelle perçue ?  Tous les élus et agents de la Communauté de communes, mais aussi tous les partenaires et les personnes qui se sont engagés à nos côtés dans ce projet sont fiers de le voir abouti. La fierté est d’autant plus grande parce que cette Maison des services est belle et fonctionnelle, que son coût reste raisonnable, mais aussi car son fonctionnement saura répondre à de véritables attentes de nos concitoyens. Enfin, et j’aimerais encore souligner ce point, je suis d’autant plus heureux d’avoir pu porter cette idée à son achèvement que nous avons aussi eu à vaincre des hésitations et des oppositions parfois. Nous espérons pouvoir partager notre expérience et je sais qu’il existe déjà des projets dans le même sens dans le Bas-Rhin. Nous accueillons régulièrement et volontiers d’autres collectivités intéressées et cela aussi nous conforte dans nos choix et nos ambitions. La réussite de ce projet n’a été possible que grâce à une dynamique commune mise au service du bien-être de tous.  Quel est le devenir des bâtiments aujourd’hui libérés ?  Nous avons déjà de nombreux projets. Pour accompagner le dynamisme des Amis de la Maison du Kochersberg et offrir de nouveaux espaces muséographiques, nous réfléchissons à une extension du musée actuel et à la création de nouvelles salles. Un espace consacré aux conférences, qui connaissent un succès grandissant, tout comme un lieu de convivialité autour d’un art café pourraient voir le jour. Par ailleurs, un vrai office de tourisme, permettant une diffusion des informations et un accueil du public serait un véritable atout pour notre région. La réflexion est engagée et un concours d’architectes sera lancé dans les mois qui viennent pour donner forme à nos idées.  Au moment de l’inauguration, quel message aimeriez-vous partager ?  J’aimerais tout d’abord m’adresser aux élus qui ont été les moteurs de ce vaste et ambitieux projet. J’aimerais qu’ils soient fiers de la naissance de cette Maison des services qui n’a pu se concrétiser que grâce à la solidarité qui anime nos relations depuis la naissance de notre Communauté de communes du Kochersberg. Nous savons quel est le poids de l’entraide dans nos villages. Mais je voudrais également m’adresser à nos concitoyens, habitant notre territoire : sachez profiter de cette opportunité, de cette Maison du peuple qui est ouverte à chacun, mise à la disposition de tous afin de répondre à tous les besoins !

2 octobre 2011


Une maison, des services... Si la Maison des services a pu prendre forme, c’est parce que des professionnels ont mis toutes leurs compétences et leur passion dans ce chantier, parmi eux les concepteurs, l’agence d’architectes Aubry Lieutier de Strasbourg. Unanimement salué pour sa beauté et sa fonctionnalité, le bâtiment du Trèfle est un maillon incontournable du concept Maison des services publics développé dans le Kochersberg. Articulé en étoile autour d’un hall d’entrée commun, il abrite des services du Conseil général, de la Chambre d’agriculture, de la Mairie et de la Communauté de communes, sans oublier les associations et partenaires qui y tiendront des permanences. A partir du bâtiment de l’ancienne Gendarmerie, une référence pour tous les habitants du Kochersberg, les architectes Thierry Aubry et Vincent Lieutier ont déposé une esquisse et une maquette qui remporteront le concours d’architectes lancé par le maître d’ouvrage, la Communauté de communes. « Pour ce faire,

nous avons travaillé sur le programme déposé quant aux fonctionnalités, aux espaces nécessaires à cette future maison des services publics » précise M. Aubry. « Programme particulier », car regroupant en un seul lieu différentes entités de service public, « ce projet n’est pas anodin, car il s’adresse à du public. Nous avons privilégié la réflexion autour des enjeux futurs, du contexte local » note encore l’architecte. « La volonté de la maîtrise d’ouvrage de conserver le bâtiment ancien, au cœur du village est un signe fort. Nous avons voulu partir de ce qui existait, pour nous un acte symbolique, efficace et écologique à la fois ». Conçu sur une parcelle « à la topographie particulière, nous avons imaginé un bâtiment uni-

Dans le sens des couleurs… Marion Turbat est graphiste indépendante à Strasbourg. C’est elle qui, en lien avec l’équipe de la Communauté de communes, a mis en place la signalétique et toute l’identité visuelle du Trèfle, un territoire qu’elle connaît pour y avoir réalisé le logo du réseau de bibliothèques et médiathèques du Kochersberg, Ko’libris. Partant du concept défini par les architectes, mais aussi de la finalité du bâtiment, Marion Turbat a proposé une identité visuelle après avoir recensé les besoins futurs. « Je tenais à être en phase avec le bâtiment, c’est-à-dire tout en rondeurs, en sobriété et en convivialité avec un vocabulaire graphique qui en découlait tout naturellement. Ce site m’a inspiré, et j’ai pu présenter mes propositions à l’équipe du Trèfle, très impliquée dans les différentes phases de mon travail, et très motivante, je dois le reconnaître ! Cette collaboration a été fructueuse et a permis un échange d’idées riche et passionnant » précise la jeune femme. Le visiteur pourra ainsi découvrir, et dès avant l’entrée dans le bâtiment lui-même, une signalétique qui rappelle ce trèfle à quatre feuilles porte-bonheur. Très vite, grâce à des couleurs symboliques et des pictogrammes, il pourra se repérer et accéder sans difficultés à l’espace recherché. « Il me semblait important que l’usager trouve rapidement sa direction, mais aussi qu’il fasse lui-même la distinction entre les services grâce à ces couleurs prédominantes et omniprésentes » explique encore la graphiste, présente, avec une associée au sein de Studio etc. dans la réflexion de la signalétique dans l’Hôpital de Hautepierre. En lien avec le fabriquant de la signalétique, Inoval, elle vient d’achever ces jours-ci la mise en place des derniers éléments graphiques, heureuse d’avoir pu contribuer à habiller ce bâtiment de couleurs… et de bonheur.

2 octobre 2011

taire, relativement bas, qui constituerait le socle de l’existant. Très vite, nous avons pris conscience qu’il fallait faire entrer de la douceur, de la rondeur pour créer un bâtiment qui se courbe au contact du terrain, au creux des arbres ». Et il est vrai que les courbes invitent à une distinction des espaces et donc des services. Simple en matériaux, il se compose de béton, de bois et de verre. Végétalisée, la toiture du Trèfle est

homogène et « accessible par un escalier pour former un véritable belvédère ». En tout point, ce bâtiment marque son ancrage dans le paysage réel, « un bassin sépare les deux bâtiments : l’ancien et le nouveau, pour converger vers le hall d’entrée » se souvient Thierry Aubry. Attachés à ce projet, les architectes se sont beaucoup investis dans sa réalisation finale, conduisant de nombreuses réunions de chantier,

coordonnant les études et restant en lien constant avec le maître d’ouvrage, d’autant plus satisfait que la réalisation finale est conforme aux marchés signés. « Habitués à réaliser des bâtiments publics, nous sommes convaincus qu’il est un certain nombre de politesses à rendre aux maîtres d’ouvrage : lui rendre un bâtiment qui fonctionne et maîtriser autant que faire se peut le budget ». S’il reconnaît avoir pu prendre le temps

d’étudier avec son associé le programme et le bâtiment, Thierry Aubry sait aussi que ces résultats positifs découlent d’une implication forte de la Communauté de communes « qui est aussi l‘utilisateur du bâtiment. Nos interlocuteurs n’étaient pas seulement attentifs à l’évolution des travaux, mais nous accueillaient avec une grande gentillesse. Notre expérience nous montre qu’il n’y a pas de bon bâtiment sans bon maître d’ouvrage ! » concède-t-il. En lien avec Vincent Lieutier, son associé établi dans le Sud de la France « mais très souvent présent sur le site, et de bon conseil par son regard différent et complémentaire », Thierry Aubry tourne une page ce 1er octobre, alors que l’on inaugure le bâtiment et ses services. « Il est clair qu’une synergie s’est créée autour de ce projet par l’énergie que nous y avons mise et par les liens qui se sont développés. Je le reconnais, il m’arrive parfois de retourner dans des bâtiments que nous avons réalisés et qui me sont chers », peut-être pour en apprécier « ces petits lieux magiques » que Thierry Aubry évoquait avec poésie…

Si les murs pouvaient parler... Aujourd’hui Trèfle, le bâtiment de la Maison des services a une longue histoire à Truchtersheim. Construit en 1907 par Maître Gurtner, notaire à Truchtersheim de 1900 à 1909, la maison est achetée par l’Etat après la Première Guerre mondiale pour y installer une gendarmerie dès 1924. Outre les bureaux de la brigade, on y trouvera deux cellules de garde à vue, des écuries, un hangar et des logements pour les gendarmes. La Maison des services actuelle s’est construite autour de cet élément du patrimoine local reconnaissable avec sa toiture surélevée et ses tuiles vernissées. Pour faire mémoire de près d’un siècle de gendarmerie, une cellule a été conservée, intacte…

l’ami hebdo - 3


un plan à votre service Communauté de Communes

du Kochersberg

Principales compétences : Les déchets ménagers, la petite enfance, l’école de musique, la Médiathèque Intercommunale et le réseau Ko’Libris, le tourisme et le développement économique, la gestion des équipements sportifs.

Le Trèfle Maison des services du Kochersberg 32, rue des Romains 67370 Truchtersheim Téléphone : 03.88.69.60.30. com.com@kochersberg.fr http:// www.kochersberg.fr Horaires d’ouverture Lundi de 14h-17h Mardi de 9h-12h et de 14h-19h Mercredi de 9h-12h et de 14h-17h Jeudi de 9h-17h Vendredi de 9h-12h et de 14h-16h Samedi de 8h30-11h30

Second étage

Secrétariat

Premier étage

Mairie

de Truchtersheim / Behlenheim Principales compétences : Passeports, cartes d’identité, attestations de sortie du territoire, délivrance d’actes (naissance, mariage, décès), inscription sur liste électorale, demande de dérogation scolaire…


Conseil général 67 Relais Multi-services

 Pôle Seniors, Santé, Handicap

L’ESPAS du CG67 : Information pour les seniors et leur entourage ABRAPA : Services d’aide à la personne, portage de r epas - Route nouvelle Alsace : Accompagnement des personnes handicapées, aide à l’insertion - Association Pierr e Clément : Accompagnement des personnes en fin de vie et de leur entourage - CPAM du Bas-Rhin

 Pôle Famille, Femmes, Jeunesse

Thémis : Accompagnement pluridisciplinair e des mineurs victimes Planning familial : Lieu d’information, d’écoute et de consultations EPSAN : Consultations psychologiques pour les enfants, les adolescents et leurs familles - Regain : Accueil, accompagnement et hébergement des femmes victimes et de leurs enfants - Puéricultrices du CG67 : Suivi des mères et nourrissons DR

 Pôle Création d’entreprises, Emploi, Formation

ADIE : Accompagnement des créateurs d’entreprise privés d’emplois, micro-crédit - Chambr e de métiers d’Alsace : Accompagnement et conseil aux artisans - Pôle Emploi : Accompagnement des personnes en recherche d’emploi

Espace Colloques

Hémicycle

Les semailles

 Pôle Juridique, Social, Habitat

Deux cabinets d’avocats : Permanences juridiques gratuites - Conciliateur de justice : Règlement à l’amiable de situations conflictuelles IRPAS : Accompagnement des situations de surendettement - CAUE : Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’envir onnement - ARIM : Accompagnement technique et financier des pr opriétaires ayant un projet de rénovation de l’habitat - Caritas/Secours catholique : Actions caritatives, aide de première urgence, accompagnement des familles en difficulté - Assistante sociale du CG67: suivi social des familles ES Energie Strasbourg - Conseillère en économie sociale et familiale du CG67 : Actions éducatives, budgétaires, insertion et logement - CAF de Strasbourg - CRAV d’Alsace Moselle

Salle de réunion

La pépinière

Espace Colloques

Borne CAF Guichet visio-public

Conseil général 67 Relais Multi-services

Bassin

Communauté de communes (2nd étage) Mairie

Secrétariat

Accueil

Chambre d’agriculture

Entrée

PC en libre-service

Chambre d’Agriculture du Bas-Rhin

Une équipe spécialisée dédiée et ancr ée dans le Kochersberg conseille et accompagne les agriculteurs sur les aspects techniques, juridiques et économiques s’agissant notamment des cultures, de l’élevage et de la pr oduction.


«+ de services au public» En septembre 2010, le gouvernement lançait l’opération nationale « + de services au public». Il s’agissait, en lien avec neuf partenaires nationaux, d’offrir dans les territoires ruraux une plus-value de services publics aux populations. 400 projets ont été déposés et au final, l’opération a été conduite dans 23 départements. Parmi les clés du dispositif, la mutualisation des moyens en un seul lieu et l’accès aux nouvelles technologies sont des points déterminants. Au total, pour toute la France, 60 points d’accueil ont été créés dans le cadre de cette mobilisation. Dans chaque département, le préfet a réuni et animé un comité de pilotage pour décliner, au plan local et selon les besoins des territoires, ce dispositif national. Une évaluation du dispositif permettra, dans les mois qui viennent, d’envisager une généralisation de cette expérience à davantage de territoires ruraux français. En avril 2011, la Maison des services du Kochersberg a été retenue pour devenir site pilote au plan national et reconnue par la Caisse des dépôts et Consignations comme l’un des dix meilleurs projets français par son ampleur, son approche et son ambition. Le 1er octobre, jour de l’inauguration du Trèfle, le Contrat départemental liant les partenaires locaux et les collectivités territoriales partenaires à l’Etat dans le cadre du dispositif « + de services au public » sera signé à Truchtersheim.

Une plante symbolique Le trèfle est une plante qui exprime la ruralité à elle seule. Mêlé à de l’herbe, il a constitué durant des siècles l’alimentation de base pour les animaux de la ferme, notamment à cause de sa richesse en protéines. Mais à Truchtersheim, on n’oublie pas non plus que le trèfle est une plante symbolique, porte-bonheur. Qui n’a jamais cherché durant de longues heures le précieux et rare brin à quatre folioles pour l’offrir à un être cher ou le faire sécher entre deux livres pour le placer précieusement dans son portefeuille ? Dans la même optique, entre attachement au monde rural et espoir de lendemains meilleurs, le Trèfle constitue un pôle de services résolument tourné vers l’avenir et implanté dans un territoire définitivement attaché à ses racines paysannes.

Première ambassadrice des services publics Hélène Kessler est la première ambassadrice des services publics alsacienne. Avec passion, attention et beaucoup de gentillesse, elle guide efficacement les personnes dans une démarche, un conseil ou encore une explication technique… Chargée d’accueil, Hélène Kessler fait bien plus au sein du Trèfle. Avec beaucoup d’attention, de professionnalisme et de sourires, elle oriente le public «tant téléphoniquement que physiquement sur le site» note-t-elle d’entrée de jeu. Présentant un ordinateur en libre-service, elle explique que « différents services sont accessibles depuis ce PC, comme la CAF, la CPAM, la CRAV ou encore l’ES Energie. A partir de cet outil, il est possible pour les usagers, d’entrer sur leur espace personnel, de naviguer sur les sites en question pour obtenir des informations sur les démarches à suivre ou même pour payer des factures en ligne » précise la jeune femme. Pour les demandeurs d’emploi, l’accès est également facilité depuis cet ordinateur, « et la Maison des services leur proposera un autre outil très utile pour leur éviter tout déplacement vers l’agence de Pôle Emploi dont ils dépendent : un guichet visio-public ». Installé depuis peu, « il permet aux demandeurs d’emploi d’être en lien avec leur conseiller en toute confiden-

A l’ombre du Trèfle... S’il est quelqu’un qui connaît bien le Trèfle, c’est bien Yannick Winter. Directeur des services de la Communauté de communes du Kochersberg, il a accompagné toutes les phases du projet, de la naissance de ce pari un peu fou au déménagement progressif des différents bureaux il y a quelques semaines. De son propre aveu, Yannick Winter a consacré «des milliers d’heures » à ce Trèfle aujourd’hui achevé. Et s’il connaît bien évidemment le dossier sur le bout des doigts dans sa dimension administrative, le DGS a également participé activement à la réflexion sur le concept, « partant du constat que nos locaux, tant ceux de la Commune que ceux de la Communauté de communes, n’étaient plus adaptés à l’activité réelle de nos services » précise-t-il. Consultations, définition du projet, concours d’architecte, études sur l’ancien bâtiment encore habité alors par la Brigade de Gendarmerie, rencontres, dossiers, appels d’offres et remise des marchés constituent durant de longs mois le quotidien de travail du jeune responsable, en lien avec son équipe de la Communauté de communes. Après le déménagement des gendarmes vers de nouveaux locaux fin 2009, les travaux ont pu véritablement démarrer. Ga-

6 - l’ami hebdo

brielle Fiacre, maire de Durningen et vice-présidente de la CocoKo et Francis Schoen, responsable des services techniques ont été plus particulièrement attentifs au suivi concret du chantier, « ce qui leur a demandé une présence constante et minutieuse » précise M. Winter. Entre l’accompagnement des équipes sur le chantier et le suivi des dossiers, « le va-et-vient a été constant et efficace, sachant que Justin Vogel et Brigitte Luck, secrétaire générale de la Commune, étaient eux aussi présents à chacune des étapes. René Hepp, maire de Schnersheim, par son expertise professionnelle nous a également été d’un précieux soutien. Je me réjouis des échanges que nous avons pu engager pour sans cesse affiner ce projet. C’est un véritable travail d’équipe que nous avons mené ». Rapidement et dans une réelle coordination, le chantier du Trèfle avance sans problèmes majeurs et « très vite il fallait penser à des questions concrètes de signalétique ou de mobilier». Là encore, Yannick Winter procède en coordination avec des professionnels, « une graphiste et un agenceur de mobilier pour conserver une cohérence dans tout l’établissement ».

Chantier d’une grande ampleur pour une communauté de communes rurale, la Maison des services du Kochersberg offre aujourd’hui de belles fonctionnalités dans un ensemble architectural contemporain et ouvert à son environnement direct. « Le 1 er octobre est sans conteste une journée particulière pour tous les acteurs de ce projet. Il se finalise aujourd’hui, mais en même temps, une nouvelle aventure prend son départ, dans de nouveaux espaces et, au-delà, dans une nouvelle collaboration facilitée par ces locaux eux-mêmes. Et pour nous, ce nouveau départ offre aussi de belles perspectives, et les idées ne manquent pas…»

tialité. Les personnes sont convoquées par les services de Pôle Emploi et nous n’intervenons pas dans l’organisation des rendez-vous » précise encore Mme Kessler. Son implication est néanmoins précieuse, puisqu’elle permet aux usagers de se familiariser avec les bornes et les outils informatiques. La borne des Allocations familiales permet quant à elle «d’imprimer des attestations, de consulter les derniers paiements et bien d’autres fonc-

tionnalités encore, le tout gratuitement. Il faut simplement se présenter pendant les heures d’ouverture du Trèfle avec son numéro d’allocataire et son code confidentiel transmis par la CAF ». Si une trentaine d’associations et d’institutions sont hébergées dans cette Maison des services, il importait aux responsables de cette structure innovante que l’ambassadrice puisse «connaître leur fonctionnement, leurs activités et leurs missions ».

Ainsi, Hélène Kessler a pu découvrir les structures de l’intérieur, passant en moyenne une journée auprès des partenaires, plongée dans la réalité et le quotidien des associations. « Cette découverte était pour moi enrichissante et parfois bousculante, je le reconnais, comme lorsque j’ai visité l’association Regain qui s’attache à venir en aide aux femmes victimes de violences conjugales ou encore l’EPSAN de Brumath, qui proposera des consultations psychiatriques aux enfants, adolescents et à leurs familles au Trèfle ». Ouverte à la nouveauté et passionnée par les défis qui s’offrent à elle dans les jours qui viennent, Hélène Kessler reconnaît que «c’est une mission très variée dans laquelle j’entre. J’apprécie de pouvoir rendre service, de guider les personnes dans leurs démarches » note encore la jeune femme. «Je sais d’expérience que souvent, en tant qu’usager, on est parfois perdu, déboussolé et cette nouvelle activité me permet d’orienter au mieux les personnes, leur facilitant ainsi les démarches »… et la vie aussi !

La Communauté de communes du Kochersberg C’est le 1er janvier 2002 que naît officiellement la Communauté de communes du Kochersberg (CocoKo). Regroupant 28 villages, elle est constituée de 19 communes pour une population totale d’environ 20 000 habitants. Située aux portes Ouest de Strasbourg, elle se caractérise par un fort enracinement rural et paysan et, ces dernières décennies, un accueil important de « rurbains », des populations travaillant dans la Communauté urbaine de Strasbourg et vivant dans des pavillons créés dans les lotissements ou des corps de ferme rénovés. Dans les localités de la CocoKo, les tensions sur le marché foncier sont réelles, et les communes ont toutes voulu adapter leurs documents d’urbanisme à cette nouvelle donne pour éviter qu’une urbanisation abusive ne dénature le caractère villageois des centres, que toutes veulent préserver. Forte d’une présence associative importante dans tous les domaines, la Communauté de communes du Kochersberg s’est dotée ces dernières années d’outils communautaires offrant une véritable valeur ajoutée au quotidien des habitants. La naissance de la Médiathèque intercommunale du Kochersberg et la mise en réseau de toutes les bibliothèques existantes sur le territoire, la création de nombreux centres périscolaires et de crèches ou encore de déchetteries communautaires, la sortie de terre d’un Parc d’activités ou la mise en valeur d’éléments du petit patrimoine ne représentent que quelques-unes des initiatives prises durant cette décennie. A noter qu’un chantier d’envergure se déploie actuellement sur l’ensemble des villages et trouvera son aboutissement le 1er janvier prochain avec la mise en place de la redevance incitative en matière de gestion de déchets ménagers. Ainsi, inscrite dans les défis du développement durable soulignés par le Grenelle de l’environnement au plan national, la Communauté de communes du Kochersberg témoigne de son attachement à l’environnement et à la nature, source de revenus et de développement pour la quasi totalité des familles de ce secteur il y a un demisiècle encore. La Communauté de communes du Kocherberg est présidée depuis son origine par Justin Vogel, maire de la commune de Truchtersheim et vice-président de la Région Alsace. Sept viceprésidents sont chargés d’animer des commissions, en lien avec les maires et maires délégués des autres villages. Au total, le conseil communautaire se compose de 45 membres représentant les conseils municipaux avec une ouverture aux non-élus reconnus pour leurs compétences.

2 octobre 2011


Être «coordinatrice et facilitatrice…» Bétty Lienhard accompagne depuis 2008 le projet de la Maison des services publics. Responsable de la gestion et de l’animation du Trèfle, elle a suivi chaque étape, réalisé des études et se réjouit de l’aboutissement de ce projet véritablement visionnaire. Dans le futur, outre la coordination des services, elle veillera à développer l’Espace colloques, une nouvelle donne pour le territoire, et au-delà… G Comment est née l’idée de créer un Espace colloques ? H Au départ, lorsque nous avons défini l’agencement de l’espace de ce bâtiment, il nous importait de mettre l’accent sur des espaces de réunion qui faisaient défaut par le passé. Les réunions des conseils ou des commissions se déroulaient jusqu’alors dans des locaux inappropriés, il faut bien le reconnaître. Très vite, et dans la même perspective d’ouverture qui prévaut dans la conception de cette Maison des services, il nous semblait intéressant et utile de mettre nos espaces de réunion à la disposition d’autres réalités comme les associations locales, les entreprises et plus largement toutes les structures qui en exprimaient la demande. De là est née l’idée d’un Espace colloques accessible très largement. G Quelles réalités tangibles vous ont motivé à poursuivre cette réflexion ? H Très simplement, à partir d’un double constat, nous avons évalué le marché potentiel. Truchtersheim se trouve en effet à la croisée des chemins, entre Strasbourg, Saverne, Haguenau et Molsheim. Non loin de l’aéroport de StrasbourgEntzheim, nous sommes également bien desservis par les lignes de bus de la CTBR, et je ne parle pas des facilités de stationnement offertes autour du site lui-même. Par ailleurs, chargée par le passé d’organiser des formations en entreprise, je savais la difficulté pour les formateurs et organisateurs de sessions de travail de trouver des lieux adaptés et combien le coût important des locaux pou-

et la fonctionnalité des éléments de mobilier. Cette attention vaut aussi pour l’installation des postes de travail des agents présents en continu sur le site. G Mais votre concept dépasse la mise à disposition de salles ? H En effet, et dans cette perspective, je travaille en synergie avec Marie-Line Battaglia, responsable du tourisme et du développement local sur la Cocoko. Au-delà de la location des espaces, nous avons mis en œuvre une politique d’offres plurielles que nous proposerons aux organisateurs de rencontres: collations, déjeuners, cocktails, nuitées, découvertes touristiques et gastronomiques constituent les possibilités diverses de nos packages. Parallèlement, nous organiserons des évènements grand public, par exemple nous allons accueillir le 6 novembre prochain « l’OrientaTruch », le premier forum de l’orientation fait par des jeunes du Kochersberg pour les jeunes du Kochersberg. Belle initiative s’il en est, initiée et portée par trois jeunes habitants de Truchtersheim.

vait peser sur les budgets. C’est aussi pour cette raison que nos tarifs restent raisonnables, et que nous avons voulu mener une politique de tarification préférentielle pour nos partenaires, notamment associatifs. G Quel est le concept que vous avez voulu développer ? H Nous mettons à la disposition de toutes les structures – associations, entreprises, organismes

de formation… - trois salles de réunion de taille variable, dont un hémicycle. Les salles sont équipées de matériels indispensables à l’organisation de réunions : accès Wifi, vidéoprojecteur, tableau blanc interactif, sonorisation, paperboard, et autres fonctionnalités. Par ailleurs, le mobilier installé dans les salles est modulable, facilement transportable et nous avons mis l’accent sur le confort

L’art à la portée de tous L’art tient une place importante au sein de la Communauté de communes si bien que chaque année, de nouvelles œuvres d’art font leur apparition çà et là au cœur du Kochersberg. Elles ont été préalablement sélectionnées par un jury créé à cet effet et dont l’objectif est de mettre l’art à la portée de tous. Ce jury doit également veiller à mettre en harmonie l’œuvre et son environnement pour qu’un dialogue s’établisse entre les deux, qu’ils se mettent mutuellement en valeur comme s’ils avaient toujours été associés. Ainsi des sculptures ont pris place à la Médiathèque intercommunale du Kochersberg et dans le « Parc des arts» qui l’entoure. Une contrebasse géante, création de Daniel Schwarz, artiste suisse, annonce l’Ecole de musique sur le rond-point à l’entrée de Truchtersheim. À Stutzheim-Offenheim, c’est un pont, sorti tout droit de l’imagination de Marc Linder, qui longe le ruisseau. Le Trèfle, quant à lui, abrite également plusieurs œuvres. Créée par Danièle Akrich, « La petite idole », sculpture en bronze, accueille les visiteurs à bras ouverts, à l’entrée du parc de la Maison des services. Dans le hall du Trèfle, deux «danseuses» de Tosello, l’une à la robe de dentelle de métal finement ciselé, l’autre, cheveux au vent, mènent la danse sous l’« Outre ciel » de Sylvie Lander, artiste strasbourgeoise, prochainement récompensée par un « Bretzel d’or ». Et tout ceci grâce à de généreux mécènes et un fonds de solidarité privé qui nous permettent d’acquérir ces œuvres d’art quasiment sans bourse délier. Marie-Line Battaglia

2 octobre 2011

G Comment avez-vous pu concrétiser cette diversité de propositions ? H C’est l’idée d’ouverture qui constitue le fil rouge de toute notre activité : en lien avec les professionnels du Kochersberg, nous pouvons déployer une véritable recherche de qualité des services et des prestations. Les traiteurs, restaurateurs, boulangers et autres producteurs locaux sont mis à l’honneur et grâce au développement du tourisme dans le Kochersberg,

les offres d’hébergement se sont également développées. C’est cette synergie au service de notre territoire que nous valorisons dans une optique de développement local. Par contre, nous n’avons pas vocation à accueillir une forme d’événementiel festif, type réceptions de mariage ou fêtes de famille, car nous ne disposons pas de l’équipement adéquat. G Quelles seront vos missions futures ? H En lien avec notre concierge Laurent Kessler, l’ambassadrice des services Hélène Kessler et Christiane Hourseau, agent d’accueil standardiste, je veillerai à la bonne marche de cette Maison des services, notamment du Relais multi-services qui ouvrira ses portes le 3 novembre prochain. Il m’incombe que les différents partenaires qui s’y côtoient puissent travailler en bonne intelligence et dans un véritable esprit de collaboration, au service des habitants et de leurs besoins. Il est évident que ces attentes vont évoluer dans le temps et il nous faudra faire preuve d’un véritable sens de l’adaptation. Aussi, il me faudra évaluer très régulièrement nos partenariats pour coller au mieux à la réalité de notre territoire. Ma priorité actuelle est de faire vivre le partenariat constructif et ambitieux que nous avons créé avec l’agence Pôle Emploi de Hautepierre et Ivane Squelbut, directrice territoriale, afin de faciliter le quotidien des demandeurs d’emploi du territoire. La mise en place d’un guichet visiopublic est le premier jalon visible, d’autres actions seront menées conjointement dans les mois à venir.

Pour recevoir gratuitement les 4 prochains numéros de l’Ami hebdo Retrouvez le Trèfle en images sur www.ami-hebdo.com Nom ____________________________________________________ Prénom _________________________________________________ Adresse _________________________________________________ CP ______________________________________________________ Commune ______________________________________________ souhaite recevoir sans engagement de sa part les 4 prochains numéros de l’ami hebdo. À retourner à l’Ami hebdo - 30 rue Thomann 67082 Strasbourg Cedex

G Comment avez-vous pu cerner les besoins et vous tourner vers des partenaires plutôt que d’autres ? H Très rapidement, lorsque j’ai pris connaissance du projet, j’ai voulu conduire des études de terrain. Auprès des secrétaires de mairie et des élus locaux, j’ai pu prendre la mesure des demandes réelles des populations. Il est clair que j’ai pu m’appuyer sur des études démographiques pour mettre en place des prospectives qui ont une pertinence aujourd’hui, mais aussi demain. Mais rien n’est définitif et il faudra sans cesse faire le point avec les prestataires pour nous adapter en souplesse. G L’ouverture est l’axe central de la philosophie de cet établissement : comment se concrétise-t-elle ? H Il s’agit tout d’abord d’offrir des heures d’ouverture au public et une présence très larges, une ouverture en nocturne, une à l’heure du déjeuner et le samedi matin. Mais si nous voulons être la Maison du peuple comme aime à le souligner le Président Justin Vogel, il nous faut aussi tenir compte de la réalité en offrant une accessibilité à tous les publics. Ainsi, l’hémicycle possède plusieurs places destinées à l’accueil de personnes en fauteuil, il est équipé de boucles à induction permettant aux déficients auditifs de participer pleinement aux débats. Le guichet visio-public et la borne CAF offrent une excellente qualité audio et vidéo, la borne CAF étant équipée de surcroît d’un clavier braille. Enfin, tous les espaces sont accessibles de plain-pied, par ascenseur ou par rampe d’accès.

édité par l’ami du peuple s.a. Siège social Grand-Est 30, rue Thomann 67082 Strasbourg Cedex Tél : 03.88.22.77.22. Fax : 03.88.22.51.66. Photocomposition/ maquette : l’Ami compo Imprimé par Roto-offset 68170 Rixheim Numéro préparé par Christine Nonnenmacher Photos Frédéric Maigrot / L’A.M.I. Infographie: Matthieu Hilbert Céline Schieber Directeur de la Publication : Bernard Deck

l’ami hebdo - 7


Le Trèfle associe ses annonceurs à la fête...

8 - l’ami hebdo

2 octobre 2011


La Maison des services du Kochersberg